Directives de certification au Standard de contrôle de sécurité de la WLA: 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Directives de certification au Standard de contrôle de sécurité de la WLA: 2012"

Transcription

1 Directives de certification au Standard de contrôle de sécurité de la WLA: 2012 Standard de sécurité et d intégrité des activités de loterie et de jeu Préambule 2 Définitions 4 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA 1. Introduction 6 2. Présentation du processus de certification WLA-SCS: Certification ISO/IEC 27001: Certification WLA-SCS: Prestataires de services d évaluation agréés par la WLA et auditeurs 12 accrédités par la WLA 6. Le comité Sécurité et Gestion des risques (SRMC) de la WLA Membres certifiés de la WLA 17 Partie B Principes directeurs concernant l accréditation des auditeurs 1. Affiliation des auditeurs de certification et des prestataires de services 20 d évaluation 2. Qualification en tant qu auditeur accrédité par la WLA Qualification en tant que prestataire de services d évaluation agréé par la WLA 22 Partie C Documents à utiliser lors des audits de certification 1. Exigences documentaires applicables aux évaluations WLA-SCS Begutachtungsmeldeformular Begutachtungsformular Detaillierter Prüfbericht 34 Publication octobre 2013

2 Préambule L Association mondiale des loteries (WLA) est une organisation professionnelle internationale qui représente plus de 140 loteries d État et plus de 55 opérateurs de loterie répartis dans plus de 80 pays sur six continents. Les membres opérateurs de loterie doivent être titulaires d une licence ou d un agrément délivré par la juridiction dans laquelle ils opèrent pour pouvoir organiser des loteries et/ou des jeux. La WLA propose à ses membres une gamme de services destinée à leur fournir les connaissances dont ils ont besoin pour développer leur entreprise. Le Comité Sécurité et Gestion des risques de la WLA (WLA SRMC) est constitué de représentants et de spécialistes de la sécurité des opérateurs de loteries et de jeux du monde entier. Une part importante de la mission du WLA SRMC consiste à conseiller la WLA et ses membres sur les questions de sécurité et de gestion des risques. Depuis plus de dix ans, le WLA SRMC développe et maintient un standard de sécurité spécifique aux loteries connu sous le nom de Standard de contrôle de sécurité WLA (WLA-SCS). Ce standard a été développé en suivant une approche collaborative et consensuelle et il n est accessible qu aux membres de la WLA, conformément aux statuts de la WLA. La liste des membres du WLA SRMC est fournie dans la Partie A, section 6, page 16. Le WLA-SCS:2012 est le seul standard de sécurité du secteur des loteries reconnu internationalement. Conçu à partir du programme ISO/IEC 27001:2005, un standard international reconnu portant sur la gestion de la sécurité de l information, le WLA-SCS:2012 est constitué de deux parties. La première partie (Annexe A Sécurité générale et objectifs de contrôle de l intégrité et contrôles) comprend les exigences des systèmes de gestion de la sécurité de l information (SMSI). Celles-ci incluent la conformité au champ d application mondial ISO/ IEC 27001:2005 en conformité avec les 21 besoins généraux additionnels joints. La deuxième partie du WLA-SCS:2012 (Annexe B Sécurité propre aux loteries et aux jeux et contrôles et objectifs de l intégrité) énumère 90 exigences propres aux loteries et aux jeux représentant les meilleures pratiques en vigueur à ce jour en matière de sécurité et d intégrité. La dernière édition du Standard de contrôle de sécurité de la WLA est se distingue des autres par l année de son approbation, 2012 (WLA-SCS:2012). Cette édition intègre de nouveaux contrôles propres au secteur, relatifs à la sécurité des opérations sur Internet et des ventes interactives et des services de jeux ainsi qu à la sécurité de la gestion des opérations de jeux. Le WLA-SCS:2012 remplace la version précédente du standard de la WLA (WLA-SCS:2006) et toutes les versions publiées auparavant. Pour résumer, le WLS-SCS:2012 spécifie les exigences minimales d une gestion efficace de la sécurité dans les organisa * La certification WLA-SCS:2012 est ouverte uniquement aux membres et membres associés de la WLA. 2

3 tions de jeu et de loterie. La conformité au WLA-SCS:2012 permet aux membres de la WLA d assurer l intégrité, la disponibilité et la confidentialité de l information essentielle à la sécurité de leurs opérations. Pour toute information complémentaire sur le WLA-SCS:2012, veuillez vous reporter directement à la documentation du WLA-SCS:2012, accessible aux membres de la WLA sur le site Internet de l association, à l adresse En rédigeant ce document et en le mettant à la disposition de ses membres, la WLA entend favoriser une meilleure compréhension du WLA-SCS:2012 et du processus de certification. Nous espérons que davantage de membres verront ainsi l intérêt d obtenir la certification WLA- SCS, ce qui permettra de renforcer le niveau global de sécurité au sein du secteur mondial des loteries. Le présent document s adresse: aux membres de la WLA et aux membres associés désireux d obtenir la certification WLA-SCS:2012;* aux professionnels qualifiés désireux de devenir auditeurs accrédités par la WLA; aux auditeurs accrédités par la WLA désireux de mener des audits chez des membres et des membres associés de la WLA ayant déposé une demande de certification WLA-SCS:2012. Aux organisations désireuses d obtenir la certification WLA-SCS:2012, le présent document: explique le fonctionnement du processus de certification et les modalités de dépôt d une demande de certification; les aide à choisir un prestataire de service d évaluation et/ou un auditeur de certification WLA. Aux professionnels qualifiés désireux de devenir auditeurs accrédités par la WLA, le présent document: explique en détail les modalités de dépôt d une demande d accréditation par la WLA en vue de pouvoir mener des audits WLA-SCS. La suite du présent document s organise comme suit: Partie A Directives de certification des membres de la WLA Cette partie contient une description détaillée du processus de certification WLA-SCS:2012. Elle doit être lue par les membres et les membres associés de la WLA désireux d obtenir une certification WLA-SCS. Partie B Principes directeurs concernant l accréditation des auditeurs de certification Cette partie contient les principes directeurs régissant l agrément des professionnels qualifiés et des organisations désireux de devenir habilités à mener des audits WLA-SCS:2012. Elle doit être lue par les professionnels qualifiés et les organisations désireux de devenir habilités à mener des audits de certification WLA-SCS:2012. Partie C Documents utilisés lors des audits de certification Cette partie contient les documents d audit utilisés par les auditeurs de certification lors des audits de certification WLA-SCS:2012. Elle doit être lue par les auditeurs de certification qui mènent les audits de certification WLA-SCS:

4 Définitions Dans le présent document, les définitions suivantes s appliqueront. Organisation membre d une loterie Désigne un opérateur de loterie dûment accepté en tant que membre de la WLA, conformément aux statuts de la WLA. Il organise des jeux de hasard et/ou de compétences tels que Loto, Toto, jeux de grattage, paris sportifs et jeux de loterie classiques. Les membres sont titulaires d une licence ou d un agrément délivré par une juridiction domiciliée dans un État reconnu par les Nations Unies. Membre associé Désigne une personne ou une organisation fournissant des biens ou services au secteur des loteries et des jeux et dûment acceptée en tant que membre de la WLA, conformément aux statuts de la WLA. La demande d adhésion en tant que membre associé de ces personnes ou organisations a été appuyée par au moins deux membres actuels de la WLA et a été acceptée par le comité exécutif de la WLA. Membre de la WLA Désigne un organisateur de loterie et membre associé tel que défini ci-dessus, ces deux qualités étant implicites dans le présent contexte. WLA-SCS Désigne le Standard de contrôle de sécurité de la WLA, un ensemble complet de standards de sécurité spécifiques aux loteries et aux jeux qui intègre la norme ISO/IEC 27001:2005 ainsi qu un ensemble d exigences en matière de contrôles de sécurité et d intégrité généraux et spécifiques aux loteries et aux jeux élaborés par la WLA, ainsi que leurs modifications périodiques. Certificat d accréditation au Standard de contrôle de sécurité WLA. WLA SRMC Désigne le Comité Sécurité et Gestion des risques de la WLA, constitué de professionnels de la sécurité d organisations de loteries et de jeux provenant de six continents, dûment nommés par le Comité Exécutif de la WLA. Le WLA SRMC est autorisé à superviser le pro 4

5 cessus de sélection des auditeurs de certification et à conseiller la WLA et de ses membres sur les questions de sécurité et de gestion des risques. Autorité de certification (Organisme certificateur) Désigne la WLA. Prestataire de services d évaluation Désigne les établissements tiers agréés par la WLA et proposant des services de certification aux membres de la WLA. Pour pouvoir proposer des services d évaluation, le prestataire de services d évaluation doit avoir conclu un contrat avec la WLA. Les auditeurs travaillant en tant que prestataires indépendants sont également considérés comme des prestataires de services d évaluation. Ces auditeurs individuels devront obtenir l agrément du WLA SRMC et, en outre, conclure un contrat avec la WLA. Contrat de services d évaluation Désigne un contrat non commercial conclu entre la WLA et un prestataire de services d évaluation pour la fourniture de services d évaluation de la conformité aux WLA-SCS aux membres de la WLA. Auditeur accrédité WLA Désigne un évaluateur qui a été accrédité par le WLA SRMC pour mener des audits de certification WLA-SCS:2012. Ces évaluateurs sont employés par un prestataire de services d évaluation qui a conclu un contrat non commercial avec la WLA. Services de pré-évaluation Désigne un audit simplifié mené par un prestataire de services d évaluation au cours duquel la conformité d un membre de la WLA aux WLA-SCS est évaluée, sans contrôle approfondi de sa mise en œuvre. Processus de certification Désigne le processus d évaluation effectué par un auditeur accrédité par la WLA afin de déterminer la conformité aux WLA-SCS. L auditeur doit être employé par un prestataire de services d évaluation sous contrat avec la WLA. Formulaire de déclaration d évaluation Désigne un document délivré par le prestataire de services d évaluation informant la WLA de son intention de procéder à une évaluation de la conformité d un membre de la WLA aux WLA-SCS. Formulaire d évaluation Désigne un document délivré par le prestataire de services d évaluation décrivant les éléments audités et ceux qui n étaient pas applicables, ainsi que sa recommandation concernant la certification ou la recertification. Rapport d audit d évaluation Désigne le document délivré au membre de la WLA par un prestataire de services d évaluation accrédité par la WLA décrivant l évaluation effectuée et les résultats obtenus lors du processus de certification ou de recertification. Ce document est la propriété du membre de la WLA et doit être considéré comme strictement confidentiel. Certificat Désigne le document stipulant qu un membre de la WLA est en conformité avec le WLA-SCS:2012 au jour de la certification. La certification est valable trois ans. La WLA, en tant que seule autorité de certification, a le droit exclusif d émettre ou de révoquer le certificat WLA-SCS:2012. Certifié WLA-SCS:2012 Désigne un membre de la WLA ayant fait l objet d un processus d évaluation et ayant été jugé, à ce moment-là, en conformité avec les exigences des WLA- SCS:2012. Audit annuel Désigne un audit de contrôle annuel obligatoire visant à assurer que le membre de la WLA reste en conformité avec les WLA-SCS:2012 durant la période de trois ans séparant la certification de la recertification. Recertification Désigne un autre processus complet d évaluation réalisé par un auditeur de certification accrédité par la WLA chez un membre certifié de la WLA peu de temps avant l expiration de la première période de validité de trois ans afin de déterminer sa conformité au WLA- SCS:2012. Par la suite, cet audit sera réalisé tous les trois ans. 5

6 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA 1. Introduction 1.1 Contexte La sécurité et l intégrité d une loterie jouent un rôle capital pour maintenir la confiance du public dans ses jeux de loterie. Il est donc vital qu un opérateur de loterie et de jeu développe et maintienne un environnement de sécurité et d intégrité visible et documenté pour obtenir et conserver la confiance du public en ses opérations. Le WLA-SCS:2012 est conçu pour aider le secteur mondial des loteries à atteindre et assurer un niveau de sécurité et d intégrité conforme aux meilleures pratiques généralement admises, et ainsi renforcer la confiance dans l intégrité de ses opérations. Seule la WLA peut certifier officiellement la conformité d organisations aux exigences du standard WLA-SCS. En cette qualité, les auditeurs spécifiques accrédités par la WLA, qui peuvent être des employés, des mandataires ou des sous-traitants des prestataires de services d évaluation spécifiques accrédités par la WLA, sont habilités à procéder à des audits chez les membres de la WLA désireux de faire certifier WLA-SCS leurs opérations. Cette certification peut être obtenue en démontrant la conformité de leurs opérations au WLA-SCS au moment de l évaluation. La certification permet aux membres de la WLA confirmer leur conformité au WLA-SCS:2012 pour une durée continue de trois ans. 1.2 À propos du présent document Les directives de certification présupposent une connaissance préalable du WLA-SCS. Pour toute information complémentaire sur le WLA-SCS, veuillez vous reporter directement à la documentation du WLA-SCS:2012. Les membres de la WLA peuvent obtenir un exemplaire de la documentation du WLA- SCS:2012 sur le site Internet de la WLA, à l adresse 1.3 Responsabilités du membre de la WLA concerné Un membre de la WLA qui fait l objet d une certification ou d une recertification reconnait: i. accepter le WLA-SCS, tel qu il est rédigé au moment de la certification ou de la recertification. ii. que la certification ou recertification SCS a) atteste simplement de l existence d un ensemble de procédures de sécurité et d intégrité qui, au moment de la certification, correspondent à l objectif de gestion des risques inhérents au fonctionnement d un opérateur de loterie et de jeu, et b) ne garantit en aucun cas les résultats obtenus dans les questions traitées. iii. qu il est uniquement responsable du choix des procédures et méthodes utilisées pour rendre opérationnel le WLA-SCS:2012, et que la WLA, le prestataire de services d évaluation et l auditeur accrédité de la WLA ne sauraient en aucun cas être tenus pour responsables des réclamations et dommages à cet égard. iv. qu il lui incombe de mettre rapidement toutes les informations pertinentes à la disposition du prestataire de services d évaluation et de l auditeur accrédité de la WLA, de leur apporter l aide nécessaire et de les informer des changements apportées aux informations qu il leur a fournies. v. qu il n utilisera la certification WLA-SCS qu en conformité avec les exigences de la WLA. 1.4 Historique des modifications Le présent document comprend la version V3.0 des directives de certification au standard de contrôle de sécurité de la WLA date de publication octobre 2013, et il est destiné à compléter la documentation du standard WLA-SCS:2012. Pour les informations concernant la transition du WLA-SCS:2006 au WLA-SCS:2012, veuillez vous reporter à la section 4.1, page 8 des présentes directives. 2. Présentation du processus de certification WLA-SCS:2012 Le processus de certification WLA- SCS:2012 peut prendre de nombreuses voies, en raison de la flexibilité du processus de certification. Toutefois, en règle générale, il se déroule selon la séquence d événements suivante: 1. Avant l audit de certification, le membre de la WLA se prépare en vue de sa certification. À cette fin, le membre de la WLA: a. informe la WLA, un prestataire de services d évaluation agréé par la WLA ou un auditeur accrédité par la WLA de son intention de déposer une demande de certification 6

7 WLA-SCS:2012. Si le membre de la WLA choisit d informer en premier un prestataire de services d évaluation agréé par la WLA ou un auditeur accrédité par la WLA, l auditeur doit en aviser la WLA, avant l audit, en remplissant le formulaire de déclaration d évaluation et en le transmettant au bureau de de Bâle de la WLA. Un modèle de formulaire de déclaration d évaluation figure à la page 24. b. procède à une analyse des divergences et/ou à une pré-évaluation, si cela est utile, afin d identifier les éventuelles divergences entre ses mesures de sécurité et d intégrité actuelles et les exigences de la norme ISO/IEC 27001:2005 et du WLA-SCS. Pour toute information complémentaire sur la préparation d un audit de certification, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.2, page Le membre de la WLA choisit un prestataire de services d évaluation agréé par la WLA proposant des services d évaluation WLA-SCS:2012. La liste des prestataires de services d évaluation agréés par la WLA est fournie dans la Partie A, section 5, page 12. Pour toute information complémentaire sur le choix d un prestataire de services d évaluation, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.3, page Le membre de la WLA choisit un auditeur accrédité par la WLA et employé, mandataire ou sous-traitant du prestataire de services d évaluation agréé par la WLA et choisi par le membre de la WLA. La liste des auditeurs accrédités par la WLA est fournie dans la Partie A, section 5, page 12. Le membre de la WLA a également la possibilité de recommander un professionnel qualifié afin qu il reçoive l agrément du WLA SRMC pour devenir auditeur de certification. Le professionnel qualifié recommandé par le membre de la WLA doit être un employé, un agent ou un sous-traitant d un prestataire de services d évaluation agréé par la WLA. L auditeur recommandé ne peut mener d audits WLA-SCS qu une fois accrédité par le WLA SRMC. Pour toute information complémentaire sur le choix d un auditeur accrédité par la WLA, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.4, page L audit de certification est mené. L auditeur accrédité par la WLA: a. remplit un formulaire de déclaration d évaluation informant la WLA de son intention de mener un audit WLA-SCS chez l un de ses membres. b. procède à l audit de certification. L audit de certification ISO/IEC 27001:2005 est totalement indépendant de l audit de certification WLA-SCS:2012 et peut être mené en parallèle, indépendamment, ou avant l audit de certification WLA-SCS:2012. Dans tous les cas, le membre de la WLA doit être certifié ISO/IEC 27001:2005 avec un champ d application global avant de pouvoir prétendre être certifié WLA-SCS. L auditeur agréé par la WLA est tenu de certifier que le membre de la WLA a un certificat ISO/IEC 27001:2005 valide, à jour et de champ d application global. Pour toute information complémentaire sur l audit ISO/IEC 27001:2005 en tant que composant de l audit de certification WLA-SCS, veuillez vous reporter à la Partie A, section 3, page 8. Pour toute information complémentaire sur le déroulement d un audit de certification, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.5, page Une fois l audit de certification terminé, l auditeur de certification: a. remplit un rapport d audit de certification détaillé et le soumet au membre de la WLA. Ce rapport documente l audit de certification et son résultat. Ce rapport est la propriété du membre de la WLA et doit être considéré comme strictement confidentiel. Le rapport d audit de certification ne doit pas être envoyé à la WLA ni à tout autre tiers impliqué dans le processus de certification. b. remplit un formulaire d évaluation et le soumet à la WLA. La recommandation de l auditeur doit figurer clairement dans le formulaire d évaluation. La WLA décide alors d accorder ou de refuser la certification en se fondant sur la recommandation de l auditeur et le contenu du formulaire d évaluation qui lui a été soumis. Pour toute information complémentaire sur l audit de certification terminé, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.6, page Lorsqu elle accorde une certification, la WLA publie le résultat et délivre un certificat attestant que son membre a été certifié conforme au WLA-SCS:2012 au moment de l audit. Pour toute information complémentaire sur l octroi de la certification, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.7, page 11. 7

8 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA 7. Après une certification réussie, l auditeur accrédité par la WLA devra prévoir deux audits annuels obligatoires de contrôle. Le calendrier des audits de contrôle sera établi en accord avec le membre certifié de la WLA. Les audits annuels obligatoires de contrôle assureront que le membre certifié de la WLA reste conforme au WLA-SCS:2012 tout au long de la période de trois ans. Pour toute information complémentaire sur les audits annuels, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.8, page Le membre de la WLA peut être recertifié peu de temps avant l expira tion de sa certification WLA-SCS:2012. Pour ce faire, il doit relancer un processus de certification. Pour toute information complémentaire sur la recertification, veuillez vous reporter à la Partie A, section 4.9, page Certification ISO/IEC 27001:2005 La certification ISO/IEC 27001:2005 étant indépendante et distincte de la certification WLA-SCS:2012, plusieurs situations de certification peuvent apparaître. Un membre de la WLA peut: être certifié ISO/IEC 27001:2005. Dans ce cas, la certification ISO/IEC 27001:2005 peut être utilisée pour satisfaire aux exigences du WLA-SCS:2012 Annexe A Sécurité générale et objectifs de contrôle de l intégrité et contrôles, à condition toutefois que le certificat ISO/IEC 27001:2005 soit conforme aux exigences de champ d application du standard WLA-SCS. ne pas être certifié ISO/IEC 27001:2005 et souhaiter obtenir la certification ISO/IEC 27001:2005 avant d obtenir la certification WLA-SCS:2012. Dans ce cas, le membre de la WLA peut considérer la certification ISO/IEC 27001:2005 comme une passerelle ou un tremplin vers la certification WLA-SCS. ne pas être certifié ISO/IEC 27001:2005 et souhaiter mener une certification ISO/IEC 27001:2005 parallèlement à la certification WLA-SCS:2012 et confier les deux certifications à des auditeurs différents. ne pas être certifié ISO/IEC 27001:2005 et souhaiter mener une certification ISO/IEC 27001:2005 parallèlement à la certification WLA-SCS:2012 en faisant appel au même auditeur pour les deux audits. Dans tous les cas, les audits ISO/IEC 27001:2005 des membres de la WLA doivent être réalisés par un auditeur ISO/ IEC 27001:2005 accrédité par un organisme de certification internationalement reconnu conformément aux règles de la norme ISO/IEC 27001:2005 et agissant dans le cadre d un organisme de certification ISO/IEC 27001:2005 dûment accrédité qui émet le certificat correspondant. Dans la mesure où il existe de nombreux auditeurs et consultants ISO/IEC 27001:2005 dans plusieurs régions, il peut être plus intéressant pour les membres de la WLA qui souhaitent obtenir la certification WLA-SCS:2012 de choisir un auditeur ISO/IEC 27001:2005 indépendamment de l auditeur WLA- SCS:2012. Par conséquent, il n est pas nécessaire que l auditeur ISO/IEC 27001:2005 soit un auditeur de certification accrédité par la WLA. Toutefois, la WLA recommande que la préparation de la certification WLA-SCS:2012 soit effectuée parallèlement à la préparation de la certification ISO/IEC 27001:2005. Dans ce cas, il est à prévoir que l auditeur ISO/IEC 27001:2005 accrédité chargé de procéder à l audit de certification ISO/ IEC 27001:2005 sera également un auditeur accrédité par la WLA. Afin d être certifié WLA-SCS:2012, un membre de la WLA doit avoir un certificat ISO/IEC 27001:2005 valide, à jour et de champ d application global. 4. Certification WLA-SCS: Transition du WLA-SCS:2006 au WLA-SCS:2012 Après l adoption du WLA-SCS:2012 par l Assemblée générale le 12 septembre 2012 à Montréal, le WLA SRMC a instauré une période de transition de six mois. Pendant cette période, qui s étend jusqu au 12 mars 2013, les membres de la WLA qui souhaitent être certifiés auront plusieurs options: soit l option du certificat WLA-SCS:2006 ou l option du certificat WLA-SCS:2012. Les organisations membres qui demandent la certification pour la première fois peuvent choisir d être certifiées soit WLA-SCS:2006 soit WLA-SCS:2012. De même, les organisations membres qui sont déjà certifiées WLA-SCS:2006, dont la certification expire pendant la période de transition de six mois, peuvent choisir d être certifiées à nouveau WLA-SCS:2006 ou WLA-SCS:2012. Les organisations membres déjà certifiées WLA-SCS:2006 et dont la certification est valable au-delà du 12 mars 2013 peuvent choisir d être certifiées à nouveau WLA-SCS:2012 avant l expiration de leur certification WLA-SCS:2006. Après le 12 mars 2013, toutes les nouvelles certifications et les confirmations de certifications seront WLA-SCS:2012. À partir du 12 mars 2016, toutes les certifica 8

9 tions WLA-SCS:2006 cesseront d être valides. 4.2 Préparation de la certification Au début du processus de certification, un membre de la WLA doit informer la WLA de son intention de faire une demande de certification WLA-SCS:2012. Il doit contacter soit le bureau commercial de la WLA à Bâle, soit un membre du WLA SRMC, soit un auditeur accrédité par la WLA. Les coordonnées de chacune de ces entités sont disponibles sur le site Internet de l association, à l adresse www. world-lotteries.org. Le membre de la WLA peut procéder à l analyse des écarts existant entre son système de sécurité, d intégrité et de gestion des risques et le WLA-SCS:2012 avant l audit de certification. L étude de la norme ISO/IEC 27001:2005 et de la documentation WLA-SCS:2012 peut aider à déterminer dans quelle mesure les opérations d une organisation membre de la WLA satisfont aux exigences de ces normes. Cette étape n est pas obligatoire, mais elle peut s avérer très utile pour vous aider à déterminer si votre organisation est prête à être l objet d un audit externe. Le membre de la WLA peut alors élaborer un plan d action afin de corriger les écarts constatés au cours de l analyse (une analyse d écarts n est pas généralement effectuée par un prestataire de services d évaluation mais par le personnel interne ou des consultants). Afin de l aider à se préparer pour la certification, un membre de la WLA peut avoir recours à un prestataire de services d évaluation proposant des services de pré-évaluation à tout moment au cours de la préparation à la certification. 4.3 Sélection d un prestataire de services d évaluation La WLA a accrédité un certain nombre de prestataires de services d évaluation spécifiques susceptibles de fournir des services d évaluation à ses membres désireux d obtenir la certification WLA-SCS. Le prestataire de services d évaluation désigné est responsable de la supervision de l auditeur accrédité par la WLA chargé de mener l audit d évaluation. Les membres de la WLA désireux d obtenir la certification peuvent choisir l un des nombreux prestataires de services d évaluation agréés par la WLA. Il s agit de prestataires de services de certification ayant conclu un contrat avec la WLA. Une liste des prestataires de services d évaluation agréés par la WLA ainsi que de leurs auditeurs accrédités par la WLA est fournie dans la Partie A, section 5, page 12 du présent document. Cette liste est également disponible sur le site Internet de l association, à l adresse www. world-lotteries.org. Seuls des prestataires de services d évaluation ayant conclu un contrat de services d évaluation avec la WLA sont habilités à procéder aux certifications. Le contrat de services d évaluation stipule que les auditeurs individuels employés par un prestataire de services d évaluation pour mener des audits WLA-SCS auront l approbation préalable de la WLA. Il est recommandé que le membre de la WLA souhaitant être certifié WLA-SCS s assure que l auditeur désigné par le prestataire de services d évaluation pour effectuer l audit WLA- SCS est bien un auditeur accrédité par la WLA. 4.4 Sélection d un auditeur Les membres de la WLA disposent de plusieurs options pour choisir un auditeur. Ils peuvent: choisir de faire appel au même auditeur pour les audits ISO/IEC 27001:2005 et pour les audits WLA-SCS:2012. Dans ce cas, l auditeur ISO/IEC 27001:2005 doit également être accrédité par le WLA SRMC afin de pouvoir mener des audits WLA-SCS:2012. Cette option est recommandée si le membre de la WLA entreprend une certification ISO/IEC 27001:2005 et une certification WLA-SCS:2012 en parallèle. choisir de faire appel à des entités (auditeurs) distinctes pour la certification ISO/IEC 27001:2005 et pour la certification WLA-SCS. Dans ce cas, il n est pas nécessaire que l auditeur ISO/IEC 27001:2005 soit un auditeur accrédité par la WLA. Cette option convient lorsque le membre de la WLA est déjà certifié ISO/IEC 27001:2005 et que l auditeur ISO/IEC 27001:2005 n est pas disponible ou n est pas accrédité pour procéder à des audits de certification WLA-SCS:2012 ou s il est plus efficace pour le membre de la WLA de confier sa certification ISO/IEC 27001:2005 à un auditeur local et de choisir un auditeur de certification WLA-SCS:2012 sur la liste des auditeurs accrédités par la WLA. Pour des raisons de cohérence, la WLA recommande aux loteries de faire appel à un seul et même auditeur pour la certification ISO/IEC 27001:2005, pour la certification WLA-SCS:2012 et pour les audits annuels, que les certifications ISO/ IEC 27001:2005 et WLA-SCS:2012 soient menées de front ou non. La WLA admet toutefois que, dans certains cas, cela n est pas possible. Un membre de la WLA désireux d obtenir la certification WLA-SCS:2012 a également la possibilité de: proposer à la WLA d accréditer un professionnel qualifié spécifique qui n a pas encore reçu l agrément du WLA SRMC pour mener des audits d évaluation. Sous réserve 9

10 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA d obtenir l agrément du WLA SRMC et de conclure un contrat officiel avec la WLA et le prestataire de services d évaluation, ces professionnels qualifiés peuvent procéder à des audits d évaluation pour la certification WLA-SCS. Cette option convient si le membre de la WLA a une préférence concernant un professionnel qualifié auquel il souhaite faire appel pour mener son audit ou si, pour une raison ou pour une autre, un membre de la WLA ne parvient pas à trouver un auditeur dans la liste des auditeurs accrédités par la WLA. Tableau 1: Effort en nombre de jours d audit pour couvrir tous les sites à l intérieur du même établissement d une organisation de loterie ou de jeux Taille de la loterie (en équivalents temps plein) Évaluation Évaluation Évaluation de initiale annuelle recertification <=200 employés 2 jours 1 jour 2 jours (à intérieur du périmètre, hors détaillants) employés 3 jours 1 jour 3 jours >=500 employés 3 jours 2 jours 3 jours Pour toute information complémentaire sur les modalités d agrément d un professionnel qualifié par la WLA, veuillez vous reporter à la Partie B, section 1, page 20. À noter qu un auditeur accrédité par la WLA peut travailler en tant que prestataire indépendant. Dans ce cas, l auditeur est à la fois un auditeur accrédité par la WLA et un prestataire de services de certification. Pour toute information complémentaire sur cette situation, veuillez vous reporter à la Partie B, section 3.1, page Processus de certification Déclaration d évaluation Avant de commencer l audit, les auditeurs accrédités par la WLA doivent confirmer leurs projets en remplissant un formulaire de déclaration d évaluation et en le renvoyant à la WLA. La déclaration d évaluation informe la WLA du choix du prestataire de services d évaluation, de l auditeur accrédité par la WLA et du champ d application proposé, qui doit fournir une description précise de l ensemble des opérations de loterie et de jeu. Un exemple de formulaire de déclaration d évaluation est fourni dans la Partie C, page 24. Le formulaire en vigueur est disponible au format électronique sur le site Internet de la WLA, à l adresse Des instructions concernant le remplissage du formulaire de déclaration d évaluation et son envoi à la WLA sont également disponibles dans la Partie C, section 2, page Évaluation Le processus d évaluation commence dès que le membre de la WLA engage un auditeur accrédité par la WLA par l intermédiaire d un prestataire de services d évaluation accrédité par la WLA. Le processus ne peut commencer qu une fois qu un contrat de services d évaluation a été conclu entre le prestataire de services d évaluation et la WLA et que l auditeur a reçu l agrément de la WLA. L auditeur accrédité par la WLA confirmera que la certification ISO/IEC 27001:2005 du membre est valable et a un champ d application global, notamment en ce qui concerne les exigences SMSI. L auditeur procèdera ensuite à l évaluation de la conformité du membre de la WLA à la WLA-SCS:2012. Si le membre de la WLA n est pas encore certifié ISO/ IEC 27001:2005, les audits ISO/IEC 27001:2005 et WLA-SCS:2012 peuvent être menés de front Durée de l audit Bien que le prestataire de services d évaluation porte l entière responsabilité de la définition des ressources nécessaires et du calendrier approprié pour la réalisation d un audit WLA-SCS:2012, le WLA SRMC estime qu il est nécessaire de donner quelques indications sur le nombre de jours à prévoir pour mener l audit. Respectueux du principe de concurrence loyale dans un marché libre, le WLA SRMC présente ces indications comme un moyen de fournir un niveau commun d assurance en ce qui concerne les ressources disponibles pour la réalisation d un audit WLA-SCS et pour assurer un système de certification cohérent. Ce faisant, le WLA SRMC espère maintenir la confiance des membres ainsi que des règles du jeu équitables entre les prestataires de services d évaluation. Dans cet esprit, le tableau suivant peut servir à déterminer la durée d un audit dans une organisation donnée de loterie ou de jeu. L estimation repose sur la taille de l organisation en fonction du nombre de ses employés (voir le tableau 1). 4.6 Résultat de la certification Une fois l évaluation terminée, l auditeur accrédité par la WLA doit: 10

11 remplir un rapport d audit détaillé destiné au membre de la WLA. remplir un formulaire d évaluation et le renvoyer à la WLA. La WLA décidera alors d accepter ou de refuser la certification en s appuyant sur la recommandation formulée par l auditeur dans le formulaire d évaluation qui lui a été soumis Rapport d audit Le rapport d audit détaillé est préparé par l auditeur accrédité par la WLA pour le membre de la WLA. Ce rapport documente l audit de certification et son résultat. Le contenu et le format du rapport sont laissés à la discrétion de l auditeur. Le rapport d audit de certification est la propriété du membre de la WLA et doit être considéré comme strictement confidentiel. Ni la WLA, ni aucune autre partie que l auditeur de certification, le prestataire de services d évaluation et le membre de la WLA concerné ne doivent avoir accès au rapport d audit relatif à la certification WLA-SCS. Veuillez vous reporter à la Partie C, section 4, page Formulaire d évaluation Une fois l évaluation terminée, l auditeur accrédité par la WLA doit remplir un formulaire d évaluation et le renvoyer à la WLA. Un exemple de formulaire d évaluation est fourni dans la Partie C, page 27. Le formulaire en vigueur est disponible au format électronique sur le site Internet de la WLA, à l adresse Des instructions concernant le remplissage du formulaire d évaluation et son envoi à la WLA sont disponibles dans la Partie C, section 3, page Recommandation de l auditeur accrédité par la WLA Le formulaire d évaluation transmis à la WLA sert de base à la délivrance de la certification WLA-SCS:2012. La WLA accordera ou refusera la certification en s appuyant sur la recommandation formulée par l auditeur accrédité par la WLA dans le formulaire d évaluation. 4.7 Délivrance des certificats WLA-SCS:2012 Si le membre de la WLA se voit accorder la certification, la WLA lui délivrera le certificat WLA-SCS:2012 officiel et le lui enverra accompagné d une facture de 1500 CHF. Ce montant sert à couvrir le développement et la maintenance du programme Sécurité et Gestion des risques de la WLA. Les frais facturés par la WLA ne couvrent pas les honoraires de l auditeur, qui seront facturés directement au membre par le prestataire de services d évaluation avec lequel il a choisi de travailler. L auditeur doit s assurer que le membre certifié de la WLA a connaissance des frais d audit de de certification de 1500 CHF avant de commencer l évaluation. Le certificat WLA-SCS:2012 confirme que le membre de la WLA est certifié WLA-SCS:2012. Le certificat inclura les détails suivants: la date de la première certification WLA-SCS; la date et la validité de la certification actuelle; la durée de la certification en années; la référence de la certification ISO/ IEC 27001:2005 et son champ d application plus le nom de l organisme certificateur ISO 27001; le champ d application de la certification WLA-SCS, y compris les conditions de la certification (contrôles non applicables, par exemple); le nom du prestataire de services d évaluation qui a procédé à la certification. 4.8 Audits annuels obligatoires Au terme de l évaluation, l auditeur accrédité par la WLA proposera un calendrier de deux audits de contrôle annuels en concertation avec le membre de la WLA. Ces audits de contrôle obligatoires visent à assurer que le membre de la WLA maintient sa conformité durant les trois années qui séparent la certification de la recertification. Les audits annuels portent également sur les éventuels changements survenus au sein de l organisation depuis le précédent audit. Le cycle d audit de trois ans comprend l audit de certification et les deux audits annuels de contrôle. Bien que ce cycle de trois ans s appuie sur une méthode d échantillonnage, tous les contrôles de l annexe A et les contrôles applicables de l annexe B doivent être couverts par l évaluation initiale et par l évaluation de recertification. Lors d une vérification annuelle obligatoire, les contrôles de l annexe A et les contrôles applicables de l annexe B seront effectués par échantillonnage. Toutefois, la validité du certificat ISO/IEC 27001:2005 et son champ d application global doivent être vérifiées à chaque audit annuel. Tous les contrôles de l annexe A et les contrôles applicables de l annexe B contrôle doivent avoir été audités au moins une fois pendant le cycle d audit de trois ans. 4.9 Recertification Un membre de la WLA certifié WLA- SCS:2012 peut être rectifié à l expiration de sa certification WLA-SCS:2012 en relançant un nouveau processus de certification. Le processus de recertification doit commencer avant l expiration de la certification WLA-SCS:

12 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA 5. Prestataires de services d évaluation et auditeurs accrédités par la WLA La liste ci-dessous présente les prestataires de services d évaluation approuvés Prestataire de services d évaluation par la WLA ainsi que les auditeurs accrédités par la WLA et employés par ces prestataires. Le nombre de prestataires de services d évaluation agréés par la WLA et le nombre d auditeurs accrédités par la WLA étant en constante augmentation, la liste n est à jour qu au moment de sa publication dans les présentes directives. Pour obtenir la version la plus récente de cette liste, veuillez vous reporter au site Internet de la WLA à l adresse www. world-lotteries.org. Auditeurs accrédités par la WLA AENOR Asociación Española de Normalización y Certificación Génova, 6 Téléphone Madrid Fax Espagne Agustín Senent Sánchez Boris Delgado Riss BMM Testlabs 77 Vaughn Harvey Blvd. Téléphone Suite 101 Moncton NB E1C 0K2 Canada Thomas Bierbach BrightLine CPAs & Associates, Inc N. West Shore Boulevard Téléphone Suite 240 Fax Tampa, FL États-Unis Brian J. Kerr Ryan Mackie Rahul Suchde British Standards Institute (BSI) Kitemark Court Téléphone Davy Avenue Fax Knowlhill Milton Keynes MK5 8PP Royaume-Uni Jason Blake Dr. Peter Katona Agustin Lerma Jesus Rosas Medina Shane Nash Tony Steinegger Irvine Taylor Kleber Martins Vassão (Brésil) 12

13 Prestataire de services d évaluation Auditeurs accrédités par la WLA Certification Europe Ltd. Block 20A Téléphone Beckett Way Fax Parkwest Business Park Dublin 12 Irelande William Bragg DNV Business Assurance Veritasveien 1 Téléphone N-1322 Høvik Fax Norvège Elin Lunde Haaland DNV Certification Lead Auditor Téléphone EJ Bauman (Amérique du Nord) Heinz Budde Franco Vincenzo Ferrari Giovanni Francescutti Jan Ekberg Balvander Matu Fabrizio Monteleone Vladimir Prodan Morten Stig Ernst & Young CertifyPoint Euclideslaan 1 Pour toute information veuillez contacter: 3584 BL, Utrecht Jatin Sehgal Pays-Bas Téléphone Portable Fax EY/Comm Ad Buckens (Pays-Bas) Rosaria Pepicelli (Australie) Gavin Ryan (Australie) Tom Vreeburg (Pays-Bas) 13

14 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA Prestataire de services d évaluation Auditeurs accrédités par la WLA GLI Test Labs Canada ULC (dba TST, a GLI company) 6400 Roberts Street Téléphone Suite 210 Burnaby, British Columbia, V5G 4C9 Canada Greg Doucette Director Lottery Services Téléphone GRSee Consulting 7 Openheimer St. Téléphone Suite 14 Portable Rehovot Fax Israël Ben Ben Aderet QSA, PA QSA Co-Founder KPMG IT Advisory, Netherlands Postbus Téléphone DB Amsterdam Fax Pays-Bas Deborah Hofland Schweizerische Vereinigung für Qualitäts- und Management-Systeme (SQS) Bernstrasse 103 Téléphone Zollikofen Fax Suisse Claude Otz Erwin Peter Société Générale de Surveillance SA (SGS) 1, place des Alpes Téléphone Genève 1 Fax Suisse Paolo Cannarsa Jean-Marc Valentin SGS Société Générale De Surveillance SA SGS HUNGÁRIA KFT Pour toute information veuillez contacter: Anne Legendre Direct line Direct fax Budapest Sirály u. 4. Téléphone Budapest Pf. 25. Fax Budapest, 1531 Hongrie Antal Somogyi István Stipkovits 14

15 Prestataire de services d évaluation Auditeurs accrédités par la WLA TÜV HELLAS 282 Mesogeion Av. Téléphone Athens Fax Grèce Zafiris Kovras TÜV NORD Austria GmbH Mooslackengasse 17 Pour toute information veuillez contacter: 1190 Vienna Isabella Kauf Autriche Téléphone TÜV SÜD Management Service GmbH Ridlerstrasse 65 Téléphone München Fax Allemagne Werner Pollert 15

16 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA 6. Le comité Sécurité et Gestion des risques de la WLA Le Comité Sécurité et Gestion des risques de la WLA est actif depuis la fondation de la WLA en L un de ses domaines de responsabilité les plus importants est le maintien et le développement permanent du standard WLA-SCS. Le comité émet également des recommandations aux membres sur des questions liées à la sécurité et tient régulièrement des séminaires sur la sécurité pour la WLA. Thierry Pujol Président du Comité Française des Jeux France Dr. Carlos Bachmaier Vice-Président du Comité Sociedad Estatal de Loterías y Apuestas del Estado SELAE/STL Espagne Evangelos Cosmidis, PhD General Manager Finance, Administration, Engineering Services OPAP Services S.A. Grèce Denis Daly Loto-Québec Canada Gunnar Ewald LOTTO Hamburg GmbH Allemagne Driss Hamdoune La Marocaine des Jeux et des Sports Maroc Jim Haynes Nebraska Lottery États-Unis Dong Hong Fang Director, Technology Management China Sports Lottery Chine Paul Jay Camelot Group plc The National Lottery Royaume-Uni Daniel Mareschal Loterie Nationale Belgique Dawid Muller Gidani (Pty) Ltd Afrique du Sud Itamar de Carvalho Pereira Caixa Econômica Federal Brésil Jean-Jacques Riera Française des Jeux France Erich Schuster Österreichische Lotterien GmbH Autriche Jan Seuri Veikkaus Oy Finlande Jan Stewart Lotterywest Australie Edgardo Siccatto Loteria Nacional S.E. Argentine Trond Laupstad Norsk Tipping AS Norvège 16

17 7. Membres certifiés de la WLA La liste ci-dessous présente les membres de la WLA qui ont été certifiés WLA- SCS. La liste n est à jour qu au moment de sa rédaction. Pour obtenir la version la plus récente de cette liste, veuillez vous reporter au site Internet de la WLA, à l adresse Pays Loterie Date du certificat initial Fin de validité (jour, mois, année) (jour, mois, année) Afrique du Sud Gidani (Proprietary) Limited Allemagne Bremer Toto Lotto GmbH, Bremen Deutsche Klassenlotterie, Berlin Land Brandenburg Lotto GmbH, Potsdam Lotterie-Treuhandgesellschaft mbh, Hessen Lotterie-Treuhandgesellschaft mbh, Thüringen LOTTO Hamburg, Hamburg Lotto Rheinland-Pfalz, Rheinland-Pfalz Lotto-Toto GmbH, Sachsen-Anhalt NordwestLotto Schleswig-Holstein GmbH & Co. KG, Schleswig-Holstein Saarland-Sporttoto GmbH, Saarbrücken Sächsische-LOTTO GmbH, Sachsen Staatliche Lotterieverwaltung, Bayern Staatliche Toto-Lotto GmbH, Baden-Württemberg Toto-Lotto Niedersachsen GmbH, Hannover Verwaltungsgesellschaft Lotto und Toto in Mecklenburg-Vorpommern mbh, Rostock Westdeutsche Lotterie GmbH & Co. OHG, Münster Australie Lotterywest SA Lotteries Autriche Österreichische Lotterien GmbH Belgique Loterie Nationale Bosnie-Herzégovine Lutrija Bosne i Hercegovine Brésil Caixa Economica Federal Canada Atlantic Lottery Loto-Québec Croatie Hrvatska Lutrija d.o.o Denmark Danske Spil A/S

18 Partie A Directives de certification pour les membres de la WLA Pays Loterie Date du certificat initial Fin de validité (jour, mois, année) (jour, mois, année) Espagne Sociedad Estatal de Loterías y Apuestas del Estado (SELAE), Madrid Organización Nacional de Ciegos Españoles (O.N.C.E.), Madrid Estonie Eesti Loto Finlande Veikkaus Oy France Française des Jeux (FDJ) Hongrie Szerencsejáték Zrt Irelande An Post National Lottery Company Islande Íslensk Getspá Italie GTECH S. p. A Sisal S. p. A Lettonie VAS Latvijas Loto Lituanie UAB Olifeja Inc Luxembourg Loterie Nationale Maroc La Marocaine des Jeux et des Sports Mexique Lotería Nacional para la Asistencia Pública Pronósticos para la Asistencia Pública Norvège Norsk Tipping AS Pays-Bas De Lotto, Rijswijk Nederlandse Staatsloterij, Den Haag Portugal Santa Casa de Misericórdia de Lisboa Royaume-Uni The National Lottery/ Camelot Group plc Slovénie Loterija Slovenije, d.d Suède AB Svenska Spel Suisse Société de La Loterie de la Suisse Romande, Lausanne Swisslos Interkantonale Landeslotterie, Basel Uruguay Banca de Cubierta Colectiva de Quinielas de Montevideo 18

19 Membres associés de la WLA certifiés: Pays Organisation Date du certificat initial Fin de validité (jour, mois, année) (jour, mois, année) Autriche Scientific Games International GmbH, European Systems Operations Chine China Vanguard Group Ltd Shenzhen General Lottery Technology Co., Ltd Espagne Sistemas Técnicos de Loterías del Estado S.A. (STL) États-Unis GTECH Corporation Grèce Intralot S.A Hongrie Scientific Games Szerencsejaték Szolgaltatasok Kft Islande Betware Suisse GP Game Print SA

20 Partie B Principes directeurs concernant l accréditation des auditeurs 1. Affiliation des auditeurs de certification et des prestataires de services d évaluation Seuls les auditeurs accrédités par la WLA et employés, mandataires ou sous-traitants d un prestataire de services d évaluation agréé par la WLA peuvent procéder à la certification des membres de la WLA au standard WLA-SCS:2012. Une organisation désireuse de proposer des services d évaluation, qui n a pas déjà reçu l agrément de la WLA pour fournir des services d évaluation WLA- SCS:2012, peut être agréée par la WLA pour pro poser de tels services en concluant un accord de services d évaluation avec la WLA. Les organisations désireuses de proposer des services de certification souhaitant recevoir l agrément de la WLA pour mener des audits d évaluation doivent se reporter à la Partie B, section 3, page 22 pour plus de détails. Un membre de la WLA ou un prestataire de services d évaluation accrédité, qui dispose d auditeurs déjà accrédités par la WLA peut recommander un professionnel pour mener des audits de certification WLA-SCS:2012. Le professionnel recommandé doit être accrédité par la WLA avant de mener un audit WLA-SCS. Les auditeurs souhaitant être accrédités par la WLA pour effectuer des évaluations WLA-SCS doivent lire ce qui suit pour plus de détails. 2. Qualification en tant qu auditeur accrédité par la WLA Afin d assurer la validité de l audit WLA- SCS, il est essentiel que les auditeurs qui cherchent à réaliser des audits pour le WLA-SCS reçoivent l approbation préalable de la WLA. Les auditeurs doivent recevoir une accréditation WLA avant de commencer l audit WLA-SCS d un membre de la WLA. Pour être accrédité par la WLA, les professionnels qualifiés doivent demander leur accréditation à la WLA en procédant comme suit: 1. L auditeur potentiel doit contacter la WLA et déposer un dossier complet de candidature, en anglais, accompagné de toutes les pièces justificatives à l appui de sa demande. Le dossier doit comprendre une lettre officielle de recommandation d un membre de la WLA ou d un prestataire de services d évaluation agréé qui emploie des auditeurs accrédités par la WLA. Le dossier du candidat est ensuite transmis au WLA SRMC pour évaluation. 2. Le WLA SRMC évalue l expertise et l expérience du candidat en s appuyant sur les documents justificatifs fournis. 3. Si tous les critères sont remplis, le candidat est accrédité. L approbation officielle de l accréditation est transmise par le SRMC à la WLA et le candidat est officiellement informé. La WLA ne facture aucun frais pour l accréditation des auditeurs. À noter qu un auditeur potentiel peut également être un prestataire de services d évaluation. Cette situation peut se produire, par exemple, lorsque l auditeur est un travailleur indépendant. Dans ce cas, l auditeur doit être accrédité par la WLA et doit conclure un contrat de services d évaluation avec la WLA. Pour toute information complémentaire sur cette situation, veuillez vous reporter à la Partie B, section 3.1, page 22. Afin d éviter toute apparence de conflit d intérêts, les auditeurs accrédités par la WLA ne doivent pas avoir fourni de services de conseil au membre de la WLA ni avoir procédé à un audit de pré-évaluation pour le membre de la WLA au cours des deux années précédant l audit WLA- SCS du membre de la WLA. 2.1 Exigences documentaires Un auditeur («le candidat») désireux d obtenir une accréditation de la part de la WLA afin de mener des évaluations de conformité au WLA-SCS doit satisfaire aux critères suivants. Le candidat doit: être activement impliqué dans le secteur des systèmes d information; posséder une expérience minimale de cinq ans en tant qu auditeur certifié; 20

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL

CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL CADRE D AGRÉMENT APPROCHE STANDARD DU RISQUE OPÉRATIONNEL Coopératives de services financiers Publication initiale : Décembre 2007 Mise à jour : TABLE DES MATIÈRES 1. Introduction... 3 2. Principes généraux...

Plus en détail

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN

Étude de marché. Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN Étude de marché Critères de qualification Travaux de génie civil et construction de bâtiments industriels au CERN EDMS N : 1382269 MS-4034/GS Afin d être pris en considération en tant que soumissionnaire

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves

RECUEIL DES POLITIQUES EED01-DA ÉDUCATION DE L ENFANCE EN DIFFICULTÉ Protocole de collaboration pour la prestation de services auprès des élèves RÉSOLUTION : 245-10 Date d adoption : 23 novembre 2010 En vigueur : 23 novembre 2010 À réviser avant : Directives administratives et date d entrée en vigueur : EED-DA1 23 novembre 2010 RECUEIL DES POLITIQUES

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION

RÈGLEMENT DE CERTIFICATION QSE_DOC_015 V4.0 RÈGLEMENT DE CERTIFICATION Systèmes de management Tél. : 01 41 98 09 49 - Fax : 01 41 98 09 48 certification@socotec.com Sommaire Introduction 1. Déroulé d une prestation de certification

Plus en détail

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A)

Principes Critères Protocole Compétences. aux fins de l obtention du titre de. ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) Principes Critères Protocole Compétences aux fins de l obtention du titre de ARBITRE AGRÉÉ/ARBITRE AGRÉÉE (Arb.A) I INTRODUCTION L arbitrage est un processus par lequel les parties prenantes à un différend

Plus en détail

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017»

REGLEMENT SUR LE SERVICE D AUDIT INTERNE DE LA SOCIETE ANONYME «COMPAGNIE NATIONALE «ASTAN EXPO-2017» «Approuvé» Par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN «Astana EXPO-2017» du 29 août 2013 Protocole N 6 avec des amendements introduits par la décision du Conseil des Directeurs de la SA «CN

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE

PUBLICITÉ, DOCUMENTATION COMMERCIALE ET CORRESPONDANCE Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation MCeX CIRCULAIRE Le 3 septembre 2008

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE

Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi. au détachement de travailleurs en FRANCE Professionnels de l'intérim, services et métiers de l'emploi RÈGLES applicables au détachement de travailleurs en FRANCE Ce document est purement informatif et, à ce titre, volontairement synthétique.

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE (CGV) DE LA BOUTIQUE EN LIGNE NILE

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE (CGV) DE LA BOUTIQUE EN LIGNE NILE CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE (CGV) DE LA BOUTIQUE EN LIGNE NILE NILE Clothing AG accepte uniquement les commandes passées dans sa boutique en ligne depuis la Suisse, Liechtenstein, Canada, Israel ou un

Plus en détail

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION

Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION TM PEFC/10-1-1 Certification de groupe au titre de PEFC Système français de certification de la gestion forestière durable GUIDE D INTERPRETATION Document validé en Assemblée Générale de PEFC-France le

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières

Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières Comité sur le professionnalisme de l AAI Reconnaissance mutuelle et autres questions transfrontalières 1. À mesure que la profession actuarielle se mondialise et que les clients que nous servons élargissent

Plus en détail

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE

N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE Document mis en distribution le 30 août 2007 N 151 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 TREIZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 24 août 2007. PROJET DE

Plus en détail

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS

La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS La recherche d assurance maladie à l étranger Procédure à l usage des CPAS CAAMI Service Relations internationales (iri.enquete@caami.be) www.caami.be Introduction La Caisse Auxiliaire d Assurance Maladie-Invalidité

Plus en détail

Les normes de sécurité informatique

Les normes de sécurité informatique Les normes de sécurité informatique BS 7799 / ISO 17799, ISO 27002, ISO 27001, BS 7799-2 Présenté par Dr. Ala Eddine Barouni Plan Sécurité des informations, normes BS 7799, ISO 17799, ISO 27001 Normes

Plus en détail

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue

La Marque de sécurité UL-EU. La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue La Marque de sécurité UL-EU La nouvelle marque de certification paneuropéenne mondialement reconnue Services d essais et de certification mondlaux La Marque UL confirme que des échantillons représentatifs

Plus en détail

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SERVICE D ACCÈS NUMÉRIQUE AUX DOCUMENTS DE PRIORITÉ 1

DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SERVICE D ACCÈS NUMÉRIQUE AUX DOCUMENTS DE PRIORITÉ 1 ANNEXE II PROJET MODIFIÉ DISPOSITIONS-CADRES POUR LE SERVICE D ACCÈS NUMÉRIQUE AUX DOCUMENTS DE PRIORITÉ 1 établies le 31 mars 2009 et modifiées le [ ] Service d accès numérique 1. Les présentes dispositions

Plus en détail

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000

Food Safety System Certification 22000. fssc 22000 Food Safety System Certification 22000 fssc 22000 CERTIFICATION DES SYSTÈMES DE SÉCURITÉ ALIMENTAIRE 22000 Le protocole de certification des systèmes de sécurité alimentaire 22000 (FSSC 22000) est un protocole

Plus en détail

Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Vue d ensemble et vocabulaire

Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Vue d ensemble et vocabulaire NORME INTERNATIONALE ISO/CEI 27000 Troisième édition 2014-01-15 Technologies de l information Techniques de sécurité Systèmes de management de la sécurité de l information Vue d ensemble et vocabulaire

Plus en détail

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09

MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 MAROC Consulat du Maroc 12, rue de la Saïda 75015 Paris Tel : 01 56 56 72 00 Fax : 01 45 33 21 09 Site de L'Ambassade Modalités d obtention d un visa Si vous êtes de nationalité française ou ressortissant

Plus en détail

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance

Instruction. relative à la procédure d habilitation des organismes qui procèdent à la qualification des prestataires de services de confiance PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale Agence nationale de la sécurité des systèmes d information Paris, le 8 avril 2011 N 1001/ANSSI/SR NOR : PRM D 1 2 0 1 2 9

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Arrêté du 21 novembre 2006 définissant les critères de certification des compétences des personnes

Plus en détail

Règlement des examens Méthode de gestion des projets HERMES 5

Règlement des examens Méthode de gestion des projets HERMES 5 Contenu 1 Domaine d application 1... 2 2 Comité consultatif... 2 2.1 Comité consultatif - composition... 2 2.2 Comité consultatif - mission... 3 2.3 Comité consultatif quorum... 3 2.4 Jury d examen restreint

Plus en détail

Radices Fiduciam S.A.

Radices Fiduciam S.A. Support 5 Traitement des réclamations de la clientèle 1 Page 1 sur 7 PROCÉDURE RELATIVE AU TRAITEMENT DES RÉCLAMATIONS DE LA CLIENTÈLE 1. Environnement réglementaire Cette matière est traitée par le Règlement

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION MANDAT DU COMITÉ DE VÉRIFICATION Les règles du comité de vérification qui suivent ont été mises à jour en juin 2009 après un examen annuel de toutes les règles des comités du conseil. I. OBJET Le comité

Plus en détail

CHAPITRE 2 : L ADHÉSION

CHAPITRE 2 : L ADHÉSION CHAPITRE 2 : L ADHÉSION 4. CATÉGORIES D ADHÉSION, DROITS ET FONCTIONS A. Il existe deux types d adhésion à Foresters : les membres votants et les membres non votants. B. Un membre votant est une personne

Plus en détail

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000.

Manuel Qualité. Toutes les activités de l ICEDD sont dans le domaine d application du référentiel ISO 9001 :2000. Manuel 1 Objectif Décrire brièvement l organisation du système mis en place à l ICEDD afin de démontrer le respect des exigences de la norme ISO 9001 : 2000. Accessoirement, cela peut faciliter la recherche

Plus en détail

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI

Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1 GUIDE DES POINTS FOCAUX NATIONAUX RSI Désignation/mise en place des points focaux nationaux RSI 1. Introduction Le Règlement sanitaire international (2005) (RSI(2005)) définit un point focal national

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DE RESSOURCES HUMAINES Objet Le comité de gouvernance et de ressources humaines du conseil d administration est établi par la Société d évaluation foncière des municipalités

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel.

INTRODUCTION. QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. INTRODUCTION QSC est un système référentiel de qualité pour la certification des institutions scolaires d enseignement général et professionnel. Ce certificat est destiné à toutes les écoles d enseignement

Plus en détail

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM)

Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Mandat du Comité d audit du Programme alimentaire mondial (PAM) Approuvé par le Conseil d'administration à sa deuxième session ordinaire, le 15 novembre 2011 Objet 1. Le Comité d audit joue un rôle d expert-conseil

Plus en détail

Conditions générales de partenariat

Conditions générales de partenariat Conditions générales de partenariat 1. Cadre de la collaboration La société ROCOLUC S.A. est titulaire de licences B+ délivrées par la Commission des Jeux de Hasard belge. Ces licences lui permettent d

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. concernant

GUIDE PRATIQUE. But. concernant GUIDE PRATIQUE concernant les confirmations des sociétés d audit à l intention de la FINMA,les demandes d autorisation en qualité de banque, négociant en valeurs mobilières, succursale d une banque étrangère

Plus en détail

235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données

235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données 235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données (OCPD) du 28 septembre 2007 (Etat le 1 er avril 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 11, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)]

RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE. [sur le rapport de la Cinquième Commission (A/48/801/Add.2)] NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/48/218 B 12 août 1994 Quarante-huitième session Point 121 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la Cinquième

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET

POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET LA BANQUE DE NOUVELLE ÉCOSSE POLITIQUE SUR LE SIGNALEMENT ET PROCÉDURES Y AFFÉRENTES Supplément au Code d éthique Octobre 2015 BANQUE SCOTIA Table des matières SECTION 1 INTRODUCTION... 3 SECTION 2 RAISON

Plus en détail

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES

LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES LA CERTIFICATION ISO/IEC 20000-1 QUELS ENJEUX POUR LES ENTREPRISES Philippe Bourdalé AFAQ AFNOR Certification A2C dans le Groupe AFNOR Les métiers du groupe AFNOR Besoins Clients Normalisation Information

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE

LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES RÉALISANT LA CERTIFICATION DE SYSTÈMES DE QUALITÉ POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE PROGRAMME MONDIAL ANTIDOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISATIONS ANTIDOPAGE DÉVELOPPANT DES BONNES PRATIQUES POUR LES PROGRAMMES DE CONTRÔLE DU DOPAGE LIGNES DIRECTRICES À L USAGE DES ORGANISMES

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4

FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES. Mandats des comités du conseil d administration 2.4 FONDATION FIDUCIAIRE CANADIENNE DE BOURSES D ÉTUDES Mandats des comités du conseil d administration 2.4 2.4.2 Comité de vérification et de la gestion des risques 1. Mandat Le Comité de vérification et

Plus en détail

Convention de collaboration

Convention de collaboration Convention de collaboration Les Services Industriels de Genève Ch. Château-Bloch 2 1227 Le Lignon entre (ci-après SIG) d une part, et (ci-après l Entreprise) d autre part, (ci-après individuellement la

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MAIRIE DE BRUYERES-LE-CHATEL - Services des Marchés Publics 2 rue des Vignes 91680 BRUYERES-LE-CHATEL ASSURANCE «DOMMAGE OUVRAGE» ET GARANTIE DECENNALE

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Procédure d habilitation Procédure d habilitation Version 1.1 Page 1/12 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.0 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI

LA VERSION ELECTRONIQUE FAIT FOI CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU OU METTANT EN COMMUN DES MOYENS GEN PROC 10 Révision 03 CONDITIONS D ACCREDITATION D ORGANISMES MULTISITES OU ORGANISES EN RESEAU

Plus en détail

MANUEL QUALITE ET ENVIRONNEMENT

MANUEL QUALITE ET ENVIRONNEMENT MANUEL QUALITE ET ENVIRONNEMENT Numéro : 2011102791 Page 1 sur 12 EXTENDE Le Bergson, 15 Av Emile Baudot 91300 MASSY SA au capital de 100 000 Fax +33 (0)9 72 13 42 68 Siren 518 807 425 SOMMAIRE A. But

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014

Réunion du Conseil au niveau des Ministres. Paris, 6-7 mai 2014 Réunion du Conseil au niveau des Ministres Paris, 6-7 mai 2014 DÉCLARATION RELATIVE À L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS EN MATIÈRE FISCALE Adoptée le 6 mai 2014 Déclaration relative à l Échange automatique

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION

NORME 5 NORMES ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION NORME 5 NORME ET PROCÉDURE D AUTO-ACCRÉDITATION Bien que cette Norme apparaisse dans le Code canadien de sécurité pour les transporteurs routiers, il est important de noter qu'elle s'applique à tous les

Plus en détail

Organisation de loterie

Organisation de loterie Demande d adhésion de la WLA Organisation de loterie World Lottery Association Publication juillet 2014 1/13 La WLA La World Lottery Association (WLA) est l association professionnelle mondiale des loteries

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant

GUIDE PRATIQUE. But. pour des requêtes concernant GUIDE PRATIQUE pour des requêtes concernant l autorisation d une banque dépositaire (Partie I) les modifications au sein de la banque dépositaire (Partie II) le changement de banque dépositaire (Partie

Plus en détail

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005

Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Introduction à l ISO/IEC 17025:2005 Relation avec d autres normes de Management de la Qualité Formation Assurance Qualité LNCM, Rabat 27-29 Novembre 2007 Marta Miquel, EDQM-CoE 1 Histoire de l ISO/IEC

Plus en détail

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire

Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Modèles et exemples pour le contrôle restreint et l examen succinct volontaire Sommaire 1. Rapports succincts de l organe de révision ainsi que rapports de l auditeur établis en vertu d un contrat de mandat

Plus en détail

Conditions Générales. Comment obtenir votre cadeau?

Conditions Générales. Comment obtenir votre cadeau? Conditions Générales «Sony BRAVIA Promotion» 1. L'agence marketing de Sony BRAVIA Promotion (la «promotion») est Home Entertainment & Sound Europe, un service de Sony Europe Limited («Sony») basée à The

Plus en détail

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES

LANCEMENT D UN PROGRAMME DE FORMATION DE NOUVEAUX NÉGOCIATEURS APPEL DE CANDIDATURES Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE 108-15 Le 11 septembre 2015

Plus en détail

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs

Appendice 2. (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs Appendice 2 (normative) Structure de niveau supérieur, texte de base identique, termes et définitions de base communs NOTE Dans les propositions de Texte identique, XXX désigne un qualificatif de norme

Plus en détail

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance

Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance Règlement de Certification du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 L asbl BeCommerce a pour objectif d augmenter la confiance du consommateur dans la vente à distance online

Plus en détail

Directive de la Présidence

Directive de la Présidence Directive de la Présidence Date : 5 mars 2004 DIRECTIVE RELATIVE À LA CONSTITUTION DE FONDS D AFFECTATION SPÉCIALE DE LA COUR PÉNALE INTERNATIONALE Section première Dispositions générales 1.1. La présente

Plus en détail

Désignation de candidats pour l élection au sein de l Organe de contrôle de gestion commun

Désignation de candidats pour l élection au sein de l Organe de contrôle de gestion commun FONDS INTERNATIONAUX D INDEMNISATION POUR LES DOMMAGES DUS À LA POLLUTION PAR LES HYDROCARBURES IOPC/2014/Circ.2 6 janvier 2014 Fonds de 1992 Fonds complémentaire Fonds de 1971 Désignation de candidats

Plus en détail

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1

Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 Loi fédérale concernant l exercice des professions de médecin, de pharmacien et de vétérinaire dans la Confédération suisse 1 811.11 du 19 décembre 1877 (Etat le 13 juin 2006) L Assemblée fédérale de la

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA

ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA ENTENTE DE RECONNAISSANCE MUTUELLE VISANT À FACILITER LA MOBILITÉ DES INGÉNIEURS ENTRE L IRLANDE ET LE CANADA (Ébauche, novembre 2007) 1 PARTIES 1.1 L Institution of Engineers of Ireland (Engineers Ireland)

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION

REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION REFERENTIEL D AGREMENT DES CENTRES DE FORMATION DPMC- ADM- SPO Page - 1-16/07/2009 Généralités Le DPMC est l organisme désigné par la CPNE, en charge du contrôle des compétences pour la délivrance du CQP

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

Concept d inspection et de certification

Concept d inspection et de certification Concept d inspection et de certification Fruits, légumes et pommes de terre Table des matières 1 Introduction et documents normatifs... 3 2 Champ d application et définitions... 3 2.1 Producteur:... 3

Plus en détail

Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires en Ontario

Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires en Ontario 69, rue Bloor Est, bureau 300, Toronto, Ontario M4W 1A9 Tél. : 416-961-6234 Sans frais : 1-800-268-2346 Téléc. : 416-961-6028 www.cdho.org Guide du processus d autorisation pour les hygiénistes dentaires

Plus en détail

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées

Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Dossier : Ad GA RG OPR 0301 Destinataire : Sociétés pétrolières et gazières relevant de l Office national de l énergie et parties intéressées Avis de projet de modification réglementaire (APMR) 2011-01

Plus en détail

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification

efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification efficacité énergétique des grandes entreprises : audit et certification ISO 50001 Le cadre réglementaire évolue incitant aujourd hui les Grandes Entreprises à s engager vers une meilleure efficience énergétique.

Plus en détail

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014

ISO/IEC 25051. Deuxième édition 2014-02-15. Numéro de référence ISO/IEC 25051:2014(F) ISO/IEC 2014 NORME INTERNATIONALE ISO/IEC 25051 Deuxième édition 2014-02-15 Ingénierie du logiciel Exigences de qualité pour le logiciel et son évaluation (SQuaRE) Exigences de qualité pour les progiciels et instructions

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe

Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l Europe Cote du document: EB 2007/92/R.55 Point de l ordre du jour: 22 c) Date: 23 octobre 2007 Distribution: Publique Original: Anglais F Accord de coopération avec la Banque de développement du Conseil de l

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ

INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ JUIN 2009 INTRODUCTION AU PROGRAMME D ASSURANCE DE LA QUALITÉ Placez dans l onglet no 5 de votre classeur des ressources des membres Le programme d assurance de la qualité de l Ordre des ergothérapeutes

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1

Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 6 Schéma canadien d évaluation et de certification selon les Critères communs (SCCC) Guide-SCCC-006 Version 1.1 Contrôle technique de la continuité de l assurance d une TOE certifiée Août 2005 ii Version

Plus en détail

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables

Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de l Institut professionnel des comptables Source : Arrêté royal du 29 janvier 1998 portant approbation du règlement de stage de

Plus en détail

Pré qualification Mission de Contrôle

Pré qualification Mission de Contrôle Appel à manifestation d intérêt Pré qualification Mission de Contrôle de la construction de 6 centres de Traitement Epidémiologiques a Fria ; Dalaba ; Tougue ; Dinguiraye ; Mandiana et Yomou L UNICEF souhaite

Plus en détail

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés:

Canada Basketball prend les engagements suivants envers les ASP/T membres et les participants dûment enregistrés: Canada Basketball Politique de gestion des risques Préambule À titre d organisme sportif national de régie du basketball au Canada, Canada Basketball reconnaît que des risques existent dans toutes les

Plus en détail

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION

PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION PROXIMUS SA de droit public CHARTE DU COMITÉ DE NOMINATION ET DE RÉMUNÉRATION Statut Le Comité de nomination et de rémunération est un comité consultatif du Conseil d Administration. Il remplit également

Plus en détail

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015

Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 ISO 9001 Guide de transition Révisions ISO Passer de l ISO 9001:2008 à l ISO 9001:2015 La nouvelle norme internationale pour les systèmes de management de la qualité ISO 9001 - Système de Management de

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne

Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Définitions La Charte Charte Européenne IAB Europe relative à la Publicité Comportementale en Ligne Introduction Les sociétés signataires (les Sociétés ) ont élaboré une charte de bonnes pratiques

Plus en détail

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT

PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT PROCESSUS DE CERTIFICATION DE SYSTÈME DE MANAGEMENT CONTROL UNION INSPECTIONS FRANCE 16 rue Pierre Brossolette 76600 Le Havre Tel : 02 35 42 77 22 Processus de Certification de système de management 01

Plus en détail

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger

CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES. Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger CAISSE DE COORDINATION AUX ASSURANCES SOCIALES Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Mise à jour : mai 2014 Le remboursement des frais de soins reçus à l étranger Vous êtes agent RATP,

Plus en détail

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé»

Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» Règlement du label «Logiciel Maison et Centre de santé» 1 Candidats éligibles Version n 3.0 du 15/10/2014 La procédure de labellisation est ouverte à toute personne morale propriétaire d une solution logicielle

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail