Editorial. Editorial SOMMAIRE: INFORMATIONS SYNDICALES D UNION DEPARTEMENTALES FOR OUVRIERE DE SAVOIE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Editorial. Editorial SOMMAIRE: INFORMATIONS SYNDICALES D UNION DEPARTEMENTALES FOR OUVRIERE DE SAVOIE"

Transcription

1 Prix : 1,50 INFORMATIONS SYNDICALES D UNION DEPARTEMENTALES FOR OUVRIERE DE SAVOIE Editorial N Dépôt légal 4 ème trimestre 2009 INFORMATIONS SYNDICALES DE L UNION DÉPARTEMENTALE FORCE OUVRIÈRE DE SAVOIE Editorial La crise dans tous ses états généraux Comme à chaque fois qu il y a un problème, en France, on organise une grande «parlotte» et on enterre le problème. La crise que nous connaissons, après l environnement, les espaces ruraux, etc n a donc pas échappé à cette règle. Pourtant, sauf à être complètement sourd et aveugle, est-il besoin d états généraux pour s apercevoir que l activité diminue? que les licenciements et tous types de chômages se développent? que les plans sociaux se multiplient? que la précarité augmente? etc.. etc Faut-il être «expert» pour comprendre qu il faut développer de nouveaux emplois industriels, sur la base des nouveaux marchés porteurs, innovants? Au-delà de ces évidences, il en est d autres qu il nous faut bien «décortiquer». Avec la mondialisation, un certain nombre de pays, d Asie principalement mais aussi d Europe centrale, se positionnent sur des marchés de produits «bas de gamme» à des prix que nos unités françaises ne peuvent consentir. Faut-il pour autant se positionner uniquement en terme «financier» et aligner les prix sur ceux des pays socialement «en retard» pour arriver à abaisser le niveau social français au niveau de ces pays la? Pour FO, la réponse est naturellement : NON! La question centrale reste bien celle de l emploi et du social, quelle est la place qu on entend donner au travail, à sa rémunération, à la reconnaissance des salariés et de leurs droits, bref, quelle est plus généralement la place de l Homme par rapport au capital? Rien de changé, donc, ce partage est et à toujours constitué la clé d entrée indispensable. C est aussi celle, principale, de l industrie. Développer l emploi, la formation scientifique et technique, les salaires et les conditions de travail dans l industrie, c est agir indirectement sur l emploi des secteurs «aval» comme les services. Alors, puissent ces états généraux, dépasser la simple opération de communication, et ouvrir une politique ambitieuse et volontariste, suivie et réactualisée, en faveur de l industrie. Pour FO SAVOIE, l industrie ne mérite-t-elle pas plus que des «états généraux»? Daniel JACQUIER Secrétaire Général SOMMAIRE: P. 1 : Edito : la crise dans tous ses états généraux P. 2-5 : La Vie des Syndicats P. 6 : Elections à la M.S.A. P. 7 : Les états généraux de l industrie P. 8 : Réforme du CILS 1 % P. 9 : Flexibilité au travail et santé des salariés P. 10 : FO proche des salariés P. 11 : AFOC : le crédit renouvelable P. 12 : Chacun fait ce qu il «vœux» Daniel JACQUIER et toute l équipe de l UD FO de Savoie vous souhaitent de bonnes fêtes de fin d année. Tous nos vœux également pour l année 2010 Directeur de publication : Daniel JACQUIER - N Commission Paritaire : 200D 73 Impression : Imprimerie Notre Dame - Montbonnot - Prix de vente : 0,80 Union Départementale FO - 3 Rue Ronde - BP CHAMBERY CEDEX - Tél. : Fax : Courriel : - Site :

2 u LA VIE DES SYNDICATS La vie des syndicats YLe vendredi 27 Novembre 2009, les représentants FO des remontées mécaniques et domaines skiables de la Tarentaise étaient réunis par le secrétaire adjoint de l Union Départementale FO afin d évoquer les différents objectifs pour la saison 2009/2010. Y Les délégués FO des remontées mécaniques préparent la saison d hiver Alors que des négociations de salaires satisfaisantes sont sur le point d aboutir aux Arcs, le bras de fer avec la nouvelle direction de Méribel Alpina est engagé, et les sujets de mécontentements sont nombreux (prime du dimanche, prime de vie chère, prime de logement). Les élections des représentants du personnel à Val d Isère et Méribel Alpina ont également été à l ordre du jour. Il a été aussi décidé que lors du festival international des métiers de la montagne de 2010, un carrefour serait consacré aux évolutions climatiques sur nos montagnes et l impact sur l emploi qui en découlera naturellement. Ils sont de retour! Pour certains depuis près de 40 ans, ils reviennent des CLUB MED du Maroc, Tunisie et Turquie. Ils vont rejoindre les salariés de nationalités du monde entier pour travailler dans les villages de nos stations de la Savoie. Tous les ans ont lieu les élections des délégués du personnel, FORCE OUVRIÈRE, représente 70 % des salariés. Ils ont construit l histoire du CLUB MED, saison après saison, leur participation a contribué à l évolution des accords qui régissent les conditions du travail au sein des villages. Cette année aussi, l Union Départementale de Savoie les retrouvera dans leurs villages pour les soutenir, les conseiller et les former. YSAVOIES TOURISME : Les accords ont fini par être appliqués. Au mois de Juillet 2009, la CFDT signe avec la direction un accord supprimant deux primes aux chauffeurs de l entreprise. Par la forte poussée du mécontentement du personnel, naît une section syndicale FO. Un représentant syndical de section est ainsi désigné. Les investigations de l Union Départementale de Savoie mettent à jour la nullité de l avenant signé le 22 Juillet Aussi, fin novembre, l employeur est contraint par la pression de FO, à rétablir sur les paies de novembre, les deux primes et verse aux salariés les sommes manquantes depuis le mois de septembre. Ce sont, en moyenne plus de 100, qui ont été restitués aux salariés de SAVOIES TOURISME. 2

3 LA VIE DES SYNDICATS La vie des syndicats Y AREVA : De l ombre à la lumière FORTE PERCÉE DE FO AUX ÉLECTIONS En mai 2008, l Union Départementale de la Savoie désigne Gérard Philippe ALCARAZ délégué syndical FO. Conscient du peu de moyens dont il dispose, il s entoure de compétences, de jeunesse et de militants motivés. Il forme ses troupes, il les arme de sa volonté de réussir et leur communique sa détermination. Pendant près de deux ans ils vont arpenter le terrain, c est la que l on va recueillir les préoccupations des salariés. Un an et demi de travail, au bout du chemin, le syndicat FO devient un acteur incontournable de la vie socia- YBOLLHOFF le de l entreprise. Le Syndicat FO devient la deuxième organisation de l établissement d Aix les Bains. Après le scrutin du 24 novembre 2009 si l on demande à Gérard s il a obtenu des sièges en Délégué du Personnel ou au Comité d Entreprise, il répondra : les deux mon général, 4 CE et 4 DP!!! L équipe autour de son délégué syndical va poser des revendications majeures : la revalorisation du pouvoir d achat des collègues de travail, la défense des conditions de travail dans l entreprise. Pour établir un contrepoids, il faut être nombreux, cela passe par la syndicalisation En 12 mois, le nombre d adhérents est multiplié par deux, les militants vont par la suite, les uns après les autres se former à l Union Départementale de Savoie. Le mois d avril 2007 a vu naître la section syndicale FO chez BOLL- HOFF OTALU. Les salariés de l entreprise, lors des élections de fin 2007 avaient timidement voté pour le nouveau syndicat représenté par Philippe DUBEAU. Deux ans après, le travail effectué par les militants, dans des conditions «pas toujours faciles» commence à porter ses fruits. Deux sièges au comité d entreprise, deux sièges aux délégués du personnel. Ça y est, l équipe est en place! 3

4 Élections de ces derniers mois : beaucoup de militants sur le front! SYNDICATS % de représentativité Nombre de sièges BLANCHON 42 % 7 BOLLHOFF 19 % 4 AREVA 22 % 8 AUTOCARS MARTIN 43 % 1 INTERSANIT 100 % 2 ABB 100 % 18 STAC 17 % 3 CARREFOUR BASSENS 41 % 10 HASBRO 100 % 15 CASINO GRAND CERCLE 46 % 4 Depuis la promulgation de la loi du 20 Août 2009, le résultat des élections professionnelles (CE ou DP) dans chaque entreprise a pris une autre dimension. En effet, c'est bien à partir du score de chaque organisation syndicale, au premier tour, que sera apprécié la capacité de chacune d'elle de pouvoir ou non : désigner un Délégué Syndical (si au moins 10 % des voix), signer un accord dans l'entreprise (avoir obtenu au moins 30 %) ou s'opposer à un accord signé par une ou plusieurs OS (avoir obtenu au moins 50 %). Par ailleurs, c'est bien aussi à partir des additions de voix obtenues par chaque organisation, que sera déterminée la représentativité d'une fédération ou d'une confédération, donc, de même qu'au niveau de chaque entreprise, sa capacité à participer aux négociations de sa compétence ou de signer. 4

5 Au royaume des patrons voyous? L unité SPIREL à St Rémy de Maurienne fait les frais d une volonté délibérée du groupe SOMFY, de délocaliser sa production dans les pays aux coûts de main-d œuvre très bas, au bonheur des actionnaires. Le dossier de l expert-comptable du CE l a démontré on ne peut plus clairement. Rien, sur le plan économique, ne justifie cette délocalisation. Le personnel est compétent, la productivité est bonne, les installations sont satisfaisantes. Seul l aspect financier peut présenter des intérêts. Quand on nous parle d entreprises citoyennes? SOMFY, groupe français? Il n est pas acceptable pour le personnel, de voir ce groupe «lâcher» littéralement SPIREL, alors que des fonds publics ont permis son épanouissement dès 2002 et depuis aux actionnaires et au groupe, «d engranger» des dividendes importants. Que peut reprocher à SPIREL le groupe SOMFY (actionnaire, donneur d ordre et client unique de SPIREL)? En guise de gratitude, c est un plan social qui a été présenté au CE le 4 Novembre dernier, prévoyant que sur les 220 salariés, seuls 107 seraient conservés. Le coût de ces suppressions d emplois, selon le document de l expert-comptable, permettrait à SOMFY d assurer du travail à 100 %, pour les 220 salariés, pendant plusieurs années. N est-il pas scandaleux que dans le contexte actuel, un groupe français, se permette de dépenser autant pour supprimer ces emplois au moment où la mobilisation de tous est nécessaire pour en créer? La Maurienne ayant déjà perdu près de 6OO emplois depuis le début de l année 2009, que vont devenir ces salariés licenciés, surtout des femmes, dans cette vallée? Les reclassements internes proposés se situant à Cluses ou en Saône et Loire, combien, hormis quelques cadres supérieurs, vont-ils accepter cette mobilité géographique, et notamment au regard de l emploi de leur conjoint? Le syndicat FO de SPIREL se bat avec énergie pour combattre ce plan et obtenir gain de cause. 5

6 Les salariés affiliés à la MSA en élection Tous les 5 ans, les salariés dépendant du régime social de la MSA, sont invités à voter pour élire leurs représentants «délégués cantonaux». Il s agit là d une spécificité du régime de la MSA consistant à élire, au niveau de chaque canton, 3 représentants pour le collège des salariés. Ces salariés, travaillant sur les exploitations agricoles ou spécialisées (viticulture, pépinières, paysage, maraîchage, etc ) les organismes agricoles (MSA, Crédit Agricole, Groupama, Chambre d Agriculture, etc..) ou encore les coopératives agricoles, voteront par correspondance, au tout début du mois de Janvier Au moment ou des bouleversements sans précédents vont intervenir dans les prochaines semaines avec la mise en place d ARS (Agence Régionale de Santé), il est plus que primordial pour les salariés y compris ceux du secteur agricole, de se mobiliser pour démontrer tout l intérêt que représente à leurs yeux le régime de la MSA. En effet, avec l arrivée de l ARS, c est l URCAM (Union Régionale des Caisses d Assurances Maladie) qui disparaît et toute une réorganisation des caisses qui s annonce. Depuis toujours, Force Ouvrière s est mobilisée dans la préparation de cette élection et présente aux suffrages des salariés des listes FO dans tous les cantons de Savoie, sans exception. Au total, ce sont plus de 140 candidats, représentants des salariés du régime agricoles, qui figurent sur les listes FO. Ces candidats, ce sont des femmes et des hommes qui, dans la diversité de leur métier, de leur emploi, tiennent comme nous tous, à défendre le meilleur système de protection sociale pour les salariés. Les situations liées à la crise économique, à la situation de l emploi, au chômage, au faible niveau de nos salaires, à nos conditions de travail difficiles, au développement de la précarité, rendent de plus en plus nécessaire un bon niveau de couverture sociale. Ce niveau, justement et depuis un certain nombre d années, pour les salariés du régime agricole comme pour ceux du régime général, est en baisse continue, suite aux déremboursements de médicaments et de soins, à l instauration des franchises médicales, des forfaits hospitaliers, etc ce qui conduit un certain nombre de familles à ne plus disposer des moyens nécessaires pour se soigner correctement, surtout les enfants et les personnes âgées, ce qui pose des problèmes graves en matière de santé. VOTEZ FO Un autre phénomène est à prendre en compte au niveau de la santé, c est la couverture médicale de tous les territoires, car la démographie médicale (le manque de médecins) pénalise déjà et pénalisera de plus en plus les cantons les plus ruraux au détriment de la proximité, de l égalité d accès aux soins, donc à la santé. Au-delà des réformes qui s annoncent en la matière, une mobilisation des salariés et de leurs délégués cantonaux sera nécessaire pour tous. Ce sont des raisons supplémentaires pour les salariés du régime agricole, de voter massivement et de faire voter pour les candidats présentés par FO, seule organisation syndicale de Savoie à présenter des candidats dans la totalité des cantons de notre département. 6

7 FO Savoie et les états généraux de l industrie Ce 17 Décembre se tenaient les états généraux de l industrie en Savoie. Il va de soi que même si elle doute (pour les raisons développées dans l éditorial de ce numéro notamment) de l efficacité réelle d une telle initiative, l UD FO de Savoie a tenu à contribuer aux travaux, porteuse de la revendication principale d une véritable politique industrielle sur la base des travaux menés, intégrant la dimension essentielle de la sous-traitance (le texte de cette contribution est consultable sur le site FO dans la rubrique «Actualité»). Si nous avons, en Savoie et pour diverses raisons des activités industrielles «en bout de course», nous avons aussi des activités industrielles d avenir à développer. Une des questions essentielles, réside dans les choix qui seront faits pour les différentes vallées de notre département. Comme la vallée voisine de l Arve est communément dénommée «la vallée du décolletage», celle de Tarentaise peut être, elle, qualifiée de vallée de l industrie du tourisme et de l or blanc. Parmi des activités d avenir à développer, on peut citer celle du solaire, à Savoie Technolac, autour de l INES (Institut National de l Energie Solaire) qui va prochainement compter près de 5OO chercheurs. Pôle Européen de l énergie solaire, pôle de compétitivité, né d investissements colossaux, cet institut doit générer dans un avenir Si j étais banquier Je réserverais des avantages exclusifs aux comités d entreprise > Pour la gestion de vos opérations : Eurocompte Association > Pour vos placements : le Livret Bleu Association > Pour votre contrat d assurance multirisque : Associa 3 très proche, le développement d activités industrielles importantes qui doivent, dans le cadre de «circuits économiques courts», respectueux de la dimension «développement durable», favoriser l implantation, à proximité, d unités de production industrielles nouvelles, innovantes et d avenir. Si la Maurienne connaît actuellement des pertes importantes d emplois industriels et nourrit de légitimes craintes autour des prix de l énergie pour les années futures, cette vallée possède par contre, avec le silicium, un atout non moins important, produit entrant dans la fabrication du solaire. Dans ces conditions, FO demande que dans le cadre de la mise en place d un véritable contrat de transition industrielle à l échelle de la vallée, en additionnant les fonds plus qu en les divisant, que la vallée devienne à son tour la vallée de l industrie solaire, instaurant une véritable filière du solaire à l échelle de notre département. Crédit Mutuel Chambéry 1, rue de la Banque 10, place de Genève 16, rue François Guise Tél. : (0,12 TTC/min) Caisse Fédérale du Crédit Mutuel Centre Est Europe et Caisses affi liées - 34, rue du Wacken Strasbourg Cedex 9 Société coopérative à forme de S.A. au capital de euros - RCS B Inscrites au registre national des intermédiaires d assurances consultable sur - 1, rue Jules Lefebvre Paris Cedex 09 Tél Fax N ORIAS ACM IARD S.A. S.A. au capital de euros RCS Strasbourg. Entreprise régie par le code des assurances. Dans cette perspective, il y a, pour FO, urgence à repositionner l État dans un rôle d incitateur et d investisseur socialement et économiquement responsable, porteur d une stratégie industrielle ambitieuse pour renforcer les filières industrielles et développer encore l innovation technologique. 7

8 Le CILS 1 % (Comité Interprofessionnel du logement de la Savoie) se regroupe autour de «ENTREPRISES - HABITAT» La réforme du 1 % Logement est en cours La loi MOLLE (Mobilisation pour le Logement et la Lutte contre l Exclusion) a imposé via l UESL (Union d Economie Sociale pour le Logement) aux 109 CIL/CC collecteurs nationaux du 1 % logement (en réalité limité à 0,45 % de la masse salariale depuis 1992) de fusionner en moins de 30 unités collectrices et que celles-ci obtiennent au minimum 1.5 % de la collecte nationale. «ENTREPRISES-HABITAT» un collecteur interrégional à dimension nationale C est dans ce contexte de réforme que les 11 organismes collecteurs : 1 % Logement Loire (St Etienne), ACLE (Loire), CCI Drôme (Drôme), CILAR (Ardèche), CIL 2000 (Rhône), CILR (Loire), CILS (Savoie), CILJ (Jura), AILT (IDF) et ultérieurement : GIT (Ile de France) et AILT (Ile de France) se sont regroupés autour de CIL 2000 à Lyon, à compétence interrégionale et à dimension nationale pour constituer le groupe «ENTREPRISES-HABITAT». Soit au total 129 salariés et environ 4141 entreprises cotisantes. Les fonds collectés de ce nouveau regroupement représentent 4 % de la collecte nationale. Cet organisme paritaire (Association, loi 1901) est financé par les employeurs et géré paritairement, patronat et les syndicats. Il est composé de 30 membres, pendant une période transitoire de trois ans, soit 12 membres désignés par le MEDEF, 3 par la CGPME, 15 par les organisations syndicales de salariés représentatives au plan national (3 pour FO dont 1 à l UD FO Savoie). Quels sont ses objectifs? L objectif de ce regroupement est de constituer un groupe interrégional à compétence nationale, avec des axes métiers, capable de continuer à apporter les services et les produits du 1 % logement à ses adhérents : Le développement de pôles locaux présents territorialement ; Le renforcement des partenariats entre les différentes structures et filiales du groupe ; L accompagnement des salariés et des clients ; L assurance d un service de proximité ; L optimisation des coûts de fonctionnement ; Le développement d outils détenus par les membres de ce groupement, tels que les ESH (Entreprise Sociale pour l Habitat), les filiales immobilières et les différentes sociétés de construction qui sont déjà ou qui seront appelées à devenir des opérateurs importants pour la construction de logements sociaux, intermédiaires et libres pour répondre le plus complètement possible aux attentes des entreprises et de leurs salariés ; Être un acteur exemplaire des politiques locales de l habitat par des partenariats actifs avec les collectivités territoriales. Quelle est la finalité de la contribution patronale au logement des salariés? La contribution de l employeur a pour finalité : D attribuer par l intermédiaire d un organisme collecteur un prêt à taux réduit au salarié pour l achat, la construction ou la rénovation de sa résidence principale (PSLA, Pass-Foncier, etc ) ; D accorder au salarié un logement à loyer modéré (Avance Loca-Pass, garantie Loca-Pass, Pass-GRL, etc ) ; D aider des organismes à construire des logements sociaux ; De réhabiliter les logements appartenant à l entreprise et destinés à être loués aux salariés. Mise en œuvre du programme national de rénovation urbaine avec l ANRU et l ANAH Il est à noter que le 1 % logement a été le principal financeur des opérations en faveur du logement des saisonniers en Savoie, ces cinq dernières années. Dans le prochain numéro FO Savoie, nous vous informerons sur le rôle important de votre Comité d Entreprise dans la politique de logement suivie par votre entreprise. Serge BOIJOUX 8

9 Flexibilité au travail et santé des salariés ne font pas bon ménage Les horaires atypiques concernent toujours plus de salariés avec des effets directs sur leur santé. À l heure où la souffrance au travail atteint des limites insupportables, symbolisées notamment par les nombreux suicides de salariés chez France Télécom, il est indispensable de prendre en compte les effets désastreux des horaires atypiques, qui se généralisent, sur la santé des salariés. Dans un contexte de restructurations permanentes et d insécurité sociale grandissante, génératrices de stress, les salariés sont de plus en plus confrontés à des jours ou des horaires de travail qui, non seulement les déstabilisent, mais portent directement atteinte à leur intégrité psychique et physique. On en sait aujourd hui un peu plus, avec le recul et l évolution des connaissances, sur la dégradation de la santé liée à la vie professionnelle. La récente loi sur le travail du dimanche risque fort d aggraver cette situation. Or près de 2 salariés sur 3 travaillent déjà en horaires atypiques. Travail de nuit ou du week-end, travail à temps partiel, horaires imprévisibles ou décalés, semaines irrégulières Selon la Dares (Direction de l animation de la recherche, des études et des statistiques), seuls 37 % des salariés ont des horaires dits «normaux», c'est-à-dire prévus à l avance, avec des journées débutant le matin et s achevant en fin d après midi, et un repos le week-end. Ce type d horaire étant considéré comme «le plus adapté aux rythmes biologiques et sociaux», souligne la Dares. À l inverse, les salariés soumis aux horaires atypiques peuvent être sujets à des troubles de santé liés à la perturbation de leurs rythmes biologiques et à des risques de désocialisation. «Les troubles les plus rapides à se déclencher sont les troubles du sommeil. Les conséquences peuvent être des troubles nerveux, des phénomènes d irritabilité, de surexcitation, et les effets peuvent aller jusqu à la dépression», rapporte Béatrice Barthe, chercheuse en ergonomie à l université Toulouse-2. Des troubles cardio-vasculaires et digestifs sont également signalés. Plus grave encore, le Centre international de recherche sur le cancer (Circ) a classé, fin 2007, le travail en horaires décalés comme «probablement cancérigène pour l homme.» Le travail posté de nuit, sur une longue période, augmenterait le risque de cancer du sein chez les infirmières et les hôtesses de l air, comparé à celui observé chez celles qui travaillent de jour. Et, tout récemment, en mars 2009, le Danemark a décidé d indemniser 37 femmes atteintes d un cancer du sein, qui serait lié à leur travail de nuit. Lors du débat sur le travail du dimanche, les conséquences éventuelles sur l équilibre, et donc la santé, des salariés n ont jamais été évoquées. Il est pourtant à craindre que cette nouvelle déréglementation des rythmes de travail et de repos, qui bouleversera inévitablement des repères traditionnels, sera un facteur intrinsèquement négatif pour la santé des salariés concernés, voire de leur entourage. On ne peut s empêcher de faire un lien avec la situation de déliquescence de la médecine du travail, entretenue par le patronat. Le manque de médecins du travail est devenu alarmant, leurs effectifs baissent régulièrement depuis quelques années, et ils ne sont plus que aujourd hui, ce qui implique une charge de travail énorme. Une réforme de la médecine du travail est en cours mais d ores et déjà le projet prévoit la modification de la périodicité des visites médicales en entreprise. Elles seraient dorénavant espacées de 3 ans, et non tous les deux ans comme aujourd hui. Le nombre maximum d entreprises en charge par médecin passerait de 300 à 450 et le nombre maximum annuel de salariés suivis passerait de à Premier impact, arithmétique : les salariés seront moins suivis. «Pour le salarié, cette réforme implique une réduction du temps médical qui lui est accordé», affirme le docteur Lionel Doré, secrétaire général du Syndicat national professionnel des médecins du travail qui souligne que face à la baisse de la fréquence des visites médicales, les employeurs s attendent à une baisse des cotisations. «Les employeurs espèrent une baisse du financement qui serait positive d un point de vue comptable mais qui se ferait au détriment de la prévention.» Il est de la responsabilité des pouvoirs publics de veiller, non pas à l affaiblissement, mais au renforcement de l action de la médecine du travail. La multiplication récente des drames (France télécom, Renault, etc ) rend indispensable, plus que jamais, une action forte et préventive des médecins du travail. La médecine du travail ne fait pas partie du système national de protection sociale. Il s agit d une organisation autonome de droit privé placée sous le contrôle du ministère du Travail. Elle permet aux salariés du secteur privé de bénéficier d une surveillance médicale du travail visant à leur éviter toute altération de la santé du fait de leur travail. Si le nombre de ses salariés est suffisant pour justifier l emploi d au moins un médecin du travail à temps plein, une entreprise doit créer un service d entreprise. Dans le cas contraire, elle doit adhérer à un service interentreprises, à charge pour elle de participer au financement de ses dépenses de fonctionnement «proportionnellement au nombre des salariés» 9

10 FO proche des salariés Des permanences près de chez vous Union Locale à Aix les Bains - 25 Boulevard des Anglais Union Locale à Albertville - 23 Rue des Fleurs Union Locale à Chambéry - 3 Rue Ronde Union Locale à Modane - 31 Rue Jules Ferry Union Locale à Montmélian - 2 Rue Docteur Veyrat Union Locale à Moutiers - Immeuble le Rhododendron - La Chaudanne Union Locale à Pont de Beauvoisin - Salle René Cassin en Mairie Union Locale à St Jean de Maurienne - Place du Champ de Foire Contrat, conditions de travail Fiche de paie Salaire - Conventions collectives Heures supplémentaires Chômage partiel Retraite Démission - Licenciement Prud hommes Pour connaitre mes droits, je m informe. Toutes les réponses par nos conseillers. Mutuelle N , soumise aux dispositions du livre II du Code de la Mutualité Tél Des salariés bien protégés, une entreprise valorisée! Quel que soit votre secteur d activités, découvrez nos solutions entreprises! 10

11 AFOC une chance pour les salaries : voter FO Votre association de consommateurs vous informe Le crédit renouvelable Les crédits renouvelables, appelés aussi «crédits revolving» ou «crédit permanents» peuvent s avérer dangereux, ils représentent 80 % des dossiers traités par les commissions de surendettement. I - Le crédit renouvelable et ses dangers Définition : l établissement de crédit met à disposition de l emprunteur une somme d argent, de façon permanente et renouvelable. Facilité d obtention et souplesse d utilisation : Droit de tirage sur une réserve d argent dans la limite d un plafond. - tant qu on ne l utilise pas, on ne paie pas d intérêt, - dès qu on l utilise, on paie des intérêts, d un taux très élevé, qui sont calculés sur la partie utilisée de la réserve. - la réserve se reconstitue au fur et à mesure qu on rembourse le crédit. Mais ATTENTION : Le crédit renouvelable présente plusieurs dangers : D abord, il coûte très cher, pendant un an coûtent 200 en plus. De plus, les mensualités prévues (remboursement du capital + assurances + intérêts) sont souvent faibles ce qui implique qu au final le coût est d autant plus élevé. Ensuite, il n est pas adapté à toutes les situations. En particulier, les crédits personnels sont plus adaptés, car moins chers, pour l achat de biens de consommation durable, comme les produits électroménagers. Autre risque du crédit renouvelable : en cas de baisse de revenus, le consommateur est tenté de puiser dans sa «réserve» (mot trompeur) alors qu il n a plus les moyens de rembourser. Enfin, le calcul des intérêts appliqués est compliqué (le taux est révisable, il dépend de l utilisation qui est faite de la réserve ; la période de calcul ne coïncide pas forcément avec celle du remboursement du capital). Le consommateur éprouve donc les plus grandes difficultés à évaluer le coût de son crédit renouvelable et à contrôler les sommes qui lui sont demandées. II - Vous souhaitez souscrire ou vous avez souscrit un contrat de crédit renouvelable, quelques conseils : Dans la mesure du possible, il vaut mieux recourir à un crédit classique (prêt personnel ou prêt affecté) pour faire face à une dépense précise. Ne jamais faire de fausses déclarations qui pourraient vous faire perdre le bénéfice de vos droits. Éviter les mensualités trop faibles (dans le cadre du projet de loi sur le crédit à la consommation, l afoc demande que soit instaurée l obligation d un remboursement minimum du capital). Le contrat n est définitivement conclu qu à la signature de l offre : ne pas anti ou postdater, car le délai de rétractation court pendant sept jours à compter de cette date. Toute augmentation du crédit consenti doit donner lieu à une nouvelle offre. À tout moment, vous pouvez demander la réduction de votre réserve de crédit, la suspension de son utilisation, la résiliation du contrat ou le remboursement anticipé du crédit, sans frais, jusqu à 3 fois le montant de la mensualité. Un crédit non utilisé pendant 3 ans, entraîne sa résiliation de plein droit. En conclusion, se méfier des crédits renouvelables : bien mesurer ce à quoi on s engage (offre préalable de crédit), prévoir des remboursements suffisants pour que le crédit ne s éternise pas et ne coûte pas trop cher, ne pas hésiter à demander une transformation en prêt classique à la date anniversaire, en cas de difficultés financières, se rapprocher de l établissement créancier et de l afoc plutôt que de multiplier les cartes de crédit. PERMANENCES AFOC Un problème de consommation, de logement? N hésitez pas à nous consulter aux permanences AFOC ci-dessous : CHAMBERY ALBERTVILLE 3 Rue Ronde CHAMBERY 23 Rue des Fleurs ALBERTVILLE Tous les mardis de 15 h à 18 h Les 2 e et 4 e lundis de 17 h à 19 h Tous les mercredis de 18 h à 20 h MONTMELIAN Tous les jeudis de 18 h à 20 h Le 3 e mercredi du mois de 18 à 20 h Tous les vendredis de 10 h à 12 h ST JEAN DE MAURIENNE AIX LES BAINS Place du Champ de Foire ST JEAN DE MAURIENNE 25 Boulevard des Anglais AIX LES BAINS Les 1 er et 3 e lundis de 18 h à 20 h Les 1 er et 3 e mardis de 17 h à 19 h Permanences téléphoniques : du lundi au vendredi de 8 h à 12 h et 14 h à 19 h en téléphonant au Mail : 11

12 1345flnqub51zf 2010 : chacun fait ce qu il «vœux» R.E.S.P.E.C.T J ai 2 enfants, une fille de 14 ans et un grand dadais de 16 ans. J ai aussi un grand dadais de mari et je les adore tous les 3, forcément! À la maison, on parle beaucoup, surtout avec mon fils de 16 ans qui est dans une phase très «cool» comme il dit. Pour le look, c est 4 poils naissants au menton, des tentatives de dread locks dans les cheveux, des Vans (ce sont des baskets noires) délacées, et un maître mot : «respect». Alors il ne cesse de ressasser : «J ai droit au respect» (sous entendu «foutez la paix à mon bordel dans ma piaule»), «respect pour les minorités» (et dans sa tête, ça vise toutes les minorités, depuis les Indiens d Amazonie jusqu aux auto-cultivateurs d herbes ). Et puis voilà, dimanche soir, je rentre après avoir ramené à bon port un club des Aînés ruraux parti pour un weekend alsacien (je suis conductrice d autocar). Je suis fatiguée, mais contente de rentrer, et là, patatras : une montagne de vaisselle sale traîne dans l évier. Je craque. Moi aussi, j ai droit au respect! Au boulot, je suis syndiqué (à FO), mais à la maison, je crois qu il faudrait le syndicat des mamans. Je crois que je vais en parler à Daniel Jacquier, mais en attendant, j espère un peu plus de respect en 2010, et aussi en 2011, 2012 et pas qu au boulot! Gisèle, 47 ans, conductrice d autocar «En finir avec la douce violence des oxymores» Il y a quelques jours, j ai présenté «l oxymore» en cours de français, vous savez, cette expression qui associe deux contraires, comme «sombre clarté», «silence assourdissant» ou «tendresses bestiales». Après avoir évoqué Victor Hugo, Rimbaud, Albert Camus, je demandais à mes élèves de citer des oxymores contemporains. Là, grand blanc Puis, un premier se lança : «développement durable»? Était-ce vraiment un oxymore? La discussion conclut que oui. Surprise! L actualité se révéla alors riche d oxymores en tous genres : Capitalisme éthique? Oxymore! Vidéo surveillance? Oxymore! Force tranquille? re oxymore! Sarkozy président? Oxymore encore! Alors oui, mon vœu pour 2010, c est bien d en finir enfin avec la douce violence des oxymores. Alain, 32 ans, enseignant «Oui aux entrepreneurs qui entreprennent, non aux patrons voyous» Je suis charpentier, et dans la petite boîte où je travaille, on est 4, en comprenant le patron. Le patron, c est sa boîte, son bébé, mais quand on est au boulot, y a plus de patron ou d ouvrier, on est 4 compagnons. On bosse ensemble, on fait pour le mieux, et ça va bien comme ça. Ma femme, elle, elle bosse comme ouvrière (aujourd hui on dit «opératrice de production») dans une usine d électro-mécanique. Son entreprise, jusqu à ce jour, elle marchait bien : des produits innovants, un marché porteur, de la bonne qualité de fabrication, une production en hausse, tout allait bien. Et puis des bruits ont couru, ça coûtait trop cher ici, la prod allait être délocalisée. Et là, je ne comprends plus rien : dans sa boîte tout allait bien, chacun, ouvriers ou patrons y trouvait son compte, et puis apparemment, des consultants financiers sont venus et ont trouvé que même si la boîte affiche des bénéfices, ce n est pas assez. Et ces gars-là, si on leur tape un peu sur la tête pour y faire rentrer du bon sens, y en aura assez? En 2010, c est bien ce que j aimerais, du bon sens. Gérard, 39 ans, ouvrier-charpentier BONNE ANNÉE 2010! Bulletin d adhésion Nom :.. Prénom :.. Adresse :. Téléphone :.. Bulletin à retourner à : l Union Départementale FO 3, rue Ronde - BP Chambéry Cédex - Tél. : Fax :

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main!

Alors pour les défendre, pour se défendre, mais aussi pour acquérir de nouveaux droits, pour plus de solidarité, prenez votre avenir en main! Pourquoi adhérer? Emploi, formation professionnelle, protection sociale, convention collective, statut toutes ces questions sont au cœur de votre vie quotidienne. Pour être efficace, il faut être informé,

Plus en détail

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008?

COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? MANUEL D AIDE COMMENT S ORGANISENT LES ÉLECTIONS PROFESSIONNELLES DEPUIS LA LOI DU 20 AOÛT 2008? Cgt FORCE OUVRIERE - Secteur Conventions Collectives Négociation Collective - Comités d Entreprises - Comités

Plus en détail

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD

Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD Fédération des Employés et Cadres Force Ouvrière Section fédérale des OSDD LETTRE CIRCULAIRE N 13/11/2008 Paris, le 5 novembre 2008 Aux Délégués Syndicaux Mutualité Aux Secrétaires de Syndicats OSDD Chers

Plus en détail

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à

mois offerts* en santé «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à Offre «Mutation» «Bientôt une mutation, une nouvelle vie commence! Avec la MNT, mon projet est facilité.» Jusqu à 3 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. En cas de mutation,

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR

GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR GUIDE PRATIQUE DE L EMPLOYEUR Pour les exploitations agricoles, les entreprises de travaux agricoles, les CUMA de Franche-Comté et les coopératives fruitières de l Ain du Doubs et du Jura relevant de l

Plus en détail

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012

RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 RAPPORT SUR LES ELECTIONS T.P.E. PRESENTE PAR PHILIPPE LEPRAT LORS DE LA CE DE L UD DU 12 JUIN 2012 Les élections de représentativité pour les salariés des petites entreprises de moins de 11 salariés auront

Plus en détail

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014

REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 1 REFORME DE LA FPC : ANI DU 14/12/2013 ET LOI DU 5/3/2014 L OBJECTIF REVENDICATIF POUR LA CFDT : LA SECURISATION DES PARCOURS PROFESSIONNELS Objectifs de la SPP : Sécuriser les mobilités des salariés

Plus en détail

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur

E D I T O L A L E T T R E N 3 0. De l intérêt d un syndicat employeur E D I T O Sommaire P1 L édito P2 Révision des classifications et rémunérations minimales : Accord à l unanimité P3 Suite révision des classifications P4 Accord sur la sécurisation de l emploi et le temps

Plus en détail

L organisation syndicale

L organisation syndicale L organisation syndicale 1 Les questions sociales sont en Belgique de la compétence du gouvernement fédéral Les syndicats sont donc organisés à ce niveau. Il existe trois principaux syndicats en Belgique

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL

NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Le 14 Janvier 2008 NOTE DE SYNTHESE COMMENTEE SUR L ACCORD DU 11 JANVIER 2008 RELATIF A LA MODERNISATION DU MARCHE DU TRAVAIL Comme souvent dans ce type de négociation, il s agit surtout pour les organisations

Plus en détail

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel

La CFTC. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services. Guide du militant. Document non contractuel La CFTC vous soutient 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre syndicat, à

Plus en détail

EDITO : 29 janvier, tous dans l action!!!

EDITO : 29 janvier, tous dans l action!!! UNSA-Actu n 97-26 janvier 2009 Téléchargement au format EDITO : 29 janvier, tous dans l action!!! Le 29 janvier s annonce comme une journée revendicative exceptionnelle. Ce jeudi, les salariés des secteurs

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN

Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN Soins infirmiers et cardio-respiratoires Choisir la FSSS CSN DANS LES SOINS INFIRMIERS ET CARDIO-RESPIRATOIRES, LA FSSS CSN EST UNE FORCE MARQUANTE En choisissant la CSN et la Fédération de la santé et

Plus en détail

Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail

Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail Comité d Hygiène, Sécurité et Conditions de Travail UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org Le travail, source

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 41-15 novembre 2013 Les complémentaires santé font encore «la Une» de l actualité de cet automne parlementaire. Serge Lavagna Secrétaire national

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services

LA CFTC VOUS SOUTIENT. 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Etre adhérent CFTC c est aussi bénéficier de nombreux services La CFTC s'engage tous les jours à défendre les intérêts matériels et moraux de tous les salariés, mais

Plus en détail

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Guide pratique de la formation syndicale

Guide pratique de la formation syndicale Guide pratique de la formation syndicale Jeunes CGT 63 rue de Paris Case 3-1 9316 Montreuil Cedex tél. : 01 48 18 84 13 / 81 80 courriel: jeunes@cgt.fr www.jeunes.cgt.fr Jeunes CGT 63 rue de Paris Case

Plus en détail

Union. pour le Logement. des Entreprises. s engagent avec les salariés

Union. pour le Logement. des Entreprises. s engagent avec les salariés Les entreprises s engagent avec les salariés Union des Entreprises et des Salariés pour le Action Les missions d Action Le 1% (participation des employeurs à l effort de construction) a été institué en

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis

Le Canard Vigilant. Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013. est une publication du syndicat CGT Natixis Numéro 153 - Vendredi 12 juillet 2013 Flexibilité contre les droits des salariés 2 Sanction 3 Avancement 3 Mutuelle Natixis Sa 3 BGC 4 IPSEC Pour qui? Pour quoi?4 Retraites 5 C est décidé, vous voulez

Plus en détail

ce que l UNSA a obtenu

ce que l UNSA a obtenu Agents contractuels de la Fonction publique : ce que l UNSA a obtenu UNSA Fonction publique 21 rue Jules Ferry 93177 BAGNOLET cedex Tél. 01 48 18 88 29 - Fax. 01 48 18 88 95 uff@unsa.org - www.unsa-fp.org

Plus en détail

ELECTIONS DANS LA FONCTION PUBLIQUE

ELECTIONS DANS LA FONCTION PUBLIQUE Bulletin de l'union Départementale FORCE OUVRIERE de la Marne n 427 Supplément à la CHAMPAGNE SYNDICALISTE n 160 DECEMBRE 2014 ELECTIONS DANS LA FONCTION PUBLIQUE FO confirme sa première place chez les

Plus en détail

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux

Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Dossier de presse Exemple de crèche réalisée par la société crèche attitude Création d une crèche interentreprises de 40 berceaux Lieu : Ilot M5 - rue d Hozier Marseille (quartier Joliette) - surface 360

Plus en détail

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE

RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE RENCONTRE TRIPARTITE DU 18 FEVRIER 2009 : 30 MESURES URGENTES POUR FAIRE FACE A LA CRISE La CFTC demande l organisation d un marathon social. Il s agira d élaborer une liste lors de cette réunion du 18

Plus en détail

LE TRAIT D UNION. du Jura. N 304 Mars 2011 SOMMAIRE

LE TRAIT D UNION. du Jura. N 304 Mars 2011 SOMMAIRE du Jura Directeur de Publication : Dominique BERNER Mensuel imprimé par nos soins Commission Paritaire 0614 S 05500 UD UL SYNDICATS- ISSN 0241 9505 LE TRAIT D UNION Prix : 0,15 N 304 Mars 2011 Dispensé

Plus en détail

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant.

«Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» mois offerts* en santé. * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Offre «JEUNE AGENT» «Avec les bons plans de la MNT, je me simplifie le quotidien à prix mini!» 2 en santé mois offerts* * Voir conditions à l intérieur du dépliant. Couverture santé, projets d installation,

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION de la CCAS DU 16 FEVRIER 2011

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION de la CCAS DU 16 FEVRIER 2011 COMPTE RENDU DE LA REUNION DU CONSEIL D ADMINISTRATION de la CCAS DU 16 FEVRIER 2011 Etaient présents pour FO Energie et Mines : Alain MOREL Martine PEZET INFORMATIONS Le DG Jean-Pierre CREMONA, souffrant,

Plus en détail

Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise?

Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise? Comment se saisir de la Base de Données Economique et Sociale pour mieux comprendre les Orientations Stratégiques de votre entreprise? CNIT, Septembre 2014 Réconcilier l économique et le social Un conseil

Plus en détail

Guide. du Correspondant Mutualiste MNT 2O15

Guide. du Correspondant Mutualiste MNT 2O15 Guide du Correspondant Mutualiste MNT 2O15 Merci pour votre démarche et bienvenue Comme 9 000 agents territoriaux, vous êtes désormais Correspondant Mutualiste à la Mutuelle Nationale Territoriale. Afin

Plus en détail

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS

EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS EOVI MANAGER À CHACUN SA PARTITION À CHACUN SES SOLUTIONS SANTÉ PRÉVOYANCE ÉPARGNE RETRAITE la qui renouvelle la mutuelle Dirigeants et salariés de petites structures... Vous êtes déjà nombreux à nous

Plus en détail

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale

E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale DIRECCTE Analyses Pays de la Loire octobre 2014 La négociation collective d entreprise en 2013 dans les Pays de la Loire E n 2013, les unités territoriales de la Direction régionale des entreprises, de

Plus en détail

Vous défend Vous informe Vous accompagne. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Page 1

Vous défend Vous informe Vous accompagne. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique. Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Page 1 Vous défend Vous informe Vous accompagne Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Section Syndicale CFTC du Secours Catholique Page 1 QUI SOMMES-NOUS? Une équipe composée de représentants du personnel

Plus en détail

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération

LA RÉMUNÉRATION DU SALARIÉ. Chapitre 2 : L épargne salariale, un périphérique de rémunération Epargne salariale : système d épargne associant un cadre collectif défini au niveau de l entreprise et une initiative individuelle du salarié ; Système de l épargne salariale constitué de plusieurs dispositifs

Plus en détail

«DROITS DU TRAVAIL» 1 : INFOS UTILES

«DROITS DU TRAVAIL» 1 : INFOS UTILES «DROITS DU TRAVAIL» 1 : INFOS UTILES Employeurs (ses), Salarié(e)s saisonnier(e)s Quelques infos pour bien démarrer votre saison... LE CONTRAT DE TRAVAIL : Indispensable et obligatoire, le contrat de travail

Plus en détail

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi?

Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Expertises économiques et sociales auprès des comités d entreprise Comment actionner le droit d alerte pour anticiper les risques sur l emploi? Rédacteur : Frédéric GERARD, Directeur de mission Bureaux

Plus en détail

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10

Livret d accueil. Sommaire. Présentation Pages 1 à 3. Nos services Pages 4 à 9. Vos intérêts Page 10 Fédération Indépendante du Rail et des Syndicats des Transports Livret d accueil Sommaire Présentation Pages 1 à 3 Nos services Pages 4 à 9 Vos intérêts Page 10 FiRST, notre histoire La Fédération Indépendante

Plus en détail

Le Crédit Mutuel fait de moi un privilégié. Une banque qui m accompagne au quotidien, ça change tout.

Le Crédit Mutuel fait de moi un privilégié. Une banque qui m accompagne au quotidien, ça change tout. des offres privilégiées pour 2014* Le Crédit Mutuel fait de moi un privilégié. Une banque qui m accompagne au quotidien, ça change tout. *Offre réservée aux ayants droit des CE, Amicales, COS, CAS, Comités

Plus en détail

RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE

RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE DOSSIER DE PRESSE 14 AOÛT 2015 RENTREE 2015 : ENQUETE SUR LE COUT DE LA VIE ETUDIANTE CONTACT PRESSE Pauline Collet 06 88 27 92 59 pcollet@unef.fr presse@unef.fr 2 Enquête sur le coût de la vie étudiante

Plus en détail

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord :

Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Questions sur la négociation de l accord : Complémentaire santé PQSR (Pas de Question Sans Réponse) Date de création : 31/03/2014 Date de mise à jour : 25/09/2014 SOMMAIRE : Questions sur la négociation de l accord : LEGENDE : rouge : question

Plus en détail

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi

Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi Le 11 février 2013, l'avant-projet de loi relatif à la sécurisation de l'emploi transposant les dispositions de l'accord national interprofessionnel

Plus en détail

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical,

le syndicat CGT représenté par [à compléter] en sa qualité de délégué syndical, Projet d accord collectif mettant en place un régime de remboursement de «frais de santé» au bénéfice du personnel de l EPIC SNCF relevant du régime général de ENTRE LES SOUSSIGNEES : SOCIETE NATIONALE

Plus en détail

MODELE TYPE CONTRAT A DUREE INDETERMINEE

MODELE TYPE CONTRAT A DUREE INDETERMINEE COMMISSION DE DEVELOPPEMENT ACCOMPAGNEMENT DES CLUBS CELLULE JURIDIQUE MODELE TYPE CONTRAT A DUREE INDETERMINEE Entre les soussignés Le club (nom du club) (association loi 1901/SASP/SAOS/EURSL ) Numéro

Plus en détail

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville.

Ville d Albertville C C A S. Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées. www.albertville. Ville d Albertville Centre communal d action sociale Services aux personnes âgées et aux personnes handicapées www.albertville.fr Sommaire Logement-foyer : la résidence des 4 Vallées p. 4 Service maintien

Plus en détail

Itinéraire jeunesse «gâtée»

Itinéraire jeunesse «gâtée» Itinéraire de jeunesse «gâtée» Spécial 16-25 ans! r ute o c sé Vou s tient nou ur! à cœ Parce que les 16-25 souhaitent être accompagnés et conseillés dans les moments clés de leur vie, le Crédit Mutuel

Plus en détail

Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF!

Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF! BULLETIN D INFORMATION DU GROUPE CEOLIS DECEMBRE 2015 Cadeaux et bons d achats du CE : attention aux seuils URSSAF! Les cadeaux et bons d achats offerts par le comité d entreprise aux salariés sont devenus

Plus en détail

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales

Bagnolet, le 29 mai 2013. Aux secrétaires généraux des unions régionales. Aux secrétaires généraux des unions départementales http://www.unsa.org/_ Bagnolet, le 29 mai 2013 Aux secrétaires généraux des unions régionales Aux secrétaires généraux des unions départementales Aux secrétaires généraux des organisations syndicales adhérentes

Plus en détail

PLAN DE CONCERTATION LOCATIVE 2011-2014 d Immobilière 3F - Page 1 sur 11 -

PLAN DE CONCERTATION LOCATIVE 2011-2014 d Immobilière 3F - Page 1 sur 11 - PLAN DE CONCERTATION LOCATIVE 2011-2014 d Immobilière 3F - Page 1 sur 11 - ENTRE : IMMOBILIERE 3F sise 159 rue Nationale à Paris (75013), représentée par Didier JEANNEAU Directeur Général Adjoint ci-après

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

PROTOCOLE n 155 du 4 juillet 2014 relatif au régime collectif de complémentaire santé

PROTOCOLE n 155 du 4 juillet 2014 relatif au régime collectif de complémentaire santé «ACCORDS COLLECTIFS DE TRAVAIL APPLICABLES DANS LES CENTRES D HÉBERGEMENT ET DE RÉADAPTATION SOCIALE ET DANS LES SERVICES D ACCUEIL, D ORIENTATION ET D INSERTION POUR ADULTES» PROTOCOLE n 155 du 4 juillet

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3066 Convention collective nationale IDCC : 292. PLASTURGIE ACCORD DU 29 OCTOBRE

Plus en détail

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE»

(r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES. Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» (r) assurez-vous sur LA COMPLÉMENTAIRE SANTÉ OBLIGATOIRE DANS TOUTES ENTREPRISES Plus de temps à perdre! GUIDE PRATIQUE SPÉCIAL «SANTÉ COLLECTIVE» 2 INTRODUCTION SOMMAIRE SOMMAIRE INTRO Transformez une

Plus en détail

www.april-patrimoine.fr Votre conseiller :

www.april-patrimoine.fr Votre conseiller : Votre conseiller : Société Générale - SA au capital de 582 831 013,75 EUR - 552 120 222 RCS Paris - Siège Social : 29, Bd Haussmann 75009 Paris Société Générale Asset Management «SGAM» - SA au capital

Plus en détail

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses»

Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Intervention Intersyndicale du 11 octobre 2011. Journée nationale d action interprofessionnelle «Pour une autre répartition des richesses» Nous sommes aujourd hui, plus de 500 manifestants dans les rues

Plus en détail

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat

élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat élection présidentielle - 1 er tour le 22 avril 2012 Pour défendre le pouvoir d achat Pour défendre le pouvoir d achat > revalorisation de + 25 % de l allocation de rentrée scolaire grâce à un quotient

Plus en détail

Pour assurer votre protection, nous sommes plus que complémentaire

Pour assurer votre protection, nous sommes plus que complémentaire Pour assurer votre protection, nous sommes plus que complémentaire Edition 2013 Composition du Groupe AGRICA Le Groupe AGRICA comprend : une Association sommitale Groupe AGRICA, qui définit la politique

Plus en détail

des associations locales

des associations locales Pour en savoir plus www.credit-agricole.fr Guide de la nouvelle des associations locales les réponses à toutes vos questions Le contrat Complémentaire Santé associations est assuré par PACIFICA, filiale

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

Que sont les entreprises de l artisanat?

Que sont les entreprises de l artisanat? Nous aussi Commission Cgt Dialogue social dans l artisanat 1 er trimestre 2009 Lettre n 8 Sommaire Que sont les entreprises de l artisanat? Maintenant Lettre d information de l activité Cgt dans les secteurs

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996,

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996, CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ORGANISMES DE TOURISME DU 5 FEVRIER 1996, ACCORD RELATIF A L INSTAURATION D UNE COUVERTURE SANTE OBLIGATOIRE POUR TOUS LES SALARIES Préambule. Dans le cadre du processus

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION. Régime de prévoyance des salariés non cadres

NOTICE D INFORMATION. Régime de prévoyance des salariés non cadres NOTICE D INFORMATION Régime de prévoyance des salariés non cadres Convention collective du travail des exploitations et entreprises agricoles des Hautes-Pyrénées AGRI PRÉVOYANCE Descriptif des garanties

Plus en détail

kit adhérent UNMS Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat

kit adhérent UNMS Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat UNMS kit adhérent Union Nationale des Médecins Salariés Un syndicat Santé Social Cher adhérent, bienvenue dans votre syndicat SOMMAIRE Pour accéder directement au contenu désiré, cliquez sur le titre ou

Plus en détail

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015

Projet de loi Modernisation du dialogue social. Suivi du projet par l UNSA. 25 mai 2015 Projet de loi Modernisation du dialogue social Suivi du projet par l UNSA 25 mai 2015 La commission des affaires sociales de l Assemblée nationale a adopté le projet de loi relatif au dialogue social et

Plus en détail

Réforme de la formation professionnelle

Réforme de la formation professionnelle MEDEF Social mars 2015 Réforme de la formation professionnelle Compétitivité Mobilité Employabilité Edito En 2030, près de 30 % de nos métiers auront évolué. Pour relever ce défi, la formation des femmes

Plus en détail

Infos. Atlantes. # 21 Janvier 2011. Anticiper pour ne pas subir. Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum

Infos. Atlantes. # 21 Janvier 2011. Anticiper pour ne pas subir. Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum Infos Atlantes Anticiper pour ne pas subir # 21 Janvier 2011 Pages 2 > 4 Dossier Protocole électoral et loi du 28 août 2008 : vademecum Page 5 Atlantes a l œil L absence de motif économique justifie-t-elle

Plus en détail

«2.2. Couverture facultative

«2.2. Couverture facultative MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective départementale IDCC : 9811. EXPLOITATIONS AGRICOLES (Tarn) (6 mai 2002) (Etendue par arrêté

Plus en détail

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices»

«Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» «Protection sociale complémentaire et obligation du chef d'entreprises : atouts pour de nouvelles missions rémunératrices» N 2/automne 2005 Supplément du francilien N 51 Revue de l Ordre des experts-comptables

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

Pourquoi participer à une session de formation syndicale?

Pourquoi participer à une session de formation syndicale? Pourquoi participer à une session de formation syndicale? Etre délégué du personnel en qui les salariés ont confiance; Faire exercer par le Comité d Entreprise et le CHSCT (ou la DUP) toutes leurs prérogatives;

Plus en détail

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt

Pour la Commission départementale des retraité-e-s du SNUipp-FSU Pas de Calais Alain Dercourt Chère Collègue, Cher Collègue, Vous allez prendre votre retraite à la rentrée prochaine. Une décision pas toujours facile à prendre mais l espoir d une nouvelle vie qui commence. Permettez-nous en tout

Plus en détail

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent

Un profil singulier. écoute, performance et innovation, Des réponses adaptées. Un peu d histoire pour éclairer le présent Profondément humain Un peu d histoire pour éclairer le présent Créée depuis 1999 en région Rhône-Alpes par des mutuelles interprofessionnelles partageant les mêmes valeurs mutualistes de solidarité, de

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail.

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail. bulletin de salaire Affichage obligatoire Congés Payés Médecine du Travail Déclaration REGISTREduPERSONNEL Préalable À élections l Embauche professionnelles TRAVAIL législation social employeur contrat

Plus en détail

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.

Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE. Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance. Un nouveau souffle pour l alternance dans le Rhône! DOSSIER DE PRESSE Conférence de presse de lancement du site www.vip-alternance.com Jeudi 6 mai 2010 à 9h30 MEDEF Lyon-Rhône 60 avenue Jean Mermoz 69008

Plus en détail

LE PASS-GRL du 1 % Logement

LE PASS-GRL du 1 % Logement LE PASS-GRL du 1 % Logement UN NOUVEL OUTIL POUR FAVORISER L ACCES AU LOGEMENT A l initiative des partenaires sociaux du 1 % Logement, le PASS-GRL est opérationnel depuis le 1er janvier 2007 Nouvel outil

Plus en détail

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc

Bilan éco Bilan éc nomique onomique Bilan éc Bilan économique Bilan économique 2009 BASSIN D EMPLOI VENDÉE EST Après une année 2009 éprouvante, l économie vendéenne semble enfin s engager sur le chemin de la reprise Après avoir débuté dans un climat

Plus en détail

LA CFTC VOUS SOUTIENT

LA CFTC VOUS SOUTIENT LA CFTC VOUS SOUTIENT 8 fois plus! Être adhérent CFTC, c'est aussi bénéficier de nombreux services Guide du militant Document non contractuel www.cftc.fr Militant CFTC, vous êtes amené à valoriser notre

Plus en détail

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012

PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 PRIORITÉS POUR LE BUDGET FÉDÉRAL DE 2012 DOCUMENT PRÉPARÉ PAR L ASSOCIATION CANADIENNE DES COMPAGNIES D ASSURANCE MUTUELLES À L INTENTION DU COMITÉ PERMANENT DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES Août

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

Juin 2015. Questions-Réponses. La représentativité patronale Fiche de décryptage. MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1

Juin 2015. Questions-Réponses. La représentativité patronale Fiche de décryptage. MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 Juin 2015 Questions-Réponses sur La représentativité patronale Fiche de décryptage MEDEF Actu-Eco semaine du 16 au 20 juin 2014 1 La représentativité patronale : qu est-ce que c est? Pourquoi mesure-t-on

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

Union Départementale FO, 93 Bd de suisse 31200 Toulouse.

Union Départementale FO, 93 Bd de suisse 31200 Toulouse. L école syndicaliste S.N.U.D.I-F.O de la Haute-Garonne N : 78 du 01/09/2010 Bulletin trimestriel N CPPAP: 1213S06961 Bulletin Départemental du SNUDI-FORCE OUVRIERE Directeur de publication : J-C Tarroux..

Plus en détail

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable

Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable Examiner à la loupe la situation économique, sociale et financière de l entreprise Un droit pour le Comité d Entreprise de recourir à l expert comptable 50 rue Tudelle 45100 ORLEANS Tel : 06 71 23 21 33

Plus en détail

Chèque avantage 50/50

Chèque avantage 50/50 Le crédit MutueL est partenaire de Mon association. et Ça, Ça change tout. grâce au partenariat entre Le crédit MutueL et Mon association, Je BénéFIcIe d offres exclusives. Chèque avantage 50/50 Le Crédit

Plus en détail

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public

Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Retraite du Service public! Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon-Retraite : la retraite complémentaire du service public Préfon (Caisse nationale de prévoyance de la fonction

Plus en détail

GSC, pour entreprendre aujourd hui sans vous soucier de demain

GSC, pour entreprendre aujourd hui sans vous soucier de demain GSC, pour entreprendre aujourd hui sans vous soucier de demain 2015 L assurance chômage des chefs et dirigeants d entreprise Les organisations patronales Adhérer à une organisation patronale vous permet

Plus en détail

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE

ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Caisse Régionale de CREDIT AGRICOLE MUTUEL de la TOURAINE et du POITOU ACCORD D ENTREPRISE INSTITUANT UN REGIME DE PREVOYANCE COLLECTIVE Entre les Soussignés : La CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE MUTUEL

Plus en détail

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009

ACCORD DU 3 DÉCEMBRE 2009 MINISTÈRE DE L ALIMENTATION, DE L AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national PROTECTION SOCIALE COMPLÉMENTAIRE FRAIS DE SANTÉ DANS LA COOPÉRATION BÉTAIL ET VIANDE ACCORD

Plus en détail

PEGC Académie de Rennes

PEGC Académie de Rennes Septembre 2014 SNUipp-FSU CONTACTS Sections départementales SNUipp Côtes d'armor snu22@snuipp.fr Tél : 02 96 61 88 24 Finistère snu29@snuipp.fr Tél : 02 98 53 76 77 Ille et Vilaine snu35@snuipp.fr Tél

Plus en détail

Vivre l Aventure d entreprendre en toute sérénité. l assurance chômage de l entrepreneur GSC et du mandataire social

Vivre l Aventure d entreprendre en toute sérénité. l assurance chômage de l entrepreneur GSC et du mandataire social l assurance chômage de l entrepreneur GSC et du mandataire social Vivre l Aventure d entreprendre en toute sérénité. Garantie Sociale des Chefs et dirigeants d entreprise Valeurs 2013 Le Régime GSC propose

Plus en détail

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social

Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires. Un dossier de clés du social Les résultats des élections dans les fonctions publiques : chiffres et commentaires Un dossier de clés du social SOMMAIRE 1/ Présentation 2/ Résultats globaux des comités techniques 3/ Fonction publique

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil QUE 306-A

Secrétariat du Grand Conseil QUE 306-A Secrétariat du Grand Conseil QUE 306-A Date de dépôt : 11 mars 2015 Réponse du Conseil d Etat à la question écrite urgente de M. Roger Deneys : Informaticiens roumains payés 800 euros par mois chez Firmenich

Plus en détail

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99

Siège national. L'UNSA et internet. Les délégués du personnel. UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 Siège national UNSA 21, rue Jules Ferry 93177 Bagnolet Cedex Tél : 01 48 18 88 00 Fax : 01 48 18 88 99 L'UNSA et internet Le site web www.unsa.org Le courriel unsa@unsa.org page 2 les délégués du personnel

Plus en détail

MODIFICATIONS STATUTAIRES VOTEES EN ASSEMBLEE GENERALE MIP DES 31 MAI ET

MODIFICATIONS STATUTAIRES VOTEES EN ASSEMBLEE GENERALE MIP DES 31 MAI ET MODIFICATIONS STATUTAIRES VOTEES EN ASSEMBLEE GENERALE MIP DES 31 MAI ET 1 er JUIN 2012 Ces modifications interviennent avec effet du premier Octobre 2012. En ce qui concerne les nouveaux remboursements

Plus en détail