Aspects techniques et stratégiques

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aspects techniques et stratégiques"

Transcription

1 Conservatoire National des Arts et Métiers Chaire de Finance Diplôme Etudes Supérieures Spécialisées «Analyse Stratégique Financière et Industrielle» MEMOIRE La titrisation et la nouvelle réglementation bancaire Bâle II Aspects techniques et stratégiques Philippe Castel Année universitaire

2 Remerciements Ce mémoire s inscrit dans le cadre d une formation continue dispensée par le, le DESS Analyse Stratégique Industrielle et Financière. Je tiens vivement à remercier les personnes suivantes sans lesquelles la rédaction du mémoire n aurait pas été possible: Vivien Brunel, Analyste risque de crédit, Département des risques et capital économique, Société Générale, pour m avoir conseillé et aidé tout au long de la rédaction de ce mémoire François Baldeyrou, Responsable des Ressources Humaines SDFI BNP Paribas, pour avoir accepté de financer le DESS Analyse Stratégique Industrielle et Financière dans le cadre de la formation continue de BNP Paribas Lease Group. Bernard Beller, Directeur de la formation, BNP Paribas Lease Group, pour m avoir permis de suivre les enseignements du CNAM de Paris dans le cadre de la formation continue. Page 2

3 Avant propos La titrisation consiste à céder des actifs à une structure distincte, le fonds commun de créances, qui émet des titres financiers afin de financer l achat des actifs. Les flux générés par les actifs permettront de verser des intérêts aux investisseurs ayant acquis des titres. La réglementation prudentielle est très importante pour les banques car elle établit les méthodes de calcul du capital réglementaire et définit les orientations en matière de gestion des risques. L enjeu de la nouvelle réglementation en cours de négociation est stratégique pour les banques car elle détermine le niveau de capital réglementaire et l allocation des fonds propres au sein des établissements de crédits selon le niveau de consommation des capitaux propres. Ce mémoire présente l impact des nouvelles dispositions réglementaires bancaires sur les activités de titrisation à partir du document consultatif N 3 émis fin avril 2003 par le comité de Bâle. Dans un premier temps, je présente le principe de la titrisation, ses avantages pour l entreprise qui réalise l opération et pour les investisseurs intéressés par des titres issus de fonds titrisés. Les mécanismes de structuration des opérations de titrisation sont ensuite détaillés. Dans un second temps, l historique de la réglementation bancaire est présenté avant de décrire les dernières évolutions qui ont mené un round de consultations afin valider le nouvel accord de Bâle II. Dans un dernier temps, la nouvelle réglementation bancaire du document consultatif N 3 du comité de Bâle est décrite tout en détaillant ses principes théoriques sous-jacents. Je présente ensuite les résultats des tests comparatifs entre réaliser et ne pas réaliser une opération de titrisation sous l optique de réaliser des économies de capital réglementaire. Enfin, la formule prudentielle est explicitée car elle est source d intenses critiques de la part de la profession. Page 3

4 Table des Matières 1 LA TITRISATION D ACTIFS Définition Historique Le mécanisme d une opération de titrisation La description schématique d une titrisation Les acteurs d une opération de titrisation Le fonds commun de créances Les gains de la titrisation pour le cédant Conception à la carte Une source de liquidités Une source de financement Low cost Transferts de risques Une source de gestion de la structure financière Une économie de capitaux propres Améliorer son coût du capital Les avantages pour les investisseurs L asymétrie d information est diminuée Réduction des aléas économiques et du corporate governance La réduction de la volatilité des notations La gamme d actifs est large La structuration Le réhaussement de crédit Les structures Les coûts d une opération de titrisation Le marché de la titrisation LA NOUVELLE REGLEMENTATION BALE II Historique de la réglementation bancaire : la naissance du Ratio Cooke L évolution de la réglementation bancaire Apparition de nouveaux risques Contournement de la réglementation pour optimiser le niveau de capital réglementaire LE NOUVEL ACCORD DU COMITE DE BALE : 3EME DOCUMENT CONSULTATIF MAI La réforme Page 4

5 3.1.1 Le Pilier 1 Les contraintes de capital réglementaire Le capital économique Le ratio McDonough La notation ou le rating Les fondements théoriques de Bâle II Le modèle de la firme Le modèle Vasicek L approche standard L approche par les notations ou Rating Based Approach Les composantes du risque Calcul du K irb pour le portefeuille sous-jacent La distinction selon le statut de la banque vis à vis du pool titrisé Capitaux réglementaires maximum Pondérations de l approche RBA ou «Rating Based Approach» Calculs de capital réglementaire pour un portefeuille test Méthodologie Résultats pour l approche standard Résultats pour l approche par les notations RBA La formule SFA Fondements théoriques de la formule SFA La fonction K[L] La formule prudentielle L approche SFA Le paramétrage de la formule prudentielle Représentation graphique de la fonction K[] et des add-ons Déduction en dessous du Kirb Le facteur τ Le facteur ω Le plancher CONCLUSION ANNEXES Possibilités d arbitrage pour une banque originator Textes régissant les Fonds Commun de Placement Tableau des probabilités de défaut Références Page 5

6 5.5 Bibliographie Liens Internet Glossaire Page 6

7 1 La titrisation d actifs 1.1 Définition La titrisation est un mécanisme qui consiste à transformer différents types d actifs en titres négociables sur un marché financier. Cette technique est accessible aux entreprises détenant une masse d actifs pour lesquels il est possible de connaître la nature des flux financiers futurs. La plupart du temps, une société dédiée ou Special Purpose Vehicule (SPV) est créée afin de recevoir les actifs et d émettre les titres financiers de type obligataires ou billets trésorerie. En France, cette opération est réalisable en créant un fonds commun de créances (FCC). Le FCC acquiert des actifs qu il paye au cédant en s endettant auprès d investisseurs lesquelles versent des fonds et reçoivent en échanges des titres assortis d intérêts et de conditions de remboursement. Le principe est schématisé dans la figure ci-dessous. Cédant Actifs FCC Flux financiers Investisseurs Liquidités Achats de titres Graphique 1 Le principe de la titrisation 1.2 Historique La titrisation est née aux Etats-Unis dans les années 1960 afin de relancer le financement immobilier résidentiel. Les taux d intérêt étaient très élevés et le plafonnement de la rémunération des dépôts soumis à la réglementation «Q» bloquait le refinancement des banques. Jusqu au moment de la crise 1929, les banques collectaient des dépôts à court terme et prêtaient à long terme. La crise financière a provoqué une crise de confiance dans le système financier et a engendré un retrait massif des dépôts. Les banques ont été alors dans l incapacité de réaliser des opérations de prêts. Afin de pallier le blocage, l état créa en 1932 trois organismes chargés d organiser le rachat des prêts hypothécaires et d organiser un marché secondaire. Cependant la montée des taux d intérêt et l avantage concurrentiel que possédaient les agences gouvernementales ont entraîné l apparition d un oligopole. Pour améliorer le refinancement des prêts hypothécaires, les pouvoirs publics ont engagé une réforme en 1968 qui a permis aux agences gouvernementales d émettre des valeurs mobilières adossées à des lots de créances hypothécaires. La première opération de titrisation a eu lieu en 1970 aux Etats-unis. L agence gouvernementale américaine GMNA ou Ginnie Mae a été la première à racheter des prêts hypothécaires aux banques distribuant des crédits immobiliers. D autres institutions ont suivi par la suite, parmi lesquelles on trouve Freddie Mac. Page 7

8 La première opération de titrisation d actifs non hypothécaires eut lieu en 1975 avec la titrisation de créances sur des contrats de leasing informatique de la société Sperry Corporation. Le marché de la titrisation s est ensuite fortement développé à partir de 1988 avec le renforcement des normes prudentielles et l avènement d un ratio de solvabilité quelques années plus tard. En effet, la Banque Internationale des règlements (BIS) a imposé aux banques un ratio de solvabilité minimum qui exige de consacrer 8% de capitaux propres en pondérant les actifs de son bilan en fonction de l encours et du risque : c est le fameux ratio Cooke. Pour de nombreuses banques, la titrisation a permis de libérer des fonds propres en cédant des actifs risqués consommateurs de capitaux propres. Progressivement, les mécanismes de titrisation se sont diversifiés en fonction des actifs à titriser et des besoins des banques et des entreprises. 1.3 Le mécanisme d une opération de titrisation La description schématique d une titrisation Une opération de titrisation se réalise en deux étapes : Etape 1 : La cession Le cédant effectue une cession d actifs à une entité juridique distincte (FCC) Etape 2 : L émission Le Fonds Commun de Créances émet des titres négociables représentatifs des créances acquises. Le schéma suivant représente les flux et les liaisons juridiques entre les différents intervenants prenant parts à un dispositif de titrisation. Source : Crédit lyonnais titrisation, 2003 Graphique 2- Le schéma d une titrisation d actif Page 8

9 Une opération de titrisation est complexe car elle fait intervenir plusieurs équipes dont les tâches sont réparties Les acteurs d une opération de titrisation Le cédant peut être une banque, un établissement de crédits ou bien une entreprise. Il cède les actifs mais peut jouer le rôle d agent pour les créances cédées. Il surveille l exécution des cessions de créances, il gère les fonds de trésorerie du FCC et vérifie que les titres cédés sont suffisants dans le cas d une structure rechargeable. Il surveille que les procédures sont suivies pour l obtention de la notation et il fournit les informations requises par les autorités de surveillance. L arrangeur est typiquement une banque d affaires ou une maison de titres spécialisée. Il effectue la structuration de l opération en mettant en place des procédures de rehaussement de crédit ou un surdimensionnement afin d améliorer la notation moyenne des titres émis. Il va s occuper de solliciter des cédants potentiels. La plupart du temps l arrangeur s occupera aussi de placer les titres. Le dépositaire contrôle les décisions de la société de gestion. Il peut se charger de la gestion du FFC ou bien déléguer ce service à un gestionnaire spécialisé. La société de gestion représente le fonds vis à vis des tiers et défend les intérêts de porteurs de parts. Les commissaires aux comptes valident les schémas comptables et auditent la gestion. Les agences de notation reçoivent la note de présentation de l opération et établissent la notation de l opération et des tranches émises. La syndication effectue le placement des parts sur le marché. Les organismes de tutelle (La Commission de Opération de la Bourse et la commission bancaire) vérifient que la réglementation des FCC est respectée et que l information diffusée est conforme. A titre d exemple, il suit la première page d une note d information d un FCC monté pour EDF en Page 9

10 Source : France titrisation, 2003 Graphique 3- Note d information d une opération initiée par EDF Le notionnel du montant total des parts émises est de millions d euros. Six tranches ont été émises par ordre croissant de subordination : 4 tranches prioritaires et 2 subordonnées. La tranche la plus senior comporte 422,500,000 parts émises au prix de 100,000 chacune. La maturité est très courte (2.2 ans) et bénéficie d une rémunération indexée sur l EURIBOR 3 mois. Cette tranche est la plus senior en raison d un faible risque de crédit et de taux, ce qui se traduit par un rendement le plus faible. Sa notation est AAA. Viennent ensuite les tranches Mezzanine. Ces parts émises sont toujours prioritaires et elles bénéficient d une notation élevée (AAA). Pour les besoins du marché, elles ont été émises de manière à être assimilées à des titres obligataires en termes de maturité et de rémunération Page 10

11 afin qu elles soient placées facilement. Les deux dernières tranches sont subordonnées et font l objet d un placement privé Le fonds commun de créances En droit français, les actifs faisant l objet d une titrisation sont cédés à une structure ad hoc, le fonds commun de créances (FCC), qui en finance l achat par l émission de parts ayant le statut de valeurs mobilières. Le Fonds Commun de Créances émet des parts représentatives des créances. Les parts sont des valeurs mobilières. Les parts ne peuvent pas être rachetées par le Fonds Commun de Créances. Le fonds peut procéder à la réémission de parts. Le Fonds Commun de Créances, est régi par la loi n du 23 décembre 1988 et le décret n du 9 mars Le Fonds Commun de Créances est : «...une copropriété qui a pour objet exclusif d'acquérir des créances détenues par des établissements de crédits, la Caisse des dépôts et consignation ou les sociétés d assurance et d'émettre des parts représentatives de ces créances». Le Fonds Commun de Créances a pour objet exclusif d'acquérir des créances. Le champ des créances titrisables s élargit régulièrement à : Des opérations de crédit, L'usage de cartes de crédit, Des créances commerciales, Des compagnies d'assurance, Des créances de crédit-bail, Des créances matérialisées par un titre Des créances immobilisées, douteuses ou litigieuses Royalties L éventail des cédants potentiels est large puisque les sociétés commerciales ont été admises dans le panel des cédants à des Fonds Communs de Créances, de même que les collectivités territoriales ou encore les sociétés de crédit-bail. Le FCC a la possibilité de se «recharger» c est à dire d'acquérir des créances postérieurement à l émission initiale. Cette technique dite de «rechargement» est utilisée pour des créances à durée d amortissement rapide. Les fonds à rechargements sont généralement destinés à acquérir des créances de type «cartes de crédits» ou «crédits à la consommation». Page 11

12 1.4 Les gains de la titrisation pour le cédant Allocation des risques La structuration et le contingentement des risques Optimisation des cash flow en fonction du risque Gestion de la structure financière Amélioration des ratios financiers Augmentation de la capacité d endettement Réinvestissement dans des projets à ROEs supérieurs Source de financement diversifiée La Titrisation d actifs Liquidité Monétarisation d actifs illiquides Outil de gestion de trésorerie Investissements Classe étendue d actifs Volatilité des notations inférieure à celle des corporate Pas d appel au marché,discrétion Graphique 3- Les gains d une titrisation d actif Malgré la complexité et le coût d une opération de titrisation, des gains importants sont possibles autant pour le cédant que pour les investisseurs Conception à la carte Les membres de l industrie de la finance structurée mettent souvent en avant la souplesse des structures de titrisation. Il s agit de construire une juridique ad-hoc, qui va accommoder une forme d arbitrage entre les objectifs des cédants et les exigences des investisseurs. Les actifs sont dimensionnés, structurés, et renouvelés selon les besoins. Leur cession est déconsolidante ou non du bilan du cédant. Les dettes sont fabriquées sur mesure, au besoin en plusieurs tranches subordonnées, chacune dotée d une notation, d une maturité, d une forme de paiement d intérêts et de remboursements du principal qui correspondent aux besoins des investisseurs. La liberté initiale de la structure émettrice est ainsi plus grande que celle dont dispose un émetteur de type banque ou entreprise. Page 12

13 1.4.2 Une source de liquidités Une opération de titrisation permet de valoriser les flux financiers futurs d actifs corporels et incorporels. Une entreprise peut alors valoriser et recevoir des liquidités provenant d actifs difficilement liquides tels que les factures à recevoir des clients d EDF ou bien les royalties sur la discographie de David Bowie La titrisation est ainsi une source de gestion efficace des liquidités d une entreprise et une source de financement diversifiée Une source de financement Low cost La titrisation est une opération financière dont l essentiel des coûts est fixe. En effet, hormis les frais de montage 1, les coûts variables d une opération de titrisation dépendent du volume et du type d actifs titrisés. Les entreprises dont la situation financière implique une notation de contrepartie dégradée bénéficient alors d une source de refinancement bon marché. En effet, les rendements offerts par les différentes tranches de la titrisation dépendent uniquement de la qualité des flux financiers associés aux actifs du pool titrisé et de la qualité des intervenants tout le long de la chaîne entre les créanciers et les investisseurs Transferts de risques La gestion des risques des entreprises a pris de nouvelles dimensions ces dernières années. Il est maintenant possible de trouver dans des conditions compétitives, des contreparties spécialisées dans la gestion ou la diversification de risques particuliers. C'est ainsi que les actifs cantonnés peuvent être débarrassés des risques que la structure ne souhaite pas porter compte-tenu des notations recherchées pour chaque tranche de dette émise. On peut par exemple limiter le risque de taux en associant aux tranches émises des SWAPS de taux appropriés. Des assurances existent pour couvrir des risques spécifiques et ainsi améliorer la note moyenne de l émission Une source de gestion de la structure financière L objectif de création de valeur pour une entreprise passe par l adaptation permanente de sa structure aux contraintes du marché. Afin de garantir la performance, l entreprise doit souvent se concentrer sur ses activités «cœur de métier». Elle doit ainsi engager des investissements afin de conserver l avantage concurrentiel générateur de marge et de valeur et de céder les activités peu rentables ou non stratégiques. La titrisation permet à une entreprise d optimiser sa structure financière en lui permettant de générer des liquidités immédiates sur des actifs dont le rendement était devenu inférieur au coût du capital et dont la nécessité économique de détention avait décliné Une économie de capitaux propres Pour l entreprise, une cession d actifs vers une structure de titrisation revient à libérer des ressources financières composées de capitaux propres et de dettes en fonction du levier d endettement. Pour une banque ou une entreprise, les ratios de solvabilité impliquent de conserver une quantité minimum de capitaux propres. Une fois l opération mise en place, le cédant reçoit des liquidités qui lui permettent de se désendetter immédiatement. Le ratio de solvabilité est donc amélioré de facto et l entreprise peut réajuster son niveau de capitaux propres afin de tendre vers la structure financière optimale. L entreprise a la possibilité de 1 Voir paragraphe 1.6.3Les coûts d une opération de titrisation, page 20 Page 13

14 réinvestir les capitaux propres dans des investissements à des taux de rendements supérieurs. Dans le cas d une banque, le cédant conserve une part infime des capitaux propres initiaux pour couvrir la tranche la plus subordonnée qui est à la fois invendable sur le marché mais aussi fortement rémunératrice Améliorer son coût du capital Le coût de capital du cédant a toute chance d être bien supérieur à celui de la structure FCC. En effet, les mécanismes de cantonnement et de la structuration permettent de créer des tranches de dette à des notes bien supérieures à celle du cédant. Le taux moyen de financement de la dette est alors abaissé. De plus, le fait d abaisser l endettement entraîne une réduction du risque de défaut de l entreprise et par la même le spread moyen de la dette. En outre, l exigence de rentabilité des investisseurs est réduite d où une baisse du coût du capital. En posant : Kc = coût du capital Ke = coût des fonds propres Ki = coût de la dette avant impôt D CP = Valeur de marché de la dette = Valeur de marché des capitaux propres On a la relation du Coût moyen pondéré du capital (CMPC) : Kc= Ke Ki IS CP CP + (1 ) + D CP D + D Il suit une application numérique d un pool d actifs financé par une dette de 30M : Coût de la dette avant IS (Ki) Coût des Capitaux propres (Ke) Coût du capital (Kc) Valeur de marché des capitaux propres (CP) Valeur de marché de la dette (D) Ratio D/CP Rating Valeur des actifs titrisés Avant 7,00% 12,70% 11,25% % BBB 30,00 Après 5,70% 11,27% 10,40% % AA Taux sans risque Rating Spread Ki D/CP Ke 5% CCC 6,00% 11,0% 70,0% 17,1% 5% B 4,00% 9,0% 58,0% 14,9% 5% BB 2,50% 7,5% 46,0% 13,3% 5% BBB 2,00% 7,0% 34,0% 12,7% 5% A 1,25% 6,3% 23,0% 11,9% 5% AA 0,70% 5,7% 12,0% 11,3% 5% AAA 0,30% 5,3% 4,0% 10,8% Tableau 1- Exemple de titrisation Dans cette application, le fait de sortir du bilan les actifs permet à l entreprise de recevoir 35M de liquidités alors que les actifs étaient comptabilisés pour 30M. Cette opération permet de constater 5M de bénéfice non distribué et de rembourser par anticipation la dette. Page 14

15 Le ratio de solvabilité s améliore instantanément. Les contraintes financières de la dette sont plus faibles et entraînent une réduction du risque de défaut. Le spread de crédit diminue de 1.30 points. La titrisation permet de réaliser une analyse des mécanismes de création de valeur de l entreprise. En effet, lors d une telle opération il s agit de disséquer les flux générés entre : Les charges internes liées à la gestion des créances (pour une banque : coût de distribution, coût de recouvrement et frais de contentieux..) Les coûts financiers de refinancement La rémunération des capitaux propres. La titrisation permet également d améliorer son ROE ou retour sur capitaux propres en abaissant le niveau des capitaux propres plutôt qu en améliorant le résultat en valeur. 1.5 Les avantages pour les investisseurs L asymétrie d information est diminuée L asymétrie d information est à l origine d un coût. Les dirigeants d une entreprise qui négocient l émission d une dette disposent d une meilleure information sur l entreprise et ses projets que les investisseurs. Lorsque qu une opération de titrisation a lieu, les démarches de cantonnement et de structuration des actifs permettent une analyse précise de l ensemble des actifs sous-jacents et de leurs liens avec les dettes proposées. Par conséquent, les investisseurs obtiennent des informations stratégiques sur l entreprise visée Réduction des aléas économiques et du corporate governance En général, les investisseurs en dette ou action subissent les effets des risques financiers mais aussi des aléas moraux. La théorie de l agence 2 implique que les managers d une entreprise œuvrent pour leurs propres intérêts plutôt que ceux des propriétaires (actionnaires) de l entreprise ou de ses partenaires financiers. Pour «contrôler» les managers et donner une stratégie générale à l entreprise, le mécanisme de gouvernance d entreprise ou «corporate governance» édicte des règles de bonne conduite. Néanmoins, cela ne fonctionne pas toujours et le dirigeant peut entreprendre des actions visant à diminuer la valeur de l entreprise afin de maximiser ses propres gains. Une fois l opération de titrisation structurée et notée, les dirigeants n ont plus accès aux actifs et leurs flux financiers. Ce tarissement de ressources financières régulières va les pousser à mettre en œuvre une gestion saine dans le cadre de la stratégie établie par les actionnaires La réduction de la volatilité des notations Il est reconnu que les notations de dettes de titrisation sont plus stables dans le temps que les notations Corporate. Cet avantage provient, en particulier, du strict cantonnement des actifs titrisés, de la sortie des risques affectant les flux financiers de ces actifs et de la forte limitation du pouvoir de gestion sur la structure ad-hoc. 2 voir Glossaire page 55 Page 15

16 D après l étude de J. Hu et R Cantor de Moody s Investors services parue en , il apparaît clairement que les notations des titres des financements structurés sont beaucoup plus stables dans le temps. Il suit un tableau présentant une comparaison entre les pourcentages de dégradations et d améliorations de ratings des titres «corporate» et des titres des financements structurés. Source Moody s Investors Service Taux de notations dégradées Taux de notations améliorées Taux de notations stables Ratio Dégradation/ amélioration ABS ,95% 1,27% 86,59% 2,32 CDO ,88% 0,57% 83,35% 19,09 CMBS ,57% 3,49% 88,72% 0,45 RMBS ,88% 3,61% 89,18% 0,52 Autres ,20% 2,78% 79,84% 1,51 Ensemble des titres de financements structurés 2,99% 2,52% 87,66% 1,19 Ensemble des titres des entreprises 8,88% 3,90% 81,49% 2,28 Tableau 2- Evolution des notations des titres des financements structurés et des titres des entreprises La notation des titres des financements structurés n a pas été modifiée dans 87.7% des cas entre 1991 et 2002 tandis que pour les titres des entreprises le pourcentage n est que de 81.5%. La dégradation de la situation économique a largement impacté les secteurs des corporates mais aussi les titres de financements structurés liés aux dettes sur les entreprises à savoir les CDO. En effet, même si les CDO sont globalement plus stables que les titres sur les entreprises, ils ont été globalement plus dégradés que ces derniers La gamme d actifs est large Les gestionnaires d actifs des grandes banques institutionnelles sont chargés de rémunérer les fonds qu on leur a confiés. La gestion de portefeuille des risques et la gestion d actifs indiquent de tendre vers une diversification des risques. Il s agit alors d investir par notation, maturité, classe d actifs et par secteur économique afin de diversifier le portefeuille et d éliminer les risques spécifiques. Le risque systémique n est pas éliminé car par définition il n est pas diversifiable. La titrisation permet aux gestionnaires d actifs d investir sur des produits dont les caractéristiques sont stables et structurées. On peut distinguer deux grandes catégories : les MBS et les ABS MBS ou «Mortgage Backed securities» Les MBS sont des opérations de titrisation s appuyant sur les crédits assortis de garanties hypothécaires. Ces titres ont été les premiers à être émis dans les années 1960 aux Etats-Unis afin de refinancer les agences gouvernementales spécialisées dans le financement de l immobilier résidentiel. On peut distinguer deux classes en fonction du sous-jacent selon qu il est d origine «Résidentielle» ou «Commerciale». On parle alors de RMBS ou Residential Mortgage Backed Securities pour les premières et de CMBS ou Commercial Mortgage Backed Securities pour les deuxièmes. 3 Structured finance Rating Transitions : , J. Hu et R Cantor, Moody s, 2003, files/structured_finance_rating_trnstns_ jfi.pdf Page 16

17 L intérêt de titriser de tels actifs provient du fait que l on peut monétiser des actifs peu liquides. Une autre raison d avoir recours aux CMBS ou RMBS réside dans l existence de possibilités d arbitrages en fonction du niveau des taux ABS ou «Assets Backed Securities» Les ABS ou titres adossés à des créances regroupent les opérations destinées au marché obligataire. Les cartes de crédit Aux Etat-unis, les cartes de crédit et les crédits à la consommation sont deux types de sousjacents fréquemment utilisés pour réaliser des opérations de titrisation. En France, le Cetelem a recours à la titrisation afin de financer ses encours de crédit revolving. CDO ou Collateralised debt Obligation Les CDO correspondent à des obligations adossées à de la dette. On peut distinguer deux sous-classes en fonction du type d actifs refinancés. La première comporte les CBO ou Collateralised Bond Obligation qui sont adossés à de la dette obligataire. La seconde inclut les CLO ou Collateralised Loan Obligations qui regroupent les opérations de titrisation de prêts sur les entreprises. ABCP Les ABCP ou papier commercial adossé à des créances vise le marché court terme en émettant des billets de trésorerie. 1.6 La structuration La structuration conduit à identifier les risques et à les jauger de sorte que les investisseurs trouvent des produits financiers calibrés et conformes à leurs besoins. «On appelle risque une combinaison de plusieurs composantes de nature différente, intimement imbriquées donc, le plus souvent, impossibles à démêler 4». On peut classer les risques en trois grandes catégories: Les risques juridiques, Les risques de performance technique, Les risques financiers qui comprennent le risque de crédit et le risque de taux. Les risques juridiques seront traités par des documentations juridiques en harmonie avec la réglementation française. Pour des dispositions particulières, on rajoutera des clauses ou «covenants». Les risques de performance sont plus ou moins éliminés en sélectionnant des big names du secteur. D ailleurs, les financements structurés réclament un niveau élevé de compétences humaines et techniques, de sorte que, seules les grandes banques d affaires y ont accès. Les risques financiers peuvent être traités par la qualité du rehaussement de crédit pour la partie risque de défaut et par des instruments financiers adaptés au risque de taux de type SWAP ou FRA. 4 Note de cours, Bernard Flaven, Professeur au Page 17

18 1.6.1 Le réhaussement de crédit Le fonds commun de créances acquiert des milliers de d actifs ou de créances dont la probabilité de défaut est très variable. Afin d optimiser les coûts de refinancement, il s agit d offrir au marché la plus grande quantité possible de titres de notation la plus élevée possible. Le mécanisme de réhaussement s applique tout au long de la chaîne «créances/investisseurs». Créances Acquisition et gestion La notation d'une titrisation dépend de : Structuration Placement Investisseurs et cédant La qualité de l'origination et des garanties La qualité du dépositaire,agent de recouvrement, dispositif juridique La qualité de la syndication Rehaussement du crédit Source : B Flaven- Cnam Paris Graphique 4- La répartition du réhaussement de crédit Les mécanismes de réhaussement interne Le surdimensionnement. Afin de limiter la probabilité de perte encourue par les détenteurs de parts du FCC, la banque cédante peut décider d émettre des parts dont le montant nominal total est inférieur à la valeur des créances cédées. Si une proportion de créances venait à ne pas être encaissée, les pertes constatées seraient absorbées par le surdimensionnement de sorte que les flux attendus par les investisseurs ne s interrompent pas. Créances cédées Parts émises Surdimensionnement La subordination La subordination est la forme la plus courante de rehaussement. Il s agit d émettre des parts subordonnées dites «junior» aux remboursements d autres parts considérées comme «senior». En cas de défaut, c est à dire de la rupture des encaissements d une partie des flux financiers prévus, les tranches les plus subordonnées vont subir en premier les pertes afin de garantir la régularité des remboursements des tranches de séniorité supérieure. Page 18

19 Il suit un exemple pris pour un portefeuille titrisé en 5 tranches de séniorité décroissante (Sénior, Mezzanine 1, Mezzanine 2, Junior1, Junior 2) et dont les remboursements s échelonnent sur 3 années. Année 1 Année 2 Année 3 Flux attendus Flux reçus Flux attendus Flux reçus Flux attendus Flux reçus Flux attendus Pertes % Pertes RATING final 80% Sénior 26,67 26,67 26,67 26,67 26,67 26,67 80,00-0,0% AAA 8% Mezzanine 1 2,67 2,67 2,67 2,67 2,67 2,67 8,00-0,0% AAA 8% Mezzanine 2 2,67 2,67 2,67 2,67 2,67 2,66 8,00 0,01 0,1% BBB 3% Junior 1 1,00 1,00 1,00 1,00 1,00-3,00 1,00 33,3% CC 1% Junior 2 0,33-0,33 0,05 0,33-1,00 0,95 95,0% défaut Total 33,33 33,00 33,33 33,05 33,33 31,99 100,00 1,96 2,0% Tableau 5- exemple de titrisation Cet exemple montre que la tranche la plus subordonnée (junior 2) joue son rôle en subissant l essentiel des pertes. La marge bénéficiaire ou Excess Spread L excess Spread est l écart entre le rendement du portefeuille sous-jacent et le rendement des tranches notées offertes aux investisseurs. Dans ce cas, la notation offerte est inférieure à la qualité intrinsèque du portefeuille sous-jacent. Le spread est plus élevé donc la rémunération offerte aux investisseurs sera supérieure alors que le risque encouru est inférieur. Le dépôt de cash ou Cash deposit Le cédant laisse un montant déterminé de liquidités sur les comptes du FCC. Si des pertes non attendues surviennent, les pertes sont amorties en premier par les liquidités, protégeant ainsi les tranches prioritaires. Le cash deposit peut être parfois constitué au fur et à mesure de la vie du fonds en accumulant de subsides d un Excess Spread non utilisé. Les triggers Les clauses d amortissement anticipé font partie intégrante des opérations de titrisation. Les triggers ou «cliquets» permettent de déclencher des procédures visant à conserver la continuité des versements vers les détenteurs de parts prioritaires. Pendant toute la durée de vie du FCC, des reportings réguliers sont réalisés. Si des indicateurs financiers ou contractuels arrivent au niveau des triggers, une nouvelle séquence d allocation des flux est déclenchée afin de garantir la régularité des flux financiers sortant du fonds pour rembourser les porteurs de parts prioritaires en fonction de leur séniorité. Selon les clauses des triggers, le remboursement anticipé peut être prononcé et dans ce cas là, l intégralité des flux reçus par le fonds est distribuée selon le mode pass-through. Page 19

20 Les mécanismes de rehaussement externe Les garanties Il s agit pour le cédant de trouver des garanties afin de réduire les pertes de revenus potentielles encourues par les investisseurs. Dans ce cas, des banques peuvent accepter de se porter garante pour une partie des créances. Les assurances Il peut s agir d une garantie partielle ou totale provenant de compagnies d assurances telles que la COFACE ou le groupe américain d assurances AON Les structures Pass through Elles représentent des titres de propriété d un pool de créances de même catégorie détenues par le FCC. Le cédant remet ses titres à l entité créée pour les fins de la titrisation et les flux générés par ces créances sont la source des flux qui seront payés aux investisseurs. Il n y a pas dans cette structure de transformation des flux et des caractéristiques des créances. La structure pass through a été la première utilisée Pay through Les pay-through securities sont des titres émis par le FCC dont les flux sont alimentés par les titres sous-jacents mais dont les caractéristiques ont été adaptées pour répondre aux besoins des investisseurs. La forme la plus utilisée des pay-through a été les CMO (Collateralized Mortgage Obligations) qui ont la caractéristique d'avoir un profil d'amortissement bien défini à l'avance et offrir aux détenteurs plusieurs titres dont la maturité diffère. Le succès des CMO a conduit à l apparition des CLO (Collateralized Loan Obligations) qui généralement ont plusieurs classes de titres parmi lesquels certains sont subordonnés Les coûts d une opération de titrisation T Granier et C.Jaffreux 5 ont recensé les coûts d une opération de titrisation : «Le ticket d entrée», c est à dire l accès à la connaissance technique Frais de mise en place incluant les tests et paramétrage imposés par les agences Les frais récurrents 6 du montage d une opération dont une partie est fixe Les frais de constitution : de 0.1% à 0.25% de l encours des créances cédées La commission d arrangeur comprise entre 0.15% et 0.35% La commission de garantie et de placement des titres : 0.25% à 0.5% du montant total des créances cédées Les frais de gestion du FCC : entre 0.15% et 0.3% de l encours cédé La rémunération des agences de notation 5 «La titrisation, Aspects juridique et financier, Thierry Granier et Corrine Jaffreux, 1997, Economica, p 31 6 «Une nouvelle révolution financière», Centre d information sur l Epargne et le Crédit, N 114,Février 1989, p 7 Page 20

21 1.7 Le marché de la titrisation Le marché de la titrisation a pris un formidable essor à partir des années 2001 en Europe. En effet, le volume des titrisations en Europe a quadruplé en l espace de 6 années pour atteindre prés de 160 milliards d euros en La titrisation des obligations et la titrisation des créances commerciales représentent plus de la moitié des opérations européennes. Graphique 6 Statistique du marché de la titrisation Graphique 7 Statistique du marché de la titrisation Page 21

Forum ESSEC «Questionner la crise»

Forum ESSEC «Questionner la crise» Forum ESSEC «Questionner la crise» Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle Mer cr edi 17 décembr e 2008 Changement de business model des banques Quel est le business

Plus en détail

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit

ESSEC. Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit ESSEC Cours «Management bancaire» Séance 3 Le risque de crédit Plan de la séance 3 : Le risque de crédit (1) Les opérations de crédit Définition d un crédit La décision de crédit Les crédits aux petites

Plus en détail

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 :

Groupe CIC 31 décembre 2008. 26 Février 2009. Résultats 2008 : 26 Février 2009 Résultats 2008 : Informations financières spécifiques (basées sur les recommandations du Forum de Stabilité Financière en matière de transparence financière) Expositions sensibles basées

Plus en détail

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2

Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1. François Longin 2 Changement du business model des banques : une explication de la crise actuelle 1 François Longin 2 Résumé Cet article insiste sur le changement de business model des banques qui peut constituer une explication

Plus en détail

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005

De BÂLE II à SOLVABILITE II FRACTALES 2005 De BÂLE II à SOLVABILITE II Solvabilité II s inspire largement des accords de Bâle II et en reprend les grands principes avec la structure en «trois piliers» La tentation est forte de reproduire également

Plus en détail

Risk Management: TP1

Risk Management: TP1 Risk Management: TP1 Q 1) FRA: Forward Rate Agreement Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/forward_rate_agreement C est un contrat de gré à gré sur un taux d intérêt ou sur des devises, avec un montant

Plus en détail

Note pédagogique MIC n o 16 LA TITRISATION

Note pédagogique MIC n o 16 LA TITRISATION Note pédagogique MIC n o 16 François Leroux LA TITRISATION Les premières opérations de titrisation ont été réalisées aux États-Unis. Depuis le champ de la titrisation n a cessé de s élargir et ces opérations

Plus en détail

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010

Bâle II. Changements en cours. Janvier 2010 Bâle II Changements en cours Janvier 2010 Sommaire Renforcer de la résistance du secteur bancaire Les raisons des changements. Les fonds propres. Risque de contrepartie. Introduction d un ratio de levier

Plus en détail

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE

LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE LE REFINANCEMENT PAR LE MARCHE HYPOTHECAIRE J O U R N É E S A J B E F N I A M E Y M A I 2 0 1 2 P R É S E N T É P A R M R D A O B A B A ( F G H M. S A / M A L I ) Préambule L objectif de la présente communication

Plus en détail

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures

EDC. Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier. Durée de l épreuve : 2 heures EDC Analyse des risques bancaires 5 ème année Finances Dominique Soulier Durée de l épreuve : 2 heures Calculatrice autorisée Pas de documentation autorisée Notation Questions à choix multiples (25) Une

Plus en détail

TRAVAUX PRATIQUES N O 1

TRAVAUX PRATIQUES N O 1 FINANCE & RISK MANAGEMENT TRAVAUX PRATIQUES N O 1 Introduction aux produits dérivés Par : GHLAM Karim Professeur responsable : MORESINO Francesco Assistant : RIBON Stéphane Genève, 05.10.2012 Haute École

Plus en détail

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext

Obligations. Brochure destinée aux investisseurs particuliers BASIC. Société du groupe KBC. Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext Brochure destinée aux investisseurs particuliers Publié par KBC Securities en collaboration avec Euronext p. 2 Index 1. Qu est-ce qu une obligation? 3 Définition 3 Différences entre actions et obligations

Plus en détail

Table des matières. Remerciements 15

Table des matières. Remerciements 15 Pratiques et techniques bancaires 5 Table des matières Remerciements 15 1 Introduction 16 11 À l origine du métier de banquier 17 12 Intermédiation financière 18 121 Ménages 19 122 Entreprises 19 123 États

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS

INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS INSTRUMENTS FINANCIERS ET RISQUES ENCOURUS L objet de ce document est de vous présenter un panorama des principaux instruments financiers utilisés par CPR AM dans le cadre de la fourniture d un service

Plus en détail

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II

25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II 25 / 06 / 2008 APPLICATION DE LA RÉFORME BÂLE II Avertissement Cette présentation peut comporter des éléments de projection et des commentaires relatifs aux objectifs et à la stratégie de la Société Générale.

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada

Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Liste des actifs acceptés en garantie dans le cadre du mécanisme permanent d octroi de liquidités de la Banque du Canada Dans le cadre de son mécanisme permanent d octroi de liquidités, la Banque du Canada

Plus en détail

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES?

QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? QUELLES NOUVELLES STRATEGIES POUR LA TITRISATION FACE AUX CHANGEMENTS REGLEMENTAIRES? Catherine Royère responsable de la titrisation,, Direction de la Gestion Actif-Passif, BNP Paribas catherine.royere@bnpparibas.com

Plus en détail

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014

BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION. 31 décembre 2014 BANQUE ZAG TROISIÈME PILIER DE BÂLE II et III EXIGENCES DE DIVULGATION 31 décembre 2014 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques

LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT. son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques LA CRH EST LA CENTRALE FRANCAISE DE REFINANCEMENT DU LOGEMENT son unique activité est le refinancement des prêts acquéreurs au Logement des banques 1 PRÉSENTATION DE LA CRH La CRH est un établissement

Plus en détail

Covered Bonds et Titrisation

Covered Bonds et Titrisation Covered Bonds et Titrisation Marie-Agnès Nicolet Présidente et Fondatrice REGULATION PARTNERS marieagnes.nicolet@regulationpartners.com +33 (6) 58 84 77 40 / +33 (1) 46 22 65 34 02/04/2014 1 I. Obligations

Plus en détail

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque

2. Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque . Une rentabilité confortée par la hausse du produit net bancaire PNB et la baisse du coût du risque Après une année 9 encore impactée par la crise pour certains établissements, l amélioration en 1 de

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc.

Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Pilier 3 des normes de Bâle II Règles de transparence applicables à la Fiducie de la Financière Sun Life inc. Introduction Les normes de Bâle II constituent un accord international sur les fonds propres

Plus en détail

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014)

REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO. (avril 2014) REGLEMENTS FINANCIERS DE L AGIRC ET DE L ARRCO (avril 2014) PREAMBULE REGLEMENT FINANCIER DE L AGIRC L Association générale des institutions de retraite des cadres (Agirc) a pour objet la mise en œuvre

Plus en détail

Titrisation Analyse économique et financière

Titrisation Analyse économique et financière 1 Titrisation Analyse économique et financière Les premières opérations de titrisation furent réalisées aux Etats-Unis au début de la décennie 1970 par la Federal National Mortgage Association (Fannie

Plus en détail

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT

UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT ESILV UNE HISTOIRE RECENTE DU RISQUE DE CREDIT Vivien BRUNEL 05/12/2014 1 AGENDA INTRODUCTION LE TRANSFERT DU RISQUE DE CREDIT A. DERIVES DE CREDIT B. TITRISATION LA CRISE DES SUBPRIMES ET SES PROLONGEMENTS

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse Paris, le 21 novembre 2007 Communiqué de presse Standard and Poor s vient de confirmer la notation AA de CNP Assurances et n attend pas d impact de la crise des subprimes mortgages sur la solidité financière

Plus en détail

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013

Banque Zag. Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation. 31 décembre 2013 Banque Zag Troisième pilier de Bâle II et III Exigences de divulgation 31 décembre 2013 Le présent document présente les informations au titre du troisième pilier que la Banque Zag (la «Banque») doit communiquer

Plus en détail

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT

LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT LA TITRISATION AU LUXEMBOURG UN OUTIL INNOVANT Les informations disponibles sur la présente documentation ont pour seule fin de donner une information générale à son lecteur. Elles ne constituent pas un

Plus en détail

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable.

1.1.1.1 (+) Fonds propres selon les états financiers Fonds propres selon le périmètre de consolidation comptable. Page 1/31 Lignes 1 Total des fonds propres pris en compte: = 1.4.11 art. 21 à 40 de 1.1 tier 1 (T1) ajustés pris en = 1.4.8 compte: art. 21 à 29 de, art. 31 à 40 de 1.1.1 de base durs (common equity =

Plus en détail

Gilbert Issard Conseil www.issard.com

Gilbert Issard Conseil www.issard.com Gilbert Issard Conseil LE NOUVEL ACCORD DE BALE...3 1. Pilier 1 : Exigences minimales de fonds propres... 3 2. Pilier 2 : Processus de surveillance prudentielle... 6 3. Pilier 3 : Discipline de marché...

Plus en détail

SOMMAIRE. Bulletin de souscription

SOMMAIRE. Bulletin de souscription SOMMAIRE Flash-emprunt subordonné «Tunisie Leasing 2011-2» Chapitre 1 : Responsables de la note d opération 1.1. Responsables de la note d opération 1.2. Attestation des responsables de la note d opération

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce

UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce UNIVERSITÉ DE SFAX École Supérieure de Commerce Année Universitaire 2003 / 2004 Auditoire : Troisième Année Études Supérieures Commerciales & Sciences Comptables DÉCISIONS FINANCIÈRES Note de cours N 7

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa

Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance.

GLOSSAIRE. ASSURÉ Personne dont la vie ou la santé est assurée en vertu d une police d assurance. GLOSSAIRE 208 RAPPORT ANNUEL 2013 DU MOUVEMENT DESJARDINS GLOSSAIRE ACCEPTATION Titre d emprunt à court terme et négociable sur le marché monétaire qu une institution financière garantit en faveur d un

Plus en détail

CLN Trio 6,35 % bis. 5,29 % net durant 5 ans (Net des frais de gestion du contrat d assurance-vie)

CLN Trio 6,35 % bis. 5,29 % net durant 5 ans (Net des frais de gestion du contrat d assurance-vie) CLN Trio 6,35 % bis - Un placement de type obligataire (EMTN), - Offrant un rendement de 6,35 % brut, soit 5,29 % net de frais de gestion (1% de frais de gestion, prélevé quotidiennement), - Construit

Plus en détail

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché

Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Dérivés de crédit : Situation et évolution du marché Parallèle entre dérivés de crédit et produits d assurance Déjeuner débat FFA Jean-Paul LAURENT Professeur à l'isfa, Université de Lyon, Conseiller scientifique

Plus en détail

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 %

Catégorie d actif Minimum Cible Maximum. Actions 45 % 55 % 70 % Revenu fixe 20 % 30 % 45 % Alternatifs 0 % 15 % 25 % Énoncé des principes et objectifs de placement du portefeuille à long terme de l Université d Ottawa 1. But de l Énoncé L Énoncé des principes et objectifs de placement («l EPOP») décrit les objectifs,

Plus en détail

Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance

Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Vivendi Coupon Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions» Emetteur

Plus en détail

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT

ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT ANALYSE DU RISQUE DE CRÉDIT Banque & Marchés Cécile Kharoubi Professeur de Finance ESCP Europe Philippe Thomas Professeur de Finance ESCP Europe TABLE DES MATIÈRES Introduction... 15 Chapitre 1 Le risque

Plus en détail

PRISMA Credit Allocation Europe

PRISMA Credit Allocation Europe PRISMA Credit Allocation Europe Directives de placement Entrée en vigueur le 19 juin 2015 PRISMA Fondation Place Saint-Louis 1 Case postale 1110 Morges 1 www.prisma-fondation.ch info@prisma-fondation.ch

Plus en détail

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont :

Les fonds propres de la société (en millions de dollars) déterminés selon les exigences de Bâle III sont : Divulgation du 3 e pilier de Bâle au 30 juin 2015 Introduction L Industrielle Alliance, Fiducie inc. («IA Fiducie» ou «la société») est une société de fiducie et de prêt assujettie à la Loi sur les sociétés

Plus en détail

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM CONFORME AUX NORMES EUROPEENNES

PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : INFORMATIONS CONCERNANT LES PLACEMENTS ET LA GESTION : OPCVM CONFORME AUX NORMES EUROPEENNES SG MONETAIRE PLUS PROSPECTUS SIMPLIFIE OPCVM CONFORME AUX NORMES EUROPEENNES PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION SUCCINCTE : CODE ISIN : FR0000003964 DENOMINATION : SGA MONETAIRE PLUS FORME JURIDIQUE : SICAV

Plus en détail

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales

Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Titrisation et financement de l économie Position des banques centrales Sylvie Mathérat Directeur Général Adjoint -Opérations Banque de France 1 Plan 1- Quel rôle pour la titrisation dans le financement

Plus en détail

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS

NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS NORME IAS 32/39 INSTRUMENTS FINANCIERS UNIVERSITE NANCY2 Marc GAIGA - 2009 Table des matières NORMES IAS 32/39 : INSTRUMENTS FINANCIERS...3 1.1. LA PRÉSENTATION SUCCINCTE DE LA NORME...3 1.1.1. L esprit

Plus en détail

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8

Les valeurs mobilières. Les actions 3. Les droits et autres titres de capital 5. Les obligations 6. Les SICAV et FCP 8 Les actions 3 Les droits et autres titres de capital 5 Les obligations 6 Les SICAV et FCP 8 2 Les actions Qu est-ce qu une action? Au porteur ou nominative, quelle différence? Quels droits procure-t-elle

Plus en détail

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010

BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 abc Le 13 mai 2010 BANQUE HSBC CANADA RÉSULTATS DU PREMIER TRIMESTRE DE 2010 Le bénéfice net présenté attribuable aux actionnaires ordinaires s est élevé à 84 millions de $CA pour le trimestre terminé

Plus en détail

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance

Wacc et risque de défaut. Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Wacc et risque de défaut Jean-Michel Moinade Oddo Corporate Finance Stocks, Flux et Actualisation (MM1) Approche de Modigliani-Miller (première version) Approche Théorique Approche Théorique Agrégat Flux

Plus en détail

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia

Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Information réglementée* Bruxelles, Paris, 20 octobre 2011 7h30 Poursuite de la restructuration du groupe Dexia Le conseil d'administration de Dexia s est réuni ce jour et a pris connaissance de l évolution

Plus en détail

Les instruments financiers

Les instruments financiers Comparaison des normes comptables tunisiennes avec les normes comptables internationales 1 Les instruments financiers L IAS 32 définit les instruments financiers comme étant tout contrat qui donne lieu

Plus en détail

Table des matières détaillée

Table des matières détaillée Table des matières détaillée Préface XIX Avant-propos XXI PARTIE I LA FINANCE ET LE SYSTÈME FINANCIER 1 Chapitre 1 Qu est-ce que la finance? 1 Résumé 1 1.1 Définition de la finance 3 1.2 Pourquoi étudier

Plus en détail

Le marché des CDO Modalités de fonctionnement et implications en termes de stabilité financière

Le marché des CDO Modalités de fonctionnement et implications en termes de stabilité financière Le marché des CDO Modalités de fonctionnement et implications en termes de stabilité financière OLIVIER COUSSERAN Direction des Études et des Statistiques monétaires IMÈNE RAHMOUNI Direction pour la Coordination

Plus en détail

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs»

Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» COMMISSION BANCAIRE Recommandations communes COB CB «Montages déconsolidants et sorties d actifs» La Commission des opérations de bourse et la Commission bancaire ont entrepris en 2002, suite aux différentes

Plus en détail

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances

relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances COMITE DE LA REGLEMENTATION COMPTABLE Règlement n 2003-03 du 2 octobre 2003 relatif aux règles comptables applicables aux fonds communs de créances (Avis n 2003-09 du 24 juin 2003 du compte rendu CNC)

Plus en détail

Agence France Locale

Agence France Locale Agence France Locale BSI Economics Résumé : L Agence France Locale (AFL) a été créée afin de permettre aux collectivités locales, même les plus petites, d obtenir des conditions de financement avantageuses.

Plus en détail

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années

4,50 % Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020. par an (1) pendant 8 ans. Un placement rémunérateur sur plusieurs années Obligation Crédit Mutuel Arkéa Mars 2020 4,50 % par an (1) pendant 8 ans Souscrivez du 30 janvier au 24 février 2012 (2) La durée conseillée de l investissement est de 8 ans. Le capital est garanti à l

Plus en détail

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior

Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior 1 Fonds de prêts directs à l économie Prêts immobiliers commerciaux senior Intervenants 2 Jean-Marie Catala Groupama Asset Management Directeur du Développement Directeur Général Délégué Thibault de SAINT

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle III, Luxembourg, le 30 Juin 2015-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Chapitre 2 : l évaluation des obligations

Chapitre 2 : l évaluation des obligations Chapitre 2 : l évaluation des obligations 11.10.2013 Plan du cours Flux monétaires, prix et rentabilité Bibliographie: caractéristiques générales Berk, DeMarzo: ch. 8 obligations zéro-coupon obligations

Plus en détail

Directives de placement

Directives de placement CREDIT SUISSE FONDATION DE PLACEMENT 2E PILIER Directives de placement 1 avril 2015 Sommaire Article Page 1 Principes généraux 2 2 Portefeuilles mixtes (Balanced Portfolios) 4 2.1 CSF 2 Mixta-LPP 25 4

Plus en détail

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1»

Emprunt Obligataire «Tunisie Leasing 2013-1» EMISSION D UN EMPRUNT OBLIGATAIRE VISA du Conseil du Marché Financier : Portée du visa du CMF : Le visa du CMF, n implique aucune appréciation sur l opération proposée. Le prospectus est établi par l émetteur

Plus en détail

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6

CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Placements financiers CONSERVATEUR OPPORTUNITÉ TAUX 6 Protéger 100% du capital investi* à l'échéance tout en profitant de la hausse potentielle des taux longs. (*) Hors défaut et/ou faillite de l Émetteur.

Plus en détail

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES

INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES INFORMATIONS PUBLIEES DANS LE CADRE DU PILIER III DE LA CIRCULAIRE CSSF 06/273 TELLE QUE MODIFIEE BANQUE DE PATRIMOINES PRIVES Pilier III de Bâle II, Luxembourg, le 26 Juin 2014-1 - TABLE DES MATIERES

Plus en détail

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010

Le risque de crédit. DeriveXperts. 23 juillet 2010 23 juillet 2010 Définitions Exemples - Interactions Obligations Credit Default Swap (CDS) First To Default Collateralized Debt Obligation (CDO) Probabilité de défaut Le modèle exponentiel dynamique - Introduction

Plus en détail

REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO. (juin 2007)

REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO. (juin 2007) REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO (juin 2007) REGLEMENT FINANCIER DE L ARRCO PREAMBULE L Association pour le régime de retraite complémentaire des salariés (Arrco) a pour objet la mise en œuvre de l accord

Plus en détail

En route vers Bâle III

En route vers Bâle III Sommaire Rappel de la réglementation Bâle II Un contexte de crise Présentation de la réforme Le volet liquidité Exemples d interventions Rappel de la réglementation Bâle II 3 piliers Pilier I : l'exigence

Plus en détail

Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions» Cèdre Crescendo 2021 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de type «actions»

Plus en détail

Chapitre 7 Produits de crédit structurés Date d entrée en vigueur : décembre 2014

Chapitre 7 Produits de crédit structurés Date d entrée en vigueur : décembre 2014 Ligne directrice Objet : Normes de fonds propres Chapitre 7 Date d entrée en vigueur : décembre 2014 Les normes de fonds propres (NFP) à l intention des banques, des sociétés de portefeuille bancaire,

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 juin 2014 (Instruction

Plus en détail

Ligne directrice sur la suffisance du capital

Ligne directrice sur la suffisance du capital 4711 Yonge Street Suite 700 Toronto ON M2N 6K8 Telephone: 416-325-9444 Toll Free 1-800-268-6653 Fax: 416-325-9722 4711, rue Yonge Bureau 700 Toronto (Ontario) M2N 6K8 Téléphone : 416 325-9444 Sans frais

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2014 (Instruction

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 30 septembre 2014 (Instruction

Plus en détail

euro exigence juin 2013

euro exigence juin 2013 euro exigence juin 2013 Titres de créance de droit français présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance (1) Produit de placement alternatif à un investissement dynamique risqué

Plus en détail

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES

LES ACQUISITIONS DE TITRES. Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). TABLE DES MATIERES LES ACQUISITIONS DE TITRES Objectif(s) : o Classification des titres. Pré-requis : o Analyse des opérations d'acquisition de titres (frais bancaires et TVA). Modalités : o Immobilisations financières :

Plus en détail

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA

Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Explication des principales obligations d information prévues dans les chapitres 3862 et 1532 du Manuel de l ICCA Les paragraphes qui suivent présentent les principaux changements en ce qui a trait aux

Plus en détail

AFRICA LINK CAPITAL TITRISATION PRESENTATION DE LA TITRISATION

AFRICA LINK CAPITAL TITRISATION PRESENTATION DE LA TITRISATION AFRICA LINK CAPITAL TITRISATION PRESENTATION DE LA TITRISATION SOMMAIRE I. DÉFINITION DE LA TITRISATION II. TYPES D ACTIFS ÉLIGIBLES III. INTÉRÊT DE LA TITRISATION IV. INTERVENANTS DANS LE PROCESSUS DE

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

Communication des règlements financiers de l Agirc et de l Arrco datés d avril 2014

Communication des règlements financiers de l Agirc et de l Arrco datés d avril 2014 Le 10/04/2014 CIRCULAIRE 2014-7 - DF Objet : Communication des règlements financiers de l Agirc et de l Arrco datés d avril 2014 Madame, Monsieur le directeur, Les règlements financiers, dans leur version

Plus en détail

PREMIER TRIMESTRE 2015

PREMIER TRIMESTRE 2015 PREMIER TRIMESTRE 2015 INFORMATIONS ADDITIONNELLES LA PÉRIODE CLOSE LE 31 JANVIER 2015 Faits saillants Page 1 Bilan consolidé Page 2 État du résultat consolidé Page 3 État du résultat global consolidé

Plus en détail

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143

GLOSSAIRE .../... BANQUE DE FRANCE DOCUMENTS ET DÉBATS N 3 DÉCEMBRE 2009 143 ABCP (asset-backed commercial paper ou billet de trésorerie adossé à des actifs) Titre de créance négociable dont le paiement des intérêts et du principal provient des fl ux de trésorerie d un portefeuille

Plus en détail

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE

NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 138-138 105-105 Dépôts à terme et assimilés à moins de

Plus en détail

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation

entreprises. Ensuite, la plupart des options d achat d actions émises par Corporation 28RE_chap_EP4.qx:quark de base 7/16/09 7:37 PM Page 858 Troisième partie : Le financement des ressources Les principales caractéristiques des travaux suggérés Questions de révision (N os 1 à 25) Exercices

Plus en détail

Comment mieux comprendre les agences de notation financière?

Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Comment mieux comprendre les agences de notation financière? Document pédagogique AXA Group Solutions Web Shared Service/Digital Studio - Decembre 2012 Contact: Group Communications comint@axa.com + 33

Plus en détail

Privalto Privilège Septembre 2015

Privalto Privilège Septembre 2015 Privalto Privilège Septembre 2015 Titre de créance présentant un risque de perte en capital en cours de vie et à l échéance Produit de placement risqué alternatif à un investissement dynamique risqué de

Plus en détail

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS?

Quelles sont les durées minimale et maximale d une émission d OS? Consultation publique sur le site du SGG au titre du projet de loi sur les obligations sécurisées Éléments de réponse de ce Ministère sur les questions soulevées par CDG Capital Question Quelles sont les

Plus en détail

Gestion de la trésorerie et du financement

Gestion de la trésorerie et du financement Gestion de la trésorerie et du financement GESTION à court terme à long terme Suivre et optimiser la trésorerie Financer le démarrage et la croissance Enregistrer les flux de trésorerie : encaissements

Plus en détail

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier

Un marché global du risque. Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Certains enjeux pour le système financier Un marché global du risque Le découplage du risque et des capitaux Une meilleure répartition du risque? Les enjeux pour les institutions

Plus en détail

INTRODUCTION... 3 2.1 LES INTERVENANT DANS UNE OPERATION DE TITRISATION... 5 2.2 MECANISME... 6

INTRODUCTION... 3 2.1 LES INTERVENANT DANS UNE OPERATION DE TITRISATION... 5 2.2 MECANISME... 6 Sommaire INTRODUCTION... 3 I-DEFINITION ET ORIGINE DE LA TITRISATION... 4 II-CONCEPTION DE LA TITRISATION... 5 2.1 LES INTERVENANT DANS UNE OPERATION DE TITRISATION... 5 2.2 MECANISME... 6 2.3 PRINCIPALES

Plus en détail

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF

SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF SECTION 3 : OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 1 - DEFINITIONS DES OPERATIONS DE CESSION D ELEMENTS D ACTIF 2 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX CESSIONS PARFAITES 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES AUX PENSIONS

Plus en détail

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux

4.3 4.3.1 BILAN 200 DOCUMENT DE RÉFÉRENCE 2014. Actif. ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux 4/ ÉLÉMENTS FINANCIERS États financiers sociaux / 4.3 États financiers sociaux 4.3.1 BILAN Actif (en euros) Actif Immobilisé Immobilisations incorporelles 5 209 299 Participations dans entreprises liées

Plus en détail

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014

États financiers condensés consolidés. du premier trimestre 2015. Aux 31 mars 2015 et 2014 Industrielle Alliance, Assurance et services financiers inc. États financiers condensés consolidés du premier trimestre 2015 Aux 31 mars 2015 et 2014 SRM158-1(15-03) PDF Ces états financiers consolidés

Plus en détail

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme

Comité de Bâle sur le contrôle bancaire. Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Comité de Bâle sur le contrôle bancaire Bâle III : Ratio structurel de liquidité à long terme Octobre 2014 Le présent document est traduit de l anglais. En cas de doute ou d ambiguïté, se reporter à l

Plus en détail

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE

Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Société Générale SFH Société Anonyme au capital de 375.000.000 euros Siège social : 17 cours Valmy 92800 PUTEAUX 445 345 507 RCS NANTERRE Rapport sur la qualité des actifs au 31 mars 2015 (Instruction

Plus en détail

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables

La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables La mesure et la gestion des risques bancaires : Bâle II et les nouvelles normes comptables Cycle de Conférence à la Cour de Cassation 21 février 2005 Alain Duchâteau Directeur de la Surveillance Générale

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006

ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT. septembre 2006 ÉNONCÉ DE POLITIQUE DE PLACEMENT septembre 2006 1 Énoncé de politique de placement (septembre 2006) 1. Objet de la politique Le présent document énonce la politique, approuvée par le ministre des Finances

Plus en détail

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129

Décembre 2013 Décembre 2014. Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 NOTE 21 TRÉSORERIE ET AUTRES PLACEMENTS DE TRÉSORERIE 2013 2014 Valeur brute Dépréciation Valeur nette Valeur brute Dépréciation Valeur nette Disponibilités 105-105 129-129 Dépôts à terme et assimilés

Plus en détail