Couverture : Entrée principale de l Université Paris Descartes, rue de l École de Médecine.

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Couverture : Entrée principale de l Université Paris Descartes, rue de l École de Médecine."

Transcription

1 de l Université Paris Descartes Richesses & Patrimoine

2 Couverture : Entrée principale de l Université Paris Descartes, rue de l École de Médecine.

3 Richesses & Patrimoine de l Université Paris Descartes Textes de Sandrine Le Brize Direction du Patrimoine Université Paris Descartes Photographies de Sandrine Le Brize Conception graphique de Michel Tournier Service Pré-presse Université Paris Descartes Janvier 2009

4

5 Raphaël Greffe Directeur du Patrimoine Janvier

6

7 Sommaire 1. Les Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives Le Centre Universitaire des Saints-Pères La Faculté de Pharmacie La Faculté de Droit L Institut de Psychologie L IUT La Faculté de Chirurgie Dentaire La Faculté de Médecine ~ Les Cordeliers ~ Cochin ~ Necker Le Siège Remerciements Bibliographie

8 Sandrine Le Brize Historique : 1838 : Fondation du Collège de l Immaculée Conception : Hôpital militaire puis civil 1923 : Propriété de l Université de Paris 1930 : Inauguration du premier Institut d Éducation Physique à Paris L établissement se compose d un bâtiment principal, avec façade sur rue, de trois niveaux avec combles, d un gymnase d agrès, d un gymnase de sports collectifs et d une piste d athlétisme de 250 mètres.

9 1. Les Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives Paris 15 ème Inscription à l Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques du dortoir de l ancien Collège de l Immaculée Conception, derniers témoins existants d un ensemble religieux et éducatif prestigieux du XIX e siècle, par arrêté du 2 octobre L établissement propose des enseignements spécialisés, éducation et motricité, entrainement sportif, activité physique adaptée et santé, préparation aux concours. Ils sont enrichis par des services singuliers : un Laboratoire Action, Mouvement, Adaptation (L.A.M.A.), un laboratoire Motricité, Culture et Société, un laboratoire physiologie du muscle ainsi qu un centre technique documentaire. Avant la Révolution, un établissement de soins, la cure de Saint-Sulpice, occupait l emplacement de l UFR STAPS. La propriété ne comprenait qu une petite maison de campagne entourée d un grand jardin. Confisqué par l État en 1791, le domaine est racheté à la Restauration. Le nouveau propriétaire, Dupré, y établit une fabrique de cosmétiques et prépare plus particulièrement du blanc de céruse. En 1829, les locaux sont vendus à l abbé Poiloup qui donne une nouvelle vocation aux lieux; ce sera un collège de jeunes enfants. Jusqu en 1834, de gros travaux sont entrepris par l abbé. L architecte Lemarié fait élever cinq corps de bâtiments, aujourd hui disparus, et édifie une grande chapelle située 391, rue de Vaugirard, décorée d une fresque réalisée par le fils du peintre Fragonard. L abbé poursuit son projet et agrandit le domaine en achetant un terrain à proximité. En 1838, l établissement qui a pris le nom de collège de «l Immaculée Conception» occupe une place importante dans le monde scolaire et universitaire jusqu à la fin du règne de Louis-Philippe. A partir de 1848, en raison de dissensions dans le personnel, l établissement périclite. En mai 1852, les jésuites rachètent les douze hectares du domaine et redonnent au lieu une nouvelle prospérité. En 1869, ils font édifier les bâtiments actuels qui porteront le nom de «Pavillon Joly» du nom de l architecte. En 1870, un incendie ravage la chapelle. Les jésuites entreprennent les restaurations, profitent des travaux pour modifier les plans et y adossent un très grand parloir. La loi de séparation de l Église et de l État ruine leurs efforts. La congrégation religieuse se retire non sans avoir, dès 1880, créée une société civile dont le père du général De Gaulle fut le directeur adjoint. Son fils fréquenta le collège et fut le plus illustre de ses élèves. En 1900, il y fut inscrit en classe de cinquième et y étudia jusqu en 1907, avant de poursuivre ses études en Belgique. Monseigneur Amette, archevêque de PARIS loue les bâtiments entre 1908 et 1911 et y installe le séminaire diocésain. Durant la guerre , le bâtiment devient un hôpital militaire avant de devenir l hôpital civil de Vaugirard. En 1923 et grâce aux initiatives du recteur Charlety, l université de Paris devient propriétaire du terrain. En application du décret du 9 juin 1928, le professeur Chailley-Bert et quelques enseignants de la Faculté de médecine de Paris occupent les lieux et inaugurent l Institut d Éducation Physique. Après Bordeaux et Nancy, Paris voit naître son premier institut. En 1930, l institut accueille cinquante stagiaires inscrits à une année de cours de perfectionnement en éducation physique. Cependant, les débuts de l institut sont relativement modestes. Les cours théoriques sont enseignés dans de petites salles attenantes à l école pratique de la Faculté de médecine, boulevard Jourdan. L enseignement pratique se déroule au lycée Henri IV puis au lycée Saint-Louis et enfin dans une école, rue du Jardinier. Malgré le manque d installations, des personnalités enthousiastes, le docteur Dufestel, le docteur Richard, Orgelet, inspecteur de l enseignement primaire, encadrent les élèves. Ce n est qu en 1930 que l institut s installe définitivement dans les locaux actuels. Cependant, un bail emphytéotique signé en 1927 avec le ministère de la santé, oblige l établissement à céder le troisième étage. Ainsi, un laboratoire d hydrologie et l agence du 9

10 l École libre de l Immaculée Conception, Paris. Vue des bâtiments en Gravure du Musée Carnavalet / médicament s installent sur 800 m². Les premiers travaux de mise en sécurité en 2002 permettront à l UFR de récupérer tout l étage. Dès les années 1930, l institut participe à la formation professionnelle des futurs professeurs d éducation physique et se spécialise dans la formation des médecins inspecteurs des écoles. Les cours dispensés visent à spécialiser ces médecins afin qu ils soient en mesure de sélectionner les sujets aptes à l éducation physique. L institut gagne de l importance au sein de la capitale et en 1937, le directeur fait appel à l architecte Mesnier afin de réaliser une entrée digne de ce nouveau statut. D inspiration très Art Déco, il désigne par ses entrelacs la destination sportive du lieu. Aux frontons, les motifs stylisés dessinent les sports qui font légion au sein de l institut. En 1938, l établissement propose un dispensaire et l année suivante des cours de gymnastique médicale s y développent. L institut présente de très bons résultats et une croissance constante. Ainsi l établissement et plus particulièrement le dispensaire reçoivent une aide significative en la personne du soussecrétaire d État à l éducation physique, le docteur Dezarnaulds. Parallèlement aux activités du dispensaire, un laboratoire de radiologie et d investigations biologiques permettant d effectuer les examens médicaux les plus complets, est créé. L institut de Paris délivre alors un certificat universitaire appelé «diplôme médical d éducation physique». En 1940, il se présente comme un centre d exception en France. En 1941, le professeur agrégé Chailley-Bert devient le directeur de l institut. Ce dernier propose au conseil d administration, devant l augmentation des demandes d inscription, la mise en place d un concours de recrutement. Cinquante filles et trente garçons sont sélectionnés sur la base d épreuves physiques : «course 60 m plat pour les filles, 100 m pour les garçons, saut en hauteur, lancer de poids, barres parallèles, grimper, exercices d assouplissement, natation, 33 m nage libre, départ plongé». Durant la guerre et malgré les difficultés, l institut continuera à fonctionner. Au lendemain de la guerre, il retrouve son activité normale sous la direction du professeur Olivier. Cette période trouble passée apporte à l institut un nouveau rayonnement : Jean Sarrailh, nouveau directeur de l Éducation générale, apporte une aide précieuse à l IREP (Institut Régional d Éducation Physique) de Paris en lui accordant d importantes subventions. Un certificat de biologie appliquée au sport et à l éducation physique se met en place dans les Facultés de médecine. Sandrine Le Brize 10

11 Les installations sportives étant devenues impraticables dans Paris, l institut met à dispositions ses locaux, ses installations et son stade à des institutions. En 1951, la première chaire de biologie appliquée à l éducation physique est créée à l institut de Paris et confiée à Chaillet-Bert. Le premier préparateur de cette chaire est le docteur Talbot. Dans les années soixante, l établissement propose deux formations distinctes. La première d une durée de quatre ans conduit au professorat d éducation physique. La seconde formation, qui prépare au monitorat d éducation physique, s adresse aux étudiants recrutés après le diplôme national du brevet. A la fin de la seconde année d apprentissage, les étudiants passent un concours appelé «maîtrise d éducation physique». Quelques candidats s inscrivent également au concours de la ville de Paris et en cas d admission, sont nommés professeurs d éducation physique dans les écoles primaires. Sandrine Le Brize Le 21 novembre 1967, le professeur Plas, directeur de l institut, est nommé président de la Société française de médecine du sport. Il contribue par l importance de ses travaux de recherche, à la création en 1971 d un cours de médecine du sport dans l enseignement médical (4ème année du second cycle). La loi de 1968 dite «Edgar Faure» permet à l institut de devenir une unité d enseignement et de recherche, rattachée à l université Descartes. L UER sera désormais dirigée par un président qui sera obligatoirement un professeur des universités. Le conseil d administration de l UER propose à la signature du Ministre de l éducation nationale et du Ministre de la jeunesse et des sports, le nom d un professeur d éducation physique pour assurer la direction technique de la composante. En 1975, l UER obtient la création du DEUG STAPS, suivi en 1977 de la Licence, puis en 1981 de la Maîtrise et enfin en 1983 par l ouverture d un 3 ème cycle. 11

12 Depuis les années 1930, les installations (le bâtiment principal, les deux gymnases et la piste d athlétisme) sont pratiquement demeurées sans réhabilitation. Afin de répondre à l engouement pour les études STAPS, plusieurs projets de déménagement ont vu le jour dès le début des années La plus récente des études envisageait une construction à Gentilly. Face à ces départs probables, des travaux d entretien et de réaménagement n ont jamais été envisagés. L UFR souffrait de cette situation. Le contrat état région a décidé de réhabiliter le site par des opérations de mise en sécurité et de restructuration. Ainsi, depuis six années, l UFR STAPS est en travaux ou en cours d étude. L établissement a subi une profonde restructuration ; renaissance d une bibliothèque répondant aux besoins actuels, rénovation d un amphithéâtre et mise aux normes des installations d eau chaude et de chauffage. Des travaux de rénovation ont été réalisés sur la toiture du gymnase Watteau avec installation de trappes d évacuation des fumées. Des travaux d assainissement ont été conduits afin d évacuer les eaux pluviales des aires sportives et de la voie d accès des pompiers. La restructuration des lieux a obligé à déplacer cette voie et à la réinstaller en s assurant de sa conception très spécifique en cas d utilisation et de stationnement des véhicules des sapeurspompiers. Sandrine Le Brize Été 2007, une nouvelle piste d athlétisme a été livrée. A l origine, elle était recouverte de cendrée. Remise à neuf, la piste d athlétisme a été recouverte d un revêtement synthétique et enrichie d aires sportives. Du matériel adapté a été sélectionné dans la réalisation des espaces : saut à la perche, saut en hauteur, le lancer de poids et de disque. Des matelas de réception, un tapis-pointe de recouvrement, des bâches d intempéries, des barres de saut et une cage disque double hauteur en aluminium avec filets viennent compléter le dispositif. La zone piétonne et les espaces verts sont valorisés par des candélabres et du mobilier urbain. L UFR STAPS dispose d un gymnase d agrès dont l ossature aurait été dessinée par Gustave Eiffel ou son école sans pour autant apporter des preuves de cette origine. Couvert d un toit à la Mansart, les murs allient les montants en acier et la brique. Situé au 1er étage de l ancien Collège de l Immaculée Conception, il offre une luminosité hors paire qui lui vaut d être classé parmi les plus beaux gymnases de Paris. 12

13 2. Le Centre Universitaire des Saints-Pères Paris 6 ème - 3 Décembre 1953 : Inauguration du bâtiment des Saints-Pères : Construction du bâtiment Jacob Le centre universitaire des Saints-Pères s organise selon trois entités : le bâtiment des Saints-Pères, le bâtiment Jacob et la cathédrale Saint-Wladimir. Historique : : Consécration de la chapelle de la Charité - 3 Décembre 1936 : Première coulée de béton du bâtiment des Saints-Pères à 1948 : Interruption des travaux Inscription aux Monuments Historiques de la cathédrale ukrainienne Saint-Wladimir (façades sur rue et sur cour, vantaux) par arrêté du 16 mars L établissement propose des enseignements spécialisés : biomédicale, mathématiques et informatique ou sciences humaines et sociales. Ils sont enrichis par des services singuliers : bibliothèque universitaire, école européenne de chirurgie, service du don des corps, laboratoire d éthique médicale et médecine légale. La création d une nouvelle Faculté de médecine située «rue des Saints-Pères» avait pour intention d accueillir les étudiants de première et deuxième année afin de désengorger ce qui deviendra l ancienne Faculté de médecine située au 12, rue de l école de Médecine. La démolition, en 1935, de l hôpital de la Charité transféré à Clichy, laisse un emplacement disponible dans le quartier des écoles. Le 3 Décembre 1936, Gustave Roussy, doyen de la Faculté, grand savant et grand administrateur, assiste à la première coulée de béton. Actuellement, il ne subsiste de l hôpital que la chapelle devenue ukrainienne sous le nom de cathédrale Saint-Wladimir et l ancien couvent des sœurs de la Charité, rue du Vieux Colombier qui est occupé par la caserne des pompiers. A peine née, la Faculté est déjà menacée. Les travaux interrompus en 1940, ne reprirent qu en L ossature constitua un lieu de dépôts d engins de guerre et de terrain de jeux aux enfants du quartier. Quant aux habitants, ils se réfugièrent dans ses sous-sols lors des bombardements. A la libération, les lieux sont occupés par les Forces Françaises Libres qui remplacent les troupes allemandes. En 1945, la réquisition est levée mais une explosion se produit dans les sous-sols. La responsabilité des Armées est évidente mais le dédommagement de l université sera incomplet ( F contre F de dégâts). 13

14 Le déminage de la Faculté sera assuré par une équipe spécialisée. Malheureusement ce travail devait s avérer incomplet puisque le 4 juin 1951, soit presque à l achèvement du chantier, une explosion heureusement sans gravité eut lieu près d un feu de popote d ouvriers, pourtant entouré de briques comme le recommandait la sécurité. Primitivement, les bâtiments devaient aller jusqu à la rue de Rennes qui devait être prolongée et dont la réalisation fut abandonnée. Le bâtiment actuel ne représente que la moitié des bâtiments projetés. De plus, l édifice s élevant sur neuf niveaux, il est classé en immeuble de grande hauteur, communément appelé «IGH». Cette situation n est due qu à une amputation du terrain par la ville de Paris, pour agrandir une école voisine. Le projet primitif ne comportait que cinq étages sur le terrain total de l ancien hôpital. Le bâtiment des Saints-Pères La Faculté est inaugurée le 3 Décembre 1953 par le Président de la République Vincent Auriol. La conception du bâtiment des Saints-Pères qui est le cœur du centre universitaire a été réalisée selon les vœux de Gustave ROUSSY, en collaboration avec l architecte Louis Madeline. Le doyen de l université désirait que les «maîtres» et les élèves ne vivent plus à l étroit dans des installations désuètes et peu dignes d une Faculté justement fière de son prestige. Il souhaitait ardemment «de pouvoir laisser aux générations qui montent Un précieux patrimoine : une Faculté de Médecine à la Charité». En 1958, la Faculté dispose de huit chaires d enseignement: physique médicale, physico-chimie médicale, radiologie médicale, chimie médicale, physiologie, histologie, embryologie et anatomie. Ce sont des chaires d enseignement théorique et pratique, pourvues désormais d amphithéâtres confortables, de nombreuses salles de travaux pratiques et de laboratoires modernes. Ces divers départements sont aérés, ventilés, chauffés, éclairés grâce à des installations originales. La centrale électrique et un important service de chauffage ont pris place dans les sous-sols et leur visite fait l admiration de tous les ingénieurs. L équipement électrique est conçu pour obtenir une sécurité maximale et une grande simplicité d exploitation. Dans l éventualité d une panne grave de la sous-station Rennes dont dépend la Faculté ou du réseau l alimentant, un groupe électrogène de secours a été installé. De cette manière, les opérations d arrêt de travail et d évacuation des étudiants peuvent s effectuer sans difficulté. Il en résulte une grande sécurité pour les travaux de recherche qui peuvent être poursuivis aussi longtemps qu il est souhaitable sans qu aucune interruption ne soit à craindre. L éclairage général a été étudié pour obtenir des taux d éclairement correspondant aux types de travail. Du matériel adapté a été installé, en particulier dans les amphithéâtres où les pupitres disposent d un éclairage réduit et les salles de dissection où au contraire la lumière est vive évitant ainsi les ombres. Dans ce dernier cas, les étudiants sont placés dans des conditions analogues à celles qu ils retrouveront plus tard dans les salles d opérations. Toutes les salles de conférence, amphithéâtres et salles de cours, ont été étudiés pour que la parole de l orateur reste en tous points parfaitement audible et intelligible. Le grand amphithéâtre Binet de mille places constitue un des succès de cette nouvelle Faculté. La chaire était équipée de toutes les commandes électriques et mécaniques de la salle et deux appareils dits «Diareflet» remplaçaient le tableau noir. Ceux-ci permettaient au conférencier, sans tourner le dos à l auditoire, d écrire des notes que des tablettes réfléchissaient sur un grand écran. Ce procédé novateur a été remplacé par un «Banc Titre». Une caméra rotative numérise ou filme le document, l objet et diffuse la copie sur un écran par le biais d un signal vidéo. Egalement pour des raisons de sécurité, les lampes individuelles qui garnissaient les tables des étudiants ont été enlevées. Enfin, le centre universitaire recèle une autre richesse. L architecte Jean Prouvé a collaboré à la naissance de l établissement en dessinant l amphithéâtre Claude Bernard. Refusant tout artifice et toute mise en scène, le mobilier porte sa signature si personnelle, l alliance du bois et du métal. Les murs en pavés de verre répondent à l étalonnage des bancs d étude où les lignes horizontales, verticales et obliques contrôlent l espace. Jean Prouvé a beaucoup travaillé en série et a apporté quelques variantes à ses 14

15 réalisations. Les autres amphithéâtres portent une certaine trace de sa portée créatrice sans pour autant les attester de sa main. Le dessein de Gustave Roussy fut pleinement abouti puisqu en 1958, le doyen Binet la considère comme une des plus belles Facultés médicales du monde : «cette Maison neuve, moderne, embellie par des artistes éminents qui ont su l orner de médaillons nombreux et d une porte pleine d allégories». Quarante-cinq sculptures, situées sous le premier étage, agrémentent les façades. Toutes inspirées par les disciplines enseignées, le corps médical ou les avancées scientifiques, elles ont été traitées par des artistes reconnus, anciens élèves de l école des Beaux-arts et presque tous lauréats du prix de Rome. L entrée principale n est pas moins singulière. Étudiants et chercheurs sont accueillis par une porte monumentale, la «Porte de la Science», porte de bronze, haute de 7,80 m et large de 4 m qui se compose de deux grands vantaux mobiles et d un tympan. Bien loin des froides allégories, les thèmes choisis par le sculpteur Paul Landowski ont été traités de manière très humaine. Les vantaux sont divisés en trois grands bas- reliefs séparés par deux bas-reliefs plus petits. Les deux grands bas-reliefs de la base représentent l apparition de la vie. Au centre, des combats et des accouplements d animaux marins, reptiles, oiseaux et mammifères s articulent dans un tumulte de formes. L homme et la femme apparaissent jaillissant de la végétation qui les entoure. Sandrine Le Brize Sandrine Le Brize La Renaissance, Alphonse Terroir, Prix de Rome Les deux grands bas-reliefs centraux représentent le couple humain devant le mystère de la vie et l énigme de la mort. Dans ce chaos, gravitent les mythes qui tentent d expliquer les miracles du monde vivant : Déméter, déesse mère de toutes les religions s offrant au Dieu créateur, apparait entre l homme et la femme jouant avec leur enfant. Sortant des flots, Vénus apporte la coupe sacrée de la vie. Sur le vantail droit, un groupe épouvanté rencontre pour la première fois la mort. Emportés par les démons, les hommes apparaissent aux damnés sous le regard du Dieu des enfers, tandis que, de sa main, Dieu appelle à lui les élus. Dans la partie supérieure, à droite, Jason cueille la pomme d or sur l arbre de la Science. En face, Héraclès vainqueur des Enfers ramène Alceste sur la terre. Les petits bas-reliefs traduisent les malédictions. A droite, Adam et Eve sont chassés du paradis. A gauche, Pandore, par son imprudence, répand le malheur sur la terre. Autour d elle, les trois Parques déroulent le fil des destinées humaines. Enfin dans le dernier bandeau de séparation, les motifs évoquent les rédemptions. Apollon, le héros, 15

16 affronte les forces du mal. A droite, le centaure Chiron tue le taureau monstrueux qui dévastait la terre. Les Néréides recueillent le sang et le porte à Prométhée qui enchainé préconise de le mélanger à l eau de mer. Ce mélange ainsi formé est à l origine de la légende du premier médicament. Sur le tympan, tout en ronde-bosse, Asclépios, dieu de la Médecine, domine la composition. Il est représenté sous l aspect de l un de ces médecins qui allaient de ville en ville porter la science. La couleuvre sortant de terre lui apporte la première plante médicinale. D un côté la légende de la naissance d Asclépios, fils d Apollon et de Coronis, fille de roi mais mortelle. Brûlée aux rayons du soleil, Apollon retire de son sein l enfant demi-dieu qu il confie au Centaure Chiron. A l opposé, la mort d Asclépios répond à la vie. Il avait osé ressusciter un mortel malgré la défense de Jupiter ; pour le punir, Jupiter le foudroie. La mort voilée l emporte. Aux pieds d Asclépios, en longue frise, se presse la foule des suppliants. Depuis les temps les plus reculés, ils crient leur désespoir et demandent la guérison aux savants et aux dieux. Le bâtiment Jacob Construit dans les années 1970, il communique à tous ses niveaux avec le bâtiment des Saints-Pères. Ce bâtiment, rectangulaire et tout en béton, est complètement enclavé dans la parcelle. S élevant sur six niveaux, sa destination était exclusivement réservée aux travaux dirigés. La cathédrale Saint-Wladimir Sandrine Le Brize Démolie en 1613 selon les vœux de Marie de Médicis, la chapelle s élèvait sur les ruines d une chapelle primitive de style gothique datée du XII e siècle. En 1620, la Reine de France inaugure la chapelle destinée à l hôpital Saint-Jean-Baptiste ou hôpital de la Charité. L église est redessinée en 1731 par Robert de Cotte et Cholat sur un plan en croix latine. Le 6 avril 1795, les trois comités, des travaux publics, des secours et d instruction décident d attribuer la chapelle de l hôpital de la Charité à la clinique interne et celle de l ancien archevêché, qui jouxte l Hôtel-Dieu, à la clinique externe. C est finalement au printemps 1799 que l école de médecine clinique s établit à l hôpital de la Charité même si le directeur Thouret déplore l absence de malades. Les premiers projets d agrandissement de la chapelle sont présentés dès le 25 novembre L architecte de l assistance publique Nicolas-Marie Clavereau réorganise le bâtiment pour y installer un amphithéâtre et des salles de clinique. Lors de ces travaux, la façade est modifiée. L étage à ordre ionique est remplacé par un mur percé de trois arcatures et l entrée imposante est encadrée de deux reliefs représentant un faisceau de licteurs, symbole éminemment républicain. Les états de proposition d acomptes indiquent que les sculpteurs Antoine et Augustin-Félix Fortin ont perçu chacun livres pour les travaux réalisés. Il semblerait que le premier, ornemaniste, ait exécuté le décor architectural intérieur et que le second ait proposé le décor de la façade ainsi que le tympan où trône le personnage assis d Asclépios. A l intérieur, il y régnait une atmosphère de basilique romaine. Un plafond à caissons qui a disparu couvrait au rez-de-chaussée, la nef et ses deux galeries latérales. L absence d éclairage direct rendait ce 16

17 promenoir fort sombre, ce qui contribuait à inviter les élèves au silence comme le souhaitait l architecte. Ce dernier, pour accentuer le caractère moral de l architecture, souhaitait porter sur les colonnes des inscriptions relatant les nouvelles découvertes en médecine et les cures extraordinaires, constituant ainsi des sujets constants de méditation et d instruction pour les élèves. Ce promenoir conduisait à l amphithéâtre qui occupait l ancien chœur de la chapelle. Il en était séparé par un escalier monumental qui s inscrivait dans le volume entier de l ancienne croisée du transept. Cet escalier permettait d accéder au sommet des gradins de l amphithéâtre et desservait les salles du premier étage. En effet, la nef était divisée en deux niveaux affectés aux salles des malades avec un plancher intermédiaire supporté par des colonnes ioniques. En cours d étude, l architecte modifia le plan en hémicycle de l amphithéâtre pour proposer un plan parfaitement circulaire. Ce lieu remplissait une double fonction : une salle de conférence clinique et plus traditionnellement, une salle de démonstration anatomique. L amphithéâtre était pourvu en son centre d une table de dissection avec un écoulement pour le sang. Les autopsies y étaient effectuées puisque c était la seule salle aménagée en cette fin. Les gradins furent disposés de cette manière de façon à ce que le plus grand nombre d élèves puissent voir de près les gestes de l opérateur. En 1805, les chapelles latérales et méridionales abritaient encore les préparations anatomiques ou les instruments de chirurgie. Ces chapelles ont été détruites. Le bras droit du transept portait le nom de salle de pathologie, les collections de pièces anatomiques y étaient rassemblées. En 1935, la chapelle demeure un des derniers souvenirs de l hôpital de la Charité. La grande salle du rez-de-chaussée a été occupée par les salles de malades ou des infirmeries jusqu à la fin de l année Rendue au culte, elle fut attribuée et reconnue comme église catholique de rite byzantin-ukrainien. Le 9 mai 1943, l église est consacrée sous la présidence de Mgr Chaptal, Sandrine Le Brize Intérieur de l École de Médecine, rue des Saints-Pères, par CLAREVEAU, Architecte. La salle des morts se situait dans le prolongement de l actuel presbytère occupant ainsi une partie du square Chevtchenko. 17

18 évêque de Paris. Aujourd hui, elle porte le nom de cathédrale ukrainienne Saint-Wladimir le Grand, nom du prince qui fit baptiser son peuple de la Rous de Kiev en 988. Actuellement, ses sous-sols servent de réserves à l université et des logements occupent le premier étage. Au rez-dechaussée, le bâtiment est occupé par l église ukrainienne et son presbytère. L amphithéâtre Laennec se situe toujours dans le chœur de la chapelle. Les étudiants y accédaient par un unique passage depuis le premier étage du bâtiment des Saints- Pères. La nef et l amphithéâtre ne possèdent plus de communications. Cependant on y retrouve la même harmonie esthétique. L amphithéâtre se distingue par une décoration sobre et des banquettes en bois sans dossier pouvant recevoir à peine quatre-vingts auditeurs. La décoration directoire s affirme très nettement par une jolie frise en palmettes sculptées, couronnée par une corniche à modillons. Des motifs à la «grecque» et des filets grenat viennent souligner cet espace intimiste. A l entrée de l amphithéâtre s élève un buste de Laennec et une plaque de marbre retrouvée dans l ancien hôpital et qui porte cette inscription : Sandrine Le Brize En septembre 1802, Laennec suivit les leçons De En Corvisart septembre dans 1802, cet amphithéâtre. Laennec suivit les Professeur leçons. De de Corvisart clinique le dans 18 mars cet amphithéâtre. 1823, Laennec Professeur y donna de clinique son enseignement le 18 mars 1823, jusqu en Laennec Mai y donna 1826, son époque enseignement de son départ jusqu en pour Mai Kerlouarnec 1826, époque où de il mourut son dépar le 13 pour août Kerlouarnec où il mourut le 13 août Le vaisseau de la cathédrale présente les mêmes motifs que l amphithéâtre bien que le jaune tendre soit remplacé par le grenat. Il se compose d une nef assez large et de simples bas-côtés séparés par des colonnes ioniques sans cannelures supportant un entablement. De chaque côté, quatre fenêtres en plein cintre éclairent les allées. Deux niches recevant des icônes de la Vierge mènent vers l iconostase, œuvre de Mazurek, datée de Celle-ci est valorisée par un puits de lumière assez large, couvert par une toiture pyramidale en verre qui surplombait l escalier majestueux dont il ne reste plus aucune trace. 18

19 Sandrine Le Brize Façade de la cathédrale ukrainienne Saint-Wladimir Le Grand, rue des Saints-Pères, datée de la fin du XVIII e siècle. Un fort encrassement avait été constaté sur la façade de la chapelle, surtout dans la partie basse. De nombreuses pierres portaient des traces de sel, d autres s effritaient ou étaient cassées au niveau de la corniche. Au printemps 2004, les travaux ont été exécutés par des entreprises spécialisées dans le traitement de la pierre. Toute la mission des parties sculptées, caissons, faisceaux et surtout la sculpture d Asclépios ou d Esculape (chez les Romains,) a été confiée à un restaurateur. La réparation ou le remplacement de blocs de pierres étaient devenus indispensables. L assemblage des pierres à l aide de mortier ainsi que la pose d une patine d harmonisation au lait de chaux ont constitué la plus grosse partie des travaux. Le nettoyage à l eau ou avec adjonction de produit chimique a été choisi selon la nature de la pierre. Des travaux de couverture ont également été menés afin d éviter les infiltrations d eau et permettre une meilleure évacuation des eaux pluviales. Le grand portail a été changé et repeint selon la teinte des anciennes écailles. Conçu avant 1939 et bien que réalisé dans les années 1950, le centre universitaire des Saints-Pères est un témoignage monumental de l art officiel. L empreinte de Jean Prouvé, architecte et designer parmi les plus côtés du XX e siècle, et la participation de quinze sculpteurs très représentatifs de cette époque ne peut que valoriser cet ensemble unique dans la capitale. 19

20 Sandrine Le Brize L établissement propose des disciplines spécialisées, pharmacie et sciences biologiques et chimiques. Historique : 1257 : Installation des Chartreux à l emplacement actuel de la Faculté de pharmacie 1578 : Fondation de la «Maison de la charité chrétienne», par Nicolas Houel, maître apothicaire, rue de l Arbalète 1624 : La communauté des apothicaires de Paris hérite de la Fondation de Nicolas Houel 1630 : Construction d un nouveau bâtiment abritant la corporation des apothicaires, rue de l Arbalète 1777 : Naissance du Collège de pharmacie 1803 : Création de l École de pharmacie en application de la loi de Germinal 1875 : Attribution des terrains de la nouvelle École de pharmacie, avenue de l Observatoire 1882 : Inauguration de l École de pharmacie 1920 : Création de la Faculté de pharmacie en reconnaissance des services rendus durant la guerre 1914/ : Naissance de la Faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation

Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation Le Musée d Archéologie nationale - Domaine national de Saint-Germain-en-Laye offre la possibilité de louer certaines salles pour toute manifestation publique ou associative, à l exclusion des activités

Plus en détail

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe

Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe Petit lycée, actuellement immeuble à logements et salles de classe 8 rue Pierre-Veyrat Chambéry Dossier IA73003805 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

14 Bergère. Elévation de la façade rue Bergère

14 Bergère. Elévation de la façade rue Bergère Paris L immeuble du 14, rue Bergère offre un remarquable exemple d architecture bancaire. Construit pour le Comptoir national d escompte de Paris (CNEP), ancêtre direct de BNP Paribas, il en est resté

Plus en détail

La bibliothèque. Située au premier étage de l aile ouest, la bibliothèque a été aménagée en 1858. Elle possède

La bibliothèque. Située au premier étage de l aile ouest, la bibliothèque a été aménagée en 1858. Elle possède La bibliothèque Située au premier étage de l aile ouest, la bibliothèque a été aménagée en 1858. Elle possède une mezzanine et abrite une collection complète des journaux officiels de la République. Cette

Plus en détail

Le palais des ducs et des États de Bourgogne

Le palais des ducs et des États de Bourgogne Le palais des ducs et des États de Bourgogne Aux origines du palais Le palais s est développé au nord-ouest du castrum (1), la muraille édifiée au III e siècle. Il semble que le centre du pouvoir politique

Plus en détail

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS

VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS VILLE DE QUÉBEC RÈGLEMENT R.V.Q. 1570 RÈGLEMENT MODIFIANT LE RÈGLEMENT D HARMONISATION SUR L URBANISME RELATIVEMENT AUX PERMIS ET CERTIFICATS Avis de motion donné le 18 janvier 2010 Adopté le 1 er février

Plus en détail

La Porterie du palais ducal 1511/1512

La Porterie du palais ducal 1511/1512 La Porterie du palais ducal 1511/1512 Construite sous le règne du duc Antoine, la Porterie était l unique entrée du palais. D après les registres de compte de l époque, elle fut achevée vers 1511-1512.

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA77000473

Département : 77 Référence : IA77000473 Département : 77 Référence : IA77000473 Aire d'étude Commune : Melun : Melun Adresse : Bancel (rue) 30 Titre courant Dénomination : institution Sainte Jeanne d'arc : école Cartographie : Lambert1 0624011

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par

Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron. Lambert2 ; 0964540 ; 2334470 1963 5 90. inventaire fondamental établi en 1965 par Commune Guebwiller 6 8 (aire d étude : Guebwiller) Référence : IA00054860 Adresse : Titre de l œuvre : Dominicains (rue des) 9, 11 M aison de vigneron Cartographie : Cadastre : Dossier : Inventaire général

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE

LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Espace Education Art et Culture, 19, rue du Cambout, 57000 METZ, P.W. 2011 03 87 36 01 88 www.espace-eac.fr contact@espace-eac.fr LA GARE DE METZ ET SON ARCHITECTURE Inaugurée en 1908, œuvre de l architecte

Plus en détail

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème

HISTOIRE DES ARTS. Fiche méthode Lire une architecture. I. Présenter le bâtiment, le monument à identifier. Classe : 4ème HISTOIRE DES ARTS Classe : 4ème Période historique : XIXème siècle Moment choisi : Premier Empire Thématique : Mécénat Arts, Etats, pouvoir Sujet : Comment ce monument célèbre t -il la Révolution et l

Plus en détail

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES

CHARTE ARCHITECTURALE TYPOLOGIE, PROPORTIONS ET RYTHMES TYPOLOGIE,PROPORTION ET RYTHMES ELEMENTS REMARQUABLES DU BATI 1 Pignon Mur extérieur dont les contours épousent la forme des pentes d un comble. Dans les immeubles, même à toit plat, on a pris l habitude

Plus en détail

20 Rue Royale. Bruxelles

20 Rue Royale. Bruxelles 20 Rue Royale Bruxelles Situé à Bruxelles à proximité du Palais Royal et du Parlement, le 20 rue Royale accueille la Direction et quelques départements de la banque, tandis que le rez-de-chaussée offre

Plus en détail

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier

«l oasis» «la vallée verte». l Artisane Confiturière «la Clef des Champs», «Viginet». «PréCatelan», Mr Alphonse Cellier Camping Cellier Notre point de départ de la traversée de St Nectaire se situe devant le camping de la vallée verte, aujourd hui tenu par carole et pascal, mais ce camping à l origine a été créé par un ancien combattant

Plus en détail

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois

Section zonage. La Présentation. Chapitre 27. Dispositions relatives au noyau villageois Chapitre 27 Dispositions relatives au noyau villageois Table des matières 27 DISPOSITIONS RELATIVES AU NOYAU VILLAGEOIS...27-3 27.1 CHAMPS D APPLICATION...27-3 27.2 USAGES ET ÉQUIPEMENTS PERMIS DANS LA

Plus en détail

rue Pierre-Cornu Berck-Plage Berck Dossier IA62001345 réalisé en 2009

rue Pierre-Cornu Berck-Plage Berck Dossier IA62001345 réalisé en 2009 hôpital marin dit maison Cornu pour garçons, puis hôpital Bouville 1, puis sanatorium ou clinique orthopédique Lemaire, enfin centre de post-cure et de réadaptation fonctionnelle dit centre La Mollière

Plus en détail

Maurice Schwob, Musée de la Chemiserie. et de l Elégance masculine

Maurice Schwob, Musée de la Chemiserie. et de l Elégance masculine Maurice Schwob, fondateur de 100.000 Chemises Exposition présentée du 1 er mars au 13 avril 2014 Musée de la Chemiserie et de l Elégance masculine ARGENTON-SUR-CREUSE (INDRE) Communiqué de presse A l'occasion

Plus en détail

LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE

LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE LE CHÂTEAU DE LA FERTÉ-SOUS-JOUARRE Par Gilles HOUDRY Généalogie Briarde, n 59, p. 13-15, 2005 ISSN 0987-707X Cercle Généalogique de la Brie 12, rue Paul Bert 77400 LAGNY-SUR-MARNE FRANCE http://cgbrie.free.fr/

Plus en détail

Dossier de Presse Inauguration Crématorium de Besançon

Dossier de Presse Inauguration Crématorium de Besançon Dossier de Presse Inauguration Crématorium de Besançon 17 octobre 17h30 Rillieux- la-pape, le 29 septembre 2014 Atrium Mairie de Besançon 355 rue des Mercières 69140 Rillieux-la-Pape 2 Rue Mégevand - 25000

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople

La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople La Basilique Sainte-Sophie de Constantinople Considérée comme la huitième merveille du monde, la Basilique Sainte-Sophie se trouve à Istanbul en Turquie. Elle a servi de basilique pendant 916 ans et de

Plus en détail

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS

LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE LYCEE TECHNIQUE DES ARTS ET METIERS RESTAURANT SCOLAIRE ET HALL DE SPORTS CONFERENCE DE PRESSE 20 mai

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron

Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin 2012 2014 rénovation hôtel biron Musée Rodin Rénovation hôtel Biron Dossier de presse p.2 Rénovation du musée Rodin 2012-2015 Des travaux à partir de 2010 et un plan de financement de 15,5

Plus en détail

LES RAPPORTS D EXPERTISE DES ARCHITECTES PROULX ET SAVARD ET DE DESSAU

LES RAPPORTS D EXPERTISE DES ARCHITECTES PROULX ET SAVARD ET DE DESSAU ORDRE DU JOUR 1. L objectif 2. Un sommaire des rapports d expertise des Architectes Proulx et Savard et de Dessau 3. La Fabrique Saint-Germain 4. Le projet 5. Les coûts du projet 6. Le financement 7. Les

Plus en détail

La maison dite Le Pigeonnier

La maison dite Le Pigeonnier Patrimoine architectural CONSEIL GÉNÉRAL DU LOT Inventaire de l architecture médiévale du Lot SAINT- PIERRE-TOIRAC La maison dite Le Pigeonnier Étude monumentale GILLES SÉRAPHIN - MARS 2008 SAINT-PIERRE-TOIRAC

Plus en détail

SAINT MÊME LES CARRIERES

SAINT MÊME LES CARRIERES SAINT MÊME LES CARRIERES Jeudi 5 décembre 2013 Aujourd hui nous avons rendez-vous à Saint Même les Carrières avec Madame Carbonel, guide de l association «Saint Même Patrimoine». Et nous voici partis pour

Plus en détail

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF

TECHNIQUE MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF GUIDE TECHNIQUE CONSOMMATEURS MESURES IMPORTANTES CONCERNANT L UTILISATION ET L AMÉNAGEMENT D UN SOUS-SOL NEUF Document préparé par le Service technique et inspection de chantiers de l Association provinciale

Plus en détail

L Hôtel des Terres Rouges Le bastion des travaux publics

L Hôtel des Terres Rouges Le bastion des travaux publics L Hôtel des Terres Rouges Le bastion des travaux publics Pour bien prendre la dimension de l immeuble Terres Rouges, il y a deux choses à faire : prendre du recul et franchir la porte d entrée. En traversant

Plus en détail

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration

le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration le 2 avenue de l observatoire historique du bâtiment école nationale d administration HISTORIQUE DU BÂTIMENT Robert II, dit Le Pieux (972-1031), fils et successeur de Hugues Capet, bâtit le premier en

Plus en détail

PROGRAMME DE TRAVAUX

PROGRAMME DE TRAVAUX MAIRIE DE CUGES LES PINS Place Stanislas FABRE 13 780 CUGES LES PINS Tél : 04.42.73.83.57 - Fax : 04.42.73.81.10 MARCHE DE MAITRISE D ŒUVRE RENOVATION DE LA SALLE DES FETES TRAVAUX D AMENAGEMENT ET D EQUIPEMENTS

Plus en détail

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi

Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi Entrepôts commerciaux : Transporteur Bonnieux puis brasserie, restaurant : fabrique de bière et restaurant Ninkasi 267 rue Marcel-Mérieux square du Professeur-Galtier rue Prosper-Chappet Lyon 7e Dossier

Plus en détail

Direction Marketing et Communication REVUE DE PRESSE

Direction Marketing et Communication REVUE DE PRESSE Direction Marketing et Communication REVUE DE PRESSE 16-05-2013 14 Architecture Le beau geste citoyen de la Société Générale Société Générale rénove l une de ses agences historiques à Casablanca. Ce chantier

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE Inauguration des nouvelles installations de la Casa de Velázquez

DOSSIER DE PRESSE Inauguration des nouvelles installations de la Casa de Velázquez DOSSIER DE PRESSE Inauguration des nouvelles installations de la Casa de Velázquez 1 LA CASA DE VELÁZQUEZ L institution Inaugurée en 1928 sur un terrain cédé par l Etat espagnol à la France, sur le futur

Plus en détail

Patrimoine Architectural et Archéologique

Patrimoine Architectural et Archéologique Patrimoine Architectural et Archéologique Université de Strasbourg / Master 2 Couleur, Architecture - Espace Recherche et analyse de la coloration historique et architecturale Adresse du site: 3 rue du

Plus en détail

Château de Fontainebleau Livret de visite

Château de Fontainebleau Livret de visite Château de Fontainebleau Livret de visite Le château de Fontainebleau fut la maison des rois de France. Les rois de France, comme François Ier, aimaient y venir pour les nombreux animaux qu ils pouvaient

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones;

101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; CHAPITRE XI : STATIONNEMENT HORS-RUE 101. CHAMP D APPLICATION ET RÈGLE GÉNÉRALE Les dispositions du présent chapitre : 1 o s appliquent à toutes les zones; 2 o s appliquent à toute nouvelle construction

Plus en détail

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE

CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE CHAPITRE IV- DISPOSITIONS APPLICABLE A LA ZONE NAUE Caractère de la zone : Cette zone correspond aux secteurs destinés à l accueil d activités, touristiques, commerciales, de services et d équipements

Plus en détail

la Maison du Patrimoine dossier de presse

la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine dossier de presse la Maison du Patrimoine sommaire

Plus en détail

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER

L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER L ART DE L ESPACE = LA CITE RADIEUSE DE MARSEILLE PAR LE CORBUSIER La cité radieuse est haute de 17 étages et regroupe 337 appartements (137x 56 x 24m). Le toit comporte une école maternelle, une piste

Plus en détail

DELEGATION DE LA VIENNE DOSSIER DE PRESSE

DELEGATION DE LA VIENNE DOSSIER DE PRESSE DELEGATION DE LA VIENNE Lancement d une campagne de mécénat populaire pour la restauration du Musée de la Seconde Guerre Mondiale TERCE DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Aurélie CRAVALLEE - Délégation

Plus en détail

le bâtiment administratif

le bâtiment administratif Le bâtiment administratif 1, avenue du Rock n Roll L-4361 Esch-sur-Alzette le bâtiment administratif le bâtiment administratif La construction à Belval du premier bâtiment administratif pour le compte

Plus en détail

La création de La Fondation répond à un vœu exprimé dès. les années soixante par Hans Hartung et Anna-Eva Bergman. Elle

La création de La Fondation répond à un vœu exprimé dès. les années soixante par Hans Hartung et Anna-Eva Bergman. Elle u n e f o n d a t i o n d a r t i s t e s La création de La Fondation répond à un vœu exprimé dès les années soixante par Hans Hartung et Anna-Eva Bergman. Elle a été créée le 16 Février 1994, par un décret

Plus en détail

Une Rentrée en Images

Une Rentrée en Images Une Rentrée en Images Arles, inscrite au Patrimoine mondial de l UNESCO, est fortement marquée par son histoire depuis l Antiquité. Dans le cadre de la «Rentrée en images», nous vous proposons un parcours

Plus en détail

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain

Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Weekend à Marseille Du 14 au 16 novembre prochain Partez à la découverte de la Cité Phocéenne avec la Société des Amis de l IMA Au cours d un weekend de 3 jours à Marseille, nous vous proposons de découvrir

Plus en détail

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013

Ancien prieuré. Aménagement de la maison néogothique. Projet. Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre 08/11/2013 Maître d ouvrage : Ville de la Charité-sur-Loire 58 / Nièvre Ancien prieuré Aménagement de la maison néogothique Projet 08/11/2013 // Pièces écrites / Sommaire /02 Le projet / Description architecturale

Plus en détail

Début du C.A.P. dans les usines de la Vallée de l'orne **

Début du C.A.P. dans les usines de la Vallée de l'orne ** Début du C.A.P. dans les usines de la Vallée de l'orne ** Épreuve de ferrage d un cheval dans les halles de l'usine de Jœuf en 1927 ou 1928. Évolution des candidatures dans la circonscription de Briey

Plus en détail

Quar tier de Kerdrain

Quar tier de Kerdrain Quar tier de Kerdrain Maison, 6 rue Sombreuil 9, rue Cadoudal Maison des années 30. Cette maison a sans doute vue l intervention d un architecte. L aspect «Unicum» vient avant tout de la symétrie axiale

Plus en détail

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN

Les différentes étapes lors de la construction d un bâtiment FIN Avant d attaquer les travaux, les étapes suivantes doivent être réalisées: le terrain a été acheté. le notaire a édité tous les papiers administratifs nécessaires. les plans ont été dessinés et validés

Plus en détail

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1

montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 1 montagedoc 19/10/05 16:33 Page 2 Au pied des Buttes-Chaumont, Sur les Hauts de Belleville, à la conquête de votre espace. Passage de l'atlas - Paris XIX ème montagedoc

Plus en détail

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges

Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges BOURGES ENTRE XIXE ET XXE LA RUE MOYENNE. Par les élèves de Première de la section Histoire des Arts du lycée Alain Fournier de Bourges SIECLE Bourges au fil des siècles Du 1 e au 3 e siècle Du 4 e au

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis?

GUIDE PRATIQUE GUIDE PRATIQUES AUTORISATION TRAVAUX. avez-vous le permis? GUIDE PRATIQUES GUIDE PRATIQUE AUTORISATION TRAVAUX avez-vous le permis? Vous envisagez de faire réaliser des travaux? Attention, de la construction d une maison à la rénovation des combles en passant

Plus en détail

Éco-Jacobins un éco-hameau en coeur de ville

Éco-Jacobins un éco-hameau en coeur de ville semaine de l architecture contemporaine Éco-Jacobins un éco-hameau en coeur de ville Adresse : Boulevard Saint Michel, Le Mans Surface : Hors oeuvre nette : 2 229 m2 Habitable : 1 820 m2 Parti architectural

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ENSEIGNEMENT SUPÉRIEUR ET DE LA RECHERCHE Décret n o 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR : ESRS0905375D

Plus en détail

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU

VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS BANDEAU ALLÈGE ENCADREMENT DE BAIE SOUBASSEMENT CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU 2 VOCABULAIRE D UNE FAÇADE LUCARNE CORNICHE CROUPE GARDE CORPS ENCADREMENT DE BAIE ALLÈGE SOUBASSEMENT BANDEAU MODÉNATURE ENSEMBLE DE DÉCORS ET MOULURES CHASSIS DE TOIT ŒIL DE BŒUF LINTEAU QUEUE DE VACHE

Plus en détail

LA CATHEDRALE DE METZ

LA CATHEDRALE DE METZ LA CATHEDRALE DE METZ UNE VUE GENERALE DEPUIS LA PLACE DE LA COMEDIE 1) Complétez le croquis ci-dessous en dessinant la silhouette de la cathédrale : 2) Répondez aux questions : a) Combien de tours peut-on

Plus en détail

Tony GARNIER. Son projet de «Cité industrielle» révolutionne l urbanisme et l architecture

Tony GARNIER. Son projet de «Cité industrielle» révolutionne l urbanisme et l architecture Architecte urbaniste, ce Lyonnais visionnaire conçoit, dès 1917, les bases de l urbanisme actuel et à ce titre, influence durablement l architecture contemporaine. Tony GARNIER Né le 13 août 1869 à 10

Plus en détail

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002

Inventaire préliminaire des bâtiments patrimoniaux de la CSDM Pascale Beaudet et Caroline Tanguay mai 2002 A IDENTIFICATION 1. APPELLATION actuelle Jeanne-LeBer Autre(s) appellation(s) Saint-Jean 2. No. dossier 56 3. No. réf. Archives CSDM 300 / 300 4. ANNÉE de construction 1957 5. ARCHITECTE concepteur Louis

Plus en détail

Direction de l Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports

Direction de l Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports Direction de l Éducation Nationale, de la Jeunesse et des Sports La Fondation de Monaco permet aux jeunes poursuivant des études relevant de l enseignement supérieur ou des travaux de recherches d être

Plus en détail

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec

Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec Le nouveau pavillon Pierre Lassonde au Musée national des beaux-arts du Québec pour l art Graph Synergie Proposition de contribution à l intention des membres de la communauté d affaires et des bâtisseurs

Plus en détail

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements

parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements parfumerie Sozio, actuellement immeuble à logements 25 avenue Sainte-Lorette quartier Sainte-Lorette Grasse Dossier IA06001597 réalisé en 2008 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Provence-Alpes-Côte

Plus en détail

Maison, actuellement clinique vétérinaire

Maison, actuellement clinique vétérinaire Maison, actuellement clinique vétérinaire 171 avenue du Grand-Port Corsuet Aix-les-Bains Dossier IA73002135 réalisé en 2013 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

De l'hôtel particulier au muséum

De l'hôtel particulier au muséum De l'hôtel particulier au muséum Fiche enseignant 4ème Objectifs - Décrire une architecture, acquérir du vocabulaire spécifique - Connaître la définition et la fonction d'un hôtel particulier et de celui

Plus en détail

ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement. FICHE N 3 : Construction en surélévation

ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement. FICHE N 3 : Construction en surélévation ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 3 : Construction en surélévation LES DEROGATIONS AU DOCUMENT D URBANISME Pour permettre la surélévation

Plus en détail

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER

COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER COMMUNE de CIVRIEUX D AZERGUES LE NUANCIER Les façades Le fond de façade appartient à une famille colorée dominante : les neutres et quelques ocrés (ocre jaune et ocre orangé). Les teintes seront choisies

Plus en détail

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Hôtel de ville place de l' Hôtel de ville Boën Dossier IA42000632 réalisé en 2001 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel Auteurs Bardisa Marie Désignation Dénominations

Plus en détail

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers

Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Convention de coproduction SDIS- UDSP pour les jeunes sapeurs-pompiers Entre le Service Départemental d Incendie et de Secours du Jura, ci-après dénommé le SDIS, représenté par Monsieur Christophe PERNY,

Plus en détail

TRIUM. La revue technique des professionnels du bâtiment ancien. www.atrium-construction.com. Printemps 2011. 10 n 51

TRIUM. La revue technique des professionnels du bâtiment ancien. www.atrium-construction.com. Printemps 2011. 10 n 51 ACONSTRUCTION TRIUM La revue technique des professionnels du bâtiment ancien 10 n 51 Printemps 2011 Réalisations Clochetons de la cathédrale de Rouen Pierre et chaux à Reims Techniques Régulation du chauffage

Plus en détail

Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée

Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée Les Gratte-Ciel : une autre utopie réalisée Nous sommes un groupe de 26 secondes professionnelles (G.A SEN, MRCU). Le mardi 25 septembre nous sommes allés visiter le quartier des Gratte-Ciel à Villeurbanne.

Plus en détail

Des travaux au château de Voltaire!

Des travaux au château de Voltaire! Des travaux au château de Voltaire! La chapelle du château en restauration Newsletter 1 Mars/Avril 2013 Le domaine de Voltaire fait peau neuve! Après deux ans d étude du projet de restauration du château,

Plus en détail

Ecole de la Torchaise puis groupe scolaire Ernest-Pérochon

Ecole de la Torchaise puis groupe scolaire Ernest-Pérochon Ecole de la Torchaise puis groupe scolaire Ernest-Pérochon 20 et 24 rue Blaise-Pascal Poitiers Dossier IA86004880 réalisé en 2009 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du

Plus en détail

CONSTRUCTION D UN LYCEE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS DE SANTE A LUXEMBOURG

CONSTRUCTION D UN LYCEE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS DE SANTE A LUXEMBOURG MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE CONSTRUCTION D UN LYCEE TECHNIQUE POUR PROFESSIONS DE SANTE A LUXEMBOURG CONFERENCE DE PRESSE 5 mars

Plus en détail

DC 2-1-1 : Constitue une enseigne toute inscription, forme ou image apposée sur un immeuble et relative à une activité qui s y exerce.

DC 2-1-1 : Constitue une enseigne toute inscription, forme ou image apposée sur un immeuble et relative à une activité qui s y exerce. Commune de Colombes ( Hauts de Seine) Titre VIII Livre V du code de l environnement Règlement communal de la publicité, des enseignes et pré-enseignes DGST Service GESTION DU DOMAINE PUBLIC colombes règlement

Plus en détail

Modifications du PSMV 2013. Corrections concernant le fond de plan

Modifications du PSMV 2013. Corrections concernant le fond de plan 2013 Corrections concernant le fond de plan - 2012 Correction graphique du plan, La vérification des arrêtés de protections doit être réalisée par les services de la DRAC et reporté au plan PSMV conformément

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT

STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT STATUTS DE L ASSOCIATION AIRSOFT CONTACT CONSTITUTION Article 1 er Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique Fiche 6 : approche scientifique et technique, du projet à la réalisation par le plan Compétence 3 du socle commun de connaissances et de compétences : les principaux éléments de mathématiques et la culture

Plus en détail

CAP Esthétique Cosmétique Parfumerie

CAP Esthétique Cosmétique Parfumerie Note à l'attention des candidats CAP Esthétique Cosmétique Parfumerie Session 2015 Cette note concerne les candidats suivants : CANDIDAT RELEVANT D UN ETABLISSEMENT PRIVE HORS CONTRAT CANDIDAT RELEVANT

Plus en détail

Dossier de presse. Création d une École internationale à Differdange

Dossier de presse. Création d une École internationale à Differdange Dossier de presse Création d une École internationale à Differdange 7 avril 2015 CRÉATION D UNE ÉCOLE INTERNATIONALE À DIFFERDANGE Dans le but de diversifier l offre scolaire, une école internationale

Plus en détail

Bibliothèque universitaire des Sciences campus d Orléans-la-Source

Bibliothèque universitaire des Sciences campus d Orléans-la-Source Bibliothèque universitaire des Sciences campus d Orléans-la-Source Bâtiment Lauréat du Prix de l Equerre d Argent 2005 La Bibliothèque Universitaire des Sciences d Orléans est située dans le paysage verdoyant

Plus en détail

TOME 2. insolite et secret. Jacques Tanguy & Thomas Boivin. beaux livres

TOME 2. insolite et secret. Jacques Tanguy & Thomas Boivin. beaux livres TOME 2 ROUEN insolite et secret Jacques Tanguy & Thomas Boivin beaux livres Les trésors cachés du patrimoine religieux La salle des Etats de l archevêché 30 C est sous l épiscopat du cardinal Guillaume

Plus en détail

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS

JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS JEANNE D ARC ET LA GUERRE DE CENT ANS Cycle et niveau Cycle 3, classe de CM1 Chapitre Le Moyen Age Objectifs Découvrir les conséquences de la rivalité opposant le Roi de France au plus puissant de ces

Plus en détail

L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON

L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON 1 L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE SUPÉRIEUR DU XIX e SIÈCLE À 1960 ENVIRON Jean-François CHARLES, adjoint au chef du Service de l enseignement secondaire supérieur, Espace, 1991, n 11-12, pp. 8-11 (Publication

Plus en détail

Pépinière artistique et urbaine

Pépinière artistique et urbaine Pépinière artistique et urbaine Appel à projets Année 2015 Mise à disposition d espaces de travail Locaux et services Accompagnement Structuration et développement Mise en réseau professionnel Réponse

Plus en détail

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny

La belle histoire de l école St-Louis-de-France. 1901 : La première école dans le village de Charny La belle histoire de l école St-Louis-de-France J ai tenté de retracer pour vous l histoire de l école St-Louis-de-France. Je tiens à remercier M. Alain Boucher de la Commission scolaire des Navigateurs

Plus en détail

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe.

Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant pour titre : Gixe. Gixe Statuts d association conforme à la loi du 1er juillet 1901 1 Constitution Il est constitué entre les soussignés une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 ayant

Plus en détail

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame

F 3 20.01. Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame Règlement d'application de la loi sur les procédés de réclame F 3 20.01 du 11 octobre 2000 (Entrée en vigueur : 20 octobre 2000) Le CONSEIL D ETAT de la République et canton de Genève, vu l article 40

Plus en détail

COLLECTIONS PERMANENTES

COLLECTIONS PERMANENTES COLLECTIONS PERMANENTES Travaux sur la tour de l horloge LES CHANTIERS EN COURS Les travaux sur les bâtiments : des travaux de restauration des façades ont été engagés sur le couvent des Cordeliers (2004),

Plus en détail

DES DÉLÉGATIONS DE POUVOIR POUR LE MAINTIEN DE L ORDRE

DES DÉLÉGATIONS DE POUVOIR POUR LE MAINTIEN DE L ORDRE RECUEIL DES DÉLÉGATIONS DE POUVOIR POUR LE MAINTIEN DE L ORDRE ET ARRÊTÉS DE NOMINATION DE DIRECTEURS DE SITES Mai 2011 Direction des affaires générales et juridiques Le Président VU le code de l éducation,

Plus en détail

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV

De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV CHAPITRE VII. De la composition du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre Ier et du dossier de demande de permis d urbanisme visé au Livre IV Section 1re. Des dossiers des demandes de permis

Plus en détail

L immeuble 1,boulevard Saint-Michel

L immeuble 1,boulevard Saint-Michel L immeuble 1,boulevard Saint-Michel 1860, Paris Gustave Lecomte Plan de la galerie d architecture moderne et contemporaine Les maquettes L immeuble de Gustave Lecomte situé au 1 boulevard Saint-Michel

Plus en détail

Ministère de la culture et de la communication

Ministère de la culture et de la communication Ministère de la culture et de la communication Concours externe et interne de technicien(ne) d art Métiers : Végétaux ; Spécialité : Végétaux SESSION 2014 Epreuve pratique d admission L épreuve pratique

Plus en détail

Histoire de charpente

Histoire de charpente Histoire de charpente Le 15 juin 2012 la restauration de la toiture de l église de Murtin a débuté. Malgré sa hauteur honorable, la grue installée sur la place s est retrouvée bloquée par le coq dominant

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE D ATHLETISME 33 Avenue Pierre de Coubertin 75640 Paris cedex 13

FEDERATION FRANCAISE D ATHLETISME 33 Avenue Pierre de Coubertin 75640 Paris cedex 13 FEDERATION FRANCAISE D ATHLETISME 33 Avenue Pierre de Coubertin 75640 Paris cedex 13 LIGUE : DEPARTEMENT : COMMUNE : CLASSEMENT D UNE INSTALLATION SPORTIVE COUVERTE POUR LA PRATIQUE DE L ATHLETISME Dénomination

Plus en détail

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble

Une sobre prestance. Latham & Watkins LE MAGAZINE. Olivier Delattre, managing partner RENDEZ-VOUS À DOMICILE. Ancien siège de la Seita, l immeuble Latham & Watkins LE MAGAZINE Une sobre prestance Par Nathalie Bru Ancien siège de la Seita, l immeuble aux lourdes façades qu occupe Latham & Watkins a fière allure sur les bords de la Seine. Tout en lignes

Plus en détail

Ensemble des portes et fenêtres du château

Ensemble des portes et fenêtres du château Ensemble des portes et fenêtres du château la Bastie d'urfé Saint-Étienne-le-Molard Dossier IM42000771 réalisé en 2000 Copyrights Copyrights Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel

Plus en détail

Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE

Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE 16 juin Ville de Rosny-sous-Bois ATELIER 2 : PATRIMOINE GLOSSAIRE Acrotère Dans l architecture classique, un acrotère est un ornement sculpté disposé au sommet d un fronton ou sur un pignon. Dans l architecture

Plus en détail