L Architecture Logicielle UMR pour les Interactions Multicanaux et Multimodales avec les e-services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Architecture Logicielle UMR pour les Interactions Multicanaux et Multimodales avec les e-services"

Transcription

1 L Architecture Logicielle UMR pour les Interactions Multicanaux et Multimodales avec les e-services Vincent Chevrin, Alain Derycke, José Rouillard Laboratoire TRIGONE Université des Sciences et Technologies de Lille Cité Scientifique Villeneuve d Ascq Cedex - France Tél : 33/ Fax : 33/ RESUME Ce papier présente nos travaux sur la conception d une architecture générique supportant les interactions multicanaux et multimodales dans le contexte des e-services. Dans un premier temps, nous présentons le cadre de nos recherches et la genèse de ces travaux. Dans un second temps nous présentons nos premières investigations et la conception de l architecture utilisant des technologies multiagents. MOTS CLES : Interaction, Multicanaux, Multimodalité, Composition de services interactifs. Les logiciels utilisés pour écrire la soumission sont Microsoft Word 2002 SP2 et Adobe Acrobat 5.0 Cette soumission est pour la catégorie : Articles courts Les thèmes de la soumission sont : Ingénierie de l'interaction

2 L Architecture Logicielle UMR pour les Interactions Multicanaux et Multimodales avec les e-services Vincent Chevrin Alain Derycke José Rouillard RESUME Ce papier présente nos travaux sur la conception d une architecture générique supportant les interactions multicanaux et multimodales dans le contexte des e- Services. Dans un premier temps, nous présentons le cadre de nos recherches et la genèse de ces travaux. Dans un second temps nous présentons nos premières investigations et la conception de l architecture utilisant des technologies multiagents. MOTS CLES : Interaction, Multicanaux, Multimodalité, Composition de services interactifs. ABSTRACT This paper deals with the designing of a generic architecture which supports multi-channel interactions in the e-services context. In a first part we present the aim of this study and his framework. In the second part, we discuss about ours first investigations for the design of this architecture using multi-agents technologies. CATEGORIES AND SUBJECT DESCRIPTORS: H.5.2 [User Interfaces]: User interface management system (UIMS); H.5.3 [Group and Organization Interfaces]: Asynchronous interaction Web-based interaction. GENERAL TERMS: Design, Human Factors. KEYWORDS: Interaction, Multichannel, Multimodality, Composition of interactive services. INTRODUCTION L apparition de nouveaux périphériques (téléphones portables, PDA, etc.) ouvrent de nouvelle opportunités pour les professionnels du marketing. Outre les possibilités offertes par la mobilité des clients et prospects, la profusion de ces appareils nous amène à nous intéresser au concept d interfaces multicanaux. Nos récents travaux nous ont menés à l élaboration d un cadre théorique ayant pour objectif la caractérisation des interactions multicanaux [2], en fonction des tâches de l utilisateur et des dimensions communicationnelles et cognitives des canaux. Ces investigations théoriques nous apportent des bases solides à partir desquelles nous voulons établir une architecture logicielle générique capable de gérer ce type d interaction. De même nous voulons capitaliser, dans une nouvelle architecture, l expérience acquise dans le développement et l expérimentation des prototypes ad hoc combinant au sein d un même service interactif, destiné au marketing direct, des modalités d interaction de type Web et de type langagière via les technologies et les serveurs VoiceXML [8]. Il faut bien sûr noter qu il existe d ores et déjà des solutions commerciales gérant des interactions dites multimodales, comme par exemple la plate-forme Kirusa [5]. Cependant ce type de plate-forme met en jeu une «multimodalité» que nous pouvons qualifier de statique, c est-à-dire que le couplage et découplage de canaux sont figés dans l application. Nos besoins et notre cahier des charges sont assez différents pour justifier le développement d une nouvelle plate-forme. Nous allons montrer cela par la suite. La présente étude se place au centre d une collaboration avec le service de Recherche & Développement du Groupe 3 Suisses International. Grâce à cela, nous gardons un point de vue professionnel du marketing dans nos travaux de recherche. UNE ARCHITECTURE POUR LE PROJET UMR Une vue générale UMR signifie «Ubiquitous Marketing Relationships» afin de traduire le potentiel ouvert par l apparition de nouveaux canaux de communication, en particulier dans le domaine du sans fil. Nous avons montré que la complexité résidait notamment dans l existence d une quasi-infinité de couplages potentiels, de canaux et/ou de modalités [2]. Le projet UMR s appuie sur une architecture présentant quatre facettes pour l interfaçage avec son environnement (voir la Figure 1) : - Facette 1 MASI : qui correspond au support d un Modèle d Adaptation aux e-services Interactifs (nos noyaux fonctionnels). Il s agit d interagir avec les e- Services au travers d un protocole et d un langage permettant une abstraction unique quelque soit la nature du e-services. Ceci sera présenté plus précisément dans la suite du document ;

3 Figure 1 : Vue globale de l'architecture du projet UMR - Facette 2 MACMM : qui correspond au support d un Modèle d Adaptation aux Communications Multicanaux et Multimodales. Elle correspond à la gestion de la «couche présentation», sachant que c est une vision plus large que la Vue dans un patron de conception comme MVC. Cette facette, en cours de spécification et de développement, sera développée également dans ce document ; - Facette 3 MACI : le support d un Modèle d Adaptation aux Contextes Interactionnels : il s agit de collecter (directement via l utilisateur ou indirectement via l environnement) des connaissances sur les contextes d interactions de l utilisateur (par exemples les caractéristiques de ses plates-formes locales d interaction et leurs connectivités) ou ses préférences. Ces connaissances vont servir dans la prise de décisions lors de l analyse des requêtes faites par l utilisateur aux travers des canaux de communications, couplés ou non, et lors de la génération de l information qui lui sera présentée sur le canal ou les canaux adéquat(s). Cette facette est complexe et rejoint bien sûr les travaux en plasticité des IHM. Nous avons décidé de ne porter dans cette première phase qu un effort limité sur cette facette. - Facette 4 MAGRC : support à un Modèle d Adaptation à la Gestion de la Relation Client (GRC ou CRM en anglais). Il s agit d utiliser les connaissances marketing de la relation avec les clients, pour la gestion dynamique de l interaction. Cela nécessite un interfaçage avec des outils dits de CRM. Nous n avons pas abordé cette facette dans la première phase de notre étude. Néanmoins nous avons commencé des investigations sur les possibilités de couplages avec les agents humains qui sont eux-mêmes supervisés par la CRM (opérateurs de centres d appels téléphoniques, et opérateurs en charge des s clients). Il existe une fonction centrale dans l architecture UMR qui est relative au contrôle et à la supervision de l ensemble. Cette fonction étant complexe, nous avons décidé, à ce stade de nos travaux, de la réaliser de manière ad hoc en nous contentant de faire la liaison entre les facettes 1 et 2. Cependant, à plus long terme, nous désirons formaliser ces problèmes de liaison et de coordination entre les facettes d une manière plus abstraite et indépendante par rapports aux services et canaux interfacés. Une approche modulaire et dynamique Dans Chevrin et al. [2], nous présentions un premier modèle d interaction multi-niveau, qui était une description en couches d une interaction Utilisateur/Organisation. Chacune de ces couches est utilisée spécifiquement selon la nature de l interaction et des connaissances construites sur l utilisateur et selon le contexte instantané de l interaction. De plus, leur ordre d exécution n est pas figé et il est régit lui aussi par les contraintes et la cohérence de l interaction. Pour permettre cette flexibilité il faut que l architecture supporte un agencement dynamique de «composants» de transformation de documents (circulant entre les e-services et les adaptateurs de canaux sous la forme de documents XML, transformés notamment via des parseurs XSL-T) et de composants d interfaçage et de coordination/supervision. Notre cahier des charges pour la plate-forme logicielle Notre cahier des charges devait respecter les contraintes suivantes : (1) Décomposition du système interactif, coté facette 1, en différents patterns de tâches identifiables. Notre but est de gérer la composition dynamique des services. Par composition nous entendons tant une composition logique, agrégation de services en des services composites, qu une composition temporelle : une coordination des flots de contrôles et de données. (2) Prise en compte des systèmes existants via des connecteurs logiciels souples en adoptant les standards de l ingénierie du Web (par exemple interface avec la E- CRM en Marketing Direct). (3) Multimodalité : couplage et synchronisation. Les couplages ne doivent pas être automatiques et figés, mais plutôt dynamiques et opportunistes. A terme nous souhaitons que les décisions de couplages et leurs comportements soient déduits de règles de productions faisant appel aux connaissances stockées (MACI et CRM) et à des heuristiques de conception. (4) Multicanaux et Multi plates-formes côté utilisateur. Il faut identifier les canaux possibles, exploiter les couplages intéressants, etc. Pour cela un premier modèle ontologique des canaux, reprenant notamment les propriétés présentés dans Chevrin et al. [2] est en cours d élaboration.

4 (5) Des hypothèses sur les réseaux intelligents du futur. Beaucoup de travaux sont menés dans ce domaine, notamment sur le concept de «Virtual Device» [11] pour caractériser la plate-forme utilisateur. Ces études ouvrent des perspectives intéressantes, en particulier en ce qui concerne les transformations des flux d interaction qui seraient faites directement au sein même des réseaux gérés par les opérateurs (ex : des passerelles internes, «adaptatives flowpath»). CONCEPTION DE L ARCHITECTURE UMR MASI : La composition de services en vue de l interaction Nous définissons un service interactif comme un groupe de tâches utilisateur formant un tout cohérent du point de vue de l utilisateur et du point de vue du marketing : les grandes fonctions de l entreprise dans sa relation avec le client. Il s agit par exemple d un service accueil client (authentification, message de bienvenue, etc.), du E- catalog (recherche interactive de produits), ou encore, d un service de Tracking répondant à la question «où en est ma commande»? etc. C est une vue partielle sur le back-office à visée interactive. A cette définition fonctionnelle, nous pouvons ajouter une définition non fonctionnelle : un service doit obéir au modèle d ingénierie des Web Services. En effet un service peut-être local (au fournisseur opérant la plateforme UMR) ou distant (opéré par un tiers dans le cadre de sa chaîne de valeur). Cela devient donc un e-service Interactif (E-Service dans la Figure 1). Cependant dans cette première phase nous considérons que les services seront pourvus d une sémantique connue à la conception, et qu ils devront communiquer d une manière abstraite mais connue avec le reste du système gérant l interaction, c est pourquoi, nous nous inspirons de travaux comme ceux de Nylander et al. [7] qui donnent une vue plus abstraite de cette communication entre les composantes de la plate-forme en charge de la gestion de l interaction (supervision du dialogue utilisateur et couche de présentation) et les différents e- Services (équivalent à des noyaux fonctionnels). Nous voulons pouvoir composer ces e-services, c est-àdire assurer le séquencement dynamique (séquencement, entrelacement ) d un ensemble cohérent de services pour un utilisateur donné, une session particulière et un historique de ses relations. Cela signifie qu il n y a pas d ordre a priori dans l orchestration des différents e- Services. Cet ordre sera déterminé à l exécution, notamment en fonction de la nature des canaux utilisés ou mobilisables (Web versus audiotel). Le mécanisme de composition est de plus tel qu un service peut être remplacé à la volée par un autre, équivalent, mais qui n a pas le même comportement interne : par exemple sur une tâche d identification qui peut être réalisée par reconnaissance vocale ou plus classiquement via un «login» et un mot de passe. Par ailleurs, il faut bien faire la différence entre les e- Services interactifs tels que nous les définissons, qui ont une orientation utilisateur, et les Web Services, proposés par le W3C. Cet aspect, qui n est pas l objet de cet article, est traité dans nos travaux [3]. MACMM : la fission et la fusion du flux d interaction en entrée et en sortie avec des grains temporels variables Les notions de multimodalité et de multicanal sont assez proches dans cette architecture UMR. Néanmoins, l étude de ces deux termes n entre pas dans le cadre de cette contribution. Ce que nous cherchons à introduire ici, ce sont les notions de fusion et de fission des données. Imaginons une situation dans laquelle un client fait du shopping sur le web, il remplit son «panier» et lorsqu il a terminé, il se déconnecte. Quelques heures plus tard, il décide de valider et de payer cette commande. Pour cela, il souhaite entrer en contact avec un interlocuteur «humain» représentant l organisation. Il commence par s identifier, c est-à-dire, par exemple, en donnant son numéro de client et son code postal. L opératrice a alors les informations nécessaires pour poursuivre l interaction qui a débutée quelques heures auparavant. Les données concernant ce client doivent donc être «fusionnées», et cela est possible grâce à la gestion de la continuité de l interaction quel que soit le canal de communication utilisé. Si l on se base sur les travaux de Jean Caelen [1], la notion de fusion de données intervient également, mais sous une définition quelque peu différente. Dans notre architecture, cela arrive lorsque la multimodalité employée est de type synergique (ou composée) [1]. C est le cas par exemple d un client qui prononce au téléphone «je veux cette chemise, en taille 38», et qui parallèlement, sur la page Web du catalogue, clique sur l article souhaité. La fusion et la synchronisation des informations doivent être effectuées par le système pour donner du sens à l interaction de l utilisateur. Il faut donc bien faire la différence entre fusion «de sessions» et fusion à l interaction. D un côté, on a un grain très épais, le couplage des canaux n est pas forcément synchrone et l interaction peut se dérouler dans un grand laps de temps (un jour, une semaine, un mois ), et de l autre, on a un grain très fin, la fusion se déroule donc sur un laps de temps très court, la coordination rapide des canaux est alors essentielle pour que l interaction ait un sens. Au même titre que la fusion, la fission de données sera employée, à terme, pour diffuser des informations (redondantes ou combinées) à l utilisateur via de multiples canaux. La fission interviendra alors pour «dupliquer» des contenus sémantiques sur les différents canaux utilisés (diffusion des informations vers le client via plusieurs canaux, appel téléphonique pour l un, message SMS pour un autre, pour un troisième, etc.). Pour gérer fusion et fission de données, nous devons mettre en place des «opérateurs» spécifiques. Nous allons en ce sens en nous basant sur des travaux comme

5 ceux de Moran et al. [6] qui tentent de résoudre ces problèmes à l aide d agents. Enfin, la présentation des données devra être adaptée aux périphérique(s) utilisé(s) (contraintes physiques, réseaux d accès, etc.). Nos récents travaux [9] vont en ce sens. UTILISATION D UN SYSTEME MULTIAGENTS (SMA) POUR NOTRE ARCHITECTURE LOGICIELLE Bien que notre choix aurait pu se porter sur d autres types de solutions technologiques, nos investigations nous poussent à croire que les SMA sont une solution adaptée à nos besoins et aux contraintes que nous pouvons synthétiser dans les points suivants : (1) les agents peuvent encapsuler les connaissances et les traitements ou compétences des composants décrits dans l approche modulaire ; (2) la capacité de ces SMA à gérer des interactions multimodales a déjà été mise en évidence par des travaux passés de Moran et al. [6] ; (3) la dynamicité est obtenue d une part par le comportement proactif des agents et d autre part par la possibilité de créer des réseaux d agents après négociation et recherche d accointances ; (4) le potentiel de tels systèmes à supporter un grand nombre de sessions personnalisées simultanées et toutes différentes (chaque utilisateur est alors représenté par une collection d agents instanciée à la demande) ; (5) le potentiel de ces systèmes pour assurer une personnalisation automatique des informations, par exemple en fonction de son appartenance à un groupe de comportements identifiés (le filtrage collaboratif) ; (6) la possibilité de faire migrer du code côté client, via la mobilité des agents logiciels, afin le cas échéant de gérer la coordination des canaux et modalités au niveau même de la plate-forme présente chez l utilisateur (PC, PDA, téléphone mobile ). (7) Nous pouvons par ailleurs noter l intérêt pour les SMA dans des domaines comme le E-commerce afin d assurer des tâches distribuées et nécessitant des protocoles de négociation entre partenaires affiliés. En ce qui concerne le choix de la plate-forme technologique multiagents, notre choix s est porté sur la plate-forme Jade [4] pour plusieurs raisons : c est une plate-forme technologique pour SMA récente, compatible avec les dimensions JAVA et ingénierie du WEB via les Servlets, elle est supportée par des groupes industriels, dont des opérateurs de télécommunications, sa compatibilité avec des OS de téléphone et la J2ME, et enfin elle adhère à des standards de communication entre agents et SMA de type FIPA. CONCLUSION Dans cette contribution nous donnons nos premières investigations et recherches au niveau d une architecture générique supportant les interactions multicanal. Nous sommes actuellement en train de spécifier le rôle de chaque catégorie d agents et d implémenter le couplage de ces agents fournis par JADE avec quelques e-services expérimentaux et quelques canaux de communications. A court terme, nous désirons implémenter un démonstrateur basé sur cette architecture. REMERCIEMENTS Les auteurs tiennent à remercier Yves Bayart, Directeur de la Recherche et Développement du Groupe 3 Suisses International, et la Cité Numérique, ainsi que le groupe NIPO (Nouvelles Interactions Personnes/Organisations) et la Région Nord Pas de Calais pour leur soutien dans ces travaux de recherche. Ces travaux de conception et de réalisation d une plate-forme fondée sur JADE se déroulent actuellement en collaboration avec l équipe SMAC du laboratoire LIFL. Enfin, un bon travail de développement a été effectué par Nicolas Agache et Matthieu Ribaucourt, étudiants en DESS MICE. BIBLIOGRAPHIE 1. Caelen Jean. 10 ans de recherches en multimodalité(s). Colloque sur les Interfaces Multimodales - 09/10 Mai IRIT. Toulouse. 2. Chevrin Vincent, Derycke Alain, Rouillard José, Un Cadre Théorique pour la Caractérisation des Interactions Multicanal en E-Marketing, IHM 2003, Caen, pp Chevrin Vincent, Derycke Alain, Rouillard José, Some Issues for the Modelling of Interactive E-Services from the Customer Multi-Channel Interaction Perspectives. Soumis à ICEC04, Workshop on Modeling E-services. Delft University of Technology. October pages. 4. JADE : 5. Kirusa : 6. Moran, D. et Al. Multimodal User Interfaces in The Open Agents Architecture. Proceedings IUI 97 ACM conference, Orlando, Florida, 8p. 7. Nylander Stina, Bylund Markus and Waern Annika. The Ubiquitous Interactor - Device Independent Access to Mobile Services. Proceedings of CADUI Rouillard José et Derycke Alain. La Personnalisation de l'interaction dans des Contextes Multimodaux et Multicanaux : une Première Approche pour le Commerce Electronique, IHM 2002, Poitiers, 2002, pp Rouillard, José, HCI 2003, Plastic ML and its toolkit, Heraklion, Crete, Greece, Van Der Aalst. Don t go with the flow : Web services exposed. IEEE Intelligent Systems, 18 (1), 2003, pp 72, Van Thanh, Do. Vanem Erik, Tran, Dao van &Tore E. Jønvik: Extending the "Always-on" concept to heterogeneous devices, Proceedings of the 14th International Symposium on Services and Local access (ISSLS 2002), Seoul, Korea, April

Intermédiations Multicanales et Multimodales pour l E-Formation : l Architecture du Projet Ubi-Learn

Intermédiations Multicanales et Multimodales pour l E-Formation : l Architecture du Projet Ubi-Learn Intermédiations Multicanales et Multimodales pour l E-Formation : l Architecture du Projet Ubi-Learn Alain Derycke, Vincent Chevrin, José Rouillard To cite this version: Alain Derycke, Vincent Chevrin,

Plus en détail

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base

SOA et Services Web. 23 octobre 2011. SOA: Concepts de base SOA et Services Web 23 octobre 2011 1 SOA: Concepts de base 2 Du client serveur à la SOA N est Nest pas une démarche entièrement nouvelle: années 1990 avec les solutions C/S Besoins d ouverture et d interopérabilité

Plus en détail

Environnements de Développement

Environnements de Développement Institut Supérieur des Etudes Technologiques de Mahdia Unité d Enseignement: Environnements de Développement Mme BEN ABDELJELIL HASSINE Mouna m.bnaj@yahoo.fr Développement des systèmes d Information Syllabus

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions

Sage CRM SalesLogix. Gagnez en compétitivité. Sage CRM Solutions Sage CRM Solutions Sage CRM SalesLogix Gagnez en compétitivité Sage CRM SalesLogix est une solution complète, conçue pour permettre à vos équipes commerciales, marketing et service d optimiser la gestion

Plus en détail

Sage CRM Sage CRM.com

Sage CRM Sage CRM.com Sage CRM Solutions Sage CRM Sage CRM.com Parce que vous souhaitez > Développer votre portefeuille de prospects > Entretenir une relation régulière avec vos clients > Disposer d outils pour vous organiser

Plus en détail

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1

JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE. Jaspersoft et le paysage analytique 1 JASPERSOFT ET LE PAYSAGE ANALYTIQUE Jaspersoft et le paysage analytique 1 Ce texte est un résumé du Livre Blanc complet. N hésitez pas à vous inscrire sur Jaspersoft (http://www.jaspersoft.com/fr/analyticslandscape-jaspersoft)

Plus en détail

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté

Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Applications Internet riches fonctionnant en mode connecté et déconnecté Success story client : développement d applications Web avec mode déconnecté Depuis quatre ans, les applications de guichet pour

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

Outils d Accès aux Données d un PLC Automate Web Access (AWA)

Outils d Accès aux Données d un PLC Automate Web Access (AWA) AB-Note- 2004-020(CO) 20/01/2004 Outils d Accès aux Données d un PLC Automate Web Access (AWA) Auteurs : Julien Palluel, Raymond Brun Keywords : Automate, Dialoge, SCHNEIDER, SIEMENS, PHP, Web, Modbus,

Plus en détail

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application

Architecture N-Tier. Ces données peuvent être saisies interactivement via l interface ou lues depuis un disque. Application Architecture Multi-Tier Traditionnellement une application informatique est un programme exécutable sur une machine qui représente la logique de traitement des données manipulées par l application. Ces

Plus en détail

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com

L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins. Sage CRM. et Sage CRM.com L offre de gestion de la relation client adaptée à vos besoins Sage CRM et Sage CRM.com Sage CRM, le CRM * à votre mesure LA TECHNOLOGIE AU SERVICE DE L EFFICACITÉ Sage CRM dispose d une architecture technique

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

Programmation de services en téléphonie sur IP

Programmation de services en téléphonie sur IP Programmation de services en téléphonie sur IP Présentation de projet mémoire Grégory Estienne Sous la supervision du Dr. Luigi Logrippo Introduction La téléphonie sur IP comme support à la programmation

Plus en détail

Conduite et Gestion de Projet Introduction à l architecture MVC

Conduite et Gestion de Projet Introduction à l architecture MVC /17 Conduite et Gestion de Projet Introduction à l architecture MVC Thierry Hamon Bureau H202 - Institut Galilée Tél. : 33 1.48.38.35.53 Bureau 150 LIM&BIO EA 3969 Université Paris 13 - UFR Léonard de

Plus en détail

CSCW : une Bibliographie

CSCW : une Bibliographie CSCW : une Bibliographie 1 Si Vous êtes pressés 2 Objectif bibliographie de CSCW + documentation de notre démarche : support de la création d applications CSCW par le Model Driven Engineering La mobilité

Plus en détail

Invest your knowledge

Invest your knowledge Invest your knowledge Une solution complète de webcasting Klewel propose une solution complète de webcasting (diffusion sur le web) incorporant une station d enregistrement audiovisuel associée à une plateforme

Plus en détail

Administration des services dans le projet Safari

Administration des services dans le projet Safari Administration des services dans le projet Safari Atelier de travail OSGi CNAM Paris 5 septembre 2006 Abdelkrim Hebbar Bruno Mongazon D1-19/09/06 Projet Safari Résulte de la fusion de plusieurs propositions

Plus en détail

WSIG Intégration entre SMA et WS. Par Adouani Nabil & Loukil Brahim khalil

WSIG Intégration entre SMA et WS. Par Adouani Nabil & Loukil Brahim khalil WSIG Intégration entre SMA et WS Par Adouani Nabil & Loukil Brahim khalil Plan Introduction Définitions: Agent, agent mobile et Système Multi-Agents La plateforme JADE Services Web Intégration entre agents

Plus en détail

Modèle de cahier des charges CRM

Modèle de cahier des charges CRM Modèle de cahier des charges CRM Vous trouverez dans ce modèle de cahier des charges les éléments généralement nécessaires au bon fonctionnement d un projet CRM. Chaque entreprise étant unique, il vous

Plus en détail

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui

Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui Formation PARTIE 1 : ARCHITECTURE APPLICATIVE DUREE : 5 h Objectif : Passer de l analyse métier et fonctionnelle à la définition des applications qui automatisent les fonctions Définir une architecture

Plus en détail

Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes

Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes Systèmes et applications distribués Intergiciels et applications communicantes Philippe Quéinnec Télécommunication et Réseaux 2e année ENSEEIHT 24 février 2014 Inspiré de cours de G. Padiou, Ph. Mauran

Plus en détail

Outils de développement : un catalyseur pour la mise en place de solutions M2M

Outils de développement : un catalyseur pour la mise en place de solutions M2M Outils de développement : un catalyseur pour la mise en place de solutions M2M Qu est est-ce que le M2M? Le Machine-To-Machine (M2M) permet une gestion centralisée d équipements distants à travers un réseau

Plus en détail

Introduction aux Composants Logiciels

Introduction aux Composants Logiciels Introduction aux Composants Logiciels Christian Pérez LIP/INRIA Année 2010-11 Plan Introduction aux composants logiciels Pourquoi des composants logiciels Notions de composants logiciels Conclusion Survol

Plus en détail

Adaptation sémantique de documents SMIL

Adaptation sémantique de documents SMIL Adaptation sémantique de documents SMIL Sébastien Laborie Jérôme Euzenat Nabil Layaïda INRIA Rhône-Alpes - 655 Avenue de l Europe - 38334 St Ismier Cedex {Sebastien.Laborie;Jerome.Euzenat;Nabil.Layaida}@inrialpes.fr

Plus en détail

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification

Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification 1 sur 8 26/09/2013 16:49 Le Répertoire National des Certifications Professionnelles (RNCP) Résumé descriptif de la certification Intitulé Licence : Licence Sciences, technologies, santé mention Informatique

Plus en détail

Intermédiations Multicanales et Multimodales pour l E-Formation : l Architecture du Projet Ubi-Learn.

Intermédiations Multicanales et Multimodales pour l E-Formation : l Architecture du Projet Ubi-Learn. 1 Intermédiations Multicanales et Multimodales pour l E-Formation : l Architecture du Projet Ubi-Learn. Alain Derycke, Vincent Chevrin, José Rouillard Laboratoire TRIGONE Institut CUEEP Bâtiment B6 Université

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

BOSTONI Sacha NGUYEN Linh. Rapport de projet : Annuaire des anciens élèves

BOSTONI Sacha NGUYEN Linh. Rapport de projet : Annuaire des anciens élèves BOSTONI Sacha NGUYEN Linh Rapport de projet : Annuaire des anciens élèves Tuteur : Mr Muller Mai 2007 SOMMAIRE Introduction 1/ Les utilisateurs du site 2/ Les fonctionnalités 3/ La réalisation Conclusion

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR D ADMINISTRATION DES ENTREPRISES DE GAFSA Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 6 : PGI : Progiciels de Gestion Intégrés ERP : Enterprise

Plus en détail

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS

G en om3: Building middleware-independent robotic components. Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS G en om3: Building middleware-independent robotic components Comparaison de middleware: YARP, MS Robotics Dev Studio, URBI, OpenRTM-aist, ROS Pablo Rauzy 15 février 2011 Table des matières 1 G en om3 :

Plus en détail

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée

Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée Colloque : Systèmes Complexes d Information et Gestion des Risques pour l Aide à la Décision Le pilotage des collaborations et l interopérabilité des systèmes d information Vers une démarche intégrée BELKADI

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Le produit universel de l export

Le produit universel de l export Le produit universel de l export 1 Notre motivation De manière générale, le marketing est l un des concepts les plus importants à maîtriser dans le domaine du commerce. Sans que les clients uniformes et

Plus en détail

SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+)

SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+) SDN / Open Flow dans le projet de recherche de GEANT (GN3+) Xavier Jeannin GIP RENATER 23-25, rue Daviel 75013 PARIS Résumé Dans le cadre du projet GN3+ (avril 2013 Mars 2015), parmi la tâche orientée

Plus en détail

Adaptation dynamique de l interaction multimodale dans les environnements ubiquitaires

Adaptation dynamique de l interaction multimodale dans les environnements ubiquitaires Adaptation dynamique de l interaction multimodale dans les environnements ubiquitaires Slim Ben Hassen Orange Labs Lannion, France slim.benhassen@orange.com Abstract Mariano Belaunde Orange Labs Lannion,

Plus en détail

Sextant. RFS Consultants Décembre 2008

Sextant. RFS Consultants Décembre 2008 Décembre 2008 Le logiciel d assistance administrative indispensable à toute structure de plus d une personne. Le premier logiciel que l on lance le matin et le dernier que l on ferme le soir. Un logiciel

Plus en détail

Business & High Technology

Business & High Technology UNIVERSITE DE TUNIS INSTITUT SUPERIEUR DE GESTION DE TUNIS Département : Informatique Business & High Technology Chapitre 3 : Le web dans l entreprise Sommaire Introduction... 1 Intranet... 1 Extranet...

Plus en détail

Projet Professionnel Encadré 1 er Semestre

Projet Professionnel Encadré 1 er Semestre BTS SIO 1 Leclerc Axel INFOSUP Lyon 2014-2015 Projet Professionnel Encadré 1 er Semestre Nature de l activité : Contexte : L association Maison des Ligues (M2L) a constaté que de nombreuses données numériques

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 4: l approche processus et le management du système d informations

Plus en détail

Exercice 1 - Décrivons les commandes I) Je vérifie que j ai toujours accès à mon dossier privé grâce la commande ping.

Exercice 1 - Décrivons les commandes I) Je vérifie que j ai toujours accès à mon dossier privé grâce la commande ping. Exercice 1 Décrivons les commandes I) Je vérifie que j ai toujours accès à mon dossier privé grâce la commande ping. Avec la commande ping «134.206.90.196», nous essayons de vérifier la connexion au réseau

Plus en détail

Gestion des immeubles

Gestion des immeubles RAPPORT DE CONCEPTION Gestion des immeubles BOUSSRHAN YOUSSEF & BENZITI WALID Email : Youssefboussrhan@gmail.com GSM : 0678510690, 0611347597 ISTA NTIC SYBA CRJJ GROUPE B Annexe : Figure 1: Diagramme de

Plus en détail

La réplication sous SQL Server 2005

La réplication sous SQL Server 2005 La réplication sous SQL Server 2005 Mettre en place la réplication sur SQL Server 2005 La réplication des bases de données est une problématique classique dans les systèmes d'information. En effet, dans

Plus en détail

Travail collaboratif. Glossaire

Travail collaboratif. Glossaire Glossaire Ajax Traduction anglaise : Ajax (Asynchronous JavaScript And XML) AJAX est un combiné de différents langages de développement Web comme XHTML, JavaScript ou XML, il est fréquemment utilisé pour

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

Sujet 17 : Exploitation de données financières de Google Finance en C#

Sujet 17 : Exploitation de données financières de Google Finance en C# Amsellem Ari Pour le 01/06/11 Ohayon Alexandre Gueguen Tristan Sujet 17 : Exploitation de données financières de Google Finance en C# Introduction : Il convient tout d abord de signaler que le titre de

Plus en détail

Systèmes d Information Avancés (et répartis)

Systèmes d Information Avancés (et répartis) Systèmes d Information Avancés (et répartis) Université Lyon 1 MIAGE L. Médini, mars 2005 Plan des cours Protocole HTTP et programmation serveur Architectures réparties Objets distribués Introduction aux

Plus en détail

Développement Web Introduction générale

Développement Web Introduction générale 1 / 58 Développement Web Introduction générale Jean-Michel Richer jean-michel.richer@univ-angers.fr http://www.info.univ-angers.fr/pub/richer Juillet 2008 2 / 58 Plan Plan 1 Introduction 2 Historique et

Plus en détail

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation

ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques. Pourquoi et comment introduire ITIL dans son organisation Livre blanc Le pragmatisme de votre système d information Rédacteur : Marc LORSCHEIDER / Expert ITIL Mise à jour : 05/06/2013 ITIL, une approche qualité pour la gestion des services(*) informatiques Pourquoi

Plus en détail

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information.

D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue dans leur système d information. PACBASE «Interrogez le passé, il répondra présent.». Le Module e-business Les entreprises doivent aujourd hui relever un triple défi. D une part, elles ne peuvent faire table rase de la richesse contenue

Plus en détail

Utiliser Office 365 pour un projet d e quipe - PART 2

Utiliser Office 365 pour un projet d e quipe - PART 2 Utiliser Office 365 pour un projet d e quipe - PART 2 Introduction Depuis quelques mois, Microsoft a mis en ligne la nouvelle version de SharePoint en ligne. Cette solution est inclue dans l offre plus

Plus en détail

Design Patterns. Pourquoi utiliser des patterns? Pourquoi utiliser des patterns? Les patterns vue de loin. D où viennent les design patterns?

Design Patterns. Pourquoi utiliser des patterns? Pourquoi utiliser des patterns? Les patterns vue de loin. D où viennent les design patterns? Noël NOVELLI ; Université de la Méditerranée ; LIF et Département d Informatique Case 901 ; 163 avenue de Luminy 13 288 MARSEILLE cedex 9 Design Patterns D où viennent les design patterns? D où viennent

Plus en détail

Construction d Applications Réparties

Construction d Applications Réparties Construction d Applications Réparties Jean-Francois Roos LIFL - équipe GOAL USTL - bâtiment M3 Extension - bureau 204 Jean-Francois.Roos@lifl.fr Avril 1 Objectifs du cours Appréhender la conception d applications

Plus en détail

Conception d Applications Réparties

Conception d Applications Réparties Jean-François Roos LIFL - équipe GOAL- bâtiment M3 Extension - bureau 206 -Jean-Francois.Roos@lifl.fr 1 Objectifs du Cours Appréhender la conception d applications réparties motivations et concepts architectures

Plus en détail

Alfresco. Point Produit. Michael Harlaut Romain Guinot. Ingénieurs Solutions

Alfresco. Point Produit. Michael Harlaut Romain Guinot. Ingénieurs Solutions Alfresco Point Produit Michael Harlaut Romain Guinot Ingénieurs Solutions Agenda Retour sur l année 2014 + Alfresco One 4.2 + Records Management 2.x Les nouveautés Alfresco One 5.0 + Intégration bureautique

Plus en détail

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs :

Ce Livre Blanc vise ainsi à vous expliquer concrètement tous les bénéfices d un standard téléphonique pour votre entreprise et vos collaborateurs : AVANT-PROPOS Dans un marché des Télécoms en constante évolution, il est important pour les petites et moyennes entreprises de bénéficier de solutions télécoms qui répondent parfaitement à leurs besoins

Plus en détail

Théodore Levitt Economiste américain, Professeur à Harvard. www.captivea.fr

Théodore Levitt Economiste américain, Professeur à Harvard. www.captivea.fr Théodore Levitt Economiste américain, Professeur à Harvard Conserver un client coûte 5 X moins cher que d en acquérir un nouveau Diapositive 3 Constat Les clients évoluent Moins fidèles, moins d attachement

Plus en détail

Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances

Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances Un modèle multi-agents pour la gestion des connaissances Pierre Maret, Département Informatique et LIRIS, INSA de Lyon Jacques Calmet, IAKS, Université de Karlsruhe, Allemagne Le principe général sous-jacent

Plus en détail

Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML

Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications Les outils XML Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1 Introduction 3 2 Parseur XML et processeur XSLT 4 2.1 Le Parseur XML v2 4 2.1.1 Les API DOM et SAX 4 2.1.2 Le parseur

Plus en détail

Projet : Plan Assurance Qualité

Projet : Plan Assurance Qualité Projet : Document : Plan Assurance Qualité 2UP_SPEC_DEV1 VERSION 1.00 Objet Ce document a pour objectif de définir la démarche d analyse et de conception objet ainsi les activités liées. Auteur Eric PAPET

Plus en détail

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre

Digital Workplace et Gestion des connaissances Concepts et mise en oeuvre Avant-propos 1. Objectif du livre 17 2. Illustrations des exemples de ce livre 18 2.1 Office 365 comme plateforme technologique pour une digital workplace 18 2.2 SharePoint et Yammer à l honneur 18 3.

Plus en détail

«Suite Progicielle e-ris» Présentation V5.1

«Suite Progicielle e-ris» Présentation V5.1 La Maîtrise de l Intelligence Client «Suite Progicielle e-ris» Présentation V5.1 septembre 2008 les emails désorganisent l entreprise «Traiter 300 emails par jour et par conseiller? Impossible!» «Mon commercial

Plus en détail

Cahier de charges Projet 24

Cahier de charges Projet 24 Cahier de charges Projet 24 Répartition automatique de surcharge sur serveur web virtualisé Etudiants : KAOUACHI Youssef ELFELLAH Amine Encadré par : M. HAYEL Yezekael Année universitaire : 2008/2009 I-

Plus en détail

gcaddy Suite Description du produit

gcaddy Suite Description du produit gcaddy Suite Description du produit Version 1.0 www.gweb.be @ info@gweb.be TVA : BE-863.684.238 SNCI : 143-0617856-67 1 / 8 1 Description de gcaddy gcaddy est le module E-commerce de Gweb. Il se présente

Plus en détail

ACP 3.1. Le portail de la relation client

ACP 3.1. Le portail de la relation client ACP 3.1 Le portail de la relation client Aastra 2012 ACP 3.1 - le portail de la relation client multimédia Accueil Relation client Poste Opérateur Centre de Contact multimédia ACP Serveur Vocal Interactif

Plus en détail

SDL: 20 ans de programmation basée modèle

SDL: 20 ans de programmation basée modèle SDL: 20 ans de programmation basée modèle Emmanuel Gaudin emmanuel.gaudin @ pragmadev.com Principes MDE, MDA et MDD: Approche orienté modèle PIM: Platform Independant Model PDM: Platform Definition Model

Plus en détail

Piloter PrestaShop Avec OpenERP

Piloter PrestaShop Avec OpenERP Piloter PrestaShop Avec OpenERP El Mostafa BERAMI, Open Solutis 1/5 I. Introduction Dans le présent document, nous vous présentons un connecteur entre PrestaShop et OpenERP, développé par les societés

Plus en détail

Pour une entreprise plus performante

Pour une entreprise plus performante Pour une entreprise plus performante Smart Technology Services Raison Sociale - Smart Technology Services llc Pôle d activités - Service et conseil dans la technologie de l information Pôle d activités

Plus en détail

OPTION CREATION D INTERIEURS

OPTION CREATION D INTERIEURS BACHELIER EN ARTS PLASTIQUES, VISUELS ET DE L ESPACE OPTION CREATION D INTERIEURS Les cours de «bachelor en arts plastiques, visuels et de l espace option création d intérieurs» sont susceptibles de se

Plus en détail

AsaWoO : exemple d utilisation de ROS pour le Web des objets

AsaWoO : exemple d utilisation de ROS pour le Web des objets AsaWoO : exemple d utilisation de ROS pour le Web des objets Workshop ROS - INNOROBO 21/03/2013 Michaël Mrissa Lionel Médini Thibaud Houel Tanguy Raynaud-Gallonet Laboratoire d'informatique en Image et

Plus en détail

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services

Dream Report. Dream Report vs Reporting Services Dream Report Dream Report vs Reporting Services Date : Mars 2015 A propos de Dream Report Dream Report est le 1 er logiciel d édition de rapport prêt à l emploi offrant aux utilisateurs la possibilité

Plus en détail

JXDVDTek - UNE DVDTHEQUE EN JAVA ET XML

JXDVDTek - UNE DVDTHEQUE EN JAVA ET XML BALLOTE Nadia FRIULI Valerio GILARDI Mathieu IUT de Nice Licence Professionnelle des Métiers de l Informatique RAPPORT DU PROJET : JXDVDTek - UNE DVDTHEQUE EN JAVA ET XML Encadré par : M. CRESCENZO Pierre

Plus en détail

Sécurité et mobilité Windows 8

Sécurité et mobilité Windows 8 Sécurité et mobilité Windows 8 pour les utilisateurs nomades UEFI BitLocker et AppLocker DirectAccess VPN SmartScreen Windows Defender Arnaud Jumelet Stanislas Quastana Pascal Saulière Préface de Bernard

Plus en détail

En 2000 l OMG propose une approche nommée MDA Model Driven Architecture, S appuyant sur le standard UML pour

En 2000 l OMG propose une approche nommée MDA Model Driven Architecture, S appuyant sur le standard UML pour MDA (Model Driven Architecture) Ingénierie logicielle guidée par les modèles S.N Historique: En 2000 l OMG propose une approche nommée MDA Model Driven Architecture, S appuyant sur le standard UML pour

Plus en détail

OFFRE DE FORMATION L.M.D.

OFFRE DE FORMATION L.M.D. REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE OFFRE DE FORMATION L.M.D. MASTER PROFESSIONNEL ET ACADEMIQUE Systèmes d Information

Plus en détail

Tutoriel pour la configuration des ipad et son «rattachement» au CG

Tutoriel pour la configuration des ipad et son «rattachement» au CG Tutoriel pour la configuration des ipad et son «rattachement» au CG Contexte : Les élus du conseil général du Cantal doivent prendre des décisions tout au long de l année sur différents thèmes (éducation,

Plus en détail

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD

SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD SYSTEMES D INFORMATION & CONCEPTION de BdD PLAN CONCEPT DE SYSTEME D INFORMATION MODELISATION D UN SYSTEME D INFORMATION MODELISATION CONCEPTUELLE : les METHODES METHODE SYSTEMIQUE METHODE OBJET L3 Informatique

Plus en détail

Rym KAMOUN / Sonia GANNAR ISET RADES/TUNISIE

Rym KAMOUN / Sonia GANNAR ISET RADES/TUNISIE Rym KAMOUN / Sonia GANNAR ISET RADES/TUNISIE MISE EN PLACE D UNE PLATEFORME PEDAGOGIQUE POUR UNE MEILLEURE QUALITE D APPRENTISSAGE CAS DU MASTER PROFESSIONNEL CO-CONSTRUIT «COMMERCE ET DISTRIBUTION» DE

Plus en détail

Mise en œuvre des serveurs d application

Mise en œuvre des serveurs d application Nancy-Université Mise en œuvre des serveurs d application UE 203d Master 1 IST-IE Printemps 2008 Master 1 IST-IE : Mise en œuvre des serveurs d application 1/54 Ces transparents, ainsi que les énoncés

Plus en détail

Système adaptatif d aide à la génération de requêtes de médiation

Système adaptatif d aide à la génération de requêtes de médiation Système adaptatif d aide à la génération de requêtes de médiation Dimitre Kostadinov Verónika Peralta Assia Soukane Xiaohui Xue Laboratoire PRiSM, Université de Versailles 45 avenue des Etats-Unis 78035

Plus en détail

Les licences en volume de Microsoft Office

Les licences en volume de Microsoft Office V olume L icensing brief Les licences en volume de Microsoft Office Ce document s applique à tous les programmes de licences en volume. Table des matières En bref... 1 Quoi de neuf dans ce document?...

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION

CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION CAHIER DES CHARGES D IMPLANTATION Tableau de diffusion du document Document : Cahier des Charges d Implantation EVRP Version 6 Etabli par DCSI Vérifié par Validé par Destinataires Pour information Création

Plus en détail

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011

Active CRM. Solution intégrée de téléprospection. www.aliendoit.com 04/10/2011 www.aliendoit.com Active CRM Solution intégrée de téléprospection 04/10/2011 Alien Technology 3E Locaux Professionnels Km 2.5 Route de Kénitra 11005 SALÉ MAROC Tél. : +212 537 84 38 82 Fax : +212 537 88

Plus en détail

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET

FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET FILIÈRE METHODOLOGIE & PROJET 109 Gestion de projet METHODOLOGIE ET PROJET Durée 3 jours Conduite de projet COND-PRO s Intégrer les conditions de réussite d une démarche de management par projet. Impliquer

Plus en détail

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage.

Nous trouvons là les deux thématiques abordées par les deux parties de l ouvrage. $YDQWSURSRV La mise en œuvre du pilotage des systèmes de production constitue un enjeu sensible en raison, d une part, de l accroissement du niveau d automatisation de ceux-ci et, d autre part, de la multiplication

Plus en détail

Dossier de conception. Conception d un site E-learning

Dossier de conception. Conception d un site E-learning Conception d un site E-learning Encadré par : Mr. LACHGAR Mohamed Réalisé par : LECHQER Younesse ELEOUAD Abdelhadi SOMMAIRE I. PERIMETRE DU PROJET... 2 1.1. ENJEUX ET VISION DU PROJET... 3 1.2. ARCHITECTURE

Plus en détail

Nos solutions pour l'education

Nos solutions pour l'education Nos solutions pour l'education Microsoft Éducation Engagement Microsoft Programme Microsoft Education E-learning et soutien scolaire Bénéfices clés pour tous Microsoft Live@edu Présentation Principes de

Plus en détail

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise

1. Une approche innovante, basée sur «l objet document» 2. Le respect des chaînes éditoriales de l entreprise Lucid e-globalizer, solution globale de gestion de contenu multilingue. Ce document a pour objectif de vous présenter Lucid e-globalizer, la solution de gestion de contenu multilingue de Lucid i.t., ses

Plus en détail

Moderniser. le système d information et le portefeuille applicatif. www.bull.com

Moderniser. le système d information et le portefeuille applicatif. www.bull.com Moderniser le système d information et le portefeuille applicatif L évolution technologique des plates-formes, l ouverture du système d information et la modernisation du portefeuille applicatif sont des

Plus en détail

Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE. IUT DE VANNES - Juan Joal. CADIC Julien - PINSARD Antoine

Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE. IUT DE VANNES - Juan Joal. CADIC Julien - PINSARD Antoine 2012 Avril - Mai -Juin Projet de programmation PHASE DE CODAGE IUT DE VANNES - Juan Joal CADIC Julien - PINSARD Antoine Structure pédagogique PROJET AP5 Plus que quelques lignes à coder et nous aurons

Plus en détail

Indexation et interrogation de photos de presse décrites en MPEG-7

Indexation et interrogation de photos de presse décrites en MPEG-7 Indexation et interrogation de photos de presse décrites en MPEG-7 Emmanuel Bruno Jacques Le Maitre Elisabeth Murisasco Laboratoire SIS, Equipe Informatique Université de Toulon et du Var Bâtiment R, BP

Plus en détail

Table des matières L INTEGRATION DE SAS AVEC JMP. Les échanges de données entre SAS et JMP, en mode déconnecté. Dans JMP

Table des matières L INTEGRATION DE SAS AVEC JMP. Les échanges de données entre SAS et JMP, en mode déconnecté. Dans JMP L INTEGRATION DE SAS AVEC JMP Quelles sont les techniques possibles pour intégrer SAS avec JMP? Comment échanger des données entre SAS et JMP? Comment connecter JMP à SAS? Quels sont les apports d une

Plus en détail

Dépôt du projet. Sujet : Gestion école primaire privé. Réalisé par : Encadré par :

Dépôt du projet. Sujet : Gestion école primaire privé. Réalisé par : Encadré par : Dépôt du projet Sujet : Gestion école primaire privé Réalisé par : Encadré par : BOUCHBAAT Noura Mr. Jihad NOFISSE Jihade Année universitaire : 2011/2012 1 2 Introduction Pour bien clarifier les objectifs

Plus en détail

Spring par la pratique

Spring par la pratique Spring par la pratique 2 e édition Spring 2.5 et 3.0 Arnaud Cogoluègnes Thierry Templier Julien Dubois Jean-Philippe Retaillé avec la contribution de Séverine Templier Roblou et de Olivier Salvatori Groupe

Plus en détail

Des cas inspirants. CAS 5 Voxtron chez Toyota Belgium

Des cas inspirants. CAS 5 Voxtron chez Toyota Belgium Des cas inspirants CAS Voxtron chez Toyota Belgium Voxtron chez Toyota Belgium: parfaitement étudié et bien intégré Toyota Belgium organise les activités commerciales pour les marques Toyota et Lexus en

Plus en détail

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web

*4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web *4D, quand c est la solution qui compte. 4D démocratise les services Web Table des matières I. INTRODUCTION page 3 II. VERS UNE DEFINITION DES SERVICES WEB 1. Qu est ce que c est? page 3 2. A quoi ça sert?

Plus en détail

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS

SECTION 5 BANQUE DE PROJETS SECTION 5 BANQUE DE PROJETS INF 4018 BANQUE DE PROJETS - 1 - Banque de projets PROJET 2.1 : APPLICATION LOGICIELLE... 3 PROJET 2.2 : SITE WEB SÉMANTIQUE AVEC XML... 5 PROJET 2.3 : E-LEARNING ET FORMATION

Plus en détail

CORBA. (Common Request Broker Architecture)

CORBA. (Common Request Broker Architecture) CORBA (Common Request Broker Architecture) Projet MIAGe Toulouse Groupe 2 1 CORBA, introduction (1/4) Les systèmes répartis permettent de créer des applications basées sur des composants auto-gérables,

Plus en détail

Plateforme de capture et d analyse de sites Web AspirWeb

Plateforme de capture et d analyse de sites Web AspirWeb Projet Java ESIAL 2A 2009-2010 Plateforme de capture et d analyse de sites Web AspirWeb 1. Contexte Ce projet de deuxième année permet d approfondir par la pratique les méthodes et techniques acquises

Plus en détail