Acheter en Pourquoi les conditions sont réunies pour passer à l action

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Acheter en 2010. Pourquoi les conditions sont réunies pour passer à l action"

Transcription

1 essais dossier u12 LES RÉFRIGÉRATEURS-CONGÉLATEURS ACHETEURS EN POSITION DE FORCE p.44 - Benjamin p. 44 Douriez, Dominique Foing. umotobineuses DÉCROCHER LES p.48meilleures - Foing, Fanny Guibert, CONDITIONS Thomas Laurenceau, D EMPRUNT Erwan Le Fur. p. 46 u6 ASSURANCE ALARMES SANS EMPRUNTEUR FIL p.52 - Benjamin : FAITES Douriez, JOUER Dominique Foing. LA CONCURRENCE p. 50 u Lionel Maugain, Laure Guiserix. Emmanuel Masset-Denè vre, économiste. Sarah Lespinasse, juriste. Acheter en 2010 Pourquoi les conditions sont réunies pour passer à l action 42 l 60 millions de consommateurs l n 447 l mars 2010

2 IMMOBILIER Après deux années difficiles, 2010 marque le retour d une embellie pour qui souhaite acheter un logement. Les taux ont chuté, les prix ont baissé, le pouvoir d achat immobilier remonte. Des mètres carrés en plus Notre indice du pouvoir d achat immobilier est reparti à la hausse. Fin 2009, un ménage moyen consacrant un tiers de ses revenus au remboursement de son emprunt sur 25 ans a retrouvé ses capacités d achat de Dans l immobilier, tout a baissé ou presque. Certes, le nom bre de transactions est bien moins important qu auparavant. Mais les prix à l achat dans l ancien ont diminué de 5 à 7 % en 2009, et les taux d intérêt ont dégringolé. De quoi se réjouir si l on souhaite emprunter pour acheter son logement. Car le seul indicateur qui monte, c est le nombre de mètres carrés que peut s offrir un ménage qui accède à la propriété. «60» publie depuis plusieurs années un indice du pouvoir d achat immobilier, qui exprime la surface pouvant être achetée par un couple qui emprunte sur 25 ans en consacrant un tiers de ses revenus au remboursement. Cet indice prend en compte à la fois l évolution des prix de l immobilier, celle des taux d intérêt et celle des revenus disponibles bruts moyens par ménage. Après s être affaissé durant les années 2000, l indice remonte depuis 2008, période où les conditions d achat furent les pires de la décennie. Songez que notre ménage pouvait s offrir une maison de 111 m 2, ou un bel appartement de 94 m 2 en Et que le même couple, avec des capacités financières similaires, devait se contenter à la fin de l année 2007 d une maison d à peine plus de 80 m 2, ou bien d un appartement de moins de 60 m 2. Une pièce en plus pour les nouveaux acheteurs En moins de deux ans, les ménages ont retrouvé une capacité d achat telle qu ils peuvent aujourd hui se payer quasiment une pièce en plus : 68 m 2 pour un appartement et 98 m 2 pour une maison. Des niveaux comparables à ceux de Ce pouvoir d achat immobilier redoré devrait encore croître en 2010, si l on en croit les orientations actuelles du marché (voir pages suivantes). Les emprunteurs devront mettre banquiers et courtiers en concurrence pour obtenir d excellentes conditions, comme nous le détaillons dans notre comparatif. Nouveauté cette année, le Par - lement devrait adopter un dispositif favorisant le choix d une assurance em prunteur pas forcément liée à la banque. À l orée de cette ouverture du marché, qui s annonce difficile, nous publions le premier comparatif des assurances décès concurrentes des banques. mars 2010 l n 447 l 60 millions de consommateurs l 43

3 dossier IMMOBILIER Les acheteurs en position de force Poursuite de la baisse des prix des logements, chute des taux d intérêt, banques plus ouvertes : trois bonnes raisons de penser à l achat. À quelques réserves près. Malgré de sombres prévisions, parfois catastrophistes, les marchés de l immobilier ne se sont pas effondrés, et le recul des prix dans l ancien est somme toute contenu. En 2009, la baisse a frôlé les 5 %, selon la Fédération nationale des agents immobiliers (Fnaim), après une chute de 3 % l année précédente. Les chiffres des notaires relatent une baisse un peu plus importante sur l année civile. Les prix des maisons ont davantage baissé (- 10 %) que ceux des appartements. Rappelons qu en pleine tourmente, les banques ne prêtaient guère début 2009, le nombre de transactions s écroulait et les vendeurs rongeaient leur frein, refusant pour la plupart les offres jugées trop basses. Les prix indexés sur le taux de chômage Résultat, moins de opérations ont été réalisées dans l ancien en 2009, alors que l on dépassait allègrement les ventes depuis cinq ans. Si 2009 n a pas eu un effet aussi terrible sur les prix que le redoutaient les professionnels et les vendeurs, 2010 risque d apparaître beaucoup moins rose qu espéré, avec probablement à nouveau moins de opérations dans l ancien cette année. Si les prix proposés retrouvent progressivement la raison et leur niveau de fin 2005, la situation économique des ménages inspire incertitude et angoisse. «Les facteurs de la reprise ne sont pas réunis au jourd hui, reconnaîton à la Fnaim. La confiance reste à un niveau historiquement bas et n est pas propice à la réalisation de projets. En témoigne, notamment, la remontée du chômage.» La banque HSBC prévoit un taux de chômage de 11,4 % fin «L activité immobilière étant corrélée au revenu disponible des ménages, la hausse du chômage devrait induire une baisse moyenne des prix immobiliers de 2 % en 2010», en déduit Mathilde Lemoine, directrice des études économiques chez HSBC, qui rappelle les sombres précédents de 1985 et Dans le neuf, les ventes se sont redressées en 2009, ce qui a dopé les prix de près de 4 %, après une année 2008 catastrophique. L aubaine fiscale du dispositif Scellier semble évidente. «Cette réduction d impôt a accru la rentabilité d un investissement locatif de 3 %», a calculé Mathilde Lemoine. Prudence cependant, certains investisseurs peinent à trouver des locataires dans des programmes neufs mal placés. Bon indicateur de l état des marchés immobiliers, la durée entre la mise sur le marché d un logement et la signature du compromis a baissé de dix jours, selon le réseau d agences Orpi. «Les biens partent plus vite, particus Saviez-vous que le prix peut varier selon l âge, la profession ou la situation familiale? À partir des informations notariées de 1998 à 2007, quatre étudiants de Paris-Dauphine ont pu établir l incidence des données sociologiques sur le prix de vente d un logement. En moyenne, les ouvriers vendent leur bien 8 % moins cher que les cadres ou les Dis-moi qui tu es, je saurai combien tu vends professions libérales. Ils achètent également 16 % moins cher. s La situation familiale joue également un rôle. Un divorce, le chômage ou un décès contraignent souvent à vendre rapidement, à un prix réduit de 5 % en moyenne, et à acheter 10 % moins cher. Un couple marié, en revanche, paiera plus cher son futur nid. lièrement les petites surfaces qui tirent véritablement le marché», commente Bernard Cadeau, président du réseau Orpi, qui reste toutefois prudent : «Cette re prise, qui s explique aussi parce que les projets immobiliers ne peuvent se différer éternellement, ne sera durable que si vendeurs et acheteurs ne repartent pas dans une logique spéculative.» Des marges de négociation plus serrées Century 21 confirme cette tendance dans l ancien. Baisse des stocks, raccourcissement des délais (88 jours chez Century 21) et négociations sur le prix plus difficiles. «Les marges de négociation se resserrent, constate s L étude souligne l importance de l âge : les trentenaires négocient des prix inférieurs de 11 % à ceux des septuagénaires, les jeunes devant faire face à de plus grandes contrain tes budgétaires. «Le patrimoine immobilier est plus important en fin de vie, ce qui peut émousser l envie de vendre cher», expliquent aussi les auteurs. 44 l 60 millions de consommateurs l n 447 l mars 2010

4 IMMOBILIER Laurent Vimont, président de Century 21 France. 6,11% au dernier trimestre 2009, contre 8,45% au dernier trimestre 2008.» Les rabais obtenus par les acquéreurs sont donc moins importants qu en Un autre signe qui montre que l immobilier résiste à la crise. Alors, que nous réserve l avenir? Avec une prévision d évolution des prix située entre - 3 et + 3 % en 2010, la Fnaim ne se mouille pas trop : «L hypothèse d une hausse est soutenable, mais elle sera contenue, car les ressorts du crédit sont aujourd hui épuisés. À l inverse, le scénario d une baisse des prix est aussi probable. Mais elle sera également contenue, compte tenu du ni veau historiquement élevé de la solvabilité des ménages.» Les insuffisances des indices immobiliers Même si ces professionnels ne s étaient pas trompés l année dernière, il reste compliqué de prédire ce qui va se passer sur les marchés, d autant que les indices immobiliers sont euxmêmes sur la sellette. La France ne dispose que de deux sources d information. La première, publique, provient des notaires et de l Insee, dont les chiffres trimestriels paraissent avec plusieurs mois de retard. La seconde, privée, émane des agents immobiliers de la Fnaim. Si les chiffres sont plus récents, leur représentativité est toutefois limitée car, en France, une transaction sur deux se passe entre particuliers. En outre, la méthodologie employée par la Fnaim fait débat. Il faut donc améliorer les données liées aux prix des logements pour combler «de nombreuses lacunes», comme le note le Centre d analyse stratégique. Cet organisme, rattaché au Pre mier ministre, réclame un effort de pédagogie de la part de ceux qui produisent et diffusent ces statistiques, y compris la presse, priée d insérer une note méthodologique. L adminis tra tion fiscale et le bureau des hypothèques, qui disposent d informations peu exploitées, pourraient également contribuer à l élaboration d un indice irréfutable. Car, pour prendre une décision sereine, acheteurs et vendeurs ont besoin d une information indépendante et plus précise sur le prix des logements. DANS L ANCIEN, UN RECUL GÉNÉRALISÉ «L ensemble des territoires sont entrés dans une logique de correction générale, y compris Paris», affirment les notaires de France dans leur note de conjoncture de janvier. Aucune des grandes villes françaises n a échappé à la chute des prix constatée par les notaires. Même Paris, qui a longtemps résisté, voit ses appartements dans l ancien perdre plus de 7 % à la vente en un an au 30 septembre Lille (- 1,4 %), Bordeaux (- 3,6 %) limitent davantage la baisse que Clermont-Ferrand ou Reims. Les tendances sont encore plus aiguës dans les maisons, avec des dégringolades (- 18 % à Rennes ou à Reims, - 21 % à Dijon ou à Toulon), mais aussi de légères hausses à Clermont- Ferrand, Orléans ou Caen. «Les facteurs locaux d emploi ou de liaison avec la capitale expliquent en partie ce phénomène», commentent les notaires. Source : Conseil supérieur du notariat, Perval, Bien. Évolution annuelle au 30 septembre 2009 du prix moyen au mètre carré des appartements anciens, calculé sur un volume médian de 150 transactions par ville et par trimestre. mars 2010 l n 447 l 60 millions de consommateurs l 45

5 dossier IMMOBILIER Décrochez les meilleures conditions d emprunt En cumulant les aides à l achat, en valorisant son dossier et en connaissant les points à négocier avec son banquier, il est possible d obtenir un très bon contrat. Disons-le tout net : les taux d intérêt des crédits immobiliers sont particulièrement bas en ce début d année Les banques se sont refait la cerise et entrouvrent à nouveau les vannes du crédit immobilier, qui furent bien étroites début Conséquence, le projet d acheter cette année n est pas une mauvaise idée. Depuis quinze mois, les coûts moyens du prêt immobilier n ont cessé de dégringoler. La majorité des crédits se négocient actuellement dans une fourchette de 3,5 à 4 % hors assurance, selon l Observatoire Crédit Logement/CSA. Dix-sept pour cent des emprunteurs parviennent même à obtenir un taux inférieur. Comment font -ils? Ils disposent d abord d un solide apport personnel, d au moins 30 % du montant total de l opération, et de revenus fixes issus, si possible, d un contrat à durée indéterminée. À noter que les fonds propres sont non seulement constitués de l épargne personnelle ou de dons familiaux, mais aussi des éventuels prêts aidés (voir encadré ci-contre). Second critère, l opération ne doit pas entraîner un taux d effort supérieur à 33 %. Autrement dit, l échéance mensuelle ne doit pas excéder un tiers des revenus, même s il s agit d une règle non écrite des banques. En France, le coût moyen d une opération d achat s élève à Sur cette somme, sont empruntés, soit 22 % de fonds propres. Il est indispensable de réunir au moins les 7 % de frais de mutation (dits frais de notaire). Taux fixe ou variable: la question peut désormais se poser Avec un taux fixe, le coût total Courtier ou banque : l un ou l autre, ou mieux : les deux! Si vous cherchez les meilleures conditions, il n y a pas d hésitadu crédit est connu dès le départ et un échéancier est fourni. Quelle que soit l évolution des marchés financiers, ils ne bougeront pas, ce qui constitue une grande sécurité. Un taux variable changera en fonction d un indice mentionné au contrat. Ces dernières années, les prêts à taux variable ont généré des dizaines de milliers de litiges, du fait de la complexité de certains contrats de crédit. Des taux promotionnels séduisaient les emprunteurs, qui s apercevaient rapidement que leurs conditions évoluaient défavorablement par la suite, car le taux d appel n était pas le taux initial. C est une des raisons pour lesquelles «60» déconseille depuis dix ans de souscrire à des taux variables, d autant que rien n interdit de renégocier un crédit à taux fixe avec l établissement bancaire. Pour autant, force est de constater que les conditions d obtention de l emprunt à taux variable sont ac tuellement très attractives. Les taux variables sont fixés à partir de l indice Euribor 3 mois ou un an. Ceux-ci s établissaient, en janvier, respectivement à 0,69 % et 1,23 %. Les taux fixes, eux, sont établis en fonction des emprunts d État (OAT 10 ans) qui s élevaient à 3,6 % en janvier. Cette différence peut faire réfléchir. Si vous signez pour un taux variable, assurez-vous qu il est plafonné à la hausse (capé à + 2 % au maximum), ce qui signifie qu il ne pourra pas évoluer de plus de 2 % par rapport au taux initial, ce qu il faudra vous faire préciser. 46 l 60 millions de consommateurs l n 447 l mars 2010

6 IMMOBILIER tion à avoir : sollicitez un courtier en prêt. C est lui qui négociera en votre nom avec les banquiers. Il vous indiquera lequel fait la meilleure offre. Rien ne vous empêche de revenir ensuite vers votre propre banque pour savoir si elle s aligne sur la proposition obtenue. Demandez aussi une proposition à La Banque postale, qui ne travaille guère avec les courtiers, mais qui est souvent bien placée (voir notre comparatif pages suivantes). Sachez que banquiers et courtiers travaillent à partir d un compromis de vente. Il faudra donc l avoir signé avant d entamer les démarches. Vous avez 30 jours pour trouver le crédit. Le courtier ne touchera des honoraires (ils sont négociables) que si vous acceptez sa proposition. Vous n aurez pas à verser de frais de dossier bancaire. Choix d une garantie : hypothèque ou cautionnement? La banque a besoin d une garantie en cas de défaillance dans le remboursement. Pour cela, il faudra choisir l une des deux options suivantes. Soit l hypothèque, qui peut aboutir à la vente du bien au bénéfice de la banque, soit la caution mutuelle, par laquelle une société gérant un fond mutualisé viendra à la rescousse de l emprunteur défaillant mais qui peut également saisir le bien. La seconde solution est généralement la moins onéreuse. L assurance du crédit en cas de décès ou d invalidité Même si elle n est pas légalement obligatoire, l assurance en cas de décès, invalidité et incapacité de travail est exigée par l établissement prêteur pour couvrir le crédit. Une couverture contre les conséquen- ces du chômage sera également proposée. Les assurances emprunteur s ouvrent timidement à la concurrence et il devrait être en principe possible d assurer son prêt ailleurs qu à sa banque (voir page 50). Les pénalités de remboursement anticipé Les aléas de la vie professionnelle et personnelle font que l on revend plus souvent sa résidence principale qu autrefois. Si la banque ne peut pas taxer le remboursement anticipé d un prêt en cas de cession pour cause de mutation, elle peut, en revanche, prélever une indemnité si vous vendez pour acheter plus grand, par exemple. Cette somme s élève au maximum à 3 % du montant restant dû. Mieux vaut donc, dès le départ, en négocier la réduction (la moitié peut être obtenue facilement), voire la suppression. web + Abonnés Abonnés, retrouvez sur le site de «60», dans notre dossier interactif Acheter son logement en 2010, nos calculateurs et nos fiches pratiques. Les deux principales aides à l achat Le gouvernement incite fortement les Français à devenir propriétaires, par l octroi de subventions fiscales et de prêts sans intérêts. Le prêt à 0 % accession Principal coup de pouce réservé aux primo-accédants, le prêt à 0 % accession est un crédit complémentaire sans intérêts accordé sous condition de ressources. L État accor- de aux banques qui distribuent le prêt à 0 % un crédit d impôt compensant l absence d intérêts. Il peut financer l achat d un logement neuf ou ancien et il est considéré comme un apport personnel. Son montant et le plafond de ressources dépendent du nombre de personnes dans le logement et de sa zone géographique. Par exemple, pour un couple sans enfant, le crédit va de (dans l ancien) à (dans le neuf). À noter que certaines collectivités locales (municipalités, départements ou régions) accordent, elles aussi, des prêts à taux bonifié (voire parfois à 0 %) cumulables avec le prêt à 0 %. Le crédit d impôt sur les intérêts de l emprunt Deuxième très forte incitation, le crédit d impôt sur les intérêts d emprunt bénéficie, pendant les cinq premières années, à tous les ménages qui accèdent à la propriété de leur résidence principale en recourant à un emprunt bancaire. Il est égal à 40 % du montant des intérêts payés la première annuité et 20 % pour les quatre annuités suivantes, dans la limite d un plafond : au total pour une personne et pour un couple, par exemple. Le crédit d impôt vient en déduction des impôts sur les revenus à payer, ou, le cas échéant, sous forme d un chèque du Trésor public. info + DES BANQUIERS UN PEU PLUS SOUPLES Cette courbe montre l évolution des taux d intérêt moyens des crédits immobiliers. Nous avons pointé les tournants. Avril 2008 marque le début de la crise financière, qui connaît son pic en novembre Le taux d emprunt moyen culmine alors à 5,15 %. Aujourd hui, il est redescendu à 3,80 %. Même si la durée moyenne des prêts est plus courte, les banques acceptent un endettement un peu supérieur. Source : Observatoire Crédit Logement/CSA. Retrouvez le détail de ces aides, ainsi que toutes les autres sur le site rubrique Infos pratiques. Consultez également votre agence départementale d information sur le logement (Adil), dont les coordonnées se trouvent sur le site mars 2010 l n 447 l 60 millions de consommateurs l 47

7 dossier IMMOBILIER DES TAUX DE NOUVEAU TRÈS ATTRACTIFS, Nous avons soumis aux banques et aux courtiers en prêts les mêmes dossiers qu il y a un an. Les différences d une année sur l autre sont spectaculaires. Les courtiers devancent toujours largement les banques traditionnelles. Plus de : voilà le montant de l économie moyenne réalisée par un couple sollicitant aujourd hui un prêt de sur 20 ans pour devenir propriétaire d un appartement, par rapport à un couple ayant réalisé une opération similaire en janvier C est le grand enseignement de notre comparatif : l avantage financier généré par un emprunt en 2010 peut être considérable. La razzia des courtiers La meilleure offre pour notre premier couple s établissait à 5 % en 2009, c est-à-dire au-dessus de la pire proposition obtenue cette année! Pour un tel projet, les emprunteurs de 2010 bénéficient d une baisse de leurs mensualités de l ordre de 66. Pour notre second dossier, celui d un achat après revente, l amélioration des conditions d emprunt est encore plus flagrante. Le courtier Credixia proposait en 2009 un taux effectif global (TEG) de 5,26 %, contre 3,84 % cette année Bref, c est le moment de solliciter un crédit. D autant que les organismes prêteurs semblent de nouveau se livrer bataille pour débaucher des clients. Trois constats s imposent. D abord, la domination des courtiers est écrasante. Le trio Credixia, ACE et AB Courtage fait une razzia, tandis que les champions des années précédentes, Empruntis, Meilleurtaux et Cafpi restent très attractifs. Notre simulation montre à nouveau qu un courtier obtient presque toujours de meilleures conditions pour son client emprunteur que s il faisait lui-même le tour des agences ban- Premier achat Couple dont l apport ne couvre que les frais de notaire. Achète un appartement d une valeur de Souhaite un prêt à taux fixe, avec des mensualités modulables remboursables sur 20 ans. ACHAT APRÈS REVENTE D UN PRÉCÉDENT LOGEMENT : JUSQU À 19 % D ÉCONOMIE ÉTABLISSEMENT TEG * COÛT TOTAL MENSUALITÉ CREDIXIA 3,84 % ,13 EMPRUNTIS 3,94 % ,99 ACE 3,99 % ,81 AB COURTAGE 4,05 % ,90 CAFPI 4,10 % ,49 MEILLEURTAUX 4,23 % ,76 LA BANQUE POSTALE 4,23 % ,76 BOURSORAMA 4,23 % ,76 BNP BARIBAS 4,37 % ,63 BRED 4,49 % ,65 SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 4,50 % ,04 CRÉDIT DU NORD 4,53 % ,85 CAISSE D ÉPARGNE Ile-de-France 4,60 % ,67 LCL 4,68 % ,62 CRÉDIT AGRICOLE Ile-de-France 4,69 % ,63 * TEG : Taux effectif global Courtiers Banques 48 l 60 millions de consommateurs l n 447 l mars 2010

8 IMMOBILIER EN PARTICULIER AVEC LES COURTIERS PREMIÈRE ACCESSION À LA PROPRIÉTÉ : JUSQU À 21 % D ÉCONOMIE ÉTABLISSEMENT TEG * COÛT TOTAL MENSUALITÉ CREDIXIA 3,99 % ,55 ACE 4,04 % ,36 AB COURTAGE 4,07 % ,60 EMPRUNTIS 4,08 % ,35 MEILLEURTAUX 4,08 % ,35 BOURSORAMA 4,08 % ,35 CAFPI 4,09 % ,34 LA BANQUE POSTALE 4,29 % ,87 CRÉDIT AGRICOLE Ile-de-France 4,39 % ,87 BNP PARIBAS 4,40 % ,18 SOCIÉTÉ GÉNÉRALE 4,43 % ,25 LCL 4,52 % ,18 CRÉDIT DU NORD 4,52 % ,78 CAISSE D ÉPARGNE Ile-de-France 4,63 % ,73 BRED 4,97 % ,18 * TEG : Taux effectif global Courtiers Banques caires. Normal, c est son travail, et il ne sera rémunéré que si l emprunteur fait réellement affaire avec la banque. Car, derrière le courtier, qui est une sorte de grossiste du crédit, on retrouve les propositions des grands établissements, en particulier LCL et BNP Paribas. Les meilleures offres 2010 émanent d intermédiaires moins connus. Sur le Web depuis 1999, Credixia, basé à Bourg-la-Reine, revendique son caractère low-cost, et parvient à une offre canon sur chacun de nos profils. L orga - nisme, qui ne fait pas de publicité et compte sur le bouche-à-oreille, supprime frais de courtage et de dossier, et affirme pouvoir «obtenir une délégation d assurance, jusqu à 60 % moins chère qu une assurance groupe». Davantage renommé et pionnier en France, ACE est une plateforme Internet qui compte Achat après revente Couple disposant d un apport personnel de 40 %. Emprunte pour acquérir un bien d une valeur de Souhaite un prêt à taux fixe d une durée de 15 ans. en outre vingt-cinq agences en dur. Quant à AB Courtage, il s agit du site d un cabinet parisien qui a essaimé en province. Reste que tous les établissements financiers ne travaillent pas avec ces intermédiaires. C est le cas de La Banque postale, bien placée sur nos deux profils. Les emprunteurs prêts à changer de banque auraient tort de l oublier, d autant qu elle reste l une des moins chères pour la gestion d un compte courant. Voilà pour le deuxième constat Boursorama change la donne Troisième phénomène, un nouveau venu se retrouve dans nos tableaux : Boursorama. Cette filiale de la Société générale se classe très haut d entrée. Seul bémol, la faculté de moduler les échéances mensuelles passe par l élaboration d un nouvel échéancier facturé 368. Pour le reste, nos tableaux montrent que, sollicités directement, les grands réseaux bancaires ne représentent pas une concurrence crédible pour ceux qui cherchent un emprunt au coût le plus bas. mars 2010 l n 447 l 60 millions de consommateurs l 49

9 dossier IMMOBILIER Assurance emprunteur : faites jouer la concurrence! La libéralisation de l assurance emprunteur doit entrer en vigueur cette année : les banques ne pourront plus imposer leurs contrats. Suivez nos pistes pour choisir au mieux. Si assurer son crédit immobilier n est pas une obligation légale, n espérez pas y couper! Compte tenu des risques liés à la durée de l emprunt, avec des remboursements s étalant sur 20 ou 30 ans, tous les établissements bancaires subordonnent l octroi de crédit immobilier à une assurance de prêt. Obnubilés par la négociation de leur taux de crédit, les futurs propriétaires ne prêtent généralement pas grande attention à l assurance emprunteur. Et nombre d entre eux acceptent sans sourciller celle proposée par la banque. Il faut dire que les organismes financiers ont largement mis à profit la possibilité qui leur était donnée par le code de la consommation d imposer leurs contrats d assurance de groupe (article L ). Mais cette pratique devrait bientôt cesser : la libéralisation de l assurance emprunteur, qui doit entrer en vigueur cette année (voir encadré page 52), devrait enfin vous permettre de choisir celle que vous voulez! Quand passer par une délégation d assurance? Si vous n entrez pas dans le cadre de l assurance groupe de la banque, car vous présentez des problèmes de santé, vous pouvez alors bénéficier de la convention Aeras (s assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé), qui vise à trouver une assurance adaptée à votre profil. Si vous êtes bien portant, l avantage à passer par une délégation sera avant tout économique, le taux d assurance étant calculé au plus juste selon votre âge, votre profession, vos activités sportives et votre état de santé. Vous bénéficiez donc d une cotisation personnalisée correspondant à votre propre risque. La plupart du temps, la prime est appliquée sur le capital restant dû à chaque échéance selon le tableau d amortissement du prêt. Avec un contrat de groupe, les formalités d adhésion sont simplifiées et la cotisation est quasi identique pour tous les assurés, les tarifs étant calculés en fonction de l âge moyen d une catégorie. La prime annuelle est cons tante puisqu elle s applique pendant la durée du remboursement sur le montant du capital initialement emprunté. Passé 40/45 ans, ce mode de calcul devient souvent plus avantageux que le précédent, le contrat de groupe permettant une meilleure mutualisation des risques. Pour comparer les tarifs, connaître le montant des mensualités ne suffit pas, puisque certaines sont fixes et d autres pas. Faute de pouvoir calculer soi-même l impact sur le TEG (voir comparatif ci-contre), le plus simple est de regarder le coût total de l assurance. Mais ne vous fiez pas qu aux critères financiers. La qualité de la couverture, son adéquation avec la durée du prêt et votre profil sont des données fondamentales. L assurance doit d abord apporter une garantie à l emprunteur et à ses proches, avant de l apporter au banquier! Quelles sont les garanties couvertes? L assurance emprunteur recouvre plusieurs types de risques : le décès, la perte totale et irréversible d autonomie (PTIA), l incapacité temporaire de travail (ITT) et l invalidité permanente (IP). En cas de décès, l assureur rembourse le capital restant dû à hauteur de la quotité assurée. Une surprime est en général mise en place pour les personnes plus âgées. Les cas d exclusion sont nombreux : guerres, suicide (la première année du contrat), pratique de sports dits à risques (ULM, parapente, plongée sous-marine, course de voitures) Ils sont clairement rappelés dans les notices fournies par les assureurs. La perte totale et irréversible d autonomie, autrement dit l impossibilité définitive de se livrer à toute activité procurant un gain ou un profit, associée à la nécessité d être assisté en permanence d une tierce personne pour les actes de la vie quotidienne, sera souvent garantie comme un décès : en cas de sinistre, l assureur verse à la banque le capital restant dû à hauteur de la quotité assurée. Mais les contrats définissent un âge limite de prise en charge : 60 ans ou 70 ans selon les établissements. On retrouve les mêmes exclusions que celles de l assurance décès, mais certains contrats en ajoutent d autres, comme la consommation excessive de boissons alcoolisées, l usage de stupéfiants, de substances médicamenteuses en dehors des limites de prescription médicale, le refus de se soigner L incapacité temporaire de travail et l invalidité permanente sont proposées plus ou moins systématiquement, parfois imposées. Ces garanties remboursent les mensualités tant que dure l état de l assuré. Là encore, les conditions sont très variables d un contrat à l autre. Certains ne prendront en 50 l 60 millions de consommateurs l n 447 l mars 2010

10 IMMOBILIER LE PREMIER COMPARATIF DES ASSURANCES Pour nos deux profils d acheteurs, nous avons sollicité courtiers et assureurs pour savoir ce qu il était possible d économiser dans le cadre d une délégation d assurance. Il devrait donc être bientôt possible de choisir librement l assurance de son crédit immobilier ailleurs qu à sa banque. Très bien. Mais auprès de qui? Deux types d acteurs se préparent à l ouverture du marché : les compagnies d assurances et les mutuelles d une part, les courtiers en assurance d autre part. Ces derniers sont rémunérés pour faire le tour du marché afin de proposer le contrat le mieux adapté aux besoins du client particulier. Pour la première fois, nous avons demandé à une quinzaine d organismes de nous faire une proposition d assurance décès, invalidité et incapacité sur les deux dossiers que nous avions soumis aux banques : un jeune couple qui emprunte sur 20 ans, et un couple de quadragénaires qui a besoin de la même somme sur 15 ans. Les opérateurs sollicités devraient nous faire une offre, sur la base d un prêt à 4 % hors assurance. À titre d illustration, ce taux de 4 % hors assurance est celui que le Crédit du nord a accordé à notre jeune couple de primoaccédants. Avec l assurance proposée par le banquier, cela donnait un TEG de 4,43 % hors frais de dossier. Mais avec une délégation d assurance, le TEG peut descendre à 4,18 % si nos candidats à l achat s adressent à Allianz ou Sphéria, ainsi qu aucourtier Meilleurtaux. Soit, trois dixièmes de point gagnés par rapport à l offre bancaire. Les jeunes y gagnent SOCIÉTÉ PRIME COÛT TOTAL SOCIÉTÉ PRIME COÛT TOTAL La perspective est donc clairement intéressante pour les jeunes accédants à la propriété. Elle le sera moins pour notre second couple, plus âgé, et dont les primes sont par conséquent plus élevées. Reste toutefois que le contrat doit apporter des garanties équivalentes à celles de la banque (plafonds de garanties, prise en charge, exclusions, etc.) pour être accepté par cette dernière. Or, actuellement, aucun contrat n est identique à l autre Les banques ont des tarifs basés sur le capital emprunté, avec une prime fixe tout au long du contrat, alors que la majorité des assureurs et des courtiers nous ont adressé des offres avec une prime variable. Les cotisations évoluent alors en fonction de TAUX ASSURANCE* ALLIANZ variable ,33 % MEILLEURTAUX variable ,33 % ALPTIS variable ,34 % CAFPI CARDIF ALICO APRIL MACIF SWISSLIFE SPERIA VIE AXA MUTLOG Courtiers TAUX ASSURANCE* ALLIANZ variable ,18 % MEILLEURTAUX variable ,18 % SPERIA VIE variable ,18 % ALPTIS CARDIF AXA SWISSLIFE CABIP CAFPI ALICO APRIL MACIF variable ,19 % variable ,20 % variable N.C. fixe ,21 % fixe ,21 % variable ,22 % variable ,22 % variable ,22 % fixe ,23 % 13 MUTLOG fixe ,33 % Courtiers Assureurs * impact sur le TEG variable ,37 % variable ,38 % variable ,38 % variable ,39 % fixe ,42 % fixe ,44 % variable ,49 % variable n.c. fixe ,49 % Assureurs l âge et du capital restant dû. Concrètement, la cotisation aura tendance à augmenter les premières années, puis à diminuer pour atteindre une somme modique, voire nulle en fin de prêt. Les fumeurs pénalisés Dans la majorité des cas, si au moment de l achat on prévoit une revente dans les dix ans, les offres sur capital emprunté sont plus intéressantes. Si l on va jusqu au terme du prêt, en revanche, il sera plus avantageux de prendre une offre sur capital restant dû via une délégation d assurance. Un dernier conseil, si vous souhaitez vraiment alléger vos primes d assurance : renoncez à la cigarette! Les coûts donnés ici correspondent à des non-fumeurs. Pour les fumeurs, l addition est beaucoup plus lourde : de 16 % chez Axa, jusqu à 84 % chez April! mars 2010 l n 447 l 60 millions de consommateurs l 51

L essentiel sur. Le crédit immobilier

L essentiel sur. Le crédit immobilier L essentiel sur Le crédit immobilier Emprunter pour devenir propriétaire Le crédit immobilier est, pour la plupart des ménages, le passage obligé pour financer l achat d un bien immobilier. C est un poste

Plus en détail

Le conseil en financement

Le conseil en financement ACTUALITE JUIN 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT LE PROJET IMMOBILIER ET SON FINANCEMENT L opération immobilière est un projet important de la vie : Comment acheter, ou faire construire?

Plus en détail

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers

MES CRÉDITS. Dans ce chapitre. u Les bonnes questions à se poser avant d emprunter u Les crédits à la consommation u Les crédits immobiliers MES CRÉDITS Vous avez de nombreux projets en tête à la suite de votre entrée dans la vie active : équipement de votre logement, achat d une voiture, voyages Et aussi, pourquoi pas, acquisition de votre

Plus en détail

Des envies d emménager plein la tête?

Des envies d emménager plein la tête? Solutions Acquisition MGEN Solutions Acquisition MGEN Pour en savoir plus contactez-nous au 36 76 Coût d un appel local depuis un poste fixe, hors coût opérateur, seulement pour la métropole. Consultez

Plus en détail

L assurance emprunteur en crédit immobilier

L assurance emprunteur en crédit immobilier Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

Les ménages et le crédit

Les ménages et le crédit Les ménages et le crédit Marseille 16 novembre 2011 1 Tous droits réservés 2011 Objectif et plan PLAN DE LA PRÉSENTATION Etat des lieux : Endettement et surendettement Bien souscrire son crédit immobilier

Plus en détail

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle)

MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION. Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) MODÈLE DE FICHE STANDARDISÉE D INFORMATION Assurance emprunteur des prêts immobiliers (Ce document n a pas de valeur contractuelle) 1. Le distributeur Nom :.. Dénomination sociale : Adresse :.. Tél....

Plus en détail

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt

Comment emprunter. L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter L essentiel à connaître avant de souscrire un prêt emprunter? A savoir avant à la adapter les 2 A SAVOIR AVANT D EMPRUNTER 3 S endetter de manière raisonnable Pour éviter l excès de crédit, avant

Plus en détail

Pourquoi faire le choix de construire sa maison?

Pourquoi faire le choix de construire sa maison? GUIDE PRATIQUE : CONSTRUIRE SA MAISON Pourquoi faire le choix de construire sa maison? Construire, ou faire construire son habitation sur un terrain que l on a soi-même choisi ne se fait pas par hasard.

Plus en détail

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement

Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement A l'attention de Septembre 2008 Garanties bancaires Assurances de prêts Montant de l emprunt Taux d endettement Au sujet de la garantie prise par la banque : Voici les caractéristiques et le coût des différents

Plus en détail

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix

L ASSURANCE DE PRÊT? Les clés pour faire le bon choix particuliers PROFESSIONNELS professionnels entreprises entreprises GÉNÉRATION RESPONSABLE Être un assureur responsable, c est donner à chacun les moyens de faire les bons choix pour protéger ce qui lui

Plus en détail

Les principaux crédits et les pièges à éviter

Les principaux crédits et les pièges à éviter Chapitre 1 Les principaux crédits et les pièges à éviter 1. Le crédit revolving Le crédit revolving (ou crédit permanent) est souvent vendu comme une réserve d argent permettant de financer des envies

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Arrêté du 29 avril 2015 précisant le format et le contenu de la fiche standardisée d information relative à l

Plus en détail

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création.

Cette fiche présente des éléments généraux sur l assurance emprunteur et les travaux sur ce sujet du CCSF depuis sa création. Assurance emprunteur Depuis 2004, le CCSF accorde une attention particulière au sujet de l assurance emprunteur afin que le consommateur puisse disposer de l information la plus pertinente possible et

Plus en détail

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010

PROSPECTUS. PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 20 PROSPECTUS PROSPECTUS 14 valable à compter du 01.01.2010 Article 47 2 de la loi du 4 août 1992 relative aux Crédits Hypothécaires et l article 4 de l Arrêté royal du 5 février 1993 portant diverses

Plus en détail

Le TEG dans tous ses états

Le TEG dans tous ses états Le TEG dans tous ses états L un des ingrédients essentiels pour choisir son prêt immobilier est son taux. Mais si le taux d intérêt mis en avant par le prêteur est important, le Taux Effectif Global (ou

Plus en détail

26 Contrat d assurance-vie

26 Contrat d assurance-vie 42 26 Contrat d assurance-vie est un contrat par lequel un assureur s engage à verser un capital en cas de vie ou de décès de l assuré, au profit du souscripteur ou d un tiers, moyennant une prime. Placement

Plus en détail

LE CREDIT IMMOBILIER

LE CREDIT IMMOBILIER INTERETS PRIVES SUPPLEMENT Page 1/5 LE CREDIT IMMOBILIER Qui dit achat immobilier dit crédit. Pour franchir au mieux ce passage obligé, il faut faire jouer la concurrence, savoir lire une offre de prêt

Plus en détail

ssurance de prêt... une vraie protection pour tous les emprunteurs sur toute la durée de votre prêt L assurance n est plus ce qu elle était.

ssurance de prêt... une vraie protection pour tous les emprunteurs sur toute la durée de votre prêt L assurance n est plus ce qu elle était. [ assurance de prêt] PARTICULIERS ssurance de prêt... une vraie protection pour tous les emprunteurs sur toute la durée de votre prêt L assurance n est plus ce qu elle était. [ assurance de prêt ] Pourquoi

Plus en détail

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT?

GERANCE MINORITAIRE OU MAJORITAIRE : QUEL EST LE MEILLEUR STATUT? Réf. :DEV/O/FC/015/06-06/OC 1/9 Pendant longtemps, le statut de gérant majoritaire de SARL a été le plus défavorable des statuts de dirigeant, tant au niveau fiscal que social. A contrario, le statut de

Plus en détail

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais

L ADIL Vous Informe. Le prêt relais ADIL des Hauts de Seine L ADIL Vous Informe Le prêt relais Sur un marché immobilier qui tend à se réguler, faire coïncider la date de vente avec celle de l achat d un bien devient difficile. De nombreux

Plus en détail

L essentiel sur. Le crédit à la consommation

L essentiel sur. Le crédit à la consommation L essentiel sur Le crédit à la consommation Prêt personnel Prêt affecté Crédit renouvelable Qu est ce que c est? Le crédit à la consommation sert à financer l achat de biens de consommation (votre voiture,

Plus en détail

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014

CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 CONFÉRENCE DE PRESSE FNAIM 14 JANVIER 2014 BILAN 2013 ET PERSPECTIVES 2014 Avec la participation de A Jean-François INTRODUCTION BUET, Président FNAIM BASE DE DONNEES FNAIM 2 millions de logements 1

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

ASSUREZ VOTRE EMPRUNT ET GAGNEZ EN CONFORT GARANTIE EMPRUNTEUR

ASSUREZ VOTRE EMPRUNT ET GAGNEZ EN CONFORT GARANTIE EMPRUNTEUR ASSUREZ VOTRE EMPRUNT ET GAGNEZ EN CONFORT GARANTIE EMPRUNTEUR BIEN ASSURER SON EMPRUNT IMMOBILIER POURQUOI C EST IMPORTANT? L'assurance emprunteur n'est pas obligatoire légalement, mais elle est incontournable.

Plus en détail

Guide du crédit à la consommation

Guide du crédit à la consommation Guide du crédit à la consommation Ce qu il faut savoir avant de s engager Sommaire Le crédit à la consommation, qu est-ce que c est?... page 4 Ce qu il faut savoir avant de s engager...page 12 Que faire

Plus en détail

Crédit immobilier : comment financer au mieux son investissement?

Crédit immobilier : comment financer au mieux son investissement? RECHERCHER AVEC Recherchez sur Les Echos RECHERCHER CRITÈRES AVANCÉS MENU IMMOBILIER Crédit immobilier : comment financer au mieux son investissement? ANNE-SOPHIE VION / JOURNALISTE LE 12/09 À 07:00, MIS

Plus en détail

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie

Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Cession de la clientèle des cabinets libéraux : les facteurs clés d une transmission réussie Les pouvoirs publics ont attiré notre attention sur les enjeux de la transmission des entreprises, plus de 100

Plus en détail

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479

La convention AERAS. s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé. Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Centre de documentation et d information de l assurance DEP 479 Janvier 2007 La convention AERAS s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé Fédération française des sociétés d assurances Centre

Plus en détail

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993

Loi Neiertz. Loi Scrivener Chapitre I Article 1 (abrogé au 27 juillet 1993) Abrogé par Loi n 93-949 du 26 juillet 1993 art. 4 (V) JORF 27 juillet 1993 Loi Neiertz La loi Neiertz a été instaurée pour définir les conditions inhérentes à la situation de surendettement d un foyer, c est-à-dire l incapacité à faire face à l ensemble des dettes non professionnelles

Plus en détail

La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)

La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) SEPTEMBRE 2015 N 25 CRÉDIT LES MINI-GUIDES BANCAIRES www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé)

Plus en détail

Assurez votre crédit immobilier pour réussir votre projet

Assurez votre crédit immobilier pour réussir votre projet Imprimé avec des encres végétales sur du papier PEFC par une imprimerie détentrice de la marque Imprim vert, label qui garantit la gestion des déchets dangereux dans les filières agréées. La certification

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

3. Un crédit à la consommation responsable

3. Un crédit à la consommation responsable 3. Un crédit à la consommation responsable Comité consultatif du secteur financier Rapport 2009-2010 49 Au cours de l exercice 2009-2010, le CCSF a suivi de près l évolution du texte de loi sur la réforme

Plus en détail

Bulletin d adhésion Çaassure au contrat d assurance n 24.747

Bulletin d adhésion Çaassure au contrat d assurance n 24.747 Bulletin d adhésion Çaassure au contrat d assurance n 24.747 DECES / PERTE TOTALE ET IRREVERSIBLE D AUTONOMIE (PTIA) / INCAPACITÉ DE TRAVAIL / PERTE D EMPLOI A REMPLIR EN MAJUSCULE ET À RETOURNER A Çaassure

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS

NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS NOTICE D INFORMATION DE LA CONVENTION D ASSURANCES COLLECTIVES DE CAUTIONNEMENT DE PRÊTS IMMOBILIERS document contractuel 1. Objet de la convention Cette convention d assurance collective a été souscrite

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. La loi de réforme du crédit à la consommation, UN PREMIER PAS VERS LA LIBÉRALISATION DE L ASSURANCE EMPRUNTEUR

DOSSIER DE PRESSE. La loi de réforme du crédit à la consommation, UN PREMIER PAS VERS LA LIBÉRALISATION DE L ASSURANCE EMPRUNTEUR DOSSIER DE PRESSE La loi de réforme du crédit à la consommation, UN PREMIER PAS VERS LA LIBÉRALISATION DE L ASSURANCE EMPRUNTEUR SOMMAIRE Préambule : PRÉSENTATION DE BAO, CABINET DE CONSEIL SUR L ASSURANCE

Plus en détail

Assurance de Prêt Prévoir La meilleure protection pour votre projet immobilier

Assurance de Prêt Prévoir La meilleure protection pour votre projet immobilier Assurance de Prêt Prévoir La meilleure protection pour votre projet immobilier ENTRE NOUS C EST FACILE DE SE COMPRENDRE Pourquoi souscrire une assurance de prêt? Lorsque vous contractez un emprunt auprès

Plus en détail

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts

CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX. Corrigés des cas : Emprunts CORRIGES DES CAS TRANSVERSAUX Corrigés des cas : Emprunts Remboursement par versements périodiques constants - Cas E1 Objectifs : Construire un échéancier et en changer la périodicité, Renégocier un emprunt.

Plus en détail

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction»

Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Demande de Prêt «Aide au Logement Remboursable (ALR) - Acquisition / Construction» Partenariat entre la Mutuelle de l Armée de l Air et la Banque Française Mutualiste BANQUE FRANCAISE MUTUALISTE Profession

Plus en détail

Demande de Prêt Habitat Bonifié

Demande de Prêt Habitat Bonifié Demande de Prêt Habitat Bonifié Concernant l'adhérent CNG-MG NOM Prénom : : Numéro d'adhérent : PRET SOLLICITE Montant : Durée : ans Partenariat entre la CNG-MG et la Banque Française Mutualiste Page 1

Plus en détail

ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Simulez le coût de votre assurance de prêt

ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Simulez le coût de votre assurance de prêt [ ASSURANCE DE PRÊT] PARTICULIERS ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Simulez le coût de votre assurance de prêt L assurance n est plus ce qu elle était.

Plus en détail

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales

Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales Commission de médiation de la convention AERAS 18 décembre 2012 Note d application du mécanisme d écrêtement des surprimes médicales A Conditions d éligibilité 1) Condition de ressources Cette condition

Plus en détail

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE

ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE www.verspieren.com ZOOM SUR le CONTRAT PRÉVOYANCE DES SPÉCIALISTES DU PLATEAU TECHNIQUE LOURD POUR BIEN COMPRENDRE CE QUE COUVRE LA PRÉVOYANCE En partenariat avec le Cabinet Branchet et Asspro ZOOM SUR

Plus en détail

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3

«Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 «Regroupement de crédits : halte aux idées reçues» C O N F E R E N C E D E P R E S S E, 1 7 d é c e m b r e 2 0 1 3 INTRODUCTION : RAPPELS SUR LE REGROUPEMENT DE CREDITS 1 LE REGROUPEMENT DE CRÉDITS, QUAND?

Plus en détail

assurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt I rrévocabilité des garanties aintien du tarif

assurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt I rrévocabilité des garanties aintien du tarif assurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt I rrévocabilité des garanties M aintien du tarif L assurance n est plus ce qu elle était. Pourquoi souscrire une assurance

Plus en détail

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé

Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé Modèle de décision unilatérale mettant en place un régime complémentaire frais de santé L entreprise Forme juridique, au capital de dont le siège est à Code NAF n SIRET Effectif salarié : Représentée par

Plus en détail

L accession à la propiété

L accession à la propiété LES FICHES PRATIQUES DE FINANCES & PÉDAGOGIE Avant de se décider, il est indispensable de bien faire le point sur son budget... et de consulter sa banque, pour s assurer de la faisabilité de son projet.

Plus en détail

ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Irrévocabilité des garanties Maintien du tarif

ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Irrévocabilité des garanties Maintien du tarif ssurance de prêt Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt Irrévocabilité des garanties Maintien du tarif L assurance n est plus ce qu elle était. Pourquoi souscrire une assurance

Plus en détail

Éléments du rapport issu de l analyse!de 13 notices d information relatives à des contrats d assurance emprunteur!

Éléments du rapport issu de l analyse!de 13 notices d information relatives à des contrats d assurance emprunteur! Éléments du rapport issu de l analyse!de 13 notices d information relatives à des contrats d assurance emprunteur!!!quelques points sont à retenir de l étude réalisée par le service juridique et économique

Plus en détail

FINANCER SON PROJET IMMOBILIER

FINANCER SON PROJET IMMOBILIER 10 questions FINANCER SON PROJET IMMOBILIER 10 réponses FINANCER SON PROJET IMMOBILIER SOMMAIRE 1/10 Pourquoi s adresser à un établissement spécialisé dans le financement immobilier? 2/10 Votre projet

Plus en détail

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur

Avis du Comité consultatif du secteur financier. sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Avis du 13 janvier 2015 VERSION FINALE Avis du Comité consultatif du secteur financier sur l équivalence du niveau de garantie en assurance emprunteur Lors de la réunion d installation du Comité consultatif

Plus en détail

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com

Crédit LA CONVENTION AERAS. S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé. www.boursorama-banque.com Crédit LA CONVENTION AERAS S assurer et emprunter avec un risque aggravé de santé 1. Qu est ce que la convention AERAS? 2. Comment fonctionne le dispositif, quels sont les types de prêts concernés? 3.

Plus en détail

ASSURANCE DE PRÊT RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES!*

ASSURANCE DE PRÊT RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES!* ASSURANCE DE PRÊT RÉALISEZ JUSQU À 50% D ÉCONOMIES!* * Sur le coût total de votre assurance de prêt. Pour un cadre non fumeur de 30 ans, qui emprunte 160 000 sur 25 ans à un taux de 3,70 % (N 161, Guide

Plus en détail

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie

3 e pilier, prévoyance privée. Assurance vie 3 e pilier, prévoyance privée Assurance vie La prévoyance privée est facultative. Elle complète les prestations des 1 er et 2 e piliers et comble les lacunes en matière de prévoyance individuelle. Table

Plus en détail

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1

ROYAUME-UNI. La protection sociale en Europe ROYAUME-UNI 1 ROYAUME-UNI Les dépenses de protection sociale au Royaume-Uni représentent 26,8% du PIB. Le système britannique est de logique beveridgienne. La principale réforme récente concerne le système de retraite

Plus en détail

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation

ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT. Les différents crédits à la consommation ACTUALITE MAI 2010 C.N.R.S Hebdo PROJETS DE VIE, LES FINANCER AUTREMENT Les différents crédits à la consommation Aujourd hui, un tiers des ménages - soit 9 millions - ont un crédit à la consommation. Ce

Plus en détail

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER OFFERT PAR AXA Banque PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER FICHE 5 5 QUESTIONS SUR L ASSURANCE EMPRUNTEUR AXA Banque PETITS e-guides PRATIQUES - N 2 FICHE 5 5 QUESTIONS SUR L ASSURANCE EMPRUNTEUR

Plus en détail

CCUES France Télécom SA - Orange [ Commission Logement ] L Aide au logement

CCUES France Télécom SA - Orange [ Commission Logement ] L Aide au logement CCUES France Télécom SA - Orange [ Commission Logement ] L Aide au logement Sommaire page 3 Préambule 3 La location 3 L offre locative 1 % Logement 4 Les aides LOCA-PASS 6 Devenir propriétaire 6 Le prêt

Plus en détail

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER

PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER OFFERT PAR AXA Banque PETIT e-guide PRATIQUE DU CRÉDIT IMMOBILIER FICHE 7 LES GARANTIES ET SÛRETÉS AXA Banque PETITS e-guides PRATIQUES - N 2 FICHE 7 LES GARANTIES ET SÛRETÉS Les crédits immobiliers portant

Plus en détail

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL Mis à jour par Laurent LAMIELLE. Quatrième édition

Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN. avec la collaboration de Valérie SAMSEL Mis à jour par Laurent LAMIELLE. Quatrième édition Coordonné par Jean-Michel GUÉRIN avec la collaboration de Valérie SAMSEL Mis à jour par Laurent LAMIELLE SAVOIR ACHETER Quatrième édition Éditions d Organisation, 1998, 2000, 2003, 2005 De Particulier

Plus en détail

FINANCER VOS EQUIPEMENTS OU VOTRE VEHICULE

FINANCER VOS EQUIPEMENTS OU VOTRE VEHICULE FINANCER VOS EQUIPEMENTS OU VOTRE VEHICULE Un professionnel libéral se doit d investir dans des équipements ou de faire des travaux d aménagement professionnels à plusieurs reprises au cours de sa carrière.

Plus en détail

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014

Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014. Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Séminaire CDC TDTE Saison 2013-2014 Quelle assurance santé face au vieillissement? Mercredi 15 janvier 2014 Intervenant : - Jérôme Wittwer (Université de Bordeaux) Discutants : - Guillaume Sarkozy (Délégué

Plus en détail

Réforme du Crédit à la Consommation

Réforme du Crédit à la Consommation Réforme du Crédit à la Consommation Christine LAGARDE Ministre de l Economie, des Finances et de l Industrie Vendredi 29 avril 2011 Dossier de presse www.economie.gouv.fr Contacts Presse : Cabinet de Christine

Plus en détail

Assurances, emprunts, permis de conduire

Assurances, emprunts, permis de conduire Assurances, emprunts, permis de conduire J ai participé le 17 mai 2008 à une réunion commune à trois associations : l AFAF, l ASL et CSC. Monsieur Gobel, membre de Santé info droit, nous a présenté les

Plus en détail

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise?

Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Quel statut juridique, social et fiscal, choisir lorsque l on crée son entreprise? Matinale Entrepreneuriale - Mardi 23 septembre 2014 Jean-Pierre Franiatte jpf@cabinetfraniatte.com 03 87 62 85 25 CABINET

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

L OFFRE AS SURANCES. Sécurisez vos investissements. www.entreprises.societegenerale.fr

L OFFRE AS SURANCES. Sécurisez vos investissements. www.entreprises.societegenerale.fr Assurance L OFFRE AS SURANCES SOGELEASE FRANCE Sécurisez vos investissements www.entreprises.societegenerale.fr À l occasion d une opération de crédit-bail mobilier, votre partenaire bancaire doit s assurer

Plus en détail

Tout savoir sur l'assurance de prêt

Tout savoir sur l'assurance de prêt Tout savoir sur l'assurance de prêt Assurances sur mesure 140 avenue Sidi Brahim 06130 GRASSE Tél :04 92 60 00 33 Fax : 04 93 42 32 84 SOMMAIRE 1. a délégation d'assurance qu'est ce que c'est? pourquoi

Plus en détail

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire,

Perp. vous? est-il fait pour. Le très attendu. plan d épargne-retraite populaire, Le très attendu plan d épargneretraite populaire est désormais disponible. Faut-il pour autant se jeter dessus? Réponse dans ce premier vrai banc d essai, avec des simulations exclusives selon votre âge

Plus en détail

La Convention. www.lesclesdelabanque.com. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Les mini-guides bancaires.

La Convention. www.lesclesdelabanque.com. (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) Les mini-guides bancaires. octobre 2012 n 25 crédit Les mini-guides bancaires www.lesclesdelabanque.com Le site pédagogique sur la banque et l argent La Convention AERAS (s Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) 1

Plus en détail

Secrétariat Général La Défense, le 1 er juillet 2014 Direction des Ressources Humaines Direction Siège NOTE D'ADMINISTRATION N 01/2014

Secrétariat Général La Défense, le 1 er juillet 2014 Direction des Ressources Humaines Direction Siège NOTE D'ADMINISTRATION N 01/2014 Secrétariat Général La Défense, le 1 er juillet 2014 Direction des Ressources Humaines Direction Siège NOTE D'ADMINISTRATION N 01/2014 applicable en France à TOTAL S.A., TOTAL MARKETING SERVICES, TOTAL

Plus en détail

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010

LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 LOI LAGARDE DU 1ER JUILLET 2010 PORTANT REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Les principales mesures de la loi LAGARDE FICHE 2 Le point sur l entrée en vigueur des principales

Plus en détail

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance.

Appréciation du correcteur. Il est interdit aux candidats de signer leur composition ou d y mettre un signe quelconque pouvant indiquer sa provenance. DANS CE CADRE Académie : Session : Examen : Série : Spécialité/option : Repère de l épreuve : Épreuve/sous épreuve : NOM : (en majuscule, suivi s il y a du nom d épouse) Prénoms : Né(e) le : N du candidat

Plus en détail

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12

JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 JORF n 0106 du 7 mai 2015 page 7837 texte n 12 ARRETE Arrêté du 29 avril 2015 précisant le format et le contenu de la fiche standardisée d'information relative à l'assurance ayant pour objet le remboursement

Plus en détail

Courtier en crédit immobilier DOSSIER DE PRESSE. Contact presse : Audrey Bizet, Hopscotch Tél. : 01 58 65 00 47 abizet@hopscotch.

Courtier en crédit immobilier DOSSIER DE PRESSE. Contact presse : Audrey Bizet, Hopscotch Tél. : 01 58 65 00 47 abizet@hopscotch. Courtier en crédit immobilier DOSSIER DE PRESSE Contact presse : Audrey Bizet, Hopscotch Tél. : 01 58 65 00 47 abizet@hopscotch.fr SOMMAIRE Qui sommes-nous? L équipe dirigeante ACE en bref ACE, spécialiste

Plus en détail

Grâce à Valorissimo, votre investissement dans l immobilier neuf est aussi simple à vivre qu à gé rer

Grâce à Valorissimo, votre investissement dans l immobilier neuf est aussi simple à vivre qu à gé rer Grâce à Valorissimo, votre investissement dans l immobilier neuf est aussi simple à vivre qu à gé rer Sommaire I. Investir dans l immobilier neuf La rentabilité aujourd hui et pour demain 4 Un placement

Plus en détail

Infirmières, Infirmiers Bienvenue dans votre univers. En partenariat avec Onsil

Infirmières, Infirmiers Bienvenue dans votre univers. En partenariat avec Onsil Infirmières, Infirmiers Bienvenue dans votre univers En partenariat avec Onsil HSBC France s engage aux côtés des Infirmiers Nous savons que votre métier d infirmier libéral, tout en étant passionnant,

Plus en détail

Devenir propriétaire de son logement

Devenir propriétaire de son logement GUIDE PRATIQUE DES NOUVELLES MESURES Devenir propriétaire de son logement Photos Patrick Modé www.logement.gouv.fr www.cohesionsociale.gouv.fr www.anah.fr Accession à la propriété. Les règles ont changé.

Plus en détail

infirmier kinésithérapeute avocat artisan commerçant

infirmier kinésithérapeute avocat artisan commerçant 2012 ASSURANCE EMPRUNTEUR La mutuelle des professions libérales et indépendantes Professions Libérales & Indépendantes médecin AMPLI-EMPRUNTEUR Spécial Professions Libérales chirurgien dentiste vétérinaire

Plus en détail

4. L assurance maladie

4. L assurance maladie L ASSURANCE MALADIE 73 4. L assurance maladie Comme l assurance maladie est obligatoire, toute personne domiciliée en Suisse doit être convenablement couverte. C est actuellement le cas, avec un très large

Plus en détail

MON LOGEMENT. Dans ce chapitre

MON LOGEMENT. Dans ce chapitre MON LOGEMENT Bien souvent, l entrée dans la vie active rime avec un changement de lieu de vie. C est le moment de penser à s installer seul ou en couple. La recherche d un logement, qu on soit locataire

Plus en détail

DEMANDE DE PRÊT. Rendez-vous sur notre site : www.entrepriseshabitat.com. Emprunteur : Employeur : N de dossier : Date de réception du dossier :

DEMANDE DE PRÊT. Rendez-vous sur notre site : www.entrepriseshabitat.com. Emprunteur : Employeur : N de dossier : Date de réception du dossier : Cadre réservé à Entreprises-Habitat Emprunteur : Employeur : N de dossier : Date de réception du dossier : Dossier à retourner à : DEMANDE DE PRÊT Rendez-vous sur notre site : www.entrepriseshabitat.com

Plus en détail

Guide pratique de l épargnant

Guide pratique de l épargnant Guide pratique de l épargnant Article 83 euro rendre votre contrat / Effectuer des versements individuels facultatifs / La vie de votre contrat en 8 questions / C otre complément de revenu / Consulter

Plus en détail

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire)

Retraite complémentaire (PERP, Plan d Epargne Retraite Populaire) Assurance Arrêts de travail Cette assurance s appelle aussi l assurance complément de revenus (ou assurance perte de revenus). En cas d arrêt de travail dû à la maladie, à un accident vous conserverez

Plus en détail

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif

Gare à la variable fiscale. Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif 1 sur 6 26/09/2014 15:01 Sommaire du dossier > Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre dossier exclusif Immobilier : les vrais prix dans 800 villes, comment investir, notre

Plus en détail

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété.

Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. LE PSLA Le PSLA (Prêt Social Locatif Accession) est un dispositif d accession sociale à la propriété. Le processus d accession se déroule en deux phases : Une phase locative qui dure de 6 mois à 2 ans

Plus en détail

COMMENT S ASSURER SANS SE SUR ASSURER

COMMENT S ASSURER SANS SE SUR ASSURER COMMENT S ASSURER SANS SE SUR ASSURER Section des agricultrices 6 Mars 2012 DEFINITION L assurance est une opération par laquelle une partie (l Assureur) s engage, moyennant une rémunération (prime ou

Plus en détail

Négociez votre prêt immobilier. Apport personnel, taux, assurance emprunteur, frais

Négociez votre prêt immobilier. Apport personnel, taux, assurance emprunteur, frais Négociez votre prêt immobilier Apport personnel, taux, assurance emprunteur, frais Un guide édité par Offert par AJYM1402-7903 Obtenir un crédit immobilier, c est un peu angoissant. On craint d avoir des

Plus en détail

Adhérent. Société ou Particulier Dénomination sociale ou Nom, prénom Adresse ou siège social Code postal Ville N Siret

Adhérent. Société ou Particulier Dénomination sociale ou Nom, prénom Adresse ou siège social Code postal Ville N Siret Cachet du Conseil en Assurances Magnolia Web Assurances, rue Nicole Oresme - 76000 ROUEN Tél. 0 80 80 980 Code apporteur 59577 COMPLÉTER CETTE DEMANDE D ADHÉSION EN MAJUSCULES PAREO-V EMPRUNTEURS Adhérent

Plus en détail

Taux variables et accession à la propriété

Taux variables et accession à la propriété 22 mai 2008 Taux variables et accession à la propriété 12 engagements des établissements de crédit Ariane Obolensky Directrice générale de la Fédération bancaire française (FBF) François Lemasson Président

Plus en détail

Vous conseiller pour les démarches clés

Vous conseiller pour les démarches clés Vous conseiller pour les démarches clés Les principales formalités DANS LES 48 H DANS LA SEMAINE DANS LE MOIS DANS LES 6 MOIS Faire la déclaration de décès au service de l Etat Civil de la mairie pour

Plus en détail

Assurance Arrêt de Travail

Assurance Arrêt de Travail Solutions Assurances Agriculteurs Arrêt de Travail Assurance Arrêt de Travail des Agriculteurs Pour vous aider à ajuster vos garanties à votre situation et à votre type d activité, n hésitez pas à faire

Plus en détail

ANIMATION / Prévoyance

ANIMATION / Prévoyance ANIMATION / Prévoyance C5-012 Remplace C5-010 et C5-011 La mise en place de la complémentaire santé dans la branche Animation La loi du 14 juin 2013 de Sécurisation de l emploi a généralisé la couverture

Plus en détail

assurance de prêt NOUVELLE OFFRE

assurance de prêt NOUVELLE OFFRE assurance de prêt NOUVELLE OFFRE Choisissez la meilleure protection pour toute la durée de votre prêt I rrévocabilité des garanties M aintien du tarif L assurance n est plus ce qu elle était. Pourquoi

Plus en détail

LES RISQUES DU CREDIT

LES RISQUES DU CREDIT FACTEURS Prévention Santé Environnement E1 LES RISQUES DU CREDIT 1- Analyse de la situation. Le surendettement survient de plus en plus à la suite d une perte d emploi, de la maladie ou d un divorce. C

Plus en détail

150 conseils pour payer moins d impôts

150 conseils pour payer moins d impôts m a r i e l a m b e r t Illustrations d Anna Daffos 150 conseils pour payer moins d impôts, 2010, 2011 ISBN : 978-2-212-54880-8 Chapitre 3 Enfants : les pépites fiscales «Pourquoi est-ce qu en matière

Plus en détail

Observatoire des Taux et des Prêts

Observatoire des Taux et des Prêts Observatoire des Taux et des Prêts Numéro 56 Etabli le 17 février 2015 L Observatoire des Taux et des Prêts se veut avant tout un outil pédagogique de présentation des prêts finançant l'accession à la

Plus en détail

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes

un logement à louer Vous cherchez Vous êtes jeunes Vous êtes jeunes Vous cherchez un logement à louer auprès d un particulier ou d un organisme social et vous devez faire face aux premières dépenses pour entrer dans les lieux? > Des aides peuvent vous

Plus en détail

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS

REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Guide juridique REGIMES COMPLEMENTAIRES DE RETRAITE ET PREVOYANCE : CONDITIONS D EXONERATION DE COTISATIONS Cette fiche vous présente le régime juridique des exonérations de cotisations de sécurité sociale

Plus en détail