ÉCOLES & RÉSEAUX D ALUMNI

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ÉCOLES & RÉSEAUX D ALUMNI"

Transcription

1 ÉCOLES & RÉSEAUX D ALUMNI Existe-t-il une corrélation entre la performance d une école et la qualité de son réseau d anciens? Gestion des diplômés, échanges entre étudiants et diplômés, présence sur le web et les réseaux sociaux... Quelle est la place d un réseau de diplômés au sein d une école? Quelle importance faut-il lui donner? Quelle implication l école doit-elle avoir? Voici les réponses auxquelles 23 grandes écoles de commerce et d ingénieurs ont accepté de répondre. 1

2 2

3 GESTION Comment les écoles gèrent-elles leur réseau d anciens? INTERACTION Quels rapports entre école, étudiants et association de diplômés? CAPITALISATION La valeur ajoutée d un réseau de diplômés Méthodologie Réalisation d un questionnaire comprenant 18 questions. Sélection des écoles : 23 écoles de l enseignement supérieur sur 30 contactées : à la fois des écoles de commerce, écoles d ingénieurs, des écoles de communication et de journalisme. Entretien oral systématique avec un représentant de l association des anciens ou un membre de la direction de l école. Objectifs Comprendre quelles sont les méthodes développées au sein des associations de diplômés pour gérer et fédérer leur communauté. Evaluer le niveau d implication des écoles dans les échanges avec leur réseau de diplômés. Montrer l impact qu un réseau de diplômés peut avoir dans une école. Démontrer qu il existe une corrélation entre la performance, l image de marque d une école et la manière dont son réseau de diplômés est géré. Limites L étude reste déclarative, nous n avons pas réalisé de vérification auprès des populations cibles des associations. Nous n avons pas eu l autorisation de citer certaines écoles en exemples positifs ou négatifs. Nous avons donc décidé de ne pas fournir de classement nominatif. CONCLUSION 3

4 «Il n y a pas de solution unique, universelle et immédiate aux problématiques rencontrées par les associations et écoles. Leurs problématiques varient selon la taille, l ancienneté, la structure et le nombre de membres au sein du réseau» 4

5 GESTION Comment les écoles gèrent-elles leur réseau d anciens? 5

6 Notion d ALUMNI et structure du RÉSEAU Toutes les écoles n ont pas la même vision de la notion d alumni et de la structure d un réseau d anciens. On observe une réelle prise de conscience de l importance des associations dans la stratégie de l école et de la nécessité de sensibiliser au plus tôt les futurs diplômés sur la notion de réseau. Toutefois, les méthodes de gestion sont très différentes selon les écoles, leur structure, l ancienneté de l association ou encore le nombre de membres. Afin d augmenter l impact de l association de diplômés sur la vie de l école, beaucoup d entre-elles ont décidé d y intégrer leurs étudiants. Cette démarche leur permet d augmenter mécaniquement leur nombre d adhérents et donc leur poids, mais aussi de multiplier les occasions d échanges entre les populations d étudiants et de diplômés. Dans les écoles les plus matures, les problématiques de mise en réseau sont abordées durant les cours tout au long du cursus, ce parti pris facilite la prise de conscience des étudiants et leur implication future dans l association. 26% Des associations interrogées intègrent les étudiants au sein de l association Pour certaines écoles, de commerce notamment, les étudiants et diplômés sont regroupés au sein de l association (un phénomène qui a débuté autour des années ). Les écoles expliquent cette démarche par une volonté d impliquer les étudiants et les sensibiliser au plus tôt sur les problématiques de mise en réseau. Cependant pour la majorité des cas, les associations effectuent une distinction nette entre ces deux populations Date de création de l association interrogée la plus jeune «La distinction des populations de diplômés et d étudiants doit être claire, car les attentes ne sont pas les mêmes» Cette distinction se fait tout d abord dans les plus grandes écoles qui ont su développer depuis de nombreuses années des réseaux puissants et fédérer un grand nombre de diplômés. La puissance de ces réseaux peut notamment s expliquer par le fort sentiment d appartenance développé par leurs étudiants, mais aussi par des valeurs communes inculquées dès les premières années d étude. 6

7 1846 Date de création de l association interrogée la plus ancienne de France De plus, le réseau de diplômés est très présent au sein de ces écoles, ce qui explique alors le nombre important de membres au sein des associations. Toutefois, la valeur majeure de ces réseaux réside dans le niveau de services apportés à leurs adhérents. Les conseils Socialumni 1. Regrouper et impliquer les élèves et diplômés 2. Multiplier les échanges entre étudiants et diplômés Créer des synergies entre ces deux populations permet de développer l effet de réseau et le sentiment d appartenance. 3. Travailler sur la complémentarité entre association et école 4. Proposer une offre de valeur claire et efficace Fonds d entraide, parrainages, cooptation La liste des services apportés peut être longue et c est cette démarche d offre de valeur qui fait réellement la différence. La distinction entre étudiants et diplômés se retrouve chez de plus petites écoles. Mais, contrairement aux grandes, elles rencontrent ensuite des difficultés pour fédérer leur communauté et assurer une activité constante au sein du réseau. 7

8 Suivi des ÉTUDIANTS après leur sortie de l ÉCOLE Un bon suivi est la base essentielle du bon fonctionnement du réseau. Les données des diplômés étant l une des principales valeurs du réseau, les associations doivent impérativement déployer les moyens nécessaires pour en assurer un suivi adéquat. Les méthodes de suivi diffèrent selon les associations. Cependant, elles rencontrent toutes de nombreuses difficultés et ce suivi apparait également comme l une des principales problématiques mises en avant. Durant nos différents entretiens, lorsque nous avons abordé le sujet, seulement 3 écoles ont fait référence aux enquêtes de suivi. Encore une fois, ceci nous montre le réel décalage qui existe entre les objectifs souhaités et les moyens déployés par les associations de diplômés. Beaucoup d écoles se limitent à donner l accès à un site alumni aux étudiants fraichement diplômés. Ce site leur permet d accéder à des offres d emploi ainsi qu à un annuaire classique des diplômés. Dans certains cas, le suivi se fait à deux niveaux. D une part, par l école grâce aux pôles carrières (bases de données, CRM ) et, d autre part, par à l association via l annuaire et les adhésions. 150 Nombre de membres chez la plus petite association interrogée La mise à jour des données, elle, est réalisée grâce à des mailings ou opérations de phoning pour certaines écoles, alors que d autres mettent en place des techniques de datamining sur les réseaux tels que Viadeo ou LinkedIn Nombre de diplômés au sein de la plus grande association interrogée Pour les associations les plus développées, les sites alumnis permettent aux diplômés de disposer d un profil sur lequel ils peuvent mettre à jour leurs informations personnelles et professionnelles et entrer en contact avec leurs anciens camarades de promotion. Beaucoup d écoles rencontrent un grand nombre de difficultés à retrouver la trace des diplômés les plus anciens, le changement de coordonnées (adresse, téléphone, ) apparait comme l un des freins majeurs à cette action. Pour cette raison, il est courant de proposer une «adresse à vie» aux étudiants. Cette stratégie est perçue comme un atout pour l association qui a un moyen de garder un contact avec les diplômés. 8

9 «Pour l étudiant, l adresse à vie est supposée permettre de se mettre en avant en arborant fièrement le nom de l école.» Dans la réalité, cette adresse à vie est assez peu utilisée par les diplômés car elle vient en supplément d un certain nombre d adresses personnelles ou professionnelles. Les conseils Socialumni 1. Introduire une véritable politique de suivi des diplômés 2. Mettre en place un CRM Une plateforme CRM (Customer Relationship Management) permet de bien structurer la base de données ainsi que de rendre compte de la qualité et la quantité des échanges avec les membres de l association, le suivi en est donc facilité. 3. Travailler sur la fraîcheur des données 4. Impliquer les membres de l association 5. Offrir un service incitatif 9

10 Associations d anciens et INTERNET Les écoles et leurs associations s adaptent plus ou moins vite à l environnement actuel dans un contexte de forte compétitivité. Si la quasi-totalité des écoles possède un site internet en propre, on observe tout de même que les écoles n assument pas toujours bien leur rôle vis à vis de leur communauté, ce qui engendre une disparité d outils, de moyens et d objectifs et, dans de nombreux cas, une dispersion des communautés. Dans beaucoup de cas, les associations mettent à disposition des diplômés des outils sans en expliquer l utilité. De plus, l animation est assurée par du personnel qui ne maîtrise pas toujours les méthodes et outils, ce qui justifie en partie le manque d activité sur les sites. Les principaux services proposés sont liés au recrutement, ce qui ne semble pas suffisant compte tenu de la concurrence des job-boards spécialisés dans l emploi des cadres. 91% Des associations interrogées possèdent leur propre site internet Aire 2.0 oblige, la gestion du réseau des diplômés passe également par le web. Sur les 23 associations interrogées, 21 ont développés leur propre site accessible par les diplômés, les étudiants ainsi que l administration. Ces sites sont différents selon les associations. Lorsque certaines se limitent à un simple siteforum, d autres ont su développer de véritables réseaux sociaux internes. «Les fréquences de visite sur le site des diplômés sont en réalité très faible» Les sites des plus grandes associations sont souvent ceux qui proposent le plus de fonctionnalités, permettant notamment d accéder à un annuaire, des offres d emploi ou encore de consommer de l information ou d autres services. Au niveau de la gestion du réseau web, seulement quelques écoles font appel à de véritables community managers. Pour les autres, c est un membre de l association qui gère à la fois le réseau «physique» et le réseau sur internet (site des anciens et réseaux sociaux). «Il ne faut pas oublier que ce sont 2 métiers différents!» Durant nos entretiens, 3 chargés d animation de réseau interrogés nous ont fait part d un grand nombre de difficultés rencontrées, notamment celles-ci : Problème de temps «Trop de travail!» Rencontre de difficultés pour animer le réseau web et les réseaux sociaux 10

11 Community Manager L émergence du community management La communication sur le web est un élément primordial dans la stratégie de communication des écoles aujourd hui. Elles doivent s efforcer de créer une relation de proximité avec leurs communautés en essayant de les comprendre pour répondre mieux et plus rapidement aux différents besoins. L objectif du community management Le community manager a pour objectif d intégrer les outils du web 2.0 au sein des écoles et d y faire vivre la marque en tant qu acteur. Les conseils Socialumni 1. Faire correspondre les moyens aux objectifs 2. Bien définir l offre de valeur 3. Travailler sur la numérisation de l offre 4. Adapter la stratégie de communication et d animation aux supports 5. Soigner l image de l école et les outils de communication 6. Eviter l amateurisme Le rendu (graphisme, ergonomie, design, fonctionnalités ) des solutions internet proposées ainsi que la qualité du discours sont les garants du soin accordé à l image et au service apporté aux membres de l association. Cet enjeu participe à la création d un référentiel de communication commun pour tous les acteurs participant à la vie d une marque. 11

12 Une HYPER-PRÉSENCE sur les RÉSEAUX SOCIAUX Face à la multiplication d initiatives isolées de création de groupes non officiels sur les réseaux sociaux, les écoles ont été forcées d y assurer leur présence pour éviter de voir leur communauté s éparpiller davantage. Ayant de plus en plus de difficultés à fédérer leurs diplômés, les écoles utilisent les réseaux sociaux comme outils d animation. Ils permettent aux associations de retrouver leurs diplômés mais aussi aux diplômés de garder un lien entre eux et avec l association. Une présence sur les réseaux sociaux professionnels est privilégiée par les associations car ils correspondent mieux aux attentes des diplômés et à l image qu elles veulent donner. Néanmoins, ces réseaux cannibalisent les sites développés par les écoles et ne leur permettent pas de capitaliser sur leurs données. Toutes les associations interrogées sont présentes sur les réseaux sociaux. De manière étonnante, certaines écoles s en servent de base de données (Viadeo, LinkedIn). 36% 12% 52% Viadeo Facebook LinkedIn Les réseaux sociaux privilégiés «Une présence sur les réseaux sociaux sert à la fois de vitrine mais également d outil de communication» Les associations sont beaucoup plus présentes sur les sites sociaux à usage professionnel. Elles privilégient leur présence sur des réseaux de type Viadeo ou LinkedIn, où l on retrouve de grandes communautés d anciens qui peuvent atteindre jusqu à plus de membres. Cette ampleur s explique par l utilité de ces réseaux, notamment dans la recherche d emploi, mais également les efforts de ces derniers pour séduire les écoles. Facebook est, quant à lui, utilisé pour son côté convivial, sa capacité à regrouper les membres et organiser des évènements. Enfin, les plus grandes écoles sont, elles, très présentes sur le réseau LinkedIn, d autant plus qu elles sont tournées vers l international. Certaines associations ont même développé leur propre site communautaire. Ce qui leur permet ainsi de regrouper leurs communautés au sein du même réseau et capitaliser sur les données. 12

13 Principales LIMITES des RÉSEAUX SOCIAUX existants Les réseaux sociaux ne facilitent pas toujours la gestion de communauté. On observe que les associations rencontrent de nombreuses difficultés à gérer les membres qui se retrouvent dispersés sur de multiples groupes présents sur l ensemble des réseaux. Ces espaces ne permettent qu une intimité réduite et ne favorisent pas le sentiment d appartenance à une communauté particulière. De plus, tous les membres d un réseau de diplômés ne sont pas présents sur les mêmes réseaux sociaux. L association doit consacrer d autant plus de temps à faire de la veille, retrouver les communautés mais aussi animer le réseau. Enfin, la capitalisation sur les données des diplômés devient moins évidente puisque l association n est pas propriétaire des données. D après certaines personnes interrogées, l une des plus grosses limites que rencontrent les écoles et associations est que ce sont elles qui doivent s adapter aux réseaux sociaux et non l inverse. Ainsi, toutes les activités réalisées au sein de l association ne peuvent pas être retranscrites sur les réseaux (mentorat, coaching ). La présence de plusieurs pages ou groupes dédiés à une seule et même école apparait aussi comme une limite importante. Effectivement, cette caractéristique freine considérablement le regroupement des communautés puisque les diplômés et étudiants sont éparpillés et se dirigent donc moins vers les pages officielles, d autant plus que certains membres ne sont pas adeptes des réseaux sociaux, notamment Facebook. «De par les attentes différentes des diplômés et de leurs habitudes de consommation, il est bien difficile de regrouper toute une communauté sur un seul et même réseau» Les associations mettent également le point sur la difficulté et le manque de moyens pour gérer les communautés sur le web. Dans la majorité des cas, on observe soit : Un manque d animation Un manque de personnel Une gestion du réseau par un membre qui est certes compétent mais pas spécialisé dans la gestion de réseaux sur le web Enfin, ces réseaux sociaux étant généralistes, les sollicitations et leurs sources sont nombreuses, les messages des écoles et associations sont donc brouillés, perdus dans la masse et ne sont pas mis en valeur. Les réseaux sociaux externes ne peuvent pas porter seuls la stratégie digitale des associations, ce n est pas leur vocation. Ils peuvent néanmoins y contribuer un peu. Ce sont des outils relationnels et informatifs dont l usage est important voire essentiel mais uniquement dans la limite de leur valeur stratégique. 13

14 Les rapports entre INTERACTION école, étudiants et association de diplômés 14

15 INTERACTIONS entre l école et l ASSOCIATION Les différents témoignages et analyses montrent que selon l ancienneté et / ou la maturité de l association, le degré d intervention de l école dans son réseau doit varier. Malgré cela, on constate que certaines associations ne sont pas conscientes de l impact que l école peut avoir dans le cadre de l essor du réseau de diplômés. De fait, si la volonté est, en théorie, de regrouper les deux populations, peu de moyens sont mis en œuvre pour les inciter à communiquer, peu de synergies sont créées. Malheureusement, le travail et le rôle de l association ne sont pas suffisamment mis en avant par les écoles. En conséquence, peu d étudiants se sentent concernés, de même qu ils ne ressentent pas la valeur ajoutée apportée par l association durant leurs études. Nous avons demandé aux personnes interrogées d évaluer sur une échelle de 0 à 10 le degré d implication qu une école devait avoir dans la gestion quotidienne de l association. Nous avons pu constater deux points de vue tout à fait défendables mais radicalement opposés. D après certaines des personnes interrogées, l implication de l école dépend de la puissance du réseau d anciens : plus un réseau est autonome et puissant, moins l école doit s impliquer dans sa gestion quotidienne. Le degré d implication est évalué entre 0 et 3 par les personnes concernées, contre une évaluation comprise entre 7 et 8 pour les autres. Le rôle de l école est de fournir à l association les moyens humains, financiers et intellectuels pour créer un cadre structurant d échanges entre les différentes parties prenantes que sont les étudiants, les diplômés, les enseignants, les garants des fonctions support de l école (carrières ) et les entreprises partenaires. Cependant, chez certaines petites associations, l école n intervient que très peu ou pas du tout dans la gestion du réseau. Ces associations sont alors totalement indépendantes et l on observe qu elles rencontrent de grandes difficultés à se développer. Pour les écoles les plus avancées, les programmes sont construits de manière conjointes et l école fait appel aux diplômés dans le cadre des cours, de forums ou autres évènements. L intérêt de rapprocher les étudiants du réseau de diplômés réside également dans l opportunité d impliquer l école dans la gestion de la communauté et de lui permettre d étoffer l offre de valeur globale apportée. Ainsi, d une part la filiation est plus claire et les étudiants plus impliqués, ce qui permet de faciliter l intégration des élèves à l association et, d autre part, il est possible d étayer l offre de service et donc de fidéliser les membres de l association. «Aujourd hui, certains présidents d associations siègent à l assemblée générale de l école et / ou sont représentants au conseil académique» 15

16 L IMPLICATION des DIPLÔMÉS au sein de l école Les diplômés sont souvent peu actifs dans la vie de l association. On observe qu ils sont en réalité plus actifs lorsqu il s agit d intervenir au sein de l école. Le sentiment d appartenance se tourne naturellement vers l école et l association des diplômés est souvent perçue comme une entité à part entière. Le phénomène peut aussi s expliquer par le truchement de la pyramide de Maslow : donner des cours ou faire des interventions au sein de l école sert le sentiment d accomplissement personnel, aider ses pairs sert le besoin d estime. Bien entendu, il faut également prendre en compte le fait que les diplômés ont une activité professionnelle et donc peu de disponibilités. Mais, dans l ensemble, les occasions de rencontres sont multipliées par les écoles sauf pour quelques exceptions. Dans 98% des cas, le nombre d actifs diplômés au sein de l association est nettement inférieur au nombre d actifs diplômés total. On note tout de même une exception rencontrée chez les plus grandes où le ratio est inversé. 17% 26% Très actifs 53% Actifs Peu actifs Inexistants Les alumnis sont-ils actifs dans la vie de l école? Indépendamment du nombre de membres au sein des associations, on s aperçoit que les diplômés sont généralement peu actifs dans la vie de l association. «Ce sont souvent les jeunes diplômés qui participent le plus» Les rencontres entre étudiants et diplômés se font très régulièrement dans la plupart des écoles contactées. Elles s organisent autour de journées portes ouvertes, de tables rondes avec la participation de diplômés et d étudiants, de rencontres avec le président de l association à l occasion de la rentrée, de forums entreprises On observe également que la mise en place de parrainages, séances de coaching et mentoring se développent de plus en plus au sein des écoles dans le cadre de l accompagnement des étudiants dans la réalisation de leur projet professionnel (conseil, montrer la réalité professionnelle ). Ces pratiques plus développées au sein des plus écoles de commerce et d ingénieurs, rencontrent un grand succès. De nombreux évènements sont mis en place pour que les étudiants et anciens se rencontrent. Malgré cela seules les séances de coaching / mentorat / parrainage et tables rondes semblent avoir un réel succès et un impact sur la vie de l école et des étudiants. Pour les écoles dont les associations sont très actives l impact des diplômés sur la vie de l école est évident. 16

17 Faire intervenir des anciens Même s ils restent peu nombreux dans certains cas, on retrouve chez chaque école interviewée des anciens parmi les intervenants. En observant de plus près, on réalise qu il y a une relation de directe entre la taille, la performance de l école et de son association et le nombre d intervenants issus de l école. Toute école souhaite avoir parmi ses enseignants des intervenants dotés des meilleures formations et meilleurs diplômes. Prenons l exemple d une très grande école, on retrouvera chez elle, au sein de ses intervenants, de nombreux anciens de l école puisque les diplômes délivrés sont considérés comme les meilleurs. Pour sa part, une petite ou moyenne école veut délivrer les meilleurs enseignements. Ainsi, elle souhaite se doter des meilleurs intervenants pour valoriser ses formations donc ses diplômes. Résultat, on retrouvera peu d intervenants diplômés de l école, ce seront, pour majorité des cas, des professionnels diplômés de très grandes écoles qui seront privilégiés. La qualité du diplôme n est visiblement pas toujours assumée par l école. Les conseils Socialumni Le contact ne doit pas seulement être régulier, comme souvent, il doit être permanent! Le lien social n est pas un objectif ni un service, pour cela Facebook est suffisant, il s agit ici d offrir de l entraide, des opportunités et de vrais services sur un plan socio-professionnel. C est sur ce point que les étudiants et diplômés attendent l association, d où le succès du parrainage, coaching et mentorat. 17

18 CAPITALISATION La valeur ajoutée d un réseau de diplômés 18

19 Les systèmes d ENTRAIDE De nombreux systèmes d entraide ont été cités par les associations. Mais la théorie n est pas toujours suivie par la pratique. Il existe des cas où l on communique sur des systèmes qui sont inexistants ou inefficaces. Ceci peut alors expliquer le manque d investissement de certains diplômés qui peuvent alors se sentir «floués». Des hésitations dans les réponses ont été décelées dans certains cas : le bénéfice n est pas toujours bien appréhendé par les responsables des associations. Il existe également un décalage entre les bénéfices potentiels perçus et les moyens mis en œuvre. Dans les associations les plus puissantes, une offre de valeur riche et claire est proposée. Ce n est la plupart du temps pas le cas dans d autres écoles ou cette offre est soit mal positionnée soit pas suffisante, voire inexistante. Les attentes en termes d entraide sont, dans la plupart des cas, les mêmes. Néanmoins, on réalise que les actions se distinguent. Selon les associations, l entraide se situe à plusieurs niveaux. Proposition d offres d emploi et stages (en moyenne entre 20 et 40% des offres globales. Le pourcentage augmente chez les plus petites écoles, en revanche chez les grandes, il se situe autour de 15%). On observe de plus en plus d écoles et associations qui élaborent la mise en place de systèmes d aide au cheminement personnel afin d accompagner les étudiants dans la définition de leur projet professionnel par le biais de séance de coaching, mentorat ou parrainages. Chez les petites et moyennes structures ces procédés n ont pas encore adoptés. Cela s explique en partie par un manque de moyens à la fois financier, humain et en temps. Dans la majorité des cas, les aides financières des anciens élèves sont elles, très élevées chez les plus grandes écoles où les diplômés occupent de très hautes fonctions et bénéficient donc de hauts revenus. A contrario, les petites et moyennes écoles rencontrent de nombreuses difficultés dans le cadre de la récolte de fonds auprès de leurs diplômés. Enfin, nous tenons à mettre en avant la démarche de quatre associations qui ont mis en place la même stratégie d entraide. Ces associations de diplômés ont un objectif commun qui est l attribution de bourses pour les élèves en difficulté financière pour leur permettre de financer leurs études, mais également de venir en aide aux créateurs d entreprises ou aux diplômés en difficulté. Fait le plus marquant, l une d entre elles ne fait pas partie des écoles les plus en vues et dispose d un très faible effectif, contrairement aux trois autres. Il est donc possible de mettre en place des offres de valeur performantes lorsqu on veut s en donner les moyens. 19

20 La VALEUR AJOUTÉE apportée par le réseau des besoins qui ne sont pas forcément pertinents sans répondre à ceux déjà existants. Il n y a souvent pas réellement de notion de service. Une autre valeur ajoutée des réseaux d alumnis est leur capacité à fédérer, motiver, montrer l exemple aux étudiants de leurs ainés qui ont réussi et ainsi développer les sentiments de fierté et d appartenance vis à vis de leur école. Ceci renforce donc les liens entre l école, les étudiants et les anciens. Le réseau participe fortement au rayonnement de l école. Les enjeux sont notamment en termes de notoriété et d image. Carnet d'adresses 100% Développer le rayonnement de l école, mettre en avant le parcours des diplômés auprès des futurs étudiants, rassurer, conseiller, aider, placer les étudiants... La liste est longue et, pour une école, posséder un réseau d ancien puissant se révèle être un atout majeur. La valeur ajoutée se situe à la fois pour l école, les diplômés et les étudiants. Rares sont les écoles et associations qui ne voient aucune valeur ajoutée apportée par le réseau d alumni. Néanmoins, un certain nombre d écoles n ont pas le réflexe de sonder les premiers intéressés afin de connaître leur sentiment, leurs attentes, leurs besoins. Les associations essaient parfois de créer Avant tout grâce aux diplômés qui ont des postes à responsabilité dans de grandes entreprises. Que ce soit pour une grande école ou une moins grande, les personnalités sortant de l école participent à son rayonnement de par leur notoriété. Ainsi, cela permet de donner une crédibilité à l école, renforcer son image et améliorer son positionnement. Les diplômés peuvent de leur côté disposer, grâce à ces réseaux, d un potentiel important de relations. Bien utilisé, un tel carnet d adresse peut leur permettre de trouver des opportunités d affaires, bénéficier de conseils avisés ou simplement garder le contact avec leurs camarades de promotion. Ils peuvent également exploiter le marché caché de l emploi sur la base de la cooptation. Si tant est que les écoles aient su conserver une bonne relation avec eux. Contact emploi Crédibilité de l'école Rassurer les étudiants Motiver les étudiants Conseil Aides financières 17% 30% Ce que l association apporte aux étudiants 100% 85% 70% 70% 20

21 Les PROBLÉMATIQUES rencontrées En raison de stratégies encore balbutiantes ou d offres peu complètes, certaines écoles ont beaucoup de mal à attirer et fidéliser leurs communautés d anciens. On s aperçoit que cette problématique, malgré un sentiment d appartenance souvent assez fort, conduit les diplômés à avoir le sentiment d être davantage sollicités financièrement ou pour des choses à peu de valeur ajoutée que pour des offres de valeur intéressantes. Il en résulte une perte d intérêt pour l association et donc une grande difficulté à conserver une relation stable dans le temps. De ce fait, il devient compliqué de tenir à jour les informations de l annuaire et donc l une des valeurs les plus importantes de l association. Par ailleurs, le manque de moyens et d outils entraine souvent une dégradation de cette situation. Les difficultés pour mettre à jour l annuaire et retrouver la trace des anciens apparaissent comme les principales problématiques rencontrées. On note également le fait que l implication des membres de l association au sein du réseau est souvent trop faible et pas assez spontanée. Sur le web, les associations ont également de plus en plus de difficultés à réellement maîtriser leur réseau. Comme nous l avons vu précédemment dans «les limites des réseaux sociaux», les membres se retrouvent éparpillés sur les réseaux sociaux (ce qui explique cette hyperprésence). Pour certaines associations, on assiste à l apparition d un cercle vicieux. En effet, peu d effectif entraine alors peu d impact sur les étudiants, qui ne réalisent pas l importance du réseau et une fois diplômés, ne voient pas l intérêt de le rejoindre. En revanche, lorsqu il s agit d intervenir pour l école, on constate qu ils sont alors plus présents. Une autre problématique rencontrée, cette fois par les plus petites associations, concerne le manque d effectif et de bénévoles. Enfin, l une des plus grosses difficultés rencontrées se trouve dans les attentes des membres de l association. Ainsi, pour les associations qui regroupent diplômés et étudiants, on s aperçoit que les attentes sont très différentes : les étudiants recherchent plutôt des opportunités professionnelles tandis que les anciens demandent à échanger, se rencontrer, faire du «business» ou se former % Part des offres d emploi proposées par les diplômés selon les écoles Nous avons demandé à chacune des personnes interrogées de définir son avantage concurrentiel ou la valeur ajoutée que son association apportait par rapport à toutes les autres. 21

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011

2 ème édition par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 2 édition ème par Résultats de l enquête effectuée du 23/11/2010 au 09/01/2011 SOMMAIRE Méthodologie et profil des répondants 3 Les moyens pour recruter et trouver un emploi 5 Les profils recherchés sur

Plus en détail

"DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES"

DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES "DÉVELOPPER LA PERFORMANCE MANAGÉRIALE : CE QUE FONT VRAIMENT LES ENTREPRISES" ENQUÊTE RÉALISÉE PAR HOMMES & PERFORMANCE ET EMLYON BUSINESS SCHOOL EN PARTENARIAT AVEC L'APEC Juin 2011 OBJECTIFS DE L ÉTUDE

Plus en détail

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne

Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels. Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne Guide pratique des réseaux sociaux professionnels virtuels Des conseils pour tirer le meilleur parti de ces communautés en ligne 1 Sommaire 3 Introduction 4-6 Faites votre choix Une fiche d identité des

Plus en détail

Résultats de l enquête Emploi & Réseau. Les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles pour les recruteurs et les candidats?

Résultats de l enquête Emploi & Réseau. Les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles pour les recruteurs et les candidats? Résultats de l enquête Emploi & Réseau ux sociaux Les réseaux sociaux sont-ils vraiment utiles pour les recruteurs et les candidats? Contexte et méthodologie Contexte Pourquoi cette enquête? Faire le point

Plus en détail

Contexte et Objectifs

Contexte et Objectifs Contexte et Objectifs Véritable phénomène de société, les réseaux sociaux prennent une place de plus en plus importante dans la vie personnelle des français. Face à l engouement suscité par ce type de

Plus en détail

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains

Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE. Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Avril 2013 DIAGNOSTIC NUMERIQUE Réalisé par l Office de Tourisme Andernos-les-Bains Sommaire Présentation...3 Matériel numérique...4 Mise à disposition de matériel numérique...4 Mise à disposition d une

Plus en détail

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés

Enquête nationale sur le développement commercial des PME. Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés Enquête nationale sur le développement commercial des PME Etude réalisée du 15 juin au 15 août 2009 sur un panel de 240 PME de moins de 250 salariés 1 Sommaire INTRODUCTION... 4 1. SYNTHESE DE L ENQUÊTE...

Plus en détail

A quoi sert un plan de communication

A quoi sert un plan de communication Séminaire-atelier Bujumbura 8-9 Octobre 2014 La Communication Parlementaire A quoi sert un plan de communication 1. La communication c est quoi? Même si ces concepts sont connus il n est pas inutile de

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011

GUIDE DU BENEVOLE. Mai 2011 Mai 2011 GUIDE DU BENEVOLE Le présent document précise les engagements de tout adhérent 1 à Electriciens sans frontières. Ces engagements déclinent de manière opérationnelle les valeurs et principes énoncées

Plus en détail

Plan de communication

Plan de communication Groupe Xérès immobilier Plan de communication Projet national de réorganisation des relations intersalariales Plan de communication sollicité par le comité de direction mis en place par le département

Plus en détail

Fiche métier : Le Community Manager

Fiche métier : Le Community Manager Fiche métier : Le Community Manager Le métier de Community Manager, en quoi cela consiste? 1) Un métier neuf La notion de community management étant relativement récente, il n en existe pas de véritable

Plus en détail

Vous donner toutes les clés pour définir et mettre en place votre stratégie digitale, quels que soient vos objectifs et vos cibles

Vous donner toutes les clés pour définir et mettre en place votre stratégie digitale, quels que soient vos objectifs et vos cibles Objectifs Vous donner toutes les clés pour définir et mettre en place votre stratégie digitale, quels que soient vos objectifs et vos cibles et vous aider à maîtriser les principaux réseaux sociaux. AGENDA

Plus en détail

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE

UN MARCHE DU RECRUTEMENT DU MARCHE COMPTABLE UN MARCHE DU RECRUTEMENT EN PHASE AVEC l EVOLUTION DU MARCHE COMPTABLE RECRUTEMENT 74% DES EMPLOYEURS ONT RECRUTE SUR L ANNEE 2013/2014 Raisons des recrutements quelles évolutions depuis 3 ans? Le recrutement

Plus en détail

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile

Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Créer son institut de Beauté Esthétique à domicile Vous souhaitez créer votre institut ou devenir indépendante en réalisant des soins à domicile? Vous ne savez pas quelles démarches entreprendre et quelles

Plus en détail

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations

Portefeuille. Bénévolat. de compétences. Modes d emploi pour. Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Bénévolat Portefeuille de compétences Modes d emploi pour Tout bénévole Les jeunes Les actifs Les responsables d associations Tout bénévole Votre mode d emploi Le Portefeuille de compétences vous aide

Plus en détail

Les usages pédagogiques du numérique

Les usages pédagogiques du numérique Les usages pédagogiques du numérique Septembre 2013 Contact : Bruno Jeanbart Directeur Général adjoint Tel : 01 78 94 90 14 Email : bjeanbart@opinion-way.com Méthodologie Echantillon de 1004 étudiants

Plus en détail

Les dirigeants face à l innovation

Les dirigeants face à l innovation Les dirigeants face à l innovation Vague 2 FACD N 111164 Contact Ifop : Flore-Aline Colmet Daâge Directrice d Etudes Département Opinion et Stratégies d'entreprise flore-aline.colmet-daage@ifop.com Mai

Plus en détail

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

The right stage to success KING. Notre expertise au service de votre carrière STAGE. Recrutement & Consulting

The right stage to success KING. Notre expertise au service de votre carrière STAGE. Recrutement & Consulting The right stage to success Notre expertise au service de votre carrière KING STAGE Recrutement & Consulting KING STAGE KING STAGE Career managment specialist Recruitment & Consulting QUI NOUS SOMMES Vous

Plus en détail

La professionnalisation des étudiants

La professionnalisation des étudiants La professionnalisation des étudiants en informatique par les projets libres Morgan Magnin 1, Guillaume Moreau 2 1 École Centrale de Nantes, IRCCyN, Nantes, France 2 École Centrale de Nantes, CERMA, Nantes,

Plus en détail

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com

Mastère Spécialisé. Marketing, Design et Création. www.audencia.com Mastère Spécialisé Marketing, Design et Création www.audencia.com Une année pour faire la différence sur le plan professionnel, tel est l enjeu d un mastère spécialisé. Vous êtes actuellement en cycle

Plus en détail

>> Dossier de presse. Octobre 2014

>> Dossier de presse. Octobre 2014 Octobre 2014 >> Dossier de presse Contact : Estelle Barré, Chargée de communication I Angers Technopole Tel : 02.41.72.14.13 / 06.46.10.14.74 estelle.barre@angerstechnopole.com 2 Au programme 1. > Contexte

Plus en détail

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS

NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE POUR AFFIRMER UNE IMAGE POSITIVE ET ATTRACTIVE DES EXPERTS-COMPTABLES BRETONS NOTRE MÉTIER CHANGE... CHANGER NOTRE IMAGE 800 EXPERTS-COMPTABLES COMMUNICANTS

Plus en détail

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers.

Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur Les Assessment Centers. Apparus dans les armées allemande et britannique durant la seconde guerre mondiale, puis développés aux USA et dans le Royaume- Uni

Plus en détail

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES

LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LA SECONDE PARTIE DE CARRIÈRE : COMPARAISON HOMMES/FEMMES LES ÉTUDES DE L EMPLOI CADRE N 2014-11 MARS 2014 Situation professionnelle des femmes et des hommes cadres selon la génération Opinion des femmes

Plus en détail

ATELIER : Développer ses réseaux un atout pour votre recherche de stage ou d emploi

ATELIER : Développer ses réseaux un atout pour votre recherche de stage ou d emploi ATELIER : Développer ses réseaux un atout pour votre recherche de stage ou d emploi 1 Quel est l objectif? 2 Qu est-ce qu un réseau? 3 Qu est-ce qu un réseau? Ensemble de personnes qui sont en contact

Plus en détail

UNE NOUVELLE FORMATION POUR DE NOUVELLES CARRIÈRES

UNE NOUVELLE FORMATION POUR DE NOUVELLES CARRIÈRES UNE NOUVELLE FORMATION POUR DE NOUVELLES CARRIÈRES Plus qu une école, une référence. CAMPUS CNPC, des chiffres qui parlent d eux-mêmes : LE CNPC, LE COMMERCE DU SPORT A SON ÉCOLE. Le CNPC, c est quoi?

Plus en détail

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne

Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Etude réalisée en partenariat avec le réseau de CMA et la CRMA de Bretagne, le syndicat Mixte MEGALIS et la Région Bretagne Cet article présente les principaux résultats de l enquête OPSIS de Marsouin

Plus en détail

Diginnove, Agence Conseil E-commerce, vous accompagne dans votre apprentissage des principaux médias sociaux B2C et B2B

Diginnove, Agence Conseil E-commerce, vous accompagne dans votre apprentissage des principaux médias sociaux B2C et B2B Diginnove, Agence Conseil E-commerce, vous accompagne dans votre apprentissage des principaux médias sociaux B2C et B2B Des formations personnalisées sur-mesure pour appréhender facilement les réseaux

Plus en détail

MÉTHODES DE RECRUTEMENT LA GRANDE ENQUÊTE

MÉTHODES DE RECRUTEMENT LA GRANDE ENQUÊTE MÉTHODES DE RECRUTEMENT Février 2015 MÉTHODES DE RECRUTEMENT MÉTHODES DE RECRUTEMENT Comme chaque année, RegionsJob décrypte les pratiques des recruteurs avec sa grande enquête recrutement. En LA ce début

Plus en détail

Comment réussir son projet de Master Data Management?

Comment réussir son projet de Master Data Management? Comment réussir son projet MDM? Table des matières Comment réussir son projet de Master Data Management?...... 2 Un marché en croissance..... 2 Les démarches qui réussissent... 2 A quels projets métiers

Plus en détail

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance

Compte rendu. Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15. Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Compte rendu Mission d information commune sur la banque publique d investissement, Bpifrance Jeudi 21 mai 2015 Séance de 11 heures 15 Compte rendu n 25 Audition, ouverte à la presse, de M. Patrice BÉGAY,

Plus en détail

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire

Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives. Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Diagnostic Immobilier : bilan et perspectives Etude préliminaire Avril 2011 1 1. RESUME Consciente de la nécessité de capitaliser sur le retour d expérience des 15 dernières années, la Fneci a engagé avec

Plus en détail

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger

Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger DOCUMENT PROJET Caisse des Dépôts et Consignations Étude sur les fondations universitaires à l étranger Synthèse de l étude Réunion CPU du 18 juin 2009 Membre du réseau Ernst & Young Global Limited Les

Plus en détail

ENQUÊTE DE SATISFACTION

ENQUÊTE DE SATISFACTION Département CRM ENQUÊTE DE SATISFACTION 3 QUI SOMMES-NOUS? CUSTOMER RELATIONSHIP MANAGEMENT (CRM) Ensemble de mesures prises pour optimiser la relation et la fidélisation client dans le but d augmenter

Plus en détail

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada

Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada Sondage 2013 des canaux de revente de Direction informatique aperçu et PrIorItéS d affaires des PartenaIreS des FabrIcantS au canada EN COLLABORATION AVEC : Sondage 2013 des canaux de revente de Direction

Plus en détail

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION?

RESEAUX SOCIAUX : OUTILS DE PROSPECTION ET FIDELISATION? Faut-il être présent sur les réseaux sociaux? De plus en plus d entreprises se posent la question. Considéré il y a encore peu comme un simple moyen d échange ou de prise de contact, le réseau social est

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas :

Introduction. Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : Introduction Le CRM se porte-t-il si mal? Les articles de la presse spécialisée tendent à nous laisser penser que c est en effet le cas : «75 % de projets non aboutis» «La déception du CRM» «Le CRM : des

Plus en détail

Viadeo, prêt à l emploi. livret de formation pour les dirigeants de TPE et PME

Viadeo, prêt à l emploi. livret de formation pour les dirigeants de TPE et PME Viadeo, prêt à l emploi livret de formation pour les dirigeants de TPE et PME sommaire Objectifs de la formation Cette formation, dispensée par Viadeo et Orange, poursuit un triple objectif : vous aider

Plus en détail

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING

COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES. Septembre 2011 DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING COMMISSION COACHING ENQUÊTE SUR LES ATTENTES DES ENTREPRISES ET DES CADRES EN MATIÈRE DE COACHING Septembre 2011 SYNTEC Coaching 3, rue Léon Bonnat 75016 Paris Tel. : 01 44 30 49 00 www.syntec.evolution-professionnelle.com

Plus en détail

L observatoire «Entreprise et Santé»

L observatoire «Entreprise et Santé» LA SOCIÉTÉ D ÉTUDES ET DE CONSEIL L observatoire «Entreprise et Santé» Viavoice Harmonie Mutuelle en partenariat avec Le Figaro et France Info Enquête auprès des salariés et des dirigeants d entreprise

Plus en détail

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire

Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire Résultats de l enquête Ifop/Wincor sur les relations des Français à leur agence bancaire Malgré une image des banques entachée par la crise, les Français restent très attachés à leur agence bancaire -

Plus en détail

CPA, Executive MBA HEC : un Réseau de Réseaux (Éditorial de l annuaire 2006 du CPA, Executive MBA HEC)

CPA, Executive MBA HEC : un Réseau de Réseaux (Éditorial de l annuaire 2006 du CPA, Executive MBA HEC) CPA, Executive MBA HEC : un Réseau de Réseaux (Éditorial de l annuaire 2006 du CPA, Executive MBA HEC) Laurent RENARD (95/P) Directeur Général Au-delà de la centaine de conférences, petits déjeuners et

Plus en détail

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire

ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002. Les Distributeurs du Secteur Dentaire ENQUÊTE FORUM DÉBAT 2002 Les Distributeurs du Secteur Dentaire [EDITO]. Le marché du matériel dentaire reste un domaine relativement parcellarisé sur le territoire français. Il est couvert par plus de

Plus en détail

TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES RÉSEAUX SOCIAUX

TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES RÉSEAUX SOCIAUX TAMENTO Agence de Webmarketing TIRER PROFIT DU WEB 2.0 ET DES INBOUND MARKETING REFERENCEMENT COMMUNICATION VISUELLE DEVELOPPEMENT WEB 2 Christophe MENANI Associé Responsable du développement Responsable

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet

Campagne de Communication Prévisionnelle. Web Intelligence & Réputation Internet Campagne de Communication Prévisionnelle Web Intelligence & Réputation Internet 1 Sommaire 1. Introduction... 3 2. Détail de la prestation de gestion de réputation online... 5 2.1 Sélection des mots, thématiques

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Modélisation et décision dans le risque de l Université Paris 13 Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Performance 2010. Eléments clés de l étude

Performance 2010. Eléments clés de l étude Advisory, le conseil durable Consulting / Operations Performance 2010 Eléments clés de l étude Ces entreprises qui réalisent deux fois plus de croissance. Une enquête sur les fonctions ventes et marketing.

Plus en détail

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques!

Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! Dynamiser la performance commerciale des réseaux : une affaire de bonnes pratiques! les facteurs exogènes n ont pas un pouvoir explicatif déterminant de l efficacité commerciale d un point de vente «j

Plus en détail

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux

Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Communication Opérationnelle Franchises et Réseaux Matérialiser votre concept CONSTRUCTION DE L IMAGE ET DE LA COMMUNICATION Traduire votre concept en véritable projet d entreprise >> Confirmer votre offre

Plus en détail

Les réseaux sociaux au service de l emploi

Les réseaux sociaux au service de l emploi Les réseaux sociaux au service de l emploi Boucle accueil emploi Mercredi 29 juin 2011 Julie Sabadell INFOthèque Les réseaux avant Internet Une existence bien antérieure à Internet Différents types de

Plus en détail

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion.

L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. www.julienrio.com Introduction: L article qui suit tente de mettre en lumière les erreurs les plus courantes en ce qui concerne la fidélité client et sa gestion. Cet article s est inspiré de l ouvrage

Plus en détail

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr

Et si votre carrière s inventait avec. mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr Et si votre carrière s inventait avec mc 2 i Groupe? 5 RAISONS DE NOUS REJOINDRE - www.mc2i.fr mc 2 i Groupe Des missions de conseil en systèmes d information, à forte valeur ajoutée Depuis sa création

Plus en détail

Vendre son champagne sur internet

Vendre son champagne sur internet dossier P.13-17 Vendre son champagne sur internet De nombreuses études le montrent : le commerce en ligne se porte bien et devrait continuer à croître sur les deux prochaines années. Ainsi, la Fédération

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients résidentiels Baromètre annuel vague Septembre 2011 Baromètre annuel vague - 1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel vague

Plus en détail

Responsable mécénat/ partenariats entreprises

Responsable mécénat/ partenariats entreprises N 4 - RESPONSABLE MÉCÉNAT/ PARTENARIATS ENTREPRISES RESPONSABLE MÉCÉNAT (DÉNOMINATION DAVANTAGE UTILISÉE DANS LA CULTURE), RESPONSABLE PARTENARIATS ENTREPRISES Le responsable Mécénat/partenariats entreprises

Plus en détail

L AACC Customer Marketing prône une approche consensuelle et durable de l utilisation des données personnelles

L AACC Customer Marketing prône une approche consensuelle et durable de l utilisation des données personnelles COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 1 er octobre 2013 L AACC Customer Marketing prône une approche consensuelle et durable de l utilisation des données personnelles Focus sur les conclusions du nouveau livre

Plus en détail

Enquête sur les Week-Ends d Intégration [WEI] Par : Juliette FEBURIE, responsable du pôle prévention du BNEI

Enquête sur les Week-Ends d Intégration [WEI] Par : Juliette FEBURIE, responsable du pôle prévention du BNEI Enquête sur les Week-Ends d Intégration [WEI] Par : Juliette FEBURIE, responsable du pôle prévention du BNEI 1 Préambule Chaque année, les Bureaux Des Élèves [BdE] des écoles d ingénieurs organisent des

Plus en détail

Groupements d employeurs

Groupements d employeurs Groupements d employeurs Rapport d étude Sommaire Objectifs de l étude.. Page 3 Déroulement de l étude. Page 4 Les 3 groupements.. Page 5 Méthodologie.. Page 6 Caractéristiques des 3 groupements.. Page

Plus en détail

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets

Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Position de l ASTEE sur l innovation en matière de services d eau et de déchets Les services publics locaux de l environnement : des services discrets mais moteurs de développement Depuis leur mise en

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Marketing et vente de l Université Paris-Est Créteil Val de Marne - UPEC Vague E 2015-2019 Campagne d évaluation 2013-2014 Section

Plus en détail

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE

Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale. Résumé MAEE MAEE RAPPORT FINAL Evaluation du dispositif de Volontariat de Solidarité Internationale Résumé Agnès Lambert, Raphaël Beaujeu, Helena Stucky de Quay, Didier Beaufort, Moctar Ahmed, Riad Bensouiah, Ralison

Plus en détail

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients

DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010. assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients DOSSIER SOLUTION CA Service Assurance Mai 2010 assurez la qualité et la disponibilité des services fournis à vos clients est un portefeuille de solutions de gestion matures et intégrées, qui contribue

Plus en détail

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS

TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS TOUR DE FRANCE NOUVEAU DIALOGUE FORUM-DEBAT POITIERS Synthèse des débats rédigée par : 26 janvier 2012 Dans le cadre de son Tour de France du Dialogue, la CFE-CGC a organisé à Poitiers, le 26 janvier 2012,

Plus en détail

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA

BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA BAROMÈTRE ACTINEO/CSA 2013 SUR LA QUALITÉ DE VIE AU BUREAU - Synthèse de l Institut CSA Contacts Pôle Opinion Corporate Laurence Bedeau Directrice du Pôle (laurence.bedeau@csa.eu) Baptiste Foulquier Chargé

Plus en détail

CHARTE DU COLLEGE SERVICES ET INGENIERIE

CHARTE DU COLLEGE SERVICES ET INGENIERIE CHARTE DU COLLEGE SERVICES ET INGENIERIE I LES ENGAGEMENTS COLLECTIFS DES MEMBRES DE L ASSOCIATION Article 1 Les structures concernées Chaque collège a défini les critères liés aux structures concernées

Plus en détail

Dossier de candidature du Comité Départemental du Tourisme Haute Bretagne Ille-et-Vilaine

Dossier de candidature du Comité Départemental du Tourisme Haute Bretagne Ille-et-Vilaine Dossier de candidature du Comité Départemental du Tourisme Haute Bretagne Ille-et-Vilaine «Les interconnectés 2014» Coordonnées : Comité Départemental du Tourisme Haute Bretagne Ille-et-Vilaine 5 rue du

Plus en détail

Le rôle sociétal du café en entreprise

Le rôle sociétal du café en entreprise Le rôle sociétal du café en entreprise Fort de son expertise café, Nespresso Business Solutions a conduit avec l organisme IFOP une étude sur la place et le rôle du café en entreprise, et en dévoile les

Plus en détail

Savoir fidéliser ses clients

Savoir fidéliser ses clients Savoir fidéliser ses clients le programme partie 1 Les enjeux de fidélisation partie 2 La relation client : un levier de fidélisation Partie 3 Gérer sa base de données clients Partie 4 Les outils pour

Plus en détail

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin

GEF. Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles. Regards croisés hommes/femmes. Grandes Écoles au Féminin Ipsos Public Affairs / GEF Février 2007 Le parcours professionnel des diplômé(e)s de grandes écoles Regards croisés hommes/femmes GEF Qui sommes-nous? Créé en janvier 2002, GEF regroupe 9 associations

Plus en détail

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature

La relation bancaire avec la clientèle des particuliers : revue de la littérature Direction de la stratégie Service de Veille et d Intelligence économiques et stratégiques du Groupe Mission de la Recherche @res @rgos Note de synthèse La relation bancaire avec la clientèle des particuliers

Plus en détail

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE

LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Centre de Recherche pour l Etude et l Observation des Conditions de Vie LES FRANÇAIS ET LA COMPLEMENTAIRE SANTE Anne LOONES Marie-Odile SIMON Août 2004 Département «Evaluation des Politiques Sociales»

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

PROGRAMMES FORMATIONS

PROGRAMMES FORMATIONS PROGRAMMES FORMATIONS LES FORMATIONS INSTRUCTEURS 26 LES MILLS EST LA SEULE SOCIÉTÉ AU MONDE QUI MESURE LA QUALITÉ D ENSEIGNEMENT DES COURS EN INVESTISSANT DANS LA FORMATION DES INSTRUCTEURS PAGE _05 Modules

Plus en détail

Chapitre I : Introduction

Chapitre I : Introduction Chapitre I : Introduction 1.1) Problématique A partir des années soixante, l environnement des entreprises a connu une mutation capitale, sans précédant historique dans le climat des affaires. Ces changements

Plus en détail

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française

Introduction. 2012, Pearson France, Christine Balagué et Loïc Bodin, Les succès du web à la française Introduction 1 Introduction Cessons de croire que les réussites économiques sur Internet sont l apanage des seuls Américains! Il se crée aussi dans notre Hexagone des entreprises qui connaissent un grand

Plus en détail

N. Krantz Le 17.5.2011

N. Krantz Le 17.5.2011 N. Krantz Le 17.5.2011 L OBJET Pour assurer la formation intellectuelle et morale d un jeune sportif, l entraîneur peut être amené à: A. Choisir un thème d investigation / support à échanges et controverses

Plus en détail

Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers. Responsable webmarketing International chez Jymeo

Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers. Responsable webmarketing International chez Jymeo Maitre de conférences associé en e-marketing à l'université d'angers Responsable webmarketing International chez Jymeo Auteur de deux livres en web analytique aux éditions ENI Formateur et consultant indépendant

Plus en détail

L e-recrutement Réseaux Sociaux et Jobboards. Thierry DUFOUR Conférence ANDRH Présentation du 17 Novembre 2011

L e-recrutement Réseaux Sociaux et Jobboards. Thierry DUFOUR Conférence ANDRH Présentation du 17 Novembre 2011 L e-recrutement Réseaux Sociaux et Jobboards Thierry DUFOUR Conférence ANDRH Présentation du 17 Novembre 2011 Déroulement de la présentation Etat des lieux du marché des Job boards et Médias Sociaux Les

Plus en détail

2) NOTRE ORGANISME EST-IL PRÊT À RECRUTER DES BÉNÉVOLES

2) NOTRE ORGANISME EST-IL PRÊT À RECRUTER DES BÉNÉVOLES 2) NOTRE ORGANISME EST-IL PRÊT À RECRUTER DES BÉNÉVOLES DE PLUS DE 50ANS? O N Si non : Voir trucs et astuces SOMMES-NOUS PRÊTS À RECEVOIR LES BÉNÉVOLES DE PLUS DE 50 ANS? Savons-nous pourquoi nous voulons

Plus en détail

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013

Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin. Août 2013 1 Nicolas DEPORTE Observatoire du GIS M@rsouin Août 2013 Sommaire Contexte... 2 Les équipements TIC des mairies... 3 Les compétences présentes en mairie... 4 Les usages TIC des mairies... 5 La communication

Plus en détail

Formation PME Etude de marché

Formation PME Etude de marché Formation PME Etude de marché Fit for Business (PME)? Pour plus de détails sur les cycles de formation PME et sur les business-tools, aller sous www.banquecoop.ch/business L étude de marché ou étude marketing

Plus en détail

SYNTHESE DES SCENARIOS «LES NOUVEAUX MODELES DE REVENUS DU SELF DATA»

SYNTHESE DES SCENARIOS «LES NOUVEAUX MODELES DE REVENUS DU SELF DATA» SYNTHESE DES SCENARIOS «LES NOUVEAUX MODELES DE REVENUS DU SELF DATA» L atelier du 7 octobre 2014, centré sur le marché Self Data et les modèles de revenus des services qui le composent, a permis une réflexion

Plus en détail

Du marketing dans ma PME!

Du marketing dans ma PME! Du marketing dans ma PME! Manque d expérience marketing des managers de sociétés technologiques, difficulté de recruter des profils marketing formés ou expérimentés : pourquoi la mission marketing est-elle

Plus en détail

Conduire les entretiens annuels d évaluation

Conduire les entretiens annuels d évaluation Ce guide s adresse aux dirigeants et aux responsables en charge de la fonction ressources humaines qui envisagent de mettre en place des entretiens annuels. Il constitue un préalable à l instauration d

Plus en détail

Le Marketing Mobile, des marques

Le Marketing Mobile, des marques Le Marketing Mobile, le nouvel Eldorado communicationnel des marques RAPPEL Engage your customers NO YES > L émergence des smartphones et des tablettes a bouleversé la vie quotidienne des Français : 47%

Plus en détail

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT

LA GESTION DE LA RELATION CLIENT Conquérir un prospect coûte beaucoup plus cher que de fidéliser un client. C est la raison pour laquelle un grand nombre d entreprises orientent leur stratégie autour des services proposés à leurs clients.

Plus en détail

L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB. Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011

L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB. Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011 L USAGE DES NEWSLETTERS BtoB Enquête exclusive Niouzeo Septembre 2011 L usage des newsletters dans les entreprises BtoB Introduction : Notre étude : Le terme «Newsletter» s est banalisé. Beaucoup d entreprises

Plus en détail

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives

dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives Les USAGES DES TIC dans les entreprises en pays de la loire Réalité, besoins & perspectives é d i t i o n 2 0 0 9 1 Des ÉQUIPEMENTS qui se sont généralisés Une informatisation qui a atteint un seuil L

Plus en détail

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS

MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS MAÎTRISE DES ACHATS D INVESTISSEMENTS Une enquête auprès des DAF et dirigeants de l industrie en France Paris, le 20 octobre 2010 Olaf de Hemmer International Business Manager Purchasing Department 16,

Plus en détail

Financez vos projets sur MyGaloo.fr

Financez vos projets sur MyGaloo.fr Au service des associations et des clubs Financez vos projets sur MyGaloo.fr Lancez et réussissez vos campagnes de financement participatif Au service des associations et des clubs Sommaire Le site MyGaloo.fr

Plus en détail