DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE. Par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE. Par"

Transcription

1 Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Strag.2011 Politiques et stratégies de formation, de recherche, d études stratégiques et prospectives en Afrique Quel bilan et quelles stratégies pour l Afrique du 21 ème Siècle? Forum Panafricain des directeurs généraux des écoles nationales d administration, des facultés des sciences administratives et sociales, des centres d études stratégiques et prospectives et des institutions de gouvernance et des politiques publiques DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE Par Dr Kitsoro KINZOUNZA Consultant International en Management Secrétaire Permanent du Projet de Renforcement des Capacités des Universités (PRCU) Avril 2011 Salle de réunions de l ENA, Rabat (Maroc)

2 SOMMAIRE 1. POSITION DU PROBLEME UNE TYPOLOGIE DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES AFRICAINES.5 3. LES CARACTERISTIQUES D UNE ADMINISTRATION PUBLIQUE DE DEVELOPPEMENT LES NOUVELLES MISSIONS DES ENA D AFRIQUE PERSPECTIVES 18 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES..21 2

3 1. POSITION DU PROBLEME 1.1. Nulle part au monde, la démocratie n a précédé le développement économique et social : la première a toujours été le produit du second. En la matière, le dernier exemple nous vient de la Corée du Sud ; en effet, pendant près de 20 ans (de 1963 à 1980), sous la dictature éclairée du Général Park Chung Hee ( ), ce pays a suspendu les libertés publiques. Cela lui a permis de bâtir une base économique solide ; depuis 1980, les libertés publiques ont été rétablies Partout où les régimes de démocratie pluraliste se sont installés en Afrique, après le fameux Discours de La Baule de François MITTERRAND en 1990, l on peut faire le constat suivant 1 : (i) la démocratie, au lieu de constituer l instrument-clef d une révolution économique et sociale, apparaît de plus en plus comme un vernis destiné à (ii) couvrir les pratiques de l Etat néo-patrimonial (ou ethnocratique 2 ) ; l impunité avec pour corollaires, la corruption, le népotisme, le clientélisme et la paresse intellectuelle continue de fleurir ; (iii) la persistance de l Etat néo-patrimonial caractérisé essentiellement par la mauvaise gouvernance, le déficit de leadership transformationnel et le vote ethnique constitue le trait commun des Etats africains post-indépendance ; (iv) les gouvernements s investissent, non pas dans la recherche continue du bien-être économique et social des citoyens et la défense de la souveraineté politique et économique, mais plutôt dans leur maintien au pouvoir par tous les moyens, y compris l instrumentalisation des ethnies, le clientélisme et la prolifération des anti-valeurs ; (v) les administrations publiques reflètent la nature néo-patrimoniale des Etats post-indépendance : elles sont politisées, corrompues et improductives ; (vi) l Elite nationale a perdu tout sens patriotique : «ventriote» (au lieu d être patriote), elle n aspire qu à occuper des fonctions politiques afin d assouvir ses besoins de ventre et de prestige ; (vii) la société civile, coincée entre les pesanteurs sociales et «les réalités économiques» de la vie au quotidien, peine à jouer pleinement son rôle de contre-pouvoir naturel ; (viii) instrumentalisés par les hommes politiques, les opérateurs économiques se livrent beaucoup plus aux activités de spéculation qu à celles ayant trait à l agro-pastoral et à l industrie L efficacité économique, l adhésion à l idéal républicain et l intégrité de l Administration publique ont un impact beaucoup plus positif sur le développement économique et social que la démocratie de type occidental. Monsieur Lee Kuan Yew, Premier ministre de Singapour de 1958 à 1990 a souligné cette évidence en Novembre 1993, lors de la Conférence sur la pertinence de l expérience de Singapour pour l Afrique : «D après les idéologues occidentaux, sans démocratie, l économie de marché ne pourrait pas se développer en Russie. Une telle assertion est démentie par Taiwan, la Corée du Sud et la Chine sous Deng Siao Ping ( ). Ce serait donc une erreur grave de croire que la 1 Kitsoro KINZOUNZA : «Renouveau démocratique et réforme de la Fonction Publique au Bénin ; réflexion pour la définition d une orientation générale» Etats généraux de la Fonction Publique et de la modernisation de l Administration, Ministère de la Fonction Publique et de la réforme Administrative, Cotonou, Décembre L Etat ethnocratique désigne un Etat dans lequel les coalitions politiques instrumentalisent les ethnies pour la conquête et la conservation du pouvoir. (cf. Michel ROUSSIN : «Afrique majeure» Edition France-Empire, Paris 1997, pp141 et 54) 3

4 démocratie est la pré-condition du développement économique ( ). La condition nécessaire du progrès et de la croissance, c est une bonne administration, une administration qui est honnête, performante et qui travaille pour le bien du peuple. Les Africains doivent se battre pour obtenir une bonne administration ( )» Comment les Africains doivent-ils «se battre pour obtenir une bonne administration», une Administration de développement, en l occurrence une Administration publique intègre, républicaine et performante? Après avoir présenté les caractéristiques des administrations coloniale, néopatrimoniale et de développement ainsi que les missions des Ecoles Nationales d Administration des pays francophones, la présente étude montre comment celles-ci, grâce aux réformes administratives et institutionnelles, peuvent constituer des instruments efficaces de mise en place des administrations de développement ou «bonnes administrations». 2. UNE TYPOLOGIE DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES AFRICAINES De l époque coloniale à nos jours, l on peut avancer que l Afrique francophone a connu les deux (02) types d administration publique ci-après : - une administration publique de commandement (ou administration coloniale), d une part ; - une administration publique néo-patrimoniale, d autre part Les caractéristiques des administrations publiques de commandement (ou administrations de type colonial) La Conférence de Berlin de 1885 avait consacré la division des pays africains en colonies d obédience française, anglaise, allemande, espagnole et portugaise. L administration qui se met en place dans la colonie est au service de la politique économique coloniale, ou Pacte colonial. Selon celui-ci, les colonies sont des réservoirs de matières premières qui sont transformées dans les «métropoles» et des marchés naturels des produits manufacturés en provenance de ces dernières. L administration de type colonial est dans ce contexte une administration de commandement caractérisée par le formalisme des règles et procédures administratives. La mission de ce type d administration est triple ; il s agit : - d abord, d assurer la continuité de l Etat colonial en veillant d une part, à la conformité des actes administratifs avec les textes en vigueur ; d autre part, au respect strict du Pacte colonial ; - ensuite, de veiller au strict respect de l idéologie coloniale qui présente le Noir comme un être inférieur au Blanc ; - enfin, de placer l exercice des libertés publiques par les habitants des colonies dans les limites compatibles avec le maintien du statu quo colonial. 3 Extrait du discours de Monsieur Lee Kuan à la Conférence organisée conjointement par Africa Leadership Forum et Singapore International Foundation, Singapôur, Novembre (Souligné par nous, K. K.) 4

5 Ce type d administration aura cours dans les pays francophones, de 1885 (Conférence de Berlin) à 1956 (Loi-cadre instituant le régime transitoire de la communauté francoafricaine) Les caractéristiques de l Administration publique néo-patrimoniale Après la phase transitoire de 1956 à 1960 au cours de laquelle les Etats africains ont un statut hybride par la Loi-cadre (ce ne sont ni des colonies ni des états indépendants), ceuxci obtiennent leur indépendance politico-juridique en De 1960 à nos jours, les nouvelles administrations qui prennent le relais de l Administration coloniale, vont présenter les traits principaux ci-après : - impunité ; - corruption ; - fraude douanière et fiscale ; - fraude électorale ; - clientélisme ; - gestion opaque des ressources nationales ; - détournement des deniers publics ; - inadéquation profils/postes ; - lenteurs administratives ; - absentéisme ; - faible productivité ; - déficit de leadership transformationnel (ou déficit de leadership orienté progrès) ; et - allégeance à la personne physique du chef de l Etat. Pour conclure, la mauvaise gouvernance, l impunité, le déficit de leadership transformationnel et l allégeance à la personne physique du chef de l Etat constituent les caractéristiques fondamentales des administrations publiques néo-patrimoniales. 3. LES CARACTERISTIQUES D UNE ADMINISTRATION DE DEVELOPPEMENT Administration de développement rime avec Etat de droit ; à l opposé, Administration néo-patrimoniale rime avec Etat néo-patrimonial (ou Etat ethnocratique). L Etat néo-patrimonial présente les caractéristiques essentielles ci-après : (i) séparation nominale des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire ; (ii) impunité ; (iii) gestion opaque des richesses nationales considérées par les gouvernants comme le prolongement normal de leur patrimoine privé ; (iv) gestion néo-patrimoniale des emplois publics ; (v) déficit de leadership transformationnel ; (vi) droit de vie et de mort sur les nationaux considérés beaucoup plus comme des sujets que comme des citoyens ; et (vii) inexistence de contre-pouvoirs effectifs. D après Michel ROUSSIN, l ethnocratie désigne un état «assimilé à la classe dirigeante et où celle-ci représente un groupe particulier, social ou ethnique. Le clientélisme est souvent le mode de gestion politique et d obtention des voix électorales ( ) Le tribalisme, le facteur ethnique, sont des canaux par lesquels se réalise la compétition en vue de l acquisition de la richesse, du pouvoir, du statut social» 4. 4 Ibidem. 5

6 Dans le contexte d un Etat de droit, toute administration de développement (ou «bonne administration» au sens de l ancien Premier Ministre de Singapour, Lee Kuan Yew) devrait présenter les trois (03) caractéristiques essentielles ci-après Une administration publique intègre Une administration publique intègre est une administration honnête et transparente qui intègre l éthique et la lutte contre la corruption parmi ses priorités. C est donc une administration au sein de laquelle sont bannis l impunité, la corruption, la concussion, le clientélisme, etc Une administration publique républicaine Une administration publique républicaine est une administration civique, en l occurrence, une administration au service de l intérêt général (ou de l intérêt supérieur de la nation). Assise sur un Etat de droit caractérisé notamment par l existence de contre-pouvoirs effectifs et la gestion transparente de la chose publique, une administration publique républicaine (ou civique) est une administration neutre dont la mission fondamentale est d assurer la continuité de l Etat, quelle que soit la nature de la coalition politique au pouvoir. Enfin, c est une administration au sein de laquelle toute allégeance à la personne physique du Chef de l Etat et à la coalition politique au pouvoir est exclue Une administration publique performante Les 7 critères d un bon gouvernement ou d une administration publique efficace Dans ce contexte, «Gouvernement» et «Administration publique» sont des termes interchangeables. Selon les conclusions du 5 e Forum Mondial Global sur «la Réinvention du gouvernement» tenue à Mexico du 03 au 05 novembre 2003, un «bon gouvernement» (ou une administration publique efficace) présente les sept (07) critères ci-après : (i) un gouvernement qui coûte moins cher ; (ii) un gouvernement de qualité ; (iii) un gouvernement professionnel ; (iv) un gouvernement électronique ; (v) un gouvernement doté d une réglementation allégée et simplifiée ; (vi) un gouvernement honnête et transparent ; et (vii) un gouvernement décentralisé Une Administration publique performante s appuie sur la bonne gouvernance Dans le cadre d un Etat de droit véritable, une Administration publique performante s appuie sur la bonne gouvernance. Dans cette perspective, la performance de l Administration publique pourrait être saisie à travers les indicateurs ci-après : 6

7 (i) l existence d un cadre institutionnel devant permettre : aux citoyens de se libérer des pesanteurs sociales qui obèrent leurs revenus et les empêchent d épargner afin d investir dans des projets économiques susceptibles d améliorer leurs conditions de vie ; aux entreprises de bénéficier d un cadre règlementaire favorable à leur création, leur gestion efficace et leur croissance continue ; (ii) l existence d un potentiel scientifique et technologique (Universités, grandes Ecoles, Instituts de l Enseignement Supérieur, Centres de recherche, Brevets d invention, machines, équipements, etc.) capable d importer les technologies étrangères, de les imiter/copier et de les adapter aux contraintes socio-économiques locales ; (iii) l existence au sein de chaque Ministère, de plans directeurs (ou plans stratégiques de développement) assortis de plans d action et de budgetsprogrammes pluriannuels ; (iv) l existence d un mécanisme efficace de déconcentration et de décentralisation dans le but de rapprocher l administration des contribuables et de réduire les coûts des prestations ; (v) l élaboration au niveau de chaque ministère de cadres organiques qui se déclinent comme suit : mission (ou raison d être) ; organigramme ; postes ; description des postes ; description des profils des postes ; et (vi) effectifs. la capacité de formuler, de mettre en œuvre et d évaluer les politiques publiques destinées à corriger les dysfonctionnements de la société dans les domaines prioritaires suivants : l emploi, l éducation (acquisition des valeurs morales orientées vers le progrès), la formation (acquisition des compétences techniques, managériales et entrepreneuriales), la santé et l habitat ; (vii) la capacité d atteindre les objectifs de chaque département ministériel par : la planification stratégique et opérationnelle ; la gestion axée sur les résultats ; le système d avancement et de rémunération au mérite ; l utilisation généralisée de toutes les composantes des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) 5 4. LES NOUVELLES MISSIONS DES ENA D AFRIQUE Les Ecoles Nationales d Administration ont eu pour ancêtre, l Ecole des Cadres La mission des Ecoles des Cadres Les Ecoles des Cadres avaient pour mission de former «les commis» de l Administration coloniale. Le commis était une sorte d assistant du Cadre de «la métropole». La division du travail entre les deux était claire et nette. En effet, le commis était chargé de l exécution et le Cadre métropolitain, de la conception. 5 L on distingue généralement cinq (05) grands types de TIC comme suit : i) les technologies de bureautique et de multimédia ; ii) les technologies des bases de données ; iii) les technologies des réseaux ; iv) les technologies d aide à la décision ; et v) les technologies personnelle et de suivi. 7

8 Dans la hiérarchie de l Administration, l on distinguait généralement trois (03) catégories comme suit : - Cadres supérieurs ; - Cadres moyens ; et - Personnel subalterne. L Ecole des Cadres était chargée de former les cadres moyens ou commis La mission classique des Ecoles Nationales d Administration (ENA) Les ENA ont fait leur apparition après la proclamation des indépendances juridiques. Elles furent créées pour assurer la formation des Cadres supérieurs devant prendre le relais des cadres métropolitains Des ENA de formation aux ENA de développement : la nouvelle mission des ENA De 1960 à 1980, les ENA vont se spécialiser dans la formation des Cadres supérieurs destinés à faire fonctionner l Etat néo-patrimonial qui a pris le relais de l Etat colonial. Les diplômés des ENA de cette période sont tous animés par un même souci : jouir des mêmes avantages que les cadres blancs qu ils ont remplacés ; cela allait de la gratuité du logement (électricité, eau, téléphone compris) et du véhicule de fonction avec chauffeur, aux salaires de fonction ; le sort des populations et la souveraineté économique de leurs pays respectifs ne les intéressaient point. De 1980 à nos jours, les pays africains vont connaître une crise économique qui va se traduire : - au niveau des gouvernements, par la contraction des dépenses publiques ; - au niveau des ENA, par la suppression de certaines filières de formation et la réduction du nombre de postes budgétaires disponibles aux concours d entrée Le contexte (a) La période de 1980 à 1990 Elle est marquée par la crise de la dette. Au cours de cette période, l Etat est jugé responsable de la crise économique par son train de vie. La Banque Mondiale et le FMI vont proposer aux pays africains des Plans d Ajustement Structurels (PAS) destinés à leur permettre de sortir de la crise économique. L accent mis sur la contraction des dépenses budgétaires va conduire à la maîtrise des effectifs et de la masse salariale ainsi qu au gel des recrutements et aux départs anticipés à la retraite. Les ENA vont être conduites à revoir à la baisse le nombre de postes budgétaires offerts aux concours, d une part ;à fermer certaines filières de formation, d autre part. (b) La période de 1990 à nos jours Au cours de cette période 6 : 6 Pr. Symphorien ENGONE MVE : «Politiques économiques et problèmes de développement» Programme de Formation en Management du Secteur Public (PFMSP), Université Omar Bongo, Libreville, 2009 (Syllabus) 8

9 (i) les Plans d Ajustement Structurels (PAS) ont été remis en cause de même que les théories qui les fondent ; (ii) la lutte contre la pauvreté est devenue l objectif n 1 des politiques de développement ; (iii) le micro-crédit et la bonne gouvernance ont constitué les dernières stratégies mises en avant pour réduire l ampleur de la pauvreté. Incapables de s adapter à ces mutations, beaucoup d Enseignants et de Dirigeants des ENA d Afrique francophone attendent, impuissants (ou les bras croisés), la fermeture des différentes filières, à court terme, et celle des ENA à moyen et long terme. Une autre option consiste à réaliser la mutation des ENA de formation en ENA de développement : c est la voie de l avenir Les caractéristiques essentielles des ENA de développement A titre de rappel, l Administration publique comprend : (i) la Fonction publique ; (ii) l Administration publique déconcentrée (ex : les préfectures organisées en départements, provinces ou régions selon les cas) ; (iii) l Administration publique décentralisée (collectivités territoriales ou locales) ; (iv) les établissements publics à but lucratif (ex : Office Congolais d Informatique, Port autonome de Pointe-Noire, etc.) ou non (ex : Université Marien NGOUABI). L ENA de développement pourrait être caractérisée par un certain nombre d activités destinées à corriger les dysfonctionnements de l Administration publique en particulier, de la société en général. Ces actions pourraient être structurées autour des douze (12) axes ciaprès 7 : - axe 1 : Campagne de sensibilisation de la Direction et des Elèves des ENA au concept d Administration de développement ; - axe 2 : Mise en place d un Comité de concertation ENA Administration publique ; - axe 3 : Informatisation et mise en ligne du fonds documentaire de chaque ENA ; - axe 4 : Création d un mécanisme de valorisation des résultats des travaux de recherche des Elèves diplômés des ENA ; - axe 5 : Valorisation de l expertise des Enseignants Chercheurs par la formation (initiale et continue), le conseil (ou service à la communauté) et les études ; - axe 6 : Appui à l élaboration et à la mise en œuvre au sein de chaque département ministériel : de plans directeurs ; de plans d action et de budgets-programmes pluriannuels ; de cadres organiques ; de manuels des procédures ; de plans de développement des ressources humaines ; et de mécanismes de Gestion Axée sur les Résultats. 7 Dr. Kitsoro KINZOUNZA : «La coopération entre les universités nationales et les secteurs privé et public» communication aux 1 ères journées de la coopération interuniversitaire, Université d Abomey-Calavi (Bénin), Cotonou mars 2009, pp

10 - axe 7 : Création d une banque des politiques publiques à caractère économique et social par département ministériel (objectif : appui à la formulation des projets de lois) et au niveau de l Assemblée nationale (objectif : appui à la formulation des propositions de lois) ; - axe 8 : Valorisation de l expérience des Cadres de l Administration publique par : l enseignement (statut de vacataire) ; l encadrement des mémoires et rapports de stage ; les propositions des thèmes de mémoires ; les propositions de création de nouvelles filières de formation ; les propositions des contenus des cours anciens et nouveaux ; les propositions de suspension ou de fermeture de certaines filières ; etc. - axe 9 : Création d une banque de projets de recherche en Administration publique (Gouvernance administrative, économique et sociale) ; - axe 10 : Mise en place d un mécanisme de suivi de l adéquation profils/postes ; - axe 11 : Appui à la réforme administrative et institutionnelle (élaboration et mise en œuvre de stratégies de passage de l Etat ethnocratique à l Etat de développement); - axe 12 : Appui à la réalisation de la vision «Pays africains, pays émergents en 2025» Les compétences des administrateurs civils dans le cadre d une administration publique de développement Ces compétences peuvent être classées en quatre (4) grandes catégories comme suit : (a) catégorie 1 : les compétences techniques Il s agit des compétences techniques propres à une filière de formation déterminée. Ex. filières des régies financières (douanes, impôts, budget et trésor), de l administration sociale (administration du travail, inspection du travail, agents de développement social, etc.) des carrières judiciaires (greffiers en chef, barreau, magistrature), etc. (b) catégorie 2 : les compétences en management au sens large Les modules ci-après pourraient être retenus : résolution des problèmes et prise de décisions ; élaboration, gestion et évaluation des projets ; planification stratégique (élaboration, gestion et suivi des Plans stratégiques de développement ou Plans directeurs ; élaboration, mise en œuvre des plans d action et des budgets-programmes pluriannuels); gestion axée sur les résultats ; développement des ressources humaines (Gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences ; Formation ; Motivation) ; administration du Personnel ; utilisation des TIC (Technologies de l Information et de la Communication) dans l Administration publique (Bureautique ; création et administration des bases de données ; Technologie des réseaux ; Technologie d aide à la décision) ; 10

11 (c) catégorie 3 : les compétences de gouvernance et de leadership Compétences de gouvernance : Gouvernance politique, économique et sociale Gouvernance administrative Réformes administratives et institutionnelles Réforme de l Etat Elaboration des communications en conseil des ministres Compétences de leadership : Leadership situationnel Leadership transformationnel Communication (écrite, orale et institutionnelle) Marketing social Négociation Dialogue social (d) catégorie 4 : les compétences en Entrepreneuriat Il s agit des compétences relatives à la création, la gestion, le redressement et le développement des organisations (ex : ONG, entreprises privées, administration publique, etc.) et au développement personnel. Les modules ci-après pourraient être retenus dans le cadre de la matière «Entrepreneuriat» : - développement personnel ; - développement de l esprit d entreprise ; - élaboration de plans d affaires ; - recherche des financements ; - création, gestion et redressement des entreprises. Ces 4 types de compétences feront des diplômés des ENA de véritables Facilitateurs du développement dans le contexte d un Etat de droit effectif. 5. PERSPECTIVES 5.1. La réforme administrative et la réforme de l Etat, fondements de la bonne gouvernance La réforme administrative peut être définie comme le processus de mise en place progressive d une Administration publique intègre, républicaine et performante ; quant à la réforme de l Etat, elle peut être définie comme le processus de mise en place d un Etat de droit sur les cendres de l Etat néo-patrimonial ou Etat ethnocratique. Ainsi, la réforme administrative et la réforme de l Etat apparaissent, d une part, comme les fondations solides de la bonne gouvernance ; d autre part, comme les instruments de passage des administrations coloniale et néo-patrimoniale à une Administration publique de développement. 11

12 5.2. Les ENA de développement, facilitatrices du processus de passage aux administrations publiques de développement L investissement dans les ressources humaines dans tout processus de changement est capital : le changement se fait par les hommes et pour les hommes. Pendant longtemps, l on a cru que l accroissement des traitements des fonctionnaires devait inciter ces derniers à améliorer leurs performances. Les résultats mitigés ont conduit les experts à observer «le moule» du secteur privé moderne. Il en est ressorti que le travail par objectifs assorti d un système d évaluation des performances individuelles et de récompense du mérite constituent les éléments caractéristiques fondamentaux du «logiciel mental» des employés du secteur privé formel. Dès lors, les ENA de développement ont actuellement pour mission historique de «déprogrammer» et de «reprogrammer» le logiciel mental des Agents et Cadres de la Fonction publique en le remplaçant par celui du secteur privé formel. En effet, les Administrateurs civils doivent cesser d être des «ventiotes» prédateurs des économies africaines pour devenir des parties, facilitateurs du développement de celles-ci Des ENA de formation aux ENA de développement Pour conclure, les ENA d Afrique sont condamnées à se muer d ENA de formation en ENA de développement en facilitant le double processus de réforme administrative et de réforme de l Etat par l implantation dans le secteur public du logiciel mental du secteur privé moderne. Pour ce faire, elles doivent essentiellement innover au niveau des contenus des programmes de formation et des méthodes et techniques d apprentissage afin de former de véritables Facilitateurs du développement, capables de soutenir l effort national de développement et de résister aux pressions de supérieurs hiérarchiques «ventriotes», cyniques et hypocrites. En d autres termes, il s agit pour les Enseignants et les élèves diplômés des ENA d impulser et/ou d accompagner le processus de bonne gouvernance politique, en l occurrence, «un système politique doublé d un programme de développement économique assurant à tous, les moyens minimum de subsistance et de bien-être» 8. Cela n est possible que si les ENA, partout où elles se trouvent, «formatent» des Managers/Leaders du développement capables de bâtir des administrations de développement au service : de l intérêt général ; de l Etat de droit ; des entreprises ; et des usagers/clients. Seules les administrations de développement peuvent accompagner efficacement le projet politique de la sous-région, à savoir, «Pays africains, pays émergents en 2025.» C est donc à leur capacité à former des Managers/leaders du développement et à bâtir des administrations de développement que l on appréciera l efficacité et la pertinence des ENA, 50 années après la proclamation de l indépendance politique des pays africains. 8 Michel ROUSSIN : «Afrique majeure», Editions France-Empire, Paris 1997, p

13 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1) Michel BELLAVANCE : Les politiques gouvernementales (Elaboration Gestion Evaluation) ENAP, Québec ) Kitsoro KINZOUNZA «Renouveau démocratique et réforme de la Fonction publique au Bénin : réflexion pour la définition d une orientation générale» Etats généraux de la Fonction publique et de la modernisation de l Administration, Ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Cotonou, décembre 1994 «Déontologie de la Fonction publique et développement économique et social» in «Cahiers Africains d Administration publique», CAFRAD, N 25, 1985 «Gouvernance et progrès socio-économique en Occident et en Asie : quels enseignements pour l Afrique subsaharienne?» Afrique Conseil, Cotonou, 2005 (2 e version) «Programme de Renforcement des capacités de bonne gouvernance de l Administration publique» Université Marien NGOUABI, Projet de Renforcement des Capacités de l Université, Brazzaville, décembre ) Henri OBERDORFF : «Les institutions administratives» Armand COLIN, Paris ) R. PARENTEAU (Editeur) : «Management public. Comprendre et gérer les institutions de l Etat.» Presses Universitaires du Québec, Québec ) Jean PICQ : «Faut-il réformer notre Etat? Exigences et leviers de changements» in Revue Française d Administration publique, N 75, juillet septembre ) «La réforme administrative au Bénin (Document cadre)» Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative, Cotonou, juin ) Michel ROUSSIN : «Afrique majeure», Editions France-Empire, Paris

QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025?

QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025? CAFRAD Conférence Panafricaine des Ministres (Rabat, 12-14 décembre 2011) QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025? Communication présentée par : Dr Kitsoro Firmin

Plus en détail

Conférence panafricaine des ministres

Conférence panafricaine des ministres corae um emuayor Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence panafricaine des

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05

JOURNAL OFFICIEL DE LA REPUBLIQUE ALGERIENNE N 05 8 Article 1er. Le présent décret a pour objet de modifier le décret exécutif n 11-19 du 20 Safar 1432 correspondant au 25 janvier 2011, susvisé. Art. 2. La dénomination de la «direction de wilaya de l'industrie,

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé

Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des Ressources Humaines du Ministère de la santé Stratégie de développement des RH Page 1 Introduction

Plus en détail

Augmenter l impact économique de la recherche :

Augmenter l impact économique de la recherche : Augmenter l impact économique de la recherche : 15 mesures pour une nouvelle dynamique de transfert de la recherche publique, levier de croissance et de compétitivité Partout dans le monde, la recherche

Plus en détail

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget

Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics. Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget Présenté par Michel Sapin, Ministre des finances et des comptes publics Christian Eckert, Secrétaire d État chargé du budget 1 Une reprise de l activité qu il faut conforter La reprise est en cours : +1,0%

Plus en détail

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance

Redressement et stabilisation du cadre. Reformes structurelles de l économie Reformes des finances publiques Bonne gouvernance Avant - Économie congolaise caractérisée par un tissu industriel délabré - Infrastructures socio-économiques de base détruites - Inflation galopante - Monnaie chancelante Après - Ambitieux programme de

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS

DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS DÉMARCHE QUALITÉ À L UNIVERSITÉ DU BURUNDI: ENJEUX ET DÉFIS Prof Dr Pierre-Célestin KARANGWA EAC - Coordinateur Qualité, Université du Burundi, Burundi Colloque du G3 La qualité dans tous ses états ULB

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges»

Présentation du Sénégal «La douane et les réformes liées à la de la facilitation des échanges» Multi-year Expert Meeting on Transport, Trade Logistics and Trade Facilitation Second Session Trade facilitation rules as a trade enabler: options and requirements Geneva, 1 3 July 2014 Présentation du

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement. Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji

Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement. Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji L an deux mil quatorze et les 29-30 juillet s est tenu à cotonou, Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji, salle Gbehanzin,

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I

Promulgue la loi dont la teneur suit : TITRE I Loi n 98-11 du 29 Rabie Ethani 1419 correspondant au 22 août 1998 portant loi d Orientation et de Programme à Projection Quinquennale sur la Recherche Scientifique et le Développement Technologique 1998-2002

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

5.6 Concertation pour l emploi

5.6 Concertation pour l emploi 5.6 Concertation pour l emploi Soutien à la gestion des ressources humaines 5.6 CONCERTATION POUR L EMPLOI 2012-07-12 Table des matières Section 4 : p. 2 sur 13 Table des matières RÉFÉRENCE Table des matières...

Plus en détail

I. PRESENTATION DE LA CHAIRE

I. PRESENTATION DE LA CHAIRE PANEL 6 LES CENTRES ET ECOLES DE FORMATION EN ADMINISTRATION ELECTORALE DANS L ESPACE FRANCOPHONE LA CHAIRE UNESCO DES DROITS DE LA PERSONNE ET DE LA DEMOCRATIE UNIVERSITE D ABOMEY-CALAVI (BENIN) PAR NOEL

Plus en détail

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export

Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Les réformes se poursuivent en faveur d une économie française plus compétitive et d un appui renforcé aux entreprises à l export Depuis 2012, un ensemble d actions est engagé au service du renforcement

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013

Les métiers du ministère des Affaires étrangères. m ti. é er. Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères m ti s é er Direction des ressources humaines 2013 Les métiers du ministère des Affaires étrangères Introduction Les agents diplomatiques et consulaires

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES

MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES MASTER 1 MANAGEMENT DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES ET DES TERRITOIRES Libellé de l UE (Unité d enseignement) et de l EC (Elément constitutif) SEMESTRE 1 S1 : UE OBLIGATOIRES Management public et stratégie

Plus en détail

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT

Introduction Frédéric PETITBON Un contexte difficile Nicolas PERNOT Introduction Frédéric PETITBON Directeur général délégué, IDRH Les collectivités doivent à la fois respecter des engagements vis-à-vis des citoyens, poursuivre des démarches managériales et tenir compte

Plus en détail

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique

Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants. A. Les conditions d accès à la fonction publique Chap 3 : Les autres régimes : fonctionnaires et indépendants En France, l Administration emploie plus de cinq millions de personnes, réparties dans les trois grandes fonctions publiques : la fonction publique

Plus en détail

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION

DEES. Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DOSSIER DE PRÉSENTATION Cycle de Formation de Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale DEES * DOSSIER DE PRÉSENTATION *Certification Professionnelle Dirigeant d Entreprise de l Économie Sociale Niveau I -enregistré au RNCP

Plus en détail

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement Royaume du Maroc Ministère de l Intl Intérieur Direction Générale G des Collectivités s Locales L expérience des Collectivités Locales marocaines en matière d application et de respect du Droit de l Environnement

Plus en détail

S agissant de l exposé proprement dit, nous nous proposons de répondre aux différentes interrogations sous deux rubriques :

S agissant de l exposé proprement dit, nous nous proposons de répondre aux différentes interrogations sous deux rubriques : INTRODUCTION Permettez que je puisse, avant de commencer mon exposé proprement dit, exprimer toute ma reconnaissance au CAFRAD et plus particulièrement à son Directeur Général pour la confiance qui vient

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social

Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Référentiel métier de directeur d établissement social et médico-social Avertissement Ce référentiel couvre les fonctions des directeurs exerçant dans les établissements du secteur médico-social et social

Plus en détail

CODE DE BONNE CONDUITE

CODE DE BONNE CONDUITE HAUT CONSEIL DE LA COMMUNICATION HCC CODE DE BONNE CONDUITE POUR LES ACTEURS POLITIQUES, SOCIAUX ET LES MEDIAS A L OCCASION DES ELECTIONS PRESIDENTIELLE ET LEGISLATIVES DE 2011 -*-*-*-*-*-*- Bangui, décembre

Plus en détail

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020

Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Union européenne Synthèse Programme Opérationnel National du Fonds Social Européen «Pour l Emploi et l Inclusion Sociale en Métropole» 2014-2020 Une nouvelle politique de cohésion en réponse aux défis

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Communication publique et politique Un peu d histoire Cette formation qui existe depuis une quinzaine d années est devenue un master

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE Loi n 99-05 du 18 Dhou El Hidja 1419 Correspondant au 4 avril 1999portant loi d orientation

Plus en détail

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte

2015/16. Autoentrepreneur. Bénédicte Deleporte Autoentrepreneur 2015/16 Bénédicte Deleporte Avocat au Barreau de Paris Chargée d enseignement à l Univeristé Paris Est Créteil (UPEC, ex Paris 12) Deleporte Wentz Avocat www.deleporte-wentz-avocat.com

Plus en détail

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF

Direction des Ressources Humaines 14/10/04 CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF CLASSIFICATION DU GROUPE CREDIT COOPERATIF SOMMAIRE PREAMBULE P. 4 DISPOSITIONS GENERALES : I. Généralités P. 05 I.1. Définition de la classification P. 05 I.2. Relation classification emploi P. 05 I.3.

Plus en détail

politique de la France en matière de cybersécurité

politique de la France en matière de cybersécurité dossier de presse politique de la France en matière de cybersécurité 20 février 2014 Contact presse +33 (0)1 71 75 84 04 communication@ssi.gouv.fr www.ssi.gouv.fr Sommaire L ANSSI L ANSSI en chiffres Le

Plus en détail

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois LISTE DES RÈGLES

Recueil des règles de conservation des documents des établissements universitaires québécois LISTE DES RÈGLES LISTE DES RÈGLES 01 - ADMINISTRATION ADMINISTRATION - GÉNÉRALITÉS 01.01 Document définitif - Fichier informatique 01.02 Document mis à jour - Fichier informatique 01.03 Document préparatoire, document

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC ATELIER DE REFLEXION SUR LE PROGRAMME ECONOMIQUE REGIONAL DE LA CEMAC (2010-2025) Douala 7-9 Août 2013 CRISE EUROPEENNE QUEL IMPACT SUR LE

Plus en détail

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation

Document technique Outil d évaluation des risques et orientation Promotion de la bonne gouvernance et lutte contre la corruption Activité T3.3 : (SNAC Tunisie) Apporter des outils et des méthodologies ainsi que consolider les capacités pour soutenir la conception de

Plus en détail

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc

AZ A^kgZi Yj 8^idnZc Bienvenue à l âge de la majorité! l État vous présente vos droits et devoirs ainsi que les principes fondamentaux de la République à travers «Le Livret du Citoyen» Nom... Prénom... Date de naissance...

Plus en détail

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication

La promotion de la pluralité linguistique dans l usage des nouvelles technologies de l information et de la communication Intervention de M. Khamsing Sayakone, Président de la section Lao de l APF à la 32 ème session de l APF (30juin-3 juillet 2006, Rabat, Maroc) (31 La promotion de la pluralité linguistique dans l usage

Plus en détail

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur

Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997. Investir dans l enseignement supérieur Bâtir l avenir pour les Canadiens Budget 1997 Investir dans l enseignement supérieur Février 1997 «Les Canadiennes et les Canadiens savent qu une meilleur e instruction est synonyme de meilleurs emplois.»

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE

MASTER MESME. Master Européen en Management et Stratégie d Entreprise DESCRIPTION GÉNÉRALE. PROGRAMME DE 1 ère ANNÉE DESCRIPTION GÉNÉRALE Niveau et conditions d accès Le master MSE (master européen de niveau I délivré par la Fédé*) est préparé en 2 ans pour un étudiant titulaire d un diplôme bac +3 (licence, DEES ou

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS

CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS CODE D ÉTHIQUE ET D ENGAGEMENTS SOMMAIRE 01. 02. 03. 04. NOS PRINCIPES ÉTHIQUES DANS LA CONDUITE DES AFFAIRES NOS OBJECTIFS ET ENGAGEMENTS VIS-À-VIS DE NOS PRINCIPAUX PUBLICS PROMOTION ET APPLICATION DU

Plus en détail

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS

Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle MISSIONS ET MÉTIERS Version provisoire - Mars 2010 La Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Placée sous l autorité

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS

MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS MASTER 1 MANAGEMENT PUBLIC ENVIRONNEMENTAL CONTENU DES ENSEIGNEMENTS Le Master 1 : Management Public Environnemental forme aux spécialités de Master 2 suivantes : - Management de la qualité o Parcours

Plus en détail

CONSEIL DES MINISTRES

CONSEIL DES MINISTRES CONSEIL DES MINISTRES LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE A REUNI LE CONSEIL DES MINISTRES AU PALAIS DE L ÉLYSEE LE MERCREDI 2 SEPTEMBRE 2015 À L ISSUE DU CONSEIL, LE SERVICE DE PRESSE DE LA PRESIDENCE DE LA

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

Liste des promesses tenues*

Liste des promesses tenues* 331 Culture Démocratiser l'accès au multimédia. I. CHANGEONS LA VIE QUOTIDIENNE DES FRANÇAIS.7. Assurer notre rayonnement culturel.nous porterons le budget de la culture à 1% du budget de l'etat. Nous

Plus en détail

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015.

Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. ASSOCIATION GABONAISE DES EXPERTS COMPTABLES STAGIAIRES AGECS STATUTS Adoptés par l Assemblée Générale Constitutive du 17 janvier 2015. SOMMAIRE PREAMBULE 3 Article 1 : Dénomination - Durée 4 Article 2

Plus en détail

Rapport sur le travail dans le monde 2012

Rapport sur le travail dans le monde 2012 Rapport sur le travail dans le monde 2012 De meilleurs emplois pour une économie meilleure Résumé ORGANISATION INTERNATIONALE DU TRAVAIL INSTITUT INTERNATIONAL D ÉTUDES SOCIALES Comment sortir du piège

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES

SOMMAIRE 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES SOMMAIRE PAGE 5 1. UNE CHARTE POUR FONDER UNE NOUVELLE HISTOIRE PAGE 6 2. DES RÉFÉRENCES IDENTITAIRES ET DES VOLONTÉS AFFINITAIRES PAGE 7 3. DES AMBITIONS PARTAGEES ET DES OBJECTIFS COMMUNS PAGE 8 4.UN

Plus en détail

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies

La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies La gestion des performances en Europe. Panel d expériences européennes et possibles synergies Atelier n 15 Organisateurs : Conseil de l Europe (Centre d expertise sur la réforme de l administration locale

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE

CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE Filière administrative CONCOURS DE REDACTEUR TERRITORIAL PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE NOTE INDICATIVE DE CADRAGE Cette note contient des informations indicatives visant à aider le candidat à se préparer au

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

Règlement d attribution de PM up

Règlement d attribution de PM up Règlement d attribution de PM up Le Conseil régional d Ile-de-France a mis en place le programme PM up pour soutenir le développement des petites et moyennes entreprises à fort potentiel de croissance

Plus en détail

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques

Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Proposition de Charte éthique de l élu-e pour un renouveau démocratique et la renaissance des pratiques politiques Version du 23 février 2015, soumise à consultation publique jusqu au 15 avril 2015. N

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Remarques introductives, décentralisation fiscale

Remarques introductives, décentralisation fiscale Remarques introductives, décentralisation fiscale Forum Régional sur la Décentralisation Marseille, 23 juin 2007 Hélène Grandvoinnet Plan Variété des CL RESSOURCES Trois grands types de ressources Ressources

Plus en détail

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités

Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence parlementaire panafricaine sur le renforcement des capacités Thème: Améliorer les capacités

Plus en détail

Agence du patrimoine immatériel de l État

Agence du patrimoine immatériel de l État Agence du patrimoine immatériel de l État Les richesses de l immatériel sont les clés de la croissance future Rapport de la commission de l économie de l immatériel 2006 Le mot du directeur général L APIE

Plus en détail

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011

COLLOQUE ARY BORDES. Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant. Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 COLLOQUE ARY BORDES Investir dans les ressources humaines pour reconstruire un système de santé performant Bilkis Vissandjée, PhD 24 mars 2011 Faculté des sciences infirmières Faculté des sciences infirmières

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Publication UNGANA 1096 CIDR Tous droits de reproduction réservés Centre International de Développement et de Recherche PROMOTION DE DEVELOPPEMENT LOCAL ET D APPUI AU PROCESSUS DE DECENTRALISATION AU TOGO

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB PLAN STRATÉGIQUE 2013-2018 DE L AFANB En juin 2012, le conseil d administration de l AFANB a décidé d entreprendre une démarche de révision du plan stratégique qui mènera au dépôt d un plan stratégique

Plus en détail

Le management territorial à l ère des réseaux

Le management territorial à l ère des réseaux Collection service public dirigée par Geneviève Jouvenel Jean-Yves Prax Le management territorial à l ère des réseaux, 2002 ISBN : 2-7081-2802-7 TABLE DES MATIÈRES Guide de lecture.........................................................

Plus en détail

LOI N 04/002 DU 15 MARS 2004 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES PARTIS POLITIQUES

LOI N 04/002 DU 15 MARS 2004 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES PARTIS POLITIQUES LOI N 04/002 DU 15 MARS 2004 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DES PARTIS POLITIQUES L Assemblée Nationale a adopté, Le Président de la République promulgue la Loi dont la teneur suit: CHAPITRE I:

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS

demain Aujourd hui ACDIC A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS ACDIC Aujourd hui & demain A. PRESENTATION DE L ACDIC B. 10 ANS D ACTIONS. Des actes concrets, des effets, des impacts C. DES ACQUIS ET ATOUTS CERTAINS D. QUATRE THEMES D ACTIONS PRIORITAIRES E. NOS AMBITIONS

Plus en détail

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue

La loi sur l économie sociale et solidaire. Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi sur l économie sociale et solidaire Les principales dispositions et quelques angles de vue La loi ESS du 31 juillet 2014 les racines de l ESS Un peu d histoire: Des lois sur les coopératives, les

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication

www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication www.u-bordeaux3.fr Master professionnel Communication des organisations Stratégies et produits de communication Un peu d histoire Depuis 1988 à l université Bordeaux 3, la spécialité Communication des

Plus en détail

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011

Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 Evaluation du cursus «Marketing» 2010-2011 RAPPORT FINAL DE SYNTHESE Ecole Supérieure des Affaires - Namur Comité des experts : M. Jean TONDEUR, président M. Laurent ARNONE, M. Alain PIEKAREK, M. Michel

Plus en détail

Convention sur la réduction des cas d apatridie

Convention sur la réduction des cas d apatridie Convention sur la réduction des cas d apatridie 1961 Faite à New York le 30 août 1961. Entrée en vigueur le 13 décembre 1975. Nations Unies, Recueil des Traités, vol. 989, p. 175. Copyright Nations Unies

Plus en détail

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo

Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo Développement des compétences humaines de la Cour des comptes en République Démocratique du Congo I. OBJECTIFS POURSUIVIS DANS LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES HUMAINES. Dans la réalisation de leur noble

Plus en détail

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque

Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Construire un projet d investissement citoyen dans le photovoltaïque Contexte Les enjeux des énergies renouvelables Une transition énergétique nécessaire Les questions énergétiques représentent l un des

Plus en détail

Le point de vue de l UNSA

Le point de vue de l UNSA Le point de vue de l UNSA La GPEC, une opportunité pour le dialogue social dans l entreprise La gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) est devenue objet de négociation dans l entreprise

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus

La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus La coopération universitaire Union Européenne Maghreb dans le cadre des programmes d éducation Tempus et Erasmus Mundus Séminaire inaugural AUF Bureau Maghreb, Rabat, 25 26 juin 2012 Philippe Ruffio, Agence

Plus en détail

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées

5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 Programme de subventions aux entreprises adaptées 5.11 PROGRAMME DE SUBVENTIONS AUX ENTREPRISES ADAPTÉES 2014-02-17 Table des matières Page 2 sur 16 Table des matières RÉFÉRENCE 1. INTRODUCTION...

Plus en détail

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel...

Délégation aux entreprises -- Secrétariat général. Tableau de bord central 2003. Valorisation et transfert de technologies. Résumé opérationnel... Délégation aux entreprises -- Secrétariat général Tableau de bord central 2003 Management de la qualité Valorisation et transfert de technologies Sommaire Résumé opérationnel... 2 Préambule... 3 Construction

Plus en détail

Réformes socio-économiques

Réformes socio-économiques Réformes socio-économiques Le 27 novembre 2011, suite à la dégradation de la note belge par l agence Standard & Poor s, les six partis ont conclu, dans l urgence, un accord sur le budget et sur la réforme

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi

Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Pacte national pour la croissance, la compétitivité et l emploi Construisons ensemble le nouveau modèle français La crise économique mondiale, d une ampleur sans précédent depuis 80 ans, ralentit la consommation,

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org

Le fonds de dotation. Titre. www.artisandumonde.org Le fonds de dotation d Artisans du Monde Faire un don Pour construire un monde plus juste au Nord comme au Sud Titre Crédit photo : Ellas Cuentan www.artisandumonde.org 1 Fonds de dotation d Artisans du

Plus en détail

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES

RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES RÉFÉRENTIEL BTS TRANSPORT ET PRESTATIONS LOGISTIQUES INSTITUT NEMO 36/38 avenue Pierre Brossolette 92240 MALAKOFF Tel : 01 79 41 13 40 Fax : 01 49 85 00 04 n VERT : 0800 80 40 22 Nouveau référentiel applicable

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail