AUDIT ORGANISATIONEL DU PROCESSUS DE CREATION D ENTREPRISES

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "AUDIT ORGANISATIONEL DU PROCESSUS DE CREATION D ENTREPRISES"

Transcription

1 AUDIT ORGANISATIONEL DU PROCESSUS DE CREATION D ENTREPRISES (Guichet Unique et procédures associées) Février

2 Contrat n 2007/ Audit organisationnel du guichet unique au Mali Rapport d analyse, synthèse et propositions Par Olivier Conrad, Chef de Mission Jean-Jacques Devillé, consultant Guy De Keyser, consultant Soumis par ECO, (France) Les opinions exprimées dans ce rapport n engagent que les auteurs et ne reflètent pas nécessairement celles de la Commission Européenne

3 Acronymes ACP APEP API-Mali AZI-SA Biz-Clim CADSPC CCIM CDSP CERCAP CFE CIFAM CNPI CNPM CPI CSP DGI DNCC DNSI DSP EAN EDM EPA FIAS GU IDE IFC INPS ISO MEDEM NIF NINA OHADA OPI PAEPA PASC PDSF PME PMI PVI TdR / ToR TPE UE UEMOA Afrique, Caraïbes, Pacifique Association pour la Promotion des Entreprises Privées Agence pour la Promotion des Investissements au Mali Agence pour l'aménagement et la Gestion des Zones Industrielles Facilité Climat des Affaires Cellule d'appui au développement du Secteur Privé pour la Croissance Chambre de Commerce et Industrie du Mali Comité de Coordination et de Développement du Secteur Privé Centre d'étude du renforcement des capacités et de plaidoyer Centre de Formalités des Entreprises Club des Investisseurs français au Mali Centre national de Promotions des Investissements Conseil National du Patronat du Mali Conseil de la Présidence pour l'investissement Centre du Secteur Privé (Suite de PASP, Appui au Secteur Privé) [WB+APEP] Direction Générale des Impôts Direction Nationale du Commerce et de la Concurrence Direction Nationale de la Statistique et de l'informatique Développement du Secteur Privé European Article Numbering (normalisation) Energie du Mali Etablissement public à caractère administratif Foreign Investment Advisory Services World Bank Guichet Unique Investissement Direct Etranger International Finance Corporation Institut National de Prévoyance sociale International Standard Organization (normalisation) Mouvement des Entreprises du Mali Numéro d'identification Fiscale Numéro d'identifiant National Organisation pour l'harmonisation du droit des affaires en Afrique Organisation Patronale des Industriels (sous CNPM) Programme d'alimentation en Eau Potable et Assainissement Projet d'appui aux Sources de Croissance (sous Banque Mondiale) Projet de Développement du Secteur Financier Petites et Moyennes Entreprises Petites et Moyennes Industries Programme de Vérification des Importations Termes de références / Terms of reference Très Petite Entreprise Union Européenne Union Economique et Monétaire Ouest Africaine - 3 -

4 WB/BM World Bank / Banque Mondiale - 4 -

5 RESUME ET CONCLUSIONS LE CONSTAT Depuis 1996, de nombreuses structures d appui aux entreprises ont été créées. Certaines ont été dissoutes, d autres sont en veilleuse, sans que les dysfonctionnements aient été évalués. Quatre structures actuellement prédominent : a) Le CFE dédié à l'appui et à l'assistance aux démarches administratives pour les petits entrepreneurs généralement enregistrés en tant que personnes physiques exerçant une activité entrepreneuriale individuelle ou familiale; b) Le CSP: le Centre du secteur privé, dont l'activité essentielle consiste à aider les entrepreneurs à structurer leur activité autour des plans de gestion, leur offrant des locaux en time-sharing et des services de bureautique à coûts partagés. Il leur apportant également de l'information relative à l'étude des filières industrielles. Cet organisme privé s'autofinance avec difficulté et tente de réaliser son plan de développement à 10 ans qui est une réalité publiée; c) La chambre des notaires. En ce qui concerne la création d entreprises, la chambre des notaires, en tant que professionnel du droit des affaires, se satisfait de la situation actuelle qui le lie à la création des actes statutaires des entreprises pour une somme minime et forfaitaire. Par des services conjoints, il maintient intact son rôle complémentaire d'intermédiaire entre les entreprises - personnes morales maliennes et étrangères - et les différentes structures administratives de l'etat gardiennes des procédures administratives existantes; d) La Cellule d'appui au développement du secteur privé pour la croissance. Elle est un organe transitoire constitué sur les vestiges du CNPI. Fort de sa compétence antérieure acquise au CNPI, elle prend en charge les procédures de demande d'agrément au bénéfice du code des investissements des entreprises créées. Depuis le Décret Présidentiel de 2005, l API, Agence pour la Promotion des Investissements au Mali, est toujours «en gestation». Le personnel serait en phase de recrutement mais le DG n est toujours pas nommé. Le personnel CNPI, Centre National pour la Promotion des Investissements, dissous, s est regroupé dans une «cellule d appui au développement du secteur privé pour la croissance» qui aide les - 5 -

6 entreprises dans leurs démarches d accès aux bénéfices du Code des Investissements. Malgré les efforts du «Comité de Simplification des Procédures», les procédures de 11 à 23 selon le cas, et les démarches nécessaires pour la création d une entreprise restent anormalement longues, même si le CFE est assez efficient pour les entreprises individuelles et les études notariales pour le PME, IDE et grosses entreprises. Le Numéro d Identification National (NINA), devrait favoriser, à la fois l enregistrement électronique et le suivi des entreprises mais le processus est seulement en phase de test. RECOMMANDATIONS Concept du Guichet Unique Dans la 2 ème partie du rapport les experts élaborent le contenu de ce qui devrait être le Guichet Unique, et les différentes étapes de son développement. Le Guichet Unique est d abord et avant tout, un lieu de regroupements des services administratifs, et à ce titre, ne nécessite pas obligatoirement un statut spécifique. Bien que différentes solutions existent, le Tout Etat (API), le Tout Privé (par exemple, CCIM/CFE, ou le CSP) ou une solution mixte, la solution du Guichet Unique rattaché à l API semble la solution la plus pertinente à condition que l API-GU soit effectivement créé rapidement et doté de moyens budgétaires suffisants. Dans le schéma proposé par les experts le GU n a pas de mission de «conseil» aux entrepreneurs pour ne pas faire concurrence au secteur Privé (comptable, conseils d entreprises, CSP etc.) Outre les 7 services administratifs présents, le GU comprendrait : un service d accueil et de dispatching, un bureau d accueil CFE, un bureau de passage pour les Notaires, un guichet du Trésor pour les encaissements & timbres, un bureau de légalisation des signatures et de certification des documents et une fonction d appui logistique ; le GU est dirigé par un responsable, si possible ayant l expérience du Privé et maîtrisant la notion de «clientèle». il serait nommé et approuvé par le CA de l API. Les experts s accordent, comme certaines parties prenantes à l atelier, pour indiquer que le bureau d agrément au Code des investissements devrait se trouver dans les locaux du GU

7 Dans le cadre de la décentralisation régionale des PAL «Point d Appui Local», antennes du GU, peuvent être implantés par le CFE dans les capitales provinciales. Localisation du GU Il a été indiqué qu il serait souhaitable que le GU soit localisé au Centre ville (quartier des Affaires) facilement accessible pour les candidats entrepreneurs ; Il a aussi été indiqué que des locaux ministériels se libéreraient dans le centre ville lors du déménagement de ministères vers la Cité administrative à l ACI 2000 ; D autres parties prenantes ont indiqué que les bâtiments de l ancien CNPI avaient été à l origine destinés à accueillir les services du GU. Cette dernière option, vu la disponibilité rapide après les réaménagements éventuellement nécessaires, permettrait le démarrage effectif, à court terme, des services du GU. Financement Dans l esprit des experts, le financement du GU devrait être assuré par l API. On pourrait aussi envisager d obtenir une restitution partielle à l API des taxes et timbres encaissés par le Trésor dans le cadre des perceptions réalisées dans les locaux du GU. Ce système lié aux indicateurs de performance traduirait ainsi les gains de productivité de l Administration. Informatisation & Assistance technique Les experts ont exprimé la nécessité d une assistance technique de 18 à 24 mois pour assurer le bon démarrage et la pérennisation du GU. Il est toutefois nécessaire de coordonner l action avec la Banque Mondiale afin d éviter toute redondance des actions. Les experts soulignent aussi l intérêt de prévoir dans le cadre de cette assistance technique, l informatisation rapide des procédures pour la création des entreprises, l interconnexion des services administratifs concernés et l intégration des données dans le système NINA - 7 -

8 Table de matières Acronymes... 3 RESUME ET CONCLUSIONS... 5 Table de matières OBJECTIFS DE LA MISSION Contexte Objectifs de la mission Objectif global Objectifs spécifiques Méthode de travail retenue et champs d intervention Définition du Guichet Unique Constats STRUCTURES D APPUI AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES AU MALI Le dispositif d appui des entreprises Le dispositif institutionnel Le Secteur Privé Les structures d appui aux entreprises dans le cadre des formalités d enregistrement L API, analyse de ses statuts et rôles actuels Procédures identifiées dans le cadre de la conduite des démarches nécessaires à la création d une entreprise Pérennisation des services d appui aux formalités de création des entreprises Plan d action sur la simplification des formalités administratives Constatations Résumé des constats Impact des manquements et carences constatées Eléments de base pouvant être intégrés dans la structure de l'api LE GUICHET UNIQUE Benchmarking : La Tunisie Rappel de la définition du GU retenue par la mission Constatations générales Recommandations pour une dynamique organisationnelle autour du GU Hypothèse de réussite de l implantation du Guichet unique Le " COMMENT?" applicable à la gestion du GU La gestion du GU et le partenariat institutionnel ou privé Recommandation à propos de la pérennisation des services du Guichet unique Recommandation à propos de la gestion des frais et redevances collectées Recommandation générale dans le cadre de l appui à la formalisation des petites entreprises maliennes Recommandations dans le cadre de la valorisation nationale de la mission d'audit du Guichet unique

9 3.12. Recommandation au niveau du besoin d'assistance technique

10 1 OBJECTIFS DE LA MISSION 1.1. Contexte Le Mali a fourni d immenses efforts pour assainir l environnement légal des entreprises avec notamment la mise en place du code des investissements simplifié, la mise en place d un nouveau guichet unique qui devrait permettre aux investisseurs d accomplir en un seul lieu toutes les formalités de création d entreprise. La mission «d Audit du Guichet unique au Mali» effectuée, dans le cadre de la Facilité Climat des Affaires ACP (BizClim), à la demande du service du Modérateur de la Concertation Etat/Secteur Privé, a pour objet de vérifier et d évaluer la bonne exécution des trois E (efficience, économie et efficacité) des activités du projet en cours, né d une décision ministérielle prise en Objectifs de la mission Objectif global Le présent projet vise à améliorer l efficacité du processus de création d entreprise, notamment par la mise en place d un Guichet unique des formalités des entreprises et de simplification des procédures de création Objectifs spécifiques Le présent projet vise à faciliter la création d entreprises, notamment en réduisant les barrières administratives en en raccourcissant les délais d enregistrement. Cet objectif s inscrit dans la vision plus large de développement du secteur privé au Mali (cf. Volume II, Annexe 1 des termes de référence de la mission). La mission dans ses termes de référence se tient à l'audit du guichet unique du Mali, c est-à-dire : la mise en place d un centre de formalité des entreprises, opérationnel, visant à faciliter le développement secteur privé productif, l investissement privé et l amélioration du climat des affaires (Annexe 2 : Climat des affaires). Se référant aux textes et décrets antérieurs (CNPI - décret /9-rm du 27 juin 1997 modifiant le décret du 25 janvier 1996), il a été annoncé que, quel que soit le montant de l investissement, les délais de délivrance des autorisations ne peuvent excéder, sous peine d octroi tacite des autorisations d exercer : 15 jours ouvrables pour les décisions ; 30 jours ouvrables pour les arrêtés d agrément au Code des investissements

11 En ce qui concerne la mission, les procédures de formalité des entreprises semblent éloignées des délais d enregistrement annoncés. La source «Doing Business 2008» de l IFC, définit le nombre de procédures et le délai d enregistrement des formalités et les fixe respectivement à 26 jours et à 11 procédures distinctes (cf. Annexe 2, Climat des affaires) Méthode de travail retenue et champs d intervention La réunion de lancement prévue dans les TdR n ayant pu avoir lieu, la mission a organisé des rencontres individuelles avec des parties prenantes dans les administrations concernées, les structures d appui au secteur privé et quelques opérateurs dans la ville (Annexe 6 : liste des rencontres individuelles effectuées durant la mission en octobre 2007). Ces rencontres furent fructueuses et constructives. On rapportera la volonté permanente de dialogue rencontrée avec tous les intervenants pris séparément. L atelier technique initialement prévu s est tenu, à la demande du Modérateur, le 24 avril Il a permis un échange approfondi entre les différentes parties prenantes (Annexe 7 : liste des participants à l atelier du 24 avril 2008) et (Annexe 5, Compte-rendu de l Atelier). Le présent rapport tient compte des remarques formulées par les parties prenantes participantes Définition du Guichet Unique A toutes fins utiles, et afin d orienter les travaux de la mission axés sur «l audit du guichet unique au Mali», les experts ont retenu la définition suivante d un «Guichet unique». Un «guichet unique» est une facilité permettant aux parties impliquées dans la création d une entreprise ou dans ses modifications de déposer des informations et des documents normalisés auprès d un point d entrée unique afin de remplir toutes les formalités officielles liées à l activité économique à développer. Le GU est également une interface permettant aux clients en amont (l administration dans ses différentes formes) et en aval (le secteur privé et les services consulaires du pays) d accéder à des bases de données pouvant être valorisées et produire des informations statistiques exploitables ou pouvant être travaillées. Dans le cadre du guichet unique, les opérateurs et les techniciens délégués chargés de gérer le centre de formalité des entreprises veilleront à ce que les autorités ou les services administratifs participants aient un accès permanent et continu aux informations traitées ou que ces dernières leur soient fournies dans les meilleurs délais au moyen de supports techniques et/ou informatiques adaptés aux spécificités du pays en développement Constats

12 Au cours de la mission d audit, en octobre 2007, les experts ont relevé les faits suivants : Inexistence d un «Guichet unique» opérationnel au sein de l API-Mali, sur le site actuel du CNPI dissous ; Absence de personnel en formation préalable à la mise en place d un centre de formalité des entreprises ; Absence de toute trace d études préalables à la mise en place d un GU à l API. On est en droit de penser que la structure d appui administratif à l entreprenariat au Mali, dont l existence réelle n est pas effective au moment de l enquête, a été mise en place sur volonté politique, de façon prématurée, sans concertation entre les différents ministères et les différentes structures d appui au secteur privé, sans s appuyer sur des efforts de simplification souhaités par le Ministère du Commerce, de l Industrie et de l Economie directement concerné par le projet. L absence d étude préalable a, l expérience acquise le prouvant, pour conséquence de complexifier le parcours administratif de l investisseur. Les raisons des échecs constatés dans différents pays d Afrique sont essentiellement le fruit de manques de communication et de concertation. Ils résultent de la difficulté à centraliser des procédures nombreuses et parfois redondantes, mises en place par une multitude de services ministériels qui tiennent à leurs prérogatives, aux bénéfices et à l autorité qui en découlent

13 2 - STRUCTURES D APPUI AU DEVELOPPEMENT DES ENTREPRISES AU MALI 2.1. Le dispositif d appui des entreprises De 1996 à 2007, de nombreuses structures d appui aux entreprises ont été créées (cf. Volume II, Tableau I : diverses tentatives de GU). Certaines ont été dissoutes, d autres sont en veilleuse, sans que les dysfonctionnements aient été évalués. Durant cette période, comme le montre le tableau (Volume 2, Tableau 2 : formalités exigées dans le cadre de la constitution d un dossier de formalité des entreprises), les procédures administratives ont peu évoluées et, aucune des structures institutionnelles rencontrées à Bamako, dédiées à l appui administratif, n a tenté d apporter la rationalisation administrative, les simplifications attendues ou le rapprochement entre les différentes autorités administratives concernées par la création des entreprises. Aucune de ces structures, à l exception du CFE, n a œuvré dans l optique dynamique d accroître le nombre d entreprises formelles dans le pays Le dispositif institutionnel Le comité de simplification des procédures : En activité depuis une dizaine d années, ce comité interministériel, est dirigé par un groupe de hauts fonctionnaires. Il semble disposer de moyens assez faibles tant en logistique qu en méthodologies. L impact de ses travaux sur le sujet qui nous intéresse ici (les procédures relatives à l enregistrement des entreprises) est fort limité. La refonte profonde et radicale des procédures publiques applicables aux entreprises ne semble pas pouvoir venir de cette entité L Agence foncière (Agence de gestion des zones industrielles ou AZI) Cette agence mixte (Etat, Secteur Privé) est aujourd hui paralysée par des problèmes internes et complexes ne pouvant pas être développés dans le cadre de l audit du Guichet unique. Pour donner une idée de l imbroglio actuel, les titres des terrains gérés par l AZI, n ont jamais quitté la Direction des Domaines ; toutes les aliénations effectuées peuvent donc être réputées nulles. La gestion et la régularisation de ce passif existant feraient partie des compétences attribuées à un service spécifique de l API. Cette situation freinera probablement l essor de l agence, mais n entre pas en ligne de compte dans l étude de la facilité de «Guichet unique» d appui aux procédures d enregistrement administratif des actes des sociétés La cellule d'appui au développement du secteur privé pour la croissance

14 Sur le site du CNPI dissous, dans les locaux existants, les fonctionnaires compétents, en attente de reclassement (probablement dans le cadre de la mise en place l API), gèrent une structure provisoire d appui au secteur privé dans le cadre de la conduite des démarches de formalisation des dossiers des entreprises recourant au bénéfice du code des investissements Le Secteur Privé La CCIM La Chambre de Commerce et de l Industrie du Mali CCIM est un établissement public dont le secrétariat général est nommé par décret. Il semble établi que cette institution n est pas représentative de la multiplicité des secteurs privés nationaux. Au moment de la mission, elle faisait l objet de tensions internes et externes dont la compréhension sort du contexte de la mission. En février 2008, ces tensions étant apaisées, la CCIM a été reconnue en tant que point focal (PSLO) de la Banque mondiale. Elle est et reste l organe de tutelle du CFE, Centre de Formalités des Entreprises, voir ci-après. Ce dernier manque de ressources techniques et financières. Il bénéficie d une totale autonomie de gestion managériale et budgétaire Le Centre de formalités des entreprises (CFE) Le CFE organe sous tutelle de la CCIM a été créé en Il fut instauré comme Guichet Unique en charge de l assistance aux entrepreneurs dans le cadre de l assistance à la formalisation des entreprises maliennes. Cette «facilité», installée dans les locaux de la CCIM, a pour fonction unique d aider les entrepreneurs nationaux individuels à créer leur entreprise. A la suite d amendements légaux et à des tensions diverses qui échappent aux experts, il apparaît que le rôle de cette structure soit limitée depuis 2000 à l appui à la création de TPE. Actuellement, moyennant le paiement d une somme modique, il fournit des statuts-types et procède, au nom de l entrepreneur industriel ou commercial, aux formalités officielles. Ses moyens sont très limités, les saisies et la gestion des archives importantes sont manuelles du fait de l absence de maintenance des programmes informatiques installés par la coopération française dans le cadre d un projet actuellement échu. Compte tenu des conditions de travail, la productivité de l outil est acceptable et le service rendu aux entrepreneurs est apprécié à sa juste valeur. Pour information, on trouvera en annexe la statistique de production du service régulièrement actualisée. (Volume II, Tableau 3 : statistiques de création d entreprise publication CCIM-CFE). On notera encore qu une information de dernière minute obtenue lors de l atelier technique du 24 avril nous informait que des cadres du CFE étaient actuellement en formation en France afin d acquérir le savoir nécessaire à la redynamisation du centre et de ses services aux entrepreneurs Le Centre du Secteur Privé - CSP Le CSP est une structure privée indépendante. Il est né du prolongement des activités du projet d appui au secteur privé PASP qui a fonctionné au Mali de

15 1992 à 2002 dans le cadre d un partenariat entre l Etat, la Banque mondiale et l Association pour la Promotion des Entreprises Privées (APEP). Au terme de ce programme, le CSP a été créé afin de mettre les entreprises dans des conditions de travail favorables en leur offrant un ensemble de services tels que : Un point d attraction pour les associations, Un lieu d archivage documentaire, Un lieu de regroupement des associations et de dialogues, Des salles de réunion pour y stimuler la vie associative, Un lieu de rencontre entre les entreprises et les associations, Un lieu d accès des associations aux services de base (électricité, internet, secrétariat, reprographie, ) Ne bénéficiant d aucune subvention extérieure, le problème majeur du CFE résulte dans le fait qu il s autofinance avec difficulté en réalisant des prestations de service rémunérées. Lors de l enquête effectuée par la mission, le CSP fut la seule structure privée qui fut capable de présenter des objectifs à atteindre planifiés sur une période de 10 ans. Ses objectifs se résument à vouloir être et rester un centre d entreprises, financièrement autonome. Il prévoit de devenir à terme. Un point de convergence pour toutes les organisations professionnelles ; Une structure représentative du secteur privé ; Un partenaire incontournable de l Etat sur les questions relatives au secteur privé ; Un lieu d échange entre les opérateurs privés ; Un pôle d orientation pour les investisseurs et les opérateurs en quête d informations et de services ; Un prestataire de services aux entreprises et aux organisations professionnelles pour le développement de leurs affaires Les services notariaux privés Les études notariales ont repris à leur compte les démarches administratives complètes d enregistrement des entreprises. Leurs actions vont régulièrement au-delà de la rédaction des actes légaux statutaires des entreprises réalisés pour un coût forfaitaire de CFA car ils offrent fréquemment des services complémentaires liés à la réalisation des démarches administratives de création d entreprise qu ils effectuent pour compte de leurs clients. La statistique des entreprises créées par leur intermédiaire sans recourir aux services officiels d assistance à la création d entreprises n est pas disponible. Toutefois, il nous a été rapporté qu on peut tabler sur une moyenne annuelle de 2000 actes notariaux de création d entreprises (principalement, S.a.r.l. et S.A., quelques entreprises unipersonnelles, peu de TPE)

16 2.2. Les structures d appui aux entreprises dans le cadre des formalités d enregistrement L API, analyse de ses statuts et rôles actuels Sauf réforme organisationnelle spécifique à prévoir, l API, ce nouvel EPA statutairement créé par Décret Présidentiel le 26 septembre 2005 sera la réplique des missions confiées antérieurement au CNPI et aux structures d appui à la simplification administrative qui l ont précédé. (Volume II, Tableau 4: Structures d appui à l enregistrement administratif des entreprises au Mali). Ce nouvel établissement public devait être opérationnel depuis plusieurs mois, les divers remaniements ministériels survenus entre temps ont apporté un retard tel que le projet est toujours en gestation au moment de la mission. Aujourd hui, l ordonnance n /P-RM portant création de l API au Mali, ratifiée sous forme de loi du 22 décembre 2005, stipule que l Agence pour la Promotion des Investissements est chargée de diverses activités dont : Accueillir, informer, accompagner et assister les investisseurs nationaux et étrangers dans la réalisation de leurs projets ; Faciliter les procédures et démarches administratives notamment à travers le GU et délivrer et faire délivrer aux investisseurs les autorisations d exercice dans les secteurs d activités conformément à la réglementation en vigueur ; Favoriser la création et le développement des PME et aider au développement de partenariats concrets entre les entreprises maliennes et celles d autres pays ; Assurer le suivi des actions de promotion des investissements, identifier les obstacles et contraintes et proposer aux autorités compétentes les mesures organisationnelles et réglementaires nécessaires pour y remédier Les textes de loi, décrets et ordonnances attestent de l existence de l API et de son GU. Toutefois, l API dont le siège social à Bamako sera probablement localisé au siège du CNPI dissous, n est pas encore opérationnelle, ses organes d administration et de gestion tardent à être mis en place, le personnel administratif et la direction ne sont pas nommés, les stratégies d intervention, les procédures de travail ne sont pas disponibles car elles ne sont pas encore écrites et le planning stratégique est encore inexistant. Et le projet de GU tant souhaité par les autorités et imposé par les structures internationales d appui au développement du Mali, existe seulement en théorie sous une terminologie non explicitée reprise à l alinéa 4 de l article 2 de l ordonnance du 26 septembre 2005 : «Article 2 : L Agence pour la Promotion des Investissements au Mali. Est chargée de faciliter les procédures et démarches administratives notamment à travers le Guichet unique et délivrer

17 ou faire délivrer aux investisseurs les autorisations d exercice dans les secteurs d activité conformément à la réglementation en vigueur» 1 Ayant collationné les différents documents, ordonnances, décrets et lois mis à la disposition de la mission, on constate que le principe de GU souhaité, et même, le principe de l appui à la promotion des investissements au Mali n est que la reconduction d actions initialement initiées auprès de structures similaires, telles que le CNPI initialement construit en remplacement du CAPES, dont les performances furent trop faibles pour garantir la pérennisation des activités d appui à la création des entreprises. Dans sa forme souhaitée, toute chose restant identique, L API, placé sous la tutelle d un ministère différent de celui dont dépendait le CNPI, naît de la récupération administrative d une structure étatique d appui aux entreprises dont les résultats peu convaincants ont amené les bailleurs de fonds à interrompre leur appui et l Etat à la dissoudre. L Agence de Promotion des Investissements API, n a pas une vision claire de la structure organisationnelle qu'elle devrait développer. Elle ne semble pas envisager d organiser son Guichet unique en divers services, l un dédié aux grandes entreprises et l autre en appui aux TPE. Le manque de précisions reçues laisse présumer que, sauf encadrement spécifique, elle pourrait être amenée à reconduire des expériences antérieures dont les résultats ne furent pas efficients ni probants dans le domaine de l'appui aux PME/PMI du Mali. Différents goulots et contraintes organisationnels doivent être levés, à savoir : le management doit être professionnalisé, les services de «promotion des investissements», «l AZI-SA» et de «guichet unique» doivent être structurés et scindés pour répondre à des objectifs spécifiques clairement redéfinis. Le comité de pilotage de l API doit être le reflet d un partenariat dynamique entre le secteur privé et les services administratifs de l'etat. Aujourd hui, il apparaît que son comité décisionnel est basé sur la reconduction des tentatives antérieures de mise en place de structures d appui à la création et à la promotion des entreprises. (Volume II, Tableau 5 : Guichets de formalité des entreprises étude du parallélisme des CA). Sans étude préalable, le modèle organisationnel supposé être développé en lieu et place du CNPI semble s orienter vers la reconduction informatisée d'une plate-forme d'appui administratif. A terme, dans le cadre de l appui à la simplification des formalités administratives des entreprises, le GU et les administrations devraient être 1 Lors de l atelier du 24 avril, il a été fait état de nouvelles ordonnances sur l API et le GU mais nous n avons pas pu obtenir ces documents (ou plutôt on nous a donné à nouveau le décret de 2005). De même, le personnel serait recruté (source CNRM) sauf le Directeur Général

18 interconnectées et un site dédié devrait être mis à la disposition des entrepreneurs. Les opérateurs devraient y trouver le détail des procédures légales d'enregistrement. Ils pourraient y trouver des formulaires vierges téléchargeables et imprimables. Dans un premier temps, ces documents seraient toujours à compléter suivant une procédure manuelle inchangée. Aujourd hui, créer une entreprise nécessite toujours l'acquisition de timbres fiscaux, la légalisation des signatures et l obligation d effectuer des démarches pléthoriques dues à un manque de coordination administrative et dont le nombre risque de s accroître par le recours annoncé à l emploi national du NINA : l'identifiant unique et obligatoire de la DNSI, applicable à toute demande d immatriculation. L agence de promotion des investissements: l API, est appelée à être structurée autour de différentes activités : La promotion des investissements consistant à assurer la promotion d un cadre attractif offert aux investisseurs susceptibles d investir au Mali. Pour ce faire, ce service doit pouvoir promouvoir la bonne gouvernance, la qualité des infrastructures, la stabilité politique, le climat des affaires, les entreprises des filières porteuses dans le pays et les opportunités industrielles et géographiques. Elle sera amenée à promouvoir le pays à l étranger, à inciter des investisseurs locaux ou étrangers et la diaspora malienne à investir dans le pays ; La reprise et la gestion de l agence pour l aménagement et la gestion des zones industrielles ; Le Guichet unique ou GU, lui, est une facilité permettant de gérer au mieux des intérêts des parties impliquées dans la création d une entreprise ou dans ses modifications statutaires, de déposer des informations et des documents normalisés auprès d un point d entrée unique afin de remplir toutes les formalités officielles liées à l activité économique à développer. Le GU est également une interface permettant aux clients en amont (l administration dans ses différentes formes) et en aval (le secteur privé et les services consulaires) d accéder à des bases de données pouvant être valorisées et produire des informations statistiques exploitables ou pouvant être travaillées Procédures identifiées dans le cadre de la conduite des démarches nécessaires à la création d une entreprise Il y a trois manières de créer des entreprises au Mali : a) les sociétés internationales préfèrent utiliser un «package» «clés en mains» offert par les cabinets de notaires et d expertise -comptable (coût : CFA ou +/- 380 Euros hors versement du capital bien entendu)

19 b) les entrepreneurs nationaux /régionaux suivent en majorité le parcours en ONZE étapes cité par le site de la Banque Mondiale - IFC «Doing Business» NB : Sur le site officiel de l investisseur au Mali «http://www.investway.info/e-mali» les onze étapes deviennent vingt-trois (allers et retours compris). c) De nombreux entrepreneurs préfèrent rester dans l anonymat du secteur «informel» où ils créent des entreprises de fait (informelles) ou des TPE soumises uniquement au paiement d une taxe forfaitaire appelée impôt synthétique. Nous avons choisi d auditer partiellement et de recomposer la filière en onze étapes (cf. site «Doing Business». Elle semble importante pour la communauté des entrepreneurs nationaux et régionaux et ce seul fait justifie le choix. Le script des onze procédures simplifié pour le démarrage d une société se présente ainsi : (i) Dépôt du capital (notaire ou banque) (ii) Obtention de l extrait de casier judiciaire (iii) Enregistrement des statuts (notaire) ; paiement des droits (iv) Achat de timbres au Trésor (autorisation d exercer) ; déclaration d existence au Trésor ; déclaration au Tribunal de Commerce ; déclaration à la Direction de la Statistique ; preuve du paiement de la patente (v) Obtention des formulaires et vérification des formulaires au centre de formalités des Entreprises (CFE) (vi) Publication des annonces légales (vii) Demande d un n à la Direction Nationale de la Statistique (viii) Achat de timbres pour l enregistrement, la demande d immatriculation d un employeur et les contrats d embauche (ix) Dépôt de la demande d immatriculation d un employeur et dépôt des bulletins d embauche (INPS) (x) Notification de la direction de l Hygiène et de l Assainissement (xi) Dépôt à la Direction Nationale du Travail d une copie de tous les contrats de travail En principe, enregistrer une entreprise suivant une procédure en onze étapes semble acceptable. Il y a évidemment certaines simplifications qui paraissent s imposer mais dans l ensemble les procédures paraissent fonctionner. De ce point de vue, les choses semblent «normales» Pérennisation des services d appui aux formalités de création des entreprises

20 La pérennisation de l activité du guichet unique reste un point majeur de l appui institutionnel au développement des prestations de service administratif. Une procédure génératrice de revenus ne semble pas avoir été envisagée. Ce point est essentiel car les tentatives de centres de formalité des entreprises créés à l'étranger ont trop souvent échoué du fait de manque de trésorerie. Les ressources insuffisantes du CNPI ne lui ont jamais permis de se développer et d'acquérir les outils qui lui auraient été nécessaires. L absence de ressources propres a certainement constitué un des éléments qui l ont amené à cesser ses activités d appui au secteur privé. Le CFE, quant à lui, ne disposant plus de ressources suffisantes, est réduit à effectuer la gestion manuelle de ses dossiers et de ses données statistiques. Faute de revenus, il ne peut pas assurer la maintenance des progiciels mis à sa disposition. La mission a collationné les données relatives à la pérennisation des actions antérieures et des actions annoncées. Cette étude met en évidence le fait que le financement de l API, tous services confondus, est basé sur la reconduction pure et simple des modalités de financement antérieurement retenues (Volume II, Tableau 6 : Etude comparative et historique des sources de pérennisation prévues). Sans mesures correctives, le projet de GU pourrait probablement s arrêter au terme de l assistance des bailleurs de fonds et, l appropriation du processus par l administration ne pourra être poursuivi dans la durée Plan d action sur la simplification des formalités administratives Il existe bien un plan d action sur la simplification des formalités administratives: le «Plan d action sur la simplification des formalités administratives juin 2006» dont la mission a reçu copie. La lecture de ce plan apparaît comme étant un récapitulatif de faits traitant des procédures appelées à être simplifiées : Au Guichet unique ; Au tribunal de commerce ; Au registre fiscal ; A l immatriculation statistique ; A l agrément des étrangers non conventionnés à l exercice de la profession de commerçant ; A l obtention des visas de séjour ; A l enregistrement de la propriété intellectuelle ; Au Centre de formalité des entreprises CFE de la CCIM ; Au service des douanes ; Dans le cadre de l application des agréments spécialisés ;

21 A l électricité et à l eau ; Aux réseaux de télécommunication de la SOTELMA ; A l accès et à l aménagement des terrains ; Dans le cadre de l application des timbres fiscaux ; Dans le cadre de la rationalisation de la pléthore de pièces justificatives et du besoin de signatures officielles requis pour chaque dossier traité. Le plan d action présenté consiste en une énumération de problèmes identifiés. Sont-ils prioritaires, sont-ils essentiels, des solutions ont-elles déjà été apportées? Aucune minute de réunion du comité de pilotage ne nous ont été présentée. Des ébauches de procédure de simplification élaborées en concertation entre les bénéficiaires du processus (les administrations, la trésorerie de l Etat et le secteur privé) ne semblent pas avoir été ratifiées et être d application à la date de la mission. Des discussions menées, il ne semble pas que les problèmes appelant la simplification documentaire aient fait l objet d une pré-étude menée dans un cadre logique, suivant le principe de la gestion du cycle de projet, de l approche par l arbre des problèmes, et par la mise en place d une réflexion basée sur l arbre des objectifs. Les éléments du plan présenté ne permettent pas d identifier : Les objectifs globaux, L objectif spécifique, Les résultats attendus, Les indicateurs objectivement vérifiables, Les sources de vérification. Ils ne tiennent pas compte des hypothèses qui garantiraient la bonne tenue des objectifs identifiés Le numéro d identifiant national : NINA La mission a également rencontré les services techniques de la DNSI en charge de l implémentation du numéro national d identification. La compétence du service nous a étonnés par sa qualité. Toutefois, des besoins de formation au progiciel ORACLE semblent nécessaires car l équipe, qui teste actuellement l application dans sa forme «Bêta» (phase test) en recourant à ACCESS, devra probablement recruter et former du personnel afin d étoffer ses services. L application nationale ne pourra pas être continuellement traitée par le logiciel Access actuellement utilisé. L enregistrement au fichier NINA pour les personnes morales opérant au Mali prend deux jours et nécessite le passage de l entrepreneur qui doit valider par signature la conformité des informations introduites dans la base de données nationale

22 2.3. Constatations 1) Tenant compte des faits, la mission constate que l API, les structures satellites qui s y rattachent et le GU en particulier s ont appelées à s intégrer dans le cadre légal développé. Ce cadre légal prouve l'intérêt de l'etat pour le développement de l'entreprenariat et de l'investissement au Mali. Malheureusement, les structures opérationnelles nouvellement créées ou existantes, pour des raisons diverses, manquent de capacité opérationnelle et managériale. Aujourd hui, elles ne semblent pas encore être à même de traduire la volonté gouvernementale en stratégie opérationnelle. Dans les faits, les actions et les services prévus semblent être la reconduction d actions antérieures existantes et faiblement modernisées. Elles manquent de pertinence, d'efficacité, d'efficience et d'impact. 2) La première phase de l'intervention a permis de travailler avec des représentants de groupements de grandes entreprises, des grandes entreprises prises individuellement, des administrations et de petites entreprises soutenues dans leurs démarches par le CFE. Ces divers entretiens ont permis de constater l'absence de cahier de revendication des besoins de simplification documentaire, l existence de demandes diverses dispersées reprises partiellement dans un plan d action rédigé par le comité de pilotage du Ministère de la promotion des investissements et des petites et moyennes entreprises : un comité de révision et de simplification documentaire dont les revendications s'expriment sans énergie mobilisatrice. 3) Les professionnels de l'assistance aux entreprises ne prennent pas d'initiative en vue de faire progresser la démarche de simplification administrative. Peut-être se satisfont-ils de la situation actuelle qui maintient intact leur rôle traditionnel et rentable d'intermédiaire dans le cadre de l'enregistrement des personnes morales? 4) Les administrations ne cherchent pas à simplifier leurs procédures, peutêtre dans un but de divergence d'intérêt. Chaque ministère considère ses services trop spécialisés, trop techniques et trop importants pour vouloir apporter des solutions économiques qui pourraient restreindre leur rêve d'autoritarisme et de prestige. 5) Si les administrations et les entreprises rencontrées évoquent à qui mieux les difficultés juridiques et administratives à résoudre, ou dans certains cas des vides juridiques à combler, il apparaît que les travaux d'organisation à conduire ne sont pas abordés de façon efficaces et efficientes. L approche scientifique est absente de toute réflexion qui permettrait de pouvoir évaluer avec des critères indiscutables l'intérêt de telle ou telle solution par rapport à telle autre. La lecture du cahier des revendications du comité de pilotage du Ministère de la Promotion des Investissements et des PME ne permet pas de discuter de l'intérêt d'applications administratives intégrées par rapport au maintien des procédures archaïques faisant appel à un personnel pléthorique justifiant de l importance

23 des chaque ministère impliqué par la gestion des formalités administratives. Rationaliser les services et le personnel administratif par l'utilisation logique de l'outil informatique, en réseau, entraînait probablement une réaffectation d emplois non qualifiés et réduirait le coût de fonctionnement des administrations. Généraliser l'emploi des paiements des droits d'enregistrement et de timbre au moyen de virements bancaires globalisés simplifierait la comptabilisation des paiements des droits et taxes diverses au niveau de la trésorerie de l'etat et réduirait les procédures discrétionnaires supposées qui ont été évoquées Résumé des constats La mission résume son constat en quelques points 1) L'Etat a décidé de reconduire un EPA appelé API, sans inciter les administrations à développer au préalable une stratégie novatrice de réforme institutionnelle. La volonté d'imposer de véritables applications partagées entre les administrations n est pas clairement affirmée. Aucune mesure coercitive n est prévue pour sanctionner les manquements et le manque de coopération entre les administrations. 2) L'API, sans directives spécifiques, semble se construire sur un modèle organisationnel traditionnel et obsolète de mise en place d'une autorité hiérarchique verticale avec maintien de différentes strates d'autorités structurées ; 3) L API et le Guichet unique sont nés d une directive du Ministère du Commerce, de l Industrie et de l Economie. Les autres ministères concernés par la simplification des formalités d enregistrement des entreprises doivent être parties prenantes du projet. Faute de dialogue, le projet tardera à se développer et sera confronté à de nombreuses résistances qui freineront son essor et nuiront à son expansion. 4) Les différentes administrations rencontrées manifestent de profondes réticences hiérarchiques face au partage de compétences et des données qu'aucun département n'ose aborder de front. Les négociations qui pourraient déboucher sur un projet coopératif ne sont pas engagées. A titre d'exemple, on citera la rivalité entre les administrations au niveau de l'emploi du code NINA et du maintien des codifications en vigueur au ministère des finances; 5) Le GU ne disposera pas d une responsabilité juridique établie. Le GU sera simplement un service de l API dont les statuts d EPA ont déjà été publiés et dont le management fait l objet d une nomination ministérielle ; 6) De la confusion persiste entre la notion de guichet unique administratif ouvert à tout entrepreneur, le guichet unique d'appui aux grandes entreprises, et le guichet unique d'appui à l'accès au bénéfice du code des investissements;

24 7) Le projet API ignore sciemment les structures d'appui au secteur privé existantes qui pourraient être intégrées au projet et garantir la revalorisation d'activités génératrices d'emplois publics ou privés existants Impact des manquements et carences constatées L'impact de ces carences structurelles dans la politique d'implantation de l'api se traduit par les faits suivants relevés au cours de la mission d octobre Administrativement L'API administrativement constituée, n'existe pas dans les faits ; Le CNPI dissous exerce les fonctions de " GU " d'accès au bénéfice du code des investissements par le biais d une structure administrative provisoire constituée en «Cellule d'appui au développement du secteur privé pour la croissance» ; Le site du CNPI dissous est toujours actif sur le Web ; Le CFE, un réel guichet unique, obsolète dans son organisation et limité dans son champ d'intervention, reste la seule structure centralisatrice des démarches administratives pour l'entrepreneur privé ; Des prestataires de service privés réalisent les démarches administratives pour compte de tiers et moyennant le paiement de frais conséquents ; Le projet de GU à l'api ne tient pas encore compte des pouvoirs des administrations régionales nées de la décentralisation; Le service statistique NINA de la DNSI est constitué et la compétence de l'équipe " Test " est indéniable. Il est et restera une entité administrative distincte et indépendante Opérationnellement L'API n'est pas opérationnelle et aucune disposition stratégique n'a été définie pour lui permettre de travailler avec efficience et lui permettre d'atteindre des objectifs utiles et mesurables pour le développement du tissu économique du pays. Le CNPI est dissout. La Cellule d'appui au développement du secteur privé pour la croissance est un service transitoire capable de rendre des services classiques aux entreprises dans le cadre des procédures d'accès au code des investissements et dans le cadre de l'obtention des autorisations d'exercer. Le CFE dispose du personnel nécessaire à son fonctionnement interne et à la prestation de service au secteur privé Le service statistique NINA de la DNSI est opérationnel et capable de traiter correctement les données actuellement traitées sous la forme de test ; Le personnel des différentes structures publiques ou privées dédiées à l'appui aux entreprises manque de formation managériale et technique et les cadres rencontrés manquent de leadership reconnu. Le Guichet unique de formalité des entreprises, élément totalement intégré à l'api, n'est pas opérationnel et les réflexions menées avec les parties

25 prenantes du projet n'ont pas permis de percevoir la vision nationale et claire du rôle de ce service ni d identifier des méthodes de travail arrêtées Méthodologie et codes de gestion du GU Aucune des structures visitées ne dispose de méthodologies de travail écrites tant au niveau De l'organisation interne des services ; De l'accueil des clients ; De la valorisation statistique des travaux effectués ; Du traitement de l'archivage des dossiers traités composés de divers documents authentifiés. Le GU, qui n a pas de personnalité juridique propre, ne semble pas disposer de ligne de crédit dédiée lui permettant de mettre en place ses services spécifiques indépendamment des fonds attribués à l API. Aucun contrat «MOU - Mémorandum of Understanding» n'est signé avec les différents services administratifs concernés par les procédures administratives à centraliser au GU; La politique de pérennisation du projet qui, à terme, deviendra autonome, n'est pas développée. En résumé, dans le cadre d'un appui au développement d'un secteur privé dynamique répondant à un besoin national, il semble nécessaire de créer l'agence de Promotion des Investissements ou de moderniser une structure existante et d'envisager des services locaux régionaux. Les méthodes de travail et de gestion, toujours inexistantes, sont à concevoir, le plan stratégique doit être développé et la formation du personnel de l agence et de ses services satellites doit être formé et encadré par une assistance technique extérieure. La décision ministérielle répond à un besoin national. On déplore toutefois l'absence ou l'insuffisance d'études préalables, et le manque de concertations régionales. Ces carences augurent de l'échec prévisible du projet. Il lui manque la force de l'innovation, l'appropriation des parties prenantes et du personnel. La simplification administrative des procédures de création d'entreprises confiée à un comité de sages, tarde à devenir une réalité. La mise en place de l'api et de son GU basés sur la création de nouveaux postes administratifs et techniques est retardée suite à divers remaniements ministériels et par un recours difficile à des nominations au sein de l'administration publique. On notera encore que la mise en place d'un guichet unique ne peut à lui seul générer de l'intérêt majeur pour l'appel à l'investissement formel productif. Tenant compte des simulations pouvant être générées par le programme " simulator " disponible sur le site de " Doing Business " on constate que l'amélioration des procédures et l'amélioration du délai de création des entreprises permet de gagner facilement plusieurs places dans l'ordre du classement des pays ordonnés suivant le classement de la Banque mondiale

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX

WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX WP2.13.1-3.012 VALIDATION MEETING DATED XX XX XX TITRE Requérant Contribution au projet régional de facilitation des affaires dans l espace UEMOA «eregulations UEMOA» - Phase 2 Commission UEMOA Durée du

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14

JORF n 0024 du 28 janvier 2012. Texte n 14 Le 30 janvier 2012 JORF n 0024 du 28 janvier 2012 Texte n 14 DECRET Décret n 2012-100 du 26 janvier 2012 relatif à l immatriculation des intermédiaires en opérations de banque et en services de paiements,

Plus en détail

Mission jeunes entreprises

Mission jeunes entreprises Mission jeunes entreprises proposée par les experts-comptables www.entreprisecreation.com Le site des experts-comptables dédié à la création d'entreprise Pourquoi une? En vue de contribuer au développement

Plus en détail

Article 2 : L Agence Emploi Jeunes est placée sous la tutelle du Ministre chargé de la Promotion de la Jeunesse et de l Emploi des Jeunes.

Article 2 : L Agence Emploi Jeunes est placée sous la tutelle du Ministre chargé de la Promotion de la Jeunesse et de l Emploi des Jeunes. PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ----------- DECRET N DU PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE L AGENCE NATIONALE POUR L INSERTION ET L EMPLOI DES JEUNES,

Plus en détail

Rapports du Corps commun d inspection

Rapports du Corps commun d inspection COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Vingt et unième réunion Point 3.5 de l ordre du jour provisoire EBPBAC21/6 31 octobre 2014 Rapports du Corps commun d inspection

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)"

Rapport spécial n 1/2004 5e PC (1998 à 2002) Rapport spécial n 1/2004 "5e PC (1998 à 2002)" Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (1998-2002)

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Réf.: 25_2014/SEA/120514 COMMUNICATION SUR LES REFORMES D AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES, FOCUS DOING BUSINESS NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 +usiness 2015

Plus en détail

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine

Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine CAS D'EXPÉRIENCE Commission de l Union Economique et Monétaire Ouest Africaine Présentation du cas d expérience de la Commission de l UEMOA relatif au Projet de renforcement des capacités en matière de

Plus en détail

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur.

ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. ARRÊTE N 01/0096/MINESUP DU 07 Décembre 2001 Fixant les Conditions de Création et de Fonctionnement des Institutions Privées d Enseignement Supérieur. LE MINISTRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR, VU la Constitution

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises

UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE. Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises UTILISATION RATIONNELLE DE L ENERGIE Procédure 2014 d intervention auprès des entreprises 1 OBJECTIFS Permettre aux entreprises de réaliser des investissements dans une démarche globale et structurée comprenant

Plus en détail

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT

TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT TERMES DE REFERENCES POUR LE RECRUTEMENT D UN CONSULTANT DIAGNOSTIC DE L INNOVATION ET DE L ETAT DE LA VALORISATION DES RESULTAS DE LA RECHERCHE AU SENEGAL 1/8 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION Levier essentiel

Plus en détail

# 07 Charte de l audit interne

# 07 Charte de l audit interne Politiques et bonnes pratiques # 07 de l audit Direction générale fédérale Service Redevabilité & Qualité Janvier 2015 Approuvé par le Comité des audits Juin 2013 Approuvé par le Directoire fédéral Juillet

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015

NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Réf.: 25_2014/SEA/120514 AMELIORATION DE L ENVIRONNEMENT DES AFFAIRES EN COTE D IVOIRE NOTE DE PRESENTATION DES REFORMES 2014, FOCUS DOING BUSINESS 2015 Pour une Règlementation SMART de l Environnement

Plus en détail

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie)

Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Termes de Référence Evaluation Intermédiaire Programme d Appui à la Société Civile en Tunisie (PASC Tunisie) Composante géré par EPD Introduction Le Programme d'appui à la Société Civile en Tunisie (PASC

Plus en détail

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02

Direction générale PROGRAMME PRINCIPAL 02 PROGRAMME PRINCIPAL 02 WO/PBC/4/2 page 33 Direction générale 02.1 Cabinet du directeur général 02.2 Conseiller spécial et commissions consultatives 02.3 Supervision interne Résumé 61. La propriété intellectuelle

Plus en détail

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours

Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Les métiers de l assistanat Evolutions Compétences - Parcours Neuf pôles d activité La majorité des assistantes ont des activités couvrant ces différents pôles, à des niveaux différents, à l exception

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA

ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA 1 APPEL D OFFRES ACCOMPAGNEMENT A LA CERTIFICATION ISO 9001 DE L AGENCE POUR LA RECHERCHE ET L INNOVATION EN CHAMPAGNE-ARDENNE - CARINNA JUILLET 2013 2 1. OBJET DE L APPEL D OFFRE Réalisation d un accompagnement

Plus en détail

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION

CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION 1. PREMIER VOLET : LA RECONNAISSANCE DU STATUT D ENTREPRISE D INSERTION CADRE DE RECONNAISSANCE ET DE FINANCEMENT DES ENTREPRISES D INSERTION Le cadre de reconnaissance et de financement des entreprises d insertion comporte deux volets le premier volet comprend les éléments

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES

ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES ROYAUME DU MAROC COUR DES COMPTES Synthèse du rapport relatif au contrôle de la gestion de L Office marocain de la propriété industrielle et commerciale (OMPIC) Janvier 2016 SYNTHESE Présentation L Office

Plus en détail

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES

BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES BTS Assistant de manager(s) LES FINALITES PROFESSIONNELLES 1 FINALITÉ 1 Soutien à la communication et aux relations internes et externes L assistant facilite la communication à tous les niveaux (interpersonnel,

Plus en détail

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE,

LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, REPUBLIQUE DU NIGER DECRET N 2001-220/PRN/MC/PSP PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE MINISTERE DU COMMERCE ET DE du 23 novembre 2001 LA PROMOTION DU SECTEUR PRIVE Portant création, attributions et organisation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC

LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC o CONVENTION DE PARTENARIAT POUR LA CREATION D UN CENTRE D'EXCELLENCE FRANCO xxxxxxxxxxxx DE FORMATION AUX METIERS DE XXXXXXXXXX LETTRE de MISSION d EXPERT sur le PROJET XXXXXXX XXXXX DREIC A) MISSION

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

Systèmes et réseaux d information et de communication

Systèmes et réseaux d information et de communication 233 DIRECTEUR DES SYSTÈMES ET RÉSEAUX D INFORMATION ET DE COMMUNICATION Code : SIC01A Responsable des systèmes et réseaux d information FPESIC01 Il conduit la mise en œuvre des orientations stratégiques

Plus en détail

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu.

L'entretien est conduit par leur supérieur hiérarchique direct et donne lieu à l'établissement d'un compte rendu. RAPPORT AU CSFPT SUR L APPLICATION DE L ARTICLE 76-1 DE LA LOI N 86-54 DU 26 JANVIER 1984 PORTANT DISPOSITIONS STATUTAIRES RELATIVES A LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE Bilan de l expérimentation de la

Plus en détail

Séminaire de validation de l EDIC actualisée

Séminaire de validation de l EDIC actualisée Séminaire de validation de l EDIC actualisée Le climat des affaires, les institutions et l environnement économique Bamako, 3 et 4 avril 2015 Environnement des affaires 1/5 L intégration à l économie mondiale

Plus en détail

25,2 millions d'euros.

25,2 millions d'euros. PREFECTURE DE LA REGION AUVERGNE AVIS D'APPEL PUBLIC A LA CONCURRENCE Pour la sélection d'un opérateur financier chargé de la gestion d'un fonds de participation européen régionalisé financé principalement

Plus en détail

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC

Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC EUROPEAID/ 119860/C/SV/multi LOT N 11 REQUEST N Termes de Référence Spécifiques Mission de monitoring du Projet d Appui à l Intégration Régionale en Afrique Centrale - PAIRAC 1 ANTECEDENTS : La Communauté

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

Appel à projet 2015. D5 : Mobilisation des employeurs : O.S. 2 3.9.1.2

Appel à projet 2015. D5 : Mobilisation des employeurs : O.S. 2 3.9.1.2 F O N D S S O C I A L E U R O P E E N Appel à projet 2015 Le Conseil général du Finistère lance un appel à projet pour l année 2015 afin de financer avec l aide des crédits du Fonds Social Européen des

Plus en détail

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez

Choisissez un pôle d activité ou un profil et cliquez Organisation et planification des activités du service Gestion des ressources matérielles Gestion et coordination des informations Relations professionnelles Rédaction et mise en forme de documents professionnels

Plus en détail

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation

Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation S implanter au Maroc : Quelle forme juridique choisir? Pour son implantation au Maroc, une société dispose de plusieurs choix d organisation juridique. Ces choix ont des conséquences sur les plans juridique,

Plus en détail

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels

Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Sfax le 26/03/2014 Demande de manifestation d intérêt auprès de consultants individuels Objet : Formation d administrateurs en audit qualité interne Pièces jointes : Termes de références de la formation.

Plus en détail

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015

Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 INSTRUCTION n 2015-25 du 6 mars 2015 Lancement de la campagne Entretien Professionnel (EP) 2015 Emetteurs : Direction des Ressources humaines et des Relations sociales - Direction du Développement RH Correspondants

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT

Programme détaillé BTS COMPTABILITE ET GESTION DES ORGANISATIONS. Objectifs de la formation. Les métiers DIPLÔME D ETAT Objectifs de la formation Le Brevet de Technicien Supérieur de Comptabilité et Gestion des Organisations est un diplôme national de l enseignement supérieur dont le titulaire, au sein des services administratifs,

Plus en détail

la séparation totale des activités des postes et télécommunications;

la séparation totale des activités des postes et télécommunications; LE CADRE GENERAL D ASSISTANCE PAR CONSULTANTS POUR L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN CADRE LEGAL APPROPRIE POUR LE SECTEUR DES TELECOMMUNICATIONS CONTEXTE GENERAL Le Gouvernement [PAYS] a adopté,

Plus en détail

Projet du Code de l Investissement

Projet du Code de l Investissement République Tunisienne Ministère du Développement, de l Investissement et de la Coopération Internationale Projet du Code de l Investissement Version préliminaire 22 mai 2015 Article1premier. TITRE PREMIER.

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit

Impact sur l emploi, les métiers et les compétences Observatoire des Métiers de l Expertise comptable du Commissariat aux comptes et de l Audit EXPERTISE COMPTABLE (1/3) Les cabinets de grande taille sont affectés par des évolutions similaires à celles qui touchent les cabinets de petite taille. Cette page reprend la description donnée pour les

Plus en détail

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE

PROJET D APPUI A LA SOCIETE CIVILE ET A LA RECONCILIATION NATIONALE RÉPUBLIQUE TOGOLAISE MINISTÈRE AUPRES DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE, CHARGE DE LA PLANIFICATION DU DEVELOPPEMENT ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE UNION EUROPÉENNE FONDS EUROPÉEN DE DÉVELOPPEMENT PROJET

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures.

La finalité de cet appel à projet est de favoriser la fluidité des parcours en augmentant la capacité d accompagnement de ce type de mesures. Cahier des charges de l appel à projet lancé par le Conseil général pour la création de 0 places de PEAD (placement éducatif à domicile) dans le département du Finistère I - identification des besoins

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT D UN SPECIALISTE EN GESTION FINANCIERE BURKINA FASO ----------------------------- MINISTERE DE LA JEUNESSE, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DE L EMPLOI PROJET EMPLOIS DES JEUNES ET DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES AU BURKINA FASO (PEJEDEC/BF)

Plus en détail

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE

Manuel Qualité. de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Manuel Qualité de l'agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur PRÉSENTATION GÉNÉRALE Finalité et gestion du manuel qualité Déclaration de politique qualité Organisation et responsabilités

Plus en détail

GOUVERNEMENT DU YUKON

GOUVERNEMENT DU YUKON GOUVERNEMENT DU YUKON Politique 1.7 MANUEL D ADMINISTRATION GÉNÉRALE VOLUME 1 : POLITIQUES MINISTÉRIELLES GÉNÉRALES TITRE : POLITIQUE SUR LES SERVICES EN FRANÇAIS ENTRÉE EN VIGUEUR: 12 mai 1994 DERNIÈRE

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165

Affaires générales Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 165 COORDONNATEUR D ADMINISTRATION GÉNÉRALE Code : ADM01 Coordonnateur d administration générale FPEADM01 Il organise, coordonne et supervise le

Plus en détail

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique,

Sur le rapport conjoint du ministre de l'habitat et de l'urbanisme, du ministre des travaux publics et du ministre de l'hydraulique, Décret n 83-135 du 19 février 1983 portant obligation pour toutes les entreprises publiques privées nationales intervenant dans le cadre du bâtiment, des travaux publics et de l'hydraulique, de détenir

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004

Inspection générale de l administration de l éducation nationale et de la recherche (IGAENR), Paris, 6 juillet 2004 Gestion des actions indirectes de RDT relevant du cinquième programme-cadre (5e PC) en matière de recherche et de développement technologique (RDT): 1998-2002 Inspection générale de l administration de

Plus en détail

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE

ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE ATELIERS «MISE EN ŒUVRE DE L ENTRETIEN PROFESSIONNEL» MARDI 15 ET JEUDI 17 SEPTEMBRE 2015 SYNTHESE I. PRESENTATION GENERALE DES ATELIERS II. SYNTHESE DE CHAQUE ATELIER (identification des idées fortes)

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL

L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL L ENTREPRENEUR INDIVIDUEL A RESPONSABILITE LIMITE E.I.R.L. UN NOUVEAU STATUT JURIDIQUE ET FISCAL 1. POURQUOI? Ce nouveau statut vient répondre à la principale préoccupation des entrepreneurs en nom propre

Plus en détail

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur

Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Conseil supérieur de la construction et de l efficacité énergétique Règlement intérieur Vu le décret n 2006-672 du 8 juin 2006 relatif à la création, à la composition et au fonctionnement de commissions

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 20 du 3 mai 2013 TEXTE SIGNALE

BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES. Edition Chronologique n 20 du 3 mai 2013 TEXTE SIGNALE Conforme à l'original produit; Début du texte, page suivante. BULLETIN OFFICIEL DES ARMEES Edition Chronologique n 20 du 3 mai 2013 TEXTE SIGNALE ARRÊTÉ portant organisation de l agence de reconversion

Plus en détail

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne

Direction Générale des Douanes et Droits Indirects. Programme des épreuves. Concours d inspecteur des douanes interne Direction Générale des Douanes et Droits Indirects Programme des épreuves Concours d inspecteur des douanes interne CONCOURS INTERNE Analyse, parmi plusieurs sujets proposés, d un dossier sur l organisation,

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

AGENCE EMPLOI JEUNES

AGENCE EMPLOI JEUNES Avis de recrutement pour le poste d ADMINISTRATEUR Administrateur via cet appel à candidature. Assurer la planification, l organisation, la coordination, le contrôle et la mise en œuvre de l ensemble des

Plus en détail

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE DU BENIN. Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE SECRETARIAT PERMANENT DU CONSEIL PRESIDENTIEL DE L INVESTISSEMENT REFORMES DU GOUVERNEMENT DU BENIN VISANT L AMELIORATION DU CLIMAT

Plus en détail

Expertise. Prestations comptables et fiscales :

Expertise. Prestations comptables et fiscales : Pour le PCG (plan, générale, comptable), la comptabilité est définie comme un système d organisation de l information financière. La comptabilité est un outil qui fournit, après traitement approprié, un

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER

TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN VUE D ASSISTER 128, Boulevard du 13 janvier BP : 2704 Lomé Togo Tél. : (228) 22 21 68 64 Fax. : (228) 22 21 86 84 bidc@bidc-ebid.org www.bidc-ebid.org TERMES DE REFERENCE POUR LA SELECTION D UN CABINET D EXPERTISE EN

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES

TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES TERMES DE REFERENCE SPECIFIQUES ELABORATION D UNE STRATEGIE ET D UN PLAN DE FORMATION POUR LA MISE EN OEUVRE DE LA REFORME DES FINANCES PUBLIQUES FCW BENEFICIAIRES 2009 LOT N 11 : Macro économie, Statistiques,

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

L entretien professionnel annuel (EPA)

L entretien professionnel annuel (EPA) INSTRUCTION n 2012-43 du 21 février 2012 L entretien professionnel annuel (EPA) Emetteurs : DGA RH Direction gestion des carrières et politique de rémunération Correspondants : Marie BALLAND Isabel IBANEZ

Plus en détail

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA

PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ---------------- LA COMMISSION ------------ PROGRAMME DE RESTRUCTURATION ET DE MISE A NIVEAU DE L INDUSTRIE DES ETATS MEMBRES DE L UEMOA Page 1 sur 15 SOMMAIRE

Plus en détail

Simplifier vos projets d avenir

Simplifier vos projets d avenir Simplifier vos projets d avenir FINANCEMENT Ouvrir à nos clients l accès aux marchés de capitaux publics et privés par le biais de formules innovatrices d emprunt et de recapitalisation. S O L U T I O

Plus en détail

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 %

CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % CIRCULAIRE N 2007-42 DU 10 JUILLET 2007 RELATIVE A LA MAJORATION DU PRET A 0 % devant être publiée au Bulletin Officiel du ministère chargé du Logement La loi n 2006-872 du 13 juillet 2006 portant engagement

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER

REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Fédération Française de Canoë-Kayak 87 quai de la Marne 94340 Joinville le Pont Cedex REGLEMENT INTERIEUR DE LA FEDERATION FRANCAISE DE CANOË-KAYAK ANNEXE 4 : REGLEMENT FINANCIER Sommaire Article I. Objet...3

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône»

APPEL A PROJETS. «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» APPEL A PROJETS «Accompagnement renforcé vers l emploi des bénéficiaires du RSA du département du Rhône» PROJET BENEFICIANT DU CONCOURS DU FONDS SOCIAL EUROPEEN Préalable L appel à projets décrit ci-après

Plus en détail

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce

Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Politique de soutien aux entreprises MRC de La Nouvelle Beauce Préparé par : Pour : 1 Table des matières 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE... 2 2. CLIENTÈLES ADMISSIBLES... 2 3. LES SERVICES OFFERTS... 3 3.1

Plus en détail

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra

Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de l Inra Direction de l Innovation et des Systèmes d Information Systèmes informatiques Cahier des charges pour la réalisation d une enquête de satisfaction des utilisateurs de l informatique institutionnelle de

Plus en détail

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63

PRESENTATION. HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 PRESENTATION HR Excellium Tél : 03/88/15/07/63 Zone aéroparc2 Contact : M Jean-Claude REBISCHUNG 3 rue des Cigognes Email : info@hrexcellium.fr 67960 Strasbourg-aéroport Site web : www.hrexcellium.fr (en

Plus en détail

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable

Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Aide régionale à l'investissement des entreprises artisanales en faveur d'une démarche de développement durable Action financée par le Conseil Régional d'ile-de-france - Retrouvez les dispositifs d aides

Plus en détail

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE»

«LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» «LE DEFI DE L'OPTIMISATION DES REGIES FINANCIERES AU SERVICE DE L'ECONOMIE IVOIRIENNE» I. Introduction II. Définitions des notions clés III. Optimisation des régies financières IV. Conclusion INTRODUCTION

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : ERNI1408943D Intitulé du texte : projet de décret relatif à la mise à disposition du public, pour un usage de réutilisation, d informations publiques

Plus en détail

REGLEMENT N 10/2008/CM/UEMOA RELATIF AUX CONDITIONS D AGREMENT ET D EXERCICE DES COMMISSIONNAIRES EN DOUANE

REGLEMENT N 10/2008/CM/UEMOA RELATIF AUX CONDITIONS D AGREMENT ET D EXERCICE DES COMMISSIONNAIRES EN DOUANE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- LE CONSEIL DES MINISTRES REGLEMENT N 10/2008/CM/UEMOA RELATIF AUX CONDITIONS D AGREMENT ET D EXERCICE DES COMMISSIONNAIRES EN DOUANE

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE 22.2.2014 Journal officiel de l Union européenne C 51/3 III (Actes préparatoires) BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE AVIS DE LA BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE du 19 novembre 2013 sur une proposition de directive du

Plus en détail

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER.

Rappel du PARCOURS DE LA BOURSE D ALGER. Journée de restitution des Travaux relatifs a la Reforme du Marché Financier Intervention du Directeur National du Projet de la Reforme du Marché Financier en Algérie Messieurs les ministres, les PDG des

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES

LE MINISTRE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SECONDAIRE, DE LA FORMATION TECHNIQUE ET PROFESSIONNELLE, DE LA RECONVERSION ET DE L'INSERTION DES JEUNES CABINET DU MINISTRE ARRETE ANNEE2013w336 IMESFT~StDI%A

Plus en détail

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager

Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager Catalogue des cours en BTS Assistant de Manager MATIÈRES 1 ère année de formation 2 ème année de formation Horaire ECTS Horaire ECTS Culture générale et expression 60 h 4 60 h 4 Langue vivante A : Anglais

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L AGRICULTURE, DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Décret n o 2015-215 du 25 février 2015 relatif aux conditions et modalités d agrément des groupements

Plus en détail