comptable : le pourquoi et le comment

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "comptable : le pourquoi et le comment"

Transcription

1 Séparation comptable : le pourquoi et le comment Nicolas Curien,, ARCEP Séminaire FRATEL Libreville, 23 mai 2008

2 Les principales questions PourquoiPourquoi séparers les comptes? Comment séparers les comptes? QuelllesQuellles difficultés s? QuelsQuels résultats r? 2

3 Séparer les comptes : pourquoi? La séparations comptable est utile lorsqu un un opérateur intégr gré (OI) qui : exploite en amont, le plus souvent en monopole, une ou des ressources essentielles accessibles sur des marchés de gros, Est soumis en aval à une concurrence sur des segments de marché de détaild recourant à cette ou ces ressources, risque de : discriminer en faveur de ses propres activités s de détaild et en défaveurd de celles des concurrents, en s autos auto- fournissant à des prix de cession interne inférieurs aux prix de gros du marché, dissuader les concurrents d investird dans leur propre infrastructure en pratiquant des tarifs de gros discriminants selon le degré de réplicabilité de la 3 ressource essentielle (subventions croisées abusives).

4 Exemples Cas oùo la séparations comptable est imposée e comme remède en France : Accès s des opérateurs alternatifs et des FAI à la boucle locale fixe en cuivre de l opl opérateur intégr gré (dans ce cas également historique). Accès s des diffuseurs audiovisuels alternatifs au réseaur (pylônes, systèmes antennaires) du diffuseur dominant. Cas oùo seule la comptabilisation des coûts est imposée e : Terminaison des appels fixe-mobile et mobile-mobile sur le réseaur de chacun des opérateurs mobiles. 4

5 Place et rôle de la séparations comptable La séparations comptable : est nécessairen à la mise en œuvre de certains remèdes «aval» de contrôle tarifaire, tels que la non- discrimination ou l absencel de subventions croisées abusives (non-éviction) ; repose sur le remède «amont» de comptabilisation des coûts ; est un remède transversal, qui exige et qui fournit de l information sur plusieurs marchés s de gros et de détaild (y compris certains marchés s non régulr gulés s!) ; est un vecteur d informationd vis-à-vis de l Autoritl Autorité de la Concurrence. 5

6 Qu est est-ce que la séparation s? La séparations comptable est : un modèle le,, la maquette stylisée e d und système technicoéconomique, qui, en s appuyants sur une comptabilité analytique, permet de simuler des sous-op opérateurs virtuels, ou «entités»,, au sein de l opl opérateur intégr gré. Deux types d entitd entitéss sont modélis lisées : des entités s de gros (régul gulées) ; des entités s de détail d (régul gulées ou non) s approvisionnants auprès s des entités s de gros. Ce qui permet : de comparer directement les conditions d approvisionnement interne et externe (non-discrimination) de vérifierv l absencel de transferts indus entre entités s de l OIl (absence de subventions croisées abusives). 6

7 Quelles restitutions? 1.Les protocoles de cession interne Considérant une entité de détaild particulière re de l opl opérateur intégr gré (OI) : quelles sont les différentes prestations de gros (celles fournies par des entités s de gros) «achetées es» par cette entité de détail d? en quelles quantités s respectives (facteurs d usage) d? à quels coûts unitaires? Exemple A : combien coûtent les prestations réalisr alisées par les entités s de gros de l OI l (à( comparer à l offre de vente en gros de l abonnementl téléphonique), t en vue de la fourniture au détaild d und accès s analogique résidentiel r? Exemple B : combien coûtent les prestations réalisr alisées par les entités s de gros de l OI l (à( comparer à la facturation du dégroupage et du «bitstream» aux FAI alternatifs), en vue de la fourniture au détaild d und accès s Internet haut débit d? 7

8 Quelles restitutions? 2. Les comptes sépars paréss par produits Pour chaque entité,, de gros ou de détail, d sont recensées es les charges et les recettes. Compte sépars paré de gros : Charges = coûts de construction de l offre l (calculés s selon la méthode réglementairer s appliquants au marché de gros correspondant), Recettes = achats des opérateurs concurrents + achats des entités s de détaild de l opl opérateur intégr gré (conformément ment aux protocole de cession interne). Compte sépars paré de détail d : Charges = coût t d approvisionnementd en prestations de gros + coûts de construction des offres de détail d (coûts commerciaux), Recettes = ventes sur le marché final. 8

9 Quelles difficultés s? Très s forte exigence en information. Forte sensibilité aux paramètres : méthodesm d évaluation, clés s d allocation, d facteurs d usage, d etc. Cohérence et articulation avec le remède de comptabilisation des coûts. Quel degré de granularité du modèle? Quel degré de «publicité» des restitutions (double souci de transparence et de respect du secret des affaires)? En conséquence : observer avec discernement le principe de «proportionnalité» du remède au mal! 9

10 Séparation comptable ou fonctionnelle? L exigence de non-discrimination n estn pas uniquement «tarifaire» (prix de l offrel de gros), elle a également un volet «commercial» (qualité de l offrel de gros). La séparations comptable permet de contrôler l él équivalence tarifaire, mais pas l él équivalence commerciale. A cet égard, le régulateur doit mobiliser d autresd pouvoirs (pouvoir d enquête). d La séparations fonctionnelle, consistant à créer une entité spécifique exploitant la ressource essentielle, est un remède «global» à la non-équivalence (Ex. OpenReach au RU) mais le plus souvent disproportionné,, pouvant engendrer davantage d inefficacitd inefficacité qu il ne restaure d efficacitd efficacité! Tous les problèmes soulevés s la séparations comptable demeurent et, cette fois, le modèle devient réalitr alité! On crée e ou on recrée e un monopole et, avec lui, toutes les difficultés à réguler en l absencel de concurrence! 10

11 Remarques finales Les coûts n existentn pas à l état pur dans la nature, ce sont des artefacts, des modèles, dont la définitiond et le calcul dépendent du contexte et de l objectif. l La séparations comptable est un modèle particulier de construction de coûts, au service de l él équivalence de traitement des opérateurs dans l accl accès àux ressources de gros fournies par un opérateur intégr gré. C est un modèle complexe, exigent en informations, reposant lui-même sur un modèle amont de comptabilité analytique. Si la séparations comptable est judicieusement mise en œuvre, ses résultatsr peuvent être excellents, en termes de transparence, de facilitation du dialogue avec l OI, l d incitationd dece dernier, d éd équité de la concurrence Sauf circonstances exceptionnelles (carence initiale d uned ressource essentielle), la séparations fonctionnelle est un remède disproportionné é. c est en revanche une arme de dissuasion, utile à ce titre dans «l arsenal» du régulateur. r 11

12 Merci de votre attention! 12

Observatoire de la diffusion de la TNT en France

Observatoire de la diffusion de la TNT en France Juin 2011 Observatoire de la diffusion de la TNT en France Situation au 31 mars 2011 L observatoire présente les parts de marché de l'opérateur historique TDF et de ses concurrents sur le marché de la

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation

Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Méthodes de comptabilisation des coûts à des fins de régulation Sylvain Géron Directeur Associé Polyconseil 22/05/2008 Polyconseil - sylvain.geron@polyconseil.fr Polyconseil Directeur associé : - ARCEP,

Plus en détail

IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003. François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND

IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003. François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND IIème congrès du Réseau MONDER, 24-26 Novembre 2003 François MIRABEL * Jean-Christophe POUDOU * et Michel ROLAND *CREDEN-LASER, Université Montpellier 1 GREEN, Université Laval, Québec Introduction Partout

Plus en détail

Les moteurs de recherche : quel cadre d analyse d. Pierre-Jean Benghozi étude sur L Economie et le Droit des moteurs de recherche 16 mai 2008 - Paris

Les moteurs de recherche : quel cadre d analyse d. Pierre-Jean Benghozi étude sur L Economie et le Droit des moteurs de recherche 16 mai 2008 - Paris Les moteurs de recherche : quel cadre d analyse d? Pierre-Jean Benghozi Journée e d éd étude sur L Economie et le Droit des moteurs de recherche 16 mai 2008 - Paris Un point de départ : les moteurs au

Plus en détail

Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007)

Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007) Analyse du marché de départ d appel sur le réseau téléphonique public en position déterminée (Marché 2/2007) Consultation publique (12 juillet au 6 septembre 2013) Version non-confidentielle Analyse du

Plus en détail

ANALYSE DES MARCHES PERTINENTS Avril 2005. Synthèse des réponses des acteurs à la consultation publique sur les marchés du haut débit

ANALYSE DES MARCHES PERTINENTS Avril 2005. Synthèse des réponses des acteurs à la consultation publique sur les marchés du haut débit ANALYSE DES MARCHES PERTINENTS Avril 2005 Synthèse des réponses des acteurs à la consultation publique sur les marchés du haut débit Marchés 11 et 12 Partie obligations 1 I Remarques générales... 5 II

Plus en détail

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005

Février 2005 MARCHES PERTINENTS DE LA TERMINAISON D APPELS SUR OBL TIERS FEVRIER 2005 Réponses de FREE à la consultation publique relative à l analyse du marché de la terminaison d appels sur les réseaux fixes tiers effectuée par l Autorité de régulation des télécommunications Février 2005

Plus en détail

Qualité de Service des réseaux fixes: Défis du Régulateur

Qualité de Service des réseaux fixes: Défis du Régulateur 8 ème Réunion annuelle de FRATEL 8, 9 decembre 2010, Ouagadougou Qualité de Service des réseaux fixes: Défis du Régulateur Sihem Trabelsi Chef de Service Unité Internet et Adressage Tunisie (INT T) Email

Plus en détail

Liste des protocoles de la séparation comptable

Liste des protocoles de la séparation comptable France Télécom SA au capital de 10 595 541 532-78 rue Olivier de Serres - 75505 Paris Cedex 15-380 129 866 RCS Paris Liste des protocoles de la séparation comptable Protocole 1 : Accès Analogiques et Numéris

Plus en détail

Dans les industries de réseau régulées,

Dans les industries de réseau régulées, N 55 - mars / avril 2007 REGULER, SEPARER, PARTAGER Nicolas Curien, Membre de l Autorité La séparation fonctionnelle et le dividende numérique, deux sujets apparemment sans rapport. Et pourtant l étymologie

Plus en détail

Table des matières - 2 -

Table des matières - 2 - Résultat de la consultation publique se terminant au 26 juin 2006 sur l analyse de marché et les projets de mesure concernant la fourniture en gros d accès dégroupé (y compris l accès partagé) aux boucles

Plus en détail

La mesure de la qualité des services de communications électroniques en France

La mesure de la qualité des services de communications électroniques en France La mesure de la qualité des services de communications électroniques en France Jacques Stern ARCEP FRATEL 10 ème Séminaire la mesure de la qualité des services de communications électroniques : approches,

Plus en détail

Rapport d activité 2006. Autorité de Régulation des Communications Ccommunications électroniques et et des des Postes

Rapport d activité 2006. Autorité de Régulation des Communications Ccommunications électroniques et et des des Postes Rapport d activité 2006 Autorité de Régulation des Communications Ccommunications électroniques et et des des Postes 2 L article L.135 du Code des postes et des communications électroniques, modifié par

Plus en détail

Comment organiser et animer. Jeudi 1 er Juin 2006

Comment organiser et animer. Jeudi 1 er Juin 2006 une Assemblée e Générale G Jeudi 1 er Juin 2006 L Assemblée e Générale G : Une corvée e Une cérémonie c Un spectacle L assemblée e générale g est le moment oùo l ensemble de ceux qui ont passé convention

Plus en détail

Bilan et perspectives des cycles de régulation des marchés de la téléphonie fixe

Bilan et perspectives des cycles de régulation des marchés de la téléphonie fixe Février 2014 Bilan et perspectives des cycles de régulation des marchés de la téléphonie fixe Consultation publique menée du 21 février au 21 mars 2014 Autorité de régulation des communications électroniques

Plus en détail

La neutralité des réseaux se pose-t-elle en termes différents sur les réseaux fixes et mobiles? Introduction. 7 ème séminaire FRATEL.

La neutralité des réseaux se pose-t-elle en termes différents sur les réseaux fixes et mobiles? Introduction. 7 ème séminaire FRATEL. La neutralité des réseaux se pose-t-elle en termes différents sur les réseaux fixes et mobiles? Introduction 7 ème séminaire FRATEL Laurent BENZONI TERA Consultants 32, rue des Jeûneurs 75002 PARIS Tél.

Plus en détail

DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL

DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL 14.8.2009 Journal officiel de l Union européenne L 211/55 DIRECTIVES DIRECTIVE 2009/72/CE DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 13 juillet 2009 concernant des règles communes pour le marché intérieur

Plus en détail

Le SPF Logo Economie vous présente son projet de plan de déploiement de l internet à haut et très haut débit pour la Belgique

Le SPF Logo Economie vous présente son projet de plan de déploiement de l internet à haut et très haut débit pour la Belgique Le SPF Logo Economie vous présente son projet de plan de déploiement de l internet à haut et très haut débit pour la Belgique La Belgique souhaite aujourd hui disposer d outils qui permettraient de conforter

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Toutefois, les RIP ont des particularités que l ARCEP devrait prendre en compte plus nettement.

Toutefois, les RIP ont des particularités que l ARCEP devrait prendre en compte plus nettement. A l attention de Monsieur Benoît LOUTREL, Directeur Général ARCEP 7, square Max Hymans 75730 Paris Cedex 15 Objet : Réponse à la consultation sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux

Plus en détail

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes

Autorité de Régulation des Communications électroniques et des Postes Synthèse de la réunion portabilité des numéros fixes («PNF») en date du 6 septembre 2005 Introduction : La portabilité des numéros doit permettre à tout client qui le souhaite de changer d opérateur tout

Plus en détail

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ;

11 juillet 2014. 1. La capacité pour les collectivités de recouvrer les coûts d investissements ; Contribution de la Caisse des Dépôts à la consultation publique de l ARCEP sur le modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Plus en détail

Fiche statistique Services aux entreprises

Fiche statistique Services aux entreprises A l issue des collectes semestrielles des indicateurs du marché des communications électroniques, l Institut Luxembourgeois de Régulation (ILR) publie au mois d août 2015 une fiche statistique sur les

Plus en détail

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT

CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT CHAPITRE QUINZE POLITIQUE DE CONCURRENCE, MONOPOLES ET ENTREPRISES D ÉTAT Article 15.1 : Droit et politique en matière de concurrence 1. Chacune des Parties adopte ou maintient des mesures prohibant les

Plus en détail

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes

Autorité de régulation des communications électroniques et des postes Décembre 2014 Projet de décision de l ARCEP sur les processus techniques et opérationnels de la mutualisation des réseaux de communications électroniques à très haut débit en fibre optique Consultation

Plus en détail

Décembre 2009 Obligations de comptabilisation des coûts et de séparation comptable de France Télécom

Décembre 2009 Obligations de comptabilisation des coûts et de séparation comptable de France Télécom Décembre 2009 Obligations de comptabilisation des coûts et de séparation comptable de France Télécom Rapport de l audit des comptes 2008 conduit par Mazars version publique Avertissement La décision de

Plus en détail

Affaire COMP/C-1/39.653 Vivendi & Iliad / France Télécom

Affaire COMP/C-1/39.653 Vivendi & Iliad / France Télécom COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, 2.7.2010 SG-Greffe(2010)D/9923 C(2010) 4730 Vivendi S.A. [ ] Objet: Affaire COMP/C-1/39.653 Vivendi & Iliad / France Télécom Messieurs, Je fais référence à la plainte que

Plus en détail

Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux mutualisés en fibre optique en dehors des zones très denses

Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux mutualisés en fibre optique en dehors des zones très denses Décembre 2014 Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux mutualisés en fibre optique en dehors des zones très denses Consultation publique du 17 décembre 2014 au 20 février 2015 ISSN : 2258-3106

Plus en détail

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes

Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Standards sociaux et environnementaux pour REDD+ : Fondements et principes Maurice TSALEFAC Professeur des Universités Vice Doyen FLSH Université de Dschang 1 Historique Standards sociaux et environnementaux

Plus en détail

Décision n 14-DCC-160 du 30 octobre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de SFR par le groupe Altice

Décision n 14-DCC-160 du 30 octobre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de SFR par le groupe Altice RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 14-DCC-160 du 30 octobre 2014 relative à la prise de contrôle exclusif de SFR par le groupe Altice L Autorité de la concurrence (section IA), Vu le dossier de notification

Plus en détail

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS,

CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, CHAPiTRE 2 LE SYSTÈME ÉLECTRIQUE FRANCAIS, ( Le système ÉLECTRIQUE français Le nouveau groupe de production qui serait implanté à Flamanville s inscrit dans l ensemble du système électrique français dont

Plus en détail

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel

Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Cadre juridique de la Protection des Données à caractère Personnel Souad El Kohen-Sbata Membre de la CNDP de développement -CGEM- Cadre Juridique de la protection des données personnelles au Maroc: Plan

Plus en détail

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005

Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice 2005 Université de Lausanne / Faculté de Biologie et Médecine Lausanne Rapport au Groupe de Pilotage sur la vérification des dépenses de service, des fonds de tiers et des frais professionnels pour l exercice

Plus en détail

Vu la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication,

Vu la loi n 86-1067 du 30 septembre 1986 modifiée relative à la liberté de communication, Décision n 2012-1137 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 11 septembre 2012 portant sur la définition du marché pertinent de gros des services de diffusion

Plus en détail

Vu le courrier en date du 04/08/2011, par lequel l INT a répondu aux interrogations de Tunisie Télécom soulevées par sa lettre du 26/07/2011,

Vu le courrier en date du 04/08/2011, par lequel l INT a répondu aux interrogations de Tunisie Télécom soulevées par sa lettre du 26/07/2011, Décision n 73 en date du 17/11/2011 portant établissement du format des états de synthèse à dégager par la comptabilité analytique des opérateurs de réseaux mobiles de télécommunications Vu la loi N 2001-1

Plus en détail

Les critères de choix d une méthode d annualisation des coûts d investissement et la transition du cuivre vers la fibre

Les critères de choix d une méthode d annualisation des coûts d investissement et la transition du cuivre vers la fibre Mars 20 Les critères de choix d une méthode d annualisation des coûts d investissement et la transition du cuivre vers la fibre Consultation publique Autorité de régulation des communications électroniques

Plus en détail

«Les certificats blancs : comment lancer le système?»

«Les certificats blancs : comment lancer le système?» MINEFI DGEMP Bercy Paris 27 octobre 2005 «Les certificats blancs : comment lancer le système?» Discutant Jacques Percebois Professeur à l Université Montpellier I Directeur du CREDEN DISPOSITIFS EFFETS

Plus en détail

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited

Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 09-DCC-65 du 30 novembre 2009 relative à la prise de contrôle exclusif de Tele2 Mobile par Omer Telecom Limited L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification

Plus en détail

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011

Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques. FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Les travaux de l ARCEP afin d améliorer les offres faites aux consommateurs de services de communications électroniques FRATEL Jeudi 12 mai 2011 Le panorama institutionnel en matière de protection des

Plus en détail

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme

AGROALIMENTAIRE. Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000. Présentation de la norme AGROALIMENTAIRE Système de management de la sécurité des denrées alimentaires ISO 22 000 Présentation de la norme 25 mars 2006-1 - Table des matières CHAPITRE 1 La normalisation : une démarche au service

Plus en détail

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN)

AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) AVIS DU CONSEIL ECONOMIQUE, SOCIAL ET ENVIRONNEMENTAL REGIONAL SUR LA STRATEGIE DE COHERENCE REGIONALE DE L AMENAGEMENT NUMERIQUE (SCORAN) Adopté à l unanimité des membres du Bureau présents et représentés,

Plus en détail

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF

FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF FORMATION DES JOURNALISTES THÈME 2 : FONCTIONNEMENT D UNE BOURSE : ORGANISATION DES ÉCHANGES PAR LA COSUMAF SOMMAIRE DU THEME 2 I LES DIFFÉRENTS ORDRES DE BOURSE 1. Les caractéristiques d un ordre de bourse

Plus en détail

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques

Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques C O N S U L T AT I O N P U B L I Q U E Mai 2007 Les spécifications des systèmes de comptabilisation en application de l article L.5-2, 6 du code des postes et des communications électroniques Synthèse

Plus en détail

La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets.

La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets. La comptabilité analytique : un outil indispensable pour la gestion et le suivi des projets. STAND 114 SOMMAIRE 1. Rôles et objectifs de la comptabilité analytique a) Rôle b) Objectifs 2. Organisation

Plus en détail

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse Décision n 2013-0174 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 février 2013 modifiant l annexe 5 de la décision n 2012-1137 en date du 11 septembre 2012 portant

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L AMF ET RTE CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE L ASSOCIATION DES MAIRES DE FRANCE ET RTE Entre L Association des Maires de France, sise 41 quai d Orsay, 75343 Paris cedex

Plus en détail

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte

LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Anne DIETRICH Frédérique PIGEYRE 2005, repères, La découverte La GRH constitue une préoccupation permanente de toute entreprise, de tout dirigeant, qu il s agisse de

Plus en détail

Description du système de comptabilisation des coûts d Orange

Description du système de comptabilisation des coûts d Orange Description du système de comptabilisation des coûts d Orange Année 2013 Ce document est accompagné de plusieurs annexes. octobre 2014 Orange SA au capital de 10 595 541 532-78 rue Olivier de Serres -

Plus en détail

MANCHE NUMERIQUE. Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence

MANCHE NUMERIQUE. Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence MANCHE NUMERIQUE Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence 1 MANCHE NUMERIQUE Bilan de la couverture numérique du territoire et de la mise en concurrence Dès 1995, le

Plus en détail

COUVERTURE UNIVERSELLE: QUEL MODELE POUR LA RDCONGO?

COUVERTURE UNIVERSELLE: QUEL MODELE POUR LA RDCONGO? COUVERTURE UNIVERSELLE: QUEL MODELE POUR LA RDCONGO? Commission Présidentielle Bruxelles, Aout t2010 Plan de présentation ti 1. Système de santé en RDC et situation actuelle de la sécurité sociale ( santé)

Plus en détail

Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses

Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses Mai 2014 Modèle générique de tarification de l accès aux réseaux en fibre optique jusqu à l abonné en dehors des zones très denses Consultation publique du 16 mai au 11 juillet 2014 ISSN : 2258-3106 Autorité

Plus en détail

Le déploiement du Très Haut Débit

Le déploiement du Très Haut Débit Le Haut Débit Débits : 512Kbit/s à 20 Mbits/s pour la voie montante Assuré sur le réseau cuivre, coaxial, réseau câblé, mobile 3G et UMTS, satellite et wifi La Technologie ADSl a été utilisée sur le réseau

Plus en détail

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD

CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD CHARTE D ÉTHIQUE PROFESSIONNELLE DU GROUPE AFD AVANT-PROPOS Établissement public, l Agence Française de Développement exerce une mission d intérêt public, principalement à l international. CHARTE D ÉTHIQUE

Plus en détail

Atelier 5. La conception de la réglementation. Cristina BUETI (UIT) Marie DEMOULIN (Université Belgique) Didier GOBERT (SPF Economie Belgique)

Atelier 5. La conception de la réglementation. Cristina BUETI (UIT) Marie DEMOULIN (Université Belgique) Didier GOBERT (SPF Economie Belgique) Atelier 5 La conception de la réglementation Cristina BUETI (UIT) Marie DEMOULIN (Université Belgique) Didier GOBERT (SPF Economie Belgique) Introduction Le spam est un thème «transversal» qui touche à

Plus en détail

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général

COMPTE RENDU. Atelier-débat avec les clients éligibles. 15 mai 2002 *** INTRODUCTION. par M. Thierry TUOT, Directeur Général Paris, le 5 juin 2002 COMPTE RENDU Atelier-débat avec les clients éligibles 15 mai 2002 *** INTRODUCTION par M. Thierry TUOT, Directeur Général Ce deuxième atelier était destiné à permettre aux clients

Plus en détail

Le rôle de swissgrid sur le marché ouvert de l électricité. Hans-Peter Aebi CEO de swissgrid Zurich, 26 mars 2008

Le rôle de swissgrid sur le marché ouvert de l électricité. Hans-Peter Aebi CEO de swissgrid Zurich, 26 mars 2008 Le rôle de swissgrid sur le marché ouvert de l électricité Hans-Peter Aebi CEO de swissgrid Zurich, 26 mars 2008 Ordre du jour 1. Opportunités pour les clients et les fournisseurs d électricité 2. Sécurité

Plus en détail

Assistance à la gestion des contrats de fourniture d électricité et de gaz Dans le contexte défini par la loi NOME Et la loi de la consommation 1 Suppression des TRV d électricité 2 Gestion tarifaire de

Plus en détail

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit

CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit PCI -TD _ Centres Resp et Profit_Correction CAS.doc 1 / 28 CONTROLE DE GESTION Prix de Cession Internes Centres de Responsabilité et Centres de Profit INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 1 NOTIONS

Plus en détail

Décision n 01 MC 06 du 19 décembre 2001 relative aux saisines et aux demandes de mesures conservatoires présentées par les sociétés Télé 2 et Cégétel

Décision n 01 MC 06 du 19 décembre 2001 relative aux saisines et aux demandes de mesures conservatoires présentées par les sociétés Télé 2 et Cégétel Décision n 01 MC 06 du 19 décembre 2001 relative aux saisines et aux demandes de mesures conservatoires présentées par les sociétés Télé 2 et Cégétel CONSEIL DE LA CONCURRENCE Le Conseil de la concurrence

Plus en détail

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne

Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne 1 er juillet 2010 Analyse économique prospective des risques de pratiques anticoncurrentielles sur le marché du jeu en ligne Olivier SAUTEL, économiste (Microeconomix, OFCE) Microeconomix SAS au capital

Plus en détail

Réponse de l AVICCA Juillet 2010. C est pourquoi l AVICCA demande des modifications ou précisions au projet de décision.

Réponse de l AVICCA Juillet 2010. C est pourquoi l AVICCA demande des modifications ou précisions au projet de décision. Consultation publique de l ARCEP sur les modalités de l accès aux lignes de communications électroniques à très haut débit en fibre optique en dehors des zones très denses Réponse de l AVICCA Juillet 2010

Plus en détail

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE

LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LES CERTIFICATS D ÉCONOMIES D ÉNERGIE LE CONTEXTE Un marché de l énergie fortement questionné Un marché de l énergie durablement haussier qui entraîne une perception nouvelle de l énergie l énergie est

Plus en détail

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS

QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS Etablissement public foncier de Languedoc-Roussillon créé par décret n 2008 670 du 2 juillet 2008 1 QUATRIEME PARTIE : MOYENS FINANCIERS ET HUMAINS A. LES RECETTES LES HYPOTHESES SUR LE NIVEAU DES RECETTES

Plus en détail

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel

72f. Établir la liste des dépenses et les chiffrer. Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Fiche Pratique 7 Établir un budget prévisionnel Établir un budget est une étape indispensable pour aborder sereinement un projet et rechercher des soutiens financiers auprès de partenaires privés et publics.

Plus en détail

1 Questionnaire à choix multiples

1 Questionnaire à choix multiples EXAMEN FINAL mercredi 19 janvier 2011, Durée h00 Pierre Fleckinger Une attention particulière doit être portée à la rédaction et à l explication des calculs faits. Utiliser un feuillet simple pour le QCM

Plus en détail

Le retour d expérience du logiciel CAPTMS

Le retour d expérience du logiciel CAPTMS Journée annuelle des adhèrents du pôle de ressources ConcepTMS 24 juin 2010 Le retour d expérience du logiciel CAPTMS Jean-Jacques ATAIN-KOUADIO, David MUTH (stagiaire) Département Homme au Travail Laboratoire

Plus en détail

Commerce d électricité en Suisse

Commerce d électricité en Suisse . Commerce d électricité en Suisse Conditions-cadres et évolution des prix sur le marché libéralisé Jeudi 3 décembre 2009, 13h30 à 17h15 Site de la Saidef, Posieux (Fribourg) Co organisateur : Energy Center

Plus en détail

d utilisation de la doctrine sociale de l Eglisel

d utilisation de la doctrine sociale de l Eglisel www.doctrinesocialeeglise.org 1 Voir - Juger - Agir Méthode de réflexion r et d utilisation de la doctrine sociale de l Eglisel Pour aller plus loin dans le détaild merci de se reporter au livre : «Construire

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE

Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Sciences de Gestion Spécialité : GESTION ET FINANCE Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion I. PRESENTATION GENERALE 1. Les objectifs du programme Le système

Plus en détail

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux?

HOPITECH 2011. Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1 HOPITECH 2011 Loi NOME, quels sont les nouveaux enjeux? 1. Présentation de la Loi NOME 2. La constitution du prix pour un consommateur: - Sensibilité aux prix de marché - Sensibilité à la variation du

Plus en détail

PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES

PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES Table des matières Pages Index des principales abréviations Cadre législatif et réglementaire utilisé... 13 Avant-propos... 15 PARTIE I À LA DÉCOUVERTE DES MARCHÉS PUBLICS LES PRINCIPES ET LES RÈGLES APPLICABLES

Plus en détail

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS

PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS 10 PRINCIPES D ACTIONS POUR LES ACHETEURS PUBLICS L ACCÈS DES PME À LA COMMANDE PUBLIQUE L accès des PME à la commande publique est une priorité gouvernementale. C est également un des objectifs assigné

Plus en détail

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines

Les apports de l informatique. Aux autres disciplines Les apports de l informatique Aux autres disciplines Le statut de technologie ou de sous-discipline est celui de l importation l et de la vulgarisation Le statut de science à part entière est lorsqu il

Plus en détail

de formation des prix

de formation des prix Le mécanisme m de formation des prix 1 URBANiS 24 janvier 2011 DEUX MARCHES FONCIERS URBAINS Zone AU «stricte» le droit des sols n est pas défini, il est négocié Zone AU indicée et zone U le droit des

Plus en détail

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING)

LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) LA METHODE DU COUT CIBLE (TARGET COSTING) Finalité de la démarche Optimiser les performances futures de profit du produit sur l ensemble de son cycle de vie. Prérequis Connaissance élémentaire de la problématique

Plus en détail

The Arab Cloud Computing Study Days Tunis- Tunisia 4-5 December 2014. M elle Rafia BARKAT. Chargée d Etudes Experte

The Arab Cloud Computing Study Days Tunis- Tunisia 4-5 December 2014. M elle Rafia BARKAT. Chargée d Etudes Experte The Arab Cloud Computing Study Days Tunis- Tunisia 4-5 December 2014 M elle Rafia BARKAT Chargée d Etudes Experte Quels sont les avantages du Cloud Computing? Quels sont les risques et les principales

Plus en détail

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière.

L Algérie est honorée d accueillir, à cette occasion, les éminents experts venus partager avec nous leurs expériences en la matière. Mesdames et Messieurs, Je suis particulièrement heureux de prendre part à ce séminaire organisé, sous le haut patronage de Son Excellence le Président de la République, Monsieur Abdelaziz BOUTEFLIKA, par

Plus en détail

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires

LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires 1 LE REFERENTIEL ACHAT APPLICABLE A COMPTER DU 1 ER JANVIER 2007 A destination des gestionnaires de laboratoires PREAMBULE Depuis le 1 er janvier 2007, le nouveau système d'information «Budgétaire, Financier

Plus en détail

Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var. www.ecovallee-plaineduvar.fr

Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var. www.ecovallee-plaineduvar.fr Opération d Intérêt National Éco-Vallée EcoCité plaine du Var www.ecovallee-plaineduvar.fr 1 2 3 3 Eco-Vallée Un nouveau positionnement économique Faire d Eco-Vallée l accélérateur de la mutation économique

Plus en détail

Evaluation économique et positionnement des offres techniques

Evaluation économique et positionnement des offres techniques Evaluation économique et positionnement des offres techniques Séminaire sur les enjeux des infrastructures de réseaux de télécommunications pour les collectivités territoriales 1 Plan Positionnement des

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 09-A-57 du 22 décembre 2009 relatif à une demande d avis de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes portant sur la montée en débit L Autorité

Plus en détail

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME

CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME CODE DES RELATIONS BANQUES TPE/PME MAI 2006 LES ARTICLES > ARTICLE 1 ER périmètre et objectifs page 2 > ARTICLE 2 soutien de l esprit d entreprise en favorisant la création ou la reprise d entreprises

Plus en détail

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675

GESTION DE PROJET. www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 GESTION DE PROJET www.ziggourat.com - Tél : 01 44 61 96 00 N enregistrement formation : 11752861675 Introduction à la Gestion de Projet... 3 Management de Projet... 4 Gestion de Projet informatique...

Plus en détail

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique

Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Le CRM en BFI : une approche du pilotage stratégique Sébastien Pasquet, Responsable de missions Le CRM (Customer Relationship Management) s est développé depuis 10 ans essentiellement par l intégration

Plus en détail

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom

Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 04-A-15 du 28 juillet 2004 relatif à la convention-type «Département innovant» de France Telecom Le Conseil de la concurrence (section III B), Vu la lettre du 30 avril 2004,

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 2 bis du 2 avril 2009 C2008-77 / Lettre du ministre de l économie, de l industrie et de l emploi du 28 octobre

Plus en détail

Chapitre 1. Introduction

Chapitre 1. Introduction ISBN 92-64-01565-5 L assurance-maladie privée dans les pays de l OCDE OCDE 2004 Chapitre 1 Introduction Ce chapitre introductif du rapport explique pourquoi l OCDE a décidé d entreprendre une étude sur

Plus en détail

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II

FrontERM. Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II FrontERM Solution de Pilotage Global des Risques pour le secteur de l assurance Contexte : Solvabilité II efront - Présentation Nos valeurs CA en M SATISFACTION CLIENT 31% Croissance organique 37 48,0

Plus en détail

Annexes. et France Télécom 38

Annexes. et France Télécom 38 LES RAPPORTS DE L ARCEP RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Novembre 2012 La montée en débit sur le réseau de cuivre La fibre optique à portée des territoires La fibre optique à portée des territoires La montée en débit

Plus en détail

Est d avis de répondre à la demande présentée dans le sens des observations qui suivent :

Est d avis de répondre à la demande présentée dans le sens des observations qui suivent : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 10-A-18 du 27 septembre 2010 relatif à un projet de décision de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes portant sur le déploiement de la fibre

Plus en détail

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009

7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Novembre 2009 Le portage d infrastructuresd Les meilleures pratiques 7éme réunion annuelle FRATEL Bruxelles 19-20 Makhtar FALL makhtar.fall@itu.int RME/POL/BDT Union Internationale des Télécommunications International

Plus en détail

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006

LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 LES AUTORITES INDEPENDANTES, NOUVEAU MODE DE GOUVERNANCE? Discours d André Merlin Forum d Iéna, Paris le 22 juin 2006 Débat présidé par M. André Merlin sur le thème : «Quelle articulation souhaitable avec

Plus en détail

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social»

Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Conférence «Les contrats de PPP : Alliances Publics-Privés pour le développement économique et social» Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

Plus en détail

Nom de votre événement : Lieu / Pays : Nombre d éditions de votre événement : Date de votre demande d obtention de l éco-label recycling de l UCI :

Nom de votre événement : Lieu / Pays : Nombre d éditions de votre événement : Date de votre demande d obtention de l éco-label recycling de l UCI : FORMULAIRE D EVALUATION ATTRIBUTION éco-label recycling Nom de votre événement : Lieu / Pays : Nombre d éditions de votre événement : Date de votre demande d obtention de l éco-label recycling de l UCI

Plus en détail

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale

Le Titre II «Investir» du projet de loi pour la croissance, l activité et l égalité des chances économiques a été adopté par l Assemblée nationale EMMANUEL MACRON MINISTRE DE L ÉCONOMIE, DE L INDUSTRIE ET DU NUMERIQUE C o m m u n i q u é d e p r e s s e www.economie.gouv.fr C o m m u n i q u é d e p r e s s e Paris, le 15 février 2015 N 406 Le Titre

Plus en détail

Montée en débit : la mise en œuvre de l accès à la sous-boucle et son articulation avec le développement des réseaux FttH

Montée en débit : la mise en œuvre de l accès à la sous-boucle et son articulation avec le développement des réseaux FttH février 2010 Montée en débit : la mise en œuvre de l accès à la sous-boucle et son articulation avec le développement des réseaux FttH Orientations de l ARCEP - 1 - Introduction Bénéficier d une montée

Plus en détail

Méthodes de comptabilisation, de recouvrement et de tarification des coûts liés aux demandes de conservation des numéros fixes

Méthodes de comptabilisation, de recouvrement et de tarification des coûts liés aux demandes de conservation des numéros fixes Décembre 2011 Méthodes de comptabilisation, de recouvrement et de tarification des coûts liés aux demandes de conservation des numéros fixes Synthèse de la consultation publique (29 juillet - 30 septembre

Plus en détail

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique

Emmanuel MACRON, ministre de l Economie, de l Industrie et du Numérique 3 Éditorial «Le numérique est aujourd hui dans tous les usages : les transports, les entreprises, les loisirs, les objets connectés, l accès à l information, les smartphones, etc. Mais il n est pas dans

Plus en détail