L École après la grippe porcine

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L École après la grippe porcine"

Transcription

1 L École après la grippe porcine Un bouleversement radical est en marche Il peut sembler étrange de s interroger sur l impact sur l École de la grippe A (H1N1, souvent appelée grippe porcine). Se pose-t-on la même question pour la grippe saisonnière qui touche en France près de 2 millions de personnes et provoque décès? S interroge-t-on sur les conséquences des autres maladies sur l École et son fonctionnement? Pourquoi le faire plus particulièrement pour la grippe porcine? Pourquoi un bouleversement du système éducatif serait-il en marche? Lequel? En premier lieu, plusieurs facteurs légitiment d évoquer la grippe A et ses conséquences sur le système éducatif. Cette maladie nouvelle, planétaire, médiatisée, se répand un peu plus chaque jour. Dans l inconscient collectif elle renvoi aux tragiques épidémies des temps anciens. Je sais les craintes que de tels risques inspirent aux personnes, même de nos jours. Lorsque j étais recteur en Auvergne, je fus confronté à quelques cas isolés de méningite sur un territoire de l ordre du quart d un département. À maintes reprises, les chercheurs expliquèrent au grand public, aux médias, aux élus, preuves à l appui, qu il ne s agissait pas d une épidémie : les cas ne provenaient pas d un même virus. Rien n y fit. Les explications, qui se voulaient rassurantes, ne firent qu accroître les craintes des familles. Au point que le Préfet dû se résoudre à faire procéder dans l urgence à la vaccination de enfants et étudiants. L impact d une menace d épidémie ressemble à un «effet papillon» : il est sans commune mesure avec la cause. La grippe A réunit les conditions pour que des effets de panique se produisent et obligent les autorités sanitaires à prendre des mesures drastiques, sans précédent, sur de larges territoires et pour de longues périodes. Il est presque certain que cela se produira dans les mois qui viennent et, peut-être même, dès la prochaine rentrée scolaire. Certes, différents scenarii sont possibles : on voit des pays qui préfèrent ne diffuser aucun chiffre officiel et jouer sur la discrétion, alors que d autres, comme l Angleterre, s inquiètent déjà de l impact sur leur PIB, en craignant une baisse de 5 points de celui-ci. En France, face aux quelques cas de grippe A, les pouvoirs publics ont décidé une brève fermeture de deux ou trois collèges, d une quarantaine d écoles (sur les que compte notre pays) et de quelques colonies de vacances. La grippe A émerge en des lieux variés qui se multiplieront. Cela conduira les responsables de la santé publique à prendre des mesures de fermeture d écoles (qualifiées de «confinement») sur des zones étendues : plusieurs établissements scolaires, toute une circonscription, tout un bassin, tout un département, peut-être plus large encore Le confinement a un bel avenir devant lui! La fermeture d une école ou d un établissement secondaire pendant quelques jours s est déjà produite dans le passé, pour des raisons diverses, notamment de santé publique. Cela arrivera encore. Les périodes de fermetures sont en général courtes ; les familles font face avec quelques modestes aides publiques. Lorsque ces fermetures sont longues (destruction d un bâtiment par incendie, ou explosion, comme à Toulouse par exemple), les autorités arrêtent des mesures de substitution en s appuyant sur les Alain Bouvier 1/6

2 écoles et établissements les plus voisins qui fonctionnent. Or, demain, de vastes territoires seront concernés et il sera ni possible ni pertinent de déplacer quotidiennement un très grand nombre d élèves. Le temps de propagation de l épidémie pouvant durer des semaines, voire des mois, le virus devenant de plus en plus actif, ce sont d autres dispositifs alternatifs qui seront mis en place. On parle déjà, officiellement de 12 semaines au moins. Enfin, l épidémie peut revenir plusieurs fois et sous des formes plus redoutables. On discerne donc la nouveauté de ce phénomène, sans précédent dans l histoire récente de l Éducation nationale : tous les élèves d un territoire «interdits d école» pendant plusieurs semaines, plusieurs mois, plus encore peut-être. Essayons d imaginer ce qui se passera et ce que seront les conséquences ultérieures sur notre système éducatif : comme pour la crise financière, il faudra bien sortir de la grippe A! Alertés depuis longtemps par les chercheurs et les responsables de la santé publique, les autorités de l Éducation nationale ont anticipé l avènement de ce phénomène et préparé une riposte pédagogique en complément des mesures sanitaires qui relèvent d autres responsables. Plaçons-nous dans l hypothèse où tout un territoire serait «confiné» pour un temps long et indéterminé. Soudainement, pour la première fois dans son histoire, le système éducatif sera entre les mains des parents et des élèves. Que pourront-ils faire et que feront-ils? Quel rôle jouera alors l Éducation nationale et comment? En France, l École (publique et privée) est sous le contrôle de l État. Son organisation est uniforme sur l ensemble de l Hexagone. Uniformité formelle, j en conviens, mais qui sert de colonne vertébrale à l ensemble. Suite au confinement, sans préparation ni des parents ni du corps enseignants c est un autre système, hybride, qui se mettra en place et fonctionnera pendant des semaines, peut-être des mois. Aux mécanismes centralisés, bureaucratiques et technocratiques, très peu évolutifs, succèdera l empirisme total, à travers une complète décentralisation sur les parents. Première conséquence de la grippe A : un bouleversement profond du système éducatif ; or la majorité des acteurs n en ont pas encore pris conscience. Pour dire vrai, cela va considérablement accentuer l existant scolaire actuel, nié par beaucoup d enseignants et de cadres éducatifs. Deviendront essentielles les activités autour de l École mais que l École feint d ignorer. La colonne vertébrale ayant disparue, les autres éléments déjà à l œuvre vont prendre une place prépondérante, de façon diversifiée suivant les élèves. Alors que depuis quelques décennies les enseignants français peinent à individualiser les enseignements, ce sont les parents qui soudain le feront. Les élèves pourront bénéficier des productions pédagogiques déjà préparées dans cette perspective depuis plusieurs mois, notamment par le CNED. Elles leur parviendront par la télévision, la radio, puis par Internet. La «e-académie» est promise à un beau succès, au moins au début, tant qu elle pourra afficher une situation de quasi-monopole qui sera brève. En supposant que la totalité des familles disposent, à défaut de l accès à Internet, d une radio ou d une télévision, le système éducatif considèrera qu il a rempli son devoir et assuré sa mission. Les enseignants, qui n auront plus d élèves en classe, seront sollicités pour faire de l accompagnement à distance (alors qu ils ne sont pas formés à cela), de la correction de devoirs, etc. Une coupure se fera rapidement entre d un côté les élèves qui se «contenteront» Alain Bouvier 2/6

3 de ce service formel minimal, somme toute peu contraignant et de l autre ceux qui bénéficieront de groupes de travail collaboratif à distance, avec leurs enseignants ou d autres personnes ressources, accompagnés de différentes formes de «coaching», dont celles offertes par Internet. Quatre grandes catégories d élèves, déjà présentes, se distinguent. Il y aura d abord les élèves aidés par leur famille, ceux dont l avenir est tracé dès la maternelle, qui sont destinés à entrer à Polytechnique, Normale sup, Sciences Po ou en médecine. Ils sont accompagnés par leurs grands-parents, leurs parents, leurs frères et sœurs, leurs cousins, des amis, par leur milieu composé de cadres, d enseignants, d avocats, d architectes, d ingénieurs, etc. Ces élèves apprennent l essentiel en dehors de l École, parfois avec plusieurs d années d avance sur l âge officiel. Pourtant l École les présente comme ses plus belles réussites : mentions au Bac, lauréats du concours général, olympiades, etc. Dans PISA ils font mieux que les petits finlandais ou coréens. Pour eux, avec le confinement, le changement sera faible. Les nouvelles ressources mises à leur disposition par l Éducation nationale s ajouteront à celles qu ils utilisent déjà. Il n est pas certain qu ils s en servent tant ils pourront les trouver culturellement pauvres. Leur communauté continuera, comme si de rien n était, à les prendre en charge. Parmi eux, les enfants des familles les plus aisées en profiteront sans doute pour aller faire un semestre ou une année d études dans un pays moins touché par la grippe. Je n évoque pas ici les élèves intellectuellement précoces ( selon l Inspection générale). Ceux d entre eux qui réussissent à l école sont souvent repérés au moment où ils passent le Bac avec deux ou trois années d avance. Pour eux, rien ne changera. Par contre, ceux qui, au contraire, échouent (plus du tiers) parce qu ils s ennuient à l école emprunteront les autres voies que je vais indiquer. Entrent encore dans cette première catégorie les élèves dont les familles ont décidé de ne pas scolariser leurs enfants ; elles ne représentent qu un faible pourcentage, en légère augmentation, mais qui risquera de s accroître après le confinement. Au total, ce premier groupe représente environ 30% des élèves. Existe une deuxième catégorie d élèves. Il se dit qu il y aurait en France aujourd hui plusieurs milliers d officines d enseignement. Leur chiffre d affaire a augmenté de 35% cette année. Il a atteint 2,5 milliards d Euros. Elles concernent massivement les enfants des classes moyennes, entre 20% et 25% des élèves. Certes, les cours particuliers existent depuis longtemps et les parents français, l été dernier, ont acheté 4,5 millions de livrets de devoirs de vacances. Mais avec le développement massif des officines, on est passé de l artisanat à de l industrie de masse. En raison de leur petite taille, ces entreprises sont très réactives. Elles collent aux besoins. Pour elles, c est une question de vie ou de mort. Par exemple lorsque l orientation des élèves a été pointée comme une faiblesse du système éducatif français, en peu de temps, elles ont lancé sur le marché de nouveaux produits «orientation», sous la forme de modules. Il est évident que face aux confinements, elles transformeront leur offre : d une part, en proposant de très petits groupes avec de strictes règles sanitaires ; d autre part, par un usage généralisé des possibilités de travail à distance : Internet, mails, SMS, Webcam, téléphone, outils de travail collaboratif, etc. La jeunesse n aura aucune peine à les utiliser, bien au contraire. Je suis certain que ces officines s y préparent déjà. Certes, les produits officiels de l Éducation nationale diffusés en cas de confinement seront gratuits pour les familles. Mais ils sont élaborés par des organismes dont la réactivité n est pas la qualité première, ni l écoute des usagers. Ils sont le fruit d équipes habituées à traiter les grandes masses, par des modalités uniformes et impersonnelles. La part sera donc belle pour Alain Bouvier 3/6

4 la concurrence qui jouera la carte de l écoute et de l individualisation. Toutes les formes de coaching seront proposées et pratiquées. Dans les faits, il reviendra aux coachs de veiller, pour chaque élève, à la cohérence de ses activités. Sur le territoire confiné, on devine le patchwork que constituera l ensemble : il sera de plus en plus difficile de trouver dix élèves faisant la même chose. C est déjà en grande partie le cas aujourd hui pour près du quart des élèves qui font appel à ces officines, alors que le corps enseignant feint de l ignorer pour ne pas en tenir compte. Avec la grippe porcine, cela deviendra central et les enseignants, placés en situation périphérique, devront s adapter à cette situation totalement nouvelle. Comme ils le font déjà, les élèves des familles plus modestes, se tourneront vers les associations de quartier, lorsqu elles ne seront pas fermées par précaution sanitaire. Ceux qui disposent d Internet iront sur des sites gratuits, à la rencontre de personnes de bonne volonté qui les aideront à faire un devoir (ou même le feront à leur place!). Qui assurera le suivi global de l élève lorsque la famille n en est pas capable (famille éclatée, absente, peu éduquée ), lorsque ses moyens financiers ou sa culture ne lui permettra pas de bénéficier de coaching ou d Internet? Existera sans doute un vague suivi à distance, assuré par les enseignants. Pour des élèves ayant peu d appétence pour les études et peu d encouragement de la part de leur entourage, son influence sera encore plus réduite qu elle ne l est en classe, où l on sait qu elle est faible. Or on peut estimer que ce groupe représente près de 30% de nos élèves, ceux dont les performances à PISA, sans être les plus bas, sont en dessous de la moyenne des pays de l OCDE. Ils seront, de fait, condamnés à «de l auto coaching», c est-à-dire livrés à eux-mêmes. On demandera donc encore plus à ceux qui à l heure actuelle peuvent déjà le moins, ou presque, car il existe une quatrième catégorie. C est la population (de 15% à 20%) des élèves en très grande difficulté depuis la fin de la grande section de maternelle. Ils lisent très difficilement et ne se sentent pas vraiment concernés par la classe. De là à leur demander de reproduire l école volontairement chez eux ou ailleurs et d en assumer toutes les conséquences Sans oublier les élèves de l enseignement secondaire («que» 5,4% des élèves dit la DEPP ; en fait, cela représente deux fois l académie de Clermont-Ferrand!) absents fréquents et qui finissent par ne plus revenir assister aux cours, ou seulement au fond de la classe où ils passent leur temps à envoyer des SMS. Souvent ils disparaissent, au soulagement de leurs enseignants ; on comprend pourquoi. Que feront ces élèves? Qui les prendra en charge? Même physiquement présents en classe, ils ont déjà quitté l École. Peut-on raisonnablement attendre qu ils la réorganisent en dehors? En outre, tous n ont pas Internet chez eux. Si dans certains établissements ils sont peu nombreux (de l ordre de 2%), dans d autres, ils représentent plus de 30% des élèves. Personne ne tient à mettre cela sous les projecteurs car les moyens financiers attribués aux établissements scolaires dépendent du nombre de leurs élèves inscrit chez eux. C est ainsi qu il n est pas rare de voir dans un lycée professionnel une section prévue pour 16 élèves ouvrir difficilement en juillet avec 12 inscrits (sous de multiples pressions), puis seulement 8 présents à la rentrée de septembre et plus que 4 élèves en novembre. Personne ne pourrait alors imaginer de la fermer à cette époque de l année pour cause de nombre insuffisant d élèves. Pourtant, la grippe A le fera! Pour ce quatrième groupe d élèves, il y a peu d espoirs que les effets de la grippe porcine aillent dans le sens de l amélioration de leurs performances scolaires. Pour résumer : la grippe porcine n aura guère d effets négatifs sur la population des élèves qui apprennent bien, de multiples façons et en différents lieux. Elle modifiera les attitudes et Alain Bouvier 4/6

5 comportements des deux groupes intermédiaires, peut-être de façon durable et elle isolera encore plus ceux qui n arrivaient pas à trouver leur place dans le système scolaire. Les écarts se creuseront encore plus et les enseignants découvriront, sous la contrainte, de nouveaux métiers. Si le confinement se poursuit pendant plusieurs mois (qui sait?), la diversification des pratiques effectives des élèves et des familles s intensifiera. C est un système totalement individualisé qui progressivement se mettra en place, de façon empirique et non régulée. D uniforme, l école deviendra hybride. De formalisée jusqu au moindre détail, elle tendra à être indescriptible. Les écarts de performances entre les différents groupes d élèves, cruellement mis en lumière par PISA, vont s accroître. Le rapport entre les élèves et les enseignants devenus une ressource parmi d autres, vont considérablement évoluer. Des sortes de «facebook pédagogique» entre élèves verront le jour, proposant des groupes de travail entre «amis» et indiquant les «bons» enseignants ; sans s attaquer aux autres, leurs messages seront clairs. Le rôle de l Éducation nationale restera essentiel sur les examens, mais il faudra les faire passer autrement. Si nous en sommes encore à vouloir interdire l usage des calculatrices (c est-à-dire, en réalité, des ordinateurs de poche connectés à Internet), certains pays ont déjà fait un choix opposé : l usage d Internet est favorisé pendant les examens. Cela oblige à concevoir des épreuves d un tout autre type. Ce bouleversement sera-t-il durable? Sans doute en partie. Pour aller vers quoi? Que sera le rôle de l État? Un jour le confinement cessera et tout ne reviendra pas dans l ordre précédent. D abord d autres confinements pourront suivre. Mais il y a plus important. Pendant des semaines, les élèves et leurs familles auront inventé, construit et fait fonctionner une autre école. Certes, pour l enseignement primaire dont les fonctions sont autant sociales que cognitives, les familles rescolariseront leurs enfants, mais elles chercheront de nouveaux équilibres avec les enseignants. Je peine à imaginer lesquels. Ils diffèreront d une école à une autre. La variété règnera. Les parents ne seront plus «sur le paillasson» de la classe, selon la remarque faite par une délégation québécoise venue en France observer nos établissements scolaires. D usagers, ils deviendront parties prenantes. Au collège, ce sera plus difficile de trouver un nouvel équilibre. Les élèves ne voudront pas renoncer à l autonomie acquise, qu ils l aient utilisée à bon escient ou pas. Les officines ne lâcheront pas les marchés conquis, les associations non plus, même si elles se défendent de raisonner en termes de marché. Les élèves ne voudront pas interrompre du jour au lendemain leurs usages d Internet et de leurs instruments nomades. Un nombre plus important de parents se seront emparés de ce que font leurs enfants. Placés soudainement par la grippe A au cœur du réacteur, en majorité ils n accepteront pas de se retrouver rejetés à la porte de l Ecole et de la classe. L École du XIXème siècle sera révolue, celle du XXIème entamera son élaboration et le milieu enseignant devra s y atteler. Dans les lycées, professionnels (44% des élèves de lycées) ou d enseignement général, que se passera-t-il? Qui peut le deviner? Se risquer à faire des paris? À sa manière, la grippe porcine va réformer le lycée. C est donc un radical chambardement du système éducatif qu annoncent les suites de la grippe A. Alain Bouvier 5/6

6 L épidémie est mondiale. Pourtant, elle n aura pas le même impact sur les divers systèmes éducatifs. L existant est différent d un pays à un autre. Là où le rôle des parents est déjà important, intégré dans les pratiques sociales comme dans les pays du nord de l Europe, les relations entre eux et le milieu enseignant se poursuivront à travers des modalités adaptées, basées sur les outils modernes de communication. Selon leurs traditions, ils bâtiront ensemble, sans heurt, leur nouvelle école. Là où les élèves sont dans l obligation de poursuivre des activités scolaires intenses en dehors de l École (comme au Japon ou en Chine), ces pratiques seront accentuées. Des équilibres inverses entre les registres scolaire et hors temps scolaire verront le jour. Dans les pays où les élèves doivent déjà obligatoirement, chez eux, passer un temps important à travailler sur Internet (comme en Corée), ils auront encore plus à le faire. Ils perdront progressivement de vue l intérêt du travail en présentiel. C est encore un autre type d école qui se dessine. À l intérieur de chaque pays, les organisations scolaires seront hybrides. Et, d un pays à un autre, les évolutions se feront dans des voies dissemblables, même si des standards internationaux serviront de référence. Ces évolutions seront peu corrélées aux systèmes politiques. En fait, c est déjà le cas. Des pays libéraux, comme l Angleterre, introduisent des régulations étatiques, tandis que la république socialiste du Vietnam voudrait, que dans les quatre années qui viennent, le nombre des étudiants dans les universités privées passe de 17% à 60%. Pour reprendre une expression de Gérard Moreau (Secrétaire général de l AFAE) : «le mammouth est réformable» ; grippe porcine oblige, il le sera. Loin des misérables débats actuels sur les épreuves du brevet, les structures et les filières du lycée, etc. il devra prendre en compte les questions les plus naturelles qui soient : comment les élèves apprennent en classe? Comment les élèves apprennent en dehors de la classe? Comment ces deux voies s articulent-elles? Quel sera le nouveau rôle des enseignants? Aucun modèle mondial unique ne se dégagera : les situations seront variées entre les pays et à l intérieur de chaque pays. Les États fixeront les standards, les indicateurs de résultats et assureront les régulations, en veillant à l équité du système (faiblesse majeure du système actuel). L avenir sera bientôt dans des systèmes scolaires pluriels et hybrides. Alain Bouvier Ancien recteur Membre du Haut conseil de l éducation Alain Bouvier 6/6

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions

La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014. Foire aux questions La réingénierie de la formation en kinésithérapie suite à l arbitrage interministériel du 9 décembre 2014 Foire aux questions Réalisée le 1 er mars 2015 Les études de kinésithérapie sont actuellement en

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Etude MIKE - Abstract

Etude MIKE - Abstract www.zhaw.ch/psychologie Etude MIKE - Abstract L étude MIKE a examiné de manière représentative le comportement en matière d utilisation des médias des enfants en âge d aller à l école primaire vivant en

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années

Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Les campagnes syndicales mondiales en ligne: les dix prochaines années Eric Lee En novembre 2011, les militaires au pouvoir aux Fidji ont jeté en prison deux des plus importants dirigeants syndicaux du

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

10 Savoir investir en Bourse avec Internet

10 Savoir investir en Bourse avec Internet INTRODUCTION Avec près de 7 millions de Français actionnaires en 2007, l investissement boursier est devenu depuis quelques années un important moteur de l épargne nationale. Dans un pays relativement

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ

LES CONDITIONS D ACCÈS AUX SERVICES BANCAIRES DES MÉNAGES VIVANT SOUS LE SEUIL DE PAUVRETÉ 3. Les crédits 3.1 Les crédits en cours 3.1.1 Les ménages ayant au moins un crédit en cours Un peu plus du quart, 31%, des ménages en situation de déclarent avoir au moins un crédit en cours. Il s agit

Plus en détail

Options en matière de réforme des systèmes financiers

Options en matière de réforme des systèmes financiers Options en matière de réforme des systèmes financiers Hansjörg Herr et Rainer Stachuletz Le projet de mondialisation néolibérale est monté en puissance à la fin des années 1970 grâce aux politiques de

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions.

Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Utilisation des portables en classe, des problèmes et des solutions. Ces quelques lignes ne rendent pas compte d une expérimentation organisée à priori mais d un changement de pratique qui demeure en évolution.

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

5. Information et accès aux moyens de paiement

5. Information et accès aux moyens de paiement 5. Information et accès aux moyens de paiement Cette dernière partie mobilise des méthodes d analyse des données, permettant de mieux comprendre comment s articulent d une part l accès aux différents services

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe.

Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Différencier, d accord oui mais comment organiser sa classe. Quand on est convaincu que l on ne peut pas travailler tout le temps avec toute sa classe en même temps et que l on souhaite mettre en place

Plus en détail

Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE

Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE Lycée Régional du Bâtiment et des Travaux Publics Saint Lambert N 0750697A LIVRET DE SECURITE INCENDIE Mise à jour Mai 2010 Rappel de la réglementation L objectif des exercices d évacuation est d entraîner

Plus en détail

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- :

Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques- : L évaluation des Mathématiques en Lycée Professionnel Quelle est la place de l évaluation dans une séquence de mathématiques en Lycée professionnel? Collège (3DP). Le texte du programme -Mathématiques-

Plus en détail

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS

SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES À VOS QUESTIONS SOMMAIRE ENSEIGNER : UNE AMBITION POUR SOI, UNE AMBITION POUR LA FRANCE DEVENIR ENSEIGNANT : LES NOUVEAUTÉS ENQUÊTE : LES FRANÇAIS ET LE MÉTIER D ENSEIGNANT CONCOURS DE RECRUTEMENT 2014 : LES RÉPONSES

Plus en détail

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine

La plateforme de propositions de la FNASEPH. Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine La plateforme de propositions de la FNASEPH Le Grenelle de la formation et de l accès à la vie sociale des Jeunes Handicapés Mercredi 25 janvier 2012 Université de Paris Dauphine De la scolarisation aux

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Point de situation sur la réforme du lycée. I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer

Point de situation sur la réforme du lycée. I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer 1 Point de situation sur la réforme du lycée I. Les faiblesses du lycée actuel et la nécessité de le réformer Sur le diagnostic et la problématique de départ, l essentiel du travail est fait. D une part,

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes

Etude JAMES. Utilisation des médias électroniques par les jeunes Etude JAMES 2012 Utilisation des médias électroniques par les jeunes Données privées: les jeunes plus prudents Chez les jeunes, le besoin de se présenter dans les principaux réseaux sociaux reste inchangé:

Plus en détail

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS

LE DEVENIR DES DIPLOMÉS LE DEVENIR DES DIPLOMÉS Master Aménagement urbanisme développement et prospective Finalité : Professionnelle Situation professionnelle deux ans après l obtention d un master 2 Les enquêtes sur le devenir

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à la Cité des Sciences pour ces deux journées de colloque consacré à la sécurité alimentaire dans le monde.

Je vous souhaite la bienvenue à la Cité des Sciences pour ces deux journées de colloque consacré à la sécurité alimentaire dans le monde. Note à Eléments de langage Chers amis, Je vous souhaite la bienvenue à la Cité des Sciences pour ces deux journées de colloque consacré à la sécurité alimentaire dans le monde. Des colloques sur ce sujet,

Plus en détail

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.

Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 INSPECTION. novembre 2009. Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles. novembre 2009 Programme de travail académique des inspecteurs 2009-2010 Rectorat 3, boulevard de Lesseps Versailles www.ac-versailles.fr INSPECTION COMMUNICATION Sommaire Les finalités du Programme de

Plus en détail

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des

CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère de la santé et des Grippe : un nouveau dispositif de communication Dossier de presse 24 Août 2009 CONTACTS PRESSE Inpes : Sandra Garnier Tél : 01 49 33 23 06 Email : sandra.garnier@inpes.sante.fr Service de presse du ministère

Plus en détail

L inscription dans une classe préparatoire

L inscription dans une classe préparatoire ISSN 1286-9392 www.education.fr 01.31 JUIN Si l admission en classe préparatoire est étroitement liée au parcours antérieur des élèves et à leurs résultats scolaires, les enseignants jouent un rôle important

Plus en détail

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Intervention de Marisol Touraine. Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes 1 Intervention de Marisol Touraine Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Conseil d administration du régime social des indépendants Jeudi 25 juin 2015 Monsieur le Ministre,

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com

Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com Pour plus d informations sur les Livrets Blancs Chartis: nicole.gesret@chartisinsurance.com L indemnisation des risques liés au travail Colloque Sinistres du 10 Mars 2011 Le 10 Mars 2011, à l initiative

Plus en détail

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation :

«ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE 2011 de l opération nationale de sensibilisation : avec le soutien de «ENFANTS ET INTERNET» BAROMETRE nationale de sensibilisation : Génération Numérique Fiche technique Le cinquième baromètre et a été réalisé par Calysto dans le cadre de sensibilisation

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré

UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2. Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré UE5 Mise en situation professionnelle M1 et M2 Note de cadrage Master MEEF enseignement Mention second degré ESPE Lille Nord de France Année 2014-2015 Cette note de cadrage a pour but d aider les collègues

Plus en détail

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES

LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES LAURENT FABIUS, MINISTRE DES AFFAIRES ETRANGERES Tout à l heure, le Président de la République m a demandé, avec le Premier ministre, de vous apporter un certain nombre d éléments sur le contexte dans

Plus en détail

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION

BÂTIR UNE STRATÉGIE DE RÉMUNÉRATION Introduction L a question de la rémunération se situe, par nature, au fondement même des pratiques de gestion du personnel. Aussi peu développée soit-elle, toute gestion des ressources humaines s organise

Plus en détail

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG

CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG CHARTE D HEBERGEMENT DES SITES INTERNET SUR LA PLATE-FORME DE L ACADEMIE DE STRASBOURG Version Octobre 2014 Rectorat de l académie de Strasbourg 6 Rue de la Toussaint 67975 Strasbourg cedex 9 1 Page 1/14

Plus en détail

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX

PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS I LE CADRE REGLEMENTAIRE II LES ENJEUX PROTOCOLE POUR LES VISITES D INSPECTION 2014 2015 CADRE REGLEMENTAIRE ENJEUX MODALITES ET EXPLOITATIONS Jean Paul BURKIC I.E.N. LE PORT I LE CADRE REGLEMENTAIRE - Note de service n 83 512 du 13 décembre

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Réussir son affiliation

Réussir son affiliation David Sitbon Étienne Naël Réussir son affiliation Comment gagner de l argent avec Internet, 2012 ISBN : 978-2-212-55350-5 1 Comprendre que tout est marketing de rentrer dans le détail, il nous a semblé

Plus en détail

58 ème CONGRES DE L UIA Florence, Italie 29 octobre 02 novembre 2014

58 ème CONGRES DE L UIA Florence, Italie 29 octobre 02 novembre 2014 58 ème CONGRES DE L UIA Florence, Italie 29 octobre 02 novembre 2014 COMMISSIONS DROIT DES ASSURANCES/ DROIT MEDICAL Vendredi 31 Octobre 2014 LA TECHNOLOGIE MEDICALE DE POINTE ET SON COUT N GANN Supermann

Plus en détail

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani.

Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Joëlle Bolot, Stéphane Cipriani. Sommaire Programme, Capacités (http://www.education.gouv.fr/cid50636/ mene0925419a.html) Dossier documentaire d histoire géographie en CAP : Note de cadrage de l épreuve.

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes

Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Revenus Les durées d emprunts s allongent pour les plus jeunes Marie-Émilie Clerc, Pierre Lamarche* Entre 2005 et 2011, l endettement des ménages a fortement augmenté, essentiellement du fait de la hausse

Plus en détail

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs

4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4. Les relations avec les banques : difficultés rencontrées et mobilisation des dispositifs 4.1 Les contacts avec la banque et la connaissance du fonctionnement bancaire 4.1.1 Les contacts avec la banque

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Tablette tactile : la nouvelle nounou?

Tablette tactile : la nouvelle nounou? Observatoire Orange - Terrafemina Tablette tactile : la nouvelle nounou? Sondage de l institut CSA Fiche technique du sondage L institut CSA a réalisé pour Orange et Terrafemina la 13 ème vague d un baromètre

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche

Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche ÉDITORIAL Pour la Corse et pour la France, une démocratie politique et sociale vraiment neuve Dans ce nouveau siècle, aussi inégalitaire que le précédent mais aussi riche de réalisations possibles, la

Plus en détail

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT

LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT 11 CHAPITRE PREMIER LE MARKETING DIRECT, SUPPORT DU MARKETING CLIENT En moins d un siècle, le marketing direct a profondément évolué. Passant de la commande traditionnelle par courrier à la multiplication

Plus en détail

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins?

Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Le processus de professionnalisation du cadre de santé : Cadre de santé ou Cadre de soins? Laurent QUENEC HDU Descriptif : Le métier de cadre de santé est en constante évolution : le cadre est aujourd

Plus en détail

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants?

Introduction Quels défis pour l Administration Publique face àla crise? Crise et leadership : quelles relations? Quels défis pour les dirigeants? Renforcement des capacités en matière de Leadership au niveau du Secteur Public dans le contexte de la crise financière et économique Par Dr. Najat ZARROUK Introduction Quels défis pour l Administration

Plus en détail

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH

Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH Compte rendu du séminaire sur les RPS qui a eu lieu mardi 4 février à la MMSH En introduction : référence au site rps.hypotheses.org Un questionnaire anonyme sera mis en ligne d ici peu. Un petit film

Plus en détail

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?...

SOMMAIRE. I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions. L obtention du CAP Petite Enfance est-elle une condition pour devenir ATSEM?... SOMMAIRE I. Questions relatives aux métier, rôles, fonctions 1 Quelles ont été les évolutions importantes du métier d ATSEM?... 15 2 Comment devient-on ATSEM?... 16 3 L obtention du CAP Petite Enfance

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE Le projet de loi relatif au droit des étrangers Juillet 2014 Les chiffres de l immigration 200.000 étrangers hors UE sont accueillis chaque

Plus en détail

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent

Andréas Boes et Thomas Lühr. Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Andréas Boes et Thomas Lühr Travail et temps en Allemagne Un système de mise à l épreuve permanent Pour les salariés allemands les plus qualifiés, l effacement des limites entre temps professionnel et

Plus en détail

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires

Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Enquête APM sur le Gouvernement d entreprise dans les PME-PMI : quelques résultats et commentaires Pierre-Yves GOMEZ Professeur EMLYON Directeur de l Institut Français de Gouvernement des Entreprises (IFGE)

Plus en détail

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes.

Rappelons d abord l événement dans ses grandes lignes. Étude de cas : Hydro-Québec et la tempête de verglas par Steve Flanagan Présenté au colloque «Les communications en temps de crise» Organisé par l Université du Québec à Montréal janvier 1999 L analyse

Plus en détail

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME?

AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? AUDITION SUR LE CIR : LA REFORME PROFITE-T-ELLE AUX PME? Propositions de la CGPME Introduction : Nombre d adhérents à votre organisation : Avant propos : Compte tenu du niveau d information qui peut être

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne

Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Comparaison des enjeux énergétiques de la France et de l Allemagne Dans la perspective de la première conférence franco-allemande sur l énergie qui se tiendra le 2 juillet prochain à Paris 1, il paraît

Plus en détail

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS

A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS A4 BÂTIMENTS : RECEVOIR TOUS LES PUBLICS Organisateur INSET DE MONTPELLIER Animateur Serge MASSIS, Directeur des Études urbaines, Ville de Cannes, AITF (Association des ingénieurs territoriaux de France)

Plus en détail

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS

Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS Intervention de MR BEDEK PATRICK, maire de CERNAY LES REIMS UN MAIRE. DANS LA TOURMENTE.LES INFORMATIONS CAPITALES POUR RASSURER UNE EQUIPE MUNICIPALE QUI SE RESSERRRE (ELUS ET AGENTS ) Des décisions rapides

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005)

Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Questionnaire sur la formation PLC2 en mathématiques (NOVEMBRE 2005) Ces résultats correspondent à 18 questionnaires parmi les 26 stagiaires du groupe Amiens. Le total des réponses ne fait pas toujours

Plus en détail

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré

Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Cahier des charges pour le tutorat d un professeur du second degré Référence : Circulaire n 2010-037 du 25 février 2010 relative au dispositif d'accueil, d'accompagnement et de formation des enseignants

Plus en détail

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux?

Comment un. accident. peut-il engager la. responsabilité pénale. des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? Les cahiers de l Observatoire Comment un accident peut-il engager la responsabilité pénale des élus locaux et des fonctionnaires territoriaux? table des matières Avant-propos de Bernard Bellec... P. 5

Plus en détail

Contribution des industries créatives

Contribution des industries créatives RÉSUMÉ - Septembre 2014 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes de PIB et d emploi Évolution 2008-2011 2 Contribution des industries créatives à l économie de l UE en termes

Plus en détail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail

Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Conseils sur la conduite à tenir en cas de suicide d un salarié sur le lieu de travail Document réalisé avec l aide de Philippe BIELEC, Ingénieur Conseil à la Direction des risques professionnels de la

Plus en détail

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte

Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Santé des étudiants et précarité : éléments de contexte Dossier de synthèse documentaire et bibliographique Réactualisation - novembre 2011 Marseille : 18, rue Stanislas Torrents 13006 Marseille Tél. :

Plus en détail

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL SERVICE DES TECHNOLOGIES ET DES SYSTÈMES. Etude sur les usages des dispositifs TIC dans l enseignement scolaire.

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL SERVICE DES TECHNOLOGIES ET DES SYSTÈMES. Etude sur les usages des dispositifs TIC dans l enseignement scolaire. SECRÉTARIAT GÉNÉRAL SERVICE DES TECHNOLOGIES ET DES SYSTÈMES D INFORMATION SOUS-DIRECTION DES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION POUR L ÉDUCATION BUREAU DES USAGES Etude sur les usages

Plus en détail

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC)

1. Les tests passés lors de la Journée Défense et Citoyenneté (JDC) LES JEUNES FACE A L ECRIT UN NOUVEAU DISPOSITIF D EVALUATION MASSIVE DE LEURS PERFORMANCES EN LECTURE Thierry Rocher* * DEPP, thierry.rocher@education.gouv.fr Mots-clés : illettrisme, test automatisé,

Plus en détail

Les diplômes. Session 2012

Les diplômes. Session 2012 note d information 13.05 AVRIL À la session 2012, 557 600 diplômes de l enseignement des niveaux IV et V ont été délivrés en France, dont 90 % par le ministère de l éducation nationale. 40 % de ces diplômes

Plus en détail

Sortir nos PME du piège de la pauvreté

Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sortir nos PME du piège de la pauvreté Sophie Vermeille 1 Frank-Adrien Papon Droit & Croissance / Rules for Growth 2 L accès au crédit bancaire des PME, un obstacle pour leur croissance Pour des raisons

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage?

BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS. L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? BLANCHIMENT DE CAPITAUX : L ACAM OU LE MESSAGE PASSE AUX COURTIERS L ACAM a-t-elle déclenché une tempête dans le ciel serein du courtage? Car c est une impression d orage à venir que laisse la première

Plus en détail

Faut-il développer la scolarisation à deux ans?

Faut-il développer la scolarisation à deux ans? Faut-il développer la scolarisation à deux ans? 01 L école maternelle française est fréquemment citée comme l un des points forts de notre système éducatif et la pression de certaines familles est aujourd'hui

Plus en détail

Un point de vue technique sur la loi Internet et création

Un point de vue technique sur la loi Internet et création Un point de vue technique sur la loi Internet et création Fabrice Le Fessant Expert des systèmes distribués et des réseaux pair-à-pair Chercheur à l INRIA Saclay - Île-de-France (Institut National de Recherche

Plus en détail

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME

POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME NICOLAS SARKOZY 2007-2012 : LE DEPOT DE BILAN POLITIQUE FISCALE : L ANTI-REFORME Par Daniel Vasseur Le 17 février 2012 Jusqu au plan de rigueur du Gouvernement annoncé le 7 novembre 2011, l Etat avait

Plus en détail

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France

DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France DISCOURS DE CLOTURE DU 44 E CONGRES DE LA FPI François Payelle, Président de la FPI France Lyon, le 20/06/2014 Madame la Ministre, Monsieur le Sénateur Maire, Mesdames, Messieurs les Elus, Chers Congressistes,

Plus en détail

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie

Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie Plan d action des médecins et infirmier(e) de l académie 1 Le cap fixé : - le projet académique 2011-2015 - et sa lecture par et pour l action des médecins et infirmier(e)s de l E.N Deux postulats : Le

Plus en détail

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque»

avec Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» avec Communiqué de presse Paris, le 22 octobre 2014 Etude exclusive Le Club des Annonceurs & l Institut QualiQuanti «Le Brand Content : au cœur du pilotage de la marque» «A l heure où la marque devient

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

SIECLE Inscription en ligne

SIECLE Inscription en ligne SIECLE Inscription en ligne Guide à l usage des établissements Version 14.2.2 Juin 2014 Services en ligne Inscription pour l entrée au lycée - 1/20 Table des matières 1 Présentation... 3 2 Les étapes préalables

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

LA SCOLARITÉ EN FRANCE

LA SCOLARITÉ EN FRANCE P.R.I.P.I Programme Régional pour l Intégration des Populations Immigrées C.A.S.N.A.V Centre Académique pour la Scolarisation des Nouveaux Arrivants et des enfants du Voyage LA SCOLARITÉ EN FRANCE Document

Plus en détail

Qui dirige la Sécurité sociale?

Qui dirige la Sécurité sociale? Qui dirige la Sécurité sociale? 1. Pourquoi se poser la question? «La tradition française en matière de Sécurité sociale n est pas une tradition d étatisme bureaucratique [ ] C est pourquoi la législation

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Complément d information concernant la fiche de concordance

Complément d information concernant la fiche de concordance Sommaire SAMEDI 0 DÉCEMBRE 20 Vous trouverez dans ce dossier les documents correspondants à ce que nous allons travailler aujourd hui : La fiche de concordance pour le DAEU ; Page 2 Un rappel de cours

Plus en détail