Les accidents du travail:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Les accidents du travail:"

Transcription

1 Les accidents du travail: la situation au Quebec PAUL ROHAN RESUME L'industrialisation acc6l6r6e augmente le risque d'accidents dans toutes les couches de la population. Les accidents du travail (AT) constituent un probleme majeur de sante au Quebec ayant un impact considerable sur les plans humain, medical, social et economique. En 1977, un AT s'est produit toutes les 26 secondes au Quebec. Au cours de , un total de 1,557,750 AT ont Wte accept6s. Leur cout global est estim6 & $8.6 milliards. Les m6decins de famille participeront dans la prevention et le traitement des AT et contribueront ainsi A la r6duction du fonds des charges sociales et 6conomiques, au benefice des travailleurs, entreprises, gouvernements et de la collectivite en general. (Can Fam Physician 24: ) Le dr Rohan est professeur en medecine et securit6 du travail & l'institut National de la Recherche Scientifique 3 Montreal. Adresse pour tires A part: 7350 Roquancourt, Montreal, PQ. H3R 3C9. T'EVOLUTION technologique accelere des demieres annees a profondement influence le developpement economique, social et culturel dans le monde entier. Cela est en train de creer de nombreux problemes, de nouvelles contraintes sur la societe, surtout dans les pays industrialises. Le Canada, et surtout le Quebec, n'ont pas echappe 'a cette evolution avec ses repercussions defavorables sur la sant6 physique et mentale de la population. Selon Haddon"1, les personnes vivant en Amerique du Nord et dans les pays industrialises sont, pour plus d'une moitie de leur vie, plus susceptibles de mourir d'un accident que de toute autre cause. En effet, meme au niveau mondial, le nombre total de deces par les accidents n'est surpasse que par les maladies cardiovasculaires et le cancer. Les souffrances humaines ainsi que les pertes economiques et les repercussions sociales constituent une preoccupation mondiale de premier ordre comparable aux ravages des anciens fleaux ou des guerres mondiales Ḋans les pays industrialises, les accidents du travail (AT) representent une part considerable du taux d'accidents. Le Canada et surtout le Quebec n'echappent pas 'a ce phenomene qui, par sa fr6quence, par sa gravite, est devenu un des problemes les plus aigus du monde du travail et de notre 584 societe. Le Quebec de 1978 comporte des caracteristiques bien particulieres que l'on ne retrouve pas simultanement ni avec la meme intensite relative dans aucune autre societe: 1. Ressources naturelles reliees principalement 'a la foret, aux mines, a l'energie hydro-electrique 2. Une structure d'emploi de type post-industriel (secteur tertiaire le plus important) ayant surgi sans avoir franchi la periode d'industrialisation proprement dite 3. Une population fortement urbanisee dont la scolarite generale s'eleve sans cess au-dessus de celle qui est justifiee par les perspectives du marche du travail 4. Une main-d'oeuvre qui a rarement plus d'une generation dans l'occupation professionnelle actuelle et dont la mobilite se trouve encore acceleree par l'evolution de la technologie. Au Quebec, malgre certaines mesures preventives dans les entreprises, les accidents du travail justifient des initiatives vigoureuses dans les domaines de la medecine, de l'hygiene et de la securite du travail, comme une des priorites du patronat, des syndicats ainsi que des milieux universitaires, professionnels et gouvernementaux. Le probleme des accidents du travail constitue une preoccupation majeure des medecins et des infirmieres oeuvrant dans les entreprises, de la medecine d'urgence, des soins hospitaliers, des medecins de famille, de la medecine de readaptation ainsi que des departements et des centres locaux de sante communautaire. Les accidents du travail et les maladies occupationnelles deviennent de plus en plus d'actualite, tant pour la presse que pour les politiciens, le public et les diverses professions paramedicales. Definitions L'accident est un evenement imprevu susceptible de provoquer une lesion2, la mort ou un dommage materiel. L'accident du travail (AT) est un accident qui survient au cours du travail ou qui est cause par l'exposition 'a des facteurs d'environnement relies au travail. Dans la plupart des statistiques, les maladies occupationnelles sont incluses dans les AT. Comme l'evenement meme est souvent bref, surprenant, traumatique et parfois confus, son analyse est particulierement difficile. La presence des composantes emotionnelles et les implications psychosociales et socio-economiques qui touchent egalement la question toujours delicate des relations de travail ne facilitent pas des etudes objectives dans le milieu industriel. Malgre l'abondance de la litterature et de l'importance pratique du sujet, nos connaissances actuelles sont relativement pauvres6. Au cours des blessures du travail, il y a toujours un deplacement d'energie (cinetique, thermique, chimique, electrique, radiation, etc.) de l'environnement et son transfert, par un agent, au tissu humain. Trois facteurs de base sont fondamentaux dans le phenomene d'accident: La personne ("l'hote"); l'environnement et l'agent. L'agent est l'objet ou le facteur principal implique dans l'at et causant une lesion ou un dommage materiel: les outils, machines, 1'equipement, courant electrique, substance toxique, source de radiation. L'agent est souvent confondu avec la "'cause" de l'accident. Les causes des accidents sont beaucoup plus complexes. Une etude stimulante de Schwenger17 ainsi que l'annotation bi-

2 bliographique modeme de Surry20 donnent des details sur l'importance de ces facteurs dans les blessures et leur contr6le. Des etudes epid6miologiques et en securite du travail identifient trois phases dans le phenomene des accidents: 1. La "phase pre-accident" qui inclut la chaine d'evenements menant 'a l'accident. 2. La "phase de la blessure propre" au cours de laquelle l'energie est transferee au tissu humain. Dans le cas de noyade ou d'intoxication, il s'agit plutot d'inhibition du transfert d'energie ou d'un blocage des routes metaboliques normales. 3. La "phase post-accident" qui peut etre decisive dans l'evolution et le resultat final de la blessure (soins d'urgence, soins curatifs et readaptation de la victime). Puisque les efforts visant 'a changer les attitudes des gens par l'education en matiere de securite coutent cher et le processus semble progresser lentement, les etudes modernes sur les accidents accentuent de plus en plus l'importance de la phase de la blessure proprement dite qui est incluse dans les interventions preventives, reservees jusqu'a recemment surtout, 'a la phase pre-accident21. L'etude systematique sur les accidents du travail fut pratiquement inauguree apres la premiere guerre mondiale par le British Industrial Fatigue Research Board qui a fait analyser les blessures dans une usine de munitions10 et a suivi le probleme sur une base plus large5. Ces deux etudes ont marque le debut d'un demi-siecle de travaux de recherche contradictoires sur la question "d'accidentabilite". Cette conception qui s'est d'ailleurs averee douteuse au point de vue qualitatif et siurement negligeable quant 'a la frequence a presuppose, chez certaines personnes, 1' existence d' une predisposition aux accidents. Plus de 50 ans de recherche avec des milliers de publications sur les accidents ont et perdus dans les querelles scientifiques steriles pour ou contre la validite de cette conception. D'autres etudes de cette epoque-l'a ont explore les relations des taux d'accidents avec certains facteurs personnels et d'environnement (age, experience, temperature, humidite, horaire et cadence de travail, absenteisme, etc.). La creation de l'ergonomie comme discipline scientifique au cours de la deuxieme guerre mondiale a introduit de nouvelles approches dans les etudes des accidents, surtout dans les domai- developpement precipite sont en train nes de la psychologie appliquee. L'er- de creer des desequilibres quotidiens gonomie est une science multidimen- entre les capacit6s psychophysiologisionnelle, developpee notamment par ques des employes et leurs taches; ce des medecins, des ingenieurs et des resultat est une maladaptation du trapsychologues. L'ergonomie a pour vail 'a l'homme, dans le sens ergonoobjet l'adaptation de la tache et de mique. Les medecins, les ingenieurs l'ambiance occupationnelle 'a l'homme de production et la gestion administradans le but d'ameliorer sa performance tive ont developpe un interet tres ainsi que sa sante et son bien-etre au pousse pour la question des accidents travail. La technologie moderne et son dans l'industrie; des agents et des ins- 1. Population totale: Quebec Ontario Canada 2. Population active: Quebec Ontario Canada 3. Personnes employ6es Quebec Ontario Canada *Source: Statistique Canada **Estimation, janvier Agoodnig TABLEAU I Le monde du travail du Quebec, de l'ontario et du Canada (arrondis)* sleep ,188,000 8,226,000 22,800,000 2,669,000 3,857,000 10,060,000 2,452,000 3,613,000 9,363, ,243,000 8,331,000 23,110,000 2,716,000 3,931,000 10,308,000 2,479,000 3,689,000 9,572,000 Infantile Colic,Ancatropine ifant drops 1977** 6,280,900 8,441,100 23,444,200 2,792,000 4,044,000 10,616,000 2,504,000 3,762,000 9,754,000 CompositIon: Each 0.3 ml contains trophy, cardiospasm, bladder neck Dosage: Average dose is 0.3 ml in 0.25 mg homatropine methyl obstruction, porphyria, sensitivity each feeding, may be increased bromide, and 8 mg of Day-Barb to any of the components. to 0.6 ml, particularly if administered (sec-butylethylbarbituric acid). Precautions: Repeated and long- less frequently. Available in 25 ml bottles. term use of barbiturate-containing IndIcatons: Gastric disturbances preparations may lead to physical cl nccl associated with hyperacidity and dependence. Anca Laboratories hypertonicity. Advrse Effects: Dry mouth, Whitby, Ontario Contraindications: Glaucoma, blurred vision, constipation, PAAB pyloric obstruction, prostatic hyper- impaired micturition may occur. CCPP 585

3 pecteurs de securite ont ete introduits par des engins lourds (tracteurs, bulldozers, etc.) sur les chantiers, du travail, lesquels sont d'habitude plus cidents precedents (aussi en dehors du dans le monde du travail, ce qui a ete moins l'effet direct de nouvelles notions scientifiques que la consequence 10. Autres. vail); aptitude physique et psychologi- transport aerien ou aquatique. frequents, dans l'ensemble, qu'au tra- d'observations et d'une approche empirique, intuitive, dans le processus de Facteurs Impliques motrice, motivation; scolarite, intelque a la tache, coordination psycho- production industrielle. Dans l'apparition des AT, plusieurs ligence, memoire; etat de stress, etc. groupes de facteurs sont 'a considerer. L'inexperience serait un des facteurs Probleme de la causalite I1 existe un chevauchement partiel les plus importants implique dans la Les AT sont le resultat de l'interaction de l'homme avec son milieu. Au sont plus ou moins inter-relies, sans annee apres l'embauche; elle fait par- entre ces groupes et certains facteurs frequence des AT pendant la premiere lieu de rechercher la "cause" des AT, tenir compte d'un groupe specifique. fois quadrupler le nombre des AT il nous parait preferable d'identifier les Facteurs humains, pertinents 'a la compare avec des travailleurs plus facteurs relies 'a l'apparition des accidents dans les secteurs specifiques si la demande psychophysiologique de sonnels9' 11 peuvent etre 'a l'origine de personne, a l'hote. On a postule20 que experimentes. D'autres facteurs per- d'activites occupationnelles. L'AT est la tache excede la capacite d'adaptation du travailleur, les accidents sur- AT: le group d'age, manque de som- l'augmentation de la frequence des le fait d'une chaine d' evenements multiples, d'une combinaison de plusieurs viendront. Les facteurs individuels meil ou travail en equipes alternantes, facteurs20: humains; de l'agent, et de portent sur: le sexe, l'age, l'etat civil, inadaptation psychosociale et consommation d'alcool. l'environnement au travail et en dehors l'origine ethnique et regionale, la residence et l'origine urbaine ou rurale, Les facteurs humains pouvant etre du travail, en proportions variables dans diverses situations et circonstances. Il y a souvent un chevauchement le meme poste, la sante physique et reception d'information (vision, audi- l'experience dans l'entreprise et dans impliques dans les AT sont relies "a la entre ces groupes de facteurs, par mentale; donnees anthropometriques, tion, autres recepteurs; 'a la comprehension et 'a l'interpretation de la situa- exemple: un plancher glissant attribuable 'a une negligence humaine. Le Bu- de la personnalite, habitudes alimention (alerte, vigilance, jugement, ap- constitution, droitier ou gaucher, traits reau International du Travail (BIT) estime que le facteur humain est 'a manies, medicaments, sommeil, fati- memoire, etc.). Ces fonctions sont taires, tabac, alcool et autres toxicoprentissage, controle psychomoteur, l'origine de 80-85% des AT et l'emporte ainsi de loin sur les facteurs gue, activites physiques et loisirs; ac- dependantes du systeme nerveux cend'environnement"9. L'homme est inseparable de son environnement. ACCIDENTS DU TRAVAIL AU QUEBEC NOMBRE DE DECES Son comportement est le resultat des interactions anterieures et presentes Par An H. 250 jours ouvrables par an Par jour avec son entourage dont le milieu de 400 L. travail joue un role important. L'etude des variables "humaines", dans le domaine des accidents du travail, tiendra 1.5 constamment compte de ces interactions de l'homme avec son environne F ment occupationnel et psychosocial. Une des causes d'accidents meconnue et pas suffisamment etudiee reside 300 F tres probablement dans l'ecart qui existe entre les aptitudes physiques et psychologiques des travailleurs, d'une 250F 1.0 part, et les types de travaux oiu s'exerce leur activite, d'autre part Formes d'accidents du travail 1. Accidents de manutention: soulevement et (ou) port de charges. 2. Chutes: au meme niveau, 'a un niveau different. 3. Chutes d'objets. 4. Choc et collision, heurt contre les objets. 5. Machines et outils 'a main. 6. Avaries d'installations. 7. Accidents dius au feu ou 'a l'explosion. 8. Accidents electriques. 9. Accidents de transport (au travail): de la circulation routiere, de la voie ferroviaire industrielle, chariots, etc., h ;; L Fig. 1. Nombre des accidents mortels du travail au Qu6bec par an et par jour. It, (

4 tral qui joue un role primordial dans les decisions, les actions reflexes, dans la vitesse et precision de la reponse appropriee. La personnalite influence le comportement, I'adaptabilite, les actes dangereux, la prise de risque. Souvent les AT sont attribuables 'a un manque de preoccupation, de jugement et de comprehension des consequences, a la desinvolture, negligence, inattention, distraction et parfois 'a une intransigeance delib&reel4. Les accidents repetes des "polyaccidentes" sont attribuables plut6t 'a une multitude de facteurs humains et du milieu qu'au type specifique de la personnalite marquee d'une "accidentabilite'. Les facteurs relie's au milieu constituent une part int6grale de la securite au travail. II s'agit surtout des facteurs "ergonomiques" comme: la posture, mouvements, outils, instruments, machines, poids lourds, horaires, cadence, pauses, heures supplementaires, travail en equipes alternantes, genre de transport et distance du travail; l'eclairage, bruits, vibrations, poussieres, gaz et substances toxiques, temperatures excessives, courant electrique, concentration d'oxygene, radiation, chauffage, ventilation, travail sous-terrain, echelles, poteaux, puits d'acces, vehicules 'a moteur. Organisation, technologie et methodes de travail (ex. repartition du poids, levage et transport de charges, chaine automatisee); monotonie de la tache, solitude (dans les regions du Nord); commandes; dispositifs de signalisation et de securite; equipement protecteur (casques, vetements, bottes, gants, lunettes); atmosphere psychologique au travail; divers facteurs de stress18. En dehors du poste de travail: facteurs meteorologiques (temperature, humidite, pression barometrique, precipitations, vitesse du vent, ionisation, pollution atmospherique, intemperies, taux de rayonnement, etc. Facteurs relies a l'agent et aux conditions de la securiti. Les AT sont des evenements imprevus mais pour la plupart previsibles. Selon les statistiques nord-americaines, les genres d'accidents selon les agents sont classifies4 comme suit: "Frappe par" (outils, machines, vehicules, objets, autres personnes); "se heurter contre, marcher sur"; effort excessif (tirer, lever, pousser), cause d'hemie, entorse, etc.; chutes et glissades: meme niveau ou differents niveaux; "tomber dans": puits, re'servoirs, navires, cuves, fours, riviere, etc.; "pris dans, sur ou entre" (machines, chaines, elevateurs, edifices, vehicules, objets, materiel); conflagration: explosions, feu; temperatures extremes; inhalation, contact, absorption, ingestion, intoxication; collisions; contact avec le courant electrique; maladies professionnelles; autres (violence, morsures, piqiures, etc.). En principe, il s'agit souvent de deficiences ergonomiques, en chevauchement avec les facteurs provenant du milieu: pesanteur de la charge trop grande; methode de soulevement inappropriee; encombrement des lieux de travail et obstacles; constructions, machines, outils et installations mal conpues, protegees ou entretenues, dangereuses, en mauvais etat, mal utilisees; manque de precautions dans les travaux avec risque de feu ou d'explosions; manutention et stockage inadequats des materiaux inflammables et explosifs; usage de feu ouvert, de cigarettes, production d'etincelles en presence de poussieres combustibles ou dans une atmosphere avec gaz inflammables accumules; outils, machines, installations et equipement electriques defectueux, mal isoles ou maintenus, absence de mise 'a la terre, champs electro-magnetiques dangereux non surveilles; risques specifiques: echelles, puits d'acces, poteaux. Production ou apparition imprevue de substances toxiques, irritantes, asphyxiantes ou autrement nuisibles. Procedes exigeants des temperatures ou des pressions excessives. Facteurs pertinents 'a la conduite des camions, tracteurs, bulldozers, engins d'elevage, ascenseurs, grues, monte-charges; surcharge des chars et wagonnets; d'autres activites reliees au transport dans le milieu de travail. Eclairage insuffisant ou excessif, eblouissant, notamment dans les mines et dans les travaux sous-terrains. Signaux et avertissement absents, inefficaces ou nuisibles. Absence d'ordre et d'hygiene. Stockage dangereux ou inapproprie. Protection insuffisante de la tete, des yeux, du tronc, des mains, des pieds; absence de ceintures de securite, de garde-corps, parapets, rampes, garde-fous, rambardes. Divers facteurs additionnels de stress occupationnels et leurs combinaisons. Facteurs psychosociaux: Absence de confort au poste de travail. Inexperience du travailleur. Grandeur d'entreprise, du secteur, du groupe. Adaptabilite psychosociale d'employe. Identification avec le groupe de travail. Insecurite d'emploi. Orientation du travailleur vers l'occupation; sa motivation pour le poste de travail. Tendance de travailleur 'a prendre des risques. Changements de technologie du travail. Changements de poste ou des conditions de travail (posture, horaire, cadence). Attitude du contremaitre; changement de contre-maitre. Forme de l'exercice d'autorite par la gestion et les cadres de l'entreprise. Divers stress psychosociaux (changement du type de remuneration; diminution de salaire; monotonie, solitude, toxicomanies, affection mentales, etc.). Mauvaises relations patronatsyndicat ou conflits de travail non reglees. Information sur l'accident. Identification de la personne accidentee; age et donnees demographiques. Experience dans l'entreprise et au poste de travail; temps: date, jour de la semaine, heure; temps apres embauche; forme d'accident; nature et siege de la lesion; facteurs relies et circonstances contributives; premiers soins, hospitalisation, chirurgie, readaptation. Resultat medical, type et degre d'incapacite. Absent6isme: jours perdus, indemnises et "standards" (deces ou incapacite permanente totale = 6,000 jours standards). Nombre des blessures anterieures: au travail et hors de travail. 'Confrontation de differentes opinions des milieux interesses. Implication d'alcool, d'autres toxicomanies, medicaments, d'autres personnes. Le National Safety Council (Chicago) a publie un ouvrage detaille sur l'information pertinente aux AT et 'a leur prevention. 13 Accident du trajet: un accident qui survient hors du lieu de travail, au cours du trajet, aller ou retour, entre le domicile du travailleur et son lieu de travail. Secteurs industriels les plus touches par les AT au Quebec: construction; bois et forets-coupe et industrie primaire; metallurgie; mines; transportcamionage; employes de municipalites et d'hopitaux. Impact des accidents du travail au Quebec 1. Sur le plan humain. Souffrances individuelles et familiales, infirmite, d6ces. Insatisfaction personnelle, conflits, dilemmes, frustrations. Stress emotionnels. D6tresse chronique. Diminution de la qualite de la vie, etc. 2. Sur le plan medical. Consequences: Blessures mineures necessitant premiers soins, sans ou avec attention medicale. Blessures plus graves, avec 587

5 Nombre de deces Nombre d'accidents avec perte de temps Maladies professionnelles Nombre de tous les accidents enregistres Nombre d'employ6s accident6s (ou survivants) avec rente annuelle Montant annuel des rentes Nombre total des employeurs Cotisations annuelles Nombre de jours indemnis6s et de jours standards Nombre d'emplois (environ) Emplois perdus: = 184,800 Moyenne d'emplois perdus/an: 26,400 Nombre de jours d'hospitalisation Taux de frequence (officieux) Taux de gravite Nombre de veuves avec rente Nombre d'orphelins au-dessous de 18 ans Masse salariale CoOt total des accidents du travail (= % de la masse salariale) ,332 1, ,639 27,128 $36,965, , ,033,188 5,757,225 23, ,425 2,939 3,272 $13,400,000,000 $891,358,000 (= 6.65%) *Source partielle: CAT, Service de statistique, Quebec. Nombre de tous les accidents Li en milliers TABLEAU 2 Bilan des accidents du travail au Quebec Quelques donn6es de r6f6rence d'une port6e socio-6cono,,,,,9ue s,%nn s s $14 $1 $ F4 75 ml...,,* Fig. 2. CoOt global des accidents du travail au Qu6bec absorb6 par les ent par la collectivit. *CoOt direct + coot connexe (indirect). 588 perte de temps (absence et incapacite): incapacite totale temporaire; incapacite partielle totale permanente. permanente; incapacite Deces Certaines consequences peuvent etre tardives: au Quebec, une fatalite 383 accidentelle est reconnue quand elle 147,350 arrive au cours d'une annee apres l'ac- 2,627 cident. On trouve parfois des hemorragies tardives, des lesions cicatrisantes, 283,855 strictures, epilepsie, cephalees, contractures, nevrites, paresies, para- 28,924 lysies, infections, imprecision des $60,053,735 mouvements, perte d'equilibre, chan- 117,772 gement de la personnalite, perte de 234,192,859 confiance en soi-meme, complexes, 8, psychonevroses posttraumatiques ou 35,700 de revendication, traumatisation de la famille, diminution de la resistance et de la coordination psychomotrice, fati- 101,751 gabilite, troubles de la memoire Stress emotionnel chronique, anxiet6, 1,923 phobies, depressions, suicide, mani- 3,108 festation psychosomatiques diverses, 3,851 perturbation des rythmes biologiques,,494,000,000 somnolence, insomnie, alcoolisme et,234,513,000 autres toxicomanies posttraumatiques. ( 8.52%) Principales natures de la lesion: Contusion, laceration, coupure; entorse, foulure, dislocation; fractures; blessures des yeux; brulures; hermies, Co u t * maladies professionnelles; amputation global et autres.4 Siege de la lesion au Quebec (1975): millions dos et colonne (17%), doigts (15%), pieds et chevilles (12%), jambes (10%), yeux (8%); suivent: bras, mains, poitrine et ventre, pouces, 1200 corps en general, orteilles, organes internes et genitaux, tete et crane, face, oreilles, pouce et doigts, cou.4 Deces par AT au Quebec: Entre et 1976, il y avait, en moyenne, deces par an. Le total des fatalites par AT a et 2,868 pour cette -800 periode de I11 ans. 3. Sur le plan social et economiques. En 1975, il y avait au Quebec 3,108 veuves et 3,851 orphelins au-dessous 600 de 18 ans, avec rentes de survivants pour AT. Le montant annuel periodique de ces rentes etait de $60 millions. Nous avons observe les facteurs socio- 400 economiques les plus frequents, en relation avec des AT: troubles d'adaptation familiale et sociale; traumatisation 200 psychique des enfants; education des enfants et leur destin compromis; desintegration de la vie familiale, sociale et professionnelle avec perte du statut social; perte de productivite; absenteisme; perte de salaire, chomage; reprises et perte economique pour l'entreprise; de't6rioration des relations humaines au travail; toxicomanies, notamment 1'al-

6 coolisme; suicides; parfois, mais rarement, un accident du travail peut etre un suicide masque; augmentation du poids des charges sociales et economiques pour la collectivite. Aggravation des relations de travail; les AT sont devenus un point important de litige dans les negociations de conventions collectives. Les Couts des Accidents du Travail au Quebec I1 est difficile de chiffrer les couits des souffrances humaines, de la deterioration du statut professionnel, social et de la misere economique de la famille des victimes. Le coiut economique des AT reflete l'ordre de grandeur des pertes qu'ils entrainent dans notre societe. Les couts directs consistent en Nombre par Ann6e heure de travail *perte de temps au-dela du jour de I'accident **au cours de 8 heures de travail *au cours de 8 heures de travail indemnites versees pour deces, incapacites et pour assistance medicale. Les cou'ts directs ne representent que la partie visible8 du coiut global reel des AT. Pour l'evaluer, il faut ajouter aux co'ts directs les couts connexes, indirects. 15 Apres l'analyse des criteres pour la proportion entre les coiuts indirects et directs en Ontario, aux Etats- Unis et en Europe, on pourrait considerer la relation de $6 'a $1 comme justifiee, pour l'estimation des coiuts des AT au Quebec, notamment au cours des annees recentes.7, 8, 12, 15 Selon ce critere, le cotut global actuel des AT est en train de grimper vers le montant annuel de $1.9 milliards ce qui represente un probleme budgetaire d'envergure pour les entreprises et toute la population du Quebec. TABLEAU 3 Fr6quence des accidents du travail au Qu6bec avec porte de temps* Un accident du travail s'est produit chaque ** 122 secondes 110 secondes 93 secondes 87 secondes 65 secondes 52 secondes 49 secondes 46 secondes 45 secondes 38 secondes 35 secondes 28 secondes 26 secondes 25 secondes 25 secondes 26 secondes TABLEAU 4 Fr6quence de tous les accidents du travail au Qu6bec Nombre Un accident Ann6e par heure du travail s'est de travail produit chaque* secondes secondes TABLEAU 5 CoOt estimatif annuel per capita des accidents du travail au Qu6bec, 1977 PER CAPITA CoOt direct* CoOt total** De toute la population $43.06 $ De la population activet $96.27 $ *CoOt direct = coot des indemnisations + assistances m6dicales **Cout total = coot direct + indirect tch6meurs inclus Entre 1969 et 1977, un total de 1,557,750 accidents du travail ont e acceptes par la Commission des AT du Quebec dont 978,263 avec absence (62.8%). En 1969, un AT avec absence s'est produit chaque 122 secondes, en 1977 chaque 45 secondes. En considerant tous les AT acceptes, un AT s'est produit chaque 40 secondes en 1969, tandis qu'en 1977 chaque 26 secondes, en 1975 et 1976 chaque 25 secondes. La frequence et la gravite des AT ne pourront etre reduites que par une approche multidisciplinaire. Afin de pouvoir comparer les statistiques sur les AT, on est oblige de mesurer leur frequence et la gravite, en relation avec l'exposition totale des travailleurs aux risques dans l'entreprise ou dans certains postes de travail. Le coiut direct de tous les AT au Quebec, entre 1969 et 1977, se chiffrait -a $1,231,372,659 ce qui correspond 'a $ par AT (en coiut direct). Entre 1969 et 1977, le Quebec ~a assume un cout global de $8,619,608,613 pour tous les AT. Cette perte considerable de $8.6 milliards a diu etre absorbee par les entreprises et par la collectivite. Prevention des Blessures Occupationnelles I1 s'agit toujours d'un compromis difficile dans les decisions touchant la souffrance humaine, les besoins de la production, des considerations socioeconomiques, la reputation de l'entreprise et les relations de travail. Principes: Identifier et essayer d'eliminer les risques au travail et les taches dangereuses. Empecher le transfert d'energie dommageable en introduisant une technique anodine pour l'accomplissement de la tache. Remplacer le travailleur par l'automatisation dans les postes dangereux, evaluer le coiut contre les dangers et les consequences. Minimiser et ralentir l'impact possible d'energie transferee. Placer une barriere impenetrable entre le travailleur et le cheminement d'energie de l'agent potentiellement dangereux (par exemple une cloison etanche contre les radiations). Techniques applique'es: Modifications sur le plan personnel: selection age, experience, habilete, personnalite; entrainement 'a la tache et en matiere de securite des travailleurs et des contremaitres; modification du comportement; persuasion, propagande, campagnes, information.20 Modification du milieu et des condi- 589

7 tions de travail (approche ergonomique). Plan rationnel et precis de mesures de securite, approuve par le medecin, officier de securite, ingenieur de production, ergonomiste, psychologue, hygieniste ou inspecteur du travail, le syndicat, la gestion de l'entreprise et l'administration publique. Amelioration du climat psychologique et social ainsi que des relations de travail. Enseignement en matiere de securit 'a tous les niveaux de 1'education. La recherche scientifique; etudes de tous les "incidences" (accidents evites) dans tous les secteurs d'activite. Aperpu de approches pratiques dans la pre'vention des AT Aspects humains: Formation professionnelle; education et entrainement des travailleurs et des contremaitres 'a la tache et vers la securite occupationnelle. Selection des criteres justifiables d'emploi pour certains postes. Emploi des handicapes dans certains travaux. Stimuler l'education continue. Aspects midicaux: sont tres peu developpes, 'a part des examens medicaux d'embauche et periodiques. Premiers soins, readaptation, reorientation, recyclage. Prevention et traitement d'alcoolisme et d'autres toxicomanies. Analyse des facteurs relies aux AT et 'a l'absenteisme. Surveillance de tous les employes aux risques eleves; suivre les stress psychosociaux. Aspects ergonomiques: Application des principes d'ergonomie (de conception et de correction). Connaissance exacte des risques et des elements d'ambiance. Mesures materielles: entretien des batiments, locaux, installations, equipement; protection des machines; ordre et proprete; surveillance des conditions de travail et de l'hygiene industrielle; amenagement du milieu occupationnel, modification d'equipment. Commandes, signaux, avertissements et controle appropries. Surveillance meteorologique. Detection precoce des substances et des facteurs nuisibles. Aspects psychosociaux: Surveillance et modifications du comportement concernant la securite'. Eliminer l'insecurite au travail et ameliorer le climat psychologique. Favoriser le confort au travail, encourager la cohesion du groupe, faciliter l'adaptation psychosociale des nouveaux employes. Preparer les travailleurs aux changements technologiques et 'a toute modification majeure dans l'entreprise. Eliminer les stress psychosociaux. Aspects de se'curite et de relations de travail: Fournir l'equipement approprie de protection individuelle. Instauration d'un programme de securit6 au travail et surveillance de son application 'a tous les echelons. Information, persuasion, campagnes, propagande, concours. Regler les relations de travail entre le syndicat et le patronat. Aspects academiques: Enseignement, recherche et services en matiere de securite. Documentation scientifique et diffusion de nouvelles notions. Innovations dans la detection des substances et facteurs nuisibles. Nouvelles approches dans le domaine de la prevention des AT. Aspects administratifs et legaux: Enquetes approfondies et multidisciplinaires sur tous les AT. "Comit6s paritaires" de sante et de securite. Conseils d'orientation et de placement. Plan d'urgence en cas d'incendie et de desastres. Introduction d'une legislation adequate. Le probleme de la prevention des AT est toujours complexe et multidisciplinaire. 2 3, 9, 13, 20 La prevention et l'elimination complete des derniers 10%, par exemple, entrainerait des cou'ts exorbitants. {COUT DE LA PREVENTION DES A T O REDUCTION DE LA 100% FREQUENCE DES AT Fig.3. Relation entre le %de r6duction de la fr6quence des accidents du travail et le coot de leur prevention. Le dernler accident I 6lminer serait le plus cooteux. Nous insistons sur le fait que les AT sont des evenements imprevus mais tres peu restent imprevisibles. L'experience de la NASA confirme cette opinion. Entre les incertitudes et les improvisations qui regnent actuellement dans le domaine de la securite occupationnelle et l'approche perfectionniste de la NASA, essayant de proteger l'homme dans toutes ces taches et conditions de contrainte, nous devrons trouver des solutions empiriques, rationnelles et scientifiques ainsi que des moyens financiers appropnes de maitriser la situation penible provenant des consequences nefastes des accidents du travail au Quebec. Les medecins de famille auront un role important et progressif 'a jouer dans le developpement d'un effort accru et concert6. ) References 1. American National Standards Institute (ANSI): American National Standard Method ofrecording and Measuring Work Injury Experience, ANSI, New York, Bureau International du Travail: Encyclope'die de Medecine, d'hygiene et de Se'curite du Travail, Geneve, BIT (I), 1973, (II), Bureau International du Travail: La prevention des Accidents. Cours d'education Ouvriere, Geneve, BIT, La Commission des Accidents du Travail: (CAT): Rapports Statistiques, CAT, Quebec, ; Rapports Annuels, CAT, Quebec, Farmer E, Chambers EG: A Psychological Study ofindividual Differences in Accident Rates. Brit. Industr. Fatigue Res. Board, No. 38, Faverge JM: Psychosociologie des Accidents du Travail. Paris, Presse Universitaire de France, Financial Post, Toronto, 13 aout Fletcher JA, Douglas HM: Total Environmental Control, National Profile, Toronto, Gauvain S, Hall SA: Occupational Safety and Accident Prevention. In: Schilling, RSF (Edit.): Occupational Health Practice, Butterworths, London, 1973, pp Greenwood M, Woods HM: A Report on the Incidence of Industrial Accidents Upon Individuals with Special Reference to Multiple Accidents. Brit. Industr. Fatigue Res. Board, No. 4, Haddon W Jr, Suchman EA, Klein DA: Accident Research: Its Methods and Approaches. New York, Harper & Row, Le Moniteur, Paris, 22 decembre National Safety Council (NSC): Accident Prevention Manual for Industrial Operations, NSC, Chicago, 1977, p Robens L: Safety and Health at Work. HM Stationery Office, London, 1972, p Rohan P: Etude sur les Accidents du Travail ( ) au Quebec, INRS- Sante, Montreal, Rohan P: Conse'quences de l'alcool pour l'industrie. In: Alcoolisme, Probleme Industriel. APA1, Montreal, 1977, pp Schwenger CW: Injuries and Injury Control, Can. J. Publ. Health 66:221, Selye H: Stress sans detresse. La Presse, Montreal, Singleton WT: Introduction a l'ergonomie, OMS, Geneve, Surry J: Industrial Accident Research: A Human Engineering Appraisal, Toronto, Labour Safety Council of Ontario, Waller JA: Current Issues in the Epidemiology of Injury. Am. J. Epidemiol. 98:72,

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc

PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc CONGRES UCL DE MEDECINE GENERALE 1 juin 2013 PROTEGER SON DOS ex. Cliniques St Luc Philippe Mahaudens, PhD Faculté des sciences de la motricité UCL Service de Médecine Physique et Réadaptation, Saint-Luc

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE

Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Fiche résumée : AIDE À DOMICILE Aide ménagère Auxiliaire de vie Auxiliaire de vie sociale Auxiliaire familiale Employé familial Assistant de vie aux familles Assistant de vie dépendance Aide aux personnes

Plus en détail

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST)

POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) POLITIQUE EN MATIERE DE SANTE SECURITE AU TRAVAIL (SST) Etapes Actions Pilote de l action Description et type de documents 1 Définition d une politique Santé Sécurité au Travail Top Management + externe

Plus en détail

Le risque TMS chez les intervenants à domicile

Le risque TMS chez les intervenants à domicile Le risque TMS chez les intervenants à domicile Quelques chiffres accident est dû aux manutentions manuelles Quelques chiffres + de 85% des maladies professionnelles sont des T.M.S. 5 tableaux de maladies

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs

GRILLE D AUTODIAGNOSTIC. en santé et en sécurité du travail. Chariots élévateurs Identification de l équipement: Date: Chariots élévateurs 3 Éléments du chariot 1 Mât d élévation 2 Vérin 3 Fourches 4 Tablier du porte-fourches 5 Roues motrices 6 Roues de direction 7 Châssis 8 Frein

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

La perte de vigilance ou l'attention perturbée

La perte de vigilance ou l'attention perturbée ANNEXE F La perte de vigilance ou l'attention perturbée I Perte de vigilance II Attention perturbée ou «distraction» DGO / étude des accidents corporels 2007-2011 1 DGO / étude des accidents corporels

Plus en détail

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre

o Anxiété o Dépression o Trouble de stress post-traumatique (TSPT) o Autre Page 1 Garantie Responsabilité civile - Lésions corporelles de l assurance automobile - Étude des dossiers de demande d indemnisation fermés en Ontario Descriptions des blessures Élaborées à partir des

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif)

Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1et PSE2 (Horaires à titre indicatif) Contenu de la formation PSE1 LE SECOURISTE : 1 h 30 Indiquer le rôle et les responsabilités d un secouriste. Indiquer les connaissances

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Les effets nocifs du bruit sur l'homme

Les effets nocifs du bruit sur l'homme La santé n'est pas seulement l'absence de maladie mais un état de complet bien être physique, mental et social (OMS) Le bruit est un ensemble confus de sons non désirés (Littré) ou un ensemble de sons

Plus en détail

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001

Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 Table des matières 1. Généralités Introduction Table des matières Auteurs Index alphabétique n o 2002/1 15 04 2002 n o 2001/1 30 01 2001 2. Politique de sécurité Accueil et formation des nouveaux engagés

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP

Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Prévenir et Indemniser la Pénibilité au Travail : le Rôle des IRP Les facteurs de pénibilité applicables au 1 er janvier 2015 T R A V A I L D E N U I T T R A V A I L E N É Q U I P E S S U C C E S S I V

Plus en détail

Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus

Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus 2002-2011 Le document Portrait des lésions professionnelles chez les travailleurs de 55 ans et plus 2002-2011 a été préparé

Plus en détail

Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins. Année 2012

Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins. Année 2012 Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins Année 2012 Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins Année 2012 Le document Portrait des jeunes travailleurs de 24 ans ou moins Année 2012

Plus en détail

Oasis. Le Compétiteur COUP D ŒIL SUR. Individual critical. illness insurance

Oasis. Le Compétiteur COUP D ŒIL SUR. Individual critical. illness insurance CRITICAL ASSURANCE ILLNESS INVALIDITÉ INSURANCE INDIVIDUELLE AT A GLANCE Oasis COUP D ŒIL SUR Individual critical Le Compétiteur illness insurance Table des matières Le Compétiteur...................................1

Plus en détail

Performance des organisations Santé au travail

Performance des organisations Santé au travail LA PRÉVENTION DES TMS ET DES ACCIDENTS DE TRAVAIL LIÉS A LA MANUTENTION DE CHARGES Centre de Gestion du Tarn et Garonne Le 4 octobre 2012 Performance des organisations Santé au travail SOMMAIRE Performance

Plus en détail

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS)

TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES (TMS) Repères Les troubles musculo-squelettiques (TMS) rassemblent un ensemble large de pathologies qui affectent les muscles, les tendons et les nerfs des membres supérieurs et inférieurs au niveau du poignet,

Plus en détail

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée :

«Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : «Première journée franco-marocaine de médecine du travail» Organisée : En partenariat, entre l Association Nationale de Médecine du Travail et d Ergonomie du Personnel des Hôpitaux et la Société Marocaine

Plus en détail

Page 1. Le Plan de Prévention

Page 1. Le Plan de Prévention Page 1 Le Plan de Prévention 01 LA REGLEMENTATION Rappel : Le document Unique d Evaluation des Risques Dans toute entreprise, le chef d entreprise a pour obligation d assurer la sécurité et la santé de

Plus en détail

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier

Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Santé, Sécurité, Environnement Conduire : un acte de travail Prévention du risque routier Formation initiale AP Formation ACMO 2010 Le risque routier : un risque professionnel majeur Les accidents de la

Plus en détail

Présentation 2007. pour. Observatoire Vieillissement et Société

Présentation 2007. pour. Observatoire Vieillissement et Société Présentation 2007 pour Observatoire Vieillissement et Société Stéphane Tremblay Directeur de Territoire Région de l Est Qu est-ce que Lifeline? Argus? Philips? Lifeline est un service de télésurveillance

Plus en détail

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST.

à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de la prévention incendie ; à l inspecteur à la prévention ; au Comité SST. GRILLE D AUTO-ÉVALUATION EN SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL COMMISSION SCOLAIRE DES PATRIOTES GÉNÉRALE Juin 2002 DOCUMENT À CONSERVER ET À FOURNIR SUR DEMANDE : à l inspecteur de la CSST ; à l inspecteur de

Plus en détail

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ

POLITIQUE DE BIOSÉCURITÉ Date d entrée en vigueur: Mai 2006 Remplace/amende: VRS-52/s/o Origine: Vice-rectorat aux services Numéro de référence: VPS-52 DÉFINITION Une substance biologique dangereuse se définit comme un organisme

Plus en détail

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES

ACCUEIL DES ENFANTS DANS UN LIEU ADAPTE A UN ACCUEIL A CARACTERE FAMILIAL : BASES METHODOLOGIQUES MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION ACCUEIL

Plus en détail

D'une demande d'amélioration aux

D'une demande d'amélioration aux D'une demande d'amélioration aux indicateurs de l'action Auteurs : Philippe Meslage, Philippe Di Driat, Gérard Maigné, Jean-François Bergamini, Dominique Dubois Picard, Dominique Leuxe 31 ème journées

Plus en détail

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB

lu ~~ FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE Référence: DB FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Angers, le 25 juin 2009 CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE lu ~~ Référence: DB Objet: Nouvelles fiches de saisine du Comité Technique Paritaire Circulaire sur le stress

Plus en détail

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE EXPLOITATION AGRICULTURE ET HORTICULTURE

ASSURANCE RESPONSABILITÉ CIVILE EXPLOITATION AGRICULTURE ET HORTICULTURE POLICE ENTREPRISES CBC AGRICULTURE ET HORTICULTURE La police entreprises agriculture et horticulture de CBC protège l'assuré / les assurés contre divers risques dans sa / leur vie professionnelle Toute

Plus en détail

Pour tester vos connaissances, répondez correctement aux questions suivantes. Bonne chance!

Pour tester vos connaissances, répondez correctement aux questions suivantes. Bonne chance! NOM durée contexte contenu objectif cibles: QUIZZ 5 à 15 minutes formation / mise à disposition des artisans de passage à la CMAR / entreprise 8 quizz thématiques tester la connaissance des participants

Plus en détail

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur;

Sont assimilées à un établissement, les installations exploitées par un employeur; Arrêté royal du 4 décembre 2012 concernant les prescriptions minimales de sécurité des installations électriques sur les lieux de travail (M.B. 21.12.2012) Section I er. - Champ d'application et définitions

Plus en détail

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités

Les 5 étapes du management des. risques routiers. pour les entreprises et les collectivités Les 5 étapes du management des risques routiers pour les entreprises et les collectivités Qu'est-ce que le C.P.A.T.S.? Le C.P.A.T.S., Centre de Psychologie Appliquée aux Transports et à leur Sécurité,

Plus en détail

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes

Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Formation analyse des accidents du travail avec l arbre des causes Rappel: définitions Accident: - événement soudain Permet de distinguer l accident de la maladie, et en particulier de la maladie professionnelle

Plus en détail

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013

Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Les risques professionnels en EHPAD Carsat-am, juin 2013 Principaux risques professionnels Risques liés aux manutentions /mobilisation de personnes, lombalgie, TMS Déplacements, mobilisation de personnes

Plus en détail

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18

CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15 Art. R. 233-16 Art. R. 233-17 Art. R. 233-18 CODE DU TRAVAIL Art. R. 233-15.- Les éléments mobiles de transmission d'énergie ou de mouvements des équipements de travail présentant des risques de contact mécanique pouvant entraîner des accidents doivent

Plus en détail

BND rapport annuel 2000 BND BANQUE NATIONALE DE DONNEES

BND rapport annuel 2000 BND BANQUE NATIONALE DE DONNEES BND BANQUE NATIONALE DE DONNEES RAPPORT ANNUEL 2000 1 TABLE DES MATIERES 1 INTRODUCTION... 4 2 CONTENU DE LA BND... 4 2.1.1 DONNEES GENERALES CONNUES DE LA CDC... 4 2.1.2 DONNEES ISSUES DE LA BND... 5

Plus en détail

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT

& BONNES POSTURES TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES. Le guide. Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 1 28/07/2011 08:28:01 & BONNES S TMS TROUBLES MUSCULO-SQUELETTIQUES Le guide Guide offert par la MNT A5-MNTrefonte.indd 2 28/07/2011 08:28:02 SOULEVER UN OBJET LOURD OU UNE PERSONNE

Plus en détail

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG

GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG GUIDE DE BONNES PRATIQUES POUR LA COLLECTE DE PILES ET ACCUMULATEURS AU LUXEMBOURG Version 1.0 1 Avant-propos Ce guide de bonnes pratiques a été préparé pour fournir des informations concernant la collecte

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Symptômes et atteintes qui touchent principalement ces structures : nerfs muscles tendons ligaments articulations vaisseaux sanguins Cela peut se produire

Plus en détail

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets

LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ. Agents réalisant la collecte des déchets LIVRET DE CONSIGNES DE SÉCURITÉ Agents réalisant la collecte des déchets Sommaire 1- Enjeux et objectifs de ce livret... 3 2- Au départ (Avant la collecte)... 4 2.1 Les équipements de protection individuelle

Plus en détail

1- LES CHUTES DE PERSONNES...

1- LES CHUTES DE PERSONNES... 7 1-1- LES CHUTES DE PERSONNES... sont la cause de plusieurs accidents de travail Les chutes n ont pas de cible. Qui n est pas tombé dans un stationnement, en sortant de sa voiture, en se rendant à sa

Plus en détail

LA SÉCURITÉ SUR LES TERRAINS DE JEU. Inspections et politiques

LA SÉCURITÉ SUR LES TERRAINS DE JEU. Inspections et politiques LA SÉCURITÉ SUR LES TERRAINS DE JEU Inspections et politiques Le programme Actifs et en sécurité L initiative de prévention des blessures «Actifs et en sécurité» a été lancée par l Agence de la santé publique

Plus en détail

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30

SANTE AU TRAVAIL. Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 SANTE AU TRAVAIL Risques Psycho-Sociaux & Document Unique, démarche intégrée? Mardi 17 janvier Citédes Entreprises 8h30-10h30 Le management des RPS dans son entreprise RPS, de quoi parle-t-on? Quelle démarche

Plus en détail

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle

Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles. Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : les accidents du travail et les maladies professionnelles Objectif général: distinguer accident du travail et maladie professionnelle Chapitre 4 : AT et MP A la fin de ce thème, vous devrez

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008

LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES. Le 2 décembre 2008 LES TROUBLES MUSCULOSQUELETTIQUES Le 2 décembre 2008 DEROULEMENT DE LA RENCONTRE 1ère partie : les localisations des TMS, les facteurs d'apparition, la prise en charge thérapeutique 2ème partie : les chiffres

Plus en détail

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux

Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Les maladies chroniques et les soins infirmiers : Résumé des enjeux Quel est l enjeu «Les maladies chroniques constituent le principal problème de morbidité à l échelle mondiale et un obstacle majeur au

Plus en détail

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques

Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Livraison de boissons dans les cafés, hôtels, restaurants et discothèques Auteurs Christophe BALLUE (CRAMIF) Gérard LAVERGNE (CRAMIF) Guy VERNOIS (INRS) Ont collaboré à cette fiche La Fédération nationale

Plus en détail

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ

FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ SureSelect Strand-Specific RNA Library Prep Kit Box 1-ILM-96 Samples, Part Number 5500-0117 SECTION 1 Identification de la substance/du mélange et de la société/ l entreprise

Plus en détail

HUMI-BLOCK - TOUPRET

HUMI-BLOCK - TOUPRET FICHE DE DONNEES DE SECURITE Révision antérieure : (Selon l annexe II du Règlement REACH de l UE 1907/2006) Mise à jour : 19 janvier 2010 Version : 1 HUMI-BLOCK - TOUPRET 1-IDENTIFICATION DU PRODUIT ET

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

COMMENT EVALUER UN RISQUE

COMMENT EVALUER UN RISQUE COMMENT EVALUER UN RISQUE Rappel : danger et risque Le danger est la propriété ou capacité intrinsèque d un équipement, d une substance, d une méthode de travail, d un environnement à causer un dommage

Plus en détail

La recherche universitaire en sécurité routière

La recherche universitaire en sécurité routière La recherche universitaire en sécurité routière François Bellavance, PhD Professeur, HEC Montréal Directeur Laboratoire sur la sécurité des transports Centre de recherche sur les transports (CRT) Centre

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER HONORE-MERCIER INC. DÉPARTEMENT DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE SANTÉ AU TRAVAIL BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS FICHIER-CADRE GRUTIER

CENTRE HOSPITALIER HONORE-MERCIER INC. DÉPARTEMENT DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE SANTÉ AU TRAVAIL BATIMENTS ET TRAVAUX PUBLICS FICHIER-CADRE GRUTIER rentre de documentation Département de santé communautaire nîsaasgss^' CENTRE HOSPITALIER HONORE-MERCIER INC. DÉPARTEMENT DE SANTÉ COMMUNAUTAIRE SANTÉ AU TRAVAIL CENTRE H Z&VSSS*»* N - ;01 'MV, 1 -FRAMBOISE

Plus en détail

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO

LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO LA SANTÉ MENTALE EN ONTARIO Document d orientation pour l engagement des partenaires francophones en vue de valider les priorités en santé mentale et lutte contre les dépendances en Ontario Réseau franco-santé

Plus en détail

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau

Risques liés à l'activité physique au travail. Mireille Loizeau Risques liés à l'activité physique au travail Mireille Loizeau Cours DIUST Paris Descartes-20 janvier 2015 1 Activité physique 2 Définition Quotidien Travail Loisirs Sports... Définition Organisation Mondiale

Plus en détail

> Exercices d'étirement au travail

> Exercices d'étirement au travail Page 1 sur 7 Accueil > Réponses SST > Ergonomie > Ergonomie au bureau - Le bureau moderne > Exercices d'étirement au travail Pourquoi est-il important de s'étirer? Que peut-on faire pour minimiser les

Plus en détail

Les risques professionnels : quels enjeux pour l entreprise de Services à la Personne?

Les risques professionnels : quels enjeux pour l entreprise de Services à la Personne? Les risques professionnels : quels enjeux pour l entreprise de Services à la Personne? Page 1 Risques professionnels et SAP? Préambule: les rôles et missions de la Carsat Sud-Est concernant les risques

Plus en détail

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective

assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective Les forces du changement en assurance collective Denis Gobeille, M.Sc. R.I., CRHA Conseiller en assurance collective La pénurie de main-d œuvre ralentira la croissance D ici 2030, il manquera 363 000 travailleurs

Plus en détail

CANADA. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de dollars canadiens (CAD).

CANADA. Les dépenses sociales sont exprimées en millions de dollars canadiens (CAD). CANADA Nomenclature AC Assurance chômage AE Assurance emploi (remplace l AC depuis le 1 er juillet 1996) RAPC Régime d'assistance publique du Canada RPC et RRQ Régime de pensions du Canada et Régime de

Plus en détail

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO

CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO CODE DE CONDUITE FOURNISSEUR SODEXO Avril 2014 SOMMAIRE INTRODUCTION 3 INTEGRITE DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES 4 DROITS DE L HOMME - DROITS FONDAMENTAUX AU TRAVAIL 5 Elimination de toute forme de travail

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE

RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 Date de création/révision: 25/10/1998 FICHE DE DONNEES DE SECURITE NON CLASSE RAID PIEGES ANTI-FOURMIS x 2 1/5 RAISON SOCIALE JOHNSONDIVERSEY FICHE DE DONNEES DE SECURITE RISQUES SPECIFIQUES NON CLASSE 1 IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE - NOM DU PRODUIT RAID PIEGES ANTI-FOURMIS

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)?

Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Qu est-ce qu un trouble musculosquelettique (TMS)? Ensemble de symptômes et d atteintes qui touchent principalement : nerfs ligaments tendons vaisseaux sanguins articulations disques intervertébraux muscles

Plus en détail

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux

Évolution de l accidentalité et futurs enjeux COTITA Centre Est 29 mai 2012 Évolution de l accidentalité et futurs enjeux Christian Machu Secrétaire général-adjoint Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) Sommaire 1.

Plus en détail

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2

Document adopté à la 351e séance de la Commission, tenue le, 30 novembre 1990, par sa résolution COM-351-9.1.2 Cat. 2.115.9.3 L'UTILISATION DES INFORMATIONS OBTENUES LORS D'UN EXAMEN MÉDICAL PRÉ- EMBAUCHE POUR CONTESTER UNE RÉCLAMATION POUR LÉSION PROFESSIONNELLE ET LE DROIT AU RESPECT DE SA VIE PRIVÉE Novembre

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Protégez-vous des risques àl'origine des troubles musculo-squelettiques (TMS) Information prévention. Vous travaillez dans un atelier de mécanique?

Protégez-vous des risques àl'origine des troubles musculo-squelettiques (TMS) Information prévention. Vous travaillez dans un atelier de mécanique? Réseaux de veille et de prévention des risques professionnels en PACA Information prévention agir pour votre santé au travail Vous travaillez dans un atelier de mécanique? Protégez-vous des risques àl'origine

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau

Table des matières. Introduction. L ergonomie au bureau 5e édition Résumé L ergonomie s intéresse à l adaptation du travail au travailleur. Par «travail», on entend ici le milieu de travail, le poste de travail et les tâches à accomplir. Les conditions ergonomiques

Plus en détail

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012

les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 PAUSE-CAFE les CABINETS COMPTABLES 25 octobre 2012 Plan de la réunion Missions de votre service de santé au travail L élaboration du Document Unique Les risques du métier de comptable Conclusion et échanges

Plus en détail

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N i1007 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le. PROPOSITION DE LOI visant à renforcer la protection et la sécurité

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle

Démarche d évaluation médicale et histoire professionnelle révention Comment évaluer les troubles musculosquelettiques (TMS) reliés au travail? L histoire professionnelle est le meilleur outil pour dépister les TMS et les prévenir Ce questionnaire de dépistage

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

Manutention et Levage

Manutention et Levage Manutention et Levage Manutentions Manuelles : la norme NF X35-109 La masse unitaire maximale acceptable est fixée à 15kg pour le soulever/ tirer Pour les hommes et les femmes. Et ce, dans des conditions

Plus en détail

La gestion de la fatigue au quotidien, une question de temps ou de contraintes de travail?

La gestion de la fatigue au quotidien, une question de temps ou de contraintes de travail? 27 janvier 2006 La gestion de la fatigue au quotidien, une question de temps ou de contraintes de travail? Pierre-Sébastien Fournier pierre-sebastien.fournier@mng.ulaval.ca Présentation 1. Contexte de

Plus en détail

FICHE DE DONNEE SECURITE

FICHE DE DONNEE SECURITE Degy Anti-fourmis 28/03/12 page1/6 FICHE DE DONNEE SECURITE 1. IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PREPARATION ET DU FOURNISSEUR Désignation commerciale: DEGY ANTI-FOURMIS Utilisation de la préparation : Produit

Plus en détail

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL

PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Développer, Optimiser, Maintenir la Performance de lhomme et de lentreprise PREVENTION EVALUATION ET MANAGEMENT DU RISQUE SOCIAL Le «Risque Social» doit être pris en charge comme nimporte quel autre type

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise

SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise SECTION 1: Identification de la substance/du mélange et de la société/l entreprise Identificateur de produit Nom commercial Utilisations identifiées pertinentes de la substance ou du mélange et utilisations

Plus en détail

Produits dangereux. Définition

Produits dangereux. Définition Produits dangereux Définition Les produits dangereux sont capables de provoquer des effets indésirables en cas de contact ou d ingestion. Ces effets peuvent se manifester sous forme de : intoxication ;

Plus en détail

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43

LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE. Comité pédagogique SAP SDIS 43 LES ACCIDENTS DUS A L ELECTRICITE Comité pédagogique SAP SDIS 43 DEFINITIONS Electrisation: manifestations physiopathologiques liées au passage du courant dans l organisme Electrocution: décès par électrisation

Plus en détail

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452

reco Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole R.452 reco du comité technique national des commerces non alimentaires Chargement, transport et déchargement de combustibles solides, fioul domestique et gazole Pour vous aider à prévenir les accidents, des

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Vulcano Pièges Fourmis

Vulcano Pièges Fourmis FDS Conforme au règlement 1907/2006/CE et 1272/2008/CE 16-12-10- Page 1/5 FICHES DE DONNEES DE SECURITE 1. IDENTIFICATION DU PRODUIT ET DE LA SOCIETE Produit : Utilisation : Fournisseur : Vulcano Pièges

Plus en détail

SEHY Digest Législatif

SEHY Digest Législatif SEHY Digest Législatif Vanmol Thierry Senior Advisor Gestion des risques & Bien-être essenscia Wallonie tvanmol@essenscia.be 02 238 97 79 Plan Santé-Sécurité-Bien-être 2008-2012 Démultiplication de la

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15)

Calendrier Prévisionnel des Formations Inter-Entreprises 2015 Agence de BORDEAUX (Saint Aubin) (dernière mise à jour : 31/08/15) Préparations à l'habilitation électrique Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Initial Electricien B1 B2 B1V B2V BT BR Recyclage (1,5 jours) Non électricien exécutant B0 H0 Initial / Recyclage Non électricien

Plus en détail

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges

Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Guide d application de la convention collective du personnel de soutien des collèges Les indemnités de la CSST ou de l Employeur Clause 7-14.33 Comparaison des droits d accident du travail vs régime d

Plus en détail

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme*

5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* Communiqué de presse Gennevilliers, le 05 Septembre 2013 5 e Baromètre ALMA CG sur l Absentéisme* L Absentéisme en France augmente de 18% en 2012, ce qui représente une moyenne de 16,6 jours d absence

Plus en détail

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES

MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES MASTER PREVENTION DES RISQUES ET NUISANCES TECHNOLOGIQUES 1 I. Les textes applicables Décret du 8 janvier 1965 modifié qui concerne les mesures de protection applicables aux établissements dont le personnel

Plus en détail

BAREME D INFIRMITE CRANE ET RACHIS MEMBRES SUPERIEURS DROITE GAUCHE MEMBRES INFERIEURS

BAREME D INFIRMITE CRANE ET RACHIS MEMBRES SUPERIEURS DROITE GAUCHE MEMBRES INFERIEURS BAREME D INFIRMITE L INFIRMITE PERMANENTE TOTALE - Aliénation mentale incurable et totale résultant directement et exclusivement d un accident 100 % - Perte complète de la vision des deux yeux 100 % -

Plus en détail

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise

1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Mise à jour: 05.11.2010 Version 2 / Page 1 de 5 1. Identification de la substance/ préparation et de la société/ entreprise Identification de la substance ou de la préparation Nom commercial du produit:

Plus en détail