Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne 2010"

Transcription

1 Recommandations révisées Sommet pancanadien de l économie citoyenne Finance et investissement Mettre en place des mesures fiscales et réglementaires qui tiennent compte du genre pour canaliser de nouveaux capitaux dans le secteur communautaire incluant des incitatifs fiscaux, des fonds de démonstration et une structure légale hybride. Renforcer les capacités communautaires en fournissant un appui aux intermédiaires et aux fonds d innovation. Financer et mener des recherches et des activités de défense des intérêts qui intègrent l analyse selon le genre et de la diversité, documentent les impacts sociaux et financiers et dressent un profil sectoriel. 2. Développement d entreprises Créer des réseaux et une collaboration plus forts entre les entreprises sociales Les entreprises sociales misent sur la collaboration plutôt que sur la concurrence. Ainsi, l une des principales forces de l économie citoyenne est sa capacité à bâtir des réseaux à l échelle locale, nationale et internationale. L Association des coopératives du Canada, le Chantier de l économie sociale (Québec), le Conseil canadien de la coopération et de la mutualité ainsi que le Réseau canadien de développement économique communautaire sont des exemples de réseaux qui se sont constitués afin d assurer la reconnaissance et la représentation des entreprises communautaires et de l économie sociale. Ces réseaux canadiens sont également en contact avec des réseaux mondiaux qui jouent un rôle de plus en plus important sur la scène internationale. Les réseaux jouent un rôle clé en créant des outils communs, en facilitant un apprentissage mutuel et en participant à la négociation de politiques publiques appropriées. Les réseaux sont aussi l outil clé qui permettra aux entreprises individuelles d avoir accès aux capitaux dont elles ont besoin par le développement d initiatives menées par le secteur et d avoir la capacité de développer des programmes de partenariats avec le gouvernement qui contribueront à élaborer de nouveaux fonds de développement. Le soutien et la reconnaissance de ces réseaux constituent une composante importante du développement stratégique de l entreprise sociale. Les réseaux doivent être fondés sur les principes d équité pour tous les participants incluant le genre, la race et l équité pour les peuples autochtones. Une autre façon de renforcer l entreprise sociale est d accroître les activités entre entreprises au sein du secteur. L intensification des échanges commerciaux entre les entreprises d économie sociale représente un potentiel de croissance important. Au cours des prochaines années, on envisage d employer, en priorité, de nouveaux instruments tels qu Internet et les portails d achats afin de soutenir les activités de plus en plus nombreuses entre ces entreprises. Développer un plus grand rôle pour l entreprise sociale dans les stratégies de revitalisation économique et dans tous les domaines de politiques et de programmes gouvernementaux. Les politiques et programmes du gouvernement fédéral et des gouvernements provinciaux et municipaux doivent garantir un rôle plus important aux organismes sans but lucratif, aux entreprises sociales et aux Recommandations du Sommet

2 coopératives tant dans la stratégie de revitalisation d aujourd hui que dans tous les domaines de politiques et de programmes gouvernementaux. On peut mettre en place des mécanismes qui intègrent les entreprises sociales et les organismes d économie sociale dans toutes les stratégies de développement industriel. Les entreprises sociales peuvent jouer un rôle essentiel dans la création d emplois destinés aux résidentes et aux résidents des quartiers centraux des grandes villes et des régions rurales, aux nouveaux arrivants, aux personnes handicapées, aux membres des populations autochtones et aux autres citoyennes et citoyens marginalisés. Leur rôle a été étendu afin de s attaquer aux questions économiques, sociales et environnementales qui touchent toutes les citoyennes et tous les citoyens. Conclure des partenariats avec les gouvernements pour garantir le développement d une économie citoyenne plus forte Comme nous l avons mentionné dans la section précédente, nous devons réaliser des partenariats avec tous les ordres de gouvernements pour nous assurer que les entreprises sociales, y compris les coopératives et les organismes sans but lucratif, ont accès aux programmes gouvernementaux qui peuvent contribuer au développement du secteur. Ceci inclut des programmes qui ciblent spécifiquement les entreprises sociales et également un accès égal à tous les programmes qui sont actuellement disponibles aux secteurs privé et public. Le secteur de l entreprise sociale ne considère pas les partenariats comme unilatéraux. Au contraire, il est même prêt à investir ses propres ressources, qu il s agisse de capitaux, de temps ou d énergie, pour garantir la réussite de cette stratégie. Améliorer et consolider l éducation et la sensibilisation en matière d économie citoyenne et offrir des programmes d enseignement et de formation aux membres des collectivités afin qu elles et ils participent et travaillent dans le secteur. La sensibilisation et l éducation publique sur les coopératives, les entreprises sociales et l économie sociale sont essentielles pour procurer aux entreprises sociales un rôle efficace dans notre société. Ce qui se traduit par des programmes d éducation sur l économie sociale dans nos systèmes scolaires et collégiaux ainsi que par des campagnes de sensibilisation publique. En même temps, nous avons besoin de programmes d enseignement (en gestion et gouvernance, par exemple) qui forment les membres de la communauté à participer et à travailler dans les organisations et entreprises de l économie citoyenne. Nous avons besoin de programmes qui aideront à renforcer la capacité des entreprises sociales nouvelles et émergentes ainsi que de projets qui feront connaître nos forces, notre envergure, notre portée et nos réussites à un public le plus large possible. 3. Revitalisation locale Promouvoir le développement des politiques qui créent un environnement habilitant, incluant un soutien entre autres financier à long terme aux initiatives locales de développement économique communautaire Le développement économique communautaire (DÉC) est un processus de prise en charge à long terme qui aide les collectivités à se prendre en main grâce à une approche intégrée de revitalisation communautaire comportant des objectifs sociaux, économiques, culturels et environnementaux. Étant donné que les communautés ont des besoins différents et des étapes du cycle de développement propres à chacune d entre elles, les priorités varient d une collectivité à l autre, depuis les premières étapes de la mobilisation et de la planification de la communauté jusqu aux investissements majeurs en développement et en fonctionnement. Il est donc nécessaire d avoir accès à un financement pluriannuel qui tient compte de la nature à long terme caractérisant le DÉC. Réclamer un soutien entre autres financier souple à l intention des organismes ayant une approche de DÉC et de renforcement des capacités communautaires Recommandations du Sommet

3 Suivant l approche intégrée du développement économique et social, les budgets des organismes de DÉC proviennent de diverses sources de financement. Ces organismes ont besoin d un modèle de financement souple qui laisse place à une grande variété d initiatives (formation, logement, stratégies de développement social, planification stratégique, développement de l entreprise, etc.) et qui tient compte du fait que les priorités peuvent varier d une collectivité à l autre et d une année à l autre. Améliorer l accès aux données locales fiables et à jour et soutenir les capacités communautaires en matière d analyse et d évaluation Afin de mieux cerner les défis et les opportunités des communautés et de suivre l évolution des conditions locales dans le temps, il est indispensable d avoir accès aux données locales ainsi qu à la capacité à les analyser. Les Rapports sur les collectivités, initiative du gouvernement de Terre-Neuve-et-Labrador, représentent un modèle puissant intégrant les données de Statistiques Canada aux renseignements du gouvernement provincial pour de nombreuses régions administratives. Transférer ce programme une fois adapté à d autres provinces, comme c est actuellement le cas en Nouvelle-Écosse, établirait le fondement pour une planification améliorée et basée sur des données probantes à l échelle locale. Renforcer l engagement communautaire global, la gouvernance des organismes et la mobilisation du public Une des raisons du succès des efforts de revitalisation locale est sa forte capacité à mobiliser et à maintenir la participation citoyenne. Les modèles de pratiques efficaces en matière de gouvernance, la responsabilisation des intervenantes et des intervenants et l engagement du public sont nécessaires afin d augmenter le soutien du grand public pour ces approches et d améliorer et de consolider les mécanismes de communication des rapports. Les modèles de gouvernance varient beaucoup d une région à l autre du Canada. Une démarche plus proactive en matière de partage d information sur ce qui fonctionne ou non permettrait de renforcer la base citoyenne des pratiques de revitalisation territoriale. Renforcer la voix communautaire au sein du gouvernement En tant que mouvement, nous devrions améliorer notre efficacité à transmettre les avantages des changements de politiques et de programmes en déployant et en consolidant nos relations avec les gouvernements ainsi qu en mobilisant une base plus forte d appui au sein du mouvement et du grand public. 4. Organisation du marché de l économie sociale Renforcer la capacité des fournisseurs de l économie sociale à répondre aux débouchés de plus en plus importants Cet objectif peut être atteint en perfectionnant les compétences en affaires, en soutenant les fournisseurs dans leur adaptation au marché, en apprenant les concepts de contrôle de qualité, en garantissant l accès à un capital d investissement approprié et en appuyant la capacité organisationnelle des entreprises d économie sociale à maintenir leur valeur sociale. Créer un ensemble de politiques qui soutiennent les politiques d approvisionnement et les pratiques d achat auprès des entreprises d économie sociale Intégrer l évaluation de la valeur sociale dans les critères et l évaluation des soumissions peut être réalisé par les moyens suivants : établir des achats ciblés, réserver un marché aux entreprises sociales, intégrer le dégroupage aux contrats et reconnaître la sous-traitance à des entreprises sociales. Établir et maintenir de nouveaux rapports sur le marché et de nouvelles relations commerciales avec les acheteurs des secteurs privé et public et améliorer les relations existantes Recommandations du Sommet

4 Pour ce faire, il faut faciliter l accès aux débouchés de la chaîne d approvisionnement, en particulier lorsque ces débouchés respectent les principes et les pratiques de la responsabilité sociale des entreprises, et encourager les organismes d économie sociale à s approvisionner auprès d entreprises d économie sociale. Mettre sur pied des services intermédiaires dans le but de faciliter l accès au marché et d augmenter la présence sur les marchés Cet objectif peut être atteint par le biais de portails d achat, de services de courtage et de collaboration, de systèmes centralisés, de services favorisant les relations commerciales entre entreprises, de la création de réseaux et de services de soutien. Les activités d approvisionnement du gouvernement, du secteur privé et des organismes sans but lucratif constituent un facteur important et un élément incontournable de l édification d une société plus forte et plus équitable. Promouvoir des systèmes de partage des ressources Créer une base de données régionale, provinciale et nationale des politiques d achat ciblant l économie sociale et des fournisseurs de biens. Élaborer et partager des boîtes à outils et autres ressources. RECOMMANDATION 6 Élaborer et promouvoir une «marque de commerce» de l économie sociale La «marque de commerce» peut être utilisée pour sensibiliser le grand public, les consommateurs et les acheteurs potentiels. 5. Renforcement du mouvement pour une économie citoyenne Que les principes suivants servent de base pour renforcer le mouvement pour une économie citoyenne au Canada Le développement pour objectif au lieu de la croissance Démocratie économique et participation Renforcer nos propres forces et capacités Agir avant de demander, mener par l exemple L être humain avant le capital Le développement et l autonomisation communautaires Justice sociale et environnementale Autonomie, indépendance de l État Mettre en place une table ronde qui inclut des structures nationales, provinciales et locales qui travaillent au développement d une économie citoyenne, représentant les intérêts des praticiennes, des praticiens, des chercheuses, des chercheurs, des travailleuses, des travailleurs et des membres de la société civile. Cette table ronde devrait : Tendre la main à d autres secteurs et mouvements; Appuyer l élaboration de mouvements provinciaux et locaux qui se renforcent les uns les autres; Adopter une approche ouverte et cordiale qui bâtit sur l inclusion, en créant des ponts entre les groupes et en utilisant une matrice/outil d inclusion. Utiliser des outils (p. ex. virtuels) pour le dialogue, le partage d information et l implication. Cette table ronde s engagerait à respecter la déclaration qui sera rédigée à la fin du Sommet et pourrait utiliser les médias sociaux et des ressources virtuelles pour impliquer ses réseaux et groupes membres. Elle constituerait un organisme de prises de décision et de planification démocratiques et collaboratives dans le cadre d activités visant à unifier le mouvement et à organiser des initiatives, et ce, sans limiter les champs de compétences des organismes membres. Le secrétariat de la table ronde pourrait être hébergé sur une base rotative par les organisations nationales qui s y engagent. Il pourrait appuyer la création de tables rondes ou de réseaux semblables dans des sous-secteurs de l économie sociale dans les provinces et territoires où ils Recommandations du Sommet

5 n existent pas en ce moment. Un objectif clé serait d avoir un effet levier sur des cadres existants de politiques provinciales qui travaillent avec d autres juridictions. Créer un espace pour les groupes populaires participant aux activités de l économie sociale (coopérantes/coopérants, bénéficiaires de services, fournisseurs de services, activistes, étudiantes/étudiants, etc.) propice aux réflexions sur la façon dont ils entrevoient leur avenir dans une économie citoyenne et à l organisation de leurs propres projets au sein de cette économie. Un langage universel et inclusif s impose. Appuyer les groupes et champions de la base déjà existants, et leur permettre de faire le lien au palier national par l utilisation d outils d apprentissage virtuel. Utiliser une stratégie de marque pour unir et relier les groupes au mouvement comme p. ex. «IT Matters» et «Valeurs ajoutées». Utiliser des systèmes en «constellation» tels que le mouvement Villes en transition qui permettent aux personnes de travailler sur divers thèmes et priorités au fur et à mesure qu ils émergent et ensuite de les relier ensemble. Des pratiques/systèmes d actions affirmatives doivent assurer les droits et la participation des personnes qui sont privées de pouvoir. Rassembler les fonds pour faciliter la participation au mouvement. Élaborer et mettre en œuvre un plan pancanadien de communication visant à encourager les citoyennes et les citoyens à soutenir les organismes d économie sociale, leurs biens et leurs services partout au Canada Le plan comprendrait des outils que les organismes locaux pourraient utiliser pour se faire connaître dans le cadre d un mouvement plus vaste en intégrant des messages communs et des annonces dans les médias. Ce plan pourrait s appuyer sur les campagnes d autres mouvements, tels que Villes en transition et Fair Trade Towns et initier une semaine pancanadienne d activités de soutien à l échelle locale, régionale et provinciale. Poursuivre le travail entrepris par le Centre canadien de recherche partenariale en économie sociale par le biais de projets de recherche initiés par les organismes membres afin de combler les lacunes en matière de connaissances et de répondre aux besoins en matière de pratiques et de politiques. Cette proposition serait coordonnée par la table ronde ou par un sous groupe de recherche créé à cette fin. Il s agirait également de créer un nouveau programme de recherche partenariale mettant l accent sur la construction du mouvement, y compris des projets pilotes participatifs et la cartographie des résultats de l économie sociale. RECOMMANDATION 6 Créer un groupe et une stratégie de communication et de sensibilisation à l intention du gouvernement, afin d'encourager la coconstruction des politiques publiques avec tous les ordres de gouvernement Il s agirait plus particulièrement de soutenir les provinces et les territoires qui n ont pas de cadre stratégique, mais qui affichent un intérêt marqué pour les résultats visés par les politiques publiques directement liées à l économie sociale (p. ex. la réduction de la pauvreté et le développement durable). On envisage d élaborer des stratégies de communication et de sensibilisation similaires avec d autres intervenants clés (p. ex. les syndicats, le secteur privé, les organisations philanthropiques). Enfin, on considère également recruter les chefs de file de l économie citoyenne dans tous les secteurs d activité. RECOMMANDATION 7 Élaborer un mécanisme de commerce interne afin de multiplier l achat de biens et de services entre les organismes d économie sociale RECOMMANDATION 8 Appeler les établissements d enseignement et les organisations de professionnels, intéressés à bâtir une économie citoyenne, à entamer un dialogue sur la façon dont on peut améliorer l apprentissage informel et formel et le rendre plus accessible afin de préparer la relève et de renforcer les Recommandations du Sommet

6 compétences au sein des actrices et des acteurs de l économie sociale. Ce dialogue examinerait également comment adapter le programme d enseignement aux réalités économiques. RECOMMANDATION 9 Utiliser les résultats de recherche sur les modèles efficaces de développement, de financement et d aide technique dans le but de promouvoir la mise en place de modèles d économie sociale adaptés dans d autres régions À cet égard, il est recommandé d œuvrer au développement de ces modèles conjointement avec les partenaires concernés et de réunir un groupe d experts techniques de partout au Canada pour élaborer des moyens d adapter les modèles et les stratégies efficaces, en matière de financement par exemple, aux besoins de l économie sociale et pour les mener à bien. Ainsi, on regrouperait les ressources et les mettrait à la disposition des partenaires intéressés. 6. Bâtir une économie citoyenne mondiale EN RESPECT DES PRINCIPES de participation, d égalité entre les femmes et les hommes, de durabilité de l environnement, d équité et de justice DÉCLARATION Par ailleurs, nous exprimons notre inquiétude concernant les coupures du gouvernement qui ont des retombées directes sur l aide internationale. Nous suggérons que tous les réseaux ici présents dénoncent ces coupures systémiques et appuient les efforts de défense des intérêts des régions du monde ayant besoin de l aide internationale. Que les organisations canadiennes travaillent avec d autres réseaux internationaux pour promouvoir activement et créer une économie sociale et solidaire à travers le monde. Exercer des pressions pour que le Canada réponde à ses engagements internationaux, en particulier par rapport aux Objectifs de développement du millénaire (ODM) des Nations Unies et qu il consacre 0,7 % du PIB à l aide au développement officiel; développer un échéancier pour répondre à ces engagements, à l intérieur du cadre de la Loi sur la responsabilité en matière d aide au développement officielle, projet de loi C-293. Que les organisations canadiennes militent pour que la nouvelle priorité en matière de croissance économique de l ACDI comprenne des stratégies de promotion d une économie sociale et solidaire mondiale. Soutenir la mise en place d une taxe de solidarité internationale telle qu une taxe sur les opérations financières. Promouvoir et défendre de façon proactive l importance de la prise en main par les membres de la communauté de leur propre développement et le rôle fondamental que joue la société civile dans cette approche RECOMMANDATION 6 Sensibiliser et engager les membres de nos organismes respectifs, et la population en général, aux enjeux du développement d une économie citoyenne sans aucun laissé-pour-compte et à la valeur de celle-ci au Canada et dans le monde. Recommandations du Sommet

7 RECOMMANDATION 7 Se mobiliser et militer pour que l ensemble du commerce international soit réglementé selon les principes de justice et d équité, garantissant la dignité et des conditions de travail et des salaires décents, et ce, dans le respect de l environnement. RECOMMANDATION 8 Encourager l échange des connaissances et renforcer la capacité des communautés et de la société civile à coconstruire et contrôler les politiques publiques favorables à des économies sociales et solidaires, à l échelle locale, nationale et internationale. Recommandations du Sommet

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives

Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives Initiatives pour développer l achat public auprès des entreprises collectives 1 Ce document a été réalisé par la Direction du développement régional et de l économie sociale du ministère des Affaires municipales,

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014

COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 COLLÈGE FRONTIÈRE : Plan stratégique 2011-2014 1 En tant que pionnier en matière d alphabétisation au Canada, nous rejoindrons plus d apprenants d ici 2014 en faisant preuve de leadership. Nous atteindrons

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance

L éducation postsecondaire : la clé pour atteindre l autosuffisance Résumé du plan action pour transformer l éducation postsecondaire du Nouveau-Brunswick 1 Introduction Le Nouveau-Brunswick est en voie de traverser une période de croissance et de possibilités historiques.

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé

Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Pratiques exemplaires et obstacles fédéraux : profession et formation des professionnels de la santé Association médicale canadienne Mémoire présenté au Comité permanent de la santé de la Chambre des communes

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé

Conférence mondiale sur les déterminants sociaux de la santé. Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Déclaration politique de Rio sur les déterminants sociaux de la santé Rio de Janeiro (Brésil), 21 octobre 2011 1. À l invitation de l Organisation mondiale de la Santé, nous, Chefs de Gouvernement, Ministres

Plus en détail

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux

Organisation internationale du Travail. Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Organisation internationale du Travail Entreprises durables: créer des emplois meilleurs et plus nombreux Développement durable et emplois décents M. Crozet/OIT Malgré plusieurs décennies de gains économiques

Plus en détail

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP

Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP Lignes directrices Conseil national des secteurs du SCFP 1. But Le travail par secteur s effectue de nombreuses façons au SCFP, mais les structures des secteurs ne profitent pas d un forum national qui

Plus en détail

Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada

Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada Inter-Action Le nouveau Programme de subventions et de contributions pour le multiculturalisme du Canada PROJETS Ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux du Canada, 2011 N o de catalogue

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives

La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives La finance solidaire au Québec : enjeux et perspectives Conférenciers Stéphane Chabot, Réseau d investissement social du Québec (RISQ) Lucie Villeneuve, Réseau québécois du crédit communautaire (RQCC)

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction

CCM/MSP/2010/WP.3. Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010. Projet Plan d action de Vientiane. I. Introduction Convention sur les armes à sous-munitions 13 octobre 2010 Français Original: anglais CCM/MSP/2010/WP.3 Première Assemblée des États parties Vientiane (République démocratique populaire lao) 9-12 novembre

Plus en détail

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE

Avis d'emploi vacant. Poste(s) supervisé(s) : Date d'affichage : 18 mars 2015. À propos de CATIE Titre du poste : Service : Relève de : Poste(s) supervisé(s) : Statut : Endroit : Courtier en connaissances, Programmes de santé sexuelle des hommes gais Échange des connaissances Directrice associée,

Plus en détail

Utiliser le secteur privé comme levier?

Utiliser le secteur privé comme levier? Utiliser le secteur privé comme levier? Comprendre et analyser la collaboration des organisations canadiennes de développement international avec le secteur privé par le biais du plaidoyer, du dialogue,

Plus en détail

Vérification interne. Vérification de suivi Rapport de 2005 du BVG Élections Canada L administration du processus électoral fédéral

Vérification interne. Vérification de suivi Rapport de 2005 du BVG Élections Canada L administration du processus électoral fédéral Vérification interne Vérification de suivi Rapport de 2005 du BVG Élections Canada L administration du processus électoral fédéral Novembre 2008 www.elections.ca TABLE DES MATIÈRES 1. Sommaire...5 1.1

Plus en détail

Plan d action d Équiterre 2015

Plan d action d Équiterre 2015 Plan d action d Équiterre 2015 (présenté au Conseil d administration le 25 novembre 2014) (adopté le 15 janvier 2015) Version du 25 novembre 2014 LA MISSION L énoncé de mission d une organisation définit

Plus en détail

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable

Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable Finance socialement responsable: une nouvelle architecture financière: l Innovation sociale pour un développement soutenable 1 Finance socialement responsable Marguerite Mendell Université Concordia CRISES-HEC

Plus en détail

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada.

La permission de diffuser est accordée. Prière de mentionner l Association des infirmières et infirmiers du Canada. Énoncé de position LA PLANIFICATION NATIONALE DES RESSOURCES HUMAINES DE LA SANTÉ POSITION DE L AIIC L AIIC croit qu une planification réussie des ressources humaines de la santé au Canada passe par un

Plus en détail

VÉRIFICATION DU PROGRAMME NATIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES ARCHIVES

VÉRIFICATION DU PROGRAMME NATIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES ARCHIVES VÉRIFICATION DU PROGRAMME NATIONAL DE DÉVELOPPEMENT DES ARCHIVES RAPPORT DE VÉRIFICATION JUIN 2010 Bibliothèque et Archives Canada Page 2 TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ 4 1.0 DESCRIPTION DU PROGRAMME 6 1.1

Plus en détail

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC)

VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU DU MDP ET DE L AC) AFFAIRES ÉTRANGÈRES ET COMMERCE INTERNATIONAL BUREAU DE L INSPECTEUR GÉNÉRAL VÉRIFICATION DES CONTRIBUTIONS AU BUREAU CANADIEN DU MÉCANISME POUR UN DÉVELOPPEMENT PROPRE ET DE L APPLICATION CONJOINTE (BUREAU

Plus en détail

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec

Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Pour la prospérité : investissons dans le développement social du Québec Présentation à la ministre des Finances du Québec, Mme Monique Jérôme-Forget lors des consultations prébudgétaires le 14 février

Plus en détail

La politique alimentaire populaire

La politique alimentaire populaire La politique alimentaire populaire Diana Bronson Sécurité alimentaire Canada Grand Rassemblement Québec en forme Le 19 mars 2013 Sécurité alimentaire Canada Sécurité Alimentaire Canada est une alliance

Plus en détail

Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ. Corporate Plan Summary 2011 16 2

Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ. Corporate Plan Summary 2011 16 2 Plan d entreprise 2011-2016 RÉSUMÉ Corporate Plan Summary 2011 16 2 Plan d entreprise 2011-2016 Résumé 350 rue Albert CP 1047 Ottawa ON K1P 5V8 1-800-263-5588 ou 613-566-4414 info@conseildesarts.ca conseildesarts.ca

Plus en détail

Cordialement, 2 P age

Cordialement, 2 P age Les archives au Canada : vision et domaines prioritaires pour 2015-2025 Consultation de la communauté En janvier 2014, la communauté des archives a organisé le Sommet sur les archives au Canada : Vers

Plus en détail

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada

L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada L'Association des Étudiant(e)s Infirmier(ère)s du Canada Documents constitutifs Dans le présent document, les termes utilisés au masculin incluent le féminin et inversement. Comité sur l informatique Diffuser

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS

CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS CAISSE D ÉCONOMIE SOLIDAIRE DESJARDINS Projet de loi no 27 Loi sur l économie sociale Mémoire présenté au ministère des Affaires municipales, des Régions et de l Occupation du territoire dans le cadre

Plus en détail

Développement de l organisation artistique et culturelle

Développement de l organisation artistique et culturelle 2 Stratégie sectorielle 2 : Développement de l organisation artistique et culturelle 99 Développement de l organisation artistique et culturelle Table des matières 1. Définition... 99 2. État des lieux

Plus en détail

Carnet de voyage. Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale

Carnet de voyage. Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale Les Rendez-vous des Grands rassembleurs Carnet de voyage Un périple au cœur des besoins en développement des compétences des acteurs et actrices engagées en mobilisation locale Dynamo Ressource en mobilisation

Plus en détail

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014

Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Réunion mondiale sur l Éducation pour tous UNESCO, Mascate, Oman 12-14 mai 2014 Déclaration finale de la Réunion mondiale sur l EPT 2014 Accord de Mascate Préambule 1. Nous, ministres, chefs de délégations,

Plus en détail

Partenaires dans la croissance

Partenaires dans la croissance ents à valeur ajoutée Technologie de l information et des communications Bioscienc osciences Aérospatiale et défense Fabrication industrielle Bois à valeur ajoutée ents à valeur ajoutée Technologie de

Plus en détail

Grâce à l investissement

Grâce à l investissement Appuyer la prospérité économique Grâce à l investissement Mémoire de l ACCC au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Mémoire préparé par : Association des collèges communautaires du

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du

direction de l éducation conseil en matière de gouvernance Partie A : L évaluation du rendement de la Partie B : L autoévaluation du rendement du CORPORATION DES SERVICES EN ÉDUCATION DE L ONTARIO Programme de perfectionnement professionnel des membres des conseils scolaires Modules 5 Partie A : L évaluation du rendement de la direction de l éducation

Plus en détail

Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick

Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick Être inspiré. Être prêt. Être meilleur. Plan d action pour transformer l éducation postsecondaire au Nouveau Brunswick Rapport d étape sur le plan d action Mars 2010 Être inspiré. Être prêt. Être meilleur.

Plus en détail

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes

Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes Consolider le leadership international du Canada en matière de promotion de l égalité entre les sexes :5 Rédigé par les membres du Groupe de travail informel sur les droits des femmes une organisation

Plus en détail

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme

Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Observations sur l avant-projet de loi, Loi sur l aménagement durable du territoire et l urbanisme Déposé à la Commission de l aménagement du territoire de l Assemblée nationale du Québec Dans le cadre

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Notre vision Notre mission Justice publique

Notre vision Notre mission Justice publique Notre vision L organisme Citizens for Public Justice (CPJ) est déterminé à favoriser l épanouissement humain et l intégrité de la création, en réponse à l appel de Dieu pour l amour, la justice et la bonne

Plus en détail

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2

Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO - Suivi de CONFITEA VI page 2 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne de l UNESCO concernant le suivi de la mise en œuvre des engagements de CONFINTEA VI Le 19 janvier 2012 Commentaires de l ICÉA à la Commission canadienne

Plus en détail

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire

Projet de loi n o 27. Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire Projet de loi n o 27 LOI SUR L ÉCONOMIE SOCIALE Mémoire présenté à la Commission de l aménagement du territoire par la Centrale des syndicats démocratiques (CSD), la Confédération des syndicats nationaux

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

2013-2018 PLAN STRATÉGIQUE

2013-2018 PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 PLAN STRATÉGIQUE Introduction Le Conseil d administration de l Association canadienne des foires et expositions (A.C.F.E.) est heureux de vous présenter son Plan stratégique, dans lequel il décrit

Plus en détail

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS

CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS CONCOURS DE RECHERCHE 2014-2015 : ÉTUDE PILOTE À PETITE ÉCHELLE SUR L INNOVATION EN SÉCURITÉ DES PATIENTS ANNONCE Le 15 janvier 2014 À l intention des chercheurs relevant d organismes de santé ou d universités

Plus en détail

Vous êtes AUSSI des gens d affaires

Vous êtes AUSSI des gens d affaires Vous êtes AUSSI des gens d affaires Présentation au congrès de l OTTIAQ 2013 Vendredi 22 novembre 2013 Simon Gaudreault, économiste Qui sommes-nous? Association de PME fondée en 1971, 42 ans d existence

Plus en détail

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux

Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux Recherche et relations internationales (RRI) Elisa Pylkkanen Directrice adjointe, partenariats internationaux ADARUQ - Novembre 2013 RRI : Un aperçu «Habiliter, faciliter, créer des liens» Habiliter les

Plus en détail

Solidaires face à la violence faite aux femmes

Solidaires face à la violence faite aux femmes Solidaires face à la violence faite aux femmes Femmes de la francophonie en contexte minoritaire : Solidaires face à la violence faite aux femmes Alliance de la francophonie canadienne Table des matières

Plus en détail

Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement. économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux

Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement. économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux Le projet que je vous soumets concerne l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec dont les principaux services sont offerts dans notre région par Développement Économique

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

PREMIERS MINISTRES ET DIRIGEANTS AUTOCHTONES NATIONAUX RENFORCER LES RELATIONS ET COMBLER L ÉCART KELOWNA (COLOMBIE-BRITANNIQUE) 24-25 NOVEMBRE 2005

PREMIERS MINISTRES ET DIRIGEANTS AUTOCHTONES NATIONAUX RENFORCER LES RELATIONS ET COMBLER L ÉCART KELOWNA (COLOMBIE-BRITANNIQUE) 24-25 NOVEMBRE 2005 PREMIERS MINISTRES ET DIRIGEANTS AUTOCHTONES NATIONAUX RENFORCER LES RELATIONS ET COMBLER L ÉCART KELOWNA (COLOMBIE-BRITANNIQUE) 24-25 NOVEMBRE 2005 INTRODUCTION Les premiers ministres et les dirigeants

Plus en détail

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR

RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR RÉSEAU SANTÉ NOUVELLE-ÉCOSSE PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 VERSION SOUMISE AUX MEMBRES DU CONSEIL D ADMINISTRATION PAR JEAN-GUY VIENNEAU JGV CONSULTANTS INC. DIEPPE, N.-B. AVRIL 2013 TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes

Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada. au Comité permanent des finances. de la Chambre des communes Mémoire prébudgétaire présenté par Imagine Canada au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Novembre 2013 Recommandations Au nom des organismes de bienfaisance canadiens, Imagine Canada

Plus en détail

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION

PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION Énoncé de position PRÉPARATION AUX SITUATIONS D URGENCE ET CAPACITÉ D INTERVENTION POSITION DE L AIIC La profession infirmière 1 joue un rôle essentiel dans tous les aspects de la gestion des urgences,

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO

DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DECLARATION UNIVERSELLE DE L UNESCO SUR LA DIVERSITE CULTURELLE CULTURELLE Adoptée par la 31 e session de la Conférence Générale de l UNESCO PARIS, 2 NOVEMBRE

Plus en détail

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation

Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Assouplir l offre et les modalités de soutien financier pour améliorer l accessibilité à la formation Commentaires du Conseil du patronat du Québec dans le cadre de la consultation sur l accessibilité

Plus en détail

Ententes de développement des ressources humaines autochtones au Québec

Ententes de développement des ressources humaines autochtones au Québec FNHRDCQ CDRHPNQ Ententes de développement des ressources humaines autochtones au Québec Il existe 5 détenteurs d ententes au Québec qui ont la responsabilité d administrer les programmes d emploi et de

Plus en détail

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR :

ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : ETHIQUES & ENGAGEMENTS SOCIE TE EDIPOST ----------------------- MISE A JOUR : Mercredi 2 Février 2011 ----------------------- Mercredi 2 Février 2011 Auteur : Direction Générale EDIPOST Page : 2 sur 13

Plus en détail

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario

AAnnexe A. Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario AAnnexe A Détails sur les programmes d éducation des adultes et les services connexes en Ontario 60 L Ontario apprend : Le renforcement de notre système d éducation des adultes En juin 2004, de l information

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg

Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Evaluation de six ONG de développement agréées par le Ministère des Affaires Etrangères et Européennes du Grand-Duché de Luxembourg Rapport de Synthèse de l évaluation Extrait de la version finale du 24

Plus en détail

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart

Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada. Élimine l écart Élection fédérale de 2015 Priorités pour les Premières Nations et le Canada Élimine l écart L élection fédérale est l occasion de concrétiser les espoirs et les rêves d une vie meilleure. Pour ceux qui

Plus en détail

Plan d action 2010-2015 de la Stratégie de cybersécurité du Canada

Plan d action 2010-2015 de la Stratégie de cybersécurité du Canada Plan d action -2015 de la Stratégie de cybersécurité du Canada Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2013 No de cat. : PS9-1/2013F-PDF ISBN : 978-0-660-20521-2 ii Introduction La technologie de l information

Plus en détail

Planification de la réussite. Un guide pour planifier votre projet communautaire

Planification de la réussite. Un guide pour planifier votre projet communautaire À propos de l APECA L Agence de promotion économique du Canada atlantique (APECA) est un organisme du gouvernement du Canada dont le siège social est situé dans la région de l Atlantique. Elle vise à renforcer

Plus en détail

Plan d action pour les services de santé non assurés

Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action pour les services de santé non assurés Plan d action national des Premières Nations pour les services de santé non assurés (SSNA) Avec la participation et l orientation du Comité des Chefs

Plus en détail

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013

Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Synthèse des réponses reçues du sondage du 8 février 2013 Ont répondu (8à 9 membres/14) : Carrefour de participation, ressourcement et formation (CPRF), Centre de formation régionale de Lanaudière (CFRL)

Plus en détail

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars

Observations du commissaire au développement durable, M. Jean Cinq-Mars Rapport du Vérificateur général du Québec à l Assemblée nationale pour l année 2015-2016 Rapport du commissaire au développement durable Printemps 2015 Observations du commissaire au développement durable,

Plus en détail

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif

Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins. Être un employeur distinctif Faire face à la pénurie de main-d œuvre chez Desjardins Être un employeur distinctif ASDEQ Mai 2010 La mission de Desjardins Contribuer au mieux-être économique et social des personnes et des collectivités

Plus en détail

S INVESTIR AUJOURD HUI POUR PRÉPARER DEMAIN. des régimes de retraite PLAN D ACTION

S INVESTIR AUJOURD HUI POUR PRÉPARER DEMAIN. des régimes de retraite PLAN D ACTION S INVESTIR AUJOURD HUI POUR PRÉPARER DEMAIN Commission administrative des régimes de retraite et d assurances PLAN D ACTION DE DÉVELOPPEMENT DURABLE 2009-2015 Le contenu de cette publication a été rédigé

Plus en détail

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015)

PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) PAMAQC COMPARAISON DES CRITÈRES (2006-2011), DES CRITÈRES (2011-2015) ET DES NORMES (2015) Normes (2015) Critères (2011-2015) Critères (2006-2011) 1. SYSTÈME DE GESTION DE LA QUALITÉ DES PROGRAMMES 6.

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée

Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Appel à l action relativement au chômage, au sous-emploi et à la pénurie de main-d œuvre qualifiée Introduction Les diplômés des universités et des collèges du Canada sont confrontés à des taux inacceptables

Plus en détail

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT)

Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique (AQIT) Québec, le jeudi 4 août 2011 L Honorable James H. Flaherty Ministre des Finances du Canada Objet : Consultations pré-budgétaires fédérales Mémoire de l Association québécoise de l industrie touristique

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi)

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016. Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 Institut de la gestion financière du Canada (igf*fmi) Ce rapport a été préparé par : 205, rue Catherine, Suite 300 Ottawa, Ontario K2P 1C3 Tél. : 613.230.6424 Fax : 613.567.1504

Plus en détail

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD)

Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Charte «Éducation au Développement Durable» (EDD) Le Cercle de c oopération des organisations non g ouvernementales de développement La Plateforme éducation à l environnement et au développement durable

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture

Plan d action de développement durable 2009-2015. Le développement durable, une question de culture Plan d action de développement durable 2009-2015 Le développement durable, une question de culture Révisé en mars 2013 Note importante Le gouvernement du Québec a autorisé le 29 février 2013 par décret

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013

ACCORD DU 27 NOVEMBRE 2013 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796. Personnel de direction Brochure

Plus en détail

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux

Guide pour une demande de financement. 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Guide pour une demande de financement 2012-2014 Fonds régional d investissement jeunesse (FRIJ) Projets locaux et régionaux Table des matières 1. PRÉSENTATION... 3 1.1 Le Forum jeunesse de la région de

Plus en détail

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec

Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Formule de financement des écoles des Premières Nations L instrument d une politique de mise en échec Le sous-financement chronique de notre éducation est une stratégie pour forcer l intégration avec les

Plus en détail

POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des actions prises aujourd hui pour demain

POLITIQUE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Des actions prises aujourd hui pour demain POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Des actions prises aujourd hui pour demain POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE PRÉAMBULE L Assemblée générale des Nations Unies constituait la Commission mondiale de l

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents!

Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Un régime québécois d assurance parentale : pour tous les parents! Mémoire présenté à la Commission des affaires sociales dans le cadre des consultations particulières et des auditions publiques sur le

Plus en détail

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019

Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Plan de développement global de la communauté francophone de Terre-Neuve-et-Labrador 2014-2019 Janvier 2015 Table des matières Contexte... 3 Méthodologie... 3 États des lieux... 4 Hier : de grandes réalisations...

Plus en détail

Les OSC en route pour Busan :

Les OSC en route pour Busan : Les OSC en route pour Busan : messages-clés et propositions des OSC Avril 2011 En coopération avec Ce document a un but évolutif. Nous invitons les OSC à nous soumettre leurs commentaires et contribitions,

Plus en détail

L économie sociale: un levier de développement durable en Chaudière-Appalaches

L économie sociale: un levier de développement durable en Chaudière-Appalaches L économie sociale: un levier de développement durable en Chaudière-Appalaches CAHIER DU PARTICIPANT VENDREDI, 23 NOVEMBRE 2012 CLUB DE GOLF DE MONTMAGNY Une réalisation de TABLE DES MATIÈRES Mot du président

Plus en détail

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social

2012-2016 4+4 4+4 2012-2016. Stratégie du Pôle Social. Stratégie du Pôle Social 2012-2016 Stratégie du Pôle Social 4+4 4+4 Stratégie du Pôle Social 2012-2016 »YɪàL G Ö dg á«é«jgî SG 4+4 2012-2016 Introduction Notre pays entre dans une nouvelle phase de construction d un projet national

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail