ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé»

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ATELIER DE TRAVAIL. Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé»"

Transcription

1 ATELIER DE TRAVAIL Mardi 27 mars 2012 Atelier de travail, Aspects juridiques et financiers de l entreprise familiale, sur le thème : «Accès au capital privé» Animé par Valérie Tandeau de Marsac, Avocat- associée, JeantetAssociés, Responsable du centre d expertise Jeantet Family

2 Accès au capital privé Le «Private Equity» comme source de financement des entreprises Ce que représente le «Private Equity» au niveau européen Typologie des opérations de «Private Equity» Le Private Equity en France Caractéristiques techniques des opérations Le triple effet de levier juridique, financier et fiscal Schéma de principe d un LBO Une alternative qui émerge : le RES Les outils qui permettent de préserver le contrôle du capital Dette mezzanine «de croissance» ou «sponsorless» L OBO («Owner Buy Out») Le Family Equity, une tendance durable? 2

3 Ce que représente le «Private Equity» au niveau européen

4 Typologie des opérations du «Private Equity» Selon l AFIC Le métier du Capital Investissement consiste à prendre des participations majoritaires ou minoritaires dans le capital de petites et moyennes entreprises généralement non cotées Cette prise de participation permet de financer leur démarrage, leur croissance, leur transmission, parfois leur redressement et leur survie Le métier s exerce sur quatre segments : le Capital Risque, le Capital Développement, le Capital Transmission / LBO et le Capital Retournement

5 Evolution du marché du «Private Equity» en France sur la période Source : Etudes AFIC/Grant Thornton

6 Part accrue des opérations de transmission

7 Les TRI constatés ont baissé avec la crise

8 Plus de 40% des capitaux investis sont d origine familiale

9 Impact de Bâle III et de la crise: raréfaction des sources de financement des entreprises

10 Les solutions auxquelles pensent les chefs d entreprises

11 Accès au capital privé Le «Private Equity» comme source de financement des entreprises Ce que représente le «Private Equity» au niveau européen Typologie des opérations de «Private Equity» Le Private Equity en France Caractéristiques techniques des opérations Le triple effet de levier juridique, financier et fiscal Schéma de principe d un LBO Une alternative qui émerge : le RES Les outils qui permettent de préserver le contrôle du capital Dette mezzanine «de croissance» ou «sponsorless» L OBO («Owner Buy Out») Le Family Equity, une tendance durable? 11

12 Le triple effet de levier Effet de levier juridique Effet de levier financier Effet de levier fiscal Mécanisme L'effet de levier juridique naît de la démultiplication du droit de vote qui résulte de l interposition entre la société opérationnelle et les associés familiaux d une ou plusieurs holdings de reprise. Les associés familiaux peuvent ainsi détenir indirectement la majorité des droits de vote de la société opérationnelle, grâce à l'acquisition de la majorité des titres de la ou des holdings de reprise interposées, qui détiennent à leur tour la majorité des droits de vote de la société opérationnelle. L'effet de levier financier résulte du recours à l'emprunt auprès d'établissements bancaires pour financer l'acquisition des titres de la société opérationnelle. C est la holding de reprise qui emprunte. Elle minimise ainsi le montant des fonds propres à investir. L'effet de levier financier sera d'autant plus important que le coût de la dette sera inférieur à la rentabilité des fonds propres investis. L effet de levier fiscal est obtenu lorsque les frais financiers de l acquisition peuvent venir s imputer sur les dividendes dégagés par la société opérationnelle en franchise d impôt. En France, deux régimes fiscaux permettent d obtenir ce résultat : le régime de l'intégration fiscale le régime des sociétés mères et filles Mais des limites s imposent : l amendement Charasse les règles de sous-capitalisation limitant la déductibilité des intérêts versés au titre de prêts consentis entre sociétés. 12

13 L effet de levier juridique 51% X 13,26= 6,76 Actionnaire de référence 51% 51% X 26.01= 13,26 Holding 3 49% Minoritaires 51% 51% X 51= 26,01 Holding 2 49% Minoritaires 51% 51% X 100= 51 Holding 1 49% Minoritaires 51% Société opérationnelle Hypothèse retenue Valeur de la société opérationnelle =

14 Effet de levier financier Chiffres et ratio de la Holding Sans effet de levier Avec effet de levier Capitaux propres Dettes 0 60 Résultat Holding 0 3 (dette)* Résultat Cible Résultat Intégration IS de 33,3% 5 4 Résultat Net 10 8 Taux de rendement du capital investi 10% (10/100) 20% (8/40) * Ce montant de dette correspond à un taux d intérêt annuel de 5% pour un emprunt d un montant de 600 K remboursable in fine

15 Schéma de principe d un LBO majoritaire

16 Schéma simplifié de financement d un LBO Financement type de LBO Actions ordinaires Fonds propres 30/35% Dette mezzanine Quasi fonds propres 30/35% Dette senior Dette classique 30/35% Crédit vendeur Variable

17 Composition de la dette d un LBO Principe Fonctionnement La dette senior La dette mezzanine La dette senior est une dette bancaire classique, contractée par la holding auprès d'établissements bancaires qui bénéficient de garanties sur les actifs de la société emprunteuse. Cette dette sera remboursée en priorité en contrepartie d'une rémunération qui reste au niveau du marché. Elle représente en général un peu plus de la moitié du financement des LBO. La dette mezzanine est une dette contractée auprès de fonds spécialisés, appelés fonds de mezzanine ou mezzaneurs. Elle est subordonnée à la dette senior tant en ce qui concerne le paiement des intérêts que le remboursement du capital. La dette mezzanine compte généralement pour environ 5% du financement du montage LBO. Son montant est calculé de manière à couvrir entre 3 et 5 fois l'ebe de la cible. Elle est composée de différentes tranches, de la moins risquée à la plus risquée : la tranche A est en général remboursée linéairement en 5 ans les tranches B et parfois une tranche C additionnelle, sont souscrites sur une durée plus longue, et remboursables in fine (respectivement au bout de 5-7 ans et 8-9 ans) et souscrites pour des acquisitions significatives Chaque tranche a un taux d'intérêt spécifique qui dépend de ses caractéristiques. La dette senior est garantie par plusieurs banques lorsque son montant est significatif (on parle de "syndication bancaire"). La dette mezzanine est le plus souvent émise sous forme de prêt obligataire ou de valeurs mobilières composées impliquant le plus souvent des BSA (bons de souscription d actions), qui peuvent soit être détachés pour conversion en capital, soit être rachetées par l émetteur pour conserver le contrôle de la cible. Le taux habituel s établit aux alentours de 15% environ, réparti en trois parties : Un taux d'intérêt faible payé en cash chaque année (de l'ordre de 4 à 5%) Un intérêt capitalisé (de l'ordre de 4 à 5%) et Une participation éventuelle à la plus-value réalisée sur la période du financement La dette obligataire à haut rendement («high yield») La dette junior ("second lien") La titrisation Le crédit vendeur Surtout utilisée dans des montages de taille importante, la dette obligataire à haut rendement est une dette subordonnée qui peut remplacer la dette mezzanine. Elle représente généralement près de 15% du financement du montage LBO. La dette junior est une dette bancaire de premier rang mais à long terme, qui vient s'interposer entre la dette senior et la dette mezzanine, pour en général environ 5% du financement global. Les LBO peuvent faire appel au financement par titrisation. Un crédit vendeur peut être négocié auprès du vendeur de la cible pour soulager le poids de l'endettement de la holding de reprise. La dette obligataire à haut rendement est remboursable in fine, en capital, après une durée de 8 à 10 ans. Les taux d'intérêts, qui sont fixes, sont élevés et déterminés proportionnellement aux risques encourus. La dette junior, d'une durée de 9 à 10 ans, est remboursée après la dette senior mais avant la dette mezzanine. Elle bénéficie des mêmes garanties que la dette senior. La titrisation porte sur les créances de la cible et/ou sur ses stocks si ceux-ci disposent d'un marché propre. Le paiement du prix s'étale sur plusieurs années, sans prise de garantie et avec une rémunération variable.

18 Variété des déclinaisons possibles

19 Le Rachat d Entreprises par les Salariés

20 Dividendes Génorganigramme d un RES Pacte d actionnaires Fonds commun de placement d entreprise (FCPE) Au moins 15 cadres-repreneurs créent une holding de reprise dont les action sont souscrites en direct dans le cadre du PEE Le dirigeant-cédant réinvestit, en sursis d imposition, une partie du produit de la vente en OBSA (obligations à bons de souscription d actions) contribuant au financement de l opération et bénéficiant d un placement aux conditions avantageuses La holding s endette auprès d un établissement bancaire afin de compléter le financement des titres à racheter et de bénéficier d un effet de levier Société de gestion Banque Gestion Intérêts Dette d acquisition Salariés x% y% Holding de reprise 100% Société opérationnelle >15 cadres repreneurs OBSA Dirigeant- Cédant 4 Dans un second temps puis chaque année, il est proposé à tous les cadres et salariés d investir dans la holding de reprise via un fonds dédié, appelé FCPE de reprise (fonds commun de placement d entreprise) qui rentre dans l enveloppe du PEE. Les cadres et salariés auront la possibilité d investir dans le FCPE via : - Un arbitrage des sommes déjà présentes dans le PEE - Des versements volontaires - En affectant l intéressement et/ou la participation - L abondement de l entreprise Le remboursement de la dette d acquisition se fera de deux façons : - Via la remontée de dividendes - Via des augmentations de capital de la holding de reprise souscrites en utilisant la participation et/ou l intéressement et des versements volontaires des salariés et cadres-repreneurs, complétés par l abondement. Les augmentations de capital de la holding seront des charges déductibles fiscalement pour la société opérationnelle.

21 Tableau de simulation financière d un RES source

22 Accès au capital privé Le «Private Equity» comme source de financement des entreprises Ce que représente le «Private Equity» au niveau européen Typologie des opérations de «Private Equity» Le Private Equity en France Caractéristiques techniques des opérations Le triple effet de levier juridique, financier et fiscal Schéma de principe d un LBO Une alternative qui émerge : le RES Les outils qui permettent de préserver le contrôle du capital Dette mezzanine «de croissance» ou «sponsorless» L OBO («Owner Buy Out») Le Family Equity, une tendance durable? 22

23 Focus sur la dette mezzanine Un instrument hybride 23 à la fois dette obligataire et instrument de capital non nécessairement dilutif Qui peut être utilisé pour atteindre des objectifs variés financer la croissance (par acquisition externe ou développement à l international) permettre la respiration du capital (financer la sortie d une branche ou d un associé familial minoritaire) permettre le financement de la transmission intrafamiliale (rachat de branches ou versement de soultes) Une ressource méconnue à cause de son coût facial moins chère que du capital accroît la capacité d endettement bancaire de l entreprise (assimilée fonds propres) Alors que les ressources sont abondantes (fonds spécialisés dans la mezzanine) et peinent à trouver utilisation

24 Intérêt et coût de la dette mezzanine «La dette mezzanine se compare favorablement à un financement en capital puisqu elle peut coûter de l ordre de 12 à 13% après impôts quand le rendement attendu du capital investissement est de 25%.» 24

25 Caractéristiques de la dette mezzanine de croissance proposée par le FCPR OC+ Le fonds OC + s adresse principalement aux entreprises détenues par des actionnaires personnes physiques qui ne souhaitent pas, à court terme, ouvrir leur capital à des interventions extérieures. En contrepartie, OC + assure à l investisseur une rémunération sur deux niveaux possibles : 1. OC : TRI cible, 12% à 15% Dont 5% payé par an + PNC (prime de non conversion) de 7% à 10% in fine 2. BSA : Rémunération supplémentaire Permet d obtenir une rémunération supplémentaire sous forme de plusvalue Mais avec un accès réduit au capital en cas de souscription Source : Fonds Stratégique d Investissement, CDC Entreprises, Avenir Entreprises, «FDPR OC+ : Un outil de financement original des PME», 2009

26 Distribution de dividendes Génorganigramme d OBO familial Etablissements prêteurs Emprunt Fille 2 Pacte Familial Holding NEWCO Dirigeant Fils 1 100% Donation 70% Apport 3 30% Cession 1 2 T i T R E S D E L A C I B L E Transmission d une entreprise familiale en 3 étapes : 1 Etape 1: Création de la holding NewCo par apport de 70% des titres de la société opérationnelle 2 Etape 2: Cession par le père à NewCo des 30% Financement par dette bancaire Versement des dividendes et remboursement 3 Etape 3: Donation au fils en pleine propriété de 100% de NewCo 100% 70% Société Opérationnelle

27 Accès au capital privé Le «Private Equity» comme source de financement des entreprises Ce que représente le «Private Equity» au niveau européen Typologie des opérations de «Private Equity» Le Private Equity en France Caractéristiques techniques des opérations Le triple effet de levier juridique, financier et fiscal Schéma de principe d un LBO Une alternative qui émerge : le RES Les outils qui permettent de préserver le contrôle du capital Dette mezzanine «de croissance» ou «sponsorless» L OBO («Owner Buy Out») Le Family Equity, une tendance durable? 27

28 Emergence du «Family Equity» Dimension macro-économique perméabilité entre deux mondes autrefois cloisonnés celui des entreprises familiales et celui des fonds d investissement Qui se traduit par l émergence de nouveaux acteurs les Family Offices investisseurs, adossés à un groupe ou une entreprise familiale les fonds d investissement à capitaux familiaux «pure players» des fonds spécialisés («mezzanine sponsorless» ou «mezzanine de croissance») Et la transposition au monde des entreprises patrimoniales et familiales d outils mis au point pour le Private Equity dans la décennie effet de levier dette mezzanine développement de l OBO à partir de

29 L exemple du Groupe Dentressangle illustré par son Génorganigramme Norbert Dentressangle Marine Dentressangle Pierre-Henri Dentressangle?% Dentressangle Initiatives Nom commercial : Hi Invest 32,81% 67,19% Norbert Entreprise du CAC Mid 100 Dentressangle SA x% x% Christian Salvesen Transport Development Group (TDG) Source : Informations publiques - Document de référence 2010 du Groupe Dentressangle 29

30 L exemple du Groupe April illustré par son Génorganigramme Bruno Rousset x% Evolem 63,61% 36,39% APRIL Entreprise du CAC Mid 100 x% x% x% x% x% x% Briconord O 2 Robopolis Capel Dufieux Industrie Sodikart x% x% x% x% x% x% x% x% x% x% April Prévoyance Santé April Dommages April Entreprise April International April Mon Assurance April Technologies April WAF April Courtage Université April Fondations Source : Informations publiques - Document de référence 2010 du Groupe April 30

Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) Action ordinaire Action gratuite Action de préférence (preferred share) Ajustements de prix

Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) Action ordinaire Action gratuite Action de préférence (preferred share) Ajustements de prix Glossaire ABSA (Action à Bon de Souscription d'action) A l'action émise par une société est attaché un bon de souscription d'actions (BSA) qui donne lui-même le droit de souscrire de nouvelles actions

Plus en détail

LBO et Business Angels

LBO et Business Angels Mardi 26 novembre 2013 LBO et Business Angels Laurent Simon et Jérôme Loisy Alcyaconseil Définition de l opération de LBO Définition traditionnelle : «LBO» Leveraged buy-out : terme anglais pour acquisition

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance

[ les éco_fiches ] Capital investissement et cycle de vie des PME en croissance Des fiches pour mieux compren- dre l'actualité économique et les enjeux pour les PME Ce que la crise nous a appris, c est que le seul financement bancaire ne peut suffire pour assurer la pérennité des

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise Les Journées Régionales de la Création & Reprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Par les mêmes organisateurs : 40 ateliers gratuits sur les créations

Plus en détail

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s

La Transmission. Claude SAUVAGEOT. L a T r a n s m i s s i o n F S I R é g i o n s La Transmission Claude SAUVAGEOT SOMMAIRE Introduction Présentation générale Bref rappel Le déroulement du processus théorique du LBO INTRODUCTION QUI SOMMES-NOUS? FSI Régions est une société de gestion

Plus en détail

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2

Les opérations à effet de levier - LBO. Isabelle Martinez Master CCA2 Les opérations à effet de levier - LBO Isabelle Martinez Master CCA2 Définition Un LBO ou Leveraged Buy Out est le rachat des actions d'une entreprise par un ou plusieurs fonds d investissement spécialisés.

Plus en détail

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie

Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Les meilleures solutions pour exploiter, développer ou transmettre votre pharmacie Aix-en-Provence, le 7 novembre 2013 www.axten.fr www. cabinet-ecoute.fr Programme Introduction I. L exploitation en nom

Plus en détail

OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE?

OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE? OUVRIR SON CAPITAL A UN FONDS : RENONCEMENT OU IDEE DE GENIE? Colmar, le 10 juin 2015 En préambule Quelques chiffres qui «remettent les choses en place» Etude portant sur 5800 entreprises représentatives

Plus en détail

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche?

Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Banquier de haut de bilan-investisseur en Capital Quelles similitudes - Quelles différences d approche? Marie Desportes : Turenne Capital Didier Martin : Responsable des financements d acquisition SG Méditerranée

Plus en détail

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible

Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Les caractéristiques des montages LBO en France : de fortes spécificités liées à la taille de la cible Sendes SOUISSI Direction des Entreprises Service de Méthodologie d analyse des entreprises Dans le

Plus en détail

1. Les caractéristiques générales du montage

1. Les caractéristiques générales du montage Fiche N : 431 Version : 06/02/2013 Les montages à effet de levier - LBO Mots clés : montages à effet de levier, leveraged buy out, LBO, dette mezzanine, dette senior, covenants, Reffin Objet : définir

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES

GUIDE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES VALÉRIE TANDEAU DE MARSAC Préface de Luc Darbonne GUIDE PRATIQUE DES ENTREPRISES FAMILIALES Manuel opérationnel, juridique et fiscal Schémas en ligne sur : www.editions-organisation.com, 2011 ISBN : 978-2-212-54927-0

Plus en détail

NEGOCIER AVEC UN FONDS

NEGOCIER AVEC UN FONDS REPRISE D ENTREPRISE NEGOCIER AVEC UN FONDS INTERVENANT : Laurent JULIENNE HEC ENTREPRENEURS 9 septembre 2014 A. LE MONTAGE FINANCIER Obligations convertibles A. LA STRUCTURE TYPE 1. Structure financière

Plus en détail

Montage et Financement d une acquisition

Montage et Financement d une acquisition Montage et Financement d une acquisition Philippe GALLEGO Chargé d affaire au centre d affaire du CIC de Meaux Animateur : Jean-Baptiste DREVET-DUPRE CCI Seine et Marne Conseiller en reprise et transmission

Plus en détail

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise

Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise Les Journées Régionales de la Création & Reprise d Entreprise 8 ème ÉDITION S.M.A.R.T. Production 2004-2005 - Tous droits de reproduction réservés. Retrouvez dans ce PDF, les commentaires audios des intervenants,

Plus en détail

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER

OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER PASCAL DÉNOS Diplômé d expertise-comptable DESS en Banques et Finances Commissaire aux Comptes et Professeur de droit fiscal OPTIMISEZ VOTRE INVESTISSEMENT IMMOBILIER www.editions-organisation.com/livres/denos

Plus en détail

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation

La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation La structuration des financements à l'épreuve des nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation Jones Day Paris, le 10 février 2011 SOMMAIRE Introduction générale I. Rappel des règles de sous-capitalisation

Plus en détail

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS

Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS Les Guides des Avocats de France LES HOLDINGS La holding est un outil juridique de plus en plus utilisé par les praticiens pour répondre à des besoins très divers tendant toujours à la détention de participations

Plus en détail

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION

LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION LE RETRAIT DE COTE : UNE OPERATION PERTINENTE DANS UN CONTEXTE DE MARCHE DIFFICILE Si les marchés actions semblent se reprendre en ce début d année 2012, le CAC 40 demeure en baisse de près de 9 % sur

Plus en détail

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS

4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS 4 4.2.3. Optimisation de la rémunération du dirigeant de société soumise à l IS Le dirigeant d une entreprise soumise à l IS dispose d une grande liberté pour construire sa rémunération, puisqu elle peut

Plus en détail

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30

Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse. 21 juin 2012 11h00 à 12h30 Optimiser la cession de son entreprise par une introduction en bourse 11h00 à 12h30 Intervenants Robert de VOGÜE ARKEON Finance (P.D.G.) Emmanuel STORIONE - ARKEON Finance Antoine LEGOUX - Expert comptable

Plus en détail

Séminaire «Private Equity & Techniques LBO»

Séminaire «Private Equity & Techniques LBO» Séminaire FIF Alger 2007 «Private Equity & Techniques LBO» Alger 7-9 Mai 2007 Par Pr Mondher Cherif Directeur de Performances and Strategy Training/Consulting (www.performances-strategy.com) Directeur

Plus en détail

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009

Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME. Alger, 11 et 12 mars 2009 11 mars2009 Banque et Capital-Investissement Un double partenariat pour les PME Alger, 11 et 12 mars 2009 Amaury Mulliez, Proparco Représentant Maroc et Capital-investissement au Maghreb RAPPEL: DIFFERENCE

Plus en détail

9 e Soirée. TRANSMISSION D ENTREPRISE Mardi 26 Novembre 2013 18h00 à 20h30. ATELIER 1 «Crise ou pas crise: comment bien vendre son entreprise»

9 e Soirée. TRANSMISSION D ENTREPRISE Mardi 26 Novembre 2013 18h00 à 20h30. ATELIER 1 «Crise ou pas crise: comment bien vendre son entreprise» 9 e Soirée TRANSMISSION D ENTREPRISE Mardi 26 Novembre 2013 18h00 à 20h30 ATELIER 1 «Crise ou pas crise: comment bien vendre son entreprise» Olivier Gillot - Finadvance LES EXPERTS Julien Pazzaglia - Axis

Plus en détail

Une structure de financement et d'accompagnement. de PME existantes. Version V29 : Q2 2006

Une structure de financement et d'accompagnement. de PME existantes. Version V29 : Q2 2006 Une structure de financement et d'accompagnement de PME existantes Version V29 : Q2 2006 1 Présentation PME Constat & Principes Produits & Cibles Equipe de gestion Etapes & Avancement 2 Constat Annuellement,

Plus en détail

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014

L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 L e g u i d e d e s p r o d u i t s b o u r s i e r s Mai 2014 I II III IV V Introduction Les titres de capital A les différents types de titres de capital 1) Les actions ordinaires 2) Les actions à

Plus en détail

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1

sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 sofipaca UNIVERSITE D ORAN ES SENIA Michel POURCELOT 17-18 FEVRIER 2007 1 1 GENERALITES SUR LE CAPITAL INVESTISSEMENT LE CAPITAL DEVELOPPEMENT ET LE CAPITAL TRANSMISSION 17-18 FEVRIER 2007 2 2 DEFINITIONS

Plus en détail

Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession

Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession Accompagner le repreneur du 1 er contact à la cession Intervenants Pascal Ferron Expert-comptable Jean-Jacques Brunet Consultant (CRA Formation) Marielle Poisson Avocat Jean-Jacques Vaxelaire Directeur

Plus en détail

Intérêts du LBO français pour les investisseurs étrangers

Intérêts du LBO français pour les investisseurs étrangers Guillaume Ruault Intérêts du LBO français pour les investisseurs étrangers M2 Opérations et fiscalité internationales des sociétés Directeur de mémoire : Monsieur le professeur Thomas Mastrullo 1 SOMMAIRE

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE 28 septembre 2011

COMMUNIQUE DE PRESSE 28 septembre 2011 COMMUNIQUE DE PRESSE 28 septembre 2011 Résultats consolidés semestriels au 30 juin 2011 Résultat net consolidé de 27,2 M Progression du chiffre d affaires à +8,1% à périmètre comparable OFI Private Equity

Plus en détail

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial

Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Optimiser la transmission d entreprise dans le cadre familial Thierry de Chambure, Directeur Exécutif d UBS Wealth Management, en charge des activités Produits & Services Mai Trinh, Directeur Exécutif

Plus en détail

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO

Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO Les clés actuelles du financement de la reprise de PME : Le point de vue d OSEO CRA Paris, le 22 octobre 2012 Innovation Investissement International Trésorerie Création Transmission oseo.fr La transmission/

Plus en détail

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées

Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées Reprendre une entreprise en Midi-Pyrénées «Inventaire et mode d emploi» Transaxiall - Atelier RM 5 5 2014 Le marché de la reprise en France - 500 000 entreprises à reprendre? - 350 000 n ont pas de valeur

Plus en détail

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier

expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier expertises management packages conseil patrimonial et family office entreprises familiales immobilier + Management Packages Qu ils soient négociés à l occasion d un changement de contrôle ou, dans les

Plus en détail

actionnariat salarié

actionnariat salarié actionnariat salarié L Actionnariat Salarié est un outil d épargne collective permettant aux salariés d acquérir directement ou indirectement des actions de leur entreprise au travers du Plan d Épargne

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers*

Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* Nouvelles règles fiscales de sous-capitalisation en France : Conditions de déductibilité des intérêts financiers* * sur compte courant ou prêt Sommaire 1. Avant propos 2. Ancien dispositif 3. Pourquoi

Plus en détail

Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding?

Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding? Pourquoi réaliser certaines opérations patrimoniales par le biais d une société holding? Intervenants Anne Batsale Jean-Michel Dupuy Directeur Juridique et Fiscal Expert-Comptable Swiss Life Banque Privée

Plus en détail

Séance du 7 novembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 8/2014).

Séance du 7 novembre 2014 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 8/2014). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire

* ex Legrand Holding SA - 1/9 - LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006. Sommaire LEGRAND * COMPTES CONSOLIDES INTERMEDIAIRES NON AUDITES 31 mars 2006 Sommaire Compte de résultat consolidé 2 Bilan consolidé 3 Tableau de flux de trésorerie consolidés 5 Notes annexes 6 * ex Legrand Holding

Plus en détail

S informer sur. Capital investissement:

S informer sur. Capital investissement: S informer sur Capital investissement: les fonds communs de placement à risques destinés au grand public Qu est-ce que le capital investissement? Quels sont les segments d intervention du capital investissement?

Plus en détail

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges

Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges 1 Stratégie de financement Obligations convertibles : une réponse à la crise financière et au resserrement du crédit? mais attention aux pièges Novembre 2011 Lorsqu une société est fortement valorisée

Plus en détail

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II

Hébergements. Matériel médical. Crèches. FIP Fonds d Investissement de Proximité. 123Capitalisation II Hébergements Matériel médical Crèches FIP Fonds d Investissement de Proximité 123Capitalisation II PRéSENTATION D 123CAPITALISATION II DURÉE DE BLOCAGE & RISQUES DU PRODUIT / Les parts du FIP 123Capitalisation

Plus en détail

Cession de titres de participation

Cession de titres de participation Cession de titres de participation Henry Royal 1 Tél : 01 47 68 96 92 contact@royalformation.com www.royalformation.com IS Titres de participation IS Titres de participation. Fiscalité des plus-values

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction Dans une étude parue le 24 septembre 2003, le greffe du tribunal de commerce de Paris indiquait que 19,4 % des entreprises en activité ont à leur tête un chef d entreprise de plus de 58 ans.

Plus en détail

GenCap Croissance FIP

GenCap Croissance FIP GenCap Croissance FIP GenCap Croissance Un fonds d investissement dédié aux PME régionales : L Aquitaine recèle des sphères d activité économique dynamiques avec des pôles industriels d excellence comme

Plus en détail

Grâce à l effet de levier: à gauche et droite du bilan COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009

Grâce à l effet de levier: à gauche et droite du bilan COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009 COLLOQUE ANNUEL RÉSEAU CAPITAL 18 FÉVRIER 2009 Présentation de Robert Théorêt, Directeur général Investissement Roynat > Capital Roynat Capital aura 47 ans cette année Plus important prêteur à terme privé

Plus en détail

Un holding d'investissement dans les PME

Un holding d'investissement dans les PME Un holding d'investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013).

Séance du 6 décembre 2013 : avis rendus par le comité de l abus de droit fiscal commentés par l'administration (CADF/AC n 11/2013). DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES SERVICE JURIDIQUE DE LA FISCALITE Sous-direction du contentieux des impôts des professionnels Bureau JF 2 B 86, allée de Bercy - Teledoc 944 75572 PARIS cedex

Plus en détail

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015

Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges. La société holding Mardi 14 avril 2015 Réunion entrepreneurs Conseil départemental des Vosges La société holding Mardi 14 avril 2015 1 Sommaire 1/ Qu est ce qu une holding Définition / Principes et caractéristiques Illustration 2/ Les bonnes

Plus en détail

TRANSMISSION PARTENAIRES FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUES

TRANSMISSION PARTENAIRES FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUES TRANSMISSION PARTENAIRES FONDS COMMUN DE PLACEMENT À RISQUES DURÉE DE BLOCAGE DE 7 ANS MINIMUM POUVANT ALLER JUSQU À 8 ANS MAXIMUM SUR DÉCISION DE LA SOCIÉTÉ DE GESTION (SOIT JUSQU AU 30/06/2022) A PLUS

Plus en détail

Les Moyens de financement d une transmission d entreprise. jeudi 2 décembre 2010

Les Moyens de financement d une transmission d entreprise. jeudi 2 décembre 2010 Les Moyens de financement d une transmission d entreprise jeudi 2 décembre 2010 1ère table ronde : les banques Avec les interventions de : Michel BOUTIN, Caisse d Epargne de Maine-et-Loire Jean-Philippe

Plus en détail

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille?

Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Quels outils techniques pour transmettre l entreprise en intégrant les souhaits de la famille? Animé par : Nicolas DUCROS, Journaliste - L AGEFI ACTIFS Intervenants : Marc VASLIN Avocat SCOTTO & ASSOCIES

Plus en détail

LES MATINALES DU CRA

LES MATINALES DU CRA LES MATINALES DU CRA 11 MARS 2014 COMMENT OPTIMISER VOTRE REVENU DANS LE CADRE D UN LBO? Intervenant : Christelle POULIQUEN Avocat associé Société d avocats AFFIS 1 Rue de Villersexel 75007 PARIS Comment

Plus en détail

DIRIGEANTS D ENTREPRISES

DIRIGEANTS D ENTREPRISES DIRIGEANTS D ENTREPRISES Communication à caractère publicitaire HAUT DE BILAN / PATRIMOINE PRIVÉ CE_8P_CE_DIRIGEANTS360_10_08.indd 1 10/08/11 20:08 Forte de l appui et de la puissance financière du groupe

Plus en détail

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer»

Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «Fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer» Bienvenue à la soirée «fiscalité et social 2013 : Ce qui va changer Avec le soutien de LOI DE FINANCES 2013 Revue des principales mesures

Plus en détail

Réaliser son projet de reprise avec un partenaire financier. Note de présentation à l attention des Repreneurs

Réaliser son projet de reprise avec un partenaire financier. Note de présentation à l attention des Repreneurs Réaliser son projet de reprise avec un partenaire financier Note de présentation à l attention des Repreneurs Les raisons d une association avec un partenaire financier Motivations positives Motivations

Plus en détail

SPFPL : Tout ça pour ça!

SPFPL : Tout ça pour ça! SPFPL : Tout ça pour ça! Animée par JM. BURTON et G. DE MARCHI 31/03/2014 1 CGP 31/03/2014 2 SOMMAIRE SPFPL : Quelle est la problématique? La SPFPL en pratique Propositions d aménagements 31/03/2014 3

Plus en détail

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES

FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES FISCALITÉ ET BUSINESS PLAN : DE LA DÉDUCTIBILITÉ DES CHARGES FINANCIÈRES Pierre Astolfi et Olivier Ramond SFEV Matinale du 17 avril 2013 INTRODUCTION (1/2) Depuis 2006, 4 enjeux en matière de construction

Plus en détail

Atelier 2 Transmission familiale

Atelier 2 Transmission familiale Atelier 2 Transmission familiale A2 Transmission familiale PREAMBULE Lancement d une vidéo témoignage INTERVENANTS Jean Yves BRYON Conseiller en gestion de patrimoine indépendant 2 Sommaire I. PRÉAMBULE

Plus en détail

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus

Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les très hauts revenus Newsletter Fiscalité Janvier 2013 Sommaire Fiscalité des personnes physiques Page 3 Impôt sur le revenu Gel du barème et création d une tranche à 45% Suppression de la contribution exceptionnelle sur les

Plus en détail

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 :

PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : PLUS-VALUES DE CESSION DE TITRES REALISEES EN 2013 : REGIME D IMPOSITION DE DROIT COMMUN Les plus-values réalisée en 2013 seront, en principe, imposables au barème progressif de l impôt sur le revenu dès

Plus en détail

Les hors-séries. Le guide du LBO. Aspects juridiques et fiscaux. et obsolescence réglementaire. Crises financières. Actualité

Les hors-séries. Le guide du LBO. Aspects juridiques et fiscaux. et obsolescence réglementaire. Crises financières. Actualité Hors-série N H26 - Lundi 9 juin - ISSN / 1772-9742 - 21 Le guide du LBO Aspects juridiques et fiscaux Les hors-séries Actualité Crises financières et obsolescence réglementaire Par Alain Gauvin, docteur

Plus en détail

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise

Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Points clés de la fiscalité du chef d entreprise Arnaud JAMIN Avocat Directeur Associé 1 Les plus-values de cession de valeurs mobilières ou droits sociaux 2 Les plus-values de cession de valeurs mobilières

Plus en détail

Les fondements conceptuels du choix de financement

Les fondements conceptuels du choix de financement Les fondements conceptuels du choix de financement Pascal Quiry Colloque BTS Banque 2, 16 février 2010 "Chaque jour, je vois défiler devant moi des occasions d'investir. Tout mon problème est de saisir

Plus en détail

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier

PATRIMMO COMMERCE. Société Civile de Placement Immobilier PATRIMMO COMMERCE Société Civile de Placement Immobilier INVESTISSEZ INDIRECTEMENT EN PARTS DE SCPI DANS L IMMOBILIER COMMERCIAL Patrimmo Commerce a pour objectif de constituer un patrimoine immobilier

Plus en détail

société d investissement en fonds propres pour accompagner le développement des petites et moyennes entreprises «Un Partenaire capital de votre PME»

société d investissement en fonds propres pour accompagner le développement des petites et moyennes entreprises «Un Partenaire capital de votre PME» FINAPERE Capital société d investissement en fonds propres pour accompagner le développement des petites et moyennes entreprises «Un Partenaire capital de votre PME» Une Société d investissements pour

Plus en détail

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées

Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées Comparatif entre la fusion et la TUP pour les SA, SARL et SAS non cotées 1 Rappels des notions... 2 1.1 L opération de fusion... 2 1.2 La transmission universelle de patrimoine (TUP) ou confusion de patrimoine...

Plus en détail

L OPTIMISATION FISCALE DU LBO

L OPTIMISATION FISCALE DU LBO L OPTIMISATION FISCALE DU LBO IAE Paris Est Créteil Master 2 Ingénierie Financière Année 2010-2011 Directeur du mémoire : M. JP. COSSIN Responsable du Master : M. P.CHOLLET, M.A.CELLIER PHAM Minh Hien

Plus en détail

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE

UNE FISCALITÉ ADAPTÉE UNE FISCALITÉ ADAPTÉE AU SERVICE DE LA COMPÉTITIVITÉ ET DE L INVESTISSEMENT 10 L ESSENTIEL EN POINTS 1 UN 2 3 4 TAUX EFFECTIF D IMPOSITION COMPÉTITIF L étude KPMG Competitive Alternative (2014) compare

Plus en détail

Dossier 1 ETUDE DE CAS

Dossier 1 ETUDE DE CAS DSCG session 2012 UE2 Finance Corrigé indicatif Dossier 1 ETUDE DE CAS 1. Evaluation de GRENELLE: 1.1. Valeur des fonds propres Vcp par la méthode des DCF Evolution du chiffre d affaires (TCAM : 6,7%)

Plus en détail

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU

Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU Présentation Jean CAUCANAS, Yves PAUGAM & Démosthène SIMONNEAU SOMMAIRE I. Cadre de la transmission II. Les étapes clés de la transmission III. Les dix écueils à éviter I. Le cadre de la transmission Céder

Plus en détail

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions

ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions ISF des dirigeants et actionnaires Les bonnes questions L ISF : Un barème très élevé Seuil d imposition : 1 300 000. Tranche Taux Calcul < 800 000 0% Assiette x 0 Entre 800 000 et 1 300 000 0,50% (A x

Plus en détail

Un holding d investissement dans les PME

Un holding d investissement dans les PME Un holding d investissement dans les PME La Financière Viveris Diversifier Optimiser Capitaliser L objet de la Financière Viveris est de prendre des participations dans les petites et moyennes entreprises

Plus en détail

Lettre aux porteurs du fonds absorbé «Alcyone France».

Lettre aux porteurs du fonds absorbé «Alcyone France». Lettre aux porteurs du fonds absorbé «Alcyone France». Le 02 janvier 2014 Objet : Fusion-absorption du FCP «Alcyone France» (ISIN : FR0007483581) par le FCP «TRUSTEAM GARP» (Part C : FR0007066725) Madame,

Plus en détail

ACTUALITE PATRIMONIALE

ACTUALITE PATRIMONIALE ACTUALITE PATRIMONIALE Avril 2011 SOMMAIRE Projets de Loi et de Réforme p. 3 Réforme de la fiscalité du patrimoine Jurisprudence et Réponses ministérielles p. 4 Assurance-vie donnée en garantie et ISF

Plus en détail

La holding : les vrais enjeux et son emploi dans le cadre d un LBO

La holding : les vrais enjeux et son emploi dans le cadre d un LBO La holding : les vrais enjeux et son emploi dans le cadre d un LBO Première partie Décembre 2010 Dans la perspective de l acquisition d entreprises, les repreneurs se pencheront sur les questions fiscales

Plus en détail

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux 4/ ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux / 4.3 États financiers sociaux 4.3.1 BILAN Actif (en euros) Actif Immobilisé Immobilisations incorporelles 5 209 299 Participations dans entreprises liées

Plus en détail

Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France

Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France Synthèse sur l investissement participatif dans les parcs éoliens en France Cette étude a été réalisée par le Syndicat des énergies renouvelables et sa branche éolienne France Energie Eolienne Juin 2010

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014

info ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi de finances pour 2014 n 3 > 7 février 2014 info Sommaire Loi de finances pour 2014 : > Fiscalité des particuliers : mesures relatives à l impôt sur le revenu > Fiscalité des entreprises ACTUALITÉ JURIDIQUE DROIT FISCAL Loi

Plus en détail

LBO: le dossier. François David & Jean-Paul Bouchet

LBO: le dossier. François David & Jean-Paul Bouchet François David & Jean-Paul Bouchet LBO: le dossier La Confédération CFDT a pris position sur les LBO et le capital investissement dans un document de 5 pages expliquant comment fonctionnent les LBO, le

Plus en détail

Prix et valeurs des pharmacies

Prix et valeurs des pharmacies Prix et valeurs des pharmacies Evolution du cadre d exercice des pharmaciens Mars 2014 www.interfimo.fr Toute représentation ou reproduction, intégrale ou partielle, est interdite sans le consentement

Plus en détail

GLOSSAIRE DU CAPITAL INVESTISSEMENT

GLOSSAIRE DU CAPITAL INVESTISSEMENT GLOSSAIRE DU CAPITAL INVESTISSEMENT Action à bons de souscription d actions (ABSA) L action à bons de souscription d actions est un titre hybride composé dune action classique et d une ou plusieurs options

Plus en détail

SA CEGID Société Anonyme au capital de 5 653 066,20 euros Siège social : 123/125 avenue Barthélemy Buyer Lyon 5 ème (Rhône) 327 888 111 RCS LYON

SA CEGID Société Anonyme au capital de 5 653 066,20 euros Siège social : 123/125 avenue Barthélemy Buyer Lyon 5 ème (Rhône) 327 888 111 RCS LYON SA CEGID Société Anonyme au capital de 5 653 066,20 euros Siège social : 123/125 avenue Barthélemy Buyer Lyon 5 ème (Rhône) 327 888 111 RCS LYON NOTE D INFORMATION EMISE EN VUE DE LA MISE EN ŒUVRE D UN

Plus en détail

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires.

Note d information relative au programme de rachat d actions propres. à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires. Note d information relative au programme de rachat d actions propres à autoriser par l assemblée générale mixte des actionnaires du 4 juin 2002 En application de l article L. 621-8 du Code monétaire et

Plus en détail

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013

Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Sources : Mesures patrimoniales de la loi de finances 2014, de la loi de finances rectificatives pour 2013 Loi de finances 2014 : http://www.assembleenationale.fr/14/ta/ta0267.asp Loi de finances rectificatives

Plus en détail

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007

Le capital-investissement et son développement en France. Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Le capital-investissement et son développement en France Réunion Union des Banques Maghrébines Alger 14 & 15 novembre 2007 Paul THOLLY Paul THOLLY SIGEFI P.E. (Groupe Siparex) Managing Partner Agenda 1/

Plus en détail

Conférence CRA / CLENAM. La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME

Conférence CRA / CLENAM. La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME Conférence CRA / CLENAM La nouvelle donne fiscale pour la transmission des PME Sylvie Scelles-Tavé Avocat Associée Stéphany Brevost Avocat - fiscaliste 22 Octobre 2012 Préambule La colonne vertébrale de

Plus en détail

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE

DECRYPTAGE DE L ACTUALITE FISCALE RECENTE Missions comptables Audit légal Audit Contractuel Missions juridiques et fiscales Missions sociales Expertise et conseil de gestion Conseil en organisation Certification ISO Informatique Formation DECRYPTAGE

Plus en détail

Croissance externe. Jeudi 26 juin 2014

Croissance externe. Jeudi 26 juin 2014 Croissance externe Elle correspond pour une entreprise à l'acquisition de sociétés concurrentes ou complémentaires qui augmentent ainsi son volume d'activité Jeudi 26 juin 2014 L accompagnement de la transmission

Plus en détail

HBS Technologie. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575

HBS Technologie. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575 HBS Technologie S.A. Société Anonyme au capital de 2 490 265 euros Siège social: Zone Industrielle 25340 Anteuil (France) R.C.S. Besançon 354 013 575 DESCRIPTIF D UN PROGRAMME DE RACHAT D'ACTIONS QUI SERA

Plus en détail

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012

TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 CCI RENNES BRETAGNE TRANSMISSION Tirez parti des opportunités fiscales avant fin 2012 14 NOVEMBRE 2011 LES INTERVENANTS Me Hervé ORHAN Me Alexandre RUDEAU Arnaud DE KERMADEC Félix JOLIVET

Plus en détail

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1)

Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Page 1 sur 5 Le PEA : pour épargner dans un cadre fiscal avantageux (1) Le Plan d Epargne en Actions (PEA) est une enveloppe fiscale destinée à recevoir des placements en actions européennes. Il n impose

Plus en détail

GODFREY - HIGUET AVOCATS

GODFREY - HIGUET AVOCATS GODFREY - HIGUET AVOCATS Clive GODFREY Jean-Pierre HIGUET Avocats à la Cour LA TITRISATION A LUXEMBOURG ET SON APPLICATION EN MATIERE IMMOBILIERE 1. Cadre légal de la titrisation au Luxembourg Avec la

Plus en détail

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014

DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 DE LA HOLDING ANIMATRICE A LA HOLDING PATRIMONIALE : QUELLES CONSEQUENCES? 15 septembre 2014 1 Pourquoi une holding? Pour geler la taxation de dividendes exigés par d autres Pour réinvestir, rapidement

Plus en détail

GESTION DU PATRIMOINE

GESTION DU PATRIMOINE Jean-Marc AVELINE Christian PRISCO-CHREIKI GESTION DU PATRIMOINE, 2007 ISBN : 978-2-212-53808-3 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 1 PREMIÈRE PARTIE LES GRANDS PRINCIPES DE LA GESTION DE PATRIMOINE CHAPITRE

Plus en détail

Fiche pratique : le financement de la reprise

Fiche pratique : le financement de la reprise Fiche pratique : le financement de la reprise De nombreuses sources de financement diverses et variées s offrent aux repreneurs afin d assurer la réussite et le succès de leurs projets. Il est nécessaire

Plus en détail

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion)

NextStage. Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) NextStage Un placement bloqué jusqu au 31/12/2019 (et au 31/12/2022 maximum sur décision de la société de gestion) FIP éligible à la réduction d ISF ou d IR Code ISIN : FR0011429505 NextStage soutient

Plus en détail

A plus transmission 2014

A plus transmission 2014 A plus transmission 2014 Fonds d investissement de Proximité Durée de blocage de 6 ans minimum pouvant aller jusqu à 8 ans maximum sur décision de la société de gestion (soit jusqu au 31/12/2022) A plus

Plus en détail