Compendium de ReCHerche. Recherches sociales, économiques et technologiques AU CŒUR DE L HABITATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Compendium de ReCHerche. Recherches sociales, économiques et technologiques 2009-2011 AU CŒUR DE L HABITATION"

Transcription

1 Compendium de ReCHerche Recherches sociales, économiques et technologiques AU CŒUR DE L HABITATION

2 La SCHL : Au cœur de l habitation La Société canadienne d hypothèques et de logement (SCHL) est l organisme national responsable de l habitation au Canada, et ce, depuis plus de 65 ans. En collaboration avec d autres intervenants du secteur de l habitation, elle contribue à faire en sorte que le système canadien de logement demeure l un des meilleurs du monde. La SCHL aide les Canadiens à accéder à un large éventail de solutions de logements durables, abordables et de qualité, favorisant ainsi la création de collectivités et de villes dynamiques et saines partout au pays. Pour obtenir des renseignements supplémentaires, veuillez consulter le site Web de la SCHL à l adresse suivante : Vous pouvez aussi communiquer avec nous par téléphone, au , ou par télécopieur, au De l extérieur du Canada : (téléphone); (télécopieur). La Société canadienne d hypothèques et de logement souscrit à la politique du gouvernement fédéral sur l accès des personnes handicapées à l information. Si vous désirez obtenir la présente publication sur des supports de substitution, composez le

3 Compendium de recherche

4 Issued also in English under the title: Compendium of Research Publié aussi en anglais sous le titre : Compendium of Research

5 INTRODUCTION La Société canadienne d hypothèques et de logement, l organisme du logement du gouvernement du Canada, a pour mandat d appliquer la Loi nationale sur l habitation. Aux termes de la Partie IX de la Loi nationale sur l habitation, le gouvernement du Canada verse des fonds à la SCHL afin de lui permettre de faire de la recherche sur les aspects socioéconomiques et techniques du logement et des domaines connexes, et d en publier et d en diffuser les résultats. Nous avons rassemblé ce Compendium de recherche afin de rendre publics et plus accessibles les rapports de recherches et d études rédigés au titre de programmes de recherche que la Société a parrainés en 2009, en 2010 et en Quelques rapports non compris dans les premiers Compendiums ont aussi été ajoutés. Le Compendium est aussi disponible sur la site web de la Société canadienne d hypothèques et de logment à : PRÉSENTATION Le Compendium se divise en domaines d études généraux. Un index des titres se trouve à la fin du Compendium. CONSULTATION DES RAPPORTS Ce compendium comporte des hyperliens vers les versions électroniques des rapports, le cas échéant. On peut se procurer la plupart des rapports de recherches au Centre canadien de documentation sur l habitation. Trois façons simples et pratiques de r : Par téléphone : ou à l extérieur du Canada, le (613) Par télécopieur : ou à l extérieur du Canada, le (613) Par courrier : Faites parvenir votre bulletin de à l adresse suivante : Centre canadien de documentation sur l habitation Société canadienne d hypothèques et de logement 700, chemin de Montréal Ottawa (Ontario) K1A 0P7 1

6 TABLE DES MATIÈRES Aménagment résidential Logement des autochtones Chauffage et ventilation Logement et immigration Conservation, réutilisation et gestion de l eau Logement locatif Logement social Débouchés extérieurs pour le secteur de l habitation Matériaux de construction Milieu intérieur Développement durable et maisons sains Personnes âgées Personnes handicapées Économies d énergie Portes et fenêtres Femmes et logement Recherche en logement Habitations -- Construction Rénovation et inspection Habitations usinées Sans-abri Humidité et moisissure Toits verts Incendies et prévention Indicateurs de logement et données Tours d habitation et ensembles de logements collectifs Logement Transports urbains Logement abordable Urbanisme et établissements et établissements LA SÉRIE VOTRE MAISON LA SÉRIE VOTRE APPARTEMENT LA SÉRIE VOTRE MAISON - DOSSIER DU NORD LE POINT EN RECHERCHE SÉRIE TECHNIQUE LE POINT EN RECHERCHE SÉRIE SOCIO-ÉCONOMIQUE INDEX DES S

7 AMÉNAGEMENT RÉSIDENTIEL EDGE EFFECTS WITHIN MUNICIPAL FORESTS: ARE MUNICIPAL POLICIES EFFEC- TIVE IN LIMITING RESIDENTIAL ENCROACHMENT INTO THE EDGES OF SUBURBAN WOODED PARKLANDS? La recherche a évalué l'étendue des activités d'empiètement des propriétaires de maisons sur les zones boisées adjacentes à leurs terrains. Des études ont été réalisées dans les lisières de 40 forêts sélectionnées dans six municipalités du Sud de l Ontario : Cambridge, Guelph, Kitchener, Mississauga, Oakville et Waterloo. Ces études ont permis d'établir l'efficacité de différents types de traitement des lisières (p. ex. clôtures, bornes municipales) et les ont comparés à des cas où aucune politique municipale n a été adoptée afin de limiter les activités d'empiètement. De plus, une analyse du contenu des plans officiels et secondaires, ainsi que des entrevues auprès d'informateurs clés de la municipalité, ont jeté un éclairage sur les politiques municipales en matière d empiètement. La recherche a permis de constater des taux élevés d empiètement visible. L'observation discrète des activités d'empiètement sur les lisières des forêts municipales a montré que, lorsque la politique municipale ne prévoyait pas l'installation de bornes de démarcation, la fréquence et l'intensité des activités d'empiètement de tout genre étaient en moyenne élevées, tout comme leur étendue maximale moyenne. Bien que les politiques municipales prévoyant l'installation de clôtures ou de bornes entraînaient une réduction de l'intensité moyenne des activités d'empiètement et, dans le cas de l'installation de clôtures, une diminution de leur étendue maximale moyenne, comparativement aux sites non régis par une politique de démarcation, l'intensité et l'étendue des activités d'empiètement étaient néanmoins importantes. En général, on a constaté que les politiques municipales ne suffisaient pas à résoudre les problèmes d'empiètement par les résidents et le rapport recense des déficiences à la fois dans les politiques et dans leur mise en œuvre. L étude offre en conclusion des recommandations visant à mettre en place des politiques plus complexes, de même qu'une application et une surveillance accrues, afin de résoudre les problèmes d empiètement dans toute leur ampleur. Par W.J. McWilliam, P.F.J. Eagles, et M.L. Seasons, School of Planning, Université de Waterloo, Ontario, Canada. Agente de projet à la SCHL : Susan Fisher. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages ( Ko) (Rapport rédigé dans le cadre du Programme de subventions de recherche) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2008e22_(w).pdf EXAMINATION INTO GOVERNMENT IMPOSED CHARGES ON NEW HOUSING CONSTRUCTION: FINAL REPORT La présente étude porte sur les frais imposés par les gouvernements pour les nouveaux logements en 2009 dans 21 centres, partout au Canada. Ces frais comprennent un éventail d impôts, de droits, de frais et de taxes, qui sont imposés par les administrations municipales, ainsi que les gouvernements provinciaux et fédéral. Il s agit de la 4e d une série d études sur la question. Les trois précédentes ont été effectuées en 1996, 2002 et Le présent rapport fournit des estimations de divers frais imposés par les gouvernements pour les nouveaux logements maisons individuelles, maisons jumelées, maisons en rangée et appartements d un prix «médian» (50e percentile) et «modique» (du 20e au 25e percentiles) dans 21 centres. En outre, il passe en revue les tendances des frais imposés par les gouvernements durant la période de 2006 concentrait sur les maisons individuelles d un prix «médian». En plus des frais imposés par les gouvernements étudiés dans les rapports de 2002 et 2006, l étude de 2009 porte également sur les incitations municipales, provinciales et fédérales à la construction 3

8 AMÉNAGEMENT RÉSIDENTIEL d ensembles résidentiels. En outre, elle porte sur deux frais d infrastructure supplémentaires au niveau municipal, soit les droits et les contributions relatifs au transport en commun et/ou à l environnement. Le rapport comporte quatre sections. La section 1 présente une introduction et le contexte de l étude, y compris un aperçu de la structure du rapport. La section 2 expose en détail la portée de l étude et la méthodologie utilisée pour recueillir et analyser les données. La section 3 comprend une description des divers frais imposés par les administrations municipales et les gouvernements provinciaux et fédéral. Les estimations des frais imposés par les gouvernements pour les nouveaux logements en 2009 sont exposées en détail pour les maisons individuelles d un prix modique et médian. La section 4 présente en détail les tendances des frais absolus et des frais relatifs imposés par les gouvernements pour les maisons individuelles d un prix médian pour la période de 2006 à Préparé par IBI Group. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, iii, 47 pages + appendices DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et Rapport final ( Ko) : ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1_mh_10g53_w.pdf Appendices (7.32 Mo) : ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1_mh_10g53_apendix_w.pdf GOVERNMENT-IMPOSED CHARGES ON NEW HOUSING IN CANADA: FINAL REPORT La présente étude porte sur les divers frais imposés par les gouvernements pour les nouveaux logements au Canada. Ces frais comprennent l ensemble des impôts, droits, frais et taxes qui sont imposés par tous les ordres de gouvernement pour la construction, la vente et la propriété des logements. Ils peuvent avoir des incidences sur le prix du logement, le prix du terrain et le rendement des capitaux investis au Canada en général. Ils présentent donc un grand intérêt pour le secteur de l'habitation et les consommateurs canadiens. Par ailleurs, les autorités municipales et provinciales souhaiteront peut-être utiliser cette étude à des fins de comparaison. Cette étude a pour objectifs : de mettre à jour les estimations des divers frais imposés par les gouvernements faites par deux études antérieures de la SCHL; de faire rapport sur les tendances en cette matière depuis la dernière étude. Préparé par Ray Tomalty, Co-operative Research and Policy Services et Andrejs Skaburskis, Queen s University at Kingston, avec l aide de Laura Manville, Federico Cartin-Arteaga et Luba Serge. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (854 Ko) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série socioéconomique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 66402) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/government%20imposed(w)_may6.pdf 4

9 AMÉNAGEMENT RÉSIDENTIEL LIFE-CYCLE ENVIRONMENTAL IMPACTS OF THE CANADIAN RESIDENTIAL SECTOR: FINAL TECHNICAL REPORT Bien des aspects de l environnement bâti résidentiel les lieux où nous vivons, nos types de logements, les modes de construction et d occupation de nos bâtiments et nos modes de déplacement ont des répercussions sur l environnement tout au long de leurs cycles de vie. Environ 80 % des Canadiens vivent maintenant dans des zones urbaines, où les modèles d aménagement comportent encore des quartiers à faible densité, mais aussi des secteurs à plus grande densification. D ici 2025, on prévoit qu il faudra construire quatre millions de nouveaux logements et l infrastructure d appoint pour répondre aux besoins de la population du Canada. La présente étude vise à quantifier et à décrire, pour l'ensemble du cycle de vie, l utilisation qui est faite des ressources, les extrants environnementaux produits et les impacts sur l'environnement qui s'ensuivent dans le secteur résidentiel du Canada. Ce rapport évalue les impacts environnementaux du secteur résidentiel du Canada, dont le logement, les infrastructures de soutien aux quartiers et les voies de circulation, et ce, tout au long de leur cycle de vie. Les résultats d étude renferment des solutions permettant de remédier aux limites et lacunes relatives aux données et comprend également des scénarios et des mesures de rechange qui contribueront à protéger l environnement. Les conclusions mettent en évidence les aspects du secteur résidentiel qui ont une forte influence sur l environnement à l'échelle locale (urbaine), régionale et mondiale. Présenté par by Marbek Resource Consultants en association avec Athena Sustainable Materials Institute et Jane Thompson Architect. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (1.68 Mo) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1mh_07l31(w).pdf LIVEABLE LANES : A STUDY OF LANEWAY INFILL HOUSING IN VANCOUVER AND OTHER GROWING B.C. COMMUNITIES Les termes «habitation sur ruelle» et «logement accessoire» désignent des habitations individuelles construites sur des terrains intercalaires. Il s agit généralement de bâtiments secondaires accessoires à un bâtiment principal, situés à l arrière d un terrain et orientés vers la ruelle. La présente étude traite des habitations individuelles intercalaires sur ruelle et les présente comme un aspect clé d une stratégie générale de densification des habitations que les municipalités canadiennes pourraient mettre en oeuvre pour répondre aux besoins urgents en matière de logement tout en atteignant différents objectifs en matière de développement durable. Les projets d habitations intercalaires sur ruelle peuvent être exécutés sans qu il soit nécessaire d effectuer un réaménagement du territoire ou de regrouper des parcelles de terrains, ces processus pouvant exiger beaucoup de temps et être très coûteux. En s intéressant particulièrement au cas de la ville de Vancouver, la présente étude analyse les possibilités d utilisation à grande échelle d habitations sur ruelle et cerne un certain nombre d obstacles importants limitant ou empêchant l adoption d une telle stratégie. Les résultats de l étude sont présentés sous forme d un ensemble de recommandations et de stratégies précises dont les municipalités peuvent se servir pour surmonter les obstacles qui les empêchent de promouvoir ce type d habitation dans les quartiers résidentiels. L objectif de la présente étude était de présenter ce type d habitations aux administrations municipales, aux professionnels de l habitation et au grand public. Pour ce faire, on a documenté la manière dont les terrains intercalaires accessibles par ruelle sont actuellement utilisés dans plusieurs municipalités canadiennes et donné un aperçu des possibilités et des difficultés de cette pratique à l aide d études de cas détaillées et des résultats d une analyse spatiale et d une étude de conception effectuées dans deux quartiers de Vancouver. 5

10 AMÉNAGEMENT RÉSIDENTIEL Les possibilités sont présentées de façon synthétique avec les résultats d un atelier, destiné aux professionnels du secteur de la construction, sur les habitations construites sur des terrains intercalaires accessibles par ruelle (à l occasion duquel les conclusions de la présente étude ont été présentées). Elles sont formulées sous forme de recommandations, de mesures précises et de stratégies politiques dont les administrations municipales canadiennes peuvent se servir pour généraliser la construction de ce type d habitations sur les terrains intercalaires. Préparé par Joaquin Karakas, HB Lanarc Consulting Ltd. Agent de projet de la SCHL : Susan Fisher. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, (Rapport de recherché Programme de subventions de recherche) 95 pages (10.71 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série socioéconomique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 66643) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2009l34%20(w).pdf CHAUFFAGE ET VENTILATION ASSESSMENT OF THE IMPACT OF A NATURAL GAS FIREPLACE ON HEATING ENERGY CONSUMPTION AND ROOM TEMPERATURES AT THE CANADIAN CENTRE FOR HOUSING TECHNOLOGY Les foyers à gaz sont chose courante dans les maisons au Canada. Selon l Enquête sur l utilisation de l énergie par les ménages (RNCan, 2007), près du quart de tous les ménages (23 %) avaient un foyer à gaz à la maison, une hausse par rapport à 2003, alors que cette proportion s établissait à 19 %. De ces ménages, 22 % ont indiqué qu ils utilisaient le foyer à gaz tous les jours pendant la saison de chauffage. La chaleur dégagée par un foyer situé à proximité du thermostat central de la maison peut retarder le cycle normal du système de chauffage, ce qui a un effet sur la consommation d énergie et les températures dans la maison. Au cours de deux hivers de 2008 à 2010, des chercheurs du Centre canadien des technologies résidentielles ont réalisé une étude de l'incidence du fonctionnement d'un foyer à gaz dans une maison R Dans des conditions variées, ils ont exploré l interaction entre le foyer et le thermostat central, l incidence sur la consommation d énergie pour le chauffage, et les changements de température des surfaces et de l air des pièces. On s est aussi intéressé à l incidence de la veilleuse et de l installation d évacuation directe du foyer. Les résultats de l étude sont décrits dans le rapport. Objectifs de l étude : Évaluer l incidence des foyers à gaz sur la consommation d'énergie des maisons. Surveiller la température résultante des pièces, des murs et des surfaces, pour déterminer si le risque de condensation et de moisissure avait augmenté. Surveiller les changements dans le fonctionnement du générateur de chaleur, attribuables au fonctionnement du foyer. Préparé par M. M. Armstrong, M. C. Swinton et F. Szadkowski. Agent de projet de la SCHL : Ken Ruest. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (4.65 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série technique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 67315) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l'habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2010a73_w.pdf 6

11 CONSERVATION, RÉUTILISATION ET GESTION DE L'EAU COMPARISON OF PERFORMANCE OF FOUR PRESSURIZED, SOIL-BASED DISPERSAL SYSTEMS AT AN AT-GRADE INSTALLATION IN LEDUC COUNTY, ALBERTA Les installations individuelles de traitement des eaux usées avec dispositifs pressurisés d épandage en surface s annoncent très prometteuses pour l Alberta. Cependant, la conception de ces installations doit prendre en compte les questions suivantes : accumulation d effluent à un endroit, taux de charge élevé, écoulement saturé instantané, répartition inégale des effluents sur la longueur des branches, et infiltration des coliformes totaux et fécaux et du nitrate-n à une profondeur de 60 cm et plus. À l automne 2007, une installation de ce type a été mise en place dans le comté de Leduc, en Alberta, dans le but de tester l efficacité de quatre dispositifs d épandage dans le sol des effluents prétraités. Le rapport composite a été préparé pour documenter les informations suivantes : 1. établissement d un site de recherche en surface dans le comté de Leduc, à l automne 2007; 2. bilan (i) de la température ambiante à 20 cm au-dessus de la surface du sol, pour les années et , ainsi que (ii) de la température minimale du sol des sites témoins et le long des quatre branches, au niveau de l'orifice et du point médian, à des profondeurs de 5, 20, 50 et 100 cm, pour les saisons et , afin d évaluer si le sol sous les branches demeurait dégelé pendant les mois d hiver; 3. bilan des résultats relatifs à la teneur en eau gravimétrique et à la quantité de coliformes fécaux, de coliphages somatiques, d ammonium, de nitrate et de Kelowna P jusqu à une profondeur de 90 cm. Ces données ont servi à évaluer l efficacité de quatre différents dispositifs d épandage d effluents dans le sol. Cette démarche a été adoptée pour les raisons suivantes : 1. s assurer qu un document rassemble l ensemble des connaissances sur le sujet afin de faciliter des recherches plus poussées à ce site; 2. clairement établir le travail accompli pour les différentes agences et démontrer comment ces données ont été synthétisées afin de régler les situations les plus urgentes concernant l utilisation d installations de traitement des eaux usées avec dispositifs d épandage en surface, en Alberta. Le rapport final a été soumis à la Société canadienne d hypothèques et de logement, aux Affaires municipales de l Alberta et au comté de Leduc, en Alberta. Il a été préparé par N. G. Juma, B. S. Chhabra, S. Khan, S. Singh, A. Durnie et A. Chu. Agente de projet de la SCHL : Cate Soroczan. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, (Rapport - Programme de subventions de recherche) 63 pages (1.36 Mo) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l'habitation et Ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/Research_Reports-Rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2010c56_web.pdf DON RIVER WATERSHED SITE EVALUATION En 2006, l Office de protection de la nature de Toronto et de la région (TRCA) a entamé le processus d actualisation de l information scientifique entourant ce bassin hydrologique, tout en élaborant un nouveau plan pour la phase de restauration du bassin hydrologique de la rivière Don. Le besoin d innover dans la façon de gérer les eaux pluviales était un élément clé des recommandations du nouveau plan. Étant donné qu une grande partie du bassin hydrologique est déjà aménagée, il faut mettre l accent sur l amélioration des mesures déployées pour gérer les eaux pluviales dans les quartiers établis. Pour les terrains privés et publics, on re de prendre des mesures de gestion des eaux pluviales ayant peu d impact sur l environnement, telles que les revêtements perméables, les rigoles de drainage écologiques, les jardins pluviaux, la collecte des eaux de pluie ainsi que le débranchement des descentes pluviales. Comme l espace et les fonds pour des travaux de gestion des eaux pluviales sont limités, il importe de trouver des solutions créatives qui atteignent plusieurs objectifs à la fois et qui s intègrent bien au sein des quartiers. 7

12 CONSERVATION, RÉUTILISATION ET GESTION DE L'EAU Afin de démontrer comment les recommandations du plan de revitalisation du bassin hydrologique pourraient être mises en oeuvre à l échelle locale, cinq plans de situation ont été élaborés. Les sites choisis ont été retenus parce qu ils présentaient des défis communs à de nombreux endroits du bassin hydrologique. Les plans illustrent aussi une série d actions qui peuvent être prises en vue d assurer l amélioration de la qualité de l eau, l équilibre hydrologique, la lutte contre l érosion, la protection du patrimoine naturel, ainsi que la mobilisation de la communauté dans le contexte d autres mesures de durabilité. Trois des cinq plans de situation suggèrent d importantes méthodes de gestion des eaux pluviales. Dans le cadre d une initiative de recherche plus vaste destinée à mettre au point un outil de modélisation hydrologique, la SCHL a fourni des fonds de recherche pour l application du modèle hydrologique à ces trois sites afin d évaluer l effet de différents aménagements résidentiels et d autres mesures sur les eaux pluviales et de démontrer comment des pratiques innovatrices peuvent atténuer les dommages environnementaux causés par les eaux pluviales. La modélisation hydrologique a été utilisée afin d évaluer les réductions potentielles de débit de pointe (et les risques d inondation et d érosion potentiels qui y sont associés) et le volume d écoulement général que pourrait entraîner le recours à ces mesures. Préparé par Municipal Infrastructure Group Ltd. Agent de projet de la SCHL : Cate Soroczan. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (4.53 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série technique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 67088) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l'habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng _unilingual/ca1%20mh%2009d56%20w.pdf EVALUATING THE FEASIBILITY AND DEVELOPING DESIGN REQUIREMENTS AND TOOLS FOR LARGE-SCALE RAINWATER HARVESTING IN ONTARIO La collecte des eaux pluviales est le processus par lequel l eau de pluie s écoulant des toits est recueillie et stockée en vue d un usage domestique. Stimulée par l intérêt croissant des propriétaires et des municipalités envers la conservation de l eau et l amélioration de la gestion des eaux de ruissellement, la collecte des eaux pluviales occupe une place de plus en plus marquée dans les pratiques de construction durable à travers le Canada. La présente rapport de recherche décrit un projet mené à bien par l École de génie de l Université de Guelph, dans l optique de cette tendance de plus en plus affirmée, en partenariat avec la Société canadienne d hypothèques et de logement (SCHL), le Réseau canadien de l eau ainsi que plusieurs autres partenaires publics et privés. Ce projet étalé sur deux ans et demi avait pour objectif d explorer la faisabilité d une collecte résidentielle générale des eaux pluviales en Ontario. Au début du programme de recherche, il est vite devenu évident que la collecte des eaux pluviales est réalisable sur le plan technique et intéressante pour les consommateurs et le secteur de l habitation. Les chercheurs ont par conséquent réaligné le projet sur le développement des capacités. Plus précisément, les partenaires du projet ont examiné quatre points sur lesquels l amélioration de la capacité pourrait aider à accélérer l adoption de la collecte des eaux pluviales en Ontario : la qualité de l eau de pluie, la conception et le rendement des systèmes collecteurs, la faisabilité économique d une collecte généralisée des eaux pluviales de même que le rôle et l impact des politiques publiques et de la réglementation. Préparé par Khosrow Farahbakhsh (Chef de projet), Christopher Despins, Chantelle Leidl. Agent de projet de la SCHL : Cate Soroczan. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (2.23 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série technique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 66603) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2008e82(w).pdf 8

13 CONSERVATION, RÉUTILISATION ET GESTION DE L'EAU EVALUATION OF ENZYMES OR BACTERIAL ADDITIVES FOR THE REHABILITATION OF LEACHING BED SYSTEMS Au Canada, presque toutes les maisons individuelles situées en région rurale ont recours à des installations septiques autonomes (Association pour l'amélioration des sols et des récoltes de l'ontario, 1999) pour l'assainissement des eaux usées. Ces installations sont généralement constituées de tranchées de sable dans lesquelles l'effluent de la fosse septique est distribué avant de pénétrer dans le sol sous-jacent. Habituellement, ces installations sont fiables pour assurer le traitement et l'élimination partiels des eaux usées domestiques. Or, elles ont une durée de vie de seulement 10 à 25 ans. La défaillance survient généralement à la suite d'une accumulation graduelle de matières solides organiques et inorganiques qui adhèrent aux parois et à la base des tranchées de dispersion, là où le sable et le sol se rencontrent, ce qui réduit la perméabilité de l'ensemble avec le temps. Cette recherche avait pour but de déterminer si l'ajout d'enzymes ou de bactéries (additifs) peut ralentir l'accumulation de matières organiques et inorganiques dans les tranchées du lit filtrant, et ainsi accroître la longévité de l'installation entre les défaillances. L'étude a été menée en deux phases. Dans un premier temps, on a procédé à une investigation en laboratoire pour observer et surveiller l'interaction des additifs sélectionnés avec les matières recueillies dans une installation septique dont la défaillance était imminente. Il s'agissait au cours de cette phase d'évaluer la capacité des additifs à décomposer les matières solides en laboratoire, puis de concevoir une méthode appropriée pour procéder à des essais en service lors de la phase deux de l'étude. Dans un second temps, les chercheurs ont appliqué les additifs dans un lit filtrant en voie de défaillance et ont fait des observations qualitatives sur la performance de l'installation, l'état des tranchées et l'accumulation de matières à l'endroit où le sable et le sol entrent en contact. Préparé par Golder Associates. Agent de projet de la SCHL : Cate Soroczan. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, (Rapport de recherché Programme de subventions de recherche) 71 pages (3.03 Mo) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1_mh_09e82(w).pdf L INNOVATION EN GESTION DES EAUX PLUVIALES AU CANADA : LA VOIE À SURVIVRE L expansion urbaine rapide, la circulation accrue, l infrastructure vieillissante, une plus grande variabilité climatique, ainsi que la nécessité d une meilleure durabilité des ressources d eau urbaines posent un défi de taille aux modes de gestion courants des eaux pluviales. Des approches innovatrices sont nécessaires afin d atténuer les risques d inondation, de pollution et de dégradation de l écosystème aquatique, de même que pour promouvoir les utilisations avantageuses des eaux urbaines. Afin d examiner ces approches, une série de trois conférences régionales sur la gestion innovatrice des eaux pluviales s est tenue à Vancouver, Calgary et Toronto en 2007 et 2008 sous le parrainage du Réseau canadien de l eau et de la Société canadienne d hypothèques et de logement. Les auteurs d une sélection de présentations faites lors de ces conférences, présentations donnant de l information sur des approches innovatrices à la diminution des risques d inondation et à la réduction des effets de la pollution à l échelle des habitations, des quartiers et des bassins versants ont par la suite été invités à soumettre des articles, et ceux admis au processus de révision ont été inclus dans cette édition spéciale du Water Quality Research Journal of Canada. Cette édition spéciale a pour but de promouvoir des exemples d approches innovatrices réussies pour l amélioration de la gestion des eaux pluviales dans les villes canadiennes, dans l espoir que d autres agents tireront parti de cette expérience et contribueront à l amélioration continue des pratiques en gestion des eaux pluviales. Préparé par Jiri Marsalek et Hans Schreier. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages ( Ko) Note: Issued also in English under the title: Innovation in Stormwater Management in Canada: DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_bilingual /Innovation%20in%20Stormwater_FR(w).pdf 9

14 CONSERVATION, RÉUTILISATION ET GESTION DE L'EAU NATURE S REVENUE STREAMS: ASSESSMENT OF STORMWATER TREATMENT VIA ENGINEERED ECOLOGYTM TREATMENT SYSTEMS AND STREAM RESTORATION La présente étude, financée par le Fonds municipal vert de la FCM avec le soutien financier supplémentaire de la SCHL, a évalué les effets qu ont eus cinq projets d installations écologiques de terres humides et de restauration de cours d eau sur la qualité des eaux pluviales. Ces projets d envergure et de date variés ont tous été réalisés par la même société dans le district de Saanich en Colombie-Britannique dans un seul et unique but : réduire les effets négatifs des eaux pluviales sur les cours d eau locaux affluents de la rivière Colquitz. Les aménagements ont fait l objet d étude : 1Le lotissement de Willowbrook, où des terres humides ont été construites pour recueillir les eaux pluviales provenant d un ensemble résidentiel réalisé sur terrain intercalaire, et Swan Creek, un chenal de drainage artificiel, a été restauré et transformé en un ruisseau fonctionnel. Glanford Station, où une petite étendue de terres humides a été installée pour recueillir les eaux pluviales d un lotissement avant qu elles ne soient rejetées dans Swan Creek, juste en aval de l installation de Willowbrook. Baxter Pond, où un bassin d orage à sec a été restauré et transformé en terres humides pouvant maintenant recueillir des eaux pluviales d un nouveau lotissement, d un tronçon de route et d une école située à proximité. Blenkinsop Creek, où environ 650 m de chenal de drainage artificiel ont été restaurés et transformés en cours d eau pour créer un habitat naturel, atténuer les débits de crue et réduire l érosion du sol et l apport en éléments nutritifs provenant d une ferme voisine. Leeds Creek, où un ensemble comprenant un chenal de cours d eau et un bassin peu profond a été reconstruit pour atténuer les effets des inondations dans un lotissement environnant. Préparé par: Aqua-Tex Scientific Consulting Ltd. (1993), Cori L. Barraclough et Daniel A. Hegg. Agent de projet de la SCHL : Cate Soroczan. Ottawa : Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (8.35 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série technique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 66599) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2008n15(w).pdf NATURE S REVENUE STREAMS: FIVE ECOLOGICAL VALUE CASE STUDIES La présente étude porte sur cinq projets d aménagement qui ont appliqué des principes de la nature à la conception d installations de gestion des eaux de ruissellement et en ont comparé la valeur globale à celle d aménagements classiques reposant sur des réseaux d'égouts et de drainage. L'étude est principalement axée sur les eaux de ruissellement, mais elle élargit son champ d'action et on se demande si les initiatives ont une valeur économique tangible et si elles procurent des économies ou d autres avantages au promoteur, à l occupant, à la collectivité ou à la municipalité. Les cinq aménagements examinés sont tous situés dans le bassin hydrologique de la rivière Colquitz à Saanich, en Colombie-Britannique. Ils comportent : 1) le déplacement et la restauration du ruisseau Blenkinsop sur la ferme Galey; 2) la restauration du ruisseau Swan et l aménagement de milieux humides au sein de la subdivision de Willowbrook; 10

15 CONSERVATION, RÉUTILISATION ET GESTION DE L'EAU 3) la restauration de cours d eau dans la subdivision de South Valley; 4) l aménagement d habitats humides adjacents à la subdivision de la ferme Rogers; 5) l installation de pavage perméable et l aménagement de baissières ou de milieux humides au Vancouver Island Technology Park. La société Aqua-Tex Scientific Consulting Ltd. et ses collaborateurs ont achevé ces aménagements en quelques années, entre 2000 et Ils ont aménagé des terres agricoles et réalisé des aménagements d ensembles résidentiels et institutionnels en y intégrant des pratiques novatrices de gestion des eaux de ruissellement et des programmes de restauration de ruisseaux et de milieux humides. Les travaux ont été entrepris dans le cadre de la restauration graduelle du bassin hydrologique. Ce rapport visait à comparer les coûts associés aux infrastructures classiques liées aux eaux pluviales aux coûts engendrés par d autres méthodes de gestion des eaux pluviales faisant appel à des techniques écologiques. De plus, cette étude tentait de relever et de quantifier d autres avantages de l utilisation et de la non-utilisation de ces méthodes lorsqu on a recours à une infrastructure écologique pour gérer les eaux pluviales. Préparé par Aqua-Tex Scientific Consulting Ltd; Cori L. Baraclough, Daniel A. Hegg et collaborateurs. Parrainé par la Société canadienne d hypothèques et de logement et la Fédération canadienne des municipalités grâce à une subvention accordée à la Corporation of the District of Saanich. Agent de projet de la SCHL : Cate Soroczan. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (5688 Ko) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/nature's%20revenue_web.pdf SLOPING SAND FILTERS FOR ON-SITE WASTEWATER TREATMENT Le rapport dont il est ici question fait état des constatations d une étude qui s est déroulée sur deux ans et qui a porté sur l examen des caractéristiques hydrauliques et de la performance en traitement des filtres à sable en pente, ou filtres à sable à écoulement latéral, servant d installation d assainissement sur place pour les habitations. L objectif principal de la recherche consistait à évaluer les directives de conception actuelles des filtres à sable en pente et à formuler des recommandations quant à l utilisation plus étendue de ce genre d installation et leur optimisation. On a eu recours à des études sur place pour évaluer la performance hydraulique et technique de huit filtres à sable en pente construits conformément aux directives provinciales mais qui se distinguaient par la taille des grains de sable, l'inclinaison de la pente, la longueur du filtre et la charge en eaux usées. Préparé par Rob Jamieson, Janice Wilson, et Peter Havard. Agent de projet de la SCHL : Cate Soroczan. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, (Rapport de recherché Programme de subventions de recherche) 66 pages (4.09 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série technique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 66703) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2009s47%20(w).pdf 11

16 DÉBOUCHÉS EXTÉRIEURS POUR LE SECTEUR DE L'HABITATION MARCHÉ RUSSE DE LA CONSTRUCTION DOMICILIAIRE Les objectifs de cette étude étaient : (1) Analyser le marché russe de la construction et de l habitation en examinant : l environnement économique et d affaires en général; et le secteur de la construction et de l habitation; (2) Identifier et analyser les produits de finition des manufacturiers canadiens susceptibles d intéresser hautement le marché russe. Les auteurs ont colligé leurs données à partir de recherches en bureau, de rapports préexistants chez PMR et d entrevues. Au total, près de 90 compagnies ont été approchées et des entrevues en russe ont été menées auprès d experts. Préparé par PMR Consulting. Agent de projet de la SCHL : Rodney Neander. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages ( Ko) NOTE: Issued also in English under the title: Russian Home Construction Product Market DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l'habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/fr_bilingue/c a1%20mh%2010r73%20f_web%20.pdf DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MAISONS SAINES ÉLABORATION D UN OUTIL D ÉVALUATION DE PERFORMANCE DURABLE EN MATIÈRE D HABITATION Ce projet, réalisé dans le cadre du Programme de subventions de recherche, visait à mettre au point un outil d évaluation de la performance durable pour le logement au Canada. Ce projet offrira un cadre de travail qui favorisera une évaluation globale du développement durable des collectifs d habitation au Canada. Le cadre de travail est fondé sur SBTool, une boîte à outils d évaluation de réputation internationale, qui permet la production d outils de notation pour une variété de régions et d utilisations, par un ajustement de la portée, des pondérations et des données repères (locales). Le système traite une variété complète de variables environnementales, sociales et économiques, offre des fonctions de calcul internes pour l estimation des GES d après les données régionales sur les émissions et contient aussi une calculatrice intégrée permettant d estimer la consommation approximative d énergie. La version fournie à la SCHL a été calibrée pour les collectifs d habitation, mais d autres types de bâtiments, tels que des immeubles mixtes (combinant des logements et des locaux commerciaux) peuvent également être évalués. DISPONIBLE : L outil et son guide (sous forme abrégée) peuvent être téléchargés sur le site Web de l iisbe à l adresse INITIATIVE DES COLLECTIVITÉS EQUILIBRIUM MC L Initiative des collectivités EQuilibrium MC est un projet de démonstration de collectivités durables étalé sur quatre ans totalisant 4,2 millions de dollars, dirigée conjointement par la SCHL et RNCan dans le cadre de l initiative écoaction. L objectif est d accélérer l aménagement de collectivités durables au Canada par une démonstration de la planification et du développement durables à l échelle de quartiers. L Initiative fournit une aide financière pour des activités de nature technique et pour mettre en valeur la performance des projets d aménagement de quartiers retenus qui, par leur planification, leur conception, leur mise en œuvre et leur mode de fonctionnement, permettront des améliorations mesurables par rapport aux approches actuelles. Rendez-vous à l adresse pour connaître les produits publiés à ce jour, y compris des aperçus des projets et un document sur les 18 indicateurs qui faisaient partie des critères de sélection. D autres produits s ajouteront à mesure que l initiative progressera. DISPONIBLE : Le produit est offert sur le site Web 12

17 DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MAISONS SAINES INVENTORY & ASSESSMENT OF SUSTAINABLE COMMUNITY BEST PRACTICE GUIDES FOR THE CANADIAN HOUSING SECTOR: FINAL REPORT En règle générale, les publications traitant des aménagements résidentiels fidèles aux principes du développement durable se limitent aux aspects conceptuels des pratiques exemplaires de pointe; elles exposent les éléments à adopter sans entrer dans le détail de la mise en œuvre des projets. Dans le cadre de cette recherche, on a constitué un répertoire des ressources existantes portant principalement sur la manière de planifier, de concevoir et de réaliser des aménagements résidentiels durables à l échelle des quartiers. Le répertoire comprend 81 ressources organisées en 10 thèmes : énergie; espaces verts et paysagement; outils de gestion de la planification et de l aménagement; participation des partenaires; planification des collectivités durables; transport; conception des habitations, des quartiers et des formes urbaines; gestion des déchets et des matériaux; eau; et ressources transversales (s étendant à plusieurs des neuf autres thèmes). On a évalué l efficacité, l innovation et l actualité de ces ressources, leur utilité et leur pertinence dans divers contextes et pour divers publics, de même que l exhaustivité et la complexité de l information fournie. Le rapport sommaire connexe révèle les lacunes des ressources existantes traitant de la mise en œuvre de ce type d aménagement. Le répertoire se veut une source d information utile pour les municipalités, les constructeurs et les promoteurs, de même que les spécialistes du secteur de l habitation (urbanistes, architectes, ingénieurs, etc.) cherchant des conseils sur les pratiques exemplaires en matière d aménagements résidentiels durables. Consultants : Marbek Resource Consultants en collaboration avec Cooperative Research and Policy Services (CORPS) et l Office de l éclectisme urbain et fonctionnel (L OEUF). Agente de projet de la SCHL : Cynthia Rattle. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, pages (4.24 Mo) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/ca1%20mh%2009i51(w).pdf PROJET RÉGIONAL DE DÉMONSTRATION DE LA MAISON SAINE À CONSOMMATION ÉNERGÉTIQUE NETTE ZÉRO Cette recherche vise à créer, grâce à un partenariat avec l industrie, une initiative nationale de démonstration et de mise en place de maisons saines à consommation énergétique nette zéro afin de faire la promotion d un objectif de consommation énergétique nette zéro et d un faible impact sur l environnement pour les maisons neuves canadiennes. Le concept comprend la conception, la construction, la démonstration et le suivi de maisons saines à consommation énergétique nette zéro dans le cadre d un projet intitulé Initiative de maisons de démonstration durables EQuilibrium MC. Jusqu à maintenant, quinze projets des quatre coins du pays ont été choisis dans le cadre de deux concours nationaux distincts. Sept de ces habitations sont déjà construites et les autres devraient l être d ici deux ans. Ces maisons seront ouvertes aux visiteurs (grand public et professionnels) pendant une période d au moins six mois. Le projet de démonstration permettra aux équipes d EQuilibrium MC de présenter leurs réalisations au secteur de la construction résidentielle et aux consommateurs. Au terme du projet, les maisons seront vendues, et la SCHL fera le suivi de leur rendement pendant un an à compter du début de leur occupation. En se fondant sur les résultats de l initiative de démonstration, la SCHL explorera avec ses partenaires et clients la possibilité d étendre l expérience dans l ensemble du Canada. L Initiative de maisons de démonstration durables EQuilibrium MC s articule sur les cinq principes de la Maison saine de la SCHL (santé, énergie, ressources, environnement et abordabilité). Elle allie l énergie solaire passive et la conception, la construction et l installation d électroménagers favorisant l efficacité énergétique au raccordement au réseau public d'électricité à l'aide de dispositifs à énergie renouvelable vendus dans le commerce et aménagés sur place pour ramener à zéro la consommation d'énergie annuelle nette, réduire les émissions de gaz à effet de serre et atténuer l impact sur l environnement. Les résultats escomptés et les retombées de l initiative Equilibrium MC seront d établir des alliances stratégiques entre l industrie et le gouvernement pour réduire l intensité de la consommation d énergie du secteur de l habitation, freiner à moyen terme la hausse du coût de l énergie pour les ménages, soutenir l émergence des secteurs de l énergie renouvelable et du logement durable au Canada, accroître la sensibilisation des consommateurs et la demande de logements durables, et soutenir 13

18 DÉVELOPPEMENT DURABLE ET MAISONS SAINES l objectif du Canada en matière de réduction de la pollution et des émissions de gaz à effet de serre. La création de l initiative EQuilibrium MC permettra également au Canada de pénétrer des marchés internationaux compétitifs et de favoriser la prochaine génération de produits d exportation à valeur ajoutée. DISPONIBLE : On trouvera de plus amples renseignements sur l Initiative EQuilibrium MC et chacun des projets sur le site Web de la SCHL WORLD SUSTAINABLE BUILDING CONFERENCE PROCEEDINGS La Conférence mondiale sur les bâtiments durables, qui a lieu tous les trois ans, est la réunion la plus courue des principaux experts techniques et chercheurs de ce monde dans le domaine des milieux bâtis durables. Cette série couvre, de façon exceptionnelle, les enjeux scientifiques, techniques et politiques liés au vaste secteur du bâtiment durable; ce qui lui confère un intérêt certain aux yeux des chercheurs, concepteurs, constructeurs et décideurs. La Conférence ne constitue pas simplement un lieu propice à l apprentissage, c est aussi une occasion de rencontrer des collègues exerçant la même profession ou une profession connexe. Les actes complets, Proceedings of SB08, ont été réunis sous forme de trois documents PDF. Volume 1 : allocutions de bienvenue, commanditaires, rapports spéciaux de la conférence, et articles, forums spéciaux et articles régionaux de la conférence de Volume 2 : résumés complets des exposés oraux et par affiches du programme scientifique de la Conférence. Les résumés sont classés par auteur ou par thème, et on peut faire une recherche selon ces critères. Volume 3 : diaporamas PowerPoint des sessions plénières et galerie de photos. Éditeurs : Greg Foliente... et coll. Melbourne : World SB08, CD-ROM AVAILABILITY : Le CD peut être emprunté au Centre canadien de documentation sur l habitation. ÉCONOMIES D ÉNERGIE ANALYSIS OF RENEWABLE ENERGY POTENTIAL IN THE RESIDENTIAL SECTOR THROUGH HIGH RESOLUTION BUILDING ENERGY SIMULATION À la suite des récents progrès qu ont connus les technologies d énergie renouvelable, notamment au chapitre des systèmes photovoltaïques et des microéoliennes, le potentiel de mise en œuvre à grande échelle de ces sources d énergie pour une société plus durable n a jamais été aussi grand. L étude avait pour objectif d ensemble de fournir une évaluation technique des possibilités en matière d installations à énergie renouvelable dans les habitations de faible hauteur. Le projet comporte deux volets. Dans la première partie de la recherche, on évalue la faisabilité d ajouter à une maison existante une installation à énergie renouvelable hybride montée sur le toit, composée de panneaux photovoltaïques (PV) et d une microéolienne. Les constatations traitent tant des augmentations que des économies sur l'énergie véritablement consommée. L'analyse révèle également les différents avantages au chapitre de l'énergie et de l'environnement ayant trait à l'installation de chauffage hybride dans une maison R-2000 type. Dans la deuxième partie, les auteurs proposent des modèles et analysent une installation éconergétique à énergie renouvelable de chauffage, de ventilation et de climatisation (CVC), et de production d eau chaude domestique (ECD) pour les maisons neuves. Les résultats, extrapolés à l'échelle nationale afin d'évaluer les 14

19 ÉCONOMIES D ÉNERGIE possibilités de réductions des émissions de GES, indiquent que ces technologies pourraient engendrer des réductions d'émissions de GES de l'ordre de 15 % et de 20 % respectivement par rapport aux émissions d'un cas de référence dépourvu de l'installation de production d'électricité à énergie renouvelable. Consultants pour le projet de recherché : Alan Fung, Joel Good, Ali Syed, V. Ismet Ugursal, Département de génie mécanique, Université Dalhousie. Agent de projet de la SCHL : Woytek Kujawski. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, (Rapport de recherché Programme de subventions de recherche) 472 pages (2.91 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série technique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 66098) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/analysis%20renewable%20(w).pdf EVALUATING THE EFFECTS OF TWO ENERGY RETROFIT STRATEGIES FOR HOUSING ON THE WETTING AND DRYING POTENTIAL OF WALL ASSEMBLIES: SUMMARY REPORT FOR YEAR PHASE OF THE STUDY En 2007, l Institut de recherche en construction (IRC) du CNRC mettait en chantier une recherche visant à évaluer les effets de deux stratégies d amélioration éconergétique pour les habitations sur le mouillage et l assèchement des murs. Des partenariats, assortis d un financement, ont été conclus avec RNCan (Groupe des bâtiments et des collectivités durables, Habitations et bâtiments de CANMET) et la SCHL (Groupe des politiques et de la recherche visant les logements durables). Les travaux consistaient à concevoir les essais, à mettre en place les échantillons, à mettre en service l instrumentation, à effectuer le passage au banc d essai de même que le suivi, la collecte et l analyse des données, et à produire des rapports à l égard des travaux de recherche menés à l installation d exposition in-situ des murs du programme Enveloppe et structure du bâtiment de L IRC-CNRC. Cette étude avait pour objectifs de : 1) démontrer que les propriétés de l isolant thermique mis en œuvre sur le côté extérieur de la cavité d un mur à ossature de bois ont une incidence sur les gradients de température, de vapeur d eau et de pression d air et, par le fait même, sur le potentiel de mouillage et d assèchement des murs de l assemblage; 2) démontrer que l air qui passe à travers un assemblage est un puissant vecteur d humidité de part et d autre des cavités murales fermées; 3) démontrer que l augmentation du taux d humidité relative à l intérieur peut se traduire par un potentiel de mouillage supérieur des éléments composant les cavités de l ossature murale; 4) vérifier l hypothèse selon laquelle les murs isolés par l extérieur sont moins sujets à la condensation interstitielle que des murs similaires dépourvus de ce genre d isolation externe. Rédigé par W. Maref et al., Conseil national de recherches du Canada. Agent de projet à la SCHL : Barry Craig. Ottawa : Société canadienne d'hypothèques et de logement, CD-Rom (14.23 Mo) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l'habitation et Ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/Research_Reports-Rapports_de_recherche/eng_unilingu al/energy%20retrofit%20strategies%20report_w.pdf 15

20 ÉCONOMIES D ÉNERGIE FACTOR 9 HOME : A NEW PRAIRIE APPROACH: MONITORING FINAL REPORT La maison Factor 9, nouvelle formule adaptée aux Prairies, désigne un projet de démonstration mettant en évidence une maison individuelle achevée en avril 2007 à Regina, en Saskatchewan (Canada), qui se distingue par son efficacité énergétique et sa performance environnementale exceptionnelles. Les concepteurs de la maison Factor 9 s'étaient imposé des cibles d'économie d'énergie et d'eau. Dans un premier temps, on souhaitait que la maison utilise neuf fois moins d'énergie par mètre carré de surface de plancher qu'une maison moyenne existante en Saskatchewan (construite autour des années 1970). La cible pour la consommation totale d'énergie achetée avait donc été établie à 30 kwh/m2 par année (108 mégajoules/m2 par année). Au cours de l'année d'évaluation de la maison (du 1er juin 2007 au 31 mai 2008), on a mesuré une consommation de 33,1 kwh/m2, ce qui est environ 10 % supérieur à la cible de consommation de 30 kwh/m2. À titre de comparaison, il faut savoir qu'un groupe témoin de maisons construites à Regina entre 1970 et 1973 affichait une consommation annuelle mesurée de 331 kwh/m2, soit 10 fois plus d'énergie par mètre carré d'aire de plancher que la maison Factor 9. C'est pourquoi on a recommandé que deux autres mesures de conservation de l'énergie soient prises pour la maison : isoler le plancher du sous-sol en solives de bois préfabriquées (coefficient de RSI 1,8) et mieux isoler le réservoir de stockage thermique de l'installation de chauffage solaire actif. Grâce à ces mesures, la consommation d'énergie annuelle de la maison devrait pouvoir atteindre la cible de 30 kwh/m2. Dans un deuxième temps, on a fixé une autre cible numérique de performance pour la maison, à savoir une réduction par un facteur de 2 de la consommation d'eau achetée du service public par rapport aux maisons ordinaires. Il s'avère que la maison a aussi été en mesure d'atteindre cet objectif. Pour une famille de quatre personnes, la consommation d'eau moyenne au Canada est de 501 mètres cubes par année. Or, durant la période de suivi d'un an, la consommation d'eau mesurée des occupants de la maison a pu être abaissée à 171 mètres cubes, soit une réduction de 66 % de la consommation d'eau achetée. Mentionnons que moins de la moitié des précipitations moyennes à long terme de 388 mm pour Regina ont été enregistrées durant l'année de suivi, ce qui a réduit le volume d'eau pouvant être recueilli par l'installation de collecte du toit. Quant à l'aménagement paysager de la maison, il n'a pas été réalisé durant l'année d'évaluation. Les principales techniques mises au point pour réaliser la maison Factor 9 ont été la conception intégrée et l'ingénierie de la valeur. Préparé par Rob Dumont, Building Performance, Alternative Energy and Manufacturing Division, Saskatchewan Research Council. Agent de projet de la SCHL : Don Fugler. Ottawa : Société canadienne d hypothèques et de logement, v, 54 pages (4.33 Mo) Nota : On trouvera sur le site Web de la SCHL no de la série technique du Point en recherche, qui résume les résultats de cette étude (Numéro de 66570) DISPONIBLE : Centre canadien de documentation sur l habitation et ftp://ftp.cmhc-schl.gc.ca/chic-ccdh/research_reports-rapports_de_recherche/eng_unilingu al/factor_9_(w).pdf MODIFIED AIR CIRCULATION AND VENTILATION PRACTICE TO ACHIEVE ENERGY SAVINGS AND FUEL SWITCHING Ce projet est fondé sur de récentes études menées au Centre canadien des technologies résidentielles (CCTR), qui ont mis au jour les incidences qu'ont les moteurs de ventilateur des appareils de chauffage à air pulsé éconergétiques sur la consommation tant de l'électricité que du gaz naturel. Il a été démontré que les moteurs à commutation électronique (MCE) réduisent de ~75 % l'énergie 16

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche

e point en recherche Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction Programme de recherche l Décembre 25 e point en recherche Série technique 5-119 Profils de la charge de consommation d énergie et d eau dans les collectifs d habitation introduction La recherche permet de commencer à comprendre

Plus en détail

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments

Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Incitatif écoénergie Rénovation pour les bâtiments Division des bâtiments Office de l efficacité énergétique (OEE) Ressources naturelles Canada (RNCan) http://oee.nrcan.gc.ca/commerciaux/appuifinancier/existant/ameliorations/index.cfm?attr=20

Plus en détail

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015

Introduction. Activités admissibles. Objectifs. Domaines visés. Guide des candidatures de 2015 Guide des candidatures 2015 Introduction Dans tout l Ontario, il y a beaucoup d entreprises, d organismes, de collectivités et de particuliers qui font plus que ce qui est requis par la législation environnementale,

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d' AINC DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 DATE D ACHÈVEMENT PRÉVUE COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE 2013 D'APPROBATION : 22/02/2011 Il est recommandé que, en collaboration

Plus en détail

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada

Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Sélection des crédits de priorité régionale de LEED v4 Canada Que sont les crédits de priorité régionale? Les crédits de priorité régionale ont été mis en place dans les systèmes d évaluation LEED 2009

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Juin 2005 Série technique 05-100 Incidence de la température de consigne des thermostats sur la consommation d énergie introduction Les occupants d une maison règlent habituellement

Plus en détail

ob`ebo`ebë=`lro^kqbp pro=iûe^_fq^qflk Recherches sociales, économiques et technologiques

ob`ebo`ebë=`lro^kqbp pro=iûe^_fq^qflk Recherches sociales, économiques et technologiques ob`ebo`ebë=`lro^kqbp pro=iûe^_fq^qflk Recherches sociales, économiques et technologiques Volume 16 Numéro 2 Hiver 2009-2010 i~=p`ei=w=^ì=åììê=çé=äûü~äáí~íáçå La Société canadienne d hypothèques et de logement

Plus en détail

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE

LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI TROUSSE OFFRE DE FORMATIONS LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE LA CARAVANE ÉCOHABITATON PASSE ICI! ENTREPRENEURS ET ICI OFFRE DE FORMATIONS 1 Photo : www.celine Lecomte.com TROUSSE LA RESSOURCE EN HABITATION ÉCOLOGIQUE Photo : seir+seir, Creative Commons LA CARAVANE

Plus en détail

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI

Montréal et la RMR VERTES LES VILLES LES PLUS DU CANADA. Solutions énergétiques écologiques. Facteur Vert: les bicyclettes BIXI LES VILLES LES PLUS VERTES DU CANADA Montréal et la RMR Facteur Vert: les bicyclettes BIXI Solutions énergétiques écologiques Que font les grandes villes du pays pour favoriser les transports à émissions

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Innovation. La communauté solaire Drake Landing

Innovation. La communauté solaire Drake Landing www.dlsc.ca Innovation. La communauté solaire Drake Landing La communauté solaire Drake Landing (CSDL) est un quartier de 52 maisons, organisé selon un plan directeur, situé dans la ville d Okotoks, en

Plus en détail

L analyse Comparative dans les Municipalités avec

L analyse Comparative dans les Municipalités avec L analyse Comparative dans les Municipalités avec Rencontre municipale de l énergie, le 4 avril 2014 Présenté par Mareleine Nehme, agente principale Ressources naturelles Canada Objectifs de la présentation

Plus en détail

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable

PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC. L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC L engagement du secteur canadien de l électricité en faveur du développement durable À PROPOS DU PROGRAMME ÉLECTRICITÉ DURABLE MC Le programme Électricité durable MC est

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Juillet 2002 Série technique 02-102 Transformez vos méthodes : Charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Dans le cadre d une charrette sur la conception

Plus en détail

Résultats attendus et indicateurs

Résultats attendus et indicateurs ANNEXE I Résultats attendus et indicateurs Les indicateurs que la SCHL utilise en ce moment pour valider les résultats attendus de ses activités sont présentés ci-dessous. Ils sont en grande partie basés

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POIT E RECHERCHE Mars 2015 Série technique Potentiel de l énergie solaire pour les maisons durables construites pour le ord ITRODUCTIO Les technologies à énergie renouvelable, comme les panneaux photovoltaïques

Plus en détail

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011

Opérations régionales. Évaluation du Programme de logement dans les réserves d'ainc DATE D'APPROBATION : 22/02/2011 COMPTE RENDU SUR L ÉTAT DE LA MISE EN ŒUVRE DU RAPPORT AU COMITÉ D ÉVALUATION, DE MESURE DU RENDEMENT ET D EXAMEN EN DU 30 SEPTEMBRE D'APPROBATION : 22/02/ Il est recommandé que, en collaboration avec

Plus en détail

Table des matières. Formation à l ISPC

Table des matières. Formation à l ISPC Table des matières Ateliers... 2 Planification et prise de décisions axées sur la santé de la population... 2 Autoapprentissage à l ISPC... 3 Introduction à la santé de la population... 3 Explorer la santé

Plus en détail

Logement, politiques d affectation du sol et outils réglementaires. Société canadienne d hypothèques et de logement Cowansville - 24 janvier 2008

Logement, politiques d affectation du sol et outils réglementaires. Société canadienne d hypothèques et de logement Cowansville - 24 janvier 2008 Logement, politiques d affectation du sol et outils réglementaires Société canadienne d hypothèques et de logement Cowansville - 24 janvier 2008 La SCHL et la recherche SCHL Assurance Recherche et diffusion

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé

ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé ié=éçáåí=éå=êéåüéêåüé Novembre 2008 Série technique 08-106 Analyse des possibilités en matière d énergie renouvelable dans le secteur résidentiel au moyen d une simulation fåíêççìåíáçå=éí=çäàéåíáñ On attribue

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

e point en recherche Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Juillet 2002

e point en recherche Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Juillet 2002 L e point en recherche Juillet 2002 Série technique 02-102 Transformez vos méthodes : charrettes sur la conception intégrée de bâtiments durables Introduction Dans le cadre d une charrette sur la conception

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Principaux domaines d'expertise

Principaux domaines d'expertise Principaux domaines d'expertise Élaborer des stratégies, programmes, plans et indicateurs de durabilité Politiques, procédures et plans environnementaux et/ou de durabilité de la société Les règlements

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels

Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Consultation publique «Un regard neuf sur le patrimoine culturel» Révision de la Loi sur les biens culturels Mémoire intitulé : «Le patrimoine bâti : une autre approche» Présenté par : Le Service d aide-conseil

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS

PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS PLAN D ACTION POUR DES COLLECTIVITÉS RURALES FORTES DE LA FÉDÉRATION CANADIENNE DES MUNICIPALITÉS Pour notre programme complet des élections fédérales 2015, veuillez consulter la Feuille de route pour

Plus en détail

Questionnaire à l intention des intervenants. Invitation à faire des commentaires

Questionnaire à l intention des intervenants. Invitation à faire des commentaires Consultations sur les exigences en matière d efficacité énergétique et de gestion efficace de l eau prévues au codes du bâtiment et de la plomberie du Manitoba Questionnaire à l intention des intervenants

Plus en détail

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA

ICESOL: CONCEPT POUR UN CHAUFFAGE SOLAIRE INNOVANT. Orateurs : Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Orateurs : ICESOL: CONCEPT 1. POUR UN INNOVANT Frank Doppenberg BG Ingénieurs Conseils SA Bernard Thissen Energie Solaire SA Le projet «La Cigale», terminé en mars 2014 est la rénovation Minergie la plus

Plus en détail

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO

PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PRÉSENTATION DE L ALLIANCE CLIMAT DANS LE CADRE DU PLAN ENERGIE CLIMAT TERRITORIAL DU DISTRICT DE BAMAKO PLAN I. PRESENTATION 1. Réseau Carbone 2. Alliance Climat II. PARTENAIRES 1. Mairie du District

Plus en détail

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau

Habiter ma ville. Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau Habiter ma ville Résumé de la politique d habitation de la Ville de Gatineau L habitation constitue une composante essentielle à la qualité de vie des citoyens et une préoccupation constante dans l ensemble

Plus en détail

Construire une maison ou immeuble d appartements éconergétique

Construire une maison ou immeuble d appartements éconergétique Construire une maison ou immeuble d appartements éconergétique Les objectifs d'apprentissage : Quelles sont les caractéristiques d une bâtiment éconergétique; Comment les bâtiments éconergétiques sont

Plus en détail

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire

Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Les investissements municipaux au titre de la culture de cinq grandes villes du Canada : Sommaire Étude préparée pour les villes de Vancouver, Calgary, Toronto, Ottawa et Montréal Par Kelly Hill, Hill

Plus en détail

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME

UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME UN SYSTÈME DE SÉCURITÉ DES DE PIPELINES CLASSE MONDIALE EMPLOIS, CROISSANCE ET PROSPÉRITÉ À LONG TERME INTRODUCTION À l échelle du pays, les pipelines acheminent tous les jours, de façon sûre et fiable,

Plus en détail

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES

ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES ENV 6003 CHANGEMENTS CLIMATIQUES : impacts, adaptation, mitigation MODULE 4 Combien d énergie une maison doit-elle consommer? par Sebastian Weissenberger SOMMAIRE Introduction 1. Les normes dans le secteur

Plus en détail

Le point en recherche

Le point en recherche Le point en recherche Mars 2004 Série technique 04-107 Enquête sur les installations individuelles utilisées pour le chauffage de l eau et des locaux dans les collectifs d habitation introduction Jusqu

Plus en détail

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012

Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques. Rapport d étude Janvier 2012 Perception des Québécois à l égard d enjeux reliés aux changements climatiques Rapport d étude Janvier 2012 Dans le cadre de sa stratégie d action sur les changements climatiques, le Regroupement national

Plus en détail

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type

Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Etude de sol & définition d une filière d assainissement non collectif Cahier des charges type Ce document et proposé aux particuliers par le Conseil Général de la Manche afin de les guider dans la réalisation

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005

Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Rapport de suivi de 2007 sur la vérification de la technologie de l information de janvier 2005 Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada et Conseil de recherches en sciences humaines

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/MP.PP/WG.1/2010/8 Distr. générale 17 mai 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Réunion des Parties à la Convention sur l accès

Plus en détail

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations

Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Stratégie nationale pour le logement des Premières Nations Vision Qu ils vivent dans leur collectivité ou à l extérieur de celle-ci, tous les membres des Premières Nations ont le droit d avoir un abri

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES

SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES SOUTIEN GOUVERNEMENTAL ACCORDÉ AU TITRE DU LOGEMENT PAR L ENTREMISE DU RÉGIME FISCAL : ANALYSE DE TROIS EXEMPLES par Marion Steele Département d économie, Université de Guelph et Centre pour les études

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe

Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques de catastrophe CONVENTION SUR LES ZONES HUMIDES (Ramsar, Iran, 1971) 48 e Réunion du Comité permanent Gland, Suisse, 26 30 janvier 2015 SC48 28 Projet de résolution sur les zones humides et la prévention des risques

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Les pièces des habitations certifiées LEED sont plus confortables grâce à un système de récupération de chaleur.

Les pièces des habitations certifiées LEED sont plus confortables grâce à un système de récupération de chaleur. Les avantages LEED Environnement Les bâtiments certifiés LEED ont une empreinte écologique moindre car ils permettent de réduire la consommation d énergie et d eau, grâce aux équipements mécaniques et

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

www.ekos.com Préparé par :

www.ekos.com Préparé par : SOMMAIRE Préparé par : EKOS RESEARCH ASSOCIATES Ottawa 359, rue Kent, bureau 300 Ottawa (Ontario) K2P 0R6 Tél. : 613-235-7215 Téléc. : 613-235-8498 Courriel : pobox@ekos.com Toronto 181, avenue Harbord

Plus en détail

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III)

TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) TROISIÈME CONFÉRENCE DES NATIONS UNIES SUR LE LOGEMENT ET LE DÉVELOPPEMENT URBAIN DURABLE (HABITAT III) DIRECTIVES ET FORMAT POUR LA PRÉPARATION DE RAPPORTS NATIONAUX SUR SIX SUJETS PRINCIPAUX, TRENTE

Plus en détail

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1

VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE. N/Réf. : 16229. 8 mai 2013 Révision 1 VILLE DE NICOLET REFOULEMENTS DES 5 ET 11 AOÛT 2011: SECTEUR DE LA RUE PIERRE-LAVIOLETTE NOTE TECHNIQUE N/Réf. : 16229 8 mai 2013 Révision 1 Page : 1 TABLE DES MATIÈRES 1. MISE EN SITUATION... 1 2. ANALYSE

Plus en détail

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB)

LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) LA PERFORMANCE ENERGETIQUE ET LE CLIMAT INTERIEUR DES BATIMENTS (PEB) Nouvelle ordonnance adoptée le 07 juin 2007,publiée au Moniteur belge le 11 juillet 2007 entrée en vigueur prévue juillet 2008 1. POURQUOI

Plus en détail

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011

Rapport annuel. Exercice se terminant Le 31 mars 2011 Rapport annuel Exercice se terminant Le 31 mars 2011 N o de cat. M175-2011 ISSN 0229-8473 (Imprimé) ISSN 1927-727X (En ligne) Ce rapport est publié séparément dans les deux langues officielles Demandes

Plus en détail

A BORDABILITÉ ET CHOIX TOUJOURS (A C T) PROJET D ÉTUDE DE CAS

A BORDABILITÉ ET CHOIX TOUJOURS (A C T) PROJET D ÉTUDE DE CAS A BORDABILITÉ ET CHOIX TOUJOURS (A C T) PROJET D ÉTUDE DE CAS Étude de cas Entente normalisée de lotissement Cantons d Ernestown, de Kingston et de Pittsburgh (Ontario) Préparé pour : La Fédération canadienne

Plus en détail

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe

Plan d'action de la 2ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe Plan d'action de la ème phase du projet de coopération franco-chinois sur la gestion intégrée des ressources en eau de la Haihe 1. Objectifs Sur le long terme, le projet vise à consolider une démarche

Plus en détail

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie

Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Ministère de l Énergie Printemps 2015 Conservation, efficacité et fourniture de l énergie Fiche d information Déclaration de principes provinciale, 2014 La Déclaration de principes provinciale de 2014

Plus en détail

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack

ÉTUDE DE CAS. Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack ÉTUDE DE CAS Recherche sur la valeur R axée sur le climat Bâtiment industriel situé à Chilliwack Aperçu du projet La présente étude de cas a été réalisée à partir d une étude plus large portant sur la

Plus en détail

Activité de mobilisation de l industrie

Activité de mobilisation de l industrie Activité de mobilisation de l industrie CONSULTATION SUR LES SOLUTIONS D INFORMATIQUE EN NUAGE EN578 151297/A Le 13 novembre 2014 Hôtel Delta, Ottawa. Règles d exonération Cette présentation contient de

Plus en détail

Évaluations statistiques

Évaluations statistiques 1 / 20 Évaluations statistiques Statistiques annuelles 2010, analyses pour l'ensemble de la Suisse Informations et formulaires de demande: www.leprogrammebatiments.ch 2 / 20 18.03.2011 Centre national

Plus en détail

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada

Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Gestion du changement éclairée par les données probantes dans les organismes de santé du canada Juin 2012 D r Graham Dickson Université Royal Roads D r Ronald Lindstrom Université Royal Roads D r Charlyn

Plus en détail

LE POINT EN RECHERCHE

LE POINT EN RECHERCHE LE POINT EN RECHERCHE Les expériences des propriétaires canadiens occupant des maisons à consommation énergétique nette zéro EQuilibrium MC Juillet 2015 Série technique INTRODUCTION Des constructeurs,

Plus en détail

INCITATIFS FINANCIERS POUR DES AMÉLIORATIONS ÉCONERGÉTIQUES mercredi le 23 Mai, 2012

INCITATIFS FINANCIERS POUR DES AMÉLIORATIONS ÉCONERGÉTIQUES mercredi le 23 Mai, 2012 INCITATIFS FINANCIERS POUR DES AMÉLIORATIONS ÉCONERGÉTIQUES mercredi le 23 Mai, 2012 Aujourd hui Introduction À propos d Efficacité NB Conseils Survol du centre de ressources en ligne Incitatifs financiers

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones

Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Information supplémentaire pour les titulaires de permis : Consultation des Autochtones Avril 2011 Introduction Étape préalable à la demande Phases de l'évaluation environnementale et de l'examen des permis

Plus en détail

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape

Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick. Rapport d étape Plan d action pour un nouveau système de gouvernance locale au Nouveau-Brunswick Rapport d étape Introduction Depuis les derniers grands changements qui datent de près d un demi-siècle, le gouvernement

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement

Conseil économique et social. Prorogation du mandat de l Équipe spéciale conjointe sur les indicateurs de l état de l environnement Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 15 août 2014 Français Original: anglais ECE/CEP/2014/12 Commission économique pour l Europe Comité des politiques de l environnement Vingtième

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

Vers un nouveau modèle de société

Vers un nouveau modèle de société Vers un nouveau modèle de société Qu est-ce que la transition énergétique? L énergie est partout dans notre vie quotidienne : pour chauffer nos logements, pour faire fonctionner nos équipements, pour faire

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

De l ombre à la lumière, pour toujours

De l ombre à la lumière, pour toujours De l ombre à la lumière, pour toujours SUITE 800, 10301 SOUTHPORT LANE SUD-OUEST CALGARY (ALBERTA) T2W 1S7 La Commission de la santé mentale du Canada télécopieur : 403-385-4044 courriel : info@commissionsantementale.ca

Plus en détail

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada

Introduction aux. chauffe- eau solaires. eau. Ressources naturelles Canada. Natural Resources Canada Introduction aux eau solaires chauffe- eau Ressources naturelles Canada Natural Resources Canada Chauffe-eau solaires L énergie solaire est une source d énergie propre et abondante qui peut nous aider

Plus en détail

Ce document contient de l'information et des champs de formulaire. Pour lire l'information, appuyez sur la flèche vers le bas à partir d'un champ de formulaire. Lignes directrices d'étude de viabilisation

Plus en détail

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire

Atelier 4. Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire Atelier 4 Appréhender la question énergétique à l échelle du territoire 26 Février 2010 UNE AEU DANS LE CADRE DU PLU 10 thématiques en quatre ateliers Atelier n 1 Biodiversité Paysages et patrimoine Atelier

Plus en détail

RAPPORT FINAL. Séance de travail intensif sur la question de l énergie. Solutions énergétiques aux Territoires du Nord-Ouest

RAPPORT FINAL. Séance de travail intensif sur la question de l énergie. Solutions énergétiques aux Territoires du Nord-Ouest Séance de travail intensif sur la question de l énergie aux TERRITOIRES DU NORD-OUEST 2014 RAPPORT FINAL SUR LA SÉANCE DE TRAVAIL INTENSIF 3 NOVEMBRE HÔTEL EXPLORER, YELLOWKNIFE 4 NOVEMBRE CENTRE CHIEF

Plus en détail

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales

CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL. Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales La Stratégie d accès communautaire aux statistiques sociales est un projet du Conseil canadien de développement

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

Report to/rapport au : Finance and Economic Development Committee Comité des finances et du développement économique. and Council / et au Conseil

Report to/rapport au : Finance and Economic Development Committee Comité des finances et du développement économique. and Council / et au Conseil 138 Report to/rapport au : Finance and Economic Development Committee Comité des finances et du développement économique and Council / et au Conseil May 18, 2012 18 mai 2012 Submitted by/soumis par : Kent

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance

APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance APPEL À DÉCLARATIONS D INTÉRÊT : Organismes de promotion de la santé mentale et du logement et de prévention de l itinérance La Commission de la santé mentale du Canada (la Commission) a mis en place un

Plus en détail

Présenté par Patrice Leroux, ing.

Présenté par Patrice Leroux, ing. & Élaboration d un plan des eaux pluviales: Une approche alternative de l entreprise Présenté par Patrice Leroux, ing. Le 30 avril 2014 Sommaire de la présentation Enjeux et problématiques Approche de

Plus en détail

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014

Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 1 Sondage sur le site Web du BSIF de 2014 Sommaire Le 31 mars 2014 Préparé pour le Bureau du surintendant des institutions financières information@osfi-bsif.gc.ca This summary is also available in English.

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques

Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques Service des arts visuels Consultations sur le soutien aux organismes artistiques En 2013, le Conseil des arts du Canada a publié le Document d'information : Révision des programmes de subventions de fonctionnement

Plus en détail

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse

CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse CECODHAS Conference «sustainable energy and social housing 21 avril 2008-Anconna Teatro delle muse Stratégie du CECODHAS sur l efficacité énergétique et la prévention de la précarité énergétique dans le

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013

Direction de l audit de Ressources naturelles Canada. Rapport sur l inspection des pratiques. Le 5 décembre 2013 Direction de l audit de Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques Le 5 décembre 2013 Ressources naturelles Canada Rapport sur l inspection des pratiques BUT Le présent document

Plus en détail

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024

Note de service. Processus officiel d adoption des normes de pratique Date limite pour commentaires : Le 30 avril 2007 Document 207024 Note de service À : De : Tous les Fellows, affiliés, associés et correspondants de l Institut canadien des actuaires Geoff Guy, président Conseil des normes actuarielles Date : Le 29 mars 2007 Objet :

Plus en détail

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés

Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Exigences préalables et documents d appui pour un projet d immobilisations dans le secteur des sites contaminés Les exigences préalables et les documents d appui sont déterminés en fonction du statut du

Plus en détail

Le point en recherche et développement La moisissure dans les sous-sols aménagés

Le point en recherche et développement La moisissure dans les sous-sols aménagés Le point en recherche et développement La moisissure dans les sous-sols aménagés 96-203 Série technique Introduction La recherche a établi une corrélation entre la santé humaine et la présence de moisissure

Plus en détail

ETUDES D ASSAINISSEMENT

ETUDES D ASSAINISSEMENT REFFOUH Abdelhafid Chef de division des études Direction de l Eau et de l Assainissement Direction Générale des Collectivités Locales Ministère de l Intérieur 10/12/2009 1 ETUDES D ASSAINISSEMENT Etudes

Plus en détail

De meilleures données pour de meilleures décisions :

De meilleures données pour de meilleures décisions : De meilleures données pour de meilleures décisions : un appui pour des soins plus efficaces et appropriés Amélioration de l expérience client. Perfectionnement de la planification des programmes et capacité

Plus en détail

96 / HABITER AUTREMENT

96 / HABITER AUTREMENT 96 / HABITER AUTREMENT La résidence Ilôt Point du Jour a été livrée en 2013. HABITER AUTREMENT GROUPE OPIEVOY DEUXIÈME OPH DE FRANCE, LE GROUPE OPIEVOY A LANCÉ FIN 2012 UNE DÉMARCHE VISANT À SOUTENIR ET

Plus en détail