L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative"

Transcription

1 L Absorption Atomique Haute Résolution à Source Continue, la nouvelle alternative

2 Méthodes pour l analyse élémentaire SAA une méthode bien établie depuis plus de 45 ans Simplicité peu d interférences Robustesse Faible coût d achat Faible coût de revient mais!! Méthode mono élément Utilisation de lampes HCL spécifique Analyse multi éléments peu adaptée Correction du bruit limitée

3 Le développement d un nouvel appareil demande des motivations Nous avons besoin de plus d informations! La correction du bruit est incomplète, mais pourquoi? Dans le cas d interférences spectrales, nous ne pouvons voir que le résultat, mais pas la raison. Aussi l optimisation des paramètres de la méthode pour éviter les interférences est délicate.

4 Source de radiation SAA Classique La source de radiation est assurée par une lampe à Cathode Creuse (HCL) La Cathode contient l élément à analyser SAA-HR-SC La source de radiation est assurée par une lampe Xénon à micro arc Couvre la gamme spectrale complète de 190 à 900 nm Détermination de plus de 67 éléments avec une seule lampe

5 Source de radiation Comparaison des différentes source de radiation Radiance [W / cm 2 sr nm] As Zn Pb Cd Au Pb Ag A B C 1E W avelength [nm ] Source: High-resolution continuum source AAS Welz,Becker-Roß,Florek,Heitmann A Lampe Xénon à micro arc, XBO 301, 300 W, (GLE Berlin), Mode Point Chaud B Lampe Xénon, L 2479, 300 W, (HAMAMATSU), Mode diffusion C lampe Deutérium, MDO 620, 30 W, (HERAEUS)

6 Lampe Xénon mode Point Chaud Le spectre d émission de la lampe couvre l ensemble du domaine spectrale utile en Absorption Atomique ( nm) Prêt pour l Analyse : de chaque élément à chacune des longueurs d ondes immédiatement disponible

7 Manipulation simple et sécurisée La lampe Xénon est protégée dans un logement spécial

8 L Atomiseur en SAA-HR-SC Flamme Four Graphite Transversal Cellule de Quartz

9 Le système optique en SAA-HR-SC Haute Résolution Spectrale : λ/ λ > (pm - gamme) Longueur de focale: f 400 mm

10 Double Monochromateur Echelle : Fente d entrée (fixe) 2: Miroir parabolique 3: Prisme montage Littrow 5 4: fente intermédiaire (variable) 5: Réseau Echelle montage Littrow 6: Détecteur CCD 2 2 ISAS Berlin

11 Résolution Spectrale SAA Classique SAA-HR-SC Résolution La Résolution est donnée par le profile d émission de la lampe HCL La Résolution est donnée par la Haute Résolution du monochromateur Prisme pour une pré séparation de la lumière Réseau Echelle pour une Haute résolution spectrale

12 Résolution Spectrale SAA Classique / SAA-HR-SC SAA Classique : Spectre d émission Triplet du Manganèse (Mn) 279, 4817 nm 279, 8269 nm 280, 1085 nm SAA-HR-SC : Spectre d Absorption 1,0 Résolution x1000 supérieur à l Absorption Atomique Classique Absorption 0,7 0,5 0,2 0,0 279,3 279,4 279,5 279,6 279,7 279,8 279,9 280,0 280,1 280,2 280,3 W e lle n lä n g e (n m )

13 Haute Résolution : Interférences spectrales Elément Lambda (nm) Interférence Spectrale Lambda (nm) Différence λ (pm) Se Fe As Fe Zn Fe Cd As Fe Ni Fe Sn Pb Fe Mn Fe Cu Fe Al Fe

14 Haute Résolution : Interférences spectrales Interférence entre le Pb / Fe à 217,0005 nm

15 Principe de la stabilisation en longueur d onde Intensity Analyte line λ Une correction active en de la position du réseau est faite à partir des lignes d émission du Néon Correction automatique complète à chaque mesure Neon Pas de décalage du spectromètre λ

16 Le détecteur CCD Nouvelle technologie de Détection 512 Pixels = 512 détecteurs 512 Pixels sont illuminés et lus simultanément et indépendamment. 200 pixels sont utilisés pour l analyse 200 détecteurs indépendants!

17 Les Corrections Type de perturbation Dérive de la lampe Émission Thermique Absorption non Spécifique Correction en SAA Classique Optique double faisceau Séquentielle Modulation de la lampe Séquentielle Correction du Bruit de Fond Séquentielle Correction en SAA-HR-SC Pixels de Référence Simultanée Pixels de Référence Simultanée Pixels de Référence Spectre de Référence Simultanée

18 Les Corrections La SAA-SC-HR nous ouvre une 3eme dimension, nous pouvons en savoir plus! - Nous pouvons voir facilement les interférences rences spectrales - Nous pouvons facilement éviter les interférences rences spectrales - Nous avons maintenant un moyen très s puissant pour corriger ces interférences rences spectrales

19 Corrections des effets éphémères Enregistrement d un spectre référence Spectre de la structure NO sur la ligne du Zn à 213,857 nm Blanc: 1% HNO 3 1% HNO mg/l Zn

20 Corrections des effets éphémères Enregistrement d un spectre référence Spectre de la structure NO sur la ligne du Zn à 213,857 nm Le spectre du Zn corrigé de bruit structurel du NO

21 Adaptation dynamique de la sensibilité Besoin de plus de sensibilité? Le nombre de détecteurs (Pixel) peut être facilement modifiable : 1 pixel Abs 3 pixels Abs Sensibilité augmentée d un facteur x2.6 5 pixels Abs Sensibilité augmentée d un facteur x3.3

22 Plus d éléments sont possibles

23 Détermination des éléments non métalliques grâce aux lignes d absorption moléculaires (Phosphore, Souffre, Fluore, Chlore, ) PO - A band Absorbance PO - D band PO - B band OH OH Wavelength / nm Échantillon: 5 % H 3 PO 4, Spectre d absorption Haute Résolution (ARES)

24 Encore plus d informations Informations Spectrales obtenues par SAA-HR-SC Plus d information qu en AA Classique Facilité de développement Meilleure précision des Résultats Plus d information sur l échantillon V 318 nm 0,41 nm Spectre d Énergie Spectre d Absorption Spectre d Absorption/Temps

25 Encore plus d informations Le rêve devient réalité avec le SAA-HR-SC Maintenant nous pouvons vraiment voir ce qu il y a dessous la ligne

26 Continuum Source AAS CS AAS SAA-HR-SC qu est ce que c est? - Une seule lampe pour tous les éléments - Analyse multiéléments réelle - Correction du bruit de fond simultanée - Enregistrement de spectre de référence - Informations spectrale de l échantillon - Plus grande plage de linéarité - meilleures limites de détection - Utilisation facilité - Faible coût d utilisation L AA-HR-SC!! La combinaison des avantages de l AA Classique et de l ICP OES. L outil parfait entre l AA Classique Et l ICP OES!!

27 SAA-HR-SC Applications sur les ContrAA 300 Flamme et ContrAA 700 Four

28 Détermination du Soufre dans le vin Détermination du Soufre: Une première en AA

29 Détermination du Soufre en utilisant la bande d absorption moléculaire CS dans les échantillons de vins Échantillons: Vin rouge Vin 1: Angelo Cremaschi 2003 Cabernet Merlo (13.5% Vol) Vin 2: Domaine de Gazel 2000 Minervois (12.0% Vol) Vin 3: Cabernet Sauvignon 2004 Récolte (12% Vol) Vin 4: Senorio del Aguila 1998 (13% Vol) Préparation des échantillons: Pour une oxydation complète du soufre, on ajoute 5 ml HNO3 (conc.) avec 10 ml de H2O2 30% dans 250 ml de vin.

30 Détermination du S en utilisant la bande d absorption moléculaire CS Paramètres de la méthode

31 Détermination du S en utilisant la bande d absorption moléculaire CS Calibration Standards: 100, 200, 300, 400, 500 mg/l S préparésdans 1.5 % HNO3 et 15% Vol EtOH C o g/l R DL g/l

32 Détermination du S en utilisant la bande d absorption moléculaire CS Spectre d Absorption Echantillon Echantillon ppm S

33 Détermination du S en utilisant la bande d absorption moléculaire CS Résultats

34 Analyse d une solution très visqueuse de sucre (mélasse) par AA Haute Résolution à Source Continue

35 Détermination de 7 éléments dans une solution très concentrée en sucre avec une seule préparation d échantillon L échantillon est utilisé pour la fermentation, et se présente sous la forme d un liquide très visqueux de couleur marron foncé Problèmes pour les utilisateurs d AA classique: Les éléments à analyser sont : Ca, Mg, Na, K, Cu, Fe et Pb Les éléments ont des concentrations très différentes la présence de sucre concentré provoque un encrassement rapide voir un blocage du brûleur Les éléments requirent une préparation d échantillon diférente l Analyse prend beaucoup de temps et demande beaucoup de préparation Tous ces problèmes sont éliminés par l utilisation de d une AA HR-SC

36 AA Classique: Préparation de l échantillon Solution d échantillon mère: 0.5 g d échantillon + 2 ml HCl dilué jusqu à 100 ml Calcium (Ca): 2 ml de solution mère diluée dans du KCl à 0.1% jusqu à 50 ml Potassium (K): 0.5 ml de solution mère diluée dans du LaCl3 à 0.1% jusqu à 100 ml Magnésium (Mg): 2 ml de solution mère diluée dans du LaCl3 à 0.1% jusqu à 50 ml Fer (Fe): 10 ml de solution mère diluée dans du CaCl2 à 0.2% jusqu à 50 ml Sodium (Na): 0.5 g d échantillon + 2 ml HCl dilué dans du KCl à 0.1% jusqu à 50 ml Plomb (Pb): 0.5 g d échantillon + 1 ml HCl dilué dans du HNO3 à 0.1% jusqu à 50 ml Cuivre (Cu): 5.0 g d échantillon + 2 ml HCl dilué jusqu à 100 ml (Solution X) puis prendre 10 ml de solution X diluée dans du HNO3 à 1% jusqu à 50 ml

37 Préparation de l échantillon AA Haute résolution à Source Continue Une préparation uniforme de l échantillon pour tous les éléments (x7) 1.5 g d échantillon + 5 ml HCl dilué dans du LaCl3 à 0.2% jusqu à 100 ml

38 Paramètres de la méthode des longueurs alternatives sont utilisées en fonction des concentrations, certaines de ces longueurs d ondes ne sont pas disponibles avec des lampes à cathode creuse standards.

39 Paramètre de la méthode Un nombre différent de pixels du détecteur sont utilisés en fonction des concentrations

40 Calibration multi-éléments Calcium mg/l Cuivre mg/l Fer 4-12 mg/l Potassium mg/l Magnésium mg/l Sodium 5-20 mg/l Plomb 1-5 mg/l

41 Spectre d Absorption des éléments Ca Cu Fe K Mg Na

42 Résultats élément Concentration mg/kg RSD % Calcium 4205 ± Magnésium 1126 ± Potassium ± Sodium 182 ± Fer 179 ± Cuivre 8.9 ± Plomb 0.82 ±

43 Détermination direct du Se dans le sang total

44 Détermination direct du Se dans le sang total Le Se est connu comme un élément pouvant prévenir du cancer et protéger le coeur, le système sanguin et immunologique contre le vieillissement prématuré La dose journalière de Se recommandée est de µg Sa détermination dans le sang totale est préférable à celle dans le sérum car cela permet de prendre en compte le Se intracellulaire

45 Difficultés rencontrées: Détermination direct du Se dans le sang total la concentration du Se dans le sang total est généralement < 100 µg/l - La dilution de la matrice est au maximum de 1:2 Le sang total contient une grande concentration de protéine - cela provoque la formation de carbone et son accumulation dans le four graphite Le sang total contient plusieurs formes de Phosphore - cela provoque rapidement un bruit structurel difficile à corriger Le sang total contient une grande concentration en Fer - le Fer interfère avec le Se La matrice très concentrée provoque un signale de correction élevé - la calibration par la méthode des ajouts est nécessaire Les lampes HCL classiques ne sont pas suffisamment puissantes - dans beaucoup de cas l utilisation de Super lampes est requise

46 Préparation de l échantillon Détermination direct du Se dans le sang total Dilution: 1 part de sang Total dans une part de diluant Dilution de la solution: 0.5 % HNO 3 dans 0.01 % de Triton X-100 Modifieur: 0.1 % Pd in 0.05 % Mg(NO 3 ) 2 Calibration Méthode de Calibration : Méthode des ajouts dosés Concentration : 10, 20, 30, 40, 50 µg/l Se

47 Détermination direct du Se dans le sang total Optimisation des températures du Four graphite Température de Pyrolyse: 1050 C Température d Atomisation: 2300 C Rouge: Signal de Correction Bleu: Signal d Absorption

48 Détermination direct du Se dans le sang total Calibration par les ajouts dosés R2(adj) Pente Char. conc Abs/µg/L µg/l/1%a

49 Programme Thermique Détermination direct du Se dans le sang total OXYGEN OXYGEN Le programme thermique contient des étapes de pyrolyse sous oxygène pour brûler la partie organique de la matrice de l échantillon

50 Détermination direct du Se dans le sang total PO 4 O 2 Abs. en fonction du temps Rouge: signal de correction Bleu: signal du Se dans le sang Spectre de l échantillon Le signal du Se semble correcte, mais nous ne voyons pas toutes les interférences provoquées par la matrice du sang total

51 Détermination direct du Se dans le sang total Spectre de Correction OXYGENE PHOSPHATE PALADIUM FER

52 Détermination direct du Se dans le sang total Spectre après correction Signal d absorption en 2D Signal d absorption en 3D

53 Détermination direct du Se dans le sang total Résultats échantillon Concentration Référence Certifiée µg/l µg/l Sang A 135 ± 12 Sang B 152 ± 15 Recipe 218 ±

54 Détermination du Thallium (Tl) dans les sédiments marins

55 Détermination du Thallium dans les sédiments marins : Problèmes Interférences non spectrales : - Le Thallium forme des composés très volatiles en présence de Chlore (TlCl) Interférences Spectrales : - La présence de fer tend à augmenter l absorbance du Thallium dû à une superposition partielle des absorptions ( Tl et Fe nm) - La présence de soufre vient perturber le Tl par la bande d absorption moléculaire SO2 (bruit structurel)

56 Détermination du Thallium dans les sédiments marins Programme du Thermique du four Graphite

57 Développement de la méthode et optimisation Champ 3D de L absorbance/longueur d onde/temps pour l échantillon de sédiments marins PACS 2 Avant correction Correction entièrement automatique des fluctuations de la source, et correction du bruit de fond à chaque temps d acquisition réalisées instantanément et simultanément par des pixels de référence

58 Développement de la méthode et optimisation Fe Tl Spectres obtenus après correction de l absorbance du Thallium, ainsi que les structures fines d absorption Moléculaires et atomiques obtenues à 2400 C Les mêmes spectres à 2000 C

59 Développement de la méthode et optimisation Fe? Tl Spectre résiduel d absorption pour l échantillon de sédiments marins PACS 2 obtenu à 2000 C Spectre d excitation du SO 2 obtenu à 1650 C pour 10 µg de KHSO 4

60 Développement de la méthode et optimisation Spectre de l échantillon PACS 2 obtenu après la correction du bruit de fond par la technique des moindres carrés en mode linéaire pour le bruit structurel

61 Résultats Échantillons Valeurs de référence [µg/g] BCSS HISS MESS MESS MESS PACS SRM 1646a <0.5 ICP-MS [µg/g] ContrAA [µg/g]

62 Détermination du Bismuth (Bi), du Sélénium (Se) de l Antimoine (Sb) et du Thallium (Tl) dans des échantillons d acier en utilisant le système d introduction directe de Solide dans le Four graphite

63 Analyse d échantillons Solide Échantillon Solide Échantillon Solide Broyage, Pesée Broyage, Pesée Décomposition Analyse de l échantillon solide Dilution Analyse de l échantillon liquide

64 Tableau des Éléments possibles en analyse directe sur solide Li Be B Na Mg Al Si K Ca Ti V Cr Mn Fe Co Ni Cu Zn Ga Ge As Se Rb Sr Mo Ru Rh Pd Ag Cd In Sn Sb Te Cs Ba La Ir Pt Au Hg Tl Pb Bi Pr Sm Eu Gd Dy Ho Er Tm Yb Lu <1ppb 1-10ppb > 10ppb Impossible

65 Introduction Les impuretés comme le Plomb (Pb), le Bismuth (Bi), ou l Antimoine (Sb) affectent les propriétés de l Inox : - Propriétés Mécaniques, (l acier devient fragile, se cassant ou se fendillant) - Propriétés de la surface (formation de cloques, corrosion) L effet du Bi (15 ppm) dans de l inox après le laminage a chaud Valeurs limites des teneurs en Pb et de Bi dans l acier - Pb < 10 ppm - Bi < 1 ppm Une méthode analytique de routine rapide et précise est nécessaire pour contrôler l acier pendant sa transformation afin de garantir un produit final de très haute qualité

66 La technique classique, la mise en solution liquide Digestion en utilisant de l eau régale (1 g d acier + 15mL d eau régale 100 ml) Analyse en utilisant un four graphite traditionnel - Technique demandant beaucoup de temps de préparation - problèmes de détection, dus aux effets de dilution, et de la correction - Méthode de dosage par ajout nécessaire - La matrice devient volatile, (augmentant le niveau du bruit, Zeeman nécessaire) - Le Bi, Se et Tl sont peu sensibles en correction Zeeman

67 Analyse en solution : signal de correction du Bi par Zeeman ZEEnit 650 ZEEnit ng de Bi Abs ng de Bi dans 200 µg de matrice acier - Abs Le signal de correction est d un facteur x2 A cause du signal de correction, l utilisation d ajout de standard est requise!

68 Paramètres analytique de l analyse solide avec SAA-HR-SC Paramètres Se Sb Tl Bi Pixels Lambda (nm) Fenêtre (nm) Temp. de Pyrolyse C Temp. d Atomisation C Rampe d Atomisation C/s Temp. de Nettoyage C

69 Système d analyse directe sur Solide

70 Signaux 2D et 3D de l atomisation Se Sb

71 Signaux 2D et 3D de l atomisation Tl Bi

72 Courbes de Calibration m 0 (pg/1%abs = 90,5 R m 0 (pg/1%abs = 48,3 R m 0 (pg/1%abs = 87,3 R m 0 (pg/1%abs = 47,8 R 0.997

73 Résultats contraa 700 Échantillon Conc. [mg/kg] Valeurs de Référence Conc. [mg/kg] Se Sb Tl Bi IARM 188A 0,62 NBS 898 1,91 BCS 345 0,41 BCS 356 8,18 IARM 188A 1.15 BCS 345 3,78 IARM 188A 0,81 BCS 346 2,00 BCS ,0 N=5 0,71 2,0 < 0,5 9,0 1,10 < 2,0 0,90 2,0 11,8

74 Merci de votre Attention

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme.

Méthode A : dosage du cadmium, chrome, cobalt, cuivre, plomb, manganèse, nickel et zinc par spectrométrie d absorption atomique avec flamme. S-II-2.1V1 DOSAGE DES ELEMENTS METALLIQUES EN TRACE DANS LES EXTRAITS À L EAU RÉGALE : MÉTHODE PAR ABSORPTION ATOMIQUE AVEC FLAMME ET ATOMISATION ÉLECTROTHERMIQUE (AAS/GF) 1. Objet Dosage des éléments

Plus en détail

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux

Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux Apport de l'analyse multiélémentaire associée à une démarche de qualité pour la résolution de problèmes environnementaux R. Losno, Professeur, Université Paris 7 Denis-Diderot, LISA EECA - EUROFINS Alan

Plus en détail

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE

SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE Chapitre IV SPECTROMETRIE D ABSORPTION ATOMIQUE I INTRODUCTION La spectrométrie d absorption atomique (AAS) est une technique décrite pour la 1 ère fois par Walsh (1955). AAS étudie les absorptions de

Plus en détail

Chimie Générale-CH101 Tableau de classification périodique de Mendeleïev

Chimie Générale-CH101 Tableau de classification périodique de Mendeleïev Tableau de classification périodique de Mendeleïev 1 2 Tableau de classification périodique de Mendeleïev s p H Li Na Be Mg Non métal (ou métalloïde) Métal He B C N O F Ne Al Si P S Cl Ar K Rb Cs Ca Sr

Plus en détail

Page 1 C04 Ecriture des Réactions Chimiques.odt. Classification des atomes. 27 Co. 28 Ni. 29 Cu. 45 Rh. 46 Pd. 47 Ag. 77 Ir. 78 Pt.

Page 1 C04 Ecriture des Réactions Chimiques.odt. Classification des atomes. 27 Co. 28 Ni. 29 Cu. 45 Rh. 46 Pd. 47 Ag. 77 Ir. 78 Pt. 2005-2006 Page 1 C04 Ecriture des Réactions Chimiques.odt C4 ECRITURE DES RÉACTIONS CHIMIQUES Je dois savoir Ce qu est un atome et une molécule Les formules de quelques molécules et atomes La masse est

Plus en détail

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010

QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société. Dîner Débat, 28 octobre 2010 QUEL FUTUR POUR LES METAUX? Raréfaction des métaux : Un nouveau défi pour la société Dîner Débat, 28 octobre 2010 Avant-propos «Les richesses naturelles sont inépuisables, car sans cela nous ne les obtiendrions

Plus en détail

SpectraPURE IC/ICP/ICP-MS

SpectraPURE IC/ICP/ICP-MS SpectraPURE IC/ICP/ICP-MS étalons de calibration multi-éléments 99.999% Produits sources, si disponible, tracés NIST SRM s Salle blanche, ASTM Type 1, Eau 18 Megohm ultra low TOC (

Plus en détail

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière

Chapitre IX: Propriétés des gaz IX.1 Etats de la matière Nature des gaz IX.1 Etats de la matière Solide : - volume et forme déterminée - empilements denses de molécules qui ne se déplacent pas Interactions décroissantes entre molécules Liquide : -volume déterminé

Plus en détail

4. Conditionnement et conservation de l échantillon

4. Conditionnement et conservation de l échantillon 1. Objet S-II-3V1 DOSAGE DU MERCURE DANS LES EXTRAITS D EAU RÉGALE Description du dosage du mercure par spectrométrie d absorption atomique de vapeur froide ou par spectrométrie de fluorescence atomique

Plus en détail

Fournitures pour spectroscopie AA

Fournitures pour spectroscopie AA 237 Fournitures pour spectroscopie aa Des lampes à cathode creuse haute performance, des tubes au graphite haute densité pour fours et une gamme complète d étalons de calibration et de modificateurs de

Plus en détail

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins

Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Méthode automatisée de dosage colorimétrique du dioxyde de soufre total dans les vins Marc DUBERNET* et Françoise GRASSET* Laboratoire DUBERNET - 9, quai d Alsace - 11100 Narbonne France 1. Objet Méthode

Plus en détail

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE)

Dossier de validation de l analyse multiélémentaire dans les liquides de migration suite au contact avec des ustensiles métalliques (CoE) P. : 1/11 Table des matières 1 Processus de validation...1 2 Validation...2 2.1 Exactitude...2 2.1.1 Critère d acceptation :...2 2.1.2 Résultats :...2 2.1.3 Conclusion :...5 2.2 Fidélité...5 2.2.1 Critère

Plus en détail

Face à la raréfaction des métaux : croissance verte ou low tech?

Face à la raréfaction des métaux : croissance verte ou low tech? Friday Lunch Meeting Face à la raréfaction des métaux : croissance verte ou low tech? Philippe Bihouix 26 juin 2015 1 Abondance des éléments dans la croûte terrestre Réserves base en milliers de tonnes

Plus en détail

La classification périodique

La classification périodique Chapitre 3 : UE1 : Chimie Chimie physique La classification périodique Pierre-Alexis GAUCHARD Agrégé de chimie, Docteur ès sciences Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble -

Plus en détail

Françoise Berthoud

Françoise Berthoud Françoise Berthoud Francoise.Berthoud@grenoble.cnrs.fr www.ecoinfo.cnrs.fr Nantes Greendays 2016 Source : orange Eléments Poids en g Aluminium (Al) 24,76 Cuivre (Cu) 22,39 Fer (Fe) 20,72 Graphite 5,49

Plus en détail

Journée de Formation Scientifique en Spectrométrie Atomique (C01) L ICP-MS Haute résolution Element II. Le 1 er avril 2008

Journée de Formation Scientifique en Spectrométrie Atomique (C01) L ICP-MS Haute résolution Element II. Le 1 er avril 2008 Journée de Formation Scientifique en Spectrométrie Atomique (C01) L ICP-MS Haute résolution Element II The world leader in serving science Le 1 er avril 2008 Jean-Luc CAZAUDUMEC Responsable Produits ICP

Plus en détail

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme Travaux Pratique Chimie Analytique Semestre d hiver 1999 Julien Hutin Laurent Beget Alexandre Myalou Etude de Ca 2+ par absorption atomique avec flamme et Dosage de Cd 2+ par absorption atomique sans flamme

Plus en détail

Certificat d analyse Première publication : décembre 2007 Version : décembre 2007

Certificat d analyse Première publication : décembre 2007 Version : décembre 2007 Certificat d analyse Première publication : décembre 2007 Version : décembre 2007 WMS-1a Matériau de référence certifié : sulfure massif contenant de l or et des éléments du groupe platine Tableau 1 -

Plus en détail

Application à l astrophysique ACTIVITE

Application à l astrophysique ACTIVITE Application à l astrophysique Seconde ACTIVITE I ) But : Le but de l activité est de donner quelques exemples d'utilisations pratiques de l analyse spectrale permettant de connaître un peu mieux les étoiles.

Plus en détail

Chimie Les symboles atomiques

Chimie Les symboles atomiques Chimie Les symboles atomiques Aluminium Al Chlore Cl Magnésium Mg Rubidium Rb Antimoine Sb Chrome Cr Manganèse Mn Sélénium Se Argent Ag Cobalt Co Mercure Hg Silicium Si Argon Ar Cuivre Cu Molybdène M Sodium

Plus en détail

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE

FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE FORMATION ASSURANCE QUALITE ET CONTROLES DES MEDICAMENTS ISO/IEC 17025 Chapitre 5 : EXIGENCES TECHNIQUES QUALIFICATION DES EQUIPEMENTS EXEMPLE : SPECTROPHOTOMETRE UV/VISIBLE Nicole GRABY PA/PH/OMCL (07)

Plus en détail

l ECONOMIE CIRCULAIRE

l ECONOMIE CIRCULAIRE En route vers l l ECONOMIE CIRCULAIRE Par Benoît de Guillebon, 1 Un constat : Nous vivons dans un monde fini Le changement climatique La fin de l économie pétrole La raréfaction des ressources naturelles

Plus en détail

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices :

Chapitre 02. La lumière des étoiles. Exercices : Chapitre 02 La lumière des étoiles. I- Lumière monochromatique et lumière polychromatique. )- Expérience de Newton (642 727). 2)- Expérience avec la lumière émise par un Laser. 3)- Radiation et longueur

Plus en détail

PHYSICO-CHIMIE (4 points)

PHYSICO-CHIMIE (4 points) La calculatrice est autorisée. Un document-réponse est à rendre avec la copie. Deux feuilles de papier millimétré sont nécessaires PHYSICO-CHIMIE (4 points) 1 ) Comment définit-on l'énergie de première

Plus en détail

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA)

Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Rapport de TP Phytochimie : Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA) Di Pascoli Thomas Mouton Julia (M1 S2 VRV) I) Introduction L eau minérale Contrex est connue pour être riche en minéraux, notamment

Plus en détail

Chapitre 3 : Formules chimiques

Chapitre 3 : Formules chimiques Chapitre 3 : Formules chimiques Objectifs L élève doit être capable! de définir la notion de valence,! de déduire du T.P.E. la valence d un élément appartenant aux groupes principaux,! d établir les formules

Plus en détail

solid AA Directe. Rapide. Simple.

solid AA Directe. Rapide. Simple. solid AA Directe. Rapide. Simple. Spectrométrie AAS d analyse directe des solides Innovation intelligente pour l analyse rapide et précise Alors que les méthodes conventionnelles utilisées dans l analyse

Plus en détail

BGU - MAU IMA Métallogramme Atomique Urinaire

BGU - MAU IMA Métallogramme Atomique Urinaire BGU - MAU IMA Métallogramme Atomique Urinaire Patient : yyyyyyyyyy Examen demandé par : xxxxxxxxxxxxxx N dossier abcde Date de naissance 00.00.0000 macro-s principaux (ppm) carence normal excès Antériorité

Plus en détail

La Classification Périodique des éléments

La Classification Périodique des éléments La Classification Périodique des éléments I - Notion d'élément chimique. Atome : noyau (protons + neutrons) entouré d'électrons Numéro atomique Z : protons (id. électrons) Nombre de masse A : protons +

Plus en détail

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE

S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE S-II-1V2 EXTRACTION DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACE (ETM) SOLUBLES DANS L EAU RÉGALE 1. Objet Méthode pour l extraction des éléments en traces présents dans les sols (y compris les sédiments), les matières

Plus en détail

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS

Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies. Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Plongez dans une nouvelle dimension : la qualité et l efficacité réunies Spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS Qualité et fonctionnement économiques Le nouveau spectrophotomètre DR 6000 UV-VIS offre des performances

Plus en détail

Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc

Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc SurTec 680 LC Chromiting basse teneur en cobalt Passivation en couche épaisse pour Zinc et alliages de zinc Propriétés Liquide concentré à base de chrome trivalent. Meilleure protection anticorrosion que

Plus en détail

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i

A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i A FER ET ALLIAGES FERREUX (CRM-RM) A3-1 Aciers non alliés MASSIF IRSID -1- C S i M n P S Cr M o N i Massifs divers Epaisseur mini 30 IRS1636 0,47 0,40 0,78 0,029 0,037 (0,060)... 0,092 Acier non allié

Plus en détail

L'analyse élémentaire en "routine"!

L'analyse élémentaire en routine! L'analyse élémentaire en "routine"! Christophe Cloquet SARM- CNRS Basé à Vandoeuvre-lès-Nancy dans le Centre de Recherches Pétrographiques et Géochimiques (CRPG) UMR7358 Le SARM, comme le CRPG font parties

Plus en détail

Traçabilité des vins : du contenu au contenant par l analyse élémentaire & isotopique en ultra-traces

Traçabilité des vins : du contenu au contenant par l analyse élémentaire & isotopique en ultra-traces Traçabilité des vins : du contenu au contenant par l analyse élémentaire & isotopique en ultra-traces Sylvain Bérail Olivier F.X. Donard Ekaterina Epova Christophe Pécheyran Julien Malherbe Bernard Medina

Plus en détail

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE

ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE TP ANA3 INSA DE ROUEN Laboratoire de chimie analytique ABSORPTION ATOMIQUE DE FLAMME : DETERMINATION DE LA TENEUR EN CUIVRE ET FER DANS DE L HUILE DE VIDANGE Les huiles lubrifiantes sont cruciales pour

Plus en détail

Résumé. Introduction

Résumé. Introduction Résumé Dans cette expérience, nous nous sommes familiarisés avec deux différentes techniques. La première méthode consiste à la spectrophotométrie d émission atomique qui permet de doser le Na + et le

Plus en détail

Métaux dans les produits pharmaceutiques ICH-Q3D & EP &USP

Métaux dans les produits pharmaceutiques ICH-Q3D & EP &USP Métaux dans les produits pharmaceutiques ICH-Q3D & EP &USP Les impuretés métalliques dans les substances et produits à usage pharmaceutiques. Du test limite S 2- Mesures quantitatives Etat de l'art et

Plus en détail

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification

Tableau 1. Limites de quantification pour les différents métaux. Elément Limite de quantification E-II-1.2.2V1 DOSAGE DES ÉLÉMENTS MÉTALLIQUES EN TRACES DANS LES EAUX MÉTHODE PAR SPECTROMÉTRIE DE MASSE AVEC PLASMA INDUIT PAR HAUTE FRÉQUENCE (ICP-MS) 1. Objet : Dosage des éléments suivants dans l'eau

Plus en détail

Métrologie de l environnement

Métrologie de l environnement Métrologie de l environnement Méthodes d analyse de l arsenic au laboratoire Patrick Thomas Département Eaux & Environnement Institut Pasteur de Lille L arsenic L arsenic appartient au groupe Va de la

Plus en détail

La spectrophotométrie

La spectrophotométrie Chapitre 2 Document de cours La spectrophotométrie 1 Comment interpréter la couleur d une solution? 1.1 Décomposition de la lumière blanche En 1666, Isaac Newton réalise une expérience cruciale sur la

Plus en détail

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques»

«Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière Bécancour et outils géochimiques» Colloque «les eaux Souterraines du Québec» UQAC, Chicoutimi, 14 Octobre 2010. Groupe de Recherche Interuniversité sur les Eaux Souterraines. «Vulnérabilité de l'eau souterraine du bassin de la rivière

Plus en détail

Techniques de Spectrométrie Atomique. Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse

Techniques de Spectrométrie Atomique. Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse Techniques de Spectrométrie Atomique Absorption Atomique Flamme Absorption Atomique Four Graphite Emission ICP-OES Spectrométrie ICP-Masse Comparatif Quelle technique choisir? Auteur : B. Faivre Date d'édition

Plus en détail

S-II-4V3 : DOSAGE DU CHROME(VI)

S-II-4V3 : DOSAGE DU CHROME(VI) 1. Objet S-II-4V3 : DOSAGE DU CHROME(VI) Cette procédure a pour objet de décrire le dosage du Cr(VI) dans les sols (y compris les sédiments), les matières utilisées sur ou dans les sols et les déchets.

Plus en détail

U.E. LC 101 : Introduction à la Chimie. Durée de l'épreuve : 2 heures.

U.E. LC 101 : Introduction à la Chimie. Durée de l'épreuve : 2 heures. 1 Université Pierre-et-Marie-Curie Session de juin 2006 U.E. LC 101 : Introduction à la Chimie Durée de l'épreuve : 2 heures. Seules les calculatrices de type "collège" (non programmables et non graphiques)

Plus en détail

Test en Cuve LCK 555 DBO 5 /DBO [n]

Test en Cuve LCK 555 DBO 5 /DBO [n] ATTENTION NOUVEAU! La date d édition actuelle se trouve dans le mode opératoire ou l évaluation. Veuillez vous reporter au chapitre Remarque (voir plus bas). Test en Cuve Principe Détermination de la demande

Plus en détail

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX (PARTIE MATÉRIAUX MÉTALLIQUES) Prof. J. Lecomte- Beckers

PHYSIQUE DES MATÉRIAUX (PARTIE MATÉRIAUX MÉTALLIQUES) Prof. J. Lecomte- Beckers PHYSIQUE DES MATÉRIAUX (PARTIE MATÉRIAUX MÉTALLIQUES) Prof. J. Lecomte- Beckers PHYSIQUE DES MATÉRIAUX Prof. Jacqueline Lecomte-Beckers Département A&M Service de Sciences de Matériaux Métalliques Bat.

Plus en détail

ESSAIS INTERLABORATOIRES SOLS ET INTRANTS

ESSAIS INTERLABORATOIRES SOLS ET INTRANTS ESSAIS INTERLABORATOIRES SOLS ET INTRANTS A15 Analyses de terres 15a Sols frais 24 Matières fertilisantes minérales A38a Boues, Sédiments, Sols Physico chimie A38b Boues, Sédiments, Sols Micropolluants

Plus en détail

Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard

Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard Formation continue experts et laboratoires «sols» Problématiques liées à la mise en œuvre du CWEA Audrey Joris, Benoît Renard Jambes 25 novembre 2014 1 Décret Sol : Application des procédures du CWEA Décret

Plus en détail

Examen de maturité 2013 AIDE-MÉMOIRE DE CHIMIE

Examen de maturité 2013 AIDE-MÉMOIRE DE CHIMIE Examen de maturité 2013 AIDEMÉMOIRE DE CHIMIE Acides et bases (calculés à partir des pk a ) ph d un acide fort : ph d un acide faible : ph = log C a ph = ½ pk a ½ log C a ph d une base forte : ph = 14

Plus en détail

LES IONS : Mise en évidence de l état ionique

LES IONS : Mise en évidence de l état ionique LES IONS : Mise en évidence de l état ionique I - Rappel de la structure d une molécule ( exemple : l eau ) La molécule d eau est formée Représentation de la molécule : Formule brute :... Formule développée

Plus en détail

Spectroscopie d émission atomique

Spectroscopie d émission atomique Année Universitaire : 2010 / 2011 Spectroscopie d émission atomique Réalisé par demoiselles: Chadia BOUCHEFRA. Meryem MIMI. 1 PLAN: INTRODUCTION Spectroscopie d émission atomique: Définition. Avantages.

Plus en détail

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse

Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie de masse Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 203 Mét. ICP-MS Détermination des métaux dans l eau : méthode par spectrométrie d émission au plasma d argon et détection par spectrométrie

Plus en détail

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons

RAPPORT D'ANALYSE. IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ. Conservation de vos échantillons IDRA ENVIRONNEMENT Mr Guillaume DEBRIL La Haye de Pan 35170 BRUZ RAPPORT D'ANALYSE Page 1/5 N Ech Matrice Référence échantillon Observations 001 Sol S1-0-0,5 m 002 Sol S2-0-0,5 m (116) 003 Sol S3-0-0,5

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

SCP SCIENCE www.scpscience.com. Fournitures Absorption Atomique

SCP SCIENCE www.scpscience.com. Fournitures Absorption Atomique Fournitures Absorption Atomique 95 SCP SCIENCE propose une gamme complète de consommables pour la Spectrométrie d Absorption Atomique (SAA), telle que des Lampes à Cathode Creuse haute performance en format

Plus en détail

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles

Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles Février 2012 Prévisions des eaux de drainage & programme d essai de lixiviation des métaux: pratiques actuelles CONFIDENTIEL Sommaire Mise en contexte sur DMA / LM Objectifs du programme de DMA / LM Composantes

Plus en détail

Viandes, poissons et crustacés

Viandes, poissons et crustacés 4C la Tannerie BP 30 055 St Julien-lès-Metz F - 57072 METZ Cedex 3 url : www.techlab.fr e-mail : techlab@techlab.fr Tél. 03 87 75 54 29 Fax 03 87 36 23 90 Viandes, poissons et crustacés Caractéristiques

Plus en détail

Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue

Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue Compte rendu de la campagne d échantillonnage des eaux souterraines et de surface au Lac Tee, Témiscamingue Présenté à l Association des riverains du lac Tee Par : Daniel Blanchette Eric Rosa Vincent Cloutier

Plus en détail

PlasmaQuant PQ 9000. High-Resolution Array ICP-OES

PlasmaQuant PQ 9000. High-Resolution Array ICP-OES PlasmaQuant PQ 9000 High-Resolution Array ICP-OES PlasmaQuant PQ 9000 L ICP-OES le plus puissant est arrivé. PlasmaQuant PQ 9000 combine la robustesse de la technologie haute résolution et un design révolutionnaire.

Plus en détail

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07

ELSOLD Barres et lingots. ELSOLD Barres et lingots (alliages avec plomb) Barres et lingots (avec plomb) 07 ELSOLD Barres et lingots La miniaturisation croissante, des exigences plus strictes en ce qui concerne la fiabilité à long terme des produits électroniques complexes, des composants et des caractéristiques

Plus en détail

LE PLOMB ET LE SATURNISME

LE PLOMB ET LE SATURNISME LE PLOMB ET LE SATURNISME De la recherche aux actions de réduction des expositions 29 Janvier 2015, Paris 29 Janvier 2015, Paris Les méthodes de mesure développées pour le projet Plomb-Habitat Barbara

Plus en détail

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées»

Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» 30/04/10 Prolongation d utilisation des sources scellées «périmées» Arrêté du 23 octobre 2009 portant homologation de la décision n 2009 DC 0150 du 16/07/09 de l ASN définissant les critères techniques

Plus en détail

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée

CORRIGE. Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Partie Observer : Ondes et matière CHAP 04-ACT EXP Spectroscopie UV-Visible CORRIGE Objectifs : Exploiter des spectres UV-visible pour caractériser et doser une espèce colorée Problématique : Un sirop

Plus en détail

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique

Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Limites instrumentales dans l analyse des verres par sonde ionique Marc Chaussidon CRPG-CNRS, Nancy Laboratoire de sonde ionique (laboratoire national INSU-CNRS) (chocho@crpg.cnrs-nancy.fr) http://www.crpg.cnrs-nancy.fr/sonde/intro-sonde.html

Plus en détail

Examen Méthodes spectroscopiques 2

Examen Méthodes spectroscopiques 2 16 décembre 2010 Examen Méthodes spectroscopiques 2 Durée 2 h Calculatrice et tables spectroscopiques (fournies en début d année) autorisées Exercice 1 (3 pts 10min) Il est possible de doser simultanément

Plus en détail

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides

Chimie Troisième - Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Chapitre 2 : Conduction des liquides Massy Solution conductrices 16 p 60 : Vrai ou faux? Répondre aux affirmations suivantes par vrai ou faux et corriger les affirmations fausses.. 1. Toutes les solutions

Plus en détail

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone

Carbone. Carbone. Paramètres : Carbone Carbone Carbone Carbone En dehors des nombreux procédés qui ont déjà largement progressé en matière d élimination de l azote et des phosphates, la fonction principale d une station d épuration réside dans

Plus en détail

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800

Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Spectrophotomètre double faisceau modèle 6800 Double faisceau avec optiques parfaitement stables. Bande passante 1,5 nm. Logiciel de navigation Jenway Flight

Plus en détail

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197

Registre STS Numéro d accréditation : STS 0197 Norme internationale : ISO/CEI 17025:2005 Norme suisse : SN EN ISO/CEI 17025:2005 ABL Analytics SA Rue Victor-Helg 18 2800 Delémont Responsable : Responsable SM : Blaise Allemann Lucas Costato Téléphone

Plus en détail

Que deviennent nos déchets électroniques?

Que deviennent nos déchets électroniques? www.ecoinfo.cnrs.fr Que deviennent nos déchets électroniques? Françoise Berthoud CNRS Alternatiba, Grenoble, 26 septembre 2015 Avec mes remerciements à Philippe BIHOUIX (présentation métaux, 23 avril 2015)

Plus en détail

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES

LA MESURE DE MASSE POUR LA DÉTERMINATION DE PÉRIODES RADIOACTIVES LA EURE DE AE POUR LA DÉTERINATION DE PÉRIODE RADIOACTIVE CEA ACLAY, DEN/DAN/DPC ervice d Études Analytiques et de Réactivité des urfaces Laboratoire de développement Analytique Nucléaire Isotopique et

Plus en détail

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen

Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen ULB Rapport de chimie analytique : Dosage des métaux dans une pièce de 10 Yen Par Hancisse Olivier, Huon Alice, Sintobin Olivier, Straus Joanne et Wambé Patrick Etudiants en Bioingénieur 3/10/2010 [Type

Plus en détail

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO

ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO ANALYSE DE L HYDRATATION DE LA PEAU AVEC LE SPECTROPHOTOMETRE PROCHE INFRAROUGE PORTABLE LABSPEC PRO Présentation Introduction I. Matériel et Méthode II. Résultats III. Discussion Comparaison avec d autres

Plus en détail

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE

TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE TP 2: LES SPECTRES, MESSAGES DE LA LUMIERE OBJECTIFS : - Distinguer un spectre d émission d un spectre d absorption. - Reconnaître et interpréter un spectre d émission d origine thermique - Savoir qu un

Plus en détail

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon

E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE. 4. Conditionnement et conservation de l échantillon E-II-2.1V1 : DOSAGE DU MERCURE DANS LES EAUX METHODE PAR SPECTROMETRIE ATOMIQUE DE VAPEUR FROIDE 1. Objet Description du dosage du mercure par spectrométrie atomique de vapeur froide. 2. Domaine d application

Plus en détail

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée.

Un ion monoatomique est formé d'un seul atome chargé. Les ions poly-atomiques sont formés de plusieurs atomes. Il s'agit d'une molécule chargée. CHAPITRE 5 : LES IONS I. QU'EST CE QU'UN ION. Un ion est un élément qui porte une charge électrique. Il existe deux types d'ions différents les cations et les anions. Les cations sont des ions qui portent

Plus en détail

5.1 Microscopies GCH 740 Techniques de caractérisation des matériaux

5.1 Microscopies GCH 740 Techniques de caractérisation des matériaux 1 5.1 Microscopies GCH 740 CHAPITRE 5 ANALYSE ELEMENTAIRE 5.1 ANALYSE CHIMIQUE QUANTITATIVE PAR SPECTROSCOPIE OPTIQUE ATOMIQUE... 2 5.1.1 INTRODUCTION... 2 5.1.1.1 Méthodes de spectroscopie optique...

Plus en détail

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE

INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE INTRODUCTION À LA SPECTROSCOPIE Table des matières 1 Introduction : 2 2 Comment obtenir un spectre? : 2 2.1 Étaller la lumière :...................................... 2 2.2 Quelques montages possibles

Plus en détail

Mesure de Température par Caméra Infrarouge

Mesure de Température par Caméra Infrarouge Mesure de Température par Caméra Infrarouge INTRODUCTION La caméra infrarouge capte au travers d un milieu transmetteur (ex : l atmosphère) les rayonnements émis par une scène thermique. Le système radiométrique

Plus en détail

SCP SCIENCE www.scpscience.com. Etalons de Calibration & de Contrôle Qualité

SCP SCIENCE www.scpscience.com. Etalons de Calibration & de Contrôle Qualité SCP SCIENCE Etalons de Calibration & de Contrôle Qualité 119 SCP SCIENCE fabrique des étalons de calibration et de contrôle de la qualité pour l analyse inorganique selon les recommandations édictées par

Plus en détail

Spectrophotométrie atomique

Spectrophotométrie atomique ! Spectrophotométrie atomique GÉNÉRALITÉS Ces spectres font intervenir la variation de l énergie des électrons périphériques (électron de valence d un atome). On donne par exemple le cas du sodium (Z =

Plus en détail

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants

Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants & INNOVATION 2014 NO DRIVER! Logiciel embarqué Un spectromètre à fibre plus précis, plus résistant, plus pratique Concept et logiciel innovants contact@ovio-optics.com www.ovio-optics.com Spectromètre

Plus en détail

Métallogramme Atomique Urinaire

Métallogramme Atomique Urinaire Métallogramme Atomique Urinaire HISTORIQUE ET EVOLUTION Les Anciens ont toujours considéré l analyse de l urine comme le reflet exact de l image pathologique. Que ce soit dans la Grèce Antique, en Chine

Plus en détail

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie.

J-10. Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. J0 Chimie Les données nécessaires à la résolution des exercices et ne se trouvant pas dans l énoncé se situent en fin de partie. Exercice : Ecriture d équation de réaction. Ecrire les équation de réaction

Plus en détail

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG)

Spectroscopie d émission: Luminescence. 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) Spectroscopie d émission: Luminescence 1. Principe 2. Exemples et applications 3. Lasers (Rubis et YAG) I. Principe Etat excité instable Photon Retour à l état fondamental??? Conversion interne (non radiatif)

Plus en détail

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision.

1 Le flux lumineux. C'est aussi cette énergie, transportée par le faisceau lumineux, qui impressionne la rétine et provoque le mécanisme de la vision. Photométrie Nous allons voir dans ce chapitre comment les phénomènes d'émission et d'absorption de lumière par les atomes ou les molécules peuvent être utilisés pour le dosage de certaines solutions les

Plus en détail

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS

BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS BACCALAURÉAT TECHNOLOGIQUE STD ARTS APPLIQUÉS SESSION 2015 ÉPREUVE : PHYSIQUE-CHIMIE Durée : 2 heures Coefficient : 2 La calculatrice (conforme à la circulaire N 99-186 du 16-11-99) est autorisée. La clarté

Plus en détail

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis

UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Enseignement Agro-alimentaire Sciences Chimie Recherche Laboratoires de référence UviLight XTW Spectrophotomètre UV-Vis Accédez aux meilleures performances grâce à des spécificités optiques supérieures

Plus en détail

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique

1.Présentation du phénomène physique d émission atomique analysechimiq/photons/emission-atom JF Perrin maj novembre 2006 page 1/5 Photométrie d émission atomique 1.Présentation du phénomène physique d émission atomique 1.1définition de l émission atomique L

Plus en détail

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon

Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon Centre d'expertise en analyse environnementale du Québec MA. 200 Mét. 1.2 Détermination des métaux : méthode par spectrométrie de masse à source ionisante au plasma d argon 2014-05-09 (révision 5) Comment

Plus en détail

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm)

Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Spectrophotomètre UV Visible (200 nm 800 nm) Cet appareil est constitué d une fibre optique, d un réseau de diffraction, et d une caméra linéaire (capteur CCD de 2048 pixels de 14 µm x 200 µm). On obtient

Plus en détail

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres.

Cyanures non oxydables au chlore : fraction massique des cyanures totaux moins la fraction massique des cyanures libres. 1. Objet E.II.4.V1 DOSAGE DES CYANURES TOTAUX ET LIBRES : MÉTHODES D ANALYSE EN FLUX CONTINU Cette procédure a pour objet la détermination de la teneur en cyanures libres, en cyanures non oxydables au

Plus en détail

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr

Spectroscopie UV-Visible. Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie UV-Visible Pr. Franck DENAT ICMUB UMR 5260 9, Av. Alain Savary BP 47870 21078 Dijon Franck.Denat@u-bourgogne.fr Spectroscopie d absorption UV-Visible I. Introduction. Spectroscopie : Etude

Plus en détail

Zeeman ou pas Zeeman en SAA?

Zeeman ou pas Zeeman en SAA? Zeeman ou pas Zeeman en SAA? Q : Quels sont les avantages et inconvénients de la correction effet Zeeman en SAA? R : Une chose est sûre : la correction d absorption non spécifique à effet Zeeman a plus

Plus en détail

Titre: l atomistique. Une vision moderne de l atome L ATOMISTIQUE

Titre: l atomistique. Une vision moderne de l atome L ATOMISTIQUE Titre: l atomistique Une vision moderne de l atome L ATOMISTIQUE Lumière et onde électromagnétique Lumière et Onde Electromagnétique tique Champ Electrique A Champ Magnétique Direction du rayon lumineux

Plus en détail

INSTRUMENTS DE MESURE

INSTRUMENTS DE MESURE INSTRUMENTS DE MESURE Diagnostique d impulsions lasers brèves Auto corrélateur à balayage modèle AA-10DD Compact et facile d emploi et de réglage, l auto corrélateur AA-10DD permet de mesurer des durées

Plus en détail

Détermination des valeurs de référence pour 26 éléments traces dans les urines de la population générale en Belgique

Détermination des valeurs de référence pour 26 éléments traces dans les urines de la population générale en Belgique Détermination des valeurs de référence pour 26 éléments traces dans les urines de la population générale en Belgique Promoteur et partenaires Professeur Perrine Hoet (UCL) Professeur Vincent Haufroid (UCL)

Plus en détail

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS

Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS. Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Document du professeur 1/7 Niveau 2 nde THEME : L UNIVERS Physique Chimie SPECTRES D ÉMISSION ET D ABSORPTION Programme : BO spécial n 4 du 29/04/10 L UNIVERS Les étoiles : l analyse de la lumière provenant

Plus en détail

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES

III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Page : 17/ 77 III CRITERES POUR CHOISIR UN COUPLE DE FLUOROPHORES Le choix d un couple donneur-accepteur dépend de la technique utilisée (FRET, TR- FRET, BRET, etc.) et des molécules disponibles pour ces

Plus en détail