Capital développement : le guide des solutions de sortie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Capital développement : le guide des solutions de sortie"

Transcription

1 Capital développement : le guide des solutions de sortie Préface de Christian de Boissieu, Président du Conseil d Analyse Economique

2

3 Préface Il n y a pas assez d opérations de capital développement en France, et cela pèse sur notre compétitivité, notre croissance économique et donc aussi l emploi. Audelà de ce constat, désormais largement partagé, nous devons identifier - j ai même envie d écrire «traquer» - tous les freins au développement de nos PME. L inquiétude du chef d entreprise sur les conditions dans lesquelles peut s organiser la vie en commun avec un fonds d investissement, et, plus particulièrement, la crainte souvent exprimée de «perdre la main» sur les destinées de son entreprise, constituent sans nul doute l une des principales entraves au déploiement à grande échelle du capital développement dans notre pays. Et pourtant, ce guide le montre et le démontre, cette inquiétude, cette crainte, sont largement injustifiées. Pourquoi injustifiées? Ce n est pas si évident, après tout, car nous ne vivons pas dans un monde irénique de concorde universelle. Et c est l un des mérites de cet ouvrage que de reconnaître explicitement qu il peut y avoir, et qu il y a souvent, des conflits d intérêts entre l actionnaire entrepreneur et son (ou ses) partenaire(s) financier(s). Mais ceux-ci peuvent être anticipés, gérés et dépassés, dès lors qu ils sont assumés et que les priorités de chacun sont bien comprises. Ce guide, qui présente de manière pédagogique les principales dispositions juridiques, expose les cas de sorties les plus classiques et multiplie les exemples et cas concrets. Il permet à chacun de mieux se préparer au dialogue exigeant et constructif qui doit s établir entre entrepreneurs et financiers dès le début de leur partenariat. Merci donc aux auteurs de ce livre de contribuer à lever les obstacles techniques et psychologiques au capital développement. Espérons qu il sera le point de départ de nombreuses discussions entre entrepreneurs et partenaires financiers pour conclure ensemble des opérations porteuses de développement pour nos entreprises. Christian de Boissieu Président du Conseil d Analyse Economique 1

4 Sommaire Introduction p.3 1. Processus de sortie : éléments de contexte p Le recours à un investisseur financier p Pourquoi avoir recours à un partenaire financier? p Quel mode d intervention pour le partenaire financier? p L environnement juridique du partenariat p Pacte d actionnaires versus dispositions statutaires p Les principales clauses du pacte d actionnaires p Les différents aspects de la clause de sortie et son utilisation p Concertation et meilleurs efforts p La sortie globale au moyen d un mandat p La sortie sous contrainte p La diversité des solutions de sortie p La cession de la majorité du capital de l entreprise à un opérateur industriel p La cession de 100% du capital de l entreprise à un opérateur du secteur p La cession à un fonds d investissement p Le rachat par l actionnaire entrepreneur p Rachat en direct par l actionnaire entrepreneur de la participation du partenaire financier p Participation de l actionnaire entrepreneur à une opération à effet de levier p La cession d une fraction du capital via une opération financière p L introduction en bourse p La cession «secondaire» à un autre fonds d investissement p.52 Conclusion p.56 Annexes p.57 2

5 Introduction Quel métier paradoxal que celui de l investisseur : son premier sujet sérieux de discussion avec un chef d entreprise désirant l accueillir au capital de sa société porte bien souvent sur les conditions d une sortie! Voilà une curieuse façon de nouer le dialogue, peut légitimement penser le chef d entreprise. Si vous êtes de ceux qui se sont un jour étonnés de l importance de la discussion sur les solutions de sortie pour l investisseur en capital, ou si vous êtes aujourd hui engagés dans un dialogue sur ce sujet, cet ouvrage est fait pour vous. Fruit d un travail réalisé en commun par des investisseurs et par des avocats conseils de chefs d entreprise, il a été élaboré au sein de la commission capital développement de l AFIC 1 et synthétise sur cette question les usages les plus courants, tant du point de vue juridique que du point de vue pratique. Ne le cachons pas : la question de la sortie de l investisseur cristallise, de façon régulière, un conflit d intérêts avec le chef d entreprise. Tout simplement parce que le second redoute que le premier ne l oblige à mettre en vente la totalité du capital de son entreprise suivant des modalités ou à un moment qu il n aurait pas choisis, tandis que le premier craint que le second se désintéresse de la liquidité de sa participation. Ces procès d intention réciproques ne sont pas totalement infondés. Mais c est tout l objet du présent guide que de montrer la nécessité d organiser le dialogue sur ces questions, tout en se montrant pragmatique dans l application des dispositions contractuelles qui auront pu être établies. Ainsi espérons-nous contribuer à dédramatiser ce sujet qui, bien qu étant important, ne doit pas être bloquant, ni pour l entrée ni pour la sortie des investisseurs. L entrée d un partenaire financier ne se fait que parce qu elle est souhaitée par le chef d entreprise. Elle se justifie soit pour accroître les fonds propres de son entreprise et financer le développement de sa société, soit pour réorganiser le capital de sa société en vue de diversifier son patrimoine ou de remplacer un actionnaire existant. De son côté, l entrée du partenaire financier est motivée par les informations fournies par le chef d entreprise et notamment son business plan qui synthétise son projet de développement. 1 ) : Association Française des Investisseurs en Capital 3

6 Pour être optimisée, la sortie du partenaire financier doit elle aussi être un objectif partagé entre celui-ci et le chef d entreprise. Trois principaux types de sorties existent : l appel public à l épargne, à un opérateur industriel ou à un acteur financier. Cet ouvrage a pour objet de détailler les différentes options. Il est essentiel de préciser à titre préliminaire que la sortie de l investisseur financier ne signifie pas la fin de l aventure pour le chef d entreprise : ceci se comprend aisément dans le cas d une introduction en bourse ou d un remplacement du partenaire financier par un nouvel investisseur en capital, et cela peut également être le cas lors d une cession industrielle. Nous avons souhaité aborder le sujet de la sortie de l investisseur en capital en 3 étapes : - la première rappelle le contexte, tant financier que juridique, dans lequel s inscrit le processus de sortie ; - la deuxième, juridique, présente les différentes clauses contractuelles relatives à la sortie et leur utilisation ; - la troisième, plus pratique, détaille les modalités de sortie, souvent bien différentes des stipulations contractuelles. Trois annexes viennent compléter cet ouvrage : la première aborde le sujet de la valorisation, la deuxième donne des illustrations de clauses juridiques et la troisième présente, sous forme de fiches, les sociétés citées. Nous tenons à remercier l ensemble des membres de la commission capital développement de l Afic et au premier chef ses co-présidents Grégoire Sentilhes et Jean Gore, ainsi que les équipes de l Afic et du cabinet d avocats Orrick Rambaud Martel pour leur soutien dans la rédaction et la publication de ce guide. Jean-Paul Bernardini (investisseur) - Johann Le Duigou (investisseur) François Véron (investisseur) - Stéphane Villecroze (investisseur) Benjamin Cichostepski (avocat) - Fabrice Patrizio (avocat associé) 4

7 1. Processus de sortie : éléments de contexte 5

8 6

9 1.1 Le recours à un investisseur financier L entrée d un partenaire financier, minoritaire ou majoritaire, au capital d une société peut répondre à trois types d objectifs de la part du chef d entreprise : a) trouver de nouvelles sources de financement pour assurer le développement de son entreprise, b) diversifier en partie son patrimoine, et/ou encore, c) procéder à la recomposition de l actionnariat de la société en permettant à un actionnaire minoritaire, familial par exemple, de se retirer du capital de l entreprise. De son côté, l objectif du partenaire financier est de construire un partenariat durable, créateur de valeur avec l actionnaire entrepreneur, la légitimité de ce partenariat reposant sur la relation de confiance qui les lie autour d un projet commun. Cette relation s appuie ainsi sur un engagement à moyen et long terme entre les parties. L entrée d un partenaire financier au capital d une entreprise est une forme de reconnaissance, pour l entreprise comme pour son dirigeant, de la pertinence du modèle économique retenu. Avec cette entrée, l entreprise acquiert une dimension plus «institutionnelle» de nature à faciliter sa croissance en apportant une sécurité supplémentaire aux partenaires de l entreprise (clients, fournisseurs, banquiers,...) et en rendant plus attractive l entreprise aux yeux de ses managers, actuels et futurs. 1. Processus de sortie : éléments de contexte Lors de son entrée au capital d une société, l engagement d un partenaire financier doit être de partager son expérience et son expertise avec l entrepreneur et : de participer à la définition des orientations stratégiques à prendre quant à l optimisation du processus de création de valeur au sein de l entreprise, en étant notamment force de proposition pour identifier de nouvelles voies de développement ; de travailler sur les questions d ingénierie financière, qu elles soient relatives à une acquisition, à l optimisation de la structure d endettement, à l intéressement du management ou encore, à la préparation d une succession ; 7

10 d apporter des outils de suivi stratégique et de transparence financière ; de faciliter l accès de l entreprise aux ressources stratégiques (recrutement, développement à l étranger, opportunités de croissance externe, R&D...) ; de devenir un interlocuteur privilégié du chef d entreprise, en se rendant disponible pour échanger sur tout sujet qui pourrait préoccuper le dirigeant. C est en contribuant à faire évoluer l entreprise sur chacune des dimensions humaines, stratégiques et financières dans le cadre du dialogue avec le chef d entreprise qu un investisseur financier aide à créer une dynamique de croissance et de valeur au sein de l entreprise. En contrepartie de ces compétences complémentaires apportées par le partenaire financier et de l investissement en capital réalisé par celui-ci, l entrepreneur prendra quant à lui l engagement de permettre au partenaire financier de sortir, à moyen terme, du capital de la société. Au moment de cette sortie, les objectifs que s était assigné l entrepreneur se seront bien souvent réalisés Pourquoi avoir recours à un partenaire financier? Le financement de la croissance de l entreprise Ce type de partenariat s adresse principalement aux chefs d entreprise qui souhaitent financer une nouvelle étape du développement de leur entreprise. L entrée au capital de l investisseur se fait alors essentiellement via une augmentation de capital, le pourcentage de détention du capital par l investisseur financier étant fonction d une part de la valorisation de l entreprise 2 et, d autre part, du montant de l apport en numéraire réalisé par l investisseur financier. Les projets de financement de la croissance (capital développement) ont toujours été au cœur de la stratégie des investisseurs à la recherche de prises de participations minoritaires ou majoritaires. L objectif commun 2 ) : Un descriptif du «Paramètre Valorisation» figure en Annexe A du présent guide. 8

11 des actionnaires de la société est alors d augmenter significativement les résultats de la société, sur une période de l ordre de cinq ans, que ce soit en procédant à des acquisitions ou en mettant en œuvre un plan ambitieux de croissance organique en décidant, par exemple, de créer de nouvelles implantations géographiques ou d investir dans de nouvelles capacités industrielles ou commerciales. La diversification patrimoniale du chef d entreprise Ce type de partenariat concerne les chefs d entreprise qui désirent extérioriser une partie de la valorisation de leur société, notamment lorsque la majeure partie de leur patrimoine réside dans les titres de cette société. Longtemps, les fonds d investissements se sont montrés plutôt réticents à financer un retrait partiel du chef d entreprise du capital de sa société. La légitimité d une diversification patrimoniale est cependant aujourd hui largement reconnue et ces opérations ont tendance à se multiplier. 1. Processus de sortie : éléments de contexte Le reclassement de la participation d un actionnaire existant Ce type de partenariat s adresse aux chefs d entreprise qui veulent fournir une liquidité à certains actionnaires minoritaires présents au capital de leur société. Ces actionnaires minoritaires peuvent être des actionnaires familiaux qui ne désirent plus rester au capital de la société ou bien des investisseurs financiers qui, après avoir accompagné l actionnaire entrepreneur pendant quelques années, cherchent à extérioriser leur plus-value. Le reclassement de la participation d un actionnaire minoritaire peut être l occasion pour l actionnaire majoritaire de redéfinir ses objectifs, tant en termes de développement de la société que de diversification patrimoniale. Ces trois objectifs ne sont évidemment pas exclusifs et peuvent intervenir concomitamment selon les motivations de l entrepreneur pour construire le partenariat. 9

12 Quel mode d intervention pour le partenaire financier? Pour chacun des cas de figure définis ci-avant, le partenaire financier peut intervenir à deux niveaux : en prenant soit une participation directement dans la société opérationnelle, soit une participation dans une holding de contrôle commune. Prise de participation dans la société opérationnelle Ce type d intervention est le plus simple à mettre en œuvre, dans la mesure où il n entraîne pas de modification de l organisation juridique de la société ou du groupe de sociétés à l exception bien entendu de cette prise de participation. La prise de participation directe est utilisée dans le cas du financement de la croissance par augmentation de capital et en cas de rachat de titres (diversification patrimoniale ou bien reclassement), lorsque le partenaire financier rachète directement des titres à un actionnaire vendeur. Prise de participation via une holding de contrôle Ce type d intervention suppose une modification substantielle de l actionnariat de la société opérationnelle, une holding de contrôle se substituant à des actionnaires, ceux-ci devenant alors actionnaires de la holding de contrôle : l actionnaire entrepreneur et éventuellement d autres actionnaires historiques apportent des titres à une holding de contrôle qui devient de ce fait actionnaire de la société opérationnelle ; le partenaire financier intervient dans la holding de contrôle via un apport en numéraire ; la holding de contrôle rachète des titres à certains actionnaires historiques, ses ressources provenant à la fois de l apport de fonds réalisé par le partenaire financier ainsi que d un recours à l endettement. Ce type de montage, aussi appelé OBO (Owner Buy Out), est très souvent utilisé si l objectif de l actionnaire entrepreneur est de diversifier son 10

13 patrimoine. Dans l exemple, ci-dessous, le chef d entreprise percevrait près de 75% de la valeur de ses titres tout en continuant à contrôler 50,1% du capital de sa société. Situation initiale Chef d'entreprise (valeur des titres de l'entreprise = 100) 100% Entreprise Chef d'entreprise Apport de titres : 25,05 (i.e. 50,1% du capital de la Holding) OBO Holding d'acquisition Capital : 50 Dette : % Entreprise Partenaire financier Apport en numéraire : 24,95 (i.e. 49,9% du capital de la Holding) 1. Processus de sortie : éléments de contexte Les OBO sont souvent réalisés par des chefs d entreprise désirant préparer leur succession et qui mettent en œuvre une situation transitoire de quelques années, à laquelle participe un partenaire financier, avant de procéder à la vente de l intégralité de leurs titres. Au cours de cette période transitoire, l objectif commun des actionnaires est principalement d optimiser les performances de la société avant sa mise en vente. Ce type de montage est aussi souvent utilisé pour procéder au rachat de la participation d un actionnaire existant. Une telle opération a ainsi été réalisée en avril 2005 lors du rachat par Natixis Investissement Partners (NI Partners) et Gilles Benhamou de la participation de 21 Centrale Partners au capital de la société Asteel. Asteel, leader français de l industrialisation, la production et l intégration de modules électroniques industriels a été fondée en 1999 par Gilles Benhamou. En 2001, celui-ci avait eu recours à un partenaire financier, 21 Centrale Partners, pour financer les premières étapes d une stratégie de croissance par acquisitions. 11

14 Ce partenariat a permis à la société de presque tripler ses ventes en quatre ans et de se positionner en tant que leader sur son marché, avec un chiffre d affaires de près de 200 M en Centrale Partners a alors émis le souhait de réaliser son investissement alors que Gilles Benhamou désirait poursuivre le développement de son groupe tout en restant fortement impliqué d un point de vue capitalistique. D un commun accord, le dirigeant et son partenaire financier ont alors décidé de faire appel à un intermédiaire financier pour trouver un investisseur susceptible de racheter la participation de 21 Centrale Partners. Un processus de mise en vente de la participation de 21 Centrale Partners a été organisé et, au terme de ce processus, Gilles Benhamou s est associé à NI Partners pour réaliser une opération visant à racheter la participation de 21 Centrale Partners. Pour ce faire, une holding d acquisition a été créée : Gilles Benhamou a apporté ses titres à cette holding, NI Partners en est devenu actionnaire via un apport en numéraire puis la holding s est endettée. Grâce aux fonds apportés par NI Partners et à ceux levés auprès des banquiers historiques du Groupe, la Holding a racheté la participation des actionnaires désirant vendre leurs titres 3. Ces différents types de partenariat se concrétisent par la mise en place d une documentation juridique spécifique répondant précisément aux objectifs de l entrepreneur et du partenaire financier. 3 ) : Une fiche détaillée de cette opération figure en Annexe K de ce guide. 12

15 1.2 L environnement juridique du partenariat Deux documents ont plus particulièrement vocation à organiser la relation entre l actionnaire entrepreneur et le partenaire financier. Il s agit d une part des statuts de la société et d autre part, du pacte d actionnaires. En fonction de la situation actionnariale de la société, des objectifs du chef d entreprise et des habitudes de l investisseur, le partenariat sera formalisé au travers des dispositions statutaires de la société et/ou d un pacte d actionnaires Pacte d actionnaires versus dispositions statutaires En droit français, le pacte d actionnaires est en général privilégié, en particulier pour les raisons suivantes : 1. Processus de sortie : éléments de contexte Fort intuitu personae entre l actionnaire entrepreneur et le partenaire financier Le partenaire financier investit dans la société en considération de la personnalité du chef d entreprise et ce dernier lui donne accès au capital dans le même esprit. Ce fort intuitu personae, sur lequel est bâti le partenariat entre l actionnaire entrepreneur et le partenaire financier, nécessite la mise en place de clauses juridiques bien souvent spécifiques à chacun de ces deux actionnaires et qui, par nature, ne peuvent figurer dans les statuts (applicables à tous les actionnaires de la société en l absence de catégories d actions). Le pacte d actionnaires permet donc la mise en œuvre de ces clauses spécifiques. Cette souplesse contractuelle a cependant un prix. Si la violation de l une des stipulations des statuts peut encourir la nullité ou être susceptible d exécution forcée, la violation d une stipulation du pacte d actionnaires quant à elle ne se résout généralement encore qu en dommages et intérêts. A titre d exemple, compte tenu du caractère risqué que représente l investissement dans une société non cotée, le partenaire financier demandera au chef d entreprise de se consacrer exclusivement à la 13

16 bonne marche de l entreprise et à son développement, sans que celui-ci ne puisse exercer une autre activité rémunérée. La clause correspondante, concernant de manière spécifique le chef d entreprise, n a pas vocation à figurer dans les statuts de la société et sera par conséquent insérée dans le pacte d actionnaires 4. Confidentialité Les statuts d une société, déposés au greffe du Tribunal de Commerce, ne sont pas, par nature, confidentiels. Les tiers peuvent en prendre librement connaissance. A contrario, le pacte d actionnaires est un acte sous seing privé mais comporte aussi habituellement une clause de confidentialité. Or, le partenariat entre l actionnaire entrepreneur et le partenaire financier requiert sur bien des points une telle confidentialité. Le partenaire financier et l actionnaire entrepreneur s entendront dès l origine sur le processus de sortie du partenaire financier et ce processus sera formalisé dans les accords le liant à l actionnaire entrepreneur. La description de ce processus de sortie comprend très souvent des éléments tels que le calendrier de sortie ou encore le prix plancher auquel le partenaire financier accepte de sortir : de toute évidence, de telles informations ne peuvent être rendues publiques et elles ne peuvent donc pas figurer dans les statuts. De la même manière, le business plan de la société, sur lequel est notamment fondée la valorisation de la société, est fréquemment annexé au pacte d actionnaires et ne saurait être divulgué à des tiers. En conclusion, si le pacte d actionnaires est un contrat dont l exécution forcée peut s avérer juridiquement plus délicate que celle des statuts 5, sa souplesse et sa confidentialité n en demeurent pas moins plébiscitées par les chefs d entreprise et les investisseurs qui réduisent souvent les statuts à leur portion congrue. 4 ) : Un exemple de clause d exclusivité et de non-concurrence figure en Annexe B du présent guide. 5 ) : A défaut d être expressément consacré par la loi, le pacte d actionnaires reste une simple convention dont la violation fautive, conformément au droit commun, se résout en dommages et intérêts. Cela n équivaut pas à l exécution forcée qui peut en revanche être ordonnée en cas de violation des statuts, lesquels sont établis... 14

17 Les principales clauses du pacte d actionnaires Trois grandes thématiques sont généralement traitées par un pacte d actionnaires : la gouvernance de la société, la géographie du capital et la liquidité des investissements réalisés. Clauses relatives à la gouvernance Le partenaire financier doit pouvoir suivre l activité de l entreprise, notamment au regard du business plan et des orientations stratégiques déterminées d un commun accord. Il ne s agit pas de mettre en place une co-direction au sein de l entreprise mais d instaurer des outils permettant au partenaire financier de suivre l évolution de la société afin de favoriser un dialogue efficace entre le chef d entreprise et son partenaire financier. A ce titre, l actionnaire entrepreneur s engage à partager un certain nombre d informations avec son partenaire financier de manière régulière et à l occasion de certaines décisions importantes. L entrepreneur dispose donc d une grande latitude dans la conduite des affaires sociales et la gestion de la société demeure sa prérogative. 1. Processus de sortie : éléments de contexte Cette organisation de la gouvernance de l entreprise fait l objet de stipulations spécifiques dans le pacte d actionnaires. Le partenaire financier bénéficiera, par exemple, d une information renforcée au moyen d un reporting détaillé 6. Celui-ci est généralement basé sur les outils déjà en place dans la société et comprend notamment un suivi de l activité et du développement de la société, du compte de résultat, du cash-flow et de la trésorerie....en application de dispositions légales. La jurisprudence a néanmoins récemment consacré la possibilité d obtenir l exécution forcée de certaines dispositions du pacte d actionnaires, en l occurrence celles instaurant un pacte de préférence ou un droit de préemption (Cour de Cassation, Chambre Mixte 26 mai 2006 n 240). Ainsi les cessions de titres effectuées en violation de ces stipulations pourront être annulées. Cette possibilité reste cependant soumise à la démonstration de la double condition que le tiers acquéreur avait connaissance de l existence d un pacte de préférence ou d un droit de préemption au profit d autres actionnaires de la société et de l intention desdits bénéficiaires de s en prévaloir. 6 ) : Suivant la forme sociale de la société, notamment s il s agit d une société par actions simplifiée, cette clause peut être également insérée dans les statuts de la société. Un exemple de clause d information renforcée figure en Annexe C du présent guide. 15

18 Le partenaire financier peut également être représenté au sein des organes de contrôle de la société (conseil d administration avec présidence dissociée, conseil de surveillance ou équivalent) et sa consultation, voire son approbation préalable, peut être requise pour toute décision pouvant avoir un impact significatif sur l organisation ou l activité de la société. Sur ce dernier point, le pacte d actionnaires stipule généralement une liste de sujets qui requièrent l approbation préalable du partenaire financier. Ces sujets sont principalement ceux qui peuvent avoir un fort impact sur la valorisation de la participation du partenaire financier 7. Dans certaines circonstances bien particulières, les règles de gouvernance peuvent prévoir qu en cas de blocage significatif du processus de décision entre l actionnaire entrepreneur et le partenaire financier, une solution de sortie de crise, de nature capitalistique, soit mise en oeuvre. On pense bien évidemment soit au rachat par l actionnaire entrepreneur des titres détenus par le partenaire financier à un prix déterminé par avance, soit à une sortie globale. La mise en place de telles clauses d impasse restent toutefois assez rare dans le cadre d opérations de capital développement. Clauses relatives à la géographie du capital Le pacte d actionnaires contient très souvent un certain nombre de clauses qui permettent de garantir la stabilité de l actionnariat et/ou d encadrer son évolution au bénéfice du chef d entreprise comme de l investisseur. Intangibilité du capital 8 : Le partenariat débute généralement par une période au cours de laquelle l entrepreneur et éventuellement le partenaire financier se sont engagés à ne pas céder leurs titres par quelque procédé que ce soit ou pour quelque cause que ce soit. Cette inaliénabilité temporaire permet au partenaire financier de s assurer que l entrepreneur n a pas de velléités de céder ses titres avant que l accrois- 7 ) : Une liste indicative de ces sujets figure en Annexe D de ce guide. 8 ) : Un exemple de clause d inaliénabilité figure en Annexe E de ce guide. 16

19 sement de valeur escompté ne se soit produit. S agissant d une restriction au droit de propriété, cette inaliénabilité est nécessairement temporaire et doit être justifiée par un intérêt légitime. Ouverture du capital aux tiers - Droit de préemption : Le droit de préemption vient sécuriser l accès au capital de la société. En cas de cession par un actionnaire d une partie de ses titres, chaque actionnaire ou groupe d actionnaires bénéficiaire du droit de préemption, se voit proposer, généralement selon un rang de priorité établi, d acquérir les titres de l actionnaire cédant 9. Il s agit là pour l actionnaire ou le groupe d actionnaires concerné soit d augmenter volontairement sa participation au capital, soit de se substituer à un tiers, par exemple un concurrent. En règle générale, le droit de préemption sera exercé sur la totalité des titres proposés à la cession. 1. Processus de sortie : éléments de contexte Droit de sortie conjointe (Tag Along) : En cas de cession de titres par un actionnaire, et en l absence d exercice du droit de préemption, chaque actionnaire peut, s il bénéficie d un droit de sortie conjointe, se joindre à la cession projetée à hauteur de sa participation dans le capital et aux mêmes conditions. De façon classique, le tiers cessionnaire acquiert alors le même nombre de titres non plus auprès d un seul cédant mais de plusieurs 10 et l économie générale de la cession n est donc pas affectée. En cas de cession d un bloc de titres majoritaire, le droit de sortie conjointe peut également permettre au partenaire financier d accéder à une liquidité de son investissement en bénéficiant d une prime de contrôle. Obligation de sortie conjointe (Drag Along) : Afin de faciliter une cession, et lorsque des actionnaires détenant une large majorité du capital désirent donner suite à une proposition d acquisition d un tiers portant sur 100% 9 ) : Un exemple de clause de droit de préemption figure en Annexe F de ce guide. 10 ) : Le droit de sortie conjointe est généralement total (le bénéficiaire a alors la possibilité de céder l intégralité des titres qu il détient dans le capital de la société). Mais il peut aussi être proportionnel au nombre de titres cédé par l actionnaire cédant. Un exemple de clause de droit de sortie conjointe figure en Annexe G de ce guide. 17

Le Pacte d associés. Le pacte d associés

Le Pacte d associés. Le pacte d associés L Le Pacte d associés Le pacte d associés Le pacte d associés Jean-Pierre GITENAY Avocat Associé 31 mars 2008 2 SOMMAIRE Définition contenu - validité Pourquoi un pacte? Limites du pacte Les principales

Plus en détail

Convention de cession d actions (modèle simple / SA)

Convention de cession d actions (modèle simple / SA) http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Convention de cession d actions (modèle simple / SA) Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat.

Plus en détail

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE

LA DEFINITION D UNE STRATEGIE LA DEFINITION D UNE STRATEGIE ACTIONNARIALE : UNE NECESSITE POUR TOUS LES DIRIGEANTS D ENTREPRISE Si les dirigeants d entreprise ont une vision stratégique à long terme de leur activité, ce même constat

Plus en détail

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation?

Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? Cession de droits sociaux : quels sont les risques encourus au cours de la période de négociation? La période des pourparlers : de la responsabilité délictuelle aux aménagements contractuels Introduction

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

Comment ouvrir son capital à. investisseurs.

Comment ouvrir son capital à. investisseurs. Comment ouvrir son capital à des investisseurs? Introduction La vie d une entreprise et son développement connaîtront de nombreuses étapes qui constitueront pour son actionnaire dirigeant autant d occasions

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession

Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession Intervenants Pascal Ferron Expert-comptable Jean-Jacques Brunet Consultant (CRA Formation) Marielle Poisson Avocat Jean-Jacques Vaxelaire Directeur

Plus en détail

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles?

PACTES D ACTIONNAIRES. I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? PACTES D ACTIONNAIRES I) Le contenu des pactes d actionnaires : Quelles sont les clauses essentielles? Il existe différents pièges à éviter ainsi que des oublis à ne pas faire. L exposé ne concerne cependant

Plus en détail

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX

CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX CESSION DE PARTS SOCIALES ET ACTIONS : LE NOUVEAU RÉGIME DE DÉTERMINATION DE LA VALEUR DES DROITS SOCIAUX LA RÉFORME DE L ARTICLE 1843-4 DU CODE CIVIL : BRIS DE JURISPRUDENCE ET REGAIN DE LA LIBERTÉ CONTRACTUELLE

Plus en détail

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé

Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés. Aspects de droit comparé COLLOQUE AEDJ 30 ET 31 JANVIER 2013 - DOUALA 6 ET 7 FEVRIER 2013 - YAOUNDE Présentation de la SAS au regard des nouvelles règles envisagées par le projet OHADA relatif au droit des sociétés Aspects de

Plus en détail

Quelles entreprises sont soumises à l obligation d information? Les entreprises soumises à une obligation d information de leurs salariés sont :

Quelles entreprises sont soumises à l obligation d information? Les entreprises soumises à une obligation d information de leurs salariés sont : Flash Information préalable des salariés de PME en cas de cession d entreprise ou de fonds de commerce : plus de questions et de débats que de réponses... Parmi les dispositions de la loi du 31 juillet

Plus en détail

LBO et Business Angels

LBO et Business Angels Mardi 26 novembre 2013 LBO et Business Angels Laurent Simon et Jérôme Loisy Alcyaconseil Définition de l opération de LBO Définition traditionnelle : «LBO» Leveraged buy-out : terme anglais pour acquisition

Plus en détail

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS

POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS POLITIQUE 5.1 EMPRUNTS, PRIMES, HONORAIRES D INTERMÉDIATION ET COMMISSIONS Champ d application de la politique La présente politique expose les politiques de la Bourse relatives aux emprunts contractés

Plus en détail

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS)

REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) REGLEMENT DE DEONTOLOGIE SPECIFIQUE AUX SOCIETES DE GESTION D OPCVM D EPARGNE SALARIALE (FCPE ET SICAVAS) Page 1 PREAMBULE Le présent Règlement de Déontologie spécifique aux sociétés de gestion d OPCVM

Plus en détail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail

Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada. Document de travail Projet de lancement d un programme de mise en pension de titres du gouvernement canadien détenus par la Banque du Canada Document de travail le 27 août 2001 2 Introduction Un certain nombre de mesures

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS

POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS POLITIQUE PARTENAIRES FINANCIERS 2 mars 2015 Fonds d investissement en agriculture de la MRC de Bécancour (FIAB) Territoire de la MRC de Bécancour PRÉAMBULE ET MISE EN CONTEXTE Quiconque habite la ruralité

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3

DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités DIRECTION GENERALE DU TRAVAIL Sous-direction de la négociation collective Bureau RT3 DIRECTION DE LA

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

FAIRE APPEL À UN EXPERT

FAIRE APPEL À UN EXPERT FAIRE APPEL À UN EXPERT Décembre 2011 Afin d être en mesure d exercer ses missions, le comité d entreprise dispose de nombreux moyens d information, notamment par les documents que doit lui communiquer

Plus en détail

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés

CONTRAT D ADHÉSION. FAC FOR PRO PARIS Tous droits réservés CONTRAT D ADHÉSION CONTRAT ENTRE FAC FOR PRO PARIS ET L ÉTUDIANT Article 1. Dispositions générales Le présent contrat, ci-après dénommé «le contrat» constitue l accord régissant pendant sa durée, les relations

Plus en détail

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise?

Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Comment Optimiser la Cession de son Entreprise? Raphaël Abou BluFinance Arnold Raicher Optimiser la cession Processus de décision Choix d un intermédiaire Processus de cession professionnel Témoignage

Plus en détail

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux...

Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Cabinet indépendant d Audit, d expertise et de conseil dédié aux... Directions Financières dirigeants d entreprise fonds d investissement Avocats, mandataires & liquidateurs judiciaires Notre mission Répondre

Plus en détail

Charte des investisseurs en capital

Charte des investisseurs en capital Juin 2008 Charte des investisseurs en capital Au cours des dernières années, les investisseurs en capital sont devenus des acteurs majeurs de l économie par leur présence dans l actionnariat d un nombre

Plus en détail

SEMINAIRES DE DIRECTION

SEMINAIRES DE DIRECTION SEMINAIRES DE DIRECTION Conçus spécialement pour les membres de la direction, ces séminaires sont concis et pratiques. Ils peuvent prendre la forme de présentations avec études de cas à l appui, ou de

Plus en détail

CONVENTION D ACCUEIL

CONVENTION D ACCUEIL CONVENTION D ACCUEIL ENTRE L'UNIVERSITE PIERRE ET MARIE CURIE Etablissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel 4 Place Jussieu 75252 PARIS Cedex 05 représentée par son Président,

Plus en détail

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT

NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 2.375.584 SIEGE SOCIAL : 92/98 BOULEVARD VICTOR HUGO 92115 CLICHY CEDEX RCS NANTERRE : 403 570 781 NOTE D INFORMATION EMISE A L OCCASION DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PROPRES

Plus en détail

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations

Fiche conseil. Acquisition de titres : la garantie d actif et de passif. La garantie d actif et de passif : définition et illustrations ACQUISITION DE TITRES : LA GARANTIE D ACTIF ET DE PASSIF Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques,

Plus en détail

Procédures collectives : comment protéger ses informations?

Procédures collectives : comment protéger ses informations? Procédures collectives : comment protéger ses informations? Pascal VINCENT, Président, M2GS SAS Raphaël PEUCHOT, avocat associé FOURMANN & PEUCHOT 1 Sommaire Partie I: procédure de sauvegarde et continuité

Plus en détail

Le contrat de management

Le contrat de management Le contrat de management Check-list pour la négociation d un contrat de management AVERTISSEMENT : Nos check-lists ont pour but de vous aider à formuler certaines questions à se poser lorsque vous négociez

Plus en détail

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR

LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR LE PRET D HONNEUR FIR ET SON DEVENIR Les fondamentaux du prêt d honneur FIR 1. Les finalités du prêt d honneur FIR Par rapport au créateur : Le prêt d honneur constitue un coup de pouce à la création/reprise

Plus en détail

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI

FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? AVANTAGES DE L INVESTISSEMENT IMMOBILIER CONTRAINTES DE LA GESTION «EN DIRECT» LES ATOUTS DES SCPI FICHE PRATIQUE SCPI QU EST-CE QU UNE SCPI? La Société Civile de Placement Immobilier est un organisme de placement collectif qui a pour objet l acquisition et la gestion d un patrimoine immobilier locatif

Plus en détail

7.3. Les différents modes de transmission

7.3. Les différents modes de transmission 7.3. Les différents modes de transmission La manière d exercer l activité et le choix de la forme juridique ont des répercussions importantes sur le processus de transmission 7.3.1. Les impacts du choix

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015

PRESENTATION GENERALE. Juin 2015 PRESENTATION GENERALE Juin 2015 Table des matières 1. UN CONSEIL DEDIE POUR VOUS ACCOMPAGNER DANS VOS OPERATIONS DE HAUT DE BILAN 2. LES DIFFERENTES PRESTATIONS DE SERVICE 3. LES ACCREDITATIONS DE MJE

Plus en détail

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse

COMMUNIQUE. Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse Communiqué COMMUNIQUE Actionnaires individuels : le goût retrouvé pour la bourse PARIS - 17 novembre 2009 SEITOSEI, agence de communication et marketing financiers, en partenariat avec la Fédération Française

Plus en détail

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) :

1. faciliter la création des sociétés à responsabilité limitée (SARL) : Note de présentation du projet de loi modifiant et complétant la loi n 5-96 sur la société en nom collectif, la société en commandite simple, la société en commandite par actions, la société à responsabilité

Plus en détail

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016

Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 Descriptif du Programme de Rachat d Actions 2015-2016 1. INTRODUCTION Il est rappelé que l Assemblée Générale Mixte du 2 juin 2014, dans sa cinquième (5 ème ) résolution, avait précédemment autorisé le

Plus en détail

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple!

La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! La cession «en bloc» des titres à une SPFPL : Pas si simple! Août 2013 La SFPFL (Société de participations financières de profession libérale) est un outil juridique supplémentaire mis à la disposition

Plus en détail

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN

GENERALE MIXTE DU 26 JUIN NOTE D INFORMATION ETABLIE SUITE A LA DECISION DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE PROCEDER AU LANCEMENT EFFECTIF DU PROGRAMME DE RACHAT DE SES PROPRES ACTIONS AUTORISE PAR l ASSEMBLEE GENERALE MIXTE DU 26

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR

ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR ACHETER OU VENDRE UNE ACTIVITE DE COURTAGE : LA MÉTHODE POUR RÉUSSIR 72, rue du Faubourg Saint - Honoré 75008 PARIS Tél : 01.46.10.43.80 Fax : 01.47.61.14.85 www.astreeavocats.com Xxx Enjeux Cahier des

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES

LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES LES ASPECTS LÉGAUX DE L ACHAT D UNE FRANCHISE CHOSES À FAIRE AVANT D ACHETER UNE FRANCHISE EN 11 ÉTAPES PAR ME FRANÇOIS ALEPIN ALEPIN GAUTHIER AVOCATS INC. Étape 1 : Fixer les objectifs visés par la réalisation

Plus en détail

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées 1 Rappels des notions... 2 1.1 L opération de fusion... 2 1.2 La transmission universelle de patrimoine (TUP) ou confusion de patrimoine...

Plus en détail

Conditions Générales de Vente

Conditions Générales de Vente Conditions Générales de Vente PREAMBULE Le client souhaite se doter d un site internet Il a lancé une consultation préalable, qui a été communiquée à Nexus Création et a permis d élaborer une proposition

Plus en détail

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement

Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Carnet «F» Le transfert de la propriété au point de vue du financement Contexte du présent carnet Chapitre 1 Le financement quand la propriété demeure familiale Le PDG de la PME devra un jour laisser sa

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts

La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts La Société par Actions Simplifiée (SAS) : Un fonctionnement dicté par les statuts CE QUE VOUS DEVEZ SAVOIR A l origine, la Société par Actions Simplifiée (SAS) a été créée (par la loi n 94-1 du 13 novembre

Plus en détail

HERMÈS INTERNATIONAL

HERMÈS INTERNATIONAL HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 4 juin 2013 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 et

Plus en détail

Pacte d actionnaires

Pacte d actionnaires Pacte d actionnaires Contrôler, organiser son actionnariat, intéresser ses collaborateurs au capital, comment faire ou ne pas faire? Ateliers Investsud Cedric Guyot - 20 mars 2015 - Introduction Objectif

Plus en détail

LE CONFLIT D ASSOCIES

LE CONFLIT D ASSOCIES LE CONFLIT D ASSOCIES Comment éviter la mésentente? Comment y remédier? Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables

Plus en détail

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004)

PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) PRINCIPALES CARACTERISTIQUES DE L EMISSION DE CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) NORD EST (visa AMF n 04-869 en date du 04 novembre 2004) EMETTEUR CAISSE REGIONALE DE CREDIT AGRICOLE DU NORD EST

Plus en détail

La dématérialisation des procédures de marchés publics

La dématérialisation des procédures de marchés publics La dématérialisation des procédures de marchés publics Définition La dématérialisation des procédures de marchés publics consiste en l utilisation de la voie électronique pour les échanges d informations

Plus en détail

transition for success management

transition for success management transition management Manager de transition est un métier qui ne s improvise pas. Les conditions qui garantissent le succès du changement sont multiples et complexes. Fontenay Managers a contribué à développer

Plus en détail

L offre advancity d accès aux financements pour les PME

L offre advancity d accès aux financements pour les PME Petit-déjeuner advancity du 29 avril 2014 Association Française des Investisseurs pour la Croissance L offre advancity d accès aux financements pour les PME Domaines stratégiques et CS octobre 2008-1 Introduction

Plus en détail

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF»

LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» LETTRE DE MISSION EN VUE DE LA VENTE D UN IMMEUBLE«MANDAT EXCLUSIF» ENTRE. Agissant en qualité de cédants des biens et des droits immobiliers ci-après énoncés ET MAÎTRE AVOCAT au Barreau de Domicilié au

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION La présente Charte établit le rôle du Conseil d administration (le «Conseil») d Innergex énergie renouvelable inc. (la «Société») et est assujettie aux dispositions des

Plus en détail

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions :

Liste usuelle des conseillers Les buts de cet outil sont de : Instructions : Outil Liste usuelle des conseillers L outil Liste usuelle des conseillers vous aidera à faire du transfert de votre entreprise un projet collectif et favorisera le travail d équipe entre vos différents

Plus en détail

LES PACTES D ACTIONNAIRES

LES PACTES D ACTIONNAIRES LES PACTES D ACTIONNAIRES Intervention de Me Claude NOEL, Avocat Associé Spécialiste en droit des sociétés et en droit commercial Barreaux de Nancy et de Luxembourg Petit-Déjeuner 19 mai 2011 Les rencontres

Plus en détail

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE

PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Annexe Conv GDXX/15 PROJET DE CONVENTION D APPORT AVEC DROIT DE REPRISE Entre, La Communauté d Agglomération du Grand Dole Dont le siège est fixé Place de L Europe 39100 DOLE Représentée par son Président

Plus en détail

Aperçu sur le contrat d assurance

Aperçu sur le contrat d assurance Aperçu sur le contrat d assurance I. Les caractéristiques du contrat d assurance L article 1 de la loi 17-99 portant code des assurances définit le contrat d assurance comme la convention passée entre

Plus en détail

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL

Nom du Document : ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL ARBITRER ENTRE L ACHAT D UN FONDS DE COMMERCE OU ARTISANAL ET L ACQUISITION DE TITRES D UNE SOCIETE FICHE CONSEIL Page : 1/5 Est-il plus intéressant d acheter un fonds de commerce ou les titres d une société?

Plus en détail

VOTRE MANDAT DE GESTION

VOTRE MANDAT DE GESTION VOTRE MANDAT DE GESTION PRÉSENTATION DU MANDAT DE GESTION La souscription au capital d une PME offre 2 avantages fiscaux : / Une réduction d ISF à hauteur de 50% dans la limite de 45 000 Le souscripteur

Plus en détail

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA

DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA DELIBERATION N 2015-53 DU 20 MAI 2015 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DE LA MODIFICATION DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES

Plus en détail

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier

Primopierre Société Civile de Placement Immobilier Primopierre Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres

Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Reprendre une entreprise: une stratégie avant des chiffres Sommaire 1. Etre prêt pour l aventure 2. Créer ou reprendre? 3. Identifier la cible 4. Structurer votre projet d entreprise 5. Planifier votre

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs

Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs Principes Généraux de l Université d Orléans : Propriété de résultats issus de projets collaboratifs DEFINITIONS : CONNAISSANCES PROPRES : Toutes les informations et connaissances techniques et/ou scientifiques,

Plus en détail

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien)

GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) GARANTIE DE RACHAT ET RELOGEMENT (Vente de patrimoine ancien) TITRE 1 : NATURE DE LA GARANTIE DE RACHAT Article 1 er : Nature et portée de la garantie Une garantie de rachat est offerte par l organisme

Plus en détail

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW

POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW POLITIQUE-CADRE D ACCÈS AUX ARCHIVES DU CONSEIL DE LA NATION ATIKAMEKW Adoptée le 18 mai 2006 par le Conseil d administration ATTENDU que les archives sont la propriété du Conseil de la Nation Atikamekw

Plus en détail

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS

ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS ÉVALUATION DES CONSEILS D ADMINISTRATION/SURVEILLANCE : UN RETOUR D EXPÉRIENCE TRÈS POSITIF DES ADMINISTRATEURS REGARDS CROISÉS DES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE Administrateurs Présidents de conseil d administration/surveillance

Plus en détail

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre

Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le 4 octobre Information réglementée* Bruxelles, Paris, 10 octobre 2011 5h30 Les États belge, français et luxembourgeois apportent un soutien fort à Dexia dans la mise en œuvre du plan de restructuration annoncé le

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT

REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT REGLEMENT INTERIEUR MUTUACHAT EXPOSÉ PRÉALABLE : La Société MUTUACHAT, société par actions simplifiée à capital variable, a notamment pour objet la centralisation des achats ainsi que l achat de biens

Plus en détail

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action?

CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ. 1- Qualification de l instrument de capital octroyé au salarié : option ou action? CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Communiqué du Conseil national de la comptabilité du 21 décembre 2004 relative aux Plans d épargne entreprise (PEE) Sommaire 1- Qualification de l instrument de capital

Plus en détail

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI

IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI PRIMOPIERRE Société Civile de Placement Immobilier IDENTIFICATION DES RISQUES LIÉS À L INVESTISSEMENT DANS UNE SCPI Facteurs de risques L investissement en parts de SCPI est un placement dont la rentabilité

Plus en détail

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité

Document G. Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Document G Stratégie de valorisation Modèles de propriété intellectuelle Relations avec les pôles de compétitivité Page 1 sur 7 Parmi les objectifs des Instituts de recherche technologique (IRT) figurent

Plus en détail

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014

RAPPORT DU CONSEIL D ADMINISTRATION A L ASSEMBLEE GENERALE MIXTE EN DATE DU 16 JUIN 2014 FONCIERE DEVELOPPEMENT LOGEMENTS Société anonyme au capital de 696.110.040 euros 10, avenue Kléber 75116 Paris RCS Paris 552 043 481 («Foncière Développement Logements» ou la «Société») RAPPORT DU CONSEIL

Plus en détail

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ

GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ GUIDE DU PROGRAMME IMTIAZ 1 ère Edition 2014 Mars 2014 Tous droits réservés ANPME Page 1 Introduction Cette note de présentation a pour objet de guider toute entreprise candidate au programme Imtiaz en

Plus en détail

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31

Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 Norme comptable relative aux placements dans les entreprises d assurances et/ou de réassurance NC31 OBJECTIF DE LA NORME 01 L entreprise d assurance et/ou de réassurance doit disposer à son actif, en couverture

Plus en détail

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission

POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE. 1.1 Mission POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. FONDEMENT DE LA POLITIQUE 1.1 Mission Le Centre local de développement (CLD) de Mirabel gère trois (3) fonds destinés à la création et au maintien d emploi par le biais d

Plus en détail

HERMÈS INTERNATIONAL

HERMÈS INTERNATIONAL HERMÈS INTERNATIONAL Descriptif du Programme de rachat d actions autorisé par l Assemblée Générale des actionnaires du 3 juin 2014 Le présent descriptif a été établi conformément aux articles 241-1 et

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION

RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÈGLEMENT INTÉRIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION Mis à jour le 4 mars 2015 PREAMBULE Le conseil d administration d ARKEMA (la «Société») a arrêté le présent règlement intérieur contenant le recueil des

Plus en détail

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP

Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP Note relative au reclassement pour inaptitude physique à l attention des membres de la CAP REFERENCES : - Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la fonction

Plus en détail

4 - L affectation du résultat des sociétés

4 - L affectation du résultat des sociétés Les écritures liées à la vie d une société 3.2 4 - L affectation du résultat des sociétés Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA)

CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) CREDIT AGRICOLE TITRES REGLEMENT RELATIF A L ORGANISATION DU MARCHE DES CERTIFICATS COOPERATIFS D ASSOCIES (CCA) Préambule La loi du 13 juillet 1992 a modifié la loi du 10 septembre 1947 portant statut

Plus en détail

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS

DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS PARIS LA DÉFENSE, LE 4 JUIN 2013 DESCRIPTIF DU PROGRAMME DE RACHAT D ACTIONS autorisé par l Assemblée Générale Mixte du 30 mai 2013 1. CADRE JURIDIQUE En application des articles L. 225-209 et suivants

Plus en détail

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL

LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL LE BUDGET COMMUNAL NOTIONS DE BASE DEFINITION DU BUDGET COMMUNAL 1. Le budget communal est l acte fondamental de la gestion municipale car il détermine chaque année l ensemble des actions qui seront entreprises.

Plus en détail

DOSSIER DE PRESENTATION

DOSSIER DE PRESENTATION DOSSIER DE PRESENTATION Ce dossier est destiné à vous présenter à la fois l activité du cabinet de courtage A2C GROUPE, les services mis à la disposition de ses partenaires. Ce dossier se présente sous

Plus en détail

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015 Tribunal fédéral 2C_543/2014 II e Cour de droit public Arrêt du 26 novembre 2014 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : José Zilla, Activité de location de services soumise à autorisation sous

Plus en détail

DISCOUNTED CASH-FLOW

DISCOUNTED CASH-FLOW DISCOUNTED CASH-FLOW Principes généraux La méthode des flux futurs de trésorerie, également désignée sous le terme de Discounted Cash Flow (DCF), est très largement admise en matière d évaluation d actif

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE

RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE RAPPORT ANNUEL DE TRANSPARENCE DECEMBRE 2014 Etabli en application des dispositions de l article R. 823-21 du Code de commerce 1 Préambule Le présent rapport établi par la Société Thierry MOREL & Associés

Plus en détail

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance

Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance Politique de sélection des intermédiaires financiers DE Hmg finance (Articles L.533-18 du code monétaire et financier et 314-75 du règlement général de l Autorité des Marchés Financiers) I Présentation

Plus en détail

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical

Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Page 1 Règles relatives à l organisation interne et au fonctionnement du Conseil Syndical Le Conseil Syndical existe de plein droit dans toutes les copropriétés en vertu de la loi. --> Il est chargé d

Plus en détail

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions

Synthèse des principales caractéristiques de l opération Programme de rachat d actions 1 CONSTRUCTIONS INDUSTRIELLES DE LA MEDITERRANEE (CNIM) Société anonyme à Directoire et Conseil de Surveillance au capital de 6 056 220 Euros Siège social : PARIS (75008) 35, rue de Bassano RCS PARIS 662

Plus en détail

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences

Habilitation des organismes évaluateurs pour le référencement selon l ordonnance n 2005-1516. Recueil d exigences Recueil d exigences Version 1.1 Page 1/13 Historique des versions Date Version Évolutions du document 17/12/2010 1.01 Première version. 29/02/2012 1.1 Prise en compte de la date de la publication de l

Plus en détail

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité.

La collectivité (nom de la collectivité, adresse) représentée par (nom du Président de la collectivité), dûment habilité. 2MODELE DE CONVENTION GENERALE ENTRE UNE COLLECTIVITE ET UNE ASSOCIATION (Convention obligatoire lorsque le montant de la subvention dépasse 23 000 ) (Suivant la nature du cosignataire de la convention,

Plus en détail

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012.

Notice prévue à l article 422-8 du règlement général de l Autorité des marchés financiers publiée au BALO n 101 le 22 août 2012. SCPI Fructirégions Investissez indirectement dans l immobilier d entreprise et diversifiez votre patrimoine EN BREF FRUCTIREGIONS est une SCPI régionale détenant des actifs immobiliers représentant une

Plus en détail

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012

FLASH PRATIQUE D ACTUALITE - 23/10/2012 69, bd. Malesherbes 75008 Paris, France Tél. : + 33 (0) 1 55 27 88 00 Fax : + 33 (0) 1 55 27 88 10 www.legister.fr Société d Avocats Le présent flash d actualité concerne principalement le droit des sociétés.

Plus en détail