Collaborer à l éducation de l enfant Assurer la protection des mineurs

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Collaborer à l éducation de l enfant Assurer la protection des mineurs"

Transcription

1 Collaborer à l éducation de l enfant Assurer la protection des mineurs Séminaires de formation organisés par le SPJ, la DGEO et le SESAF Département de la formation, de la jeunesse et de la culture

2 2 Sommaire Introduction...3 Organisation des séminaires régionaux...5 Thématiques et objectifs des séminaires 1. Réseaux Jusqu au signalement Après le signalement L enfant et ses parents L élève dans son établissement Articulation des missions de l équipe de santé de l établissement scolaire avec les missions du SPJ...11 Schéma Collaborations internes et externes au DFJC...12

3 3 Introduction Comment articuler la responsabilité confiée à l école de seconder les parents dans leur tâche éducative (art. 3 de la Loi scolaire) et la mission d assurer la protection et l aide aux mineurs en danger dans leur développement confiée au Service de protection de la jeunesse (art. 3 de la Loi sur la protection des mineurs)? Un groupe de travail, composé de représentants du Service de protection de la jeunesse, de la Direction générale de l enseignement obligatoire et du Service de l enseignement spécialisé et de l aide à la formation, s est réuni à l automne 2006 pour concevoir un concept de séminaire de formation continue destiné aux intervenants professionnels de leurs services. En particulier, il leur était demandé de réfléchir au «point de bascule» d une mission à l autre. Qui dit point de bascule dit point(s) de friction En premier lieu, les membres du groupe de travail ont dressé un inventaire des questions et difficultés concrètes rencontrées par les intervenants concernés par la mise en œuvre de ses lois. Ils ont ensuite décliné ces difficultés en objectifs qui pourraient être atteints dans le cadre des séminaires. Pour l essentiel ces objectifs tendent à donner une meilleure information et à améliorer la compréhension réciproque, notamment en explicitant les attentes, les Loi scolaire du 12 juin 1984 Art. 3 Buts de l école 1 L école assure, en collaboration avec les parents, l instruction des enfants. Elle seconde les parents dans leur tâche éducative. 2 [ ] Loi du 4 mai 2004 sur la protection des mineurs Art. 3 Buts 1 La loi a pour buts : a) [ ] b) d assurer, en collaboration avec les parents, la protection et l aide aux mineurs en danger dans leur développement, en favorisant l autonomie et la responsabilité des familles. c) [ ] processus de travail, les impondérables, les calendriers respectifs, etc. Mais, au-delà de l information et de la compréhension réciproque, ces séminaires ont pour but de favoriser les relations de travail en mettant en présence les acteurs concernés, permettre un échange de vues et déboucher sur une meilleure communication et collaboration. En définissant au terme de son mandat le cadre d organisation et le mode d animation, le groupe de travail a choisi de

4 4 proposer une formule faisant appel aux acteurs impliqués dans la pratique quotidienne plutôt que de recruter une équipe spécialisée moins au fait de la réalité du «terrain». Ainsi, après une première série de séminaires destinée aux personnes les plus concernées au plan régional (directrices et directeurs d établissement, médiatrices et médiateurs, spécialistes PPLS, équipe santé des établissements, assistantes et assistants sociaux du SPJ), nous souhaitons que les premiers formés deviennent les formateurs pour une seconde et plus vaste série de séminaires au niveau des établissements d enseignement de la scolarité obligatoire et post-obligatoire. Membres du groupe de travail Pour le SPJ : - M. Marc Favez, chef de l Unité de support méthodologique (président du GT) - Mme Patricia de Meyer, cheffe de l Unité d appui juridique - M. Frédéric Vuissoz, chef de l ORPM de l Ouest - Mme Line Barrière, adjointe-suppléante au chef de l ORPM du Nord - Mme Dolorès Dao, adjointe-suppléante à la cheffe de l ORPM du Centre - M. Cedric Eperon, chef de l ORPM de l Est Pour le SESAF : - Mme Eugénie Sayad, cheffe de l Office de psychologie scolaire et directrice pédagogique ad interim de l Office des écoles en santé Pour la DGEO : - Mme Cilette Cretton, Direction pédagogique, directrice générale adjointe - M. Philippe Blaser, directeur de l Établissement primaire et secondaire de Rolle - M. Georges Berney, directeur de l Établissement secondaire d Yverdon de Felice - M. Philippe Nicollier, directeur de l Établissement secondaire de Lausanne Villamont - M. Henri Delafontaine, directeur de l Établissement primaire et secondaire d Oron Palézieux

5 5 Organisation des séminaires régionaux Programme 08h.30 Accueil des participants Présentation du contenu du séminaire et des enjeux 08h.45 Traitement en plénum de la thématique n 2 «Jusqu au signalement» : 10h.15 Pause - Présentation sur support vidéo de trois situations d enfants en danger dans leur développement : une ne nécessitant pas un signalement au SPJ, une justifiant un signalement qui ne sera pas suivi d une action socio-éducative, une justifiant un signalement et qui sera suivi d une action socio-éducative du SPJ - Temps d échange et de questions 10h.30 Traitement des autres thématiques en atelier (un atelier à choix) 11h.45 Conclusion en plénum 12h.00 Repas en commun (si possible) Organisation pratique et animation Pour les établissements de la scolarité obligatoire, l organisation pratique des séminaires est confiée aux Conférences régionales. L animation générale est assurée par des membres du groupe de travail. Pour la seconde partie de la matinée, nous avons prévu pour chaque atelier une équipe d animation comprenant un intervenant du SPJ, de la DGEO et du SESAF. Dans chaque triade d animation, il y aura au moins un membre du groupe de travail. Les deux autres co-animateurs proviennent de la région concernée ; ils bénéficieront d un temps de préparation préalable et disposeront d un dossier pédagogique. Inscription Les modalités d inscription seront diffusées au début de l année Chaque séminaire devrait réunir 100 à 120 professionnels, soit environ une dizaine de personnes par établissement et une dizaine de personnes du SPJ et du SESAF.

6 6 Thématiques et objectifs des séminaires 1. Réseaux La loi sur la protection des mineurs (LProMin) distingue les réseaux dits de collaboration générale, qui correspondent aux «réseaux scolaires» regroupant divers intervenants de l établissement, voire des invités extérieurs, et les réseaux d intervention, qui sont centrés autour d un enfant faisant l objet d une intervention socio-éducative du SPJ et qui ne réunissent que des professionnels s occupant directement de l enfant (ces réseaux sont placés sous la responsabilité du SPJ, qui en assure la conduite ou veille à ce qu un autre professionnel le fasse). Cette distinction pose problème, lorsqu un représentant du SPJ est invité au réseau scolaire : les situations d enfant ne peuvent être évoquées qu à titre anonyme, pour bien distinguer entre le conseil et le signalement. Certains directeurs d établissement ont le sentiment que ce nouvel état de fait produit une augmentation des signalements au SPJ : le fait de ne plus pouvoir évoquer librement une situation, avec le regard du SPJ, pourrait contribuer à signaler l enfant plus vite. Objectifs à atteindre : - Identifier et expliciter les rôles des différents réseaux (cf. schéma en page 12). - Rappeler la procédure de signalement par l intermédiaire du directeur de l établissement (art. 35 RLProMin) et donc la concertation préalable au signalement (cf. par exemple le protocole lausannois à ce sujet).

7 7 2. Jusqu au signalement Quand signaler au SPJ? Pourquoi? Dans quel but? Il n y a pas toujours de limite claire et objective qui permette de savoir qu un signalement est nécessaire. Les deux critères de la LProMin (enfant en danger dans son développement ; parents dans l incapacité d y remédier seuls) font l objet d une estimation. Si l on s accorde à dire que le signalement devrait être retardé aussi longtemps que possible, il y a une mesure à trouver entre le trop tôt et le trop tard. Si le sentiment du chef du SPJ est que parfois l école en fait trop, il y a aussi le sentiment dans les établissements scolaires que le SPJ n en fait pas assez. Une ligne d amélioration possible se situe autour d un dialogue sur les valeurs des uns et des autres, d une meilleure définition des attentes et possibilités réciproques, et de rencontres de régulation pour évoquer ce qui fonctionne bien et ce qui fonctionne moins bien. Cette régulation peut se faire dans le cadre des conférences régionales de la DGEO, lors de séances consacrées à cet objet. On peut aussi imaginer que les plateformes régionales qui se mettent en place dans le cadre de la politique socioéducative cantonale jouent un rôle pour les prestations que les institutions délivreront aux établissements scolaires. Par ailleurs, il y aurait lieu de reprendre la réflexion sur le carnet de bord, instrument qui aide à clarifier entre les faits constatés, les faits rapportés à l intervenant (scolaire), et ce qu il en pense. Objectifs à atteindre : - Qu est-ce qu un signalement fondé? Y a-t-il des critères de mise en danger? Donner des exemples de signalement jugé «non-fondé», d un signalement «fondé» mais ne donnant pas lieu après la phase d appréciation à une action socio-éducative du SPJ, et d un signalement «fondé» débouchant sur une action socio-éducative du SPJ. - Distinguer les notions de danger, de risque (danger potentiel), et de souffrance. - Présenter l outil «Carnet de bord».

8 8 3. Après le signalement Un des problèmes à gérer, notamment pour les directeurs d établissement, relève de la culpabilité ressentie par l auteur du signalement : les enseignants ont envie de dépister la maltraitance mais n assument pas facilement le fait d avoir été à l origine du signalement. Le signalement sert essentiellement à introduire une autre forme de regard, voire d intervention, dans la dynamique familiale : les rôles de l école et du SPJ sont différents. Il est donc nécessaire de les rappeler. Mais il faut aussi prendre en compte la réalité de celui qui a fait le signalement : il est le «premier client» ; la LProMin en tient mieux compte, en obligeant le SPJ à l informer de la suite donnée à son signalement. Mais il y a probablement plus ou mieux à faire. Objectifs à atteindre : - Echanger sur les attentes (souvent non exprimées) de l intervenant qui signale : après quelles démarches et tentatives infructueuses survient le signalement? comment le signalant peut-il expliciter ses attentes? (vignettes) - Etudier le formulaire de signalement du SPJ (éventuellement, le réviser). - Expliciter les délais réciproques, par exemple : temps nécessaire à la démarche d appréciation ; signalements précédant les vacances d été - Expliciter le besoin d information suite à un signalement : à l issue de l appréciation du SPJ ; à plus long terme (bilan).

9 9 4. L enfant et ses parents Le signalement au SPJ, pour difficile qu il puisse être vécu, est aussi l occasion de collaborer avec les parents : le moment de l annonce du signalement est un moment charnière, qui peut être exploité dans ce sens. Cependant le constat est exprimé par plusieurs : compte tenu des rôles différents des intervenants scolaires et des intervenants de la protection de la jeunesse, ceux-ci ne portent pas un regard semblable sur les parents. Là aussi, comme au point 2, un dialogue sur les valeurs, une meilleure définition des attentes réciproques, une clarification des rôles et une explicitation des normes régissant les activités des uns et des autres devrait permettre une amélioration. Il faudrait dans l idéal que lorsque l appréciation d un signalement faite par le SPJ débouche sur une décision de ne pas intervenir, ceci soit ressenti comme un soulagement plutôt qu un désaveu. Mais cela suppose que les éléments à l origine du signalement ne restent pas sans réponse ou solution. Objectifs à atteindre : - Expliciter la dynamique de remobilisation des parents dans l intervention socioéducative du SPJ : la recherche d une alliance avec les parents (en vue de la réhabilitation de leurs compétences parentales) n est pas un désaveu du signalement, mais sa conséquence directe. Quelles sont les stratégies utilisables dans l intervention socio-éducative du SPJ pour réhabiliter les compétences parentales (approches directes : guidance, conseil, confrontation, encouragements ; approches indirectes : questionnement inductif, métaphores, confusion, humour, etc.) et pourquoi faut-il en user de plusieurs? - Prendre en compte le besoin de remobilisation des signalants également (des enseignants en particulier) : comment garder espoir (et en susciter pour l enfant concerné et/ou sa classe) lorsque les changements souhaités ne sont pas très visibles ou ne se manifestent pas par des résultats concrets?

10 10 5. L élève dans son établissement Le fait que la scolarité soit obligatoire nécessite de concilier deux intérêts : l intérêt individuel (celui de l enfant, de sa famille) et l intérêt collectif (celui de la classe et de l établissement scolaire en général). Or, il y a parfois tension entre ces deux intérêts, en particulier quand un élève met durablement en danger la gestion de l établissement et de la classe. Les pistes évoquées à ce propos relèvent soit des moyens de la Direction pédagogique de la DGEO, soit des moyens de l Office de l enseignement spécialisé du SESAF, soit de la mise en place de modules alternatifs à l activité scolaire, ou encore de l accès pour les établissements scolaires à des prestations éducatives délivrées par les institutions subventionnées par le SPJ (en cours d étude). Il s agit notamment de distinguer à quel moment faire appel à l une ou l autre de ces ressources, plutôt que de signaler l enfant au SPJ (souvent avec une «indication de placement» en internat scolaire qui répond au besoin de l établissement - alors que l appréciation du SPJ porte sur la mise en danger du développement de l enfant et la capacité des parents à y faire face). Objectifs à atteindre : - Donner de l information sur les différentes ressources à disposition des établissements, en particulier les ressources nouvelles (modules alternatifs à l activité scolaire) ou à développer (prestations éducatives délivrées par les institutions subventionnées par le SPJ). - Prendre en compte, pour les établissements scolaires, la complexité générée par la multiplication des prestataires de services. - Évoquer l évolution du rôle des enseignants dans la question plus vaste de l intégration des élèves en difficulté (ou posant des difficultés).

11 11 6. Articulation des missions de l équipe de santé de l établissement scolaire avec les missions du SPJ Les professionnels actifs dans le domaine de la santé scolaire prennent en compte les besoins de santé et veillent à leur donner une réponse appropriée (art. 2 al. 3 RSS). La santé étant définie au sens large (physique, mentale et sociale), la prévention des mauvais traitements n est pas exclue de cette responsabilité. Or, l art. 11 de la Loi sur la protection des mineurs spécifie que le département désigne les services compétents pour les programmes de prévention dans le domaine de la prévention des facteurs de mise en danger des mineurs dans leur développement, compétences qui n ont pas été réglées à ce jour. Par ailleurs, la question du rôle du médecin et de l infirmière scolaire se pose, que ce soit dans le constat de mauvais traitements et son articulation avec le signalement ou dans l éventuelle prescription de mesures propres à la conservation et au rétablissement de la santé : les soins délivrés et les mesures de protection de l enfant prises soit avec l accord des parents soit par décision judiciaire, voire l action de la justice pénale, doivent être coordonnés. Objectifs à atteindre : - Présenter un protocole d intervention, qui repose sur une base juridique solide, en cas de dévoilement ou de constat de mauvais traitements dans le cadre d un établissement scolaire spécifiquement pour ce qui concerne l examen médical (constat), le lieu de l intervention du médecin scolaire, l établissement d un diagnostic différentiel par une instance hospitalière habilitée le cas échéant en amont du signalement, ainsi que la responsabilité d effectuer le signalement (cf. chap. 1). - Clarifier le type d information à donner aux parents et l instance compétente pour les donner, en fonction de l avancement du processus et de la nature du cas, voire les autorisations à solliciter (auprès des parents) et les éventuelles incidences financières qui en découlent. - Expliciter les questions stratégiques qui sous-tendent les deux items précédents, notamment l estimation par la personne en charge d effectuer le signalement (le directeur de l établissement, qui s appuiera le plus souvent sur l avis d un petit groupe ad hoc ou réseau réuni dans l urgence) de la compétence des parents à remédier «seuls» à la situation (cf. chap. 2).

12 12 Collaborations internes et externes au DFJC en faveur des élèves en difficulté dans le cadre de la scolarité obligatoire et des enfants d âge scolaire en danger dans leur développement Enfant en danger dans son développement Élève en difficulté (ou : posant des difficultés) Collaboration avec les parents Responsabilité et ressources de l Établissement scolaire Conseil de direction Réseau de «collaboration générale» (situations présentées de façon anonyme en cas de participation du SPJ) Equipe santé de l établissement (art. 16 RSS) Responsabilité et ressources de l Établissement scolaire Signalement au SPJ (ou demande d aide des parents) Equipe pluridisciplinaire (art. 57 RLS) Responsabilité et ressources du SPJ Réseau d intervention (art. 13 RLProMin) (composé de professionnels issus de différents milieux en relation avec le mineur concerné, sous la conduite du SPJ ou de la personne qu il désigne) Préavis Examen médico-pédagogique Unité pédagogique DGEO Pédagogie compensatoire Enseignement spécialisé Responsabilité et ressources de la DGEO et du SESAF Avec l accord des parents ou sur décision de l autorité judiciaire compétente Avec l accord des parents, en principe, ou sur décision de l instance désignée par la loi Note : la Politique socio-éducative cantonale en matière de protection des mineurs définit deux types de prestations éducatives à disposition des établissements de la scolarité obligatoire : - les Modules d activités temporaires et alternatives à la scolarité (MATAS) - un appui éducatif à l école en faveur d élèves en difficulté (dispensé par les MATAS). DFJC / SPJ - octobre 2007

Circulaire n 5051 du 04/11/2014

Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Circulaire n 5051 du 04/11/2014 Collaboration entre les Centres psycho-médico-sociaux, le Service de médiation scolaire et le Service des équipes mobiles missions et rôles Réseaux et niveaux concernés

Plus en détail

Accueil familial de jour

Accueil familial de jour Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Service de protection de la jeunesse Directives pour l accueil de jour des enfants Accueil familial de jour Cadre de référence et référentiels

Plus en détail

Représentations et pratiques des éducatrices de la petite enfance face à la maltraitance infantile dans le canton de Vaud

Représentations et pratiques des éducatrices de la petite enfance face à la maltraitance infantile dans le canton de Vaud Représentations et pratiques des éducatrices de la petite enfance face à la maltraitance infantile dans le canton de Vaud Quelques réflexions issues de la recherche : «Maltraitance infantile (MI) et coordination

Plus en détail

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique.

La formation initiale des assistants de justice : des fondamentaux pour l esthétique d une intervention sociale dans un système démocratique. Henri WATERVAL Responsable formation supervision Conseiller Service Expertise Direction Générale des Maisons de Justice Service Public Fédéral Justice Belgique La formation initiale des assistants de justice

Plus en détail

Conseil d Etablissement des établissements primaire et secondaire de Renens Règlement

Conseil d Etablissement des établissements primaire et secondaire de Renens Règlement des établissements primaire et secondaire de Renens Règlement Septembre 2008 4 septembre 2008 Renens 2 Table des matières Titre I. Formation du...4 Chapitre I Nombre de membres...4 Article premier Composition...4

Plus en détail

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DU TRANSPORT DES ELEVES ET ETUDIANTS HANDICAPES

REGLEMENT DEPARTEMENTAL DU TRANSPORT DES ELEVES ET ETUDIANTS HANDICAPES REGLEMENT DEPARTEMENTAL DU TRANSPORT DES ELEVES ET ETUDIANTS HANDICAPES I - Les textes de référence - Code général des collectivités territoriales, - Code de l Education (articles L213-11 et R213-13 à

Plus en détail

Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale

Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale EN BP Validation des Acquis d Expérience (VAE) Bachelor of Arts Diplôme d enseignement pour les degrés préscolaire et primaire Guide du candidat au bénéfice d un Brevet d une École Normale 1 Bases juridiques

Plus en détail

CONTRAT DE SEJOUR I.R.P.A. de RONCHIN

CONTRAT DE SEJOUR I.R.P.A. de RONCHIN CONTRAT DE SEJOUR I.R.P.A. de RONCHIN Elaboré conformément au décret n 2004-1274 du 26 novembre 2004 relatif au contrat de séjour institué par l article L311-4 du code de l action sociale et des familles

Plus en détail

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu)

COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA. Note explicative (s'il y a lieu) Page 1 de 9 COMMISSION SCOLAIRE DE ROUYN-NORANDA Note explicative (s'il y a lieu) Code : P 17 RF Rés. : CC-1041 Date : Le 18 avril 2006 Page : 1 de 9 POLITIQUE RELATIVE AUX CONTRIBUTIONS FINANCIÈRES EXIGÉES

Plus en détail

Intervenir à domicile

Intervenir à domicile Union Départementale des Associa ons Familiales Loire Intervenir à domicile en faveur de l enfant et de sa famille Jeudi 14 mars 2013 Au Flore à Saint Etienne Le séminaire dans ses grandes lignes! Sommaire

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1

Délégué/e/s à la formation. Rôle et missions. (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Délégué/e/s à la formation Rôle et missions (version 2012) INAP rôle et missions du délégué à la formation Page 1 Sommaire: 1. Considérations générales sur le rôle et les missions du délégué/e à la formation...

Plus en détail

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE)

Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) Réseau d Accueil de Jour des Enfants de Rolle & Environs (AJERE) REGLEMENT ACCUEIL FAMILIAL DE JOUR 1.- Cadre général Toutes les accueillantes en milieu familial (ci-après AMF) autorisées et actives sur

Plus en détail

vu le règlement du 3 juin 2009 d'application de la loi du 12 décembre 2007 sur la Haute école pédagogique (RLHEP)

vu le règlement du 3 juin 2009 d'application de la loi du 12 décembre 2007 sur la Haute école pédagogique (RLHEP) Avenue de Cour 33 CH 04 Lausanne Directives du Chapitre 05 : Filières de formation Directive 05_5 du programme de formation menant au Diploma of Advanced Studies en "Accompagnement individuel et collectif.

Plus en détail

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS

EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS EVALUATION DES SERVICES GUIDE A L INTENTION DE LA CHEFFE OU DU CHEF DE SERVICE ET DE SES COLLABORATRICES ET COLLABORATEURS Ce document présente la procédure d évaluation des services centraux de l UNIL

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile

CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION. Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile CAHIER DES CHARGES DE LA FORMATION OUVERTURE D ACTION Certificat de Qualification Professionnelle des Services de l Automobile A.N.F.A. Département Ingénierie et Compétences Mars 2013 SOMMAIRE INFORMATIONS

Plus en détail

Programme de formation et guide pour les candidat-e-s

Programme de formation et guide pour les candidat-e-s Programme de formation et guide pour les candidat-e-s CAS Coaching: Accompagnement individuel et collectif (20 crédits ECTS) Volée 2012-2014 Haute école pédagogique du canton de Vaud Filière des formations

Plus en détail

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION?

LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? DEMOCRATIE PARTICIPATIVE ET CITOYENNETE LE BENEVOLAT : QUELLES SOLUTIONS POUR UN SECTEUR ASSOCIATIF EN PLEINE MUTATION? AVIS N 10.01 Présenté par la Commission «Citoyenneté, solidarité, mobilité» du CONSEIL

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Table des matières. Préambule 4. Formations postgrades de la HEP Vaud 4. Introduction 4. Séance d accueil 5. Présentation générale de la formation 5

Table des matières. Préambule 4. Formations postgrades de la HEP Vaud 4. Introduction 4. Séance d accueil 5. Présentation générale de la formation 5 (10 crédits ECTS) Volée 2014 Table des matières Préambule 4 Formations postgrades de la HEP Vaud 4 Introduction 4 Séance d accueil 5 Présentation générale de la formation 5 Compétences professionnelles

Plus en détail

HEP Séminaire d intégration dans les établissements. Mercredi 24.11.2010

HEP Séminaire d intégration dans les établissements. Mercredi 24.11.2010 HEP Séminaire d intégration dans les établissements Mercredi 24.11.2010 Vendredi 26.11.2010 2010 Découpage territorial 9 régions 20 EP 46 EPS 24 ES EPS Cugy et environs Situation ti 2010-2011 Bretigny-sur-Morrens

Plus en détail

Il peut mettre en œuvre lui-même des mesures préventives. Art. 3 b) Etablissement de directives et recommandations

Il peut mettre en œuvre lui-même des mesures préventives. Art. 3 b) Etablissement de directives et recommandations 460. Règlement du 0 décembre 0 sur le sport (RSport) Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi du 6 juin 00 sur le sport (LSport) ; Sur la proposition de la Direction de l instruction publique,

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT

REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL ARTICLE 1 FONCTIONNEMENT REGLEMENT INTERIEUR ACCUEIL COLLECTIF DE MINEURS INTERCOMMUNAL L accueil collectif de mineurs intercommunal est une action dépendante de la Communauté de Communes Epte-Vexin-Seine. Habilité par le ministère

Plus en détail

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016

L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 L ART DU COACH PROGRAMME 2015-2016 FORMATION GÉNÉRALE À L ART DU COACH Coaching individuel www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du Coach est

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LE SUBVENTIONNEMENT DES COURS INTERENTREPRISES (CIE) Décision de la CSFP du 16 septembre 2010, mis à jour le 23 mai 2013

RÈGLEMENT SUR LE SUBVENTIONNEMENT DES COURS INTERENTREPRISES (CIE) Décision de la CSFP du 16 septembre 2010, mis à jour le 23 mai 2013 Aux offices cantonaux de la formation professionnelle Aux prestataires des cours interentreprises Au SQUF (pour information) RÈGLEMENT SUR LE SUBVENTIONNEMENT DES COURS INTERENTREPRISES (CIE) Décision

Plus en détail

Educateur spécialisé. Le Métier d Educateur spécialisé. Le Concours. Concours Prépa Santé

Educateur spécialisé. Le Métier d Educateur spécialisé. Le Concours. Concours Prépa Santé CP Concours Prépa Santé Optimum : 400 h/an Access : 250 h/an de septembre à mai Educateur spécialisé Le Métier d Educateur spécialisé Qu il travaille auprès de jeunes souffrant de problèmes (familiaux,

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE

GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE GRILLE D ANALYSE D UNE SEQUENCE D APPRENTISSAGE 1 - LA DEFINITION DES OBJECTIFS DE LA SEQUENCE : - Ai-je bien identifié l objectif de la séquence? - Est-il clairement situé dans la progression générale

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

21.03.2014 Questions fréquemment posées sur les cours destinés aux détenteurs de chiens et sur la formation d éducateur canin

21.03.2014 Questions fréquemment posées sur les cours destinés aux détenteurs de chiens et sur la formation d éducateur canin Département fédéral de l'intérieur DFI Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires OSAV Protection des animaux 21.03.2014 Questions fréquemment posées sur les cours destinés

Plus en détail

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française,

A.Gt 21-05-1999 M.B. 28-10-1999. Le Gouvernement de la Communauté française, Lois 23480 p.1 Arrêté du Gouvernement de la Communauté française fixant les modèles de convention de stage en entreprise, en application de l article 53, 3e alinéa du décret du 24 juillet 1997 définissant

Plus en détail

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE

PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE PRESENTATION DES ORIENTATIONS DU PROJET PEDAGOGIQUE LA FORMATION DES EDUCATEURS DE JEUNES ENFANTS A L I.F.R.A.S.S. La formation des Educateurs de Jeunes Enfants est réalisée conformément à l arrêté du

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1

PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1 SOMMAIRE PREAMBULE... 1 Art. 1 Objet du règlement départemental d aide sociale... 1 Art. 2 Définition de l aide sociale... 1 LIVRE I L AIDE SOCIALE AUX PERSONNES AGEES ET ADULTES HANDICAPES... 3 PARTIE

Plus en détail

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire. Le conseil pour les droits et les devoirs des familles * * * Qu est-ce qu un C.D.D.F? Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

Plus en détail

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS

RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS RÈGLEMENT DES SERVICES DE RESTAURATION SCOLAIRE ET D ACCUEIL PÉRISCOLAIRE DE LA VILLE DE SEICHAMPS Règlement approuvé par délibération du Conseil Municipal en date du 29 juin 2015 Les parents devront en

Plus en détail

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique

Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique MINISTÈRE DE LA RÉFORME DE L ÉTAT, DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE ÉDITION 2014 Référentiels de formation portant sur la prévention des RPS dans la fonction publique OUTILS DE LA GRH

Plus en détail

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental

Circulaire n 108. OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental Bruxelles, le 13 mai 2002 Circulaire n 108 OBJET: Régulation des travaux à domicile dans l enseignement fondamental En sa séance du 27 mars 2001, le Parlement de la Communauté française a adopté le décret

Plus en détail

GYMNASE DE LA CITE LAUSANNE

GYMNASE DE LA CITE LAUSANNE GYMNASE DE LA CITE LAUSANNE Document de référence ÉCOLE DE MATURITÉ Classes de 1 re, 2 e et 3 e années Version 2014-2015 Ce document est établi selon la Loi scolaire sur l enseignement secondaire supérieur

Plus en détail

Renouveler l encadrement local en évaluation des apprentissages

Renouveler l encadrement local en évaluation des apprentissages Renouveler l encadrement local en évaluation des apprentissages Guide à l intention des écoles et des commissions scolaires Formation générale des jeunes Partie II Instrumentation Volet 6 Stratégies de

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

Offrez un avenir international à vos enfants

Offrez un avenir international à vos enfants E I B : UNE ECOLE INTERNATIONALE BILINGUE MATERNELLE PRIMAIRE u COLLÈGE Dans la lignée de l Ecole Internationale Bilingue d Angers, le Collège accueille vos enfants dès la 6ème dans un environnement sain

Plus en détail

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour»

Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» Dép. 75 «Service d Accueil de Jour» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d accueil de jour -SAJE- est implanté sur le 19 e arrondissement de Paris et accueille

Plus en détail

APPRENTISSAGE LABORANTIN* ORIENTATION BIOLOGIE

APPRENTISSAGE LABORANTIN* ORIENTATION BIOLOGIE APPRENTISSAGE LABORANTIN* ORIENTATION BIOLOGIE Guide à l attention du formateur en laboratoire UNIGE *Pour faciliter la lecture du document, le masculin est utilisé pour désigner les deux sexes. Guide

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

En espérant que ces informations vous seront utiles, nous restons bien évidemment à votre entière disposition pour de plus amples renseignements.

En espérant que ces informations vous seront utiles, nous restons bien évidemment à votre entière disposition pour de plus amples renseignements. Direction générale de l'enseignement postobligatoire Rue Saint-Martin 24 1014 Lausanne Lettre d information aux entreprises formatrices vaudoises Lausanne, le 21 mars 2012 Madame, Monsieur, La loi sur

Plus en détail

FORMATION AU MANAGEMENT SOCIAL EN CP 329 2011-2012

FORMATION AU MANAGEMENT SOCIAL EN CP 329 2011-2012 FORMATION AU MANAGEMENT SOCIAL EN CP 329 2011-2012 PROGRAMME Introduction CCT et Présentation des modules Lundi 7 novembre 2011 Module 1 - Règlement de travail Lundis 28 novembre & 5 décembre 2011 Module

Plus en détail

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD)

APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) PREFET DE LA VIENNE Direction Départementale de la Cohésion Sociale APPEL A PROJET 2015 FONDS INTERMINISTERIEL DE PREVENTION DE LA DELINQUANCE HORS VIDEOPROTECTION(FIPD) [Référence : stratégie nationale

Plus en détail

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

* * * Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire. Le conseil pour les droits et les devoirs des familles * * * Qu est-ce qu un C.D.D.F? Un C.D.D.F est un dispositif d aide à la parentalité fondé sur l action sociale et éducative, piloté par le maire.

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

2015-2016-2017. Entre,

2015-2016-2017. Entre, Convention n Relative aux contributions respectives de l association «Jeunesse et Cultures», des Communes de Charmes, Thaon-les-Vosges et du Conseil général des Vosges à des actions dites de prévention

Plus en détail

VADE-MECUM. pour les bénéficiaires

VADE-MECUM. pour les bénéficiaires VADE-MECUM pour les bénéficiaires Ce vade-mecum vous est destiné si Vous avez reçu une décision d octroi d un budget d assistance personnelle (BAP). Et maintenant? Il faut maintenant mettre en place votre

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES

LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES LE BUREAU DU CONSEIL COMMUNAL AU CONSEIL COMMUNAL DE LA COMMUN D ORON PROPOSITION DE CREATION DE COMMISSIONS THEMATIQUES 24 février 2015 I. Préambule Le règlement du Conseil communal de la Commune d'oron,

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

Directives relatives au placement time-out

Directives relatives au placement time-out Direction de la santé publique et de la prévoyance sociale (SAP) Office des personnes âgées et handicapées (OPAH) Directives relatives au placement time-out dans la prise en charge résidentielle des enfants

Plus en détail

ORIENTATIONS STRATEGIQUES

ORIENTATIONS STRATEGIQUES MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE, DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Secrétariat général Direction générale des ressources humaines Service des personnels ingénieurs, administratifs, techniques,

Plus en détail

ÉCOLE DE STÉNOGRAPHIE JUDICIAIRE DU QUÉBEC

ÉCOLE DE STÉNOGRAPHIE JUDICIAIRE DU QUÉBEC RÈGLEMENT DE L ÉCOLE ÉCOLE DE STÉNOGRAPHIE JUDICIAIRE DU QUÉBEC Adopté par le Conseil d administration en mai 2009 révisé en janvier 2013 Table des matières 1 ÉCOLE DE STÉNOGRAPHIE JUDICIAIRE DU QUÉBEC

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS

LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS ANJEU-TC juin 2008-1 - PETIT GUIDE PRATIQUE LA PROTECTION JURIDIQUE DES MAJEURS Dès 18 ans, le jeune est légalement capable de tous les actes de la vie civile et ses parents ne peuvent plus agir pour son

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL

L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L ECOLE D AUXILIAIRES DE PUERICULTURE DE LA FONDATION LENVAL L Ecole d Auxiliaires de Puériculture de la Fondation LENVAL à Nice assure la formation des auxiliaires de puériculture depuis 2010. A cette

Plus en détail

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France

Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France DIRECTION GÉNÉRALE DES RESSOURCES HUMAINES PARIS, LE 25 JANVIER 2010 DIRECTION DES RELATIONS SOCIALES Démarche de prévention des risques psychosociaux à la Banque de France Dans le cadre de sa responsabilité

Plus en détail

Accueil parascolaire et mise en œuvre de l école à journée continue (63a Cst-Vd) : état des lieux, pistes et perspectives

Accueil parascolaire et mise en œuvre de l école à journée continue (63a Cst-Vd) : état des lieux, pistes et perspectives Accueil parascolaire et mise en œuvre de l école à journée continue (63a Cst-Vd) : état des lieux, pistes et perspectives Etude réalisée par Barbara Mali de Kerchove pour la Direction de l'enfance, de

Plus en détail

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS

GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité MEDIATION INFORMATIONS GROUPE DE CONFIANCE protection de la personnalité INFORMATIONS MEDIATION La médiation fait partie du dispositif de protection de la personnalité des membres du personnel de l'etat de Genève et des institutions

Plus en détail

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique»

Programme de formation. «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Intitulé de la formation Programme de formation «S organiser à plusieurs pour développer et mettre en œuvre son projet artistique» Organisateur Organisme de formation : ARMETI : Email : armetiformations@gmail.com

Plus en détail

Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte

Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte Juin 2013 Dispositif de mesure de la qualité de service de la lettre prioritaire et de la lettre verte Recommandation pour la mise en œuvre de la procédure d audit prévue par la norme EN 13850 ISSN : 2258-3106

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS

CATALOGUE FORMATIONS CATALOGUE DE FORMATIONS 2015 Association Départementale des Pupilles de l Enseignement Public de l Essonne 16 rue Thibaud de Champagne 91090 Tel : 01 69 11 23 83 Fax : 01 60 86 16 36 Site : www.adpep91.org

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi

MEMENTO. Mieux prendre en compte l égalité entre les femmes et les hommes dans les études d impact des projets de loi Introduction : contexte et objectifs MEMENTO Ce mémento vise à formaliser et faire mieux connaître les pratiques qui se sont établies depuis l entrée en vigueur de la circulaire du Premier ministre du

Plus en détail

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications

Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications Annexe au document intitulé Communication relative à certaines questions de politique concernant le Bureau de Procureur : renvois et communications La présente annexe au document de politique du Procureur

Plus en détail

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant approbation du contrat de gestion de l'institut de la Formation en cours de carrière

Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant approbation du contrat de gestion de l'institut de la Formation en cours de carrière Arrêté du Gouvernement de la Communauté française portant approbation du contrat de gestion de l'institut de la Formation en cours de carrière A.Gt 10-12-2003 M.B. 25-03-2004, erratum M.B. 25-05-2004 AGCF

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Charte des relations

Charte des relations Charte des relations entre Élus, membres des Conseils consultatifs de quartier et agents des services de la Ville de Brest et de Brest métropole océane Bellevue, Brest-Centre 1 Europe, Lambezellec Quatre

Plus en détail

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles

OCTOBRE 2010. Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles Editeur responsable Liliane Baudart Direction générale de l aide à la jeunesse Boulevard Léopold II, 44 1080 Bruxelles PROTOCOLE DE COLLABORATION CONSEILLERS & DIRECTEURS AJ - EQUIPES SOS ENFANTS PROTOCOLE

Plus en détail

Intitulé du projet : «Professionnalisation de la lutte contre le décrochage scolaire»

Intitulé du projet : «Professionnalisation de la lutte contre le décrochage scolaire» Céreq Direction de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative Mission d animation du Fonds d expérimentations pour la jeunesse NOTE D ETAPE SUR L EVALUATION AU 31 DECEMBRE 2010 REDIGEE

Plus en détail

LE PROJET POUR L ENFANT

LE PROJET POUR L ENFANT Groupe d appui pour accompagner la réforme de la protection de l enfance LE PROJET POUR L ENFANT Fiche technique Mars 2010 Pour accompagner la mise en œuvre de la loi réformant la protection de l enfance

Plus en détail

Route de Chailly 170 Case postale 96 1814 La Tour-de-Peilz Tél. 021 316 93 33 Fax 021 316 93 00 gymnase.burier@vd.ch www.gymnasedeburier.

Route de Chailly 170 Case postale 96 1814 La Tour-de-Peilz Tél. 021 316 93 33 Fax 021 316 93 00 gymnase.burier@vd.ch www.gymnasedeburier. Gymnase de Burier Département de la formation, de la jeunesse et de la culture Route de Chailly 170 Case postale 96 1814 La Tour-de-Peilz Tél. 021 316 93 33 Fax 021 316 93 00 gymnase.burier@vd.ch www.gymnasedeburier.ch

Plus en détail

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé

2'223 4'257 (2'734 Équivalent temps plein ETP) 1'935 4'514 (3'210 ETP) 37'126. 1 540 Compris dans l'enseignement obligatoire Enseignement spécialisé af DE VAUD Département de la formation et de la jeunesse DFJ Projet : «Ecole et informatique» 1 Introduction Près de deux décennies après l introduction des premiers ordinateurs dans l École obligatoire,

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES

Unit é* Travail*Progrès SECRETARIAT GENERAL LA VIE DES ASSEMBLEES DANS L ESPACE FRANCOPHONE RECUEIL DES PROCEDURES ET DES PRATIQUES PARLEMENTAIRES ASSEMBLEE NATIONALE.. SECRETARIAT GENERAL. SECRETARIAT GENERAL ADJOINT DIRECTION DES AFFAIRES LEGISLATIVES DE LA COOPERATION INERPARLEMENTAIRE ET DES RELATIONS INTERNATIONALES REPUBLIQUE DU CONGO Unit

Plus en détail

Formation en Apprentissage - Formation Initiale - Formation Continue. Année universitaire 2013-2015

Formation en Apprentissage - Formation Initiale - Formation Continue. Année universitaire 2013-2015 Arrêté d habilitation : 20100056 DOMAINE DROIT, ECONOMIE, GESTION MASTER MENTION «COMPTABILITE, CONTRÔLE, AUDIT» Formation en Apprentissage - Formation Initiale - Formation Continue REGLEMENT DU CONTROLE

Plus en détail

Les projets de piscine 2012-2016

Les projets de piscine 2012-2016 Les projets de piscine 2012-2016 1. Le cadre institutionnel Article L. 112-1 à L. 112-5 du code de l éducation Article L. 122-1-1 du code l éducation Article D 122-1, D 122-2, D 122-3 et article annexe

Plus en détail

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC

MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Adopté par le conseil d UFR le 10 juillet 2013 Voté au CA du 1 er octobre 2013 Adopté par la CFVU du 09 septembre 2013 MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION Mention DROIT PUBLIC Master année 1 Arrêté d habilitation

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines

CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines CONTRIBUTION DU CH-FO Le dialogue social et la gestion des ressources humaines 1/ Les constats les plus marquants sont : - l absentéisme de courte durée qui continue d évoluer fortement et qui met sous

Plus en détail

MEMENTO A L'USAGE DES PERSONNES EN FORMATION (apprentis, stagiaires EC 3+1 et de pratique)

MEMENTO A L'USAGE DES PERSONNES EN FORMATION (apprentis, stagiaires EC 3+1 et de pratique) MEMENTO A L'USAGE DES PERSONNES EN FORMATION (apprentis, stagiaires EC 3+1 et de pratique) Ce document est disponible sur le site Internet www.jura.ch/apprentissages ainsi que sur le site Intranet, rubrique

Plus en détail

L exposition "Les Arts de l école dans la ville" a investit le hall d accueil du Centre Hospitalier d Arras, du 18 au 29 mai 2015.

L exposition Les Arts de l école dans la ville a investit le hall d accueil du Centre Hospitalier d Arras, du 18 au 29 mai 2015. Compte rendu - COMITE DES PARENTS Mercredi 27 Mai 2015 Présents Mairie : Madame Beaumont : Adjointe en charge de l Education et de la Réussite Educative Madame Blouin : Directrice de la Réussite Educative

Plus en détail

Point d étape Note méthodologique

Point d étape Note méthodologique Point d étape Note méthodologique Avril 2008 Avril 2008 SOMMAIRE... Préambule : Enjeux et objectifs des points d étape... 4 Partie 1 : Réalisation des points d étape pour les projets de rénovation urbaine

Plus en détail

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie

Le système d accréditation n est pas un système basé sur la conformité à la. de ce fait, il se différencie Système d accreditation des organismes de formation Origine, objectifs et méthodologie du système d accréditation Carlos Capela Coordinateur du projet INOFOR - Institut pour l innovation dans la formation

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Parents séparés et l école, 2 e partie : Quelle communication?

Parents séparés et l école, 2 e partie : Quelle communication? Union des Fédérations des Associations de Parents de l'enseignement Catholique Avenue des Combattants, 24-1340 Ottignies 010.42.00.50 010.42.00.59 Siège social : rue Belliard, 23A - 1040 Bruxelles Compte

Plus en détail

Monitoring des lieux de détention Briefing

Monitoring des lieux de détention Briefing Monitoring des lieux de détention Briefing Briefing N 1 Faire des recommandations efficaces Depuis sa création en 1977, l Association pour la prévention de la torture (APT) défend l idée que les visites

Plus en détail

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CABINET INFIRMIER OU L INFIRMIER(ÈRE) LIBÉRAL(E)

CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CABINET INFIRMIER OU L INFIRMIER(ÈRE) LIBÉRAL(E) CONVENTION DE COLLABORATION entre l HOPITAL A DOMICILE 35 et le CABINET INFIRMIER OU L INFIRMIER(ÈRE) LIBÉRAL(E) L Hôpital à Domicile 35 est un établissement de santé qui s inscrit dans un ensemble de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail