DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE. Par

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE. Par"

Transcription

1 Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Strag.2011 Politiques et stratégies de formation, de recherche, d études stratégiques et prospectives en Afrique Quel bilan et quelles stratégies pour l Afrique du 21 ème Siècle? Forum Panafricain des directeurs généraux des écoles nationales d administration, des facultés des sciences administratives et sociales, des centres d études stratégiques et prospectives et des institutions de gouvernance et des politiques publiques DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE Par Dr Kitsoro KINZOUNZA Consultant International en Management Secrétaire Permanent du Projet de Renforcement des Capacités des Universités (PRCU) Avril 2011 Salle de réunions de l ENA, Rabat (Maroc)

2 SOMMAIRE 1. POSITION DU PROBLEME UNE TYPOLOGIE DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES AFRICAINES.5 3. LES CARACTERISTIQUES D UNE ADMINISTRATION PUBLIQUE DE DEVELOPPEMENT LES NOUVELLES MISSIONS DES ENA D AFRIQUE PERSPECTIVES 18 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES..21 2

3 1. POSITION DU PROBLEME 1.1. Nulle part au monde, la démocratie n a précédé le développement économique et social : la première a toujours été le produit du second. En la matière, le dernier exemple nous vient de la Corée du Sud ; en effet, pendant près de 20 ans (de 1963 à 1980), sous la dictature éclairée du Général Park Chung Hee ( ), ce pays a suspendu les libertés publiques. Cela lui a permis de bâtir une base économique solide ; depuis 1980, les libertés publiques ont été rétablies Partout où les régimes de démocratie pluraliste se sont installés en Afrique, après le fameux Discours de La Baule de François MITTERRAND en 1990, l on peut faire le constat suivant 1 : (i) la démocratie, au lieu de constituer l instrument-clef d une révolution économique et sociale, apparaît de plus en plus comme un vernis destiné à (ii) couvrir les pratiques de l Etat néo-patrimonial (ou ethnocratique 2 ) ; l impunité avec pour corollaires, la corruption, le népotisme, le clientélisme et la paresse intellectuelle continue de fleurir ; (iii) la persistance de l Etat néo-patrimonial caractérisé essentiellement par la mauvaise gouvernance, le déficit de leadership transformationnel et le vote ethnique constitue le trait commun des Etats africains post-indépendance ; (iv) les gouvernements s investissent, non pas dans la recherche continue du bien-être économique et social des citoyens et la défense de la souveraineté politique et économique, mais plutôt dans leur maintien au pouvoir par tous les moyens, y compris l instrumentalisation des ethnies, le clientélisme et la prolifération des anti-valeurs ; (v) les administrations publiques reflètent la nature néo-patrimoniale des Etats post-indépendance : elles sont politisées, corrompues et improductives ; (vi) l Elite nationale a perdu tout sens patriotique : «ventriote» (au lieu d être patriote), elle n aspire qu à occuper des fonctions politiques afin d assouvir ses besoins de ventre et de prestige ; (vii) la société civile, coincée entre les pesanteurs sociales et «les réalités économiques» de la vie au quotidien, peine à jouer pleinement son rôle de contre-pouvoir naturel ; (viii) instrumentalisés par les hommes politiques, les opérateurs économiques se livrent beaucoup plus aux activités de spéculation qu à celles ayant trait à l agro-pastoral et à l industrie L efficacité économique, l adhésion à l idéal républicain et l intégrité de l Administration publique ont un impact beaucoup plus positif sur le développement économique et social que la démocratie de type occidental. Monsieur Lee Kuan Yew, Premier ministre de Singapour de 1958 à 1990 a souligné cette évidence en Novembre 1993, lors de la Conférence sur la pertinence de l expérience de Singapour pour l Afrique : «D après les idéologues occidentaux, sans démocratie, l économie de marché ne pourrait pas se développer en Russie. Une telle assertion est démentie par Taiwan, la Corée du Sud et la Chine sous Deng Siao Ping ( ). Ce serait donc une erreur grave de croire que la 1 Kitsoro KINZOUNZA : «Renouveau démocratique et réforme de la Fonction Publique au Bénin ; réflexion pour la définition d une orientation générale» Etats généraux de la Fonction Publique et de la modernisation de l Administration, Ministère de la Fonction Publique et de la réforme Administrative, Cotonou, Décembre L Etat ethnocratique désigne un Etat dans lequel les coalitions politiques instrumentalisent les ethnies pour la conquête et la conservation du pouvoir. (cf. Michel ROUSSIN : «Afrique majeure» Edition France-Empire, Paris 1997, pp141 et 54) 3

4 démocratie est la pré-condition du développement économique ( ). La condition nécessaire du progrès et de la croissance, c est une bonne administration, une administration qui est honnête, performante et qui travaille pour le bien du peuple. Les Africains doivent se battre pour obtenir une bonne administration ( )» Comment les Africains doivent-ils «se battre pour obtenir une bonne administration», une Administration de développement, en l occurrence une Administration publique intègre, républicaine et performante? Après avoir présenté les caractéristiques des administrations coloniale, néopatrimoniale et de développement ainsi que les missions des Ecoles Nationales d Administration des pays francophones, la présente étude montre comment celles-ci, grâce aux réformes administratives et institutionnelles, peuvent constituer des instruments efficaces de mise en place des administrations de développement ou «bonnes administrations». 2. UNE TYPOLOGIE DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES AFRICAINES De l époque coloniale à nos jours, l on peut avancer que l Afrique francophone a connu les deux (02) types d administration publique ci-après : - une administration publique de commandement (ou administration coloniale), d une part ; - une administration publique néo-patrimoniale, d autre part Les caractéristiques des administrations publiques de commandement (ou administrations de type colonial) La Conférence de Berlin de 1885 avait consacré la division des pays africains en colonies d obédience française, anglaise, allemande, espagnole et portugaise. L administration qui se met en place dans la colonie est au service de la politique économique coloniale, ou Pacte colonial. Selon celui-ci, les colonies sont des réservoirs de matières premières qui sont transformées dans les «métropoles» et des marchés naturels des produits manufacturés en provenance de ces dernières. L administration de type colonial est dans ce contexte une administration de commandement caractérisée par le formalisme des règles et procédures administratives. La mission de ce type d administration est triple ; il s agit : - d abord, d assurer la continuité de l Etat colonial en veillant d une part, à la conformité des actes administratifs avec les textes en vigueur ; d autre part, au respect strict du Pacte colonial ; - ensuite, de veiller au strict respect de l idéologie coloniale qui présente le Noir comme un être inférieur au Blanc ; - enfin, de placer l exercice des libertés publiques par les habitants des colonies dans les limites compatibles avec le maintien du statu quo colonial. 3 Extrait du discours de Monsieur Lee Kuan à la Conférence organisée conjointement par Africa Leadership Forum et Singapore International Foundation, Singapôur, Novembre (Souligné par nous, K. K.) 4

5 Ce type d administration aura cours dans les pays francophones, de 1885 (Conférence de Berlin) à 1956 (Loi-cadre instituant le régime transitoire de la communauté francoafricaine) Les caractéristiques de l Administration publique néo-patrimoniale Après la phase transitoire de 1956 à 1960 au cours de laquelle les Etats africains ont un statut hybride par la Loi-cadre (ce ne sont ni des colonies ni des états indépendants), ceuxci obtiennent leur indépendance politico-juridique en De 1960 à nos jours, les nouvelles administrations qui prennent le relais de l Administration coloniale, vont présenter les traits principaux ci-après : - impunité ; - corruption ; - fraude douanière et fiscale ; - fraude électorale ; - clientélisme ; - gestion opaque des ressources nationales ; - détournement des deniers publics ; - inadéquation profils/postes ; - lenteurs administratives ; - absentéisme ; - faible productivité ; - déficit de leadership transformationnel (ou déficit de leadership orienté progrès) ; et - allégeance à la personne physique du chef de l Etat. Pour conclure, la mauvaise gouvernance, l impunité, le déficit de leadership transformationnel et l allégeance à la personne physique du chef de l Etat constituent les caractéristiques fondamentales des administrations publiques néo-patrimoniales. 3. LES CARACTERISTIQUES D UNE ADMINISTRATION DE DEVELOPPEMENT Administration de développement rime avec Etat de droit ; à l opposé, Administration néo-patrimoniale rime avec Etat néo-patrimonial (ou Etat ethnocratique). L Etat néo-patrimonial présente les caractéristiques essentielles ci-après : (i) séparation nominale des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire ; (ii) impunité ; (iii) gestion opaque des richesses nationales considérées par les gouvernants comme le prolongement normal de leur patrimoine privé ; (iv) gestion néo-patrimoniale des emplois publics ; (v) déficit de leadership transformationnel ; (vi) droit de vie et de mort sur les nationaux considérés beaucoup plus comme des sujets que comme des citoyens ; et (vii) inexistence de contre-pouvoirs effectifs. D après Michel ROUSSIN, l ethnocratie désigne un état «assimilé à la classe dirigeante et où celle-ci représente un groupe particulier, social ou ethnique. Le clientélisme est souvent le mode de gestion politique et d obtention des voix électorales ( ) Le tribalisme, le facteur ethnique, sont des canaux par lesquels se réalise la compétition en vue de l acquisition de la richesse, du pouvoir, du statut social» 4. 4 Ibidem. 5

6 Dans le contexte d un Etat de droit, toute administration de développement (ou «bonne administration» au sens de l ancien Premier Ministre de Singapour, Lee Kuan Yew) devrait présenter les trois (03) caractéristiques essentielles ci-après Une administration publique intègre Une administration publique intègre est une administration honnête et transparente qui intègre l éthique et la lutte contre la corruption parmi ses priorités. C est donc une administration au sein de laquelle sont bannis l impunité, la corruption, la concussion, le clientélisme, etc Une administration publique républicaine Une administration publique républicaine est une administration civique, en l occurrence, une administration au service de l intérêt général (ou de l intérêt supérieur de la nation). Assise sur un Etat de droit caractérisé notamment par l existence de contre-pouvoirs effectifs et la gestion transparente de la chose publique, une administration publique républicaine (ou civique) est une administration neutre dont la mission fondamentale est d assurer la continuité de l Etat, quelle que soit la nature de la coalition politique au pouvoir. Enfin, c est une administration au sein de laquelle toute allégeance à la personne physique du Chef de l Etat et à la coalition politique au pouvoir est exclue Une administration publique performante Les 7 critères d un bon gouvernement ou d une administration publique efficace Dans ce contexte, «Gouvernement» et «Administration publique» sont des termes interchangeables. Selon les conclusions du 5 e Forum Mondial Global sur «la Réinvention du gouvernement» tenue à Mexico du 03 au 05 novembre 2003, un «bon gouvernement» (ou une administration publique efficace) présente les sept (07) critères ci-après : (i) un gouvernement qui coûte moins cher ; (ii) un gouvernement de qualité ; (iii) un gouvernement professionnel ; (iv) un gouvernement électronique ; (v) un gouvernement doté d une réglementation allégée et simplifiée ; (vi) un gouvernement honnête et transparent ; et (vii) un gouvernement décentralisé Une Administration publique performante s appuie sur la bonne gouvernance Dans le cadre d un Etat de droit véritable, une Administration publique performante s appuie sur la bonne gouvernance. Dans cette perspective, la performance de l Administration publique pourrait être saisie à travers les indicateurs ci-après : 6

7 (i) l existence d un cadre institutionnel devant permettre : aux citoyens de se libérer des pesanteurs sociales qui obèrent leurs revenus et les empêchent d épargner afin d investir dans des projets économiques susceptibles d améliorer leurs conditions de vie ; aux entreprises de bénéficier d un cadre règlementaire favorable à leur création, leur gestion efficace et leur croissance continue ; (ii) l existence d un potentiel scientifique et technologique (Universités, grandes Ecoles, Instituts de l Enseignement Supérieur, Centres de recherche, Brevets d invention, machines, équipements, etc.) capable d importer les technologies étrangères, de les imiter/copier et de les adapter aux contraintes socio-économiques locales ; (iii) l existence au sein de chaque Ministère, de plans directeurs (ou plans stratégiques de développement) assortis de plans d action et de budgetsprogrammes pluriannuels ; (iv) l existence d un mécanisme efficace de déconcentration et de décentralisation dans le but de rapprocher l administration des contribuables et de réduire les coûts des prestations ; (v) l élaboration au niveau de chaque ministère de cadres organiques qui se déclinent comme suit : mission (ou raison d être) ; organigramme ; postes ; description des postes ; description des profils des postes ; et (vi) effectifs. la capacité de formuler, de mettre en œuvre et d évaluer les politiques publiques destinées à corriger les dysfonctionnements de la société dans les domaines prioritaires suivants : l emploi, l éducation (acquisition des valeurs morales orientées vers le progrès), la formation (acquisition des compétences techniques, managériales et entrepreneuriales), la santé et l habitat ; (vii) la capacité d atteindre les objectifs de chaque département ministériel par : la planification stratégique et opérationnelle ; la gestion axée sur les résultats ; le système d avancement et de rémunération au mérite ; l utilisation généralisée de toutes les composantes des Technologies de l Information et de la Communication (TIC) 5 4. LES NOUVELLES MISSIONS DES ENA D AFRIQUE Les Ecoles Nationales d Administration ont eu pour ancêtre, l Ecole des Cadres La mission des Ecoles des Cadres Les Ecoles des Cadres avaient pour mission de former «les commis» de l Administration coloniale. Le commis était une sorte d assistant du Cadre de «la métropole». La division du travail entre les deux était claire et nette. En effet, le commis était chargé de l exécution et le Cadre métropolitain, de la conception. 5 L on distingue généralement cinq (05) grands types de TIC comme suit : i) les technologies de bureautique et de multimédia ; ii) les technologies des bases de données ; iii) les technologies des réseaux ; iv) les technologies d aide à la décision ; et v) les technologies personnelle et de suivi. 7

8 Dans la hiérarchie de l Administration, l on distinguait généralement trois (03) catégories comme suit : - Cadres supérieurs ; - Cadres moyens ; et - Personnel subalterne. L Ecole des Cadres était chargée de former les cadres moyens ou commis La mission classique des Ecoles Nationales d Administration (ENA) Les ENA ont fait leur apparition après la proclamation des indépendances juridiques. Elles furent créées pour assurer la formation des Cadres supérieurs devant prendre le relais des cadres métropolitains Des ENA de formation aux ENA de développement : la nouvelle mission des ENA De 1960 à 1980, les ENA vont se spécialiser dans la formation des Cadres supérieurs destinés à faire fonctionner l Etat néo-patrimonial qui a pris le relais de l Etat colonial. Les diplômés des ENA de cette période sont tous animés par un même souci : jouir des mêmes avantages que les cadres blancs qu ils ont remplacés ; cela allait de la gratuité du logement (électricité, eau, téléphone compris) et du véhicule de fonction avec chauffeur, aux salaires de fonction ; le sort des populations et la souveraineté économique de leurs pays respectifs ne les intéressaient point. De 1980 à nos jours, les pays africains vont connaître une crise économique qui va se traduire : - au niveau des gouvernements, par la contraction des dépenses publiques ; - au niveau des ENA, par la suppression de certaines filières de formation et la réduction du nombre de postes budgétaires disponibles aux concours d entrée Le contexte (a) La période de 1980 à 1990 Elle est marquée par la crise de la dette. Au cours de cette période, l Etat est jugé responsable de la crise économique par son train de vie. La Banque Mondiale et le FMI vont proposer aux pays africains des Plans d Ajustement Structurels (PAS) destinés à leur permettre de sortir de la crise économique. L accent mis sur la contraction des dépenses budgétaires va conduire à la maîtrise des effectifs et de la masse salariale ainsi qu au gel des recrutements et aux départs anticipés à la retraite. Les ENA vont être conduites à revoir à la baisse le nombre de postes budgétaires offerts aux concours, d une part ;à fermer certaines filières de formation, d autre part. (b) La période de 1990 à nos jours Au cours de cette période 6 : 6 Pr. Symphorien ENGONE MVE : «Politiques économiques et problèmes de développement» Programme de Formation en Management du Secteur Public (PFMSP), Université Omar Bongo, Libreville, 2009 (Syllabus) 8

9 (i) les Plans d Ajustement Structurels (PAS) ont été remis en cause de même que les théories qui les fondent ; (ii) la lutte contre la pauvreté est devenue l objectif n 1 des politiques de développement ; (iii) le micro-crédit et la bonne gouvernance ont constitué les dernières stratégies mises en avant pour réduire l ampleur de la pauvreté. Incapables de s adapter à ces mutations, beaucoup d Enseignants et de Dirigeants des ENA d Afrique francophone attendent, impuissants (ou les bras croisés), la fermeture des différentes filières, à court terme, et celle des ENA à moyen et long terme. Une autre option consiste à réaliser la mutation des ENA de formation en ENA de développement : c est la voie de l avenir Les caractéristiques essentielles des ENA de développement A titre de rappel, l Administration publique comprend : (i) la Fonction publique ; (ii) l Administration publique déconcentrée (ex : les préfectures organisées en départements, provinces ou régions selon les cas) ; (iii) l Administration publique décentralisée (collectivités territoriales ou locales) ; (iv) les établissements publics à but lucratif (ex : Office Congolais d Informatique, Port autonome de Pointe-Noire, etc.) ou non (ex : Université Marien NGOUABI). L ENA de développement pourrait être caractérisée par un certain nombre d activités destinées à corriger les dysfonctionnements de l Administration publique en particulier, de la société en général. Ces actions pourraient être structurées autour des douze (12) axes ciaprès 7 : - axe 1 : Campagne de sensibilisation de la Direction et des Elèves des ENA au concept d Administration de développement ; - axe 2 : Mise en place d un Comité de concertation ENA Administration publique ; - axe 3 : Informatisation et mise en ligne du fonds documentaire de chaque ENA ; - axe 4 : Création d un mécanisme de valorisation des résultats des travaux de recherche des Elèves diplômés des ENA ; - axe 5 : Valorisation de l expertise des Enseignants Chercheurs par la formation (initiale et continue), le conseil (ou service à la communauté) et les études ; - axe 6 : Appui à l élaboration et à la mise en œuvre au sein de chaque département ministériel : de plans directeurs ; de plans d action et de budgets-programmes pluriannuels ; de cadres organiques ; de manuels des procédures ; de plans de développement des ressources humaines ; et de mécanismes de Gestion Axée sur les Résultats. 7 Dr. Kitsoro KINZOUNZA : «La coopération entre les universités nationales et les secteurs privé et public» communication aux 1 ères journées de la coopération interuniversitaire, Université d Abomey-Calavi (Bénin), Cotonou mars 2009, pp

10 - axe 7 : Création d une banque des politiques publiques à caractère économique et social par département ministériel (objectif : appui à la formulation des projets de lois) et au niveau de l Assemblée nationale (objectif : appui à la formulation des propositions de lois) ; - axe 8 : Valorisation de l expérience des Cadres de l Administration publique par : l enseignement (statut de vacataire) ; l encadrement des mémoires et rapports de stage ; les propositions des thèmes de mémoires ; les propositions de création de nouvelles filières de formation ; les propositions des contenus des cours anciens et nouveaux ; les propositions de suspension ou de fermeture de certaines filières ; etc. - axe 9 : Création d une banque de projets de recherche en Administration publique (Gouvernance administrative, économique et sociale) ; - axe 10 : Mise en place d un mécanisme de suivi de l adéquation profils/postes ; - axe 11 : Appui à la réforme administrative et institutionnelle (élaboration et mise en œuvre de stratégies de passage de l Etat ethnocratique à l Etat de développement); - axe 12 : Appui à la réalisation de la vision «Pays africains, pays émergents en 2025» Les compétences des administrateurs civils dans le cadre d une administration publique de développement Ces compétences peuvent être classées en quatre (4) grandes catégories comme suit : (a) catégorie 1 : les compétences techniques Il s agit des compétences techniques propres à une filière de formation déterminée. Ex. filières des régies financières (douanes, impôts, budget et trésor), de l administration sociale (administration du travail, inspection du travail, agents de développement social, etc.) des carrières judiciaires (greffiers en chef, barreau, magistrature), etc. (b) catégorie 2 : les compétences en management au sens large Les modules ci-après pourraient être retenus : résolution des problèmes et prise de décisions ; élaboration, gestion et évaluation des projets ; planification stratégique (élaboration, gestion et suivi des Plans stratégiques de développement ou Plans directeurs ; élaboration, mise en œuvre des plans d action et des budgets-programmes pluriannuels); gestion axée sur les résultats ; développement des ressources humaines (Gestion prévisionnelle des Emplois et des Compétences ; Formation ; Motivation) ; administration du Personnel ; utilisation des TIC (Technologies de l Information et de la Communication) dans l Administration publique (Bureautique ; création et administration des bases de données ; Technologie des réseaux ; Technologie d aide à la décision) ; 10

11 (c) catégorie 3 : les compétences de gouvernance et de leadership Compétences de gouvernance : Gouvernance politique, économique et sociale Gouvernance administrative Réformes administratives et institutionnelles Réforme de l Etat Elaboration des communications en conseil des ministres Compétences de leadership : Leadership situationnel Leadership transformationnel Communication (écrite, orale et institutionnelle) Marketing social Négociation Dialogue social (d) catégorie 4 : les compétences en Entrepreneuriat Il s agit des compétences relatives à la création, la gestion, le redressement et le développement des organisations (ex : ONG, entreprises privées, administration publique, etc.) et au développement personnel. Les modules ci-après pourraient être retenus dans le cadre de la matière «Entrepreneuriat» : - développement personnel ; - développement de l esprit d entreprise ; - élaboration de plans d affaires ; - recherche des financements ; - création, gestion et redressement des entreprises. Ces 4 types de compétences feront des diplômés des ENA de véritables Facilitateurs du développement dans le contexte d un Etat de droit effectif. 5. PERSPECTIVES 5.1. La réforme administrative et la réforme de l Etat, fondements de la bonne gouvernance La réforme administrative peut être définie comme le processus de mise en place progressive d une Administration publique intègre, républicaine et performante ; quant à la réforme de l Etat, elle peut être définie comme le processus de mise en place d un Etat de droit sur les cendres de l Etat néo-patrimonial ou Etat ethnocratique. Ainsi, la réforme administrative et la réforme de l Etat apparaissent, d une part, comme les fondations solides de la bonne gouvernance ; d autre part, comme les instruments de passage des administrations coloniale et néo-patrimoniale à une Administration publique de développement. 11

12 5.2. Les ENA de développement, facilitatrices du processus de passage aux administrations publiques de développement L investissement dans les ressources humaines dans tout processus de changement est capital : le changement se fait par les hommes et pour les hommes. Pendant longtemps, l on a cru que l accroissement des traitements des fonctionnaires devait inciter ces derniers à améliorer leurs performances. Les résultats mitigés ont conduit les experts à observer «le moule» du secteur privé moderne. Il en est ressorti que le travail par objectifs assorti d un système d évaluation des performances individuelles et de récompense du mérite constituent les éléments caractéristiques fondamentaux du «logiciel mental» des employés du secteur privé formel. Dès lors, les ENA de développement ont actuellement pour mission historique de «déprogrammer» et de «reprogrammer» le logiciel mental des Agents et Cadres de la Fonction publique en le remplaçant par celui du secteur privé formel. En effet, les Administrateurs civils doivent cesser d être des «ventiotes» prédateurs des économies africaines pour devenir des parties, facilitateurs du développement de celles-ci Des ENA de formation aux ENA de développement Pour conclure, les ENA d Afrique sont condamnées à se muer d ENA de formation en ENA de développement en facilitant le double processus de réforme administrative et de réforme de l Etat par l implantation dans le secteur public du logiciel mental du secteur privé moderne. Pour ce faire, elles doivent essentiellement innover au niveau des contenus des programmes de formation et des méthodes et techniques d apprentissage afin de former de véritables Facilitateurs du développement, capables de soutenir l effort national de développement et de résister aux pressions de supérieurs hiérarchiques «ventriotes», cyniques et hypocrites. En d autres termes, il s agit pour les Enseignants et les élèves diplômés des ENA d impulser et/ou d accompagner le processus de bonne gouvernance politique, en l occurrence, «un système politique doublé d un programme de développement économique assurant à tous, les moyens minimum de subsistance et de bien-être» 8. Cela n est possible que si les ENA, partout où elles se trouvent, «formatent» des Managers/Leaders du développement capables de bâtir des administrations de développement au service : de l intérêt général ; de l Etat de droit ; des entreprises ; et des usagers/clients. Seules les administrations de développement peuvent accompagner efficacement le projet politique de la sous-région, à savoir, «Pays africains, pays émergents en 2025.» C est donc à leur capacité à former des Managers/leaders du développement et à bâtir des administrations de développement que l on appréciera l efficacité et la pertinence des ENA, 50 années après la proclamation de l indépendance politique des pays africains. 8 Michel ROUSSIN : «Afrique majeure», Editions France-Empire, Paris 1997, p

13 REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1) Michel BELLAVANCE : Les politiques gouvernementales (Elaboration Gestion Evaluation) ENAP, Québec ) Kitsoro KINZOUNZA «Renouveau démocratique et réforme de la Fonction publique au Bénin : réflexion pour la définition d une orientation générale» Etats généraux de la Fonction publique et de la modernisation de l Administration, Ministère de la Fonction publique et de la Réforme administrative, Cotonou, décembre 1994 «Déontologie de la Fonction publique et développement économique et social» in «Cahiers Africains d Administration publique», CAFRAD, N 25, 1985 «Gouvernance et progrès socio-économique en Occident et en Asie : quels enseignements pour l Afrique subsaharienne?» Afrique Conseil, Cotonou, 2005 (2 e version) «Programme de Renforcement des capacités de bonne gouvernance de l Administration publique» Université Marien NGOUABI, Projet de Renforcement des Capacités de l Université, Brazzaville, décembre ) Henri OBERDORFF : «Les institutions administratives» Armand COLIN, Paris ) R. PARENTEAU (Editeur) : «Management public. Comprendre et gérer les institutions de l Etat.» Presses Universitaires du Québec, Québec ) Jean PICQ : «Faut-il réformer notre Etat? Exigences et leviers de changements» in Revue Française d Administration publique, N 75, juillet septembre ) «La réforme administrative au Bénin (Document cadre)» Ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Réforme administrative, Cotonou, juin ) Michel ROUSSIN : «Afrique majeure», Editions France-Empire, Paris

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire

Séminaire sur la Gestion des Ressources Humaines en Afrique Défis pour le Troisième Millénaire. Aide Memoire African Training and Research Centre in Administration for Development المرآز الا فريقي للتدريب و البحث الا داري للا نماء Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

Plus en détail

Dr Kitsoro KINZOUNZA Consultant International en Management Secrétaire Permanent du Projet de Renforcement des Capacités des Universités (PRCU)

Dr Kitsoro KINZOUNZA Consultant International en Management Secrétaire Permanent du Projet de Renforcement des Capacités des Universités (PRCU) MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR -------- UNIVERSITE MARIEN NGOUABI -------------------------- ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION ET DE MAGISTRATURE ----------------------- REPUBLIQUE DU CONGO Unité

Plus en détail

République Islamique de Mauritanie. Ministère des Affaires Economiques et du Développement. Centre Mauritanien d Analyse de Politiques

République Islamique de Mauritanie. Ministère des Affaires Economiques et du Développement. Centre Mauritanien d Analyse de Politiques République Islamique de Mauritanie Ministère des Affaires Economiques et du Développement Centre Mauritanien d Analyse de Politiques ----- CMAP ----- Termes de référence Etude sur la valorisation des ressources

Plus en détail

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines PROJET: UN CODE ELECTORAL AU SERVICE DE LA PARITE : TERMES DE REFERENCES : Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines 2013-2014

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT:

CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX ET DES DIRECTEURS DES RESSOURCES HUMAINES DES INSTITUTIONS DE L ETAT: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement (CAFRAD) Fondation pour le Renforcement des Capacités en Afrique (ACBF) CONFERENCE PANAFRICAINE DES SECRETAIRES GENERAUX

Plus en détail

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE

L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE L APPORT DE L AUDIT INTERNE AU SECTEUR PUBLIC: GESTION PAR LA PERFORMANCE CONFÉRENCE INTERNATIONALE FRANCOPHONE DE L UFAI ESTHER STERN, CONSEILLÈRE INTERRÉGIONALE, GESTION DES FINANCES PUBLIQUES NATIONS

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO

PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO PROJET DOUGORE 2011 SUR LA DECENTRALISATION AU TOGO ELABORATION D UN PLAN DE DEVELOPPEMENT COMMUNAL Par : LEGONOU François, Directeur SYDEL AFRIQUE, Consultant En guise d introduction La décentralisation

Plus en détail

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET

PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET PROJET DE BONNE GOUVERNANCE DANS LE SECTEUR MINIER COMME FACTEUR DE CROISSANCE (PROMINES) UNITE D EXECUTION DU PROJET ID Projet : P106982 IDA H589 ZR TF010744 Création d un comité de formation continuelle

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes

CATALOGUE DE FORMATION 2011-2015. Domaine : La gestion des ressources des communes Domaine : La gestion des ressources des communes Pour réaliser leur plan de développement et promouvoir des investissements, les communes sont appelées à mobiliser leurs ressources financières, opérationaliser

Plus en détail

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE 1 CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON-SORBONNE MASTER 2 «A.C.M.P.» «AUDIT CONTRÔLE ET MANAGEMENT PUBLIC» DIRECTEUR : Dr Farouk HEMICI E MAIL : farouk.hemici@univ-paris1.fr Madame Ilona GOBJILA Gestionnaire

Plus en détail

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu

Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu Initiative Return to care Cahier des charges et profil d un(e) coopérant(e)s pour lancer la réforme du programme Katana, Sud-Kivu 20 juin 2008 Introduction Return to care (RTC) est une initiative spécifique

Plus en détail

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC

CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC CADRE INSTITUTIONNEL DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DÉVELOPPEMENT D UNE ÉCONOMIE VERTE AU QUÉBEC Depuis 2004, le gouvernement du Québec met en œuvre une démarche de développement durable structurée en vue,

Plus en détail

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation

FORMATIONS. Europe. Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation FORMATIONS Europe Pour plus d infos : www.inet.cnfpt.fr / rubrique Espace formation 1. Démocratie locale, participation des citoyens : enjeux et réponses européens NOUVEAU p.2 2. Europe : actualité et

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AU CERTIFICAT D APTITUDE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE D INTERVENTION SOCIALE 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL DES DIRECTEURS D ETABLISSEMENT OU DE SERVICE

Plus en détail

Épreuves du concours interne

Épreuves du concours interne Épreuves du concours interne 1. Quelles sont les épreuves écrites d admissibilité du concours interne? 2. Quelles sont les épreuves d admission du concours interne? 3. Quelles sont les épreuves facultatives?

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Mener des entretiens professionnels

Mener des entretiens professionnels Formations Mener des entretiens professionnels Durée :... 2,5 jours - 18 heures Personnel concerné :... tout responsable hiérarchique ayant à mener des entretiens d évaluation Méthode pédagogique :...

Plus en détail

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil.

la notation financière et sociale, la formation professionnelle ou le renforcement de capacités, le coaching (l encadrement) et le conseil. 1. PRÉSENTATION DE CECA RATING SARL CECA Rating est une société à responsabilité limitée (SARL) créée en décembre 2012 avec un capital de FCFA 1.000.000. La création de CECA Rating est le fruit d une réflexion

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

PROGRAMME BADGE VISION MANAGER

PROGRAMME BADGE VISION MANAGER PROGRAMME BADGE VISION MANAGER Vision Manager programme BADGE Ecole internationale de management, l ESC Rennes School of Business a pour vocation de former des managers immédiatement opérationnels. Pour

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Innovations des statistiques officielles

Innovations des statistiques officielles MINISTERE DU PLAN ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ------------------- CENTRE NATIONAL DE LA STATISTIQUE ET DES ETUDES ECONOMIQUES DIRECTION DES STATISTIQUES ECONOMIQUES ---------------- SERVICE DES STATISTIQUES

Plus en détail

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE

ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE ELABORER SON PLAN DE FORMATION GUIDE METHODOLOGIQUE LE PLAN DE FORMATION 2 CONTEXTE L article 7 de la loi de 1984 modifié par l article 7 de la loi du 19 février 2007 stipule que : «Les régions, les départements,

Plus en détail

DE LA FORMATION A L EXPERTISE PROGRAMME DES CYCLES 2016

DE LA FORMATION A L EXPERTISE PROGRAMME DES CYCLES 2016 FINANCES PUBLIQUES F10 S10 F11 F1 F1 F14 F15 F16 F17 F18 C18 F19 Méthodes et outils d élaboration des CDMT (global et sectoriels) dans le cadre de la réforme des finances publiques Programmation macroéconomique

Plus en détail

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre

25 MARS 2010. Fonction RH du cadre 25 MARS 2010 Fonction RH du cadre 1 une collectivité identité se rassembler pour agir mieux Créée en 1969, la communauté urbaine de Lyon rassemble aujourd hui 57 communes, qui constituent la première agglomération

Plus en détail

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse

Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir. Dossier de presse Les priorités de Sylvia PINEL pour le secteur de la restauration & Le bilan du contrat d avenir Dossier de presse Vendredi 23 novembre 2012 Contact presse : Cabinet de Sylvia PINEL Nadhéra BELETRECHE 01

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P.

CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. CENTRE FORMATION CONTINUE PANTHEON SORBONNE DIPLÔME D UNIVERSITE A.C.O.P. «A U D I T & C O N T R Ô L E DES O R G A N I S A T I O N S P U B L I Q U E S» U N I V E R S I T E P A R I S 1 P A N T H E O N -

Plus en détail

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels

S5 - MANAGEMENT. 511 L organisation notion d organisation modèles organisationnels S5 - MANAGEMENT Le Management est un élément central de la formation. C est d ailleurs la fonction n 1 du référentiel des activités professionnelles. Il mobilise non seulement des savoirs issus de la psychologie,

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI133 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Durée totale des jours prévus Elaboration d un manuel des procédures

Plus en détail

EFFORT DE FORMATION DE SONELGAZ

EFFORT DE FORMATION DE SONELGAZ 1 ère CONFÉRENCE FORMATION DU SECTEUR DE L ENERGIE ET DES MINES Alger, 12-14 Décembre 2004 EFFORT DE FORMATION DE SONELGAZ Rétrospective, Analyse et Perspectives Mme BERKANE Leila SONELGAZ Sommaire de

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009

PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DES COMPÉTENCES REQUISES DU CONSEIL D ADMINISTRATION RÉVISION 2 (forme abrégée) APPROUVÉE PAR LE CONSEIL le 30 mars 2009 (Modifie et abrège le profil en date

Plus en détail

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne

LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE. Les dispositifs statutaires de mobilité interne LES DISPOSITIFS DE MOBILITE INTERNE ET DE REDEPLOIEMENT DANS LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE La loi n 2009-972 du 3 août 2009 relative à la mobilité et aux parcours professionnels dans la fonction publique

Plus en détail

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition

Fiche d information. Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Fiche d information Action du G8 concernant le Partenariat de Deauville avec les pays arabes en transition Un an après le début des événements historiques qui ont marqué l Afrique du Nord et le Moyen-

Plus en détail

La Validation des Acquis de l Expérience

La Validation des Acquis de l Expérience La Validation des Acquis de l Expérience Attention : Ces deux dispositifs s adressent uniquement aux salarié(e)s et aux bénévoles du réseau des MJC de Midi Pyrénées. L Institut de Formation à l Animation

Plus en détail

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste

OFFRE D EMPLOI. 2.1 La définition du poste OFFRE D EMPLOI 1 Introduction Définir une offre d emploi type n est pas un processus anodin à sous-estimer. En effet, l offre que l entreprise va communiquer représente la proposition d emploi vacant.

Plus en détail

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005)

ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ATELIER PARIS21 STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA STATISTIQUE SNDS (Bamako, 7-9 février 2005) ETAT DES LIEUX DE LA GESTION STRATEGIQUE DU SYSTEME STATISTIQUE NATIONAL DU MALI 1 1. Introduction

Plus en détail

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP

AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Mai 2015 AUTONOMIE DES ORGANISMES DE FORMATION PROFESSIONNELLE Des solutions variées et nombreuses pour plus de performance dans la FP Presentation Marc Ziegler UN ENJEU : LA PERFORMANCE DU SYSTÈME DE

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3

Sommaire. Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis)... 3 FONCTIONNAIRES DE L ÉTAT - STATUT GÉNÉRAL - Télétravail 1 TÉLÉTRAVAIL Sommaire Loi modifiée du 16 avril 1979 fixant le statut général des fonctionnaires de l'état (Extrait: 19bis).... 3 Règlement grand-ducal

Plus en détail

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par

STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS. Organisé par NOM DE VOTRE INSTITUTION (Logo de l institution) STAGE DE FORMATION ET DE RECYCLAGE SUR LES TECHNIQUES DOCUMENTAIRES ET LA GESTION ELECTRONIQUE DES DOCUMENTS Organisé par L Association Francophone des

Plus en détail

MARKETING & NUMERIQUE

MARKETING & NUMERIQUE Ecofac Business School ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ET DE MANAGEMENT 1ère année PRÉPA EUROPÉENNE MARKETING & NUMERIQUE La PRÉPA Européenne Marketing et Numérique est une formation post Bac qui se compose

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES

TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES TERMES DE REFERENCE POUR LE RENFORCEMENT DU DEPARTEMENT CHARGE DES AFFAIRES JURIDIQUES Avril 2014 TDR pour le renforcement du Service Juridique de la BIDC Page - 1 - I. CONTEXTE ET JUSTIFICATION La BIDC,

Plus en détail

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local

S T E DELTA-C FORMATION UNIVERSITAIRE. Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local DELTA-C Centre de Formation et d Appui Conseil pour le Développement Local FORMATION UNIVERSITAIRE ETABLI EN 2009 PROGRAMMES DE LMD (LICENCES-MASTERS-DOCTORATS) Fiche Scientifique et Pédagogique DOMAINE

Plus en détail

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF

MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF MATRICE DES PRINCIPALES ACTIONS DU CADRE STRATEGIQUE 2014-2018 DE L APF A l initiative du Secrétaire général parlementaire, M. Pascal Terrasse et sur proposition du, au terme d une consultation ayant associé

Plus en détail

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger)

Thème: Innovations en matière de financement des SPE. Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Thème: Innovations en matière de financement des SPE Expérience africaine innovante (cas de l ANPE du Niger) Présentée par: Monsieur Chégou Kochi MAINA Directeur Général Dakar, Sénégal du 16 au 18 Septembre

Plus en détail

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine

Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine Seine-Amont, la communauté d agglomération de Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine 185000 habitants Val-de-Marne Dans le cadre de la montée en charge de la CASA Recrute par voie de mise à disposition

Plus en détail

L EUROPE EN FORMATIONS

L EUROPE EN FORMATIONS L EUROPE EN FORMATIONS > CONSTRUCTION > INSTITUTIONS > CITOYENNETÉ > POLITIQUES > BUDGET 1 Maison de l Europe de Rennes et de Haute-Bretagne La Maison de l Europe - de Rennes et de Haute Bretagne, association

Plus en détail

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY

POUR DIFFUSION AUX AGENTS. CONSEILLER EN HYGIENE ET PROPRETE (h/f) B- TECHNICIEN TERRITORIAL C- AGENT DE MAITRISE C- ADJOINT TECHNIQUE BOBIGNY MESDAMES ET MESSIEURS LES DIRECTEURS ET CHEFS DE SERVICE PPRS/DGP/ERH4/CP/FG/DEJ/N 13-21( 1 bis) Equipe RH 4 01 43 93 89 45 POUR DIFFUSION AUX AGENTS POSTE A POURVOIR : DIRECTION ET SERVICE : CATEGORIE

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES ACTIVITES DE FORMATION EN ETHIQUEPROFESSIONNELLE POUR LES FONCTIONNAIRES D AUJOURD HUI PROJET DE CD-ROM POUR L AFRIQUE.

SEMINAIRE SUR LES ACTIVITES DE FORMATION EN ETHIQUEPROFESSIONNELLE POUR LES FONCTIONNAIRES D AUJOURD HUI PROJET DE CD-ROM POUR L AFRIQUE. Centre Africain de Formation et de Recherche Administrative pour le Développement Nations Unies Département des Affaires Economiques et Sociales SEMINAIRE SUR LES ACTIVITES DE FORMATION EN ETHIQUEPROFESSIONNELLE

Plus en détail

1. LE CONTEXTE. Nous sommes une des plus importantes coopératives forestières en France.

1. LE CONTEXTE. Nous sommes une des plus importantes coopératives forestières en France. NOTE D INFORMATION concernant le recrutement d un(e) : DIRECTEUR DU DEVELOPPEMENT COMMERCIAL H/F DANS LE DOMAINE DE LA SYLVICULTURE OFFERT A EVREUX (27) 1. LE CONTEXTE Nous sommes une des plus importantes

Plus en détail

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA

Première réunion. 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Première réunion 21 février 2006 LA PREMIERE REUNION DU COMITE REGIONAL DE PLANIFICATION DU NECEMA Description: Ce document constitue les termes de référence du réseau régional pour la conformité et lʹapplication

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa

Programme des Nations Unies pour le développement. Conférence-débat à l Université de Kinshasa Programme des Nations Unies pour le développement DISCOURS Conférence-débat à l Université de Kinshasa «L IMPACT DE L AUTONOMISATION DE LA FEMME SUR LE DÉVELOPPEMENT DE LA RDC» M me Priya Gajraj, Directeur

Plus en détail

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP)

PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) PROGRAMME PANAFRICAIN DANS LE DOMMAINE COOPERATIF (PANACOOP) Le projet d Intervention Panafricaine dans le domaine Coopératif (INPACOOP) est un projet qui émanait de la volonté du gouvernement du Canada

Plus en détail

SÉMINAIRE CONCLUSIONS

SÉMINAIRE CONCLUSIONS RBB (2012) Conclusions SÉMINAIRE SUR LES BUDGETS BASÉS SUR DES RÉSULTATS: OBJECTIFS RÉSULTATS ATTENDUS ET INDICATEURS DE PERFORMANCE Strasbourg, 25 septembre 2012 CONCLUSIONS A l initiative du Comité du

Plus en détail

Management Expertises Solutions

Management Expertises Solutions Management Expertises Solutions Rue Louis-Favre 34 2 0 0 2 N e u c h â t e l +41 32 729 35 00 +41 32 729 35 01 contact@mesgestion.ch www.mesgestion.ch Notre entreprise Fondée en 1990, est une société suisse

Plus en détail

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC

EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC EMPLOYABILITE DES JEUNES AU MAROC L emploi L emploi est une forme d insertion sociale, un levier qui permet l amélioration des conditions de vie. L emploi est un paramètre révélateur dans l évaluation

Plus en détail

gestion et d organisation comptable applicables aux établissements publics à caractère administratif, Vu le décret n 61-469 du 14 août 1961 relatif à

gestion et d organisation comptable applicables aux établissements publics à caractère administratif, Vu le décret n 61-469 du 14 août 1961 relatif à DECRET N 99-335 DU définissant le statut-type des établissements publics nationaux (J.O. du 30 08.99, p.1940) Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, Vu la Constitution, Vu la loi n 63-015 du 15 juillet

Plus en détail

COMMUNICATION. BACHELOR EUROPéEN. Ecofac. 1ère année. en COMMUNICATION

COMMUNICATION. BACHELOR EUROPéEN. Ecofac. 1ère année. en COMMUNICATION Ecofac Business School ECOLE SUPÉRIEURE DE COMMERCE ET DE MANAGEMENT 1ère année BACHELOR EUROPéEN en La 1ère année de Bachelor Européen en Communication s organise autour de 4 grands axes : La culture

Plus en détail

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) -------------

( prêt de la Banque Mondiale N 7392TN) ------------- UNIVERSITE DE SOUSSE TERMES DE REFERENCE Projet d appui à la qualité (Capacité de Gestion) Formation des cadres de l Université de Sousse Dans le domaine de la Gestion Financière des Établissements Publics

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

AGENCE EMPLOI JEUNES

AGENCE EMPLOI JEUNES Avis de recrutement pour le poste d ADMINISTRATEUR Administrateur via cet appel à candidature. Assurer la planification, l organisation, la coordination, le contrôle et la mise en œuvre de l ensemble des

Plus en détail

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible.

I- L état des lieux fait le constat global d une offre de formation continue en design balbutiante, peu lisible et peu accessible. Mars 2010 Synthèse de l étude de faisabilité sur la mise en place d une offre structurée de formation continue en matière de design, répondant aux besoins des entreprises I- L état des lieux fait le constat

Plus en détail

Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations

Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations Royaume du Maroc Le Cycle de Formation en Gestion de Ressources Humaines Cadre général, Objectifs et réalisations Observatoire Marocain de l Administration Publique(OMAP) Rabat 1997 1. Introduction Depuis

Plus en détail

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution.

LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 LOI D ORIENTATION n 2009-20 du 4 mai 2009 sur les agences d exécution. EXPOSE DES MOTIFS La complexité des procédures administratives et l exigence accrue des

Plus en détail

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française

Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES. Un point sur la situation française Document de travail : LES FINANCES PUBLIQUES Un point sur la situation française I. L état des finances publiques La situation actuelle Le PIB 2160 milliards d euros en 2012 (source : FMI). Taux de croissance

Plus en détail

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3

Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Ministère des Finances Projet Initiative Pauvreté-Environnement-phase 3 Termes de Référence Recrutement d un bureau d études Assistance technique pour la formulation et la prise en compte dans le Budget

Plus en détail

Présentation commerciale. Novembre 2014

Présentation commerciale. Novembre 2014 Présentation commerciale Novembre 2014 Présentation du cabinet (1/2) BIAT (Banque Internationale Arabe de Tunisie) La banque commerciale privée leader en Tunisie et l une des plus importantes au Maghreb.

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

AFFAIRES INTERNATIONALES ET INGENIERIE ECONOMIQUE

AFFAIRES INTERNATIONALES ET INGENIERIE ECONOMIQUE MASTER DROIT, ECONOMIE, GESTION AFFAIRES INTERNATIONALES ET INGENIERIE ECONOMIQUE SPÉCIALITÉ AFFAIRES INTERNATIONALES PARCOURS MANAGEMENT INTERCULTUREL www.univ-littoral.fr Le parcours management interculturel

Plus en détail

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE

RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE REFERENTIEL INTERMINISTERIEL DE FORMATION RELATIF AUX FONCTIONS MANAGERIALES TRANSVERSES DU CADRE INTERMEDIAIRE (DOCUMENT DE BASE : HORS RIME) Le présent référentiel est un référentiel interministériel

Plus en détail

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE

AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE AGENCE BELGE DE DÉVELOPPEMENT LE PARTENARIAT BÉNIN-BELGIQUE FAITS ET CHIFFRES 1 NOMBRE D HABITANTS : 9,2 millions (estimation World Gazetteer) 2 POURCENTAGE DE LA POPULATION VIVANT AVEC MOINS DE 1,25 $

Plus en détail

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS

REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS REFERENTIEL D EVALUATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE POUR LE DIPLOME CAFERUIS Référentiel d activités Le référentiel d activités décline les activités rattachées aux six fonctions exercées par l encadrement

Plus en détail

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD 1 MINISTERE DE L ENVIRONNEMENT ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE SECRETRARIAT PERMANENT DU CONSEIL NATIONAL POUR L ENVIRONNEMENT ET LE DEVELOPPEMENT DURABLE MANUEL DE GESTION DE CYCLE DE PROJET DU SP/CONEDD

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ;

LE MINISTRE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE, la loi n 90-032 du 11 décembre 1990 portant Constitution de la République du Bénin ; REPUBLIQUE DU BENIN -------o------- MINISTERE DE L AGRICULTURE, DE L ELEVAGE ET DE LA PECHE -------o------- LE MINISTRE -------o------- A R R E T E ANNEE 2013 N /MAEP/DC/SGM/DRH/DIP/SA PORTANT ATTRIBUTIONS,

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel

ECOLE DU MANAGEMENT - Niveau 3 Cycle Supérieur Industriel Responsables opérationnels débutants ou expérimentés en lien direct avec le comité de direction. Responsables d unités de production. Responsables de projet (technique, organisation, industrialisation).

Plus en détail

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE»

PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» PRESENTATION GENERALE DU MASTER «MAITRISE D OUVRAGE PUBLIQUE ET PRIVEE» 1. Règlement des études Habilité par arrêté du Ministère français de l Enseignement Supérieur et de la Recherche, le Master «Maîtrise

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Convention sur la lutte contre la désertification

Convention sur la lutte contre la désertification NATIONS UNIES Convention sur la lutte contre la désertification Distr. GÉNÉRALE 29 juillet 2008 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CHARGÉ DE L EXAMEN DE LA MISE EN ŒUVRE DE LA CONVENTION Septième session

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

INAP. Cadre commun de référence de la formation spéciale (CRFS) Institut national d administration publique

INAP. Cadre commun de référence de la formation spéciale (CRFS) Institut national d administration publique INAP Institut national d administration publique Cadre commun de référence de la formation spéciale (CRFS) à l attention des délégué/e/s à la formation des administrations de l Etat et des établissements

Plus en détail

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances

La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France. Ministère de l Economie et des Finances La réforme du contrôle interne et de l audit interne dans les administrations d Etat en France Séminaire des 12 et 13 février 2013 Danièle LAJOUMARD, Inspecteur général des Finances C.I.A (Certified Internal

Plus en détail

Formation sur les instruments budgétaires

Formation sur les instruments budgétaires REPUBLIQUE ISLAMIQUE DE MAURITANIE Honneur Fraternité Justice Ministère des Affaires Economiques et du Développement Centre Mauritanien d Analyse de Politiques CMAP Termes de références Formation sur les

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA»

«LES MERCREDI DE L ENA» Termes de référence DANS LES PAYS DE L UEMOA» REPUBLIQUE DU SENEGAL =-=-=-= PRIMATURE =-=-=-= ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION =-=-=-= «LES MERCREDI DE L ENA» Edition spéciale Termes de référence THEME : «REFORMES DES FINANCES PUBLIQUES DANS LES PAYS

Plus en détail

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE

ReMeD Réseau Médicaments et Développement EVOLUTION DE L INSPECTION PHARMACEUTIQUE ReMeD Réseau Médicaments et Développement Table ronde du 9 novembre 2004 Faculté de Pharmacie Paris V Communication Dr Nicole Ridolphi pharmacien inspecteur général honoraire EVOLUTION DE L INSPECTION

Plus en détail