Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne"

Transcription

1 Guide d inspection du transport de l eau potable par camion-citerne Document de soutien au protocole sur l eau potable du programme Salubrité de l eau Direction de l hygiène du milieu Division de la santé publique Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Décembre 2008

2 Table des matières Préambule 3 1. OBJET LIGNES DIRECTRICES POUR LES INSPECTEURS DE LA SANTÉ PUBLIQUE Désinfection d un réservoir d eau en vrac Échantillonnage et tenue de registres RÉSERVE D EAU DE SOURCE AUTRES UTILISATIONS DE L EAU TRANSPORTÉE PAR CAMION-CITERNE NON DESTINÉE À LA CONSOMMATION EXÉCUTION DE LA LOI. 6 ANNEXE A GLOSSAIRE.. 7 ANNEXE B - BIBLIOGRAPHIE. 8 ANNEXE C OUTILS TYPES C.1 AIDE-MÉMOIRE POUR L INSPECTION DES CAMIONS-CITERNES... C.2 REGISTRE DES ACTIVITÉS QUOTIDIENNES Ces lignes directrices ont pour but d aider les conseils de santé à inspecter les camions-citernes d eau potable. Il ne fournit pas d avis juridique et ne remplace pas l avis professionnel des médecins-hygiénistes ou du personnel du conseil de santé local. Le personnel du conseil de santé devrait au besoin consulter un conseiller juridique. Page 2 de 13

3 Préambule Les camions-citernes d eau potable approvisionnent souvent des résidences de régions rurales alimentées par des citernes ou des puits peu profonds ayant un rendement faible ou incertain. En cas d urgence, des municipalités, des entreprises et des résidences comptent aussi sur l eau potable transportée par des camions-citernes lorsque leurs réserves d eau potable présentent un risque pour la santé publique. 1 Objet Ce document est mentionné dans le Protocole concernant l eau potable publié dans le cadre du programme Salubrité de l eau des Normes de santé publique de l Ontario. En particulier, la section 1 d) du protocole précise que les conseils de santé doivent inspecter annuellement les camions-citernes d eau potable et consulter la version la plus récente des Lignes directrices concernant le transport de l eau potable par camion-citerne. Le but de ce document est d aider les bureaux de santé publique à évaluer les risques potentiels pour la santé que présente l eau potable obtenue, transportée et livrée dans de grands réservoirs, comme les camions-citernes ou les fûts. À l heure actuelle, il n existe pas de règlement pris en application de la Loi sur la protection et la promotion de la santé (LPPS) concernant l exploitation des camions-citernes. Ce document énonce par conséquent les facteurs dont les inspecteurs de la santé publique doivent tenir compte afin de prévenir et de réduire les cas de maladies liés à l eau potable. Il est bon d adopter une approche éducative envers les propriétaires et exploitants de ces véhicules mais, conformément à la LPPS, les inspecteurs de la santé publique peuvent toujours prendre des mesures concernant les risques pour la santé décelés dans les camions-citernes. 2 Lignes directrices pour les inspecteurs de la santé publique Lors de l inspection de ces véhicules, les inspecteurs de la santé publique devraient tenir compte des facteurs suivant qui sont liés à l exploitation des camion-citernes. Ils devraient vérifier si le propriétaire ou l exploitant des véhicules : 1. Obtient l eau potable d une source qui répond aux exigences du Règlement de l Ontario 169/03 (Normes de qualité de l eau potable de l Ontario). 2. Prend les mesures appropriées pour protéger le réservoir, le matériel et les raccordements contre la contamination pendant l entreposage, le remplissage, le transport et la livraison de l eau potable. 3. Veille à ce que chaque élément ou pièce du matériel utilisé pour la distribution de l eau potable soit : i. solide et étanche; Page 3 de 13

4 ii. en bon état; iii. fait de matériaux faciles à nettoyer et à désinfecter (surfaces avec lesquelles l eau potable est en contact direct); iv. inoxydable et non toxique; v. sans fissure ni joint ouvert. 4. Veille à ce que les entrées ou les ouvertures des réservoirs utilisés pour le transport de l eau soient construites et entretenues de manière à prévenir l accès d insectes, de rongeurs ou de toute matière étrangère qui peuvent contaminer l eau. Sauf lors du nettoyage, de la vidange ou du remplissage du réservoir, les îlots ou les ouvertures devraient être toujours couverts et scellés. 5. Veille à ce que lorsque des lubrifiants sont utilisés et que ces lubrifiants risquent d entrer en contact avec l eau, qu ils soient d une qualité telle qu ils ne contamineront pas l eau ou n entraîneront pas de risque pour la santé. 6. Veille à ce que les réservoirs d eau en vrac n aient pas servi auparavant à transporter d autres substances que de l eau et qu ils aient été nettoyés et désinfectés avant de transporter de l eau potable. 7. Veille à ce que les réservoirs d eau en vrac comportent des indications claires et appropriées de leur contenu, p. ex., «Eau potable»; «Eau impropre à la consommation» ou «Eau non potable». 8. Veille à ce que les surfaces avec lesquelles l eau potable entre directement en contact soient nettoyées et désinfectées aussi souvent que nécessaire afin qu elles restent propres et sanitaires. 2.1 Désinfection d un réservoir d eau en vrac Les inspecteurs de santé publique devraient vérifier que toutes les surfaces sont lavées ou récurées avec une solution de détergent, rincées à l eau propre, et a) vaporisées ou rincées avec de l eau chaude ou de la vapeur de manière à appliquer une température d au moins 82 Celsius sur la surface traitée, ou b) vaporisées ou rincées comme suit avec une solution chimique : i. immersion dans une solution propre de chlore constituée d au moins 200 parties par million de chlore disponible à une température d au moins 24 Celsius pendant au moins quarante-cinq secondes, ou ii. immersion dans une solution propre de composé d ammonium quaternaire constituée d au moins 400 parties par million à une température d au moins 24 Celsius pendant au moins quarante-cinq secondes, ou iii. immersion dans une solution propre contenant au moins 25 parties par million d iode disponible à une température d au moins 24 Celsius pendant au moins quarante-cinq secondes, ou iv. immersion dans toute solution contenant un agent de désinfection non toxique qui a un pouvoir bactéricide donnant un résultat au moins équivalent à celui obtenu avec les mesures indiquées dans les paragraphes i), ii) ou iii) et pour lequel un réactif d épreuve commode est disponible. Page 4 de 13

5 Note : Il ne faudrait jamais pénétrer dans un réservoir sans avoir consulté au préalable le ministère du Travail afin de déterminer si des précautions particulières aux «espaces clos» s imposent. Il faudrait éliminer la solution et l eau de rinçage d une manière qui ne nuit pas à l environnement. 2.2 Échantillonnage et tenue de registres L inspecteur de la santé publique devrait vérifier si le propriétaire ou l exploitant d un camion-citerne : 1. Recueille des échantillons au point de livraison en vue d une analyse microbienne de l eau destinée à la consommation humaine. Les échantillons devraient être prélevés et leur qualité microbiologique analysée au moins une fois tous les trois mois en tenant compte des Normes de la qualité de l eau de l Ontario. 2. Envisage de prélever des échantillons et d effectuer des analyses fondées sur d autres paramètres chimiques ou radiologiques qui dépendent largement de la source d approvisionnement, et agit à ce sujet en consultation avec le bureau de santé publique local. Voir la section 3 de ce document. 3. Tient un registre contenant : i. La date, l heure et le lieu de chaque remplissage du réservoir; ii. Le résidu chloré (le cas échéant) de l eau lors du remplissage du système de distribution d eau potable; iii. La date, l heure et le lieu de chaque livraison d eau; iv. Le volume d eau livré à chaque endroit; v. La date et l heure du nettoyage et de la désinfection du matériel; vi. Les résultats des analyses de l eau; vii. Les commentaires sur les problèmes de la réserve d eau à la source d approvisionnement (p. ex., couleur ou odeur inhabituelle de l eau), le camionciterne et tout appareil utilisé dans l exploitation ont pu présenter. 4. Conserve le registre des activités pendant au moins deux ans. Réserve d eau à la source d approvisionnement Un point important à prendre en compte dans l évaluation des risques potentiels de l eau potable transportée par des camions-citernes est la salubrité et la qualité de la réserve de la source. Idéalement, les réserves d eau de source devraient être celles régies par la Loi sur la salubrité de l eau potable (Règl. de l Ont. 170/03) ou par la LPPS (Règl. de l Ont. 318/08 ou 319/08). Les inspecteurs de la santé publique devraient encourager les propriétaires ou exploitants de ces systèmes de distribution d eau potable à consulter le ministère de l Environnement ou le bureau local de santé publique afin de déterminer les implications de l approvisionnement en eau d entreprises de transport. Page 5 de 13

6 Les inspecteurs de la santé publique devraient évaluer les réserve d eau à la source d approvisionnement qui ne sont assujetties à aucun règlement afin de déterminer la qualité de l eau et si elle est propre à la consommation humaine. Quand un inspecteur de la santé publique détermine qu un système de distribution d eau potable utilisé pour approvisionner des exploitations de transport d eau n est pas approprié, il faudrait prendre des mesures pour réduire le risque de maladies hydriques. 4 Autres utilisations de l eau transportée par camion-citerne non destinée à la consommation Dans l'exercice de leurs fonctions, les inspecteurs de la santé publique peuvent être obligés de se pencher sur des questions de santé publique liées à l utilisation d eau non potable. Par exemple, certaines entreprises de transport apportent de l eau pour remplir des piscines privées et d autres installations de loisir ou commerciales. Lorsque l utilisation d eau non destinée à la consommation suscite des préoccupations pour la santé publique, les inspecteurs de la santé publique devraient agir conformément aux procédés d évaluation des risques potentiels pour la santé. 5 Exécution de la loi Quand un inspecteur de la santé publique détermine qu une situation (à la source, dans l entreposage, lors du transport ou à la livraison) constitue un risque pour la santé aux termes de la LPPS, il devrait envisager de donner un ordre en vertu de l article 13 de la LPPS. Page 6 de 13

7 Annexe A Glossaire «Contamination» - Présence de risques dans l eau potable qui peuvent nuire aux humains. Les risques peuvent être microbiologiques, chimiques ou physiques. «Désinfection» - Traitement antimicrobien. «Désinfecter» a un sens correspondant. Page 7 de 13

8 Annexe B Bibliographie Circonscription sanitaire de Haldimand-Norfolk, (2002). Water Haulers Safe Drinking Water Circonscription sanitaire de la région de Halton, (1992). Drinking-Water Haulage Guidelines Mistahia Health Unit, Alberta Regulation 240/85 Health Standards For Bulk Water Hauling York Region Health Services, (2002). Water Haulers Sampling and Inspection Protocol, Health Protection Division Policy and Procedures Manual. Page 8 de 13

9 Annexe C Outils types Les annexes suivantes sont des exemples d outils que les conseils de santé peuvent utiliser pour aider les entreprises de transport d eau à assurer la fourniture d eau saine. C.1 Aide-mémoire pour l inspection des camions-citernes C.2 Registre des activités quotidiennes Page 9 de 13

10 Annexe C.1 Aide-mémoire pour la vérification des camions-citernes Renseignements sur le camion-citerne 1. N o de société : 2. Nom de l entreprise : 3. Adresse : 4. Propriétaire : 5. Téléphone : 6. Numéro d immatriculation : 7. Nom du chauffeur : 8. Utilisation(s) de l eau en vrac : Eau potable Citerne Piscine Autre (préciser) Renseignements sur la source d approvisionnement en eau 9. Renseignements sur le système de distribution d eau potable Nom : Lieu : Nombre d usines de traitement (le cas échéant) 10. Résidu chloré libre disponible lors du prélèvement de l échantillon (minimum 0,05 ppm) : ppm 11. Description de la réserve d eau de la source d approvisionnement (p. ex., municipale, puits privé, etc.) Normes du véhicule et du matériel 12. Capacité du réservoir : 13. Surface de contact du réservoir : Acier inoxydable Fibre de verre Plastique Autre (préciser) Note : La surface de contact du réservoir doit être faite de matériau de qualité alimentaire. Elle ne doit pas être peinte ni être constituée de métal ou d un revêtement toxique ou de qualité non alimentaire. Page 10 de 13

11 14. Présence d un drain à la base : 15. Les éléments suivants sont inoxydables, facilement accessibles pour le nettoyage et la désinfection, et ont une bonne surface de contact de qualité alimentaire : Réservoir d eau en vrac Matériel Tuyau(x) Pompe(s) 16. Le camion a-t-il servi à transporter d autres substances avant de transporter de l eau en vrac? 17. Si la réponse à la question 16 est, de quelles substances s agit-il? 18. Est-ce que toutes les ouvertures et prises d air sont construites pour bloquer les contaminants? 19. Est-ce que les entrées et les raccordements sont protégés en tout temps contre la contamination? 20. L orifice d entretien est-il assez large pour qu une personne puisse y passer pour faire une inspection? 21. Si la réponse à la question 20 est, existe-t-il un programme de sécurité pour l entrée dans un espace clos? 22. Utilise-t-on des produits chimiques pour nettoyer et désinfecter le réservoir d eau en vrac? Si la réponse à la question 22 est, indiquer les produits chimiques utilisés : 23. État de l extérieur du camion et du matériel Sanitaire : Rouillé : En bon état : Autre : 24. Les réservoirs sont-ils bien étiquetés? Page 11 de 13

12 25. L employeur offre-t-il une formation sur l entretien et la désinfection des réservoirs d eau? Échantillonnage et tenue de registres 26. L échantillonnage a-t-il lieu au moins tous les trois mois afin d effectuer des analyses microbiologiques de l eau potable transportée par camion-citerne? 27. Le registre contient les renseignements suivants : (a) Date, heure et lieu de chaque remplissage d eau (b) Résidu chloré enregistré lors du remplissage s.o. (c) Date, heure et lieu de chaque livraison d eau (d) Volume d eau livré à chaque site (e) Date et heure de la désinfection du matériel (f) Résultats des analyses de l eau (g) Commentaires sur les problèmes que posent la réserve d eau (p. ex., couleur ou odeur inhabituelle), le camion-citerne et le matériel Commentaires : Date de l inspection : (mm/jj/aaaa) Signature de l inspecteur de la santé publique : Date (mm/jj/aaaa) Signature de l exploitant : Date (mm/jj/aaaa) Page 12 de 13

13 Annexe C.2 Registre des activités quotidiennes Date (mm/jj/aaaa) Heure Lieu du remplissage (R) ou de la livraison (L) Volume (gallons/litres) Résidu chloré lors du remplissage (en ppm) COMMENTAIRES (p. ex., problèmes concernant la source d eau, le véhicule, etc.) SIGNATURE DE L EXPLOITANT Échantillonnage et analyse Joindre les résultats d analyse de tous les échantillons Page 13 de 13

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001

CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 CAC/RCP 47-2001 Page 1 de 7 CODE D USAGES EN MATIERE D HYGIENE POUR LE TRANSPORT DES PRODUITS ALIMENTAIRES EN VRAC ET DES PRODUITS ALIMENTAIRES SEMI-EMBALLES CAC/RCP 47-2001 INTRODUCTION...2 SECTION I

Plus en détail

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ

Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Programme Lait canadien de qualité des Producteurs laitiers du Canada Registre des dossiers et des mesures correctives du programme LCQ Utiliser avec le Registre et le Calendrier de DGI pour des dossiers

Plus en détail

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport.

Préambule : Les marchandises concernées par le présent protocole sont indiquées par un * dans l annexe 1 du cahier des charges Qualimat-transport. Protocole de nettoyage-désinfection de contenants ayant transporté des marchandises de catégorie 1 (classification Qualimat-Transport ) en vue de leur réaffectation pour le transport des «produits» destinés

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail

Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Avis de changement : Nouveaux Manuel de référence et Cahier de travail Juin 2010 Nouveaux documents : Manuel de référence et Cahier de travail du LCQ, juin 2010 (Remplacent les versions de novembre 2003)

Plus en détail

Module 3 : L assainissement

Module 3 : L assainissement CAHIER DE TRAVAIL DES PARTICIPANTS Pour les entreprises de transformation des aliments TABLE DES MATIÈRES Section 3.1 Pratiques d assainissement 3 Pourquoi nettoyer et désinfecter?... 3 Qu est-ce qui doit

Plus en détail

CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE

CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE CHAPITRE 5 - ENTREPOSAGE HUMIDE Programme canadien de contrôle «Entreposage humide» s entend de l'entreposage temporaire (moins de 60 jours) de coquillage «vivants» provenant de sources approuvées et destinés

Plus en détail

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur

Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Acériculture Techniques de lavage de tubulure et d évaporateur Alain Boily, agronome Conseiller en acériculture Pour que le sirop d érable ait le goût d autrefois, il doit être exempt de goûts étrangers.

Plus en détail

Citernes. Dans une goutte d eau EN BREF. Une citerne est un grand réservoir d eau destinée à une utilisation domestique.

Citernes. Dans une goutte d eau EN BREF. Une citerne est un grand réservoir d eau destinée à une utilisation domestique. EN BREF Dans une goutte d eau Citernes Une citerne est un grand réservoir d eau destinée à une utilisation domestique. Les citernes peuvent être remplies par un transporteur d eau potable ou avec de l

Plus en détail

Volume cumulé d au moins 3.000 litres

Volume cumulé d au moins 3.000 litres Volume cumulé d au moins 3.000 litres La réglementation sur les hydrocarbures présentée dans ce chapitre concerne les installations de distribution d hydrocarbures destinés à l alimentation d un parc de

Plus en détail

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES)

PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) Annexe I - MODÈLE DE DOCUMENTATION EXIGÉE PAR LE MANUEL D INSPECTION DES ÉTABLISSEMENTS DE PRODUITS DE L ÉRABLE (MIÉPÉ) PROGRAMMES ÉCRITS ET DOSSIERS (REGISTRES) NOM DE L ÉTABLISSEMENT D ÉRABLIÈRE : NUMÉRO

Plus en détail

Liste de vérifications destinée aux producteurs

Liste de vérifications destinée aux producteurs PLAN DE SURVEILLANCE ET DE CONTRÔLE DES SALMONELLES CHEZ LE PORC Liste de vérifications destinée aux producteurs FICHE TECHNIQUE no 14 Le questionnaire qui suit est conçu pour aider le producteur de porcs

Plus en détail

Transport sur la route

Transport sur la route Transport sur la route Dans un camion ou un fourgon, il faut garder le poisson et les produits du poisson au froid et éviter la contamination, pendant toute la période de la livraison aux clients. Suivez

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage

Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT Rapport de stockage de produits chimiques Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage Nom du requérant : Adresse du site : Numéro d identification du bien-fonds

Plus en détail

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale

PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA. Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale PLAN D ACTION POUR ASSURER LA SALUBRITÉ DES ALIMENTS AU CANADA Renforcer notre système de la salubrité des aliments de renommée internationale www.inspection.gc.ca/alimentssalubres Balayer le code de réponse

Plus en détail

RESURFAÇAGE DE LA PISCINE AU CENTRE SPORTIF POLYDIUM DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

RESURFAÇAGE DE LA PISCINE AU CENTRE SPORTIF POLYDIUM DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY RESURFAÇAGE DE LA PISCINE AU CENTRE SPORTIF POLYDIUM DE LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-15-112 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour le resurfaçage de la piscine au centre sportif Polydium de

Plus en détail

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française,

Modifié par : - Arrêté n 27 CM du 9 janvier 2013 ; JOPF du 17 janvier 2013, n 3, p. 788. Le Président de la Polynésie française, ARRETE n 1750 CM du 14 octobre 2009 relatif aux normes d hygiène applicables dans les établissements mobiles ou provisoires qui proposent, à titre gratuit ou onéreux, des denrées alimentaires animales

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

CAP Agent Polyvalent de Restauration

CAP Agent Polyvalent de Restauration CAP Agent Polyvalent de Restauration CAHIER DES CHARGES ACADEMIQUE Mise en œuvre du Contrôle en Cours de Formation Le document traite des modalités de mise en oeuvre du Contrôle en Cours de Formation au

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers

La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier. Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers La crise de la Légionellose et le gestionnaire immobilier Bruno Turcotte Directeur Administration Placements immobiliers 1 Colloque annuel du comité énergie et gestion technique, 22 mars 2013 Votre partenaire

Plus en détail

Renseignements wellcare MD concernant La désinfection de votre puits

Renseignements wellcare MD concernant La désinfection de votre puits concernant La désinfection de votre puits La chloration désinfecte votre puits en détruisant les bactéries et les micro-organismes insalubres et en éliminant le fer, le manganèse et le sulfure d hydrogène

Plus en détail

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire L antibiorésistance chez l homme et l animal 12 novembre 2014 3 ème session : les mesures de gestion pour lutter contre l antibiorésistance Le «Paquet hygiène» en élevage et tout au long de la chaîne alimentaire

Plus en détail

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE

OFM-TG-03-2000F. Bureau du commissaire des incendies. Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I DIRECTIVE B Qualifications du personnel des entreprises d entretien C I NOVEMBRE 2000 DIRECTIVE TABLE DES MATIÈRES ARTICLE PAGE Résumé... 2 1.0 OBJET... 3 2.0 CONTEXTE... 3 3.0 CRITÈRES D ACCEPTABILITÉ... 3 3.1

Plus en détail

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0

Manuel d installation et d utilisation. Ballon tampon PS V 1.0 Manuel d installation et d utilisation Ballon tampon PS V 1.0 TABLE DES MATIERES 1. Description du produit... 2 1.1 Type... 2 1.2 Isolation thermique... 2 1.3 Spécifications... 2 2. Généralités... 2 3.

Plus en détail

Les transactions immobilières

Les transactions immobilières Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits Les transactions immobilières 6 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires de puits privés

Plus en détail

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés

Sachez stocker 6. Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers et de produits apparentés L identification de votre système En vertu du nouveau Règlement sur les systèmes de stockage de produits pétroliers

Plus en détail

Program canadien de contrôle de la salubrité des mollusques - Manuel des opérations

Program canadien de contrôle de la salubrité des mollusques - Manuel des opérations Program canadien de contrôle de la salubrité Appendice V 11/06/2010 Version 1 Protocole d'entente entre l Agence canadienne d inspection des aliments («ACIA») et le ministère des Pêches et des Océans («MPO»)

Plus en détail

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures

Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures Trousse d outils du CCNSE pour l enquête sur les moisissures NOVEMBRE 2014 Examen des rapports d enquête microbiologique Sommaire Introduction... 2 Les rapports d enquête microbiologique... 2 Contenu commun

Plus en détail

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE

PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE. (représentée par le président) LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE MDN : 2011010001 CCSN : 3639875 PROTOCOLE D ENTENTE ENTRE LA COMMISSION CANADIENNE DE SÛRETÉ NUCLÉAIRE (représentée par le président) ET LE MINISTÈRE DE LA DÉFENSE NATIONALE (représenté par le sous-ministre

Plus en détail

Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage

Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage MINISTÈRE DE L ENVIRONNEMENT Rapport de stockage sur les produits pétroliers Décret de désignation du secteur protégé du champ de captage Nom du requérant : Adresse du site : Numéro d identification du

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

Chapitre 14 Œuf transformé - Équipement Table des matières

Chapitre 14 Œuf transformé - Équipement Table des matières Chapitre 14 Œuf transformé - Équipement Table des matières 14.1 Objectif de l activité............................................................. 1 14.2 Références...................................................................

Plus en détail

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé

Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Protocole d identification, d enquête et de gestion des risques pour la santé Préambule Les Normes de santé publique de l Ontario (normes) sont publiées par le ministère de la Santé et des Soins de longue

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES fiche technique GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES MAINTENIR LA SANTÉ DES ÉLEVAGES La maladie dans un élevage est une menace constante aux conséquences économiques pouvant être désastreuses.

Plus en détail

Formulaire de renseignements du service d incendie

Formulaire de renseignements du service d incendie Formulaire de renseignements du service d incendie Examen et commentaires concernant le PGRS de niveau 1 Date : Examiné par : Remarque : Certaines versions d Adobe Reader ne permettront pas à l utilisateur

Plus en détail

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION

RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES ET DE RÉTENTION PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE LAC-BEAUPORT Ce document est une codification administrative et n a aucune valeur officielle À jour au 21 juillet 2015 RÈGLEMENT NUMÉRO 5-152 RÈGLEMENT RELATIF À LA VIDANGE

Plus en détail

Registres de fermentation lente. Critères d inspection

Registres de fermentation lente. Critères d inspection Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Chapitre 15 - tâches liées traitement non-thermique Registres de fermentation lente 1.15.0.3204 Registres de fermentation lente Registres Un échantillon

Plus en détail

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002

Formulaire d inventaire des PCB Première parution août 2002 Inventaire des équipements contenant des Fiche numéro: Date: Inspecteur: A Informations sur la société et le site 1 Nom: 2 Adresse: 3 4 Adresse du site: (si différente de A2) Téléphone: Fax: E-mail: 5

Plus en détail

Liste de vérification pour la délivrance de permis aux garderies Loi de 2014 sur la garde d enfants et la petite enfance

Liste de vérification pour la délivrance de permis aux garderies Loi de 2014 sur la garde d enfants et la petite enfance Liste de vérification pour la délivrance de permis aux garderies Loi de 2014 sur la garde d enfants et la petite enfance Détails d'inspection du site Nom de la Garderie: Nouvelle date d'inspection: Numéro

Plus en détail

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL

Protocole de Pré-désinfection, nettoyage et stérilisation pour les adaptateurs RISKONTROL I - Instructions pour la pré-désinfection / nettoyage manuel, décontamination et des adaptateurs RISKONTROL. Avertissements: Ne pas utiliser de laine d acier ou des produits de nettoyage abrasifs. Eviter

Plus en détail

La Corporation Cadillac Fairview Limitée

La Corporation Cadillac Fairview Limitée La Corporation Cadillac Fairview Limitée Plan d accessibilité pluriannuel 2012-2016 Conformément au Règl. de l Ont. 191/11 Y compris les normes d accessibilité pour l information et les communications

Plus en détail

FICHE 1. Economisons l'eau

FICHE 1. Economisons l'eau FICHE 1 Economisons l'eau La situation de sécheresse exceptionnelle qu'a traversé notre département en 2003 et les craintes qui s'amorcent pour l été 2010 nous conduisent à envisager, dans notre vie quotidienne,

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

ÉCHANTILLON SEULEMENT

ÉCHANTILLON SEULEMENT Nom du nouveau centre d apprentissage pour adultes (en lettres détachées) : Demande d enregistrement d un nouveau centre d apprentissage pour adultes 2008-2009 Date limite pour la réception des demandes

Plus en détail

Eau potable, eaux usées et sources d eau potable. Résumé des règlements du Nouveau-Brunswick

Eau potable, eaux usées et sources d eau potable. Résumé des règlements du Nouveau-Brunswick Eau potable, eaux usées et sources d eau potable Résumé des règlements du Nouveau-Brunswick Introduction Alors que les provinces et les territoires ont tous des lois régissant la gestion de l eau potable

Plus en détail

Règlements et autres actes

Règlements et autres actes Partie 2 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 28 mai 2014, 146 e année, n o 22 1923 Règlements et autres actes Gouvernement du Québec Décret 454-2014, 21 mai 2014 Loi sur le bâtiment (chapitre B-1.1) Code de

Plus en détail

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc.

Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services Canada, Inc. Merci de vous procurer et de lire l énoncé sur la protection des renseignements personnels de TeleCheck Services

Plus en détail

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada

Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Audit des contrôles de base de Diversification de l économie de l Ouest Canada Octobre 2014 Bureau du contrôleur général du Canada Importance de l audit Aux termes de la Loi sur la gestion des finances

Plus en détail

Demande de fragmentation ou de dispense des exigences réglementaires Réseaux d eau potable

Demande de fragmentation ou de dispense des exigences réglementaires Réseaux d eau potable Ministère de l Environnement Demande de fragmentation ou de dispense des exigences réglementaires Réseaux d eau potable Numéro de référence À usage interne seulement Paiement reçu Date (aaaa/mm/jj) $ Initiales

Plus en détail

Processus de demande de permis de travail

Processus de demande de permis de travail Processus de demande de permis de travail Formation Avril 2015 Demander un permis de travail Audience: Les personnes ayant reçu des affectations de travail nécessitant une autorisation d exécuter les travaux

Plus en détail

La vidange de votre installation septique

La vidange de votre installation septique La vidange de votre installation septique Guide du Propriétaire SAISON 2012-2013 «La vidange de votre installation septique un geste important pour l environnement» NOUVEAU SERVICE La municipalité de Saint-Aubert

Plus en détail

Norme de l industrie du miel pour les récipients de vrac

Norme de l industrie du miel pour les récipients de vrac Le Conseil canadien du miel Recommandations du Comité sur les normes relatives aux fûts / barils Norme de l industrie du miel pour les récipients de vrac 1.0 LE BUT o présenter une norme qui respectera

Plus en détail

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007

Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Plan d action gouvernemental de protection des lacs et des cours d eau du Québec Juin 2007 Moyens de sensibilisation, de prévention et d information à l intention de la population du Québec Moyens de

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE

SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE SECURITE SANITAIRE DES ALIMENTS EN RESTAURATION RAPIDE DDPP85 La Roche sur Yon 1 La DDPP de la Vendée Direction Départementale de la Protection des Populations Regroupe les anciens services vétérinaires

Plus en détail

Règlement sur les réservoirs de stockage DEMANDE DE PERMIS RELATIF À UN SYSTÈME DE STOCKAGE

Règlement sur les réservoirs de stockage DEMANDE DE PERMIS RELATIF À UN SYSTÈME DE STOCKAGE Règlement sur les réservoirs de stockage DEMANDE DE PERMIS RELATIF À UN SYSTÈME DE STOCKAGE > Les demandeurs 1 doivent s assurer qu ils : ont une bonne connaissance du Règlement sur les réservoirs de stockage

Plus en détail

L entretien de votre système de traitement de l eau

L entretien de votre système de traitement de l eau Environnement et Travail Gestion de l environnement et des aires naturelles L eau de votre puits L entretien de votre système de traitement de l eau 5 Cette série de brochures décrit ce que les propriétaires

Plus en détail

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ

Janvier 2015 POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ POLITIQUE D ACCESSIBILITÉ 1 LES TERMES «VISION7 INTERNATIONAL», «V7I» ET «ENTREPRISE» DÉSIGNENT VISION7 INTERNATIONAL ET SES FILIALES ET UNITÉS COMMERCIALES. 1. OBJECTIF ET PORTÉE La Loi de 2005 sur l

Plus en détail

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL

DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL DISPOSITIONS RELATIVES AUX ETABLISSEMENTS PHARMACEUTIQUES DE FABRICATION ET DE DISTRIBUTION DE GAZ MEDICINAL Ces dispositions s appliquent spécifiquement aux établissements fabriquant ou distribuant des

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009)

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) MINISTÈRE DE L ÉDUCATION LIGNE DIRECTRICE RELATIVE À L EXAMEN DES INSTALLATIONS DESTINÉES AUX ÉLÈVES (Révisé en juin 2009) OBJET La Ligne directrice relative à l examen des installations destinées aux

Plus en détail

Définitions LIGNES DIRECTRICES SUR L ÉLIMINATION ET LA REDISTRIBUTION DU MATÉRIEL DE TECHNOLOGIE DE L INFORMATION

Définitions LIGNES DIRECTRICES SUR L ÉLIMINATION ET LA REDISTRIBUTION DU MATÉRIEL DE TECHNOLOGIE DE L INFORMATION OBJET Les présentes lignes directrices décrivent les facteurs liés à la protection de la vie privée, au droit d auteur et à l environnement que les conseils scolaires devraient aborder lorsqu ils redistribuent

Plus en détail

Domaines clés d expertise

Domaines clés d expertise Domaines clés d expertise Évaluation de l'impact sur l'environnement Évaluation de site Échantillonnage environnemental et travail analytique Durabilité Communications et gestion des liaisons avec des

Plus en détail

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux.

1.2.1 Enlever et disposer, en tant que déchets de fientes de pigeon, tous les matériaux et les débris des surfaces situées dans la zone des travaux. TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON TABLE DES MATIÈRES PAGE TRAVAUX DE NETTOYAGE DES FIENTES DE PIGEON... 1 1 GÉNÉRALITÉS... 1 1.1 CONDITIONS GÉNÉRALES ET TRAVAUX CONNEXES... 1 1.2 DESCRIPTION DES

Plus en détail

Qualité, conditionnement et conservation du sirop d érable.

Qualité, conditionnement et conservation du sirop d érable. Siège social 3600, boul Casavant Ouest Saint-Hyacinthe, Qc, J2S 8E3 Bureau de Québec 1140, rue Taillon Québec, Qc, G1N 3T9 Tel : (450) 773-1105 Tel : (418) 643-8903 Fax : (450) 773-8461 Fax : (418) 643-8350

Plus en détail

Autre information requise pour les terrains de golf

Autre information requise pour les terrains de golf Version 05-04-07 Page 1 de 7 Autre information requise pour les terrains de golf Conformément au paragraphe 5(2) du Règlement sur les études d impact sur l environnement de la Loi sur l assainissement

Plus en détail

ENTRE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE, un organisme incorporé constitué par la Loi sur le contrôle de l énergie atomique,

ENTRE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE, un organisme incorporé constitué par la Loi sur le contrôle de l énergie atomique, Page 1 de 3 ENTENTE FAITE EN DUPLICATA LE 4 E JOUR DE FÉVRIER 1985 ENTRE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DE L ÉNERGIE ATOMIQUE, un organisme incorporé constitué par la Loi sur le contrôle de l énergie atomique,

Plus en détail

Guide des directives liées à l'évaluation des risques à la santé relatifs aux petits réseaux d'eau potable

Guide des directives liées à l'évaluation des risques à la santé relatifs aux petits réseaux d'eau potable Guide des directives liées à l'évaluation des risques à la santé relatifs aux petits réseaux d'eau potable Document de soutien au protocole sur l'eau potable du programme salubrité de l'eau Direction de

Plus en détail

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX

CONSIGNES POUR LE NETTOYAGE ET LA DESINFECTION DES DISPOSITIFS MEDICAUX Conformément à la législation, les dispositifs médicaux ne peuvent être mis en service ou utilisés s ils présentent des défauts pouvant mettre en danger les patients, les soignants ou des tiers. Concernant

Plus en détail

Mesures correctives à prendre pour les petits réseaux d eau potable n utilisant pas de chlore. Ministère de la Santé et des Soins de longue durée

Mesures correctives à prendre pour les petits réseaux d eau potable n utilisant pas de chlore. Ministère de la Santé et des Soins de longue durée Mesures correctives à prendre pour les petits réseaux d eau potable n utilisant pas de chlore Ministère de la Santé et des Soins de longue durée 1er décembre 2008 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION...1 I:

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif d encadrer

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES LE CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE L EAU DES PISCINES ET AUTRES BASSINS ARTIFICIELS

LIGNES DIRECTRICES LE CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE L EAU DES PISCINES ET AUTRES BASSINS ARTIFICIELS LIGNES DIRECTRICES LE CONTRÔLE DE LA QUALITÉ DE L EAU DES PISCINES ET AUTRES BASSINS ARTIFICIELS PRÉAMBULE Aux termes de l article 23 du Code des professions (L.R.Q. c. C-26) et de l article 5 de la Loi

Plus en détail

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing.

DCC. DCC Section Montréal. Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus. 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. DCC DCC Section Montréal Inspection des façades de maçonnerie 5 étages et plus 15 octobre 2014 Paul Hébert ing. Programme de la soirée; Le décret; Le guide explicatif des exigences d entretien des façades

Plus en détail

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP)

CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE. Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) CONTRAT D EXPLOITATION DE LA DECHETTERIE Cahier des Clauses Techniques Particulières (CCTP) SOMMAIRE ARTICLE 1 OBJET DU MARCHE ARTICLE 2 LIEUX D EXECUTION DU SERVICE ARTICLE 3 LES OBLIGATIONS DU TITULAIRE

Plus en détail

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire Au cours de cette session de formation, nous parlerons des Procédures Opérationnelles de Propreté et de Désinfection (SSOP), des Normes de Performance d Hygiène (SPS) et des Bonnes Pratiques de Fabrication

Plus en détail

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE

LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE LES DOUCHES ET LES BASSINS OCULAIRES D URGENCE Tous les jours, des milliers de Néo-Brunswickois travaillent près de produits chimiques dangereux. Même si

Plus en détail

FOURNITURE D UN SERVICE DE RÉPARATION DE POMPES POUR DIVERSES STATIONS DE POMPAGE POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY

FOURNITURE D UN SERVICE DE RÉPARATION DE POMPES POUR DIVERSES STATIONS DE POMPAGE POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY FOURNITURE D UN SERVICE DE RÉPARATION DE POMPES POUR DIVERSES STATIONS DE POMPAGE POUR LA VILLE DE CHÂTEAUGUAY SP-15-103 La Ville de Châteauguay demande des soumissions pour la fourniture d un service

Plus en détail

www.aeos-environnement.fr Création : Noir O Blanc - 02 33 05 91 34

www.aeos-environnement.fr Création : Noir O Blanc - 02 33 05 91 34 www.aeos-environnement.fr Création : Noir O Blanc - 02 33 05 91 34 4 secteurs d activités Gestion des déchets industriels spéciaux Assainissement et nettoyage industriel Nettoyage des réseaux d eau potable

Plus en détail

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS

RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS RÉHABILITATION VOLONTAIRE DES RISQUES MINIERS Le ministère du Développement du Nord et des Mines (MDNM) se fait un devoir de réduire les effets des activités d exploration et d exploitation des ressources

Plus en détail

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS?

TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? TRACABILITE DANS LE SECTEUR AGROALIMENTAIRE, J-4 mois : ÊTES-VOUS PRÊTS? INTRODUCTION Aujourd hui, dans un contexte de crises sanitaires et de concurrence internationale croissante au niveau du secteur

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE

INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE INSTITUT INTERNATIONAL DE GESTION DU CYANURE Rapport sommaire de l audit pour les sociétés de transport de cyanure Pour le Code international de gestion du cyanure www.cyanidecode.org Juin 2012 Le Code

Plus en détail

Vente et service de boissons alcoolisées dans le cadre des festivals et des grands événements publics Séminaire Web d information de la CAJO

Vente et service de boissons alcoolisées dans le cadre des festivals et des grands événements publics Séminaire Web d information de la CAJO Vente et service de boissons alcoolisées dans le cadre des festivals et des grands événements publics Séminaire Web d information de la CAJO 24 juin 2015 Ordre du jour 1 Processus de demande d un permis

Plus en détail

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE)

MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) MISE À JOUR DE LA DÉCLARATION DES INTÉRÊTS PERSONNELS DU DÉPUTÉ FORMULAIRE III (ENFANT À CHARGE) CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES MEMBRES DE L ASSEMBLÉE NATIONALE (chapitre C-23.1, articles 37 et 38)

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition OUTIL Livret de suivi du parcours de développement des compétences Candidat Nom Prénom Entreprise Personne chargée du suivi du

Plus en détail

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key

Ministère de la Formation et des Collèges et Universités. Système d information d Emploi Ontario. Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key Ministère de la Formation et des Collèges et Universités Système d information d Emploi Ontario SIEO Inscription de niveau de sécurité moyen à ONe-Key pour les abonnés des agences de formation par l apprentissage

Plus en détail

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3.

Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Conditions d'autorisation pour établissements de stockage de matériel d origine de matériel de catégorie 3. Annexe III.8.11. de l arrêté royal du 16 janvier 2006 fixant les modalités des agréments, des

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES

E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES E-IV-2.3V1 : PROCEDURE PARTICULIERE RELATIVE AUX PRELEVEMENTS DES EAUX DE PISCINES EN VUE DE LEURS ANALYSES BACTERIOLOGIQUES ET CHIMIQUES 1. Objet Cette procédure a pour objet d expliciter les modalités

Plus en détail

Assainissement Non Collectif : vérification du fonctionnement et de l entretien S P A N C. Service Public d Assainissement Non Collectif

Assainissement Non Collectif : vérification du fonctionnement et de l entretien S P A N C. Service Public d Assainissement Non Collectif Doc :SP-06 Assainissement Non Collectif : vérification du fonctionnement et de l entretien LOGO mairie/cc/ SIAEPA S P A N C Service Public d Assainissement Non Collectif N de Siret = Référence du dossier

Plus en détail

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques

Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Fiche d application : Saisie des systèmes solaires thermiques Historique des versions : Date Contenu de la mise à jour Version 10 mars 2008 1 Préambule : Cette fiche d application présente les différents

Plus en détail

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE

RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE RÉSUMÉ DES PRINCIPALES RÈGLES CONCERNANT LE RACCORDEMENT D UNE RÉSIDENCE AU NOUVEAU RÉSEAU D AQUEDUC ET D ÉGOUT DU VILLAGE Des règles différentes peuvent s appliquer dans le cas d un commerce. Informez-vous

Plus en détail

VIDANGE DES BOUES DES FOSSES SEPTIQUES

VIDANGE DES BOUES DES FOSSES SEPTIQUES VIDANGE DES BOUES DES FOSSES SEPTIQUES 1092-2007 23/11/07 1-1 SECTION I DISPOSITIONS DÉCLARATOIRES ET INTERPRÉTATIVES ARTICLE 1 Titre du règlement Le présent règlement est cité sous le titre de «Règlement

Plus en détail

2014-12- CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT 595 RÈGLEMENT CONCERNANT LE MESURAGE ET

2014-12- CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT 595 RÈGLEMENT CONCERNANT LE MESURAGE ET 2014-12- CANADA PROVINCE DE QUÉBEC MRC DE DRUMMOND MUNICIPALITÉ DE SAINT-FÉLIX-DE-KINGSEY RÈGLEMENT 595 RÈGLEMENT CONCERNANT LE MESURAGE ET LA VIDANGE DES FOSSES SEPTIQUES Considérant que Considérant le

Plus en détail