Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sevrage. Micheline Claudon / Alain Eddi"

Transcription

1 Le sevrage Micheline Claudon / Alain Eddi

2 Le sevrage : principes L alcoolodépendance est caractérisée par la perte de la maîtrise de la consommation d alcool. Lorsqu un sevrage est nécessaire il faut en préambule insister sur le que celui-ci ne se résume pas à un traitement médicamenteux Proposer un «contrat» qui doit être accepté par le patient

3 Le sevrage : principes (2) q Le «contrat» : Bien défini et bien compris. Il n y a a pas «de cure miracle» Réalisable, avec des RDV rapprochés Prévoyant la possibilité de rechute À rediscuter à tous moments q Distinguer 2 situations : Alcoolo-dépendance physique? Alcoolo-dépendance psychique?

4 Alcoolo dépendance physique q Objectif : arrêt complet de l alcool q En 2 phases successives : q arrêt : sur 8 à 12 jours q puis maintien de l abstinence, «à vie» (en théorie ) q Alcoolo dépendance psychique q q Arrêt complet de l alcool OU accompagnement vers une diminution

5 Le sevrage : 2 modalités Indications Permet la poursuite de l activité professionnelle Maintien les relations familiales et sociales Permet une surveillance continue Soustrait le malade à son environnement Garantit la réalité du sevrage et l observance des prescriptions Ambulatoire Résidentiel 30% Contre-indications q Consommation élevée q Sujet isolé, sans entourage q MT non disponible q non-demande q absence de projet thérapeutique et social q situations de crises (affectives, sociales, professionnelles)

6 Arrêt complet de l alcool (dépendance physique) Quelque soit le lieu, il nécessite un traitement médicamenteux qui repose sur un trépied associant : n Hydratation, n Benzodiazépines, n Et vitamines

7 1 - Hydratation Suffisante : 1,5 à 2l/j Mais pas excessive

8 2 - Les benzodiazépines (BZD) Elles réduisent l incidence, la sévérité et les complications du syndrome de sevrage Elles diminuent l anxiété On préfèrera : les BZD à ½ vie intermédiaire (30h), la voie orale. Pendant une durée de 7 à 12 jours max.

9 BZB : 2 schémas Ex : Diazépam 10mg Schéma 1 : doses fixes réparties sur 24h 1 comprimé toutes les 6h pendant 3j (=40mg), réduction en 4 à 7 jours puis arrêt

10 Schéma 2 : î 1cp/j 6 comprimés/j le 1 er jour (= 60mg) 5 comprimés/j le 2 ème jour etc. jusqu'à l arrêt

11 Equivalences des BZB 10 mg de diazepam ½ vie 30-40h = 30 mg d oxazépam (SERESTA ) ½ vie 8h = 2 mg de lorazépam (TEMESTA ) ½ vie 10-20h = 1 mg d alprazolam (XANAX ) ½ vie 10-20h = 15 mg de chlorazépate (TRANXENE ) ½ vie 30-65h

12 3 - Les vitamines Thiamine (vitamine B1) : 500mg/j pd 10 à 21j (prévention cardiopathies, encéphalopathie de Gayet-Wernicke, syndrome de Korsakoff) =>BEVITINE 250 mg Comprimé, BENERVA 250mg comprimé On peut ajouter de la Pyridoxine (vitamine B6): 500mg/j (carences : crises convulsives et neuropathies périphériques) => BECILAN 250 mg Comprimé, VITAMINE B6 RICHARD 250 mg Vitamines B1 + B6 => B1 + B6 Vitamine B1B6 BAYER (250mg-50mg/cp), VITAMINE B1 B6 BAYER Vitamine B12 : pas d indication démontrée dans le sevrage alcoolique.

13 Maintien de l abstinence, ou diminution de la consommation A la suite de la 1 ère phase d arrêt (en cas de dépendance physique) OU en cas d arrêt ou de diminution, en cas de dépendance psychique) : v Consolider l abstinence : établir un projet de soins à moyen-terme, médicopsycho-social, en fonction de la motivation du patient et des complications somatiques, psychologiques et sociales. v Plusieurs intervenants sont souvent nécessaires : médecin généraliste (si compétent et motivé) et/ou un médecin alcoologue ou addictologue (CCAA ou CSAPA et, si besoin, un psychiatre et ou psychologue

14 Place des médicaments dans le maintien de l abstinence ou de la diminution de la consommation Ils sont une aide dans le maintien de l abstinence ou pour limiter les rechutes, mais leur efficacité est modeste. Leur prescription doit toujours s inscrire dans une prise en charge globale, et ne peut être la seule intervention addictologique.

15 Quels médicaments? Acamprosate : AOTAL n «maintien de l'abstinence chez le patient alcoolodépendant» n >60kg -> 6cp/j : 2,2,2 pendant 1 an n <60kg -> 4cp/j : 2,1,1 «Nausées, vomissements, céphalées, douleurs abdominales Naltrexone : REVIA n «traitement de soutien dans le maintien de l'abstinence chez les patients alcoolo-dépendants» n 1 cp/j pendant 3 mois Diarrhées, douleurs abdominales, nausées, vomissements Baclofène : BACLOFENE ZENTIVA Nalméfène : SELINCRO

16 Baclofène : ce que l on sait Mode d action : agoniste puissant du récepteur GABA(b) =>Effet myorelaxant et anxiolytique =>Antispastique utilisé par les neurologues depuis plus de 40 ans (Lioresal ) Effets indésirables : somnolence, fatigue,faiblesse musculaire Vertiges, céphalées troubles du sommeil nausées, douleurs abdominales incontinence urinaire, diplopie, confusion, virage hypomaniaque, paresthésies, épilepsie, apnées nocturnes Réversibles à la réduction ou à l arrêt du tt en 24 à 48h Aucun décès sur 23 cas de TS avec baclofène (2500mg)

17

18 Etude Bacloville (mai 2012-> 18 mois)

19 Le Baclofène (BACLOFENE ZENTIVA 10mg) 2,58, boite de 30 cp Posologie initiale : 15 mg /j Augmentation très progressive jusqu'à obtention d'une éventuelle réponse. Une fois l'objectif atteint, une diminution de posologie doit être envisagée, chaque patient devant bénéficier de la posologie minimale efficace. Adapter poso si survenue d'effets indésirables

20 En cas d'inefficacité, le traitement devra être arrêté progressivement afin d'éviter un syndrome de sevrage. Si poso > 120 mg/j, 2 e avis par un collègue expérimenté 8 dans la prise en charge de l'alcoolodépendance devra être sollicité. Si poso > 180 mg/j (ou > 120 mg/j pour les patients + de 65 ans) : avis collégial requis au sein d'un CSAPA o d'un service hospitalier spécialisé en addictologie. La poso de 300mg/j ne devra jamais être dépassée

21 Le nalméfène (SELINCRO 18mg) Commercialisé depuis le 19 septembre ,53, boite de 14 cp) Un changement de paradigme : concept de traitement à la demande. Si le patient n'a pas envie de boire, il ne prend rien, s'il a envie, il prend un médicament. Indication : «réduction de la consommation d alcool chez les adultes dépendants à l alcool, à consommation élevée (> 60g /j pour les hommes, 40g /j pour les femmes) qui ne présentent pas de symptômes de manque et qui ne nécessitent pas de détoxification immédiate» Mode d action : antagoniste des récepteurs opioïdes, il agirait en contrant le renforcement positif induit par l'alcool sur la libération mésolimbique de dopamine, et limiterait ainsi la consommation d'alcool. La Revue Prescrire, JANVIER 2014/Tome 34, N 363, p 6 à 9

22 Posologie : Selincro doit être pris lorsque le patient en ressent le besoin : chaque jour où il perçoit le risque de boire de l'alcool, la prise de Selincro doit se faire de préférence 1 à 2 heures avant le moment où le patient anticipe une consommation d'alcool. Si le patient a commencé à boire de l'alcool avant la prise de Selincro, il devra prendre un comprimé dès que possible. La dose maximale de Selincro est de 1 comprimé par jour. Selincro peut être pris pendant ou en dehors des repas «Ne doit être prescrit qu'en association avec un soutien psychosocial mettant l'accent sur l'observance et la réduction de la consommation. Et, le traitement ne doit être initié que chez les patients toujours à haut risque de consommation 2 semaines après l'évaluation initiale»

23 Pour en savoir plus :

Points sur les nouveaux médicaments de l addiction à l alcool

Points sur les nouveaux médicaments de l addiction à l alcool Points sur les nouveaux médicaments de l addiction à l alcool 20 eme Journée d Hépatologie et de Transplantation Lyon 9 juin 2015 Claude Augustin-Normand PH/ ELSA Sce Pr Zoulim D où venons nous? Drogues

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Dans ce cas, il ne s agit pas d un sevrage simple ambulatoire. Ce protocole tient compte de la sécurité du patient

Plus en détail

Sevrage du patient alcoolodépendant

Sevrage du patient alcoolodépendant Sevrage du patient alcoolodépendant 1/17 Motivation Le 1 er temps de la prise en charge = temps de renforcement de la motivation. Objectif : proposer au patient un sevrage s il est prêt, sinon l aider

Plus en détail

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage

Les traitements médicamenteux du syndrome de sevrage du syndrome de sevrage Molécules disponibles - Méprobamate (Equanil ) - Action non démontrée dans des études contrôlées. - Pas d activité anti-comitiale propre. - Risque létal en cas d intoxication volontaire

Plus en détail

Suite à auto saisine de la HAS en date du 14/03/2014 en vue de la prise en charge à titre dérogatoire prévue à l article L. 162-17-2-1.

Suite à auto saisine de la HAS en date du 14/03/2014 en vue de la prise en charge à titre dérogatoire prévue à l article L. 162-17-2-1. RECOMMANDATION RELATIVE A LA PRISE EN CHARGE A TITRE DEROGATOIRE DU BACLOFENE DANS LE CADRE D UNE RECOMMANDATION TEMPORAIRE D UTILISATION LIORESAL 10 mg, comprimé sécable Boite de 50 comprimés (CIP : 34009

Plus en détail

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE

BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE BACLOFÈNE ET ALCOOLO-DÉPENDANCE Dr Camille BARRAULT Equipe de Liaison et de Soins en Addictologie Service d Hépato-gastroentérologie Conflits d intérêt L auteur n a aucun conflit d intérêt en relation

Plus en détail

Mise au point sur le sevrage alcoolique. DELBARRE Nicolas LAZARO Marine MORET Laurent

Mise au point sur le sevrage alcoolique. DELBARRE Nicolas LAZARO Marine MORET Laurent Mise au point sur le sevrage alcoolique DELBARRE Nicolas LAZARO Marine MORET Laurent PLAN Introduction Alcoolo-dépendance: Sevrage Maintien de l abstinence Introduction Epidémiologie Vrai problème de santé

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005

AVIS DE LA COMMISSION. 2 février 2005 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 2 février 2005 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 28 TRANXENE 20 mg, gélule Boîte de 50 SANOFI SYNTHELABO FRANCE Clorazépate dipotassique

Plus en détail

Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique. Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes

Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique. Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes Place du Baclofène dans la prise en charge de la dépendance alcoolique Dr Louis TANDONNET Service d addictologie CHU de Nantes PLAN 1. Introduction: définitions de la dépendance à l alcool 2. Parcours

Plus en détail

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire

Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Outil d aide à la réalisation d un sevrage alcoolique ambulatoire Réalisé pour les professionnels de santé, il vise à vous aider dans la prescription et le suivi des sevrages alcooliques en ambulatoire.

Plus en détail

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15

SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE. Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 SYNDROME DE SEVRAGE ALCOOLIQUE Diane PAUL IMG 2eme Semestre 18/06/15 CAS CLINIQUE Patient de 37 ans amené par les pompiers pour syndrome confusionnel aigu avec hallucinations associés à une crise convulsive

Plus en détail

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements

Mésusage de l alcool. Nouveaux concepts Nouveaux traitements Mésusage de l alcool Nouveaux concepts Nouveaux traitements L observation (1) Homme 58 ans, adressé en 05/14 pour bilan et prise en charge d une cirrhose hépatique BH perturbé: GGT 14 N, ASAT 2,5N - ALAT

Plus en détail

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy

Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Traitement de l alcoolodépendance en 2012 : Quelle place pour le baclofène? Philippe Michaud, médecin addictologue, Centre Victor-Segalen, Clichy Pourquoi des médicaments m dans l alcoolodl alcoolodépendance?

Plus en détail

Le point sur les traitements de l alcoolisme

Le point sur les traitements de l alcoolisme Le point sur les traitements de l alcoolisme 1/ Quelques définitions : L alcoolisation est le fait de boire une boisson alcoolisée. Celle-ci peut être importante ou modérée. L alcoolodépendance est à distinguer

Plus en détail

ATHS 12 Biarritz 2015

ATHS 12 Biarritz 2015 ATHS 12 Biarritz 2015 La place des acteurs de premier recours en addictologie: Le pharmacien de Ville Stéphane Robinet Pharmacien officine Pharmacien CSAPA Président Pharm addict Place du pharmacien Les

Plus en détail

MÉDICAMENTS DE LA DÉPENDANCE ALCOOLIQUE

MÉDICAMENTS DE LA DÉPENDANCE ALCOOLIQUE Maryse Lapeyre-Mestre Margaux Lafaurie Service de Pharmacologie Médicale et Clinique Centre d évaluation et d information sur la pharmacodépendance ceip.addictovigilance@chu-toulouse.fr MÉDICAMENTS DE

Plus en détail

1 objectif : AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE. Année Universitaire 2006-2007. prise en charge au long cours. mai 2007 P. PERNEY

1 objectif : AMÉLIORATION DE LA QUALITÉ DE VIE. Année Universitaire 2006-2007. prise en charge au long cours. mai 2007 P. PERNEY Sevrage, syndrome de sevrage prise en charge au longs cours USAGE AVEC DÉPENDANCE SEVRAGE ABSTINENCE MI B / Addictologie (MT3/1) Item 45 USAGE À RISQUE USAGE NOCIF Pr PERNEY USAGE 1 objectif : AMÉLIORATION

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique à l alcool Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en milieu hospitalier.

Plus en détail

Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS

Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS Baclofène données du SNIIRAM Point de vue de la CNAMTS Alain Weill 1, Christophe Chaignot 1, Philippe Ricordeau 1, François Alla 2, Hubert Allemand 2 1. Caisse nationale de l assurance maladie Direction

Plus en détail

Baclophène: les indications. en septembre 2014. Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen

Baclophène: les indications. en septembre 2014. Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen Baclophène: les indications 1 en septembre 2014 Dr Alexandre BAGUET Service d Addictolog ie CSAPA polyvalent CHU de Rouen alexandre. baguet@chu-rouen.fr Liens d intérêt 2 Astra-Zeneca Bouchara Recordati

Plus en détail

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie)

Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés. Définitions. Recherche de l héroïne (biologie) Toxicomanie : les traitements de substitution aux opiacés Définitions Quelques définitions Substituer, pourquoi? Médicaments utilisables La méthadone La buprénorphine (Subutex) Opiacés : alcaloïdes de

Plus en détail

Typologie des conduites addictives Principes de traitement

Typologie des conduites addictives Principes de traitement Typologie des conduites addictives Principes de traitement Jean-Dominique Favre Hôpital d instruction des armées Percy, Clamart 13 es Journées des Gens de mer, Paris, 14 mars 2008 Les éléments communs

Plus en détail

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc

BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc BROMAZEPAM UPC 6 mg CP quadriséc FORME comprimé quadrisécable COMPOSITION par 1 comprimé bromazépam 6 mg Excipients : lactose monohydrate, cellulose microcristalline, talc, magnésium stéarate. INDICATIONS

Plus en détail

Baclofène: prise en charge de l alcoolisme chronique en psychiatrie. Nouvelles recommandations

Baclofène: prise en charge de l alcoolisme chronique en psychiatrie. Nouvelles recommandations Baclofène: prise en charge de l alcoolisme chronique en psychiatrie Nouvelles recommandations Généralités sur Madame B. 60 ans, 68 kg, 1m65 Hospitalisée à Edouard Toulouse (pavillon temps plein) Mère psychotique

Plus en détail

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS

PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS PRISE EN CHARGE EN VILLE DES PERSONNES DÉPENDANTES AUX OPIACÉS Constance Legroux (DCEM3) QUELQUES CHIFFRES 150 000 toxicomanes en France, dont moins de Diminution de la mortalité grâce à la mise sur le

Plus en détail

DOCTEUR CAROLE VUONG

DOCTEUR CAROLE VUONG S0MMAIRE Normes OMS Définitions des conduites d alcoolisation Comment reconnaître une personne qui a un problème d alcool? Que faire? DOCTEUR CAROLE VUONG COMMENT AIDER LE SALARIE ALCOOLO-DEPENDANT? 4

Plus en détail

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI

ALCOOL. DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014. Micheline CLAUDON Alain EDDI ALCOOL DU de FMC pour les médecins généralistes 2013-2014 Micheline CLAUDON Alain EDDI 2 Pourquoi consomme-t-on des drogues? Pour se sentir bien Pour se sentir mieux Pour faire mieux Pour faire comme les

Plus en détail

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014

Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique VIGIMED 23/06/2014 Baclofène: RTU dans le sevrage alcoolique 1 Recommandation Temporaire d Utilisation (RTU) Baclofène Analogue structural de l acide gamma-aminobutyrique (GABA) Contrôle des pulsions, indifférence aux signaux

Plus en détail

Alcool : je fais le point sur ma consommation

Alcool : je fais le point sur ma consommation Alcool : je fais le point sur ma consommation Tous concernés? De quoi s agit-il? On a l habitude d évoquer un risque pour la santé au-delà de 3 verres standard par jour pour les hommes ou 2 pour les femmes,

Plus en détail

La Codéine? Parlons-en INFORMER

La Codéine? Parlons-en INFORMER La Codéine? Parlons-en INFORMER Qu est-ce que la codéine? La Codéine, ou méthylmorphine, est l'un des alcaloïdes contenus dans le pavot (papaverum somniferum). La codéine est un antalgique puissant (de

Plus en détail

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble

Colloque médical du jeudi CHU Grenoble Questions de douleur et de refus de traitement pour un patient atteint de cancer métastatique Vignette clinique: prise en charge douleur Dr N. Béziaud aspects éthiques Pr G. Laval Colloque médical du jeudi

Plus en détail

Dépendances et prison

Dépendances et prison GROUPE DE TRAVAIL «RESEAU DE PRISE EN CHARGE DES DEPENDANCES Dépendances et prison I Principe général «La personne détenue a droit à des soins équivalents à ceux dont bénéficie la population générale».

Plus en détail

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013

Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Dr Azizi Fatima MG Rabat 11/04/2013 Introduction L anxiété fait partie du registre émotionnel normal de l être humain Le caractère pathologique doit être évalué à partir de critères diagnostiques aussi

Plus en détail

Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone

Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone Essai de protocole de sevrage ambulatoire de l heroine par l utilisation de la Buprenorphine ou de la Méthadone Plan Qui peut en beneficier?? Comment explorer la demande?? Modalités pratiques du sevrage??

Plus en détail

Traitements médicamenteux de l'alcoolodépendance

Traitements médicamenteux de l'alcoolodépendance Traitements médicamenteux de l'alcoolodépendance Dr Olivier Lejeune ELSA CH Lucien Hussel Vienne CSAPA CHU Croix Rousse Lyon Traitement médicamenteux: un soin parmi les autres Boite à outils des soins

Plus en détail

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire

Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire 1 Gestion des symptômes : nausées et vomissements Le personnel soignant peut faire Anita Margulies BSN, RN Berne Mars 2015 2 Nausées/vomissements Pourquoi est-ce encore un sujet important? Ils sont l un

Plus en détail

La prise en charge de votre schizophrénie

La prise en charge de votre schizophrénie G U I D E - A F F E C T I O N D E L O N G U E D U R É E La prise en charge de votre schizophrénie Vivre avec une schizophrénie Novembre 2007 Pourquoi ce guide? Votre médecin traitant vous a remis ce guide

Plus en détail

Les verres standards

Les verres standards ALCOOL Alcool et mortalité 40 000 décès par an liés directement ou indirectement à l alcool = 7% des décès 3e cause de mortalité en France Dans le champ des addictions: 2eme cause de mortalité après le

Plus en détail

La dépendance à l'alcool est définie par la survenue simultanée pour un individu de trois parmi les sept critères suivants:

La dépendance à l'alcool est définie par la survenue simultanée pour un individu de trois parmi les sept critères suivants: Nancy, France- Au cours de la Semaine médicale de Lorraine, le Pr François Paille (médecin addictologue et alcoologue, Secrétaire général de la Fédération Française d'addictologie (FFA), Président du Collège

Plus en détail

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM.

Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Ce document est diffusé par les laboratoires commercialisant des médicaments à base d Isotrétinoïne, sous l autorité de l ANSM. Retrouvez dans ce rabat : votre suivi biologique NSM. 14/09/2015 15:44 Ce

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 18 décembre 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE REPUBLIQUE FRANÇAISE AVIS DE LA COMMISSION 18 décembre 2002 XYZALL 5 mg, comprimé pelliculé Boîtes de 14 et de 28 Laboratoires UCB PHARMA DCI lévocétirizine Date de l'amm

Plus en détail

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE

LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE Dr Muriel LANG / Février 2006 LA PATHOLOGIE ALCOOLIQUE I) Définitions : La maladie alcoolique correspond à une dépendance pathologique à l alcool liant le malade à l alcool. On notera deux types de catégories

Plus en détail

Migraine et Abus de Médicaments

Migraine et Abus de Médicaments Migraine et Abus de Médicaments Approches diagnostiques et thérapeutiques des Céphalées Chroniques Quotidiennes Pr D. DEPLANQUE Département de Pharmacologie médicale EA 1046, Institut de Médecine Prédictive

Plus en détail

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse

Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse Mésusage et addiction aux antalgiques opioïdes Point de vue de l addictologue Dr Philippe LACK Praticien Hospitalier CSAPA Hôpital Croix Rousse 13/12/2013 Déclaration de conflits d intérêts Laboratoire

Plus en détail

Les Migraines et les céphalées. Dr G.Hinzelin Migraines et Céphalées Migraines et Céphalées La migraine représente entre 5 à 18% de la population française selon le sexe et en fonction des études. Est

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie

Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie Fatseas M, Auriacombe M. Principes de la thérapeutique et des prises en charge en addictologie In: Lejoyeux M ed. Abrégé d'addictologie. Paris: Masson; 2009: 62-68 Principes de la thérapeutique et des

Plus en détail

ADDICTOLOGIE Le baclofène en médecine générale. Dr A TREMEY Service Pr Llorca-Pr Brousse JUMGA 2014

ADDICTOLOGIE Le baclofène en médecine générale. Dr A TREMEY Service Pr Llorca-Pr Brousse JUMGA 2014 ADDICTOLOGIE Le baclofène en médecine générale Dr A TREMEY Service Pr Llorca-Pr Brousse JUMGA 2014 Le baclofène en bref Traitement antispastique utilisé par les neurologues, les médecins généralistes depuis

Plus en détail

La migraine : une maladie qui se traite

La migraine : une maladie qui se traite La migraine : une maladie qui se traite L évolution natuelle de la migraine Maladie fluctuante+++ Modification des symptômes avec l âge ++ : Moins de crises sévères Caractère pulsatile moins fréquent Plus

Plus en détail

À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES

À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES À L USAGE DES MÉDECINS GÉNÉRALISTES Agir de façon efficace, continue et coordonnée En France on estime à 2 millions le nombre de patients alcoolo-dépendants. Une étude réalisée par l O.R.S. de Champagne-Ardenne

Plus en détail

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014

GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES. DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 GESTION DES EFFETS SECONDAIRES DES TRAITEMENTS OPIOÏDES DU de Médecine palliative et d accompagnement Dr Sophie TOUSSAINT-MARTEL Février 2014 Les opioïdes partagent tous globalement les mêmes effets indésirables.

Plus en détail

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE

PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE PROTOCOLE DE SEVRAGE EN AMBULATOIRE Objet : Sevrage d une dépendance physique aux opiacés ou apparentés Ce protocole tient compte de la sécurité du patient qui doit être optimale à son domicile comme en

Plus en détail

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS)

LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) LES ANXIOLYTIQUES (OU TRANQUILLISANTS) Définition : Médicaments de l anxiété, de l hyperémotivité, et des situations de stress. Les plus utilisés sont les benzodiazépines qui ont 5 propriétés : - myorelaxantes,

Plus en détail

Benzodiazépines et abus de substances. Barbara Broers, Jean-Pierre Voegeli. CD-rom de l AVMCT, janvier 2004

Benzodiazépines et abus de substances. Barbara Broers, Jean-Pierre Voegeli. CD-rom de l AVMCT, janvier 2004 Benzodiazépines et abus de substances Barbara Broers, Jean-Pierre Voegeli CD-rom de l AVMCT, janvier 2004 Résumé : L indication à la prescription éventuelle de benzodiazépines à des personnes toxicomanes

Plus en détail

Enquête 2015 SFA Pra3ques cliniques en Alcoologie Confronta3on des PEC validées et des PEC effec3ves

Enquête 2015 SFA Pra3ques cliniques en Alcoologie Confronta3on des PEC validées et des PEC effec3ves Enquête 2015 SFA Pra3ques cliniques en Alcoologie Confronta3on des PEC validées et des PEC effec3ves Dr Frédéric BROUZES Pr Maurice DEMATTEIS Jeudi 19 mars 2015 Les acteurs de terrain aux côtés du pa3ent

Plus en détail

Le traitement médicamenteux de la dépendance alcoolique (en dehors de la période aiguë)

Le traitement médicamenteux de la dépendance alcoolique (en dehors de la période aiguë) Post U (2013) 155-164 Le traitement médicamenteux de la dépendance alcoolique (en dehors de la période aiguë) Objectifs pédagogiques Comment identifier les dépendances alcooliques (physique et psychologique)

Plus en détail

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE

PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE RÉDUCTION ET ARRÊT DU TABAC NOUVEAU FRUIT EXOTIQUE NICOTINE 2 mg GOMME À MÂCHER MÉDICAMENTEUSE PLAQUEZ LA CIGARETTE EN FINESSE UNE MÉTHODE SIMPLE POUR RÉDUIRE À MON RYTHME Médicament réservé à l adulte

Plus en détail

Les nouveaux médicaments dans alcoolisme. Dr MJ. Ferro-Collados Dr Gérard Fontan

Les nouveaux médicaments dans alcoolisme. Dr MJ. Ferro-Collados Dr Gérard Fontan Les nouveaux médicaments dans alcoolisme Dr MJ. Ferro-Collados Dr Gérard Fontan Épidémiologie L alcool est la substance la plus consommée en France La plus grande partie de la population consomme Raisons

Plus en détail

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg comprimés flunarizine

NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg comprimés flunarizine NOTICE : INFORMATION DE L'UTILISATEUR SIBELIUM 10 mg comprimés flunarizine Veuillez lire attentivement l'intégralité de cette notice avant de prendre ce médicament - Gardez cette notice, vous pourriez

Plus en détail

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin

Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT. Hôpital Cochin L hépatite alcoolique aiguë Journée SMHP 2010 Dr Jean-Baptiste TRABUT Unités d Hépatologie et d Addictologie i Hôpital Cochin Histoire naturelle Maladie symptomatique Foie normal Maladie alcoolique du

Plus en détail

Règles de prescription des Antidépresseurs

Règles de prescription des Antidépresseurs Dr GERAUD - Groupe Angevin d'etudes en Psychopharmacologie et en Psychiatrie Biologique - Février 2007 Prévalence des troubles psychiatriques dans la population générale française et dans cinq pays européens

Plus en détail

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg

Carnet de suivi Lithium. Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Carnet de suivi Lithium Téralithe cp 250 mg Téralithe LP cp 400 mg Ce carnet est important Si vous le trouvez, merci de le faire parvenir à l adresse ci-dessous Nom Prénom Adresse Téléphone Mobile Date

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

Quiz Comment bien utiliser les médicaments?

Quiz Comment bien utiliser les médicaments? PATIENT Quiz Comment bien utiliser les médicaments? Chaque question peut faire l objet d une ou de plusieurs bonnes réponses. QUESTIONS 1 : J ai pris un ou plusieurs médicaments et je pense que l un d

Plus en détail

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer

Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Neuroleptiques et Maladie d Alzheimer Pr. M Ceccaldi (Centre Mémoire de Ressources et de Recherche PACA Ouest, CHU Timone, APHM, Aix Marseille Université, Marseille) Dr. G Retali (Centre Mémoire de Ressources

Plus en détail

Comprimé pelliculé Voie orale Adulte et adolescent (12 ans et plus)

Comprimé pelliculé Voie orale Adulte et adolescent (12 ans et plus) NOTICE : INFORMATION DE L UTILISATEUR Desloratadine Zentiva 5 mg Comprimé pelliculé Voie orale Adulte et adolescent (12 ans et plus) Votre pharmacien vous a délivré un médicament générique. Ce médicament

Plus en détail

DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE

DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE DÉCISION MÉDICALE ET PRISE EN CHARGE Ce chapitre est centré sur les problèmes de santé posés par l usage chronique de l alcool, habituellement régulier, chez les hommes de 25 à 65 ans. D autres situations

Plus en détail

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte

43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte 43. Troubles du sommeil de l enfant et de l adulte Diagnostiquer les troubles du sommeil du nourrisson, de l enfant et de l adulte Argumenter l attitude thérapeutique et planifier le suivi du patient RÉPONSES

Plus en détail

Principes de traitement de la dépendance!

Principes de traitement de la dépendance! Principes de traitement de la dépendance Principes de base Histoire naturelle Objectifs Attitude du soignant Moyens thérapeutiques Méthodes Ambulatoire / résidentiel Travail en réseau Ressources internet

Plus en détail

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour les agonistes dopaminergiques dans le syndrome des jambes sans repos? Le syndrome des jambes sans repos (SJSR) est une maladie de diagnostic souvent difficile,

Plus en détail

Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage.

Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage. Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage Patient alcoolodépendant : sevrage et accompagnement post sevrage Dr Benoît FLEURY Service d Hépatogastroentérologie et d Alcoologie Hôpital

Plus en détail

Messages-clés. Mésusage de l alcool : dépistage, diagnostic et traitement. L objectif thérapeutique doit prendre en compte les préférences du patient

Messages-clés. Mésusage de l alcool : dépistage, diagnostic et traitement. L objectif thérapeutique doit prendre en compte les préférences du patient RECOMMANDATION Société Française d Alcoologie Décembre 2014 Mésusage de l alcool : dépistage, diagnostic et traitement Messages-clés L objectif thérapeutique doit prendre en compte les préférences du patient

Plus en détail

Association BACLOFÈNE

Association BACLOFÈNE Faire connaître et reconnaître l'efficacité et l'innocuité du Baclofène dans le traitement de la maladie alcoolique Baclofène dans le traitement de l'alcoolo-dépendance, notre expérience. La maladie alcoolique

Plus en détail

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE

SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SEVRAGE TABAGIQUE EN CENTRE DE READAPTATION VASCULAIRE SFT-Paris 6-11-2014 Dr Voyer Cardiologue et tabacologue Centre de réadaptation cardiovasculaire Bois Gibert Tabacologue CHU Tours La réadaptation

Plus en détail

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES

LES S S U S BS B T S I T T I U T TS T S NICOTINIQUES LES SUBSTITUTS NICOTINIQUES Les substituts nicotiniques : principe Apporter l équivalent de nicotine contenue dans les cigarettes (un peu -) Pour supprimer, atténuer le manque Durée du traitement : variable,

Plus en détail

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit

Annexe III. Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Annexe III Modifications apportees aux rubriques concernees de l information produit Remarque : Ces modifications des rubriques concernées du Résumé des caractéristiques du produit et de la notice sont

Plus en détail

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002

AVIS DE LA COMMISSION. 3 avril 2002 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE République française AVIS DE LA COMMISSION 3 avril 2002 ANDROGEL 25mg, gel ANDROGEL 50mg, gel Boîte de 30 sachets Boîte de 100 sachets Laboratoires BESINS- International testostérone

Plus en détail

Comment prescrire le baclofène?

Comment prescrire le baclofène? Comment prescrire le baclofène? Pascal GACHE Alcoologue Anonyme, Genève Pour l ANGRECH à Paris le samedi 13 octobre 2012 http://www.alcool-et-baclofene.fr/ Guide de prescription du baclofène 1. But 2.

Plus en détail

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI

MISES EN GARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI 1 MISES EN ARDE ET PRECAUTIONS PARTICULIERES D'EMPLOI Mises en garde Ce médicament est TERATOENE. Une contraception efficace est obligatoire chez les femmes en âge de procréer. Ce médicament est soumis

Plus en détail

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES

PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ CONDUITES ADDICTIVES PRÉVENTION ET ÉDUCATION POUR LA SANTÉ Alcool, tabac et drogues illicites : au-delà du produit consommé, c est davantage le comportement de consommation - conduite addictive - qui détermine le risque pour

Plus en détail

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge

Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Repérage, démarche diagnostique, identification de signes d alerte et stratégie de prise en charge Démarche et objectifs Une démarche de santé publique à l initiative de la Direction générale de la Santé

Plus en détail

La morphine. Alternatives / associations

La morphine. Alternatives / associations Douleur et cancer La morphine Alternatives / associations Tous les droits d auteurs sont réservés à l Institut UPSA de la douleur. Toute modification est interdite. Toute reproduction ou utilisation est

Plus en détail

DOSSIER ADMINISTRATIF

DOSSIER ADMINISTRATIF DOSSIER ADMINISTRATIF (à faire remplir par le patient et à retourner accompagné des renseignements médicaux au Centre d Addictologie d Arzeliers Route d Arzeliers 05300 LARAGNE ) Nom : Prénom : Nom de

Plus en détail

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers)

DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) DOSSIER MEDICAL (à faire remplir obligatoirement par le Médecin et à retourner accompagné du Dossier administratif au Centre Addictologie d Arzeliers) Chère Consœur, Cher Confrère, Ces renseignements médicaux

Plus en détail

CSIRMT 15 NOVEMBRE. Unité d addictologie du centre hospitalier d Ancenis

CSIRMT 15 NOVEMBRE. Unité d addictologie du centre hospitalier d Ancenis CSIRMT 15 NOVEMBRE 2011 Unité d addictologie du centre hospitalier d Ancenis PLAN DE L INTERVENTION 1. Présentation de la pathologie addictive 2. Présentation de l unité d addictologie 3. Modalités d entrée

Plus en détail

Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé

Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé Prise en charge des troubles psycho-comportementaux chez le sujet âgé I. DEFINITION Chez le sujet âgé, les symptômes psychologiques et comportementaux peuvent se définir comme des conduites et des attitudes

Plus en détail

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool

Cas clinique 1. Prévention des pathologies liées à l alcool Cas clinique Prévention des pathologies liées à l alcool Mr E., qui est un patient âgé de 70 ans, consulte à votre cabinet pour dysfonction érectile. L'interrogatoire vous apprend qu'il ne présente pas

Plus en détail

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT

ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT ANNEXE I RESUME DES CARACTERISTIQUES DU PRODUIT 1. DENOMINATION DU MEDICAMENT 2. COMPOSITION QUALITATIVE ET QUANTITATIVE 3. FORME PHARMACEUTIQUE 4. DONNEES CLINIQUES 4.1. Indications thérapeutiques Chez

Plus en détail

A propos de Selincro. 11 juin 2015 Marie-Laure Weibel Pharmacienne - PHEL

A propos de Selincro. 11 juin 2015 Marie-Laure Weibel Pharmacienne - PHEL A propos de Selincro 11 juin 2015 Marie-Laure Weibel Pharmacienne - PHEL Contexte clinique Un patient de 39 ans, polytoxicomane (opiacés, cocaïne, alcool) est hospitalisé le 15.01.2015 pour un syndrome

Plus en détail

BROCHURE D INFORMATION

BROCHURE D INFORMATION BROCHURE D INFORMATION Patient/Aidant familial ou accompagnant Ce document est diffusé par les Laboratoires commercialisant des médicaments génériques à base d Aripiprazole indiqués dans le traitement

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos?

Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? BON USAGE DU MÉDICAMENT Quelle place pour le pramipexole (Sifrol ) dans le syndrome des jambes sans repos? Le pramipexole est un agoniste dopaminergique. Déjà autorisé pour le traitement de la maladie

Plus en détail

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE

GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE GROS PLAN SUR LE SEVRAGE TABAGIQUE DÉSIR DES FUMEURS ET Les faits : SEVRAGE 20 à 30 % veulent continuer à fumer 70 à 80 % veulent changer : 56 % réduire leur consommation 28 % arrêter 14 % changer de cigarettes

Plus en détail

Introduction de la demi-journée

Introduction de la demi-journée Synthèse Demi-journée du Jeudi 23 Septembre 2010 Organisée par le Dr Claire DUROT CH Le Cateau-Cambrésis Introduction de la demi-journée Mme BRULE - Directrice des soins du Centre Hospitalier Le Cateau

Plus en détail

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5

20% consommateurs excessifs. 25 cl de cidre «sec» à 5 Primary Primary 2003;3:270 275 Formation continue Problèmes d alcool P. Gache, E. Sekera, H. Stalder Introduction 85% de la population suisse consomme de l alcool, la majorité sans dommages pour sa santé.

Plus en détail

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS

DOULEUR ET CANCER. Dr Catherine. CIAIS DOULEUR ET CANCER Dr Catherine. CIAIS IFSI le 2 février 2010 OBJECTIFS Savoir évaluer une douleur cancéreuse Connaître les différents types de douleur en cancérologie Mécanismes Étiologies Stratégies thérapeutiques

Plus en détail

Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008

Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008 Estimation du nombre de personnes sous traitement d aide au maintien de l abstinence alcoolique en Poitou-Charentes, en 2008 Loïc Le Minor, CIRDD Poitou-Charentes Chargé de Mission - Observation 2009 Rapport

Plus en détail

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans)

CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Recommandations pour la pratique clinique Septembre 2004 (ANAES) CÉPHALÉES CHRONIQUES QUOTIDIENNES (CCQ) Diagnostic, rôle de l abus médicamenteux, prise en charge (actualisation programmée : 5 ans) Définition

Plus en détail

Roaccutane. isotrétinoïne. Guide du pharmacien pour la délivrance de. Roaccutane. info ROACCUTANE RM SM

Roaccutane. isotrétinoïne. Guide du pharmacien pour la délivrance de. Roaccutane. info ROACCUTANE RM SM Roaccutane isotrétinoïne Guide du pharmacien pour la délivrance de Roaccutane info ROACCUTANE RM SM MANAGEMENT Programme de prévention de la grossesse SOMMAIRE 3. INTRODUCTION 3. CONDITIONS DE DELIVRANCE

Plus en détail

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1:

27/01/2015. Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes. Cas clinique 1: ATELIER 2 DU SYMPTÔME À LA MALADIE Atelier 2 Conduite à tenir devant des mouvements périodiques nocturnes EXPERTS: S LAUNOIS, N. MESLIER ANIMATEUR: MF VECCHERINI 16 et 17 Janvier 2015 ATELIER 2 UTILISATION

Plus en détail