175 rue Ludovic Boutleux, boîte postale 30820, Béthune cedex téléphone télécopie Octobre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "175 rue Ludovic Boutleux, boîte postale 30820, 62408 Béthune cedex téléphone 03 21 63 24 24 télécopie 03 21 63 24 42 www.vnf.fr Octobre 2011 2010"

Transcription

1 rapport financier 2010

2

3 édito Pour la deuxième année consécutive, VNF a bénéficié en 2010 de ressources exceptionnelles, grâce au Plan de relance, qui a abondé à nouveau de 50 M la subvention d équipement versée par l état, permettant de mobiliser des financements supplémentaires de la part des collectivités locales. Le montant des investissements a atteint un niveau jamais connu, à 185 M (hors Seine-Nord Europe), et les travaux ont été réalisés conformément aux prévisions grâce à une mobilisation exemplaire des équipes sur le terrain. La démonstration étant faite que VNF était en mesure de rehausser le niveau de ses réalisations, l établissement aborde les années à venir avec la perspective de situer durablement ses investissements au-delà de 200 M par an et de réaliser un programme d investissement de 840 M sur 4 ans ( ) qui doit permettre de développer et surtout de fiabiliser et de moderniser son réseau. Le budget 2011 confirme les engagements de l État, tels qu ils figurent dans le projet de Contrat d Objectifs et de Performance (COP) en cours de négociation avec l État. Les trafics ont connu en 2010 un niveau record, et le seuil de 8 Mds de t-km a été dépassé pour la 1 ère fois de l histoire de VNF - confirmant, s il le fallait, que le transport fluvial est redevenu en France un transport d avenir, prenant toute sa part dans l atteinte des objectifs du Grenelle de l Environnement. Les grands projets de développement du réseau (Seine-Nord Europe, mais aussi Bray-Nogent, Saône-Moselle. Saône-Rhin) acquièrent ainsi une légitimité croissante. Toutes les conditions sont réunies pour que VNF devienne, après 20 ans d existence, un gestionnaire d infrastructure adulte et de plein exercice, en pleine possession de ses moyens, et pour qu il porte son «projet pour la voie d eau», qui traduit pour le transport fluvial et les voies navigables une ambition nouvelle. Cette maturité se manifeste aussi dans les progrès réalisés sur plusieurs gros chantiers ayant un impact sur les comptes de l établissement : en 2010, VNF a achevé l inventaire du domaine qui lui a été confié à sa création en 1991, et a commencé l inscription dans ses comptes de l ensemble des biens immobiliers et fonciers confiés à l établissement et contrôlés par lui (plus de 2 Mds de valeur nette comptable immobilisée). Ce travail se poursuivra et s achèvera en 2011 avec la valorisation des ouvrages d infrastructure. Le bilan de VNF en est profondément modifié, mais reflète ainsi mieux la réalité économique de l établissement, qui gère et exploite ha. Le résultat net marque également une rupture, qui ne traduit aucunement une dégradation de la santé financière de l établissement. L amélioration de la qualité budgétaire et comptable de VNF se poursuit par ailleurs, avec le déploiement progressif du contrôle interne financier et comptable. Pascal Girardot Directeur général délégué en charge du secrétariat général VNF Rapport financier

4 Sommaire 1 2 Présentation DE VNF 6 Rapport de gestion Introduction Les recettes de fonctionnement Les dépenses de fonctionnement Les ressources d investissement Les dépenses d investissement Le canal Seine-Nord Europe 18 3 Documents de synthèse Compte de résultats Bilan Bilan fonctionnel Tableau de financement Tableau des soldes intermédiaires de gestion 27 4 VNF Rapport financier 2010

5 4 Annexe comptable Propos liminaires Faits caractéristiques, comparabilité des comptes, principes comptables et méthodes d évaluation Les comptes de capitaux Les provisions pour risques et charges Les immobilisations Stocks Comptes de tiers Les valeurs immobilières de placement Les comptes de charges Les comptes de produits Affectation du résultat Les engagements hors bilan 41 5 Rapport des commissaires aux comptes 42 VNF Rapport financier

6 1 présentation DE VNF

7 Dénomination et siège social Voies navigables de France - en abrégé «VNF» - Le siège social est situé au 175, rue Ludovic Boutleux Béthune - France Statut Voies navigables de France est un établissement public industriel et commercial créé par l article 124 de la loi de finances n pour 1991 en vue d assurer, dans la continuité de l ONN, l exploitation, l entretien, l amélioration et l extension des voies navigables qui lui ont été confiées par l État. Il assure également la gestion des dépendances et du domaine terrestre associé et veille à promouvoir l utilisation du réseau navigable qui lui est confié. Le fonctionnement de l établissement est fixé par le décret n du 26 décembre 1960 modifié le 16 décembre La gouvernance de l établissement a évolué, le directeur général étant désormais ordonnateur principal. Le conseil d administration a été renouvelé en VNF assure ses missions, sous la tutelle technique et politique du Ministère de l Écologie, du Développement Durable, des Transports et du Logement (MEDDTL) et sous la tutelle financière du Ministère du budget et des comptes publics. VNF est soumis au contrôle général économique et financier de l État. Instruction comptable L établissement applique les dispositions de l instruction M9-5 du 18 juillet 2002 portant réglementation budgétaire, financière et comptable des établissements publics nationaux à caractère industriel et commercial. Sont également appliquées les dispositions complémentaires successives, dont l instruction du 23 janvier 2006 ayant pour objet les nouveaux règlements concernant les actifs et les passifs. Comptes annuels Les comptes annuels de l exercice clos le 31 décembre 2010 sont élaborés et présentés conformément aux conventions comptables, dans le respect des principes de prudence, d indépendance des exercices, de permanence des méthodes comptables. L exercice a une durée de 12 mois, du 1 er janvier au 31 décembre. Comptes consolidés La loi n du 3 janvier et le décret du 17 février 1986 stipulent que les sociétés sont tenues d établir chaque année des comptes consolidés et un rapport sur la gestion du groupe, dès lors qu elles contrôlent de manière exclusive ou conjointe une ou plusieurs autres entreprises ou qu elles exercent une influence notable sur celles-ci. Voies navigables de France est concerné par la consolidation des comptes notamment en raison de l opération de valorisation du domaine public fluvial à la confluence du Rhône et de la Saône à Lyon. Les comptes consolidés font l objet d un rapport spécifique. Commissariat aux comptes VNF a nommé à compter de l exercice 2006 deux commissaires aux comptes et deux suppléants : Le cabinet In extenso Nord Audit, commissaire aux comptes titulaire (anciennement Constantin Nord) (Suppléant : M. Jean-Paul SEGURET) ; Le cabinet Grant Thornton, commissaire aux comptes titulaire (Suppléant: M. Didier HAZEBROUCK). VNF Rapport financier

8 65 % 2 rapport DE gestion

9 2.1 Introduction En 2010, VNF a participé à la mise en œuvre et finalisation du plan de relance de l économie ( ) qui a permis l accélération et l anticipation d investissements majeurs. L année 2010 intègre une variation de périmètre par rapport à 2009, à savoir la décentralisation des canaux de Bourgogne et Roubaix, qui impacte l ensemble des flux financiers de l établissement. L exercice 2010 dégage un résultat positif de 5,2 M contre un résultat de 39,7 M en (en M ) Variation Résultat d exploitation avant amortissements et provisions Résultat d exploitation après amortissements et provisions et retraitement des subventions virées au résultat 56,8 58,4 1,6 50,0 41,5 8,4 Résultat financier 0,1 0,7 0,8 Résultat exceptionnel après retraitement des subventions virées au résultat 44,6 2,5 42,1 Résultat net 5,2 39,7 34,5 La variation du résultat net entre 2009 et 2010 s explique principalement par les éléments exceptionnels suivants : - le débouclement des litiges avec les opérateurs de fibres optiques : 5 M - la sortie des actifs décentralisés (canaux de Bourgogne et Roubaix) : 27 M La capacité d autofinancement (CAF) La CAF 2010 ressort à 46,2 M, en baisse de 11,8 M par rapport à 2009, soit 20 %. La variation de la capacité d autofinancement trouve essentiellement son explication dans : - la diminution des recettes relatives à la taxe hydraulique : 4,8 M - le débouclement des litiges avec les opérateurs de fibres optiques : 5 M Le fonds de roulement Le fonds de roulement de l Etablissement ressort à fin 2010 à 79,5 M contre 82,8 M en 2009, soit une baisse de 4 %. VNF Rapport financier

10 2 rapport de gestion Chiffres clés (En M ) Variation Recettes de fonctionnement Péages 13,2 12,3 7,9 % Taxes hydrauliques 124,6 129,4 3,7 % Redevances domaniales 25,8 26,0 22,9 % Autres recettes 8,0 10,8 26,7 % Sous total hors SNE 171,7 178,5 3,8 % Projet SNE 5,2 4,3 21,4 % Total (1) 176,9 182,8 3,2 % Dépenses de fonctionnement Infrastructure et environnement 67,2 69,9 3,8 % Développement 7,1 7,0 1,6 % Fonctionnement de VNF 51,1 43,6 17,2 % Sous total hors SNE 125,5 120,5 4,1 % Projet SNE 5,2 4,3 21,4 % Total (2) 130,7 124,8 4,7 % Ressources d'investissement Capacité d'autofinancement (1)-(2) 46,2 58,0 20,3 % Contribution État 93,1 101,4 8,2 % Autres financements 38,3 37,8 1,4 % Autres recettes 9,1 6,3 44,3 % Sous total hors SNE 186,7 203,5 8,3 % Projet SNE 41,7 34,4 21,4 % Total (3) 228,5 237,9 4,0 % Dépenses d'investissement Infrastructure et environnement 185,2 178,1 4,0 % Développement 4,8 7,8 38,1 % Fonctionnement de VNF 6,3 8,2 22,4 % Sous total hors SNE 196,4 194,0 1,2 % Projet SNE 35,3 36,4 3,1 % Total (4) 231,7 230,4 0,5 % Apport ou prélèvement sur fonds de roulement (3)-(4) -3,2 7,5 143,1 % Fonds de roulement en fin d'exercice 79,5 82,8 3,9 % 2.2 Les recettes de fonctionnement Les recettes de fonctionnement (hors mission Seine-Nord Europe) s élèvent pour l exercice 2010 à 171,7 M contre 178,5 M en 2009 et se ventilent de la façon suivante : (En M ) Variation Péages 13,2 12,3 7,9 % Taxes hydrauliques 124,6 129,4 3,7 % Redevances domaniales 25,8 26,0 1,0 % Autres recettes 8,0 10,8 25,9 % Total 171,7 178,5 3,8 % 10 VNF Rapport financier 2010

11 Les péages En 2010, les recettes de péages ressortent à 13,2 M, elles étaient de 12,3 M en Les péages marchandises (8,3 M ) Les péages marchandises sont perçus sur toutes les opérations de transport de marchandises empruntant le réseau VNF qu elles soient de transport public ou de transport privé. En 2010, le trafic fluvial a enregistré une augmentation de son activé de 8,6 % avec 8,06 milliards de tonnes- kilomètres. Certaines filières affichent en effet des performances en forte progression comme les minerais et déchets pour la métallurgie (+48,6 %), les produits métallurgiques (+31,1 %) ou encore les produits pétroliers (+19,5 %). Dans cet environnement, les péages marchandises ressortent à 8,3 M contre 7,6 M en Aucune évolution tarifaire n a été appliquée en Les péages plaisance (4,9 M ) Les péages plaisance sont acquittés sur tous les bateaux de plus de 5 m de long ou dotés d un moteur de plus de 9,9 CV. La recette enregistrée par l établissement pour 2010 s élève à 4.9 M (particuliers 2,2 M, professionnels 2,7 M ) en hausse de 6 % par rapport à La taxe hydraulique Les recettes liées à la taxe hydraulique (TH) s établissent pour l exercice 2010 à 124,6 M, soit une contraction de 3,7 % par rapport à l exercice 2009 (129,4 M ). Cette baisse s explique par les modifications de périmètre et l application du décret «froid» aux usages industriels et eaux publiques. (En M ) Variation EDF 94,4 90,6 3,7 Usage eaux publiques 15,3 19,7 4,3 Usage industriel 13,9 17,8 3,9 Usage hydro-électrique 0,5 0,8 0,3 Usage agricole 0,5 0,5 0,0 Total 124,6 129,4 4,7 EDF 75,7 % Usage eaux publiques 12,3 % Usage industriel 11,2 % Usage hydro-électrique 0,4 % Usage agricole 0,4 % Les redevances domaniales Les redevances domaniales sont d abord issues des protocoles nationaux avec les opérateurs téléphoniques et de réseaux électriques. Elles sont également composées des redevances de bateaux stationnaires, des manifestations nautiques, des occupations de bâtiments et de terrains bord à voie d eau. Sur 2010, ces redevances ressortent à 25,8 M contre 26,0 M en Le repli de l indice Insee du coût de la construction appliqué en 2010 (2 e trimestre N-1) est de 4,10 %. Les autres recettes Les autres recettes d exploitation s établissent à 8 M contre 10,8 M en VNF Rapport financier

12 2 rapport de gestion 2.3 Les dépenses de fonctionnement infrastructure et environnement Sur 2010, ces dépenses s élèvent à 67,2 M contre 69,9 M en 2009, soit une diminution de 2,7 M. (En M ) Variation Exploitation et fonctionnement courant 21,4 22,7 6,0 % Dragages et sondages 17,9 17,1 4,8 % Travaux d'entretien 18,2 18,4 0,8 % Hygiène et sécurité 3,0 3,2 3,9 % Autres 6,8 8,6 21,1 % Total 67,2 69,9 3,8 % À périmètre constant (hors la Bourgogne décentralisée), ces dépenses restent stables. Le poste «Autres» comprend : les dépenses relatives au programme environnement pour 1,3 M (1,1 M en 2009) les subventions versées par VNF, qui s élèvent à 3 M contre 4,2 M en 2009, et qui portent pour l essentiel sur des actions liées au contrat de plan entre l État et la région Nord- Pas-de-Calais (relèvement de ponts réalisés par d autres MOA que VNF, à savoir Réseau Ferré de France et les conseils généraux). développement Ces dépenses couvrent principalement trois grands programmes : le transport (4,8 M ) ; le patrimoine, domaine et aménagement (2,0 M ) ; le tourisme (0,3 M ) ; soit un total en 2010 de 7,1 M, stable par rapport à Le transport Les principales réalisations 2010 se ventilent de la façon suivante : ce qui a permis à la profession de déposer ses demandes mais les travaux n ont été réalisés qu à partir de Les embranchements fluviaux En 2010, 13 nouvelles conventions ont été signées. Celles-ci ont permis la contractualisation de 2,4 M de tonnes-kilomètres supplémentaires sur une durée moyenne de 5 ans. Le patrimoine Ce programme se compose de différentes opérations (la valorisation et l inventaire du domaine, les frais de gestion de ports, les frais de concessions et autres actions). Sur 2010, ces dépenses s élèvent à 2,0 M, contre 2,6 M en plan d aide à la modernisation : 1,5 M ; embranchements fluviaux : 1,1 M ; EPF (Entreprendre pour le Fluvial) : 1,1 M ; Le plan d aide à la modernisation Le plan d aide à la modernisation a connu une montée en puissance en terme de mises en paiement des subventions en Cet accroissement des paiements s explique par le fait que le plan a démarré officiellement en octobre 2008, RÉPartition DES FILIÈRES AYANT BÉNÉFICIÉ D UNE SUBVENTION n Matériaux de construction 30 % n Produits chimiques 14 % n Produits agricoles 14 % n Produits métallurgiques 7 % n Produits manufacturés, machines, véhicules (conteneurs) 7 % n Combustibles ou matériaux solides 7 % n Filières diverses 21 % 12 VNF Rapport financier 2010

13 Fonctionnement de VNF (Frais de personnel et moyens généraux) Les principaux postes (hors la Mission seine-nord Europe) sont : (en M ) Variation Salaires et charges sociales 20,5 18,7 9,5 % Fonctionnement général 18,8 17,3 8,7 % Informatique 1,4 1,7 14,4 % Maisons éclusières 0,8 0,9 3,6 % Communication 2,2 1,5 40,3 % Juridique 1,0 1,3 22,5 % Autres dépenses 6,4 2,3 N/A Total 51,1 43,6 17,2 % VNF dispose de personnels en propre en nombre limité (le plafond pour 2010 était fixé à 372 ETP). La progression de la masse salariale est due pour l essentiel à l augmentation de ces ETP (364 ETP moyen en 2010 contre 344 en 2009), rendue nécessaire par l augmentation de l activité et les nouvelles missions confiées à l établissement. Afin de permettre à l établissement de remplir les missions qui lui sont confiées, l État met à disposition la majeure partie de ses services chargés de la navigation, ce qui représente au 31 décembre 2010 environ agents répartis sur l ensemble du territoire. Afin de répondre à un gain de productivité dans l exploitation du réseau fluvial, l État a fixé l objectif d une diminution de 2 % par an de ces emplois. Depuis 2009 ces baisses concernent également l établissement public sur ses personnels propres (-3 ETP en 2010). Les autres dépenses enregistrent un certain nombre de dépenses liées à des reclassements comptables. 2.4 Les ressources d investissement En 2010, le montant total des ressources d investissement (hors SNE) s élève à 186,7 M, contre 203,5 M en 2009, soit une diminution de 16,8 M. Ces ressources d investissement se décomposent en : la capacité d autofinancement qui résulte de l écart entre les recettes et les dépenses de fonctionnement, hors opérations d ordre. Avec 46,2 M, elle se contracte de 11,8 M par rapport à l exercice 2009 ; l a contribution de l État est de 43,1 M (51,4 M en 2009). Cette contribution a été abondée d une enveloppe «plan de relance» de 50 M sur l exercice, identique à 2009 ; les autres financements, essentiellement en provenance des collectivités territoriales, sont stables et s élèvent à 38,4 M (37,8 M en 2009), ils sont directement proportionnels à la réalisation des dépenses d investissement ; les autres recettes pour 9,1 M enregistrent les produits de cessions d actifs de la filiale Rhône-Saône Développement SAS (5,5 M ), ainsi que 2,8 M de régularisation comptable. VNF Rapport financier

14 2 rapport de gestion 2.5 les dépenses d investissement infrastructure et environnement Le report modal du trafic marchandises vers le fluvial suppose de lourds investissements de régénération, de sécurisation et d adaptation des voies d eau afin de garantir les capacités et niveaux de service nécessaires et tout particulièrement sur le réseau à grand gabarit. Les investissements de 2010, portés par les ressources supplémentaires apportées par le plan de relance et en cohérence avec les enjeux des itinéraires, ont atteint 185,2 M, en progression de 7,1 M par rapport à Programme Sécurité (30,7 M ) Le programme «sécurité» correspond à la priorité principale des différents contrats d objectifs et vise au respect des normes de sécurité vis-àvis des personnels, usagers et riverains de la voie d eau. Afin d atteindre un niveau satisfaisant de sécurité et de disponibilité du réseau, il reste indispensable de prolonger la politique mise en œuvre depuis le précédent contrat d objectifs et de moyens qui porte sur plusieurs ouvrages de la voie d eau (barrages, tunnels, digues) sur l ensemble du réseau. Digues (16 M ) Hors plan de relance, les interventions ont porté principalement sur les digues critiques du canal de Saint-Quentin (et notamment sur le bief de Banteux), le canal du Rhône au Rhin (branche sud), les canaux de Champagne (Aisne à la Marne, latéral à la Marne, latéral à l Aisne, Oise à l Aisne). Des travaux de moindre importance ont également été lancés sur le canal de la Marne au Rhin Est (Digue de Gondrexange, bief 27, bief de partage ). Ces travaux correspondent aux priorités identifiées dans les besoins de remise en état du projet de VNF. Au titre du plan de relance, les travaux les plus significatifs ont été réalisés sur la digue de Monampteuil, le bief de Montambert sur le canal de Roanne à Digoin et la Meuse à proximité de Verdun. Equipements de sécurité et d accessibilité des ouvrages (11,2 M ) Il s agit de travaux de réalisation de postes de stationnement (Saône) de mise en sécurité des plateformes d écluses (bollards, échelles de sas, bouées, éclairage, garde-corps) sur l ensemble du réseau et notamment sur les sites automatisés, ainsi qu au titre du plan de relance sur la Moselle et le canal des Deux-Mers, de remise à niveau du balisage et de la signalisation (Saône, réseau du Nord-Est...) comprenant la mise en place d échelles inversées de mesure de hauteur libre sous les ponts au titre du PRE. Ce programme est la poursuite des engagements pris en 2008 par l établissement auprès des usagers. Tunnels et barrages réservoirs (3,5 M ) En matière de tunnels, l effort a porté essentiellement sur la mise en sécurité structurelle des tunnels de Mauvages et de Balesmes, et sur l achèvement de l installation d un câble rayonnant de télécommunication au souterrain de Ruyaulcourt en conformité avec la règlementation. Concernant les barrages réservoirs, des interventions ponctuelles ont été réalisées sur les ouvrages (Bouzey) et les rigoles d alimentation. La mise en conformité des ouvrages hydrauliques rendue obligatoire par les évolutions réglementaires en matière de sécurité a nécessité le lancement de premières études (Pont, Chazilly, La Mouche, Bourdon, Tuilerie, Grand- Rue ) pour lesquelles les travaux sont programmés sur les prochains exercices. Programme Environnement (4,6 M ) Il s agit notamment de l achèvement des travaux de passes à poissons de la Seine (site Notre-Dame de la Garenne réalisé grâce au plan de relance) mais également de l équipement du réseau en dispositifs de mesure de prélèvements et rejets. D autres interventions de moindre importance ont été mises en œuvre sur la Loire pour accompagner le programme de relèvement de la ligne d eau d étiage (programme cofinancé), et des études ont été menées pour la lutte contre le chancre coloré, champignon qui décime les platanes du canal des Deux Mers. Le programme d investissements (abattage, stabilisation de berges, replantation d un site classé Unesco) en lien avec cette invasion devrait peser lourdement sur les budgets futurs de VNF. Programme Régénération/ remise en état du réseau principal à grand gabarit (62,7 M ) Ce poste a constitué l essentiel de l intervention de l établissement en 2010 sur un réseau de km qui est la priorité de l établissement pour assurer le développement du transport fluvial. Ecluses (19 M ) La majeure partie des interventions hors plan de relance s est effectuée sur la Seine à l amont de Paris (plus de 7 M ), ainsi que sur la Seine aval (3,8 M ) et notamment sur les écluses d Amfreville, ou sur le réseau du Nord-Pas-de-Calais et le canal du Nord (3 M environ notamment aux écluses de Fontinettes, Don, Grand Carré, Flandres ou sur le canal du Nord). Les écluses de la Moselle ont, quant à elles, bénéficié d interventions à hauteur de 2 M grâce au plan de relance (vantaux et organes de manœuvre en particulier). Barrages (33 M ) Les interventions hors plan de relance correspondent à l achèvement des barrages de Verberie et Sarron sur 14 VNF Rapport financier 2010

15 l Oise, et à quelques interventions de maintenance lourde sur la Moselle (remplacement de treuils et de chaines Galle aux barrages de Pompey, Uckange, Koenigsmacker notamment). On peut citer également le comblement des fosses à l aval du barrage de Dracé sur la Saône. Au titre du plan de relance en revanche, les interventions ont été significatives, puisque le budget consacré depuis 2009 a permis le lancement d opérations de reconstruction des barrages de Boran et Venette sur l Oise, aujourd hui achevées, mais également la poursuite des travaux de reconstruction du barrage de Chatou qui se poursuivront au-delà de l année Le plan de relance a permis également le lancement et l accélération d opérations de fiabilisation des barrages de la Moselle notamment au site d Argancy, et de mener les études de rénovation du barrage du Liégeot. Berges (10,1 M ) L essentiel de l effort a porté sur la remise en état des berges du réseau à grand gabarit du Nord-Pas de Calais, tant au titre du plan de relance qu hors plan de relance (canal d Aire, Colme, Deûle, dérivation de la Scarpe dans la traversée de Douai) afin de répondre aux problématiques de dégradations déjà recensées et pour permettre la fiabilisation des ouvrages en prévision de l accroissement de trafic découlant de la mise en service de Seine-Escaut. Etudes (0,6 M ) Il s agit d études amont et pré-opérationnelles, non liées à des travaux préidentifiés. On peut citer l engagement de l étude prospective de devenir du réseau du Nord-Pas de Calais, comprenant l évaluation de la faisabilité et de la pertinence socio-économique de l accroissement de la hauteur libre sous les ponts à 7 m, ou la poursuite des études d itinéraires (Seine-Amont, notamment, en voie d achèvement). Programme Régénération/ remise en état du réseau magistral à petit gabarit (12,9 M ) Concernant les écluses (6 M ) on relèvera les interventions prévues au CPER Bourgogne sur les ouvrages de l Yonne à proximité de la plateforme de Gron (1,3 M - Vinneuf, Villeperot, Saint-Bond) ou les travaux de génie civil et de remplacement de portes sur le réseau de Champagne (Aisne à la Marne, Oise à l Aisne, Saint-Quentin) et sur le réseau à petit gabarit du Nord- Est (canal des Vosges en particulier). Au titre des interventions sur les berges (5 M ), les principales interventions ont porté sur les travaux de fiabilisation de l infrastructure du canal de la Marne au Rhin Est en accompagnement du projet de développement de transports de matériaux liés à la réalisation de la ligne ferroviaire à grande vitesse LGV Est. Un montant de 1,6 M a été consacré aux barrages, l essentiel de ce montant (1 M ) a été consacré à la restauration du barrage d Armentières sur la Lys. Le montant consacré aux pontscanaux (0,3 M ) a permis de réaliser des diagnostics sur les ouvrages du réseau du Nord-Est. Programme Régénération/ remise en état du réseau régional (8,5 M ) Les principales interventions ont concerné le linéaire (berges et chenal) pour 5 M, principalement pour l opération de rétablissement du mouillage de canal de Lens (1,9 M ) opération très fortement cofinancée (l établissement n ayant à supporter que 12 % des investissements correspondants) permettant le développement d un trafic en provenance de la région de Lens (Nexans). Parallèlement, des interventions ont été entreprises sur le canal latéral à la Loire dans le Cher dans le cadre du projet «Loire à Vélo» du département, qui prend en charge l intégralité des dépenses correspondantes (0,4 M ). En ce qui concerne les écluses et portes de garde (2,3 M ), les interventions de changement de portes ont concerné pour l essentiel le canal des Deux Mers ; on signalera à ce titre la finalisation des travaux sur les portes de garde du pont-canal des Herbettes. En matière d ouvrages servant à la gestion hydraulique, 0,6 M ont été investis essentiellement sur le canal des Deux-Mers (aqueducs et rigoles). Au titre des études, (0,4 M ) on peut signaler la réflexion menée sur le canal des Deux Mers pour la définition d équipements types sur le canal du Midi et le latéral à la Garonne. Programme Opérations de développement (24,3 M ) Ces opérations correspondent à des améliorations de gabarit et de capacité d emport des voies et portent quasi exclusivement sur le réseau à grand gabarit. Au titre du plan de relance, plus de 4 M ont été consacrés aux travaux d accroissement du gabarit du canal du Rhône à Sète sur la ligne droite de Carnon. Les travaux sont en cours et se poursuivront en 2011 et Hors plan de relance, les interventions de relèvement des ponts du Nord- Pas-de-Calais se sont poursuivies permettant notamment l inauguration du pont de la RD209 reconstruit à 7 m, en accompagnement des études et travaux d accroissement du gabarit notamment sur l Escaut (biefs de Trith et Bruay) ou la Deûle au nord de Lille. Sur l Oise, parallèlement aux études de mise au gabarit européen de la section Compiègne-Creil, les travaux de rétablissement du mouillage se sont poursuivis sur la section Creil- Conflans. Sur la Seine à l amont de Paris, les études préparatoires au débat public pour l accroissement capacitaire de la section fluviale entre Bray et Nogent-sur-Seine ont significativement avancé, permettant une saisine de la commission du débat public au mois de janvier 2011 et la nomination d une commission particulière du débat public en mars Enfin, sur le canal du Rhône à Sète, en accompagnement des travaux réalisés sur la ligne droite de Carnon au titre du plan de relance, la zone de croisement des Aresquiers a été réalisée. VNF Rapport financier

16 2 rapport de gestion Programme Modernisation des méthodes d exploitation (30,3 M ) Les opérations de remise en état des barrages à manœuvre manuelle représentent la majeure partie de cette enveloppe (17,5 M ). Elles ont porté sur la reconstruction des barrages du Coudray sur la Seine amont (9 M, l opération se poursuit en 2011), d Auxonne et de Gray sur la Saône (5 M ), mais ont également permis la poursuite des études préparatoires aux reconstructions futures notamment sur l Yonne où une étude globale est engagée, ou en préparation du partenariat public-privé pour la reconstruction des barrages de l Aisne et de la Meuse. L automatisation et la mécanisation des écluses sur le petit gabarit (11,7 M ) ont notamment permis la poursuite des programmes engagés sur le réseau du Nord-Est (automatisation du canal des Vosges, du CMR Ouest et remplacement des anciens automates Saxby par des automates communicants, 3 M ), du canal du Rhône au Rhin Branche Sud (2,4 M ), du canal entre Champagne et Bourgogne (1,3 M ), du canal des Deux-Mers (1,3 M ) mais également d engager les travaux préparatoires à l automatisation des écluses du Loing. Enfin, au titre de la téléconduite sur le grand gabarit, ont été notamment engagés les travaux de centralisation de commandes d ouvrages (barrages et écluses) sur la Seine Amont, le canal de la Marne ou la Moselle canalisée (1 M ). Programme Equipements (5,4 M ) Il a couvert au titre du plan de relance les interventions de diagnostic de bâtiments ainsi que l acquisition de matériels et logiciels informatiques. Hors plan de relance, il a permis l achèvement de la construction du centre d exploitation du bief de Niffer, l installation de locaux techniques au Polder d Erstein, la remise en état du centre d exploitation de Saint-Gilles et l acquisition d un hangar et son aménagement pour accueillir le centre d exploitation de Saint-Quentin. Programme Matériels d exploitation (5,9 M ) L essentiel de cette enveloppe a été consacré aux matériels flottants (3,8 M ) et notamment à l acquisition d une vedette bathymétrique pour le réseau du Nord-Est, et à la construction de 4 pontons multifonctions affectés au secteur de Valenciennes, au réseau du Nord-Est, à la direction interrégionale de Strasbourg pour des interventions sur le Canal de la Marne au Rhin Est y compris sur ses sections gérées par la direction interrégionale du Nord- Est et à l arrondissement Seine Amont de la direction du bassin de la Seine. Un effort important ayant été réalisé en 2009 sur le renouvellement du parc de véhicules légers grâce au plan de relance, les moyens consacrés sur le matériel roulant ont donc été sensiblement orientés en 2010 sur les engins (1,5 M ). Les réalisations de l année 2010 (En M ) 2010 % Sécurité 30,7 16,6 % Environnement 4,6 2,5 % Restauration Grand gabarit 62,7 33,9 % Restauration réseau connexe 12,9 7,0 % Restauration réseau secondaire 8,5 4,6 % Développement 24,3 13,1 % Modernisation des méthodes d'exploitation 30,3 16,4 % Equipements 5,4 2,9 % Matériels et engins 5,9 3,2 % Total (en M ) 185,2 16 VNF Rapport financier 2010

17 développement Les opérations de développement pour 2010 ressortent à 4,8 M contre 7,8 M en Elles comprennent les opérations de développement proprement dites, ainsi que les opérations de valorisation immobilière menées par Rhône-Saône Développement SAS. Les opérations de développement (3,2 M ) Le poste «développement» en investissement, stable par rapport à 2009, se répartit de la façon suivante : remise en état du patrimoine bâti : 0,7 M ; aménagement des sites d accostage : 1,1 M ; services aux usagers : 0,7 M ; sites touristiques : 0,3 M ; autres dépenses : 0,4 M. Le programme «remise en état du patrimoine bâti» concerne essentiellement les maisons éclusières en convention d occupation temporaire (642 maisons au 31 décembre 2010). Le programme «aménagement des sites d accostage» se compose de l ensemble des travaux sur les zones d attente aux écluses, les garages à bateaux principalement sur le bassin de la Seine et environs, ainsi que les sites destinés à accueillir les bateauxlogements. Les opérations immobilières (1,6 M ) Le domaine confié par l État à Voies navigables de France recèle un potentiel de valorisation important. Audelà de la mise en œuvre des autorisations et conventions d occupation du domaine public, de nouveaux dispositifs pour accroître les recettes de l établissement nécessaires à l accomplissement de ses missions ont été mis en œuvre. La reconversion de Port Rambaud à Lyon, ancienne zone portuaire dont VNF assure le contrôle et la gestion, permet d expérimenter une démarche nouvelle de valorisation du patrimoine confié. Cette démarche vise à expérimenter sur ce site un processus de valorisation mobilisant l effet de levier financier de l investissement immobilier. La valeur de ce foncier repose sur sa capacité à accueillir un programme immobilier d envergure et doit conduire à une valorisation de ce patrimoine de trois à cinq fois supérieure à celle permise par une gestion «classique». Afin de développer un savoir-faire spécifique et maîtrisé, VNF et la Caisse des Dépôts et Consignations (CDC) ont constitué une filiale commune de valorisation, Rhône-Saône Développement SAS (RSD) au capital d un million d euros détenu à hauteur de 60 % par VNF. Chaque projet de valorisation est réalisé avec la création d une structure de portage de type SCI associant la CDC et dans laquelle VNF apporte le foncier. Dans les comptes de l établissement, ces opérations se traduisent par : des opérations d investissement (démolition, remise en état des grues, ancrage des tirants ) sous maîtrise d ouvrage RSD. l apport et/ou cessions de terrains en contrepartie de titres de participations de SCI. Sur l exercice 2010, l aménagement de la Confluence à Lyon s est poursuivi et s est traduit dans les comptes de l établissement par l apport d une parcelle de terrain pour le «Polygone confluence» pour 1,6 M en échange de titres de participation. Fonctionnement de VNF (Moyens généraux) En 2010, les investissements liés aux moyens généraux de VNF se sont élevés à 6,3 M, en diminution de 1,8 M par rapport à Ils se composent principalement d investissements réalisés par les directions territoriales sur les maisons éclusières pour les besoins des services de la navigation, ainsi que d investissements informatiques. VNF gère sur le plan national un parc bâti d environ maisons éclusières. Les différentes études et enquêtes menées sur l état de ce patrimoine démontrent que les besoins en travaux restent très importants, et très supérieurs aux prévisions budgétaires définies dans le précédent contrat d objectifs et de moyens , tant du point de vue de la structure clos/couvert des bâtiments, de leur conformité en matière d assainissement vis-àvis de la loi sur l eau que de la réglementation thermique. En moyenne, l établissement investit chaque année environ 1,8 M pour la remise à niveau de ce patrimoine. VNF Rapport financier

18 2 rapport de gestion 2.6 Le canal seine-nord Europe Le projet Le projet Seine-Nord Europe a pour objectif de relier d ici à 2017, par une voie fluviale à grand gabarit, le bassin parisien et le Nord-Pas-de-Calais ; il constitue le maillon français du projet de liaison fluviale Seine-Escaut, un des projets prioritaires des réseaux transeuropéens de transports, mettant en relation le bassin de la Seine et le système fluvial du Nord-Ouest de l Europe. Les grands ports maritimes de Rouen, Le Havre, Dunkerque, Zeebrugge, Anvers et Rotterdam seront ainsi reliés. D une longueur de 106 km, depuis Janville (nord de Compiègne) jusqu au canal Dunkerque-Escaut, il traversera les départements de l Oise, de la Somme, du Pas-de-Calais et du Nord. Le canal Seine-Nord Europe sera une liaison fluviale à grand gabarit permettant la circulation de convois allant jusqu à tonnes. Dans le cadre du Grenelle de l environnement, ce projet a été identifié comme un des projets majeurs pour le report modal et le développement du territoire. Il sera réalisé dans le cadre d un partenariat public-privé. Avancement du projet Le décret portant déclaration d utilité publique des travaux de réalisation du canal Seine-Nord Europe a été publié au Journal Officiel le 15 septembre Une décision européenne de financement a été prise le 16 décembre L Avis d appel public à la concurrence a été lancé le 3 avril 2009 et deux groupement ont remis des candidatures le 15 juin (Bouygues Travaux publics et Vinci Concessions). Le dossier de consultation des entreprises a été finalisé courant Un certain nombre de travaux préparatoires ont été conduits en 2010, avec notamment les diagnostics et fouilles archéologiques, les acquisitions foncières et les déplacements de réseaux (gaz et électricité). A l issue du dialogue compétitif, les travaux de construction seront conduits de 2012 à 2017 date de mise en service du canal. 18 VNF Rapport financier 2010

19 3 DOCUMENTS DE synthèse 2010

20 3 Documents de Synthèse 3.1 Compte de résultat COMPTE DE RÉSULTAT - charges (En Me) Charges Variation Charges d exploitation Achats de marchandises Variation de stock Achats de matières premières et autres approvisionnements Variation de stock Autres achats 22,4 22,1 1,5 % Charges externes 66,8 65,7 1,7 % Impôts/taxes 2,9 2,4 19,3 % Salaires et traitements 15,4 14,0 10,0 % Charges sociales 8,1 7,1 14,6 % Dotation aux amortissements sur immobilisations 52,5 48,0 9,5 % Dotation aux provisions sur immobilisations Dotation aux provisions sur actif circulant 2,2 6,8 67,5 % Dotation aux provisions pour risques et charges 1,0 1,4 27,5 % Autres charges 8,6 11,4 24,7 % TOTAL I - charges d'exploitation 179,9 178,8 0,6 % Charges financières Quote-part de résultat sur opération en commun Charges financières Dotation aux amortissements et provisions financières 0,5 0,1 N/A Intérêts et charges assimilées Différence négative de change Charges nettes sur cession de VMP TOTAL II - charges financières 0,5 0,1 N/A Charges exceptionnelles sur opérations de gestion 23,5 16,5 42,5 % sur opérations en capital 106,8 6,5 N/A Dotation exceptionnelle aux amortissements et aux provisions 8,7 2,7 229,0 % TOTAL III - charges exceptionnelles 139,1 25,6 442,6 % Participation des salariés aux résultats Impôts sur les bénéfices - IV Total des charges (I + II + III + IV) 319,5 204,5 56,2 % Solde créditeur = Excédent 5,2 39,7 86,9 % TOTAL GENERAL 324,7 244,2 33,0 % 20 VNF Rapport financier 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010

COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010 F D C N FDC COMPTES ANNUELS CONSOLIDATION DU 01/07/2009 au 30 Juin 2010. ACTIF. PASSIF. RESULTAT 2 BILAN ACTIF CONSOLIDATION durée de l'exercice 12 mois Brut Am.& Prov. ACTIF IMMOBILISE Immobilisations

Plus en détail

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4

ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 409 ANNEXE N 13 : Bilan et compte de résultat M4 Les tableaux suivants présentent les éléments nécessaires à la confection des documents de synthèse figurant au compte de gestion. Ils permettent d associer

Plus en détail

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont

La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont La société mère : Rapport de gestion exercice clos le 31 décembre 2010 (dont résultats et autres renseignements caractéristiques de la société au cours des cinq derniers exercices) La société mère : Comptes

Plus en détail

Documents de synthèse Regroupements

Documents de synthèse Regroupements Documents de synthèse Regroupements Pré-requis : o Connaitre les documents de synthèse (bilan et tableau de résultat) selon les trois systèmes : Système de base, Système abrégé, Système développé. Objectif

Plus en détail

Le tableau de financement

Le tableau de financement 1 ORGANISATION COMPTABLE Le tableau de financement Par Abderraouf YAICH Très souvent, le chef d entreprise s étonne des évolutions disconcordantes de ses résultats qui enregistrent une augmentation de

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES INTERMEDIAIRES RESUMES AU 30 JUIN 2014 1 SOMMAIRE ÉTATS DE SYNTHESE 1. Etat résumé de la situation financière consolidée 2. Etats résumés du résultat net et des gains et pertes

Plus en détail

DOSSIER DE GESTION. Sommaire

DOSSIER DE GESTION. Sommaire 102 Allée de Barcelone 31000 TOULOUSE Forme juridique : ENTREPRISE INDIVIDUELLE Régime fiscal : R. Simplifié Date exercice : 01/07/2012 au 30/06/2013-12 DOSSIER DE GESTION Sommaire Présentation de l'exploitation

Plus en détail

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS

FONDATION D ENTREPRISE CHANEL. 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS FONDATION D ENTREPRISE CHANEL 135 Avenue Charles de Gaulle 92200 NEUILLY SUR SEINE COMPTES ANNUELS Exercice du 18 juin 2011 au 31 décembre 2012 SOMMAIRE COMPTES ANNUELS ANNEXE 6 1. Faits caractéristiques

Plus en détail

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier.

Dossier Financier. La première partie décrit les hypothèses de fonctionnement retenues que ce soit d un point de vue organisationnel ou financier. Dossier Financier Ce dossier complète notre dossier économique en apportant un éclairage financier sur notre projet. Il s appuie sur l organisation que nous avons mise en place et sur l expérience de démarrage

Plus en détail

COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation de l'ain

COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation de l'ain COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation de l'ain 13 ROUTE DE SEILLON 01000 BOURG EN BRESSE Bilan Association Présenté en Euros Période du 01/09/2013 au 31/08/2014 édité le 27/10/2014 COMITE DEPARTEMENTAL d'equitation

Plus en détail

Etats Comptables et Fiscaux

Etats Comptables et Fiscaux adps 18 bis rue de bruxelles 75009 paris Etats Comptables et Fiscaux 31/12/2014 Téléphone : Etats Financiers Bilan Actif adps Edition du 17/03/15 RUBRIQUES BRUT Amortissements Net (N) Net (N-1) 31/12/2014

Plus en détail

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée)

C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) C IV 3 Les documents de synthèse (présentation simplifiée) Voici les documents de synthèse conformes au Plan Comptable Général. Pour les rendre accessibles, nous n en avons reproduit que les lignes rencontrées

Plus en détail

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014

GROUPE NSE INDUSTRIES. Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 GROUPE NSE INDUSTRIES Comptes intermédiaires consolidés Période du 1 er janvier au 30 juin 2014 BILAN (en milliers d euros) ACTIF Note 30/06/14 30/06/13 Ecarts d'acquisition 1 3 872 3 972 Immobilisations

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013

COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 COMPTES CONSOLIDÉS Exercice clos le 31 décembre 2013 1, cours Xavier Arnozan 33000 BORDEAUX BILAN ACTIF 31/12/2013 31/12/2012 Brut Amort.dépréciat. Net Net Capital souscrit non appelé ACTIF IMMOBILISE

Plus en détail

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT

BILAN ET COMPTE DE RESULTAT 3 PLACE ARNOLD BILAN ET COMPTE DE RESULTAT - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat C.D. 63 B.P. 4 67116 STRASBOURG-REICHSTETT 03 88

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Optimisez la gestion financière de votre association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône Alpes) Les associations vivent et se développent dans un contexte

Plus en détail

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900

-12 Résultat net de l'exercice (excédent ou déficit Poste Résultat des l'exercice (excédent) 12000 Poste Résultat de l'exercice (déficit) 12900 -10 Fonds associatifs et réserves Poste Fonds associatifs sans droit de reprise 102000 Poste Valeur du patrimoine intégré 102100 Poste Fonds statutaires (à déclarer en fonction des statuts) 102200 Poste

Plus en détail

BILAN ACTIF 9 090.00 34 704.56 34 704.56 9 090.00 70 000.00 53.97 70 053.97 9 090.00 104 758.53

BILAN ACTIF 9 090.00 34 704.56 34 704.56 9 090.00 70 000.00 53.97 70 053.97 9 090.00 104 758.53 BILAN ACTIF ACTIF Eercice N Eercice N-1 20/06/2013 12 20/06/2012 11 Brut Amortissements et Provisions Net Net Ecart N / N-1 Euros % IMMOBILISATIONS INCORPORELLES Frais d'établissement Frais de recherche

Plus en détail

Résultats annuels 2013 en forte croissance

Résultats annuels 2013 en forte croissance Communiqué de presse - Clichy, 25 mars 2014, 18h Résultats annuels 2013 en forte croissance Chiffre d affaires en hausse de 5,3% à 420,7 M Résultat opérationnel en hausse de 31,7% à 43,4 M Résultat net

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PERIODE DU 1 ER AVRIL AU 31 DECEMBRE 2004-1 - COMPTE DE RÉSULTAT CONSOLIDÉ Période du 1 er avril au 31 décembre 2004 2003 2003 Exercice clos le Notes Pro forma 31 mars 2004

Plus en détail

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013

COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 185 T AVENUE DE FABRON CZ MR GAUTHIER BERNARD COMPTES ANNUELS du 01/01/2013 au 31/12/2013 - Bilan actif-passif - Compte de résultat - Détail des comptes bilan actif passif - Détail compte de résultat Le

Plus en détail

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes?

Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Comprendre les flux financiers Gérer sa trésorerie Quels financements courts termes? Yves MARTIN-CHAVE Conseil financier ymc@innovatech.fr 06 27 28 53 34 innovatech-conseil.com Innovatech Conseil Les documents

Plus en détail

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE

UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------- Le Conseil des Ministres PLAN COMPTABLE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES T - UEMOA - I - PRESENTATION DU PLAN COMPTABLE I.1 - Les classes

Plus en détail

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut

A. Bilan. B. Compte de résultat. Comptes sociaux au 31 décembre 2013. ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut Comptes sociaux au 31 décembre 2013 A. Bilan ACTIF (en milliers d euros) Notes Brut 2013 Amort. et dépréc. Immobilisations incorporelles 3-4 21 280 1 926 19 354 19 071 Immobilisations corporelles 3-4 7

Plus en détail

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général

C V 1 Extrait du Plan Comptable Général C.V Extrait du Plan Comptable Général C V 1 Extrait du Plan Comptable Général Sont reproduits les seuls comptes détaillés dans ce cours ou ceux qui nous semblent compréhensibles. Les comptes spécifiques

Plus en détail

Dossier Financier 2015

Dossier Financier 2015 COMITE DEPARTEMENTAL HANDBALL YVELINES Dossier Financier 2015 La France, Une terre de handball Siège : 7 passage Paul Langevin, 78370 Plaisir Tél : 01 30 54 09 60 Fax : 01 34 81 19 52 Site internet : www.comite78-handball.org

Plus en détail

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT

THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT UFR SCIENCES PHARMACEUTIQUES ET BIOLOGIQUES COURS DE GESTION ANNEE SCOLAIRE 2013-2014 INTERVENANT : Isabelle Kei Boguinard THEME 4 : LA PHASE DE VERIFICATION ET DE REGROUPEMENT SENS ET PORTEE DE L ETUDE

Plus en détail

Plan comptable des associations et fondations

Plan comptable des associations et fondations Plan comptable des associations et fondations Classe 1 - Comptes de capitaux Classe 2 Comptes d immobilisations Classe 3 Comptes de stocks Classe 4 Comptes de tiers Classe 5 Comptes financiers Classe 6

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER SOMMAIRE

RAPPORT FINANCIER SOMMAIRE RAPPORT FINANCIER COMITE REGIONAL OLYMPIQUE ET SPORTIF MAISON DES SPORTS 44 RUE ROMAIN ROLLAND BP 90 312 44103 NANTES CEDEX 4 Exercice du 01/01/2014 au 31/12/2014 Les montants figurant sur ces documents

Plus en détail

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé

Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé Loi1901.com présente : Le PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS détaillé (Prenant en compte les nouvelles dispositions du règlement N 99-01 du 16 février 1999 relatif aux modalités d établissement des comptes

Plus en détail

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES

GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX FONCTIONNEMENT DES COMPTES DIVISIONNAIRES COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE GUIDE DIDACTIQUE DU PLAN COMPTABLE DE L ETAT CEMAC TOME 2 RELATIF AUX DES COMPTES DIVISIONNAIRES Directive n 03/11-UEAC-195-CM-22 relative au plan

Plus en détail

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES -

ANNEXE - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Page : 1 - REGLES ET METHODES COMPTABLES - Permanence des méthodes Changements de méthode : Les engagemetns de retraite sont comptabilisés, désormais, en incluant les charges sociales. La régularisation

Plus en détail

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013

états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 états FINANCIERS ARRêTéS AU 31 DéCEMBRE 2013 SOCIETE DE GESTION DES PARTICIPATIONS DE L ETAT TOURISME & HOTELLERIE ENTREPRISE DE GESTION HOTELIERE CHAINE EL AURASSI SOCIETE PAR ACTIONS AU CAPITAL DE 1.500.000.000

Plus en détail

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group

Excellente performance au premier semestre 2011 pour Sopra Group Communiqué de Presse Contacts Relations Investisseurs : Kathleen Clark Bracco +33 (0)1 40 67 29 61 kbraccoclark@sopragroup.com Relations Presse : Virginie Legoupil +33 (0)1 40 67 29 41 vlegoupil@sopragroup.com

Plus en détail

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart

Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Audit financier & budgétaire de la Ville de Clamart Ville de Clamart PARTENAIRES Finances Locales Avril 2015 Ville de Clamart 1 Présentation de PARTENAIRES Finances Locales PARTENAIRES Finances Locales

Plus en détail

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014

CdC du Pays bellêmois Conseil 25-02-15 Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL. Compte Administratif 2014 BUDGET GÉNÉRAL Compte Administratif 2014 SECTION DE FONCTIONNEMENT DEPENSES CA 2013 CA 2014 Alloué Réalisé Alloué Réalisé 011 Charges à caractère général 445 615 424 289,55 448 291 411 184,65 012 Charges

Plus en détail

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications

C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Paris, le 14 février 2014 8h Information réglementée C e g e r e a l - R é s u l t a t s a n n u e l s 2013 : Une année de consolidation et de certifications Indicateurs clés : Loyers IFRS à 43,3 M (+12,1%)

Plus en détail

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13

ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS. Données consolidées. Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014. Page 1 sur 13 ETATS FINANCIERS SEMESTRIELS Données consolidées Du 1 er Janvier 2014 au 30 Juin 2014 Page 1 sur 13 SOMMAIRE 1. Principes et méthodes de consolidation 2. Evénements significatifs postérieurs à la clôture

Plus en détail

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER

NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER NOMENCLATURE COMPTABLE POUR LE PARTICULIER REMARQUES PRELIMINAIRES Les ménages n ont pas d obligation de tenir une comptabilité. En revanche, d une part, certaines situations liées à un état de dépendance

Plus en détail

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse

Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Synthèse // Réflexion // Une entreprise/un homme // Références Les tableaux de flux de trésorerie en règles françaises et internationales : essai de synthèse Particulièrement utiles pour évaluer la capacité

Plus en détail

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3)

-Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) -Règles et méthodes comptables - (Décret n 83-1020 du 29-11-1983 - articles 7, 21, 24 début, 24-1, 24-2 et 24-3) ANNEXE AU BILAN ET AU COMPTE DE RESULTAT Les conventions générales comptables ont été appliquées,

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014

COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 COMPTES CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2014 ca-des-savoie.fr Arrêtés par le Conseil d administration du Crédit Agricole des Savoie en date du 23 janvier 2015 soumis à l approbation de l Assemblée Générale Ordinaire

Plus en détail

ASSOCIATION F.N.A.S.S.

ASSOCIATION F.N.A.S.S. Comptes annuels ASSOCIATION F.N.A.S.S. 12 RUE DE CAMBRAI - CS80011 59046 LILLE CÉDEX Exercice clos le 31 décembre 2013 SIRET : 783 713 688 00084 ASSOCIATION F.N.A.S.S. Exercice clos le 31 décembre 2013

Plus en détail

Plan comptable marocain www.lacompta.org

Plan comptable marocain www.lacompta.org Plan comptable marocain www.lacompta.org Comptabilité pour étudiants et professionnels Raccourcies : cliquez sur un compte pour afficher ses sous comptes CLASSE 1 : COMPTES DE FINANCEMENT PERMANENT 11

Plus en détail

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion

Pérennisation de l entreprise. Participation au contrôle de gestion btsag.com 1/15 26/09/2011 Pérennisation de l entreprise Auteur : C. Terrier; mailto:webmaster@btsag.com ; http://www.btsag.com Utilisation: Reproduction libre pour des formateurs dans un cadre pédagogique

Plus en détail

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010

EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 1 EURASIA GROUPE Comptes consolidés au 31 décembre 2010 S O M M A I R E COMPTES CONSOLIDES Bilan consolidé...4 Compte de résultat consolidé...6 Tableau de flux de trésorerie consolidé...7 NOTES ANNEXES

Plus en détail

Comptes Consolidés 30/06/2014

Comptes Consolidés 30/06/2014 Comptes Consolidés 30/06/2014 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21%

Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Communiqué de presse Saint-Denis, le 12 mai 2015 Résultats financiers du 1 er trimestre 2015 Numericable-SFR retrouve le chemin de la croissance avec un EBITDA en hausse de 21% Leader sur le marché de

Plus en détail

Définitions des principaux concepts

Définitions des principaux concepts Définitions des principaux concepts Achats de marchandises : achats de marchandises destinées à être revendues en l état. Achats de matières premières : achats de produits incorporés aux constructions.

Plus en détail

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013

GROUPE. Comptes consolidés. Au 31décembre 2013 GROUPE Comptes consolidés Au 31décembre 2013 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET METHODES DE

Plus en détail

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants :

BILAN FONCTIONNEL. Pour répondre au mieux à cette préoccupation, nous étudierons les points suivants : BILAN FONCTIONNEL Avoir une activité, générer des résultats, nécessite des moyens de production que l'on évalue en étudiant la structure de l'entreprise. L'étude de la structure financière va permettre

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL RCP 2011

RAPPORT ANNUEL RCP 2011 RAPPORT ANNUEL RCP 2011 Remboursement du congé de paternité Caisse des Dépôts - Direction des retraites et de la solidarité rue du vergne - 33059 Bordeaux cedex 05 56 11 41 23 www.cdc.retraites.fr RETRAITES

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Comptes Consolidés 31/12/2013

Comptes Consolidés 31/12/2013 Comptes Consolidés 31/12/2013 Table des matières BILAN... 2 COMPTE DE RESULTAT... 3 NOTE ANNEXE AUX COMPTES CONSOLIDES... 4 Note 1 - Faits marquants de la période et évènements post clôture... 4 Note 2

Plus en détail

MAISON DE QUARTIER DES CHAMPS ELYSEES

MAISON DE QUARTIER DES CHAMPS ELYSEES DES CHAMPS ELYSEES Place Troisdorf 91000 EVRY Comptes Annuels au : 31 décembre 2014 SIRET : 32631653600019 Action Expertise - SECE - Société d'expertise Comptable et de Conseils aux Entreprises 110, boulevard

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional

Rapport pour la commission permanente du conseil régional Rapport pour la commission permanente du conseil régional OCTOBRE 2010 Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france SOUTIEN REGIONAL EN FAVEUR DE LA LUTTE CONTRE

Plus en détail

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014

Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier. Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Commune de Bourcefranc-le- Chapus: Audit financier Conseil Municipal du 22 juillet 2014 Eléments de cadrage de la situation financière de la Commune de Bourcefranc-le- Chapus Les soldes intermédiaires

Plus en détail

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL

ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL ANALAYSE FINANCIERE 1] BILAN FONCTIONNEL Il donne une vision plus économique, il présente la manière dont les emplois sont financés par les ressources. Il permet de mieux comprendre le fonctionnement de

Plus en détail

Rapport semestriel sur les comptes consolidés

Rapport semestriel sur les comptes consolidés Rapport semestriel sur les comptes consolidés www.concoursmania.com 1 Référentiel comptable, modalités de consolidation, méthode et règles d évaluation 1.1. Principes comptables En vue d apporter une information

Plus en détail

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2

Sommaire. Weborama Rapport financier du premier semestre 2007 2 Rapport financier du premier semestre 2007 Sommaire 1. Commentaires sur l activité de la période... p. 3 2. Rapport des Commissaires aux comptes... p. 5 3. Comptes consolidés au 30 juin 2007... p. 9 Weborama

Plus en détail

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT

- 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT - 03 - TABLEAU DE FINANCEMENT - APPROFONDISSEMENT Objectif(s) : o Approfondissement du tableau de financement : Pré-requis : variation du Fonds de Roulement Net Global (F.R.N.G.) ; variation du Besoin

Plus en détail

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78)

ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) 1 ARRETE n 1CM du 4 janvier 2001 relatif au plan comptable notarial de Polynésie française. (JOPF du 11 janvier 2001, n 2, p. 78) Le Président du gouvernement de la Polynésie française, Sur le rapport

Plus en détail

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT

CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS 1.1. COMPTE 50 VALEURS MOBILIERES DE PLACEMENT 5 CLASSE 5 COMPTES FINANCIERS Les comptes financiers enregistrent les mouvements de valeurs en espèces, chèques, ainsi que les opérations faites avec le Trésor, les banques et les établissements financiers.

Plus en détail

COMPTES CONSOLIDES 2011

COMPTES CONSOLIDES 2011 COMPTES CONSOLIDES 2011 Les chiffres clés 2011 Développement Patrimoine au 31/12/2011 Livraisons 2011 En cours de construction 2011 Projets en étude au 31/12/2011 59 904 logements 1 198 logements 2 054

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT.

ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. ANALYSE FINANCIERE DE LA COMMUNE D ITANCOURT. -=-=-=- L étude porte sur la situation à la clôture de l exercice 2 (se reporter au compte administratif de 2). Il n est pas tenu compte du budget annexe du

Plus en détail

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION

Annexe A : Tableau des SOLDES INTERMÉDIAIRES DE GESTION FINANCE D ENTREPRISE DCG - Session 2008 Corrigé indicatif DOSSIER 1 - DIAGNOSTIC FINANCIER Première partie : Les outils du diagnostic financier proposés dans cette étude 1. Calculer les soldes intermédiaires

Plus en détail

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE

LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE 1 LE PLAN COMPTABLE LUXEMBOURGEOIS : VERSION ABREGEE CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10. Capitaux propres 106. Réserves 107. Capital 108. Compte de l'exploitant

Plus en détail

Comptes de tiers (Classe 4)

Comptes de tiers (Classe 4) Comptes de tiers (Classe 4) Les comptes de tiers, notamment le compte 40 «Fournisseurs et comptes rattachés» et le compte 41 «Clients et comptes rattachés», peuvent être subdivisés pour identifier : les

Plus en détail

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants :

PREPARATION DES COMPTES ANNUELS. Contrôler et justifier le solde des comptes suivants : 1 http://www.boutique.afnor.org/livre/la-comptabilite-en-pratique-des-ecritures-comptables-a-l-interpretation-des-comptes-annuels/article/674901/fa092236 PREPARATION DES COMPTES ANNUELS Contrôler et justifier

Plus en détail

GROUPE TXCOM 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON

GROUPE TXCOM 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON Tel : 33 (0)1 30 83 91 70 Fax : 33 (0)1 30 83 91 71 7, rue du Parc de Clagny 78000 Versailles FRANCE 10 AV DESCARTES ZI DU PETIT CLAMART 92350 LE PLESSIS ROBINSON COMPTES CONSOLIDES Arrêté au 30 juin 2012

Plus en détail

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS

GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS GROUPE EDF RAPPORT ANNUEL 2005 ÉTATS FINANCIERS 3 États financiers Comptes consolidés au 31 décembre 2005 5 Rapport des Commissaires aux comptes 111 Comptes individuels d Électricité de France résumés

Plus en détail

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES SOMMAIRE DES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES Bilan Compte de résultat Tableau des flux de trésorerie Variation des capitaux propres Annexe aux comptes consolidés 1 Transition aux normes IFRS 2 Principes et

Plus en détail

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic

Fiche. Le diagnostic financier. 1 Introduction. 2 Le contexte du diagnostic. A Les objectifs du diagnostic financier. B Les préalables du diagnostic Le diagnostic financier Fiche 1 1 Introduction Le diagnostic financier permet d évaluer le potentiel de l entité. Il peut se faire en différentes occasions (achat d entreprise, placements, demande d emprunt,

Plus en détail

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux

- - Créances sur les établissements de crédit et. chèques postaux BILAN AU 31 DÉCEMBRE 2005 ACTIF DEC 2005 DEC 2004 PASSIF DEC 2005 DEC 2004 Valeurs en caisse,banques centrales, Trésor public, Banques centrales, Trésor public, Servicesdes 197 427 113 253 Service des

Plus en détail

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32

NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 NORME COMPTABLE RELATIVE A LA PRESENTATION DES ETATS FINANCIERS DES ASSOCIATIONS AUTORISEES A ACCORDER DES MICRO-CREDITS NC 32 OBJECTIF 01. La norme comptable NC 01 - "Norme comptable générale" définit

Plus en détail

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2011 1

Comptes Consolidés Logic Instrument au 31 décembre 2011 1 GROUPE Comptes consolidés Au 31 décembre 2011 1 SOMMAIRE SOMMAIRE... 2 BILAN CONSOLIDE... 3 COMPTE DE RESULTAT... 4 TABLEAU DES FLUX DE TRESORERIE... 5 PRINCIPES ET METHODES... 6 PRINCIPES ET MÉTHODES

Plus en détail

GESTION FINANCIERE ET COMPTABLE DES OFFICES DE TOURISME EN EPIC 4 ET 5 FEVRIER 2010 1 . LE FONCTIONNEMENT D UN ETABLISSEMENT PUBLIC A CARACTERE INDUSTRIEL ET COMMERCIAL 2 DEUX MODES DE GESTION COMPTABLE

Plus en détail

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable

Sommaire. PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Sommaire PARTIE 1 Les principes fondamentaux de la modélisation comptable Thème 1 Les notions de patrimoine et d activité de l entreprise 15 1 Bilan de départ simplifié 15 2 Bilans successifs et détermination

Plus en détail

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS

SOCIÉTÉ DU PARC JEAN-DRAPEAU ÉTATS FINANCIERS ÉTATS FINANCIERS AU 31 DÉCEMBRE 2013 ÉTATS FINANCIERS TABLE DES MATIÈRES RAPPORT DE L AUDITEUR INDÉPENDANT 3 et 4 ÉTATS FINANCIERS État de la situation financière 5 État des résultats 6 État de la variation

Plus en détail

2014 CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10 : FONDS ASSOCIATIFS ET RESERVES

2014 CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10 : FONDS ASSOCIATIFS ET RESERVES Liste des comptes du plan de référence spécifique à Eglise Evangélique Luthérienne de France (Inspection de Paris) pour l'année 2014 CLASSE 1 : COMPTES DE CAPITAUX 10 : FONDS ASSOCIATIFS ET RESERVES 1021

Plus en détail

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable;

2. La définition du chiffre d affaires prévisionnel, traduisant par secteur, l estimation du volume d activité raisonnablement réalisable; Le plan financier (Pacioli N 87) 1. Le Tableau de financement Le tableau de financement est un outil conçu spécialement pour assurer l équilibre "besoins-ressources" de l entreprise pour une politique

Plus en détail

Les résultats du premier semestre 2007 sont encore totalement affectés par la situation stratégique antérieure et les charges du passé.

Les résultats du premier semestre 2007 sont encore totalement affectés par la situation stratégique antérieure et les charges du passé. De Rouck Geomatics poursuit la mise en œuvre de son plan de réorientation stratégique. Les résultats du premier semestre sont encore affectés par la situation stratégique antérieure. Au cours du premier

Plus en détail

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE

SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE SITUATION FINANCIÈRE DE L ASSURANCE CHÔMAGE pour l année 2014 Janvier 2014 1/12 Situation financière de l Assurance chômage pour l année 2014 14 janvier 2014 Cette note présente la prévision de la situation

Plus en détail

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA

ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA ANALYSE FINANCIÈRE ET COMPTABILITÉ DE GESTION DUT - GEA Sommaire Partie 1 : Analyse des documents de synthèse Cours 1 - Soldes Intermédiaires de Gestion... 3 Cas 1-1 : Marie (SIG sans retraitement)...

Plus en détail

Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013

Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013 ASSOCIATION «GRANDE TRAVERSEE DES ALPES» Association Loi 1901 Siège social : 6 rue Clôt-Bey 38000 GRENOBLE Cedex Rapport du Commissaire aux Comptes sur les comptes annuels clos le 31 décembre 2013 3 Avenue

Plus en détail

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013

Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Dossier prévisionnel Prévisionnel de Développement de Janvier 2011 à Décembre 2013 Société TEST 24 cours de la brocante BP 45 44100 NANTES Tel : 0240256767 Fax : 0240789029 Email : infos@test-sa.fr Monsieur

Plus en détail

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES

ETATS FINANCIERS CONSOLIDES ETATS FINANCIERS CONSOLIDES 31 DECEMBRE 2002 BILANS CONSOLIDES Avant répartition ACTIF Note au 31 décembre au 31 décembre au 31 décembre en millions d'euros 2002 2001 2000 Immobilisations incorporelles

Plus en détail

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie

Le besoin en fonds de roulement (BFR) et la trésorerie Mois AAAA Mois décembre AAAA 2009 mise à jour décembre 2010 Préambule Les associations du secteur social et médico-social qui gèrent un ou plusieurs établissements ou services et proposent des prestations

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17

TABLE DES MATIÈRES. I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1 Histoire, définition et rôle de la comptabilité... 17 I. La comptabilité : une invention ancienne toujours en évolution... 17 A. Les origines antiques de la comptabilité...

Plus en détail

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière

REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière REGLES D IMPUTATION DES DEPENSES Fiche de gestion financière Ce document a pour objet de décrire l ensemble des règles d imputation des dépenses et de préciser les biens pouvant être considérés comme des

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M

Chiffre d affaires 2014 pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Communiqué de presse Chiffre d affaires pro forma : 3 370,1 M Résultat Net Part du Groupe pro forma : 92,8 M Paris, le 19 mars 2015 Le Conseil d administration du Groupe Sopra Steria, réuni le 17 mars

Plus en détail

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%>

Rapport pour la commission permanente du conseil régional <%moiscx%> Rapport pour la commission permanente du conseil régional Présenté par Jean-Paul Huchon Président du conseil régional d'ile-de-france LA POLITIQUE REGIONALE POUR LES PERSONNES EN SITUION DE

Plus en détail

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009

Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Communiqué annuel de BSB sur l exercice 2009 Louvain-la-Neuve, le 18 mars 2010, 18h00 Information réglementée 1. CROISSANCE ET INVESTISSEMENTS Nous clôturons 2009 de manière contrastée. Tout d abord, les

Plus en détail

Le financement de long terme des projets du secteur public local

Le financement de long terme des projets du secteur public local Le financement de long terme des projets du secteur public local 2 3 1. Les missions du fonds d épargne Les missions du fonds d épargne Au sein de la Caisse des Dépôts, le fonds d épargne a pour missions

Plus en détail

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010

ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE (2005-2009) SICTOBA. Mai 2010 ANALYSE FINANCIERE RETROSPECTIVE () SICTOBA Mai 2010 Pascal HEYMES Stratorial Finances Agence de Montpellier 2, rue des Arbousiers 34070 MONTPELLIER Tél. : 04 99 61 47 05 - Fax : 04 99 61 47 09 www.stratorial-finances.fr

Plus en détail

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal

- En fonction de sa nature chaque opération sera enregistrée dans un compte. - Les documents de synthèse : le livre journal RAPPELS : La comptabilité permet : - d enregistrer les entrées et sorties d argent - d informer les adhérents du club et ses partenaires (institutionnels et autres) - de contrôler et de prouver - de prévoir.

Plus en détail

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes

PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes PLAN COMPTABLE DES ASSOCIATIONS Nomenclature des comptes Ce Plan Comptable des Associations est extrait du Plan Comptable Général 1999 et il intègre les nouveaux comptes issus de l'arrêté du 8avril 1999

Plus en détail

LE BILAN FONCTIONNEL

LE BILAN FONCTIONNEL LE BILAN FONCTIONNEL Le bilan fonctionne est établi à partir du bilan comptable avant affectation du résultat. Il est un outil d'analyse de l'entreprise. 1. LES OBJECTIFS DE L ANALYSE FONCTIONNELLE DU

Plus en détail