Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions"

Transcription

1 Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions Par STEPHEN SPECTOR, M.A., FCGA Cet article s inscrit dans une série d articles de Brian et Laura Friedrich et de Stephen Spector sur la transition vers les Normes internationales d information financière (IFRS) qui seront publiés dans le Reper. Aperçu L IFRS 2 Survol de l IFRS 2 Différences par rapport aux PCGR canadiens Aperçu Publication initiale Février 2004 Modifications ultérieures Date d entrée en vigueur recommandée par l IASB 2006, 2008 et 2009 (pour refléter les changements apportés à diverses normes) Exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2005 Date d entrée en vigueur au Canada Exposés-sondages en cours et questions à l étude Exercices ouverts à compter du 1 er janvier Aucun L IFRS 2 Objectif L objectif de l IFRS 2 est de spécifier l information financière à présenter par une entité qui entreprend une transaction dont le paiement est fondé sur des actions. En particulier, elle impose à une entité de refléter dans son résultat et dans sa situation financière les effets des transactions dont le paiement est fondé sur des actions, y compris les charges liées à des transactions attribuant aux membres du personnel des options sur action ( 1). CGA-Canada, Du point de vue strictement technique, l adoption de l IFRS 2 ne sera exigée que pour les exercices ouverts à compter du 1 er janvier Cependant, exception faite des différences décrites à la fin du présent article, le chapitre 3870 du Manuel est en convergence avec l IFRS 2. Il est à noter que, bien que le chapitre 3870 ait été publié avant l IFRS 2, les exigences des deux normes sont presque identiques.

2 Champ d application L IFRS 2 s applique à toutes les transactions dont le paiement est fondé sur des actions, y compris les transactions conclues avec des membres du personnel et d autres parties, qui sont réglées en trésorerie, en autres actifs ou en instruments de capitaux propres de l entité. L IFRS 2 ne prévoit aucune exception, sauf pour les transactions à l égard desquelles d autres normes s appliquent (dans la plupart des cas, l IFRS 3, Regroupements d entreprises). L IFRS 2 s applique également aux transferts d instruments de capitaux propres de la société mère de l entité, ou d instruments de capitaux propres d une autre entité appartenant au même groupe que l entité, à des tiers qui ont fourni à l entité des biens ou des services. Plus précisément, l IFRS 2 s applique (sous réserve des exceptions limitées énoncées aux paragraphes 5 et 6) : a) aux transactions dont le paiement est fondé sur des actions et qui sont réglées en instruments de capitaux propres, par lesquelles l entité reçoit des biens ou des services en contrepartie d instruments de capitaux propres de l entité (y compris des actions ou des options sur action), b) aux transactions dont le paiement est fondé sur des actions et qui sont réglées en trésorerie, par lesquelles l entité acquiert des biens ou des services en contractant à l égard de ce fournisseur de biens ou de services des passifs dont le montant est fondé sur le prix (ou sur la valeur) des actions de l entité ou de tout autre instrument de capitaux propres de l entité, et c) aux transactions par lesquelles l entité reçoit ou acquiert des biens ou des services et dont les caractéristiques de l accord laissent soit à l entité, soit au fournisseur de ces biens ou services, le choix entre un règlement de la transaction en trésorerie (ou en autres actifs) ou par émission d instruments de capitaux propres ( 2). Le principe général de l IFRS 2 veut que l entité comptabilise une charge au titre des biens ou services (ou un actif, si les biens ou services reçus satisfont aux critères de comptabilisation d un actif), l écriture créditrice étant portée aux capitaux propres ou au passif (suivant la catégorie dans laquelle le paiement fondé sur des actions attribuées est classé). Pour les comptables, le problème réside dans le fait que les définitions de «capitaux propres» et de «passif» énoncées dans l IFRS 2 sont différentes de celles qui sont énoncées dans l IAS 32, Instruments financiers : Présentation, et l IAS 39, Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation. Définitions Les principales définitions sont présentées à l annexe A de l IFRS 2. Transaction dont le paiement est fondé sur des actions réglée en trésorerie : Transaction dont le paiement est fondé sur des actions par laquelle l entité acquiert des biens ou des services en contractant un passif représentant l obligation de transférer de la trésorerie ou d autres actifs au fournisseur de ces biens ou services, à hauteur de montants basés sur le prix (ou la valeur) des actions de l entité ou de tout autre instrument de capitaux propres de l entité. Transaction dont le paiement est fondé sur des actions réglée en instruments de capitaux propres : Transaction dont le paiement est fondé sur des actions par laquelle l entité reçoit des biens ou des services en contrepartie d instruments de capitaux propres de l entité (y compris des actions ou des options sur action). Date d attribution : Date à laquelle l entité et l autre partie (y compris un membre du personnel) acceptent un accord de paiement fondé sur des actions, c est-à-dire la date à laquelle l entité et l autre partie ont une compréhension commune des caractéristiques et conditions de l accord. À la date d attribution, l entité accorde à l autre partie le droit d obtenir de la trésorerie, d autres actifs ou des instruments de capitaux propres de l entité, Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 2

3 pour autant que les éventuelles conditions d acquisition spécifiées du droit soient remplies. Si cet accord est soumis à un processus d approbation (par exemple, par des actionnaires), la date d attribution est la date à laquelle l approbation a été obtenue. Valeur intrinsèque : Différence entre la juste valeur des actions que l autre partie a le droit (conditionnel ou inconditionnel) de souscrire ou qu elle a le droit de recevoir, et le prix que l autre partie est tenue de payer pour ces actions. Par exemple, une option sur action assortie d un prix d exercice de 50 $ relative à une action dont la juste valeur s élève à 35 $, a une valeur intrinsèque de 15 $. Condition de marché : Condition dont dépendent le prix d exercice, l acquisition ou la faculté d exercer un instrument de capitaux propres, qui est liée au prix de marché des instruments de capitaux propres de l entité, soit directement ou indirectement, par exemple atteindre un prix d action spécifié ou un montant spécifié de valeur intrinsèque, ou réaliser un objectif spécifique basé sur le prix de marché des instruments de capitaux de l entité par comparaison à un indice. Date d évaluation : Date à laquelle la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués est évaluée aux fins de la Norme. Pour des transactions conclues avec des membres du personnel et des tiers fournissant des services similaires, la date d évaluation est la date d attribution. Pour des transactions avec des parties autres que les membres du personnel (et les tiers fournissant des services similaires), la date d évaluation est la date à laquelle l entité obtient les biens, ou encore celle où l autre partie fournit le service. Conditions accessoires à l acquisition des droits : Toute condition qui ne comprend pas explicitement l exigence de fournir des services est une condition accessoire à l acquisition des droits. Accord de paiement fondé sur des actions : Accord entre l entité et une autre partie (y compris un membre du personnel) visant à conclure une transaction dont le paiement est fondé sur des actions, qui donne à l autre partie le droit de recevoir de la trésorerie ou d autres actifs de l entité à hauteur de montants basés sur le prix des actions de l entité ou d autres instruments de capitaux propres de l entité, ou de recevoir des instruments de capitaux propres de l entité, pourvu que les éventuelles conditions d acquisition spécifiées de ce droit soient remplies. Cette disposition s applique également aux transferts d instruments de capitaux propres de la société mère de l entité, ou d instruments de capitaux propres d une autre entité appartenant au même groupe que l entité, à des tiers qui ont fourni à l entité des biens ou des services. Transaction dont le paiement est fondé sur des actions : Transaction par laquelle l entité reçoit des biens ou des services en contrepartie d instruments de capitaux propres de l entité (y compris des actions ou des options sur action), ou acquiert des biens ou des services pour des montants basés sur le prix des actions de l entité ou de tout autre instrument de capitaux propres de l entité. Option sur action : Contrat qui donne au porteur le droit, mais pas l obligation, de souscrire des actions de l entité à un prix fixe ou déterminable, pendant une période spécifiée. S acquérir : Devenir un droit. Dans le cadre d un accord de paiement fondé sur des actions, le droit d une autre partie à recevoir de la trésorerie, d autres actifs, ou des instruments de capitaux propres de l entité s acquiert dès que le droit de cette autre partie n est plus soumis à la satisfaction de conditions d acquisition de droits. Conditions d acquisition de droits : Dans le cadre d un accord de paiement fondé sur des actions, conditions qui déterminent si l entité reçoit les services qui ouvrent pour l autre partie le droit à recevoir de la trésorerie, d autres actifs ou des instruments de capitaux propres de l entité. Les conditions d acquisition de droits sont soit des conditions de service, soit des conditions de performance. Les conditions de service imposent à l autre partie la réalisation d une période de service spécifiée. Les conditions de performance imposent à l autre partie une période de service spécifiée, ainsi que la réalisation Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 3

4 Survol de l IFRS 2 Comptabilisation d objectifs de performance spécifiés. Une condition de performance peut englober une condition de marché. Une entité doit comptabiliser les biens ou services reçus ou acquis dans le cadre d une transaction dont le paiement est fondé sur des actions, au moment où elle obtient les biens ou au fur et à mesure qu elle reçoit les services. L entité doit comptabiliser en contrepartie soit une augmentation de ses capitaux propres si les biens ou services ont été reçus dans le cadre d une transaction dont le paiement est fondé sur des actions et qui est réglée en instruments de capitaux propres, soit un passif si les biens ou services ont été acquis dans le cadre d une transaction dont le paiement est fondé sur des actions et qui est réglée en trésorerie ( 7). Lorsque les biens ou services reçus ou acquis dans le cadre d une transaction dont le paiement est fondé sur des actions ne remplissent pas les conditions de comptabilisation en tant qu actifs, ils doivent être comptabilisés en charges ( 8). Transactions dont le paiement est fondé sur des actions réglées en instruments de capitaux propres Pour des transactions dont le paiement est fondé sur des actions et qui sont réglées en instruments de capitaux propres, l IFRS 2 exige de l entité qu elle évalue les biens ou les services reçus et l augmentation de capitaux propres qui en est la contrepartie, directement, à la juste valeur des biens ou services reçus, sauf si cette juste valeur ne peut être estimée de façon fiable. Si l entité ne peut estimer de façon fiable la juste valeur des biens ou des services reçus, elle doit en évaluer la valeur et l augmentation des capitaux propres qui en est la contrepartie, indirectement, par référence à la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués ( 10). Pour les transactions effectuées avec des membres du personnel et des tiers fournissant des services similaires, l entité doit évaluer la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués, car il n est habituellement pas possible d estimer de manière fiable la juste valeur des services reçus des membres du personnel. La juste valeur de ces instruments de capitaux propres doit être évaluée à la date d attribution ( 11). Il est à noter que l IFRS 2 fait appel à un modèle fondé sur la «date d attribution». Selon ce modèle, l entité évalue la juste valeur des paiements fondés sur des actions attribuées à des membres du personnel à la date d attribution. L entité n ajuste pas la juste valeur par la suite (même si la valeur devient plus ou moins élevée ou si les droits ne sont pas acquis en définitive), sauf si l attribution est modifiée. Cette approche peut amener l entité à comptabiliser une charge même si le membre du personnel ne touche aucun avantage. Pour les transactions avec des parties autres que des membres du personnel (et des tiers fournissant des services similaires), il existe une présomption réfutable que la juste valeur des biens ou services reçus peut être estimée de manière fiable. Cette juste valeur doit être évaluée à la date à laquelle l entité obtient les biens ou l autre partie fournit le service. Dans de rares cas, si l entité réfute cette présomption, la transaction doit être évaluée par référence à la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués, évalués à la date à laquelle l entité obtient les biens ou à laquelle l autre partie fournit le service ( 13). Transactions dans lesquelles des services sont reçus Si les instruments de capitaux propres sont acquis immédiatement (l autre partie n est pas tenue d achever une période de service spécifique avant d avoir inconditionnellement droit à ces instruments de capitaux propres), l entité doit présumer que les services rendus par l autre partie (en échange des instruments de capitaux propres) ont été reçus. Dans ce cas, à la date Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 4

5 d attribution, l entité doit comptabiliser intégralement les services reçus, et l augmentation des capitaux propres qui en est la contrepartie ( 14). Si les instruments de capitaux propres attribués ne sont pas acquis avant que l autre partie n ait achevé une période de service spécifiée, l entité doit présumer que les services à rendre par l autre partie seront reçus à l avenir soit pendant la période d acquisition des droits. L entité comptabilise ces services et l augmentation des capitaux propres qui en est la contrepartie, au fur et à mesure qu ils sont rendus par l autre partie pendant la période d acquisition des droits ( 15). Juste valeur Selon l IFRS 2, la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués doit se fonder sur les prix de marché éventuellement disponibles, en prenant en compte les caractéristiques et conditions spécifiques auxquelles ces instruments de capitaux propres ont été attribués ( 16). En l absence de prix de marché, la juste valeur est estimée au moyen d une technique d évaluation pour déterminer ce qu aurait été le prix de ces instruments de capitaux propres à la date d évaluation lors d une transaction conclue dans des conditions de concurrence normale, entre parties bien informées et consentantes ( 17). Conditions d acquisition des droits Pour les biens ou services évalués par référence à la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués, l IFRS 2 précise que les conditions d acquisition autres que des conditions de marché ne doivent pas être prises en considération lors de l estimation de la juste valeur des actions ou des options à la date d évaluation (comme il a été mentionné). En revanche, les conditions d acquisition doivent être prises en considération en ajustant le nombre d instruments de capitaux propres compris dans l évaluation du montant de la transaction, de sorte que le montant finalement comptabilisé pour les biens ou les services reçus en contrepartie des instruments de capitaux propres attribués soit bien basé sur le nombre d instruments de capitaux propres finalement acquis. Dès lors, sur une base cumulée, aucun montant n est comptabilisé pour des biens ou des services reçus si les instruments de capitaux propres attribués ne sont pas acquis parce qu une des conditions d acquisition n est pas satisfaite (autres que des conditions de marché) ( 19). Il est à noter que cette évaluation se fonde sur une estimation du nombre d instruments de capitaux propres dont l acquisition est attendue et, donc, il est permis de réviser cette estimation, et ce, à titre prospectif. D autre part, les conditions de marché sont prises en compte pour estimer la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués. En conséquence, l entité comptabilise les biens ou les services reçus d une autre partie qui répond à toutes les autres conditions d acquisition, que la condition de marché ait été remplie ou non ( 21). Par ailleurs, une entité doit prendre en compte toutes les conditions accessoires à l acquisition des droits lors de l estimation de la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués. En conséquence, pour les attributions d instruments de capitaux propres assortis de conditions accessoires à l acquisition des droits, l entité doit comptabiliser les biens ou les services reçus d une autre partie qui remplit toutes les conditions d acquisition qui ne sont pas des conditions de marché, que ces conditions accessoires aient été remplies ou non ( 21A). Si la juste valeur ne peut pas être estimée de façon fiable Dans de rares circonstances, l entité peut ne pas être en mesure d estimer de manière fiable la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués à la date d évaluation. Dans ces rares circonstances seulement, l entité doit évaluer les instruments de capitaux propres à leur valeur intrinsèque, initialement à la date à laquelle l entité obtient les biens ou l autre partie fournit le service, et ultérieurement à la fin de chaque période de présentation de l information financière ainsi qu à la date de règlement final, toute variation de valeur intrinsèque étant comptabilisée en résultat net. Dans le cas d une attribution d options sur action, l accord de paiement fondé sur des actions est réglé définitivement lorsque les options sur action sont exercées, sont perdues ou lorsque les options se périment. De plus, l entité doit comptabiliser Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 5

6 les biens ou les services reçus d après le nombre d instruments de capitaux propres finalement acquis ou (le cas échéant) finalement exercés. L entité doit réviser cette estimation si des informations ultérieures indiquent que le nombre d options sur action dont l acquisition est attendue diffère des estimations antérieures ( 24). Si une entité règle une attribution d instruments de capitaux propres à laquelle a été appliqué le paragraphe 24 pendant la période d acquisition des droits, l entité doit comptabiliser le règlement comme une accélération de l acquisition des droits, et doit dès lors comptabiliser immédiatement le montant qui aurait autrement été comptabilisé pour des services reçus pendant le reste de la période d acquisition des droits. Tout paiement effectué lors du règlement doit être comptabilisé comme le rachat d instruments de capitaux propres, sauf dans la mesure où le paiement excède la valeur intrinsèque des instruments de capitaux propres, évaluée à la date de remboursement. Tout excédent de ce type doit être comptabilisé en charges ( 25). Modifications des caractéristiques et conditions L IFRS 2 énonce également les dispositions à appliquer lorsque les caractéristiques et conditions dont est assortie une attribution d options ou d actions sont modifiées (par exemple, le prix d une option est modifié) ou lorsqu une attribution est annulée, réglée ou remplacée par une autre attribution d instruments de capitaux propres. En outre, indépendamment de toute modification, toute annulation ou tout règlement d une attribution d instruments de capitaux propres à des membres du personnel, l IFRS 2 exige généralement de l entité qu elle comptabilise, au minimum, les services reçus évalués à la juste valeur à la date d attribution des instruments de capitaux propres attribués ( 27). Lorsqu une entité ou une autre partie peut choisir de satisfaire ou non à une condition accessoire à l acquisition des droits, et que cette condition n est pas respectée au cours de la période d acquisition des droits, ce non respect doit être traité par l entité comme une annulation, qu il soit le fait de l entité ou de l autre partie ( 28A). Si une attribution d instruments de capitaux propres est annulée ou réglée pendant la période d acquisition des droits (sauf dans le cas d une attribution annulée par renonciation lorsque les conditions d acquisition ne sont pas remplies) : a) l entité doit comptabiliser l annulation ou le règlement comme une accélération de l acquisition des droits, et doit dès lors comptabiliser immédiatement le montant qui aurait autrement été comptabilisé pendant le reste de la période d acquisition des droits pour des services reçus; b) tout paiement effectué au membre du personnel lors de l annulation ou du règlement de l attribution doit être comptabilisé comme un rachat de capitaux propres, sauf dans la mesure où le paiement excède la juste valeur, évaluée à la date de rachat, des instruments de capitaux propres attribués. Tout excédent de ce type doit être comptabilisé en charges. Toutefois, si l accord de paiement fondé sur des actions comportait des éléments de passif, l entité doit réévaluer la juste valeur du passif à la date de l annulation ou du règlement. Tout paiement effectué pour régler la composante passif doit être comptabilisé comme une extinction de passif; c) si de nouveaux instruments de capitaux propres sont attribués au membre du personnel et que, à la date de leur attribution, l entité les identifie comme des instruments de capitaux propres de remplacement des instruments de capitaux propres annulés, elle doit comptabiliser cette attribution de la même manière qu une modification de l attribution initiale d instruments de capitaux propres. La juste valeur marginale attribuée est la différence entre la juste valeur des instruments de capitaux propres de remplacement et la juste valeur nette des instruments de capitaux propres annulés, à la date d attribution des instruments de capitaux propres de remplacement. La juste valeur nette des instruments de capitaux propres annulés est leur juste valeur immédiatement avant l annulation, diminuée de tout paiement au membre du personnel lors de l annulation des instruments de capitaux propres et comptabilisé en déduction des capitaux propres conformément au point b) précédent. Si l entité n identifie pas les nouveaux instruments de capitaux Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 6

7 propres attribués comme des instruments de capitaux propres de remplacement en substitution des instruments de capitaux propres annulés, elle doit les comptabiliser comme une nouvelle attribution d instruments de capitaux propres ( 28). Transactions dont le paiement est fondé sur des actions réglées en trésorerie Pour les transactions dont le paiement est fondé sur des actions et qui sont réglées en trésorerie, l IFRS 2 exige de l entité qu elle évalue les biens ou les services acquis, ainsi que le passif contracté, à la juste valeur de ce passif. Par la suite, le traitement comptable s écarte du modèle fondé sur la «date d attribution» applicable aux transactions qui sont réglées en instruments de capitaux propres en ce sens que, jusqu au règlement du passif, l entité doit en réévaluer la juste valeur à la fin de chaque période de présentation de l information financière ainsi qu à la date de règlement, en comptabilisant en résultat net de la période toute variation de la juste valeur ( 30). En dernière analyse, le coût d une attribution réglée en trésorerie correspond à la trésorerie payée à l autre partie, qui représente la juste valeur à la date de règlement. Jusqu au règlement de l attribution, l entité doit présenter l attribution réglée en trésorerie comme un passif et non pas comme un élément des capitaux propres. L entité doit comptabiliser les services reçus, ainsi qu un engagement à payer ces services, au fur et à mesure des services rendus par les membres du personnel. Si le membre du personnel n est pas tenu de rendre des services, comme dans le cas de certains droits à l appréciation d actions, l entité comptabilise la charge et le passif immédiatement à la date d attribution. Si le membre du personnel est tenu d achever une période de service déterminée pour acquérir le droit à l attribution réglée en trésorerie, l entité doit comptabiliser la charge et le passif sur la période d acquisition des droits, et reconsidérer la probabilité de réalisation des conditions d acquisition et réévaluer la juste valeur du passif à la fin de chaque période de présentation de l information financière ( 32). Transactions dont le paiement est fondé sur des actions et prévoyant une possibilité de règlement en trésorerie S agissant de transactions dont le paiement est fondé sur des actions, pour lesquelles les caractéristiques de l accord laissent soit à l entité soit à l autre partie le choix de déterminer si l entité règle la transaction en trésorerie (ou avec d autres actifs) ou par l émission d instruments de capitaux propres, l entité doit comptabiliser cette transaction ou les composantes de cette transaction soit comme une transaction dont le paiement est fondé sur des actions et qui est réglée en trésorerie si, et dans la mesure où, l entité est soumise à un engagement de régler en trésorerie ou en autres actifs, soit comme une transaction dont le paiement est fondé sur des actions et qui est réglée en instruments de capitaux propres si, et dans la mesure où, elle n est pas soumise à un tel engagement ( 34). Transactions dont le paiement est fondé sur des actions, pour lesquelles les caractéristiques de l accord laissent à l autre partie le choix du règlement Si une entité a accordé à l autre partie le droit de choisir si une transaction dont le paiement est fondé sur des actions doit être réglée en trésorerie 2 ou par l émission d instruments de capitaux propres, l entité a en fait attribué un instrument financier composé, comprenant une composante «dette» et une composante «capitaux propres» ( 35). Pour les transactions avec des parties autres que les membres du personnel pour lesquelles la juste valeur des biens ou des services reçus est évaluée directement, l entité doit évaluer la composante capitaux propres de l instrument financier composé comme étant la différence entre la juste valeur des biens ou des services reçus et la juste valeur de la composante dette, à la date à laquelle les biens ou les services sont reçus ( 35). Pour d autres transactions, et notamment les transactions avec des membres du personnel, l entité doit évaluer la juste 2 Les références à de la trésorerie incluent également d autres actifs de l entité. Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 7

8 valeur de l instrument financier composé, à la date d évaluation, compte tenu des caractéristiques et conditions auxquelles les droits à trésorerie ou à instruments de capitaux propres ont été accordés ( 36). Autrement dit, si l autre partie peut choisir entre un règlement en actions ou en trésorerie, l IFRS 2 exige que l attribution soit séparée en sa composante «dette» (soit le droit de l autre partie d exiger le règlement en trésorerie) et sa composante «capitaux propres» (soit le droit de l autre partie d exiger le règlement en actions). L entité doit comptabiliser ces deux composantes séparément. Transactions dont le paiement est fondé sur des actions, pour lesquelles l entité a le choix du règlement Si l entité a le choix de déterminer si elle règle en trésorerie ou par l émission d instruments de capitaux propres une transaction dont le paiement est fondé sur des actions, elle doit traiter l attribution prise globalement comme étant réglée soit en trésorerie, soit en instruments de capitaux propres, selon qu elle a ou non une obligation actuelle de régler en trésorerie. Si elle a une telle obligation, l attribution doit être comptabilisée comme une dette. L entité a une obligation actuelle de régler en trésorerie si l une des conditions suivantes est remplie : le choix du règlement n a pas de réalité économique, l entité a pour pratique ou pour politique constante de régler en trésorerie, ou l entité règle généralement en trésorerie lorsque l autre partie demande un règlement en trésorerie ( 41). Si l entité a une obligation actuelle de régler en trésorerie, l attribution est comptabilisée comme une attribution réglée en trésorerie ( 42). Si l entité n a pas une obligation actuelle de régler en trésorerie, l attribution est comptabilisée comme une attribution réglée en capitaux propres ( 43). Plus précisément : a) si l entité choisit de régler en trésorerie, le règlement en trésorerie doit être comptabilisé comme le rachat d une participation, sauf pour ce qui est prévu au point c) ci-dessous; b) si l entité décide de régler par l émission d instruments de capitaux propres, aucune écriture comptable supplémentaire n est requise, sauf pour ce qui est prévu au point c) ci-dessous; c) si l entité choisit le mode de règlement assorti de la juste valeur la plus élevée au jour du règlement, elle doit comptabiliser une charge supplémentaire pour la valeur supplémentaire donnée, à savoir soit l écart entre la trésorerie payée et la juste valeur des instruments de capitaux propres qui auraient été émis si ce mode de règlement avait été choisi, soit l écart entre la juste valeur des instruments de capitaux propres émis et le montant en trésorerie qui aurait été payé si ce mode de règlement avait été choisi, selon le cas. Informations à fournir Selon l IFRS 2, l entité doit fournir diverses informations pour permettre aux utilisateurs des états financiers de comprendre : a) la nature et la portée des accords en vigueur pendant la période et dont le paiement est fondé sur des actions ( 44), b) comment la juste valeur des biens ou des services reçus, ou la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués pendant la période ont été déterminées ( 46), et c) l effet sur le résultat de l entité et sur sa situation financière des transactions dont le paiement est fondé sur des actions ( 50). Parmi ces informations, ce sont les informations exigées au point b) précédent qui sont les plus importantes, particulièrement si les montants comptabilisés se fondent sur la juste valeur Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 8

9 des instruments de capitaux propres attribués plutôt que sur la juste valeur des biens et services reçus. Parmi les informations à fournir à cet égard, on compte les suivantes : le modèle d évaluation des options utilisé et les données entrées dans ce modèle, y compris la moyenne pondérée des prix des actions, le prix d exercice, la volatilité attendue, la durée de vie des options, les dividendes attendus, le taux d intérêt sans risque, ainsi que toute autre donnée intégrée dans le modèle, y compris la méthode utilisée et les hypothèses permettant d intégrer les effets d un exercice anticipé attendu, le mode de détermination de la volatilité attendue, y compris une explication sur la mesure dans laquelle la volatilité historique a influencé la volatilité attendue, et si et comment, d autres caractéristiques de l attribution d options ont été intégrées dans l évaluation de la juste valeur, par exemple, une condition de marché ( 47). Si la juste valeur n a pas été évaluée sur la base d un prix de marché observable, l entité doit indiquer la manière dont elle a été déterminée ( 47). En revanche, si l entité a évalué directement la juste valeur de biens ou de services reçus pendant la période, elle doit indiquer comment cette juste valeur a été déterminée ( 48). Annexe B À l instar de bien d autres normes de l IASB, les annexes font partie intégrante de la norme. L annexe A mentionnée au début du présent article fournit la définition de termes utilisés dans l IFRS 2. L annexe B fournit un guide d application portant sur la détermination de la juste valeur des instruments de capitaux propres attribués. Pour les actions attribuées aux membres du personnel, la juste valeur des actions doit être évaluée au prix de marché des actions de l entité (ou à un prix de marché estimé, si les actions de l entité ne sont pas cotées) ajusté pour prendre en compte les caractéristiques et conditions d attribution des actions ( B2). Pour les options sur action attribuées à des membres du personnel, des prix de marché ne sont souvent pas disponibles, parce que les options attribuées sont soumises à des caractéristiques et conditions qui ne s appliquent pas aux options cotées. Dans ces cas, la juste valeur des options attribuées doit être estimée en appliquant un modèle d évaluation des options ( B4). Les paragraphes B6 à B41 fournissent ensuite des indications détaillées sur les données intégrées dans les modèles d évaluation des options, ainsi que sur d autres facteurs qui sont (ou ne sont pas) pris en compte aux fins de la détermination de la juste valeur. Ces questions débordent du cadre du présent article d introduction. Cela dit, il vaudrait la peine d envisager la question à la lumière de l exposé qui suit. Quel est le problème? La principale question à se poser est la suivante : Comment attribue-t-on une valeur à des options sur action? En l absence de valeurs de marché observables, la réponse est bien simple : il faut utiliser un modèle d évaluation d options. Or, cette réponse entraîne à elle seule son lot de difficultés, notamment le fait que le résultat 3 d un modèle d évaluation d options, quel qu il soit, sera une estimation. La fameuse formule Black-Scholes a été construite pour des options ayant une durée de vie précise à l égard desquelles on dispose d estimations fiables quant à la volatilité et pour lesquelles il existe un marché sous-jacent sur lequel un négociateur en options peut se constituer une couverture en achetant ou en vendant l action sous-jacente. La formule Black-Scholes fournit donc des résultats inexacts pour les options attribuées à des membres du personnel qui ne sont parfois acquises qu au terme de 3 La juste valeur d une option estimée à la date d attribution n est pas ajustée par la suite pour tenir compte des variations du prix ou de la volatilité de l action sous-jacente, de la durée de l option, des dividendes sur l action ou du taux d intérêt sans risque hypothèses qui sont pour le moins irréalistes. Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 9

10 plusieurs années pour ensuite demeurer en cours pendant plusieurs années encore, qui peuvent être fortement influencées par les activités des membres du personnel, et qui peuvent être assorties d autres conditions qu on ne trouve pas habituellement dans des contrats d options conventionnels. Par conséquent, tout résultat dérivé de l application de la formule Black-Scholes doit être considéré comme une estimation. La formule Black-Scholes présente également des lacunes sur le plan des hypothèses sousjacentes. Cette formule prend en compte six facteurs, soit le prix du marché de l action, la volatilité du prix, le prix d exercice de l option, le taux d intérêt du marché actuel, la durée de vie de l option et les dividendes. Certains ont avancé qu en raison de ces lacunes et d autres distorsions résultant des fondements mêmes de la formule, cette formule ne fournit pas de résultats valables. Or, bien que ces arguments ne soient pas sans fondement, on peut toutefois apporter quelques ajustements à la formule pour tenir compte de ces éléments. L une des hypothèses veut que l action ne donne lieu à aucun versement de dividende pendant la durée de l option. Comme la plupart des sociétés versent des dividendes à leurs actionnaires, en général, on soustrait la valeur actualisée d un dividende futur du prix de l action. On reproche également à la formule de reposer sur l hypothèse que les options en question sont des options à l européenne, selon lesquelles l option ne peut être exercée qu à la date d expiration. Les options à l américaine peuvent être exercées en tout temps pendant leur durée de vie et, donc, du fait de cette souplesse accrue, ont une plus grande valeur. Cette limite ne soulève pas de préoccupation majeure, car la vaste majorité des options d achat ne sont exercées que dans les derniers jours de leur durée de vie. Une troisième limite de la formule concerne l hypothèse selon laquelle aucune commission n est facturée. Les intervenants du marché doivent verser une commission à l achat ou à la vente d options. Même les négociateurs en Bourse doivent verser des frais, sous une forme ou une autre, mais ces frais sont généralement minimes. Or, bien que les frais à payer par des investisseurs individuels soient plus élevés et peuvent fausser la formule, on en fait tout simplement abstraction. Enfin, la formule repose également sur l hypothèse que le taux d intérêt sans risque est connu et demeure constant. En réalité, il n existe rien de tel qu un taux d intérêt sans risque, mais on utilise généralement à titre d approximation du taux d actualisation le taux des bons du Trésor du gouvernement ayant 30 jours à courir d ici leur échéance. Certains avancent qu en période de fluctuations rapides des taux d intérêt, ces taux à 30 jours peuvent changer fréquemment, invalidant du coup l une des hypothèses de la formule. Cela dit, le poids de cette préoccupation se trouve allégé du fait que les variations des taux d intérêt susceptibles de donner lieu à de nombreuses oscillations au cours d une période de 30 jours sont rares. Alors, comment résoudre ce problème épineux? La question de l évaluation est insoluble, particulièrement pour les options non liquides. Aucun modèle n est satisfaisant. En revanche, certains soutiennent que le modèle de l arbre binomial est supérieur à la formule Black-Scholes. Le modèle binomial est un modèle à formule ouverte ou en treillis. Il permet de déterminer la valeur d une option en élaborant plusieurs scénarios futurs possibles, chacun ayant son propre niveau de probabilité. Chaque scénario tient compte des variations possibles au chapitre de la volatilité, des taux d intérêt et de la durée de vie de l option. La combinaison de ces résultats, ou itérations, est censée fournir une valeur plus précise de l option. Est-ce le cas? Eh bien, oui, mais le gain réalisé sur le plan de l exactitude l emporte-t-il sur l effort supplémentaire qu il en coûte pour en arriver à ce degré de précision? Seul le marché pourrait répondre à cette question. Comparons la valeur obtenue au moyen de la formule Black-Scholes à la valeur binomiale d une option visant une action de 100 $. En utilisant la même volatilité pour les deux modèles, on s assure que la différence de valeur découle essentiellement de la donnée retenue Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 10

11 au titre de la durée attendue dans la formule Black-Scholes par rapport au facteur d exercice utilisé selon le modèle binomial. La valeur binomiale pourrait être plus élevée, plus faible ou égale à la valeur obtenue par application du modèle Black-Scholes. Valeur obtenue par application du modèle Black-Scholes pour une option visant une action de 100 $ Valeur binomiale d une option visant une action de 100 $ Si la durée attendue est de : Black-Scholes Si le facteur d exercice est de : Binomial 7 ans 45,46 $ 2,5x 46,85 $ 6 ans 42,55 $ 2,0x 41,73 $ 5 ans 39,20 $ 1,5x 30,31 $ En supposant une action de 100 $, à un prix d exercice de 100 $, une durée de vie de 10 ans, une volatilité de 40 %, un taux sans risque de 5 %, et un dividende de 1 % (les valeurs n ont pas été réduites pour tenir compte des annulations résultant du roulement du personnel) Quoi qu il en soit, en dépit des limites manifestes aussi bien de la formule Black-Scholes que du modèle binomial, et du fait que les résultats sont, dans le meilleur des cas, de simples estimations, les résultats obtenus peuvent servir d estimations fiables de la valeur d une option. Différences par rapport aux PCGR canadiens Le basculement aux Normes internationales d information financière s est révélé beaucoup plus efficient qu il aurait pu l être, en raison principalement du fait que le Conseil des normes comptables a commencé à travailler activement à aligner les PCGR canadiens sur les normes internationales bien avant l adoption officielle des IFRS. Le chapitre du Manuel qui porte sur les rémunérations à base d actions est l illustration parfaite de cette démarche. Le chapitre 3870 du Manuel est, à toutes fins utiles, une copie conforme de l IFRS 2, si ce n est que l IFRS 2 : a) ne comporte pas d exemption permettant de ne pas passer en charges l escompte consenti aux salariés dans le cadre d un plan d actionnariat de salariés lorsque cet escompte n excède pas le montant par action des frais d émission qui auraient été engagés pour obtenir un montant important de capital au moyen d un appel public à l épargne et lorsque ce plan n est pas étendu aux autres porteurs d actions de la même catégorie; b) déroge à l utilisation de la juste valeur pour évaluer les instruments de capitaux propres non négociables attribués en échange de biens ou de services fournis par des non-salariés lorsque la valeur de ces biens ou services ne peut être évaluée de manière fiable; c) exige que les paiements à base d actions à des non-salariés soient mesurés à la date à laquelle l entité obtient les biens ou l autre partie fournit le service; d) exige que les opérations dont le paiement est fondé sur des actions et qui sont réglées en trésorerie soient évaluées à la juste valeur du passif et non selon leur valeur intrinsèque; e) exige que l opération soit comptabilisée comme une opération réglée en trésorerie lorsque l entité prend en charge un passif pour effectuer un règlement en trésorerie ou par la remise d autres actifs, sinon qu elle soit comptabilisée comme une opération réglée en instruments de capitaux propres; f) traite de manière plus détaillée des modifications d attribution. Dans les articles de cette série, il est question des normes suivantes : IFRS 1, Première adoption des Normes internationales d information financière IFRS 3, Regroupements d entreprises IFRS 7, Instruments financiers : Informations à fournir Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 11

12 IAS 1, Présentation des états financiers IAS 16, Immobilisations corporelles IAS 27, États financiers consolidés et individuels IAS 32, Instruments financiers : Présentation IAS 36, Dépréciation d actifs IAS 37, Provisions, passifs éventuels et actifs éventuels IAS 38, Immobilisations incorporelles IAS 39, Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation Pour en apprendre davantage sur l adoption des IFRS, reportez-vous au cours en ligne IFRS 2 Paiement fondé sur des actions, affiché dans le Reper. Vous devez être inscrit pour accéder au cours et l acheter. Si vous n êtes pas inscrit dans le Reper, inscrivez-vous maintenant c est rapide, simple et gratuit. Brian et Laura Friedrich dirigent Friedrich & Friedrich, un cabinet spécialisé dans la recherche, la normalisation et la formation en comptabilité. Le cabinet offre des lignes directrices sur les méthodes, les procédures et la gouvernance, élabore des cours, des examens et d autres formes d évaluations. Brian et Laura Friedrich sont des auteurs, des concepteurs de programmes de cours, des chargés de cours, des concepteurs d examens et des correcteurs pour plusieurs cours offerts par CGA-Canada et des universités du Canada, de Chine et des Caraïbes. Ils ont également présenté des exposés lors de conférences sur les IFRS en Équateur. Leur collaboration à titre bénévole avec l Association leur a valu le prix Ambassador of Distinction accordé par CGA-Colombie-Britannique (2004) et le prix J. M.- Macbeth pour les services rendus au niveau local (Brian en 2006 et Laura en 2007). Stephen Spector est chargé de cours à l Université Simon Fraser, où il enseigne la comptabilité financière et la comptabilité de gestion. Il est devenu CGA en 1985, après avoir obtenu une maîtrise ès arts en économie de l Université Simon Fraser en En 1997, CGA-Colombie-Britannique lui a remis le prix d excellence Harold-Clarke en reconnaissance des services qu il a rendus à titre de membre du comité sur le règlement intérieur entre 1990 et En 1999, Stephen a reçu le titre de «fellow» (FCGA) de l Association des comptables généraux accrédités du Canada, en remerciement des services remarquables qu il a rendus à la profession comptable au Canada. Il a été inscrit au tableau d honneur des professeurs à la Faculté d administration des affaires de l Université Simon Fraser de mai 2004 à avril 2005, de mai 2006 à avril 2007 et de mai 2008 à avril En août 2008, Stephen a été l un des deux lauréats annuels du TD Canada Trust Distinguished Teaching Award de la Faculté d administration des affaires. Au fil des ans, il a occupé bon nombre de postes bénévoles à CGA-Colombie-Britannique. Il est actuellement membre du conseil d administration, dont il est en 2010 le président antérieur. Norme internationale d information financière 2 (IFRS 2), Paiement fondé sur des actions 12

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation

Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation Norme internationale d information financière 32 (IAS 32), Instruments financiers : Présentation Par STEPHEN SPECTOR, M.A., FCGA Cet article s inscrit dans une série d articles de Brian et Laura Friedrich

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 (IFRS 1), Première adoption des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 (IFRS 1), Première adoption des Normes internationales d information financière Norme internationale d information financière 1 (IFRS 1), Première adoption des Normes internationales d information financière Par BRIAN FRIEDRICH, M.Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA FRIEDRICH, M.Sc.,

Plus en détail

Norme comptable internationale 39 (IAS 39), Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation

Norme comptable internationale 39 (IAS 39), Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation Norme comptable internationale 39 (IAS 39), Instruments financiers : Comptabilisation et évaluation Par STEPHEN SPECTOR, M.A., FCGA Cet article s inscrit dans une série d articles de Brian et Laura Friedrich

Plus en détail

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères

Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Norme comptable internationale 21 Effets des variations des cours des monnaies étrangères Objectif 1 Une entité peut exercer des activités à l international de deux manières. Elle peut conclure des transactions

Plus en détail

Norme comptable internationale 1 (IAS 1), Présentation des états financiers

Norme comptable internationale 1 (IAS 1), Présentation des états financiers Norme comptable internationale 1 (IAS 1), Présentation des états financiers Par BRIAN FRIEDRICH, M.Éd., CGA, FCCA (RU), CertIFR et LAURA FRIEDRICH, M.Sc., CGA, FCCA (RU), CertIFR Mis à jour par STEPHEN

Plus en détail

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées

Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Norme internationale d information financière 5 Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier la comptabilisation d

Plus en détail

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises

Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Norme internationale d information financière 3 Regroupements d entreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme consiste à améliorer la pertinence, la fiabilité et la comparabilité de l information

Plus en détail

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière

Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière IFRS 1 Norme internationale d information financière 1 Première application des Normes internationales d information financière Objectif 1 L objectif de la présente Norme est d assurer que les premiers

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises

Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Norme Comptable Internationale 28 Participations dans des entreprises associées et des coentreprises Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des participations

Plus en détail

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat

Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Norme comptable internationale 12 Impôts sur le résultat Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des impôts sur le résultat. La question principale en matière

Plus en détail

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1

Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Norme comptable internationale 20 Comptabilisation des subventions publiques et informations à fournir sur l aide publique 1 Champ d application 1 La présente norme doit être appliquée à la comptabilisation

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II

PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II PROJET REGROUPEMENTS D ENTREPRISES PHASE II Ces transparents sont fondés sur les conclusions préliminaires de l IASB telles qu elles ont été rendues publiques sur le site de l IASB. Le Board peut à tout

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Pleins feux sur les IFRS

Pleins feux sur les IFRS Bureau mondial des IFRS Août 2010 Pleins feux sur les IFRS L IASB publie un exposé-sondage sur la comptabilisation des contrats de location Table des matières La proposition Champ d application Comptabilisation

Plus en détail

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé

Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé juin 2011 www.bdo.ca Certification et comptabilité Guide sur les instruments financiers à l intention des entreprises à capital fermé et des organismes sans but lucratif du secteur privé Guide sur les

Plus en détail

États financiers condensés consolidés

États financiers condensés consolidés États financiers condensés consolidés Aux 30 septembre 2014 et 2013 Ces états financiers consolidés intermédiaires n'ont pas été soumis à l'examen de l'auditeur indépendant SRM158-1(14-03) Votre partenaire

Plus en détail

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits

Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Une nouvelle norme mondiale sur la comptabilisation des produits Les répercussions pour le secteur des logiciels et des services infonuagiques Novembre 2014 L International Accounting Standards Board (IASB)

Plus en détail

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires

Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Norme comptable internationale 18 Produits des activités ordinaires Objectif Les produits sont définis dans le Cadre pour la préparation et la présentation des états financiers 1 comme les accroissements

Plus en détail

Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu

Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu Troisième édition (2010) KPMG AU CANADA Comparaison des IFRS aux PCGR canadiens Aperçu Troisième édition (2010) Gestion de la transition aux IFRS Le Conseil

Plus en détail

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises

Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Comparaison des normes IFRS et des PCGR du Canada Édition n 6 Conversion de devises Les normes IFRS et PCGR du Canada constituent des cadres fondés sur des principes; de ce point de vue, bon nombre de

Plus en détail

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités)

États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre 2012 et 2011 (non audités) États financiers consolidés résumés du GROUPE CGI INC. (non audités) États consolidés résumés du résultat Pour les périodes de trois mois closes les 31 décembre (en milliers de dollars canadiens, sauf

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013

États financiers de La Fondation canadienne du rein. 31 décembre 2013 États financiers de La Fondation canadienne du rein Rapport de l auditeur indépendant... 1-2 État des résultats... 3 État de l évolution des soldes de fonds... 4 État de la situation financière... 5 État

Plus en détail

Norme comptable internationale 17 Contrats de location

Norme comptable internationale 17 Contrats de location Norme comptable internationale 17 Contrats de location Objectif 1 L objectif de la présente norme est d établir, pour le preneur et le bailleur, les principes comptables appropriés et les informations

Plus en détail

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales

Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Norme internationale d information financière 6 Prospection et évaluation de ressources minérales Objectif 1 L objectif de la présente norme est de préciser l information financière relative à la prospection

Plus en détail

Instruments financiers Bien se préparer

Instruments financiers Bien se préparer Le 5 juin 2006 À l intérieur Instruments financiers Bien se préparer En janvier 2005, le Conseil des normes comptables de l ICCA a approuvé les nouveaux chapitres suivants du Manuel, relativement aux instruments

Plus en détail

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014

Empire Company Limited États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août 2014 États financiers consolidés intermédiaires résumés 2 août Table des matières Bilans consolidés résumés... 1 États consolidés résumés du résultat net... 2 États consolidés résumés du résultat global...

Plus en détail

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services

Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Interprétation IFRIC 12 Accords de concession de services Références Cadre de préparation et de présentation des états financiers 1 IFRS 1 Première application des Normes internationales d information

Plus en détail

Notes complémentaires aux états financiers consolidés

Notes complémentaires aux états financiers consolidés Notes complémentaires aux états financiers consolidés Note 1 Description des activités Pour les exercices terminés les 30 septembre 2010, 2009 et 2008 (les montants des tableaux sont en milliers de dollars

Plus en détail

Préparation à Solvabilité II

Préparation à Solvabilité II Préparation à Solvabilité II Traduction partielle des spécifications techniques EIOPA du 30 avril 2014 : valorisation du bilan prudentiel 16 mai 2014 version 1.0 Avertissement L Autorité européenne des

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée»)

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS DE PAGES JAUNES LIMITÉE (auparavant «Yellow Média Limitée») 31 décembre 2014 Table des matières Rapport de l auditeur indépendant... 2 États consolidés de la situation financière...

Plus en détail

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement?

Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Évolution du processus de normalisation en ce qui a trait à la présentation de l information financière Vivons-nous un changement d environnement? Le processus de normalisation de l IASB auparavant Proposition

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables

Notes annexes. 1. Méthodes comptables. 1.A Principales méthodes comptables Notes annexes (Montants en millions de dollars canadiens, à l exception des montants par action et sauf indication contraire) 1. Méthodes comptables 1.A Principales méthodes comptables Description des

Plus en détail

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA

Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Comptes statutaires résumés Groupe Delhaize SA Le résumé des comptes annuels de la société Groupe Delhaize SA est présenté ci-dessous. Conformément au Code des Sociétés, les comptes annuels complets, le

Plus en détail

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic

Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic COMMUNIQUE DE PRESSE Paris, le 27 mars 2013 Information financière pro forma 2012 consolidée Icade-Silic Conformément à ce qui avait été annoncé lors de la publication des comptes annuels, Icade publie

Plus en détail

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel

Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Norme comptable internationale 19 Avantages du personnel Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des avantages du personnel et les informations à fournir à leur

Plus en détail

Norme internationale d information financière 4 Contrats d assurance

Norme internationale d information financière 4 Contrats d assurance Norme internationale d information financière 4 Contrats d assurance Objectif 1 L objectif de la présente norme est de spécifier l information financière pour les contrats d assurance devant être établie

Plus en détail

Bulletin de nouvelles sur les IFRS

Bulletin de nouvelles sur les IFRS uméro spécial Produits Bulletin de nouvelles sur les IFRS Juin 2014 «Après plus de cinq ans consacrés à son élaboration, l IASB et le FASB ont finalement publié leur nouvelle norme convergente sur la comptabilisation

Plus en détail

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité

Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n o 12 avril 2014 Incidences sur les rapports des nouvelles normes d audit et de comptabilité Guide n 12 avril 2014 Le

Plus en détail

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011

Le Conseil canadien des consultants en immigration du Canada États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Le Conseil canadien des consultants États financiers Pour la période du 18 février 2011 (date de création) au 30 juin 2011 Contenu Rapport d un vérificateur indépendant 2 États financiers Bilan 3 État

Plus en détail

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION

FAIRFAX INDIA HOLDINGS CORPORATION États financiers consolidés Pour la période close le 31 décembre 2014 1 Le 25 mars 2015 Rapport de l auditeur indépendant Au conseil d administration de Fairfax India Holdings Corporation Nous avons effectué

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013

États financiers consolidés. Pour l exercice 2013 États financiers consolidés Pour l exercice 2013 COMPTES CONSOLIDÉS DE RÉSULTAT (en millions de dollars canadiens, sauf les montants par action) Pour les exercices clos les 31 décembre 2013 2012 Produits

Plus en détail

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE

RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT 51-102 SUR LES OBLIGATIONS D INFORMATION CONTINUE Loi sur les valeurs mobilières (LRQ, c V-11, a 3311, par 1, 3, 8, 9, 19, 20 et 34 ; 2007, c 15) 1 Le Règlement 51-102

Plus en détail

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013

Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds Pour la période de six mois close le 30 septembre 2013 Le présent rapport intermédiaire de la direction sur le rendement du Fonds renferme

Plus en détail

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC.

GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. États financiers consolidés de GROUPE D ALIMENTATION MTY INC. Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 États consolidés des résultats Exercices clos les 30 novembre 2013 et 2012 2013 2012 $ $ Produits

Plus en détail

FIBROSE KYSTIQUE CANADA

FIBROSE KYSTIQUE CANADA États financiers de FIBROSE KYSTIQUE CANADA KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. Téléphone (416) 228-7000 Yonge Corporate Centre Télécopieur (416) 228-7123 4100, rue Yonge, Bureau 200 Internet www.kpmg.ca Toronto

Plus en détail

Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients

Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients Le 5 mars 2012 Affiché sur le site Web http://www.iasb.org/ Objet : Nouvel exposé-sondage ES/2011/6, Produits des activités ordinaires tirés de contrats avec des clients Madame, Monsieur, L Association

Plus en détail

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V.

PUBLICATIONS PÉRIODIQUES BINCKBANK N.V. PUBLICATIONS PÉRIODIQUES SOCIÉTÉS COMMERCIALES ET INDUSTRIELLES (COMPTES ANNUELS) BINCKBANK N.V. Société anonyme de droit néerlandais. Siège social : Barbara Strozzilaan, 1083 HN Amsterdam, Pays-Bas. Comptes

Plus en détail

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS

NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINANCIERS NORME IAS 01 LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS UNIVERSITE NAY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 01 : LA PRÉSENTATION DES ÉTATS FINAIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCITE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES

NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES NORME IAS 16 LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORME IAS 16 : LES IMMOBILISATIONS CORPORELLES...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1.

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition

La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition RÉSUMÉ DU MODULE 4 La consolidation à une date ultérieure à la date d acquisition Le module 4 porte sur l utilisation de la méthode de l acquisition pour comptabiliser et présenter les filiales entièrement

Plus en détail

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS PETRO-CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS LE 31 MARS, 2009 PETRO-CANADA - 2 - RÉSULTATS CONSOLIDÉS (non vérifié) Pour les périodes terminées le 31 mars (en millions de dollars canadiens, sauf les montants

Plus en détail

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères

La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères RÉSUMÉ DU MODULE 8 La conversion et la consolidation des états financiers des filiales étrangères Le module 8 porte sur la conversion et la consolidation des états financiers d une filiale résidente d

Plus en détail

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles

Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Norme comptable internationale 38 Immobilisations incorporelles Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des immobilisations incorporelles qui ne sont pas spécifiquement

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013

NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 DÉCEMBRE 2013 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPATABILITÉ NORMES COMPTABLES POUR LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF (NCOSBL) : MISE À JOUR 2013 Introduction La plupart des organismes sans but lucratif (OSBL)

Plus en détail

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007

COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 COMITÉ DE LA RÉGLEMENTATION COMPTABLE RÈGLEMENT N 2007-07 DU 14 DÉCEMBRE 2007 relatif au traitement comptable des opérations en devises des entreprises régies par le code des assurances, des mutuelles

Plus en détail

IFRS 10 États financiers consolidés

IFRS 10 États financiers consolidés IFRS 10 États financiers consolidés PLAN DE LA PRÉSENTATION Aperçu Application Dispositions transitoires Prochaines étapes Ressources PRÉSENTATEURS Alex Fisher, CPA, CA Directeur de projets, Orientation

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur des produits industriels Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires pourrait avoir des répercussions

Plus en détail

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014

Rapport financier du premier trimestre de 2013-2014 Rapport financier du premier trimestre de -2014 Pour la période terminée le Financement agricole Canada Financement agricole Canada (FAC), dont le siège social se trouve à Regina, en Saskatchewan, est

Plus en détail

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE

IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE IPSAS 2 TABLEAUX DES FLUX DE TRÉSORERIE Remerciements La présente Norme comptable internationale du secteur public s inspire essentiellement de la Norme comptable internationale IAS 7 Tableaux des flux

Plus en détail

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013

Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Synthèse de la réunion de l IASB du mois de Décembre 2013 Sommaire 1. Revue post-application de la norme IFRS 3 sur les regroupements d entreprises... 2 2. Mise en équivalence : part dans les variations

Plus en détail

Rapport de la direction. Rapport des vérificateurs

Rapport de la direction. Rapport des vérificateurs États financiers consolidés au 30 novembre Rapport de la direction Relativement aux états financiers consolidés Les états financiers consolidés de Quincaillerie Richelieu Ltée (la «Société») ainsi que

Plus en détail

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix

ING Turbos. Faible impact de la volatilité. Evolution simple du prix ING Turbos Produit présentant un risque de perte en capital et à effet de levier. Les Turbos sont émis par ING Bank N.V. et sont soumis au risque de défaut de l émetteur. ING Turbos ING a lancé les Turbos

Plus en détail

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité

Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Ébauche de note éducative Établissement des taux d actualisation fondés sur la meilleure estimation aux fins des évaluations de provisionnement sur base de continuité Commission des rapports financiers

Plus en détail

Une vision claire des IFRS

Une vision claire des IFRS Juillet 2014 Secteur de la distribution et du commerce de détail et de gros Une vision claire des IFRS Perspectives sectorielles sur IFRS 15 La nouvelle norme sur les produits des activités ordinaires

Plus en détail

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS

POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS POLITIQUE 4.1 PLACEMENTS PRIVÉS Champ d application de la politique Il y a placement privé lorsqu un émetteur distribue des titres en contrepartie d espèces aux termes des dispenses de prospectus ou des

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS

ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AU 31 DÉCEMBRE 2013 CAISSE CENTRALE DESJARDINS TABLE DES MATIÈRES Rapport annuel de la commission de vérification... 57 Responsabilité de la direction à l égard de l information

Plus en détail

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET

ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET ÉTATS FINANCIERS L AUTORITÉ CANADIENNE POUR LES ENREGISTRE MENTS INTERNET Exercices clos les 31 mars 2014 et 2013 États financiers Page Rapport des auditeurs indépendants 1-2 État de la situation financière

Plus en détail

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière 43. Rapport des auditeurs indépendants 44

Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière 43. Rapport des auditeurs indépendants 44 Résultats financiers Déclaration de responsabilité de la direction pour la présentation de l information financière 43 Rapport des auditeurs indépendants 44 États financiers consolidés Comptes consolidés

Plus en détail

Opérations entre apparentés

Opérations entre apparentés exposé-sondage CONSEIL SUR LA COMPTABILITÉ DANS LE SECTEUR PUBLIC PROJET DE NORMES COMPTABLES Opérations entre apparentés Septembre 2012 DATE LIMITE DE RÉCEPTION DES COMMENTAIRES : LE 21 NOVEMBRE 2012

Plus en détail

INTEMA SOLUTIONS INC. États financiers

INTEMA SOLUTIONS INC. États financiers INTEMA SOLUTIONS INC. États financiers POUR LES EXERCICES TERMINÉS LES 31 DÉCEMBRE 2012 ET 2011 1 RESPONSABILITÉ DE LA DIRECTION RELATIVEMENT AUX ÉTATS FINANCIERS Les états financiers d'intema Solutions

Plus en détail

Corporation Ressources Nevado. États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre 2012 (en dollars canadiens)

Corporation Ressources Nevado. États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre 2012 (en dollars canadiens) États financiers intermédiaires condensés non audités («États financiers») Au 30 septembre (en dollars canadiens) États intermédiaires de la situation financière (Non audités) (en dollars canadiens) Note

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES COLLEGE Réunion du lundi 14 janvier 2013 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME N 5 LES IMMOBILISATIONS INCORPORELLES RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS

Plus en détail

Fonds de revenu Colabor

Fonds de revenu Colabor États financiers consolidés intermédiaires au et 24 mars 2007 (non vérifiés) États financiers Résultats consolidés 2 Déficit consolidé 3 Surplus d'apport consolidés 3 Flux de trésorerie consolidés 4 Bilans

Plus en détail

INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES

INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES www.legrand.com INFORMATIONS FINANCIÈRES CONSOLIDÉES AU 31 DÉCEMBRE LEGRAND COMPTES CONSOLIDES Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau des flux de trésorerie consolidés 5 Tableau

Plus en détail

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH

Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ NOTE DE PRÉSENTATION DE L AVIS N 2009-13 DU 1 er OCTOBRE 2009 Relatif au traitement comptable des obligations imposées par le règlement européen n 1907/2006 REACH Sommaire

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX COLLEGE Réunion du mardi 1 er juillet 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE - NORME N 10 LES COMPOSANTES DE LA TRESORERIE NORME

Plus en détail

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018

Exposé-sondage. Conseil des normes actuarielles. Avril 2013. Document 213018 Exposé-sondage Révisions aux Normes de pratique applicables aux régimes de retraite Hypothèses pour les évaluations de liquidation hypothétique et de solvabilité Conseil des normes actuarielles Avril 2013

Plus en détail

Annexe A de la norme 110

Annexe A de la norme 110 Annexe A de la norme 110 RAPPORTS D ÉVALUATION PRÉPARÉS AUX FINS DES TEXTES LÉGAUX OU RÉGLEMENTAIRES OU DES INSTRUCTIONS GÉNÉRALES CONCERNANT LES VALEURS MOBILIÈRES Introduction 1. L'annexe A a pour objet

Plus en détail

OPÉRATIONS DE CESSION

OPÉRATIONS DE CESSION OPÉRATIONS DE CESSION Anticipation des difficultés de mise en œuvre de la norme IFRS 5 «Actifs non courants détenus en vue de la vente et activités abandonnées» Paris le 23/09/2014 Sandra Dujardin Antoine

Plus en détail

GROUPE SPORTSCENE INC.

GROUPE SPORTSCENE INC. États financiers consolidés GROUPE SPORTSCENE INC. Aux et pour les exercices terminés le 25 août 2013 et le 26 août 2012 Table des matières Rapport de la direction...3-4 Rapport de l auditeur indépendant...5-6

Plus en détail

Fonds d investissement Tangerine

Fonds d investissement Tangerine Fonds d investissement Tangerine Prospectus simplifié Portefeuille Tangerine revenu équilibré Portefeuille Tangerine équilibré Portefeuille Tangerine croissance équilibrée Portefeuille Tangerine croissance

Plus en détail

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL

États financiers annuels de. LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL États financiers annuels de LA GREAT-WEST, COMPAGNIE D ASSURANCE-VIE FPG canadien équilibré IG/GWL 31 décembre 2014 FPG canadien équilibré IG/GWL ÉTATS FINANCIERS ANNUELS ÉTATS DE LA SITUATION FINANCIÈRE,

Plus en détail

BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS

BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS BANQUE LAURENTIENNE DU CANADA ÉTATS FINANCIERS CONSOLIDÉS AUX 31 OCTOBRE 2012 ET 2011 ET AU 1 ER NOVEMBRE 2010 Les présents états financiers consolidés présentent des données financières récentes se rapportant

Plus en détail