Term S. La procréation. DOSSIER 6 - Sommaire : Enseignement obligatoire. Ac-Poitiers

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Term S. La procréation. DOSSIER 6 - Sommaire : Enseignement obligatoire. Ac-Poitiers"

Transcription

1 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 1 Ac-Poitiers Term S Enseignement obligatoire La testostérone permet le maintien des caractères sexuels secondaires chez l homme, la prise d androgènes chez la femme modifie de manière irréversible ses caractères sexuels secondaires. D après SVT Term S, éditions Hachette, La procréation DOSSIER 6 - Sommaire : I/ Rappels de 1 ère S Les hormones sont des messagers chimiques qui assurent la coordination de l activité des cellules dans un organisme pluricellulaire. Elles agissent sur les cellules qui synthétisent le récepteur approprié. II/ Les appareils génitaux de l Homme L appareil génital de l homme produit des gamètes mobiles et permet l accouplement, l appareil génital de la femme produit des gamètes, permet l accouplement et le développement de l embryon. III/ Les étapes de la mise en place du sexe phénotypique à partir du sexe génotypique La mise en place d un sexe fonctionnel reproducteur à la puberté nécessite 3 étapes au préalable. A partir du sexe gamétique défini dès la naissance, un sexe gonadique permet la formation d un sexe masculin ou féminin pour la naissance. A la puberté, les sexes physiologique et psychologique achèveront la mise en place du sexe phénotypique macroscopique entamée 12 ans plus tôt. IV/ La régulation physiologique de l axe gonadotrope, intervention à 3 niveaux Le fonctionnement de l appareil génital chez l homme et la femme repose sur la production d hormones qui coordonnent l activité d organes géographiquement dispersés. Le complexe hypothalamo-hypophysaire produit des gonadostimulines qui stimulent la production d hormones par les gonades. Ces hormones agissent sur le complexe hypothalamo-hypophysaire par rétrocontrôle. V/ Du comportement reproducteur à la grossesse Le rapprochement des sexes est sous le contrôle de facteurs hormonaux internes en partie contrôlés par des facteurs externes via le Système nerveux et l hypothalamus. La grossesse est caractérisée notamment par le maintien en activité du corps jaune via l hcg. VI/ La maîtrise de la reproduction, les PMA et le suivi des grossesses La connaissance des mécanismes de la régulation de l activité sexuelle a permis la mise au point de procédés contraceptifs permettant le contrôle des naissances et la mise en application de techniques de remédiation à certaines formes de stérilité : les méthodes de procréation médicalement assistées. D autres techniques permettent de suivre de bon déroulement des grossesses. S. Remérand La reproduction sexuée (méiose et fécondation) ou procréation apparaît très tôt dans l histoire du vivant, en même temps que les eucaryotes il y a 2 milliards d années. Par contre l apparition de la nidation,

2 2 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. c est-à-dire le développement intra-utérin de l embryon, est une innovation tardive dans l évolution du vivant qui ne se réalise pleinement qu avec les mammifères Placentaires qualifiés à ce titre de vivipares. I/ Rappels de 1 ère S II-1 Rappel de la définition d'une hormone et du mode de codage du message hormonal Une hormone est une molécule informative synthétisée par une glande ou un neurone, transportée par le sang, qui agit à distance sur une cellule cible. Cette cellule cible possède sur sa surface plasmique un récepteur spécifique de la molécule informative. Cette hormone entraînera une réponse biologique de la cellule cible (nouvelle synthèse, division cellulaire, sécrétion...). (Doc. 1) L activité biologique des hormones cesse avec leur disparition. En effet, comme toute molécule, les hormones sont dégradées au fil du temps. La demi-vie (temps nécessaire à la disparition de la moitié des molécules produite à un temps t) d une telle molécule est de l ordre de la minute. Le codage du message hormonal se fait en quantité d hormones (Doc. 2). Contrairement au message nerveux (1 ère S) qui est codé en fréquence de Potentiel d Action et dont la persistance de l information est réduite au temps du PA soit 1 ms, les messagers hormonaux sont plus longs à mettre en place mais persistent plus longtemps et touchent l ensemble des cellules d un organisme via le milieu intérieur (sang, lymphe et milieu extracellulaire). La durée de vie limitée de ces molécules, hydrolysées par des enzymes, impose un renouvellement permanent. La communication hormonale repose donc sur un équilibre dynamique, permanent, entre la production d une hormone par les cellules endocrines, la production de son récepteur par les cellules cibles et la dégradation de cette hormone par hydrolyse, hépatique généralement (Doc. 2). Un dérèglement hormonal montre un dysfonctionnement d ordre : - quantitatif : l hormone n est pas produite en bonne quantité (trop ou pas assez) - qualitatif : l hormone est non fonctionnelle et/ ou le récepteur ne reconnaît pas l hormone : «la clé et/ ou la serrure» ne sont pas complémentaires. I-2 La glycémie : un exemple d autorégulation qui maintien l homéostasie Bien que faisant intervenir des organes très différents (foie, pancréas, muscles, tissu adipeux pour la régulation de la glycémie par exemple), tous les systèmes de régulation, pour maintenir l homéostasie, comprennent (Doc. 3) - un système réglé avec un paramètre (taux plasmatique de glucose, de testostérone, d hormones ovariennes, d O 2, de CO 2...) qui déclenche la mise en route des systèmes régulateurs lorsque la valeur de ce paramètre s écarte de sa valeur de référence ou valeur consigne, - un système réglant avec : o un détecteur d écart qui compare la valeur du paramètre à tout moment avec la valeur référence de ce même paramètre, et qui émet, le cas échéant, un message d écart (cellules réceptrices sensibles au taux de glucose au niveau des Ilots de Langerhans), o un centre de commande ou intégrateur (ici ce sont encore les îlots de Langerhans, généralement c est l hypothalamus) qui répond au message d écart en émettant une commande de correction (messagers hormonaux : glucagon ou insuline), o un système correcteur constitué d un ou plusieurs organes effecteurs dont l action permet le retour du paramètre perturbé à sa valeur de référence grâce à des messagers et à une boucle de rétroaction ou feed-back (les hormones glucagon ou insuline qui jouent aux niveaux des hépatocytes, myocytes et adipocytes). Ainsi les écarts à la valeur de consigne sont automatiquement corrigés, la glycémie est autorégulée et maintenue constante.

3 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 3 Doc. 1 : Une hormone est un messager chimique véhiculé par le sang dont la cible possède des récepteurs spécifiques à cette hormone. D après SVT 1 ère S, Bordas, 2001, modifié Remérand Doc. 2 : Le message hormonal est codé en quantité d hormones, en permanence renouvelées. D après SVT 1 ère S, Bordas, 2001, modifié Remérand 2001.

4 4 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 3 : Les différents éléments d un schéma de régulation. Ilots de Langerhans Détecteur d écart (capteur de la glycémie et transduction de l écart c est à dire traduction d une quantité de glucose déterminée dans le sang en un message chimique hormonal dont la quantité sera fonction de la grandeur de l écart à la valeur référence) et centre intégrateur, décideur, sécréteur des messages hormonaux Valeur modifiée Glucagon ou Insuline Messagers hormonaux Taux plasmatique de glucose Valeur référence Paramètre Valeur rétablie Foie, Muscles et/ou Tissu adipeux Organe effecteur Commande de correction en ajustant la glycémie par l intermédiaire des hormones pancréatiques Paramètre à régler : Détecteur d'écart ou capteur : (Glycémie) Centre intégrateur : (synthèse en conséquence d'hormones pancréatiques) Effecteurs :

5 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 5 II/ Les appareils génitaux de l Homme Les gonades sont des organes doubles; ils sont reproducteurs (production de gamètes) et endocrines (libération d hormones). Ces 2 fonctions sont réalisées par deux types de cellules différentes. II-1 L appareil génital de l homme produit des gamètes mobiles et permet l accouplement La production des spermatozoïdes, continue, débute à la puberté et se termine à la mort. Les gonades mâles (gonê = semence) sont les testicules qui produisent les spermatozoïdes et les hormones mâles (androgènes). Les testicules sont cloisonnés en lobules qui renferment 3 à 4 tubules séminifères où sont produits les spermatozoïdes ou spermatogenèse. Ces derniers quittent le testicule par l épididyme qui épouse la surface du testicule. L homme fabrique chaque jour plusieurs centaines de millions de spermatozoïdes par jour à partir des gonies, cellules souches des spermatozoïdes (Doc. 4). Le nombre des cellules goniales, contrairement à la femme, n est pas fixé dès la naissance mais évolue tout au long de la vie. Le processus de la spermatogenèse prend 72 jours. Le volume de sperme par éjaculât représente 2 à 6 ml et on compte entre 50 et 100 millions de spermatozoïdes. Les spermatozoïdes non éjaculés sont éliminés dans les urines ou bien phagocytés par les macrophages (globules blancs). Entre les tubes se trouvent des cellules endocrines, formant le tissu interstitiel (Doc. 4). Ces cellules de Leydig sécrètent des hormones mâles dont la testostérone. Cette hormone stéroïde stimule la spermatogenèse et agit sur de nombreux types cellulaires entraînant l apparition des caractères sexuels secondaires : pilosité, musculature, forme du bassin, voix, comportement... Les glandes annexes, prostate et vésicules séminales (Doc. 4), produisent le liquide séminal (90% du sperme). Les vésicules séminales sécrètent un liquide alcalin, visqueux et jaunâtre, contenant des prostaglandines et riche en fructose (molécule glucidique énergétique pour les spermatozoïdes). Cette sécrétion représente 60 % du volume du sperme. La prostate forme jusqu à 30 % du volume spermatique et joue un rôle primordial dans l activation des spermatozoïdes. La sécrétion prostatique contient du Zinc au rôle bactéricide et qui permet de maintenir le noyau dans un état de condensation maximal. L accouplement n est possible que si le pénis est en érection. Elle est provoquée par un afflux de sang dans les corps érectiles, corps spongieux et caverneux (Doc. 4), conférant la rigidité nécessaire à l introduction dans le vagin. Le sang rempli les corps caverneux suite à l'inhibition des micromuscles localisés dans les corps caverneux et qui jusqu'ici empêchaient le sang d'affluer dans de petites logettes. L'"excitation" sexuelle est donc une inhibition nerveuse!!!. Les glandes de Cowper sécrètent un liquide lubrifiant facilitant la pénétration. L orgasme accompagnant l éjaculation est suivi d une période réfractaire, d impuissance plus ou moins longue. II-2 L appareil génital de la femme produit des gamètes, permet l accouplement et le développement de l embryon II-2-1 L'ovogenèse ou production de gamètes femelles dans les ovaires La production des ovules est assurée, alternativement, par les deux ovaires. Leur fonctionnement est cyclique (28 jours en moyenne) et limité dans le temps, de la puberté (10-11 ans) à la ménopause (50 ans). Les ovaires fonctionnent par intermittence (Doc. 5). Au cours d un cycle de 28 jours, l un des deux ovaires seulement libère un ovocyte II (issu de la division équationnelle, II, de la méiose), 14 jours après le début du cycle correspondant au premier jour des règles. L'ovogenèse (Doc. 5 et 6) proprement dite, c'est-à-dire la production d'ovules ne peut pas être séparée de l'étude de la folliculogenèse c'est-à-dire la prolifération des cellules folliculaires adjacentes, protectrices et nourricières des ovules. L'ovogenèse A partir d'une cellule souche, l'ovogonie, l'ovogenèse aboutit, par méiose, aux gamètes femelles différenciées, les ovocytes II.

6 6 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 4 : L appareil génital mâle. D après SVT Terms S, Editions Nathan 2002, Anatomie et Physiologie Humaine, Editions De Boeck Université 1993, modifiés Remérand D après Modern Genetics, éditions Benjamin Cummings, 1984

7 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 7 La folliculogenèse L'évolution des follicules (Doc. 5 et 6) s'effectue avec une complexité croissante. On part d'un follicule primordial (l'ovocyte I est entourée de 3 à 4 cellules folliculaires) pour aboutir en 3 mois au follicule de De Graaf ou follicule mûr qui fait alors saillie à la surface de l'ovaire, puis au corps jaune. La folliculogenèse nécessite 3 mois, le cycle menstruel de la femme, de 28 jours, correspond donc au dernier stade de la folliculogenèse. Parmi l'ensemble des follicules qui mûrissent en même temps sur les deux ovaires, s'effectue un recrutement, puis une sélection des follicules lors des deux premières semaines du cycle. Mais dès le 8 ième jour du cycle une dominance d'un follicule, parmi ceux recrutés, s'établit de manière irréversible et lui seul désormais pourra ovuler. Les autres follicules dégénéreront. Lors de l'ovulation (qui se produit sur n'importe quelle partie de l'ovaire chez la femme), l'ovocyte II est happé par les franges des trompes de Fallope tandis que le follicule éclaté évolue en corps jaune. Si la fécondation à lieu, dans le tiers supérieur de l oviducte ou ampoule (Doc. 7) après une remontée des spermatozoïdes dans les voies génitales femelles, le corps jaune est maintenu. Dans le cas contraire l'atrésie folliculaire c'est-à-dire la dégénérescence des cellules folliculaires, s'amorce et aboutit au stade corps blanc avant la disparition complète des ces cellules folliculaires. Un nouveau follicule cavitaire (qui a nécessité une évolution préalable de 2 mois et demi) entre en lice et le cycle recommence. Chez une femme pratiquant une limitation des naissances, seules 300 à 400 ovulations se produiront. L accouplement est assuré par le vagin et facilité par la lubrification, grâce aux glandes de Bartholin (Doc. 5). Le développement de l embryon puis du fœtus s effectue dans l utérus. Sa paroi externe, le myomètre, est épaisse et musculeuse. La paroi interne, l endomètre, plus fine, est richement vascularisée (Doc. 5). L endomètre sera l un des constituants du placenta, organe d échange nutritionnel (O 2, nutriments et déchets cellulaires) entre le sang maternel et le sang fœtal. Lorsqu il n y a pas de fécondation, c est l endomètre qui se désagrège et donne naissance aux règles ou menstruations. III/ Les étapes de la mise en place du sexe phénotypique à partir du sexe génotypique Chez les mammifères, les structures et fonctionnalités des appareils sexuels mâle et femelle sont acquis en 4 étapes au cours du développement (Doc. 7). III-1 La 1 ère étape : la mise en place du sexe génétique et le stade phénotypique indifférencié Dès la fécondation, la réunion des gamètes donne une cellule-œuf, restaure le caryotype de l espèce et détermine, par les chromosomes sexuels, le sexe génétique, gamétique ou chromosomique du futur descendant: XX pour les futures femelles, XY pour les futurs mâles chez les mammifères (ZZ pour les mâles, ZW pour les femelles chez les oiseaux; XX pour les femelles et XO pour les mâles chez les insectes). Jusqu à la 7 ième semaine de développement, le fœtus montre un sexe phénotypiquement indifférencié avec deux types d ébauches de voies sexuelles : - les canaux de Muller, canaux potentiellement futurs oviductes et utérus - les canaux de Wolff, canaux potentiellement futurs spermiductes, vésicules séminales et prostate. III-2 La 2 ième étape : la mise en place du sexe gonadique à partir du sexe génétique La seconde étape correspond à l expression du gène architecte Sry (Sex Region on the Y chromosom) qui permet la mise en place du phénotype moléculaire c est-à-dire la traduction de la protéine Sry (ou TDF). Cette protéine s associe à une région de l ADN et déclenche ainsi l expression, en cascade, d une multitude de gènes de structure qui conduisent à la différenciation de la gonade indifférenciée en testicule (phénotype macroscopique testiculaire). C est à ce moment là seulement que la différence XX et XY intervient dans l élaboration du phénotype sexuel macroscopique.

8 8 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 5 : L appareil génital femelle, l ovogenèse et la folliculogenèse. D après SVT Terms S, Editions Nathan 2002, Anatomie et Physiologie Humaine, Editions De Boeck Université 1993, modifiés Remérand 2003.

9 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 9 Evolution de la quantité d'adn et événements Stade embryonnaire 25ième jour Stade fœtal Phase de multiplication jusqu'à la 15 ième semaine 4q 2q q Phase d'accroissement Phase de maturation qui débute avec la division réductionnelle Ovogenèse Les cellules germinales primordiales migrent jusque dans les ébauches gonadiques qui deviendront les testicules chez le mâle et les ovaires chez la femelle. Les cellules germinales se multiplient, deviennent des ovogonies et constituent de ce fait un stock de quelques millions d'ovogonies. L'ovogonie prend le nom d'ovocyte I après la phase d'accroissement L'ovocyte I est bloqué en prophase I Folliculogenèse Les ovogonies s'entourent de cellules folliculaires. Le follicule primordial possède une couche de cellules aplaties, Le follicule I, une couche de cellules cubiques, Le follicule II, deux couches de cellules avec des récepteurs à LH et FSH. Naissance Un stock de 2 millions d'ovocytes I entourés de cellules folliculaires franchissent le cap de la naissance. Phase prépubertaire Dégénérescence régulière du stock. Des follicules II se forment mais dégénèrent (atrésie). De la puberté à la ménopause Tous les mois J 0 (menstruations) 3 mois J 1 Sur les ovocytes I qui restent et constituent la réserve folliculaire seuls 400 à 500 mâtureront. Des follicules II se transforment en III ou cavitaires. 3 mois Recrutement de 2 à 3 follicules cavitaires répartis sur les 2 ovaires. J 6 Sélection du follicule ovulatoire, dominance du follicule ovulatoire, régression des autres follicules recrutés et blocage d'un nouveau recrutement dans les 2 ovaires. Division équationnelle J 14 Glandes mammaires 4q 2q q 4q 2q q J 15 Fécondation Ovulation d'un ovocyte II bloqué en métaphase II et du 1 er globule polaire Lors de la pénétration du pronucléus (noyau) mâle, l'ovocyte II termine sa division équationnelle et expulse le 2 ième globule polaire. Le stade ovotide correspond au pronucléus femelle. "L'ovule n'existe pas". Expulsion d'une partie des cellules folliculaires qui entourent l'ovocyte I et qui constituent la corona radiata. Les cellules folliculaires restantes constituent le corps jaune. Doc. 6 : Ovogenèse et folliculogenèse

10 10 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 7 : Du sexe génétique au sexe phénotypique fonctionnel : étapes 1 et 2 Sexe féminin génotype XX Sexe masculin génotype XY Etape 1 : Sexe génétique Fécondation Sexe génétique 7 ième semaine Appareil sexuel indifférencié A partir de la 7 ième semaine Féminisation ou masculinisation Absence de gène SRY Donc de protéine TDF Etape 2 : Du sexe génétique au sexe gonadique

11 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 11 Doc. 8 : Du sexe génétique au sexe phénotypique fonctionnel : étapes 3 et 4 Absence d AMH et de testostérone 10 ième semaine Féminisation ou masculinisation Présence d AMH et de testostérone Naissance Appareil sexuel différencié mais immature Puberté Appareil sexuel fonctionnel Etape 4 : Sexes physiologique & psychologique fonctionnels Etape 3 : Du Sexe gonadique au sexe phénotypique différencié

12 12 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. III-3 La 3 ième étape : du sexe gonadique au sexe phénotypique différencié Les testicules sécrètent deux hormones (Doc. 7 et 8) : - l AMH (Anti-Mullerian Hormon) sécrétée par les cellules de Sertoli, entraîne la disparition des canaux de Muller - la testostérone produite par les cellules de Leydig maintient les canaux de Wolff et entraîne le développement des caractères sexuels primaires masculins : testicules, épididymes, spermiductes ou canaux déférents, vésicules séminales, prostate et pénis. Le génotype XX, en l absence de gène Sry ne produit pas de protéine Sry (TDF) et le développement des testicules ne se réalisent pas, les gonades se différencient en ovaires. L absence d hormones testiculaires (AMH et Testostérone) se traduit par la disparition des canaux de Wolff et la persistance et différenciation des canaux de Muller qui donneront les caractères sexuels primaires féminins : pavillons, trompes de Fallope, utérus et vagin. En présence de testostérone, le sexe sera mâle sinon le sexe féminin, «neutre», apparaîtra. L orientation du sexe gonadique s effectue à partir de la 7 ième semaine. Le sexe n est visible sur une échographie qu à partir du 4 ième mois. L origine embryonnaire commune aux deux sexes explique les homologies de fonctionnement et sensitif du pénis et du clitoris, des bourses et des grandes lèvres. Syndrome du testicule féminisant D après Le monde vivant, Editions Sciences Flammarion En l absence de récepteurs à la testostérone le sexe neutre se met en pace malgré la production de testostérone par les testicules restés dans la cavité générale. III-4 La 4 ième et dernière étape : la mise en place des sexes physiologique et psychologique à la puberté A la puberté, les sexes gonadiques maturent et entrent en activité (Doc. 8): ils produisent des hormones sexuelles : oestrogènes chez les filles, testostérone chez les garçons. Ces hormones permettent la mise en place des sexes : - physiologique qui assure la mécanique copulatoire, - psychologique qui assure la rencontre des sexes, le désir sexuel, le comportement sexuel Si chez les femmes, les estrogènes et la progestérone ne semblaient pas, jusqu alors, impliquées dans la mise en place du sexe gonadique au cours du développement fœtal, ces hormones ovariennes, au même titre que la testostérone chez les hommes, sont, par contre, indispensables à la fonctionnalité des gonades donc à la mise en place des sexes physiologique et psychologique. La mise en place des sexes physiologique et psychologique, hormono-dépendante, c est-à-dire l acquisition de la capacité à se reproduire ou fonctionnalité des appareils sexuels s accompagnent de l apparition des caractères sexuels secondaires : pilosité pubienne et axillaire, affirmation de la personnalité et attirance sexuelle pour l autre sexe ; menstruations, développement des hanches, fesses et seins chez la femme ; mue de la voix, développement de la cage thoracique, du squelette et de la musculature chez l homme. Le synchronisme entre les phénomènes physiologiques et comportementaux assurés par les sécrétions hormonales sexuelles contribue au succès reproductif de l individu. La procréation nécessite donc la mise en place successive des sexes génétique, gonadique, physiologique puis psychologique. Comment fonctionnent les gonades?

13 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 13 Doc. 9 : Le complexe hypothalamo-hypophysaire. D après SVT Terms S, Editions Bordas 2002, modifié Remérand Doc. 10 : La régulation de l activité génitale du mâle. D après SVT Term S, éditions Belin 2002, modifiée Remérand 2003.

14 14 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. IV/ La régulation physiologique de l axe gonadotrope, intervention de trois niveaux IV-1 Le complexe hypothalamo-hypophysaire contrôle l activité des gonades Le complexe hypothalamo-hypophysaire régule l activité de très nombreuses fonctions dont l activité sexuelle (Doc. 9). Ce complexe est constitué de cellules différentes : - l hypothalamus appartient à l encéphale. Il est constitué par des cellules nerveuses qui contrôlent ou modulent l activité de l hypophyse par l intermédiaire de la GnRH (Gonado-Releasing-Hormon) ou gonadolibérine qui est donc une neurohormone. En effet, ces cellules nerveuses hypothalamiques sont capables d émettre des potentiels d action déclencheurs de la libération de neurosécrétions déversées dans le sang par exocytose. La sécrétion de GnRH est nécessairement pulsatile : 6 minutes de sécrétion toutes les heures. - l hypophyse est une structure mixte. L adénohypophyse ou antéhypophyse est une glande endocrine qui libère de nombreuses hormones dont 2 gonadostimulines la FSH (Folliculo Stimulating Hormon) et LH (Luteinic Hormon) qui stimuleront les gonades, testicules ou ovaires. La neurohypophyse ou post-hypophyse, est un prolongement du cerveau et sécrète l Anti-Diurétic Hormon (ADH ou vasopressine) et la prolactine. L hypothalamus intègre des stimuli périphériques : signaux hormonaux et nerveux. En effet, la position privilégiée de l hypothalamus à la base de l encéphale le place au carrefour d un grand nombre d informations transmises par le système nerveux (Doc. 9). Ceci explique les nombreuses influences du milieu intérieur et de l environnement pouvant modifier la sécrétion pulsatile de GnRH, influer sur les sécrétions hypophysaires et donc sur les différentes fonctions contrôlées par le complexe hypothalamo-hypophysaire comme la fonction de reproduction par exemple. IV-2 La régulation de l activité génitale de l'homme Les hormones sexuelles de l organisme sont libérées à différents niveaux: - l hypothalamus produit des gonadolibérines (GnRH), - l adénohypophyse sécrète des gonadostimulines (FSH, LH) - les testicules produisent de la testostérone (et l inhibine) considérée comme fluctuante dans un intervalle de faible amplitude (la concentration plasmatique résulte d un équilibre dynamique entre sa production et sa destruction) L activité génitale est régulée. Les régulations doivent permettre: - la production de spermatozoïdes aptes à féconder les ovocytes; - l apparition du comportement sexuel mâle et notamment l attirance vers les individus du sexe opposé; - la réalisation de l acte sexuel, c est à dire l ensemble des phénomènes aboutissant à l érection et à l éjaculation; L hypothalamus sécrète la neurohormone GnRH, de manière pulsatile, qui stimule la sécrétion et la libération des hormones hypophysaires FSH et LH (Doc. 10) La LH se lie spécifiquement (toujours par le système de reconnaissance clé-serrure) aux cellules de Leydig qui vont alors sécréter de la testostérone (clé). La FSH se lie aux cellules de Sertoli et entraîne la production de récepteurs spécifiques à la testostérone (serrure). La testostérone produite par les cellules de Leydig (clés) se lie spécifiquement aux récepteurs membranaires (serrures) des cellules de Sertoli et permet alors la production des spermatozoïdes ou spermatogenèse. La testostérone joue un rétrocontrôle négatif sur l axe hypothalamo-hypophysaire et la libération de LH. La FSH est directement contrôlée par feed-back négatif par une hormone synthétisée au niveau des cellules de Sertoli: l inhibine. La testostérone, produite de la puberté à la mort, est l hormone responsable, jusqu à la mort, de la formation des spermatozoïdes et du développement de la masse osseuse et musculaire, de la pilosité, de l inhibition du développement des glandes mammaires, de l abaissement de la voix, du comportement (caractères sexuels secondaires), mais également du maintien des caractères sexuels primaires (grosseur de la prostate, des vésicules séminales et des testicules). Le système de régulation comprend (Doc. 10): - le paramètre à régler : la testostéronémie (taux plasmatique de testostérone) - la fonction réglée : la fonction de reproduction

15 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation Doc. 11 : L activité génitale chez la femme est cyclique. D après Le monde du vivant, Editions Sciences Flammarion, 1994, SVT Term S, éditions Hachette, 1994, modifiés Remérand Glaire cervicale Vagin Température

16 16 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. - le système réglant comportant le complexe hypothalamo-hypophysaire (capteur, centre intégrateur et producteur de messagers neurohormonaux et hormonaux) et les testicules (effecteurs avec les cellules de Leydig productrices de testostérone) IV-3 La régulation de l activité génitale de la femme IV-3-1 L appareil génital montre une activité cyclique L activité cyclique de l appareil génital (utérus, glaire cervicale, vagin et glandes mammaires, Doc. 11) dépend de l évolution cyclique des hormones ovariennes. Le fonctionnement coordonné des organes sexuels chez la femme permet de réunir les conditions optimales pour la réalisation de la fécondation, puis le développement du fœtus lors de la grossesse. Les différents cycles chez la femme sont synchronisés (Doc. 11). _Pendant la phase folliculaire : Les oestrogènes produits par les cellules folliculaires stimulent les différents organes impliqués dans la reproduction, afin de régler leur évolution sur celui du follicule. Les oestrogènes, hormones féminisantes, agissent sur : - les cellules folliculaires elles-mêmes, en activant le rythme des mitoses, ce qui se traduit par une augmentation de leur nombre et donc de la sécrétion d œstrogènes. Ce système s auto-entretient et se renforce. - l utérus, surtout en stimulant les mitoses des cellules de l endomètre. Les oestrogènes vont également stimuler la synthèse, par les cellules de l endomètre, de récepteurs à la progestérone qui ne sera produite que pendant la seconde phase du cycle. L action préalable des oestrogènes est donc indispensable pour l action de la progestérone. - les cellules du col de l utérus en stimulant la production de la glaire cervicale (maillage important et ph basique), impropre au passage des spermatozoïdes et protégeant des infections bactériennes. - les cellules vaginales qui restent faiblement kératinisées. - les autres cellules de l organisme dont la réponse se traduira par l expression des caractères sexuels secondaires. _Pendant l ovulation : Le pic de LH déclenche l ovulation. _Pendant la phase lutéinique ou lutéale : Le corps jaune produit les oestrogènes et une autre hormone, la progestérone. La progestérone agit sur les organes impliqués dans la nidation de l œuf et le futur développement de l embryon. C est l hormone de grossesse (pro = avant, gestérone = gestation). La progestérone agit sur : - l utérus, en transformant les cellules de l endomètre, préparées par les oestrogènes, en cellules sécrétrices (production de glycogène, d enzymes... pour la réception du futur embryon), - le col de l utérus dont les cellules produisent, alors, une glaire épaisse et imperméable, impropre au passage des spermatozoïdes, - les muscles de l utérus (myomètre) en inhibant sa contraction pour éviter l expulsion prématurée de l embryon puis du fœtus, - les cellules vaginales qui se kératinisent de plus en plus - les seins en stimulant la multiplication des cellules mammaires, à l origine parfois de douleur lors de cette phase. IV-3-2 Les modalités de la régulation L aspect cyclique du taux plasmatique des hormones sexuelles constitue le paramètre à régler. A titre de comparaison, chez l homme, l activité sécrétrice continue de testostérone est sous la dépendance des cellules interstitielles permanentes alors que, chez la femme, l activité sécrétrice cyclique, fluctuante des hormones ovariennes, est à mettre en rapport avec la présence temporaire des cellules folliculaires. (Doc. 12 et 13) Les hormones oestrogènes et progestérones sont les paramètres fluctuants à régler dans la fonction de reproduction féminine. Ces molécules messagères sont aussi soumises, comme la testostérone chez l homme, à une destruction permanente qui impose leur renouvellement.

17 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 17 Doc. 12 : La régulation de l'activité sexuelle féminine. COMPLEXE HYPOTHALAMO-HYPOPHYSAIRE Complexe Hypothalamo-hypophysaire Complexe Hypothalamo-hypophysaire Complexe Hypothalamo-hypophysaire Ovaires Follicules Ovaires Follicules Ovaires Corps jaune Utérus Utérus Utérus C. Sex. C. Sex. C. Sex. Taux plasmatique en hormones ovariennes Phase folliculaire Ovulation Phase lutéale

18 18 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 13 : Les modalités de la régulation du cycle sexuel féminin. D après Anatomie et Physiologie Humaines, Edition De Boeck 1993, modifié Remérand D après SVT Term S, éditions Belin 2002, modifiée Remérand 2003.

19 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 19 Le système réglant comprend le complexe hypothalamo-hypophysaire et l ovaire. _Pendant la phase folliculaire Le taux plasmatique des oestrogènes est faible pendant la période menstruelle (en début de cycle et de phase folliculaire). Vers la fin de la phase folliculaire, la stimulation exercée par la FSH et la LH sur les cellules endocrines de l ovaire se traduit par une augmentation du taux plasmatique des oestrogènes. A faible concentration, les oestrogènes agissent par rétrocontrôle négatif sur la production des gonadostimulines, la concentration de FSH et LH baisse entre le 6 ième et le 10 ième jour du cycle. Bien que la production d œstrogènes soit moins stimulée, la production d œstrogènes s élève quand même, du fait du plus grand nombre de cellules folliculaires sécrétrices d œstrogènes. Chaque cellule synthétise moins, mais la production globale augmente (Doc. 12 et 13) _ Les oestrogènes déclenchent l ovulation : Quand la concentration plasmatique en oestrogène atteint une valeur seuil, les oestrogènes agissent par rétrocontrôle positif sur l hypophyse, ce qui déclenche une production massive et brève (pic) de LH (et de FSH dans une moindre mesure). Ce pic de LH, le 13 ième jour, déclenche l ovulation le 14 ième jour (Doc. 11). _Pendant la phase lutéinique ou lutéale La LH stimule la transformation des cellules folliculaires de l ex-follicule de De Graff en cellules lutéales qui formeront alors le corps jaune (Doc. 11, 12 et 13). Ces cellules lutéales produisent des oestrogènes et de la progestérone qui agissent, ensemble, par rétrocontrôle négatif sur la production des gonadostimulines hypophysaires FSH et LH. En absence de fécondation le corps jaune régresse au 25 ième jour du cycle, entraînant une chute rapide de la concentration plasmatique des hormones ovariennes. Cette chute des hormones ovariennes est à l'origine : - du démantèlement de la dentelle utérine (muqueuse utérine) qui survient 24 à 48 heures plus tard (Doc. 11). - de la reprise du cycle suite à la production accrue de FSH par rétro-contrôle positif. Le système de régulation comprend (Doc. 13): - le paramètre à régler : les taux plasmatiques d œstrogènes et de progestérone - la fonction réglée : la fonction de reproduction - le système réglant comportant le complexe hypothalamo-hypophysaire (capteur, centre intégrateur et producteur de messagers neurohormonaux et hormonaux) et les ovaires (effecteurs avec les cellules folliculaires et le corps jaune productrices de d œstrogènes et de progestérone) V/ Du comportement reproducteur à la grossesse V-1 Le comportement reproducteur est soumis aux hormones mais modulé par des facteurs externes Le besoin de s accoupler, appelé désir sexuel ou libido, est directement lié à la sécrétion hormonale (Doc. 14). Des expériences de castrations physique (ablations des ovaires ou des testicules) ou chimique (inhibiteur de la testostérone) puis de greffes d ovaires ou de testicules, complétées par des expériences d injections d hormones montrent très clairement le lien entre hormones et comportement reproducteur. En leurs absences, l animal n éprouve aucune attirance sexuelle pour le sexe opposé. Chez les non-hominidés femelles, la quantité importante d œstrogènes (oestrus) à un moment du cycle est responsable : - par rétro-contrôle positif du pic de LH déclencheur de l ovulation. - de l acceptation du mâle. Chez les non-hominidés mâles, le comportement de rut est dépendant de la sécrétion de testostérone : la quantité de cette hormone est directement responsable de la profondeur du désir d accouplement du mâle et de son agressivité. D autres facteurs peuvent accentuer ce désir d accouplement comme la vue et/ou l odeur de la femelle. Le comportement reproducteur chez les deux sexes est modulé par des signaux extérieurs (via le système nerveux, l hypothalamus puis le GnRH, Doc. 9) comme le photopériodisme ou longueur du jour (Doc. 14) : les animaux à gestation longue se reproduisent en jours courts (automne dans notre hémisphère), les

20 20 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 14 : Le comportement reproducteur est soumis aux hormones mais modulé par des facteurs externes : photopériodisme, vue et/ou odeur. D après SVT Term S, Editions Bordas 1994, SVT Terms S, Belin, 2002, modifies Remérand Doc. 15 : Après fécondation, l œuf se divise tout en migrant dans la trompe pour atteindre l utérus. Certaines cellules de l œuf produisent la hcg qui stimule la production de progestérone par le corps jaune. Vers la 8 ième semaine, le placenta, fonctionnel, assure alors la production de progestérone qui agit sur l utérus et permet le maintien de la grossesse. D après SVT Term S, Editions Bordas 1994, SVT Terms S, Editions Belin, 2002, SVT Term S, Editions Nathan 2002, modifiés Remérand L hcg est un analogue structural de LH qui stimule la production de progestérone bloquant les cycles. La grossesse débute.

21 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 21 animaux à gestation courte s accouplent lorsque les jours allongent afin de permettent à la descendance de naître lors de la reprise de la végétation et sous des températures plus clémentes. Comme les autres animaux, l Homme voit son comportement reproducteur modulé par des facteurs externes : - au printemps les comportements amoureux sont plus fréquents, - les odeurs (phéromones) peuvent stimuler ou inhiber le désir sexuel, - le stress généralement freine la libido Par contre, l espèce humaine avec les Bonobos sont les seuls êtres vivants pouvant dissocier sexualité et procréation. Cette dissociation partielle est liée à une dépendance moins forte entre le comportement sexuel et la concentration d hormones sexuelles. Ainsi, la régulation hormonale intervient aussi dans le comportement reproducteur. Le cerveau est un autre effecteur des hormones testiculaire et ovariennes. V-2 De la fécondation au début de la grossesse Une fois le rapprochement des sexes effectué, la rencontre des gamètes est conditionnée au moins en partie par la qualité de la glaire cervicale, c est-à-dire la densité de son maillage ou filance. Les spermatozoïdes déposés par millions dans le vagin remontent les voies génitales femelles, utérus et trompes droite et gauche mais vont préférentiellement vers l ovaire qui à expulsé son ovocyte, attirés chimiquement par le gamète femelle (Doc. 15). La fécondation à lieu dans le 1/3 supérieur de la trompe et n est possible que pendant un laps de temps très court après l ovulation (1 à 3 jours). Pendant la grossesse : Après la fécondation, l œuf se divise tout en migrant dans la trompe pour atteindre l utérus. Certaines cellules de l œuf produisent la hcg (human Chorionic Gonadotrop détectée dans les urines par les tests de grossesse), analogue structural de LH, qui stimule la production de progestérone par le corps jaune. Les cycles sont bloqués (Doc. 11, 12 et 15). Les règles disparaissent temporairement. Vers la 8 ième semaine, le placenta, fonctionnel, assure alors la production de progestérone qui agit sur l utérus et permet le maintien de la grossesse. VI/ La maîtrise de la reproduction, les PMA et le suivi des grossesses Si les Hommes et les Bonobos dissocient parfaitement, tous les deux, plaisir amoureux et procréation seuls les humains maîtrisent leur reproduction, possèdent des techniques de Procréation Médicalement Assistées (PMA) et suivent le bon déroulement des grossesses. C est la connaissance des mécanismes de la régulation de l activité sexuelle qui a permis le développement des techniques contraceptives assurant la maîtrise des naissances, mais aussi une aide médicale pour la procréation médicalement assistée. VI-1 L histoire de la contraception (Doc. 16) VI-2 Les techniques contraceptives VI-2-1 Les pilules permettent le contrôle des naissances (Doc. 17) Les pilules contraceptives : Les pilules contraceptives modifient les mécanismes de régulation des hormones sexuelles. Elles contiennent des dérivés de synthèse d œstrogènes et de progestérone, plus stables que les hormones naturelles vis à vis du foie qui les dégrade, mais agissant sur les mêmes cellules cibles. La nature et la concentration de ces dérivés varient d une pilule à l autre, mais toutes concourent à empêcher la fécondation.

22 22 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 16 : Bref historique de la contraception et de la contragestion. Femme Méthode de calcul Prémisses, même fausses, chez les Grecs, les Romains, dans le Talmud. Ogino, en 1928, au Japon établit une probabilité d ovulation, Knaus en 1930, fait une prévision statistique de l ovulation d après la durée des cycles. Méthode des températures En 1947, Ferin propose l étude de la température comme méthode contraceptive et associe la méthode d Ogino. Obturateurs féminins Antiquité : feuilles de bambou, disques de papier huilé (Japon), ouate de coton, laine, charpie, éponges imprégnées ou non de goudron végétal, cire, miel, céruse, huile de cèdre, myrte, ou d alun, summac (astringents pour l orifice cervical) Fin 19ième siècle : diaphragme en caoutchouc (GB) 20ième siècle : obturateurs métalliques et capes cervicales, avec ou sans valves pour les règles. Contraception chimique locale Antiquité : tampons d ouate, d algues, charpie, racines associées ou non à des épines ou des feuilles macérées d acacia, du sel gemme, du carbonate de soude, de l acide tartrique, du citron, ou ovules de même nature. 18 au 20ième siècle : éponges vinaigrées 1950 : spermicides Stérilet Antiquité : pierres rondes déposées dans l utérus des chamelles chez les arabes nomades, ouate de laine (Rome), bouts d acacia (Egyptiens) 1928 : Grafenberg dépose des anneaux de fer, d argent et d or dans l utérus 1962 : Ishihama, au japon, remplace le fer par du plastique : adjonction de cuivre 1977 : adjonction de progestérone Contraception systématique féminine Antiquité : breuvages, potions de plantes d efficacité inappréciable sur le système reproductif, toujours utilisés dans les populations primitives actuelles : Pincus : Progestatifs macrodosés 1957 : Pincus Oestroprogestatifs 1965 : Progestatifs microdosés Depuis innombrables compositions et séquences (séquentielles, mono, bi et triphasique) Contragestion 1983 : Baulieu :Antiprogestérone, RU486 Homme Retrait Immémorial, mentionné chez les Grecs, les Romains, dans le Coran. Préservatifs Antiquité : corne, carapace de tortue, cuir (Japon), cæcum (appendice) de bouc, vessie de chèvre (Grèce, Rome) 16ième siècle : Fallope préconise un tissu imprégné d herbes autour du pénis, 17ième siècle : cæcum de mouton (GB) 18ième siècle : baudruche 19ième siècle : latex 20ième siècle : latex et spermicides ou lubrifiants Stérilisation masculine Antiquité : breuvages et potions de plantes d efficacité inappréciable sur la spermatogenèse 1977 : progestatifs en continu avec androgènes correcteurs des effets secondaires.

23 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 23 La minipilule est actuellement la plus utilisée, elle apporte de faibles doses d œstrogènes et de progestérone mettant au repos l'ovaire et limitant les effets secondaires indésirables occasionnés par la prise des autres pilules (pilosité, voix rauque, bouffée de chaleur...). La minipilule mise sur un triple verrou de sécurité : - la production de FSH et LH est freinée par un apport "faible mais constant" d œstrogènes qui par rétrocontrôle négatif empêche le pic de LH donc l ovulation, inhibe la croissance des follicules ovariens par manque de FSH, - la minipilule maintien la glaire cervicale impropre au passage des spermatozoïdes, - enfin l endomètre se développe anormalement et empêche ainsi la nidation de l embryon. Les pilules sont prises quotidiennement, du 5 iéme au 25 ième jour, leur arrêt entraîne une chute du taux plasmatique des hormones ovariennes entraînant ainsi les règles, ce qui simule un cycle naturel. Théoriquement, rien n'oblige à cette interruption, la situation hormonale pourrait comme lors de la grossesse être maintenue beaucoup plus longtemps. Mais les expérimentateurs ont considéré comme plus "confortable" pour les femmes de conserver un semblant de cycle naturel. De plus il est probable qu'avec un traitement continu des saignements inopinés apparaissent. Il existe des pilules monophasiques telles les premières pilules avec des progestatifs et des pilules, actuelles, avec des oestrogènes. Des pilules séquentielles ou diphasiques apportent des oestrogènes lors de la première phase et des progestatifs lors de la seconde phase. La micropilule ne bloque pas l'ovulation et devient de ce fait risquée comparativement à la minipilule "sûr" à 100%. De plus cette minipilule est à prendre tous les jours. Les micropilules rendent la glaire cervicale impropre au passage des spermatozoïdes et modifie l endomètre : la nidation est difficile. Chaque pilule est adaptée à un organisme et en peut en aucun cas faire l'objet d'un prêt "en dépannage". L'omission de la pilule ou la prise non régulière de la pilule peut avoir de grave répercussion sur le cycle et la fécondité. VI-2-2 L'avenir des moyens de contraception Chez la femme, si la minipilule limite les effets secondaires car minidosée, l'un des inconvénients majeurs reste la prise quotidienne. Des tests sont menés pour valider l'efficacité d'anneau vaginal. Les premiers résultats sont encourageants. La mise en place de contraceptifs sous-cutanés, qui sont libérés graduellement pendant 3 ans est déjà d actualité : les règles disparaissent généralement. Un vaccin dirigé contre l'hcg est en voie de développement, il s'agirait d'un contragestif! Les pilules pour hommes sont difficiles à mettre au point à cause de l'ignorance de tous les processus impliqués dans la spermatogenèse. Des pilules contenant des progestatifs bloquent parfaitement la spermatogenèse mais également la libido : le contraceptif n'a plus lieu d'être! De la testostérone fut ajoutée pour restaurer la libido mais cette association progestérone-testostérone n'est pas sans effets secondaires pour l'homme... Le gossypol (extrait de la graine de coton) a été grandement utilisé en Chine, mais il s'avère que le traitement à base de gossypol provoque de nombreuses lésions testiculaires et une stérilisation irréversible. L'obturation des canaux déférents par des bouchons de polyuréthanne semble être une vasectomie efficace et peu dangereuse. Lorsque l'homme veut de nouveau procréer, les bouchons sont dissolus par un agent chimique injecté, sans dommage pour l'organisme. VI-3 Les techniques contragestives Le stérilet est un dispositif intra-utérin qui empêche le développement de l embryon donc la nidation. Associé depuis quelques années à un fil de cuivre, spermicide, il devient également un contraceptif. Mis en place pour 3 ans, une visite par an chez le gynécologue permet de vérifier la bonne mise en place du stérilet. Ce dispositif est conseillé chez les femmes qui ont déjà eut des enfants mais fortement déconseillé chez les nullipares (jamais eu d enfants) car le stérilet déforme l utérus et pourrait entraîner des complications lors d une future grossesse. La pilule du lendemain : Cette pilule correspond à 30 fois la dose journalière en progestatif d une micropilule. Les progestatifs peuvent être accompagnés d œstrogènes ou non. Le taux des hormones ovariennes se trouve augmenter rapidement, puis chute aussi brutalement puisqu une seule pilule est prise. Cette chute relative (car les hormones naturelles sont toujours présentes) du taux des hormones ovariennes entraîne alors l apparition des règles et donc le délabrement de la dentelle utérine. L utérus ne peut plus accueillir un éventuel embryon. Cette pilule peut être délivrée par les infirmières au sein des cités scolaires. Cependant, d une part l efficacité de cette pilule est de 85 % dans les 48 heures qui suivent le rapport, 58% dans les 3 jours suivant. D autre part, il faut toujours s assurer que l on n est pas enceinte même après la prise de la pilule du lendemain. Le test de grossesse devra être un test sanguin, plus sûr.

24 24 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. Doc. 17 : Les techniques actuelles de contraception et contragestion. Mécanisme de fonctionnement de la pilule RU 486. D après SVT Term S, Editions Hatier 2002, modifié Remérand 2003.

25 Enseignement T erm S Obligatoire - Dossier 6 : La procréation. 25 La pilule contragestive (Doc. 17): Actuellement limitée au RU486, la pilule contragestive n intervient pas dans la régulation des hormones sexuelles. Le RU486 est une fausse progestérone (un mimétique) qui se fixe sur les récepteurs à progestérone sans en induire les effets biologiques. La progestérone ne peut plus agir, ses récepteurs sont occupés. La grossesse est alors interrompue. Associée à des prostaglandines en forte concentration qui provoquent de violentes contractions de l'endomètre et donc expulse l'embryon, la RU486 est une pilule abortive. VI-3 La procréation médicalement assistée Ces techniques sont visent à remédier quelques cas de stérilité et s accompagnent généralement d un traitement hormonal (aux effets secondaires indésirables) : - administration de GnRH pour bloquer la production naturelle de gonadostimulines, - hyperstimulation du développement de plusieurs follicules par administration de FSH, - induction de l ovulation en injectant une hormone mimant le pic de LH. La fécondation in vitro et transfert d embryons (FIVETE) est un procédé élégant mais complexe. Des ovaires stimulés hormonalement provoquent le développement de plusieurs ovocytes II (Doc. 18). Les ovocytes sont aspirés à l extérieur de l ovaire à l aide d un laparoscope (instrument qui permet de visualiser l aspiration). Quelques ovocytes sont ensuite fécondés avec des spermatozoïdes du partenaire de la femme. Après quelques jours de croissance dans un contenant en verre («éprouvette»), tous les pré-embryons dont le développement semblent normal sont réimplantés dans l utérus de la femme. Les autres ovocytes sont aussi fécondés, puis congelés au cas où le premier essai échouerait. Comme on estime que seulement 30% des fécondations naturelles produisent une grossesse et un bébé en bonne santé, le taux de succès de 15 à 20%, déclaré par les cliniques de fécondation in vitro, est très bon. Généralement cette méthode engendre des naissances multiples. Le premier bébé éprouvette, Louise Brown, est né au cours de l été 1978 en Grande-Bretagne. L Injection Intracytoplasmique (IcSI) de spermatozoïdes permet de pallier certaines anomalies des spermatozoïdes qui les rendent inaptes à la fécondation (Doc. 18). A l aide d une micropipette, un spermatozoïde préalablement isolé, est injecté directement dans l ovocyte obtenu par ponction après stimulation. Deux à trois embryons ainsi obtenus sont transférés dans l utérus maternel. C est une FIVETE un peu plus complexe. L insémination artificielle (I.A) avec le sperme d un donneur, est destinée aux couples dont l homme est infertile et aux femmes célibataires. Ce fut, au cours des années 70, la première des méthodes de conception médicalement assistée. On assista alors à la création des banques de sperme congelé. Le sperme du donneur anonyme (critérié toutefois par le couple ou la mère célibataire : race, taille) est déposé dans le vagin ou le col de la femme au moment approprié du cycle (ovulation), puis on laisse la nature faire son oeuvre. Chaque année bébés américains naissent grâce à cette méthode. (Des problèmes d éthiques se posent pourtant : insémination à partir d un donneur mort, fécondation par un parent possible...) Toutes ces nouvelles techniques donnent de l espoir aux couples infertiles mais s accompagnent également de tout un cortège de problèmes juridiques et éthiques. VI -4 Le suivi des grossesses Au cours des grossesses, des examens échographiques sont systématiquement réalisés pour déceler d éventuelles anomalies dans le développement du fœtus (Doc. 19). Si le risque de malformations est important (âge de la mère supérieur à 34 ans, antécédents familiaux, mère touchée par un virus ) des examens complémentaires peuvent être réalisés : amniocentèse ou choriocentèse à partir desquelles des caryotypes, des analyses biochimiques ou des électrophorèses d ADN permettront de détecter des anomalies chromosomiques ou des maladies génétiques. En fonction des cas, un avortement thérapeutique peut être proposer aux parents.

I.6 PROCREATION (6 semaines)

I.6 PROCREATION (6 semaines) I.6 PROCREATION (6 semaines) Les mécanismes de la méiose et de la fécondation sont apparus au cours du temps en association avec des phénomènes physiologiques et comportementaux (reproduction sexuée et

Plus en détail

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère

PROCRÉATION. 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère PROCRÉATION 1. Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère 1.1. Le sexe est génétiquement défini à la fécondation par la présence des chromosomes

Plus en détail

Bilan cours Féminin, masculin

Bilan cours Féminin, masculin Bilan cours Féminin, masculin Objectifs de cette partie du programme : - (TD n 1) Exploiter diverses expériences afin de retrouver les caractéristiques du fonctionnement de l appareil reproducteur féminin

Plus en détail

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION

A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule PROCREATION PROCREATION DU SEXE GENETIQUE AU SEXE PHENOTYPIQUE A. AMH B. Testostérone C. Canaux de Wolff D. Canaux de Muller E. Gène SRY F. Protéine TDF G. Ovaire H. Testicule 1 A. AMH B. Testostérone C. Canaux de

Plus en détail

La formation de l appareil reproducteur

La formation de l appareil reproducteur CHAPITRE 5 LA PROCRÉATION 1 La formation de l appareil reproducteur Le sexe des individus est déterminé génétiquement mais la différenciation des appareils génitaux a lieu au cours du développement. Selon

Plus en détail

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation.

Thème 3 A: Féminin, masculin. Sexualité et procréation. Thème 3 A: Féminin, masculin Sexualité et procréation. I- La double fonction des glandes génitales A- l activité testiculaire. Les testicules sont constitués de nombreux tubes séminifères et d un tissu

Plus en détail

I. Les relations structure-fonction des appareils sexuels mâle et femelle

I. Les relations structure-fonction des appareils sexuels mâle et femelle Du sexe génétique au sexe phénotypique. La reproduction sexuée (méiose, fécondation) apparaît dès les eucaryotes unicellulaires. Dans le groupe des vertébrés chez les mammifères placentaires, elle se caractérise

Plus en détail

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse

Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse Leçon 4 : Rencontre des gamètes et début de grossesse I. LES PROCESSUS BIOLOGIQUES ABOUTISSANT A UNE GROSSESSE. A. Comportement reproducteur. 1) Chez les mammifères non hominidés. Chez les mammifères non

Plus en détail

Thème 3: Féminin, masculin. Chapitre 1: devenir un homme ou une femme

Thème 3: Féminin, masculin. Chapitre 1: devenir un homme ou une femme Thème 3: Féminin, masculin Chapitre 1: devenir un homme ou une femme L identité sexuelle ou identité de genre L identité sexuelle est le fait de se sentir totalement homme ou femme. Cette identité de genre

Plus en détail

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle.

Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. Chapitre 2 Les rôles des testicules et la régulation de l hormone sexuelle mâle. I. Les deux rôles des testicules. 1) Le rôle exocrine. A la puberté, la paroi des tubes séminifères s épaissie car les spermatogonies

Plus en détail

Lexique. Cellule endocrine : Cellule qui libère (sécrète) une hormone dans le sang.

Lexique. Cellule endocrine : Cellule qui libère (sécrète) une hormone dans le sang. Lexique Bioéthique : Morale concernant les questions posées par les innovations médicales qui impliquent une manipulation du vivant comme les expérimentations sur l Homme, les greffes d organes, la procréation

Plus en détail

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE.

DS Procréation. Correction OBLIGATOIRE. DS Procréation. Correction 04/09 Partie 2.1 : (3 points) Procréation OBLIGATOIRE. La différenciation sexuelle débute au cours de la vie embryonnaire et se termine à la puberté. Elle est sous contrôle génétique

Plus en détail

MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION

MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Cours 1 ère ES Enseignement scientifique APPAREIL GÉNITAL HOMME APPAREIL GÉNITAL HOMME APPAREIL GÉNITAL HOMME Méat urinaire et prépuce APPAREIL GÉNITAL HOMME Anus Méat urinaire

Plus en détail

Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction

Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction I] Régulation des naissances Chapitre 5 : La maîtrise de la reproduction 1) Méthodes de contraception et de contragestion Activité 1 : Décrire le mode d'action de différents moyens de contraception, comparer

Plus en détail

La fonction de reproduction chez l homme. I. Le testicule produit des spermatozoïdes et une hormone : la testostérone.

La fonction de reproduction chez l homme. I. Le testicule produit des spermatozoïdes et une hormone : la testostérone. La fonction de reproduction chez l homme Introduction On étudie le fonctionnement de l appareil génital chez l homme adulte. Problématiques : Comment fonctionne l appareil génital de l homme adulte? Son

Plus en détail

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux.

Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. Chapitre 9 : Le fonctionnement et la régulation des appareils génitaux. A partir de la puberté, les appareils génitaux deviennent fonctionnels. Ce fonctionnement est régulé et permet une activité continue

Plus en détail

Conférence : La reproduction humaine

Conférence : La reproduction humaine Conférence : La reproduction humaine Aide à la préparation : les connaissances dans les programmes ; quelques épreuves orales d admission relatives au thème Les contenus des programmes Programme de quatrième

Plus en détail

LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION

LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Text LA MAÎTRISE DE LA PROCRÉATION Contraception, contragestion, procréation médicalement assistée, bioéthique La régulation des naissances La régulation des naissances! Contraception : ensemble des moyens

Plus en détail

CH1 LA PROCREATION PLAN I. PRODUCTION DES SPERMATOZOÏDES COMMUNICATION HORMONALE II. PRODUCTION DES OVULES

CH1 LA PROCREATION PLAN I. PRODUCTION DES SPERMATOZOÏDES COMMUNICATION HORMONALE II. PRODUCTION DES OVULES CH1 LA PROCREATION INTRODUCTION Les organes génitaux produisent des gamètes, ovules et spermatozoïdes qui se rencontrent lors de la fécondation, dans les trompes utérines. Chez la femme, le cycle menstruel

Plus en détail

La système génital et reproducteur. Esteban Gonzalez Biologie Humaine_A12

La système génital et reproducteur. Esteban Gonzalez Biologie Humaine_A12 La système génital et reproducteur Esteban Gonzalez Biologie Humaine_A12 Les gonades Gonade Semences Testicules chez l homme et ovaire chez la femme Élaboration de gamètes (époux) n Fonction de production

Plus en détail

Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme

Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme Partie 2 : reproduction Chapitre 2 : régulation des cycles sexuels chez la femme I l aspect de certains organes varie avec le temps 1- Observations directes 2- Observations microscopiques 3- Interactions

Plus en détail

Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation

Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation Chapitre 16 Fécondation et début de grossesse. Maîtrise de la procréation Elle est enceinte, ils le voulaient. Quels sont les processus biologiques qui permettent d aboutir à une grossesse? Comment assurer

Plus en détail

Les fonctions du système génital chez l homme

Les fonctions du système génital chez l homme 1 Les fonctions du système génital chez l homme Une fonction exocrine : production des spermatozoïdes (= spermatogenèse) Une fonction endocrine : sécrétion de testostérone Spermatogenèse La spermatogenèse

Plus en détail

AMH et testostérone chez l homme de l âge fœtal à l âge adulte, dosage plasmatique

AMH et testostérone chez l homme de l âge fœtal à l âge adulte, dosage plasmatique cristal de proprionate de testostérone Différenciation sexuelle embryonnaire et fœtale La Recherche hors série n nov.00 homme semaines /: différenciation des cordons séminifères et des cellules de Sertoli

Plus en détail

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine

Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Partie 2 : La reproduction humaine La reproduction humaine Qu est ce que la reproduction humaine? Quelles sont les étapes nécessaires à la conception d un enfant? L' Homme est-il toujours en capacité de

Plus en détail

Comportement reproductif et fécondation. Cours de Première S

Comportement reproductif et fécondation. Cours de Première S Comportement reproductif et fécondation Cours de Première S Hormones et comportement sexuel Hormones et comportement sexuel! Sommation spatio-temporelle des neurones de l hypothalamus! Intègrent des messages

Plus en détail

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire

Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Chapitre 5 : devenir apte à se reproduire Mais, que dois-je savoir? Pour rattraper un cours manquant, retrouve-le sur le site du collège dans la rubrique «enseignements» : Contrat-élève 4 ème Chapitre

Plus en détail

Les courbes traduisent les variations des taux plasmatiques des hormones observées au cours de l'expérience.

Les courbes traduisent les variations des taux plasmatiques des hormones observées au cours de l'expérience. PROCRÉATION SUJET 1 Chez la femelle de Mammifères, les gonadostimulines sont sécrétées de façon cyclique. On observe un taux très bas de gonadostimulines durant presque tout le cycle, excepté un pic de

Plus en détail

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013

Axe gonadotrope chez l adulte. Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Axe gonadotrope chez l adulte Pr C Mathieu UE Hormonologie-Reproduction Octobre 2013 Organisation générale de l appareil hypothalamo-hypophysaire JC CZYBA Hypothalamus gonadotrope: GnRH GnRH =Gonadotropin

Plus en détail

CORPS HUMAIN ET SANTE (3)

CORPS HUMAIN ET SANTE (3) CORPS HUMAIN ET SANTE (3) Sexualité et procréation (suite) Bases biologiques du plaisir Des études en laboratoire ont montré que la satisfaction procurée par différents comportements incite certains animaux

Plus en détail

Lexique du cours de 1ère L La procréation

Lexique du cours de 1ère L La procréation Lexique du cours de 1ère L La procréation Ablation : suppression d'un organe. Amniocentèse : analyse du caryotype de cellules embryonnaires prélevées dans le liquide amniotique. Elle permettra de détecter

Plus en détail

LA PROCRÉATION PARTIE I. Des processus biologiques contrôlés par les hormones

LA PROCRÉATION PARTIE I. Des processus biologiques contrôlés par les hormones LA PROCRÉATION PARTIE I Des processus biologiques contrôlés par les hormones La reproduction humaine est une reproduction sexuée - Cela suppose la rencontre entre un gamète femelle, l ovule, et un gamète

Plus en détail

Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE

Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE Chap. 6 : ÊTRE CAPABLE DE TRANSMETTRE LA VIE La puberté est une période de transition entre l enfance et l âge adulte. Elle est caractérisée par un ensemble de transformations qui vont faire d un enfant

Plus en détail

Fertilité et Infertilité. Thongdam,P5,IFMT 1

Fertilité et Infertilité. Thongdam,P5,IFMT 1 Fertilité et Infertilité Thongdam,P5,IFMT 1 Définition: La fertilité ou fécondité: capacité de procréer que possède normalement toute personne en santé et sexuellement mature. Ou classification québécoise

Plus en détail

CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE

CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE CHAPITRE 1 : L ACTIVITE GENITALE DE L HOMME ET SON CONTROLE I] La production des spermatozoïdes Rappel : Les premiers signes du fonctionnement de l appareil génital masculin sont les premières émissions

Plus en détail

PHYSIOLOGIE DE LA REPRODUCTION. Introduction. 1. Anatomie de l'appareil génital féminin

PHYSIOLOGIE DE LA REPRODUCTION. Introduction. 1. Anatomie de l'appareil génital féminin PHYSIOLOGIE DE LA REPRODUCTION 1. Anatomie de l'appareil génital féminin 2. Formation des ovocytes et ovulation 3. Anatomie de l'appareil génital masculin 4. Formation des spermatozoïdes et éjaculation

Plus en détail

Le système reproducteur

Le système reproducteur Le système reproducteur et la périnatalité chez l humain Cours en ligne BIO-5062-2 Corrigé de l autoévaluation Juin 2005 L autoévaluation a été produite par la Société de formation à distance des commissions

Plus en détail

LEXIQUE DU COURS DE. THEME Procréation

LEXIQUE DU COURS DE. THEME Procréation LEXIQUE DU COURS DE 1ERE ES SVT THEME Procréation Remarque préliminaire : ce lexique n'a pas la prétention ni l'objectif d'être encyclopédique ou exhaustif sur le thème. Il est simplifié et pourrait représenter

Plus en détail

B. Féminin/Masculin. Caryotype d une femme : 44 chromosomes homologues + XX Caryotype d un homme : 44 chromosomes homologues + XY

B. Féminin/Masculin. Caryotype d une femme : 44 chromosomes homologues + XX Caryotype d un homme : 44 chromosomes homologues + XY c. LEXIQUE AMH (Hormone Anti-Mulérienne) : Hormone produite par les testicules du foetus mâle entraînant la régression des canaux de Mu ller au cours du développement foetal. Canal de Müller : fait partie

Plus en détail

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule

1- Interpréter les résultats du document 1. 2- L adjudine est considérée comme pilule Matière : Biologie Classe : SV Traiter les exercices suivants: Exercice 1: Fonctions des cellules de Sertoli Le testicule a deux fonctions : produire de la testostérone (hormone mâle) et produire des spermatozoïdes.

Plus en détail

Séquence 3. Féminin/Masculin. Sommaire

Séquence 3. Féminin/Masculin. Sommaire Séquence 3 Féminin/Masculin Sommaire 1. Devenir femme ou homme 2. Prendre en charge de façon conjointe sa vie sexuelle 3. Vivre sa sexualité Exercices de la séquence 3 Lexique 1 1 Devenir femme ou homme

Plus en détail

Chez la femme, le nombre de gamète est terminé au cours de la vie intra utérine. Aucun ovogonie ne sera formé après.

Chez la femme, le nombre de gamète est terminé au cours de la vie intra utérine. Aucun ovogonie ne sera formé après. FICHE 7 La femme Lors de l ovogenèse, un seul gamète est formé tous les mois. Chez la femme, le nombre de gamète est terminé au cours de la vie intra utérine. Aucun ovogonie ne sera formé après. L ovule

Plus en détail

Dr E. CHEVRET Maitrise Procréation UE2 PACES 2011-2012. Maitrise de la procréation

Dr E. CHEVRET Maitrise Procréation UE2 PACES 2011-2012. Maitrise de la procréation Maitrise de la procréation I. Notion de contraception 1. Les méthodes naturelles 2. Les contraceptifs locaux 3. Les préservatifs 4. Les pilules 5. Les dispositifs intra-utérins II. L assistance médicale

Plus en détail

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation

Chapitre 2 : La maitrise de la procréation Chapitre 2 : La maitrise de la procréation 1 INTRODUCTION : La capacité de procréer implique de prendre en charge de façon responsable et conjointe sa vie sexuelle. Il existe des méthodes permettant de

Plus en détail

Santé de la femme L insémination artificielle avec don de sperme Santé de la femme DÉPARTEMENT D'OBSTETRIQUE, GYNÉCOLOGIE ET RÉPRODUCTION Ref. 123 / 2009 Service de Médecine de la Reproduction Servicio

Plus en détail

Docteur Anne-Karen FAURE

Docteur Anne-Karen FAURE UE2 : Histologie - Biologie du développement et de la Reproduction Chapitre 2 : Ovogenèse, folliculogenèse, fécondation Docteur Anne-Karen FAURE Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier

Plus en détail

Éducation à la sexualité et à la responsabilité. La contraception L avortement La stérilité L'aide à la procréation

Éducation à la sexualité et à la responsabilité. La contraception L avortement La stérilité L'aide à la procréation Éducation à la sexualité et à la responsabilité La contraception L avortement La stérilité L'aide à la procréation Définition contraception : Empêcher la conception d un embryon (la rencontre entre les

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA)

Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Maîtrise de la reproduction : Procréation médicalement assistée (PMA) Historique 25 juillet 1978 : Naissance du premier bébé éprouvette en Angleterre 24 février 1982 : Naissance du premier bébé éprouvette

Plus en détail

Partie 2 : Féminin Masculin

Partie 2 : Féminin Masculin Partie 2 : Féminin Masculin Fiche 1 : Différences à différentes échelles entre sexes féminin et masculin L appareil génital de la femme Ovaires : lieu de production des ovocytes. Chaque mois, un ovocyte

Plus en détail

Systèmes de reproduction féminin et masculin

Systèmes de reproduction féminin et masculin Systèmes de reproduction féminin et masculin trompe ovaire utérus canal déférent vessie vessie pénis urètre testicule Objectif du cours : Expliquer production des gamètes Gamétogenèse féminine réalisée

Plus en détail

Le fonctionnement de l'appareil reproducteur féminin.

Le fonctionnement de l'appareil reproducteur féminin. Chapitre 3 : Le fonctionnement de l'appareil reproducteur féminin. OC : A partir de la puberté, le fonctionnement des organes reproducteurs est cyclique chez la femme jusqu à la ménopause. A chaque cycle,

Plus en détail

TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation

TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation Partie 4 - Chapitre 4 TaleS TP-TD 5 : Applications des connaissances dans la maîtrise de la procréation Objectifs et compétences : - saisir des informations ( I ) - analyser des résultats expérimentaux

Plus en détail

Chapitre 16 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE SEXUELLE FEMININE

Chapitre 16 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE SEXUELLE FEMININE Chapitre 16 ANATOMIE ET PHYSIOLOGIE SEXUELLE FEMININE I. ANATOMIE DE L APPAREIL GENITAL FEMININ A. Description anatomique 3 1 6 2 7 4 5 Vessie 8 Urètre 9 11 12 13 10 DESCRIPTION ANATOMIQUE 1 : Ovaires

Plus en détail

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme?

TP2. Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? TP2 Pb: Quel sont les rôles des testicules chez l Homme? Comment est régulée la fonction de reproduction chez l Homme? Lycée E. Delacroix 1 ère S Programme 2011 Activité 1 : diagnostic d un cas de stérilité

Plus en détail

SVT TS : Procréation Connaissances exigibles

SVT TS : Procréation Connaissances exigibles SVT TS : Procréation Connaissances exigibles I Le sexe génétique détermine la mise en place du sexe phénotypique au cours du développement d un mammifère. A Le sexe est génétiquement défini à la fécondation

Plus en détail

Contraceptifs : Mode d action chimique

Contraceptifs : Mode d action chimique Pilule Modalité de mise en œuvre Un comprimé par jour à heure régulière Contraceptifs : Mode d action chimique > 99 % Voie orale, facile d utilisation Modification du mucus du Implant Inséré sous la peau

Plus en détail

IV. Rencontre des gamètes et début de grossesse :

IV. Rencontre des gamètes et début de grossesse : TS- SVT - Chapitre 5 PROCREATION (suite) IV. Rencontre des gamètes et début de grossesse : TP procréation - 4 1 ) La fécondation : La fécondation a lieu dans la partie terminale des trompes (oviducte)

Plus en détail

REGULATION DE LA FONCTION REPRODUCTRICE CHEZ LA FEMME

REGULATION DE LA FONCTION REPRODUCTRICE CHEZ LA FEMME 8 REGULATION DE LA FONCTION REPRODUCTRICE CHEZ LA FEMME Objectifs : à partir d'expériences, dégager les rôles des oestrogènes et de la progestérone en relation avec les cycles sexuels présenter les cycles

Plus en détail

L appareil reproducteur

L appareil reproducteur L appareil reproducteur I. Généralités * les organes reproducteurs sont appelés : les gonades. homme = testicule. femme = ovaires *pour les 2 sexes, 2 fonctions des gonades : - Etre des cellules reproductrices

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... 3

TABLE DES MATIÈRES. Avant-propos... 3 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos... 3 CHAPITRE 1. Déterminisme génétique du sexe... 5 1. Détermination du sexe : chromosome Y, TDF, SRY... 5 A. Chromosome Y... 5 B. TDF, SRY... 6 II. Sexe gonadique... 7

Plus en détail

Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation

Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation Maitrise de la procréation et Assistance médicale à la procréation Introduction La maitrise de la procréation et L assistance médicale à la procréation I. Notion de contraception 1. Les méthodes naturelles

Plus en détail

TRANSMISSION DE LA VIE

TRANSMISSION DE LA VIE TRANSMISSION DE LA VIE CHAPITRE I CHAPITRE II ANATOMIE DES APPAREILS REPRODUCTEURS. GAMETOGENESE OU FORMATION DES GAMETES CHAPITRE III REGULATION DE LA FONCTION REPRODUCTRICE CHAPITRE IV STERILITE ET MAÎTRISE

Plus en détail

Chapitre 2 : Fonctionnement des appareils génitaux chez l'homme

Chapitre 2 : Fonctionnement des appareils génitaux chez l'homme Chapitre 2 : Fonctionnement des appareils génitaux chez l'homme Problème : Comment fonctionne l'appareil génital mâle? I L'appareil génital mâle : A Anatomie et fonctionnement du testicule : Activité 1

Plus en détail

Thème 4. Féminin, masculin. Chapitre 1. Devenir femme ou homme

Thème 4. Féminin, masculin. Chapitre 1. Devenir femme ou homme Thème 4 Féminin, masculin 2 Du sexe chromosomique au sexe gonadique [pp. 204-205 du manuel de l élève] Chapitre 1 1 Les phénotypes sexuels Devenir femme ou homme Les phénotypes masculin et féminin se distinguent

Plus en détail

Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né

Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né Thème 3 Transmission de la vie chez l Homme Chapitre 2 L origine et le développement du nouveau-né Que se passe-t-il pour que ce nouveau-né puisse voir le jour? rencontre de l ovule et du spermatozoïde,

Plus en détail

L Appareil Génital Féminin

L Appareil Génital Féminin L Appareil Génital Féminin Structure générale Organes génitaux internes Ovaires, trompes, utérus, vagin Organes génitaux externes Vulve, clitoris Production des gamètes féminins (ovules) Lieu de la fécondation

Plus en détail

Comment la production des gamètes est-elle contrôlée? Par quels moyens la procréation peut-elle être maîtrisée?

Comment la production des gamètes est-elle contrôlée? Par quels moyens la procréation peut-elle être maîtrisée? Comment la production des gamètes est-elle contrôlée? Par quels moyens la procréation peut-elle être maîtrisée? En plus de produire les gamètes (.....), Spermatozoïde les testicules contrôlent le fonctionnement

Plus en détail

CLASSE PREPARATOIRE TD n 55... Biologie, Reproduction QCM 1. La spermatogenèse : a. la spermatogenèse est un phénomène continu qui débute à la puberté b. La spermatogenèse concerne toutes les cellules

Plus en détail

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400

Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme. Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Régulation physiologique de l'axe gonadotrope chez l'homme Coupe de testicule de rat observée au microscope, grossissement x 400 Cortex cérébral Hypothalamus ige pituitaire Hypophyse antérieure Bulbe rachidien

Plus en détail

Devoir de contrôle n 1

Devoir de contrôle n 1 Lycée Gaafour 2 Professeur : MESSAOUDI Mohsen Devoir de contrôle n 1 Matière : S.V.T 12/11/2011 4 ème Sc.Exp Durée : 2 heures Partie I (12 points) Exercice I Sur votre copie, reportez le numéro de chaque

Plus en détail

Comportement sexuel, maîtrise de la reproduction

Comportement sexuel, maîtrise de la reproduction 1 PARTIE F Comportement sexuel, maîtrise de la reproduction 2 Chez les Mammifères femelles, une gestation est possible en théorie dès la puberté. Dans le groupe des Vertébrés, chez les Mammifères placentaires

Plus en détail

Chapitre 6 : LA PROCREATION H1 + - H2. ces caractères, on en déduit que les testicules produisent une hormone masculinisante : la testostérone

Chapitre 6 : LA PROCREATION H1 + - H2. ces caractères, on en déduit que les testicules produisent une hormone masculinisante : la testostérone Chapitre 6 : LA PROCREATION Introduction Définition : LA PROCREATION : C est l action d engendrer un nouvel individu en parlant de l espèce humaine. Elle comprend toutes les étapes allant de la formation

Plus en détail

Croissance et développement

Croissance et développement Croissance et développement Auteur : Frédéric Puech Formateur SVT ESPE de Bretagne Objectifs Ce cours en ligne vous apportera une information de base, richement illustrée, concernant la thématique «Croissance

Plus en détail

Hypogonadisme. Axe gonadotrope

Hypogonadisme. Axe gonadotrope Hypogonadisme Axe gonadotrope Différentiation sexuelle pré-natale chez le fœtus male Activité de l axe Gonadotrope Testostérone Période fœtale 1 à 6 mois «mini puberté» 29 Septembre 2010 Puberté / Adulte

Plus en détail

REGULATION DE LA FONCTION REPRODUCTRICE CHEZ LA FEMME

REGULATION DE LA FONCTION REPRODUCTRICE CHEZ LA FEMME 8 REGULATION DE LA FONCTION REPRODUCTRICE CHEZ LA FEMME Objectifs : à partir d'expériences, dégager les rôles des oestrogènes et de la progestérone en relation avec les cycles sexuels présenter les cycles

Plus en détail

Fécondation In Vitro (FIV / ICSI)

Fécondation In Vitro (FIV / ICSI) Fécondation In Vitro (FIV / ICSI) Définition La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée (PMA) qui consiste à féconder un ovocyte (ou gamète féminin) par un spermatozoïde

Plus en détail

Partie II La transmission de la vie chez l homme

Partie II La transmission de la vie chez l homme Partie II La transmission de la vie chez l homme Chapitre 6 : Devenir un homme ou une femme. Introduction : L adolescence est une étape très importante dans la vie d un individu. Le corps change, la personnalité

Plus en détail

Reproduction Campbell chapitre 46

Reproduction Campbell chapitre 46 Reproduction Campbell chapitre 46 http://www.courtauld.ac.uk/gallery/exhibitions/2007/cranach/adam-eve5.jpg Reproduction Reproduction Asexuée Descendants proviennent d un seul individu Sexuée Fusion de

Plus en détail

Reproduction Humaine : Devenir Homme ou Femme. Tania DERY Génétique Médicale

Reproduction Humaine : Devenir Homme ou Femme. Tania DERY Génétique Médicale Reproduction Humaine : Devenir Homme ou Femme Tania DERY Génétique Médicale Vendredi 14 Février 2014 Définitions Caryotype : Examen des chromosomes contenus dans le noyau d une cellule et qui sont le support

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle

Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Chapitre 2: Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Avant la séance [youtube https://www.youtube.com/watch?v=orlubkbwdw8&w=420&h=315] A l'aide de la vidéo, construire une frise

Plus en détail

I. Les cycles sexuels féminins

I. Les cycles sexuels féminins La régulation de la fonction de reproduction chez la femme Introduction : Activité 1 : Morphologie et anatomie de l appareil génital de la femme La fonction de reproduction chez la femme se déroule de

Plus en détail

LE CONTROLE DES CYCLES SEXUELS CHEZ LA FEMME

LE CONTROLE DES CYCLES SEXUELS CHEZ LA FEMME I] L appareil génital de la femme LE CONTROLE DES CYCLES SEXUELS CHEZ LA FEMME II] Cycle menstruel Cycle menstruel théorique : Chez la femme, le fonctionnement de l appareil reproducteur est cyclique de

Plus en détail

Spermatogenèse, ovogenèse, Mr Hamamah

Spermatogenèse, ovogenèse, Mr Hamamah : Spermatogenèse, ovogenèse, fécondation Mr Hamamah UE 2 UE2 (Embryologie) - Séance séance 1n 2 1 I. Généralités 1. La reproduction sexuée 2 2. Différence gamétogenèse masculine et féminine -Durée : Homme

Plus en détail

Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG

Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG Maîtrise de la reproduction : Contraception, contragestion et IVG Historique 1978 : Affiche du mouvement français pour le planning familial (MFPF) Source : Planning familial Au XXI e siècle : 2000-2005

Plus en détail

Pr Laurent Morel. Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire

Pr Laurent Morel. Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire UMR 6547 CNRS Génétique des Eucaryotes & Endocrinologie Moléculaire Pr Laurent Morel Recherche : Signalisation Androgénique nique et cancer de la prostate Enseignement : Physiologie et Endocrinologie Moléculaire

Plus en détail

I Sexualité sans procréation

I Sexualité sans procréation Page 1 sur 7 Fé minin, masculin I Sexualité sans procréation 1. Pour comprendre : Chez la femme a. Cycles sexuels féminins La femme est soumise à un cycle d une durée moyenne de 28 jours. Il se met en

Plus en détail

Thème 3 : FEMININ MASCULIN. Chapitre 1 : Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle

Thème 3 : FEMININ MASCULIN. Chapitre 1 : Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Thème 3 : FEMININ MASCULIN Chapitre 1 : Prendre en charge de façon conjointe et responsable sa vie sexuelle Comment la connaissance des fonctions de reproduction a-telle permis de maîtriser et de faire

Plus en détail

Fille ou garçon? Le développement des organes génitaux LIVRET D INFORMATION

Fille ou garçon? Le développement des organes génitaux LIVRET D INFORMATION Fille ou garçon? Le développement des organes génitaux LIVRET D INFORMATION POURQUOI CE LIVRET? Un enfant peut naître avec une anomalie des organes génitaux. Cette anomalie est dans certains cas suspectée

Plus en détail

La contraception après le 1 enfant

La contraception après le 1 enfant er La contraception après le 1 enfant Bayer Santé Division Bayer Schering Pharma www.bayerscheringpharma.fr PP000869-0907 - Bayer Santé - SAS au capital de 47 857 291,14-706 580 149 RCS Nanterre Toutes

Plus en détail

Anatomie physiologique de l appareil génital

Anatomie physiologique de l appareil génital Anatomie physiologique de l appareil génital Définition : L appareil génital assure la fonction de reproduction grâce aux spermatozoïdes produits par les testicules chez l homme et aux ovules chez la femme.

Plus en détail

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE

ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE Extrait cours svt 4e ORGANISATION DU PREMIER TRIMESTRE SEMAINES LEÇONS DEVOIRS À SOUMETTRE 1 Partie 1 : La transmission de la vie chez l homme Chapitre 1 : De l enfance à l âge adulte Activités 1 et 2

Plus en détail

Chapitre 2 : Régulation de la fonction reproductrice chez la femme

Chapitre 2 : Régulation de la fonction reproductrice chez la femme Connaissances La régulation de l axe gonadotrope féminin intègre des communications nerveuses et hormonales. L'hypothalamus et l'hypophyse sont deux organes étroitement associés et situés à la base du

Plus en détail

4 La procréation et sa maîtrise

4 La procréation et sa maîtrise Terminale S 48/53 4 La procréation et sa maîtrise 4.1 La fécondation 4.1.1 Modifications comportementales [324.A1] Les hormones sexuelles sont responsables de modifications comportementales : Les oestrogènes

Plus en détail

2010 - Nouvelle Calédonie. Le complexe hypothalamo-hypophysaire est impliqué dans un grand nombre de régulations dans l'organisme.

2010 - Nouvelle Calédonie. Le complexe hypothalamo-hypophysaire est impliqué dans un grand nombre de régulations dans l'organisme. PROCREATION Leçon 2 : REGULATION DE L'AXE PHYSIOLOGIQUE GONADOTROPE CHEZ L HOMME ROC 2010 - Nouvelle Calédonie Le complexe hypothalamo-hypophysaire est impliqué dans un grand nombre de régulations dans

Plus en détail

Physiologie des testicules

Physiologie des testicules Plan généralg Physiologie des testicules PC 2 Module endocrinologie J.O. Fortrat Explorations Fonctionnelles Vasculaires CHU d'angers 1. Androgè testiculaires 2. Régulation Axe hypothalamo-hypophysaire

Plus en détail

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010

BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 BACCALAUREAT TECHNOLOGIQUE SCIENCES ET TECHNOLOGIES DE LA SANTE ET DU SOCIAL BIOLOGIE ET PHYSIOPATHOLOGIE HUMAINES SESSION 2010 Durée : 3 h 30 Coefficient : 7 Avant de composer, le candidat s assurera

Plus en détail

La maîtrise de la procréation dans l espèce humaine

La maîtrise de la procréation dans l espèce humaine La maîtrise de la procréation dans l espèce humaine La procréation est, depuis les époques les plus anciennes, une des préoccupations majeures de l espèce humaine. Dès l Antiquité existaient des pratiques

Plus en détail