Dernière ligne droite. Hebdo. 9 avril : le jour de grève est arrivé

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Dernière ligne droite. Hebdo. 9 avril : le jour de grève est arrivé"

Transcription

1 Pour Audrey Jolibois, nouvelle Secrétaire générale du syndicat FO de l AP-HM, l engagement syndical a toujours coulé de source. P. 8 Hebdo la Force de l information Métropole lyonnaise : les agents essuient les plâtres P. 4 Sécurité sociale : un déficit inférieur aux prévisions P. 5 FO HEBDO N 3154 Du 8 au 14 avril 2015 Plus d infos sur 9 avril : le jour de grève est arrivé événement P. 2-3 mobilisation Plusieurs syndicats adressent au gouvernement un message de colère et de résistance. Nicolas TAVERNIER / REA rejet Malgré son impopularité et son inefficacité, l exécutif s obstine à poursuivre sa politique économique. empressement À la demande du Medef, il n exclut pas de flexibiliser le CDI, le temps de travail et le salaire. G. Ducrot / FO Hebdo Éditorial Dernière ligne droite avant notre journée de grève et de manifestations du 9 avril. Journée dont le principe Les seuls combats qu on est sûr de perdre sont ceux qu on n engage pas par Jean-Claude Mailly a été décidé par notre récent congrès confédéral et les modalités arrêtées ensuite avec trois autres organisations syndicales. Politique d austérité, salaires, emploi, protection sociale, service public, les motifs ne manquent pas, y compris le pacte de responsabilité et le projet de loi dit «Macron». Les jours qui passent et les annonces ne font que renforcer la nécessité du 9 avril. Il en est ainsi avec les velléités du patronat de remettre en cause le CDI et les tergiversations du gouvernement sur la question. Flexibiliser ou fragiliser le CDI conduirait à étendre la précarité et la flexibilité pour tous les salariés. On ne réduit pas les inégalités en précarisant tout le monde, mais en limitant les contrats précaires. Nous avons des revendications en la matière, Suite page 3

2 F. BLANC 2 Événement Pour FO, hors de question de passer à des accords dits «offensifs». 2 ans après l ANI, l augmentation du chômage est révélatrice de l échec de l accord. FO HEBDO N 3154 Emmanuel Macron et François Rebsamen à la Conférence sociale thématique, le 3 avril, au ministère du Travail. Conférence sociale : pour FO «toucher au CDI serait inacceptable» Le gouvernement a réuni les organisations syndicales et patronales le 3 avril au ministère du Travail pour dresser le bilan de la loi de 2013 sur la sécurisation de l emploi. Pour FO, il est hors de question d aller vers plus de flexibilité. Le ministre du Travail, François Rebsamen, et celui de l Économie, Emmanuel Macron, ont convié, dans la matinée du 3 avril, les organisations syndicales et patronales pour faire le bilan de la loi du 14 juin 2013, dite de sécurisation de l emploi, issue de l accord national interprossionnel (ANI) du 11 janvier Il s agit de la première Conférence sociale thématique, héritière de la Grande Conférence sociale. La loi compte une trentaine de dispositions, que le gouvernement a séparées, dans son document de bilan, en deux séquences : d un côté les «droits nouveaux des salariés» (droits rechargeables, complémentaire santé, compte personnel de formation...) ; de l autre «les dispositions mises en place pour anticiper les mutations économiques» (taxation des contrats courts, accords de maintien dans l emploi ). En amont de la rencontre, le ministère du Travail vantait cette loi comme «un modèle de réussite sur le fond comme sur la forme». Un optimisme pour le moins exagéré tant il est difficile d affirmer que l emploi est plus sécurisé aujourd hui et alors que l ANI n avait lui-même été signé ni par FO, ni par la CGT. Le patronat à l offensive Jean-Claude Mailly, pour FO, a d ailleurs mis en garde contre toute velléité d accentuer la flexibilité. Et pour cause, plusieurs sujets sensibles ont été abordés, dont l accord de maintien dans l emploi. Ce type d accord, dit «défensif», permet, pour les entreprises en difficulté économique, de modifier le temps de travail et de réduire les salaires pour deux ans. Les salariés qui s y opposent sont licenciés économiques. Depuis plusieurs semaines, le patronat plaide pour créer des accords «offensifs», qui s appliqueraient même si l entreprise n est pas en difficulté, et pour supprimer la nature économique du licenciement en cas de refus. Deux propositions «inadmissibles» pour Jean- Claude Mailly. Il a aussi prévenu que «toucher au CDI» serait «inacceptable». Même si la réforme du contrat de travail n était pas à l ordre du jour de la réunion, le Medef revendique la possibilité de licencier plus facilement. Manuel Valls et Emmanuel Macron prêtent l oreille à cette rengaine pour les PME. Le débat, rejeté en bloc par les syndicats, devrait être au cœur de la prochaine

3 FO HEBDO N 3154 Éditorial 3 En discussion au Sénat, la loi Macron empire Les seuls combats qu on est sûr de perdre sont ceux qu on n engage pas conférence thématique en juin. Quant aux éventuelles modifications de la loi de 2013, elles ont été repoussées par le gouvernement à la mi-mai, une fois achevé le propre bilan des organisations syndicales et patronales (voir encadré ci-dessous). Focus Clarisse Josselin Bonne nouvelle : le travail répétitif n est plus pénible. Tel est le sens d un amendement à la loi Macron, adopté par le Sénat, qui l a retiré des facteurs de pénibilité pris en compte depuis le 1 er janvier. Une saillie propatronale de plus dans un texte qui n en manquait pas. À la suite du passage en force du gouvernement devant l Assemblée nationale, le texte est arrivé au palais du Luxembourg où une commission spéciale l a substantiellement modifié. À tel point que le cabinet du ministre de l Économie a déclaré à FO qu il souhaitait le retour à la version adoptée par l Assemblée. De nombreuses régressions Concernant le travail dominical, les sénateurs ont ouvert la possibilité à l employeur d imposer le travail le dimanche sans accord collectif. Ils ont transformé les accords de main- Un calendrier de travail pour évaluer les ANI Comme prévu à l agenda social, et indépendamment de la conférence du 3 avril, les organisations syndicales et patronales ont établi, le 30 mars, leur propre calendrier pour dresser un bilan thématique des derniers ANI (2006, 2008, 2009, 2012 et 2013). Après une réunion de méthode le 8 avril, cette «évaluation quantitative et qualitative» se fera en quatre séances, du 28 avril au 18 mai (la dernière date reste à fixer) et «permettra d envisager», si «besoin», des «ajustements ou évolutions nécessaires», selon le relevé de conclusions. La question du contrat de travail sera examinée le 7 mai. tien dans l emploi en un dispositif dit «offensif», ce qui signifie que l entreprise n a plus besoin d être en difficulté économique pour imposer aux travailleurs une nouvelle organisation du travail et une baisse de salaire. De plus, ces accords ne seraient plus limités à deux ans et les dirigeants salariés comme les mandataires sociaux ne seraient plus obligés de réaliser des «efforts proportionnés» à ceux des salariés. La clause pénale qui pouvait s appliquer si l employeur n avait pas respecté ses engagements est supprimée. Sur ce sujet, toutes les revendications du Medef ont été entendues. Les sénateurs ont supprimé toutes les peines de prison prévues pour l employeur en cas d entrave sur la constitution ou sur le fonctionnement des IRP. Le texte élève de 11 à 21 salariés le seuil à partir duquel la mise en place de délégués du personnel est obligatoire et offre aux entreprises un délai de trois ans en cas de franchissement d un seuil social. En clair, une entreprise qui passerait à plus de 50 salariés pourrait ne pas mettre en place de comité d entreprise et de CHSCT pendant trois ans. Depuis le 7 avril le texte est débattu au Sénat en séance plénière, avant de retourner devant l Assemblée nationale pour un probable nouveau passage en force gouvernemental. mathieu Lapprand comme l instauration d un bonus/malus pour les cotisations patronales d Assurance chômage. Il en est de même des velléités patronales qui semblent avoir, là encore, une oreille attentive du gouvernement ou d une partie de celui-ci pour amener plus de sécurité aux employeurs sur les accords dits de maintien de l emploi ou pour introduire des barèmes financiers en matière de licenciement, limitant, ce faisant, la liberté d appréciation des juges. Les salariés ne sont pas dupes et leur mécontentement peut prendre diverses formes, certaines d entre elles étant risquées démocratiquement. Par la grève et les manifestations, les salariés ont la possibilité de se faire entendre et écouter, avec leur syndicat, sur les questions et revendications qui les concernent directement en tant que salariés. Leur force collective est indéniable. Il faut qu elle s exprime. C est le but du 9 avril Notre responsabilité est sociale, économique et démocratique. Nous sommes un rempart de résistance qu il faudra transformer en conquête. Les seuls combats qu on est sûr de perdre sont ceux qu on n engage pas. Jean-claude mailly, Secrétaire sur Twitter sur le site force-ouvriere.fr FO s oppose à la maltraitance du dialogue social. Le ministre du Travail persiste à vouloir réformer au forceps le dialogue social. Loi Macron : un discret cadeau de 350 millions d euros. Les dirigeants du Cac 40 sont déjà les principaux bénéficiaires de ces actions gratuites. La fusion des IRP et la disparition du CHSCT. Cette instance unique ne reprend pas «l intégralité des missions et prérogatives» des IRP.

4 4 FO HEBDO N 3154 Actualité En bref Ordonnance Le portage salarial à durée indéterminée devient possible L ordonnance encadrant le portage salarial, présentée en Conseil des ministres le 1 er avril, crée un nouveau chapitre dans le Code du travail qui définit les règles applicables à cette pratique. Le portage salarial, qui consiste pour une entreprise à rémunérer un salarié à travers une autre entreprise intermédiaire, sera possible sous contrat de travail à durée indéterminée, ce à quoi FO est opposée. Allemagne Les postiers en grève pour une réduction du temps de travail Environ postiers allemands observaient une grève d avertissement les 1 er et 2 avril dans plusieurs régions, à l appel du syndicat des services Verdi, pour une réduction du temps de travail hebdomadaire sans perte de salaire à 36 heures au lieu de 38,5 heures. Verdi s oppose aussi à la volonté de la Deutsche Post de rattacher certains postiers à l accord collectif du secteur de la logistique. Désengagement Les trente ans de privatisations qui ont rétréci l État D après l Insee, l État contrôle deux fois moins d entreprises aujourd hui qu en Il détient, directement ou non, plus de la moitié du capital de entreprises contre alors. Et ces entreprises comptent trois fois moins de salariés ( au lieu de 2,5 millions). L État s est désengagé des secteurs de l industrie manufacturière, du transport et de la finance. Nouvelles métropoles, pour les agents des accords «perdant-perdant» collectivités Après un premier arrêt du travail en novembre, agents ont fait grève le 23 mars dernier contre les conditions de travail et les inégalités dans la métropole lyonnaise. Ils essuient les plâtres de la «nouvelle organisation territoriale» de la République. Préfigurant d autres créations de métropoles, la Métropole de Lyon a remplacé la communauté urbaine et a capté les compétences du département du Rhône. S en est suivi le transfert de fonctionnaires territoriaux, ce qui porte le nombre total d agents à près de depuis la mise en place de la métropole le 1 er janvier. Cette fusion pose de nombreux problèmes et décalages. Concernant l organisation du travail, les agents issus du département ont perdu de la souplesse quand ceux du Grand Lyon ont perdu des jours de repos. Tout le monde y a perdu et personne n est satisfait. À travail égal, revenus inégaux D importantes inégalités persistent également dans les services selon la collectivité d origine des Assurance chômage : les droits rechargeables au choix dans certains cas Les droits rechargeables prolongent la durée d indemnisation des demandeurs d emploi, mais certains d entre eux perçoivent d abord une allocation bien inférieure à leur dernier salaire. Pour y remédier, les signataires de la convention d Assurance chômage, dont FO, ont ouvert un droit d option à compter du 1 er avril. Les personnes ayant retravaillé au moins quatre mois et dont la différence entre l allocation initiale et la nouvelle est au moins de 30 %, ou dont l allocation initiale est inférieure à 20 euros par jour, pourront renoncer au reliquat des anciens droits pour bénéficier immédiatement des nouveaux. C. J. Le premier conseil de la Métropole de Lyon s est tenu le 27 janvier dernier. agents ou s ils ont été nouvellement recrutés. Joëlle Rondepierre, responsable SPS FO du Rhône, constate ainsi des écarts salariaux mensuels «supérieurs à 100 euros pour des agents de catégorie C». Malgré les grèves et les manifestations, Gérard Collomb, maire de Lyon et président de la métropole, ne négocie pas. Ces difficultés risquent de se reproduire dans les autres métropoles en gestation. Joëlle Rondepierre est ainsi intervenue à Marseille afin de partager son expérience avec des agents bientôt exposés aux mêmes regroupements. Mathieu Lapprand Le Mexique se dit prêt à ratifier la convention de l OIT sur la liberté de négociation Sous la pression d une campagne internationale, le gouvernement mexicain s est engagé à ratifier la convention 98 de l OIT (Organisation internationale du travail) sur la liberté de négociation collective, a annoncé la CSI (Confédération syndicale internationale) le 17 mars. «Il reste encore énormément de chemin à parcourir», a toutefois déclaré F. Lopes, Secrétaire général d IndustriAll Global Union. Objectif : en finir avec les «contrats de protection», accords de paix sociale négociés par les employeurs avec des syndicats qu ils financent, pour faire barrage à la création de syndicats indépendants. E. S. Stephane AUDRAS / REA

5 Michel GAILLARD / REA Le déficit de la Sécu est en baisse, s établissant à 9,7 milliards en Sécu : une réduction du déficit qui tombe à pic annonce Le gouvernement se félicite d un déficit de la Sécu inférieur aux prévisions. Les administrateurs n ont eu aucune information sur des chiffres provisoires, rendus publics à la veille des départementales. Le fait est plutôt inhabituel. Le 17 mars, le gouvernement a sorti de son chapeau des chiffres provisoires faisant état d une réduction du déficit de la Sécurité sociale. Les comptes de l organisme sont d ordinaire produits deux fois l an, avant l été et à l automne lors de la présentation du projet de loi de financement de la Sécu, à l issue d une réunion de la Commission des comptes. Cette année donc, quelques jours avant le premier tour des élections départementales, les ministres des Finances, des Affaires sociales et du Budget se félicitaient dans un communiqué commun de «résultats nettement meilleurs que les prévisions». Le déficit du régime général de la Sécurité sociale s établit ainsi à 9,7 milliards en 2014 au lieu de 11,7 milliards soit 2 milliards Éclairage de moins qu initialement prévu par le gouvernement. Baisse des dépenses ou hausse des recettes? «Les administrateurs de la Sécurité sociale n ont pas eu d informations», indique Jocelyne Marmande, Secrétaire confédérale FO chargée de la protection sociale. «Nous sommes ravis d apprendre que le déficit baisse, mais s agit-il d une baisse des dépenses ou d une hausse des recettes?» La question sera certainement abordée lors du prochain conseil de la CNAM le 16 avril. «Par ailleurs, relève Jocelyne Marmande, l affichage d un déficit de la Sécu réduit tombe à point nommé au moment où Bruxelles demande des efforts supplémentaires à la France dans la réduction de ses déficits.» Françoise Lambert Comment se répartit la réduction annoncée Le régime général de la Sécurité sociale est composé des branches maladie, famille, vieillesse et accidents du travailmaladies professionnelles (AT-MP). Selon les chiffres diffusés par le gouvernement, l Assurance maladie bénéficie d une réduction de son déficit de 7,3 à 6,5 milliards d euros en 2014 par rapport aux prévisions initiales, l Assurance vieillesse de 1,6 à 1,2 milliard et la famille de 2,9 à 2,7 milliards. La branche AT-MP sera excédentaire de 700 millions et non de 200 millions. Actualité Un rapport de l OIT dresse le bilan social de l offensive militaire israélienne à Gaza Alerte Sites industriels détruits, entreprises fermées Huit mois après l offensive militaire d Israël, Gaza attend encore l aide promise, constate l OIT. Plus meurtrière que toutes les précédentes (près de 2000 morts en 29 jours, en très grande majorité des civils palestiniens), l offensive militaire israélienne de l été dernier dans la bande de Gaza a aussi été particulièrement destructrice pour l emploi, constate une étude de l Organisation internationale du travail (OIT), publiée le 24 mars «L impact de la guerre de Gaza de 2014 sur le désemploiement : évaluation des dommages par l OIT et stratégie de redressement»*. La perte de PIB est estimée à environ 80 millions de dollars pour les six derniers mois. Le taux de chômage est passé de 32,6 % en moyenne à environ 36,9 %, soit 4,3 % de plus, au moins. Les tunnels destinés à contourner le blocus détruits Ces chiffres ne prennent pas en compte les effets du démantèlement des tunnels clandestins Destructions à Gaza à la suite de l attaque israélienne de l été avec la frontière égyptienne, qui permettaient une certaine activité économique en dépit du blocus imposé depuis 2007 par Israël et l Égypte, blocus dont la CSI (Confédération syndicale internationale) a demandé la levée le 7 août dernier dans le cadre d un plan de paix en cinq points*. Ils ne tiennent pas compte non plus des éventuelles suppressions d emplois indirectes dans les entreprises ou les services publics qui n ont pas été détruits. Lors d une conférence au Caire en octobre dernier, à laquelle participait l OIT, les bailleurs de fonds internationaux avaient promis une aide de 5,4 milliards de dollars pour reconstruire Gaza. Une aide, ont confirmé les agences de l ONU, dont l essentiel ne s est pas encore matérialisé. Evelyne Salamero Retrouvez cet article, avec d autres sources d information, sur le site force-ouvriere.fr APA Images / ZUMA / REA

6 6 FO HEBDO N 3154 Idées Le livre demeure le premier bien culturel malgré une certaine érosion Loisirs Les Français lisent en moyenne seize livres par an, selon une étude de l institut Ipsos parue le 16 mars. Mais un tiers d entre eux, surtout les plus jeunes, admettent lire de moins en moins, et pas seulement faute de temps La France, championne du monde des prix Nobel de littérature avec quinze lauréats, est une nation de lecteurs. Neuf Français sur dix s adonnent à la lecture et la moyenne est de seize ouvrages par an (dont deux en format numérique), selon une étude du Centre national du livre /Ipsos intitulée «Les Français et la lecture» et parue le 16 mars. Pour les sondés, le livre constitue «le loisir privilégié à domicile et le premier loisir individuel». Il permet à la fois de «se faire plaisir» et «d approfondir ses connaissances». La grande majorité des Français a d ailleurs besoin de posséder l objet et 81 % l achètent neuf. Seuls 30 % l empruntent à la bibliothèque. Le roman est le genre le plus lu (70%) mais il plaît davantage aux femmes, avec les livres pratiques. Les hommes préfèrent les livres d histoire et les BD. Pour la première fois, l étude révèle une rupture de genre entre adultes et jeunes puisque ces derniers affectionnent plutôt la science-fiction et la fantaisie. Les ans sont aussi deux fois plus nombreux à lire au format numérique (30% contre 19 %). S ils lisent davantage que leurs aînés (dixneuf livres par an), 60 % des jeunes le font dans le cadre de leurs études. L enquête révèle également le poids de l éducation dans la pratique de la lecture. L absence de livres dans l enfance augmente fortement le risque d être non-lecteur à l âge adulte et inversement. Des ventes en baisse de 3 % Si 18 % des sondés affirment lire de plus en plus, 33 % d entre eux reconnaissent lire de moins en moins. Cette baisse atteint 45 % chez les ans. Deux Français sur trois aimeraient lire davantage et trois sur quatre (72%) disent manquer de temps pour le faire. Ils pointent notamment la concurrence de la télévision, d Internet ou de la presse. Mais Les livres sont encore le bien culturel le plus vendu et le loisir individuel préféré des Français. les jeunes, s ils avaient plus de temps, préféreraient d abord sortir avec des amis ou faire du shopping Repères L industrie du livre en chiffres Plus de nouveaux titres ont été commercialisés en 2014 (+ 2,5 %). Au total, titres étaient disponibles l an dernier (+ 4,5 %). Le tirage moyen, en 2013, atteignait exemplaires. En volume, 426,8 millions d exemplaires ont été vendus en 2013 (- 3,2 %). Le chiffre d affaires était de 2,559 milliards d euros (- 3 %), dont 4,1 % issus de la vente de livres numériques. En 2011, le secteur employait salariés dans l édition (- 0,4 %) et salariés en librairie (- 3,3 %). Cette évolution des loisirs se ressent sur le marché du livre. S il est resté le bien culturel le plus vendu (51,8 % du marché) en 2013, ses ventes ont baissé (- 3 %) pour la troisième année consécutive. Selon une autre étude publiée le 12 mars par le Syndicat national de l édition, qui pointe elle aussi «un moindre investissement des Français dans la lecture», la baisse des revenus tirés des ventes remonte même à 2007 avec une moyenne de - 1,2 % par an. Quant aux livres numériques, s ils ne représentent que 1,6 % des ventes, le marché a progressé de 28,6 % l an dernier. Mais l application d une TVA à 20 % au lieu de 5,5 %, comme l a exigé la Cour européenne de justice le 5 mars dernier, pourrait casser cet élan. Clarisse Josselin Julien FAURE / REA

7 FO HEBDO N 3154 Pratique 7 ce qui change La trêve hivernale des expulsions pour loyers impayés s est achevée le 31 mars. Simultanément, les places d hébergement d urgence ouvertes pendant l hiver pour les SDF vont commencer à fermer. Les tarifs réglementés du gaz repartent à la hausse, avec une augmentation de 0,58 % en moyenne au 1 er avril (+ 0,7 % pour le chauffage, + 0,4 % pour la cuisson et l eau chaude et + 0,2 % pour la seule cuisson). le chiffre de la semaine + 16,34 % C est l augmentation du nombre de réclamations adressées à Pôle emploi en 2014 par rapport à La majorité (61 %) porte sur l indemnisation (ouverture de droits, trop-perçus ). Cette hausse s explique essentiellement par celle du chômage. 40 % des demandes reçoivent une suite favorable. sur le site forceouvriere.fr CSG Le montant de la Contribution sociale généralisée est de 7,5 % sur 98,25 % du salaire brut. Tous les autres chiffres utiles sont consultables sur le site. Juridique La clause de non-concurrence n est pas irréversible Une clause de non-concurrence est souvent introduite dans le contrat de travail ou la convention collective pour interdire au salarié d aller travailler dans une entreprise concurrente après la rupture de son contrat, de façon à ne pas porter préjudice à son ancien employeur. La plupart des salariés n osent pas discuter les termes de cette clause au moment de leur embauche. Elle doit pourtant respecter quatre conditions pour pouvoir être appliquée, dont le versement par l employeur au salarié d une contrepartie financière. En 2002, la Cour de cassation a en effet établi qu une clause de concurrence n est licite «que si elle comporte l obligation pour l employeur de verser au salarié une contrepartie financière» (arrêts du 10 juillet 2002 n et n ). Cette Zoom Contrepartie financière obligatoire même en cas de licenciement La contrepartie financière est due par l employeur, même si le salarié est à l initiative de la rupture du contrat. Elle doit aussi être versée en cas de licenciement, y compris pour faute. Un montant dérisoire équivaut à une absence de contrepartie et entraîne la nullité de la clause de non-concurrence. 4 C est le nombre de conditions de validité qui doivent être réunies pour que la clause soit opposable au salarié. exigence s applique à toutes les clauses de concurrence, qu elles aient été conclues avant ou après le 10 juillet Le salarié doit pouvoir exercer une activité conforme à sa formation De plus, la clause de non-concurrence n est valable que si elle a pour objet de protéger un savoir-faire spécifique acquis au sein de l entreprise, ou si elle vise à prévenir un détournement de clientèle. La Cour de cassation a ainsi jugé qu un laveur de vitres pouvait passer d une entreprise de nettoyage à une autre dans le même département, sans pour autant porter grief à la première (arrêt du 14 mai 1992 n ). Si le fait que la clause de nonconcurrence gêne le salarié dans sa recherche d emploi ne suffit pas à entraîner sa nullité, en revanche la jurisprudence considère que le salarié doit pouvoir exercer une activité conforme à sa formation et à son expérience professionnelle. Pour mesurer la contrainte pesant sur le salarié et le risque concurrentiel pour l entreprise, les juges prennent en compte, au cas par cas, les caractéristiques des fonctions que le salarié occupe, sa qualification, la nature de son emploi, ainsi que son positionnement hiérarchique. Enfin, la jurisprudence exige aussi que la clause de concurrence soit limitée dans le temps et dans l espace. Evelyne Salamero Agenda Vendredi 10 avril FO à la rencontre des étudiants Étienne Castillo intervient, pour FO, au congrès de l UNEF qui se tient à Nantes du 9 au 12 avril. Au programme du congrès plusieurs séquences dont un forum, le 10 avril, sur l économie sociale et solidaire et diverses tables rondes sur les enjeux environnementaux ou encore sur les discriminations. Vendredi 10 avril Retraites Philippe Pihet conduit la délégation FO pour une nouvelle séance de négociation sur les régimes complémentaires (Agirc et Arrco) où les pensions de réversion devraient être à l ordre du jour. Mardi 14 avril Formation Stéphane Lardy réunit les représentants FO au sein des Coparef (Comités paritaires interprofessionnels régionaux pour l emploi et la formation) et des Crepop (Conseils régionaux de l emploi, de la formation et de l orientation professionnelles). Numérique et monnaies Le CESE examine deux projets d avis. L un sur «Révolution numérique et évolution des mobilités individuelles et collectives (transports de personne)», et l autre, le 15 avril, intitulé «Nouvelles monnaies : les enjeux macroéconomiques, financiers et sociétaux». Mercredi 15 avril Loi et dialogue Le projet de loi portant sur la réforme du dialogue social devrait être présenté en Conseil des ministres par François Rebsamen, ministre du Travail. Suivi Pascal Pavageau participe à la réunion du Comité de suivi des aides publiques.

8 8 Entre militants FO HEBDO N 3154 sur le site forceouvriere.fr La négociation La négociation salariale à Orange constitue «un motif supplémentaire d aller manifester le 9 avril», estime FO COM. Les augmentations collectives ont été bloquées à 200 brut annuels pour les non-cadres de droit privé et à 80 pour les non-cadres fonctionnaires. Pour les cadres, la direction reste campée sur une «augmentation individuelle de 200 brut annuels au minimum». Parallèlement, dénonce FO COM, elle «assure un dividende élevé aux actionnaires jusqu en 2018». L élection FO a progressé de près de un point à la Banque de France en obtenant 11,78 % des voix aux élections professionnelles, qui se sont déroulées du 10 au 17 mars. Près des deux tiers des vingt-huit comités d établissement de la Banque de France devraient être gérés par des élus FO/SNABF Solidaires et près de 60 % des délégués du personnel seront issus des listes FO/SNABF Solidaires. La CGT perd un point et la CFDT n est toujours pas représentative. Le désaccord FO ne signera pas l accord de branche sur la formation professionnelle continue dans l action sociale. Les employeurs du secteur sanitaire, médico-social et social à but non lucratif entendent limiter leur contribution financière à 1,35 % de la masse salariale. Face à ce «fidèle soutien à la politique austéritaire du gouvernement», FO, rejointe par les autres syndicats, revendique depuis le début de la négociation, en septembre 2014, le maintien de cette contribution à 2,30 % de la masse salariale. #greve9avril Suivez la campagne de la journée de grève interprofessionnelle pour lutter contre les mesures d austérité sur le site FO greve-interprofessionnelle et sur le compte Vous y trouverez, au format PDF, les tracts Force Ouvrière : «#greve9avril et manifestations» «Ça suffit! 9 avril 2015» ; le tract de l UCR FO : «Les retraités dans la rue contre l austérité» ; l affiche Force Ouvrière : «Ça suffit! 9 avril grève». Une liste des manifestations prévues par Force Ouvrière est également à votre disposition. Défendre les droits de mes camarades et le service public hospitalier Portrait À 35 ans, Audrey Jolibois vient de succéder à Marc Katramados à la tête du syndicat FO des Hôpitaux de Marseille (AP-HM), le premier employeur public de la Région Paca avec employés, dont agents hospitaliers. «L engagement syndical a toujours coulé de source pour moi», raconte Audrey Jolibois, nouvelle Secrétaire générale du syndicat FO de l AP-HM. Lorsqu elle est embauchée aux cuisines des Hôpitaux de Marseille en 1998, la jeune femme prend spontanément sa carte à Force Ouvrière. «C était le seul syndicat vraiment présent sur le terrain au quotidien, se rappellet-elle, Patrick Mangos, qui était délégué FO dans les cuisines, m a mis le pied à l étrier et six mois après avoir été embauchée je suis devenue déléguée syndicale.» Après cinq années consacrées à la préparation des plateaux-repas des patients et aux tournées syndicales nocturnes dans les services, Audrey entre au bureau du syndicat FO de l hôpital La Conception. Défendre le service public Elle se consacre désormais à 100 % au syndicalisme. «C était pour moi une évolution naturelle, j avais envie de consacrer tout mon temps à défendre les agents hospitaliers qui font ce service public que beaucoup nous envient et qui me tient à cœur, indique Audrey. Ce n est pas un travail comme un autre, bien sûr la vie de famille en prend un coup car on DR 43,7 % C est le score réalisé lors des dernières élections professionnelles en décembre 2014 par le syndicat FO AP-HM. est sollicité tous les jours, le soir et les week-ends. Mais c est une aventure collective passionnante et très enrichissante.» Secrétaire générale adjointe du syndicat FO de l AP-HM depuis 2011, Audrey est depuis le 12 mars à la tête du premier syndicat au sein des Hôpitaux de Marseille. Françoise Lambert Dossier Agir pour et avec les jeunes La publication Agir pour et avec les jeunes est consultable et téléchargeable sur le site FO. Ce cahier revendicatif doit servir à tous pour y trouver de l information, des axes de travail, des pistes de réflexion et un support de revendication. Guide FO 2015 Connaître sa retraite Cette publication du secteur Retraite et Prévoyance sociale est disponible au téléchargement sur le site de FO. Les informations figurant dans ce guide sont issues de Ma retraite mode d emploi le guide pour comprendre et préparer sa retraite, édité en juillet 2014 par le GIP Union Retraite. Hebdo Hebdomadaire de la Confédération Générale du Travail Force Ouvrière, fondé pendant la guerre sous le titre Résistance Ouvrière. 141, avenue du Maine, Paris. Tél. : Mél. : Directeur de la publication : J.C. Mailly Secrétaire confédéral chargé de la presse : Y. Veyrier Rédacteur en chef : D. Rousset Révision : M.P. Hamon Abonnements : Création graphique et réalisation : Rampazzo & Associés (blog.rampazzo.com) Imprimé par RPN, Livry-Gargan Commission paritaire : 0916 S ISSN Dépôt légal avril 2015 Ont contribué à ce numéro : F. Blanc, C. Josselin, F. Lambert, M. Lapprand, E. Salamero.

Convention d assurance chômage

Convention d assurance chômage Aux Union Départementales Aux Fédérations Nationales Paris, le 28 mars 2014 Secteur Formation Professionnelle Emploi/Assurance chômage Réf. : JCM/SL/DD Circ. : n 058-2014 Convention d assurance chômage

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille!

La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale obligatoire et complémentaire au cœur de notre bataille! La protection sociale est un terme générique qui recouvre, la Sécurité Sociale (régime général obligatoire solidaire, géré

Plus en détail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014

COMITE CONFEDERAL NATIONAL 2 ET 3 OCTOBRE 2014 JOURNAL DES EMPLOYES ET CADRES Bulletin périodique d'information de la Fédération des Employés et Cadres : 28 rue des Petits Hôtels 75010 Paris - : www.fecfo.fr : 01.48.01.91.90 - : 01.48.01.91.92 secretariat@fecfo.fr

Plus en détail

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI)

Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) Le Contrat à Durée Déterminée d Insertion (CDDI) 1 Définition du CDDI un contrat de travail à durée déterminée dont le motif de recours est spécifique : favoriser le recrutement de certaines catégories

Plus en détail

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT

BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT BIENVENUE À LA On a tous une bonne raison de rejoindre la CFDT www.cfdt.fr SOMMAIRE 4 5 6 7 8 9 10 11 ADHÉRER ME REPRÉSENTER ME DÉFENDRE COTISER / VOTER Rédaction, création et réalisation graphiques :

Plus en détail

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites

Aux Secrétaires généraux Aux administrateurs Aux membres Circulaire n 96-2009 Secteur Retraites Paris, le 18 mai 2009 Aux Secrétaires généraux : des Unions départementales des Fédérations Pour information : Aux administrateurs : Retraite et Prévoyance CNAV, CRAM, CRAV, CGSS Aux membres : - du Comité

Plus en détail

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots

UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots UGICT - CGT Ingénieurs Cadres Techs La Lettre N 489 - Austérité n ayons pas peur des mots N 489 - Semaine du 22 avril 2014 Austérité n ayons pas peur des mots Tout son poids dans la balance François Hollande

Plus en détail

L intergénérationnel, un enjeu pour tous

L intergénérationnel, un enjeu pour tous www.limousin.gouv.fr 1 2 L intergénérationnel, un enjeu pour tous 3 SOMMAIRE COMMUNIQUE DE SYNTHESE page 4 CONTEXTE page 6 Le contrat de génération en Limousin L appui-conseil au contrat de génération

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève?

Droit de grève. Qu est-ce qu une grève? Droit de grève Qu est-ce qu une grève? La grève est un droit fondamental reconnu à tous les salariés (cadres, ouvriers, employés, précaires, apprentis etc.) par la Constitution française. A ce titre, elle

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998

Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Convention Collective du Golf du 13 juillet 1998 Avenant n 51 du 22 juin 2010 portant modification de l article 11.1 «Prévoyance» du Chapitre 11 «Prévoyance Mutuelle Retraite» de la Convention Collective

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DES ENTREPRISES DE DESINFECTION, DESINSECTISATION, DERATISATION REGIME DE PREVOYANCE OBLIGATOIRE PERSONNEL CONCERNE Bénéficie des garanties, l ensemble du personnel ne relevant

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération

FICHE TECHNIQUE. Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération FICHE TECHNIQUE Les obligations des entreprises en faveur de l emploi vis-à-vis des salariés âgés : plan senior/contrat de génération SOMMAIRE : I) LES ACCORDS ET PLANS D ACTION EN FAVEUR DES SALARIES

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

1- Une situation économique et politique dégradée

1- Une situation économique et politique dégradée Le 9 Avril 2015 Intervention Elisabeth Le Gac Assemblée générale URI CFDT Rhône-Alpes Préambule : L activité présentée n est pas exhaustive du travail réalisé par l interpro en Rhône-Alpes. La présentation

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Commission Nationale de la Négociation Collective. 18 décembre 2014. Intervention de la CGT

Commission Nationale de la Négociation Collective. 18 décembre 2014. Intervention de la CGT Commission Nationale de la Négociation Collective 18 décembre 2014 Intervention de la CGT Monsieur le Ministre Vous annoncez une hausse de 0,8 % du SMIC, soit l application stricte des règles automatiques

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Vous trouverez dans ce numéro l actualité sociale relative aux thèmes suivants : Portabilité des régimes frais de santé : nouveautés applicables depuis le 1 er juin 2014 Réforme

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat

Que pensez-vous des formes atypiques d emploi, notamment du portage salarial et de l auto-entreprenariat Entretien avec Ivan Béraud et Christian Janin Des formes d emploi à encadrer Pour une sécurisation des parcours professionnels La CFDT et la fédération Culture, Conseil, Communication (F3C) ne sont pas

Plus en détail

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi?

Bernard Gomel. Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Bernard Gomel Le risque de la flexibilité Une tendance de fond du marché de l emploi? Pour Bernard Gomel, le marché de l emploi en général est confronté à un risque d individualisation de la relation d

Plus en détail

Sommaire détaillé 9 AR

Sommaire détaillé 9 AR Sommaire détaillé 1 CONTRÔLE DU TRAVAIL... 1.001 A - Ouverture d un établissement industriel et commercial... 1.101 1 - Déclaration nominative préalable à l embauche... 1.102 2 - Registre du commerce -

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 16 avril 2015 relatif à l agrément de la convention du 26

Plus en détail

Le comité d entreprise

Le comité d entreprise Le comité d entreprise En bref Dans les entreprises de 50 salariés et plus, le chef d entreprise est tenu d organiser la mise en place d un comité d entreprise (CE) composé de représentants élus du personnel

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour

COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014. Ordre du jour COMMISSION PARITAIRE REGIONALE EMPLOI FORMATION Présents : CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, GIM, UIMM 77 D ILE DE FRANCE SEANCE DU 4 FEVRIER 2014 Ordre du jour 1. Adoption du compte-rendu de la séance du

Plus en détail

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique

Base de données. économiques. et sociales. vigilance, exigences. et conquêtes. élus et mandatés. guide pratique Base de données économiques et sociales vigilance, exigences et conquêtes guide pratique élus et mandatés L article 8 de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 a introduit un nouveau dispositif

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

NEWSLETTER DU SOCIAL

NEWSLETTER DU SOCIAL NEWSLETTER DU SOCIAL Les chiffres clés La Garantie Minimale de Points 2014 : Les cotisations minimales annuelles de retraite complémentaire AGIRC sont fixées à 796,08. Ces cotisations correspondent à un

Plus en détail

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012

LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 LES FICHES ARGU DU GROUPE SOCIALISTE, RÉPUBLICAIN ET CITOYEN LE COLLECTIF BUDGÉTAIRE 12 JUILLET 2012 FICHE N 1 UN COLLECTIF BUDGÉTAIRE POUR REDRESSER NOS FINANCES PUBLIQUES L e projet de loi de Finances

Plus en détail

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5

NEGOCIATIONS EN COURS...2 EVOLUTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES...2 A RETENIR...3 CONTACTS...4 SITE CFTC...5 Tous les mois, l actualité en bref de la Confédération sur l emploi et le chômage SOMMAIRE NEGOCIATIONS EN COURS...2 Signature Convention tripartite triennale 2012/2014: abstention de la CFTC... 2 Auditions

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi

Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi Tous les mois, l actualité en bref de Pôle emploi SOMMAIRE INFORMATIONS RESEAU CFTC... 2 Rencontre nationale des mandatés chômage à la Confédération... 2 Suite des réunions de suivi des formations prioritaires

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

Risque et assurance vieillesse

Risque et assurance vieillesse Risque et assurance vieillesse Plan d Intervention > La protection sociale La protection sociale entre assurance et solidarité La protection sociale en chiffres Le projet de Loi de Financement de la Sécurité

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP :

INFOS N 5. Veille Jurisprudentielle IRP : 1 INFOS N 5 Information du CE sur la déclaration du nombre de travailleurs handicapés «L'employeur porte à la connaissance du comité d'entreprise ou, à défaut, des délégués du personnel la déclaration

Plus en détail

Part des salaires dans la valeur ajoutée

Part des salaires dans la valeur ajoutée NOTE CGT SUR LES SALAIRES ET LE POUVOIR D ACHAT Augmenter les salaires pour renouer avec la croissance Montreuil, le 18 juin 2013 On ne peut pas parler salaires sans parler coût du capital. Dans une économie

Plus en détail

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs

Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours, les échecs ------------------------------------------ Page 1 Source : Liaisons Sociales Quotidien 12 février 2015 Pacte de responsabilité : le point sur les négociations Les accords signés, les négociations en cours,

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE

NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE IMPACT de la NOUVELLE CONVENTION D ASSURANCE CHÔMAGE MAI 2014 Page 1 sur 26 1. Impact global Issues de l accord signé en mars 2014 et valables pour 2 ans, les nouvelles règles d Assurance chômage ont été

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2013 Le point sur l élargissement de la complémentaire santé Benjamin JOUSSE Mars 2013 L ANI du 11 janvier 2013 en bref L Accord National Interprofessionnel

Plus en détail

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE

CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE DROIT CONTRATS DE TRAVAIL DES PROFESSEURS DE DANSE FÉVRIER 2015 Département Ressources professionnelles LE CND Un centre d art pour la danse 1, rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex 01 41 839 839 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Le pacte de responsabilité et de solidarité

Le pacte de responsabilité et de solidarité Le pacte de responsabilité et de solidarité Direccte CENTRE Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi Qu est ce que le pacte de responsabilité

Plus en détail

Le Pacte de responsabilité et de solidarité

Le Pacte de responsabilité et de solidarité Le Pacte de responsabilité et de solidarité La France est à un moment décisif. Depuis plus de dix ans, l appareil de production s est affaibli, la compétitivité s est détériorée et le niveau de chômage

Plus en détail

Santé publique - Protection sociale -

Santé publique - Protection sociale - 26-1-05 1 Santé publique - Protection sociale - Système très complexe qui couvre : - des risques déterminés - des catégories particulières de population Protection sociale SS protection de base obligatoire

Plus en détail

Veille sociale au 12 septembre 2014

Veille sociale au 12 septembre 2014 ( Veille sociale au 12 septembre 2014 La veille sociale présentée dans cette revue actualise la veille présentée le mois dernier. Les sujets qui n ont pas évolué ne sont pas repris. ( I ) Projets sociaux

Plus en détail

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI

ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI ACCORD SUR LES ASTREINTES UES CAPGEMINI PREAMBULE Pour répondre à la continuité du service que l entreprise doit assurer à ses clients, certaines activités pour certains rôles ou fonctions, recourent à

Plus en détail

Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant

Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant Bulletin d information édité par le SNFOCOS Sous le N de Commission Paritaire 3 941 D 73 S Alain POULET, Directeur Gérant 15 année N 642 Hebdomadaire Le 18.01.2008 N 003-08 REUNION PARITAIRE NATIONALE

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL

1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL LOI GARANTISSANT L AVENIR ET LA JUSTICE DU SYSTEME DE RETRAITES 1 AN APRES : BILAN D UNE REFORME DE PROGRES SOCIAL Pour les jeunes p.3 Pour les salariés ayant travaillé à temps partiel ou emploi précaire

Plus en détail

Questions générales sur le Pacte

Questions générales sur le Pacte QUESTIONS-RÉPONSES Questions/réponses sur le pacte de responsabilité et de solidarité Questions générales sur le Pacte QUAND CES MESURES SERONT-ELLES TRADUITES DANS LA LOI? Certaines mesures entrent en

Plus en détail

ETUDE SUR LES TENDANCES EN MATIÈRE DE LIBERTÉ SYNDICALE ET DE NÉGOCIATION COLLECTIVE DANS LE SECTEUR DE L ÉDUCATION DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE

ETUDE SUR LES TENDANCES EN MATIÈRE DE LIBERTÉ SYNDICALE ET DE NÉGOCIATION COLLECTIVE DANS LE SECTEUR DE L ÉDUCATION DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE ETUDE SUR LES TENDANCES EN MATIÈRE DE LIBERTÉ SYNDICALE ET DE NÉGOCIATION COLLECTIVE DANS LE SECTEUR DE L ÉDUCATION DEPUIS LA CRISE FINANCIÈRE EUROPE ALLEMAGNE 128 Affiliés de l IE BLBS Bundesverband des

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE

LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 LES THÉMATIQUES UE 35 RENNES - 10 MARS 2015 - LA PROTECTION SOCIALE LES THÉMATIQUES - UE 35 RENNES -10 mars 2015 Evolution des dépenses de santé IMPORTANCE DU RESTE A CHARGE DES MENAGES ET DES ORGANISMES COMPLEMENTAIRES - Déficit persistant du régime général - Augmentation

Plus en détail

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE

CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Association agréée pour la fourniture de services aux personnes : SAP/N 377891759 N de Siret: 37789175900054 CONTRAT D ADHESION AU SERVICE MANDATAIRE Mme/Mr ------------------------------------------,-----------------------------------------------------

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD

LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD NE LAISSONS PAS LE MEDEF FAIRE LA LOI! NON À L'ACCORD Le MEDEF demande les pleins pouvoirs! Le janvier 0, le MEDEF a signé avec des syndicats minoritaires un accord sur l emploi. La négociation s est déroulée

Plus en détail

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique

Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Les politiques de réduction du coût salarial en Belgique Mars 2015 Luc Masure Plan de la présentation 1. Le Bureau fédéral du Plan 2. Cadre historique de la politique salariale et des dispositifs d exonération

Plus en détail

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL

ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL ACCORD CADRE RELATIF A L EMPLOI DES SENIORS DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL PREAMBULE Le présent accord-cadre s inscrit dans la continuité des nombreux dispositifs légaux et conventionnels touchant directement

Plus en détail

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION

SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION DOSSIER RETRAITES: MAI 2003 SUR LES RETRAITES PAR REPARTITION DU SECTEUR PRIVE ET LES FONDS DE PENSION 1. LE SYSTEME DE RETRAITES PAR REPARTITION 1.1. INTRODUCTION Les régimes de retraites des travailleurs

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE

FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE FORMATION ET EMPLOI DOSSIER DE PRESSE Bobigny Mardi 1 er mars 2011 1 SOMMAIRE INTRODUCTION. p. 3 1. L EMPLOI DES JEUNES.. p. 4 Développer l alternance Financer l augmentation

Plus en détail

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B)

DIRECTION DE LA SECURITE SOCIALE SDFSS BUREAU DE LA LEGISLATION FINANCIERE (5B) Ministère de la santé et des solidarités Ministère délégué à la sécurité sociale, aux personnes âgées, aux personnes handicapées et à la famille Document de travail 29 mars 2006 DIRECTION DE LA SECURITE

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE

COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE COMPLEMENTAIRE SANTE OBLIGATOIRE SOYEZ PRO ACTIF! Anticipez et transformez cette contrainte en opportunité SALON DES ENTREPRENEURS 2015 5 février 2015 LA GENERALISATION DE LA COMPLEMENTAIRE SANTE DANS

Plus en détail

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION...

SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... P9703-F1/2 291 SEQUENCE 06 THEME 1 : LES REPONSES DU DROIT DU TRAVAIL AU PROBLEME DE L EMPLOI... 292 I. EMPLOI : PERCEPTION DE LA SITUATION... 292 II. L URGENCE : LEGIFERER PAR ORDONNANCES... 295 III.

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire

GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE. n o 4. Demande et calcul de la retraite complémentaire GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO DEMANDE ET CALCUL DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 4 JUIN 2015 Demande et calcul de la retraite complémentaire Sommaire La retraite, en bref...

Plus en détail

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi

Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi Prévoyance et complémentaire santé : les modifications de la loi relative à la sécurisation de l emploi SYNTHESE D EXPERTS Juillet 2013 SOMMAIRE 1 Généralisation de la couverture complémentaire santé...

Plus en détail

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016

ORA Consultants 30/06/2009 OBJECTIFS. - Faire le point sur les règles en la matière. - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 Programme 2 ATELIER RH PAIE 2015 MUTUELLE PREVOYANCE : NOUVEAUTES 2016 OBJECTIFS - Faire le point sur les règles en la matière - Les nouveautés au 1 er janvier 2016 - Mettre en place les différents régimes

Plus en détail

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance

Introduction historique : de l assistance à l assurance. - Moyen-âge : l assistance Introduction historique : de l assistance à l assurance - Moyen-âge : l assistance 1. C est le premier mécanisme de garantie 2. Elle est l héritière de la charité chrétienne : idée morale de générosité.

Plus en détail

AVENANT DU 6 AVRIL 2006

AVENANT DU 6 AVRIL 2006 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction du Développement Social Compte Epargne Temps AVENANT DU 6 AVRIL 2006 13/04/06 1 Sommaire PREAMBULE...3 ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION...3

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014

AVENANT N 18-2014 DU 29 OCTOBRE 2014 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3381 Convention collective nationale IDCC : 2941. AIDE, ACCOMPAGNEMENT, SOINS

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e

ÉDITO. Regards croisés. s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e Regards croisés s u r l a p r o t e c t i o n s o c i a l e N 49-25 juillet 2014 Serge Lavagna Secrétaire national de la CFE-CGC Protection sociale ÉDITO Contact : Mireille Dispot Expert protection sociale

Plus en détail

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE

L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE L ACTUALITE SOCIALE ET JURIDIQUE Juillet 2013 - N 28 Note spéciale LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI Du 14 juin 2013, N 2013-504 RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL (Pages 2 à 4) Travail à temps partiel.

Plus en détail

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs

Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Notice : Cotisations cabinets d économistes de la construction métreurs-vérificateurs Quels sont les employeurs concernés par ces cotisations? Seuls, les employeurs de métropole et des départements d outre-mer

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE

L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L IMPACT DE LA LOI DE SECURISATION DE L EMPLOI SUR LES ENTREPRISES DE L ECONOMIE SOCIALE ET SOLIDAIRE La Loi n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l'emploi a été publiée au Journal officiel

Plus en détail

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3

Cotisations et points de la retraite complémentaire. n o 3 Guide retraite complémentaire Agirc et Arrco Cotisations et points de la retraite complémentaire Guide salariés n o 3 avril 2014 Cotisations et points de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013

PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel CAISSE D ÉPARGNE PROCÈS-VERBAL DE DÉSACCORD DU 22 JANVIER 2013 RELATIF

Plus en détail

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE»

FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS. CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» FINANCEMENT DES RISQUES PROFESSIONNELS CHU de la TIMONE UE «ORGANISATION DE LA SECURITE SOCIALE» Intervenant : Jean-Jacques LANTONNET Expert Tarification AT-MP Direction des Risques Professionnels Caisse

Plus en détail

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8

Pensions de réversion de la retraite complémentaire. n o 8 GUIDE RETRAITE COMPLÉMENTAIRE AGIRC ET ARRCO PENSIONS DE RÉVERSION DE LA RETRAITE COMPLÉMENTAIRE Guide salariés n o 8 JUIN 2015 Pensions de réversion de la retraite complémentaire Sommaire La retraite,

Plus en détail

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE

NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE janvier 2014 NOTE DE CONTEXTE SECTORIELLE Le secteur de l aide à domicile En bref En cette rentrée sociale 2014, le Centre de ressources DLA (CRDLA) du champ social, médicosocial et santé met à disposition

Plus en détail

ACCORD DU 24 MAI 2011

ACCORD DU 24 MAI 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3085 Convention collective nationale IDCC : 16. TRANSPORTS ROUTIERS ET ACTIVITÉS AUXILIAIRES DU TRANSPORT ACCORD DU 24

Plus en détail

Programme de formations. (année 2014)

Programme de formations. (année 2014) Programme de formations (année 2014) LBBa, prestataire de formation professionnelle Prestataire de formation professionnelle, enregistré comme tel auprès de l administration, le cabinet LBBa, composé d

Plus en détail