Conférence panafricaine des ministres

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Conférence panafricaine des ministres"

Transcription

1 corae um emuayor Ministère de la Modernisation des Secteurs Publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Conférence panafricaine des ministres Thème: Réforme, innovation et modernisation des services publics et des institutions de l Etat en vue d accompagner et de soutenir le processus de transformation des Etats africains en pays émergents (Stratégies et politiques de mise en œuvre de la vision «Afrique Continent émergent en l an 2025») «LES CHAINONS MANQUANTS DE L EMERGENCE ECONOMIQUE EN AFRIQUE : LE BENCHMARKING DES PAYS EMERGENTS D ASIE» Par Dr. Kitsoro Firmin KINZOUNZA Consultant International en Management (CONGO) Décembre 2011 Rabat (Maroc) 1

2 LES CHAINONS MANQUANTS DE L EMERGENCE ECONOMIQUE EN AFRIQUE : LE BENCHMARKING DES PAYS EMERGENTS D ASIE (PEA) 1. POSITION DU PROBLEME 1.1. Nous sommes en l an 2011, l année où beaucoup de pays francophones des espaces UEMOA et CEMAC fêtent le 51 è anniversaire de leur indépendance politico-juridique ; leur indépendance économique tarde à venir. Hier, on les appelait : - Pays du tiers-monde ; - Pays moins-avancés ; - Pays sous-développés ; - Pays en voie de développement (pour ceux engagés dans la voie de la croissance sans développement). Aujourd hui, on les appelle "Pays Pauvres Très Endettés" (PPTE) Cependant, les dirigeants africains ne sont pas restés les bras croisés. En effet, du Plan de Lagos (année 80) au NEPAD (2003), l on peut noter, de leur part, la même volonté, «du bout des lèvres»d en finir avec le sous-développement. Au cours de la même période, sans bruit, les dirigeants politiques asiatiques ont commencé à mettre de l ordre dans leurs maisons respectives. Ainsi : - il y a d abord eu «le miracle économique» de la Corée du Sud ; ce pays d Asie est passé, en moins de 20 ans ( ), sous le leadership politique du Général Park CHUNG HEE, du statut de pays sous-développé à celui de «pays émergent» ; - ensuite, l Asie nous a servi le cas de SINGAPOUR ; petit pays d à peine 670 km 2 et de 4 millions d habitants, SINGAPOUR est devenu en moins de 25 ans ( ), sous le leadership politique de Lee KUAN YEW ( ), un pays émergent, la 3 è puissance économique asiatique après le Japon et la Corée du Sud ; - enfin, après les Dragons, pays émergents de la 1 ère régénération (Hong Kong, Taïwan, Singapour et Corée du Sud), l Asie nous a 2

3 servi la seconde génération des pays émergents (les "Tigres") avec l Indonésie, la Thaïlande et la Malaisie. Dans ces conditions, si les dirigeants politiques africains souhaitent que leurs pays respectifs deviennent des pays émergents en 2025, quoi de plus naturel que de pratiquer le BENCHMARKING des pays émergents d Asie de la 1 ère (les Dragons) et de la seconde génération (les Tigres)? Ce sera l objet principal de cette communication consacrée aux enseignements tirés des expériences des Dragons et des Tigres asiatiques. Avant d aborder cette partie de notre communication, nous procéderons à un rappel des fondamentaux de tout processus de développement économique et social. 2. LES FONDAMENTAUX DU DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE ET SOCIAL Nous en avons relevé trois, en l occurrence : - l aptitude au développement ; - l entrepreunariat ; et - le secteur productif L aptitude au développement des dirigeants politiques et des populations Il existe plusieurs définitions du développement économique et social ; toutefois, celle proposée par le Pr François PERROUX dès 1969, semble la plus appropriée pour décrire la situation souhaitée par tous les pays africains au sud du Sahara. En effet, d après le Pr F. PERROUX, le développement désigne «la combinaison des changements mentaux et sociaux d une population qui la rendent apte à faire croître, cumulativement et durablement son produit réel global (PNB)» (1) L on pourrait reformuler cette définition comme suit : le développement économique et social désigne l ensemble des changements de mentalités, d attitudes, d habitudes, de modèles sociaux de référence, de comportements et de leadership politique qui précèdent et accompagnent (1) F. PERROUX : «L économie du XX è siècle» PUF, Paris 1969 la croissance cumulative et durable du produit réel global. Dans cette définition du développement proposée par Pr F. PERROUX : 3

4 - «les changements mentaux» désignent le changement de logiciel mental ; en effet, seul un logiciel mental orienté progrès peut générer l APTITUDE, la capacité à produire le développement véritable et non le faux développement traduit par la «croissance sans développement» (pour reprendre une expression chère au Pr Samir AMIN) ou «le développement du sous-développement» (pour reprendre l expression de l économiste latino-américain A. GUNDER SACHS) ; - «les changements sociaux» ou changement de leadership politique transformationnel (ou leadership politique orienté progrès). Ainsi, en Occident, au leadership politique orienté inertie ou régression incarné par les seigneurs féodaux, a succédé, au terme de la révolution bourgeoise (fin XVIII è siècle), le leadership politique transformationnel avec deux franges, la bourgeoisie compradore (importateurs et vendeurs des produits manufacturés importés) et industrielle (les partisans de la politique d import-substitution) ; et - «l aptitude à faire croître cumulativement et durablement son produit réel global (PNB)» désigne, d une part, la propension à l épargne de la population ; d autre part, sa propension à l investissement ou à la production. Seul un logiciel mental porteur des valeurs de progrès peut générer des comportements où le revenu des populations n est pas totalement affecté à la consommation. Finalement, la clef du développement, c est l aptitude au développement, en l occurrence, le logiciel mental porteur des valeurs de progrès. Ainsi, si l Occident a su tirer profit de la traite négrière (XV è - XVI è siècles) et de la machine à vapeur (XVIII è siècle), c est parce que, tout simplement, il disposait, au terme de la chasse aux sorcières (XI è XII è siècles et XV è XVI è siècles), du Mouvement de la Renaissance (XV è - XVII è siècles) et de la Révolution bourgeoise (fin XVIII è siècle), d un leadership politique et économique porteur des valeurs de progrès ; en effet, sans cette qualité de leadership politique et économique, l Occident aurait pu consacrer les gains de la traite négrière à des dépenses improductives («fêtes», achat des voitures de luxe, investissement dans l immobilier, etc.) et non au financement de la Révolution industrielle. A contrario, l inexistence d une masse critique de 4

5 leaders politiques et économiques porteurs des valeurs de progrès dans les pays d Afrique producteurs de pétrole conduit les classes dirigeantes de ces pays : - soit à se succéder au pouvoir par des coups d Etat ; - soit à affecter les revenus du pétrole à l importation des produits manufacturés et de l expertise plutôt qu à la production sur place et à la commercialisation de la matière grise de leurs universités, Grandes Ecoles et Centres de recherche. Enfin, si l on permutait les populations des USA et du Nigéria, au bout de cinq (5) ans, les USA deviendraient un pays sous-développé et le Nigéria, un pays développé. Pourquoi? Parce que les Américains, porteurs d un logiciel mental orienté progrès, vont amener le niveau de développement économique du Nigéria à celui de leur pays d origine. N est-ce pas ce qui s est produit en Australie, en Nouvelle Zélande et au Canada? En l espace de 150 ans, ces trois (03) pays ont atteint le niveau de développement des pays industrialisés grâce aux logiciels mentaux des émigrants anglais, artisans appauvris par la Révolution industrielle en Angleterre. L Afrique du Sud confirme ce constat : ce sont les émigrants BOERS qui ont façonné l économie de l Afrique du Sud L entreprise est le moteur du développement économique et social Selon les Experts en Economie, sur une population déterminée, le ⅓ représente la population active. Par conséquent, dans le cas du Congo-Brazzaville qui comptait environ habitants en 2010, la population active (la population en âge de travailler) peut être estimée à personnes comme suit : - Fonction publique : personnes ; - Secteur privé formel : personnes (dont salariés pour le syndicat patronal UNICONGO qui compte 300 entreprises affiliées) ; - Segment de la population active sans emploi (40% de la population active) : personnes ; - Secteur privé informel : personnes. De cette répartition, il ressort qu au Congo-Brazzaville : 5

6 - 6,46% de la population active sont employés par la Fonction Publique ; et 53,54% par le secteur privé formel et informel ; - 40% de la population active sont sans emploi. Ce tableau sombre montre que le secteur privé demeure, sans surprise, le plus grand pourvoyeur d emplois au sein de n importe quel pays. C est pourquoi, les dirigeants politiques africains doivent, comme partout ailleurs dans le monde, considérer l ENTREPRISE (et donc l ENTREPRENEURIAT) comme le moteur de la croissance économique aussi bien dans la création d emplois (augmentation du nombre de consommateurs solvables) que dans la création des richesses. Ce n est donc pas par hasard que les dynamiques de croissance des pays émergents d Asie ont été fondées sur : - d une part, l import-substitution, la production tournée vers la satisfaction des besoins du marché intérieur par la réduction des importations ; - d autre part, la promotion des exportations afin d améliorer la situation de la balance commerciale Le secteur productif, secteur stratégique pour l émergence économique Une fois que l on est tombé d accord pour considérer l Entreprise (et donc l Entrepreneuriat) comme le moteur de la croissance économique, il convient alors de se poser la question suivante : quel type d entreprise? Dans tous les pays africains francophones, force est de constater que sur 100 opérateurs économiques : - 90 (soit 90%) sont dans la distribution, communément dénommée le commerce ; - 10 (soit 10%) ont investi dans le secteur productif qui comprend l Agriculture, l Elevage, l Agro-industrie et l Industrie manufacturière. Pourquoi? Parce que tout simplement : - le taux de profit dans la distribution varie entre 50 et 100% ; 6

7 - le taux de profit dans le secteur productif varie entre 12 et 25%. La distribution est créatrice de peu d emplois ; ainsi, avec 5 employés (1 magasinier, un comptable, un caissier, un chauffeur-livreur, un vendeur et un transitaire), un importateur de riz peut réaliser un chiffre d affaires de 1 milliard F CFA par an. (2) Or, avec 2 milliards, un entrepreneur du secteur productif peut créer un minimum de 10 entreprises employant en moyenne 20 personnes, soit 200 personnes. Une autre question vient à l esprit : comment inciter les opérateurs économiques actuels et potentiels à investir dans le secteur productif? Si nous considérons le cas de l Agriculture et de l Elevage, celui qui s y engage doit aimer la terre et les animaux. Celui qui s est engagé à devenir Ingénieur agronome ou docteur vétérinaire doit être considéré comme un entrepreneur agro-pastoral à fort potentiel. C est pourquoi il convient d encourager les universités et les Ecoles d ingénieurs à introduire les curricula sur l élaboration des plans d affaires et la gestion des entreprises, d une part ; d autre part, les universités et les Ecoles d ingénieurs à servir d interfaces entre les institutions financières et leurs diplômés pour l obtention et la gestion des prêts au secteur productif. Il s agit donc pour l Etat de prévoir des mesures de soutien aux institutions financières qui vont offrir ce type de produit financier. 3. BREVE PRESENTATION DES FACTEURS A L ORIGINE DES DYNAMIQUES DE CROISSANCE DE LA COREE DU SUD ET DE SINGAPOUR Le cas de la Corée du Sud En 1960, le niveau de développement économique et social de la Corée du Sud (2) Des enquêtes menées auprès des importateurs libanais et ouest-africains de poulets, de riz m ont permis d arriver à ces conclusions était pratiquement égal à celui du Tchad ou du Niger de l époque. En 20 ans, la Corée du Sud a atteint un niveau de développement économique voisin de celui du Japon. Ce «miracle économique» pourrait s expliquer par les sept (07) facteurs ci-après : (3) - (i) un leadership politique transformationnel ayant à sa tête le Général Park CHUNG HEE de 1961 à 1979 ; 7

8 - (ii) une «Charte nationale pour le développement économique et social» ; document fondateur de la Corée du Sud moderne, cette charte définit le chemin qui mène à la prospérité sur une période de 20 ans au cours de laquelle les exportations devraient être constituées à 80% par des produits manufacturés (contre 20% en 1961) ; - (iii) la tension morale ; quatre plans quinquennaux seront élaborés et mis en œuvre de 1961 à Chacun d eux était assorti de plans d action et de budgets-programmes pluriannuels ; - (iv) la sélection des secteurs productifs et leur développement en s appuyant sur les trois (03) entreprises privées nationales suivantes : DAEWOO (chantiers navals), SAMSUNG (appareils électro-ménagers) et HYUNDAI (automobiles). Ces trois entreprises ont obtenu, par le biais de l Etat, le soutien du secteur bancaire et des universités ; cela leur a permis, en moins de 20 ans : d une part, de couvrir l essentiel des besoins du marché intérieur grâce à la politique d import-substitution ; d autre part, d exporter des produits manufacturés, une fois les besoins du marché intérieur couverts ; - (v) la suspension des libertés publiques de 1961 à 1979 ; ce n est qu en 1980 qu ont eu lieu les élections législatives et présidentielles. L on peut donc affirmer que la Corée du Sud s est développée sans démocratie ; - (vi) le nationalisme économique ; le slogan «consommons sud-coréen» et le système de protection douanière ont permis à l industrie sudcoréenne de franchir les étapes critiques de l apprentissage industriel ; et (3) Kitsoro Firmin KINZOUNZA : "Gouvernance, leadership et développement : quelles leçons tirer des expériences des Pays Emergents d Asie" Université Marien NGOUABI, Projet de Renforcement des Capacités des Universités, Brazzaville, Novembre (vii) les valeurs porteuses de progrès ; la culture confucéenne rejette les anti-valeurs et privilégie l effort individuel Le cas de SINGAPOUR Le «miracle économique» de Singapour s explique par les facteurs ciaprès : 8

9 - (i) une vision, celle de faire de Singapour un Etat indépendant viable sur le double plan économique et financier ; - (ii) existence d un leadership politique transformationnel ayant à sa tête Lee Kuan Yew, de 1958 à 1990 ; - (iii) promotion d une administration publique au service des entreprises et dont les agents sont rémunérés comme ceux du secteur privé ; - (iv) profil hors pair des ministres ; ceux-ci devaient être titulaires de Diplômes en Gestion des Affaires (MBA) et avoir dirigé une ou plusieurs entreprises ; - (v) valorisation du port maritime ; - (vi) existence de zones économiques spéciales ; - (vii) marché boursier international ; - (viii) rejet du monolithisme politique ; - (ix) tolérance zéro vis-à-vis de l impunité ; - (x) protection de la famille Synthèse Des expériences de la Corée du Sud et de Singapour en particulier, celles des autres "Dragons" et "Tigres" d Asie, l on peut retenir les 21 caractéristiques ciaprès communes aux Pays Emergents d Asie (3) : - (i) une vision ; - (ii) un leadership politique transformationnel ; (3) Voir : Hakim Ben Hammouda : «Le "modèle asiatique" en questions.» CODESRIA, Collection Nouvelles pistes 3/200 World Bank: «The East Asian miracle. Economic Growth and Public policy» Oxford University Press, Oxford 1993 R. WADE; "Governing the market. Economic theory and the role of government in East Asian industrialization" Princeton University Press, Princeton (iii) une stratégie nationale de développement économique ; - (iv) la désignation des secteurs stratégiques ; - (v) la subvention des crédits aux secteurs stratégiques ; - (vi) une politique monétaire «non répressive» fondée essentiellement sur le maintien de taux d intérêt bas ; - (vii) la diversification des activités bancaires ; - (viii) le soutien au produit «capital risque» ; 9

10 - (ix) l encouragement des activités de production intensives en capital et en nouvelles technologies ; - (x) la protection des industries d import-substitution ; - (xi) un mécanisme d intelligence économique au service des entreprises des secteurs stratégiques ; - (xii) une classe moyenne; - (xiii) un marché intérieur ; - (xiv) une agence de promotion des exportations ; - (xv) des zones économiques spéciales ; - (xvi) un marché financier (bourse des valeurs) ; - (xvii) la mise en place des instruments stratégiques de gouvernance économique (Ex : Plans directeurs, Plans d action pluriannuels, Budgetsprogrammes, etc.) ; - (xviii) le soutien à la création des grandes entreprises ; - (xix) l implication des universités, des Grandes Ecoles d ingénieurs et des Centres de recherche au processus d émergence économique ; - (xx) l implication de l Administration publique au processus d émergence économique ; et - (xxi) la stabilité institutionnelle. Ces caractéristiques des dynamiques de croissance des PEA peuvent être regroupées comme suit (cf. Tableau unique) Tableau unique : Les caractéristiques des dynamiques de croissance des Pays Emergents d Asie Caractéristiques de l émergence économique 1. Leadership politique transformationnel Contenu 1.1. Vision ; 1.2. Stratégie nationale de développement économique ; 1.3. Désignation (choix) des secteurs stratégiques ; 10

11 2. Mesures en faveur du secteur privé 1.4. Stabilité institutionnelle ; 1.5. Implication des Universités, Ecoles d ingénieurs et Centres de recherche au processus d émergence économique ; 1.6. Implication de l administration publique au processus d émergence économique ; et 1.7. Mise en place des instruments stratégiques de Gouvernance économique 2.1. Subvention des crédits aux secteurs stratégiques ; 2.2. Politique monétaire «non répressive» (Ex : taux d intérêt bas sur une longue période) ; 2.3. Diversification des activités bancaires ; 2.4. Soutien au produit "capital risque" ; 2.5. Encouragement des activités de production intensives en capital et en nouvelles technologies ; 2.6. Protection des industries d importsubstitution ; 2.7. Création d un mécanisme d intelligence économique au service des entreprises des secteurs stratégiques ; 2.8. Création des zones économiques spéciales ; 2.9. Création d une classe moyenne ; Création d un marché intérieur ; Création d une agence de promotion des exportations ; Soutien à la création des grandes entreprises ; et Création d un marché financier (bourse des valeurs). L on pourrait ajouter à ces caractéristiques, «le nationalisme économique» ; en effet, c est le nationalisme économique qui a permis au leadership politique de ne pas suivre les recommandations des Experts de la Banque Mondiale rassemblées dans le «consensus de Washington» ; en effet, «les expériences asiatiques ( ) semblent remettre en cause les recommandations du consensus de Washington et les prescriptions des PAS. En effet, au moment où les PAS recommandaient un désengagement de l Etat, les pays asiatiques ont bâti leurs 11

12 succès sur une forte intervention régulière de celui-ci. Par ailleurs, lorsque les PAS préconisaient une spécialisation internationale selon le principe des avantages comparatifs et exporter par conséquent des produits intensifs en travail, les économies asiatiques construisaient leur compétitivité sur la base d une insertion dynamique dans les nouvelles technologies. Enfin, au moment où les institutions de Bretton-Woods conseillaient aux économies sousdéveloppées de réorienter leurs dynamiques de croissance vers les marchés externes, les économies asiatiques avaient maintenu des rapports dynamiques et étroits entre les activités liées au marché interne et les activités exportatrices.» 4. CONCLUSION A l analyse, il apparaît que l on pourrait regrouper les caractéristiques des Pays Emergents d Asie (PEA) sous les deux rubriques ci-après : - d une part, le leadership politique transformationnel ; - d autre part, les formes de l interventionnisme économique de l Etat. Au terme de notre étude, nous pouvons avancer que si les pays africains veulent s engager dans la voie de l émergence économique, il leur faudrait passer en revue les 21 caractéristiques des dynamiques de croissance afin de noter : - d une part, ce qui existe déjà afin de le renforcer ; - d autre part, «ce qui manque», ce qui n existe pas, afin de le mettre en place. Dans cette perspective, les pays africains candidats à l émergence économique doivent disposer : - (i) d une masse critique de leaders politiques transformationnels pétris de nationalisme économique ; - (ii) d Etats facilitateurs et régulateurs de l activité des secteurs économiques stratégiques ; bref, il s agit d Etats interventionnistes au plan économique et non d Etats qui se désengagent de la sphère économique ; 12

13 - (iii) de la stabilité institutionnelle et de l indépendance de la justice afin de permettre aux opérateurs économiques étrangers et nationaux de faire des projections sur 10 à 15 ans ; et - (iv) d une Administration publique et d un système d enseignement supérieur de développement ; la première sera chargée de créer un cadre institutionnel et légal favorable au progrès et, le second, d impulser et d accompagner le projet d émergence économique à travers l économie du savoir et le management des savoirs. REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 1. Hakim Ben Hammouda : «Le "modèle asiatique" en questions.» CODESRIA, Collection Nouvelles pistes 3/ K.F. KINZOUNZA : "Gouvernance, leadership et développement : quelles leçons tirer des expériences des Pays Emergents d Asie", Université Marien NGOUABI, Projet de Renforcement des Capacités des Universités, Brazzaville, Novembre

14 3. R. WADE:"Governing the market. Economic theory and the role of government in East Asian industrialization" Princeton University Press, Princeton World Bank: «The East Asian miracle. Economic Growth and Public policy» Oxford University Press, Oxford

Dr Kitsoro KINZOUNZA Consultant International en Management Secrétaire Permanent du Projet de Renforcement des Capacités des Universités (PRCU)

Dr Kitsoro KINZOUNZA Consultant International en Management Secrétaire Permanent du Projet de Renforcement des Capacités des Universités (PRCU) MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR -------- UNIVERSITE MARIEN NGOUABI -------------------------- ECOLE NATIONALE D ADMINISTRATION ET DE MAGISTRATURE ----------------------- REPUBLIQUE DU CONGO Unité

Plus en détail

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES

SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION AU SERVICE DE LA TRANSFORMATION DES ÉCONOMIES AFRICAINES SESSION I : ÉLÉMENTS D UN SYSTÈME DE PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE EFFICACE ET ÉQUILIBRÉ POUR FAVORISER L INNOVATION

Plus en détail

QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025?

QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025? CAFRAD Conférence Panafricaine des Ministres (Rabat, 12-14 décembre 2011) QUEL LOGICIEL MENTAL POUR ACCOMPAGNER LE PROJET AFRIQUE, CONTINENT EMERGENT EN 2025? Communication présentée par : Dr Kitsoro Firmin

Plus en détail

PARTI PRIS Notes d analyse

PARTI PRIS Notes d analyse PARTI PRIS Notes d analyse (i) «Parti pris» est une note d analyse sur une question importante ayant trait aux enjeux actuels de l économie nationale, aux problèmes liés aux politiques économiques, aux

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain»

NOTE DE PRESENTATION. «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» NOTE DE PRESENTATION SEMINAIRE - ATELIER SUR LE THEME : «Renforcement des Capacités : Le Rôle du Facteur Humain» CONTEXTE ET ENJEUX Le bilan de plusieurs décennies d assistance et plus précisément, de

Plus en détail

La recherche au Maroc

La recherche au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières La recherche au Maroc Octobre 1997 Document de travail n 23 La recherche au Maroc Octobre 1997 2 1- Etat des lieux Les dépenses en matière

Plus en détail

Développement du marché financier

Développement du marché financier Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Développement du marché financier Juillet 1997 Document de travail n 21 Développement du marché financier Juillet 1997 Le développement

Plus en détail

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives

Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Le secteur bancaire syrien, levier de reprise Réalités et Perspectives Juin 2013 Agenda Facteurs de développement du secteur bancaire syrien Le secteur bancaire syrien: performance solide, mais La Syrie

Plus en détail

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9

EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 EXPERIENCE DU MAROC POUR PROMOUVOIR LA CROISSANCE ET L INNOVATION DES PME P A R I S, 2 6 O C T O B R E 2 0 0 9 PLAN Situation de la PME au Maroc : Définition, PME en chiffres Forces et faiblesses de la

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance

L équilibre Ressources Emplois de biens et services schématisé par une balance IV) l équilibre ressources - emplois et son interprétation Cet article fait suite à ceux du 19 janvier et du 18 février 2013. Il en est le complément logique sur les fondamentaux macro- économiques d un

Plus en détail

Aperçu Général. p. 2/15

Aperçu Général. p. 2/15 L Afrique tourne t-elle vers l Est? Le nouveau engagement de la Chine en Afrique et ces implications dans le cadre des perspectives du developpement de l Afrique Gerald Schmitt, Agence Allemande de Coopération

Plus en détail

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso

M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso UNE EXPERIENCE D APPUI AUX PME/PMI AU BURKINA FASO M. Edos Ousséini YEYE Directeur Général de la PAPME I. L environnement des PME/PMI au Burkina Faso 1 Le Burkina Faso PME/PMI - Burkina Faso 3 Le Burkina

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations

SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST. Synthèse des conclusions et recommandations SEMINAIRE SUR LE FINANCEMENT DU LOGEMENT EN AFRIQUE DE L OUEST Synthèse des conclusions et recommandations Bamako les 14-15 et 16 février 2005 Page 1 sur 5 Les 14, 15 et 16 février 2005, a eu lieu à Bamako

Plus en détail

Le tourisme durable dans l espace francophone

Le tourisme durable dans l espace francophone Le tourisme durable dans l espace francophone De la valorisation des patrimoines culturels et naturels vers une économie verte I. Contexte et justification Le tourisme, en plein essor, est reconnu comme

Plus en détail

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE

NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE NOTE DE PRESENTATION DE LA CONFERENCE INTERNATIONALE SUR L EMERGENCE DE L AFRIQUE (Version de Janvier 2015) ABIDJAN, 18-20 MARS 2015 Union Discipline Travail Version du 220115_09h00 1 1. CONTEXTE ET JUSTIFICATION

Plus en détail

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières

Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Rapport de la Banque Mondiale sur le développement dans le monde : le monde du travail dans une économie sans frontières Février 1996

Plus en détail

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique

Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Conférence internationale sur les Energies renouvelables et efficacité énergétique Instruments novateurs en matière de politique et de financement pour les pays voisins au sud et à l est de l Union européenne

Plus en détail

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines

Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines PROJET: UN CODE ELECTORAL AU SERVICE DE LA PARITE : TERMES DE REFERENCES : Cycle des Conférences Régionales SUR La Promotion du Leadership Féminin au niveau des Collectivités Territoriales Marocaines 2013-2014

Plus en détail

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014

Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Association de l industrie touristique du Canada (AITC) Mémoire présenté au Comité des finances de la Chambre des communes, avril 2014 Par David Goldstein, président directeur général de l AITC 2 Association

Plus en détail

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS

ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS ÉVÉNEMENT DE HAUT NIVEAU SUR LA COOPÉRATION SUD-SUD ET LE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS Déclaration de Bogotá Instaurer des partenariats constructifs et ouverts pour le développement (VERSION FINALE, 25 mars

Plus en détail

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010

RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 1 RAPPORT DES CONSULTATIONS DE LA RD CONGO SUR LA RECTUALISATION DE LA STRATEGIE DE LA BANQUE MONDIALE POUR L AFRIQUE. KINSHASA, 15 JUILLET 2010 Les consultations Régionales sur la Réactualisation de la

Plus en détail

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil :

République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services. Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : République Tunisienne Ministère du Commerce et de l Artisanat Unité de Mise à Niveau des services Mise à Niveau des Services et Ingénierie Conseil : Journée de l Ingénieur Tunisien Tunis, 30 octobre 2010

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance?

Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Comment réussir ses recrutements en gestion, comptabilité et finance? Pour de nombreuses entreprises, la rentrée scolaire marque le début d un trimestre propice aux prises de décision. Dans le domaine

Plus en détail

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée

France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH IN CHARTS France-Allemagne : 20 ans d histoire économique comparée Comme toutes les crises, celle que nous traversons est propice aux dogmes, jugements à l

Plus en détail

Atelier de formation en «Genre»

Atelier de formation en «Genre» RESEAU OUEST ET CENTRE AFRICAIN DE RECHERCHE EN EDUCATION (ROCARE), SECRETARIAT EXECUTIF Atelier de formation en «Genre» Termes de Référence Programme des subventions pour la recherche en éducation Octobre

Plus en détail

Dans cette 12 ème édition, le Mali a enregistré des progrès significatifs en passant de la 155 ème position à la 146 ème

Dans cette 12 ème édition, le Mali a enregistré des progrès significatifs en passant de la 155 ème position à la 146 ème Le groupe de la Banque mondiale a rendu public le 29 octobre 2014 son rapport 2015 de classement du cadre des affaires. Cet instrument de mesure international, composé d une dizaine d indicateurs portant,

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015

Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 PEROU Ministère de l Economie et des Finances Réunion des ministres des Finances sur le climat, Lima 9 octobre 2015 Conclusions des co-présidents Alonso Arturo SEGURA VASI, Ministre de l Economie et des

Plus en détail

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA PRESENTATION DE L ETUDE L DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA Chef de Division des Politiques économiques et Recherche Département des Affaires économiques Commission de l Union

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

Qu est-ce que la compétitivité?

Qu est-ce que la compétitivité? Qu est-ce que la compétitivité? Le but de ce dossier pédagogique est d expliquer la notion de compétitivité d une entreprise, d un secteur ou d un territoire. Ce concept est délicat à appréhender car il

Plus en détail

Le déclin de l industrie en France

Le déclin de l industrie en France Le déclin de l industrie en France Le but de ce dossier pédagogique est de comprendre les causes de la désindustrialisation en France. Il faut distinguer quatre phénomènes : i) les gains de productivité,

Plus en détail

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor,

Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Présenté par Monsieur Souleymane SENE, Inspecteur du Trésor, Chef de la Division de la Politique d Endettement et de la Stratégie d Intervention sur les marchés Direction de la Dette Publique SENEGAL Plan

Plus en détail

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial

Benbada affirme la priorité du produit national et la poursuite des efforts d ouverture sur le commerce mondial Entretien accordé par Monsieur Le Ministre du Commerce à l APS ( 31/01/2014) Points abordés : Protection du produit national, Crédit à la consommation, L accord commercial préférentiel "Algérie-Tunisie,

Plus en détail

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire

Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ. Sommaire Le fonds local d investissement (FLI) et le fonds local de solidarité (FLS) CRITÈRES ET CONDITIONS D ADMISSIBILITÉ Sommaire Objectif... 2 Critères d admissibilité... 2 Dépôt d un dossier... 2 Principaux

Plus en détail

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ

LES PARTICULARITÉS DE LA COOPÉRATIVE DE SOLIDARITÉ Vous envisagez de vous lancer en affaires sous la formule «Coopérative»? Une coopérative est une personne morale regroupant des personnes ou sociétés qui ont des besoins économiques, sociaux ou culturels

Plus en détail

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement :

Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Réduire les coûts des transferts d argent des migrants et optimiser leur impact sur le développement : Outils et produits financiers pour le Maghreb et la Zone franc RÉSUMÉ EXÉCUTIF Naceur Bourenane Saïd

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1

ALLEMAGNE. AM021f-Y 1 ALLEMAGNE AM021f-Y 1 M. Levin Holle, Directeur de section, Chef de la délégation allemande Discours de la délégation allemande à l occasion de l Assemblée annuelle 2013 de la BERD Nous sommes heureux que

Plus en détail

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY

GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY GROUPE DE LA BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT ALLOCUTION DE M. BOUBACAR-SID BARRY SYMPOSIUM AFRICAIN SUR LA FACILITATION DU COMMERCE ET DU TRANSPORT ROUTIER CASABLANCA, LE 5 MAI 2012 Excellence Monsieur

Plus en détail

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME

LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME LE DEFIS DU FINANCEMENT DES PME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION ETAT DES LIEUX CAUSE DE LA SITUATION ACTUELLE NOS OBJECTIFS SOLUTIONS Brazzaville, Congo 1 1. INTRODUCTION A. CHIFFRES CLES DE LA FISRT BANK 28 ans

Plus en détail

Dossier de presse. Imprimé sur du papier Double A. www.doubleapaper.fr

Dossier de presse. Imprimé sur du papier Double A. www.doubleapaper.fr Dossier de presse 2013 Imprimé sur du papier Double A Présentation de Double A La marque de papier Double A est fabriquée par Double A (1991) Public Company Limited, l'un des fabricants de pâte et de papier

Plus en détail

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP)

Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Centre Mauritanien d Analyse de Politiques (CMAP) Etude d évaluation des besoins en renforcement des capacités en matière de promotion de l emploi des jeunes au Maghreb (cas du Maroc) I) Contexte et justification

Plus en détail

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada

Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada 1 Points saillants du plan libéral pour la première politique alimentaire nationale du Canada «Il ne s agit pas seulement d une bonne politique pour le monde rural, il s agit d une bonne politique publique

Plus en détail

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile

Optimisation du financement des pensions dans un contexte de changements démographiques et d économie volatile Association internationale de la sécurité sociale Quinzième Conférence internationale des actuaires et statisticiens de la sécurité sociale Helsinki, Finlande, 23-25 mai 2007 Optimisation du financement

Plus en détail

COLLABORATION SUD-SUD ET DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS DANS LA LUTTE INTERNATIONALE CONTRE LE TABAGISME. Saouna Inoussa President de SOS Tabagisme-Niger

COLLABORATION SUD-SUD ET DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS DANS LA LUTTE INTERNATIONALE CONTRE LE TABAGISME. Saouna Inoussa President de SOS Tabagisme-Niger COLLABORATION SUD-SUD ET DÉVELOPPEMENT DES CAPACITÉS DANS LA LUTTE INTERNATIONALE CONTRE LE TABAGISME Saouna Inoussa President de SOS Tabagisme-Niger Situation générale dans les pays du sud Cible privilégiés

Plus en détail

Politique de développement du secteur privé au Mali

Politique de développement du secteur privé au Mali Politique de développement du secteur privé au Mali Les reformes entreprises par l Etat malien au niveau macro-économique ont été accompagnées d un d appui au renforcement du secteur privé. Le Mali a consacré

Plus en détail

Financer et accompagner les entreprises

Financer et accompagner les entreprises Financer et accompagner les entreprises EN HAUTE-NORMANDIE Créer EN HAUTE-NORMANDIE Innover Fiches pratiques Développer Transmettre Outils communs Édito des Présidents La Région Haute-Normandie et OSEO,

Plus en détail

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة

المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس الحكومة المكلفة بالشؤون العامة والحكامة Royaume du Maroc --- Chef du Gouvernement --- Ministère Délégué auprès du Chef du Gouvernement Chargé des Affaires Générales et de la Gouvernance المملكة المغربية رئيس الحكومة الوزارة المنتدبة لدى رئيس

Plus en détail

«Formation, insertion et emploi des jeunes en Afrique» Conférence des Ministres 2014 du PQIP/DCTP. Abidjan, 21, 22 et 23 juillet 2014 Hôtel NOVOTEL

«Formation, insertion et emploi des jeunes en Afrique» Conférence des Ministres 2014 du PQIP/DCTP. Abidjan, 21, 22 et 23 juillet 2014 Hôtel NOVOTEL REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail ------------------------ MINISTERE D ETAT MINISTERE DE L EMPLOI, DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE «Formation, insertion et emploi

Plus en détail

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale»

Réunion Ad Hoc d Experts sur «L amélioration du climat des affaires en Afrique Centrale» REUNION AD HOC D EXPERTS SUR L AMELIORATION DU CLIMAT DES AFFAIRES NATIONS UNIES COMMISSION ECONOMIQUE POUR L AFRIQUE Bureau Sous Régional pour l Afrique Centrale F Distr : GENERAL ECA/SRO-CA/AHEGM.BUS/14/Inf.1

Plus en détail

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES

PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES Centre de Recherche-action pour l Environnement et le Développement Intégré CREDI PROJET DE MANAGEMENT DE CONNAISSANCES BP : 80450 Lomé TOGO Tél. /Fax (228) 22.25.37.60 Email : credi@laposte.tg Site web:

Plus en détail

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle

Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle Évaluation du Fonds international pour la diversité culturelle 1 Contexte La Fédération pour la diversité culturelle regroupe 43 coalitions nationales, dont près du deux tiers se trouvent dans des pays

Plus en détail

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire

Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Chapitre 5 Les mécanismes de transmission de la politique monétaire Introduction (1/3) Dans le chapitre 4, on a étudié les aspects tactiques de la politique monétaire Comment la BC utilise les instruments

Plus en détail

Communiqué 8 novembre 2012

Communiqué 8 novembre 2012 Communiqué 8 novembre 2012 Les conditions du déploiement de l Internet à très haut débit en France et en Europe Coe-Rexecode mène depuis plusieurs années un programme de recherche approfondi sur l impact

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Croissance, emploi et protection sociale

Croissance, emploi et protection sociale Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Croissance, emploi et protection sociale Juillet 1998 Document de travail n 32 La problématique croissance, emploi et protection sociale

Plus en détail

Rôle des PME dans l économie ivoirienne

Rôle des PME dans l économie ivoirienne MINISTÈRE DU COMMERCE, DE L ARTISANAT ET DE LA PROMOTION DES PME RÉPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE UNION DISCIPLINE - TRAVAIL Rôle des PME dans l économie ivoirienne Présenté par Monsieur Jean-Louis BILLON Ministre

Plus en détail

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO

ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO ENVIRONMENT DES AFFAIRES ET OPPORTUNITIES D INVESTISSEMENTS AU BURKINA FASO Chambre de Commerce et d Industrie Avril 2015 1 BURKINA FASO Votre porte d accès au marché ouest africain 2 AGENDA Contexte géographique

Plus en détail

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements

Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement La République de Madagascar Forum Pan-Africain des Secrétaires Généraux de Gouvernements Thème : Les Nouvelles Approches

Plus en détail

Conférence de presse. Rabat 23/ 05/ 2016

Conférence de presse. Rabat 23/ 05/ 2016 1 Conférence de presse Rabat 23/ 05/ 2016 PLAN I Organisation du Colloque II Contexte III Objectifs du Colloque IV Programme du Colloque V Conclusion Ce Colloque est organisé, Sous le Haut patronage de

Plus en détail

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec)

Contribution présentée par Madame Lise Thériault (Québec) La représentation des femmes dans les postes décisionnels; dans la haute direction des sociétés d État et de la fonction publique, et dans les entreprises privées Contribution présentée par Madame Lise

Plus en détail

www.entrepreneurs en afrique.com Entrepreneurs en Afrique

www.entrepreneurs en afrique.com Entrepreneurs en Afrique Entrepreneurs en Afrique Une idée Contribuer à l émergence de PME/PMI technologiques en Afrique grâce à la collaboration entre des entrepreneurs africains et des Ecoles d Ingénieurs françaises (Réseau

Plus en détail

Principaux résultats

Principaux résultats Principaux résultats Le rapport préparé pour la réunion de l OCDE au niveau des ministres de 2001 et intitulé «La nouvelle économie : mythe ou réalité?» concluait que les technologies de l information

Plus en détail

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance?

Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise. Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Entretiens Enseignants-Entreprises de l Institut de l Entreprise Quel sont les atouts des entreprises françaises pour relancer la croissance? Jouy-le-Moutier, Campus de formation de Veolia Environnement,

Plus en détail

Investissement au Maroc

Investissement au Maroc Investissement au Maroc Pourquoi le Maroc La compétitivité des coûts A seulement 14 km de l Europe, le Maroc se positionne comme une plateforme compétitive à l export: o Des charges salariales réduites

Plus en détail

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal

Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Atelier sur l investissement des migrants en milieu rural au Sénégal Session plénière : Séance introductive De l'importance de l'investissement productif des migrants en milieu rural Stéphane Gallet (Ministère

Plus en détail

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah

Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah LE FINANCEMENT DU DÉVELOPPEMENT EN HAÏTI L OCPAH S ENGAGE Présenté par: Edouard CLEMENT mba, cpah Introduction Capacité de mobilisation de ressources financières et Réussite d un modèle de développement

Plus en détail

Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice de la position du Ministère du Commerce Extérieur du Maroc.

Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice de la position du Ministère du Commerce Extérieur du Maroc. NOTE SYNTHETIQUE SUR LA PARTICIPATION DU MAROC AUX SECTEURS NOUVEAUX ET DYNAMIQUES DU COMMERCE MONDIAL : DIMENSION SUD-SUD. Le présent document a été établi sous ma propre responsabilité et sans préjudice

Plus en détail

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD)

BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) BANQUE OUEST AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT (BOAD) RAPPORT DE SYNTHESE DE L ATELIER REGIONAL DE VALIDATION DES RESULTATS DE LA PREMIERE PHASE DE L ETUDE DE FAISABILITE POUR LA MISE EN PLACE D UN MECANISME

Plus en détail

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie

Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Rôle des banques centrales dans la promotion de l inclusion financière : référence au cas de l Algérie Intervention de Mohammed Laksaci Gouverneur de la Banque d Algérie 21 e Conférence des Gouverneurs

Plus en détail

Créer des emplois. bien rémunérés. à prospérer

Créer des emplois. bien rémunérés. à prospérer Créer des emplois bien rémunérés et aider les entreprises à prospérer LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement

Plus en détail

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement

Cellcom en Bourse. 06 Janvier 2014. Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement. Membre du syndicat de Placement Cellcom en Bourse Intermédiaire en Bourse Introducteur Chef de file du syndicat de Placement Membre du syndicat de Placement Evaluateur 06 Janvier 2014 Plan de la présentation I- Présentation de la société

Plus en détail

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada

L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada L évolution du commerce international et ses conséquences pour le Canada Congrès annuel de l Association des économistes québécois Glen Hodgson Premier vice-président et économiste en chef Conference Board

Plus en détail

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale

Termes de Référence pour une Assistance Technique Internationale APPUI A L ELABORATION ET LA MISE EN OEUVRE D UN «CORPORATE PLAN» ET D UNE STRATEGIE DE PROMOTION DES INVESTISSEMENTS POUR L ECONOMIC DEVELOPMENT BOARD OF MADAGASCAR (EDBM) Termes de Référence pour une

Plus en détail

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité

[LE BUSINESS PLAN] Chambre de Commerce et d industrie de Lyon. Novacité Chambre de Commerce et d industrie de Lyon Novacité [LE BUSINESS PLAN] Le Centre Européen d'entreprise et d'innovation Novacité (CEEI Novacité) est une structure animée par la Chambre de Commerce et d'industrie

Plus en détail

«Construction de maisons bois : défis et opportunités»

«Construction de maisons bois : défis et opportunités» «Construction de maisons bois : défis et opportunités» Simon Rietbergen Banque mondiale NB Cette présentation ne représente pas nécessairement la position officielle de la Banque mondiale Constat secteur

Plus en détail

Par Claude d Almeida, mai 2012.

Par Claude d Almeida, mai 2012. 1 er FORUM ÉCONOMIQUE DU PATRONAT IVOIRIEN Thème : «MÉCANISMES INNOVANTS ET ALTERNATIFS DE FINANCEMENT DU SECTEUR PRIVÉ» Par Claude d Almeida, mai 2012. CLAUDE D ALMEIDA, CONSULTANT ANCIEN STATISTICIEN

Plus en détail

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement

Fonds Panafricain de développement des. Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Fonds Panafricain de développement des Infrastructures Alassane BA, Chef de Division Banque africaine de Développement Plan de la présentation La justification du Fonds La vue d'ensemble du Fonds La structure

Plus en détail

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME

La PME Marocaine. Levier de développement économique et d innovation. Saad Hamoumi Président de la commission PME La PME Marocaine Levier de développement économique et d innovation Saad Hamoumi Président de la commission PME Rencontre des PME Ibéro Américaines et d Afrique du Nord Madrid 22 octobre 2012 I: L économie

Plus en détail

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général.

Au cours d une semaine l élève de STG aura 14 h d enseignement technologique et 15 h d enseignement général. C est une section technologique dans un lycée général. En STG, les élèves découvrent l entreprise, son environnement économique et juridique, s initient au management des organisations, à l information

Plus en détail

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013

Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones. Paris, 3-4 septembre 2013 Séminaire sur le statut du personnel administratif : état de la situation et enjeux dans les parlements francophones Paris, 3-4 septembre 2013 Synthèse thématique Préparé par le service de la recherche

Plus en détail

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable

Rôle des stratégies nationales de financement du développement durable REPUBLIQUE DU SENEGAL UN PEUPLE - UN BUT - UNE FOI ****** MINISTERE DE L ECONOMIE, DES FINANCES ET DU PLAN PROCESSUS PREPARATOIRE DE LA TROISIEME CONFERENCE INTERNATIONALE SUR LE FINANCEMENT DU DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires

Étude des coûts de l administration et de la gestion à l OMS : recommandations préliminaires A COMITÉ DU PROGRAMME, DU BUDGET ET DE L ADMINISTRATION DU CONSEIL EXÉCUTIF Dix-septième réunion Point 3.1 de l ordre du jour provisoire EBPBAC17/INF./2 17 janvier 2013 Étude des coûts de l administration

Plus en détail

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser

MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013. Se rapprocher Faciliter Optimiser MODIFICATION AU PLAN DE LA SOCIÉTÉ 2009-2013 Se rapprocher Faciliter Optimiser Voici un résumé de la modification au Plan de la Société 2009-2013 approuvée par le Conseil d administration d EDC en mai

Plus en détail

Le financement de l ESS par la BPI en France

Le financement de l ESS par la BPI en France 1 Le financement de l ESS par la BPI en France Encourager un moteur du développement urbain local Cette fiche utile se propose de revenir sur l importance de l Economie Sociale et Solidaire pour les territoires

Plus en détail

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014

Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Deuxième Forum International Francophone Jeunesse et Emplois Verts Niamey, du 10 au 13 juin 2014 Dr. Moustapha Kamal Gueye, Spécialiste - Programme Emplois Verts, Organisation Internationale du Travail

Plus en détail

Le marché touristique et clientèles d Asie du Sud-Est Vannes, 1 octobre 2015

Le marché touristique et clientèles d Asie du Sud-Est Vannes, 1 octobre 2015 Le marché touristique et clientèles d Asie du Sud-Est Vannes, 1 octobre 2015 1. ASEAN: Une zone en puissance 2 En terme de PIB par habitant, la Thaïlande et la Malaisie surpassent déjà la Chine PIB PAR

Plus en détail

DEVOIR N 1 économie générale

DEVOIR N 1 économie générale PROGRAMME : DEVOIR N 1 économie générale L économie et son domaine Le circuit économique comme méthode d'analyse La production marchande et non marchande Le travail Le capital et le progrès technique Le

Plus en détail

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE

Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Investir dans l action pour le climat, investir dans LIFE Un aperçu du nouveau sous-programme LIFE Action pour le climat 2014-2020 istock Action pour le climat Qu est-ce que le nouveau sous-programme LIFE

Plus en détail

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche

Présentation de. Dr Mustapha Mekideche P a g e 1 LES PERSPECTIVES DU MECANISME AFRICAIN D EVALUATION PAR LES PAIRS A LA LUMIERE DE DIX ANS D EXPERIENCE : RELEVER NEUF DEFIS MAJEURS Présentation de Dr Mustapha Mekideche Nations Unies, New York

Plus en détail

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles

Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles République Islamique de Mauritanie Honneur Fraternité - Justice Secrétariat d Etat auprès du Premier Ministre chargé des Technologies Nouvelles Communication de Madame la Secrétaire d Etat Fatimetou Mint

Plus en détail

N o 13. Août 2004. Gestion des placements

N o 13. Août 2004. Gestion des placements N o 13 Résumé des travaux de la 52 e session du Comité mixte de la Caisse commune des pensions du personnel des Nations Unies (CCPPNU) (Montréal, 13-23 juillet 2004) Août 2004 La délégation de l OIT à

Plus en détail

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence

Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Renforcer un environnement des affaires propice pour les femmes dans les économies arabes Conclusions de la Conférence Beyrouth, Liban, 24 novembre 2010 CONCLUSIONS DE LA CONFÉRENCE «RENFORCER UN ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Fiche relative au taux d intérêt

Fiche relative au taux d intérêt Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Fiche relative au taux d intérêt Juillet 1999 Document de travail n L une des priorités du Gouvernement est de hisser l économie marocaine

Plus en détail

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L INDUSTRIE DE LA PETITE ET MOYENNE ENTREPRISE ET DE LA PROMOTION DE L INVESTISSEMENT Titre du projet «Appui à la mise en œuvre de la stratégie

Plus en détail

La Région de Manchester

La Région de Manchester Zoom Région La Région de Manchester Sylvie Morton, Business Development Manager, Manchester s Investment and Development Agency (MIDAS) Le succès croissant qu a connu la région Manchester au cours de ces

Plus en détail