Microscopie I : Bases de la Microscopie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Microscopie I : Bases de la Microscopie"

Transcription

1 Microscopie I : Bases de la Microscopie 1. Nature de la lumière 1.1 Le photon : définition D une manière générale, la lumière est constituée par des trains d ondes électromagnétiques. Ces trains d ondes sont émis par les atomes de la source lumineuse et vont se propager dans l espace jusqu à ce qu ils viennent en contact avec de la matière. Ces trains d ondes sont caractérisés par leur fréquence ν (nombre de cycles par seconde), leur phase (signature temporelle de leur émission par les atomes de la source) et leur polarisation (orientation du plan de vibration). Dans la pratique on ne réfère pas à la fréquence n d un train d ondes lumineux (grandeur absolue) mais à sa longueur d onde λ (distance séparant deux maxima), grandeur dépendante de la vitesse de propagation c du milieu traversé, et inversement proportionnelle à la fréquence ν. E longueur d onde (λ) E B B Sens de propagation Axe de vibration Figure 1. Onde électromagnétique. Elle correspond à la propagation dans l espace de la variation sinusoïdale concomitante du champ électrique E et du champ magnétique B selon des plans orthogonaux. Dès que ces trains d ondes interagissent avec de la matière, on ne les considère plus comme des ondes mais comme des particules discrètes dotées d une énergie cinétique inversement proportionnelle à la longueur d onde. On nomme ces corpuscules des photons. Par abus de langage, on utilise également le terme de photon pour nommer les trains d ondes. 1.2 Chromatisme Un rayon lumineux est donc un faisceau de trains d ondes électromagnétiques. L intensité du rayon sera proportionnelle au nombre de photons le composant. Si tous les photons ont une même longueur d onde, on dira que le rayon est monochromatique. Si le rayon est composé de photons ayant des longueurs d ondes différentes, le rayon sera nommé polychromatique. Dans le cas particulier où toutes les longueurs d ondes du visible sont représentées à proportions égales, la lumière sera dite «blanche». En termes de perception, les longueurs d onde visibles se répartissent entre 400 nm et 700 nm, en dessous de 400 nm commence le domaine ultraviolet (UV); au dessus de 700 nm s étend le domaine infrarouge (IR). Les différentes longueurs d ondes visibles seront perçues comme : violettes de 400 nm à 450 nm, bleues de 450 à 510 nm, vertes de 510 à 530 nm, jaunes de 530 à 550 nm, oranges de 550 nm à 600 nm et enfin rouges de 600 nm à 700 nm. 1

2 1.3 Cohérence La définition de la cohérence de la lumière peut recouvrir plusieurs notion différentes. En effet on peut effectuer une distinction entre cohérence spatiale et cohérence temporelle. Un rayon lumineux est dit incohérent lorsque les trains d ondes qui la composent sont émis de manière irrégulière et désordonnée. C est le cas des sources de lumière conventionnelles où les photons sont émis au gré de l agitation thermique des atomes de la source. Une source est dite cohérente lorsqu il existe une relation régulière de phase entre les trains d ondes émis. C est le cas d une source laser où tous les photons émis à un temps donné sont tous en phase. 2. Interactions lumière matière 2.1 Absorption Lorsqu un rayon lumineux traverse un matériau, les trains d ondes vont interagir avec la matière. Certains photons vont être absorbés par les molécules du matériau. En conséquence, l intensité I de la lumière mesurée en sortie du matériau sera inférieure à l intensité I0 mesurée avant le matériau. Le rapport I0/I constitue l absorbance du matériau. Pour certains matériaux, l absorbance peut varier en fonction de la longueur d onde. Cette propriété permet de filtrer la lumière afin de ne retenir qu un certain contingent de longueurs d onde. On peut ainsi réaliser des filtres de plusieurs catégories : passe-court (SP, short-pass) transmettant les courtes longueurs d onde, passe-long (LP, long-pass) transmettant les grandes longueurs d onde, passe-bande (BP, band-pass) transmettant les longueurs d onde intermédiaires et enfin réjecteur (notch filter) qui élimine les longueurs d onde intermédiaires. 2.2 Réfraction/Réflexion La lumière se propage différemment suivant les milieux traversés. En fait chaque milieu est caractérisé par un indice de réfraction n, c est-à-dire par une vitesse de propagation de la lumière. Ainsi deux trains d onde de même fréquence et en phase qui traversent respectivement des milieux ayant des indices de réfraction différents seront ou bien accélérés ou freinés. En sortie des milieux les deux trains d ondes ne seront plus en phase. l n 2 Sens de propagation Déphasage Φ Figure 2. Réfraction. La lumière subit un changement de vitesse de propagation dans le milieu n2. Le rayon en sortie du milieu n2 est déphasé de Φ par rapport à un autre rayon n ayant pas traverse le milieu n2. Le déphasage dépendra de l indice n2 et de la longueur l du milieu traversé. Lorsque la lumière traverse l interface (nommé dioptre) entre deux milieux d indices différents, elle peut être déviée de sa trajectoire initiale si celle-ci n est pas perpendiculaire à l interface. La déviation dépendra de l angle d incidence du rayon et du rapport entre les indices de réfractions n1 et n2. 2

3 sin α 1 = n 2 sin α 2 α 1 α 1 α 1 α 2 n 2 α 2 n 2 n1 n 2 > n 2 < n 2 angle critique -> réflexion Figure 3. Déviation et réflexion de la lumière au passage d un dioptre. De plus l angle de déviation dépendra de la longueur d onde de la lumière. Ainsi dans un prisme, de la lumière blanche va être décomposée en un éventail de rayons dont les longueurs d onde s étendront de façon monotone de 400 nm à 700 nm. 2.3 Diffraction Lorsqu un rayon lumineux arrive sur une petite structure ou sur le bord d un objet, une fraction des trains d ondes va se trouver dispersée à l intérieur d un cône centré sur la direction de propagation du rayon. L ouverture du cône dépendra d une part de la longueur d onde de la lumière et d autre part de la dimension de la structure ou de l acuité du bord. Plus la structure est petite ou le bord fin, plus le cône est ouvert. Ces rayons diffractés vont pouvoir interférer avec d autres rayons ce qui aura pour conséquence d altérer le contraste et la résolution des images formées par un microscope. Cependant ce qui apparaît à première vue comme un défaut peut être mis à profit pour extraire de l information ou créer des contrastes (microscopies à contraste interférentiel). x I franges d interférence Figure 4. Interférence de rayons diffractés. Ecran 2.4 Transfert d énergie, fluorescence 3

4 e 1 = hν 1 e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 Noyau Noyau Orbitale basse état de repos Orbitale haute état excité Absorption Emission Figure 5. Principe de la fluorescence. A gauche, l énergie e1 du photon incident est absorbée et place l électron périphérique sur une orbitale correspondant à un état excité. A droite, l électron revient vers l orbitale de repos et libère de l énergie sous la forme d un nouveau train d onde de moindre énergie. La longueur d onde du photon émis est plus grande que la longueur d onde du photon absorbé. 3. Formation de l image par une lentille 3.1 Optique géométrique Dans un microscope l image agrandie de l objet est formée par la lentille de l objectif. L objet à observer est placé au voisinage du foyer objet de la lentille. L image agrandie se construit au-delà du foyer image de la lentille. Le grandissement dépendra de la distance du foyer de la lentille au centre de la lentille. Plus cette distance est courte, plus fort est le grossissement. Cependant, il n est pas possible d agrandir infiniment un objet en réduisant la distance du foyer. Le pouvoir séparateur de la lentille est limité par la diffraction de la lumière. Autrement dit, si par construction géométrique on peut imaginer obtenir des grossissements supérieurs à 100x, ceux-ci n ont aucun sens car à partir de 100x on améliore plus la résolution et l on ne fait que grossir du flou! objet Fo objectif Fi axe optique image agrandie Figure 6. Agrandissement par un objectif de microscope. Fo : foyer objet, Fi : foyer image 3.2 Optique ondulatoire La formation d une image dans un microscope est la résultante de deux fonctions de répartition de la lumière: - la fonction d étalement du point dans le plan focal conditionnant la résolution latérale (en X et Y). - la fonction de défocalisation conditionnant le résolution axiale (en Z). La fonction d étalement du point (ou PSF pour Point Spread Function) est la description mathématique de l image du disque d Airy (Fig.7) obtenue lorsque l on observe un point lumineux idéal (infiniment petit) au travers d un objectif. Cette image familière présentant un maximum d intensité entouré d anneaux de plus en plus sombres résulte de l incapacité de la lentille à collecter la lumière dispersée au-delà d un angle donné α (demi angle d ouverture du cône de lumière entre le foyer et la lentille). 4

5 Io x plan image Disque de Airy et distribution en intensité objectif plan objet Figure 7. Formation de l image dans un microscope. L image d un point infiniment petit (en réalité d une taille très inférieure à la résolution) est en fait une tache de diffraction (disque d Airy) ou fonction d étalement du point résultant de l interférence entre les ondes diffractées. Le cône de lumière entre le foyer et la lentille définit l ouverture numérique (NA) de l objectif. La formule de l ouverture numérique s écrit comme suit NA = n sin α, où α est le demi-angle du cône et n est l indice de réfraction du milieu. Par exemple, pour un objectif à immersion dans l huile (n=1,515) ayant un demi-angle α de 67,5 on obtient une ouverture numérique de 1, Résolution La résolution conférée par un objectif est dite limitée en diffraction. Elle résulte des interférences au niveau du plan image, des ondes lumineuses diffractées le long du trajet des rayons. d xy = 0.61 l / NA d Figure 8. Définition de la résolution (pouvoir séparateur) : capacité à discriminer deux disques d Airy. La résolution telle qu elle est définie par Rayleigh (d min Rayleigh), correspond à la distance entre deux points objets pour laquelle le maximum d intensité du disque d Airy du premier point correspond au premier minimum d intensité du disque d Airy du second point. Elle est égale en théorie à: d min = 0,61 λ / NA. Cette définition n est valable que si l objectif collecte de la lumière provenant d un condenseur ayant la même ouverture numérique. Fort heureusement, en épi-illumination cette condition est parfaitement assurée puisque l objectif joue également le rôle de condenseur. 3.4 Ouverture numérique L ouverture numérique (NA) est une caractéristique essentielle d un objectif. C est elle qui est directement responsable de la luminosité et de la résolution d un objectif. Elle dépend directement de 1 ) l indice de réfraction du milieu et 2 ) de l angle formé par trois points particuliers qui sont : le centre de la lentille, le foyer objet de la lentille et le bord de la lentille. Plus cet angle sera grand et meilleures seront la luminosité (plus de rayons lumineux se trouvent collectés) et la résolution. Deux autres caractéristiques de l objectif dépendent de l ouverture numérique : ce sont la distance de travail D et la profondeur de champ z. Un objectif de haute qualité sera caractérisé par une x 5

6 grande ouverture numérique (1,0<NA<1,45) ce qui a comme conséquence une distance de travail limitée (90 à 180 µm) et une profondeur de champ réduite (effet de sectionnement optique). α D iris α D iris α D z z z Figure 9. Ouverture numérique : elle est caractérisée par l angle α et détermine la distance de travail D et la profondeur de champ z. Un iris placé devant la lentille permet de faire varier l ouverture numérique sans changer le grandissement et d augmenter la profondeur de champ. D une manière générale, les objectifs de faible grossissement (5x à 20x) sont dotés d une faible NA (0,5 à 0,75), ils offrent une grande distance de travail et une grande profondeur de champ. Les objectifs de grandissement supérieur (40x à 100x) ont une NA supérieure à 0,75 et offrent une excellente résolution mais une faible profondeur de champ. Pour obtenir une ouverture numérique effective supérieure à 0,75 les objectifs doivent être à immersion (fig.10). Certains objectifs disposent d un iris qui permet de régler l ouverture numérique. Ceci permet d augmenter la profondeur de champ en réduisant l ouverture de l iris. Bien entendu, cela entraîne une dégradation de la finesse de l image. C B A n2 C B A n3 n1 n1 n2 n1 n3 = n1 Figure 10. Ouverture numérique et immersion. A gauche la différence entre les indices de réfraction n2 et n1 est grande, les rayons lumineux A,B et C se trouvent déviés vers l extérieur lors du passage du milieu de montage à l air. Les rayons les plus externes seront perdus. A droite : on utilise un liquide d immersion d indice n3 très proche de n1. Les rayons ne sont plus déviés et peuvent tous être collectés par la lentille. Relation profondeur de champ ouverture numérique : z = λ n 2 NA n Aberrations géométriques et chromatiques 6

7 La réalisation d un objectif de microscope est extrêmement complexe et doit prendre en compte toutes sortes de défauts. En particulier, une lentille est constituée d un dioptre à courbure variable qui va permettre la convergence des rayons lumineux par réfraction. Cependant, nous avons vu que l angle de réfraction varie en fonction de la longueur d onde. Autrement dit, pour un objet éclairé par de la lumière blanche, on obtient une mise au point différente suivant que les parties observées sont rouges, vertes ou bleues. Ce défaut s appelle l aberration chromatique. Dans les objectifs de microscope, on corrige ce défaut en adjoignant des lentilles correctrices en arrière de l objectif. rayon blanc sans correction Fo rayon bleu rayon rouge Fi axe optique avec correction Figure 11. Aberration chromatique. Moitié supérieure : lentille non corrigée, la lumière blanche est décomposée et les rayons rouges, verts et bleus sont focalisés en des points différents le long de l axe optique. Moitié inférieure : lentille corrigée, l adjonction d une lentille divergente compense la dispersion des rayons de longueur d onde différente. Tous sont maintenant focalisés au même point. 4. Les microscopies photoniques 4.1 Rôle du condenseur Le rôle du condenseur dans un microscope est essentiel. Il permet d éclairer de façon homogène le champ du microscope. Le dispositif le plus courant est le condenseur de Köhler constitué d une source lumineuse, suivie d un diaphragme de champ (limitant l illumination au champ microscopique visible) une lentille collectrice qui collecte la lumière de la source, un diaphragme d ouverture permettant d ajuster l ouverture numérique du condenseur en fonction de celle de l objectif utilisé; et enfin la lentille condenseur qui focalise l illumination sur le spécimen. Le réglage des différents paramètres du condenseur est capital pour l obtention d une image résolue et de bon contraste. Le centrage et la focalisation du condenseur doivent être ajustés chaque fois que l on change l objectif. De même l ouverture des deux diaphragmes devra être ajustée à la dimension du champ du microscope. 4.3 Microscopie par contraste de phase et contraste interférentiel Contraste de phase Le microscope à contraste de phase est un dispositif permettant d observer des préparations qui n ont pas été colorées. Il est donc particulièrement bien adapté à l observation de cellules vivantes. Le principe repose sur la formation d un contraste d intensité créé par l interférence de rayons lumineux auquel on fait subir un déphasage différentiel. Pour cela, on place un anneau de phase dans le condenseur et une plaque de phase dans l objectif du microscope. L anneau de phase permet de créer une illumination de forme particulière qui sera totalement stoppée par l anneau opaque de la plaque de phase. Cet anneau opaque arrête la transmission directe de la lumière et évite l éblouissement de l observateur. Les rayons lumineux diffractés par les structures fines (membranes cellulaires, organites ) traversent la plaque de phase soit dans la zone périphérique, soit dans la zone centrale. La zone centrale est constituée d une lame biréfringente λ/4 dont le rôle est de retarder légèrement les rayons diffractés qui la traverse. Ces rayons retardés vont interférer 7

8 avec ceux transmis sans retard sur la périphérie. Le déphasage différentiel entre ces rayons, créé le contraste et permet de mettre en évidence les structures cellulaires. Condenseur objet Objectif Oculaire anneau de phase plaque de phase (dans plan focal arrière de l objectif) Figure 12. Microscope à contraste de phase. Le dispositif repose sur un anneau de phase placé dans le condenseur, et une plaque de phase située dans l objectif. La plaque de phase est une lame de verre avec un anneau opaque qui enserre une lame biréfringente quart d onde Contraste interférentiel différentiel (DIC) «Normarski» Le contraste interférentiel différentiel (DIC) aussi appelé contraste «Nomarski» est aussi utilisé pour l observation de préparations non colorées. Le principe repose sur la division d un rayon lumineux polarisé en deux rayons de même longueur d onde, mais polarisés orthogonalement et séparés spatialement d une distance très courte (une fraction de la longueur d onde). La séparation en deux rayons est réalisée par un Wollaston (assemblage particulier de deux cristaux biréfringents). Ces deux rayons (nommés respectivement ordinaire et extraordinaire) traversent les spécimens en deux points différents mais très proches. Suivant les milieux traversés par chacun des deux rayons, par exemple cytoplasme pour le rayon ordinaire et la membrane cytoplasmique pour l extraordinaire, ceux-ci subissent un déphasage différent. Après collection par l objectif les deux rayons sont recombinés par un second Wollaston et viennent interférer sur un filtre polariseur. Suivant la différence de phase entre les rayons, un contraste positif ou négatif sera créé révélant ainsi les structures cellulaires. Polariseur Condenseur Wollaston objet Objectif Wollaston Analyseur croisé Figure 13. Microscope à contraste Nomarski. Le condenseur contient un filtre polariseur suivi d un Wollaston qui sépare le rayon ordinaire (trait plein) du rayon extraordinaire (trait pointillé). 8

9 Après l objectif, les deux rayons sont superposés par un second Wollaston et un filtre polariseur croisé analyse la différence de phase entre les deux rayons. 4.4 Microscopie de fluorescence, épi fluorescence Objectif Filtre d arrêt ou filtre d émission Oculaire Filtre d excitation Miroir dichroïque Condenseur Lampe à vapeur de mercure Figure 14. Microscope de fluorescence par épi-illumination. La source lumineuse est déportée sur le côté et est constituée par une lampe offrant un spectre de longueur d onde étendu vers les UV. Un filtre d excitation permet de sélectionner une bande de longueur d onde adaptée au fluorochrome à visualiser. Un miroir dichroïque réfléchit la lumière d excitation vers l objectif qui joue ici le rôle de condenseur. La fluorescence émise est collectée par l objectif et va traverser le miroir dichroïque. Un filtre d arrêt permet de sélectionner la longueur d onde d émission du fluorochrome. 9

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes

Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire. TD n 1 Compléments sur les microscopes Travaux Dirigés de Biologie Cellulaire TD n 1 Compléments sur les microscopes Les différents types de microscopes photoniques A. Le microscope à fond noir B.Le microscope polarisant C.Le microscope à contraste

Plus en détail

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière.

OPTIQUE GEOMETRIQUE II.- THEORIE. Définition : L indice de réfraction n caractérise le milieu dans lequel se propage la lumière. 31 O1 OPTIQUE GEOMETRIQUE I.- INTRODUCTION L optique est une partie de la physique qui étudie la propagation de la lumière. La lumière visible est une onde électromagnétique (EM) dans le domaine de longueur

Plus en détail

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses

Etude expérimentale sur les interférences lumineuses Etude expérimentale sur les interférences lumineuses La lumière est une onde électromagnétique. Deux ondes sont à même d interagir en se sommant. Dans certains cas particuliers, notamment pour deux rayons

Plus en détail

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique

Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Corrigés de la séance 13 Chap 25-26: La lumière, l optique géométrique Questions pour réfléchir chap. 26 Q3. Expliquez pourquoi la distance focale d une lentille dépend en réalité de la couleur de la lumière

Plus en détail

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20

MR, 2007 Optique 1/20 MR, 2007 Optique 2/20 Sources de lumière Sources naturelles Soleil Étoiles Sources artificielles Bougie Ampoule MR, 2007 Optique 1/20 Origine de la lumière Incandescence La lumière provient d un corps chauffé à température

Plus en détail

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme

Fente Lumière blanche. Fente Laser rouge. 2 Prisme 1L : Représentation visuelle du monde Activité.4 : Lumières colorées I. Décomposition de la lumière blanche Newton (dès 1766) a décomposé la lumière solaire avec un prisme. 1. Expériences au bureau : 1

Plus en détail

Microscopie photonique

Microscopie photonique Plan Lumière et interactions avec la matière Formation de l image Microscopies en fond clair / fond noir Microscopies de phase et interférentielle Microscopie de fluorescence Microscopie confocale Capteurs

Plus en détail

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique.

Nous nous intéresserons ici à une version simplifiée du modèle corpusculaire pour décrire l optique géométrique. OPTIQUE GEOMETRIQUE Définitions : L optique est la science qui décrit les propriétés de la propagation de la lumière. La lumière est un concept extrêmement compliqué et dont la réalité physique n est pas

Plus en détail

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient

cpgedupuydelome.fr -PC Lorient Première partie Modèle scalaire des ondes lumineuses On se place dans le cadre de l optique géométrique 1 Modèle de propagation 1.1 Aspect ondulatoire Notion d onde électromagnétique On considère une onde

Plus en détail

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS

ANNALE 2005-2006 FILERE FAS Première Année Premier Cycle ANNALE 2005-2006 FILERE FAS INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON Par M.Rey marie.rey@insa-lyon Physique 1 Filière FAS TABLE DES MATIERES PROPAGATION DE LA LUMIERE...

Plus en détail

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction :

Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4ème Maths 3+Tech 1 Introduction : Cours Physique Interaction onde-matière classe : 4 ème Maths 3+Tech I- Introduction : En laissant l œil semi-ouvert lors de la réception de la lumière on observe des annaux alternativement brillants et

Plus en détail

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons

Microbiologie BIOL 3253. Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Microbiologie BIOL 3253 Étude de la structure microbienne: microscopie et préparation des échantillons Les lentilles et la déviation de la lumière Quand un rayon lumineux passe d un milieu à un autre,

Plus en détail

Lentilles Détermination de distances focales

Lentilles Détermination de distances focales Lentilles Détermination de distances focales Résumé Les lentilles sont capables de faire converger ou diverger un faisceau lumineux. La distance focale f d une lentille caractérise cette convergence ou

Plus en détail

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION

- 1 - Expérience no 21 ELEMENTS D OPTIQUE 1. INTRODUCTION - 1 - Expérience no 21 1. INTRODUCTION ELEMENTS D OPTIQUE Dans cette expérience les principes de l optique géométrique sont applicables car les obstacles traversés par la lumière sont beaucoup plus grands

Plus en détail

Bases de la microscopie et quelques aspects avancés

Bases de la microscopie et quelques aspects avancés Bases de la microscopie et quelques aspects avancés Intervenant : François Waharte Plateforme Imagerie Cellulaire et Tissulaire UMR144 Institut Curie Francois.Waharte@curie.fr Bases de la microscopie

Plus en détail

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière

Chapitre 5 - Réfraction et dispersion de la lumière I. Réfraction de la lumière A. Mise en évidence expérimentale 1. Expérience 2. Observation - Dans l air et dans l eau, la lumière se propage en ligne droite. C est le phénomène de propagation rectiligne

Plus en détail

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php

3LESLENTILLESMINCES. http://femto-physique.fr/optique_geometrique/opt_c3.php 3LESLENTILLESMINCES Cette fiche de cours porte sur les lentilles minces. L approche est essentiellement descriptive et repose sur la maîtrise de la construction des rayons lumineux. Ce chapitre est accessible

Plus en détail

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière

Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière Seconde / P4 Comprendre l Univers grâce aux messages de la lumière 1/ EXPLORATION DE L UNIVERS Dans notre environnement quotidien, les dimensions, les distances sont à l échelle humaine : quelques mètres,

Plus en détail

Formation de l image en microscopie optique

Formation de l image en microscopie optique Formation de l image en microscopie optique Aude Jobart-Malfait Plateforme de recherche «Imagerie des processus dynamiques en Biologie Cellulaire et Biologie du Développement» IFR 117 Institut Jacques

Plus en détail

O 2 Formation d images par un système optique.

O 2 Formation d images par un système optique. par un système optique. PCS 2015 2016 Définitions Système optique : un système optique est formé par une succession de milieux homogènes, transparents et isotropes (MHT) séparés par des dioptres (et /

Plus en détail

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 )

Faisceau gaussien. A = a 0 e ikr e i k. 2R (x2 +y 2 ) Faisceau gaussien 1 Introduction La forme du faisceau lumineux émis par un laser est particulière, et correspond à un faisceau gaussien, ainsi nommé car l intensité décroît suivant une loi gaussienne lorsqu

Plus en détail

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant

1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant CHABOU Moulley Charaf Ecole Nationale Polytechnique Département Génie Minier Cours - - 1- Propriétés de la lumière et indice de réfraction. Le microscope polarisant 1.1. Généralités sur la lumière La lumière

Plus en détail

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS

SPECTROSCOPIE RAMAN I APPLICATIONS SPECTROSCOPIE RAMAN La spectroscopie Raman est une technique d analyse non destructive, basée sur la détection des photons diffusés inélastiquement suite à l interaction de l échantillon avec un faisceau

Plus en détail

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique

CPGE MPSI Programme de khôlle. Programme de khôlle. - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique Programme de khôlle - Semaines 7 et 8 - (24/10 au 10/11) Bases de l optique géométrique 1. Savoir que la lumière est une onde électromagnétique, se propagent de manière omnidirectionnelle à partir d une

Plus en détail

Introduction aux aberrations optiques

Introduction aux aberrations optiques Introduction aux aberrations optiques 1 Aberrations Les aberrations sont les défauts d'un système optique simple qui font que l'image d'un point ou d'un objet étendu obtenu par l'intermédiaire de ce système

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale

EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale EXAMEN #2 ONDES ET PHYSIQUE MODERNE 20% de la note finale Automne 2011 Nom : Chaque question à choix multiples vaut 3 points 1. Une lentille convergente dont l indice de réfraction est de 1,5 initialement

Plus en détail

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière

Plan. Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images. IUT StDié. Introduction. 1. Nature et propagation i. de La la lumière lumière Physique - Optique et applications pour la Synthèse d Images IUT StDié Cours niveau Licence Optique v.2005-10-05 Stéphane Gobron Plan Introduction 2. Image, réflexion et réfraction 4. Interférences et

Plus en détail

Microscope confocal à balayage laser. Microscopie photonique. lumière Laser Objectif. Miroir dichroïque Source de. Filtre confocal.

Microscope confocal à balayage laser. Microscopie photonique. lumière Laser Objectif. Miroir dichroïque Source de. Filtre confocal. Microscope confocal à balayage laser Photo-détecteur Filtre confocal Plan image Image reconstruite point par point par balayage laser Miroir dichroïque Source de lumière Laser Objectif Obtention directe

Plus en détail

1 ) Composants de base permettant de modifier les caractéristiques géométriques d'un faisceau lumineux : miroirs, fibres optiques, lentilles

1 ) Composants de base permettant de modifier les caractéristiques géométriques d'un faisceau lumineux : miroirs, fibres optiques, lentilles II.2 ptique 1 ) Composants de base permettant de modifier les caractéristiques géométriques d'un faisceau lumineux : miroirs, fibres optiques, lentilles 1.1) Définitions 1.1.1) Rayons et faisceaux lumineux

Plus en détail

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE

ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE METHODES D ETUDE DE LA CELLULE ETUDE DE L ORGANISATION CELLULAIRE Techniques morphologiques 1 Les microscopes Les microscopes utilisent la déviation d un flux ondulatoire de particules, soit non chargées

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

Fiche guide Formation des images

Fiche guide Formation des images Fiche guide Formation des images Cette fiche guide «Formation des images» vous sera utile pour les TP O1 et O2. Elle contient l essentiel de ce que vous devez savoir et savoir-faire. Vous n y aurez pas

Plus en détail

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel)

Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Capsule théorique sur l optique géométrique (destinée au personnel) Octobre 2014 Table des matières Spectre électromagnétique... 3 Rayons lumineux... 3 Réflexion... 3 Réfraction... 3 Lentilles convergentes...

Plus en détail

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION

LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION LE SPECTROSCOPE À PRISME. ANALYSE DES SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORBTION 1. Le but du travail 1.1. Mise en evidence du phénomène de dispersion de la lumière par l observation des spectres d émission et

Plus en détail

Vision industrielle Dispositif optique

Vision industrielle Dispositif optique Vision industrielle Dispositif optique Plan du cours L objectif La focale L ouverture La mise au point Qualité d image Choix de l objectif Cours de Vision Industrielle Nicolas Vandenbroucke 2 Constitution

Plus en détail

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE

LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE LUMIERE BLANCHE - LUMIERE MONOCHROMATIQUE I LE PHENOMENE DE DISPERSION 1 Expérience 2 Observation La lumière émise par la source traverse le prisme, on observe sur l'écran le spectre de la lumière blanche.

Plus en détail

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE

L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE L ETUDE DE LA CELLULE ET LA MICROSCOPIE Ce document a été réalisé à partir du dossier«sagascience: La celluleanimale» http://www.cnrs.fr/cw/dossiers/doscel/decouv/norm/global.htm. Les outils utilisés pour

Plus en détail

ETUDE DES LENTILLES MINCES

ETUDE DES LENTILLES MINCES ETUDE DES LENTILLES MINCES I ) Définitions Une lentille est un milieu transparent limité par deux surfaces dont l une au moins n est pas plane. Parmi les lentilles minces, on distingue deux catégories

Plus en détail

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs

Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs 17 POLYNÉSIE FRANÇAISE JUIN 2006 PARTIE I 13 POINTS Le mystère de la grenadine et la perception des couleurs Document 1 Les tribulations d un sirop Trois phénomènes se combinent pour expliquer la couleur

Plus en détail

Chapitre II-3 La dioptrique

Chapitre II-3 La dioptrique Chapitre II-3 La dioptrique A- Introduction Quelques phénomènes causés par la réfraction de la lumière : quelqu'un dans une piscine semble plus petit... un règle en partie immergée semble brisée... un

Plus en détail

Optique : expériences de base

Optique : expériences de base Préparation à l agrégation de Sciences-Physiques ENS Physique Optique : expériences de base Sextant, Optique expérimentale 1 I) Sources lumineuses 1) Sources thermiques Elles ont un spectre continu dont

Plus en détail

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON

INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON INTERFÉROMÈTRE DE MICHELSON ATTENTION! LASER ET LAMPE À MERCURE : DANGER! - Ne jamais regarder directement le faisceau Laser, sous peine de brûlures irréversibles de la rétine. - Ne jamais regarder directement

Plus en détail

LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes

LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes LE MICROSCOPE OPTIQUE Principes Marc Moreau, Directeur de recherche CNRS Catherine Leclerc, Chargé de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement, UMR 5547, Université Paul Sabatier, 118 route de

Plus en détail

Observatoire astronomique de la Pointe du diable

Observatoire astronomique de la Pointe du diable Observatoire astronomique de la Pointe du diable 2. Le coronographe de Lyot Le coronographe est un système optique assez complexe conçu pour observer les protubérances solaires en réalisant une sorte «d

Plus en détail

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29)

Chapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) PRTIE 1 - OSERVER : OULEURS ET IMGES hapitre 2 : La couleur des objets (p. 29) onnaissances : Phénomènes d absorption, de diffusion et de transmission. Savoir-faire : Utiliser les notions de couleur blanche

Plus en détail

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident

OPTIQUE. 1. Loi de la réflexion. Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident OPTIQUE Un rayon lumineux incident sur une surface transparente, se comporte comme illustré ci-dessous: rayon incident AIR rayon réfléchi EAU rayon réfracté A l'interface entre les deux milieux, une partie

Plus en détail

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES

TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES TUTORAT SANTE MONTPELLIER- NIMES METHODES D ETUDE DE LA CELLULE UE2 SPR 2011-2012 1 NOTIONS THÉORIQUES Un microscope est un système grossissant composé de deux lentilles convergentes: L objectif, proche

Plus en détail

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015

TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 TUTORAT UE 3 2015-2016 Biophysique CORRECTION Séance n 3 Semaine du 28/09/2015 Optique 2 Mariano-Goulart QCM n 1 : A, C A. Vrai. Hz.m -1.s => B. Faux.. C. Vrai. L'équation donnée montre que l onde électrique

Plus en détail

Optique : applications Introduction

Optique : applications Introduction Optique : applications Introduction I. Introduction Au premier semestre nous avons abordés l'optique géométrique, nous avons vu les lois de Snell Descartes qui décrivent comment la lumière est réfléchie

Plus en détail

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons

Principe de la microscopie par absorption biphotonique. La microscopie à 2 photons Principe de la microscopie par absorption biphotonique L optique non-linéaire ou 1 photon + 1 photon = 1photon! Principe de la fluorescence Absorption Emission e 1 > e 2 λ 1 < λ 2 e 2 = hν 2 e 1 = hν 1

Plus en détail

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr

Licence IOVIS 2011/2012. Optique géométrique. Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Licence IOVIS 2011/2012 Optique géométrique Lucile Veissier lucile.veissier@spectro.jussieu.fr Table des matières 1 Systèmes centrés 2 1.1 Vergence................................ 2 1.2 Eléments cardinaux..........................

Plus en détail

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique

TP-Cours : Instruments d optique A. MARTIN. Sources lumineuses. Miroirs Lentilles. Projection Autocollimation. Instruments d optique et et 1/21 1 / 21 et Lumière blanche Lampe à incandescence : lumière blanche Source thermique : Fonctionnement basé sur le rayonnement électromagnétique spontané d un corps chauffé à haute température,

Plus en détail

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente

Première S Chapitre 12. Images formées par les systèmes optiques. I. Image donnée par un miroir. II. Images données par une lentille convergente Première S Chapitre mages formées par les systèmes optiques.. mage donnée par un miroir.. Lois de la réflexion Soit un rayon lumineux issu dun point lumineux S et qui rencontre en le miroir plan M. l donne,

Plus en détail

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique

Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique Exercices Chapitre 5 : Les lentilles et les instruments d optique E. (a) On a 33, 2 0cm et 20 cm. En utilisant l équation 5.2, on obtient 33 0 cm 33 20 cm 858 cm Le chat voit le poisson à 858 cm derrière

Plus en détail

LA MICROSCOPIE CONFOCALE

LA MICROSCOPIE CONFOCALE LA MICROSCOPIE CONFOCALE Philippe COCHARD, Directeur de recherche CNRS Centre de Biologie du Développement UMR 5547 CNRS/UPS Université Paul Sabatier Philippe.cochard@univ-tlse3.fr Principe Fonctionnement

Plus en détail

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES

LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Licence Sciences et Technologies MISMI (Mathématiques, Informatique, Sciences de la Matière et de l Ingénieur) UE Physique et Ingénieries LUMIERE, OPTIQUE ET IMAGES Série B J.M. Huré 1 Série B Cours 10

Plus en détail

Dimensions des structures biologiques

Dimensions des structures biologiques Dimensions des structures biologiques 0.1 nm (nanomètre 10-9 m) diamètre d une atome d hydrogène 2 nm diamètre d une double hélice d ADN 10 nm Petite protéine globulaire (hémoglobine) 10 nm épaisseur membrane

Plus en détail

La lumière est une onde électromagnétique transversale visible par l être humain.

La lumière est une onde électromagnétique transversale visible par l être humain. 3 LES ONDES LUMINEUSES La lumière est une onde électromagnétique transversale visible par l être humain. Caractéristiques : les ondes lumineuses se propagent en ligne droite; lorsqu elles rencontrent un

Plus en détail

1) Sources de lumières

1) Sources de lumières TP COURS OPTIQUE GEOMETRIQUE Lycée F.BUISSON PTSI CONNAISSANCE DE BASES EN OPTIQUE GEOMETRIQUE 1) Sources de lumières 1-1) Sources à spectre de raies ou spectre discontinu Ces sources émettent un spectre

Plus en détail

4. Microscopie électronique à balayage

4. Microscopie électronique à balayage 4. Microscopie électronique à balayage 4.1. Principe de formation des images en MEB 4.2. Mise en œuvre 4.3. Les différents modes d imagerie 4.4. Les différents types de contraste 4.5. Performances 4.5.1.

Plus en détail

CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE

CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE CHAPITRE 1 LA LUMIERE ET L OPTIQUE GEOMETRIQUE I Qu est-ce que la lumière? Historique : théorie ondulatoire et théorie corpusculaire II Aspect ondulatoire Figure 1-1 : (a) Onde plane électromagnétique

Plus en détail

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION

III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION III. LA CYTOMETRIE DE FLUX III.1. DEFINITION La cytométrie en flux décrit une technique d analyse de routine des cellules ou particules biologiques en suspension qui traversent une cellule de mesure les

Plus en détail

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire.

Dans le cadre du. Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant. Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Dans le cadre du Tout s éclaire! Dossier pédagogique pour l enseignant Le contenu des ateliers est donné à titre indicatif et pour mémoire. Les animateurs adapteront leur message en fonction du public

Plus en détail

MICROSCOPIE OPTIQUE THEORIQUE ET APPLIQUEE AUX SCIENCES BIOMEDICALES

MICROSCOPIE OPTIQUE THEORIQUE ET APPLIQUEE AUX SCIENCES BIOMEDICALES MICROSCOPIE OPTIQUE THEORIQUE ET APPLIQUEE AUX SCIENCES BIOMEDICALES SOMMAIRE Introduction... 1 1 La microscopie optique (photonique) à fond clair... 3 1.1 Principe du microscope optique composé... 3 1.2

Plus en détail

TP n 4 : Lumière et couleurs

TP n 4 : Lumière et couleurs TP n 4 : Lumière et couleurs Plan I. Lumières colorées : 1- Dispersion de la lumière par un prisme ou par un CD-rom : 2- Composition de la lumière blanche : 3- Lumières polychromatiques et monochromatiques

Plus en détail

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière

TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière TP Cours : Polarisation rectiligne de la lumière Les ondes lumineuses sont des ondes électromagnétiques vectorielles. Certains systèmes physiques, comme par exemple les lunettes de soleil polarisantes,

Plus en détail

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE

PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE PRINCIPE MICROSCOPIE CONFOCALE Un microscope confocal est un système pour lequel l'illumination et la détection sont limités à un même volume de taille réduite (1). L'image confocale (ou coupe optique)

Plus en détail

Chapitre 4 - Lumière et couleur

Chapitre 4 - Lumière et couleur Choix pédagogiques Chapitre 4 - Lumière et couleur Manuel pages 64 à 77 Ce chapitre reprend les notions introduites au collège et en classe de seconde sur les sources de lumières monochromatiques et polychromatiques.

Plus en détail

DEVOIR SURVEILLE N 1

DEVOIR SURVEILLE N 1 Année 2011/2012 - PCSI-2 DS 01 : Optique 1 DEVOIR SURVEILLE N 1 Samedi 24 Septembre 2011 Durée 3h00 Le candidat attachera la plus grande importance à la clarté, à la précision et à la concision de la rédaction.

Plus en détail

Physique 51421. Module 3 Lumière et optique géométrique. Rappel : les ondes. Caractéristiques des ondes. Vitesse de la lumière

Physique 51421. Module 3 Lumière et optique géométrique. Rappel : les ondes. Caractéristiques des ondes. Vitesse de la lumière Physique 51421 Module 3 Lumière et optique géométrique Rappel : les ondes Il existe deux types d ondes : Ondes transversale : les déformations sont perpendiculaire au déplacement de l onde. (ex : lumière)

Plus en détail

obs.5 Sources de lumières colorées exercices

obs.5 Sources de lumières colorées exercices obs.5 Sources de lumières colorées exercices Savoir son cours Mots manquants Chaque radiation lumineuse peut être caractérisée par une grandeur appelée longueur d onde dans le vide. Les infrarouges ont

Plus en détail

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP. Section : mathématiques-sciences physiques

CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP. Section : mathématiques-sciences physiques CAPLP CONCOURS EXTERNE ET CAFEP Section : mathématiques-sciences physiques Leçon en sciences portant sur les programmes de lycée professionnel Ministère de l Education nationale > www.education.gouv.fr

Plus en détail

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada

Les métamatériaux. Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada Les métamatériaux Ryan Arseneault Département de physique et d astronomie Université de Moncton, Canada La science et la technologie ont une soif insatiable de matériaux meilleurs et plus performants qui

Plus en détail

Chap.3 Lentilles minces sphériques

Chap.3 Lentilles minces sphériques Chap.3 Lentilles minces sphériques 1. Les différents types de lentilles minces sphériques 1.1. Les différentes formes de lentilles sphériques 1.2. Lentilles minces Centre optique 1.3. Lentille convergente

Plus en détail

Chapitre «Couleur des objets»

Chapitre «Couleur des objets» Lycée Joliot Curie à 7 PHYSIQUE - Chapitre II Classe de 1 ère S Chapitre «Couleur des objets» La sensation de couleur que nous avons en regardant un objet dépend de nombreux paramètres. Elle dépend, entre

Plus en détail

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique

La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure d Optique Présentation réalisée par des étudiants de SupOptique : Jean-Baptiste Frossard, Julien Saby,, Thierry Lautier Encadrés par : Marc Bondiou La caméra bolométrique des Travaux Pratiques de l Ecole Supérieure

Plus en détail

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique?

ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D. TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? ÉPREUVE COMMUNE DE TIPE 2008 - Partie D TITRE : Comment s affranchir de la limite de la diffraction en microscopie optique? Temps de préparation :...2 h 15 minutes Temps de présentation devant le jury

Plus en détail

Activité Couleur des objets

Activité Couleur des objets Activité Couleur des objets Répondre sur une feuille annexe aux 6 activités en vous aidant des documents. Faites ensuite les exercices correspondants. I. Décomposition de la lumière 1. Décomposition de

Plus en détail

Formation des images dans les conditions de Gauss

Formation des images dans les conditions de Gauss ormation des images dans les conditions de Gauss Table des matières 1 Définitions 3 1.1 Système optique............................... 3 1.2 Objet-Image................................. 3 1.2.1 Objet................................

Plus en détail

Polarisation des ondes lumineuses

Polarisation des ondes lumineuses 1 Cours Sciences Phsiques MP Polarisation des ondes lumineuses L onde lumineuse est caractérisée par deu grandeurs vectorielles : son champ électrique E et son champ magnétique B. Le contete de ce cours

Plus en détail

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux

6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux 6. Ondes électromagnétiques et rayons lumineux Ce chapitre contient des rappels d optique géométrique et vise à faire le lien entre les notions d ondes étudiées au début du cours et l optique géométrique.

Plus en détail

Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer?

Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer? Comment peut-on bloquer les réflexions de la lumière sur la surface de l eau pour mieux voir ce qu il y a sur le fond de la mer? www.digital-photography-tips.net/stay_focussed-newsletter-march-2013.html

Plus en détail

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME

FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME OPTIQUE GEOMETRIQUE R.DUPERRAY Lycée F.BUISSON PTSI FORMATION DES IMAGES ET STIGMATISME «Qui voit la figure humaine correctement? Le photographe, le miroir ou le peintre?» Pablo Picasso I Les objets et

Plus en détail

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE

IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE IN SITU : ONDES ET VIBRATIONS 1 LUMIÈRE COLORÉE Réalisation : Pierre Bischoff, sous la direction de François Mangenot CNDP d Alsace, 1997 Durée : 04 min 07 s À l aide d expériences filmées et d animations

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

Les sources de lumière.

Les sources de lumière. Les sources de lumière. 1. La lumière. La lumière fait partie des ondes électromagnétiques qui vont des rayons cosmiques aux ondes radar. Ces ondes se différencient par leur longueur d onde et par l énergie

Plus en détail

D où viennent les couleurs de l arc en ciel?

D où viennent les couleurs de l arc en ciel? Matériel : Lampe lumière blanche, prisme, lentille convergente, moteur, disque de Newton. Playmobil de différentes couleurs, lampe et filtres colorés. D où viennent les couleurs de l arc en ciel? 1. Observations

Plus en détail

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir

Question O1. Réponse. Petit schéma : miroir Question O1 Vous mesurez 180 cm, vous vous tenez debout face à un miroir plan dressé verticalement. Quelle doit être la hauteur minimale du miroir pour que vous puissiez vous y voir des pieds à la tête,

Plus en détail

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss

SP4 Formation des images & Approximation de Gauss SP4 Formation des images & Approximation de Gauss Objectifs de cette leçon : Définitions d un objet, d une image et d un système optique. Notions d objets et d images étendues Notions d objets et d images

Plus en détail

Module de Physique OPTIQUE GEOMETRIQUE OPTIQUE GEOMETRIQUE LENTILLES. Professeur M. CHEREF. Faculté de Médecine Alger I Université d Alger

Module de Physique OPTIQUE GEOMETRIQUE OPTIQUE GEOMETRIQUE LENTILLES. Professeur M. CHEREF. Faculté de Médecine Alger I Université d Alger Module de Physique OPTIQUE GEOMETRIQUE OPTIQUE GEOMETRIQUE LENTILLES Professeur M. CHEREF Faculté de Médecine Alger I Université d Alger I- Les Lentilles (1) : Généralités (1) Lentille : définition MILIEU

Plus en détail

De la lentille au miroir.

De la lentille au miroir. De la lentille au miroir. De la lentille au miroir. Qu est ce qu un objectif, qu il soit réfracteur ou réflecteur? De la lentille au miroir. Qu est ce qu un objectif, qu il soit réfracteur ou réflecteur?

Plus en détail

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA

CELLULAIRE. FORMATION pour le LBFA CYTOMÉTRIE TRIE EN FLUX ET MICROSCOPIE CONFOCALE: 2 TECHNIQUES COMPLÉMENTAIRES MENTAIRES POUR L EXPLORATION L DU FONCTIONNEMENT CELLULAIRE FORMATION pour le LBFA Cécile COTTET 2007 3 sessions : I- Pré

Plus en détail

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche?

La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? La Composition de la lumière De quoi est composée la lumière Blanche? Introduction de dossier : Newton, dans sa vision de la blancheur de la lumière solaire résultant de toutes les 3 couleurs primaire

Plus en détail

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points)

EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) BAC S 2011 LIBAN http://labolycee.org EXERCICE 2 : SUIVI CINETIQUE D UNE TRANSFORMATION PAR SPECTROPHOTOMETRIE (6 points) Les parties A et B sont indépendantes. A : Étude du fonctionnement d un spectrophotomètre

Plus en détail

Cours S6. Formation d une image

Cours S6. Formation d une image Cours S6 Formation d une image David Malka MPSI 2015-2016 Lycée Saint-Exupéry http://www.mpsi-lycee-saint-exupery.fr Table des matières 1 Le miroir plan 1 1.1 Le miroir plan...............................................

Plus en détail

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope.

Le microscope simplifié. TP : Le microscope. Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Le microscope simplifié TP : Le microscope Objectif : Réaliser et exploiter un montage permettant d'illustrer le fonctionnement d'un microscope. Description : Un microscope est constitué entre autres de

Plus en détail

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE

TECHNOLOGIE DE L OPTIQUE GUIDEE REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie --------------------- UNIVERSITE DE YAOUNDE I ---------------------- ECOLE NATIONALE SUPERIEURE POLYTECHNIQUE ---------------------- REPUBLIC OF CAMEROUN Peace

Plus en détail

Le microscope optique ou photonique

Le microscope optique ou photonique Le microscope optique ou photonique I description : Le microscope est composé de deux systèmes optiques, l objectif et l oculaire, chacun pouvant être considéré comme une lentille mince convergente L objectif

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE

TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE TRAVAUX PRATIQUES DE PHYSIQUE DÉPARTEMENT DE PHYSIQUE DOSSIER POUR RAPPORT D EXPÉRIENCE Date : 26 mars 2009 Section : Physique Groupe No : 7 Nom : Jérôme Dufour Sascha Jörg Manipulation : F4 - Instrument

Plus en détail