RENCONTRE DU 16 FEVRIER La RUPTURE CONVENTIONNELLE du CONTRAT de TRAVAIL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RENCONTRE DU 16 FEVRIER 2010. La RUPTURE CONVENTIONNELLE du CONTRAT de TRAVAIL"

Transcription

1 RENCONTRE DU 16 FEVRIER 2010 La RUPTURE CONVENTIONNELLE du CONTRAT de TRAVAIL Jean-Michel OLIVIER, Président de l AFERP La rupture conventionnelle qu'est-ce que c'est?, s interroge la rédaction et sans doute Véronique Riboire dans la revue trimestrielle infos juridiques, n 66 de juillet 2009, que je ne cite pas par hasard aujourd'hui, parce que je vais dire un mot sur Antoine Laval qui vient de nous quitter. Antoine Laval était Secrétaire Général de la Fédération F.O. de la Métallurgie, avant son ami Bernard Mourgues qui lui a succédé dans ces fonctions. Antoine Laval était souvent présent dans nos manifestations, où d'autres l'ont évidemment beaucoup mieux connu que moi, mais j'ai gardé le souvenir d'un homme qui, avec toujours un petit sourire intelligent, respirait l'honnêteté, l'intégrité. Si vous le voulez bien, gardons quelques secondes de silence à la mémoire d'antoine Laval. Je reviens brièvement à la rupture conventionnelle. L article 12 de l'accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché du travail privilégie les solutions négociées à l'occasion de la rupture du contrat de travail. L article 12A du même accord s intitule : la rupture conventionnelle. Pour la rupture conventionnelle, le texte entend sécuriser les conditions dont peuvent convenir en commun l'employeur et le salarié, de la rupture du contrat de travail qui les lie, par un mode de rupture exclusif de la démission et du licenciement et cette volonté des partenaires sociaux a été entérinée par le législateur dans la loi du 25 juin 2008 en son article 5 qui figure aujourd'hui aux articles et suivants du code du travail. La rupture amiable, finalement, ce n'est pas en soi nouveau, que l on parle de résiliation amiable ou de démission négociée, rupture négociée, départ volontaire, même si un de mes collègues avait prédit sa mort, à un moment, après deux arrêts de Mais la Cour de Cassation, en 2002, a bien rappelé qu'il y avait, à côté de la démission et du licenciement, une rupture amiable possible. La rupture conventionnelle a connu un engouement assez extraordinaire : ruptures conventionnelles homologuées du mois d'août 2008 au mois de mai 2009 et sans doute le double depuis. J'avais des chiffres que je n'ai pas retrouvés, mais que l on peut trouver dans les documents de la DARES. Pourquoi, comment, quels sont les risques, les fraudes possibles, les dangers et les avantages de ce mode de rupture, nos intervenants vous le diront. Je les remercie les uns et les autres et laisse la parole tout de suite à M. Jean-François Bourdais qui est Chef du Bureau des relations individuelles du travail à la Direction Générale du Travail au Ministère. 1/22

2 Jean-François BOURDAIS, Chef de Bureau des Relations Individuelles du Travail de la Direction Générale du Travail au Ministère du Travail et des Relations Sociales Merci Monsieur le Président. Je vais faire une intervention en trois points : l'origine un petit peu politique du dispositif, une description institutionnelle de ce dispositif et un rapide bilan après un peu plus d'un an de fonctionnement du dispositif. 1. L origine du dispositif. La rupture conventionnelle procède d'abord d'une volonté des partenaires sociaux. C'est l'accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008 (ANI) qui a introduit officiellement ce mode de rupture. L'objectif était à la fois d'assouplir le droit de la rupture et en même temps de le sécuriser et de faciliter l accès des salariés à l'assurance chômage. Cet accord national interprofessionnel a été signé à l'époque par la CFDT, F.O., la CFTC et la CFE-CGC. Cet accord se voulait être ensemble équilibré de dispositions relatives à la sécurisation, d une part, et à l'assouplissement du droit du travail, d autre part. La rupture conventionnelle doit se comprendre à l'intérieur de cet ensemble. L'Accord National Interprofessionnel (ANI), par exemple, qui a introduit le contrat de projet, a également prévu l'augmentation des indemnités de licenciement, la portabilité de certains droits relatifs aux mutuelles et à la prévoyance pendant la période de chômage et a proposé qu'un encadrement du portage salarial soit organisé par la branche de l'intérim. Cet accord a été ensuite simplement transposé par le législateur par la loi de modernisation du marché du travail de juin 2008 ; on a dit, à cette époque, qu il s agissait d une introduction modeste, embryonnaire, de la fléxicurité à la française dans laquelle il devrait s inscrire. Pour mémoire, la «fléxicurité» au sens strict, avec laquelle on n est pas forcément d accord, c'est un terme d'origine anglo-saxonne qui fait référence au système nordique (danois et scandinave) avec trois grandes composantes : - la souplesse dans les règles du licenciement, - la sécurisation des parcours professionnels avec notamment une forte indemnisation du chômage, - et des politiques actives de marché du travail pour fluidifier les périodes de transition entre deux emplois et inciter les chômeurs à retrouver un emploi, en tout cas à ne pas perdre contact avec le monde professionnel, avec des stages, des formations, des accompagnements individualisés, etc. La notion de "flexicurité" trouve son origine en 1995 dans une note du ministre néerlandais du travail intitulée "Flexibility and Security", puis, dans une publication du ministère du travail danois, qui décrit le fameux «triangle d or», en 1999 et donne lieu à des lois éponymes dans les autres pays. Elle est introduite comme concept dans la stratégie de Lisbonne, par la ligne directrice n 21 qui s'intitule ainsi : «favoriser la flexibilité en la conciliant avec la sécurité de l'emploi et réduire la segmentation du marché du travail entre les salariés précaires et les salariés en contrat de travail à durée indéterminée (CDI)». 2/22

3 Ce concept se retrouve ensuite dans le livre vert de la Commission Européenne de novembre 2006, qui s'intitule «moderniser le droit du travail pour relever les défis du 21ème siècle» et il fait l'objet d'une résolution du Conseil Européen en décembre Enfin, en décembre 2008, une mission européenne, co-présidée par MM. Larcher et Spidla, a également produit des analyses et recommandations, à partir de ce qui se fait en France, en Suède, en Finlande, en Pologne et en Espagne, sur ce thème. Voilà, pour l'origine européenne de la fléxisécurité. Ce concept est devenu un concept majeur des débats politiques en France au cours des années On l'a vu apparaître dans de nombreuses publications en qui proposaient plusieurs réformes directement inspirées du modèle danois. Un des aspects du concept de fléxicurité, la sécurisation des parcours professionnels, est ellemême devenue un thème de la campagne présidentielle qui est inscrit à la fois dans le programme du parti socialiste et dans celui de Nicolas Sarkozy. La sécurisation des parcours professionnels a néanmoins été inscrite en 2007 au programme présidentiel du parti socialiste, alors que la sécurité sociale professionnelle, thème de la CGT, était donc repris dans le programme de l'ump. La sécurisation du parcours est vraiment un concept qui a fait l'unanimité au sein de la classe politique française, même si, naturellement, ce qui était mis dedans n'était pas forcément tout à fait homogène. L'ANI se comprend dans ce contexte. Les négociations de 2007 ont abouti à cet accord équilibré, avec à la fois des éléments d'assouplissement du droit du travail et des éléments de sécurisation. L'objectif était de dédramatiser la rupture du contrat ; même si une forme de rupture amiable, inspirée du droit civil, existait déjà de manière jurisprudentielle. Dans le code du travail il n'y avait que le licenciement et la démission. Cependant, si la Cour de Cassation avait élaboré toute une jurisprudence sur la rupture amiable, notamment pour motif économique, qui sert aujourd'hui pour les plans de départ volontaire, il faut souligner que la procédure de rupture conventionnelle n est pas applicable aujourd hui aux ruptures résultant des accords collectifs de gestion prévisionnelle des emplois et des compétences (GPEC) et des plans de sauvegarde de l emploi (PSE). S il y avait toute une doctrine, toute une construction jurisprudentielle, autour de la rupture amiable du contrat de travail, encore fallait-il la sécuriser, l'encadrer, l'inscrire dans le code du travail et surtout sécuriser l'accès pour les salariés à l assurance chômage. Cela a été fait véritablement par l'ani et par la loi de modernisation du marché du travail. 2. Description du dispositif adopté Sur le dispositif de la rupture conventionnelle, il y a trois grandes conditions à remplir : - que le consentement des parties soit libre, qu il s agisse du principe de la rupture ou de ses conditions ; - que les parties respectent les règles de fond et de forme fixées par la loi (assistance des parties, délais, indemnité spécifique de rupture ) ; - que la convention de rupture, ainsi formée entre les parties, soit homologuée par le DDTEFP, et ce au moyen obligatoire d utilisation du formulaire officiel adéquat (salarié protégé ou autre salarié). 3/22

4 Sur ce dernier point, le Ministère du Travail s'est félicité, à l'époque de l'ani et de la loi, que les partenaires sociaux se soient finalement tournés vers l'etat, à travers ses Directions Départementales du Travail, pour garantir un regard impartial sur le dispositif qui vérifie l existence d un consentement éclairé et le respect de certaines procédures par les parties. Il y a au moins un entretien préalable. Le salarié n a pas forcément l'obligation d'être assisté, mais s il souhaite l être, alors l'employeur peut l être aussi. Le salarié lui-même est libre d être assisté d un élu membre du Comité d Entreprise, d un délégué du personnel, d un délégué syndical ou de tout autre salarié de l entreprise. Il y a un délai de rétractation de quinze jours calendaires à respecter et c est à la fin de ce délai que la demande d'homologation peut être envoyée à la Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation professionnelle du lieu de l'établissement. La notion de jours calendaires implique que chaque jour de la semaine est comptabilisé ; le délai démarre au lendemain de la date de signature de la convention de rupture, et se termine au quinzième jour à 24 heures. Par application de l'article R du Code du travail, si ce délai expire un samedi, un dimanche ou un jour férié ou chômé, il est prorogé jusqu'au premier jour ouvrable suivant. Le lendemain de la fin de ce délai de rétractation, la demande d homologation peut être adressée au DDTEFP par l une ou l autre des parties. La DDTEFP a quinze jours ouvrables, à compter de la réception de la demande, pour cette homologation, donc, on compte tous les jours de la semaine sauf, d une part, celui consacré au repos hebdomadaire (dimanche), et, d autre part, les jours reconnus fériés par la loi. Ce délai commence à courir le lendemain du jour ouvrable de réception de la demande d homologation, il expire au dernier jour ouvrable d instruction, à 24 heures. Au-delà, l homologation est réputée acquise. Il y a une procédure particulière pour les salariés protégés, pour lesquels l'inspecteur du Travail reste compétent, de manière dérogatoire, pour accorder une autorisation de rupture qui vaut homologation. La proportion de demandes irrecevables reste stable à 3-4%. La proportion de demandes instruites au cours du mois ayant conduit à un refus d homologation est de 10-12%. Les refus sont souvent motivés par un non-respect du montant minimal de l indemnité spécifique de rupture conventionnelle, qui doit être au moins égale à l'indemnité légale de licenciement, elle-même fonction de l'ancienneté du salarié. Il est vrai que le juge ne s'est pas encore prononcé d'une manière définitive sur ce point, mais on estime que l'indemnité spécifique de rupture conventionnelle est due, même en cas d ancienneté inférieure à un an, et que dans ce cas il convient de proratiser le montant de l indemnité en fonction du temps de présence dans l'entreprise; voilà c'est là qu est 1a première difficulté. La seconde, vient d un avenant à l'accord national interprofessionnel, l'avenant n 4 qui a été signé en mai 2009, par les représentants des trois organisations patronales (MEDEF, CGPME, UPA) et deux organisations syndicales (CFDT et CFE-CGC) qui a été étendu, par un arrêté 4/22

5 du 26 novembre Il stipule que le montant de l indemnité spécifique de rupture conventionnelle ne doit pas être inférieure au montant de l indemnité conventionnelle de licenciement lorsque cette dernière est supérieure à l indemnité légale de licenciement. Là aussi, c'est une source de difficultés parce que certaines conventions collectives ont toujours deux types d indemnités conventionnelles de licenciement, l une pour motif personnel, l autre pour motif économique correspondant à la situation avant l'ani, avant la loi de modernisation du marché du travail et avant surtout le décret du 18 juillet 2008, qui a transposé dans le code du travail l'alignement des deux indemnités légales de licenciement. On a toujours des conventions collectives qui font référence aux deux, avec souvent une indemnité de licenciement supérieure au licenciement pour motif économique et donc, la circulaire DGT n du 08 décembre 2009 relative au régime indemnitaire de la rupture conventionnelle d un contrat à durée indéterminée explique qu il convient de rechercher si l indemnité de rupture conventionnelle est bien au moins égale : - soit à l indemnité légale dans l hypothèse où au moins une indemnité conventionnelle serait inférieure à l indemnité légale, - soit à l indemnité conventionnelle la plus faible dans l hypothèse où les indemnités conventionnelles seraient toutes supérieures à l indemnité légale. C'est un peu la difficulté de l'application du dispositif. 3. Le bilan du dispositif Donc, après un an et trois mois d application de ce dispositif, on arrive à demandes, dont ont été homologuées, soit 82% des demandes reçues et le nombre de dépôts de demandes continue d'augmenter, de manière continue, tous les mois. On pensait avoir atteint un plafond avant l'été, autour de 14 à , en fait, l'augmentation a continué à reprendre en septembre, octobre, novembre : demandes en octobre et en novembre, avec une moyenne qui dépasse les par mois sur les 11 premiers mois de l'année. Le dispositif continue à être utilisé de plus en plus. Ce que l'on ne sait pas, c'est s'il est utilisé de façon massive à cause de la crise ou s'il l'est en substitution d'autres modes de rupture. Il y a sans doute un peu des deux. Le taux de refus est de 11%. Il y a surtout des difficultés à la bonne référence pour le bon calcul de cette indemnité et puis des questions de forme, beaucoup de difficultés, à certains endroits, pour remplir l'imprimé de manière adéquate. On est aussi face à un risque, ces derniers temps, de contournement des plans sociaux, par le mécanisme de la rupture conventionnelle. Une instruction est en cours d élaboration dans nos services pour préciser à nouveau ce qui avait déjà été dit par des circulaires du ministère, quant à la démarche à suivre en cas de soupçon de contournement des procédures de licenciement collectif pour motif économique. 5/22

6 Ainsi, dès lors que le recours à la rupture conventionnelle concerne un nombre important de salariés et que des difficultés économiques en sont l origine, l autorité administrative pourra refuser l homologation, afin d éviter tout contournement des garanties attachées aux plans de sauvegarde de l emploi. On peut rappeler à la fois aux services et aux employeurs qu il y a là un feu rouge et que surtout nos services doivent être vigilants sur les ruptures conventionnelles qui sont déposées par les entreprises et qu il convient de leur rappeler qu'ils doivent pouvoir prendre l attache d'autres directions départementales pour faire la synthèse d'un dossier, ce qu'ils font déjà mais de manière informelle. La synthèse d'un dossier d'une entreprise ou d'un groupe qui aurait différentes filiales, différents établissements sur plusieurs départements, permet d avoir une vue d'ensemble du nombre de ruptures conventionnelles qui auraient été déposées ici et là et d examiner si elles ne sont pas rattachables à des difficultés économiques, telles qu il y aurait lieu de rappeler à l'entreprise qu'elle doit procéder à des licenciements collectifs et non individuels. Je vous remercie. Jean-Michel Olivier, Président de l AFERP Je remercie beaucoup M. Jean-François BOURDAIS, et sa collaboratrice Madame Anne- Marie Morais. Ils doivent nous quitter pour aller à une autre réunion à la DGT. Ils ont cependant accepté de venir tout de même avec nous ce matin. Nous allons continuer avec nos deux amis avocats, sachant qu il y a aussi d autres avocats dans la salle. Nous allons avoir maintenant le point de vue des praticiens, après avoir eu le point de vue de l administration du travail. Tout n est pas très simple. J avoue que je n ai pas été tout à fait convaincu au sujet de l indemnité conventionnelle. C est vrai que l on a doublé l indemnité légale. Je remercie Maître Laurent Marquet de Vasselot, de sa présence. Des étudiants sont présents dans la salle, ils regarderont l annuaire de la jurisprudence de droit social (JDS) (qui a été financé et parrainé par le cabinet d avocats Francis Lefebvre et qu il a parrainé par son éditorial), et, puisqu il y a aussi des gens de Bouygues Construction ici, je remercie à nouveau Bouygues Construction de parrainer notre master de recherche de droit social. 6/22

7 Maître Laurent MARQUET de VASSELOT, Avocat associé C.M.S. Bureau Francis Lefebvre Jean-Michel merci. Je suis très heureux d intervenir ce matin sur un sujet, non pas nouveau, mais, en tout cas, qui mérite un réexamen après une première période d application. Vous avez eu la gentillesse d indiquer que nous étions des praticiens. Mon regard sera celui d un cabinet d avocats, le Bureau Francis Lefebvre, qui occupe une cinquantaine d avocats spécialisés en droit social, et tente d assister les entreprises dans la mise en œuvre de leur politique sociale et dans l application de la réglementation du travail, ainsi que, le cas échéant, dans la défense de leurs intérêts devant le juge. Le sujet de la rupture conventionnelle du contrat de travail est naturellement un sujet qui a été abordé avec les entreprises, et traité fréquemment. Nous avons rencontré un certain nombre de difficultés dans son application et je dois reconnaître qu un certain nombre de questions me paraissent encore aujourd hui en suspens. Cet échange sera sans doute l occasion d un examen utile pour nous tous. Je ne reviendrai pas sur le dispositif lui-même qui a été présenté de façon précise par l administration du travail, notamment en ce qui concerne l origine de celui-ci. Il est exact qu il prend sa source dans l Accord National Interprofessionnel (ANI). Je crois également, de mémoire, que, dans son étude et ses recommandations, le rapport Attali faisait une proposition visant à sécuriser et organiser la rupture amiable du contrat de travail. Cependant, l impulsion majeure a été donnée par les partenaires sociaux dans le cadre de l Accord National Interprofessionnel. Il a été souligné, à juste titre, que cette rupture conventionnelle n était pas, stricto sensu, une nouveauté en droit du travail, puisque la jurisprudence avait admis l application des dispositions du droit commun à la rupture du contrat de travail, autorisant ainsi la rupture d un commun accord de celui-ci. Je crois que, dans le dispositif, il y a deux éléments majeurs qui permettent à celui-ci d obtenir un réel succès : il s agit, d une part, de l adaptation du régime d assurance chômage pour faire bénéficier les salariés dont le contrat de travail est rompu dans le cadre de ce dispositif conventionnel et légal des prestations du régime d assurance chômage. On peut s en réjouir ou le déplorer! Je ne sais pas si l administration du travail dispose de statistiques sur ce sujet, mais probablement. Je crains qu une partie significative des salariés, bénéficiaires de la rupture conventionnelle soient aussi bénéficiaires des prestations du régime d assurance chômage, ce qui soulève probablement d autres difficultés sur la gestion des procédures, nous y reviendrons. Un deuxième sujet que je crois important pour les praticiens n a pas encore été évoqué : il tient au sort social et fiscal de l indemnité qui est accordée à l occasion de la rupture conventionnelle. Si ce mode de rupture d un commun accord existait antérieurement, il était probablement assez peu sécurisé et n était pas non plus accompagné d un dispositif garantissant une exclusion de l indemnité versée de l assiette de calcul des cotisations de sécurité sociale et de l assiette de calcul de l impôt sur le revenu. Le régime légal actuel fait de l indemnité versée à l occasion de la rupture conventionnelle une indemnité, qui dans son traitement social et fiscal est assimilée à une indemnité versée en 7/22

8 cas de rupture du contrat de travail à l initiative de l employeur, c est-à-dire, dans des conditions identiques à une indemnité versée en cas de licenciement. Cela constitue l un des éléments permettant aux entreprises et aux salariés une mise en œuvre, évidemment favorable. Ceci explique probablement le fait que cette rupture conventionnelle ait la faveur d un certain nombre d entreprises. Ce préalable étant rappelé, je ferai brièvement trois séries d observations : - Le premier sujet est relatif la rupture conventionnelle et aux pratiques d entreprises. Cela concerne ce que nous observons aujourd hui dans notre quotidien de conseil aux entreprises. - Le deuxième sujet a été pour partie abordé, il concerne la rupture conventionnelle et l emploi, avec la problématique des licenciements pour motif économique et du plan de sauvegarde de l emploi. Je crois que ce sujet, encore en germe, est probablement, d un point de vue juridique, un sujet assez compliqué, en tout cas non tranché définitivement. - Le troisième sujet, même s'il y a peu de jurisprudence en cette matière, concerne la rupture conventionnelle et le juge. Il y a déjà un certain nombre de contentieux sur ce sujet et quelques décisions de justice qui ont été rendues en cette matière, lesquelles ne sont pas inintéressantes pour nos réflexions. En ce qui concerne la rupture conventionnelle et l entreprise, ce que nous nous observons, en pratique, ce sont des politiques assez contrastées en cette matière. Nous n avons pas observé, mais notre champ n est pas illimité, de différences de traitement selon la taille des entreprises. Beaucoup de grandes entreprises mettent en œuvre la rupture conventionnelle, tout comme de nombreuses petites entreprises, avec certaines difficultés liées au formalisme inhérent à cette rupture. En revanche, il y a des pratiques en entreprises qui sont extrêmement contrastées en cette matière. Il y a trois types d entreprises. Je vais en donner une présentation schématique très simple. - Il y a l entreprise dite conservatrice, dans le regard que nous en avons, c est-à-dire celle qui ne met pas en œuvre la rupture conventionnelle, pour un certain nombre de raisons extrêmement pratiques que l on peut assez bien comprendre. La première raison tient précisément à ce conservatisme, c est-à-dire à une logique, qui reste assez binaire, de la rupture du contrat de travail. Ces entreprises considèrent que, dans une rupture, il y a toujours une part prépondérante d initiative qui revient à l employeur ou au salarié, que les politiques de ressources humaines que peuvent mettre en œuvre ces entreprises, conduisent, soit à constater une démission, soit à mettre en œuvre une procédure de licenciement. Dès lors, la rupture conventionnelle n est pas considérée comme un mode adapté au traitement des politiques qui sont les leurs. Beaucoup d entreprises considèrent que si la mobilité du salarié est une réalité du marché de l emploi, celui-ci peut prendre l initiative de la démission, sans pour autant entrer dans un schéma de rupture conventionnelle. 8/22

9 D autres considérations sont également mises en avant, selon des motivations assez pratiques quant à la gestion de l emploi, notamment pour les entreprises d une certaine taille : le respect du principe d égalité ; c est un sujet que l on aura de plus en plus à traiter dans les entreprises. Le principe d égalité, à l égard de celui qui sollicite la rupture conventionnelle du contrat de travail implique la nécessité de déterminer une politique générale, qui ne sera sans doute pas facile à mettre en œuvre. Le deuxième frein, s agissant de ces entreprises conservatrices, c est probablement l absence considérée, peut-être subjectivement, de sécurisation de la rupture conventionnelle. Il faut bien avoir à l esprit que la rupture conventionnelle, qui n est évidemment pas une transaction, n a pas vocation à mettre fin à un litige. Elle procède d une cause, certes autonome, et constitue un mode également autonome de rupture du contrat de travail. Mais elle ne met pas fin à un litige sur la rupture du contrat de travail, ni à un litige sur les conditions d exécution du contrat de travail, ni à toutes éventuelles demandes du salarié en paiement d un salaire qui ne lui aurait pas été versé pendant la période d exécution de son contrat de travail. Beaucoup d entreprises considèrent ainsi que le schéma, que connaissent assez traditionnellement les praticiens d un licenciement suivi d une transaction, est un schéma beaucoup plus simple, et peut-être davantage sécurisé, que celui de la rupture conventionnelle. - Le deuxième type d entreprise est celle qui est, disons légaliste, c est l entreprise «citoyenne», celle qui fait une application du régime légal et conventionnel conformément à l esprit de la loi, qui rencontre des situations pratiques de salariés à l égard desquels la rupture conventionnelle est souhaitée et mise en œuvre, qui en fait un usage modéré, c est-à-dire celui que vient d expliquer l administration du travail. - Le troisième type d entreprise est celle qui nous intéresse toujours parce qu elle est la plus atypique, et donc innovatrice : c est celle qui fait de la rupture conventionnelle un mode de traitement, non pas de ses difficultés économiques, mais de la gestion de l emploi et qui considère que la rupture conventionnelle, en application des textes, j y reviendrai, n est assortie d aucune limite. La position ainsi retenue procède du fait que, par nature, la rupture conventionnelle est exclusive - ce sont les termes mêmes de la loi -, du licenciement et de la démission. Il n y a donc pas lieu d aller en chercher la cause. C est probablement une discussion assez délicate que nous pouvons avoir sur ce sujet avec l administration du travail. Il ne peut y avoir lieu de rechercher la cause de cette rupture, ni l existence de difficultés économiques, ni l existence de suppressions d emplois. C est un régime tout à fait autonome, qui est exclusif de toutes procédures de licenciement pour motif économique et qui permet, en conséquence, d être utilisé, dès lors que les seules conditions formelles qui sont posées par la loi sont remplies. 9/22

10 Dès lors qu une pratique de liberté de consentement est maintenue, c est un mode de rupture qui est susceptible d être utilisé sans limite d effectifs, sans limite de temps, et sans qu en aucune façon des critères de seuils puissent être opposés à une entreprise. Ces entreprises sont des entreprises qui utilisent ce type de rupture en considérant qu elles ne sont pas de ce fait assujetties à l obligation de mettre en œuvre des plans de sauvegarde de l emploi, quel que soit le nombre de ruptures. Voilà la typologie de ces entreprises. Cela me permet de faire la transition avec le deuxième sujet, qui me paraît être le plus important, qui est celui de la rupture conventionnelle et de l emploi. Le texte essentiel en cette matière, c est le texte qui fixe le champ du licenciement pour motif économique, c est-à-dire l article L du code du travail, qui détermine le motif économique du licenciement et le champ d application des procédures de licenciement pour motif économique. Ce texte indique que les dispositions du chapitre en cause, relatives au licenciement pour motif économique, sont applicables à toute rupture du contrat de travail, à l exclusion de la rupture conventionnelle visée aux articles L et suivants du code du travail. Cela signifie que le législateur, dans cette rédaction, lorsqu il crée la rupture conventionnelle, exclut cette rupture conventionnelle du champ des dispositions du code du travail relatives aux procédures de licenciement collectif pour motif économique. Pour revenir en arrière sur ce sujet, vous vous souvenez probablement que la disposition antérieure du code du travail était une disposition qui prévoyait que toute rupture du contrat de travail, qui procède d une cause économique, est soumise aux dispositions de ce code relatives aux procédures de licenciement pour motif économique. C est une disposition qui avait été introduite par une loi de 1992, qui faisait suite à la jurisprudence de 1991, venue condamner les ruptures amiables hors procédures de licenciement pour motif économique. Le sujet essentiel qui nous préoccupe, en matière de gestion de l emploi, est précisément celui de savoir si la rupture conventionnelle peut, ou non, être appréhendée par les dispositions de la loi applicable en matière de licenciement pour motif économique, et si l administration du travail, à l occasion du contrôle qu exerce cette administration dans le cadre de l homologation des conventions, est en mesure ou non d effectuer un contrôle en cette matière. Je crois que les éléments de réponse procèdent essentiellement de la disposition légale que nous venons de citer qui, en elle-même, laisse à penser que la liberté des entreprises est particulièrement étendue, puisque la rupture conventionnelle est hors champ du licenciement économique. L Accord National Interprofessionnel, celui du 11 janvier 2008, fait expressément référence aux procédures de licenciement pour motif économique en indiquant que la rupture conventionnelle doit être mise en œuvre sans que soient remises en cause les modalités de 10/22

11 ruptures existantes du CDI, ni qu il soit porté atteinte aux procédures de licenciement collectif pour cause économique mises en œuvre dans l entreprise. Autrement dit, lorsque les partenaires sociaux donnent naissance à ce régime de rupture conventionnelle, ils prévoient expressément que ce régime n a pas vocation à se substituer aux procédures de licenciement collectif pour motif économique qui s imposent en application des dispositions du code du travail. S agissant de la doctrine administrative, si je puis dire, les deux circulaires essentielles qui ont été édictées par l administration du travail sont celles du 22 juillet 2008 et du 17 mars Elles apportent des précisions tout à fait claires sur ce sujet, puisque la circulaire du 22 juillet 2008 indique que «le contrôle de l administration doit, en conséquence, être tout à la fois mesuré et vigilant quant aux abus potentiels en matière de contournement des procédures de licenciement pour motif économique». De la même façon, la circulaire du 17 mars 2009 indique qu «il convient d être particulièrement vigilant sur les ruptures conventionnelles qui seraient conclues en vue de contourner les garanties accordées en matière de licenciement pour motif économique». Ce que nous constatons aujourd hui, en tant que praticiens, ce sont deux éléments essentiels. Premièrement, l administration du travail a une volonté évidente d opérer un contrôle de l absence de ce qui est appelé le contournement des procédures de licenciement pour motif économique. On doit, à la vérité, de dire que le texte rend délicat ce contrôle. L appréciation assez pragmatique qui est faite aujourd hui par chacune des administrations du travail sur ce sujet, est relativement balbutiante. Elle est, en réalité, extrêmement difficile à mettre en œuvre. Le Ministère du Travail a fait référence à la notion de difficultés économiques, mais l on sait que les difficultés économiques ne sont pas les seules causes de licenciement pour motif économique ; il a été fait référence à une notion de seuil d effectifs, dont on voit bien qu elle n est pas pertinente puisqu on évoque tantôt la notion de seuil afférente au plan social, tantôt simplement l application des dispositions du régime relatif à la législation du licenciement pour motif économique, en dehors de toute notion de seuil. Donc, on voit bien que la rupture conventionnelle, qui était exclusive de toutes causes, n est pas susceptible d être appréhendée par le biais des licenciements pour motif économique et on attend avec une certaine impatience la circulaire ou l instruction de la DGT qui viendra préciser ce sujet. En réalité, il semble également qu un sujet délicat, en pratique, soit celui tenant aux obligations qui s imposent à l entreprise au titre de la politique de gestion de l emploi, notamment en matière de consultation du Comité d Entreprise. N oublions pas qu en cette matière la loi dispose que tout projet de compression d effectifs, que toutes décisions d entreprise, en matière d organisation du travail et d emploi, doit faire l objet d une information et d une consultation du comité d entreprise. Le sujet porte plus probablement sur l application de ces dispositions légales dans le cadre de la politique de 11/22

12 l emploi, que de l appréhension par la législation sur le licenciement pour motif économique, du sujet relatif aux ruptures conventionnelles. J ajoute, sur ce point, que la politique des entreprises, pour être plus précis, tend aujourd hui à hésiter entre deux pratiques juridiques : mettre en œuvre ces ruptures conventionnelles, y compris pour une cause qui serait une cause économique, puisque la loi ne peut pas l appréhender en tant que telle, ou bien mettre en œuvre des plans de départ volontaire. Ils ont été évoqués tout à l heure par J.M. Olivier. Ils s inscrivent dans le cadre d un plan de sauvegarde de l emploi, puisque l on doit considérer aujourd hui que les plans de départ volontaire ne sont pas susceptibles d être mis en œuvre hors le respect d une procédure de licenciement collectif pour motif économique. Né alors un sujet d une autre nature, qui tient au contrôle exercé par l administration du travail sur le contenu du plan de sauvegarde de l emploi, notamment dans l hypothèse où les départs sont exclusivement des départs volontaires. Ce sera la dernière partie de mon propos tenant au contrôle du juge. On sait aujourd hui que l inclinaison du juge est, en quelque sorte, d abandonner le contrôle effectif du plan de sauvegarde de l emploi, dès lors que les mesures envisagées ne procèdent que de départs volontaires. Vous avez probablement entendu parler de l arrêt rendu par la cour d appel de Versailles, dans une affaire intéressant la société Renault, par lequel la Cour à considéré que le plan de sauvegarde de l emploi, dès lors que les départs à intervenir sont des départs qui n interviennent que sur le fondement du volontariat, n a pas à inclure le plan de reclassement interne. Pour résumer ce point sur l emploi, il y a cependant lieu de considérer que nous sommes aujourd hui dans une situation juridique assez instable et, même si mon propos est un peu iconoclaste, assez insécurisée s agissant des ruptures conventionnelles lorsque, nous le savons tous, si nous disons la vérité, elles procèdent d une cause économique. Hors abus de droit, ces ruptures conventionnelles ne sont pas susceptibles de donner lieu à des refus d homologation de l administration du travail. Le dernier dispositif, dont je parlerai peu, est le dispositif de gestion prévisionnelle de l emploi. Je le citerai simplement, pour mémoire. Les dispositions légales qui procèdent de la loi du 18 janvier 2005, ont compris également un mode de rupture amiable du contrat de travail fondé, cette fois-ci, sur des accords collectifs majoritaires conduisant à l identification d emplois menacés et de solutions d emploi identifiées. Il s agit d un dispositif qui, en réalité, reçoit assez peu d applications au sein des entreprises. Donc, la question de l emploi me paraît, au regard des problématiques croisées des plans de départ volontaire et des ruptures conventionnelles, un sujet assez délicat, susceptible de donner lieu à des contentieux délicats. Pour autant, les quelques décisions de justice qui ont été rendues en matière de rupture conventionnelle ne portent pas sur ce sujet. Ce sont des jugements de Conseils de prud hommes, pour l essentiel. Le rôle que se donne le Conseil de prud hommes dans ces contentieux est assez révélateur de l idée que peuvent se faire l employeur et le salarié de ce qui est véritablement la rupture conventionnelle. 12/22

13 Trois jugements de Conseils de prud hommes peuvent être cités : - une décision de Valence du 14 octobre 2008, rendue en matière de référé, - un jugement du Havre du 30 octobre 2008, - un jugement de Nanterre du 5 janvier Ces décisions sont assez intéressantes parce qu elles sont relatives, et c est le premier point, au contentieux du refus d homologation. Nous avons vu que le refus d homologation, et l administration du travail l a confirmé, était assez peu fréquent (environ 10% des cas). L on constate, en pratique, que, lorsque l homologation n est pas accordée, c est essentiellement pour des raisons formelles et non pas pour des raisons tenant au défaut de liberté du consentement, même si le principe de la liberté du consentement est au cœur du dispositif. L administration du travail, il faut bien le reconnaître, n a pas les moyens d en contrôler la réalité, hors le contrôle du formalisme très précis de la tenue des entretiens et de la possibilité pour le salarié de se faire assister ; le consentement ne se mesure pas autrement que par le respect de ces dispositions formelles, c est-à-dire que le contrôle est en réalité assez réduit. Donc, le refus d homologation intervient essentiellement pour des raisons de forme tenant au fait que le formulaire n est pas bien renseigné ou, plus grave encore, que l indemnité n est pas à la hauteur de l indemnité conventionnelle. Sur ce point, vous savez que la voie du recours administratif a été exclue par le législateur, et donc qu il n y a pas de recours gracieux, ni de recours hiérarchique possible, et qu un bloc de compétence a été reconnu au juge judiciaire. Donc, le conseil de prud hommes est compétent pour connaître les décisions de refus d homologation. Le Conseil de prud hommes a repris la place que finalement ne lui avaient accordée ni les partenaires sociaux, ni le législateur, dans le dispositif originel. Vous vous souvenez que les pouvoirs publics s étaient posé la question de savoir quelle était l autorité naturelle pour homologuer. On avait pensé à certains officiers publics et ministériels (je crois que les huissiers avaient été cités à l époque, les notaires également). On avait pensé, à un moment, au juge prud homal, mais le juge prud homal était considéré comme strictement connoté dans le champ du contentieux et il avait de ce fait - été écarté. Ayant été écarté, son inclinaison naturelle a été de retrouver sa compétence! Lorsqu il est saisi d un contentieux sur l homologation, il prend une liberté absolue : les décisions rendues en cette matière font frémir puisque, dans la plupart des cas, le juge prud homal homologue, en l absence de toute compétence légale, la convention que l administration du travail a refusé d homologuer. Je vous invite à lire ces décisions ; elles sont assez intéressantes sur l office du juge, puisque l on est très souvent en matière de référé. Le trouble, manifestement illicite, tiendrait au fait que la procédure au fond est longue, ce à un point tel qu elle conduirait, le cas échant, à une homologation dans une période de temps beaucoup trop éloignée pour que le salarié puisse mettre en œuvre les projets professionnels qui ont justifié sa demande de rupture conventionnelle ; il y aurait bien là un trouble manifestement illicite. Le juge prud homal constate que l employeur souhaite la rupture, que le salarié la souhaite tout autant, que l administration du travail, qui est mise en cause, généralement, n est pas 13/22

14 présente à l audience. Enfin, il constate le trouble manifestement illicite et homologue la rupture conventionnelle. Il rend ainsi une décision en dehors de toute compétence légale. On peut d ailleurs se poser la question de savoir si le régime d assurance chômage pourrait prendre en charge et verser les prestations, et si le régime de l indemnité est celui qui a été prévu par la loi, c'est à dire un régime favorable. Il y a ainsi quelques décisions de justice qui sont extrêmement marginales, mais qui sont assez significatives, car elles illustrent relativement l attitude d un juge qui, en réalité, est proche du terrain, et constate que les parties sont d accord. Il se donne une vocation à favoriser l apaisement et ainsi la mise en œuvre plus rapide de ce régime de rupture. En revanche, je crois qu il y a, et j en terminerai par ce sujet, deux voies contentieuses qui sont beaucoup plus difficiles, qui interviennent dans des situations non stabilisées. Ce sont celles de la rupture conventionnelle, mise en œuvre de façon significative par les entreprises en dehors de tout plan de sauvegarde de l emploi ou accompagnant des licenciements pour motif économique. Il n y a, à notre connaissance, qu une décision qui ait été rendue récemment en cette matière, constituée de l arrêt de la Cour d Appel de Grenoble en date du 23 novembre 2009, qui a été saisie d une hypothèse que l on rencontrera, de plus en plus à l avenir : l entreprise avait à la fois mis en œuvre des ruptures conventionnelles de contrat de travail, puis, compte tenu des difficultés auxquelles elle était confrontée, a élaboré un plan de sauvegarde de l emploi pour envisager des licenciements pour motif économique. Ce plan de sauvegarde de l emploi était jugé insuffisant par les organisations syndicales qui ont saisi le tribunal de grande instance. L action visait tant à la nullité du plan de sauvegarde de l emploi du fait de son insuffisance, d une part, que, d autre part, à la requalification des ruptures conventionnelles mises en œuvre antérieurement, au motif que celles-ci auraient dû être englobées dans la procédure de licenciement collectif pour motif économique, puisqu elles étaient réputées, selon le requérant, procéder d une même cause. L arrêt est assez peu motivé ; il est intéressant, en ce sens qu il annule le plan de sauvegarde de l emploi, au motif que celui-ci est insuffisant (c est un sujet très classique) mais que, deuxièmement, il ne suit pas le requérant dans le détail de son argumentation sur la requalification des ruptures conventionnelles intervenues antérieurement. Autrement dit, il retient une analyse que j évoquais tout à l heure, qui est strictement légaliste et qui est celle selon laquelle, hors abus de droit, il n y a pas de place pour une requalification de la rupture conventionnelle, laquelle obéit à un régime propre, exclusif du licenciement et qui ne permet pas que l on puisse procéder à une recherche de sa cause. Je sais qu un pourvoi en Cassation a été formé. Je suis cependant certain que la rupture conventionnelle, dans une période économique difficile, pourra constituer un mode de traitement des difficultés économiques des entreprises qui fera l objet de contentieux. Le juge aura à statuer, au cas par cas, sur des principes reposant, notamment, sur l abus de droit. La sécurité pour les entreprises tiendra ainsi aux bonnes pratiques qu elles mettront en œuvre sous le contrôle du juge. 14/22

15 Voilà quelques observations sur ces trois champs d intérêt : l emploi, les pratiques d entreprises et le juge. Je vous remercie de votre attention. Jean-Michel OLIVIER, Président de l AFERP Merci beaucoup. Je donne tout de suite la parole à Maître Jonathan CADOT et puis ensuite nous pourrons débattre. 15/22

16 Maître Jonathan CADOT, Avocat du Cabinet Lachaud Lepany Mandeville En tant que conseil de salariés, d organisations syndicales et de Comités d entreprise, je ne vous cache pas que la rupture conventionnelle peut laisser perplexe. Si ce dispositif a été voulu par les partenaires sociaux, à l initiative, il s agissait, il faut le reconnaître d une demande forte de la partie patronale. Ce dispositif peut être critiqué en ce qu il revient à éluder la question du motif de la rupture du contrat de travail. Un certain nombre de défenseurs de salariés et d organisations syndicales se sont de ce fait interrogés, voir se sont opposés à ce mode de rupture, les principales critiques sur ce dispositif portant sur le fait que l employeur n avait plus à s interroger sur l existence d un motif réel et sérieux pour rompre le contrat de travail et que le salarié n était pas sur le même pied d égalité que l employeur pour négocier dans de bonnes conditions. Pour autant, il faut bien reconnaître que la rupture conventionnelle répond à un besoin et permet de trouver une solution à certaines situations qui impliquaient de mettre en place des procédures montées de toute pièce. Jean-Michel OLIVIER, Président de l AFERP Si je peux me permettre, les avocats dans cette salle n oseront pas le dire, mais il faut préciser simplement que la lettre de licenciement et la transaction n étaient pas établies en même temps. La transaction devant être postérieure, pour que la rupture soit consommée, il suffisait que le montant, que l employeur allait verser au salarié qui allait quitter, soit indiqué avant qu il ait signé, donc c était clair mais on pouvait, quelques dix à quinze jours plus tard, mettre une autre date. Je sais bien que les avocats n osent pas trop le dire. Maître Jonathan CADOT, Avocat du Cabinet Lachaud Lepany Mandeville La rupture conventionnelle a donc pour objet de sécuriser la rupture du contrat de travail. Or, s il y a bien une chose sur laquelle j ai une certitude, c est que cette sécurisation est, somme toute, relative. Le nombre de circulaires publiées par la DGT en est l illustration. Il apparaît que ce dispositif n est pas si simple que cela à appréhender. De plus, si la rupture conventionnelle répond à un besoin, on peut s interroger sur les chiffres, mentionnés par la DGT et par la DARES. Est-ce que la rupture conventionnelle ne concerne que des véritables ruptures d un commun accord ou est-elle détournée de son objet premier? Outre le nombre de ruptures conventionnelles et le nombre d homologations qui interviennent aujourd hui, on constate, au regard des statistiques, qu un nombre très important des salariés qui ont signé une rupture conventionnelle se sont inscrits au pôle emploi. Un salarié quittant son emploi pour «pointer» au pôle emploi est-il vraiment demandeur à son départ dans le cadre d une rupture conventionnelle? On peut s interroger au regard du nombre de ruptures conventionnelles. 16/22

17 Pour autant, il est vrai qu au regard du nombre de ruptures conventionnelles, il y a peu de litiges et peu de contestations. On pourrait éventuellement se dire que si ce dispositif n était pas utilisé dans son objet premier, cela impliquerait logiquement qu il y ait des contestations et que des procédures de contestations judiciaires soient engagées. Pour autant, ce n est pas le cas. A mon sens, cette absence de contestation est liée à une certaine réticence, à aller en contestation d une rupture conventionnelle et d une homologation, en sachant qu il est toujours délicat d aller remettre en cause une rupture d un commun accord. On voit déjà cela dans le cas des ruptures de contrat de travail, en cas de départ volontaire pour motif économique. Aujourd hui, quels sont les angles de contestations contre les ruptures conventionnelles non conformes à l esprit et à la lettre du texte? En l état, il est possible de distinguer trois angles de contestations de la rupture conventionnelle qui pourraient permettre de remettre en cause des ruptures conventionnelles, qui n auraient pas été réalisées conformément aux dispositions et à l esprit de la loi. - premier angle de contestation : l existence de vices de procédure, vices de forme qui seront relatifs au non respect de la procédure de la rupture conventionnelle, telle qu elle est prévue par les dispositions légales. En l espèce, la question du non respect de la procédure formelle est pour partie contrôlée par la DDTEFP, finalement ce sont aujourd hui les seuls éléments examinés par l Administration. Le nombre de ruptures conventionnelles qui sont soumises à homologation ne lui permettant que d effectuer un contrôle formel. La question est principalement de savoir si des entretiens ont été effectués et si le délai de rétractation a été respecté. Il faut au moins un entretien et que cet entretien se soit régulièrement tenu. S agissant de l entretien, on peut faire une analogie par rapport à la procédure de licenciement qui implique que l employeur ne soit pas représenté par trois personnes lors de l entretien. En outre, le salarié doit avoir été informé de sa faculté d être assisté, ce qui n est pas forcément précisé. Ces angles de contestation sur les vices de procédures seront toutefois bien souvent relativement limités. Pour un certain nombre d entreprises de petite taille, il est certain que l on va avoir des débats plus fréquents sur cette question là que dans les grands groupes. Généralement, on fait signer aux salariés l ensemble des documents nécessaires pour valider la procédure, c est-à-dire : convocation à un entretien, convocation à un deuxième entretien, éventuellement un document précisant qu il est informé de l ensemble des conséquences et de ses droits dans le cadre de la rupture conventionnelle et même, au-delà du simple formulaire établi par l Etat, une convention complémentaire. 17/22

18 Il est possible d ailleurs de constater qu il arrive que certains employeurs fassent signer à leurs salariés tout ces documents en même temps, le salarié renonçant de fait implicitement au délai de rétractation, les documents étant anti-datés. Il arrive, dans cette hypothèse, que le salarié, après avoir signé l ensemble de ces documents souhaite revenir sur sa décision. Dans cette hypothèse, Il peut lui être conseillé qu il adresse une lettre recommandée à son employeur pour rappeler dans quelles circonstances les documents ont été signés et à quelle date, puis faire valoir sa rétractation. Il peut également tenter d intervenir auprès de la DDTEFP qui pourrait, le cas échéant, décider de ne pas homologuer la rupture conventionnelle. Il va donc y avoir un débat, à mon avis un débat sur la rétractation, qui ne pourra, dans la mesure du possible, être purgée que s il y a une notification par un document ayant date certaine, par recommandé, par exemple, pour qu un véritable délai de rétractation existe, car aujourd hui, il est facile de le détourner - deuxième angle de contestation : la réalité du consentement du salarié En la matière, il est possible de se référer aux dispositions du Code civil, et, notamment aux articles 1134 et 1109 du code civil. Toutefois, il faut toujours garder à l esprit que la relation contractuelle entre un salarié et un employeur est par nature déséquilibrée. Ce déséquilibre doit donc être pris en compte dans l appréciation des vices du consentement. Pour rappel, les vices du consentement sont le dol, l erreur, la violence et la lésion. Il implique que le salarié doit avoir un consentement libre et éclairé. Comme il vous a été indiqué à plusieurs reprises, la rupture amiable du contrat de travail n est pas une chose nouvelle. En la matière, il est possible de se référer à la jurisprudence sur la rupture, d un commun accord, du contrat de travail dont la solution pourrait être transposée à la rupture conventionnelle. Il y a quelques arrêts intéressants à souligner, notamment de la Cour d Appel de Paris, dans un arrêt du 30 avril 2009, qui a été publié à la Semaine Juridique et Sociale de décembre 2009, donc d actualité. En l espèce il a été reconnu que la rupture, d un commun accord, du contrat de travail était entachée de nullité en raison de la violence exercée sur le salarié. 18/22

19 Jean-Michel OLIVIER, Président de l AFERP Là, il y avait des preuves : allez voir un médecin pour avoir des preuves et des arrêts de travail? Maître Jonathan CADOT, Avocat du Cabinet Lachaud Lepany Mandeville En effet, cet arrêt n est qu une illustration de l application des vices du consentement à la rupture d un commun accord. Il y a d autres arrêts de la Cour de Cassation qui me semblent un plus intéressants et notamment celui du 11 Février 2009 de la Cour de Cassation, toujours sur des ruptures d un commun accord. Cet arrêt est intéressant dans la mesure où il vient poser un principe : il ne peut pas y avoir conclusion d une convention de rupture amiable quand on est en présence d un différend existant entre les parties. Ce qui est particulièrement intéressant, c est que la Cour de Cassation vient de juger qu il faut apprécier la rupture au regard des circonstances dans lesquelles elle intervient. La Cour de Cassation considère qu il ne peut pas l être quand il existe un différend entre les parties. Quel peut être ce différend? Cela peut être l engagement d une procédure de licenciement par convocation d entretien préalable. Ce différend peut être également de nature disciplinaire ; sans aller jusqu à l engagement de la procédure de licenciement ; s il y a concomitance avec la notification de sanctions, la réalité du consentement est pour le moins discutable. Au-delà de la problématique de procédure de licenciement ou de procédure de sanction disciplinaire, cette jurisprudence sur l existence d un différend peut être également utilisée dans un contexte économique. Effectivement, le principe que l on peut dégager de cette jurisprudence peut être intéressant en la matière, notamment, en présence d un salarié qui arrive à apporter la preuve qu il a connaissance que son employeur envisage de supprimer son poste ou qu il lui a d ores et déjà indiqué que son poste serait supprimé ; sans pour autant que l employeur engage ou matérialise cette décision par l engagement d une procédure de licenciement pour motif économique. Cette concomitance entre la restructuration qui pourrait intervenir dans l entreprise et la rupture conventionnelle, pourrait être un angle de contestation envisageable du caractère libre du consentement du salarié. En outre, le consentement du salarié peut être également remis en cause, s il n a pas été éclairé, ce qui suppose que le salarié soit informé de manière précise de ses droits postérieurement à la rupture conventionnelle et des conséquences de son refus de la rupture conventionnelle, notamment dans un contexte de difficultés économiques. Il est à regretter que le formulaire de rupture conventionnelle ne comporte pas une annexe explicative. 19/22

20 Le formulaire d homologation, en tant que tel, est insuffisant quant aux informations transmises aux salariés. On peut regretter que, sur un certain nombre de points, le salarié ne soit pas alerté sur les tenants et aboutissants de sa rupture conventionnelle. Vous aurez compris qu au niveau du consentement, il y aura des débats, et toutes ces questions ne seront pas tranchées par la Direction Départementale du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle, car, au vu du nombre de ruptures conventionnelles, son contrôle est minimal. Il est certain que le caractère restreint de la DDTEFP, légitimera d autant plus le débat sur le consentement du salarié devant le Conseil de prud hommes. - Troisième angle de contestation : les contournements de procédure et les fraudes. D abord, voyons les problématiques, au regard des protections d ordre public, attachées à certaines catégories de salariés. La DGT rappelle, dans ses circulaires, qu un certain nombre de salariés bénéficient de protections d ordre public et d ordre absolu au regard de leur statut, que ce soient les salariés en accident du travail, les femmes enceintes ou en congé de maternité. Il est à peu près certain, qu en cas de rupture conventionnelle, conclue durant ces périodes de protection absolue, même si elle est homologuée par la DGT, parce qu elle n aurait pas eu cette information en sa possession, le Conseil de Prud hommes serait amené à constater que, ces salariés bénéficiant d une protection, de ce seul fait, la rupture conventionnelle ne pouvait pas être valablement conclue. Ce sera le cas notamment, en cas de grossesse médicalement constatée, ainsi que pour les salariés en accident de travail et des salariés inaptes. Toutefois, il faut préciser que ceci ne vaut pas pour toutes les périodes de suspension du contrat de travail, il est possible de conclure une rupture conventionnelle avec un salarié qui est en suspension de contrat de travail. Rien ne l interdit d un point de vue formel. Toutefois, leur situation de santé sera naturellement prise en compte pour apprécier si leur consentement a été libre et éclairé. Jean-Michel OLIVIER, Président de l AFERP Si je peux me permettre, juste sur l inaptitude à propos de la rupture amiable : il y a la jurisprudence de 1999 ; c est l arrêt que vous avez cité pour les différends ; cet arrêt de 1999 sur les inaptitudes faisait dire à Christophe Mater que la rupture amiable n avait plus sa place en droit du travail. Maître Jonathan CADOT, Avocat du Cabinet Lachaud Lepany Mandeville Effectivement, par rapport à l inaptitude, il est indiqué qu à partir du moment où l on était dans le cadre d une inaptitude, la rupture amiable n était pas envisageable. Cette jurisprudence est critiquée, mais elle a une certaine logique et je pense qu un employeur bien 20/22

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail

La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Le point sur ALLER PLUS LOIN DANS VOTRE ACTUALITÉ SOCIALE SOCIAL Juillet 2008 La loi du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du travail Les partenaires sociaux ont signé un accord national interprofessionnel

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la Référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU -------------------

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N 1200014 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 10/04/2014 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 26 mars 2014 N de pourvoi: 12-21136 ECLI:FR:CCASS:2014:SO00660 Publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Lacabarats (président),

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur,

Fiche n 4. de l'emploi déterminé par un accord collectif majoritaire ou par un document élaboré par l'employeur, Fiche n 4 Procédure de licenciement économique collectif donnant lieu à un plan de sauvegarde de l emploi dans les entreprises en sauvegarde, redressement ou liquidation judiciaire Les entreprises en procédure

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

A LA UNE JANVIER 2015

A LA UNE JANVIER 2015 JANVIER 2015 Toute notre équipe vous souhaite une belle et heureuse année 2015 et vous remercie, toutes et tous, pour votre fidélité sans laquelle nous ne serions pas là. Nous voici donc repartis pour

Plus en détail

Rupture amiable ou conventionnelle du contrat

Rupture amiable ou conventionnelle du contrat Rupture amiable ou conventionnelle du contrat Dossier complet L'info pratique en droit du travail. QUESTIONS REPONSES Rupture amiable ou conventionnelle du contrat Sommaire 1- Dans quel cas le recours

Plus en détail

ACTUALITE DROIT SOCIAL

ACTUALITE DROIT SOCIAL Lettre d information Mai 2013 20 2013 ACTUALITE DROIT SOCIAL PCJ PARIS 7 rue d'argenteuil 75001 PARIS PCJ LILLE 69, Rue de Béthune 59000 LILLE PCJ BRUXELLES 142 Avenue Louise B-1050 BRUXELLES PCJ ASSOCIÉS

Plus en détail

SÉCURISATION DE L EMPLOI

SÉCURISATION DE L EMPLOI Accompagner les dirigeants de l ess dans la gestion des ressources humaines DOSSIER JURIDIQUE SÉCURISATION DE L EMPLOI Réalisé par : La Loi sur la sécurisation de l emploi La loi de sécurisation de l emploi

Plus en détail

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle

Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Indemnités négociées ou facultatives Comparer le licenciement et la rupture conventionnelle Référence Internet Saisissez la référence Internet dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr

Plus en détail

Fiche Portabilité des droits des salariés

Fiche Portabilité des droits des salariés Fiche Portabilité des droits des salariés L article 14 de l Accord National Interprofessionnel (ANI) du 11 janvier 2008 avait mis en place un mécanisme de portabilité des droits pour les anciens salariés

Plus en détail

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement,

Le ministre du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat, porte-parole du Gouvernement, Ministère de l emploi, du travail et de la santé Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat Ministère de l agriculture, de l alimentation, de la pêche,

Plus en détail

Vos Questions- Nos réponses Matinées Sociales de Mars 2010

Vos Questions- Nos réponses Matinées Sociales de Mars 2010 Cave Lex 27 bis Avenue de Lowendal 75015 PARIS 01 47 70 32 07 forhmaction@cavelex.com www.cavelex.com Cave Lex est une activité de l Institut du Temps Géré Organisme de formation n 11 75 29 21 275 Vos

Plus en détail

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme

L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme L obligation de l employeur à une certaine loyauté dans la négociation collective : une construction jurisprudentielle qui s affirme Dans le présent arrêt, la chambre sociale de la Cour de cassation renforce

Plus en détail

L ACTIVITE PARTIELLE

L ACTIVITE PARTIELLE L ACTIVITE PARTIELLE L'activité partielle permet d'éviter aux salariés de perdre leur emploi lorsque l'activité de leur entreprise se réduit. Dans un contexte de crise économique, le recours au chômage

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME :

C est le cas notamment en ce qui concerne des articles de l Accord qui avaient été «inspirés» par la CGPME : 10 Avril 2013 SYNTHESE SUR LA «CORRESPONDANCE» ENTRE L ACCORD NATIONAL INTERPROFESSIONNEL DU 11 JANVIER 2013 SUR LA SECURISATION DE L EMPLOI ET LA VERSION DU PROJET DE LOI ADOPTEE PAR L ASSEMBLEE NATIONALE

Plus en détail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail

La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail La prise d'acte de la rupture du CDI : mise à jour du Code du travail Cette nouvelle forme de rupture de la relation contractuelle fait son entrée (par la petite porte) dans le Code du travail. Selon une

Plus en détail

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009

Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 Portabilité des couvertures «prévoyance et santé» Art. 14 de l ANI du 11 janvier 2008 et avenant du 18 mai 2009 30 juin 2009 SOMMAIRE 1. Bénéficiaires de la portabilité 2. Renonciation à la portabilité

Plus en détail

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL

NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL overeed.com NEWSLETTER JUILLET 2015 LES IMPACTS DE LA LOI MACRON EN DROIT DU TRAVAIL La loi Macron en bref A l issue de plusieurs lectures devant l Assemblée Nationale et le Sénat et trois recours par

Plus en détail

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché de travail Article 14 - La portabilité des droits

Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché de travail Article 14 - La portabilité des droits Accord National Interprofessionnel du 11 janvier 2008 sur la modernisation du marché de travail Article 14 - La portabilité des droits SOMMAIRE 1 Rappel : Article 14 de l ANI du 11 janvier 2008 2 Fiche

Plus en détail

SALMON et Associés Avocats à la Cour

SALMON et Associés Avocats à la Cour SALMON et Associés Avocats à la Cour Philippe SALMON Avocat DESS Droit des Affaires DJCE Certificat de Spécialisation en droit du Travail Et droit de la distribution REUNION D INFORMATION CGPME 5 Juin

Plus en détail

LES ACCIDENTS DE TRAJET

LES ACCIDENTS DE TRAJET Bien que la Sécurité Sociale assimile l accident de trajet aux accidents du travail en matière d indemnisation, il existe des différences. C est pourquoi il convient de déterminer le régime des accidents

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives?

Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? 1 sur 5 29/09/2014 09:21 Fin du contrat : quelles sont vos obligations administratives? Fiche rédigée par l équipe éditoriale de WebLex En collaboration avec Cécile Gilbert, Avocat au Barreau de l'eure,

Plus en détail

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I.

Lettre d'information SOMMAIRE. Petit rappel des nouveautés en matière de portabilité de la prévoyance depuis le 1 er juin 2015 : I. Lettre d'information en JUILLET droit 2015 social SOMMAIRE I LES REFORMES - Portabilité de la prévoyance : Nouvelles règles applicables depuis le 1 er juin 2015 - Le portage salarial II EN BREF - Charge

Plus en détail

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14

Section 1 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 Liste des abréviations... 7 Introduction générale... 13 La primauté de la règle internationale et ses principes conventionnels... 14 1 Les normes universelles de l OIT... 14 2 Les normes régionales européennes...

Plus en détail

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013

Sommaire. L entrée en vigueur de l avenant n 21 sur les salaires minima au 1 er novembre 2013 informations sociales octobre novembre décembre 2013 Dans le cadre du mandat qu elle reçoit du FNCIP-HT, la Fédération Nationale de l Habillement informe chaque trimestre les entreprises à jour de paiement

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour administrative d appel de Douai N 10DA00763 Inédit au recueil Lebon M. Nowak, président M. David Moreau, rapporteur M. Larue, rapporteur public SCP GABORIT - RUCKER & ASSOCIÉS, avocat(s) 1re chambre

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française

Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Tribunal des Conflits n 3807 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de la Polynésie française Mlle C c/ Polynésie française Séance du 30 janvier 2012 Rapporteur : M. Christian Vigouroux Commissaire

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL Arrêté du 16 avril 2015 relatif à l agrément de la convention du 26

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ

Article 1 : LA GÉNÉRALISATION DE LA COUVERTURE COMPLÉMENTAIRE SANTÉ ANI du 11 janvier 2013 pour un nouveau modèle économique et social au service de la compétitivité des entreprises et de la sécurisation de l'emploi et des parcours professionnels des salariés Etude des

Plus en détail

THÈME 2 COMMENT LE DROIT ENCADRE-T-IL LE TRAVAIL SALARIÉ? CHAPITRE 3 COMMENT EST REGLEMENTÉE LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL?

THÈME 2 COMMENT LE DROIT ENCADRE-T-IL LE TRAVAIL SALARIÉ? CHAPITRE 3 COMMENT EST REGLEMENTÉE LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL? La rupture du contrat de travail à durée indéterminée, peut être à l initiative du salarié ou de l employeur. Cette rupture du contrat de travail est étroitement règlementée. D après vos connaissances,

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle

La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle les infos DAS - n 035 12 février 2015 La nouvelle convention relative au contrat de sécurisation professionnelle Le 26 janvier 2015, les partenaires sociaux ont conclu une nouvelle convention relative

Plus en détail

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 23/11/2011 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 6 avril 2011 N de pourvoi: 09-72164 Non publié au bulletin Cassation sans renvoi M. Linden (conseiller le plus ancien faisant fonction

Plus en détail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail

Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail Le régime fiscal et social des indemnités de rupture du contrat de travail En principe, l ensemble des sommes versées aux salariées en contrepartie ou à l occasion du travail sont considérées comme une

Plus en détail

Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié?

Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié? Comment réagir face à une absence injustifiée du salarié? Madame, Monsieur Veuillez trouver ci-dessous la procédure à suivre en cas d absence injustifiée d un salarié. L absence injustifiée d un salarié

Plus en détail

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE

L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE L impact du projet de loi relatif à la sécurisation de l emploi dans les SIAE Le projet de loi sur la sécurisation de l emploi, transposant l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2013 1, comporte

Plus en détail

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E

R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E SOC. PRUD'HOMMES JL COUR DE CASSATION Audience publique du 20 octobre 2010 Cassation partielle sans renvoi Mme MAZARS, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n Y 08-70.433 Arrêt n 2025

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre

CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre CONFERENCE MANPOWER Mardi 8 octobre Revisitez votre politique de flexibilité au regard des nouvelles dispositions issues de la loi de sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 IAE de Toulouse Conférence

Plus en détail

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques

La loi n 2015-990 du 6 août 2015 pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques NEWSLETTER SOCIALE S E P T E M B R E 2 0 1 5 L actualité en matière sociale a été riche au cours de la période estivale avec notamment la publication le 6 août dernier de la loi pour la croissance, l activité

Plus en détail

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011

Accord de prévoyance des personnels cadres et assimilés - mai 2011 1 SYNADIC PRÉAMBULE Un régime de prévoyance obligatoire au niveau national garantissant les risques incapacité, invalidité et décès a été instauré par l accord du 28 novembre 2005. Les partenaires sociaux

Plus en détail

Droit social R È G L E M E N T A T I O N. Fraude au détachement de travailleurs et travail illégal Décret du 30 mars 2015

Droit social R È G L E M E N T A T I O N. Fraude au détachement de travailleurs et travail illégal Décret du 30 mars 2015 Lettre d information 19 Droit social R È G L E M E N T A T I O N Fraude au détachement de travailleurs et travail illégal Décret du 30 mars 2015 ~ Portage salarial Ordonnance du 2 avril 2015 ~ Convention

Plus en détail

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique?

Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Quel cadre juridique pour les mesures d investigation informatique? Les Matinales IP&T Fabienne Panneau Avocat Counsel 12 mai 2011 Introduction Constat : la recherche d informations sur un serveur informatique

Plus en détail

AVENANT DU 6 AVRIL 2006

AVENANT DU 6 AVRIL 2006 Direction des Ressources Humaines et des Relations Sociales Direction du Développement Social Compte Epargne Temps AVENANT DU 6 AVRIL 2006 13/04/06 1 Sommaire PREAMBULE...3 ARTICLE 1 : CHAMP D APPLICATION...3

Plus en détail

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES

ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES ACCORD SUR LA FORMATION PROFESSIONNELLE DU PERSONNEL DES ENTREPRISES DE COURTAGE D ASSURANCES ET/OU DE RÉASSURANCES Depuis la Convention Collective de la branche professionnelle du 18 janvier 2002, les

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 15 septembre 2011 N de pourvoi: 10-23837 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Le Prado, SCP Célice, Blancpain et Soltner,

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Définition. Le licenciement économique est un licenciement d un ou plusieurs salariés en raison des difficultés économiques que connaît une entreprise. Selon les dispositions

Plus en détail

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de

Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifi que afi n de Je dois prochainement passer un entretien d embauche. On me demande de réaliser une tâche spécifique afin de vérifier mes compétences. Est-ce possible? Cette mise en situation est-elle rémunérée? 1 Oui,

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

Loi sur la sécurisation de l emploi

Loi sur la sécurisation de l emploi Dossier de presse JUIN 2013 Loi sur la sécurisation de l emploi contact presse : cab-tef-presse@cab.travail.gouv.fr Tél. 01 49 55 31 02 1 Sommaire Les origines du texte page 3 De la grande conférence à

Plus en détail

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN!

Le guide. juridique. www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! Le guide juridique www.menages-prevoyants.fr LA MUTUELLE QUI VA BIEN! sommaire Contexte de l évolution de la «Loi Fillon»... 3 Comment bénéficier des avantages de la «Loi Fillon»?... La participation de

Plus en détail

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES

ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES ACCORD RELATIF A L'APPLICATION DE L'AMENAGEMENT ET DE LA REDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL AUX INTERIMAIRES PREAMBULE Les organisations signataires veulent par le présent accord, préciser la situation des

Plus en détail

www.cercledoutremanche.com

www.cercledoutremanche.com SOUPLESSE DU DROIT DU TRAVAIL : LE DIVORCE ECONOMIQUE SANS FAUTE En France, 10 000 emplois sont détruits et 10 000 emplois sont créés chaque jour. L économie de marché est donc bien là. Or il n est possible

Plus en détail

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004

NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 Secrétariat Général La Défense, le 1 er juillet 2014 Direction des Ressources Humaines Direction Siège NOTE D ADMINISTRATION N 07/2004 applicable à l ensemble du personnel lié par un contrat de travail

Plus en détail

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015

LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 LOI n 2013-504 du 14 juin 2013 relative à la sécurisation de l emploi (1) Version consolidée au 4 avril 2015 Chapitre Ier : Créer de nouveaux droits pour les salariés Section 1 : De nouveaux droits individuels

Plus en détail

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009.

Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Ordonnance du Tribunal du Travail. Rép. fisc. no 544/2009. Rendue le mardi, 10 février 2009 par Nous, Marie MACKEL, juge de paix, siégeant comme Présidente du tribunal du travail de et à LUXEMBOURG, assistée

Plus en détail

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions,

Entre: la société à responsabilité limitée A s.à r.l., établie et ayant son siège social à L-, représentée par son gérant actuellement en fonctions, Exempt appel en matière de droit du travail Audience publique du huit octobre deux mille neuf. Numéro 33834 du rôle. Composition: Monique BETZ, président de chambre; Astrid MAAS, conseiller; Roger LINDEN,

Plus en détail

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013

Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 Principales mesures issues de la loi de Sécurisation de l emploi du 14 juin 2013 CDD : COTISATIONS SUPPLEMENTAIRES POUR LES CDD DE COURTE DUREE À partir du 1er juillet 2013, la cotisation patronale d assurance

Plus en détail

>Contrat de travail des professeurs de danse

>Contrat de travail des professeurs de danse DROIT >Contrat de travail des professeurs de danse Juillet 2011 > DÉPARTEMENT RESSOURCES PROFESSIONNELLES 1 rue Victor-Hugo 93507 Pantin cedex T 01 41 839 839 (accueil) F 01 41 839 841 ressources@cnd.fr

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear

Table des matières. Hervé Deckers et Laurent Dear Table des matières Avant-propos 7 Hervé Deckers et Laurent Dear étendue et limites de la protection 11 Jacques Clesse et Sabine Cornélis Introduction 11 Section 1. L évolution de la protection de 1948

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3255 Convention collective nationale IDCC : 1619. CABINETS DENTAIRES ACCORD DU 28 FÉVRIER 2014 RELATIF AU TEMPS

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2010 En bref Art. L. 1224-1 du Code du travail Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise

Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER LA Généralisation de la complémentaire santé dans votre entreprise Si vous avez déjà un contrat santé dans votre entreprise vérifiez bien votre conformité avec nos conseils du chapitre 6 Pour éviter un eventuel redressement urssaf votre PASS ANI Pour COMPRENDRE ET ANTICIPER

Plus en détail

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal)

Indemnités de rupture (régimes social et fiscal) Régimes social et fiscal des indemnités de rupture du contrat de travail au 1 er janvier 2012 Indemnité compensatrice de préavis, de congés payés, de RTT non pris ; indemnité de non-concurrence Assujettie

Plus en détail

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée

Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Proposition de loi pour le développement de l alternance, la sécurisation des parcours professionnels et le partage de la valeur ajoutée Présentée par Gérard Cherpion, Bernard Perrut, Jean -Charles Taugourdeau

Plus en détail

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente

Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente 1 Édition du 4 mars 2011 Annule et remplace l édition précédente TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE 2 TOUT SAVOIR SUR LE CONTRAT D APPRENTISSAGE SOMMAIRE Qui peut embaucher un apprenti et quelles

Plus en détail

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique

La subordination est le critère de qualification du contrat de travail La subordination économique constitue un indice de la subordination juridique Travaux dirigés de droit du travail, 3 ème année de Licence de droit, année 2011-2012 1 ère séance - Le lien de subordination Cass. Soc. 13 novembre 1996, n 94-13187 Cass. Soc. 19 décembre 2000, n 98-40572

Plus en détail

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET

Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Avenant n 120 du 15/09/2008 relatif au CET Article 1 : Il est créé un chapitre 10 dans la convention collective de l animation intitulé compte épargne temps dont les dispositions sont les suivantes : Préambule

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E SOC. CB COUR DE CASSATION Audience publique du 20 mai 2014 Rejet M. BAILLY, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n o J 12-26.322 Arrêt n o FS-P+B+R R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations»

Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Avenir de la Fonction publique «parcours professionnels, carrières, rémunérations» Point d étape de la négociation PPCR 10 Mars 2015 Discours d ouverture de Marylise LEBRANCHU Mesdames et Messieurs, Nous

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

Actualité du Droit Social

Actualité du Droit Social 1 Actualité du Droit Social janvier 2012 Table des matières 1. Actualité jurisprudentielle... 2 1.1 Obligation de sécurité-résultat de l employeur... 2 1.2 Modification de la durée du travail... 2 1.3

Plus en détail

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB

SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB SOUS-SECTION 4 SOMMES ALLOUÉES AUX SALARIÉS EN APPLICATION D'UN CONTRAT D'INTÉRESSEMENT [DB 5F1134] Références du document 5F1134 Date du document 10/02/99 2. Fonctionnement. 23 Le CET est alimenté par

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française.

Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française. 1.8 2 2.2 2.4 2.6 Réduire la précarité de l emploi et améliorer la compétitivité des entreprises : principes d une flexicurité à la française Marc Ferracci 1. Introduction : constats et objectifs Depuis

Plus en détail

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF»

Commande publique. 1. Une question délicate : la détermination du champ d application de l article 2.I. de la loi «MURCEF» Compétence juridictionnelle à l égard des contrats d assurance souscrits par les personnes publiques : retour vers une interprétation raisonnable de la loi «MURCEF» Par Florence Caille La première chambre

Plus en détail

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL

MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES. Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n o 3342 Convention collective IDCC : 2622. CRÉDIT MARITIME MUTUEL ACCORD DU 23 JUIN 2005 RELATIF À LA COUVERTURE

Plus en détail

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC

LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC F I C H E P R A T I Q U E C D G 5 0 LICENCIEMENT D UN AGENT NON TITULAIRE DE DROIT PUBLIC Les fiches consacrées aux agents non titulaires de droit public ne concernent que les actes de recrutement (contrats

Plus en détail

Point de vue d experts

Point de vue d experts Point de vue d experts Vous trouverez dans ce numéro l actualité relative aux thèmes suivants : La mise en conformité des régimes de protection sociale : ce qu il faut faire avant le 1 er juillet 2014

Plus en détail