comptable : le pourquoi et le comment

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "comptable : le pourquoi et le comment"

Transcription

1 Séparation comptable : le pourquoi et le comment Nicolas Curien,, ARCEP Séminaire FRATEL Libreville, 23 mai 2008

2 Les principales questions PourquoiPourquoi séparers les comptes? Comment séparers les comptes? QuelllesQuellles difficultés s? QuelsQuels résultats r? 2

3 Séparer les comptes : pourquoi? La séparations comptable est utile lorsqu un un opérateur intégr gré (OI) qui : exploite en amont, le plus souvent en monopole, une ou des ressources essentielles accessibles sur des marchés de gros, Est soumis en aval à une concurrence sur des segments de marché de détaild recourant à cette ou ces ressources, risque de : discriminer en faveur de ses propres activités s de détaild et en défaveurd de celles des concurrents, en s autos auto- fournissant à des prix de cession interne inférieurs aux prix de gros du marché, dissuader les concurrents d investird dans leur propre infrastructure en pratiquant des tarifs de gros discriminants selon le degré de réplicabilité de la 3 ressource essentielle (subventions croisées abusives).

4 Exemples Cas oùo la séparations comptable est imposée e comme remède en France : Accès s des opérateurs alternatifs et des FAI à la boucle locale fixe en cuivre de l opl opérateur intégr gré (dans ce cas également historique). Accès s des diffuseurs audiovisuels alternatifs au réseaur (pylônes, systèmes antennaires) du diffuseur dominant. Cas oùo seule la comptabilisation des coûts est imposée e : Terminaison des appels fixe-mobile et mobile-mobile sur le réseaur de chacun des opérateurs mobiles. 4

5 Place et rôle de la séparations comptable La séparations comptable : est nécessairen à la mise en œuvre de certains remèdes «aval» de contrôle tarifaire, tels que la non- discrimination ou l absencel de subventions croisées abusives (non-éviction) ; repose sur le remède «amont» de comptabilisation des coûts ; est un remède transversal, qui exige et qui fournit de l information sur plusieurs marchés s de gros et de détaild (y compris certains marchés s non régulr gulés s!) ; est un vecteur d informationd vis-à-vis de l Autoritl Autorité de la Concurrence. 5

6 Qu est est-ce que la séparation s? La séparations comptable est : un modèle le,, la maquette stylisée e d und système technicoéconomique, qui, en s appuyants sur une comptabilité analytique, permet de simuler des sous-op opérateurs virtuels, ou «entités»,, au sein de l opl opérateur intégr gré. Deux types d entitd entitéss sont modélis lisées : des entités s de gros (régul gulées) ; des entités s de détail d (régul gulées ou non) s approvisionnants auprès s des entités s de gros. Ce qui permet : de comparer directement les conditions d approvisionnement interne et externe (non-discrimination) de vérifierv l absencel de transferts indus entre entités s de l OIl (absence de subventions croisées abusives). 6

7 Quelles restitutions? 1.Les protocoles de cession interne Considérant une entité de détaild particulière re de l opl opérateur intégr gré (OI) : quelles sont les différentes prestations de gros (celles fournies par des entités s de gros) «achetées es» par cette entité de détail d? en quelles quantités s respectives (facteurs d usage) d? à quels coûts unitaires? Exemple A : combien coûtent les prestations réalisr alisées par les entités s de gros de l OI l (à( comparer à l offre de vente en gros de l abonnementl téléphonique), t en vue de la fourniture au détaild d und accès s analogique résidentiel r? Exemple B : combien coûtent les prestations réalisr alisées par les entités s de gros de l OI l (à( comparer à la facturation du dégroupage et du «bitstream» aux FAI alternatifs), en vue de la fourniture au détaild d und accès s Internet haut débit d? 7

8 Quelles restitutions? 2. Les comptes sépars paréss par produits Pour chaque entité,, de gros ou de détail, d sont recensées es les charges et les recettes. Compte sépars paré de gros : Charges = coûts de construction de l offre l (calculés s selon la méthode réglementairer s appliquants au marché de gros correspondant), Recettes = achats des opérateurs concurrents + achats des entités s de détaild de l opl opérateur intégr gré (conformément ment aux protocole de cession interne). Compte sépars paré de détail d : Charges = coût t d approvisionnementd en prestations de gros + coûts de construction des offres de détail d (coûts commerciaux), Recettes = ventes sur le marché final. 8

9 Quelles difficultés s? Très s forte exigence en information. Forte sensibilité aux paramètres : méthodesm d évaluation, clés s d allocation, d facteurs d usage, d etc. Cohérence et articulation avec le remède de comptabilisation des coûts. Quel degré de granularité du modèle? Quel degré de «publicité» des restitutions (double souci de transparence et de respect du secret des affaires)? En conséquence : observer avec discernement le principe de «proportionnalité» du remède au mal! 9

10 Séparation comptable ou fonctionnelle? L exigence de non-discrimination n estn pas uniquement «tarifaire» (prix de l offrel de gros), elle a également un volet «commercial» (qualité de l offrel de gros). La séparations comptable permet de contrôler l él équivalence tarifaire, mais pas l él équivalence commerciale. A cet égard, le régulateur doit mobiliser d autresd pouvoirs (pouvoir d enquête). d La séparations fonctionnelle, consistant à créer une entité spécifique exploitant la ressource essentielle, est un remède «global» à la non-équivalence (Ex. OpenReach au RU) mais le plus souvent disproportionné,, pouvant engendrer davantage d inefficacitd inefficacité qu il ne restaure d efficacitd efficacité! Tous les problèmes soulevés s la séparations comptable demeurent et, cette fois, le modèle devient réalitr alité! On crée e ou on recrée e un monopole et, avec lui, toutes les difficultés à réguler en l absencel de concurrence! 10

11 Remarques finales Les coûts n existentn pas à l état pur dans la nature, ce sont des artefacts, des modèles, dont la définitiond et le calcul dépendent du contexte et de l objectif. l La séparations comptable est un modèle particulier de construction de coûts, au service de l él équivalence de traitement des opérateurs dans l accl accès àux ressources de gros fournies par un opérateur intégr gré. C est un modèle complexe, exigent en informations, reposant lui-même sur un modèle amont de comptabilité analytique. Si la séparations comptable est judicieusement mise en œuvre, ses résultatsr peuvent être excellents, en termes de transparence, de facilitation du dialogue avec l OI, l d incitationd dece dernier, d éd équité de la concurrence Sauf circonstances exceptionnelles (carence initiale d uned ressource essentielle), la séparations fonctionnelle est un remède disproportionné é. c est en revanche une arme de dissuasion, utile à ce titre dans «l arsenal» du régulateur. r 11

12 Merci de votre attention! 12

L Autorité a mis en œuvre différents

L Autorité a mis en œuvre différents N 59 - janvier / février 2008 TOUT CE QUE VOUS AVEZ TOUJOURS VOULU SAVOIR SUR LES COÛTS Nicolas Curien, membre de l Autorité Les coûts? Une matière sans doute trop austère pour que Woody Allen en tire

Plus en détail

Observatoire de la diffusion de la TNT en France

Observatoire de la diffusion de la TNT en France Juin 2011 Observatoire de la diffusion de la TNT en France Situation au 31 mars 2011 L observatoire présente les parts de marché de l'opérateur historique TDF et de ses concurrents sur le marché de la

Plus en détail

1 Commentaires relatifs aux principes généraux...4. 2 Commentaires particuliers...6

1 Commentaires relatifs aux principes généraux...4. 2 Commentaires particuliers...6 Contribution de Bouygues Telecom sur le projet de décision de l ARCEP relatif à la comptabilisation des coûts et la séparation comptable des opérateurs mobiles 28/11/05 1 / 7 1 Commentaires relatifs aux

Plus en détail

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Sylvain Géron Directeur Associé Polyconseil 22/05/2008 Polyconseil - sylvain.geron@polyconseil.fr Polyconseil Directeur associé : - ARCEP,

Plus en détail

9 ème Séminaire FRATEL

9 ème Séminaire FRATEL 9 ème Séminaire FRATEL 3 & 4 avril 2012 Le déploiement de la fibre optique Table ronde 2 Quelle mutualisation du génie civil et des infrastructures en France? Jérôme Coutant Membre du Collège de l ARCEP

Plus en détail

Modèle de coût réglementaire de l accès dégroupé. Questionnaire du 13 octobre 2005

Modèle de coût réglementaire de l accès dégroupé. Questionnaire du 13 octobre 2005 Modèle de coût réglementaire de l accès dégroupé Questionnaire du 13 octobre 2005 L ARCEP a rendu public en novembre 2004, puis mis à jour à trois reprises, un modèle réglementaire du coût de l accès dégroupé

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

Observatoire de la diffusion de la TNT en France

Observatoire de la diffusion de la TNT en France Février 2011 Observatoire de la diffusion de la TNT en France Situation au 31 décembre L observatoire présente les parts de marché de l'opérateur historique TDF et de ses concurrents sur le marché de la

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 11-A-05 du 8 mars 2011 relatif à une demande d avis de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP) portant sur le troisième cycle d analyse

Plus en détail

IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003. François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND

IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003. François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003 François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND *CREDEN-LASER, Université Montpellier 1 GREEN, Université Laval, Québec Introduction Partout

Plus en détail

Le cadre réglementaire français relatif aux réseaux FttH

Le cadre réglementaire français relatif aux réseaux FttH Le cadre réglementaire français relatif aux réseaux FttH 22 septembre 2014 Hammamet, Tunisie ICT4ALL 2014 Sommaire I. Principes de la réglementation FttH française II. Brève présentation du marché français

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 05-A-03 du 31 janvier 2005 relatif à une demande d avis présentée par l Autorité de régulation des télécommunications en application de l article L. 37-1 du code des postes

Plus en détail

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet?

Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? 5ème Colloque mondial des régulateurs Session V Genève, 9 décembre 2004 Quelles actions des pouvoirs publics en faveur du large bande et de l Internet? Audrey Baudrier Présidente de la CE1 de l UIT-D Rapporteur

Plus en détail

Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007)

Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007) Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007) Consultation publique (12 juillet au 6 septembre 2013) Version non-confidentielle Analyse du

Plus en détail

SYNTHÈSE DES MESURES NATIONALES DE RÉGULATION RELATIVES AU MARCHÉS DE GROS À LARGE BANDE (MARCHÉS 11 ET 12) NOTIFIÉS À LA COMMISSION EUROPÉENNE

SYNTHÈSE DES MESURES NATIONALES DE RÉGULATION RELATIVES AU MARCHÉS DE GROS À LARGE BANDE (MARCHÉS 11 ET 12) NOTIFIÉS À LA COMMISSION EUROPÉENNE SYNTHÈSE DES MESURES NATIONALES DE RÉGULATION RELATIVES AU MARCHÉS DE GROS À LARGE BANDE (MARCHÉS 11 ET 12) NOTIFIÉS À LA COMMISSION EUROPÉENNE Julien Gilson, Conseiller au CSA 1. Introduction Le nouveau

Plus en détail

L expérience tunisienne en matière de régulation tarifaire

L expérience tunisienne en matière de régulation tarifaire L expérience tunisienne en matière de régulation tarifaire Abdelkarim BEN ALI Direction de la Régulation et du Suivi des Opérateurs Instance Nationale des Télécommunications de Tunisie 16 et 17 juin 2009,

Plus en détail

Offres Offres de référence et régulation des tarifs

Offres Offres de référence et régulation des tarifs Offres de référence et régulation des tarifs Formation de technicien en Formation de technicien en télécommunications Contexte t Télécommunications: un ancien monopole public (RTT) Monopole = quantité

Plus en détail

Les moteurs de recherche : quel cadre d analyse d. Pierre-Jean Benghozi étude sur L Economie et le Droit des moteurs de recherche 16 mai 2008 - Paris

Les moteurs de recherche : quel cadre d analyse d. Pierre-Jean Benghozi étude sur L Economie et le Droit des moteurs de recherche 16 mai 2008 - Paris Les moteurs de recherche : quel cadre d analyse d? Pierre-Jean Benghozi Journée e d éd étude sur L Economie et le Droit des moteurs de recherche 16 mai 2008 - Paris Un point de départ : les moteurs au

Plus en détail

Accès au génie civil de France Télécom

Accès au génie civil de France Télécom Consultation publique Décembre 2009 Accès au génie civil de France Télécom Les conditions économiques de l accès aux infrastructures de génie civil de France Télécom (17 décembre 2009 15 février 2010)

Plus en détail

www.anrt.net.ma la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant

www.anrt.net.ma la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications la séparation comptable: un outil de garantie de la non discrimination dans l accès au réseau de l opérateur dominant Plan : Introduction Objectifs

Plus en détail

L Autorité poursuit sa démarche d amélioration du fonctionnement du marché des SVA

L Autorité poursuit sa démarche d amélioration du fonctionnement du marché des SVA L Autorité soumet à consultation la proposition de modification des obligations de France Télécom sur le marché de gros du départ d appel. Cette adaptation de la régulation applicable à la seule société

Plus en détail

La transition vers le numérique

La transition vers le numérique La transition vers le numérique Paul Champsaur Président de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) Le succès de l ouverture à la concurrence des réseaux de communications

Plus en détail

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique COLLOQUE DE L ACA-EUROPE 15-17 JUIN 2014 2 ème table ronde : Le contrôle de la régulation économique par le juge administratif suprême R. Bouchez : Le Conseil d Etat et le contrôle de la régulation économique

Plus en détail

Health Promotion Cluster SYSTÈME EFFICACE DE CONTRÔLE DES ALIMENTS : COOPÉRATION, COLLABORATION ET COORDINATION

Health Promotion Cluster SYSTÈME EFFICACE DE CONTRÔLE DES ALIMENTS : COOPÉRATION, COLLABORATION ET COORDINATION Health Promotion Cluster SYSTÈME EFFICACE DE CONTRÔLE DES ALIMENTS : COOPÉRATION, COLLABORATION ET COORDINATION Sommaire Introduction (sécurit curité sanitaire des aliments et questions de contrôle) Exigences

Plus en détail

SÉPARATION COMPTABLE 2012

SÉPARATION COMPTABLE 2012 Oc 10 décembre 2013 SÉPARATION COMPTABLE 2012 Orange SA au capital de 10 595 514 532 EUR - 380 129 866 RCS Paris 78 rue Olivier de Serres 75015 Paris Sommaire Réconciliation avec la comptabilité sociale

Plus en détail

Réponse SFR à la consultation publique de l ERG sur le marché des services aux entreprises

Réponse SFR à la consultation publique de l ERG sur le marché des services aux entreprises Réponse SFR à la consultation publique de l ERG sur le marché des services aux entreprises Février 2010 SFR remercie l ERG de lui donner l opportunité de s exprimer sur un sujet aussi important que celui

Plus en détail

ANALYSE DES MARCHES PERTINENTS Avril 2005. Synthèse des réponses des acteurs à la consultation publique sur les marchés du haut débit

ANALYSE DES MARCHES PERTINENTS Avril 2005. Synthèse des réponses des acteurs à la consultation publique sur les marchés du haut débit ANALYSE DES MARCHES PERTINENTS Avril 2005 Synthèse des réponses des acteurs à la consultation publique sur les marchés du haut débit Marchés 11 et 12 Partie obligations 1 I Remarques générales... 5 II

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

Liste des protocoles de la séparation comptable

Liste des protocoles de la séparation comptable France Télécom SA au capital de 10 595 541 532-78 rue Olivier de Serres - 75505 Paris Cedex 15-380 129 866 RCS Paris Liste des protocoles de la séparation comptable Protocole 1 : Accès Analogiques et Numéris

Plus en détail

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR)

Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Séminaire régional sur les coûts et tarifs pour les pays Membres du Groupe régional pour l Afrique (SG3RG-AFR) Enjeux et Réglementation de la VoIP Abossé AKUE-KPAKPO Telecom Manager Chair SG3RG-AFR +226

Plus en détail

Les modalités de passage du modèle «micro» à une tarification «macro» devraient être précisées

Les modalités de passage du modèle «micro» à une tarification «macro» devraient être précisées Question 1 : Les contributeurs sont invités à formuler leurs remarques sur les objectifs poursuivis par l Autorité par la mise en consultation de ce modèle, en particulier sur l homogénéisation et la mise

Plus en détail

ETAT DES LIEUX DES CONVERGENCES FIXE-MOBILE EN TERME DE RÉSEAUX, D ÉQUIPEMENT ET DE SERVICES

ETAT DES LIEUX DES CONVERGENCES FIXE-MOBILE EN TERME DE RÉSEAUX, D ÉQUIPEMENT ET DE SERVICES ETAT DES LIEUX DES CONVERGENCES FIXE-MOBILE EN TERME DE RÉSEAUX, D ÉQUIPEMENT ET DE SERVICES Jacques STERN membre du Collège de l ARCEP 14 avril 2015 Introduction/Plan En France, forte appétence pour un

Plus en détail

Journée 1 - Session 4 Le contrôle des prix, un outil stratégique. International Telecommunication Union

Journée 1 - Session 4 Le contrôle des prix, un outil stratégique. International Telecommunication Union Journée 1 - Session 4 Le contrôle des prix, un outil stratégique 57 International Telecommunication Union Le contrôle des prix est généralement combiné à d autres remèdes réglementaires. Transparence Non-discrimination

Plus en détail

L'Instance Nationale des Télécommunications, après avoir pris compte des motifs suivants: A propos de l offre de dégroupage de la boucle locale :

L'Instance Nationale des Télécommunications, après avoir pris compte des motifs suivants: A propos de l offre de dégroupage de la boucle locale : Décision n 74 de l Instance Nationale des Télécommunications en date du 17 novembre 2014 portant approbation de la partie afférente au dégroupage total de la boucle locale de l offre technique et tarifaire

Plus en détail

Dans les industries de réseau régulées,

Dans les industries de réseau régulées, N 55 - mars / avril 2007 REGULER, SEPARER, PARTAGER Nicolas Curien, Membre de l Autorité La séparation fonctionnelle et le dividende numérique, deux sujets apparemment sans rapport. Et pourtant l étymologie

Plus en détail

Du 22 au 26 Juin 2015 Tunis (Tunisie)

Du 22 au 26 Juin 2015 Tunis (Tunisie) FORMATION SUR LA «REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS ET CONTROLE TARIFAIRE POUR LES OPERATEURS ET REGULATEURS DE TELECOMMUNICATION Du 22 au 26 Juin 2015 Tunis (Tunisie) REGULATION DES TELECOMMUNICATIONS

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Définitions Pour l application du présent chapitre : désigner s entend du fait d établir ou d autoriser un monopole,

Plus en détail

Table des matières - 2 -

Table des matières - 2 - Résultat de la consultation publique se terminant au 26 juin 2006 sur l analyse de marché et les projets de mesure concernant la fourniture en gros d accès dégroupé (y compris l accès partagé) aux boucles

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Conseil d État N 370321 ECLI:FR:CESSR:2014:370321.20141215 Inédit au recueil Lebon 9ème et 10ème sous-sections réunies Mme Maïlys Lange, rapporteur Mme Marie-Astrid Nicolazo de Barmon, rapporteur public

Plus en détail

Introduction de la table-ronde n 2 Quels sont les acteurs de la mesure de qualité de service, quelle démarche choisir?

Introduction de la table-ronde n 2 Quels sont les acteurs de la mesure de qualité de service, quelle démarche choisir? Introduction de la table-ronde n 2 Quels sont les acteurs de la mesure de qualité de service, quelle démarche choisir? Présentation de M. Jean-François LE BIHAN Consultant principal, EuroReg, Luxembourg

Plus en détail

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE

REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE REPONSE D UPC BROADBAND FRANCE A LA CONSULTATION PUBLIQUE DE L ARCEP SUR L ANALYSE DES MARCHES DE GROS DES SERVICES DE DIFFUSION AUDIOVISUELLE LANCEE LE 1 JUILLET 2005 Paris, le 9 septembre 2005 1 INTRODUCTION

Plus en détail

La mesure de la qualité des services de communications électroniques en France

La mesure de la qualité des services de communications électroniques en France La mesure de la qualité des services de communications électroniques en France Jacques Stern ARCEP FRATEL 10 ème Séminaire la mesure de la qualité des services de communications électroniques : approches,

Plus en détail

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005 Réponses de FREE à la consultation publique relative à l analyse du marché de la terminaison d appels sur les réseaux fixes tiers effectuée par l Autorité de régulation des télécommunications Février 2005

Plus en détail

Les travaux de dégroupage des Activités de Sénélec

Les travaux de dégroupage des Activités de Sénélec Les travaux de dégroupage des Activités de Sénélec Xavier GALLET Executive Manager WAPIC Dakar, le 8 décembre 2010 1 Sommaire - Présentation de RTE - Le contexte et les objectifs du dégroupage des activités

Plus en détail

Information nouveau programme infirmier

Information nouveau programme infirmier Information nouveau programme infirmier Pourquoi ce nouveau programme? Des besoins de santé qui se modifient Une offre de soins à adapter La nécessitn cessité d harmoniser les diplômes entre pays européens

Plus en détail

Analyse des marchés de la téléphonie fixe 3 ème cycle : 2011-2014

Analyse des marchés de la téléphonie fixe 3 ème cycle : 2011-2014 Avril 2011 Analyse des marchés de la téléphonie fixe 3 ème cycle : 2011-2014 Document transmis pour avis à l Autorité de la concurrence Préambule Les articles L. 37-1 à L. 37-3 du code des postes et des

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

Liste des protocoles de la séparation comptable

Liste des protocoles de la séparation comptable Liste des protocoles de la séparation comptable Protocole 1 : Accès analogiques et Numéris accès de base non résidentiels Protocole 2 : Accès analogiques résidentiels Protocole 3 : Numéris accès primaires

Plus en détail

Qualité de Service des réseaux fixes: Défis du Régulateur

Qualité de Service des réseaux fixes: Défis du Régulateur 8 ème Réunion annuelle de FRATEL 8, 9 decembre 2010, Ouagadougou Qualité de Service des réseaux fixes: Défis du Régulateur Sihem Trabelsi Chef de Service Unité Internet et Adressage Tunisie (INT T) Email

Plus en détail

Convergence Fixe-Mobile & Opérateurs Télécom:

Convergence Fixe-Mobile & Opérateurs Télécom: Convergence Fixe-Mobile & Opérateurs Télécom: Vision de Tunisie Télécom Nizar Bouguila Directeur Central Technique Tunisie Telecom Nizar.Bouguila@tunisietelecom.tn 12 ème Séminaire de FRATEL : «La Convergence

Plus en détail

Conférence retour d expérience Maths et Industrie. La modélisation de processus au service de l industrie

Conférence retour d expérience Maths et Industrie. La modélisation de processus au service de l industrie Conférence retour d expérience Maths et Industrie La modélisation de processus au service de l industrie 1 Performances d un d logiciel de calcul des coûts Le problème de l industriel l : Le CEA avait

Plus en détail

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide

Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide Réalisation d un projet de plan national de déploiement du réseau internet rapide et ultra rapide 30050 Gilles FONTAINE Directeur Adjoint + 33 467 144 460 g.fontaine@idate.org 27 Février 2014 Agenda Contexte

Plus en détail

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 1

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes 1 Décision n 2015-1369 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 novembre 2015 fixant le taux de rémunération du capital employé pour la comptabilisation des

Plus en détail

La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets.

La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets. La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets. STAND 114 SOMMAIRE 1. Rôles et objectifs de la comptabilité analytique a) Rôle b) Objectifs 2. Organisation

Plus en détail

L ETAT DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE FINANCIER CENTRALE, OBSTACLES ET PERSPECTIVES

L ETAT DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE FINANCIER CENTRALE, OBSTACLES ET PERSPECTIVES ATELIER REGIONAL SUR LE DEVELOPPEMENT DU MARCHE FINANCIER EN AFRIQUE CENTRALE L ETAT DU DEVELOPPEMENT DU MARCHE FINANCIER DE L AFRIQUE L CENTRALE, OBSTACLES ET PERSPECTIVES Douala, 29 & 30 octobre 2009

Plus en détail

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité

Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Ouverture des marchés de l énergie et facturation de l électricité Collectivités : Préparez-vous aux nouvelles conditions d achat de votre électricité MERCREDI 5 NOVEMBRE 2014 - CLERMONT-FERRND 1 Février

Plus en détail

Rapport d activité 2006. Autorité de Régulation des Communications Ccommunications électroniques et et des des Postes

Rapport d activité 2006. Autorité de Régulation des Communications Ccommunications électroniques et et des des Postes Rapport d activité 2006 Autorité de Régulation des Communications Ccommunications électroniques et et des des Postes 2 L article L.135 du Code des postes et des communications électroniques, modifié par

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

Expérience tunisienne en matière de modélisation de coûts

Expérience tunisienne en matière de modélisation de coûts Instance Nationale des Télécommunications Expérience tunisienne en matière de modélisation de coûts Octobre 2009 Septembre 2010 Ikram Jebabli Ingénieur principal, Chef de service, Direction de l Interconnexion,

Plus en détail

AMÉNAGEMENT NUMÉRIQUE : LES ACTEURS, LES TECHNOLOGIES ET LES DYNAMIQUES TERRITORIALES

AMÉNAGEMENT NUMÉRIQUE : LES ACTEURS, LES TECHNOLOGIES ET LES DYNAMIQUES TERRITORIALES AMÉNAGEMENT NUMÉRIQUE : LES ACTEURS, LES TECHNOLOGIES ET LES DYNAMIQUES TERRITORIALES Julie Chabroux chef de l unité «collectivités territoriales» ARCEP L ARCEP - Une autorité administrative indépendante!

Plus en détail

Réexamen des marchés de la large bande et de la radiodiffusion. Questionnaire qualitatif

Réexamen des marchés de la large bande et de la radiodiffusion. Questionnaire qualitatif Réexamen des marchés de la large bande et de la radiodiffusion Questionnaire qualitatif Réactions au présent questionnaire Délai de réponse: Jusqu au 30 janvier 2014 Personne de contact: Bernardo HERMAN

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN)

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) Adopté à l unanimité des membres du Bureau présents et représentés,

Plus en détail

Décembre 2009 Obligations de comptabilisation des coûts et de séparation comptable de France Télécom

Décembre 2009 Obligations de comptabilisation des coûts et de séparation comptable de France Télécom Décembre 2009 Obligations de comptabilisation des coûts et de séparation comptable de France Télécom Rapport de l audit des comptes 2008 conduit par Mazars version publique Avertissement La décision de

Plus en détail

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion.

Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Analyse des coûts Fiche 9 La mise en place d une comptabilité de gestion. Remarque liminaire : Le contenu de cette fiche ne saurait préjuger de ce qui sera défini dans le cadre des travaux en cours relatifs

Plus en détail

Décision n 2015-035 du 13 octobre 2015 portant adoption des lignes directrices relatives à l application de l article L. 2133-4 du code des transports

Décision n 2015-035 du 13 octobre 2015 portant adoption des lignes directrices relatives à l application de l article L. 2133-4 du code des transports Décision n 2015-035 du 13 octobre 2015 portant adoption des lignes directrices relatives à l application de l article L. 2133-4 du code des transports L Autorité de régulation des activités ferroviaires

Plus en détail

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E Mai 2007 Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques Synthèse

Plus en détail

LICENCES DE NOUVELLES GENERATIONS AU MAROC PRINCIPE DE CONVERGENCE

LICENCES DE NOUVELLES GENERATIONS AU MAROC PRINCIPE DE CONVERGENCE Séminaire régional UIT/BDT pour la région Arabe sur la convergence des services fixes et mobiles et les nouvelles architectures des réseaux LICENCES DE NOUVELLES GENERATIONS AU PRINCIPE DE CONVERGENCE

Plus en détail

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA

DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA PRESENTATION DE L ETUDE L DE FAISABILITE DE LA BOURSE PANAFRICAINE Par Dr Abdallah MSA Chef de Division des Politiques économiques et Recherche Département des Affaires économiques Commission de l Union

Plus en détail

APPEL A PROPOSITION 2015 AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES

APPEL A PROPOSITION 2015 AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES APPEL A PROPOSITION 2015 AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES Dispositif : AMENAGEMENT NUMERIQUE DES TERRITOIRES (7.2.A) Fonds européen concerné : FEDER Objectif spécifique : Accroître la couverture du

Plus en détail

Comment organiser et animer. Jeudi 1 er Juin 2006

Comment organiser et animer. Jeudi 1 er Juin 2006 une Assemblée e Générale G Jeudi 1 er Juin 2006 L Assemblée e Générale G : Une corvée e Une cérémonie c Un spectacle L assemblée e générale g est le moment oùo l ensemble de ceux qui ont passé convention

Plus en détail

Consultation publique Commission Européenne

Consultation publique Commission Européenne Consultation publique Commission Européenne «Lignes directrices communautaires pour l application des règles relatives aux aides d Etat dans le cadre du déploiement rapide des réseaux de communication

Plus en détail

Chapitre 13 Le monopole

Chapitre 13 Le monopole Chapitre 13 Le monopole 1. Qu est-ce que le monopole? 2. La production et le prix du monopoleur non discriminant 3. La concurrence parfaite et le monopole non discriminant : une comparaison 4. Le monopole

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL 14.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 211/55 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 juillet 2009 concernant des règles communes pour le marché intérieur

Plus en détail

Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux mutualisés en fibre optique en dehors des zones très denses

Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux mutualisés en fibre optique en dehors des zones très denses Décembre 2014 Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux mutualisés en fibre optique en dehors des zones très denses Consultation publique du 17 décembre 2014 au 20 février 2015 ISSN : 2258-3106

Plus en détail

ACHETER L ÉLECTRICITÉ SUR UN MARCHÉ EN ÉVOLUTION. AMG 28 avril 2015

ACHETER L ÉLECTRICITÉ SUR UN MARCHÉ EN ÉVOLUTION. AMG 28 avril 2015 ACHETER L ÉLECTRICITÉ SUR UN MARCHÉ EN ÉVOLUTION AMG 28 avril 2015 1. Le contexte réglementaire Historique de la réglementation : Européenne et Française Loi NOME : 7 décembre 2010 2003 : 2 e directive

Plus en détail

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005 Université de Lausanne / Faculté de Biologie et Médecine Lausanne Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Maurice TSALEFAC Professeur des Universités Vice Doyen FLSH Université de Dschang 1 Historique Standards sociaux et environnementaux

Plus en détail

DÉFINIR DES SYSTÈMES D ORGANISATION ET DE PRODUCTION ADAPTÉS

DÉFINIR DES SYSTÈMES D ORGANISATION ET DE PRODUCTION ADAPTÉS VOLET 2 DÉFINIR DES SYSTÈMES D ORGANISATION ET DE PRODUCTION ADAPTÉS LES OBJECTIFS DU VOLET Etablir des schémas d organisation qui répondent aux attentes de la restauration collective : Quels systèmes

Plus en détail

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs

Au menu... Les marchés en chiffre. La place des consommateurs. La régulation symétrique. Les bénéfices des consommateurs Au menu... Les marchés en chiffre La place des consommateurs La régulation symétrique Les bénéfices des consommateurs Les limites de la régulation symétrique 2 Au menu... Les marchés en chiffre La place

Plus en détail

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste

Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Octobre 2013 Modèle d évaluation du coût net de la mission d aménagement du territoire de la Poste Synthèse de la consultation publique Menée du 17 juillet au 10 septembre 2013 ISSN : 2258-3106 Du 17 juillet

Plus en détail

Lignes directrices relatives à la tarification de l accès aux réseaux à très haut débit en fibre optique déployés par l initiative publique

Lignes directrices relatives à la tarification de l accès aux réseaux à très haut débit en fibre optique déployés par l initiative publique Octobre 2015 Lignes directrices relatives à la tarification de l accès aux réseaux à très haut débit en fibre optique déployés par l initiative publique Consultation publique du 6 octobre au 6 novembre

Plus en détail

La comptabilisation de la dépense a lieu à des moments différents dans les deux comptabilités :

La comptabilisation de la dépense a lieu à des moments différents dans les deux comptabilités : 1 2 3 4 Aide à l animateur La comptabilisation de la dépense a lieu à des moments différents dans les deux comptabilités : Comptabilité générale (3 étapes) : la charge est comptabilisée lors de la certification

Plus en détail

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION

L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION L'AUDIT DES SYSTEMES D'INFORMATION ESCI - Bourg en Bresse (2005 2006) Audit s Système d'information - P2 1 lan d'ensemble Audit s Systèmes d'information GENERALITES SUR L'AUDIT AUDIT FONCTIONNEL OU D'APPLICATION

Plus en détail

Les critères de choix d une méthode d annualisation des coûts d investissement et la transition du cuivre vers la fibre

Les critères de choix d une méthode d annualisation des coûts d investissement et la transition du cuivre vers la fibre Mars 20 Les critères de choix d une méthode d annualisation des coûts d investissement et la transition du cuivre vers la fibre Consultation publique Autorité de régulation des communications électroniques

Plus en détail

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes Synthèse de la réunion portabilité des numéros fixes («PNF») en date du 6 septembre 2005 Introduction : La portabilité des numéros doit permettre à tout client qui le souhaite de changer d opérateur tout

Plus en détail

Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe»

Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe» Notice du test d effet de ciseaux tarifaires «téléphonie fixe» Communications locales, interurbaines, vers mobiles, depuis un poste fixe 2007 Autorité de Régulation des Communications électroniques et

Plus en détail

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance

GLOSSAIRE. Actif. Annexe. Balance GLOSSAIRE Actif «Un actif est un élément identifiable du patrimoine ayant une valeur économique positive pour l entité, c est-à-dire un élément générant une ressource que l entité contrôle du fait d événements

Plus en détail

Fiche statistique Services aux entreprises

Fiche statistique Services aux entreprises A l issue des collectes semestrielles des indicateurs du marché des communications électroniques, l Institut Luxembourgeois de Régulation (ILR) publie au mois d août 2015 une fiche statistique sur les

Plus en détail

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC

Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC PARTIE 1 Les méthodes classiques des coûts complets et la méthode ABC THÈME 2 Le traitement des charges : les charges directes et indirectes EXERCICE 2 Méthode des centres d analyse et méthode simplifiée

Plus en détail

Rapport d évaluation Approlys pour l année 2014

Rapport d évaluation Approlys pour l année 2014 ANNEXE 1 AU RAPPORT 14-006 Rapport d évaluation Approlys pour l année 2014 Présentation du projet Historique Les départements du Loiret, du Loir-et-Cher et de l Eure-et-Loir ont proposé en juin 2013 la

Plus en détail

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER

Programmes Opérationnels Européens 2007-2013 CADRE D INTERVENTION FEDER Page 1 Axe Référence Domaine 32 Infrastructures de télécommunications et société de l information Service instructeur Région Réunion - DTIC Dates agréments CLS 5 avril 2007 I. Objectifs et descriptif de

Plus en détail

Synthèse des contributions à la consultation publique menée du 12 septembre au 13 octobre 2014

Synthèse des contributions à la consultation publique menée du 12 septembre au 13 octobre 2014 Octobre 2014 Analyse des marchés de gros de la terminaison d appel vocal fixe, vocal mobile et SMS des opérateurs en métropole et outre-mer pour la période 2014-2017 Synthèse des contributions à la consultation

Plus en détail

Modalités pratiques de consultation publique

Modalités pratiques de consultation publique Novembre 2013 Projet de décision portant sur la définition du marché pertinent de gros des offres d accès aux infrastructures physiques constitutives de la boucle locale filaire, sur la désignation d un

Plus en détail

La neutralité des réseaux

La neutralité des réseaux 7 ème séminaire de FRATEL Tunis 27-28 avril 2010 La neutralité des réseaux & la gestion de trafic Sihem Trabelsi Chef de Service Unité de dégroupage de la boucle locale Instance Nationale des Télécommunications

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Présentation Programmation emploi insertion 2016 7 Janvier 2016

Présentation Programmation emploi insertion 2016 7 Janvier 2016 Présentation Programmation emploi insertion 2016 7 Janvier 2016 Les Contrôles de Service Fait 2014 La clôture de fin de gestion pour la période de crédits 2007 2013. Finalisation des CSF avec phase contradictoire

Plus en détail

Analyse des intentions d investissements FTTH de France Télécom et des autres FAI. TACTIS - version du 21 février 2011

Analyse des intentions d investissements FTTH de France Télécom et des autres FAI. TACTIS - version du 21 février 2011 Analyse des intentions d investissements FTTH de France Télécom et des autres FAI TACTIS - version du 21 février 2011 Vincennes, le 21 février 2011 Stéphane LELUX Président de TACTIS slelux@tactis.fr Benjamin

Plus en détail

Elaboration et Suivi des Budgets

Elaboration et Suivi des Budgets Elaboration et Suivi des Budgets 1 1- La Notion Du contrôle de Gestion 2- La Place du Contrôle de Gestion dans le système organisationnel 3- La Notion des Centres de responsabilité 4- La procédure budgétaire

Plus en détail