Rapport préliminaire de la campagne de fouille 2003 à Qasr al-hayr al-sharqi et al-bakhra (Syrie)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport préliminaire de la campagne de fouille 2003 à Qasr al-hayr al-sharqi et al-bakhra (Syrie)"

Transcription

1 Rapport préliminaire de la campagne de fouille 2003 à Qasr al-hayr al-sharqi et al-bakhra (Syrie) Denis Genequand 1 1. Introduction Les travaux conjoints des missions syrienne et syro-suisse se sont déroulés du 2 juin au 17 juillet 2003 à Qasr al-hayr al-sharqi, puis du 19 au 31 juillet 2003 à al-bakhra. Il nous revient ici de remercier le D r Tammam Fakouche, Directeur général de la Direction Générale des Antiquités et Musées de Syrie (DGAM), et le D r Michel al-maqdissi, Directeur du Service des Fouilles et Etudes Archéologiques, de leur accueil, de nous avoir accordé les autorisations de travail et de nous avoir grandement facilité les tâches d organisation de la mission. La Fondation Suisse-Liechtenstein pour la Recherche Archéologique à l Etranger (FSLA) a permis le projet en le finançant; qu elle trouve ici l expression de notre reconnaissance. La direction des missions syrienne et syro-suisse était assurée respectivement par Walid al-as ad (directeur du bureau de Palmyre de la DGAM) et Denis Genequand. Les membres de la mission ont été Mmes Marcia Haldemann (IASA/Lausanne) et Sophie Reynard (géomètre-topographe, Paris), MM. Cyril Achard (Université de Paris IV), Muhammad al-as ad (DGAM/Palmyre), Jamil Hassan (DGAM/Palmyre) et Yasser Khatib (DGAM/Palmyre), auxquels se sont joints une vingtaine d ouvriers à Qasr al-hayr al-sharqi et six à al-bakhra. Christian de Reynier (SPMS/Neuchâtel) a assuré toute la partie graphique du travail après la fouille (DAO, mise au net des plans et coupes), nous l en remercions vivement. Nous tenons aussi à remercier le Council for British Research in the Levant (CBRL) à Amman, auquel le projet est affilié, et l Institut Français d Archéologie du Proche-Orient (IFAPO) à Damas pour l aide fournie en termes de matériel et d organisation. A Qasr al-hayr al-sharqi, quatre chantiers ont été ouverts, auxquels se sont ajoutés des travaux de topographie et d analyse architecturale. L objectif de ces opérations était soit de continuer à documenter les zones déjà fouillées par le bureau de Palmyre de la DGAM, soit d en documenter de nouvelles, dans la perspective d une étude globale du site qui tienne compte de sa longue histoire et de toutes ses composantes. C est ainsi que des sondages stratigraphiques ont été ouverts dans ce qu il est convenu d appeler la petite enceinte et la grande enceinte, que des compléments de fouille ont été effectués dans la mosquée médiévale et, dans une moindre mesure, dans la mosquée umayyade; enfin des sondages ont également été ouverts dans l un des châteaux construits en brique crue au sud du site. Les travaux de topographie ont compris l implantation d une polygonale, puis un nouveau relevé très détaillé, mais pas encore achevé, de l ensemble du site. L analyse architecturale s est concentrée sur les maçonneries de la petite enceinte. Sur le site d al-bakhra, ce sont deux sondages stratigraphiques qui ont été effectués ainsi que des compléments au plan général et le relevé de détail de quelques fragments et blocs d architecture épars dans les ruines. Ce travail faisait suite à la prospection menée en 2002 et avait principalement pour but de préciser les datations obtenues sur la base des vestiges architecturaux et du mobilier de surface. Les résultats que nous présentons ici sont préliminaires et susceptibles d être modifiés par la suite, lorsque les différentes études en cours seront terminées. 1 Council for British Research in the Levant Amman (CBRL)/Institut d Archéologie et des Sciences de l Antiquité de l Université de Lausanne (IASA). 69

2 2. Qasr al-hayr al-sharqi On rappellera en quelques lignes que Qasr al-hayr al-sharqi est l une des plus importantes fondations umayyades dans la steppe syrienne. Le site a été partiellement étudié par une mission américaine dans les années 1960 et, à partir de 2002, par la mission syro-suisse 2. On sait par une inscription, aujourd hui perdue, que le calife umayyade Hisham b. Abd al-malik a fondé là, en 110/728 9, une madina. Le site comprend deux monuments principaux, la petite enceinte, qui est un palais, et la grande enceinte, sorte de ville nouvelle (fig. 1 et 2). Un mur long de plus de 15 km forme ce qu on appelle l enceinte extérieure. Il est percé de plusieurs portes et englobe 7 km 2 de terres en partie irriguées. Sa fonction exacte enclos agricole, jardin, ou parc à animaux n est pas connue. A proximité de l une des portes de ce dernier se trouvent deux édifices à cour centrale, que nous avons appelés les châteaux sud ou les châteaux en brique crue. Enfin, au nord, à l est et, dans une moindre mesure, au sud de la petite enceinte et de la grande enceinte, se voient les vestiges de nombreux bâtiments plus petits des maisons également construits en brique crue et remontant vraisemblablement à la haute époque islamique. La madina mentionnée dans l inscription a toujours été interprétée comme étant la grande enceinte. Cependant, l origine de la pierre inscrite n étant pas Fig. 1 Qasr al-hayr al-sharqi, plan général (C. de Reynier, d après Grabar et al. 1978). Fig. 2 Plan de la petite enceinte et de la grande enceinte (d après Grabar et al. 1978). 1 2 Grabar et al. 1978; Genequand 2003b. 70

3 Fig. 2 absolument claire, il n est pas exclu que le terme ait eu un sens un peu plus large et se soit appliqué à l ensemble du site et non à l une seule de ses composantes. Après une longue occupation, dont la nature va progressivement se modifier, Qasr al-hayr al-sharqi est abandonné au X e siècle, puis sera réoccupé durant la seconde moitié du XII e siècle. Cette réoccupation va durer un peu moins de deux siècles et va voir l édification d une petite ville dans et entre la petite enceinte et la grande enceinte umayyades aux remparts encore bien préservés Sondage stratigraphique dans la grande enceinte La grande enceinte, qu elle soit la madina attribuée au calife Hisham b. Abd al-malik par l inscription ou qu elle n en soit qu un élément, correspond néanmoins à ce que l on peut appeler une ville nouvelle. Elle regroupe, à l intérieur de son rempart ( m), douze unités distinctes organisées autour d une cour centrale: une mosquée, une unité administrative, une unité industrielle, six unités d habitation et trois unités, dans les angles, qui auraient été composées de deux cours rectangulaires et seraient restées vierges de constructions. Cette dernière interprétation repose en fait sur un argument a silentio, puisqu une seule de ces unités a véritablement fait l objet de sondages lors des fouilles des années L ensemble de l édifice semble avoir été occupé selon son plan original aux époques umayyade et abbasside, puis a été abandonné. Il ne sera réoccupé que durant la période médiévale. Un sondage a été entrepris pour clarifier la situation stratigraphique dans l édifice. De plus, afin d obtenir un maximum de données nouvelles, il a été implanté dans son angle sud-ouest, soit dans l une des zones réputées non construites à l époque umayyade, mais non investiguées. C est aussi l une des zones où l épaisseur des niveaux archéologiques paraît la plus importante, laissant envisager une séquence stratigraphique la plus complète possible. D une surface de 4 6 m, le sondage a été implanté perpendiculairement et contre le mur d enceinte occidental (fig. 3 et 4). Il a permis de mettre en évidence trois phases principales de construction: une phase umayyade, une phase abbasside et une phase médiévale. 71

4 Phase umayyade La phase la plus ancienne correspond à la construction originale umayyade. Contre le mur d enceinte occidental, qui est élevé entièrement en pierre, a été bâti un second mur (fig. 5). Ce dernier est fait d un soubassement de deux assises de pierre, puis d une élévation de brique crue (briques de cm). Il est large de 0.80 m. Sa fondation dans une tranchée un peu plus large que le mur lui-même est faite d un blocage de mortier de chaux très cendreux (gris foncé à anthracite) mélangé à de petites pierres. Ce mur présente, dans ses matériaux et ses techniques de mise en œuvre, toutes les caractéristiques des autres constructions umayyades du site. Mais surtout, il corres- 72

5 Fig. 3 Plan du sondage stratigraphique dans la grande enceinte. Fig. 4 Vue du sondage stratigraphique dans la grande enceinte. Fig. 5 Sondage stratigraphique dans la grande enceinte, détail du mur adossé à l enceinte. 5 pond à l une des observations faites durant les fouilles des années 1960, à savoir que les différentes unités bâties qui composent la grande enceinte ont toujours un mur en brique crue qui vient doubler le rempart. Un épais niveau de sol en mortier venait s appuyer contre la fondation de ce mur adossé à l enceinte. C est une chape de mortier de chaux grisâtre mélangé à des graviers; son épaisseur moyenne est de 6 à 8 cm. L une des principales caractéristiques de ce sol est d avoir été complètement cassé et retourné et il ne subsiste plus que sous forme de plaques de dimensions variables, généralement posées obliquement, de travers ou à l envers sur le remblai sous-jacent, lui-même posé sur le terrain naturel. La raison de cette destruction, qui n est en aucun cas due à la ruine progressive de l édifice, mais bien à un acte fait volontairement, nous échappe encore. Il est toutefois clair que cela a été fait avant que le mur décrit précédemment ne s effondre, marquant ainsi l abandon de la pièce ou du local dans lequel le sondage a été effectué. Le mur de brique crue effondré forme une importante couche de démolition facilement identifiable et qui a pu être documenté au cours de la fouille. Il se superpose à des dépôts éoliens indiquant un abandon momentané de la zone. La cause de l effondrement tremblement de terre ou ruine de l édifice ne peut être définie pour le moment. Le mobilier scellé sous l effondrement est intéressant, quoique peu abondant. Il correspond, par les formes et les pâtes utilisées, à celui des phases anciennes du site, soit le VIII e et le IX e siècle. On a pu constater qu il n y a aucune céramique glaçurée dans ce lot. Il est cependant difficile de préciser dès à présent si c est dû à des raisons chronologiques ou simplement à un faible échantillonnage non représentatif des catégories de céramique en usage lors de l effondrement du mur occidental. On s abstiendra donc, pour le moment, de dater précisément cet événement qui a pu avoir lieu à la fin du VIII e siècle, ou plus tard dans le courant du IX e siècle Phase abbasside C est vraisemblablement peu de temps après l effondrement du mur adossé à l enceinte que l on est venu construire directement par-dessus un nouveau mur orienté nord-sud. Ce dernier, qui comprend en fait deux tronçons construits successivement, est encore composé de huit assises de brique crue, soit 0.70 m de haut. La taille des briques ( cm) et leur aspect indiquent assez clairement que ce sont des remplois, provenant éventuellement du mur effondré, sinon des murs voisins contemporains. Un niveau de sol bien identifiable a pu être mis en relation avec ce mur. C est un sol en terre battue qui s appuie contre le premier état du mur et est recouvert par le second. Une série de fins niveaux, que l on interprétera comme des dépôts d abandon et des dépôts éoliens, recouvrent ce sol, s appuient contre le mur et finissent par 73

6 le recouvrir également. Ils contiennent un mobilier datable du IX e et du début du X e siècle, semblable à celui des niveaux abbassides de la petite enceinte Phase médiévale Une phase médiévale se superpose à la phase abbasside. Les limites nord et sud du sondage correspondent à deux murs orientés ouest-est. L un, au sud, est construit en moyen appareil assisé, alors que l autre, au nord, est monté en petits blocs irréguliers noyés dans un abondant mortier de terre argileuse, auxquels succèdent quelques assises de briques crues posées à plat et obliquement. Il n est pas exclu que ces différences dans les matériaux du second mur reflètent des phases de construction chronologiquement distinctes, mais seule l extension de la fouille pourrait le montrer. Ces deux murs ont des élévations encore conservées sur une hauteur importante: 1.75 m au sud et 2.10 m au nord. Plusieurs niveaux de sol non aménagés (niveaux de terre indurée) et une banquette ont été identifiés entre les deux murs, mais il n y a pas de sol en mortier ou de dallage. Il n y a pas non plus, dans l emprise du sondage, de mur susceptible de fermer une pièce à l est ou à l ouest. Tant l absence de sol aménagé que de mur de refend ainsi que les disparités de matériaux de construction entre les deux murs donnent à penser que nous ne nous trouvons pas dans un édifice, mais dans une ruelle une impasse aboutissant au mur d enceinte séparant deux maisons construites différemment. Les traces de murs visibles au sol de part et d autre du sondage et dans la tranchée due à la restauration du mur d enceinte semblent confirmer cette hypothèse. Par ailleurs, la restauration du mur d enceinte umayyade empêche de préciser sa relation avec les bâtiments médiévaux. Il est clair que l extrémité occidentale des murs médiévaux vient se superposer au mur d enceinte, probablement déjà en partie détruit. Ce dernier étant large de plus de 2 m, son parement extérieur pouvait être conservé sur une plus grande hauteur. Il est alors possible que les constructeurs médiévaux aient cherché à lier les murs des maisons à l enceinte, au lieu de les adosser, expliquant ainsi le chevauchement des maçonneries. La partie supérieure de celles-ci ayant été arrachée, leur relation exacte ne peut être assurée. Le mobilier associé à ces structures médiévales est encore en cours de traitement. Au premier abord, on peut dire qu il couvre largement le XIII e siècle et éventuellement le début du XIV e siècle, mais, contrairement aux premières phases médiévales de la petite enceinte, il ne peut être remonté trop haut dans le XII e siècle Conclusion Bien que l on n ait pu avoir, dans l emprise du sondage, d autres murs qui auraient permis de préciser un peu le plan des constructions umayyades dans l angle sud-ouest de la grande enceinte, il apparaît du moins clairement que la zone n est pas restée non bâtie. Le mur adossé à l enceinte appartient de manière presque certaine au plan original de l édifice. C est en soi déjà un nouvel élément d importance. Reste à en comprendre le plan et la fonction. Les quelques éléments figurant dans la partie orientale de cette unité sur le plan des fouilles de la mission américaine 3, combinés avec la confirmation qu il s agit bien d une zone bâtie, laissent envisager la présence d une nouvelle unité au plan proche de celles interprétées comme des habitations. On peut, à titre d hypothèse de travail, partir de l idée suivante: les deux pièces très allongées et communes à toutes les unités se trouveraient sur le côté oriental (ce sont les murs dégagés par la mission américaine); les deux séries de grandes pièces rectangulaires se faisant habituellement face de part et d autre de la cour seraient ici contiguës au sud et à l ouest; enfin, l aile comprenant un bayt syrien et un regroupement de petites pièces de service formerait l aile nord. On remarquera que la restitution d une autre unité construite dans l angle sud-ouest permet de lever l ambiguïté de l interprétation des quelques murs exposés par la mission américaine. Malgré la régularité de leur plan 3 Grabar et al., p. 64 et fig. 23D, 25D. 74

7 et le fait qu ils ne présentent que des différences mineures avec les autres murs appartenant au plan primitif de l enceinte, ils ont été interprétés comme des constructions annexes à l unité voisine, partant de l idée que la zone d angle ne pouvait qu avoir été constituée originellement de deux cours 4. La poursuite de la fouille permettra, le cas échéant, de confirmer ou d infirmer la nouvelle hypothèse. Pour ce qui est des phases plus tardives, ce que nous percevons de l occupation abbasside paraît ici très différent de ce qui a été observé ailleurs, puisque nous l avons avant tout documentée après la destruction des structures originelles. Il n est peutêtre pas exclu, nous l avons déjà dit, que ce soit dû à un échantillonnage insuffisant de la céramique scellée sous l effondrement du mur. Quant à l occupation médiévale, contrairement à ce qui a été mis en évidence lors de la saison précédente dans la petite enceinte (succession rapide de niveaux médiévaux distincts et n ayant pas conservé de hautes élévations), ou plus anciennement dans la mosquée umayyade (soubassements de murs posés sur les sols umayyades), elle présente des vestiges de construction bien conservés en élévation, sur une hauteur de plus de 2 m. Si l on en croit l analyse préliminaire de la céramique, la réoccupation ne commencerait dans cette zone qu au XIII e siècle, soit un demi-siècle plus tard que dans la petite enceinte. Ces résultats méritent encore confirmation par une étude plus approfondie, en cours, du mobilier et éventuellement élargissement de la fouille. Ils montrent cependant clairement une nouvelle fois les possibilités offertes par les ruines de la ville médiévale pour étudier les modalités son développement Sondage stratigraphique dans la petite enceinte L état de conservation des maçonneries de la petite enceinte élévations de près de 11 m et voûtes encore en place, nombreuses reprises dans les murs des pièces entourant la cour a amené à se demander si la stratigraphie telle que l on a pu la mettre en évidence au centre de la cour en 2002 (six phases de construction entre le VIII e et le XIII e siècle) est véritablement valable pour toutes les différentes zones du monument. C est pourquoi un nouveau sondage stratigraphique a été fait dans une autre partie de l enceinte. L idéal aurait été de l implanter dans l une des pièces du pourtour de la cour, ce qui aurait permis d obtenir des données stratigraphiques en relations avec les maçonneries et plus particulièrement avec celles qui présentent d importantes reprises, probablement en partie médiévales. Cependant le mauvais état de conservation des voûtes encore debout risques réels de chute si les bases en sont déstabilisées et la probabilité, là où elles sont déjà tombées, d arriver rapidement sur des pans entiers de maçonneries difficiles à évacuer et empêchant la poursuite d une fouille restreinte, ont poussé à implanter le sondage en marge des corps de bâtiment, soit dans l angle nordouest du portique. La surface de ce sondage a été très limitée (2 4 m) mais devait, à première vue, fournir d aussi bons résultats que celui de la cour. Le sondage a été implanté en bordure de l une des tranchées faites durant les fouilles des années 1960 et il a fallu d abord procéder à l évacuation des déblais effondrés sur une bonne hauteur dans cette dernière. Cinq phases de construction successives ont été mises en évidence (fig. 6 et 7) Phase 1 La première phase correspond au monument umayyade matérialisé dans le cas présent par le dallage de la cour qui est bien préservé et par le pilier d angle du portique dont une moitié est conservée sur près de 1.20 m de haut dans le sondage. Il n y a pas de mobilier contemporain de ces structures. 4 Grabar et al. 1978, p Phase 2 La deuxième phase comprend la construction de deux murs ou murets en brique crue, directement sur le dallage pour l un, par-dessus une toute petite couche de sédiments 75

8 6 pour l autre. Un foyer, peut-être la base d un tannur, est appuyé contre l un de ces murs. Le mobilier associé à ces structures est celui que l on date du IX e X e siècle et l effondrement du portique intervient après cette phase (colonne et chapiteau en position de chute en bordure du sondage) Phase 3 et 4 La troisième phase est séparée de la précédente par une importante couche de démolition correspondant à l effondrement du portique et peut-être d une partie des façades. Les phases 3 et 4 sont deux états distincts qui s organisant autour d un même mur principal. Malheureusement, la petite superficie du sondage ne permet pas de préciser le plan des bâtiments auxquelles appartiennent les structures. Il ne subsiste de ces dernières que des tronçons de soubassement de mur en blocs de remploi et des lambeaux de deux sols superposés et se rapportant chacun à l une des phases. Le premier de ces sols est une chape de mortier semblable à celles mises en évidence ailleurs. Le second est un dallage fait avec des fragments de brique cuite. Ces deux phases sont très proches chronologiquement et sont médiévales. Le mobilier qui leur est associé est datable de la seconde moitié du XII e et de la première moitié du XIII e siècle. Les phases 3 et 4 correspondent assez étroitement aux deux premières occupations médiévales du sondage fait au centre de la cour. Celles-ci présentent aussi entre elles une surélévation des niveaux de sol et une modification du plan des bâtiments, tout en conservant certains éléments du plan primitif. 76

9 Fig. 6 Plan de phase du sondage stratigraphique dans la petite enceinte. Fig. 7 Vue du sondage stratigraphique dans la petite enceinte Phase 5 La phase 5 est séparée de la précédente par une épaisse couche de démolition, dont une partie semble provenir de l effondrement des façades de l aile nord de l enceinte umayyade. Elle se matérialise par une arase d un mur orienté nord-sud qui affleure sous la surface. C est un mur d une à deux assises très mal conservé et qui fut vraisemblablement le soubassement d un petit bâtiment élevé en brique crue. Il est posé sur un niveau de terre indurée formant un sol que l on peut suivre également sur toute la surface orientale du sondage. Le mobilier associé remonte au XIII e et au début du XIV e siècle. 5 Genequand 2003b, p Conclusion Les résultats obtenus dans ce sondage sont donc très similaires à ceux du sondage effectué au cours de la campagne précédente au centre de la cour. Ce dernier avait toutefois une phase de construction supplémentaire remontant encore à la haute époque islamique (phase 3), phase antérieure à l effondrement de la façade intérieure sud et qui, dans le rapport préliminaire, avait été datée de façon un peu hâtive comme étant la première de la période médiévale 5. La stratigraphie paraît donc claire maintenant pour les zones ouvertes du monument (cour et portiques). Reste à comprendre ce qui a pu se passer dans les corps de bâtiment où la situation est certainement très différente en raison des murs et des voûtes préexistants qui, pour une bonne part d entre eux, sont encore debout et montrent d abondantes traces de modifications et de réfections. 77

10 Fig. 8 Plan des châteaux en brique crue (châteaux sud). Fig. 9 Vue du château en brique crue nord, sondage 2 (porte) au premier plan et sondage 1 au second plan. Fig. 10 Château en brique crue nord, vue du sondage 1 avec la tour-contrefort au premier plan Les châteaux sud L un des principaux objectifs de la campagne était la poursuite des investigations sur les deux grands monuments à cour centrale construits en brique crue à proximité de l une des portes de l enceinte extérieure, 2.6 km au sud de la petite enceinte et de la grande enceinte (fig. 1). Le plan de ces deux édifices, ou tout au moins ce qui en était clairement visible en surface sans fouille, a été levé lors de la campagne de prospection en été Il s agit d édifices quadrangulaires d environ 65 m de côté aux murs extérieurs renforcés de tours-contreforts semi-circulaires. A l intérieur, de nombreuses pièces de dimensions relativement petites s organisent en quatre ailes autour de la cour (fig. 8). Les sondages que nous avons entrepris avaient pour objectif, outre une meilleure connaissance du site et de ses composantes, de confirmer la datation umayyade proposée après prospection et de préciser un certain nombre de points quant à l architecture et à la fonction des deux monuments. C est l édifice nord qui a été choisi cette année pour une première série de trois sondages. Les deux premiers, sous forme de tranchées, coupent perpendiculairement l aile est au niveau de l une des tours-contreforts intermédiaires (sondage 1) et l aile sud au niveau de la partie orientale de la porte d entrée (sondage 2) (fig. 9). Le troisième sondage a été implanté à l angle sud-est du monument et a concerné la tour et la pièce d angle (sondage 3). Un complément notable au plan levé en 2002 a pu être fait dès avant le début de la fouille. L hiver a été spécialement pluvieux au Proche-Orient en général 78

11 9 10 et, par conséquent, en Palmyrène. Les précipitations plus abondantes qu à l accoutumée ont été favorables à la pousse et au maintien plus tard dans la saison sèche d une végétation basse. Ce fut également le cas dans les ruines des deux châteaux sud, sauf à l emplacement des murs de brique crue, dont la trace au sol devient alors particulièrement claire. C est ainsi qu une seconde rangée de pièces est apparue autour de la cour centrale de l édifice nord. Les murs en sont moins bien conservés et n étaient pas visibles aux cours de nos visites sur le site les années précédentes. Les pièces de cette seconde rangée, que l on retrouve dans les quatre ailes, sont de même dimension et dans le prolongement de celles alignées le long du mur d enceinte Sondage 1 Le sondage 1 a la forme d une tranchée de 18 3 m. Il coupe perpendiculairement une partie de la cour, l aile est du château et s étend de 3 m au-delà du mur d enceinte, de manière à dégager complètement l une des tours-contreforts. Il a permis de mettre en évidence, outre le mur d enceinte et la tour, deux pièces en enfilade avec leurs portes respectives (fig. 10 et 11). On remarquera ici que tous les murs adjacents au sondage et suffisamment visibles ont aussi été relevés et figurent sur le plan architectural. Le mur d enceinte est large de 1.10 m et a une élévation encore conservée sur une hauteur de 1.75 m. Il est constitué d un soubassement de pierre fait de deux assises de blocs finement dressés de moyen appareil de calcaire tendre local. Une troisième assise de pierre, plus basse, forme la fondation et est marquée par un ressaut. Elle est entièrement enterrée à l extérieur du monument, alors qu à l intérieur son tiers supérieur est exposé au-dessus du niveau de sol. Cette fondation peu importante est posée directement sur le terrain naturel. Une élévation en brique crue succède au soubassement; le format des briques est de 40/ 42 40/ 42 8/9 cm. La succession des matériaux de construction est exactement la même pour la tour-contrefort qui fait partie intégrante du mur d enceinte et présente un plan en demi-cercle (2.40 m de diamètre) 79

12 Fig. 11 Château en brique crue nord, vue du sondage 1 depuis la cour. 11 prolongé par un petit segment droit, soit une forme en U saillante de 1.70 m. Une partie des briques crues utilisées dans la maçonnerie de la tour, et dans une moindre mesure dans les autres maçonneries, ne sont pas carrées, mais ont une forme trapézoïdale allongée. Le mur de façade donnant sur la cour centrale est monté de la même manière que le mur d enceinte, mais il est plus étroit ( m) et le soubassement n a qu une assise de pierre posée sur une fondation également d une seule assise. Comme pour le mur d enceinte, le ressaut de la fondation se trouve quelques centimètres audessus du niveau de sol. Les parements étaient recouverts d un enduit de mortier de chaux, encore conservé par endroits. Le mur de façade est percé, en son centre, par une porte donnant accès de la cour à la première pièce. La porte est large de 0.85 m et c est l assise de fondation, recouverte d un enduit de mortier, qui en forme le seuil. Les murs de refend à l intérieur de l aile sont tous liés entre eux et sont entièrement en brique crue. Ils n ont pas de fondations et sont posés directement sur un petit remblai qui a servi à niveler le terrain naturel. Ils sont conservés sur des hauteurs importantes allant de 0.75 m à 1.85 m (quatorze à dix-sept assises) et sont larges de 0.90 à 1m. L état de conservation des murs va décroissant de l enceinte en direction de la cour. Le refend entre les deux pièces est aussi percé d une porte, exactement dans l axe de celle entre la cour et la première pièce. Elle possédait un petit seuil surélevé en terre. Les deux pièces définies par ces murs ont les dimensions suivantes: m à l ouest et m à l est. Là où les élévations sont suffisamment bien conservées à l est, contre le mur d enceinte on constate que les parties hautes des murs s arrondissent dans les angles. C est une forme de pendentif qui permettait de passer d un plan carré à un plan circulaire et supportait un dôme formant la toiture. Aucun des pendentifs n est complètement conservé dans ce sondage, ni dans les autres. Mais dans l une des pièces de l aile sud, le niveau d arase du mur laisse voir l un d entre eux mieux préservé et encore enduit d une couche de mortier relevée par une moulure simple. Chacune des pièces de l édifice était donc couverte indépendamment par un dôme en terre. Ce type de couverture rappelle évidemment beaucoup certaines formes de l architecture traditionnelle en terre de la Syrie centrale et du nord. A l intérieur des pièces, tous les murs et les sols étaient recouverts par un enduit de mortier semblable. Ce dernier est très bien conservé dans la première pièce depuis la cour et a presque entièrement disparu dans la seconde. Au sol, l enduit de mortier reposait sur un radier de petites pierres. Hormis quelques traces de foyers non aménagés, il n y a pas d aménagement particulier dans la partie dégagée des pièces. La pièce orientale présente quelques lambeaux d un sol secondaire en terre battue. 80

13 Fig. 12 Château en brique crue nord, vue du sondage 2 depuis l extérieur de l édifice: porte d entrée flanquée d une tour-contrefort. 12 Le sol de la cour est en terre battue. La raison de l extension du sondage dans la cour était surtout de vérifier la présence ou non d un portique. Aucun élément pouvant s y rapporter, que ce soit une base de pilier ou autre, n a pu être repéré. Contre la façade, un sol secondaire, aussi en terre battue, a été mis en évidence quelques centimètres au-dessus du premier. La stratigraphie est extrêmement simple. Hormis les deux sols secondaires déjà mentionnés et qui ne sont chronologiquement guère éloignés de la construction de l édifice, il n y a pas d autre niveau d occupation important. L occupation principale n a d ailleurs pas dû être très longue; le mobilier en témoigne et nous y reviendrons plus bas. Un certain temps après abandon de l édifice, les toitures non entretenues se sont fragilisées, puis effondrées. La partie supérieure des murs s est également désagrégée, contribuant, avec les dépôts éoliens, au comblement des pièces. Ce comblement s est fait très progressivement et est interrompu en quelques places par des traces d occupations temporaires matérialisées uniquement par de petits foyers en fosses. Ces derniers contiennent des fragments de petites branches et brindilles carbonisées et ne sont accompagnés d aucun matériel Sondage 2 Le sondage 2 a été ouvert dans l aile sud. C est une tranchée d environ 17 4 m, implantée de manière à découvrir la partie orientale de la porte principale de l édifice et une partie des pièces adjacentes. Au sud, la tranchée a été un peu élargie pour mieux comprendre le dispositif d entrée. Les caractéristiques générales de l architecture (emploi différencié des différents matériaux de construction, modules des murs et des matériaux, fondations, soubassements, élévations, enduits, etc.) sont les mêmes que dans le sondage 1 et ne seront pas reprises ici. La porte d entrée de l édifice se trouve au centre de l aile sud (fig. 12). Le mur d enceinte est interrompu par la porte. Tout en formant un montant saillant dans l embrasure de la porte, il se retourne à angle droit vers le nord, en gardant la même épaisseur, de manière à former un couloir d entrée ou vestibule aboutissant à la cour. La porte est flanquée d une tour-contrefort (2.30 m de diamètre, 1.80 m de projection) placée un peu en retrait par rapport à son montant oriental. Le montant de la porte ne se distingue pas du reste de la construction par ses matériaux; il n y a donc pas de cadre la rehaussant d une manière ou d une autre. Le seuil est composé d une série de blocs situés au même niveau et dans le prolongement de l assise de fondation du mur d enceinte. Une mortaise rectangulaire a été taillée dans le bloc placé à l angle du seuil contre le montant. Sa forme est peu adaptée pour y faire pivoter un élément vertical. Il faut plutôt y voir une mortaise où était fiché un élément de bois dans lequel 81

14 Fig. 13 Château en brique crue nord, vue du sondage 2 depuis la cour; à l arrière plan, le second château. 13 la crapaudine était taillée. Aucune trace d un linteau n a été trouvée. La mortaise dans le sol implique cependant qu il y ait eu quelque chose d équivalent à ce niveau et il faut probablement restituer un linteau en bois avec une contre-crapaudine au niveau du sommet des battants de la porte. Il n est pas exclu qu un arc en brique crue se soit superposé à cet élément de bois horizontal, donnant à la porte un caractère plus monumental. Le vestibule n a pas été fouillé, à l exception d une étroite bande le long de son mur oriental. Il s y trouve, adossée au mur et au montant de la porte, une banquette construite en brique crue. C est un aménagement extrêmement fréquent dans les vestibules d entrée des châteaux umayyades. Le sol du vestibule est en terre battue de même que celui que l on trouve en avant de la porte, à l extérieur du bâtiment. Les deux pièces adjacentes au vestibule d entrée sont en enfilade, comme celles du sondage 1, la première étant accessible depuis la cour (fig. 13). Elles ont des dimensions semblables de m. Toutes deux présentent un état principal et un état secondaire qui voit l altération des éléments originels, mais ne doit guère être éloigné du premier dans le temps. Dans la pièce nord, une banquette basse en pierre et brique crue est à mettre au compte des aménagements originaux, alors que l état secondaire se trahit par un niveau de sol en terre battue et un seuil légèrement surélevés, une série de foyers et des altérations des maçonneries. Dans la pièce sud, ce même état secondaire se manifeste aussi par un sol surélevé. Dans les deux pièces se trouvent une série de fosses fosses pour enterrer une jarre ou fosses-silos creusées dans le sol et dans lesquelles ont été faits des prélèvements. Une tombe d enfant a enfin été aménagée dans le sol de la pièce sud, après son abandon, mais avant l effondrement du 82

15 Fig. 14 Château en brique crue nord, sondage 3: tour-contrefort d angle sud-est. 14 dôme de couverture. Le jeune individu a été inhumé en pleine terre en position latérale, la tête à l ouest, tournée vers le sud, les jambes légèrement repliées. C est une tombe musulmane. Dans la cour, une série de structures a été mise en évidence. Il y a, appuyé contre la façade, un four (tannur) et une surface plane aménagée avec des tuiles plates, probablement aussi dévolue à la préparation des aliments. Plus loin, se trouve un muret comprenant un petit bassin et une fosse. A nouveau, aucune trace d un portique n est apparue. La stratigraphie, comme dans le sondage 1, est simple et montre qu un abandon a suivi l état secondaire, puis que l édifice a progressivement été comblé par la destruction des superstructures et des dépôts éoliens Sondage 3 Le sondage 3 a été ouvert dans l angle sud-est du château. Il s agissait de dégager la tour-contrefort d angle, pour en assurer la forme, et une petite partie de la pièce d angle, pour en connaître l accès qui ne pouvait se faire par le système en enfilade reconnu ailleurs. Comme présupposé, la tour d angle a un plan en trois-quarts de cercle, d un diamètre un peu supérieur aux autres (3.20 m) (fig.14). Elle est liée au mur d enceinte et 83

16 construite exactement de la même manière, tout comme les deux tours intermédiaires dégagées ailleurs. L accès à la pièce d angle se faisait via le local voisin au nord par une porte encore intacte et surmontée non pas d un linteau plat, mais d un arc en berceau fait avec des briques crues. On remarquera que, contre toute attente, la découverte cette année d une seconde rangée de pièces autour de la cour centrale a singulièrement compliqué le problème des circulations entre les différentes pièces situées dans les angles de l édifice. Des sondages supplémentaires seront nécessaires Conclusion sur les châteaux sud Le mobilier retrouvé dans les trois sondages confirme pleinement l impression donnée par celui qui provenait de la surface, soit une occupation courte des édifices durant la période umayyade. Il n y a aucun tesson de céramique glaçurée, à l exception d une glaçure monochrome opaque de tradition sassanide et antérieure à l introduction des glaçures polychromes. Les formes les plus courantes appartiennent à ce qu il est convenu d appeler la brittle ware umayyade (pots à cuire, marmites ouvertes). On remarquera, à ce propos, l absence des bols à parois plus ou moins verticales, tenons triangulaires et décor en zigzag plutôt caractéristiques des productions de brittle ware abbassides. Les décors cordés, assez typiques du VIII e siècle, sont aussi représentés, en particulier sur de grandes jattes. Il apparaît donc assez clairement, d après les résultats des sondages, que le monument n a été occupé que durant une période relativement courte et été abandonné durant la seconde moitié du VIII e siècle ou éventuellement, au plus tard, au tout début du IX e siècle. Parmi les trois trouvailles monétaires, deux sont des fulus umayyades postréforme frappés dans le Bilad al-sham; la troisième ne pourra être lue qu après nettoyage et traitement (en cours). La datation fournie par le mobilier est aussi confirmée par les matériaux de construction utilisés. Ces derniers sont, en effet, en tout point semblables à ceux des autres grands monuments du site assurément datés de la première moitié du VIII e siècle: la petite enceinte, la grande enceinte et l enceinte extérieure. Le plan de l édifice est plus complexe que ce que nous avions envisagé sur la base des vestiges visibles en surface. Il comprend 86 pièces en tout, sans compter le vestibule d entrée. Le principal problème qui se pose avec ce plan est celui des regroupements de pièces. Les sondages 1 et 2 donnent l impression que la plupart des pièces ne sont regroupées que deux par deux, en enfilade, et qu il n y a pas de communications latérales. Mais ce schéma ne peut s appliquer aux pièces situées dans les angles, et il faut y restituer des regroupements d au moins quatre pièces. D autre part, bien qu il semble que ce ne soit pas le cas, on ne peut complètement exclure des communications latérales entre certaines des pièces situées contre le mur d enceinte, là où les murs sont conservés à un niveau supérieur à celui de l intrados des voûtes des portes. Quelques sondages supplémentaires seront donc nécessaires pour assurer définitivement le plan de l édifice et les communications internes. On pourra alors discuter de sa fonction de manière plus certaine Compléments de fouille dans la mosquée médiévale et dans la mosquée umayyade La mosquée Ayyoubide Un monument funéraire qui se trouve dans l angle sud-est de la mosquée médiévale, contre la façade occidentale de la petite enceinte, a été fouillé lors de la campagne Il n avait toutefois pas été possible de fouiller entièrement sa partie sud, où une petite berme subsistait. La fouille de cette berme, qui n avait pas été perturbée par les tombes individuelles plus tardives, devait permettre de confirmer l hypothèse de restitution du monument avec un caveau funéraire collectif souterrain unique et une 84

17 Fig. 15 Inscription à l encre sur l un des blocs de construction du mausolée (bismi llah). 15 pièce petit oratoire ou lieu de recueillement au niveau supérieur, de plein-pied sur la cour. Cette hypothèse est maintenant confirmée et on peut complètement exclure celle d un second caveau funéraire. Si le niveau de sol original de la pièce a disparu, l altitude du terrain naturel et des niveaux de travail umayyades ainsi que la mise en évidence de la tranchée de fondation des murs ouest et sud du monument, démontrent clairement qu il n y a jamais eu de structure souterraine dans sa partie sud. Un autre point mérite d être mentionné. Au cours du nettoyage des maçonneries de l édifice, une série de courtes inscriptions à l encre ont été repérées. Il y en a onze en tout et elles se trouvent en parement des blocs, souvent dans un champ délimité par un coup de ciseau plus profond. On les trouve aussi bien sur les parements extérieurs et intérieurs du monument, y compris en fondation, que sur les parements intérieurs du caveau funéraire. Elles n étaient donc pas destinées à rester visibles. Certaines étant verticales ou à l envers, il est hors de doute qu elles ont été faites avant que les blocs n aient été inclus dans les murs. Elles n ont jamais plus d un ou deux mots de suite et l on peut y lire l invocation divine bismi llah, ainsi que des noms (Hassan, Halab?) ou des mots qui nécessiteront une meilleure lecture (fig. 15). Il est vraisemblable qu il s agit de marques faites par les tailleurs de pierre ou les maçons, à l imitation de celles, beaucoup plus fréquentes, gravées dans la pierre. Ces marques n apparaissent que sur les maçonneries du mausolée, aucune n a en effet pu être repérée sur celles de la mosquée ou du minaret. Les élévations ouest et est du mur de façade du mausolée ont été relevées au pierre-à-pierre et des photographies de toutes les inscriptions à l encre repérées sur les blocs de construction ont été faites. Un second sondage a été effectué dans le mihrab de la mosquée pour s assurer qu il s agit bien de la structure originelle et qu il ne succède pas à un mihrab plus ancien. S il n y a pas d état plus ancien, nous avons par contre constaté que la fondation du mur de la qibla/rempart se prolonge sous le mihrab et est liée à une autre fondation partant à angle droit sous le sol de la mosquée, démontrant à l évidence que le mihrab et le mur n ont pas été bâtis en même temps (fig. 16). On remarquera cependant qu aucune limite nette de l insertion du mihrab dans le mur plus ancien n a pu être repérée en plan et que, lors de cette opération, l élévation du saillant extérieur du mihrab a été soigneusement liée à l autre maçonnerie, l addition ne se trahissant que par une fondation non liée, plus grossière et un peu moins profonde. Contrairement à notre première hypothèse, la mosquée médiévale et le mur fermant l espace entre les deux enceintes umayyades n ont pas été construits en même temps. La mosquée a été bâtie dans un second temps contre le petit rempart et un 85

18 Fig. 16 Sondage dans le mihrab de la mosquée ayyoubide. 16 mihrab ajouté dans ce dernier devenu aussi mur de la qibla. Le peu de mobilier retrouvé scellé sous le sol en mortier du mihrab confirme un terminus postquem à la fin du XII e - début du XIII e siècle pour la construction de la mosquée La mosquée umayyade En parallèle à ces compléments dans la mosquée médiévale, une petite opération a été entreprise dans la mosquée voisine, celle d époque umayyade, qui occupe l angle sud-est de la grande enceinte. Un nettoyage a été entrepris dans le mihrab latéral du mur de la qibla. Cette niche avait été reconstruite il y a quelques années, immédiatement après avoir été dégagée, mais quelques doutes subsistaient quant à son origine umayyade ou plus tardive, voire même à son existence. Le nettoyage, suivi de l enlèvement d une petite partie des crépis modernes, a montré que la restitution de ce mihrab correspond à une réalité archéologique (niche taillée dans le mur), mais que la structure ne fait en aucun cas partie du plan primitif de la mosquée. Il a été rajouté par la suite, moyennant une retaille grossière des blocs de grand appareil du parement umayyade. Le sol du mihrab était fait de terre argileuse mélangée de paille et il comprenait des fragments de tuiles (tuiles des toitures umayyades) qui ne permettent pas non plus de le donner comme faisant partie de l état le plus ancien, dont les sols étaient en mortier de chaux sur un radier soigneusement construit. Tel qu il se présente actuellement, ce mihrab est impossible à dater précisément. Il peut se rapporter à l occupation abbasside, durant laquelle la mosquée reste en service, mais aussi à l occupation médiévale, plus particulièrement à ses débuts, avant que la grande mosquée entre les deux châteaux n ait été construite. Son sol très bas, à peine plus élevé que le sol umayyade, pousse toutefois plutôt à préférer l hypothèse la plus ancienne, soit encore durant la haute époque islamique Travaux de topographie Un des autres volets, et non des moindres, de cette campagne a été le levé d un nouveau plan topographique du site, les seuls plans disponibles étant anciens, à de petites échelles et ne tenant en général pas compte du relief et des vestiges archéologiques considérés comme mineurs à l époque (bâtiments et maisons en brique crue, canaux, jardins et vergers médiévaux ) (fig. 17). La base de ce nouveau plan a été l implantation d une polygonale permettant de disposer d un réseau de stations aux coordonnées précises et réparties sur tout le site qui, rappelons-le, couvre une surface de plus de 7 km 2 (700 ha). 86

19 Fig. 17 Plan topographique du site de Qasr al- Hayr al-sharqi, état en fin de campagne Les zones du site qui ont été levées cette année sont: toute l enceinte extérieure (le «jardin» au mur de plus de 15 km de long), sa surface intérieure et ses abords sur 0.5 à 1km de large. les vestiges archéologiques au sud des deux châteaux principaux (bâtiments en brique crue non repérés jusqu à maintenant, jardins et vergers médiévaux). une partie des bâtiments construits en brique crue qui s étendent à l est du palais (eastern settlement). une partie des bâtiments, également construits en brique crue, qui s étendent au nord des châteaux (northern settlement). La campagne 2004 verra l achèvement de ce plan. Il s agira alors de finir le relevé des zones au nord et à l est des châteaux, ainsi que celui des canaux et murs qui s étendent au sud-ouest du site et sont probablement liés à un second enclos/enceinte extérieure umayyade. Au cours de ce travail de topographie, qui a nécessité de parcourir à pied des dizaines de kilomètres à travers tout le site, de nombreux nouveaux vestiges ont été découverts. Ce sont, entre autres, des bâtiments vraisemblablement liés à l occupation umayyade, mais aussi un certain nombre de nouveaux éléments liés au réseau 87

20 d irrigation de l enceinte extérieure et de sa probable voisine au sud-ouest. Ces nouveaux éléments, dont certains devront être investigués plus en détail dans le futur, sont surtout des canaux, principaux ou secondaires, et laissent supposer que l irrigation dans l enceinte extérieure et sa voisine avait un rôle plus important qu estimé par le passé. Ces dernières pourraient bien être liées de manière prépondérante à des pratiques de culture plutôt que d élevage comme proposé auparavant. Par ailleurs, le relevé topographique effectué dans les zones d habitat en brique crue a permis une première analyse du type de bâtiments qu on y rencontre: plusieurs grandes maisons à cour centrale, maisons/bâtiments simples comprenant deux à cinq locaux, enclos, etc. Cette analyse préliminaire permettra d implanter plus facilement une série de sondages au cours de la campagne suivante Analyse architecturale dans la petite enceinte Le dernier volet de la campagne 2003 aura été une reprise de l analyse architecturale de la petite enceinte (palais). Ce travail a permis de définir ce qui, dans les élévations du monument, se rapporte aux phases umayyades, médiévales ou modernes, et devrait servir de prélude à un relevé photogramétrique qui se fera au cours de la campagne suivante. Il en ressort que les plus grosses altérations de la structure umayyade sont les restaurations menées durant ces trente à quarante dernières années. Hormis cela, les réfections médiévales sont assez clairement reconnaissables en raison de l emploi de blocs plus irréguliers et de joints beaucoup plus larges, mais leur datation précise est toujours délicate sans aucun élément de chronologie absolue. Le plus gros problème qui reste à clarifier est celui de la reprise, vraisemblablement à haute époque, de grandes surfaces dans les parements intérieurs du mur d enceinte, ainsi que sur le parement extérieur de la façade orientale. S agit-il vraiment de reconstruction complète de ces maçonneries tard dans l époque umayyade ou durant le début de l époque abbasside, comme postulé jusqu à maintenant, ou ne s agit-il pas plutôt de phases différentes d un même chantier. Les problèmes posés par de telles reconstructions nous font préférer, tout au moins pour la façade orientale, la seconde solution. La poursuite de l analyse en cours, suivie de relevés, et un accès facilité aux parties hautes, grâce à des moyens plus lourds, devraient permettre de répondre à ces questions à l avenir Conclusion sur Qasr al-hayr al-sharqi: nouvelles données et perspectives La situation politique difficile au Proche-Orient durant le printemps a généré quelques problèmes d organisation, qui ont entraîné la venue d une équipe restreinte par rapport à ce qui avait été prévu. Malgré cela, la campagne de 2003 aura vu une bonne avancée des recherches sur le site de Qasr al-hayr al-sharqi. Le dossier de la mosquée médiévale est pratiquement terminé et les sondages stratigraphiques jettent une lumière nouvelle sur cette occupation médiévale peu étudiée jusqu à maintenant. Pour ce qui est de l occupation umayyade, trois points méritent d être retenus. C est d abord la date et le plan des châteaux sud, confirmés par les sondages, qui complètent grandement le tableau des composantes du site et permettront d en rediscuter une partie des fonctions. Il en va de même du relevé topographique des tous les bâtiments mineurs, construits autour de la petite enceinte et de la grande enceinte, qui va permettre pour la première fois d envisager véritablement leur extension et leur importance et va aussi enrichir l image que l on a du site. Enfin, c est la découverte que l une des zones présumées non construites de la grande enceinte l a en fait été. Les éléments précis de son plan manquent et il est encore trop tôt pour aller au-delà d une simple hypothèse de travail. Il peut s agir d une nouvelle unité d habitation, mais on peut aussi attendre une unité de plan et de fonction différents, qui viendrait alors compléter les composantes de la ville nouvelle/madina. 88

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel

Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Arquèves (visite du 04/10/2013) Présents : Fr.Blary / R. Jonvel Nature du site 1 - Un cellier en pierres de taille voûté en berceau 2 - Une cave en pierres de taille voûtée en berceau 3 - Apparition d

Plus en détail

La maison dite Le Pigeonnier

La maison dite Le Pigeonnier Patrimoine architectural CONSEIL GÉNÉRAL DU LOT Inventaire de l architecture médiévale du Lot SAINT- PIERRE-TOIRAC La maison dite Le Pigeonnier Étude monumentale GILLES SÉRAPHIN - MARS 2008 SAINT-PIERRE-TOIRAC

Plus en détail

La Chapelle de la Ferme d Ithe

La Chapelle de la Ferme d Ithe La Chapelle de la Ferme d Ithe Le Tremblay-sur-Mauldre / Jouars-Pontchartrain (78 Yvelines) Une dizaine de jeunes, âgés de 17 à 20 ans, ont inauguré, durant les deux dernières semaines de juillet, une

Plus en détail

Pierre Amiet Conservateur général honoraire, Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales

Pierre Amiet Conservateur général honoraire, Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales Pierre Amiet Conservateur général honoraire, Musée du Louvre, Département des Antiquités orientales À Pasargades : autels du feu ou soubassements de tours? Une suggestion Isolés à l intérieur de la contestable

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX

LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX LES FOUILLES DE LA ZAC DEMENITROUX Le site archéologique de la rue Déménitroux a été découvert en juin 2000 lors de la construction par la S.A. H.L.M. pour Paris & sa région d immeubles locatifs. Alerté

Plus en détail

LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE

LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE 1 La mairie de Ressons-le-Long souhaite restaurer le lavoir de la Montagne. L opération fait l objet d une souscription «Fondation

Plus en détail

Restauration des murs et enduit

Restauration des murs et enduit Restauration des murs et enduit Après la consolidation des murs, on décape l enduit pour restaurer les zones affectées. Après avoir terminé cette phase, on lave le mur pour que l enduit se colle bien sur

Plus en détail

Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran)

Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances de surface et prospection géophysique à Dahaneh-e Gholaman (Sistan, Iran) Université Lumière Lyon 2 Ecole doctorale : Sciences Sociales (ED 483) Archéorient Environnement et sociétés de l Orient ancien (UMR 5133) Étude de l urbanisme des villes achéménides : reconnaissances

Plus en détail

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général

(c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général entrepôts agricoles Dossier IA04000610 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte d'azur - Inventaire général Laurent Alexeï Désignation Dénominations Aires d'études Localisations

Plus en détail

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions

Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014. Synthèse des interventions Entretien de bâtiments en pisé à Succieu, Isère Chantier participatif 4,5 et 6 avril 2014 Synthèse des interventions 1 Objectifs du chantier Le contexte Par le biais de l entreprise Formaterre contactée

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive

Inrap / Les étapes de l archéologie préventive Les étapes de l archéologie préventive LE DIAGNOSTIC Lorsque l on aménage un terrain à des fins publiques ou privées (pour construire une route ou un immeuble par exemple), le sol est remanié. Bien avant

Plus en détail

Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction

Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction Fiche Conseil 1 : Style VILLEGIATURE : Réhabilitation du bâti ancien, construction GENERALITES Maisons de villégiature Maisons de bourg Le centre village s est construit par étapes successives autour de

Plus en détail

La Pierre d'appel. L'extrémité du promontoire de la Pierre d'appel

La Pierre d'appel. L'extrémité du promontoire de la Pierre d'appel La Pierre d'appel La Pierre d'appel est le nom donné à l'extrémité du promontoire rocheux dominant Etival-Clairefontaine dans les Vosges. L'ensemble du massif porte le nom de Côte de Repy. Le promontoire

Plus en détail

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE)

CHAPELLE NOTRE-DAME DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) DU PEUPLE (ANCIENNE EGLISE) Cadastre de 1981, section F, parcelle 141 Cadastre de 1841, section F, parcelle 200 Coordonnées : Lambert zone 3, x = 982,63 y = 178,21 DESCRIPTION DESCRIPTION GENERALE EXTERIEURE

Plus en détail

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager Schéma de restaurationvalorisation du petit patrimoine des communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager SOMMAIRE 1) ÉDIFICE PRÉSENTE... 3 A) DÉNOMINATION ET POSITION GÉOGRAPHIQUE...

Plus en détail

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé

Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé Château Sainte-Suzanne, France : mêler architecture contemporaine et monument classé FICHE D IDENTITÉ Type d établissement : château centre d interprétation de l architecture et du patrimoine Localisation

Plus en détail

CAHORS. Palais d Arnaud de Via

CAHORS. Palais d Arnaud de Via 1 Pierre GARRIGOU GRANDCHAMP Société Archéologique du Midi de la France & Société Française d Archéologie CAHORS Palais d Arnaud de Via Un monument insigne du début du XIV e siècle L administration pénitentiaire

Plus en détail

CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB

CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB CHAPITRE 15 - ZONE NATURELLE NB Caractère Zone naturelle non équipée, pouvant recevoir de l habitat individuel et éventuellement collectif, à caractère diffus. Article NB.1 - Types d occupation et d utilisation

Plus en détail

Travaux de conservation et de mise en valeur LOT N 3 Maçonnerie. CCTP Cahier des Clauses Techniques Particulières

Travaux de conservation et de mise en valeur LOT N 3 Maçonnerie. CCTP Cahier des Clauses Techniques Particulières Département des Alpes de Haute Provence Sécurisation et mise en valeur, de la source sulfureuse Travaux de conservation et de mise en valeur LOT N 3 Maçonnerie CCTP Maîtrise d ouvrage Communauté de communes

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux.

Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs montagneux. R È G L E M E N T S U R L E S P L A NS D I M P L A N T A T I O N E T D I N T É G R A T I O N N O 1 0 0 7-10 Objectifs et critères applicables à certaines interventions à l intérieur des secteurs Réalisé

Plus en détail

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par Commune Guebwiller 6 8 (aire d étude : Guebwiller) Référence : IA00054860 Adresse : Titre de l œuvre : Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron Cartographie : Cadastre : Dossier : Inventaire général

Plus en détail

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE :

LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : LA VERRERIE DE TRINQUETAILLE : ETAT DE CONSERVATION 1- Situation Vue aérienne de l'est du quartier de Trinquetaille avec localisation du site L'ancienne verrerie est inscrite dans un enclos irrégulier

Plus en détail

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts 2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts DESCRIPTION ET PLAN L église paroissiale de Cernay- La- Ville inscrite à l inventaire des Monuments

Plus en détail

CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES.

CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES. CHAPITRE UH ZONE RESIDENTIELLE PRINCIPALEMENT RESERVEE AUX HABITATIONS INDIVIDUELLES. Elle comprend le secteur UHa qui bénéficie de dispositions particulières à l article 10. SECTION 1 NATURE DE L OCCUPATION

Plus en détail

Guide du. permis de. construire. www.petit-quevilly.fr

Guide du. permis de. construire. www.petit-quevilly.fr Guide du permis de construire www.petit-quevilly.fr permis de construire une maison individuelle (PCMI) Démarche à effectuer > > Quels sont les travaux soumis à Permis de construire? Vous construisez ou

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

B. WAGON C. JAFFRE, A. ROGES Novembre 2008

B. WAGON C. JAFFRE, A. ROGES Novembre 2008 1 B. WAGON C. JAFFRE, A. ROGES Novembre 2008 SOMMAIRE 2 INTRODUCTION A- ANALYSES A.1 - PRESENTATION GENERALE DU SITE A.2 - SYNTHESE HISTORIQUE A.3. PROTECTIONS ACTUELLES DU SITE III.1- LES MONUMENTS HISTORIQUES

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Parcelle : AR 11 5 boulevard Bara Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R + 2+ combles Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : m² Meulière, rocaille,

Plus en détail

La définition de l'emprise au sol.

La définition de l'emprise au sol. La définition de l'emprise au sol. L emprise au sol est définie à l article R. 420-1 du code de l urbanisme : «Art. R. 420-1 : L emprise au sol au sens du présent livre est la projection verticale du volume

Plus en détail

Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.).

Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.). Sommaire Avant propos Préface de Jean Guilaine Remerciements Introduction Première partie : Historique, état des connaissances des ensembles funéraires provençaux et perspectives (G. S.). 1.1 La période

Plus en détail

Communiqué de presse. Découverte d un paepae à Nahoe

Communiqué de presse. Découverte d un paepae à Nahoe P O L Y N É S I E F R A N Ç A I S E MINISTÈRE DE LA CULTURE, DE L ARTISANAT, DE LA FAMILLE, en charge de la condition féminine Papeete, le 29 mars 2013 La chargée de communication Communiqué de presse

Plus en détail

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133

Règlement Glossaire GLOSSAIRE. Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 GLOSSAIRE Plan Local d Urbanisme approuvé le 19 novembre 2012 133 Abri de jardin Accès Alignement Alignement spécifique Annexe Attique Baie Bardage Bateau d'accès Chien assis Coefficient d occupation du

Plus en détail

Avantages de l isolation par l extérieur

Avantages de l isolation par l extérieur Avantages de l isolation par l extérieur Isolation par l'extérieur : la solution la plus efficace En isolation extérieure, la mise en œuvre de est aisée, ils se maçonnent contre les façades existantes

Plus en détail

Chapitre 6 : Zone ND. Zone naturelle à protéger

Chapitre 6 : Zone ND. Zone naturelle à protéger Chapitre 6 : Zone naturelle à protéger Caractère de la zone La zone ND est une zone naturelle à protéger en raison d une part de l existence de risques ou de nuisances, d autre part de la qualité des sites,

Plus en détail

Restauration du Bassin des Enfants Dorés

Restauration du Bassin des Enfants Dorés Restauration du Bassin des Enfants Dorés Bassin des Enfants dorés Restauration du Bassin des Enfants Dorés Le Bassin des Enfants Dorés (ou Bassin de l Ile aux Enfants) est établi en lisière Ouest du Bosquet

Plus en détail

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1

OCCUPATION DU BATI CRITERE DE PROTECTION CARACTERISTIQUES. Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Parcelle : AZ 275 9 rue Collet Typologie du bâti : Maison de villégiature Nombre d étages : R+1 Epoque supposée : Fin 19 ème -début 20 ème siècle Surface bâtie (approx.) : 78 m² Meulière jointoyée Maison

Plus en détail

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS

LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS LA PROTECTION DES BATIMENTS EXCEPTIONNELS L «Unicum» se justifie globalement par : - son intérêt architectural (volumes, matériaux, accessoires ) - son état de conservation (il va de soit qu un édifice

Plus en détail

Commune de Préverenges

Commune de Préverenges Commune de Préverenges PREAVIS MUNICIPAL N 1/14 DEMANDE D'UN CREDIT DE Fr. 200'000.00 POUR LA REFECTION DES FACADES DU BATIMENT COMMUNAL «LE CHÂTEAU» 0 MUNICIPALITE DE PREVERENGES Préavis N 1/14 Demande

Plus en détail

4. Environnement bâti

4. Environnement bâti 4. Environnement bâti 4.1. Organisation générale Le territoire intercommunal se caractérise par une urbanisation dispersée. Seuls les vastes espaces forestiers à Saint-Gatien-des- Bois et certains sites

Plus en détail

COMPTE RENDU DE VISITE PREPARATOIRE. EREA de Besançon

COMPTE RENDU DE VISITE PREPARATOIRE. EREA de Besançon COMPTE RENDU DE VISITE PREPARATOIRE EREA de Besançon Afin de préparer notre séjour à Guédelon et pour sensibiliser nos élèves au bâti ancien ainsi qu à l architecture médiévale, nous avons choisi de visiter

Plus en détail

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières

ZONE UB. Article UB 2 : Les occupations et utilisations du sol soumises à des conditions particulières ZONE UB CARACTÈRE DE LA ZONE Cette zone de densité plus faible regroupe les extensions immédiates du centre-ville. Une partie de cette zone est concernée par le périmètre de protection au titre des Monuments

Plus en détail

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie

La domus de Vieux. Maquette à construire. Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie Maquette à construire La domus de Vieux Conseil Général du Calvados Service Départemental d Archéologie 2005 Service Départemental d Archéologie du Calvados, édition 2005. Présentation de la domus de Vieux

Plus en détail

L ENCEINTE FORTIFIEE DE SAINT-FELIX DE SORGUES

L ENCEINTE FORTIFIEE DE SAINT-FELIX DE SORGUES L ENCEINTE FORTIFIEE DE SAINT-FELIX DE SORGUES Comme beaucoup de commune du Rouergue Méridional, Saint-Félix de Sorgues se dota d un fort au XVème siècle, venant protéger les habitations qui s étaient

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

Collection Histoire & Patrimoine. en Haute-Marne. Les Gallo-Romains. Sur les traces des Lingons. www.tourisme-hautemarne.com

Collection Histoire & Patrimoine. en Haute-Marne. Les Gallo-Romains. Sur les traces des Lingons. www.tourisme-hautemarne.com Collection Histoire & Patrimoine Les Gallo-Romains en Haute-Marne Sur les traces des Lingons www.tourisme-hautemarne.com L E S G A L L O -RO M A I N S LES LI N G O N S O N T P R O G R E S S I V E M E N

Plus en détail

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LES CHAIS A - PROBLÉMATIQUE : Les chais, liés à l activité viticole, sont très nombreux dans le Pays Ouest, intégrés dans le tissu urbain des villes et villages, ou

Plus en détail

Venerque Eglise Saint-Pierre

Venerque Eglise Saint-Pierre Venerque Eglise Saint-Pierre Observations faites à l occasion d un nettoyage partiel sur l extrados de la voûte de l abside Mars 2010 Diane Joy Maurice Scellès Service de la connaissance du patrimoine

Plus en détail

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS

LES TERRASSEMENTS ET LES FONDATIONS Les terrassements Le terrassement : désigne l ensemble des opérations de mise en forme d un terrain liées à l édification d une construction (nivellement du sol, fouille pour l exécution des fondations,

Plus en détail

Murs et enduits PA TRI MOI NE. de communes. Saint-Flour/Margeride. du Pays de. Communauté

Murs et enduits PA TRI MOI NE. de communes. Saint-Flour/Margeride. du Pays de. Communauté Communauté de communes du Pays de Saint-Flour/Margeride Murs et enduits L enduit assure la cohésion des maçonneries et garantit leur protection contre les intempéries. Témoins de savoir-faire locaux, certains

Plus en détail

LA VILLE ET SON ENCEINTE

LA VILLE ET SON ENCEINTE LA VILLE ET SON ENCEINTE Lorsqu on examine le plan de l enceinte urbaine, on est frappé par l imbrication entre défenses urbaines et défenses castrales à la fin de l époque franque, lorsque les divers

Plus en détail

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS

PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS PROCEDURE POUR LA REALISATION DES SEUILS EN GABIONS Les phases à suivre pour la réalisation d un seuil en gabions sont ordonnées selon une régulière succession des travaux. Néanmoins dans des conditions

Plus en détail

Rapport action tuffeau. CAHIER n 14

Rapport action tuffeau. CAHIER n 14 Rapport action tuffeau Réhabilitation énergétique des bâtiments en tuffeau Etat de l art et retours d expérience CAHIER n 14 Maison de bourg Langeais Figure 1-1 : Façade Nord/Ouest Date de visite : 22

Plus en détail

L apport des fouilles archéologiques extensives.

L apport des fouilles archéologiques extensives. L apport des fouilles archéologiques extensives. L exemple de la fouille de Leslouc h à Plouédern. Par Stéphane Blanchet Ingénieur de Recherche à l I.N.R.A.P. (Institut national de recherches archéologiques

Plus en détail

Maison n 2: Haret Essoura

Maison n 2: Haret Essoura Maison n 2: Haret Essoura Équipe: structure et équipement État des lieux Adresse: Hart soura, derb Derkaoua, n 5, Marrakech Ancienne Zaouia, avec coupole Conception de la maison Accessibilité difficile

Plus en détail

Commune de Trey. Règlement communal sur le plan d'extension et la police des constructions

Commune de Trey. Règlement communal sur le plan d'extension et la police des constructions Règlement communal sur le plan d'extension et la police des constructions CHAPITRE I Dispositions générales Art. 1.- Le présent règlement fixe les règles destinées à assurer un aménagement rationnel du

Plus en détail

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER Les façades Le fond de façade appartient à une famille colorée dominante : les neutres et quelques ocrés (ocre jaune et ocre orangé). Les teintes seront choisies

Plus en détail

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 1 ETAT DES LIEUX AU PRINTEMPS 2010 Végétation Souche effondrée Végétation Parties hautes des murs effondrées Cheminées effondrées Ouverture

Plus en détail

Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades

Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades Intervention financière de la Ville de Mons dans les travaux de rénovation et d embellissement des façades 1. Une prime? Il existe sur l entité montoise de nombreux bâtiments de qualité faisant partie

Plus en détail

REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE,

REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, RÉPUBLIQUE FRANÇAISE VILLE DE HOUILLES Département des Yvelines REGLEMENT COMMUNAL DE LA PUBLICITE, DES ENSEIGNES ET PRE-ENSEIGNES Projet de règlement élaboré par le groupe de travail réuni le 16 mars,

Plus en détail

3-1 Règlement des zones à urbaniser

3-1 Règlement des zones à urbaniser 3-1 Règlement des zones à urbaniser Plan Local d Urbanisme - Révision - R5 approuvée par le Conseil de la Communauté d Agglomération Grand Poitiers le 1 er avril 2011. Modification M1-R5 approuvée par

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT.

TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. TITRE II : LE REGLEMENT TECHNIQUE ET SPORTIF DES QUILLES DE HUIT. CHAPITRE I : LE REGLEMENT TECHNIQUE Ce règlement est celui de la F.F.B.S.Q., Comité National Quilles de Huit. Il édicte les règles de jeu,

Plus en détail

Mise à double voie du tronçon Luxembourg - Sandweiler

Mise à double voie du tronçon Luxembourg - Sandweiler Mise à double voie du tronçon Luxembourg - Sandweiler Généralités Zone de chantier à hauteur du cimetière américain de Hamm Le projet de la mise à double voie du tronçon Luxembourg Sandweiler de la ligne

Plus en détail

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village

DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Commune de Limogne en Quercy Diagnostic bâtiment de la halle DIAGNOSTIC ET SCENARIOS POUR UN PROJET DE SALLE CULTURELLE en coeur de village Lot Habitat partie nord rdc 41 m 2 Lot habitat partie sud rdc

Plus en détail

Désignation. Localisation. Description de l édifice. Historique, datation édifice. Protection / Statut juridique. Architecte, auteur

Désignation. Localisation. Description de l édifice. Historique, datation édifice. Protection / Statut juridique. Architecte, auteur Nom : Pont sur La Barberolle Typologie architecturale secondaire : Dénomination : ouvrage d'art / pont Dénomination secondaire : Typologie régionale : Localisation Canton : Bourg de Péage / Pays : Drôme

Plus en détail

MAIRIE DE VOISE TRAVAUX DE MISE EN ACCESSIBILITE DE LA SALLE DE REUNION AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE CAHIER DES CHARGES DU PROJET

MAIRIE DE VOISE TRAVAUX DE MISE EN ACCESSIBILITE DE LA SALLE DE REUNION AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE CAHIER DES CHARGES DU PROJET MAIRIE DE VOISE TRAVAUX DE MISE EN ACCESSIBILITE DE LA SALLE DE REUNION AUX PERSONNES A MOBILITE REDUITE CAHIER DES CHARGES DU PROJET 1. Contexte : La Mairie de Voise souhaite procéder à l aménagement

Plus en détail

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935

MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 MAISON CITÉ-JARDIN Phase 1 : 1915-1935 L objectif est de préserver l intégrité des caractéristiques architecturales de la typologie maison cité-jardin qui se trouve dans les secteurs de la phase 1. La

Plus en détail

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LE PATRIMOINE BÂTI

PROTÉGER, METTRE EN VALEUR ET RÉNOVER LE PATRIMOINE BÂTI A - PROBLÉMATIQUE : Le Pays Ouest Charente possède un patrimoine bâti et petit patrimoine (fontaines, lavoirs, fours, coués, etc.) de qualité. Patrimoine modeste (petite maison de bourg, maison de ville

Plus en détail

DESSINS D ARCHITECTURE

DESSINS D ARCHITECTURE Les dessins d architecture Page 1 DESSINS D ARCHITECTURE Objectifs : - Connaitre à partir d une application les différents plans réalisés dans le domaine de la construction, et plus particulièrement les

Plus en détail

Commune de Bretonnières. Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions

Commune de Bretonnières. Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions Commune de Bretonnières Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions Règlement communal sur le plan d extension et la police des constructions CHAPITRE PREMIER Dispositions

Plus en détail

RECHERCHES D'ARCHÉOLOGIE AÉRIENNE EN COTE-D'OR EN 1982-1983

RECHERCHES D'ARCHÉOLOGIE AÉRIENNE EN COTE-D'OR EN 1982-1983 RECHERCHES D'ARCHÉOLOGIE AÉRIENNE EN COTE-D'OR EN 1982-1983 H. Goguey. Les recherches d'archéologie aérienne ont été intensifiées en 1983-84 sur la Bourgogne grâce à l'aide conjuguée du Ministère de la

Plus en détail

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et

ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et ANNEXE 8.5-1 Caractérisation patrimoniale du Pont des Trous, évaluation des impacts des différents tracés proposés pour sa traversée et recommandations Le Pont des Trous constitue un des rares exemples

Plus en détail

Les églises et chapelles anciennes en voiture

Les églises et chapelles anciennes en voiture I D E E D E V I S I T E VILLE ET CULTURE Les églises et chapelles anciennes en voiture Niederbronn les Bains Reichshoffen Uttenhoffen avec la plus petite église à colombages d Alsace Pfaffenhoffen Bouxwiller

Plus en détail

Guide de la déclaration préalable

Guide de la déclaration préalable Guide de la déclaration préalable www.petit-quevilly.fr MINISTÈRE CHARGÉ DE L URBANISME 1 En cas de besoin, vous pouvez vous renseigner auprès de la mairie Dpt Commune Année N o de dossier Cachet de la

Plus en détail

Paris à travers les siècles à la Bibliothèque Historique de la Ville de paris

Paris à travers les siècles à la Bibliothèque Historique de la Ville de paris Paris à travers les siècles à la Bibliothèque Historique de la Ville de paris Carnet de l élève CNDP-CRDP Avec le soutien de À la découverte de... Histoire du lieu à partir des extérieurs L HISTOIRE DU

Plus en détail

D5 Couverture de tuiles plates mécaniques

D5 Couverture de tuiles plates mécaniques Arts de bâtir: Pays : D5 Couverture de tuiles plates mécaniques Espace Méditerranéen PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Couverture de tuiles plates mécaniques - Toiture à pente courante de 25%

Plus en détail

D4 Couverture de tuiles rondes

D4 Couverture de tuiles rondes Arts de bâtir: Pays : D4 Couverture de tuiles rondes Espace Méditerranéen PRÉSENTATION Emprise Géographique Définition Couverture de tuiles rondes - Toiture à pente courante de 25% à 35% couverte de deux

Plus en détail

LES PANNES, FLAMANDE ET PICARDE

LES PANNES, FLAMANDE ET PICARDE LES PANNES, FLAMANDE ET PICARDE Elles sont les seuls matériaux de couverture dont la frontière, nettement tranchée, relève d'un fait culturel et traditionnel que ne justifie aucune nécessité technique.

Plus en détail

Bardeau individuel Cèdre blanc de l Est

Bardeau individuel Cèdre blanc de l Est Guide d installation Avant de commencer l installation, prenez le temps de lire ce guide en entier pour bien comprendre les exigences et les étapes à suivre pour une bonne installation. Mises en garde

Plus en détail

Règlement local de publicité

Règlement local de publicité Règlement local de publicité Février 2011 Ville de Valenton Hôtel de Ville 48 rue du Colonel Fabien 94460 Valenton Sommaire Préambule : 2 Article 1 er : Champ d application 2 a Définitions 2 b Secteurs

Plus en détail

PRINCIPE 1 Privilégier les matériaux de revêtement extérieur en maçonnerie

PRINCIPE 1 Privilégier les matériaux de revêtement extérieur en maçonnerie Service de l urbanisme 5 avril 2006 1 GUIDE SUR LA QUALITÉ ARCHITECTURALE DES BÂTIMENTS RÉSIDENTIELS TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...2 PRINCIPE 1 Privilégier les matériaux de revêtement extérieur en maçonnerie

Plus en détail

Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL

Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL Université Mohamed Khider Biskra Département d architecture Cours : TECHNIQUE DU RELEVE ARCHITECTURAL Enseignantes: M me MAGRI-DJENANE Sahar M me MADHOUI Meriem M me BELARBI Samia 2011-2012 Sommaire I.

Plus en détail

maison de villégiature ; villa balnéaire

maison de villégiature ; villa balnéaire Maison de villégiature (villa balnéaire) dite Fedala 7 traverse de l' Angeline boulevard Bellevue Sainte-Maxime Dossier IA83001565 réalisé en 2011 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne

Remplacer la porte de grange LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN. La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne LES FAÇADES Remplacer la porte de grange 1 1 LA MAISON RURALE AU QUOTIDIEN La Fondation rurale de Wallonie Avec le soutien de la Région wallonne Une publication de la Fondation rurale de Wallonie Assistance

Plus en détail

CHAPELLE DE L ORATOIRE

CHAPELLE DE L ORATOIRE Atelier Féroé Bureau d architectes Christian Foehr Architecte EAUG - SIA CHAPELLE DE L ORATOIRE Pour le compte de l Église Évangélique Libre de Genève Propriété de la paroisse de l Oratoire Chapelle -

Plus en détail

Manoir de la GRAND COURT (85)

Manoir de la GRAND COURT (85) Etude préalable à la restauration du Manoir de la Grand Court (85) - COMMUNE DE L HERMENAULT (85) Mairie - 13 rue Gazellerie - 85 570 L Hermenault Restauration du Manoir de la GRAND COURT (85) ETUDE PREALABLE

Plus en détail

Parc éolien de Fauvillers

Parc éolien de Fauvillers Complément à l étude d incidences sur l environnement Parc éolien de Fauvillers Addendum au Résumé Non Technique Demandeur : N Projet : 09.00.54 rue de la Place, 41 Juin 2010 5031 Grand-Leez TABLE DES

Plus en détail

TROIS SECTEURS D ARCHITECTURE COUVERTURES TRADITIONNELLES DES TOITURES

TROIS SECTEURS D ARCHITECTURE COUVERTURES TRADITIONNELLES DES TOITURES TROIS SECTEURS D ARCHITECTURE Habitat montagnard Habitat hybride Habitat provençal COUVERTURES TRADITIONNELLES DES TOITURES Tuile canal Bardeaux Ardoise Tuile écaille page 34 LES DIFFERENTES FORMES DE

Plus en détail

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON

REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 1952. par EMILIA MAS SON REMARQUES SUR LE PETIT FRAGMENT DE TABLETTE CHYPRO MINOENNE TROUVÉ A ENKOMI EN 952 par EMILIA MAS SON. C'est pendant sa campagne de 952 à Enkomi que M. Porphyrios Dikaios a trouvé un petit fragment de

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Les modules d épandage et de rétention GRAF 300L

Les modules d épandage et de rétention GRAF 300L Édition de 12/2008 Les modules d épandage et de rétention GRAF 300L GRAF DISTRIBUTION S.A.R.L. 45 route d Ernolsheim F 67120 DACHSTEIN-GARE Tél. : 03 88 49 73 10 Fax : 03 88 49 32 80 info@graf.fr www.graf.fr

Plus en détail

Réglementation POS de la Zone UB

Réglementation POS de la Zone UB Réglementation POS de la Zone UB Elle comprend 2 secteurs : Uba et Ubb SECTION I - NATURE DE L OCCUPATION ET DE L UTILISATION DU SOL ARTICLE UB 1 OCCUPATION ET UTILISATION DU SOL ADMISES 1. Sont notamment

Plus en détail

CAHIER DE PRECONISATIONS

CAHIER DE PRECONISATIONS CAHIER DE PRECONISATIONS Le caractère du centre ancien de Caudiès-de- Fenouillèdes ainsi que celui des extensions du 19 ème siècle sont à préserver au titre d un patrimoine commun à transmettre aux générations

Plus en détail

PARCOURS DECOUVERTE TRAVAIL DE LA PIERRE

PARCOURS DECOUVERTE TRAVAIL DE LA PIERRE PARCOURS DECOUVERTE TRAVAIL DE LA PIERRE LES MATERIAUX UTILISES DANS LA CONSTRUCTION À VIEUX-LA-ROMAINE Salle : Vitrine «Matériaux et techniques de construction». ) Voici les matériaux utilisés pour construire

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail