ÉCOLES & RÉSEAUX D ALUMNI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCOLES & RÉSEAUX D ALUMNI"

Transcription

1 ÉCOLES & RÉSEAUX D ALUMNI Existe-t-il une corrélation entre la performance d une école et la qualité de son réseau d anciens? Gestion des diplômés, échanges entre étudiants et diplômés, présence sur le web et les réseaux sociaux... Quelle est la place d un réseau de diplômés au sein d une école? Quelle importance faut-il lui donner? Quelle implication l école doit-elle avoir? Voici les réponses auxquelles 23 grandes écoles de commerce et d ingénieurs ont accepté de répondre. 1

2 2

3 GESTION Comment les écoles gèrent-elles leur réseau d anciens? INTERACTION Quels rapports entre école, étudiants et association de diplômés? CAPITALISATION La valeur ajoutée d un réseau de diplômés Méthodologie Réalisation d un questionnaire comprenant 18 questions. Sélection des écoles : 23 écoles de l enseignement supérieur sur 30 contactées : à la fois des écoles de commerce, écoles d ingénieurs, des écoles de communication et de journalisme. Entretien oral systématique avec un représentant de l association des anciens ou un membre de la direction de l école. Objectifs Comprendre quelles sont les méthodes développées au sein des associations de diplômés pour gérer et fédérer leur communauté. Evaluer le niveau d implication des écoles dans les échanges avec leur réseau de diplômés. Montrer l impact qu un réseau de diplômés peut avoir dans une école. Démontrer qu il existe une corrélation entre la performance, l image de marque d une école et la manière dont son réseau de diplômés est géré. Limites L étude reste déclarative, nous n avons pas réalisé de vérification auprès des populations cibles des associations. Nous n avons pas eu l autorisation de citer certaines écoles en exemples positifs ou négatifs. Nous avons donc décidé de ne pas fournir de classement nominatif. CONCLUSION 3

4 «Il n y a pas de solution unique, universelle et immédiate aux problématiques rencontrées par les associations et écoles. Leurs problématiques varient selon la taille, l ancienneté, la structure et le nombre de membres au sein du réseau» 4

5 GESTION Comment les écoles gèrent-elles leur réseau d anciens? 5

6 Notion d ALUMNI et structure du RÉSEAU Toutes les écoles n ont pas la même vision de la notion d alumni et de la structure d un réseau d anciens. On observe une réelle prise de conscience de l importance des associations dans la stratégie de l école et de la nécessité de sensibiliser au plus tôt les futurs diplômés sur la notion de réseau. Toutefois, les méthodes de gestion sont très différentes selon les écoles, leur structure, l ancienneté de l association ou encore le nombre de membres. Afin d augmenter l impact de l association de diplômés sur la vie de l école, beaucoup d entre-elles ont décidé d y intégrer leurs étudiants. Cette démarche leur permet d augmenter mécaniquement leur nombre d adhérents et donc leur poids, mais aussi de multiplier les occasions d échanges entre les populations d étudiants et de diplômés. Dans les écoles les plus matures, les problématiques de mise en réseau sont abordées durant les cours tout au long du cursus, ce parti pris facilite la prise de conscience des étudiants et leur implication future dans l association. 26% Des associations interrogées intègrent les étudiants au sein de l association Pour certaines écoles, de commerce notamment, les étudiants et diplômés sont regroupés au sein de l association (un phénomène qui a débuté autour des années ). Les écoles expliquent cette démarche par une volonté d impliquer les étudiants et les sensibiliser au plus tôt sur les problématiques de mise en réseau. Cependant pour la majorité des cas, les associations effectuent une distinction nette entre ces deux populations Date de création de l association interrogée la plus jeune «La distinction des populations de diplômés et d étudiants doit être claire, car les attentes ne sont pas les mêmes» Cette distinction se fait tout d abord dans les plus grandes écoles qui ont su développer depuis de nombreuses années des réseaux puissants et fédérer un grand nombre de diplômés. La puissance de ces réseaux peut notamment s expliquer par le fort sentiment d appartenance développé par leurs étudiants, mais aussi par des valeurs communes inculquées dès les premières années d étude. 6

7 1846 Date de création de l association interrogée la plus ancienne de France De plus, le réseau de diplômés est très présent au sein de ces écoles, ce qui explique alors le nombre important de membres au sein des associations. Toutefois, la valeur majeure de ces réseaux réside dans le niveau de services apportés à leurs adhérents. Les conseils Socialumni 1. Regrouper et impliquer les élèves et diplômés 2. Multiplier les échanges entre étudiants et diplômés Créer des synergies entre ces deux populations permet de développer l effet de réseau et le sentiment d appartenance. 3. Travailler sur la complémentarité entre association et école 4. Proposer une offre de valeur claire et efficace Fonds d entraide, parrainages, cooptation La liste des services apportés peut être longue et c est cette démarche d offre de valeur qui fait réellement la différence. La distinction entre étudiants et diplômés se retrouve chez de plus petites écoles. Mais, contrairement aux grandes, elles rencontrent ensuite des difficultés pour fédérer leur communauté et assurer une activité constante au sein du réseau. 7

8 Suivi des ÉTUDIANTS après leur sortie de l ÉCOLE Un bon suivi est la base essentielle du bon fonctionnement du réseau. Les données des diplômés étant l une des principales valeurs du réseau, les associations doivent impérativement déployer les moyens nécessaires pour en assurer un suivi adéquat. Les méthodes de suivi diffèrent selon les associations. Cependant, elles rencontrent toutes de nombreuses difficultés et ce suivi apparait également comme l une des principales problématiques mises en avant. Durant nos différents entretiens, lorsque nous avons abordé le sujet, seulement 3 écoles ont fait référence aux enquêtes de suivi. Encore une fois, ceci nous montre le réel décalage qui existe entre les objectifs souhaités et les moyens déployés par les associations de diplômés. Beaucoup d écoles se limitent à donner l accès à un site alumni aux étudiants fraichement diplômés. Ce site leur permet d accéder à des offres d emploi ainsi qu à un annuaire classique des diplômés. Dans certains cas, le suivi se fait à deux niveaux. D une part, par l école grâce aux pôles carrières (bases de données, CRM ) et, d autre part, par à l association via l annuaire et les adhésions. 150 Nombre de membres chez la plus petite association interrogée La mise à jour des données, elle, est réalisée grâce à des mailings ou opérations de phoning pour certaines écoles, alors que d autres mettent en place des techniques de datamining sur les réseaux tels que Viadeo ou LinkedIn Nombre de diplômés au sein de la plus grande association interrogée Pour les associations les plus développées, les sites alumnis permettent aux diplômés de disposer d un profil sur lequel ils peuvent mettre à jour leurs informations personnelles et professionnelles et entrer en contact avec leurs anciens camarades de promotion. Beaucoup d écoles rencontrent un grand nombre de difficultés à retrouver la trace des diplômés les plus anciens, le changement de coordonnées (adresse, téléphone, ) apparait comme l un des freins majeurs à cette action. Pour cette raison, il est courant de proposer une «adresse à vie» aux étudiants. Cette stratégie est perçue comme un atout pour l association qui a un moyen de garder un contact avec les diplômés. 8

9 «Pour l étudiant, l adresse à vie est supposée permettre de se mettre en avant en arborant fièrement le nom de l école.» Dans la réalité, cette adresse à vie est assez peu utilisée par les diplômés car elle vient en supplément d un certain nombre d adresses personnelles ou professionnelles. Les conseils Socialumni 1. Introduire une véritable politique de suivi des diplômés 2. Mettre en place un CRM Une plateforme CRM (Customer Relationship Management) permet de bien structurer la base de données ainsi que de rendre compte de la qualité et la quantité des échanges avec les membres de l association, le suivi en est donc facilité. 3. Travailler sur la fraîcheur des données 4. Impliquer les membres de l association 5. Offrir un service incitatif 9

10 Associations d anciens et INTERNET Les écoles et leurs associations s adaptent plus ou moins vite à l environnement actuel dans un contexte de forte compétitivité. Si la quasi-totalité des écoles possède un site internet en propre, on observe tout de même que les écoles n assument pas toujours bien leur rôle vis à vis de leur communauté, ce qui engendre une disparité d outils, de moyens et d objectifs et, dans de nombreux cas, une dispersion des communautés. Dans beaucoup de cas, les associations mettent à disposition des diplômés des outils sans en expliquer l utilité. De plus, l animation est assurée par du personnel qui ne maîtrise pas toujours les méthodes et outils, ce qui justifie en partie le manque d activité sur les sites. Les principaux services proposés sont liés au recrutement, ce qui ne semble pas suffisant compte tenu de la concurrence des job-boards spécialisés dans l emploi des cadres. 91% Des associations interrogées possèdent leur propre site internet Aire 2.0 oblige, la gestion du réseau des diplômés passe également par le web. Sur les 23 associations interrogées, 21 ont développés leur propre site accessible par les diplômés, les étudiants ainsi que l administration. Ces sites sont différents selon les associations. Lorsque certaines se limitent à un simple siteforum, d autres ont su développer de véritables réseaux sociaux internes. «Les fréquences de visite sur le site des diplômés sont en réalité très faible» Les sites des plus grandes associations sont souvent ceux qui proposent le plus de fonctionnalités, permettant notamment d accéder à un annuaire, des offres d emploi ou encore de consommer de l information ou d autres services. Au niveau de la gestion du réseau web, seulement quelques écoles font appel à de véritables community managers. Pour les autres, c est un membre de l association qui gère à la fois le réseau «physique» et le réseau sur internet (site des anciens et réseaux sociaux). «Il ne faut pas oublier que ce sont 2 métiers différents!» Durant nos entretiens, 3 chargés d animation de réseau interrogés nous ont fait part d un grand nombre de difficultés rencontrées, notamment celles-ci : Problème de temps «Trop de travail!» Rencontre de difficultés pour animer le réseau web et les réseaux sociaux 10

11 Community Manager L émergence du community management La communication sur le web est un élément primordial dans la stratégie de communication des écoles aujourd hui. Elles doivent s efforcer de créer une relation de proximité avec leurs communautés en essayant de les comprendre pour répondre mieux et plus rapidement aux différents besoins. L objectif du community management Le community manager a pour objectif d intégrer les outils du web 2.0 au sein des écoles et d y faire vivre la marque en tant qu acteur. Les conseils Socialumni 1. Faire correspondre les moyens aux objectifs 2. Bien définir l offre de valeur 3. Travailler sur la numérisation de l offre 4. Adapter la stratégie de communication et d animation aux supports 5. Soigner l image de l école et les outils de communication 6. Eviter l amateurisme Le rendu (graphisme, ergonomie, design, fonctionnalités ) des solutions internet proposées ainsi que la qualité du discours sont les garants du soin accordé à l image et au service apporté aux membres de l association. Cet enjeu participe à la création d un référentiel de communication commun pour tous les acteurs participant à la vie d une marque. 11

12 Une HYPER-PRÉSENCE sur les RÉSEAUX SOCIAUX Face à la multiplication d initiatives isolées de création de groupes non officiels sur les réseaux sociaux, les écoles ont été forcées d y assurer leur présence pour éviter de voir leur communauté s éparpiller davantage. Ayant de plus en plus de difficultés à fédérer leurs diplômés, les écoles utilisent les réseaux sociaux comme outils d animation. Ils permettent aux associations de retrouver leurs diplômés mais aussi aux diplômés de garder un lien entre eux et avec l association. Une présence sur les réseaux sociaux professionnels est privilégiée par les associations car ils correspondent mieux aux attentes des diplômés et à l image qu elles veulent donner. Néanmoins, ces réseaux cannibalisent les sites développés par les écoles et ne leur permettent pas de capitaliser sur leurs données. Toutes les associations interrogées sont présentes sur les réseaux sociaux. De manière étonnante, certaines écoles s en servent de base de données (Viadeo, LinkedIn). 36% 12% 52% Viadeo Facebook LinkedIn Les réseaux sociaux privilégiés «Une présence sur les réseaux sociaux sert à la fois de vitrine mais également d outil de communication» Les associations sont beaucoup plus présentes sur les sites sociaux à usage professionnel. Elles privilégient leur présence sur des réseaux de type Viadeo ou LinkedIn, où l on retrouve de grandes communautés d anciens qui peuvent atteindre jusqu à plus de membres. Cette ampleur s explique par l utilité de ces réseaux, notamment dans la recherche d emploi, mais également les efforts de ces derniers pour séduire les écoles. Facebook est, quant à lui, utilisé pour son côté convivial, sa capacité à regrouper les membres et organiser des évènements. Enfin, les plus grandes écoles sont, elles, très présentes sur le réseau LinkedIn, d autant plus qu elles sont tournées vers l international. Certaines associations ont même développé leur propre site communautaire. Ce qui leur permet ainsi de regrouper leurs communautés au sein du même réseau et capitaliser sur les données. 12

13 Principales LIMITES des RÉSEAUX SOCIAUX existants Les réseaux sociaux ne facilitent pas toujours la gestion de communauté. On observe que les associations rencontrent de nombreuses difficultés à gérer les membres qui se retrouvent dispersés sur de multiples groupes présents sur l ensemble des réseaux. Ces espaces ne permettent qu une intimité réduite et ne favorisent pas le sentiment d appartenance à une communauté particulière. De plus, tous les membres d un réseau de diplômés ne sont pas présents sur les mêmes réseaux sociaux. L association doit consacrer d autant plus de temps à faire de la veille, retrouver les communautés mais aussi animer le réseau. Enfin, la capitalisation sur les données des diplômés devient moins évidente puisque l association n est pas propriétaire des données. D après certaines personnes interrogées, l une des plus grosses limites que rencontrent les écoles et associations est que ce sont elles qui doivent s adapter aux réseaux sociaux et non l inverse. Ainsi, toutes les activités réalisées au sein de l association ne peuvent pas être retranscrites sur les réseaux (mentorat, coaching ). La présence de plusieurs pages ou groupes dédiés à une seule et même école apparait aussi comme une limite importante. Effectivement, cette caractéristique freine considérablement le regroupement des communautés puisque les diplômés et étudiants sont éparpillés et se dirigent donc moins vers les pages officielles, d autant plus que certains membres ne sont pas adeptes des réseaux sociaux, notamment Facebook. «De par les attentes différentes des diplômés et de leurs habitudes de consommation, il est bien difficile de regrouper toute une communauté sur un seul et même réseau» Les associations mettent également le point sur la difficulté et le manque de moyens pour gérer les communautés sur le web. Dans la majorité des cas, on observe soit : Un manque d animation Un manque de personnel Une gestion du réseau par un membre qui est certes compétent mais pas spécialisé dans la gestion de réseaux sur le web Enfin, ces réseaux sociaux étant généralistes, les sollicitations et leurs sources sont nombreuses, les messages des écoles et associations sont donc brouillés, perdus dans la masse et ne sont pas mis en valeur. Les réseaux sociaux externes ne peuvent pas porter seuls la stratégie digitale des associations, ce n est pas leur vocation. Ils peuvent néanmoins y contribuer un peu. Ce sont des outils relationnels et informatifs dont l usage est important voire essentiel mais uniquement dans la limite de leur valeur stratégique. 13

14 Les rapports entre INTERACTION école, étudiants et association de diplômés 14

15 INTERACTIONS entre l école et l ASSOCIATION Les différents témoignages et analyses montrent que selon l ancienneté et / ou la maturité de l association, le degré d intervention de l école dans son réseau doit varier. Malgré cela, on constate que certaines associations ne sont pas conscientes de l impact que l école peut avoir dans le cadre de l essor du réseau de diplômés. De fait, si la volonté est, en théorie, de regrouper les deux populations, peu de moyens sont mis en œuvre pour les inciter à communiquer, peu de synergies sont créées. Malheureusement, le travail et le rôle de l association ne sont pas suffisamment mis en avant par les écoles. En conséquence, peu d étudiants se sentent concernés, de même qu ils ne ressentent pas la valeur ajoutée apportée par l association durant leurs études. Nous avons demandé aux personnes interrogées d évaluer sur une échelle de 0 à 10 le degré d implication qu une école devait avoir dans la gestion quotidienne de l association. Nous avons pu constater deux points de vue tout à fait défendables mais radicalement opposés. D après certaines des personnes interrogées, l implication de l école dépend de la puissance du réseau d anciens : plus un réseau est autonome et puissant, moins l école doit s impliquer dans sa gestion quotidienne. Le degré d implication est évalué entre 0 et 3 par les personnes concernées, contre une évaluation comprise entre 7 et 8 pour les autres. Le rôle de l école est de fournir à l association les moyens humains, financiers et intellectuels pour créer un cadre structurant d échanges entre les différentes parties prenantes que sont les étudiants, les diplômés, les enseignants, les garants des fonctions support de l école (carrières ) et les entreprises partenaires. Cependant, chez certaines petites associations, l école n intervient que très peu ou pas du tout dans la gestion du réseau. Ces associations sont alors totalement indépendantes et l on observe qu elles rencontrent de grandes difficultés à se développer. Pour les écoles les plus avancées, les programmes sont construits de manière conjointes et l école fait appel aux diplômés dans le cadre des cours, de forums ou autres évènements. L intérêt de rapprocher les étudiants du réseau de diplômés réside également dans l opportunité d impliquer l école dans la gestion de la communauté et de lui permettre d étoffer l offre de valeur globale apportée. Ainsi, d une part la filiation est plus claire et les étudiants plus impliqués, ce qui permet de faciliter l intégration des élèves à l association et, d autre part, il est possible d étayer l offre de service et donc de fidéliser les membres de l association. «Aujourd hui, certains présidents d associations siègent à l assemblée générale de l école et / ou sont représentants au conseil académique» 15

16 L IMPLICATION des DIPLÔMÉS au sein de l école Les diplômés sont souvent peu actifs dans la vie de l association. On observe qu ils sont en réalité plus actifs lorsqu il s agit d intervenir au sein de l école. Le sentiment d appartenance se tourne naturellement vers l école et l association des diplômés est souvent perçue comme une entité à part entière. Le phénomène peut aussi s expliquer par le truchement de la pyramide de Maslow : donner des cours ou faire des interventions au sein de l école sert le sentiment d accomplissement personnel, aider ses pairs sert le besoin d estime. Bien entendu, il faut également prendre en compte le fait que les diplômés ont une activité professionnelle et donc peu de disponibilités. Mais, dans l ensemble, les occasions de rencontres sont multipliées par les écoles sauf pour quelques exceptions. Dans 98% des cas, le nombre d actifs diplômés au sein de l association est nettement inférieur au nombre d actifs diplômés total. On note tout de même une exception rencontrée chez les plus grandes où le ratio est inversé. 17% 26% Très actifs 53% Actifs Peu actifs Inexistants Les alumnis sont-ils actifs dans la vie de l école? Indépendamment du nombre de membres au sein des associations, on s aperçoit que les diplômés sont généralement peu actifs dans la vie de l association. «Ce sont souvent les jeunes diplômés qui participent le plus» Les rencontres entre étudiants et diplômés se font très régulièrement dans la plupart des écoles contactées. Elles s organisent autour de journées portes ouvertes, de tables rondes avec la participation de diplômés et d étudiants, de rencontres avec le président de l association à l occasion de la rentrée, de forums entreprises On observe également que la mise en place de parrainages, séances de coaching et mentoring se développent de plus en plus au sein des écoles dans le cadre de l accompagnement des étudiants dans la réalisation de leur projet professionnel (conseil, montrer la réalité professionnelle ). Ces pratiques plus développées au sein des plus écoles de commerce et d ingénieurs, rencontrent un grand succès. De nombreux évènements sont mis en place pour que les étudiants et anciens se rencontrent. Malgré cela seules les séances de coaching / mentorat / parrainage et tables rondes semblent avoir un réel succès et un impact sur la vie de l école et des étudiants. Pour les écoles dont les associations sont très actives l impact des diplômés sur la vie de l école est évident. 16

17 Faire intervenir des anciens Même s ils restent peu nombreux dans certains cas, on retrouve chez chaque école interviewée des anciens parmi les intervenants. En observant de plus près, on réalise qu il y a une relation de directe entre la taille, la performance de l école et de son association et le nombre d intervenants issus de l école. Toute école souhaite avoir parmi ses enseignants des intervenants dotés des meilleures formations et meilleurs diplômes. Prenons l exemple d une très grande école, on retrouvera chez elle, au sein de ses intervenants, de nombreux anciens de l école puisque les diplômes délivrés sont considérés comme les meilleurs. Pour sa part, une petite ou moyenne école veut délivrer les meilleurs enseignements. Ainsi, elle souhaite se doter des meilleurs intervenants pour valoriser ses formations donc ses diplômes. Résultat, on retrouvera peu d intervenants diplômés de l école, ce seront, pour majorité des cas, des professionnels diplômés de très grandes écoles qui seront privilégiés. La qualité du diplôme n est visiblement pas toujours assumée par l école. Les conseils Socialumni Le contact ne doit pas seulement être régulier, comme souvent, il doit être permanent! Le lien social n est pas un objectif ni un service, pour cela Facebook est suffisant, il s agit ici d offrir de l entraide, des opportunités et de vrais services sur un plan socio-professionnel. C est sur ce point que les étudiants et diplômés attendent l association, d où le succès du parrainage, coaching et mentorat. 17

18 CAPITALISATION La valeur ajoutée d un réseau de diplômés 18

19 Les systèmes d ENTRAIDE De nombreux systèmes d entraide ont été cités par les associations. Mais la théorie n est pas toujours suivie par la pratique. Il existe des cas où l on communique sur des systèmes qui sont inexistants ou inefficaces. Ceci peut alors expliquer le manque d investissement de certains diplômés qui peuvent alors se sentir «floués». Des hésitations dans les réponses ont été décelées dans certains cas : le bénéfice n est pas toujours bien appréhendé par les responsables des associations. Il existe également un décalage entre les bénéfices potentiels perçus et les moyens mis en œuvre. Dans les associations les plus puissantes, une offre de valeur riche et claire est proposée. Ce n est la plupart du temps pas le cas dans d autres écoles ou cette offre est soit mal positionnée soit pas suffisante, voire inexistante. Les attentes en termes d entraide sont, dans la plupart des cas, les mêmes. Néanmoins, on réalise que les actions se distinguent. Selon les associations, l entraide se situe à plusieurs niveaux. Proposition d offres d emploi et stages (en moyenne entre 20 et 40% des offres globales. Le pourcentage augmente chez les plus petites écoles, en revanche chez les grandes, il se situe autour de 15%). On observe de plus en plus d écoles et associations qui élaborent la mise en place de systèmes d aide au cheminement personnel afin d accompagner les étudiants dans la définition de leur projet professionnel par le biais de séance de coaching, mentorat ou parrainages. Chez les petites et moyennes structures ces procédés n ont pas encore adoptés. Cela s explique en partie par un manque de moyens à la fois financier, humain et en temps. Dans la majorité des cas, les aides financières des anciens élèves sont elles, très élevées chez les plus grandes écoles où les diplômés occupent de très hautes fonctions et bénéficient donc de hauts revenus. A contrario, les petites et moyennes écoles rencontrent de nombreuses difficultés dans le cadre de la récolte de fonds auprès de leurs diplômés. Enfin, nous tenons à mettre en avant la démarche de quatre associations qui ont mis en place la même stratégie d entraide. Ces associations de diplômés ont un objectif commun qui est l attribution de bourses pour les élèves en difficulté financière pour leur permettre de financer leurs études, mais également de venir en aide aux créateurs d entreprises ou aux diplômés en difficulté. Fait le plus marquant, l une d entre elles ne fait pas partie des écoles les plus en vues et dispose d un très faible effectif, contrairement aux trois autres. Il est donc possible de mettre en place des offres de valeur performantes lorsqu on veut s en donner les moyens. 19

20 La VALEUR AJOUTÉE apportée par le réseau des besoins qui ne sont pas forcément pertinents sans répondre à ceux déjà existants. Il n y a souvent pas réellement de notion de service. Une autre valeur ajoutée des réseaux d alumnis est leur capacité à fédérer, motiver, montrer l exemple aux étudiants de leurs ainés qui ont réussi et ainsi développer les sentiments de fierté et d appartenance vis à vis de leur école. Ceci renforce donc les liens entre l école, les étudiants et les anciens. Le réseau participe fortement au rayonnement de l école. Les enjeux sont notamment en termes de notoriété et d image. Carnet d'adresses 100% Développer le rayonnement de l école, mettre en avant le parcours des diplômés auprès des futurs étudiants, rassurer, conseiller, aider, placer les étudiants... La liste est longue et, pour une école, posséder un réseau d ancien puissant se révèle être un atout majeur. La valeur ajoutée se situe à la fois pour l école, les diplômés et les étudiants. Rares sont les écoles et associations qui ne voient aucune valeur ajoutée apportée par le réseau d alumni. Néanmoins, un certain nombre d écoles n ont pas le réflexe de sonder les premiers intéressés afin de connaître leur sentiment, leurs attentes, leurs besoins. Les associations essaient parfois de créer Avant tout grâce aux diplômés qui ont des postes à responsabilité dans de grandes entreprises. Que ce soit pour une grande école ou une moins grande, les personnalités sortant de l école participent à son rayonnement de par leur notoriété. Ainsi, cela permet de donner une crédibilité à l école, renforcer son image et améliorer son positionnement. Les diplômés peuvent de leur côté disposer, grâce à ces réseaux, d un potentiel important de relations. Bien utilisé, un tel carnet d adresse peut leur permettre de trouver des opportunités d affaires, bénéficier de conseils avisés ou simplement garder le contact avec leurs camarades de promotion. Ils peuvent également exploiter le marché caché de l emploi sur la base de la cooptation. Si tant est que les écoles aient su conserver une bonne relation avec eux. Contact emploi Crédibilité de l'école Rassurer les étudiants Motiver les étudiants Conseil Aides financières 17% 30% Ce que l association apporte aux étudiants 100% 85% 70% 70% 20

21 Les PROBLÉMATIQUES rencontrées En raison de stratégies encore balbutiantes ou d offres peu complètes, certaines écoles ont beaucoup de mal à attirer et fidéliser leurs communautés d anciens. On s aperçoit que cette problématique, malgré un sentiment d appartenance souvent assez fort, conduit les diplômés à avoir le sentiment d être davantage sollicités financièrement ou pour des choses à peu de valeur ajoutée que pour des offres de valeur intéressantes. Il en résulte une perte d intérêt pour l association et donc une grande difficulté à conserver une relation stable dans le temps. De ce fait, il devient compliqué de tenir à jour les informations de l annuaire et donc l une des valeurs les plus importantes de l association. Par ailleurs, le manque de moyens et d outils entraine souvent une dégradation de cette situation. Les difficultés pour mettre à jour l annuaire et retrouver la trace des anciens apparaissent comme les principales problématiques rencontrées. On note également le fait que l implication des membres de l association au sein du réseau est souvent trop faible et pas assez spontanée. Sur le web, les associations ont également de plus en plus de difficultés à réellement maîtriser leur réseau. Comme nous l avons vu précédemment dans «les limites des réseaux sociaux», les membres se retrouvent éparpillés sur les réseaux sociaux (ce qui explique cette hyperprésence). Pour certaines associations, on assiste à l apparition d un cercle vicieux. En effet, peu d effectif entraine alors peu d impact sur les étudiants, qui ne réalisent pas l importance du réseau et une fois diplômés, ne voient pas l intérêt de le rejoindre. En revanche, lorsqu il s agit d intervenir pour l école, on constate qu ils sont alors plus présents. Une autre problématique rencontrée, cette fois par les plus petites associations, concerne le manque d effectif et de bénévoles. Enfin, l une des plus grosses difficultés rencontrées se trouve dans les attentes des membres de l association. Ainsi, pour les associations qui regroupent diplômés et étudiants, on s aperçoit que les attentes sont très différentes : les étudiants recherchent plutôt des opportunités professionnelles tandis que les anciens demandent à échanger, se rencontrer, faire du «business» ou se former % Part des offres d emploi proposées par les diplômés selon les écoles Nous avons demandé à chacune des personnes interrogées de définir son avantage concurrentiel ou la valeur ajoutée que son association apportait par rapport à toutes les autres. 21

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE

EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE EXPOSE LA COMMUNICATION ET MOTIVATION DANS L ENTREPRISE Plan Introduction I : Définition des concepts A. : la communication (com. Interne) B. : la motivation II : la communication dans l entreprise A.

Plus en détail

Transformation digitale et communication interne

Transformation digitale et communication interne Transformation digitale et communication interne Présentation des résultats de l enquête en ligne Novembre 2015 Sommaire 1 2 3 4 Profil des répondants et de leur organisation Position et rôle : perception

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir?

INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? INNOVATION COLLABORATIVE, CO-INNOVER AVEC SON ÉCOSYSTÈME : Quels modes de relation établir? étude Bird & Bird et Buy.O Group Empower your Business Relationships Edito Globalisation, démocratisation de

Plus en détail

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES QUI SOMMES-NOUS? MEJT, dont le siège est basé à Champagne au Mont d Or (69) a été créée en 1994 par Gilles GUILLERME. A sa création, MEJT

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

Avec TesterTout.com, découvrez vos envies

Avec TesterTout.com, découvrez vos envies Dossier de presse Avril 2010 Avec TesterTout.com, découvrez vos envies Lancement de TesterTout.com Agence Marketing Editrice du 1 er programme gratuit d envoi de cadeaux pour tous Contact Aurélien Deschodt

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Les réseaux sociaux. ViGlob Informatique Inc. 400 boulevard Saint-Marin Ouest, bureau 206 Laval (Québec) H7M 3Y8

Les réseaux sociaux. ViGlob Informatique Inc. 400 boulevard Saint-Marin Ouest, bureau 206 Laval (Québec) H7M 3Y8 Les réseaux sociaux TABLE DES MATIÈRES TABLE DES MATIÈRES... 2 LES RÉSEAUX SOCIAUX... 3 Gestion des contacts... 4 Comment fonctionnent les forums dans les réseaux sociaux?... 5 Pourquoi exploiter les réseaux

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

La Politique Qualité des Agences Selectour

La Politique Qualité des Agences Selectour La Politique Qualité des Agences Selectour Les agences Selectour : Avec près de 550 agences de voyages et 2 000 experts, nous offrons la garantie pour nos clients d être proches d un de nos points de vente

Plus en détail

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics

Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics Améliorez les parcours transactionnels et relationnels de vos publics 4, rue Saulnier 75009 Paris France Phone : +33 (0)1 42 29 88 80 RCS Paris 513 530 469 www.ysthad.fr Contact : Christophe Ralle 1 L

Plus en détail

Document de présentation. HRcareers. 1 er site dédié à l emploi et à la formation RH et droit social. www.hrcareers.fr

Document de présentation. HRcareers. 1 er site dédié à l emploi et à la formation RH et droit social. www.hrcareers.fr Document de présentation HRcareers 1 er site dédié à l emploi et à la formation RH et droit social www.hrcareers.fr SOMMAIRE 1. Qui sommes nous? 2. Le 1 er site emploi/formation des professionnels RH et

Plus en détail

Département Enseignement TAXE D APPRENTISSAGE DIAGNOSTIC ET PLAN D ACTIONS

Département Enseignement TAXE D APPRENTISSAGE DIAGNOSTIC ET PLAN D ACTIONS Département Enseignement TAXE D APPRENTISSAGE DIAGNOSTIC ET PLAN D ACTIONS QUI SOMMES-NOUS? MEJT, dont le siège est basé à Champagne au Mont d Or (69) a été créée en 1994 par Gilles GUILLERME. A sa création,

Plus en détail

Recommandations pour MS event!

Recommandations pour MS event! Recommandations pour MS event! I) BILAN ET DIAGNOSTIC A- BILAN MS com!, agence de communication spécialisée dans l édition et la communication globale, souhaite mettre en place une stratégie de communication

Plus en détail

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF)

Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Résultats du sondage réalisé par Sodie sur la mise en place du Conseil en Evolution Professionnelle (CEP) et du Compte Personnel de Formation (CPF) Réalisé par le Service Etudes et Diagnostics de Sodie

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES CABINETS D AVOCATS SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les cabinets d avocats pour développer de nouvelles compétences professionnelles indispensables

Plus en détail

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER

stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER stimuler son développement commercial grâce au digital ETUDE DE CAS NORAKER QUELS ENJEUX POUR NORAKER? UNE JEUNE ENTREPRISE DE POINTE EN QUÊTE DE DÉVELOPPEMENT Noraker est une entreprise scientifique :

Plus en détail

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter

Collecter de nouveaux Leads avec Twitter Collecter de nouveaux Leads avec Twitter 05/05/2015 Comment générer de l intérêt pour votre marque sur Twitter? Comme tout autre réseau social, Twitter représente une bonne opportunité pour faire connaître

Plus en détail

Performance et valorisation RH

Performance et valorisation RH Performance et valorisation RH Document téléchargeable à des fins de consultation. Toute utilisation à des fins commerciales proscrite sans autorisation expresse de l auteur. 1 La fonction «Ressources

Plus en détail

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH».

«Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Compte Rendu Café RH Dauphine du 7 avril 2014 «Comment mieux vendre l entreprise aux salariés aujourd hui? Pratiques de marketing RH». Ce compte rendu vise à faire une synthèse des différents points abordés

Plus en détail

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS

LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS LES CADRES ET LEUR CARRIÈRE : PROJETS ET CONSEILS Novembre 11 Plus de la moitié des cadres en poste envisage une mobilité professionnelle dans un avenir proche, que ce soit un changement de poste dans

Plus en détail

Les objectifs du bilan de compétences.

Les objectifs du bilan de compétences. Les objectifs du bilan de compétences. Qu est ce qu un bilan de compétences? Pourquoi faire un bilan de compétences? Comment se déroule un bilan de compétences? Quelle est la méthodologie utilisée? Le

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain

Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain ORLY CHAMPIGNY-SUR-MARNE NOGENT-SUR-MARNE VILLECRESNES VILLEJUIF Associations : construisez aujourd hui votre formation de demain Synthèse des résultats du questionnaire BONNEUIL-SUR-MARNE SUCY-EN-BRIE

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

RELATION CLIENT - CRM - MARKETING

RELATION CLIENT - CRM - MARKETING INNOVATION TECHNOLOGIES AU SERVICE DES PME PMI ETI SOeMAN RELATION CLIENT - CRM - MARKETING La solution d'aide au pilotage et au management de la performance commerciale Produit et service de la société

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne

Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne 1 Sensibiliser les collaborateurs des entreprises au handicap : Informations et Communication interne Introduction De plus en plus d entreprises reconnaissent que les personnes porteuses d un handicap

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante

Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante Septembre 2009 Le retard en matière de marketing en ligne» dans l industrie hôtelière: une tendance inquiétante par Max Starkov Comme spécialistes du marketing hôtelier en ligne depuis bientôt 15 ans,

Plus en détail

Vision des jeunes de l entrepreneuriat

Vision des jeunes de l entrepreneuriat Vision des jeunes de l entrepreneuriat Enquête réalisée auprès de 300 jeunes de 14 à 18 ans présents du 21 au 24 novembre 2013 sur le salon européen de l éducation. L étude porte sur deux points : l entrepreneuriat

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps.

Étude Fondation MACSF / Harris Interactive La relation de communication patient-soignant. expliquer. professionnel. temps. La relation de communication patient-soignant vérité patient expliquer professionnel écoute écoute médecin clarté bonne respect être relation santé relation être bonne respect empathie franchise communication

Plus en détail

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL

ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL ETUDE SUR LES STAGIAIRES AYANT SUIVI UNE FORMATION DIPLOMANTE DANS LA BRANCHE DES ACTEURS DU LIEN SOCIAL ET FAMILIAL LA SYNTHESE L Observatoire de la branche des acteurs du lien social et familial - centres

Plus en détail

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité?

Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? 1 Synthèse des résultats de l enquête Mindjet La collaboration au sein de l entreprise: moteur ou frein pour la productivité? Février 2013 2 INTRODUCTION: Perception et tendances du travail collaboratif

Plus en détail

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet

Introduction. La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Introduction La stratégie «pull» : la stratégie de gain sur Internet Un principe simple mais imparable : «Attirez votre cible vers vos offres» La stratégie «pull», ou stratégie d attraction, consiste à

Plus en détail

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting

CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting CHARGE DE RELATION MS MDSI ATOS Consulting Mathis BAKARY 11/01/2013 Sommaire I. Présentation... 3 1. Activités... 3 2. Objectifs... 4 3. Localisation en Europe... 4 4. Localisation en France... 5 II. Stratégie...

Plus en détail

The Hiring Process Report. Switzerland

The Hiring Process Report. Switzerland The Hiring Process Report Switzerland 2015 Le processus d embauche Les médias sociaux et les sites de carrières régulièrement mis à jour sont actuellement les moyens les plus populaires permettant de renforcer

Plus en détail

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18

POLITIQUE D'INFORMATION DE COMMUNICATION. Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 POLITIQUE D'INFORMATION ET DE COMMUNICATION Secrétariat général et direction de l information et des communications 2007-09-18 PRÉAMBULE En raison de son caractère public et de sa mission, la Commission

Plus en détail

h y b AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats?

h y b AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats? AUGMENTEZ LA SATISFACTION DE VOS CANDIDATS Votre processus de sélection est-il conçu pour attirer et retenir les meilleurs candidats? 150 540 209700 Clients Utilisateurs Enquêtes complétées h y b Chaque

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES

CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES 2009 CATALOGUE DE FORMATION POUR LES DIRECTIONS JURIDIQUES SE DISTINGUER PAR LES COMPETENCES Signe Distinctif accompagne les directions juridiques pour développer de nouvelles compétences professionnelles

Plus en détail

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse

Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Auto-évaluation Unicom 2012 Rapport de synthèse Mai 2014 Introduction Contexte L auto-évaluation d Unicom entre en résonance avec deux autres projets: Le concept de communication qui fixe la stratégie

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique.

Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Le tableau de bord de la DSI : un outil pour mieux piloter son informatique. Introduction Face à l évolution constante des besoins fonctionnels et des outils informatiques, il est devenu essentiel pour

Plus en détail

Résultats de l'enquête de satisfaction menée auprès des entreprises

Résultats de l'enquête de satisfaction menée auprès des entreprises Résultats de l'enquête de satisfaction menée auprès des entreprises Année 2013-2014 2014 Page 2 Résultats enquêtes de satisfaction entreprises 2013-2014 L enquête présentée sous la forme d un formulaire

Plus en détail

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode

Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur L Outplacement Pour accompagner vos collaborateurs quittant l entreprise, Apostrof vous propose un mode d emploi pratique et opérationnel sur l Outplacement

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés

étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés étude de cas comment accélérer son développement commercial grâce à la prospection digitale? notoriété, nouveaux marchés 1 Quelles difficultés rencontrait l entreprise LDP? Le client L entreprise (appelons

Plus en détail

Qu'est-ce que l'innovation?

Qu'est-ce que l'innovation? Qu'est-ce que l'innovation? Résumé : L innovation est avant tout un état d esprit. C est un processus vivant qui amène la direction à chercher à tous les niveaux la manière d être la plus performante pour

Plus en détail

Offre de services Revolution-rh.com

Offre de services Revolution-rh.com Offre de services Revolution-rh.com POURQUOI TRAVAILLER AVEC NOUS? Révolution RH s adresse aux professionnels des ressources humaines : dirigeant, responsable ou directeur RH en TPE, PME ou ETI, conscients

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM

LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM LIVRE BLANC COMMUNICATIONS MARKETING ET CRM 2 À PROPOS De nos jours, il est essentiel pour les entreprises de définir une stratégie marketing précise et efficace.

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail

Services. Expériences d entreprises de moins de 20 salariés. Propositions d axes de travail. Agir pour améliorer les conditions de travail Services à la personne Agir pour améliorer les conditions de travail Expériences d entreprises de moins de 20 salariés Propositions d axes de travail Des problématiques des Des petites entités souvent

Plus en détail

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR

SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR SÉMINAIRE 2 : point de vue des IA-IPR Les séminaires et la continuité à assurer Il est essentiel qu au terme de chaque séminaire, le bilan établi et mis en ligne soit examiné dans chaque lycée par l ensemble

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com

Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Vincent Lemaire Président du Directoire Tél : 01 55 80 58 58 Email : vincent.lemaire@empruntis.com Maël Resch Attachée de Presse Tél : 01 55 80 58 66 Email : mael.resch@empruntis.com CRÉDIT OU ASSURANCE

Plus en détail

Définir et consolider son projet associatif

Définir et consolider son projet associatif FICHE PRATI QUE Définir et consolider son projet associatif L association se place sous le signe de la liberté : celle de se regrouper pour prendre collectivement une initiative. De l idée à la conception,

Plus en détail

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin.

L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. L expertise Clever Age dont vous avez besoin, quand vous en avez besoin. Sommaire 1. POURQUOI? La transformation digitale des entreprises et des administrations est devenue une nécessité que nul ne peut

Plus en détail

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne?

Réseaux et médias sociaux dans le tourisme. Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Réseaux et médias sociaux dans le tourisme Comment développer sa visibilité et optimiser sa présence en ligne? Préface La popularité grandissante des réseaux sociaux sur le Web bouscule le modèle traditionnel

Plus en détail

Jeudi 16 juin 2011 à partir de 10h00 CESCOM Metz-Technopôle. Business Forum 2011. www.business-forum.fr. Entreprise. Compétitivité

Jeudi 16 juin 2011 à partir de 10h00 CESCOM Metz-Technopôle. Business Forum 2011. www.business-forum.fr. Entreprise. Compétitivité Jeudi 16 juin 2011 à partir de 10h00 CESCOM Metz-Technopôle Business Forum 2011 www.business-forum.fr Entreprise & Compétitivité Après le succès de sa première édition en 2010, le Centre d Affaires CESCOM

Plus en détail

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014

Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale. Club D&O, 23 septembre 2014 Le rôle, les ressources et les compétences du Responsable Transformation Digitale Club D&O, 23 septembre 2014 Rappel des modalités de travail de la séance Présentation de la synthèse des questionnaires

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu

Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu Les entretiens obligatoires : comment s y retrouver? Les différents types d entretiens, Modalité et Contenu L entretien professionnel L avenant relatif à l entretien professionnel (extrait) Pour lui permettre

Plus en détail

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises

ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS. SOCIAL CLUB la rencontre des expertises ENSEMBLE, MIEUX SERVIR VOS CLIENTS SOCIAL CLUB la rencontre des expertises le social club, partenaire des expertscomptables Votre ambition : fournir le meilleur conseil social et patrimonial à vos clients.

Plus en détail

Les stratégies de rupture

Les stratégies de rupture DOSSIER Les stratégies de rupture sous la direction de Laurence Lehmann-Ortega Pierre Roy DOSSIER LAURENCE LEHMANN-ORTEGA HEC Paris PIERRE ROY Université Montpellier 1, ISEM Introduction Une nouvelle

Plus en détail

Enquête sur l innovation. wallonnes

Enquête sur l innovation. wallonnes Enquête sur l innovation chez les TPE/PME wallonnes 7 TPE/PME wallonnes sur 10 innovent Lorsqu elles innovent et qu elles se font aider pour cela, elles enregistrent une croissance de 27,5% de leurs marges

Plus en détail

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite

PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017. Un milieu de vie, une réussite PLAN DE LA RÉUSSITE 2013-2017 Un milieu de vie, une réussite LE CÉGEP ET LA RÉUSSITE Tributaire d une longue histoire éducative, le Cégep 1, depuis sa création, se distingue par la qualité de sa formation

Plus en détail

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015

CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 CORRIGE EPREUVE MANAGEMENT DES ENTREPRISES BTS Session 2015 Première partie : Analyse du contexte : 1. Justifiez, en mobilisant les références théoriques pertinentes, pourquoi la démarche suivie par Octave

Plus en détail

Réussir ses comptes rendus

Réussir ses comptes rendus Michelle Fayet Réussir ses comptes rendus Troisième édition, 1994, 2000, 2005. ISBN : 2-7081-3369-1 Introduction Mais enfin, qu est-ce qu un un compte rendu? Cette interrogation est celle de beaucoup de

Plus en détail

MUTUELLES ET ASSURANCES

MUTUELLES ET ASSURANCES LIVRE BLANC E-MARKETING MUTUELLES ET ASSURANCES MARKETING VISIBILITE PERFORMANCE 13/02/13 - Page 2/9 01. Edito Comment être visible sur le net? Sur quoi être visible? Comment adopter une stratégie digitale

Plus en détail

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers

PROFIL DE LA SOCIÉTÉ. Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers PROFIL DE LA SOCIÉTÉ Société indépendante de services profeprofessionnels et financiers BIENVENUE Notre priorité est de comprendre les problèmes et les besoins de nos clients Merci d avoir pris le temps

Plus en détail

Référencement dans des bases de données

Référencement dans des bases de données Marketing Site web du guide des ressources pour l édition de revues numériques Coordination : Ghislaine Chartron et Jean-Michel Salaun Doctorant en science de l'information La création numérique, ou la

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005

Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Développer vos compétences, pour innover sur vos territoires. Extrait du catalogue 2005 Association Rhône Alpes des professionnels des Développeurs Economiques Locaux 14 rue Passet 69007 Lyon Tél. : 04

Plus en détail

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL

Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Guide pour réussir son investissement en Loi PINEL Comment réussir son investissement en loi Pinel? Le dispositif Pinel est une loi de défiscalisation particulièrement intéressante. Elle remplace avantageusement

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020

Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2014-2020 2014-2020 ANTENNE PSE DE CORONMEUSE Place Coronmeuse, 21 4040 HERSTAL 04/248 80 58 pse.herstal-coron@provincedeliege.be Code Fase : 5605 Projet de Service spécifique Antenne PSE de Coronmeuse 2 Sommaire

Plus en détail

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II:

Sommaire: Introduction général Partie I: Conclusion. 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: Thème: Le Coaching Sommaire: Introduction général Partie I: 1.L origine du coaching 2.Le développement du coaching 3.Definition Partie II: 1.Caractéristiques du coaching 2.Rôle et mission du coach 3.La

Plus en détail

Résumé et conclusions

Résumé et conclusions Résumé et conclusions La première étude sur la performance de la prospection IKO System a réalisé, en septembre 2014, la première étude à grande échelle pour comprendre comment les entreprises françaises

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010)

Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Comment développer des relations avec les associations : le point de vue des PME (novembre 2010) Les associations, souvent financées par des fonds publics doivent aujourd hui faire face à une diminution

Plus en détail

Cycle Management de Projet

Cycle Management de Projet Cycle Management de Projet Tunis 2013 Résultats attendus de la formation Les entreprises pour devenir plus performantes et faire face à la concurrence doivent intégrer la gestion par projets en transversal.

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS

NOTRE MISSION HISTORIQUE CE QUE NOUS FAISONS Exposé présenté par l Association des agents financiers autochtones du Canada à la 33 e Assemblée générale annuelle de l Assemblée des Premières Nations Palais des congrès du Toronto métropolitain du 17

Plus en détail

Open Sourcing : déjà 6 années de chasse de candidats sur Internet!

Open Sourcing : déjà 6 années de chasse de candidats sur Internet! Open Sourcing : déjà 6 années de chasse de candidats sur Internet! Depuis sa création en 2008, la société Open Sourcing est devenue le spécialiste du sourcing et de la présélection de candidats sur Internet

Plus en détail

La sensibilisation à la sécurité de l information dans les entreprises En partenariat avec Les Assises Septembre 2014

La sensibilisation à la sécurité de l information dans les entreprises En partenariat avec Les Assises Septembre 2014 La sensibilisation à la sécurité de l information dans les entreprises En partenariat avec Les Assises Septembre 2014 CDSE 6 place d Estienne d Orves 75009 Paris Tel : 01 42 93 75 52 / Email : Contact@cdse.fr

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar

Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche de stage en entreprise. étude et la formation prépar En région Rhône-Alpes, les établissements préparant au BTS GPN rythment leur formation par des périodes de stages. Or, les étudiants semblent rencontrer des difficultés dans leurs démarches de recherche

Plus en détail

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés

Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés 16ème Université d'été: Mieux être au travail et performance de l entreprise Mieux être, recrutement, information et management des talents: Les préférences des employés Raouf Mhenni, General Manager HR

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite

«L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT. Le partenaire de votre réussite «L art d accompagner les dirigeants» COACHING CROISÉ ACCOMPAGNEMENT DE DIRIGEANTS ET MENTORAT F A I S O N S CONNAISSANCE > VOUS ÊTES Dirigeant d une petite ou moyenne entreprise Repreneur d une entreprise

Plus en détail