FORUM MONDIAL DE L UNESCO Classements et responsabilisation dans l enseignement supérieur : bons et mauvais usages. Programme

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORUM MONDIAL DE L UNESCO Classements et responsabilisation dans l enseignement supérieur : bons et mauvais usages. Programme"

Transcription

1

2 Organisé conjointement avec l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et la Banque mondiale FORUM MONDIAL DE L UNESCO Classements et responsabilisation dans l enseignement supérieur : bons et mauvais usages Siège de l UNESCO, Paris mai 2011 (Salle II, Fontenoy) Programme

3 Les idées et les opinions exprimées dans ce volume sont celles des auteurs et ne représentent pas nécessairement celles de l'unesco. Les appellations employées dans ce volume et la présentation des données qui y figurent n'impliquent de la part de l'unesco aucune prise de position quant au statut juridique des pays, territoires, villes ou zones, ou de leurs autorités, ni quant à leurs frontières ou limites. Publié en 2011 par l Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture 7, place de Fontenoy, Paris 07 SP Imprimé par l UNESCO Création graphique et photo : ED-2011/WS/16 UNESCO 2011 Imprimé en France

4 Ordre du jour Lundi 16 mai :00-09:45 Ouverture Président : Qian Tang, Sous-Directeur général pour l'éducation, UNESCO Allocutions d'ouverture : Irina Bokova, Directrice générale, UNESCO Barbara Ischinger, Directeur de la Direction de l'éducation, OCDE Jamil Salmi, Coordonnateur de l'enseignement supérieur, Banque mondiale 09:45-10:30 Discours d'ouverture Ellen Hazelkorn, Institut de technologie de Dublin Universités de classe mondiale ou systèmes d'enseignement supérieur de classe mondiale : les classements et les choix politiques dans l'enseignement supérieur 10:30-11:30 Clarifications et questions 11:30-11:45 Break Pause Modérateur : Peter Okebukola, Nigéria 11:45-13:30 Session 1: La demande de transparence : Qu'est-ce que les classements nous disent en réalité? Modérateur : Bernd Wächter, Academic Cooperation Association Panélistes : Phil Baty, Times Higher Education Faiq Billal, ISESCO LIU Nian Cai, Shanghai Jiao Tong Rankings Beatrice d'hombres, Centre for Research on Lifelong Learning - CRELL (Italie) Ben Sowter, QS World University Rankings 13:30-14:30 Lunch Déjeuner 14:30-18:00 Session 2: Les classements et leurs impacts sur la politique Points de vue des étudiants sur les classements (vidéo) 14:30-16:00 Panel: Perspectives nationales Modérateur : Mmantsetsa Marope, UNESCO Panélistes : Peter Okebukola, Nigéria Sohail Naqvi, Pakistan Jean-Richard Cytermann, France Alexander McCormick, États-Unis Zarko Obradovic, République de Serbie Tsutomu Kimura, Japon 16:00-16:15 Break Pause #unirankings retransmis en direct : mms://stream.unesco.org/live/room_2_floor.wmv 1

5 Ordre du jour 16:15-18:00 Panel: Perspectives institutionnelles Modérateur : Eva Egron-Polak, Association Internationale des Universités - AIU Panélistes : Sharifah Hapsah, Université malaise de Kebangsaan Kevin Downing, Université municipale de Hong Kong Saleh Hashem, Association des Universités Arabes Bhoendradatt Tewarie, Université des Antilles - UWI (Trinité-et-Tobago) Allan Päll, Syndicat des étudiants européens - ESU 18:30-20:00 Réception Reception (Caféteria, (Cafeteria, 7th 7e étage) floor) Mardi 17 mai :00-11:00 Session 3: Au-delà des classements : les outils de responsabilisation Président : Sjur Bergan, Conseil de l'europe Intervenants : Richard Yelland, OCDE Frans van Vught, Pays-Bas Judith Eaton, Conseil d'accréditation de l'enseignement supérieur - CHEA (États-Unis) Gero Federkeil, Centre de l'enseignement supérieur - CHE (Allemagne) Pedro Henríquez-Guajardo, IESALC 11:00-11:15 Break Pause 11:15-13:15 Session 4: La voie à suivre : vers une politique avertie? Président : Suzy Halimi, Commission nationale française pour l'unesco Discours d'ouverture Jamil Salmi, Banque mondiale From Rankings to Benchmarking Panélistes : Dirk van Damme, OCDE Olive Mugenda, Université Kenyatta Nannette Ripmeester, International Graduate Insight Group - i-graduate Georges Haddad, UNESCO Jan Sadlak, Observatoire international des classements et de l'excellence - IREG Charles Fadel, CISCO Moments clés de la conférence : Stamenka Uvalic-Trumbic, UNESCO Sir John Daniel, Commonwealth of Learning 13:15-13:30 Discours de clôture Qian Tang, Sous-Directeur général pour l'éducation, UNESCO 2 #unirankings retransmis en direct : mms://stream.unesco.org/live/room_2_floor.wmv

6 Ouverture Ouverture Irina Bokova Irina Bokova, la Directrice générale élue pour quatre ans, était Ambassadeur de Bulgarie en France et auprès de Monaco, Représentant Personnel du Président bulgare à l'organisation internationale de la francophonie et Délégué permanent auprès de l'unesco de 2005 à Elle a obtenu sa maîtrise à l'institut d'etat de Moscou des Relations internationales et a étudié aux Universités de Maryland et de Harvard, aux Etats-Unis. Au cours de sa remarquable carrière, elle a notamment représenté la Bulgarie aux Nations Unies. Dans son pays, en tant que Secrétaire d'etat pour l'intégration européenne et Ministre des affaires étrangères, Mme Bokova a toujours milité pour l'intégration européenne. Comme membre fondateur et Présidente de l'european Policy Forum, elle a œuvré en vue de surmonter les divisions en Europe et de promouvoir les valeurs de dialogue, de diversité, de dignité humaine, ainsi que les droits de l'homme. Qian Tang Qian Tang a obtenu une licence en éducation à l'université de Shanxi en En 1985, il a obtenu un doctorat en biologie de l'université de Windsor (Canada). M. Tang a rejoint l'unesco en tant que Spécialiste principal du programme pour la Section de l'enseignement technique et professionnel du Secteur de l'éducation en 1993 puis est passé Chef en Sa mission à ce poste comprenait la coordination globale du Projet international de l'unesco pour l'enseignement technique et professionnel (UNEVOC) et l'organisation du Deuxième Congrès international sur l'enseignement technique et professionnel à Séoul en avril De 2001 à 2005, M. Tang a été Directeur du Bureau exécutif. Et en 2005, il est devenu Sous-Directeur général adjoint pour l'éducation assurant ainsi la coordination globale du secteur tant au niveau de la planification stratégique, de la mise en œuvre du programme que de la gestion des finances, du budget et des ressources humaines. M. Tang a été nommé Sous-Directeur général pour l'éducation en avril 2010 par la Directrice- générale, Mme Irina Bokova. Depuis sa nomination. M. Tang s'est efforcé de revitaliser le secteur de l'education afin de donner à l'éducation une place plus visible sur l'ordre du jour du développement international et fournir une assistance concrète aux Etats Membres de l'unesco. 3

7 Ouverture Barbara Ischinger Barbara Ischinger qui exerce depuis le 1er janvier 2006 les fonctions de Directeur à la Direction de l'éducation de l'ocde, a occupé pendant presque 20 ans plusieurs postes de haut niveau dans les domaines de la coopération internationale et de l'éducation, notamment pour l'europe, les États-Unis et l'afrique. Avant de rejoindre l'ocde, Mme Ischinger était Vice-présidente exécutive pour les affaires internationales et les relations publiques à l'université Humboldt de Berlin ( ). De 1992 à 1994, elle a été Directrice de la Division de la coopération culturelle internationale, de la préservation et de l'enrichissement des identités culturelles à l'unesco. De 1994 à 2000, elle a été Directrice exécutive de la Commission Fulbright pour les échanges académiques entre les États-Unis et l'allemagne. Mme Ischinger est actuellement à la tête de la Direction de l'éducation, qui aide les pays membres à améliorer la qualité, l'équité et l'efficience de leur système d'enseignement. Les travaux sont essentiellement menés dans le cadre du Comité des politiques d'éducation, qui est chargé de procéder aux examens des systèmes d'enseignements nationaux et à l'élaboration d'indicateurs internationaux (Regards sur l'éducation), ainsi que dans le cadre du Centre pour la recherche et l'innovation dans l'enseignement (CERI). Ces travaux consistent aussi à évaluer les acquis des élèves (PISA), des étudiants (AHELO) et des adultes (PIAAC). Jamil Salmi Jamil Salmi, économiste de l'éducation marocain, est coordinateur de l'éducation tertiaire à la banque mondiale. Il est l'auteur principal de la Stratégie de la Banque en matière d'éducation tertiaire, intitulée "Constructing Knowledge Societies: New Challenges for Tertiary Education". Au cours de ces dix-sept dernières années, M. Salmi a donné des conseils politiques sur la réforme de l'éducation tertiaire à de nombreux gouvernements et établissements d'enseignement supérieur du monde entier. M. Salmi est membre du Conseil d'administration de l'institut international de planification de l'éducation, du Réseau consultatif international de la Fondation britannique pour l'enseignement supérieur et du Comité de rédaction du Journal of Higher Education Management and Policy de l'ocde. Publié en février 2009, le dernier ouvrage de M. Salmi s'intéresse au défi consistant à créer des universités à vocation internationale. Son prochain ouvrage, intitulé "The Road to Academic Excellence", sera publié en

8 Ouverture Discours d'ouverture Ellen Hazelkorn Ellen Hazelkorn est Vice-présidente de Research and Enterprise, à l'institut de technologie de Dublin en Irlande. Elle est également responsable de l'unité de recherche sur les politiques de l'enseignement supérieur. Elle est Consultante auprès du Programme de l'ocde sur la gestion institutionnelle de l'enseignement supérieur (IMHE), et membre de l'association internationale des universités (AIU). Elle est membre du Conseil de l'autorité de l'enseignement supérieur (Irlande), et de l'équipe d'examen de l'enseignement supérieur néerlandais (ministère de l'éducation), de l'état de Victoria, en Australie (OCDE, 2009), de la Catalogne, en Espagne (OCDE, 2010) et de la Roumanie (ministère de l'éducation, 2011). Elle est Présidente de l'exercice d'évaluation de l'enseignement, à l'université d'aalto, en Finlande (2011), pour l'école d'art et de design. Elle a travaillé ou travaille encore pour des universités et des associations d'universités du monde entier, notamment en Australie, en Belgique, au Danemark, en Jamaïque, aux Pays-Bas, en Serbie et en Suède. Ellen est membre du Conseil de gestion du Centre de la recherche numérique irlandaise (NDRC) et du Conseil consultatif international du Conseil de la recherche irlandais pour les humanités et les sciences sociales (IRCHSS). Elle a été Rapporteur et auteur principal du rapport établi par le Groupe d'experts de l'union européenne, Évaluation des recherches universitaires en Europe. Elle est Professeur invité à l'école de gestion de l'université de Liverpool et participe aux Conseils éditoriaux de Higher Education Management and Policy et du Higher Education Policy International Journal for Researcher Development. Ellen a écrit ou coécrit un certain nombre d'articles évalués par ses pairs, de dossiers sur les politiques, d'ouvrages et de chapitres d'ouvrages sur les politiques et la société irlandaises, les technologies numériques, le genre, les pratiques dans le milieu du travail et les industries culturelles, les relations entre les médias et l'état, et les politiques de l'enseignement supérieur. Elle est l'auteur des documents suivants : Developing Research in New Institutions Rankings et Reshaping of Higher Education: The Battle for World-Class Excellence. Des universités à vocation internationale ou des systèmes à vocation internationale : les classements et les choix en matière d enseignement supérieur Que faut-il réellement penser lorsque le classement d une université s améliore et qu elle fait son apparition parmi les 100 meilleurs établissements de la planète? Est-ce que les classements font progresser le niveau en encourageant la concurrence ou portent-ils atteinte à la mission plus ambitieuse consistant à assurer à tous une éducation de qualité? Les classements doivent-ils être utilisés pour aider les responsables à choisir une politique de l éducation et à affecter les rares ressources financières? Les politiques doivent-elles avoir pour objectif de créer des universités à vocation internationale ou des systèmes à vocation internationale? 5

9 Ouverture Les classements d universités font la une des journaux et attirent l attention des responsables politiques et des présidents d universités où qu ils soient publiés ou mentionnés. Les responsables politiques les considèrent comme des instruments de mesure de la puissance et des aspirations de leur nation, et les universités les utilisent pour définir ou fixer des objectifs. D abord considérés comme des produits de consommation inoffensifs destinés aux futurs diplômés des pays où ils étaient publiés, les classements sont rapidement devenus une entreprise mondiale de diffusion d informations sur l intelligence qui impactent, influencent et stimulent l enseignement supérieur ainsi que ses parties prenantes à l intérieur et à l extérieur du milieu universitaire. Aujourd hui, il existe plus de 50 classements nationaux et dix classements internationaux, notamment le classement U-Multirank de l Union européenne. Cependant, alors qu une grande partie de l attention s est focalisée sur les questions d ordre méthodologique ou sur la façon dont les classements peuvent influer sur le choix des étudiants, on ne sait que fort peu de choses sur la façon dont les classements influencent les politiques des gouvernements. Partout dans le monde, les gouvernements utilisent les classements pour orienter la restructuration de l enseignement supérieur parce qu ils considèrent que ce sont les sociétés qui attirent les investissements dans la recherche et l innovation ainsi que les personnes mobiles et hautement qualifiées qui sont susceptibles de marquer des points au niveau mondial. Plusieurs pays ont mis en œuvre des initiatives dont l objectif principal est de créer des universités à vocation internationale. Pour de nombreux gouvernements, l université à vocation internationale est l assurance de voir le pays couronné de succès au niveau international. Il ne fait aucun doute que l enseignement supérieur doit répondre de façon constructive au débat sur la qualité et les résultats, et identifier des moyens plus pertinents d évaluer et de démontrer l impact et les avantages. Pour les systèmes qui dépendent d un financement public et des droits d inscription, le soutien que la société et les responsables politiques apportent à l enseignement supérieur ne peut être maintenu que par un profilage de la qualité, un renforcement des résultats et une optimisation des ressources qui donnent confiance aux investisseurs (publics). Compte tenu de l existence de corrélations directes entre les systèmes qui ont une valeur pour la société et les choix politiques, ce qui compte, c est d une part la façon dont les gouvernements définissent leurs objectifs et accordent la priorité à une main-d œuvre qualifiée, à l équité, à la croissance régionale, au civisme, aux futurs Einstein et à la concurrence internationale, et d autre part la façon dont ces objectifs sont transformés en politiques. Aligner le systèmes sur des indicateurs définis par d autres à des fins commerciales ou autres menace les fondements mêmes de la souveraineté nationale et de la société. Cela dresse l équité et l excellence l une contre l autre, et cela favorise des modèles centrés sur les élites plutôt que des systèmes à vocation internationale. Ce document analyse l impact et l influence des classements sur les établissements d enseignement supérieur, et notamment sur les politiques de l enseignement supérieur. S appuyant sur la recherche internationale, le document pose les questions liées à cette approche et propose d autres solutions. Étant donné que pour satisfaire aux exigences fiscales il peut s avérer nécessaire d aller au-delà des budgets nationaux, les gouvernements devraient se focaliser sur des systèmes de référenciation plutôt que sur les entreprises spécialisées dans les classements, sur des systèmes à vocation internationale plutôt que sur des universités à vocation internationale. Rankings and the Reshaping of Higher Education. The Battle for World-Class Excellence a été publié par Palgrave MacMillan,

10 Ouverture Modérateur Peter Okebukola Peter Okebukola a suivi ses études supérieures à l'université d'ibadan où il a obtenu une licence en 1973, ainsi qu'un master et un doctorat en sciences de l'éducation dans la même université. Il a bénéficié d'une formation spécialisée à l'institut de technologie de Massachusetts (MIT) et à l'université de Harvard. Il est désormais spécialisé dans l'assurance de la qualité des systèmes éducatifs et de l'enseignement des disciplines touchant aux sciences, à l'informatique et à l'environnement. Il est Président du réseau mondial des universités innovatrices (GUNI-Africa). Très récemment, il était Secrétaire exécutif la Commission nationale des universités (NUC) et il a introduit le concept des classements dans le système des universités nigérianes. Il travaille actuellement avec la direction de la NUC au perfectionnement du système de classement et à la mise en œuvre d'un système amélioré au niveau national et partout en Afrique. Il a été Consultant auprès du Mécanisme d'évaluation de la qualité en Afrique, une initiative de l'union africaine visant à améliorer la qualité de l'enseignement supérieur africain grâce à un système d'autoévaluation performant. Il s'est vu décerner plusieurs médailles d'or pour ses activités dans le domaine de l'enseignement des sciences et de l'informatique. Il a obtenu plusieurs doctorats honoris causa dans le domaine des sciences et a été élevé au rang d'officier de l'ordre de la République fédérale. 7

11 Session 1 La demande de transparence : Qu'est-ce que les classements nous disent en réalité? Session 1 : La demande de transparence : Qu'est-ce que les classements nous disent en réalité? Modérateur Bernd Wächter Bernd Wächter est Directeur de l'association de coopération académique (ACA), un consortium d'organismes européens et mondiaux qui soutiennent la coopération internationale dans le domaine de l'enseignement supérieur. L'ACA est un laboratoire d'idées qui promeut l'innovation et l'internationalisation dans l'enseignement supérieur. Bernd a fait ses études supérieures dans les Universités de Hull (RU), Giessen et Marburg (Allemagne). La carrière de Bernd a été centrée sur l'enseignement supérieur international. Dans le cadre de son premier poste, à l'université de Kassel (Allemagne), il a élaboré des programmes de diplômes internationaux. Ensuite, il a rejoint le British Council, avant de devenir Directeur des affaires internationales à la Fachhochschule Darmstadt. Au sein de l'agence allemande d'internationalisation DAAD, il est devenu responsable de la section européenne de l'organisation. Puis, il a été nommé Directeur de l'enseignement supérieur (Erasmus) au sein du Bureau Socrates de Bruxelles. En 1998, il a pris ses fonctions de Directeur de l'aca. Bernd a publié de nombreux documents sur l'internationalisation de l'enseignement supérieur. Il est responsable de la rédaction des documents de l'aca sur la coopération internationale dans le domaine de l'enseignement supérieur. Panélistes Phil Baty Phil Baty est rédacteur en chef adjoint du magazine Times Higher Education et responsable de son service international. Il est éditeur des World University Rankings. Phil travaille au sein du magazine depuis 1996, où il a successivement exercé les fonctions de reporter, grand reporter, rédacteur en chef adjoint des actualités et rédacteur en chef des actualités. En 2010, il s'est vu attribuer le prix Ted Wragg pour sa contribution importante au journalisme spécialisé dans l'éducation ainsi qu'une partie des prix décernés chaque année aux journalistes spécialisés dans l'éducation et organisés par l'institut agréé des relations publiques. En 2007, il a été finaliste du prix du reportage exceptionnel sur l'éducation attribué aux journalistes britanniques. Au cours de la même année, il a été finaliste du prix Paul Foot décerné chaque année à un journaliste menant campagne et organisé par The Guardian et le magazine Private Eye. 8

12 Session 1 La demande de transparence : Qu'est-ce que les classements nous disent en réalité? Sans titre Les classements d'universités sont toujours controversés et sous le feu de nombreuses critiques. La plupart de ces critiques sont fondées. Cependant, il existe au moins un système de classement des meilleures universités du monde qui cherche à prendre en compte un plus large éventail d'activités universitaires et à examiner des aspects qui vont au-delà des tableaux simplistes diffusés par la recherche. Ce système est le classement des universités Times Higher Education réalisé grâce aux données fournies par Thomson Reuters. Il est significatif que le classement des universités Times Higher Education ne s'intéresse qu'aux 200 meilleurs établissements du monde. En procédant ainsi, les responsables de ce classement prennent acte du fait qu'au-delà du 200e rang, les différentiels entre les uns et les autres deviennent de plus en plus petits et que le risque augmente de comparer des oranges avec des pommes ou, en d'autres termes, de comparer des choses incomparables. Néanmoins, cette situation peut également avoir pour effet de détourner les universités de leurs missions et d'encourager l'uniformité. Plus les bases de données des classements prendront de l'importance, plus il deviendra indispensable de nous assurer, dans la mesure du possible, que nous continuons à comparer des pommes avec d'autres pommes. Faiq Billal Faiq Billal est Directeur de l'organisation islamique pour l'éducation, les sciences et la culture (ISESCO), un organisme affilié à l'organisation de la conférence islamique (OCI) dont le Siège est situé à Rabat, au Royaume du Maroc. Le Dr Billal bénéficie d'une expérience de recherche et de gestion de 28 années dans le domaine scientifique et administratif et a eu l'honneur de mettre en œuvre plus de projets et programmes scientifiques à travers le monde, notamment dans les secteurs suivants : enseignement des sciences, renforcement des capacités technologiques, protection de l'environnement et programmes de gestion des ressources en eau. Le Dr Billal a créé un certain nombre d'institutions, notamment le centre de promotion de la recherche scientifique (ICPSR) de l'isesco, l'islamic Citation Centre (ISC), l'organisme islamique chargé de l'éthique des sciences et des technologies (IBEST) ains que le Réseau islamique des femmes chercheurs (INWS), et a lancé un certain nombre de projets et de stratégies visant à promouvoir les sciences et les technologies dans le monde islamique. Le Dr Billal est titulaire d'un doctorat en microbiologie délivré par le King's College, à Londres. Le Dr Billal s'est vu décerner plusieurs prix au plan international qui ont récompensé ses efforts novateurs dans le domaine de la promotion des sciences et des technologies à travers le monde. Résumé de présentation non disponible 9

13 Session 1 La demande de transparence : Qu'est-ce que les classements nous disent en réalité? Depuis 2006, Beatrice d'hombres travaille à l'unité d'économétrie et de statistiques appliquées du Centre de recherche conjoint de la Commission européenne. Elle fait partie des Indicateurs statistiques pour l'action d'évaluation des politiques (http://easu.jrc.ec.europa.eu/eas/sipa/index.htm). Beatrice d'hombres est une économiste spécialisée dans les domaines de l'éducation, de l'économie du travail et de l'économétrie appliquée. Avec des collègues, elle a récemment publié un article dans Research Policy sur la robustesse statistique des classements d'universités internationaux. Résumé de présentation non disponible Beatrice d'hombres Nian Cai Liu Nian Cai Liu a suivi un premier cycle d'études supérieures, en Chimie, à l'université de Lanzhou, en Chine. Il a obtenu son doctorat, spécialisé dans les sciences et l'ingénierie des polymères à la Queen's University, à Kingston, au Canada. Il a évolué vers le domaine de la recherche sur l'enseignement supérieur en 1999 ; auparavant, il était enseignant en sciences et ingénierie des polymères. Actuellement, le Prof. LIU est Directeur du Centre des universités d'envergure internationale et Doyen de l'école supérieure des sciences de l'éducation à l'université Jiao Tong de Shanghai. Ses recherches actuelles sont centrées sur les universités d'envergure internationale, l'évaluation des universités, les politiques en matière de sciences et la recherche institutionnelle. Le classement académique des universités mondiales, une publication en ligne de son groupe, a attiré l'attention partout dans le monde. Son dernier ouvrage est intitulé "Paths to a World-Class University: Lessons from Practices and Experiences" Le Prof. LIU a exercé de nombreuses fonctions. Il a, notamment, été l'un des vice-présidents de l'observatoire international des classements et de l'excellence (IREG). Il fait partie des conseils éditoriaux de plusieurs périodiques internationaux, notamment de Scientometrics. 10

14 Session 1 La demande de transparence : Qu'est-ce que les classements nous disent en réalité? Orientations futures des classements des meilleures universités du monde Les classements des meilleures universités du monde attirent l attention au quatre coins de la planète. Bien qu ils posent de nombreux problèmes d ordre technique et méthodologique ou touchant à leur utilisation, les classements d universités sont utiles et ne sont pas prêts de disparaître. Par conséquent, les organismes qui produisent ces classements ne doivent jamais cesser de tenter de les améliorer et leurs utilisateurs doivent les utiliser en faisant preuve d une certaine sagesse. L Academic Ranking of World Universities (ARWU), qui est le premier classement d universités à avoir utilisé de multiples indicateurs, s est amélioré depuis sa première édition, en Outre sa mise à jour annuelle des classements existants grâce à l utilisation, pour chaque classement, de méthodologies stables, les orientations futures de l ARWU comprennent : l amélioration des méthodologies des classements afin de faire reculer leurs limites, la diversification des classements afin de mieux satisfaire aux exigences des différents utilisateurs, le profilage des universités centrées sur la recherche afin de fournir de meilleures comparaisons des établissements, la contribution au développement d une culture des classements grâce à la recherche fondamentale et à l implication des professionnels. Ben Sowter Ben Sowter dirige QS Intelligence Unit (spécialiste de l'évaluation de l'enseignement supérieur), qui est entièrement responsable de la gestion opérationnelle de tous les grands projets de recherche QS, notamment la QS Top MBA Applicant and Recruiter Research (recherche sur les meilleurs titulaires d'un MBA et leurs meilleurs recruteurs), le QS World University Rankings (classement des meilleurs universités du monde) et le QS Asian University Rankings (classement des universités asiatiques). Ben a obtenu sa licence en informatique à l'université de Nottingham. Après l'obtention de son diplôme, Ben a travaillé pendant deux ans pour le bureau national britannique de l'association internationale des étudiants en sciences économiques et commerciales (AIESEC), dont il a fini par devenir Président national. Ben a voyagé dans plus de quarante pays et s'est exprimé sur ses recherches dans plus de 20 de ces pays. Il a personnellement visité plus de 35 des 100 meilleures universités du monde, ainsi qu'un nombre incalculable d'autres universités, et participe régulièrement à des conférences internationales. Sans titre Les classements étant symptomatiques de l'exigence de transparence réclamée par les universités, il semble logique, à certains égards, qu'elles soient également soumises à un examen minutieux comparable. Au cours de ces dix dernières années, la capacité des universités à mesurer leurs propres résultats et à fournir des données fiables à des tiers a évolué - peut-être, en partie, grâce à l'impulsion donnée par les organismes de classement - et a potentiellement ouvert la voie à des outils plus sophistiqués. Il existe un large éventail d'aspects fondamentaux que les différents classements ou évaluations devraient considérer comme faisant partie de leurs responsabilités en matière de transparence. Cette présentation sera centrée sur la philosophie de QS et fournira dans ce contexte une autoévaluation rigoureuse de ses propres résultats et projets. 11

15 Session 2 Les classements et leurs impacts sur la politique - Perspectives nationales Session 2 : Les classements et leurs impacts sur la politique Panel: Perspectives nationales Modérateur Mmantsetsa Marope Mmantsetsa Marope est actuellement Directrice de la Division pour l'éducation et l'apprentissage du niveau de base au niveau supérieur, au Siège de l'unesco, à Paris. Auparavant, elle a travaillé pendant 10 ans à la Banque mondiale aux problèmes liés à l'éducation et a été professeur à l'université pendant 11 ans. Spécialiste de l'éducation, elle bénéficie d'une trentaine d'années d'expérience dans ce domaine. Elle s'est plus particulièrement intéressée à l'enseignement scolaire, aux équipes de gestion des écoles, aux ministères de l'éducation, à l'enseignement à l'université, à la gestion des réseaux de recherche régionaux. Elle a également travaillé à temps plein ou en tant que consultant pour des organisations internationales bilatérales et multilatérales. Tout au long de sa carrière, elle a proposé des services de conseils à des consortiums de donateurs régionaux spécialisés dans l'éducation ainsi qu'à des ministères de l'éducation, par exemple à l'unité de coordination du secteur du Développement des ressources humaines de la Communauté de développement de l'afrique australe (SADC-HRD-SCU), à l'association pour le développement de l'éducation en Afrique (ADEA), à des gouvernements nationaux, ainsi qu'à des organisations internationales telles que l'usaid, l'asdi, l'unesco et l'unicef. Dans la région de la SADC, ses services de conseils ont conduit à la création de trois centres d'excellence régionaux, spécialisés dans les politiques, la planification et la gestion de l'éducation. Par ailleurs, un prix a été attribué à l'un de ses romans en langue tswana. Panélistes Peter Okebukola (voir p. 7) African Perspectives on Ranking in Higher Education About a decade ago when global ranking of universities was primed for unfolding, the African higher education system prepared to take advantage of the utility value of ranking in improving the quality of the system. By 2001, Nigeria had signed up as the first sub-sahara African country to rank its universities. Tunisia in North Africa is listed as one of the early birds embracing the scheme. By 2010, the Africa Union endorsed a regional initiative - the African Quality Rating Mechanism (AQRM) with 34 higher education institutions from all the Regional Economic 12

16 Session 2 Les classements et leurs impacts sur la politique - Perspectives nationales Communities (RECs) in Africa participating in its inaugural edition. This paper reviews development in higher education ranking in Africa with special focus on Nigeria and the African Quality Rating Mechanism. It explores accountability issues and the uses to which ranking/rating should be put in bolstering the quality of the higher education system in the region. It notes that ranking can be a strong determinant of educational policy thrust insofar as the goal is to engender competition (within the institution or between institutions) and catalyse improvement in quality. The theory of competition on which ranking rests implies that competing elements strive to improve in order to be the leader in the pack. Thus, if the system-wide or institutional goal is to stimulate improvement in quality, ranking comes in as one of several pathways for the attainment of this goal. Version francaise indisponible au moment de l'impression S. Sohail H. Naqvi S. Sohail H. Naqvi est Directeur exécutif de la Commission de l'enseignement supérieur (HEC) où il a contribué à l'élaboration et à la mise en œuvre d'une stratégie complète de renouveau du secteur des études supérieures pakistanaises. La HEC est également responsable du financement opérationnel des universités, institutions et centres du secteur public délivrant des diplômes. Titulaire d'un doctorat en ingénierie électrique et d'une vaste expérience dans le domaine de l'enseignement et de la recherche au Pakistan et aux États-Unis, où il a été titularisé à l'université du Nouveau-Mexique, le Dr Naqvi a transformé la Commission des bourses universitaires pakistanaises en une Commission de l'enseignement supérieur autonome et de niveau ministériel. Le Dr Naqvi a mis en œuvre un grand nombre de programmes qui se sont traduits par une explosion des activités de recherche dans les universités pakistanaises associée à un triplement du nombre des étudiants, au lancement d'un programme ambitieux de développement des facultés, à une amélioration significative de la qualité, à la normalisation des programmes des premier, deuxième et troisième cycles grâce à des procédures d'évaluation de qualité, et à la mise en œuvre d'un système d'assurance qualité adapté à l'enseignement supérieur. Ranking and Accountability in Higher Education Ranking of higher education institutions and their departments can play a positive role in enhancing accountability by providing easily accessible comparative information on essential indicators of performance of these institutions. Certainly almost everybody is interested in the outcome of rankings as well as the process employed to obtain these rankings; they all also have strong opinions about every aspect of the outcome and processes employed to arrive at these outcomes. Rankings are also a powerful policy tool that guides the future development and growth of new and existing higher education institutions, therefore, great care must be exercised in selecting the indicators 13

17 Session 2 Les classements et leurs impacts sur la politique - Perspectives nationales used for ranking. Identification of strengths and weaknesses of institutions, more than accountability, is an important objective of the ranking exercise. While ranking is generally conducted by independent media and private sector organizations, the Higher Education Commission of Pakistan conducted the first thorough ranking exercise since no entity appeared to be willing to conduct it. The system developed for ranking borrowed heavily from the existing ranking systems such as those done by Guardian (UK), Times (UK), Academic Ranking of World Universities (China), US News & World Report (USA), Maclean's (Canada), etc., as well as Academic Audit based HEIs rating system of AUQA-Australia, rating model being used by QAA- UK, and the Baldrige scheme. The Pakistani university ranking system was successful in identifying the leading universities in the country and represented a good "first step" for ranking of local institutions. It also has led to the subsequent inclusion of numerous universities in World Ranking tables. Version francaise indisponible au moment de l'impression Jean-Richard Cytermann Jean-Richard Cytermann, ancien élève de l'ena est Inspecteur général de l'administration de l'education nationale et de la recherche où il assure la coordination des travaux sur l'enseignement supérieur. Il est également professeur associé en sociologie de l'education à l'ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et président du Conseil d'administration de l'observatoire des Sciences et Techniques. Il a assuré, dans sa carrière antérieure, de nombreux postes de responsabilité dans l'administration de l'enseignement supérieur et de la recherche notamment comme adjoint au directeur général pour la recherche et l'innovation, directeur en charge de l'évaluation et des statistiques et directeur adjoint de cabinet du ministre de l'éducation nationale, de la recherche et de la technologie, Claude Allègre. Classements internationaux et politiques d'enseignement supérieur Les classements et palmarès des universités sont survenus dans une période de l'action publique en France où les comparaisons internationales, les méthodes de benchmarking prennent une importance grandissante. Les classements internationaux s'ajoutent aux conséquences de la mise en place de la Loi organique relative aux lois de finances - LOLF, du lancement du processus de Lisbonne et à la lecture des indicateurs de comparaisons internationales fournis par l'observatoire des Sciences et Techniques. Tous ces indicateurs montrent au mieux une stagnation de la position française, alors que d'autres pays progressent et que l'enseignement supérieur et la recherche sont considérés comme des facteurs déterminant de croissance et de compétitivité. Les classements seront un des éléments qui vont conduire les pouvoirs publics à des réformes structurelles dans l'enseignement supérieur et la recherche et à faire un effort financier malgré les contraintes qui pèsent sur les finances publiques. 14

18 Session 2 Les classements et leurs impacts sur la politique - Perspectives nationales Les classements ont montré la complexité et l'émiettement du système universitaire et de recherche français. Les faiblesses révélées par le classement de Shanghai ont eu des conséquences réelles sur le comportement des acteurs. Les classements internationaux ont été, sinon le démarrage, au moins un facteur d'accélération de la politique de rapprochement des acteurs de l'enseignement supérieur et de la recherche, qui continue aujourd'hui. Les politiques menées depuis quelques années comportent toutes des pôles de compétitivité aux initiatives d'excellence aux investissements d'avenir en passant par les pôles de recherche et d'enseignement supérieur et le plan Campus. Ces pôles ont vocation à figurer en bonne place dans les classements internationaux. Parallèlement le Ministère est conscient des limites des classements internationaux actuels, fondés presque exclusivement sur des critères recherche. La logique de différenciation, qui est celle des classements internationaux implique aussi que l'on reconnaisse une différenciation des critères d'excellence des universités. C'est pourquoi, à l'initiative de la présidence Française de l'union Européenne, sera développé " un outil au service des étudiants leur permettant de s'informer sur les formations proposées en Europe et de choisir un parcours européen de formation autour de leur propre projet professionnel ". Ce classement doit " être multidimensionnel, indépendant, transparent et mondial ". L'idée de multi dimensionnalité est importante car elle renvoie à la diversité des formes d'excellence et, au bout du compte, à la différenciation des universités, dans une logique de diversité des profils et des choix des étudiants. Alexander C. McCormick est professeur associé en sciences de l'éducation à la School of Education à l'université d'indiana, à Bloomington, où il enseigne. Il dirige l'enquête nationale sur l'implication des étudiants (NSSE), conduite au Centre des recherches postsecondaires de l'université d'indiana. Depuis la création de la NSSE en 2000, plus de collèges et universités des Etats-Unis et du Canada ont utilisé l'enquête pour évaluer dans quelle mesure les étudiants sont impliqués dans des pratiques éducatives efficaces. McCormick a pour objectif d'enrichir le débat sur la qualité de l'enseignement supérieur et les responsabilités des parties prenantes, tout en fournissant aux institutions les outils leur permettant de diagnostiquer et d'améliorer les enseignements et apprentissages dispensés. Il s'intéresse tout particulièrement à l'évaluation, aux responsabilités des parties prenantes, et aux améliorations de l'enseignement supérieur s'appuyant sur des éléments probants. McCormick a été chercheur à la Fondation Carnegie pour l'amélioration de l'enseignement, où il a dirigé une étude approfondie de la Classification des établissements d'enseignement supérieur élaborée par la Fondation. Il est titulaire d'un doctorat obtenu à l'université de Stanford (éducation et sociologie), et d'un diplôme d'études supérieures délivré par le Dartmouth College. Résumé de présentation non disponible Alexander C. McCormick 15

19 Session 2 Les classements et leurs impacts sur la politique - Perspectives nationales Zarko Obradovic a suivi un premier cycle universitaire, spécialisé dans les études internationales, à l'université de Belgrade. Il est titulaire d'une maîtrise de science et d'un doctorat en sciences politiques délivrés par l'université de Belgrade. Le Dr Obradovic est Vice-président du parti socialiste de Serbie depuis Également depuis 2006, il est professeur à la Faculté d'administration publique de la Megatrend University. Il donne des cours sur les droits des minorités, la gouvernance mondiale et les systèmes politiques, la géo-économie et les études régionales. Dans les domaines scientifiques et professionnels, il s'intéresse principalement aux questions touchant à l'organisation territoriale de l'état, à l'auto-gouvernance locale, au système politique, aux évolutions démographiques, à la position de la Serbie dans les Balkans et à d'autres problèmes importants pour le système politique et la position de la Serbie au plan international. Il a participé à plusieurs réunions nationales et internationales sur le système politique, l'auto-gouvernance locale et les droits des minorités. En mars 2011, le Dr Obradovic est devenu ministre de l'éducation et des Sciences du gouvernement de la Serbie. Auparavant, il était ministre de l'éducation ( ). Untitled Zarko Obradovic Higher education is complex, costly and important. As a consequence, it attracts the attention of politicians, employers and potential students alike. Internationally, the demand for higher education is on the rise all over the world. In some countries, international students' contributions to the economy are higher than in all other sectors. This is a principal reason to have quantified evidence regarding the potential quality and performance of any specific university. The dilemmas regarding the ranking of universities are many, particularly because the mission and goals of higher education institutions vary so greatly from one university to another. Essentially, "one size cannot fit all". Ranking is significant in measuring universities' performances. In that way it can become a tool of self-evaluation for universities. Moreover, it can engender a competitive spirit among higher education institutions. On the other hand, rankings can be demotivating for both students and academic society. For one thing, there is always the possibility that data can be manipulated to achieve better scores for commercial purposes. For another, indicators for ranking criteria are not necessarily based on the mission and goals of a particular university, something very apparent in countries in transition like Serbia. The Ministry of Education and Science of the Republic of Serbia aims to reform the Serbian higher education system according to the principals of the Shanghai Jiao Tong World University Ranking in order to prepare our universities to be more competitive at the European and wider international level. Version francaise indisponible au moment de l'impression 16

20 Session 2 Les classements et leurs impacts sur la politique - Perspectives nationales Tsutomu Kimura Tsutomu Kimura est Conseiller principal au ministère japonais de l'éducation, des sports, de la culture, des sciences et des technologies depuis De 1998 à 2009, il a été Président de l'institution nationale japonaise des diplômes universitaires et de l'évaluation des universités (NIAD-UE). Auparavant, il était Président de l'institut de technologie de Tokyo. Il a été membre du personnel enseignant à l'institut de technologie de Tokyo pendant plus de trente ans et professionnel dans le domaine de l'ingénierie géotechnique et de l'ingénierie des sols. Il a contribué au développement international de l'assurance de la qualité de l'enseignement supérieur. Il a été membre du Conseil de l'inqaahe de 2003 à Il a été Vice-président du Conseil central de l'éducation et membre du Conseil des sciences du Japon, jusqu'en Il a obtenu un Master en ingénierie délivré par l'université de Tokyo ainsi qu'un doctorat à l'institut de technologie de Tokyo. En 2004, il est devenu Commandeur de l'ordre de l'empire britannique. Les perspectives japonaises Lorsque l évaluation et l accréditation agréées ainsi que l évaluation de la corporation nationale des universités sont devenues obligatoire au Japon en 2004, les classements d universités ont soudainement perdu la popularité dont ils jouissaient auprès du public japonais. Il y a deux raisons à cette situation. Premièrement, des informations plus détaillées et plus fiables ont été mises à la disposition du public du fait de ces deux types d évaluation, conduites par des établissements publics. Les japonais ont tendance à croire ce que disent le gouvernement ou le secteur public sur les questions liées à l éducation. Deuxièmement, les deux types d évaluation ont accumulé une grande quantité de données, sans commune mesure, termes de quantité et de qualité, avec les tentatives précédemment citées. Pour comprendre les perspectives japonaises concernant les classements d universités, il est nécessaire de toujours tenir compte de la mentalité et de la façon de penser des Japonais ainsi que de l opinion qu ils se font du secteur public. Néanmoins, en ce qui concerne les classements internationaux, les autorités responsables de l enseignement supérieur les étudient avec soin, ce qui peut parfois conduire à des réformes politiques et/ou au lancement de nouveaux dispositifs de financement. Les Japonais s intéressent davantage aux informations en provenance d Europe et d Amérique qu à celles publiées au Japon. Quand on examine les classements internationaux, ont s aperçoit qu en général, les petits établissements ne peuvent pas accéder aux premières places. L une des grandes préoccupations des lycéens qui veulent s inscrire à l université est le choix du champ d études principal. Les classements détaillés et établis pour chacune des disciplines peuvent aider ces étudiants. Par ailleurs, les classements peuvent favoriser la transparence. Néanmoins, il convient de prêter une attention particulière à l interprétation des résultats, car un certain nombre des indicateurs utilisés par les classements sont plutôt limités. 17

CampusFrance. Classements internationaux : les impacts sur les établissements et la mobilité internationale

CampusFrance. Classements internationaux : les impacts sur les établissements et la mobilité internationale CampusFrance 23 ème Congrès Conférence des Grandes Écoles Classements internationaux : les impacts sur les établissements et la mobilité internationale 7 Octobre 2010 ESTP Paris Le contexte international

Plus en détail

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095

Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110. http://www.adam-europe.eu/adam/project/view.htm?prj=5095 Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Année: 2008 Type de Projet: Statut: Accroche marketing: Net-université 2008-1-IS1-LEO05-00110 Projets de transfert

Plus en détail

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC)

Erasmus+ Les actions internationales pour l'enseignement supérieur. Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Erasmus+ Vito Borrelli (DG EAC) Les actions internationales pour l'enseignement supérieur Bruxelles, 28 novembre 2014 Réunion d'information Vito Borrelli (DG EAC) 1 Qu'est-ce qu'? Programme de l'ue pour soutenir l'éducation, la formation

Plus en détail

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe

Formation en conduite et gestion de projets. Renforcer les capacités des syndicats en Europe Formation en conduite et gestion de projets Renforcer les capacités des syndicats en Europe Pourquoi la gestion de projets? Le département Formation de l Institut syndical européen (ETUI, European Trade

Plus en détail

Feuille de route du Caire "Les TIC et la durabilité de l'environnement"

Feuille de route du Caire Les TIC et la durabilité de l'environnement Ministère d'etat pour les affaires environnementales Ministère des communications et des technologies de l'information Cinquième colloque de l'uit "Les TIC, l'environnement et les changements climatiques"

Plus en détail

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI

Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Bilan et perspective: le point de vue du SEFRI Josef Widmer Directeur suppléant du Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation (SEFRI) Conférence d automne de la formation professionnelle

Plus en détail

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL

CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL CANDIDAT JAPONAIS AU POSTE DE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL Dr. Sawako TAKEUCHI Docteur es Ingénierie, l Université de Tokyo et Docteur es Sciences économiques Ancien conseiller du Premier Ministre du Japon sur la

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

Application Form/ Formulaire de demande

Application Form/ Formulaire de demande Application Form/ Formulaire de demande Ecosystem Approaches to Health: Summer Workshop and Field school Approches écosystémiques de la santé: Atelier intensif et stage d été Please submit your application

Plus en détail

Les Entretiens Jacques Cartier. Session 1 : De la naissance du connectivisme à la satisfaction des besoins éducatifs

Les Entretiens Jacques Cartier. Session 1 : De la naissance du connectivisme à la satisfaction des besoins éducatifs Les Entretiens Jacques Cartier Colloque 1 : Cours massifs et ouverts en ligne adaptés aux besoins du 21ème siècle. Un défi pour l enseignement supérieur des pays du nord et du sud. Session 1 : De la naissance

Plus en détail

Extension Program 2014-15 VACANCES SCOLAIRES Maternelles/Primaires et Collège/Lycées AMERICAN SCHOOL OF PARIS. Founded 1946. Text

Extension Program 2014-15 VACANCES SCOLAIRES Maternelles/Primaires et Collège/Lycées AMERICAN SCHOOL OF PARIS. Founded 1946. Text AMERICAN SCHOOL OF PARIS Extension Program 2014-15 Founded 1946 Text 1 Inscriptions et règlements doivent se faire en ligne via notre site internet. Votre choix d activité établi (pour le secondaire uniquement).

Plus en détail

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises

Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Improving the breakdown of the Central Credit Register data by category of enterprises Workshop on Integrated management of micro-databases Deepening business intelligence within central banks statistical

Plus en détail

Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire

Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA DEPARTEMENT DES RESSOURCES HUMAINES, SCIENCE ET TECHNOLOGIE Mécanisme africain d évaluation de la qualité (AQRM) Questionnaire VERSION REVISEE Janvier 2014

Plus en détail

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes.

Jusqu à trois prix seront décernés annuellement et ce dans les deux catégories suivantes. Directives de mise en candidature Association des universités de l Atlantique Prix d enseignement distingué et de leadership en éducation, 2015 Objectif Le but de ce programme de prix est d encourager

Plus en détail

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000

Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Exemple d examen Gestion des services IT Foundation Bridge basée sur la norme ISO/CIE 20000 Édition Novembre 2013 Copyright 2013 EXIN All rights reserved. No part of this publication may be published,

Plus en détail

Curriculum Vitae. Situation actuelle

Curriculum Vitae. Situation actuelle Curriculum Vitae Pr. Mounir Georges Abou Assali Situation actuelle Conseiller du Ministre de l'education et de l'enseignement Supérieur Conseil Suprême de l'education- Qatar Professeur retraité depuis

Plus en détail

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE

TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE ORGANISATION FOR ECONOMIC CO-OPERATION AND DEVELOPMENT TROISIEME REUNION DU FORUM SUR L ADMINISTRATION FISCALE DE L OCDE 14-15 septembre 2006 Séoul, Corée Déclaration de Séoul (version définitive) CENTRE

Plus en détail

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste

Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste ÉCOLE AFROCENTRISTE EN ONTARIO Pour diffusion immédiate PAGE 1 DE 5 Les Ontariens rejettent catégoriquement le projet de création d une école afrocentriste La vaste majorité des répondants sont d accord

Plus en détail

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE

LICENCE GÉOGRAPHIE. Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE LICENCE GÉOGRAPHIE Domaine ministériel : SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Secteur(s) d'activité : Droit / Science politique Mention : GÉOGRAPHIE Présentation Etablissement Objectifs Offrir aux étudiants des

Plus en détail

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE

Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE Comprendre l impact de l utilisation des réseaux sociaux en entreprise SYNTHESE DES RESULTATS : EUROPE ET FRANCE 1 Objectifs de l étude Comprendre l impact des réseaux sociaux externes ( Facebook, LinkedIn,

Plus en détail

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations

Initiative d excellence de l université de Bordeaux. Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014. Recommandations Initiative d excellence de l université de Bordeaux Réunion du Comité stratégique 17-19 décembre 2014 Recommandations 2/1 RECOMMANDATIONS DU COMITE STRATEGIQUE Une feuille de route pour le conseil de gestion

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour NOMINATION DES MEMBRES DU COMITÉ D AUDIT ADDITIF

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour NOMINATION DES MEMBRES DU COMITÉ D AUDIT ADDITIF Session annuelle du Conseil d administration Rome, 7 11 juin 2010 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour approbation F Distribution: GÉNÉRALE WFP/EB.A/2010/6-C/1/Add.1

Plus en détail

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF

2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF 2012, EUROPEEN YEAR FOR ACTIVE AGEING 2012, ANNEE EUROPEENNE DU VIEILLISSEMENT ACTIF Kick off transnational project meeting June 6 & 7th 2011 6 et 7 Juin 2011 CERGY/ VAL D OISE Monday june 6th morning

Plus en détail

Séminaire sur les universités et les bibliothèques Paris, 26-27 août 2002

Séminaire sur les universités et les bibliothèques Paris, 26-27 août 2002 Séminaire sur les universités et les bibliothèques Les universités sont amenées à exploiter des possibilités et relever des défis de plus en plus nombreux, car il faut sans cesse en faire davantage alors

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE

MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE MINISTÈRE DES AFFAIRES ÉTRANGÈRES DU ROYAUME DES PAYS-BAS LA HAYE CONVENTION SUR LA PROTECTION DES ENFANTS ET LA COOPÉRATION EN MATIÈRE D'ADOPTION INTERNATIONALE (La Haye, le 29 mai 1993) Notification

Plus en détail

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan»

«Rénovation des curricula de l enseignement supérieur - Kazakhstan» ESHA «Création de 4 Ecoles Supérieures Hôtelières d'application» R323_esha_FT_FF_sup_kaza_fr R323 : Fiche technique «formation des enseignants du supérieur» «Rénovation des curricula de l enseignement

Plus en détail

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013

étudiants internationaux L essentiel des Chiffres Clés 7 Juin 2013 3 6 étudiants internationaux 7 Juin 213 CHIFFRES CLÉS MONDE Selon l UNESCO en 21, on comptait 3 6 étudiants internationaux dans le monde. Ce nombre a augmenté de 38 % depuis 26. Les premiers continents

Plus en détail

France with an OIB. Updated January 2014

France with an OIB. Updated January 2014 France with an OIB Updated January 2014 The French system May appear complicated Not too expensive Good opportunities if you look carefully 2 European harmonisation of higher education - LMD system Licence

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Program Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 INTITULE

Plus en détail

Jean-Claude Lapointe, B.A., LL.B., M.A.P.

Jean-Claude Lapointe, B.A., LL.B., M.A.P. Jean-Claude Lapointe, B.A., LL.B., M.A.P. Juriste chercheur en Droit, Études internationales & Web Science jc.lapointe@live.ca Languages Français Anglais (Bilingue ou langue natale) (Capacité professionnelle

Plus en détail

Banque Islamique de Développement (BID) Prix de la BID pour la Science et la Technologie - 14 éme Edition (1437H/2016G)

Banque Islamique de Développement (BID) Prix de la BID pour la Science et la Technologie - 14 éme Edition (1437H/2016G) Banque Islamique de Développement (BID) Prix de la BID pour la Science et la Technologie - 14 éme Edition (1437H/2016G) INTRODUCTION DIRECTIVES RELATIVES AU REMPLISSAGE DES FORMULAIRES Le Prix de la BID

Plus en détail

par Michel Prévost Archiviste en chef de l'université d'ottawa

par Michel Prévost Archiviste en chef de l'université d'ottawa UNE FENETRE SUR LE PASSE LA FACULTE D'ADMINISTRATION CELEBRE SON 25 IÈME ANNIVERSAIRE (1969-1994) par Michel Prévost Archiviste en chef de l'université d'ottawa Dans le cadre des festivités marquant le

Plus en détail

Erasmus+ Volet "Enseignement supérieur" Dimension internationale. Erasmus

Erasmus+ Volet Enseignement supérieur Dimension internationale. Erasmus Erasmus+ Volet "Enseignement supérieur" Dimension internationale Erasmus 1 Coopération EU-Tunisie: d'où vient-on? Tempus IV - TU impliquée dans 47 projets - 29% des projets financés dans la région - Budget

Plus en détail

Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle

Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle Stephanie Clarke Ecole doctorale FBM Amphipôle UNIL-Sorge Dorigny IMPORTANCE DE L INTÉGRITÉ SCIENTIFIQUE Plagiat: responsabilité personnelle et institutionnelle

Plus en détail

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY

Université de XY University of XY. Faculté XY Faculty of XY Université de XY University of XY Faculté XY Faculty of XY Le présent supplément au diplôme suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil d'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise

Plus en détail

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit :

D. 12-01-2007 M.B. 20-03-2007. Le Parlement de la Communauté française a adopté et Nous, Gouvernement, sanctionnons ce qui suit : Lois 31723 p.1 Décret relatif au renforcement de l'éducation à la citoyenneté responsable et active au sein des établissements organisés ou subventionnés par la Communauté française D. 12-01-2007 M.B.

Plus en détail

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques

L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques L ouverture des données de la recherche en 2015 : définitions, enjeux, dynamiques «Re-analysis is a powerful tool in the review of important studies, and should be supported with data made available by

Plus en détail

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012

Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien. 10 Septembre 2012 Mise en place d un système de cabotage maritime au sud ouest de l Ocean Indien 10 Septembre 2012 Les défis de la chaine de la logistique du transport maritime Danielle T.Y WONG Director Logistics Performance

Plus en détail

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission

Nos Métiers. Historique. Notre Vision. Notre Mission Historique 1958 : Création de la SMMO : Minoterie de blé tendre à Oujda. Première minoterie cotée en bourse entre 1972 et 1980. 1989 : Création de la société COPATES ; première unité industrielle de production

Plus en détail

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche

Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Masters de Mathématiques à l'université Lille 1 Mathématiques Ingénierie Mathématique Mathématiques et Finances Bourses d excellence pour les masters orientés vers la recherche Mathématiques appliquées

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université ParisDauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

Aspects de droit anglais

Aspects de droit anglais UNIVERSITE PANTHEON-SORBONNE MASTER ETUDES JURIDIQUES COMPARATIVES EXAMEN TERMINAL ANNEE UNIVERSITAIRE 2009-2010 Tous documents autorisés Veuillez rédiger une réflexion comparative personnelle et critique

Plus en détail

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015?

ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? ATELIER 7 La notion d innovation, d expérimentation. Comment monter un projet innovant? Quel appel à projet pour 2015? Introduction Tour de table rapide : Établissement, discipline et thème du projet envisagée

Plus en détail

Représentation permanente de la Fédération de Russie auprès de l'unesco

Représentation permanente de la Fédération de Russie auprès de l'unesco Représentation permanente de la Fédération de Russie auprès de l'unesco Agence fédérale Rossotroudnitchestvo auprès du MAE de Russie Représentation en France de l'agence fédérale Rossotroudnitchestvo -

Plus en détail

INFORMACIÓN DE UNIVERSIDAD DE DESTINO. Página web: www.inseec-france.com

INFORMACIÓN DE UNIVERSIDAD DE DESTINO. Página web: www.inseec-france.com INFORMACIÓN DE UNIVERSIDAD DE DESTINO Nombre de la universidad: Inseec Código: F PARIS244 Coordinador académico: Christa Brierre Email: pbrierre@inseec-france.com Teléfono: + 33 142 09 65 63 Fax: + 33

Plus en détail

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine

MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE. Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine MSO MASTER SCIENCES DES ORGANISATIONS GRADUATE SCHOOL OF PARIS- DAUPHINE Département Master Sciences des Organisations de l'université Paris-Dauphine Mot du directeur Le département «Master Sciences des

Plus en détail

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès

Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Jean Sykes Nereus, la collaboration européenne, et le libre accès Keynote Item Original citation: Originally presented at UNESCO DKN project steering group meeting, 29 June 2006, Paris, France [Name of

Plus en détail

INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE

INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE F OFFICE DES BREVETS DU JAPON OFFICE MAROCAIN DE LA PROPRIÉTÉ INDUSTRIELLE ET COMMERCIALE DIALOGUE POLITIQUE OMPI/INN/CAS/14/INF/1 PROV. ORIGINAL: FRANÇAIS DATE: OCTOBRE 2014 Dialogue politique régional

Plus en détail

Présentation de l'auf

Présentation de l'auf Présentation de l'auf Agence universitaire de la Francophonie : opérateur de la Francophonie Créée le 13 septembre 1961 (50 ans en 2011) AUPELF puis AUPELF-UREF et enfin AUF en 1998 Présente sur les 5

Plus en détail

Quand le bâtiment va, tout va

Quand le bâtiment va, tout va Quand le bâtiment va, tout va Citation de Martin Nadeau en 1849 à l Assemblée législative de la France Martin Nadeau Ancien ouvrier maçon Député à l Assemblée législative Les sots font bâtir les maisons

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD

Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD Échange d idées au sujet du Programme de bourses internationales du MAECD JEUDI 20 NOVEMBRE 2014 14 h 45 16 h 00 Salon Provinces I Le Bureau canadien de l éducation internationale (BCEI) est l administrateur

Plus en détail

Archived Content. Contenu archivé

Archived Content. Contenu archivé ARCHIVED - Archiving Content ARCHIVÉE - Contenu archivé Archived Content Contenu archivé Information identified as archived is provided for reference, research or recordkeeping purposes. It is not subject

Plus en détail

Vérification des qualifications et des diplômes chinois d études postsecondaires. CAPLA Octobre 2006

Vérification des qualifications et des diplômes chinois d études postsecondaires. CAPLA Octobre 2006 Vérification des qualifications et des diplômes chinois d études postsecondaires CAPLA Octobre 2006 Principaux objectifs VETASSESS et nos activités d évaluation Les études postsecondaires et les diplômes

Plus en détail

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013

Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Discours de Eric Lemieux Sommet Aéro Financement Palais des congrès, 4 décembre 2013 Bonjour Mesdames et Messieurs, Je suis très heureux d être avec vous aujourd hui pour ce Sommet AéroFinancement organisé

Plus en détail

Forthcoming Database

Forthcoming Database DISS.ETH NO. 15802 Forthcoming Database A Framework Approach for Data Visualization Applications A dissertation submitted to the SWISS FEDERAL INSTITUTE OF TECHNOLOGY ZURICH for the degree of Doctor of

Plus en détail

Prior to joining L'Oréal, he spent 11 years working for various Pharmaceutical companies.

Prior to joining L'Oréal, he spent 11 years working for various Pharmaceutical companies. CAILLAUD Frédéric Directeur du Licensing L'ORÉAL Frédéric Caillaud joined L'Oréal in 1994 as Director of the Licensing and Business Development Department in charge of negotiating alliances, licensing

Plus en détail

Industrial Phd Progam

Industrial Phd Progam Industrial Phd Progam Catalan Government: Legislation: DOGC ECO/2114/2012 Modification: DOGC ECO/2443/2012 Next: Summary and proposal examples. Main dates March 2013: Call for industrial Phd projects grants.

Plus en détail

Memorandum of Understanding

Memorandum of Understanding Memorandum of Understanding File code of the Memorandum of Understanding (optional) texte 1. Objectives of the Memorandum of Understanding The Memorandum of Understanding 1 (MoU) forms the framework for

Plus en détail

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes?

Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Quels sont le taux d encadrement et la taille des classes? Indicateur Dans l enseignement primaire, on compte plus de 21 élèves par classe, en moyenne, dans les pays de l OCDE. La taille des classes varie

Plus en détail

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns.

Provide supervision and mentorship, on an ongoing basis, to staff and student interns. Manager, McGill Office of Sustainability, MR7256 Position Summary: McGill University seeks a Sustainability Manager to lead the McGill Office of Sustainability (MOOS). The Sustainability Manager will play

Plus en détail

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France

09/2011. Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Thierry Lemerle Directeur Général adjoint Pole Emploi, France Missions Registration Information Payment of allowances Support for job seekers Assistance to companies for their recruitment Establishment

Plus en détail

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme

Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Formulaire de candidature pour les bourses de mobilité internationale niveau Master/ Application Form for International Master Scholarship Programme Année universitaire / Academic Year: 2013 2014 A REMPLIR

Plus en détail

La Grande Ecole des Sciences de l Information

La Grande Ecole des Sciences de l Information Royaume du Maroc Haut Commissariat au Plan Ecole des Sciences de l Information (ESI) Rabat La Grande Ecole des Sciences de l Information Secteur : Enseignement supérieur public relevant de la formation

Plus en détail

VOUS CONNAISSEZ PEUT-ÊTRE PLUSIEURS STÉRÉOTYPES AU SUJET DU CANADA

VOUS CONNAISSEZ PEUT-ÊTRE PLUSIEURS STÉRÉOTYPES AU SUJET DU CANADA VOUS CONNAISSEZ PEUT-ÊTRE PLUSIEURS STÉRÉOTYPES AU SUJET DU CANADA SAVIEZ-VOUS QUE LE CANADA ÉTAIT UN PAYS OFFRANT D INNOMBRABLES POSSIBILITÉS? RÉPUTÉ MONDIALEMENT POUR CERTAINES DE SES MARQUES CÉLÈBRES

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate.

Stéphane Lefebvre. CAE s Chief Financial Officer. CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate. Stéphane Lefebvre CAE s Chief Financial Officer CAE announces Government of Canada participation in Project Innovate Montreal, Canada, February 27, 2014 Monsieur le ministre Lebel, Mesdames et messieurs,

Plus en détail

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES

EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ÉGALITÉ CHERCHEUSE FEMME ENSEIGNEMENT HOMME ÉTUDIANTE RECHERCHE EGALITÉ ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES Chiffres clés de la parité dans l enseignement supérieur et la recherche ÉGALITÉ entre les FEMMES

Plus en détail

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661

Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 68,661 Initulé de poste et classe : Avis de vacance de poste n : Fonctionnaire chargé de la collecte de fonds/de la visibilité (P-3) 5027FE-RE Date limite de dépôt des candidatures : 10.06.2015 Unité administrative

Plus en détail

POULAKIDAS, Angela Département : Commerce et négociation. Matières enseignées. Intervient dans les programmes. Principaux diplômes

POULAKIDAS, Angela Département : Commerce et négociation. Matières enseignées. Intervient dans les programmes. Principaux diplômes POULAKIDAS, Angela Département : Commerce et négociation Matières enseignées Stratégie internationale Commerce international Entrepreneuriat international International marketing Ventes et négociation

Plus en détail

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012

THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 THE OUAGADOUGOU RECOMMENDATIONS INTERNET INFRASTRUCTURE FOR AN AFRICAN DIGITAL ECONOMY 5-7 MARCH 2012 We, the participants, assembled in Ouagadougou, Burkina Faso, from 5-7 March 2012, for the meeting

Plus en détail

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle

DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET. 18 juin 2008. Session ministérielle DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 18 juin 2008 Session ministérielle OCDE 2008 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE INTERNET 5 DÉCLARATION DE SEOUL SUR LE FUTUR DE L'ÉCONOMIE

Plus en détail

Mobilité internationale Pourquoi ne pas partir à l étranger. Stages Master 1 Chimie 2009/10

Mobilité internationale Pourquoi ne pas partir à l étranger. Stages Master 1 Chimie 2009/10 Mobilité internationale Pourquoi ne pas partir à l étranger. Parlez français Je ne parle pas d autres langues. Immersion into another language. Language courses provided. Je ne veux pas perdre du temps.

Plus en détail

RAPPORT DU GROUPE ADMINISTRATIF

RAPPORT DU GROUPE ADMINISTRATIF UNESCO/BIE/C.60/Inf.3 Genève, le 25 janvier 2011 Original : français SOIXANTIEME SESSION DU CONSEIL DU BUREAU INTERNATIONAL D ÉDUCATION REUNION DU GROUPE ADMINISTRATIF Genève, 24 25 janvier 2011 RAPPORT

Plus en détail

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS

Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS Étude EcoVadis - Médiation Inter-Entreprises COMPARATIF DE LA PERFORMANCE RSE DES ENTREPRISES FRANCAISES AVEC CELLE DES PAYS DE L OCDE ET DES BRICS 23 mars 2015 Synthèse Avec plus de 12.000 évaluations

Plus en détail

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES

MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES MODULES DE COURS BILINGUES EN GESTION DE COOPÉRATIVES Claude-André Guillotte Directeur, IRECUS Université de Sherbrooke Claude-Andre.Guillotte@USherbrooke.ca Karen Miner Directrice générale Co-operative

Plus en détail

Doctorate of Business Administration Programme francophone

Doctorate of Business Administration Programme francophone Mis à jour le 11-10-13 Doctorate of Business Administration Programme francophone 1. Présentation du programme DBA(F) Le programme Doctorate of Business Administration (DBA) assuré à distance par l American

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION

IDENTITÉ DE L ÉTUDIANT / APPLICANT INFORMATION vice Direction des Partenariats Internationaux Pôle Mobilités Prrogrramme de bourrses Intterrnattiionalles en Mastterr (MIEM) Intterrnattiionall Mastterr Schollarrshiip Prrogrramme Sorrbonne Parriis Ciitté

Plus en détail

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français

Resolution proposed by the website working group. Available in: English - Français Resolution proposed by the website working group Available in: English - Français EN Proposers: 31 st International Conference of Data Protection and Privacy Commissioners Madrid, Spain 4 6 November 2009

Plus en détail

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project

Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project Integrated Music Education: Challenges for Teaching and Teacher Training Presentation of a Book Project L enseignement intégré de la musique: Un défi pour l enseignement et la formation des enseignants

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES

PROJET DE RAPPORT DES MINISTRES AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA CONFÉRENCE DE L UNION AFRICAINE DES MINISTRES EN CHARGE DE LA COMMUNICATION ET DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION (CITMC-4) 4 ème SESSION ORDINAIRE KHARTOUM,

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL DE JOURNALISME JURIDIQUE

MASTER PROFESSIONNEL DE JOURNALISME JURIDIQUE MASTER PROFESSIONNEL DE JOURNALISME JURIDIQUE 2011 / 2012 MASTER 2 ème année MENTION : DROIT DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION Spécialité professionnelle Responsables : Pr Marc PENA, Président de l

Plus en détail

Site personnel : http://www.u-paris10.fr/11300/0/fiche annuaireksup/&rh=pers_annuaire

Site personnel : http://www.u-paris10.fr/11300/0/fiche annuaireksup/&rh=pers_annuaire Nom : du Marais, Bertrand Titre : Professeur associé de droit public, Université de Paris Ouest Nanterre, France Conseiller d Etat Paris, France Affiliations : CRDP, Chercheur associé à EconomiX Tel :

Plus en détail

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi

Sawsen Lakhal. Ce que représente PeDTICE pour moi Sawsen Lakhal Ce que représente PeDTICE pour moi En tant que nouvelle professeure, PeDTICE représente pour moi des occasions de rencontres très enrichissantes. Ces rencontres permettent un codéveloppement

Plus en détail

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT

JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Centre d Etudes et de Recherches Internationales et Communautaires (CERIC), UMR 7318 CNRS / Aix-Marseille University JUSTICE BY ANY OTHER NAME? LES MÉCANISMES DE PLAINTE DES BANQUES DE DÉVELOPPEMENT Vanessa

Plus en détail

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME

eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME eid Trends in french egovernment Liberty Alliance Workshop April, 20th 2007 French Ministry of Finance, DGME Agenda What do we have today? What are our plans? What needs to be solved! What do we have today?

Plus en détail

Le BTS dans la réforme LMD

Le BTS dans la réforme LMD Le BTS dans la réforme LMD La réforme LMD Le BTS et la réforme LMD Le système européen de transfert et d'accumulation de crédits Le supplément au diplôme Le supplément EUROPASS Les crédits ECTS et comment

Plus en détail

Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias

Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias Women s State of the Media Democracy 2012 L observatoire international des usages et interactions des médias Women s Forum - Deauville - Octobre 2012 Présentation de l étude Women s State of the Media

Plus en détail

Une formation continue du Luxembourg Lifelong Learning Center / www.lllc.lu MARKETING ET COMMUNICATION DES ENTREPRISES

Une formation continue du Luxembourg Lifelong Learning Center / www.lllc.lu MARKETING ET COMMUNICATION DES ENTREPRISES Une formation continue du Luxembourg Lifelong Learning Center / www.lllc.lu MAST ER MARKETING ET COMMUNICATION DES ENTREPRISES OCTOBRE 2013 L économie luxembourgeoise est dite fragile étant donné qu elle

Plus en détail

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices

Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Une étude personnalisée commandée par Cisco Systems Les entreprises qui adoptent les communications unifiées et la collaboration constatent de réels bénéfices Juillet 2013 Déploiement d'une large gamme

Plus en détail

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire

APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire APSS Application Form/ Intermediate level Formulaire de candidature au PEASS/ Niveau intermédiaire This application form may be submitted by email at candidater.peass@egerabat.com or sent by mail to the

Plus en détail

Auto-évaluation en lycée professionnel

Auto-évaluation en lycée professionnel Auto-évaluation en lycée professionnel 2011-1-FR1-LEO05-24398 1 Information sur le projet Titre: Code Projet: Auto-évaluation en lycée professionnel 2011-1-FR1-LEO05-24398 Année: 2011 Type de Projet: Statut:

Plus en détail

À l'intention des parents

À l'intention des parents Septembre 2011 À l'intention des parents Information sur les examens en vue de l'obtention du diplôme Votre fils ou votre fille passera bientôt des examens en vue de l'obtention du diplôme? Voici de l'information

Plus en détail

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012

GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 GUIDE DE PREPARATION D'UN PROJET DE FORMATION UNIVERSITAIRE FRANCOPHONE Master délocalisé 2012 L'Agence universitaire de la Francophonie (AUF) soutient le développement de formations délocalisées de niveau

Plus en détail

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT CYCLE BACHELOR PROFESSIONNEL Accès à Bac, Bac+1, Bac+2/Prépa CYCLE MASTÈRE PROFESSIONNEL ** Accès à Bac+3, Bac+4 Titre certifié par l État niveau II Bac+3

Plus en détail

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet?

Tammy: Something exceptional happened today. I met somebody legendary. Tex: Qui as-tu rencontré? Tex: Who did you meet? page: pro10 1. quelqu'un, quelque chose 2. chacun vs. aucun 3. more indefinite pronouns A pronoun replaces a noun which has been mentioned or is obvious from context. An indefinite pronoun refers to people

Plus en détail

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013

Présentation du cursus Animateur de Cluster et de réseaux territoriaux Etat du 14 avril 2013 MASTER ANIMATEUR DE CLUSTER ET DE RESEAUX TERRITORIAUX PRESENTATION DU DIPLOME FRANCO-ALLEMAND 1. OBJECTIFS DE LA FORMATION ET COMPETENCES A ACQUERIR: Former des animateurs de cluster et de réseaux territoriaux

Plus en détail

Lettre d'information semestrielle N 2

Lettre d'information semestrielle N 2 Groupe de travail Relations Académie/Enseignement Supérieur Agronomique Lettre d'information semestrielle N 2 Éditorial Dans le cadre de ses actions en direction des jeunes de l'enseignement supérieur

Plus en détail

BP 3243, Addis Abeba, Ethiopie. Téléphone : +251 11 5517700 Fax : +251 11 5517844 Site Web : www.au.int COMEDAF VI

BP 3243, Addis Abeba, Ethiopie. Téléphone : +251 11 5517700 Fax : +251 11 5517844 Site Web : www.au.int COMEDAF VI AFRICAN UNION UNION AFRICAINE UNIÃO AFRICANA BP 3243, Addis Abeba, Ethiopie. Téléphone : +251 11 5517700 Fax : +251 11 5517844 Site Web : www.au.int COMEDAF VI PREMIERE SESSION EXTRAORDINAIRE DU BUREAU

Plus en détail