Conférence panafricaine des ministres

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence panafricaine des ministres"

Transcription

1 corae um emuayor Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence panafricaine des ministres Thème: Réforme, innovation et modernisation des services publics et des institutions de l Etat en vue d accompagner et de soutenir le processus de transformation des Etats africains en pays émergents (Stratégies et politiques de mise en œuvre de la vision «Afrique Continent émergent en l an 2025») «LES CHAINONS MANQUANTS DE L EMERGENCE ECONOMIQUE EN AFRIQUE : LE BENCHMARKING DES PAYS EMERGENTS D ASIE» Par Dr. Kitsoro Firmin KINZOUNZA Consultant International en Management (CONGO) Décembre 2011 Rabat (Maroc) 1

2 LES CHAINONS MANQUANTS DE L EMERGENCE ECONOMIQUE EN AFRIQUE : LE BENCHMARKING DES PAYS EMERGENTS D ASIE (PEA) 1. POSITION DU PROBLEME 1.1. Nous sommes en l an 2011, l année où beaucoup de pays francophones des espaces UEMOA et CEMAC fêtent le 51 è anniversaire de leur indépendance politico-juridique ; leur indépendance économique tarde à venir. Hier, on les appelait : - Pays du tiers-monde ; - Pays moins-avancés ; - Pays sous-développés ; - Pays en voie de développement (pour ceux engagés dans la voie de la croissance sans développement). Aujourd hui, on les appelle "Pays Pauvres Très Endettés" (PPTE) Cependant, les dirigeants africains ne sont pas restés les bras croisés. En effet, du Plan de Lagos (année 80) au NEPAD (2003), l on peut noter, de leur part, la même volonté, «du bout des lèvres»d en finir avec le sous-développement. Au cours de la même période, sans bruit, les dirigeants politiques asiatiques ont commencé à mettre de l ordre dans leurs maisons respectives. Ainsi : - il y a d abord eu «le miracle économique» de la Corée du Sud ; ce pays d Asie est passé, en moins de 20 ans ( ), sous le leadership politique du Général Park CHUNG HEE, du statut de pays sous-développé à celui de «pays émergent» ; - ensuite, l Asie nous a servi le cas de SINGAPOUR ; petit pays d à peine 670 km 2 et de 4 millions d habitants, SINGAPOUR est devenu en moins de 25 ans ( ), sous le leadership politique de Lee KUAN YEW ( ), un pays émergent, la 3 è puissance économique asiatique après le Japon et la Corée du Sud ; - enfin, après les Dragons, pays émergents de la 1 ère régénération (Hong Kong, Taïwan, Singapour et Corée du Sud), l Asie nous a 2

3 servi la seconde génération des pays émergents (les "Tigres") avec l Indonésie, la Thaïlande et la Malaisie. Dans ces conditions, si les dirigeants politiques africains souhaitent que leurs pays respectifs deviennent des pays émergents en 2025, quoi de plus naturel que de pratiquer le BENCHMARKING des pays émergents d Asie de la 1 ère (les Dragons) et de la seconde génération (les Tigres)? Ce sera l objet principal de cette communication consacrée aux enseignements tirés des expériences des Dragons et des Tigres asiatiques. Avant d aborder cette partie de notre communication, nous procéderons à un rappel des fondamentaux de tout processus de développement économique et social. 2. LES FONDAMENTAUX DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL Nous en avons relevé trois, en l occurrence : - l aptitude au développement ; - l entrepreunariat ; et - le secteur productif L aptitude au développement des dirigeants politiques et des populations Il existe plusieurs définitions du développement économique et social ; toutefois, celle proposée par le Pr François PERROUX dès 1969, semble la plus appropriée pour décrire la situation souhaitée par tous les pays africains au sud du Sahara. En effet, d après le Pr F. PERROUX, le développement désigne «la combinaison des changements mentaux et sociaux d une population qui la rendent apte à faire croître, cumulativement et durablement son produit réel global (PNB)» (1) L on pourrait reformuler cette définition comme suit : le développement économique et social désigne l ensemble des changements de mentalités, d attitudes, d habitudes, de modèles sociaux de référence, de comportements et de leadership politique qui précèdent et accompagnent (1) F. PERROUX : «L économie du XX è siècle» PUF, Paris 1969 la croissance cumulative et durable du produit réel global. Dans cette définition du développement proposée par Pr F. PERROUX : 3

4 - «les changements mentaux» désignent le changement de logiciel mental ; en effet, seul un logiciel mental orienté progrès peut générer l APTITUDE, la capacité à produire le développement véritable et non le faux développement traduit par la «croissance sans développement» (pour reprendre une expression chère au Pr Samir AMIN) ou «le développement du sous-développement» (pour reprendre l expression de l économiste latino-américain A. GUNDER SACHS) ; - «les changements sociaux» ou changement de leadership politique transformationnel (ou leadership politique orienté progrès). Ainsi, en Occident, au leadership politique orienté inertie ou régression incarné par les seigneurs féodaux, a succédé, au terme de la révolution bourgeoise (fin XVIII è siècle), le leadership politique transformationnel avec deux franges, la bourgeoisie compradore (importateurs et vendeurs des produits manufacturés importés) et industrielle (les partisans de la politique d import-substitution) ; et - «l aptitude à faire croître cumulativement et durablement son produit réel global (PNB)» désigne, d une part, la propension à l épargne de la population ; d autre part, sa propension à l investissement ou à la production. Seul un logiciel mental porteur des valeurs de progrès peut générer des comportements où le revenu des populations n est pas totalement affecté à la consommation. Finalement, la clef du développement, c est l aptitude au développement, en l occurrence, le logiciel mental porteur des valeurs de progrès. Ainsi, si l Occident a su tirer profit de la traite négrière (XV è - XVI è siècles) et de la machine à vapeur (XVIII è siècle), c est parce que, tout simplement, il disposait, au terme de la chasse aux sorcières (XI è XII è siècles et XV è XVI è siècles), du Mouvement de la Renaissance (XV è - XVII è siècles) et de la Révolution bourgeoise (fin XVIII è siècle), d un leadership politique et économique porteur des valeurs de progrès ; en effet, sans cette qualité de leadership politique et économique, l Occident aurait pu consacrer les gains de la traite négrière à des dépenses improductives («fêtes», achat des voitures de luxe, investissement dans l immobilier, etc.) et non au financement de la Révolution industrielle. A contrario, l inexistence d une masse critique de 4

5 leaders politiques et économiques porteurs des valeurs de progrès dans les pays d Afrique producteurs de pétrole conduit les classes dirigeantes de ces pays : - soit à se succéder au pouvoir par des coups d Etat ; - soit à affecter les revenus du pétrole à l importation des produits manufacturés et de l expertise plutôt qu à la production sur place et à la commercialisation de la matière grise de leurs universités, Grandes Ecoles et Centres de recherche. Enfin, si l on permutait les populations des USA et du Nigéria, au bout de cinq (5) ans, les USA deviendraient un pays sous-développé et le Nigéria, un pays développé. Pourquoi? Parce que les Américains, porteurs d un logiciel mental orienté progrès, vont amener le niveau de développement économique du Nigéria à celui de leur pays d origine. N est-ce pas ce qui s est produit en Australie, en Nouvelle Zélande et au Canada? En l espace de 150 ans, ces trois (03) pays ont atteint le niveau de développement des pays industrialisés grâce aux logiciels mentaux des émigrants anglais, artisans appauvris par la Révolution industrielle en Angleterre. L Afrique du Sud confirme ce constat : ce sont les émigrants BOERS qui ont façonné l économie de l Afrique du Sud L entreprise est le moteur du développement économique et social Selon les Experts en Economie, sur une population déterminée, le ⅓ représente la population active. Par conséquent, dans le cas du Congo-Brazzaville qui comptait environ habitants en 2010, la population active (la population en âge de travailler) peut être estimée à personnes comme suit : - Fonction publique : personnes ; - Secteur privé formel : personnes (dont salariés pour le syndicat patronal UNICONGO qui compte 300 entreprises affiliées) ; - Segment de la population active sans emploi (40% de la population active) : personnes ; - Secteur privé informel : personnes. De cette répartition, il ressort qu au Congo-Brazzaville : 5

6 - 6,46% de la population active sont employés par la Fonction Publique ; et 53,54% par le secteur privé formel et informel ; - 40% de la population active sont sans emploi. Ce tableau sombre montre que le secteur privé demeure, sans surprise, le plus grand pourvoyeur d emplois au sein de n importe quel pays. C est pourquoi, les dirigeants politiques africains doivent, comme partout ailleurs dans le monde, considérer l ENTREPRISE (et donc l ENTREPRENEURIAT) comme le moteur de la croissance économique aussi bien dans la création d emplois (augmentation du nombre de consommateurs solvables) que dans la création des richesses. Ce n est donc pas par hasard que les dynamiques de croissance des pays émergents d Asie ont été fondées sur : - d une part, l import-substitution, la production tournée vers la satisfaction des besoins du marché intérieur par la réduction des importations ; - d autre part, la promotion des exportations afin d améliorer la situation de la balance commerciale Le secteur productif, secteur stratégique pour l émergence économique Une fois que l on est tombé d accord pour considérer l Entreprise (et donc l Entrepreneuriat) comme le moteur de la croissance économique, il convient alors de se poser la question suivante : quel type d entreprise? Dans tous les pays africains francophones, force est de constater que sur 100 opérateurs économiques : - 90 (soit 90%) sont dans la distribution, communément dénommée le commerce ; - 10 (soit 10%) ont investi dans le secteur productif qui comprend l Agriculture, l Elevage, l Agro-industrie et l Industrie manufacturière. Pourquoi? Parce que tout simplement : - le taux de profit dans la distribution varie entre 50 et 100% ; 6

7 - le taux de profit dans le secteur productif varie entre 12 et 25%. La distribution est créatrice de peu d emplois ; ainsi, avec 5 employés (1 magasinier, un comptable, un caissier, un chauffeur-livreur, un vendeur et un transitaire), un importateur de riz peut réaliser un chiffre d affaires de 1 milliard F CFA par an. (2) Or, avec 2 milliards, un entrepreneur du secteur productif peut créer un minimum de 10 entreprises employant en moyenne 20 personnes, soit 200 personnes. Une autre question vient à l esprit : comment inciter les opérateurs économiques actuels et potentiels à investir dans le secteur productif? Si nous considérons le cas de l Agriculture et de l Elevage, celui qui s y engage doit aimer la terre et les animaux. Celui qui s est engagé à devenir Ingénieur agronome ou docteur vétérinaire doit être considéré comme un entrepreneur agro-pastoral à fort potentiel. C est pourquoi il convient d encourager les universités et les Ecoles d ingénieurs à introduire les curricula sur l élaboration des plans d affaires et la gestion des entreprises, d une part ; d autre part, les universités et les Ecoles d ingénieurs à servir d interfaces entre les institutions financières et leurs diplômés pour l obtention et la gestion des prêts au secteur productif. Il s agit donc pour l Etat de prévoir des mesures de soutien aux institutions financières qui vont offrir ce type de produit financier. 3. BREVE PRESENTATION DES FACTEURS A L ORIGINE DES DYNAMIQUES DE CROISSANCE DE LA COREE DU SUD ET DE SINGAPOUR Le cas de la Corée du Sud En 1960, le niveau de développement économique et social de la Corée du Sud (2) Des enquêtes menées auprès des importateurs libanais et ouest-africains de poulets, de riz m ont permis d arriver à ces conclusions était pratiquement égal à celui du Tchad ou du Niger de l époque. En 20 ans, la Corée du Sud a atteint un niveau de développement économique voisin de celui du Japon. Ce «miracle économique» pourrait s expliquer par les sept (07) facteurs ci-après : (3) - (i) un leadership politique transformationnel ayant à sa tête le Général Park CHUNG HEE de 1961 à 1979 ; 7

8 - (ii) une «Charte nationale pour le développement économique et social» ; document fondateur de la Corée du Sud moderne, cette charte définit le chemin qui mène à la prospérité sur une période de 20 ans au cours de laquelle les exportations devraient être constituées à 80% par des produits manufacturés (contre 20% en 1961) ; - (iii) la tension morale ; quatre plans quinquennaux seront élaborés et mis en œuvre de 1961 à Chacun d eux était assorti de plans d action et de budgets-programmes pluriannuels ; - (iv) la sélection des secteurs productifs et leur développement en s appuyant sur les trois (03) entreprises privées nationales suivantes : DAEWOO (chantiers navals), SAMSUNG (appareils électro-ménagers) et HYUNDAI (automobiles). Ces trois entreprises ont obtenu, par le biais de l Etat, le soutien du secteur bancaire et des universités ; cela leur a permis, en moins de 20 ans : d une part, de couvrir l essentiel des besoins du marché intérieur grâce à la politique d import-substitution ; d autre part, d exporter des produits manufacturés, une fois les besoins du marché intérieur couverts ; - (v) la suspension des libertés publiques de 1961 à 1979 ; ce n est qu en 1980 qu ont eu lieu les élections législatives et présidentielles. L on peut donc affirmer que la Corée du Sud s est développée sans démocratie ; - (vi) le nationalisme économique ; le slogan «consommons sud-coréen» et le système de protection douanière ont permis à l industrie sudcoréenne de franchir les étapes critiques de l apprentissage industriel ; et (3) Kitsoro Firmin KINZOUNZA : "Gouvernance, leadership et développement : quelles leçons tirer des expériences des Pays Emergents d Asie" Université Marien NGOUABI, Projet de Renforcement des Capacités des Universités, Brazzaville, Novembre (vii) les valeurs porteuses de progrès ; la culture confucéenne rejette les anti-valeurs et privilégie l effort individuel Le cas de SINGAPOUR Le «miracle économique» de Singapour s explique par les facteurs ciaprès : 8

9 - (i) une vision, celle de faire de Singapour un Etat indépendant viable sur le double plan économique et financier ; - (ii) existence d un leadership politique transformationnel ayant à sa tête Lee Kuan Yew, de 1958 à 1990 ; - (iii) promotion d une administration publique au service des entreprises et dont les agents sont rémunérés comme ceux du secteur privé ; - (iv) profil hors pair des ministres ; ceux-ci devaient être titulaires de Diplômes en Gestion des Affaires (MBA) et avoir dirigé une ou plusieurs entreprises ; - (v) valorisation du port maritime ; - (vi) existence de zones économiques spéciales ; - (vii) marché boursier international ; - (viii) rejet du monolithisme politique ; - (ix) tolérance zéro vis-à-vis de l impunité ; - (x) protection de la famille Synthèse Des expériences de la Corée du Sud et de Singapour en particulier, celles des autres "Dragons" et "Tigres" d Asie, l on peut retenir les 21 caractéristiques ciaprès communes aux Pays Emergents d Asie (3) : - (i) une vision ; - (ii) un leadership politique transformationnel ; (3) Voir : Hakim Ben Hammouda : «Le "modèle asiatique" en questions.» CODESRIA, Collection Nouvelles pistes 3/200 World Bank: «The East Asian miracle. Economic Growth and Public policy» Oxford University Press, Oxford 1993 R. WADE; "Governing the market. Economic theory and the role of government in East Asian industrialization" Princeton University Press, Princeton (iii) une stratégie nationale de développement économique ; - (iv) la désignation des secteurs stratégiques ; - (v) la subvention des crédits aux secteurs stratégiques ; - (vi) une politique monétaire «non répressive» fondée essentiellement sur le maintien de taux d intérêt bas ; - (vii) la diversification des activités bancaires ; - (viii) le soutien au produit «capital risque» ; 9

10 - (ix) l encouragement des activités de production intensives en capital et en nouvelles technologies ; - (x) la protection des industries d import-substitution ; - (xi) un mécanisme d intelligence économique au service des entreprises des secteurs stratégiques ; - (xii) une classe moyenne; - (xiii) un marché intérieur ; - (xiv) une agence de promotion des exportations ; - (xv) des zones économiques spéciales ; - (xvi) un marché financier (bourse des valeurs) ; - (xvii) la mise en place des instruments stratégiques de gouvernance économique (Ex : Plans directeurs, Plans d action pluriannuels, Budgetsprogrammes, etc.) ; - (xviii) le soutien à la création des grandes entreprises ; - (xix) l implication des universités, des Grandes Ecoles d ingénieurs et des Centres de recherche au processus d émergence économique ; - (xx) l implication de l Administration publique au processus d émergence économique ; et - (xxi) la stabilité institutionnelle. Ces caractéristiques des dynamiques de croissance des PEA peuvent être regroupées comme suit (cf. Tableau unique) Tableau unique : Les caractéristiques des dynamiques de croissance des Pays Emergents d Asie Caractéristiques de l émergence économique 1. Leadership politique transformationnel Contenu 1.1. Vision ; 1.2. Stratégie nationale de développement économique ; 1.3. Désignation (choix) des secteurs stratégiques ; 10

11 2. Mesures en faveur du secteur privé 1.4. Stabilité institutionnelle ; 1.5. Implication des Universités, Ecoles d ingénieurs et Centres de recherche au processus d émergence économique ; 1.6. Implication de l administration publique au processus d émergence économique ; et 1.7. Mise en place des instruments stratégiques de Gouvernance économique 2.1. Subvention des crédits aux secteurs stratégiques ; 2.2. Politique monétaire «non répressive» (Ex : taux d intérêt bas sur une longue période) ; 2.3. Diversification des activités bancaires ; 2.4. Soutien au produit "capital risque" ; 2.5. Encouragement des activités de production intensives en capital et en nouvelles technologies ; 2.6. Protection des industries d importsubstitution ; 2.7. Création d un mécanisme d intelligence économique au service des entreprises des secteurs stratégiques ; 2.8. Création des zones économiques spéciales ; 2.9. Création d une classe moyenne ; Création d un marché intérieur ; Création d une agence de promotion des exportations ; Soutien à la création des grandes entreprises ; et Création d un marché financier (bourse des valeurs). L on pourrait ajouter à ces caractéristiques, «le nationalisme économique» ; en effet, c est le nationalisme économique qui a permis au leadership politique de ne pas suivre les recommandations des Experts de la Banque Mondiale rassemblées dans le «consensus de Washington» ; en effet, «les expériences asiatiques ( ) semblent remettre en cause les recommandations du consensus de Washington et les prescriptions des PAS. En effet, au moment où les PAS recommandaient un désengagement de l Etat, les pays asiatiques ont bâti leurs 11

12 succès sur une forte intervention régulière de celui-ci. Par ailleurs, lorsque les PAS préconisaient une spécialisation internationale selon le principe des avantages comparatifs et exporter par conséquent des produits intensifs en travail, les économies asiatiques construisaient leur compétitivité sur la base d une insertion dynamique dans les nouvelles technologies. Enfin, au moment où les institutions de Bretton-Woods conseillaient aux économies sousdéveloppées de réorienter leurs dynamiques de croissance vers les marchés externes, les économies asiatiques avaient maintenu des rapports dynamiques et étroits entre les activités liées au marché interne et les activités exportatrices.» 4. CONCLUSION A l analyse, il apparaît que l on pourrait regrouper les caractéristiques des Pays Emergents d Asie (PEA) sous les deux rubriques ci-après : - d une part, le leadership politique transformationnel ; - d autre part, les formes de l interventionnisme économique de l Etat. Au terme de notre étude, nous pouvons avancer que si les pays africains veulent s engager dans la voie de l émergence économique, il leur faudrait passer en revue les 21 caractéristiques des dynamiques de croissance afin de noter : - d une part, ce qui existe déjà afin de le renforcer ; - d autre part, «ce qui manque», ce qui n existe pas, afin de le mettre en place. Dans cette perspective, les pays africains candidats à l émergence économique doivent disposer : - (i) d une masse critique de leaders politiques transformationnels pétris de nationalisme économique ; - (ii) d Etats facilitateurs et régulateurs de l activité des secteurs économiques stratégiques ; bref, il s agit d Etats interventionnistes au plan économique et non d Etats qui se désengagent de la sphère économique ; 12

13 - (iii) de la stabilité institutionnelle et de l indépendance de la justice afin de permettre aux opérateurs économiques étrangers et nationaux de faire des projections sur 10 à 15 ans ; et - (iv) d une Administration publique et d un système d enseignement supérieur de développement ; la première sera chargée de créer un cadre institutionnel et légal favorable au progrès et, le second, d impulser et d accompagner le projet d émergence économique à travers l économie du savoir et le management des savoirs. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. Hakim Ben Hammouda : «Le "modèle asiatique" en questions.» CODESRIA, Collection Nouvelles pistes 3/ K.F. KINZOUNZA : "Gouvernance, leadership et développement : quelles leçons tirer des expériences des Pays Emergents d Asie", Université Marien NGOUABI, Projet de Renforcement des Capacités des Universités, Brazzaville, Novembre

14 3. R. WADE:"Governing the market. Economic theory and the role of government in East Asian industrialization" Princeton University Press, Princeton World Bank: «The East Asian miracle. Economic Growth and Public policy» Oxford University Press, Oxford

QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025?

QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025? CAFRAD Conférence Panafricaine des Ministres (Rabat, 12-14 décembre 2011) QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025? Communication présentée par : Dr Kitsoro Firmin

Plus en détail

DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE. Par

DES ADMINISTRATIONS PUBLIQUES IMPRODUCTIVES AUX ADMINISTRATIONS DE DEVELOPPEMENT : QUEL ROLE POUR LES ENA D AFRIQUE. Par Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Strag.2011 Politiques et stratégies de formation, de recherche, d études stratégiques et prospectives en Afrique Quel

Plus en détail

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC

Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC Communauté Économique et Monétaire de l Afrique Centrale CEMAC ATELIER DE REFLEXION SUR LE PROGRAMME ECONOMIQUE REGIONAL DE LA CEMAC (2010-2025) Douala 7-9 Août 2013 CRISE EUROPEENNE QUEL IMPACT SUR LE

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un

Avant propos. Cependant, il a été fait la remarque que les calculs effectués ne sont pas exempts de critiques. Le Bénin est un Résumé Les pays en développement (PED) ont bénéficié, au cours de ces trente dernières années, de prêts considérables qui devraient permettre leur décollage rapide. Pour nombre d entre eux dont le Bénin,

Plus en détail

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs?

Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Le cadre juridique et fiscal des relations d affaires franco-africaines: un atout pour les entrepreneurs? Me Pierre MARLY Avocat CMS Bureau Francis Lefebvre E-mail : pierre.marly@cms-bfl.com 1 - Le cadre

Plus en détail

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA

NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA NOTRE SOUTIEN AU DéVELOPPEMENT DES PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES DANS L UEMOA MFW4A La finance au service de l afrique

Plus en détail

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière.

L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. L information en Chine et le contrôle de la criminalité économique / financière. La construction de l informatisation de la Chine est une stratégie nationale qui est directement liée avec la vitesse et

Plus en détail

Le financement de la formation professionnelle

Le financement de la formation professionnelle Idées, concepts et politiques Le financement de la formation professionnelle Financing vocational training, Professeur Adrian Ziderman, Bar-Ilan University, Israël, zidera@mail.biu.ac.il Le système de

Plus en détail

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010

75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-2010 75 ANS D HISTOIRE EN CHIFFRES : 1935-21 L économie canadienne depuis la fondation de la Banque du Canada Première édition : le 11 mars 21 Mise à jour : le 16 decembre 21 1 La Banque du Canada, fondée en

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

L Épargne des chinois

L Épargne des chinois L Épargne des chinois (Patrick ARTUS Johanna MELKA) Colloque Cirem-Cepii-Groupama AM 29 septembre 25 Indicateurs de «qualité de vie» en Chine 199 1995 2 22 23 Nombre d'écoles par 1 habitants 9,1 7,82 6,48

Plus en détail

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013

LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES. Françoise Lemoine, Deniz Ünal Conférence-débat CEPII, L économie mondiale 2014, Paris, 11 septembre 2013 LES BRIC: AU DELÀ DES TURBULENCES 1. Facteurs structurels du ralentissement de la croissance dans les BRIC 2. Interdépendances commerciales entre les BRIC et le reste du monde Françoise Lemoine, Deniz

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION

EXAMEN MUTUEL DE L EFFICACITÉ DU DÉVELOPPEMENT DANS LE CONTEXTE DU NEPAD - INTRODUCTION Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/CM.38/6 6 avril 2005 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Vingt-quatrième réunion du Comité d experts de la

Plus en détail

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur.

INVESTIR AU TCHAD. Le Tchad est un pays d agriculture et d élevage, un pays dont le peuple est laborieux, un pays dont le sous sol est promoteur. INVESTIR AU TCHAD POURQUOI INVESTIR AU TCHAD Des Potentialités Economiques Enormes Un Environnement Politique et Economique Favorable Une Activité Economique Réglementée Un Cadre Indicatif Favorable. DES

Plus en détail

Le financement de l apprentissage informel

Le financement de l apprentissage informel Études de cas Financial arrangements in informal apprenticeships: Determinants and effects. Findings from urban Ghana, Working Paper n o 49, ILO, 2007. Financement de l apprentissage informel : zoom sur

Plus en détail

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie

Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie Atelier sur le Financement de la Filière Coton en Côte d'ivoire: Création d'un Fonds de Garantie René AZOKLY/ Président du Fonds International de Garantie Les Fonds de Garantie en Afrique de l'ouest: Particularités,

Plus en détail

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30

Comprendre la Malaisie 13. Données et tendances de l économie... 30 Sommaire Préface......................................................................... 7 Comprendre la Malaisie 13 Repères essentiels....................................................... 15 Chiffres

Plus en détail

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE

BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE BANK AL-ÂMAL INSTITUTION DEDIEE AU FINANCEMENT DES INVESTISSEMENTS DES MRE Financement des projets de création d entreprises innovantes au Maroc par les expatriés marocains.-paris-23 mai 2006 Sommaire

Plus en détail

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise

Table des matières. Partie I RH pour l entreprise Table des matières Biographies des auteurs... III Tables des Focus et des Exemples.... XIX Introduction (à la 4 e édition).... XXV Partie I RH pour l entreprise Chapitre 1 Gérer les ressources humaines....

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale

Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale Thème 2 : Le rôle du «secteur informel» dans l intégration régionale 1. Le secteur informel en Afrique : définition et caractéristiques générales Le secteur informel est défini comme l'ensemble des unités

Plus en détail

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL

JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL 1 sur 6 12.11.2010 16:41 JOURNAL OFFICIEL DU SENEGAL LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 LOI D ORIENTATION n 2008-29 du 28 juillet 2008 relative à la promotion et au développement des petites

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de

Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et plus de L IDA EN ACTION Réponse de la Banque mondiale à la crise alimentaire Flambée des prix alimentaires : tendances, causes et perspectives Depuis janvier 2006, les prix des céréales ont plus que doublé, et

Plus en détail

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15

Avant-propos... 5. Titre préliminaire De la publication, des effets et de l application des lois en général... 15 TABLE DES MATIÈRES Avant-propos...................................................................................... 5 I. CODES Code civil (extraits)...............................................................................

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Fonds communs de placement de la HSBC

Fonds communs de placement de la HSBC Aucune autorité en valeurs mobilières ne s est prononcée sur la qualité des parts décrites dans le prospectus simplifié et toute personne qui donne à entendre le contraire commet une infraction. Les parts

Plus en détail

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité

FONDS ÉMERGENCE. Financement. Conditions et admissibilité FONDS ÉMERGENCE FÉ Le Fonds émergence vise à soutenir la préparation de projets d entreprise ou les activités nécessaires à la concrétisation de projets afin de diversifier et développer l économie locale.

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

22 Nous Reconnaissons la force du pardon

22 Nous Reconnaissons la force du pardon 22 Nous Reconnaissons la force du pardon 23 Par le rite pénitentiel, les chrétiens se tournent vers Dieu pour lui demander son pardon. Dieu nous reçoit tels que nous sommes et nous pardonne pour que nous

Plus en détail

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK

MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MULTINATIONALITE NAISSANTE DE BMCE BANK MediCapital Bank Acteur de Référence en Afrique Dans un contexte économique pourtant difficile, Medi- Capital Bank (MCB) a démontré sa capacité à générer du chiffre

Plus en détail

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE

Repères n 7. Le financement des PME en Afrique. par Céline Kauffmann. www.oecd.org/dev/reperes CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE CENTRE DE DÉVELOPPEMENT DE L OCDE www.oecd.org/dev/reperes Repères n 7 Le financement des PME en Afrique par Céline Kauffmann Repères n 7 découle des Perspectives économiques en Afrique 2004/2005, une

Plus en détail

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent

Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent 9 avril Risques de crise financière dans les pays émergents Malgré la récente accalmie des craintes persistent Un fort degré d inquiétude persiste à l égard des pays émergents depuis environ un an La réduction

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA)

Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) PLACE ET RÔLE DE L ADMINISTRATION - DE LA FONCTION PUBLIQUE - DANS LA MISE EN ŒUVRE DES MISSIONS DE L ETAT ET DE LA VISION NATIONALE DE DEVELOPPEMENT

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com

PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES. www.g20-g8.com PRESIDENCE FRANCAISE DU G20 ET DU G8 DE DEAUVILLE A CANNES www.g20-g8.com 1 «Nous avons travailléàla fois sur des enjeux de court terme pour réduire la portée des crises, et de long terme pour faire retrouver

Plus en détail

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE

MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE MANAGEMENT DE TRANSITION FRANCE EDITO «Quand le cabinet de recrutement Robert Walters a lancé l activité Management de Transition en France il y a 10 ans, beaucoup d entreprises et de candidats étaient

Plus en détail

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique

Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Annexe - Balance des paiements et équilibre macro-économique Les échanges de marchandises (biens et services), de titres et de monnaie d un pays avec l étranger sont enregistrés dans un document comptable

Plus en détail

Desjardins et le développement durable

Desjardins et le développement durable Desjardins et le développement durable Congrès ACE Association of Cooperative Educators 31 juillet 2008 patrice.camus@desjardins.com Rôle de l Éco-conseiller Acteur de changement / Mobilisateur Planificateur

Plus en détail

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin

Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin. La pauvreté rurale à Bénin FIDA/E. Piquion Œuvrer pour que les populations rurales pauvres se libèrent de la pauvreté au Bénin La pauvreté rurale à Bénin Situé en Afrique de l Ouest, le Bénin couvre une superficie d environ 110

Plus en détail

Statuts de la Société géologique de France

Statuts de la Société géologique de France Statuts de la Société géologique de France Article I - Dénomination - Objet - Durée I- BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION L association dite Société géologique de France (SGF), (ci-après dénommée «la

Plus en détail

Quelle relation entre transferts et développement?

Quelle relation entre transferts et développement? MINISTERE DES FINANCES ET DE LA PRIVATISATION Quelle relation entre transferts et développement? Mohamed Chafiki Directeur des Études et des Prévisions Financières 15 décembre 2006 Plan 1. Introduction.

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT

GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT GUIDE DE L OPERATEUR PRIVE POUR LE FINANCEMENT DIRECT Le présent guide a pour vocation, de fournir aux entreprises, aux PME/PMI, aux Etats, aux collectivités locales et aux entreprises publiques (dans

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse

Compte d exploitation 2013. Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Compte d exploitation 2013 Prévoyance professionnelle Swiss Life Suisse Editorial Chère lectrice, cher lecteur, En 2013, Swiss Life a une nouvelle fois fait la preuve éclatante de sa stabilité financière,

Plus en détail

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE

SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE SYNTEC NUMERIQUE 2013-2015 : PLAN STRATEGIQUE Introduction Depuis plus de 30 ans, Syntec Numérique, première chambre syndicale des métiers du numérique, représente les entreprises de son secteur pour défendre

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

ITIL. optimal. pour un service informatique. 2 e édition C H R I S T I A N D U M O N T. Préface de Patrick Abad

ITIL. optimal. pour un service informatique. 2 e édition C H R I S T I A N D U M O N T. Préface de Patrick Abad C H R I S T I A N D U M O N T Préface de Patrick Abad ITIL pour un service informatique optimal 2 e édition Groupe Eyrolles, 2006, 2007, ISBN : 978-2-212-12102-5 Introduction..................................................

Plus en détail

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO

LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO LES RELATIONS ENTRE LE TRESOR PUBLIC ET LA BCEAO La BCEAO dispose dans chaque Etat membre de l UEMOA, d une agence nationale et des agences auxiliaires. L agence nationale du Niger comprend trois représentations

Plus en détail

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC

Djimadoum MANDEKOR Directeur du Crédit, des Marchés de Capitaux et du Contrôle Bancaire-BEAC REGULER L ECONOMIE SOUS-REGIONALE : QUELS PRODUITS FINANCIERS ADAPTES POUR REDUIRE LA SITUATION DE SURLIQUIDITE ET DRAINER L EPARGNE INTERIEURE? FONDS SOUVERAINS, OPCVM,. Djimadoum MANDEKOR Directeur du

Plus en détail

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE?

LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? LES PLATEFORMES D INITIATIVE LOCALE ET LA CREATION D ENTREPRISE INNOVANTE EN FRANCE QUELLE PERTINENCE POUR LA TUNISIE? Anne CHATAURET Volet Interfaçage QU EST-CE QU UNE PLATEFORME INITIATIVE? 2 Les «Plateformes

Plus en détail

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE

INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE INSTRUCTION N 002 RELATIVE AUX NORMES PRUDENTIELLES DES COOPERATIVES D EPARGNE ET DE CREDIT AINSI QUE DES INSTITUTIONS DE MICRO FINANCE La Banque Centrale du Congo, Vu la loi n 005/2002 du 07 mai 2002

Plus en détail

Réforme du Code des assurances :

Réforme du Code des assurances : Réforme du Code des assurances : orienter l épargne des Français vers les entreprises Pierre Moscovici, ministre de l économie et des finances «Une des priorités de mon action est de réconcilier l épargne

Plus en détail

BASE DE DONNEES - MONDE

BASE DE DONNEES - MONDE BASE DE DONNEES - MONDE SOMMAIRE Partie I Monnaies Partie II Epargne/Finances Partie III Démographie Partie IV Finances publiques Partie V Matières premières Partie I - Monnaies Cours de change euro/dollar

Plus en détail

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes

Cartes sur table. Pour une justice. sociale. et fiscale. Quatre propositions concrètes Cartes sur table Pour une justice sociale et fiscale Quatre propositions concrètes AVERTISSEMENT La mission de la Fondation Jean-Jaurès est de faire vivre le débat public et de concourir ainsi à la rénovation

Plus en détail

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016

La place bancaire de Zurich. Faits et chiffres Edition 2015/2016 La place bancaire de Zurich Faits et chiffres Edition 2015/2016 Avant-propos Pour la région zurichoise, la place bancaire de Zurich revêt une importance décisive. Elle apporte une contribution significative

Plus en détail

Le nouveau programme 2014-2020. Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe. www.erasmusplus.fr

Le nouveau programme 2014-2020. Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe. www.erasmusplus.fr Le nouveau programme 2014-2020 Investir dans l éducation, la formation et la jeunesse en Europe www.erasmusplus.fr 2014-2020 Un programme plus efficace pour l emploi des jeunes Un programme plus simple

Plus en détail

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE

FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE FORUM INTERNATIONAL DU DAKAR-AGRICOLE La fracture agricole mondiale : «Ouvrir des perspectives pour les espaces en développement» 4 et 5 février 2005 Rapport - ATELIER 2A Thème : Les modèles économiques

Plus en détail

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013

Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Global Entertainment & Media Outlook 2009-2013 Perspectives de croissance de l industrie des Médias et des Loisirs 25 Juin 2009 01 François ANTARIEU, Associé PwC, Responsable France de l Industrie Médias

Plus en détail

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui

- Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui Plan du cours : - Introduction : la globalisation commerciale d hier et d aujourd hui - I. Les théories du commerce international - les avantages comparatifs (Ricardo) - les dotations de facteurs (HOS)

Plus en détail

Introduction : reconnaître et développer

Introduction : reconnaître et développer Introduction : reconnaître et développer l Économie sociale et solidaire Qu est-ce que l ESS? chiffres clés z 200000 structures z 2,4 milions de salariés z + 23 % d emplois créés depuis 10 ans Coopératives

Plus en détail

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP

Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapports et études Les prises de position de la Chambre de commerce et d industrie de Paris Réforme du crédit à la consommation Position de la CCIP Rapport de Monsieur Philippe HOUZÉ avec la collaboration

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers

Royaume du Maroc. La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Royaume du Maroc La masse salariale et ses impacts sur les équilibres économiques et financiers Table des Matières 1. Données sur la masse salariale...2 1.1. Importance de la masse salariale...2 1.2. Aggravation

Plus en détail

Casablanca finance city

Casablanca finance city Casablanca finance city Introduction : Aujourd hui les pays en vois de développement ont libéralisé leurs économies et ils ont mis en place un ensemble de mesures attractives pour attirer les investisseurs

Plus en détail

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

BOAD en Bref. Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT BOAD en Bref Edition 2014 BANQUE OUEST AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LA BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT EN BREF 1. CRÉATION ET OBJET La Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) est l institution

Plus en détail

Sommaire Préface...XV Introduction générale... XVII Introduction à la 2e édition... XXI Définir le tableau de bord...1

Sommaire Préface...XV Introduction générale... XVII Introduction à la 2e édition... XXI Définir le tableau de bord...1 Sommaire Préface...XV Introduction générale... XVII Introduction à la 2 e édition... XXI 1 Définir le tableau de bord...1 1 Quelle définition peut-on donner au vocable tableau de bord?...3 2 Quelle est

Plus en détail

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés

Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés Coup de projecteur : Transferts d'argent des migrants et produits financiers associés BIM n - 19 février 2008 Ce BIM est réalisé en partenariat avec le Portail francophone de la microfinance : www.lamicrofinance.org.

Plus en détail

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs

Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Sommet pleines voiles / Groupe de travail sur l autosuffisance : domaines d intérêt communs Lors du Sommet pleines voiles en janvier 2007, la Commission des valeurs mobilières du Nouveau-Brunswick a publié

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL

Conseil d administration Genève, mars 2000 ESP. Relations de l OIT avec les institutions de Bretton Woods BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.277/ESP/4 (Add.1) 277 e session Conseil d administration Genève, mars 2000 Commission de l'emploi et de la politique sociale ESP QUATRIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR

Plus en détail

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC

LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC LES IMPLICATIONS FISCALES DE L ACCORD D ASSOCIATION UE- MAROC Mohamed SBIHI Professeur à la faculté des sciences juridiques, économiques et sociales Rabat-Agdal Dans un contexte d ouverture, caractérisé

Plus en détail

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015

TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 TARIFICATION DES INSTRUMENTS FINANCIERS AU 01 JANVIER 2015 I. Organismes de Placements Collectifs 1. SICAV émises par la BCEE Sous réserve d exceptions éventuelles prévues dans le prospectus d émission,

Plus en détail

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS

LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS LA DETTE PUBLIQUE DU QUÉBEC ET LE FARDEAU FISCAL DES PARTICULIERS FÉVRIER 2002 DOSSIER 02-02 La dette publique du Québec et le fardeau fiscal des particuliers Le premier ministre du Québec se plaisait

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

Innovation & Internationalisation (I²)

Innovation & Internationalisation (I²) Partenariats d intérêt mutuel bien compris, tout azimut Les inter-pme panafricaines et internationales réalisées massivement Innovation & Internationalisation (I²) L Afrique se tire elle-même du marécage

Plus en détail

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT

ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT ATELIER REGIONAL DE MISE EN ŒUVRE DU PARTENARIAT DE BUSAN DANS LE CADRE DE LAPLATEFORME AFRICAINE POUR L EFFICACITE DU DEVELOPPEMENT KINSHASA, DU 06 08 NOVEMBRE 2012 DISCOURS DE MR. ADAMA COULIBALY DIRECTEUR

Plus en détail

TAXE D APPRENTISSAGE

TAXE D APPRENTISSAGE En 2010, le Pôle Universitaire Léonard de Vinci fêtera ses 15 ans! Avant même cette date anniversaire s impose aujourd hui le constat d un pari gagné, celui de la proximité avec les entreprises : plus

Plus en détail

Les mesures en faveur de

Les mesures en faveur de Les mesures en faveur de l attractivité Invest in France La France est une destination de premier ordre pour les investissements directs étrangers. Elle accueille sur son sol plus de 0 000 entreprises

Plus en détail

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT

La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT La culture du résultat au sein des systèmes statistiques nationaux des Etats membres d AFRISTAT SOMMAIRE Introduction... 2 I. Aperçu sur le fondement de la gestion axée sur les résultats... 3 1.1. De nouveaux

Plus en détail

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012

7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 7 métiers d avenir pour renforcer la compétitivité du secteur financier africain Avril 2012 Fabrice KOM TCHUENTE Fabrice.kom-tchuente@finafrique.com Deux chiffres pour caractériser le marché financier

Plus en détail

Exporter où et comment? : Vous accompagner à l international jeudi 24 septembre 2015 Les activités de Business France Export : Le développement international des entreprises Invest : La prospection et

Plus en détail

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet

L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet L Economie Sociale et Solidaire (ESS) par Benjamin Coudriet Introduction Définitions L Economie Sociale Les familles Les principes communs L Economie Solidaire : filiation historique Le mouvement ouvrier

Plus en détail

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE :

MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE = PROSPÈRE : MODULE 6 LA MODERNISATION DE LA SOCIÉTÉ QUÉBÉCOISE (1ÈRE PARTIE) 1ER - DE LA CRISE À LA GUERRE DE LA CRISE À LA GUERRE (1929-1945) L ÉCONOMIE EN CRISE DANS LES ANNÉES 1920 (ANNÉES FOLLES) > ÉCONOMIE CANADIENNE

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité

Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Ministère des Finances Communiqué Le ministre Oliver dépose un budget équilibré et un plan axé sur des impôts bas pour favoriser l emploi, la croissance et la sécurité Le Plan d action économique de 2015

Plus en détail

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues

Résumé. 1 Les chiffres du recensement général de la population et de l habitat (RGPH2) de 2009 sont en cours exploitation. Les données seront rendues Résumé Cette étude a été lancée par l Organisation Internationale pour les Migrations à la demande du Gouvernement du Tchad par le biais du Ministère des Affaires Etrangères et de l Intégration Africaine.

Plus en détail

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT

TAKE THE LEAD! * MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT MANAGEMENT - GESTION - FINANCE - ENTREPRENEURIAT CYCLE BACHELOR PROFESSIONNEL Accès à Bac, Bac+1, Bac+2/Prépa CYCLE MASTÈRE PROFESSIONNEL ** Accès à Bac+3, Bac+4 Titre certifié par l État niveau II Bac+3

Plus en détail

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS

DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS H3.Thème 2. DES COLONIES AUX ETATS NOUVELLEMENT INDEPENDANTS Comment les colonies accèdent-elles à l indépendance? A quelles difficultés ces nouveaux Etats sont-ils confrontés? Frise p 111. Les différentes

Plus en détail

Notre approche de développement local

Notre approche de développement local Notre approche de développement local Renforcer le pouvoir d agir des personnes et des collectivités La grande marche de la démocratie La Déclaration universelle des droits de l homme adoptée en 1948 affirme

Plus en détail

Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement. Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji

Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement. Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji Rapport de l étude sur le projet e-gouvernement Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji L an deux mil quatorze et les 29-30 juillet s est tenu à cotonou, Azalaï Hôtel de la Plage Xwlacodji, salle Gbehanzin,

Plus en détail

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION

CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION CRISES BANCAIRES ET POLITIQUE DE RESTRUCTURATION LA CRISE DES ANNEES 1980 DU SYSTEME BANCAIRE DE L UMOA : ORIGINES ET REPONSES INSTITUTIONNELLES INTRODUCTION Système bancaire= Institution ou Corps organique

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.)

CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) 1 CONVENTION REGISSANT L UNION MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE (U.M.A.C.) Le Gouvernement de la République du Cameroun, Le Gouvernement de la République Centrafricaine, Le Gouvernement de la République

Plus en détail