Good practice: aide sociale

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Good practice: aide sociale"

Transcription

1 Good practice: aide sociale Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes cantonaux de transferts sociaux et de prélèvements. Aspects de la sécurité sociale 14/12. Office fédérale des assurances sociales.

2 1. Brève définition «L aide sociale garantit l existence aux personnes dans le besoin, favorise leur indépendance économique et personnelle et assure leur intégration sociale et professionnelle» (Concepts et normes de calcul 2005 de la CSIAS, A.1). L aide so ciale se conçoit comme le dernier filet de la sécurité sociale : son rôle est d éviter que des personnes ou des groupes de personnes soient exclus de la participation à la vie sociale. La plupart des cantons l organisent en s inspirant des concepts et normes de calcul de la CSIAS. 2. Pourquoi recommander de bonnes pratiques? Les présentes bonnes pratiques portent sur l organisation de l aide sociale dans la seule optique de prévenir des effets de seuil et des effets pervers sur l activité lucrative. Elles ne se prononcent ni ne portent d appréciation sur les disparités intercantonales en matière d aide sociale. Les bonnes pratiques cherchent surtout à éclairer les effets de seuil et les effets pervers sur l activité qui se produisent au sein de l aide sociale ou en conjonction avec d autres prestations sociales. Elles formulent, à l attention des décideurs, des principes susceptibles d améliorer l équité horizontale et verticale dans le domaine de l aide sociale. 3. Principes pour l organisation de l aide sociale 3.1 Principe prévenant les effets de seuil Principe 1 : Les règles de calcul à l entrée et à la sortie de l aide sociale coïncident avec celles utilisées pour déterminer le montant de l allocation. Pour prévenir les effets de seuil dans le segment de revenu donnant droit à l aide sociale, le calcul des besoins à l entrée et à la sortie doit se fonder sur les mêmes règles que celles utilisées effectivement pour déterminer le montant de l allocation. Explication Dans le segment de revenu donnant droit à l aide sociale, un effet de seuil se produit lorsque la limite du droit est calculée sur d autres bases que le montant de l allocation. Tel est le cas quand le calcul des besoins tient compte de revenus plus élevés que le calcul du montant de l aide. Une fois que le droit aux allocations a été établi, des prestations à caractère incitatif peuvent être octroyées. Elles dépendent de la situation personnelle. Il en est tenu compte lors de la détermination du montant de l aide. Lorsque les personnes concernées exercent une activité professionnelle, une franchise sur le revenu (FR) peut leur être octroyée, ce qui signifie qu il ne sera pas tenu compte de l intégralité des revenus qu elles perçoivent sous forme de salaire. Dès lors, les ménages concernés peuvent jouir librement d une partie de leur revenu, ce bonus constituant une incitation au travail de nature financière. Concernant les personnes sans activité professionnelle, un supplément d intégration (SI) peut leur être octroyé si elles consentent à des efforts en vue de leur réinsertion sociale ou professionnelle. Lorsque l examen du droit à l aide sociale ne tient pas compte de ces éléments à caractère incitatif, les charges du ménage doivent excéder ses revenus pour qu il ait droit aux allocations. En effet, le salaire éventuel est imputé au revenu en totalité et aucun supplément d intégration n est octroyé. Il s ensuit que, lorsque les éléments à caractère incitatif (FR et SI) sont pris en compte de façon différente lors de l examen du droit à l aide sociale et au sein de celle-ci, les personnes touchant des allocations et ne devant leur entrée à l aide sociale qu au fait qu elles percevaient, à l époque, un salaire encore inférieur voire pas de salaire sont favorisées par rapport à celles qui exercent une activité mais n ont juste pas droit à l aide sociale. Ces dernières sont confrontées à une injustice. En soi, elles auraient intérêt à réduire leur salaire pour pouvoir prétendre à l aide sociale. A contrario, les ménages percevant des allocations n ont pas intérêt à sortir de l aide sociale en augmentant (légèrement) leur revenu. Les deux effets de seuil à l entrée et à la sortie de l aide sociale sont représentés dans le graphique G19 pour une famille biparentale avec deux enfants, à titre d exemple. L effet de seuil à l entrée ( ) pénalise 2

3 fortement, à salaire brut égal, les ménages qui n ont pas droit à l aide sociale par rapport à ceux qui bénéficient de prestations d aide. L effet de seuil à la sortie ( ) entraine une nette dégradation de la situation des ménages qui sortent de l aide sociale suite à une légère augmentation de revenu. La limite de revenu brut pour entrer à l aide sociale se situe à francs ; la sortie intervient à partir d un salaire brut de francs. Dans l exemple illustré, l effet de seuil se traduit par un écart de revenu disponible libre de 6800 francs par an à l entrée de l aide sociale ; il est légèrement plus faible à la sortie (4600 francs). G19 Effet de seuil à l entrée et à la sortie de l aide sociale (famille biparentale avec deux enfants, 3½ et 5 ans) Source : graphique original Dans le graphique G20 ci-après, l examen du droit à l aide sociale tient compte de la franchise sur le revenu réservée aux ménages qui exercent une activité professionnelle. La limite du droit est fixée en conséquence. Ainsi, le salaire n est pas pris en compte intégralement dans le calcul du droit à l aide sociale. La part imputée correspond au salaire après déduction de la franchise sur le revenu octroyée durant la période de perception de l aide. Le droit du ménage à l aide sociale sera reconnu si ses revenus, après déduction de la franchise, s avèrent inférieurs aux dépenses reconnues. Les règles de calcul du droit étant les mêmes que celles utilisées pour déterminer le montant de l allocation, l effet de seuil examiné dans l exemple précédent disparaît complètement (zone encerclée du graphique G20). Plusieurs cantons appliquent déjà cette méthode de calcul. Leurs expériences sont positives. Lorsque la franchise sur le revenu est prise en compte dans le calcul à l entrée de l aide sociale, cela conduit, certes, à l élévation de la limite du droit à l entrée et, par conséquent, à l élargissement tendanciel du cercle des ayants droit. Mais, en contrepartie, les allocataires ont intérêt à sortir de l aide sociale et personne n a intérêt à devenir allocataire. Dans tous les cas de figure, le revenu disponible sera plus élevé hors de l aide sociale qu au sein de l aide sociale. Par ailleurs, il est permis de supposer que le groupe des personnes qui feraient valoir leur droit à l aide sociale suite à l élévation de la limite du droit est très limité. Dans le graphique G20, le salaire brut déterminant pour l entrée ou la sortie de l aide sociale a changé par rapport au graphique G19 ; il se monte désormais à francs. 3

4 G20 Les règles de calcul à l entrée et à la sortie de l aide sociale coïncident avec celles utilisées pour déterminer le montant de l allocation (famille biparentale avec deux enfants, 3½ et 5 ans) Source: graphique original 3.2 Effets de seuil en conjonction avec d autres prestations sociales Principe 2 : L aide sociale est coordonnée avec d autres prestations sous condition de ressources et avec le système fiscal en vigueur. Pour prévenir les effets de seuil et les effets pervers sur l activité lucrative dans le segment de revenu donnant droit à l aide sociale, celle-ci doit être coordonnée avec les tarifs de l accueil extrafamilial des enfants, la réduction individuelle des primes et les impôts. Explication En l absence de coordination avec d autres prestations sociales et avec le système fiscal, des effets de seuil ou des effets pervers sur l activité lucrative peuvent se produire, même si, isolément, l aide sociale n engendre pas de problèmes de ce genre. Des effets de seuil peuvent se produire dans le segment de revenu donnant droit à l aide sociale lorsque, par exemple, les ménages supportent des primes plus importantes une fois qu ils sortent de l aide sociale. Tel est le cas lorsque le système de réduction individuelle des primes du canton ne prend pas en charge la totalité de la prime dans le segment des bas salaires (voir «Bonnes pratiques : RIP», principe 4). Le même phénomène peut se produire en rapport avec les tarifs de l accueil extrafamilial des enfants. Certains cantons déchargent les allocataires de l aide sociale exerçant une activité professionnelle des frais de garde des enfants en les faisant profiter de tarifs sociaux. Mais lorsque ces personnes sortent de l aide sociale, elles n ont plus droit au tarif social et sont ainsi pénalisées financièrement par rapport aux bénéficiaires de l aide sociale. Pour prévenir ces problèmes de façon générale, il faut tenir compte des charges nettes du ménage lors du calcul du droit à l aide sociale. Une alternative consiste à fixer les modalités de la prestation de transfert concernée (tarif social, RIP, etc.) de sorte que tous les ménages dans le segment des bas salaires soient traités de façon identique, qu ils perçoivent ou non des prestations d aide sociale. 4

5 Finalement, on notera qu il existe aussi des interactions avec les impôts. Des effets de seuil se produisent dans le segment de revenu donnant droit à l aide sociale lorsque les bénéficiaires de cette aide sont exonérés fiscalement mais que les ménages n ayant juste pas droit à l aide sociale sont imposés. Le seul moyen de l éviter est de soumettre au même régime fiscal les bénéficiaires de l aide sociale exerçant une activité professionnelle et les ménages dont les revenus sont à peu près aussi bas mais qui ne touchent pas d allocations (voir «Bonnes pratiques : impôts», principe 1) 1. De fait, tous les ménages devraient alors acquitter des impôts sur leurs revenus du travail, qu ils perçoivent ou non de l aide. Mais cela produirait des effets pervers sur l activité liés à la charge fiscale au sein de l aide sociale (voir la bonne pratique concernant la charge fiscale grevant les bas revenus). 4. Conclusion Pour prévenir les effets de seuil dans le segment de revenu donnant droit à l aide sociale, les règles de calcul à l entrée et à la sortie de l aide sociale doivent coïncider avec celles utilisées pour déterminer le montant de l allocation. Depuis l introduction des nouvelles normes de la CSIAS en 2005, l aide sociale met les allocataires au bénéfice d éléments à caractère incitatif (franchise sur le revenu et supplément d intégration). Mais dans de nombreux cantons, le calcul des besoins à l entrée et à la sortie ne tient pas compte de ces éléments, ce qui produit des inégalités de traitement, selon que le ménage a droit ou non à l aide sociale. Les ménages qui n ont juste pas droit à l aide sociale sont fortement pénalisés financièrement par rapport à ceux qui sont entrés à l aide sociale du fait qu ils percevaient un revenu du travail plus bas (à l origine). Pour prévenir les effets de seuil et les effets pervers sur l activité dans le segment de revenu donnant droit à l aide sociale, il faut aussi que l aide sociale soit coordonnée avec les impôts et d autres transferts sociaux avec lesquels elle interagit. Pour toute question: Franziska Ehrler, Responsable Secteur Etudes, courriel: Tél.: Pour compenser l alourdissement de la charge financière des bénéficiaires de l aide sociale, l exonération du minimum vital devrait être envisagée. 5

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie

Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Good practice: réduction individuelle des primes d assurance-maladie Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une

Plus en détail

Good practice: avance sur contributions d entretien

Good practice: avance sur contributions d entretien Good practice: avance sur contributions d entretien Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité. Une analyse des systèmes

Plus en détail

Good practice: tarifs parentaux pour l accueil extrafamilial des enfants

Good practice: tarifs parentaux pour l accueil extrafamilial des enfants Good practice: tarifs parentaux pour l accueil extrafamilial des enfants Extrait du rapport: Ehrler, Franziska, Caroline Knupfer et Yann Bochsler (2012) Effets de seuil et effets pervers sur l activité.

Plus en détail

Revenu déterminant unifié

Revenu déterminant unifié Revenu déterminant unifié Document de base de la CSIAS 1. Situation de départ L interconnexion étroite entre système fiscal et système de prestations sous condition de ressources représente un défi particulier

Plus en détail

Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel

Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel Incidences de l imposition des prestations d assistance sociale sur le revenu disponible libre à l exemple des cantons de Berne et de Neuchâtel Rapport final destiné à l Administration fédérale des contributions

Plus en détail

Le Revenu déterminant unifié (RDU)

Le Revenu déterminant unifié (RDU) Le Revenu déterminant unifié (RDU) Plus d égalité et d efficacité dans le traitement des demandes de prestations sociales cantonales. Qu est-ce que le Revenu déterminant unifié (RDU)? Le RDU est un montant

Plus en détail

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA)

15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) 15-1 LE REVENU DE SOLIDARITE ACTIVE (RSA) Le revenu de solidarité active (RSA), mis en place depuis le 1 er juin 29 en métropole, remplace les dispositifs de minima sociaux allocation de parent isolé (API)

Plus en détail

Simulations pour une optimisation de l évolution du revenu disponible à Genève

Simulations pour une optimisation de l évolution du revenu disponible à Genève Simulations pour une optimisation de l évolution du revenu disponible à Genève Elimination des effets de seuil inhérents à la conception actuelle de l aide sociale, des allocations sociales genevoises

Plus en détail

MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT DES PRIMES

MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT DES PRIMES Département des finances, des institutions et de la santé Service de la santé publique Departement für Finanzen, Institutionen und Gesundheit Dienststelle für Gesundheitswesen MODALITES DE SUBVENTIONNEMENT

Plus en détail

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001)

REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du 22 août 2001) 40.1 REGLEMENT D EXECUTION RELATIF A L OCTROI DE SUBSIDES DE DEPLACEMENT ET DE REPAS (Du août 001) I. DISPOSITIONS GENERALES Base légale Article premier.- Le présent règlement précise les modalités d exécution

Plus en détail

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise

Caisse cantonale genevoise de compensation. Assurance-maternité cantonale genevoise Caisse cantonale genevoise de compensation Assurance-maternité cantonale genevoise Etat au 1 er juillet 2001 Introduction L'assurance-maternité est une assurance perte de gain obligatoire dans le Canton

Plus en détail

La prévoyance en Suisse

La prévoyance en Suisse La prévoyance en Suisse 27 1 er pilier Montants de base des rentes AVS/AI 2010 Rente de vieillesse simple Montant minimum par an par mois Montant maximum par an par mois 13 680 1 140 27 360 2 280 Rente

Plus en détail

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22

Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Extrait de l étude Aide sociale, impôts et revenus en Suisse 1, Chapitre 1 Enjeux et méthodologie, pp. 15-22 Définition des cas types étudiés Afin de pouvoir analyser et comparer entre elles les particularités

Plus en détail

Barème C. Ainsi, sont soumis au barème C les contribuables imposés à la source, domiciliés en Suisse ou non et dont le conjoint perçoit des :

Barème C. Ainsi, sont soumis au barème C les contribuables imposés à la source, domiciliés en Suisse ou non et dont le conjoint perçoit des : Barème C Quand le barème C entre-t-il en vigueur? Dès le 1er janvier 2014. Qui est concerné par le barème C? Les couples mariés ou en partenariat enregistré, dont les deux conjoints vivent en ménage commun

Plus en détail

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE

PRÉVOYANCE VIEILLESSE THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE PRÉVOYANCE VIEILLESSE 1 THÉORIE RAIFFEISEN TRANSMISSION DE CONNAISSANCES DANS LE DOMAINE BANCAIRE RAIFFEISEN PRÉVOYANCE VIEILLESSE (ÉTAT 2015) PR É VOYA N C E V IE ILLE SS E 1.1 PRÉVOYANCE ÉTATIQUE 1 ER

Plus en détail

Dépenses PC en hausse 30.10.2015. Peter Gomm, Conseiller d Etat Congrès annuel ASPS du 28 octobre 2015. Prestations complémentaires à l AVS/AI

Dépenses PC en hausse 30.10.2015. Peter Gomm, Conseiller d Etat Congrès annuel ASPS du 28 octobre 2015. Prestations complémentaires à l AVS/AI Quels sont les intérêts des cantons dans la réforme des PC? La collectivité entre pression sur les budgets publics et responsabilité sociale envers la couverture du minimum vital. Peter Gomm, Conseiller

Plus en détail

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE

IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Zurich, le 8 janvier 2014 Dr. Regina Schwegler, Andrea Schultheiss IMPACT DE LA FISCALITÉ ET DES FRAIS DE GARDE DES ENFANTS SUR LE REVENU DISPONIBLE DES PARENTS EXERÇANT UNE ACTIVITÉ LUCRATIVE Sur mandat

Plus en détail

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS

VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS VIP-PLAN POUR DIRIGEANTS ET EMPLOYEURS ENGAGEMENT INDIVIDUEL DE PENSION 30.30.014/00 09/08 Vous êtes dirigeant d entreprise et vous souhaitez octroyer à vous-même ou un avantage extra-légal de pension

Plus en détail

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012

Belgique. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Belgique : le système de retraite en 2012 Belgique Belgique : le système de retraite en 212 Le régime de retraite comporte deux volets : un régime public lié à la rémunération prévoyant une retraite minimum d une part et un filet de protection

Plus en détail

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015

BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 20 octobre 2015 BRÈVE INFORMATION Secrétariat général de la CDIP, 2 octobre 215 Le concordat de la CDIP sur les bourses L octroi d allocations de formation est une tâche qui relève de la compétence des cantons. Avec le

Plus en détail

Secrétariat du Grand Conseil PL 10292-A

Secrétariat du Grand Conseil PL 10292-A Secrétariat du Grand Conseil PL 10292-A Date de dépôt : 23 septembre 2008 Rapport de la Commission des affaires sociales chargée d'étudier le projet de loi du Conseil d'etat modifiant la loi d'application

Plus en détail

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012

Suisse. Conditions d ouverture des droits. Calcul des prestations. Indicateurs essentiels. Suisse : le système de retraite en 2012 Suisse Suisse : le système de retraite en 212 Le système de retraite suisse comporte trois composantes.le régime public est lié à la rémunération, mais selon une formule progressive.il existe également

Plus en détail

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble»

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» IMPôTS LE REGIME PARTICULIER DES ASSISTANTS FAMILIAUX Siège Social sans permanence: 20

Plus en détail

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie

Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA. sur l économie Répercussions de la TVA et de certaines réformes de la TVA sur l économie par Frank Bodmer Economiste indépendant et chargé de cours, Université de Bâle Etude demandée par l Administration fédérale des

Plus en détail

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers

Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers. L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Commission parlementaire sur la réduction de l impôt des particuliers L indexation du régime d imposition et des transferts aux particuliers Octobre 1999 IMPACT DE LA NON-INDEXATION DU RÉGIME D IMPOSITION

Plus en détail

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT

EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT ECONEWS 6/2010 2 juin 2010 EVALUATION DES MESURES FISCALES ANNONCEES PAR LE GOUVERNEMENT Dans le cadre du présent Econews, la Chambre des salariés procède à une série de calculs sur l impact des mesures

Plus en détail

la hiérarchisation des prestations catégorielles (art. 4) le revenu déterminant unifié (articles 6 à 8)

la hiérarchisation des prestations catégorielles (art. 4) le revenu déterminant unifié (articles 6 à 8) LOI 000 de loi sur l harmonisation et la coordination de l octroi des prestations sociales et d aide à la formation et au logement cantonales vaudoises (LHPS) du 9 novembre 00 LE GRAND CONSEIL DU CANTON

Plus en détail

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS

14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS 14-1 LES RESTES A CHARGE DES FAMILLES POUR LA GARDE D UN ENFANT DE MOINS DE TROIS ANS La mise en place de la prestation d accueil du jeune enfant (PAJE) en 2004, et plus particulièrement la création du

Plus en détail

2.09 Etat au 1 er janvier 2013

2.09 Etat au 1 er janvier 2013 2.09 Etat au 1 er janvier 2013 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Régime social et fiscal des primes d intéressement

Régime social et fiscal des primes d intéressement Régime social et fiscal des primes d intéressement Les primes d intéressement constituent pour le salarié un complément de rémunération. Cependant, afin de favoriser la mise en place d un régime d intéressement

Plus en détail

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs

Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs Le financement des mandataires judiciaires à la protection des majeurs I- Le système de prélèvements La loi du 5 mars 2007 maintient le principe de subsidiarité du financement public. Ainsi, la personne

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements

Si vous avez réalisé des retraits sur votre PEA «classique», vous pourrez bénéficier d une nouvelle enveloppe fiscale pour de nouveaux versements Le PEA PME-ETI Création d un nouveau PEA-PME permettant d investir dans des PME et des ETI EN BREF Dispositif adopté par le Parlement dans le cadre de la Loi de finances pour 2014, le PEA «PME- ETI» est

Plus en détail

(IMPOTS) Texte n DGI 08/2011 NOTE COMMUNE N 6/3122

(IMPOTS) Texte n DGI 08/2011 NOTE COMMUNE N 6/3122 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS N 02/06/2011 DIFFUSION GENERALE Documents Administratifs 0.1.0.0.1.2. (IMPOTS) Texte n DGI 08/2011 NOTE COMMUNE N 6/3122 Objet : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études

Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études Version de consultation du 25 octobre 2007 Accord intercantonal sur l harmonisation des régimes de bourses d études du I. Dispositions générales A. Objectifs et principes Art. 1 But de l accord Le présent

Plus en détail

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009

Les déductions fiscales. Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 Les déductions fiscales Déclaration Déclaration d impôt d impôt 2009 2009 1 2 lois modifiées En 2007, le Grand Conseil s est prononcé en faveur des baisses fiscales inscrites dans : la Loi sur les impôts

Plus en détail

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements»

Les dépenses fiscales. Les dépenses fiscales et les «remboursements et dégrèvements» Les dépenses fiscales Les difficultés de définir la norme Les dépenses fiscales s analysent comme «des dispositions législatives ou réglementaires dont la mise en œuvre entraîne pour l Etat une perte de

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites

Les évolutions de pouvoir d achat des retraités depuis 1992 à partir des cas types du COR. Secrétariat général du Conseil d orientation des retraites CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document n 3 Document de travail, n engage pas le Conseil Les évolutions de pouvoir d

Plus en détail

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE

VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE VERS UNE NOUVELLE VISION NATIONALE Les occasions et les restrictions du Canada face au transport mondial des marchandises Rapport du Comité sénatorial permanent des transports et des communications Juin

Plus en détail

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation

ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation ANNEXES DE L ÉTUDE : Une ligne de conduite pour corriger la problématique des taux marginaux implicites de taxation Luc Godbout 2 Suzie St-Cerny Chaire de recherche en fiscalité et en finances publiques

Plus en détail

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement

Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement B Loi fédérale sur le changement du système d imposition de la propriété du logement Projet du L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu le message du Conseil fédéral du 28 février 2001 1, arrête:

Plus en détail

Système actuel d allocations familiales en lien avec des crédits d impôt

Système actuel d allocations familiales en lien avec des crédits d impôt Système actuel d allocations familiales en lien avec des crédits d impôt Rapport complémentaire au rapport «Passage du principe de l imposition selon la capacité économique subjective au principe de l

Plus en détail

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante

sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante Ordonnance du 14 décembre 2006 Entrée en vigueur : 01.01.2007 sur la déduction des frais professionnels des personnes exerçant une activité lucrative dépendante La Direction des finances Vu l article 27

Plus en détail

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN

LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN LES MESURES D INCITATIONS A L INVESTISSEMENT PRIVE EN REPUBLIQUE DU CAMEROUN EXTRAIT DE LA LOI N 2013/004 DU 11 AVRIL 2013 TITRE II CHAPITRE I DES INCITATIONS FISCALES ET DOUANIERES ARTICLE 5. Les incitations

Plus en détail

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble»

A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» A.N.A.M.A.A.F. ASSOCIATION NATIONALE ASSISTANTS MATERNELS ASSISTANTS/ACCUEILLANTS FAMILIAUX «Accueillons-Ensemble» IMPôTS LE REGIME PARTICULIER DES ASSISTANTS MATERNELS Siège Social sans permanence: 20

Plus en détail

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE

UNE DEMANDE DE RMI EN HAUSSE Une année mitigée En 2008, en Poitou-Charentes, le bilan social est mitigé. Le nombre d allocataires de l ASS et de l API décline. De même, le nombre de bénéficiaires de la CMUc est en retrait. Cela peut

Plus en détail

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable

Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 R E S U M E. Déduction des primes d assurance vie collectives de l assiette imposable BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/04/15 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/31 NOTE COMMUNE N 18/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

Les caractéristiques de votre projet

Les caractéristiques de votre projet Les caractéristiques de votre projet Cette simulation tient compte des dispositions légales (loi de finances 2011) et contractuelles en vigueur. Votre situation initiale REVENU, compte tenu de votre situation

Plus en détail

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante

Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Berne, août 2007 Un enfant, une allocation: De la nécessité d allocations familiales à l échelle suisse pour les personnes exerçant une activité indépendante Document de fond sur l initiative parlementaire

Plus en détail

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin

Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Gérants majoritaires des SARL : du nouveau pour le calcul du disponible Madelin Par GIE Factum Publié : 29 octobre 2009 Depuis plusieurs mois, les experts-comptables et les professionnels de l assurance

Plus en détail

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse

Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse Réponse à la consultation sur la réforme de la prévoyance vieillesse En tant que plus grande organisation spécialisée dans les prestations de services aux personnes âgées de Suisse, Pro Senectute prend

Plus en détail

Aide sociale, impôts et revenus en Suisse

Aide sociale, impôts et revenus en Suisse Aide sociale, impôts et revenus en Suisse Caroline Knupfer, CSIAS Natalie Pfister, CSIAS Oliver Bieri, Interface Berne et Lucerne, 2007 Sommaire 1. Enjeu et méthodologie 2. Eléments de budget dans l aide

Plus en détail

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance

Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Répartition intercantonale des bénéfices des compagnies d'assurance Circulaire du Comité du 23 juin 1999 1. Remarque préliminaire La présente circulaire remplace les circulaires 2.33 (du 14 août 1973),

Plus en détail

Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe

Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe Tout ce que vous devez savoir sur la nouvelle règlementation applicable à la stimulation externe Depuis le 1 er Novembre 2011, les sommes et avantages alloués à des salariés par des Tiers Financeurs sont

Plus en détail

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise

2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise 2.7. Les dépenses de protection sociale pendant la crise Les budgets européens ont été affectés par la crise aussi bien du point de vue des dépenses que des recettes de protection sociale. De fait, sur

Plus en détail

Convention sur les effets du divorce 1

Convention sur les effets du divorce 1 Convention sur les effets du divorce 1 entre (prénom, nom, date de naissance, rue, NPA, lieu) représenté(e) par (prénom, nom, rue, NPA, lieu) et (prénom, nom, date de naissance, rue, NPA, lieu) représenté(e)

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M.

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010. Époux M. Décision n 2010-44 QPC 29 septembre 2010 Époux M. Le Conseil constitutionnel a été saisi le 12 juillet 2010 par le Conseil d État d une question prioritaire de constitutionnalité (QPC) portant sur les

Plus en détail

SPP, ou plan d achat d actions

SPP, ou plan d achat d actions SPP, ou plan d achat d actions destiné aux salariés permanents du groupe Randstad France Au sein du Groupe Randstad, nous avons la conviction que notre personnel est notre atout le plus précieux. C est

Plus en détail

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014

CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 CORRIGE EXAMEN DU 9 DECEMBRE 2014 Sujet 1-6 points 1.1. Définir le coefficient de déduction et ses trois composantes - 1 point Le coefficient de déduction permet de déterminer pour chaque bien ou service

Plus en détail

Modifications au 1 er janvier 2015

Modifications au 1 er janvier 2015 1.2015 Généralités Modifications au 1 er janvier 2015 Etat au 1 er janvier 2015 1 En bref Le présent mémento vous renseigne sur les modifications entrant en vigueur le 1 er janvier 2015 dans le domaine

Plus en détail

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT

15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT 15.2. LES BÉNÉFICIAIRES DES AIDES AU LOGEMENT Les aides au logement (allocation de logement familiale (ALF), allocation de logement sociale (ALS) et aide personnalisée au logement (APL)) permettent de

Plus en détail

Séminaire évaluation des politiques sociales

Séminaire évaluation des politiques sociales Séminaire évaluation des politiques sociales TRAPPES À INACTIVITÉ --- DU RMI AU RSA LES ÉVALUATIONS AU COURS D UNE RÉFORME Du RMI au RSA : supprimer les trappes à inactivité 2 La problématique des trappes

Plus en détail

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE

RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE RESOLUTION ADOPTEE LE 14 JUIN 2003 CONGRES DE TOULOUSE 12/14 JUIN 2003 25 MESURES POUR REDUIRE LES INEGALITES DE SANTE Le système de santé est confronté à une crise d une gravité sans précédent, dont la

Plus en détail

Imposition à la source des artistes

Imposition à la source des artistes 1 Imposition à la source des artistes Notice explicative Table des matières 2 Introduction... 3 Personnes assujetties... 3 Prestations imposables... 4 Calcul de l impôt... 5 Détermination du revenu brut...

Plus en détail

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement

Le financement. les aides de la Caf pour le financement. Fiche 5. Fiche technique 5. L investissement les aides de la Caf pour le financement L investissement Depuis 2000, sept plans nationaux d investissement ont été mis en œuvre par la branche. Ils ont permis l ouverture de 66 438 places. Le dernier

Plus en détail

Société fiduciaire Lausanne

Société fiduciaire Lausanne Société fiduciaire Lausanne Centre Général Guisan, Pully Intervenants -2- Société fiduciaire Lausanne Imposition du couple et de la famille Sommaire Introduction Contexte et objectifs de la réforme Principes

Plus en détail

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer

Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Les bénéficiaires de l assurance vieillesse des parents au foyer Muriel Nicolas Florence Thibault CNAF Direction des Statistiques, des Études et de la Recherche. Département des Statistiques, des Prévisions

Plus en détail

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative

Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Le régime fiscal des Offices de Tourisme sous forme associative Afin de déterminer le régime fiscal d un Office de Tourisme constitué sous forme associative, il est nécessaire de distinguer les différentes

Plus en détail

UE 4 Droit fiscal Le programme

UE 4 Droit fiscal Le programme UE 4 Droit fiscal Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. Introduction générale au

Plus en détail

Fiche d information sur la politique de la santé

Fiche d information sur la politique de la santé Fiche d information sur la politique de la santé V. Questions et réponses concernant la compensation des risques dans l assurance-maladie Etat: juillet 2012 Chères lectrices, chers lecteurs, Dans l assurance

Plus en détail

Fédération Française de Karaté Service Juridique

Fédération Française de Karaté Service Juridique Fédération Française de Karaté Service Juridique NOTE D INFORMATION N 001 La ffrranchiise de cottiisattiion L assiietttte fforrffaiittaiirre Le rrembourrsementt de ffrraiis prroffessiionnells Le rrembourrsementt

Plus en détail

Questions-Réponses sur l application de l avenant du 27 mai 2014 modifiant les dispositions de l avenant du 17 mai 1988 relatif à la prime de crèche

Questions-Réponses sur l application de l avenant du 27 mai 2014 modifiant les dispositions de l avenant du 17 mai 1988 relatif à la prime de crèche Questions- sur l application de l avenant du 27 mai 2014 modifiant les dispositions de l avenant du 17 mai 1988 relatif à la prime de crèche 1. Conditions tenant au bénéficiaire Questions 1 La prime de

Plus en détail

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL)

Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Office national de sécurité sociale des administrations provinciales et locales (ONSSAPL) Statut social des gardien(ne)s d enfants 01 01 2009 Contenu A. Généralités... 1 B. Champs d application... 1 C.

Plus en détail

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015

DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ. Edition 2015 1 dddd 2 1. vous informe sur DÉCODEZ LA JOURNÉE DE SOLIDARITÉ Edition 2015 Votre salarié a l obligation de réaliser une journée de travail non rémunérée, dites «journée de solidarité». En contrepartie,

Plus en détail

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant

Accueil et modes de garde. Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013. J adopte un enfant Accueil et modes de garde Montants en vigueur du 1 er avril 2012 au 31 mars 2013 J adopte un enfant 1 2 J adopte ou j accueille un enfant en vue d adoption La prime à l adoption 4 J élève mon enfant L

Plus en détail

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015

- Loi de finances pour 2016. - Loi de finances rectificative pour 2015 Nouvelles mesures Plus d informations sur www.apce.com Loi de finances pour 2016 Loi n 20151785 du 29 décembre 2015, Journal officiel du 30 décembre 2015 Loi de finances rectificative pour 2015 Loi n 20151786

Plus en détail

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS

Seuil d accès à l aide sociale Résultats de l évaluation partielle. Theres Egger, bureau d'études de politique du travail et de politique sociale BASS Mise en œuvre des nouvelles normes CSIAS dans le canton de Berne: évaluation partielle concernant le seuil d accès à l aide sociale Conférence de presse du 11 mai 2006 Seuil d accès à l aide sociale Résultats

Plus en détail

Loi fédérale sur l assurance-maternité

Loi fédérale sur l assurance-maternité Délai référendaire: 9 avril 1999 Loi fédérale sur l assurance-maternité (LAMat) du 18 décembre 1998 L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l article 34 quinquies, 4 e alinéa, de la constitution;

Plus en détail

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations

1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations 2.09 Etat au 1 er janvier 2009 Statut des indépendants dans les assurances sociales suisses Généralités 1 Ce mémento fournit des informations sur les cotisations que doivent verser aux assurances sociales

Plus en détail

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003

Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 _ Circulaire AI n o 182 du 18 juillet 2003 Accords bilatéraux avec l UE et l'aele Avec le bulletin n 118 du 30 septembre 2002 et la circulaire AI n 176 du 13 mars 2003, des réponses ont été apportées à

Plus en détail

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages

.. Le complément de libre choix d activité 07.. Questions / Réponses.. 09.. Exemples chiffrés... 010. Sommaire. Pages Sommaire Pages.. Qu est-ce que la PAJE 02.. La prime à la naissance ou à l adoption 03.. L allocation de base 04.. Le complément de libre choix du mode de garde Vous en bénéficiez quels que soient vos

Plus en détail

Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014

Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014 Elus locaux : ce qu il faut faire dans la déclaration de revenus 2014 Les indemnités de fonction des élus locaux sont toutes imposables depuis 1992. Le régime fiscal de la retenue à la source est appliqué

Plus en détail

Note commune N 3 / 2014

Note commune N 3 / 2014 REPUBLIQUE TUNISIENNE MINISTERE DES FINANCES DIRECTION GENERALE DES ETUDES ET DE LA LEGISLATION FISCALES Note commune N 3 / 2014 Objet : Commentaire des dispositions de l article 77 de la loi n 2013-54

Plus en détail

- de la loi modifiée du 4 décembre 1967 concernant l'impôt sur le revenu;

- de la loi modifiée du 4 décembre 1967 concernant l'impôt sur le revenu; Circulaire du directeur des contributions L.I.R. n 154ter/1 du 10 août 2009 L.I.R. n 154ter/1 Objet : crédit d impôt monoparental Le crédit d impôt monoparental a été introduit sous l article 154ter dans

Plus en détail

Actualité fiscale / Novembre 2011

Actualité fiscale / Novembre 2011 Actualité fiscale / Novembre 2011 L année 2011 comporte un flot législatif important, ceci par quatre lois de finances rectificatives mais également le projet de loi de finance pour 2012 à venir. 1 e Loi

Plus en détail

Heures supplémentaires - Réduction des cotisations salariales et Exonération de l impôt sur le revenu

Heures supplémentaires - Réduction des cotisations salariales et Exonération de l impôt sur le revenu Note d'informations du 22 novembre 2007 Mise à jour le 15 janvier 2008 Heures supplémentaires - Réduction des cotisations salariales et Exonération de l impôt sur le revenu Références : - Loi n 2007-1223

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

> Guide 28 juillet 2008

> Guide 28 juillet 2008 > Guide 28 juillet 2008 Le travailleur frontalier Dans notre région frontalière, environ 5600 personnes résidant en Belgique traversent chaque jour la frontière pour venir travailler en France. Se pose

Plus en détail

Notice 2 Imposition des époux et de la famille

Notice 2 Imposition des époux et de la famille Notice 2 Imposition des époux et de la famille Valable pour la période fiscale 2015 Les dispositions applicables en matière de droit fiscal peuvent sensiblement différer selon la situation personnelle

Plus en détail

Impôts 2015. Enfants à charge. dans quel cas un enfant est-il à charge? que déclarer et comment?

Impôts 2015. Enfants à charge. dans quel cas un enfant est-il à charge? que déclarer et comment? Impôts 2015 Enfants à charge dans quel cas un enfant estil à charge? que déclarer et comment? Enfants à charge > Vous pouvez compter à charge vos enfants célibataires (ou ceux de votre conjoint ou de votre

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002

BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS. Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 BULLETIN OFFICIEL DES DOUANES ET DES IMPOTS DIFFUSION GENERALE N 2002/03/13 0.1.0.0.1.2. Documents Administratifs (IMPOTS) Texte n DGI 2002/24 NOTE COMMUNE N 11/2002 O B J E T : Commentaire des dispositions

Plus en détail

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL

VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL VILLE DE LA CHAUX-DE-FONDS RAPPORT DU CONSEIL COMMUNAL à l'appui de l arrêté d acceptation du barème cantonal de facturation pour l accueil en crèche et garderie (du 4 novembre 2002) AU CONSEIL GENERAL

Plus en détail

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS)

L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) EMPLOYEUR. JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Article 60, 7 1 L article 60 (Mise au travail par le C.P.A.S.) JEUNE (ou TOUTE PERSONNE EMARGEANT AU CPAS) Conditions tout ayant droit à l intégration sociale ; tout ayant droit à l aide sociale financière

Plus en détail

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 377 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 13 novembre 2012. PROPOSITION DE LOI relative à la création d un

Plus en détail

La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche. ondations. DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment?

La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche. ondations. DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment? La Fondation reconnue d utilité publique dans le domaine de la recherche ondations DÉVELOPPER LES FONDATIONS DE RECHERCHE pourquoi? comment? FISCALITÉ La loi n 2003-709 du 1 er août 2003 relative au mécénat,

Plus en détail

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015

Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 Modifications apportées au Règlement départemental d aide sociale aux personnes âgées et aux personnes handicapées. Décembre 2015 PREAMBULE LES PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L AIDE SOCIALE Le Règlement départemental

Plus en détail

Conditions Complémentaires d Assurance. Assurances de capitaux Règles propres à la prévoyance liée

Conditions Complémentaires d Assurance. Assurances de capitaux Règles propres à la prévoyance liée Conditions Complémentaires d Assurance Assurances de capitaux Règles propres à la prévoyance liée Table des matières I. Preneur de prévoyance et personne assurée... 2 II. Bénéficiaires (OPP3, art. 2)...

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015

Flash News. Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 www.pwc.lu/hrs Flash News Mesures de politique sociale et nouvel impôt pour les personnes physiques en 2015 24 mars 2015 Le 19 décembre dernier a été voté le premier volet des mesures retenues dans le

Plus en détail