Faut-il repenser les pratiques d accompagnement? Le cas des entrepreneurs par nécessité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Faut-il repenser les pratiques d accompagnement? Le cas des entrepreneurs par nécessité"

Transcription

1 Faut-il repenser les pratiques d accompagnement? Le cas des entrepreneurs par nécessité Walid A. NAKARA Groupe Sup de Co Montpellier Business School Alain FAYOLLE EM Lyon Business School Résumé Ce travail soulève la question, encore peu explorée dans la littérature en entrepreneuriat, de l adéquation entre les dispositifs d accompagnement et le cas des entrepreneurs par nécessité. Ces individus, demandeurs d emploi et dans des situations personnelles et professionnelles difficiles, se trouvent contraints de se tourner vers l expérience entrepreneuriale. Ceci pose des interrogations quant à la compatibilité des systèmes d accompagnement actuels avec la spécificité de leur profil. Nous proposons à travers une approche critique du courant traditionnel de l entrepreneuriat une lecture différente montrant l incohérence des pratiques existantes avec les besoins actuels des porteurs de projets. Dans un contexte économique et social difficile, ce type d entrepreneurs risque d augmenter fortement. Ceci constitue donc un vrai défi pour les décideurs et les pouvoir publics qui ont longtemps encouragé les demandeurs d emploi à aller dans le sens de la création d entreprise. Par conséquent, il devient impératif d innover et de repenser les dispositifs d accompagnement afin de suivre les mutations que connait le champ de l entrepreneuriat dans sa double vocation, économique et sociale. 1

2 Introduction Au moment où le nombre de créations d entreprises affiche des niveaux historiques - les derniers chiffres de l Insee indiquent que le nombre de créations s élève à sur la seule période de janvier à juillet 2011 et un total de en , notre société connait de profondes mutations (inégalités sociales, crise structurelle, licenciements, précarité, injustice sociale, crise de confiance). Dans ce contexte économique, et depuis quelques années, nous assistons à une très forte remontée du nombre de chômeurs en France. Selon les données Eurostat, le chômage en France s établit à 9.5% de la population active en mai 2011 ; le chômage de longue durée a augmenté de 20%. Or, ces facteurs économiques défavorables sont considérés comme des éléments qui favorisent l augmentation des entrepreneurs dits de «nécessité» (Maritz, 2004). Un entrepreneur est qualifié de «nécessité» dès lors que la création d entreprise devient son seul recours et son unique possibilité de retrouver un emploi (Hechavarria et Reynolds, 2009). Bosma et Levie (2009) définissent l entrepreneur par nécessité comme étant «toute personne qui décide de s impliquer dans une activité entrepreneuriale parce qu elle ne dispose pas d autres alternatives pour trouver un travail». Il s agit d individus qui ont été poussés par la force des choses (chômage de longue durée, licenciement, raisons familiales et personnelles, etc.) à devenir entrepreneur. Selon Cowling et Bygrave (2003), le nombre d entrepreneurs par nécessité s accroit avec la montée du chômage. En France, selon l Enquête Sine en 2006, 21,5% des entrepreneurs créent leur entreprise afin de sortir d une situation de chômage de longue durée. Le rapport de 2009 du GEM (Global Entrepreneurship Monitor) montre que 14% des projets de création d entreprise en France sont considérés comme relevant de la nécessité, soit entrepreneurs qui se trouvent dans ce cas de figure. Si l on soustrait le régime d auto-entrepreneur (c'est-à-dire près de 50% selon les chiffres de l Insee), il existerait plus de entrepreneurs de nécessité sur la seule année de Par ailleurs, l instrumentalisation de l image de l entrepreneur et les facilités accordées pour créer sa propre entreprise (entreprise à 1, régime de l auto-entrepreneuriat, etc.) ont conduit des personnes fragiles et vulnérables psychologiquement à emprunter ce chemin sans que ces dernières n aient une réelle motivation entrepreneuriale. Depuis la crise de 2008, les 1 Régime auto-entrepreneuriat inclus. 2

3 structures d accompagnement, à commencer par Pôle-Emploi, peuvent témoigner de la recrudescence de ce cas de figure. A titre d exemple, les chômeurs de longue durée, faute de trouver un emploi-salarié, sont invités à penser à la création d entreprise comme une sérieuse alternative. Même s il n existe pas de chiffres récents et détaillés en France, il existe bel et bien une augmentation du nombre d entrepreneurs de nécessité. Trois facteurs témoignent de la recrudescence de cette forme d entrepreneuriat: un faible taux de croissance économique, l accroissement du taux de chômage, et l augmentation des aides sociales (Maritz, 2004). Selon l auteur, le dernier facteur dissimule l augmentation des entrepreneurs par nécessité. Ce constat est confirmé par le rapport de 2009 du GEM (Global Entrepreneurship Monitor). Ce rapport indique que la récession de 2008 et la situation économique actuelle ont fait chuter le nombre de personnes désireuses de se lancer dans des projets de création d entreprise dans la moitié des pays considérés comme innovants. De même, le nombre d entrepreneurs par nécessité a fortement progressé et la peur de l échec liée à la création d entreprise a augmenté dans un tiers des 35 pays étudiés. Dans ce contexte spécifique et en partant de critiques récentes adressées à la vision «orthodoxe» de l entrepreneuriat (Jones et Spicer, 2009 ; Shane, 2009 ; Armstrong, 2005), l objectif de cet article est d explorer plus précisément les pratiques d accompagnement envers les entrepreneurs par nécessité. La question que nous posons est donc la suivante : les dispositifs et les politiques d accompagnement actuels sont-ils en adéquation avec les attentes et les besoins de cette typologie d entrepreneurs? ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS PAR NÉCESSITÉ L accompagnement des entrepreneurs par nécessité est une question peu explorée dans la littérature en entrepreneuriat. Pourtant, ces individus constituent un groupe d entrepreneurs de plus en plus important. Demandeurs d emploi et dans des situations personnelles et professionnelles difficiles, ils se trouvent contraints de se tourner vers l expérience entrepreneuriale. Ils ont par ailleurs des caractéristiques distinctes: manque de confiance en soi, précarité, isolement, manque de réseau et d expérience professionnelle. Ceci pose des interrogations quant à la compatibilité des systèmes d accompagnement actuels avec la spécificité de leur profil. 3

4 Caractéristiques des entrepreneurs par nécessité L intérêt porté au champ de l entrepreneuriat par la communauté scientifique ne cesse de s accroitre, comme en témoigne la multiplication des chercheurs, conférences, revues et programmes d enseignement dans les universités et grandes écoles. Il existe un regain d intérêt semblable dans les discours politiques et les dispositifs mis en place, notamment en période de crise et de forte augmentation du chômage. Néanmoins, l entrepreneuriat ne présente pas que des éléments positifs (Lambrecht et Beens, 2005). Il existe effectivement un «dark side» pour reprendre les termes de Kets de Vries M. (1985). En effet, tous les demandeurs d emploi, tous les «exclus» de notre société n ont pas toujours l envie d entreprendre, ni les ressources, au sens large, pour réussir dans cette voie (Blackburn et Ram, 2006). Créer une nouvelle activité s avère très facile aujourd hui pour des demandeurs d emploi, la pérenniser est une affaire beaucoup plus compliquée, comme le montrent des études récentes qui lient la survie et le développement des entreprises avec les motivations des entrepreneurs (Ashta et Raimbault 2009 ; Caliendo et Kritikos, 2009 ; Caliendo et Kritikos, 2010 ; McMullen et al. (2008). Selon ces travaux, la survie des auto-entreprises et la pérennisation des emplois créés seraient d autant plus problématiques que les motivations relèvent de facteurs exclusivement «push». En effet, deux types d entrepreneuriat ont été identifiés dans la littérature : l entrepreneuriat par opportunité et l entrepreneuriat par nécessité. L entrepreneuriat par opportunité relève de facteurs «pull» tels que l autonomie, l indépendance, la liberté, l argent, le défi, le statut social ou encore la reconnaissance (Carter et al., 2003 ; Kolvereid, 1996 ; Wilson et al., 2004). L entrepreneuriat par nécessité est lié à des facteurs «push» comme le chômage, le licenciement ou la menace de la perte d emploi (Thurik et al., 2008). Par conséquent, les notions d entrepreneuriat par nécessité et par opportunité sont similaires aux motivations «push» et «pull» où la finalité est la poursuite de l «opportunité entrepreneuriale» (Amit et Mueller, 1995). Néanmoins, nous pensons, à l instar de Solymossy (2005), que l entrepreneuriat par nécessité est différente des motivations «push» car elle ne crée pas forcément une «opportunité entrepreneuriale» d où notre vision critique sur le phénomène. A quelques rares exceptions près, la littérature sur l entrepreneuriat a souvent décrit le «processus» comme étant bénéfique pour l individu, l organisation et l économie (De Carolis et Saparito, 2006 ; Shrader et Siegel, 2007 ; Haugh, 2007). Très peu d études se sont intéressées aux disfonctionnements de l entrepreneuriat (Kets de Vries, 1985 ; Solomon et 4

5 Winslow, 1988 ; Winslow et Solomon, 1989 ; Shane, 2008 et 2009 ; Armstrong, 2005 ; Jones et Spicer, 2009). Pourtant, la réalité montre un visage tout autre de l entrepreneuriat et de l entrepreneur. Bien souvent, ces derniers ne sont pas porteurs d innovation, ni créateurs d emploi et surtout pas des nouveaux riches (Shane, 2008, 2009). Derrière l idée d émancipation et de résilience de l entrepreneuriat, la précarité des créateurs d entreprise reste un sujet tabou, notamment parmi les individus les plus vulnérables d un point de vue psychologique et économique. Selon l étude menée par Fayolle et Nakara (2010), les entrepreneurs par nécessité ont plusieurs particularités qui les distinguent des entrepreneurs tels qu identifiés par la littérature classique. Tout d abord, ils se caractérisent par un manque de confiance en soi. En effet, le contexte spécifique actuel caractérisé par une profonde crise financière, économique et sociale rend les entrepreneurs par nécessité beaucoup plus fragiles et vulnérables. Ces derniers, ayant connus des échecs parfois répétitifs dans le monde du travail, ont perdu en quelque sorte la confiance dans le modèle de l entreprise, mais aussi, confiance en eux-mêmes. Un grand nombre d entre-deux ont connu les traumatismes du licenciement, du chômage et de l exclusion. De plus, la réussite des entrepreneurs est toujours liée à la volonté, la persévérance et l envie d y arriver ; or le manque d estime de soi est un handicap majeur dans ce sens. Ensuite, de nombreux entrepreneurs par nécessité, pour ne pas dire la majorité d entre-deux, ont eu un passé personnel difficile. Certains ont vécu les frasques du chômage de longue durée, d autres ont connu des problèmes de santé (difficultés physiques mais aussi psychiques), ou encore des situations d isolement (divorcés, immigrés, femmes isolées avec enfants, jeunes diplômés, handicapés). Cette situation est une source de fragilisation supplémentaire des entrepreneurs par nécessité. Ces derniers n ont souvent pas de réseaux professionnels, ni même de famille ou d entourage qui jouent un rôle prépondérant dans les chances de réussite des projets, notamment pendant la phase de démarrage. Ce soutien permet à la fois à l entrepreneur de croire davantage à la réussite de son projet, mais également de faire face à une situation de départ fragile financièrement. Les entrepreneurs de nécessité n ont souvent que peu d expérience professionnelle en adéquation avec leur projet (Fayolle et Nakara, 2010). Il s agit de personnes qui tentent pour la première fois l aventure en tant qu entrepreneur. Auparavant, ils n ont jamais songé à se 5

6 lancer dans cette voie, ils n y sont donc pas préparés humainement et techniquement. Ils étaient contraints de créer leur entreprise car ils n avaient pas d autres solutions en perspective. Or, l expérience est une des compétences-clé en entrepreneuriat. Ainsi, selon une étude publiée en 2011 par la direction générale de la petite entreprise au Canada, 86% des entrepreneurs estiment que «leur expérience antérieure constituait le facteur le plus important dans leur réussite». Il s agit d un atout considérable au vu des difficultés que chaque entrepreneur doit surmonter. De plus, le «métier d entrepreneur» exige une multitude de compétences (commerciales, financières, humaines, stratégiques). L absence de ces compétences spécifiques peut conduire à l échec. Les entrepreneurs par nécessité ne choisissent pas forcément des projets de création en phase avec leur expérience professionnelle passée. Sans parler des «jeunes diplômés» qui ont généralement une expérience qui se résume à des stages d études. Pour conclure, l entrepreneur par nécessité n est pas un «entrepreneur innovateur» au sens de Schumpeter (1934), ni un entrepreneur Kirznérien qui détecte et saisit les opportunités (Kirzner, 1973), et encore moins un entrepreneur preneur de risque dans un environnement incertain au sens de Knight (1921) et de l école néo-classique. Par conséquent, il devient nécessaire de personnaliser et d adapter les dispositifs et les politiques d accompagnement des entrepreneurs par nécessité. Spécificités de l accompagnement par nécessité L accompagnement de l entreprise est l une des clés de voûte de la réussite de l entrepreneuriat et a des enjeux économiques et sociaux considérables. L objectif de cet article est d examiner l adéquation entre l offre d accompagnement et les besoins et attentes spécifiques des entrepreneurs par nécessité. Cela aidera à mieux comprendre le comportement de ce type d entrepreneur et à accroitre l efficience des dispositifs d accompagnement dans ce cas spécifique car «les accompagnés ont eux-mêmes des profils singuliers, des besoins distincts, des problématiques à résoudre particulières» (Chabaud et al., 2010). L étude de Fayolle et Nakara (2010) montre que les entrepreneurs par nécessité, lorsqu ils créent leur entreprise, sont très fragilisés, agissant dans un environnement ambivalent, à la fois incitant et contraignant. Les projets et organisations sur lesquels ils concentrent leurs efforts sont peu structurés, fragiles et demeurent exposés au moindre aléa. De même, le processus de création 6

7 est caractérisé par une très forte pression liée aux contraintes des individus et à celles de leur environnement. Il est ainsi indispensable d offrir un accompagnement mieux adapté et sans doute fortement personnalisé pour ce type d entrepreneur. En effet, l accompagnement des entrepreneurs par nécessité n a fait l objet que de très peu d études, notamment dans le contexte français (Couteret, 2010). Les dispositifs d accompagnement actuels restent inadaptés à ce nouveau type d entrepreneur. Ceci est dû entre autres à l inadéquation des compétences des accompagnateurs avec le profil des entrepreneurs par nécessité. Selon Cuzin et Fayolle (2004), «quand les besoins se trouvent plutôt focalisés sur l individu (interrogations et doutes ou au contraire trop fortes certitudes, besoin de formation ou d information ), l accompagnement est psychologique et s apparente au coaching». Or cette dimension psychologique dans le processus d accompagnement semble délaissée dans la pratique. Ceci peut s avérer préjudiciable dans le cas du suivi des entrepreneurs de nécessité. L un des objectifs de l accompagnement est d aider les futurs entrepreneurs à dépasser les barrières qu ils rencontrent. Des dispositifs existent dans ce sens. Mais il s agit d outils d ordre technique. Selon Valeau (2006), l aide psychologique n existe que très peu et se pratique d une façon informelle. La raison est simple : les accompagnateurs ne disposent pas de compétences fondamentales pour aider psychologiquement les entrepreneurs. La spécificité des entrepreneurs de nécessité font qu ils ne disposent pas généralement des caractéristiques essentielles pour réussir : la confiance en soi, l autonomie, la créativité, la persévérance, l audace (Fairlie et Holleran, 2011 ; Shaver, 1995 ; Afzalur, 1996). Par ailleurs, accompagner un entrepreneur ne signifie pas systématiquement le guider vers une trajectoire unique et standard, c est-à-dire un même chemin emprunté par tous pour atteindre un ou plusieurs objectifs. Selon Beauvais (2004), «accompagner l autre, c est faire un bout de chemin avec lui vers «quelque chose», ce bout de chemin se construit en marchant et ce «quelque chose» s invente en se faisant ( ). Il ne s agit pas tant que l autre atteigne un but mais qu il l atteigne à sa façon et cette façon ne peut être que singulière, elle ne peut se prédire, elle s invente au fur et à mesure, elle prend forme en se formant». Il est ainsi indispensable d appliquer les dispositifs d accompagnement en tenant compte des spécificités des entrepreneurs par nécessité, notamment quand on s aperçoit du faible taux de réussite des projets et organisations développés par ces entrepreneurs (Johnson, 1990 ; Pfeiffer et Reize, 2000 ; Andersson et Wadensjö, 2007). 7

8 Il y a là un besoin urgent pour les pouvoirs publics et les différents organismes d accompagnement de se pencher sur le sujet afin de soutenir les entrepreneurs par nécessité, mais aussi d apporter une aide opérationnelle aux accompagnateurs qui éprouvent beaucoup de difficultés face à la situation sociale et personnelle de ces créateurs vivant dans la précarité. REPENSER LES PRATIQUES D ACCOMPAGNEMENT DES ENTREPRENEURS PAR NÉCESSITÉ Face à l augmentation du nombre de créateurs d entreprise en général et des entrepreneurs par nécessité en particulier, il devient impératif d accorder davantage de ressources aux structures d accompagnement. Par ailleurs, face à la diversité des besoins des entrepreneurs, les professionnels de l accompagnement doivent repenser leurs pratiques et les adapter aux changements des profils des porteurs de projets et leurs aspirations. Cela constitue un défi majeur pour les pouvoirs publics. Le réseau personnel des entrepreneurs par nécessité, les nouvelles technologies ainsi que le milieu associatif sont également des moyens de sortir de la précarité et de l isolement. L urgence d adapter les pratiques d accompagnement au profil des entrepreneurs par nécessité L accompagnement des entrepreneurs par nécessité requiert des postures et des aptitudes particulières. Ainsi l écoute active, l empathie, le soutien psychologique, les techniques de l herméneutique et de la maïeutique ainsi que la psychothérapie peuvent résoudre la complexité du phénomène (Pages, 1993). Ce besoin a été observé à la fois chez les professionnels de l accompagnement et les entrepreneurs de nécessité (Nakara et Fayolle, 2012). Les deux auteurs soulèvent l importance de la dimension psychologique et humaine parmi ces derniers. Les professionnels de l accompagnement doivent par conséquent adapter leurs conseils au profil des entrepreneurs par nécessité. Les deux parties prenantes, c'est-à-dire accompagnateur et entrepreneur par nécessité, sentent bien souvent de l incompréhension, de la démotivation et de l incertitude. Ils expriment de nombreux questionnements sur l utilité et l efficacité de certains dispositifs d accompagnement dans ce cas spécifique. Ceci résulte des incohérences et de l incompatibilité des compétences des accompagnateurs (d ordre techniques) avec les besoins et les attentes des entrepreneurs par nécessité (d ordre humain et 8

9 psychologique). L accompagnement est restreint dans la majorité des cas à un unique transfert de compétences techniques. Il ne s étend pas au soutien psychologique indispensable pour les entrepreneurs par nécessité. Le sentiment prédominant chez cette catégorie de porteurs de projet est l isolement et la sensation d être seul face aux obstacles de l entrepreneuriat, mais également les difficultés personnelles qu ils rencontrent. Les entrepreneurs par nécessité ont davantage besoin de demande de réconfort que de purs conseils ou de «Problem solving». Dès lors, l une des compétences clés de l accompagnateur sera de transformer les «souffrances» de ces individus en «savoir». De leur côté, les professionnels de l accompagnement ne cachent pas leurs difficultés face à cette typologie d entrepreneurs (Nakara et Fayolle, 2012). Beaucoup de ces professionnels, contraints d écouter à chaque rendez-vous les difficultés personnelles des entrepreneurs par nécessité, expriment leur désarroi. Certains estiment qu il s agit là de gaspillage de ressources. En effet, leurs compétences financières, juridiques ou marketing ne répondent pas aux besoins spécifiques des entrepreneurs par nécessité. Ils auraient préféré travailler avec d autres porteurs de projet, davantage motivés, sur des aspects plus techniques dans lesquels ils sont davantage compétents. Mais l histoire et le passé des entrepreneurs expliquent également leur «présent» et l expérience entrepreneuriale qu ils vivent plus tard. Pour mieux comprendre les entrepreneurs par nécessité, les professionnels de l accompagnement doivent saisir cette dimension chez les entrepreneurs au risque d assister à une rupture de contrat psychologique entre les entrepreneurs de nécessité et les accompagnateurs (Robinson et Rousseau, 1994). Par conséquent, il est nécessaire de renforcer l écoute mutuelle entre parties prenantes et de redonner de la légitimité aux dispositifs et aux acteurs de ce type d accompagnement. Les entrepreneurs par nécessité sont demandeurs de cette écoute de la part des accompagnateurs mais également de la part des pouvoirs publics. Parfois, leur démarche de solliciter une aide à la création d entreprise, à titre d exemple, n est finalement qu une forme dissimulée d une demande d aide urgente car ils sont tout simplement désorientés. L accompagnement des entrepreneurs par nécessité : un défi pour les pouvoirs publics Le contexte économique et social de ces dernières années a engendré une hausse du chômage de longue durée et des entrepreneurs par nécessité. Ceci a entrainé une dégradation de la 9

10 qualité de l accompagnement. Nous assistons à une véritable politique d «industrialisation» des pratiques d accompagnement liée au nombre croissant de dossiers à traiter, qui ne laisse plus suffisamment de temps d accompagnement aux porteurs de projet. Notons l exemple des démarches d accompagnement chez Pôle Emploi où le temps de prise en charge des accompagnés s est réduit considérablement avec un effet direct sur le temps d écoute et la qualité du conseil. Ceci a entrainé un climat de tension entre les accompagnateurs et les entrepreneurs par nécessité. De par leur situation personnelle et professionnelle très délicate, ces derniers sont très susceptibles (Fayolle et Nakara, 2010) ce qui les conduit parfois à un comportement «agressif» vis-à-vis des accompagnateurs car ils sont psychologiquement très fragilisés. Par ailleurs, l accompagnement des entrepreneurs par nécessité requiert davantage de ressources (processus d accompagnement plus long pour les accompagnés, formation supplémentaire et spécifique des accompagnateurs). Il s agit d un vrai dilemme pour les pouvoirs publics : faut-il mobiliser les ressources nécessaires pour venir en aide à des entrepreneurs par nécessité ou bien abandonner l idée de soutenir des projets de création d entreprise très peu porteurs de richesse et de création d emploi comme le suggère Scott Shane (2009)? Les politiques publiques sont à repréciser, voire à réinventer. En effet, ces dernières années nous avons assisté à un ensemble de mesures qui encouragent à la création d entreprise en insistant sur la facilité du processus tout en omettant d en évoquer les risques et difficultés. Les pouvoirs publics ont volontairement mis en avant l entrepreneuriat comme solution au chômage. Néanmoins, cet avis n est pas totalement partagé par les entrepreneurs de nécessité, eux-mêmes anciens chômeurs, ni par les accompagnateurs qui suivent leur dossier. Heureusement d autres alternatives, tel que le réseau familial et virtuel, existent. Le réseau familial et virtuel : une alternative face à l échec de l accompagnement et une solution pour briser l isolement des entrepreneurs par nécessité L importance de la notion de «réseau» dans le milieu entrepreneuriale est centrale (Johannisson, 1995 ; Gulati, 1998). Dans les faits, un entrepreneur a besoin de recourir davantage à son réseau dans la phase de démarrage où bien quand il éprouve de vraies difficultés. C est le cas des entrepreneurs par nécessité, souvent des chômeurs de longue durée et personnes en manque d insertion professionnelle. Généralement, ceux qui parviennent à survivre se tournent davantage vers leurs propres réseaux (famille, amis, 10

11 investisseurs de proximité, etc.) mais aussi vers des associations, des sites web spécialisés, ou bien des forums de discussions sur le web. À ce sujet, il est force de constater la tendance actuelle des entrepreneurs à utiliser massivement les opportunités des outils «Internet» et des nouvelles technologies pour les aider dans le processus entrepreneurial (Nakara et al., 2012). Néanmoins, il est impératif de distinguer le cas des entrepreneurs par nécessité. Cet accompagnement «virtuel» conduirait en effet à moins de contacts humains et risque donc d isoler davantage cette population et d aggraver son «exclusion» de la société. Malgré tous ces avantages, ce type d accompagnement n aidera pas forcément les entrepreneurs par nécessité à reprendre confiance en eux, ni à faire face aux exigences des autres parties prenantes. En résumé, il apparait que le manque de réseau constitue généralement un trait commun aux entrepreneurs par nécessité (Fayolle et Nakara, 2010). Cela ajoute une difficulté supplémentaire à la réussite de leur projet. Fort heureusement, l approche dite sociale de l entrepreneuriat offre des pistes de réflexion alternatives qui peuvent remédier à ces lacunes. En effet, face à la théorie classique entrepreneuriale basée sur la théorie économique néoclassique, de nombreuses voix se sont levées ces dernières années pour réclamer une nouvelle approche sociale et cognitive de l entrepreneuriat (Sarasvathy, 2003). Selon les tenants de cette théorie, l approche libérale de l entrepreneuriat met de côté le «capital social» fourni par le milieu de l entrepreneur (à titre d exemple, le soutien moral et psychologique de la famille, fournisseurs de proximité, associations, amis, etc.). Ces éléments du capital social sont aussi importants que le capital financier (Janssen et Schmitt, 2011) et l État, ainsi que les autres parties prenantes, doivent en tenir compte. CONCLUSION Le présent travail se place dans une approche critique de la vision «classique» de l entrepreneuriat basée sur la théorie économique néoclassique. Souvent l image de l entrepreneur incarne l innovation, la prise de risques, la recherche et la maximisation de profit, la capacité d action, etc. Prenant le contre-pied de cette vision idéalisée, nous avons tenté d explorer le cas des entrepreneurs par nécessité dont le profil et les besoins en accompagnement semblent être différents. Ce travail de recherche autour de l accompagnement des entrepreneurs par nécessité s intéresse, par conséquent, à un objet 11

12 d étude très peu étudié. Nous avons tenté de développer une réflexion autour de l adéquation entre les dispositifs d accompagnement actuels et les caractéristiques de cette catégorie d entrepreneurs. Ces derniers sont généralement amenés par leur passé, leur environnement ainsi que les incitations des pouvoirs publics à s orienter vers l entrepreneuriat. Souvent isolés, vulnérables et précaires, les entrepreneurs par nécessité doivent faire face à des systèmes d accompagnement peu adaptés à leur profil. Cette réflexion souligne également l importance des compétences en ressources humaines (incluant la dimension psychologique) dans la relation entre accompagnateur et entrepreneur par nécessité. Par ailleurs, au vu du contexte économique et social actuel, le nombre d entrepreneurs de ce type risque de fortement augmenter. Les pouvoirs publics doivent, par conséquent, prendre conscience du phénomène et adapter les systèmes d accompagnement aux besoins des entrepreneurs par nécessité, au risque de gaspiller inutilement les ressources disponibles. Il devient impératif d innover et de repenser les dispositifs d accompagnement afin de suivre les mutations que connait le champ de l entrepreneuriat dans sa double vocation, économique et sociale. Bibliographie Afzalur R. (1996), «Stress, strain, and their moderators: an empirical comparison of entrepreneurs and managers», Journal of Small Business Management, vol. 34, No. 1, p Amit R. et Mueller E. (1995), «Push and pull Entrepreneurship», Journal of Small Business and Entrepreneurship, vol. 12, No 4, p Andersson P. et Wadensjö E. (2007), «Do the unemployed become successful entrepreneurs? A comparison between the unemployed, inactive and wage-earners», International Journal of Manpower, vol. 28, pp Ashta A. et Raimbault S. (2009), «Business perceptions of the new French regime on autoentrepreneurship: a risk-taking step back from socialism», Working Paper n 09/058, Centre Emile Bernheim. Armstrong P. (2005), Critique of entrepreneurship: People and policy, Palgrave Macmillan, Basingstoke. Beauvais, M. (2004), «Des principes éthiques pour une philosophie de l accompagnement», Savoirs No. 6, pp Blackburn R. A. et Ram, M. (2006), «Fix or fixation? The contributions and limitations of entrepreneurship and small firms to combating social exclusion», Entrepreneurship and Regional Development, vol. 18, No.1, p Bosma N. et Levie, J. (2009), Global Entrepreneurship Monitor, 2009 Global Report. Babson College, USA. Caliendo M. et Kritikos A.S. (2009), «I want to, but I also need to: Start-ups resulting from opportunity and necessity», IZA DP n

13 Caliendo M. et Kritikos A.S. (2010), «Start-ups by the unemployed: characteristics, survival and direct employment effects», Small Business Economics, vol. 35, No. 1, p Carter N.M., Gartner W.B. et Shaver K.G., Gatewood E.J. (2003), «The career reasons of nascent entrepreneurs», Journal of Business Venturing, vol. 18, No. 1, p Chabaud D., Messeghem K. et Sammut S. (2010), «vers des nouvelles formes d accompagnement», Revue de l entrepreneuriat, vol. 9, No. 2, p.1-5. Couteret P. (2010), «Peut-on aider les entrepreneurs contraints? Une étude exploratoire», Revue de l Entrepreneuriat, vol. 9, No.2. Cowling M. and Bygrave, W. (2003), «Entrepreneurship and Unemployment: Relationship Between Unemployment and Entrepreneurship in 37 Nations Participating in the Global Entrepreneurship Monitor (GEM) 2002», Babson College, Wellesley, USA. Cuzin R. et Fayolle A. (2004), «Les dimensions structurantes de l accompagnement en création d entreprise», La Revue des Sciences de Gestion, Direction et Gestion, vol. 210, pp De Carolis D. M. et Saparito P. (2006), «Social capital, cognition, and entrepreneurial opportunities: A theoretical framework», Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 30, p Fairlie R. W. et Holleran W. (2011), «Entrepreneurship training, risk aversion and other personality traits: Evidence from a random experiment», Journal of Economic Psychology. Available online 13 February Fayolle A. et Nakara W. (2010), «Création par nécessité et précarité : la face cachée de l'entrepreneuriat», 2 ème Conférence de la Fondation Nationale pour l'enseignement et la Gestion des Entreprises (FNEGE), EGM, October 22, Paris, France. Gulati R. (1998), «Alliances and networks», Strategic Management Journal, vol. 19, No. 3, p Haugh H. (2007), «Community-led social venture creation», Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 31, p Hechavarria D. M. et Reynolds, P. D. (2009), «Cultural norms and business start-ups: The impact of national values on opportunity and necessity entrepreneurs», The International Entrepreneurship and Management Journal, vol. 5, No. 4, p Janssen F et Schmitt (2011), «L entrepreneur, héros des temps moderns? Pour une analyse critique de l entrepreneuriat», In L. Taskin et M. De Nanteuil (Eds), Perspectives critiques en management, De Boeck, Bruxelles. Johnson B.R. (1990), «Toward a multidimensional model of entrepreneurship: the case of achievement motivation and the entrepreneur», Entrepreneurship Theory and Practices, vol. 14, No.3, p Johannisson B. (1995), «Entrepreneurial networking in the Scandinavian context: Theoretical and empirical positioning», Entrepreneurship and Regional Development, vol. 7, No. 3, p Jones C. et Spicer, A. (2009), Unmasking the Entrepreneur, Edward Elgar, Cheltenham (UK). Kets de Vries, M. (1985), «The dark side of entrepreneurship», Harvard Business Review, vol. 63, No. 6, p Kirzner I.M. (1973), Competition and Entrepreneurship, IL: University of Chicago Press, Chicago. Knight F.H. (1921), Risk, Uncertainty and Profit, MA: Houghton Mifflin Company, Boston. Kolvereid L. (1996), «Organizational employment versus self-employment: reasons for career choice intentions», Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 20, No. 3, p

14 Lambrecht J. et Beens E. (2005), «Poverty among self-employed business people in rich coutry: A misunderstood and distinct realty», Journal of Developmental Entrepreneurship, vol. 10, No. 3, p Maritz A. (2004), «New Zealand necessity entrepreneurs», International Journal of Entrepreneurship and Small Business, vol. 1, No. 1, p McMullen J.S. Bagby D.R. et Palich L.E. (2008), «Economic freedom and the motivation to engage in entrepreneurial action», Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 32, No. 5, p Nakara W.A. et Fayolle A. (2012), «L accompagnement des entrepreneurs de nécessité : les dispositifs et politiques actuels sont-ils adéquats?», Regards croisés sur les pratiques d accompagnement entrepreneurial, Montpellier, 19 janvier Nakara W.A. Benmoussa F-Z et Jaouen A. (2012), Entrepreneurship And Social Media Marketing: Evidence From French Small Business, International Journal of Entrepreneurship and Small Business. Pfeiffer F. et Reize F. (2000), «Business start-ups by the unemployed - an econometric analysis based on firm data», Labour Economics, vol. 7, p Sarasvathy S.D. (2003), «Entrepreneurship as a science of the artificial», Journal of Economic Psychology, vol. 24, p Schumpeter J.A. (1934), Theory of Economic Development, MA: Harvard University Press, Cambridge. Shane S. (2008), The illusions of Entrepreneurship, Yale University Press, New Haven. Shane S. (2009), «Why encouraging more people to become entrepreneurs is bad policy», Small Business Economics, vol. 33, p Shaver K.G. (1995), «The entrepreneurial personality myth», Business and Economic Review. vol 41, No. 3, p Shrader R., et Siegel D.S. (2007), «Assessing the relationship between human capital and firm performance: Evidence from technology-based new ventures», Entrepreneurship Theory and Practice, vol. 31, p Solomon G.T. et Winslow E.K. (1988), «Toward a descriptive Profile of the entrepreneur», Journal of creative behavior, vol. 22, No. 1, p Solymossy E. (2005), «Push/Pull motivation : Does it matter in terms of venture performance?» in P. Reynolds, W. Bygrave, N. Carter, S. Manigart, C. Mason, G. Meyer et K. Shaver (Eds.), Frontiers of entrepreneurship research, Babson Park: Babson college, p Thurik A.R. Carree M.A. Van Stel A.J. et Audretsch D.B. (2008), «Does self-employment reduce unemployment?», Journal of Business Venturing, vol. 23, No. 6, p Valeau P. (2006), «L accompagnement des entrepreneurs durant les périodes de doute», Revue de l Entrepreneuriat, vol 5, No. 1. p Wilson F. Marlino D. et Kickul J. (2004), «Our entrepreneurial future: Examining the diverse attitudes and motivations of teens across gender and ethnic identity», Journal of Developmental Entrepreneurship, vol. 9, No. 3, p Winslow E.K. et Solomon G.T. (1989), «Further development of a descriptive profile of entrepreneurs», Journal of creative behavior, vol. 23, No. 2, p

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France

Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Paris, le 25 octobre 2012 Présentation de deux Notes d analyse L entrepreneuriat en France Volet 1 : Mythes et réalités en comparaison internationale Volet 2 : Comment mieux accompagner la prise de risque

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

LES «BAD» PRATIQUES D'ACCOMPAGNEMENT À LA CRÉATION D'ENTREPRISE Le cas des entrepreneurs par nécessité Walid A. Nakara et Alain Fayolle

LES «BAD» PRATIQUES D'ACCOMPAGNEMENT À LA CRÉATION D'ENTREPRISE Le cas des entrepreneurs par nécessité Walid A. Nakara et Alain Fayolle LES «BAD» PRATIQUES D'ACCOMPAGNEMENT À LA CRÉATION D'ENTREPRISE Le cas des entrepreneurs par nécessité Walid A. Nakara et Alain Fayolle Lavoisier Revue française de gestion 2012/9-10 - N 228-229 pages

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai?

3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Paris, le 22 novembre 2010 3 ème édition du Baromètre Ciel de l Auto-Entrepreneur Après l engouement du nouveau régime, comment transformer l essai? Ciel, n 1 en France des logiciels de gestion et des

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE

ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE ETUDE FUSACQ / Octobre 2011 LE PROFIL DES REPRENEURS D ENTREPRISE Quel est leur profil (âge, localisation, situation familiale )? Quel est leur plan d action pour reprendre?... Quelles sont leurs motivations?

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur?

L entrepreneur. 1. Qu est ce que l entrepreneur? L 1. Qu est ce que l? Un est celui qui observe son environnement, identifie les opportunités qui se présentent eu plan économique ou social, réunit les moyens nécessaires, met en œuvre l activité et en

Plus en détail

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école

EDUKLAB. Le crowdfunding pour votre école EDUKLAB Le crowdfunding pour votre école Le crowdfunding dans l éducation Nos offres pour les écoles Ils nous font confiance Qui nous sommes Nous contacter Le crowdfunding dans l éducation Le crowdfunding

Plus en détail

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL

DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL DÉPASSER SES CRAINTES ET RETROUVER SA CONFIANCE EN SOI POUR APPRIVOISER LE MARCHÉ DU TRAVAIL Jane Prudhomme, étudiante à la maîtrise en carriérologie (UQÀM) OBJECTIFS Objectif général : Travailler le sentiment

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM

Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Observatoire social de l Entreprise Ipsos / Logica Business Consulting Pour le CESI et en partenariat avec Le Figaro et BFM Regards croisés des dirigeants et des salariés Thème de la vague 4 : Les jeunes

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES

BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES BAROMETRE DES FEMMES ENTREPRENEURES Avec le soutien de : 2, rue de Choiseul CS 70215 75086 Paris Cedex 02 Tél. : (33) 01 44 94 40 00 Fax : (33) 01 44 94 40 01 www.csa.eu SA au capital de 1 571 600 Siren

Plus en détail

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans

La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprise par les jeunes de moins de 30 ans Données de cadrage socio-démographique sur les jeunes en France 24 % des Français de 18 ans et plus sont âgés de

Plus en détail

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin

Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin 1 ENQUETE ENTREPRISES ET TIC 2008 : TIC ET INNOVATION : LE CAS DES PME BRETONNES Virginie Lethiais, Télecom Bretagne, Marsouin Ces dix dernières années, la majorité des entreprises a massivement investi

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Comment devenir coach

Comment devenir coach Alain Cardon Comment devenir coach Fondamentaux, outils et techniques, 2008 ISBN : 978-2-212-54122-9 Introduction Depuis maintenant quinze ans, le coaching s insère dans toutes les dimensions de nos vies

Plus en détail

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +.

Par conséquent, l année 2010 a été la dernière année d organisation du dispositif Accompagnement +. CIRCULAIRE Agirc 2011-04- DAS Objet : Nouveau partenariat Apec - Agirc Madame, Monsieur le directeur, Depuis 2003, le partenariat Apec - Agirc avait pour objet la mise en place de sessions d accompagnement

Plus en détail

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte

Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Le questionnement pertinent La méthode du Triangle de la découverte Maitriser le questionnement à 360 Etre pertinent dans ses questions est au moins aussi important que de savoir maîtriser sa présentation

Plus en détail

Renouveau de l esprit d entreprise qui affecte tous les pays et toutes les organisations économiques et sociales.

Renouveau de l esprit d entreprise qui affecte tous les pays et toutes les organisations économiques et sociales. Jean Bonnet 1 Renouveau de l esprit d entreprise qui affecte tous les pays et toutes les organisations économiques et sociales. Renouveau entrepreneurial dans le cas français depuis 25 ans Autres périodes

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise)

Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Charte RSE* et Développement Durable (* Responsabilité Sociétale de l Entreprise) Nos engagements et nos actions pour les générations futures Les questions liées au Développement Durable et à la RSE sont

Plus en détail

La création d entreprises individuelles (hors auto-entreprises)

La création d entreprises individuelles (hors auto-entreprises) - 1 - Les statistiques en bref La création d entreprises (hors auto-entreprises) Données de cadrage sur les entreprises hors autoentrepreneurs La majorité des entreprises se créent sous le régime de l

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

M2020 FRANCE. Résumé

M2020 FRANCE. Résumé M2020 FRANCE Résumé De l étude globale Marketing 2020 Thought Leadership 250+ interviews de CMOs 10,231 marketers dans 92 pays À M2020 France 387 participants de 24 entreprises françaises Objectif: Analyser

Plus en détail

Introduction. AVANT-PROPOS

Introduction. AVANT-PROPOS Introduction. AVANT-PROPOS Évoquer la difficulté, pour les entreprises, de survivre dans un contexte de concurrence à l échelle de la planète est aujourd hui d une banalité absolue. Parler de l exigence

Plus en détail

Avenir des métiers Métiers d avenir

Avenir des métiers Métiers d avenir Résultats de l enquête croisée «Entreprises / Jeunes» de l Association Jeunesse et Entreprises Avenir des métiers Métiers d avenir Enquête réalisée avec OpinionWay, de juin à septembre 2014 auprès de 304

Plus en détail

"#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-!

#$!%&!'(')$$*&!+%)!,#!-.(&,/*.0#!#-!,#!01-(0*.'2*,#3! $45*00#!,41$67#!#-!'.#&8!,*&!#&7*$9! :%-'$(;#0#&-! "#$%&'(')$$*&+%),#-.(&,/*.0##-,#01-(0*.'2*,#3 $45*00#,41$67##-'.#&8,*&#&7*$9 :%-'$(;#0#&- La continuité d une carrière enrichie par le changement Expert depuis plus de 25 ans en outplacement et conseil

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

Cancer et Travail : Comment lever les tabous?

Cancer et Travail : Comment lever les tabous? Communiqué de presse 3 décembre 2013 1 er Baromètre Cancer@Work 2013 Cancer et Travail : Comment lever les tabous? A quelques semaines de l annonce du Plan cancer 2014-2018 par le Président de la République,

Plus en détail

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement?

Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? Quelles clés pour choisir un cabinet de reclassement? L organisation Livre blanc Objectif du document : Ce document a pour objectif de présenter les principaux éléments de choix d un cabinet de reclassement

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Le développement par fusionsacquisitions

Le développement par fusionsacquisitions Chapitre 1 Le développement par fusionsacquisitions Le développement par fusions-acquisitions s inscrit en général dans le champ de la croissance externe. Il est proposé de clarifier les différentes définitions

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Le web dans la formation des enseignants

Le web dans la formation des enseignants Fatiha Mamache amamache@ushb.dz USTHB Avril 2013 Plan Introduction Pourquoi parle-t-on de formation des enseignants du supérieur? Comment accueillir et encadrer les enseignants débutants? L université

Plus en détail

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise?

1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1 ère session : Les passagers changent-ils avec la crise? 1. 4 - Le Haut de gamme survira-t-il à la crise? Jean-Marc Bellaiche (Boston Consulting Groupe) «Le secteur du luxe, de taille modeste au début

Plus en détail

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par

L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier. réalisée par L influence des medias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un partenaire financier Etude réalisée par Médias sociaux L influence des médias sociaux auprès des entreprises dans le choix d un

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Agence pour la création d entreprise

Agence pour la création d entreprise Agence pour la création d entreprise d SYNTHÈSE SE DU PLAN STRATÉGIQUE 2010 2012 Les éléments majeurs du contexte ayant un impact sur l APCE Ces éléments de contexte conditionnent le positionnement et

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

Se former au bilan de compétences

Se former au bilan de compétences Se former au bilan de compétences formation Se former au bilan de compétences Comprendre et pratiquer la démarche Claude LEMOINE Préface de Jacques AUBRET 4 e édition Claude LEMOINE est professeur émérite

Plus en détail

Conseil et formation

Conseil et formation Conseil et formation Pour répondre efficacement aux sollicitations de nos clients, nous avons bâti une relation «cousue-main» avec une équipe de consultants expérimentés indépendants dont la richesse se

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat

Aide-Mémoire. Nouvelles approches de réforme, d innovation et de modernisation des services publics et des institutions de l Etat African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing

Création d un programme de. Baccalauréat en communication marketing Création d un programme de Préparé par Hana Cherif, professeure, Département de stratégie des affaires Danielle Maisonneuve, professeure, Département de communication sociale et publique Francine Charest,

Plus en détail

Historique du coaching en entreprise

Historique du coaching en entreprise Historique du coaching en entreprise Aux Etats-Unis dans les années 80, le coaching des sportifs a beaucoup de succès. L entreprise, soucieuse d une plus grande performance va adapter le coaching afin

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Dossier Spécial ECUEILS À ÉVITER DANS LES PROJETS BIG DATA

Dossier Spécial ECUEILS À ÉVITER DANS LES PROJETS BIG DATA Dossier Spécial ECUEILS À ÉVITER DANS LES PROJETS BIG DATA L e Big Data est une opportunité à saisir à laquelle la technologie Hadoop répond bien. Reste à éviter les écueils, souvent plus culturels que

Plus en détail

Qu est-ce que le management de transition?

Qu est-ce que le management de transition? Qu est-ce que le management de transition? Selon : Grégoire Cabri-Wiltzer, Président de NIM Europe Président de la Fédération nationale du management de transition (FNMT) Pour faire simple : une entreprise

Plus en détail

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor -

Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie. - Bachelor - Synthèse du Rapport de l auto- évaluation des cursus en Psychologie - Bachelor - Lausanne, Février 2011 Au cours de l année 2010, l Institut de Psychologie de la Faculté des sciences sociales et politiques

Plus en détail

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise?

Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Pourquoi les Français créent-ils des entreprises en période de crise? Une étude réalisée par OpinionWay àl occasion du 6 ème Salon des Entrepreneurs Lyon Rhône-Alpes (17 & 18 juin 2009 - Palais des Congrès

Plus en détail

Communiqué de Presse

Communiqué de Presse 1er réseau de financement des créateurs d entreprise 230 plateformes d accompagnement dans toute la France 16 565 entreprises et 39 538 emplois créés ou maintenus en 2013 Communiqué de Presse Lancement

Plus en détail

l entrepreneuriat A. Fayolle, W. Nakara To cite this version: HAL Id: halshs-00534819 https://halshs.archives-ouvertes.

l entrepreneuriat A. Fayolle, W. Nakara To cite this version: HAL Id: halshs-00534819 https://halshs.archives-ouvertes. Création par nécessité et précarité: la face cachée de l entrepreneuriat A. Fayolle, W. Nakara To cite this version: A. Fayolle, W. Nakara. Création par nécessité et précarité: la face cachée de l entrepreneuriat.

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares

La formation professionnelle des demandeurs d emploi. COE GT formation professionnelle - Dares La formation professionnelle des demandeurs d emploi COE GT formation professionnelle - Dares Éléments de cadrage L impact des stages de formation : quelles évaluations, quels enseignements? Perspectives

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace!

5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! 5 formations indispensables pour une relation managériale efficace! Edition 2010 Des formations -s & -s Nouveauté rentrée 2010 : Réduction de l offre : Le socle + 4 déclinaisons spécifiques www.management-progression.fr

Plus en détail

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy

Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Opportunities and challenges for the SMEs during the current crisis and in the future even more globalized economy Ms. Martine Boutary, PhD Lecturer at the Toulouse Business School, m.boutary@esc-toulouse.fr

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS

TNS Behaviour Change. Accompagner les changements de comportement TNS 2014 TNS Accompagner les changements de comportement TNS 2014 Comprendre et accompagner les changements de comportement Inciter et accompagner les changements de comportements des individus est un enjeu fondamental

Plus en détail

Développer son expertise en tant que Responsable Formation

Développer son expertise en tant que Responsable Formation 1 Développer son expertise en tant que Responsable Formation Environnement et fondamentaux de la formation professionnelle L environnement de la formation professionnelle revêt un caractère de plus en

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES

DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES V.18 avril 2008 RÉFÉRENTIEL INTERMINISTÉRIEL DU RESPONSABLE DU CONSEIL EN MOBILITÉ ET CARRIERES (DOCUMENT DE BASE : FICHE RIME, 2006) Le protocole d accord du 21 novembre 2006 relatif à la formation professionnelle

Plus en détail

Innovateurs et réformateurs : technologies numériques pour l école.

Innovateurs et réformateurs : technologies numériques pour l école. 130 BÉZIAT Jacques Innovateurs et réformateurs : technologies numériques pour l école. MOTS-CLES : discours / innovateur / réformateur / école primaire / TIC Cette contribution, issue d une thèse de doctorat,

Plus en détail

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ!

Decembre 2013. Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Decembre 2013 Reconversion professionnelle Opportunité pour prendre un nouveau départ! Le contexte socio-économique actuel peu stable, les aléas de nos vies personnelles, nos déceptions comme nos envies

Plus en détail

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF

Le coaching d entreprise. Réalisé par: Tarik KELLAF Le coaching d entreprise Réalisé par: Tarik KELLAF L intérêt du sujet L importance de la pratique du coaching au sein de l entreprise afin d orienter le personnel, booster sa motivation et mettre en place

Plus en détail

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation

Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation Introduction... 3 1/ En quoi consiste une veille commerciale?... 4 2/ Quel est son rôle?... 5 3/ Quels sont les bénéfices au niveau de l organisation commerciale?... 6 A. Le temps... 6 B. La productivité...

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

Quels managers pour demain?

Quels managers pour demain? Quels managers pour demain? REFLEXIONS DE L OBSERVATOIRE SOCIAL INTERNATIONAL Trois évolutions concomitantes Transformant les missions des managers : 1. L irruption de la société civile dans l entreprise

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années

L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Communiqué de presse Paris le 18 juin 2014 L intérêt des chefs d'entreprise pour l apprentissage reste fort mais tend à s effriter pour la première fois depuis des années Baromètre 2014 AGEFA- PME/Ifop

Plus en détail

Comment engager une personne durablement dans une activité physique

Comment engager une personne durablement dans une activité physique Comment engager une personne durablement dans une activité physique Christine LE SCANFF «PSYCHOLOGIE DES PRATIQUES PHYSIQUES» Université Paris-Sud 11, UFR STAPS OBJECTIFS Quels sont les modèles théoriques

Plus en détail

NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE

NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE NEUROSCIENCES, LEADERSHIP ET EMPATHIE Une approche innovante pour développer un leadership efficace et une véritable empathie grâce aux neurosciences. Nous sommes nombreux à désirer développer des relations

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER

LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER LES OUTILS DE BASE POUR COMMUNIQUER EFFICACEMENT améliorer sa communication avec son entourage professionnel et/ou personnel Objectifs Développer son aisance relationnelle S adapter à ses s Faire preuve

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu

Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu Un voyage de 1000 km commence toujours par un pas Lao Tseu être générateur de transformation individuelle et collective dans les entreprises s appuyer sur la capacité de chacun à changer et à incarner

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Une approche exigeante du coaching professionnel. à partir d un document de la

Une approche exigeante du coaching professionnel. à partir d un document de la 1 Une approche exigeante du coaching professionnel à partir d un document de la 2 CHOISIR UN COACH Pourquoi et comment? POURQUOI FAIRE APPEL À UN COACH? Les objectifs du coaching le plus souvent cités

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat

Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Regards croisés sur l auto-entrepreunariat Septembre 2013 Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : «Sondage OpinionWay pour l Union des Auto-Entrepreneurs

Plus en détail

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques

Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Ateliers du coaching Le programme des leaders authentiques Qu est-ce que les ateliers du coaching? L ambition des ateliers du coaching est de faciliter l émergence d un leadership réticulaire pour accompagner

Plus en détail

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus

ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX UNE INITIATIVE EUROPEENE 3. 3000 entrepreneurs sociaux soutenus ASHOKA, UN RESEAU INTERNATIONAL D ENTREPRENEURS SOCIAUX ASHOKA ENVISAGE UN MONDE OÙ CHACUN EST ACTEUR DE CHANGEMENT: UN MONDE QUI RÉPOND RAPIDEMENT ET EFFICACEMENT AUX ENJEUX SOCIAUX ET OÙ CHAQUE INDIVIDU

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail