1. Le risque de contrepartie

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. Le risque de contrepartie"

Transcription

1 1. Le risque de contrepartie

2 1.1. Définition : Au sens étroit : Tout crédit est une anticipation de recettes futures (crédit = pari sur la réussite du projet de l emprunteur). Tout crédit comporte le risque que l emprunteur ne respecte pas ses obligations de remboursement. Le risque de contrepartie ou risque de crédit, est le premier des risques auquel est confronté un établissement financier.

3 Le risque de contrepartie désigne le risque de défaut des clients, c'est-à-dire le risque de pertes consécutives au défaut d'un emprunteur face à ses obligations. Perte de tout ou partie des montants engagés : le montant de la perte dépend du moment où se produit le défaut, mais également des garanties prises par la bq. L objectif de la banque est d accorder un crédit que si elle estime que la probabilité de rbt excède celle de non-rbt.

4 Au sens large : Le risque de contrepartie désigne le risque dégradation de la situation financière d'un emprunteur. Cette dégradation accroît la probabilité de défaut, même si le défaut proprement dit ne survient pas nécessairement Détérioration de la qualité du P de crédit et/ou de titres Csq sur la rentabilité du P (donc des FP) et sur le coût du refinancement.

5 Le risque de crédit est un risque critique car le défaut d'un petit nombre de clients importants peut suffir à mettre en grave difficulté un établissement (cf. crise actuelle).

6 Le risque-pays : Compte tenu de l internationalisation des opérations bancaires, une composante importante du risque de crédit est le risque-pays. Il manifeste l insolvabilité de l emprunteur en raison de sa situation géo. C est parce que son activité s exerce dans un pays donné que le débiteur ne peut rembourser son crédit. Le risque-pays a deux composantes : le risque politique et le risque économique.

7 Le risque politique (risque souverain) : L instabilité politique d un Etat provoque des situations de gravité diverse pour le créancier telles que : remise en cause ou renégociation des contrats, limitation ou interdiction des investissements étrangers, limitation ou interdiction des sorties de capitaux, nationalisation avec ou sans indemnisation, ou encore refus de reconnaître les engagements pris sous de précédents gouvernements.

8 D une situation à l autre, les créances détenues sur ces pays politiquement instables voient leur risque s élever et culminer même lorsque le pays annule sa dette vis-à-vis de l étranger.

9 Le risque économique Provient de l incapacité des autorités monétaires d un pays étranger à transférer vers les créanciers les intérêts et le capital des crédits obtenus par les diverses entités publiques ou privées. Risque lié à la situation économique et monétaire du pays étranger qui est incapable d assurer le service à la dette de ses ressortissants.

10 Le risque politique et le risque économique sont liés : l instabilité politique se répercute sur la situation économique et financière, ce qui provoque une crise économique qui accentue l instabilité politique. Le risque-pays s est renforcé sous l effet de la libéralisation, de l internationalisation et de la financiarisation des économies (cf. crises dans les PE).

11 N.B. : pour les instruments de marché, le risque de crédit existe aussi : perte en capital sur le P de titres. La perte en cas de défaut dépend de la valeur de ces instruments et de leur degré de liquidité sur le marché : Si défaillance brutale, perte = valeur d achat Si dégradation progressive, possibilité de céder les instruments sur le marché, mais avec une décote.

12 ! : Pour les instruments dérivés négociés de gré à gré, cette facilité disparaît souvent.

13 1.2. La gestion du risque de contrepartie : Le risque de contrepartie comporte 2 aspects : un aspect externe lié à l insolvabilité de l emprunteur, et un aspect interne qui tient à la façon dont la banque organise la fonction distribution de crédit.

14 Aspect externe L insolvabilité de l emprunteur peut découler de l occurrence de 3 classes de risques : Le risque général : l insolvabilité découle de facteurs externes issus de la situation politique ou économique Le risque professionnel : conjoncture d un secteur d activité Le risque propre à l emprunteur : le plus fréquent et le plus difficile à cerner.

15 Aspect interne La politique de crédit est décidée par la DG de la bq (comité de crédit ou d engagement). Sont décidés les objectifs stratégiques en termes de clientèle, de types de crédits, de zones géographiques, les taux d intérêt à facturer et les garanties à prendre (personnelles et/ou réelles), et les délégations de pouvoir.

16 Les procédures de traitement : l étude de la D de crédit est généralement séparée de la fonction commerciale d entretien de la relation avec le client, qui est elle-même séparée du contrôle interne (vérification du respect des procédures, des objectifs de rentabilité, de l observation de la RP.).

17 1.3. Comment évaluer risque de contrepartie? Les bq sont supposées disposer d une véritable expertise qui leur procure un avantage face à la finance directe pour limiter les asymétries d information (sélection adverse, aléa moral). Pour les particuliers : approche classique d analyse des flux prévisionnels entrants et sortants + credit scoring

18 Pour les entreprises, l entreprise : diagnostic financier de La collecte d informations sur l emprunteur ne se limite pas aux comptes annuels. Elle inclut également la connaissance des marchés et produits sur lesquels le client opère et la compréhension de la stratégie qu il développe. La relation de LT permet au banquier d apprécier les qualités de compétence et de moralité des dirigeants. Consultation d infos externes tq la banque de données FIBEN ou la notation d une agence.

19 L analyse de la situation financière de l emprunteur : le banquier étant créancier (généralement non prioritaire), l analyse du risque est centrée sur la solvabilité de l emprunteur, c est-à-dire son aptitude à rembourser ses dettes exigibles avec ses actifs. Cette analyse de la solvabilité va différer selon que la demande de crédit concerne l exploitation ou l investissement : A CT, l analyse financière se concentre sur la liquidité, la qualité des actifs et l échéancier dépenses-recettes. A LT, l analyse financière porte sur les perspectives de développement. L activité nouvelle engendrée par l I dégagera-t-elle une marge suffisante pour permettre le rbt des crédits et le maintien de l équilibre financier?

20 1.4. La quantification du risque de crédit : le RAROC Risk Adjusted Return On Capital : définir la rentabilité ajustée au risque définir le couple (risque, rentabilité anticipée). Ce type d approche a servi de référence à l élaboration des Accords de Bâle 2.

21 La méthode RAROC permet une bonne évaluation du coût du risque ainsi qu une allocation optimale des FP : La prise en compte du coût moyen du risque : pour éviter que pour une même rémunération le risque encouru puisse fluctuer fortement, il est nécessaire, dès la prise de décision, de quantifier la proba de non-rbt, ie la VA d un coût futur.

22 L évaluation des FP économiques : la méthode repose sur le principe que les pertes maximales (ie les pertes inattendues déviant de la perte moyenne) liés aux crédits octroyés doivent être couvertes par des FP qualifiés de FP économiques. Allouer des FP économiques vise à maintenir l activité bancaire pérenne.

23 RAROC consiste à dissocier le risque sous-jacent à une opération de crédit en un risque prévisible et un risque exceptionnel. Le risque prévisible correspond à un défaut moyen auquel il faut s attendre par rapport au taux de sinistralité constaté sur le segment de clientèle considérée. La perte doit être couverte ex ante par la tarification du crédit.

24 Le risque imprévisible correspond à des pertes inattendues (déviant de la moyenne). La bq doit affecter un montant de FP permettant de couvrir la différence entre le montant de cette perte maximale et le montant de la perte moyenne. Pb : estimation de ces 2 types de risque.

25 L estimation du risque prévisible, donc de la perte moyenne associée, doit être constatée statistiquement pour chaque type de client et chaque type de crédit. Il est donc nécessaire de disposer d une Base de Données historiques performante (coûts associés important pouvant induire des biais). La tarification doit alors tenir compte de l ensemble des coûts liés à l opération de crédit : coût de la R (tx moyen de refinancement), coût du risque, coûts opérationnels (charges de gestion).

26 L estimation du risque imprévisible est complexe. La bq doit combiner les approches historiques (BdD internes) et paramétriques (identification de la loi de distribution des pertes par la loi normale). L estimation de la perte maximale exige également la définition d un seuil de confiance. Pb : la loi normale est inadéquate pour estimer ces pertes, car pour des pertes très lourdes, les proba restent élevées. Cette caractéristique est le résultat d un mr du crédit imparfait (pb d illiquidité) et/ou inefficient (asymétrie d info).

27 Les approches de la méthode RAROC peuvent se faire à 2 niveaux : cellule de risque ou sphère commerciale. RAROC = (Recettes Pertes moyennes - Impôts)/FP éco

28 Pour la sphère commerciale, RAROC donne des infos concernant le risque et la rentabilité prévisionnels au moment de l examen du dossier de crédit rationalisation de la procédure d octroi de crédit meilleure gestion des FP par le calcul de la rentabilité prévisionnelle nette de risque. Mais également RAROC permet de tenir compte de tous les engagements du client, le crédit étant faiblement rentable.

29 Pour gérer le risque, RAROC est un outil de la gestion ALM. Elle repose sur les apports de la TMP (Markowitz) appliquée au bilan bancaire. Objectif : mesurer la contribution d un engagement au risque du P compte tenu du profil de risque de la banque. Il s agit donc d évaluer les risques et de les confronter à la rentabilité générée pour décider éventuellement d une allocation différente des risques.

30 Cpdt, l existence d une op insuffisamment rentable individuellement peut se justifier, car elle permet de diversifier les risques (corrélation négative), donc de réduire le risque global. Au-delà du principe de diversification, la cellule Risk Management peut utiliser des techniques de gestion active du P afin de réduire la consommation de FP.

31 La titrisation et les dérivés de crédit permettent ainsi de faire converger le P de créances bancaires vers la frontière efficiente, ie optimiser le couple (risque, rentabilité anticipée).

32 1.5. La titrisation des créances bancaires : On-balance sheet : l EC émet des titres gagés sur un pool de créances, lesquelles demeurent inscrites à son bilan, mais sont cantonnées juridiquement (covered bonds/obligations foncières). Off-balance sheet : technique qui impacte directement le bilan de l EC. Cession des créances à une institution spécifique (SPV/FCC) qui finance cette acquisition par l émission de titres vendus aux investisseurs finaux. Les revenus versés aux

33 détenteurs proviennent directement des revenus engendrés par les créances inscrites à l actif du FCC. Plusieurs types titres émis : Les ABS : crédits conso, crédits auto Les MBS : crédits hypothécaires

34 Les CDO : alors que les ABS sont adossés à un P d A homogènes et nbx, les CDO font davantage jouer le principe de diversification (A hétérogénes) et sont composés d un nb + réduit de lignes. Les A sont soit des prêts (CLO), soit des titres obligataires de firmes (CBO).

35 l appréhension du risque est donc différente: - pour les ABS : utilisation des taux de défaut historiques et de la loi des gd nb. - pour les CDO : évaluation individuelle + détermination des corrélations. le passif du SPV peut être structuré de 2 façons: Pass-trough : les revenus issus des A sont reversés aux actionnaires de façon identique au prorata de leur I.

36 Pay-trough : le passif est composé de titres présentant des expositions au risques différentes. La rémunération des investisseurs est alors hiérarchisée : Tranche equity : absorbe l essentiel du risque mais rémunération forte. Tranche mezzanine : exposition au risque intermédiaire Tranche senior : exposition au risque faible.

37 Des modèles statistiques calculent l épaisseur des tranches permettant d absorber 99%, 99,9% voire 99,99% des défauts. Ainsi, si le portefeuille titrisé a un taux de défaut moyen de 2%, on structure une tranche de manière à ce qu elle puisse encaisser 10% de défaut. La probabilité pour que le défaut moyen dépasse les 10% étant quasiment nulle, la tranche est considérée comme très sûre et reçoit la meilleure note de solidité financière : le fameux AAA.

38 Pour le marché des subprimes le taux de défaut moyens étaient d environ 5% et l on structurait des tranches pour absorber 10 à 15 % de défaut. Au total, les titrisations semblaient présenter un couple rentabilité-risque intéressant.

39 Le défaut des modèles statistiques qui permettent de structurer ces titrisations est qu ils reposent sur des lois qui sont symétriques par rapport au temps. Autrement dit, le futur y joue le même rôle que le passé. Or le marché américain des subprimes a connu une rupture dans son processus d évolution historique. Les taux de défaut qui diminuaient depuis 2002 ont connu un retournement de tendance en 2006 et ont progressé au-delà des 15%.

40 Dés lors les titrisations du statut de très sûr passent au statut de très risqué et leurs valorisations deviennent extraordinairement volatiles. Au fur et à mesure que les taux de défaut progressent et se rapprochent des niveaux de protection des tranches, les titrisations acquièrent un caractère digital : elles valent 100 % si le taux défaut demeurent sous le niveau de la tranche ou 0% sinon.

41 Le risque de crédit n est pas un risque comme les autres. En effet, le risque de perte y est total et les produits financiers complexes construits sur ce type de risque sont considérablement plus dangereux que les produits similaires sur les autres marchés (actions, taux d intérêt, taux de change, matières premières).

42 1.6. Les dérivés de crédit Produit dérivé de gré à gré dont le sous-jacent est un actif de type crédit, c'est-à-dire une créance ou un titre représentatif d'une créance (obligation). Le but du dérivé de crédit est de transférer les risques relatifs au crédit, sans transférer l'actif lui-même. Ainsi, une bq peut externaliser le risque sur une contrepartie donnée en achetant un dérivé de crédit dont le sous-jacent est, par ex., une obligation émise par la contrepartie.

43 Un dérivé de crédit permet à un " originateur " ou acheteur de protection de transférer le risque lié à un actif de type crédit à une ou plusieurs contreparties, les vendeurs de protection. Protection contre le risque de défaut. L'utilisation des dérivés de crédit permet également aux banques de diversifier leurs P de crédit sans sortir de leur créneau de clientèle habituel.

44 Les emprunteurs (émetteurs d'obligations par exemple) sont également amenés à s'en servir pour se couvrir contre d'éventuelles fluctuations des conditions de marché qui pourraient amener une dégradation de leurs conditions de financement. Plusieurs produits.

45 Les credit default swaps : s apparente à un contrat d assurance où l acheteur souhaite se protéger contre l occurrence d un événement affectant la créance qu il détient (paiement d une prime). Si cet événement se produit, le vendeur paie un flux égal entre le pair du crédit et sa valeur de marché. L événement n est pas synonyme de dépôt de bilan de la contrepartie. Il peut s agir d un simple downgrading ou d un défaut de paiement.

46 Le credit spread derivatives : garantit à l acheteur un spread futur entre le rdt du ss-jacent et le tx de rdt d une valeur de référence (moyennant le paiement d une prime). Par ex., l acheteur de protection se protège contre la dégradation du spread de l obligation d un émetteur par rapport à l obligation d Etat de même échéance.

47 Le total return swap : permet d échanger la perf d un actif qcq contre une référence variable (Euribor). L acheteur de protection peut ainsi transférer intégralement le risque de crédit et le risque de marché générés par l actif ss-jacent au vendeur. Le versement des flux peut intervenir soit à l échéance (antérieure à la maturité du ss-jacent), soit périodiquement.

48 Le credit linked notes : emprunts obligataires émis par une bq qui veut se protéger sur un actif conclu avec une contrepartie, dt le rbt est conditionné par la non défaillance de cette contrepartie (occurrence d un credit event). L acheteur de protection émet des titres, reçoit le principal et paie des î périodiques. A l échéance, il rembourse le principal si l événement ne se produit pas. S il se produit, le contrat est interrompu : l acheteur verse la différence entre la valeur de marché de l A et le principal.

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

Chapitre 20. Les options

Chapitre 20. Les options Chapitre 20 Les options Introduction Les options financières sont des contrats qui lient deux parties. Les options existent dans leur principe depuis plusieurs millénaires, mais elles connaissent depuis

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

Qu est-ce qu une banque?

Qu est-ce qu une banque? Qu est-ce qu une banque? Nathalie Janson 1 Financement de l Activité économique Développement des entreprises nécessite apport de fonds Les entreprises peuvent se financer de façon interne ou externe Les

Plus en détail

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE

LES RISQUES DEUXIÈME PARTIE DEUXIÈME PARTIE LES RISQUES Les opérations de marché présentent des risques qui doivent être identifiés et mesurés. En matière de finance internationale, on pense d abord au risque de change. Celui-ci

Plus en détail

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires

Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires Dettes et Fonds Propres, banques et marchés ; des financements complémentaires SEPL Lyon, 6 octobre 2014 Banque de France Pierre du Peloux directeur régional 1 Peut on répondre à ces quelques questions?

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

Risk Adjusted Return On Capital

Risk Adjusted Return On Capital Master gestion des risques Abdelkader Bousabaa 19 Novembre 2008 Historique Définition Historique Charles S. Sanford (Bankers Trust) Développement tardif en France État des lieux Historique Définition Définition

Plus en détail

Transferts et titrisation d actifs

Transferts et titrisation d actifs Transferts et titrisation d actifs (Septembre 1992) Le présent rapport 1 passe en revue, sous l angle du contrôle bancaire, divers aspects des transferts et de la titrisation d actifs en mettant plutôt

Plus en détail

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64

Edition 2015. Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Edition 2015 Nomenclatures d activités et de produits françaises NAF rév. 2 - CPF rév. 2.1 Section K Division 64 Section K : ACTIVITÉS FINANCIÈRES ET D ASSURANCE Cette section comprend les activités des

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Politiques et procédures en matière de gestion de risques

Politiques et procédures en matière de gestion de risques Introduction Politiques et procédures en matière de gestion de risques La Banque africaine de développement a établi et applique diverses politiques et procédures visant à réduire ou à limiter son exposition

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010 23 juillet 2010 Définitions Exemples - Interactions Obligations Credit Default Swap (CDS) First To Default Collateralized Debt Obligation (CDO) Probabilité de défaut Le modèle exponentiel dynamique - Introduction

Plus en détail

Dès le début des années 2000, les transferts

Dès le début des années 2000, les transferts 38-43 DriveBisCor.qxd 17/07/13 10:57 Page 38 SAVOIRS par Dominique Beudin Les dérives des dérivés de crédit Les produits dérivés permettent de transférer les risques de certaines opérations financières.

Plus en détail

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière

Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 2002-04 du 28 mars 2002 Sur le traitement comptable du risque de crédit dans les entreprises relevant du Comité de la réglementation bancaire et financière Sommaire

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres

Pratiques exemplaires en gestion du risque de crédit. Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne: Affaires juridiques et conformité Comptabilité réglementaire Crédit Détail Haute direction Institutionnel

Plus en détail

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels

Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels Avertissement sur les risques liés aux instruments financiers Clients professionnels 07/10/2014 Le présent document énonce les risques associés aux opérations sur certains instruments financiers négociés

Plus en détail

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES COLLEGE. Réunion du mercredi 2 avril 2014

RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES COLLEGE. Réunion du mercredi 2 avril 2014 COLLEGE Réunion du mercredi 2 avril 2014 RECUEIL DE NORMES COMPTABLES DES ETABLISSEMENTS PUBLICS NATIONAUX NORME 11 - LES DETTES FINANCIERES ET LES INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME NORME N 11 LES DETTES

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu?

Crédit et risque. Profil de risque de l entreprise. 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? 2. Comment un crédit est-il conclu? Crédit et risque Profil de risque de l entreprise 1. Quelle est la signification du terme «crédit»? Petit Robert : confiance qu inspire quelqu un ou quelque chose, opération par laquelle une personne met

Plus en détail

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006

INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 1 INSTRUCTION N 2006-04 DU 24 JANVIER 2006 RELATIVE AUX MODALITÉS DE CALCUL DE L ENGAGEMENT DES OPCVM SUR INSTRUMENTS FINANCIERS À TERME Prise en application des articles 411-44-1 à 411-44-5 du règlement

Plus en détail

Informations financières sur le fonds de stabilisation

Informations financières sur le fonds de stabilisation Informations financières sur le fonds de stabilisation SNB StabFund Société en commandite de placements collectifs (fonds de stabilisation) constitue, avec ses filiales, un placement collectif fermé au

Plus en détail

Chapitre 5 : produits dérivés

Chapitre 5 : produits dérivés Chapitre 5 : produits dérivés 11.11.2015 Plan du cours Options définition profil de gain à l échéance d une option déterminants du prix d une option Contrats à terme définition utilisation Bibliographie:

Plus en détail

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance

en juste valeur par résultat Placements détenus jusqu à échéance Normes IAS 32 / Instruments financiers : Présentation Normes IAS 39 / Instruments financiers : Comptabilisation et Evaluation Normes IFRS 7 / Instruments financiers : Informations à fournir Introduction

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites

Note pour le Conseil d orientation des Retraites. Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites DF / JLN / 05-032 LE 10 FEVRIER 2005 Note pour le Conseil d orientation des Retraites Situation et Perspectives du Fonds de Réserve pour les Retraites 1. Où en est le FRR aujourd hui? Le Fonds de Réserve

Plus en détail

L obligation foncière allemande

L obligation foncière allemande L obligation foncière allemande Présentation à l ACFAS 2012 Alexander Reimers 1 L obligation foncière Un produit de titrisation de crédits hypothécaires à la rescousse des banques allemandes touchées par

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES

FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES FICHE TECHNIQUE N 12 INSTRUMENTS FINANCIERS A TERME ET EMPRUNTS EN MONNAIES ETRANGERES V2.0 Page 1 sur 117 DESTINATAIRES Nom Direction M. Litvan FCE 6 ème Sous-direction M. Soulié FCE 7 ème Sous-direction

Plus en détail

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit

Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Modifications au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements de crédit Les modifications suivantes sont apportées au commentaire du règlement relatif aux fonds propres des établissements

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

Présentation de l entreprise

Présentation de l entreprise Présentation de l entreprise L investissement des collectivités locales : un enjeu national «L investissement des collectivités locales est nécessaire à l avenir économique et à la cohésion sociale du

Plus en détail

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers

Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers Norme internationale d information financière 9 Instruments financiers IFRS 9 Chapitre 1 : Objectif 1.1 L objectif de la présente norme est d établir des principes d information financière en matière d

Plus en détail

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017.

CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017. Table de matière CHAPITRE I - REGLEMENT DE GESTION DU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE ALLIANZ RENDEMENT 2017... 3 CHAPITRE II AUTRES DISPOSITIONS RELATIVES AU FONDS D INVESTISSEMENT INTERNE... 6 1. Gestion

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior 1 Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior Intervenants 2 Jean-Marie Catala Groupama Asset Management Directeur du Développement Directeur Général Délégué Thibault de SAINT

Plus en détail

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT)

Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) Portefeuille de trésorerie de l Université d Ottawa Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie (ÉPRPT) 1. But L Énoncé de la politique et des règles de placement de la trésorerie

Plus en détail

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise.

Lexique financier. Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Lexique financier Actif Partie du bilan qui représente les biens et les créances que possède une entreprise. Actif circulant Partie de l actif du bilan qui comprend des actifs temporaires induits par l

Plus en détail

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada

États financiers consolidés intermédiaires résumés de. L Office d investissement du régime de pensions du Canada États financiers consolidés intermédiaires résumés de L Office d investissement du régime de pensions du Canada 30 septembre 2015 Bilan consolidé intermédiaire résumé Au 30 septembre 2015 (en millions

Plus en détail

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux

Identifier les modes de financement de l activité économique et comprendre le fonctionnement du marché des capitaux Module 6 : Comprendre comment l'activité économique est financée et analyser les conséquences de la globalisation financière 6.1 : Identifier les modes de financement de l'activité économique et analyser

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

Copyright Michel d'agata 2012 www.dagata.fr

Copyright Michel d'agata 2012 www.dagata.fr Les métiers de l activité d intermédiation L activité d intermédiation bancaire telle que la pratique une banque classique recouvre trois métiers : Le métier de collecteur procure des ressources à un coût

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière

Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière Les grandes étapes de la crise financière Ce chapitre est une synthèse de Documents et débats n 2 : la crise financière (Banque de France, février 2009), qui a pour objet d expliquer le passage d une crise

Plus en détail

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o

de de Analyse Sujet abordé révision Exercice compréhension de cas n o n o n o n o 2824RE_chap_EP4.qx:quark de base 7//09 7:31 PM Page 475 Chapitre : Les placements Les placements Les sujets abordés pour chacun des travaux suggérés Dans tous les exercices et problèmes, nous calculons

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N O 1

TRAVAUX PRATIQUES N O 1 FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAUX PRATIQUES N O 1 Introduction aux produits dérivés Par : GHLAM Karim Professeur responsable : MORESINO Francesco Assistant : RIBON Stéphane Genève, 05.10.2012 Haute École

Plus en détail

UE 6 Finance d entreprise Le programme

UE 6 Finance d entreprise Le programme UE 6 Finance d entreprise Le programme Légende : Modifications de l arrêté du 8 mars 2010 Suppressions de l arrêté du 8 mars 2010 Partie inchangée par rapport au programme antérieur 1. La valeur (15 heures)

Plus en détail

B - La lecture du bilan

B - La lecture du bilan 8.2 La lecture des comptes annuels B - La lecture du bilan Référence Internet Saisissez la «Référence Internet» dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder à ce chapitre actualisé

Plus en détail

La titrisation origine des crises ou opportunité de financement?

La titrisation origine des crises ou opportunité de financement? La titrisation origine des crises ou opportunité de financement? 11 La titrisation origine des crises ou opportunité de financement? Abdelilah EL ATTAR Enseignant chercheur Habilité Laboratoire «Economie

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes :

La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes : La technique de la titrisation La technique de la titrisation se caractérise par la combinaison de trois mécanismes : Le pooling : l assemblage par une institution financière d un portefeuille composé

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Exigences de fonds propres relatives au risque de crédit

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Exigences de fonds propres relatives au risque de crédit Circ.-CFB 06/_ Risques de crédit Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Exigences de fonds propres relatives au risque de crédit (Risques de crédit) du [date] 2006 Projet du 2 mars 2006

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT

LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT LA GESTION DU RISQUE DE TAUX D INTERÊT Finance internationale, 9 ème éd. Y. Simon & D. Lautier 1 Pour les investisseurs, le risque de taux d intérêt est celui : - d une dévalorisation du patrimoine - d

Plus en détail

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014

HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 HSBC SFH (France) Rapport sur la qualité des actifs au 30 Juin 2014 1 I. Prêts garantis 1) Répartition par catégories de créance, par types de contrepartie et par types de garantie : Date des données :

Plus en détail

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins

Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Capital réglementaire, économique et simulations de crise au Mouvement Desjardins Présentation dans le cadre de l événement «Journée carrière PRMIA» 17 mars 2015 Mathieu Derome, M.Sc. Directeur Principal

Plus en détail

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL

RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 20.10.2015 COM(2015) 509 final RAPPORT DE LA COMMISSION AU PARLEMENT EUROPÉEN ET AU CONSEIL présenté en vertu de l article 503 du règlement (UE) nº 575/2013 Exigences

Plus en détail

Règlement de placement. Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015)

Règlement de placement. Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015) Du 5 décembre 2013 (état au 1 er janvier 2015) TABLE DES MATIERES 1. OBJET 4 2. ORGANISATION ET PROCESSUS DE L ADMINISTRATION DE LA FORTUNE 4 3. ALLOCATION STRATEGIQUE DES ACTIFS 6 4. RESERVE DE FLUCTUATION

Plus en détail

VOTRE UNIVERS DE SERVICES FINANCIERS

VOTRE UNIVERS DE SERVICES FINANCIERS DÉRIVÉS DE CRÉDIT : QUELLE UTILISATION? QUANTS N 40 Vivien Brunel Pierre de La Noue VOTRE UNIVERS DE SERVICES FINANCIERS QUANTS N 40 DERIVES DE CRÉDIT : QUELLE UTILISATION? Vivien Brunel 1 Pierre de La

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT

GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT MÉTHODE GLOSSAIRE ET QUESTIONNAIRE DE L ENQUÊTE AUPRÈS DES BANQUES SUR LA DISTRIBUTION DU CRÉDIT 19 novembre 2013 Définitions utilisées dans le questionnaire de l enquête 2 Questionnaire de l enquête trimestrielle

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

EMPRUNT PALATINE TERMES ET CONDITIONS INDICATIFS

EMPRUNT PALATINE TERMES ET CONDITIONS INDICATIFS Emetteur Titre de créance intégralement remboursé à l échéance ( * ) Souche n 1 Devise Montant Nominal Total Prix d Emission Valeur Nominale Indiquée Montant minimum de souscription Banque Palatine (Fitch

Plus en détail

Le financement de l entreprise

Le financement de l entreprise Le financement de l entreprise Lors de sa création, puis au cours de son développement, l entreprise au moment opportun, doit détenir les ressources financières nécessaires pour faire face à ses échéances,

Plus en détail

En millions CHF ou selon indication 2014 2013

En millions CHF ou selon indication 2014 2013 32 Distribution de dividendes Les réserves distribuables sont déterminées sur la base des capitaux propres statutaires de la maison mère Swisscom SA et non sur les capitaux propres figurant dans les états

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés

Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les risques associés Septembre 2007 Informations sur la nature et les caractéristiques des instruments financiers et les

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES

1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES 1- PRINCIPES DE GESTION DES RISQUES Objectifs du chapitre : à la fin de ce chapitre, vous devrez savoir... expliquer ce qu est un «risque» différencier les techniques fondamentales (éviter/prévenir/absorber/transférer)

Plus en détail

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels

Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels 4 avril 2014 Séminaire EIFR / Covered bonds et titrisation Intérêt des covered bonds pour les investisseurs institutionnels Sommaire 1. Cadre légal français / focus SFH 2. Caractéristiques des crédits

Plus en détail

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers

I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers I. Risques généraux s appliquant à l ensemble des instruments financiers 1. Risque de liquidité Le risque de liquidité est le risque de ne pas pouvoir acheter ou vendre son actif rapidement. La liquidité

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

Allianz, un groupe solide

Allianz, un groupe solide Allianz, un groupe solide Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Rédaction achevée le XX / 01 /2012 Direction de la Communication - Allianz France Achevé de rédiger le 19 mars 2014 AVERTISSEMENT: Ce document

Plus en détail

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR

POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR POLITIQUE DE MEILLEURE EXECUTION DE LYXOR Le présent document est une information sur la politique de meilleure exécution de Lyxor Asset Management et de Lyxor International Asset Management (ensemble

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE

BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE Paris, le 2 octobre 2014 BANQUE CENTRALE EUROPÉENNE COMMUNIQUÉ DE PRESSE LA BCE ANNONCE LE DETAIL OPERATIONNEL DES PROGRAMMES D'ACHATS DE TITRES ADOSSES A DES ACTIFS ET D'OBLIGATIONS SECURISEES Ces programmes

Plus en détail

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR

Le Comité de Bâle vous souhaite une belle et heureuse année 2013 Adoption du ratio de liquidité LCR David Benamou +33 1 84 16 03 61 david.benamou@axiom-ai.com Philip Hall +33 1 44 69 43 91 p.hall@axiom-ai.com Adrian Paturle +33 1 44 69 43 92 adrian.paturle@axiom-ai.com Le Comité de Bâle vous souhaite

Plus en détail

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises

Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises Règlement n 90 15 du 18 décembre 1990 relatif à la comptabilisation des contrats d échange de taux d intérêt ou de devises modifié par les règlements n 92 04 du 17 juillet 1992, n 95-04 du 21 juillet 1995,

Plus en détail

La question de la retraite

La question de la retraite Partie 1 La question de la retraite Introduction............................................................ 3 Les enjeux liés aux caisses de retraite......................... 7 L actualité des questions

Plus en détail

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64

Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2. Section K Division 64 Nomenclatures 2008 NAF rév. 2 - CPF rév. 2 Section K Division 64 64 ACTIVITÉS DES SERVICES FINANCIERS, HORS ASSURANCE ET CAISSES DE RETRAITE Cette division comprend les activités de collecte et de redistribution

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Diagnostic financier - Corrigé

Diagnostic financier - Corrigé Diagnostic financier - Corrigé Nous effectuerons ce diagnostic financier en présentant d abord une étude de rentabilité et de profitabilité du groupe Nestor, ensuite une étude de la structure financière

Plus en détail

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots

ACTIONS ET OBLIGATIONS Les placements financiers en quelques mots Aperçu des actions et des obligations Qu est-ce qu une action? Une action est une participation dans une entreprise. Quiconque détient une action est copropriétaire (actionnaire) de l entreprise (plus

Plus en détail

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE

CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE CREATION MONETAIRE ET SON CONTROLE PAR LES AUTORITES MONETAIRES SECTION 1 : LA CREATION MONETAIRE A Acteurs et modalités de création monétaire : La création monétaire consiste à accroître la quantité de

Plus en détail

LE RISQUE DE CRÉDIT ET LES RISQUES NON FINANCIERS

LE RISQUE DE CRÉDIT ET LES RISQUES NON FINANCIERS Gestion économique du risque préparé par : El KHOURY Badredine GUINDO Abdoulaye Année universitaire 2009-2010 LE RISQUE DE CRÉDIT ET LES RISQUES NON FINANCIERS Plan : Introduction : 1ere partie : Le risque

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail