Le SpécialistE. L obésité... pas une mince affaire. Le magazine de la Fédération des médecins spécialistes du Québec.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le SpécialistE. L obésité... pas une mince affaire. Le magazine de la Fédération des médecins spécialistes du Québec."

Transcription

1 Le SpécialistE Le magazine de la Fédération des médecins spécialistes du Québec Vol. 13 n o 3 Septembre 2011 L obésité... pas une mince affaire 3 recommandations Voir texte p. 40

2 Traitement du trouble déficitaire de l attention avec hyperactivité Nombre d ordonnances exécutées par les pharmacies communautaires au Canada 2010, par groupe d âges, comparaison Québec - Canada Volume de prescriptions (brutes) et plus Québec Reste du Canada Âge des patients Pour de plus amples renseignements : / Une importante source d information, d analyse et de consultation pour les secteurs de la santé au Canada

3 La Personnelle prend soin de vos biens! POUR VOTRE ASSURANCE HABITATION, PROFITEZ DE TARIFS PRÉFÉRENTIELS ET D UNE VALEUR SÛRE À TOUS POINTS DE VUE. Grâce au partenariat entre Sogemec Assurances et La Personnelle, optez pour une assurance habitation «tous risques» complète que vous pouvez personnaliser. De plus, vous avez accès à des compléments négociés spécialement pour vous, tels que : l avenant 25C, pour bénéficier d une protection de $ pour vos biens se rapportant à vos activités professionnelles, ou en cas de perte ou de vol d œuvres d art ; les services d Assistance juridique et d Assistance vol d identité pour obtenir une aide spécialisée gratuite ; le programme de surveillance résidentielle TéléVeille MD, une solution très abordable et unique en assurance habitation. Avant de renouveler, prenez le pouls! Demandez une soumission : sogemec.lapersonnelle.com MD Marque déposée de La Personnelle, compagnie d assurances. Le programme TéléVeille n est pas offert dans certaines régions. Certaines conditions s appliquent.

4 Tournez la valeur nette de votre maison à votre avantage. Appelez-nous pour en savoir plus sur la Marge Proprio RBC Tirez parti de la valeur nette de votre maison Optez pour la Marge Proprio RBC et tirez parti de la valeur nette de votre maison pour financer vos prochaines rénovations, des frais de scolarité, ou d autres projets importants. Cette solution vous permet de gérer judicieusement tous vos besoins d emprunt en un seul programme à la fois simple et flexible. Voici ce qu offre la Marge Proprio RBC : La possibilité de consolider vos dettes à intérêt élevé en un seul versement mensuel qui vous permettra de dégager des liquidités et d économiser sur les frais d intérêt. Une demande unique : à mesure que vous remboursez votre hypothèque, le crédit disponible de votre marge de crédit augmente automatiquement. Nul besoin de présenter une nouvelle demande. La souplesse d accéder à des fonds quand et comme vous voulez : au guichet, par chèque, en succursale et par Banque en direct. Appelez-nous dès aujourd hui au SANTE ( ) pour découvrir les avantages de la Marge Proprio RBC. Certaines conditions s appliquent. Tous les produits de financement personnel et les hypothèques résidentielles sont offerts par la Banque Royale du Canada sous réserve de ses critères de prêt standard. Marque déposée de la Banque Royale du Canada. RBC et Banque Royale sont des marques déposées de la Banque Royale du Canada. MC Marque de commerce de la Banque Royale du Canada.

5 Sommaire Le Spécialiste est publié quatre fois par année par la Fédération des médecins spécialistes du Québec. COMITÉ ÉDITORIAL Dr Bernard Bissonnette Dr Raynald Ferland Dr Paul Perrotte Me Sylvain Bellavance Nicole Pelletier, ARP, directrice Patricia Kéroack, conseillère en communication Éditrice déléguée Nicole Pelletier, ARP Responsable de l édition Patricia Kéroack RÉVISION Angèle L Heureux ASSISTANTE de production Geneviève Roberge Graphisme Dominic Armand TRADUCTION Anne Trindall Annette Grimaïla PUBLICITÉ France Cadieux 7 Le Mot du président impression Impart Litho Mobilisation, constance et transparence 8 In memoriam Dr Yves Dugré TIRAGE exemplaires Pour nous joindre RÉDACTION Téléphone : Télécopieur : Courriel : Publicité Téléphone : Télécopieur : Courriel : 9 Négo Actualités 15 En manchettes 19 Dossier Fédération des médecins spécialistes du Québec 2, Complexe Desjardins, porte 3000 C.P. 216, succ. Desjardins Montréal (Québec) H5B 1G8 Téléphone : Le POSTE-PUBLICATION Contrat de vente L obésité... pas une mince affaire DÉPÔT LÉGAL 3e trimestre 2011 Bibliothèque nationale du Québec ISSN Pas de solutions miracles, mais... CCAB audite les envois faits aux médecins spé cia listes et résidents, soit pour un total de copies (juin 2011). La FMSQ distribue aussi plus de copies aux chercheurs, titulaires des Facultés de médecine du Québec, aux gestionnaires des agences, des établissements et du réseau de la santé au Québec. L obésité... pas une mince affaire 26 3 recommandations Voir texte p. 40 Si on s y mettait vraiment Les grands noms de Les articles portant signature n engagent que leur auteur. Tous droits réservés. Le contenu ne peut être reproduit sans l autorisation écrite de l éditeur. La Fédération des médecins spécialistes du Québec regroupe les spécialités suivantes : allergie et immuno logie ; anesthésiologie ; biochimie médicale ; cardiologie ; chirurgie cardio-vasculaire et thoracique ; chirurgie ; chirurgie plastique et esthétique ; derma tologie ; endocrinologie ; gastro-entérologie ; génétique ; gériatrie ; hématologie et oncologie ; médecine d urgence ; médecine interne ; médecine nucléaire ; microbiologie infectiologie ; néphrologie ; neurochirurgie ; neurologie ; obstétrique-gynéco logie ; ophta l mologie ; orthopédie ; oto-rhino-laryngologie et chirurgie cervico-faciale ; pathologie ; pédiatrie ; physiatrie ; pneumologie ; psychiatrie ; radiologie ; radiooncologie ; rhuma tologie ; santé communautaire et urologie. Vol. 13 no 3 Septembre Taxer la malbouffe : pourquoi pas? Toutes les annonces de produits pharmaceutiques sur ordonnance ont été approuvées par le Conseil consultatif de publicité pharmaceutique. SpéciaLiSte Le magazine de La Fédération des médecins spécialistes du Québec la médecine au Québec r Paul Khairy, cardiologue D 36 Développement professionnel continu 39 Financière des professionnels Les annonceurs de cette édition : IMS Brogan La Personnelle RBC Banque Royale Financière des professionnels ASSS du Bas-Saint-Laurent CSSS Maria-Chapdelaine Club Voyages Berri Productions Diverso Groupe Conseil Multi-D Sogemec Assurances Services aux médecins MD Sogemec assurances 42 Word from the president eadiness, Steadfastness and Transparency R 44 Services aux membres A vantages commerciaux Le Spécialiste vol. 13 no 3 Septembre

6 * Membre - Fonds canadien de protection des épargnants *

7 Le Mot du président D r Gaétan Barrette Mobilisation, constance et transparence Nous vous présentons ici les grandes lignes de l entente que nous venons de conclure avec le gouvernement. Vous pouvez en être fiers, car elle répond à vos aspirations tout en mettant de l avant la place et l importance de la médecine spécialisée au Québec. Mais d abord, un petit retour en arrière... En 2006, la FMSQ a pris un virage majeur. Nous avons osé et continué de parler «rémunération» et nous nous sommes mobilisés comme jamais auparavant. La crainte au sortir de la médiation de 2007? Que vous vous apaisiez et reveniez à «avant». Ce ne fut pas le cas. C était clair lors des Commissions des présidents et des Assemblées des délégués. Ce le fut aussi quand les représentants de l État ont «testé» le terrain durant la dernière négociation ; ils le font toujours et c est de bonne guerre. Un résultat sans équivoque : vous étiez prêts. Nous aussi. Fallait, pour eux, éviter un déclenchement. Fallait, pour nous, doser. Ceci a créé une dynamique de style «guerre froide» entre nous et l État quant à notre négociation propre avec, en accessoire, le débat de nos collègues omnipraticiens, fort utile d ailleurs. Nous avons eu une chance : nos interlocuteurs ont été la présidente du Conseil du Trésor et son secrétaire, M. Denys Jean. Il faut insister sur le rapport que nous avons eu avec Mme Courchesne, rapport basé sur la transparence et une approche directe. On nous attendait avec le couteau entre les dents. C était une erreur. En négos, il faut en être capable, mais aussi de l opposé, ce que nous avons démontré. Dans les deux cas, je ne le répéterai jamais assez, il faut pouvoir s appuyer sur une forte mobilisation, toujours prête à s exprimer. Je l ai dit en 2003 lors de la fameuse réunion du Stade olympique : on ne discute pas du pouvoir, on l exerce! La balle ne doit pas être simplement dans votre camp, elle doit vous appartenir. Il faut aussi avoir un discours cohérent et inattaquable. Constatons-le! À ce jour, jamais n a-t-on pu défaire le discours public de la FMSQ et nous concluons notre négociation sans l ombre d un moyen de pression! Pas mal! Heureusement, nous ne comptons aucun François-Pierre Gladu parmi nos membres. Auteur de nombreux textes qui me visaient personnellement ou volontairement biaisés lorsque vient le temps de parler de chiffres, notamment dans Santé Inc., il aura été jusqu à faire une campagne contre sa propre organisation et a même affirmé, dans Cyberpresse le 21 août dernier, que les médecins de famille avaient été forcés d accepter leur entente sous la menace d une loi spéciale! Croyez-moi, quand il y a une loi spéciale dans l air, ça se sait. Un conseil, ne vous attardez jamais aux propos de François Pierre Gladu. Mieux, écrivez donc à l AMC, propriétaire de Santé Inc., pour qu on le remplace. Le virage de 2007 aura été aussi d un autre ordre, celui d un nouveau principe de distribution des sommes résultantes de ces deux séquences de négociations. Un principe, en fait un engagement, de réduire les écarts entre le revenu moyen de toutes les spécialités, et ce, d ici Je me souviens de la tournée des régions faite en 2007 pour expliquer l entente d alors. Dans notre présentation, nous annoncions même l objectif à viser lors de la présente négociation en fonction de diverses hypothèses quant à l évolution de la rémunération canadienne. En fait, ça aura conditionné toute notre approche. Sur ce plan, nous avons atteint notre objectif. Encore une fois grâce à vous. Vous comprendrez qu une mauvaise négociation aurait rendu plus difficile, mais pas impossible, d y arriver. Donc, en additionnant le résultat des deux négociations depuis 2006, je crois que nous sommes en mesure de respecter globalement notre engagement sur le plan des écarts de revenus entre les spécialités. Mais voilà un sujet qui soulèvera sans doute encore beaucoup de passion... Ceux et celles qui ont vécu l épisode de 2007 s en rappellent. Ceux et celles qui arrivent aujourd hui s en souviendront aussi plus tard. Un fait demeure : nous avons promis constance et transparence, des critères et paramètres concrets plutôt que vagues et subjectifs. C est ce que nous avons livré jusqu ici et ce que nous entendons poursuivre. Cet engagement nous obligera à un «passage». La prochaine distribution sera celle qui aura le maximum d impact quant aux écarts de rémunération. Et qui dit diminution des écarts, dit distribution asymétrique. Grande distribution veut possiblement dire grande asymétrie. Mais toujours dans la transparence et l objectivité. Vous comprendrez qu après la liesse entourant la conclusion de cette entente s en suivra une période plus laborieuse de débats internes dont nous devons sortir encore plus forts et plus déterminés que jamais en vue de la prochaine ronde de négociations qui débutera fin 2014!!! 2011 conclura ainsi une démarche débutée en 2003 sous la présidence du docteur Yves Dugré, qui vient de nous quitter, dont nous saluons la contribution dans cette édition. Comme vous le constatez, votre Fédération vit à un rythme infernal depuis cinq ans et non seulement ça n arrête pas, mais ça continuera de plus belle en Il n en tiendra toujours qu à vous de nous pousser à maintenir ce rythme. C est votre devoir de le faire. Je ne peux terminer cet éditorial sans prendre le temps de remercier l équipe de direction et tout le personnel de la Fédération pour leur esprit de corps dans cette période, car, croyez-moi, toutes et tous ont eu à contribuer au-delà de l habituel et l ont fait avec passion et dévouement. Mille mercis! Syndicalement vôtre! LS Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre

8 In memoriam Décès du D r Yves Dugré D r Yves Dugré, 5 e président de la Fédération des médecins spécialistes du Québec (FMSQ) s est éteint le 29 juillet dernier, à l âge de 70 ans, à la suite d un accident vasculaire cérébral. Natif de Pointe-du-Lac en Mauricie, D r Dugré a effectué ses études universitaires à Québec où il a obtenu son doctorat en médecine et, par la suite, sa certification en oto-rhino-laryngologie de l Université de Montréal en Tout en exerçant sa profession à Trois-Rivières, D r Dugré a constamment été impliqué au sein de diverses instances médico-professionnelles, faisant ainsi bénéficier ses collègues de son expertise. Il a été président de l Association d oto-rhino-laryngologie et de chirurgie cervicofaciale du Québec de 1987 à Par la suite, il a occupé différents postes électifs au sein du conseil d administration de la Fédération, ayant été respectivement conseiller et vice-président entre 1991 et 2001 pour ensuite devenir le 5 e président de la FMSQ, de 2001 à Au cours de cette période, il a été administrateur de Sogemec Assurances et membre du conseil d administration de la Régie d assurance maladie du Québec. D r Dugré a aussi été très impliqué au sein du Groupe Fonds D r Yves Dugré des professionnels (aujourd hui la Financière des professionnels) où il a été administrateur à compter de 1991, président du conseil d administration de 1997 à 2008 et membre du comité d examen indépendant depuis «Au nom de tout le personnel, des médecins spécialistes membres du conseil d administration et au nom de tous les membres de la FMSQ, je réitère mes plus sincères condoléances à la famille du D r Dugré. Je me souviendrai de l implication constante et immuable de D r Dugré quant à l amélioration de tous les aspects touchant la pratique médicale des médecins spécialistes du Québec. Cette implication, pleine et entière, aura été un exemple. Il faut aussi nous rappeler que, derrière toutes ces fonctions, il y a un homme dont nous tenons ici à saluer la dignité, et une famille qu il aimait profondément», a tenu à souligner D r Gaétan Barrette. LS Je décide où je pratique Au Bas Saint-Laurent Je prends soin des autres, de mes proches, de moi... Choisissez une qualité de vie exceptionnelle Majoration de la rémunération de 25 à 30 % Kamouraska Témiscouata Rivière-du-Loup Les Basques Rimouski - Neigette La Mitis La Matapédia Matane 8 Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre 2011 LS

9 Négo 2010 Par M e Sylvain Bellavance Directeur, Affaires juridiques Une époque bientôt révolue? La FMSQ et le MSSS viennent de conclure une nouvelle entente pour le renouvellement de l accord-cadre pour la période du 1 er avril 2010 au 31 mars La négociation de cette entente s est concentrée autour de deux objectifs principaux, soit l amélioration du réseau de la santé et l atteinte d une rémunération concurrentielle pour les médecins spécialistes québécois. Les résultats de cette entente, conjugués avec ceux obtenus au cours des années précédentes, devraient nous permettre de déclarer enfin, au cours de l année 2015, que la rémunération des médecins spécialistes québécois s avère désormais concurrentielle à celle des autres médecins spécialistes canadiens. L époque où les médecins spécialistes québécois étaient traités comme des médecins de second rang et où leurs conditions de rémunération faisaient en sorte de favoriser l exode et la pénurie des médecins spécialistes devrait alors être bel et bien révolue. Avant d examiner plus en détail les éléments de l entente intervenue récemment, il importe de rappeler succinctement les grandes étapes du chemin parcouru au cours des dernières années. Le coup de départ de 2002 Bien que les comparaisons de rémunération avec les autres provinces canadiennes aient déjà été évoquées dans le cadre des négociations antérieures, ce n est véritablement qu en 2002 que la Fédération en a fait un cheval de bataille important dans le cadre des négociations du renouvellement de l entente. Les négociations de 2002 ont été ardues et ont donné lieu à un conflit important avec le gouvernement concernant le respect de l autonomie des médecins spécialistes et l amélioration de leurs conditions de pratique. Ces négociations ont néanmoins permis de consacrer, pour la première fois, le principe de la mise en place d une rémunération adéquate pour les médecins spécialistes québécois. L entente conclue en février 2003 prévoyait en effet : L octroi d un premier redressement de rémunération ; La mise en place d un comité d étude ayant pour objectif d évaluer l ampleur des écarts de rémunération ; L engagement du gouvernement à corriger les écarts reconnus par les parties afin d assurer et de maintenir un niveau de rémunération concurrentiel visant à permettre la rétention et le recrutement des médecins spécialistes nécessaires au bon fonctionnement du système de santé. L entente de 2006 La négociation de cette entente faisait suite aux travaux du comité d étude sur la rémunération, lesquels se sont échelonnés sur une période de plus d un an. Nonobstant la résistance des représentants du gouvernement, le constat était clair : la rémunération des médecins spécialistes québécois était d environ 50 % inférieure à celle de leurs collègues des autres provinces canadiennes! Les négociations de 2006 ont donc porté sur le respect de l engagement du gouvernement d assurer une rémunération concurrentielle pour les médecins. Ces négociations auront à nouveau donné lieu à un conflit important avec le gouvernement qui reniait cet engagement. Au terme de celles-ci, et à la suite de la mobilisation de l ensemble des médecins spécialistes, la Fédération obtenait finalement, en décembre 2006, une entente qui prévoyait : Le renouvellement de l engagement du gouvernement à corriger les écarts de rémunération reconnus afin d assurer et de maintenir un niveau de rémunération concurrentiel pour les médecins spécialistes québécois ; Un redressement important de la rémunération des médecins spécialistes, échelonné sur les années 2008 à 2013 ; L octroi d une enveloppe de 144 M$ allouée à la mise en place de diverses mesures ciblées dont la rémunération de la garde et de l enseignement ; La mise en place d un processus de médiation et, le cas échéant, d arbitrage afin de conclure sur l ampleur des écarts de rémunération des médecins spécialistes et du redressement à effectuer. La médiation de 2007 Celle-ci s est déroulée sur une période de huit mois et constitue un autre jalon important dans la mise en place de conditions de pratique et de rémunération satisfaisantes pour les médecins spécialistes québécois. La médiation de 2007 a, en effet, permis de conclure une entente prévoyant : Le constat que les écarts de rémunération étaient de l ordre de 50 à 55 % au 1 er avril 2007 ; L octroi d un autre effort de redressement de la rémunération des médecins spécialistes qui, avec le redressement conclu l année précédente, s échelonne sur la période de 2008 à 2016 ; L octroi d une enveloppe de 240 M$ afin de favoriser l accessibilité, les conditions de pratique et l organisation des soins. L entente de 2011 Bien que les ententes de 2006 et 2007 prévoient un calendrier de redressement qui s échelonne jusqu à l année 2016, l accord-cadre des médecins spécialistes prenait fin le 31 mars 2010 et le renouvellement de l entente devait être conclu pour la période débutant le 1 er avril Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre

10 Négo 2010 (suite) De nouveau, la Fédération a abordé ces négociations avec l objectif, d une part, de continuer à renforcer le réseau de la santé et, d autre part, d assurer le maintien de l objectif de rémunération auquel s était engagé le gouvernement par les ententes antérieures. Il faut rappeler que les redressements octroyés de 2008 à 2016 visent à corriger l écart de rémunération constaté au 1 er avril Or, comme il avait été indiqué à l ensemble des médecins spécialistes, cette nouvelle ronde de négociation était cruciale afin de ne pas perdre les gains acquis lors des ententes antérieures et de s assurer de maintenir l objectif de rémunération fixé pour Ces négociations, les premières en 10 ans qui n ont pas engendré de conflit important, ont permis à la Fédération et au MSSS d atteindre les résultats escomptés tant au niveau du renforcement du réseau de la santé que du maintien de l objectif de rémunération. Quant au premier objectif, une nouvelle enveloppe de 251 M$ sera consacrée au cours des six prochaines années pour permettre la mise en place de mesures ciblées qui visent à favoriser la qualité et l accessibilité aux services médicaux spécialisés et à renforcer l efficience du réseau de la santé. Cet investissement sera réparti selon l échéancier suivant : 20 M$ en M$ en M$ en M$ en M$ en M$ en Les mesures ciblées par les parties concernent notamment le vieillissement de la population, la prévention et la gestion des maladies chroniques, la lutte contre le cancer, la réduction des délais d attente, le soutien aux médecins de famille, les soins intensifs, la télémédecine, les conditions de pratique en anatomopathologie, l instauration d un programme de maintien et de développement des connaissances pour l ensemble des médecins spécialistes, la coordination clinique des transferts urgents vers les centres tertiaires de néonatalogie et d obstétrique, la garde en disponibilité, les activités de prélèvements et de dons d organes, les activités médico-administratives, la santé mentale, la reconnaissance de l expertise des médecins au niveau de la gouvernance et de la performance du réseau, etc. En ce qui a trait à la rémunération, l entente de 2011 prévoit des augmentations de près de 400 M$ au cours des années 2010 à Ces investissements, conjugués avec l enveloppe de mesures ciblées de 251 M$, devraient permettre aux médecins spécialistes québécois de progresser au même rythme que leurs confrères des autres provinces. Toutefois, puisque nous ne connaissons pas d emblée l ensemble des investissements qui seront effectués dans chacune des autres provinces canadiennes au cours de la même période, il importe de demeurer vigilants afin de s en assurer. À cette fin, la Fédération et le MSSS ont convenu de mettre sur pied un nouveau comité ayant pour mandat de suivre périodiquement l évolution de l écart entre la rémunération des médecins spécialistes du Québec et celle de l ensemble des médecins spécialistes des autres provinces canadiennes. À la lumière des travaux du comité, les parties entreprendront des discussions afin de maintenir une rémunération concurrentielle et attractive. En plus de ces mesures, l entente de 2011 prévoit divers autres investissements dont : Un redressement annuel de 2 % de l enveloppe budgétaire afin de permettre la rémunération des nouveaux médecins spécialistes qui exercent dans le régime d assurance maladie et de tenir compte des effets de la croissance de la population et de son vieillissement ; Une augmentation de 5,5 M$ afin de financer les hausses du coût de l assurance responsabilité professionnelle ; Une enveloppe de 4 M$ afin de mettre en place un programme de congé de maternité et d adoption ; Un redressement de l enveloppe afin de tenir compte d un dépassement antérieur attribuable à une plus grande productivité des médecins spécialistes. Qui plus est, l entente de 2011 aborde le dossier des plans d effectifs médicaux et celui du financement des cliniques médicales. À cet effet, le ministre de la Santé reconnaît d abord le rôle primordial de la Fédération au niveau de l exercice de planification annuelle des effectifs médicaux. Il convient également d entamer des travaux concernant le financement des cliniques médicales. l entente conclue (...) devrait assurer le respect des objectifs fixés dès le départ par la Fédération, et ce, tant au niveau du renforcement du réseau de la santé que de la rémunération. Comme on peut le constater, l entente conclue est des plus favorables et devrait assurer le respect des objectifs fixés dès le départ par la Fédération, et ce, tant au niveau du renforcement du réseau de la santé que de la rémunération. L effet des ententes antérieures et de celle intervenue en 2011 devrait nous permettre de constater, en 2015, que la rémunération des médecins spécialistes québécois est désormais concurrentielle avec celle de leurs confrères des autres provinces canadiennes. Nous pourrons réellement affirmer le début d une nouvelle époque qui permettra non seulement de reconnaître la juste valeur des médecins spécialistes québécois, mais également de favoriser le recrutement et la rétention des effectifs médicaux nécessaires pour la population québécoise. D ici là, beaucoup de travail demeure à être accompli. À compter de maintenant, en plus de procéder à la répartition des augmentations au sein des différentes associations, il importera de développer et d instaurer progressivement l ensemble des mesures d accessibilité identifiées. Qui plus est, nous devrons entreprendre des travaux importants au niveau de la comparaison interprovinciale afin d assurer le suivi de l évolution des écarts de rémunération et d assurer l atteinte de l objectif fixé pour Demeurons vigilants. LS 10 Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre 2011

11 Actualités La FMSQ primée à cinq reprises La FMSQ, par son équipe des Affaires publiques et des Communications, a été récompensée lors de trois concours professionnels pour des campagnes de communication tant externes qu interne effectuées pendant l année Prix d excellence 2011 de la Société canadienne des relations publiques La campagne de communication interne «Le grand village gaulois» a obtenu un Prix d excellence OR, la plus haute distinction dans la catégorie des communications internes au Canada. La campagne «L expertise a un prix» a, quant à elle, obtenu un Prix d excellence ARGENT dans la catégorie des communications externes : relations gouvernementales. Prix d excellence 2011 de la Société québécoise des professionnels en relations publiques La campagne «La FMSQ s invite à la Rencontre économique 2010» a obtenu un Prix d excellence OR dans la catégorie Outils de communication. Prix STRAT 2010 de l Association des professionnels en communication et en marketing Plus tôt, ce printemps, la FMSQ a également obtenu un certificat d excellence pour sa campagne «L expertise a un prix» dans la catégorie Impact. «Ces reconnaissances s ajoutent à celles obtenues au cours des dernières années et soulignent la qualité de nos interventions et de leur exécution. Je suis particulièrement fier de ces prix, car la très grande majorité de ces campagnes ont été produites à l interne, de la planification et l idéation à l exécution» a indiqué le D r Gaétan Barrette, président de la FMSQ. La campagne de communication interne «Le grand village gaulois» a obtenu un Prix d excellence ARGENT dans la catégorie Programme interne de relations publiques. Lancement de la Chaire de recherche en oncologie ORL D r Azar Angélil La première chaire de recherche québécoise en oncologie ORL a été lancée le 16 août dernier. M. René Angélil a accepté de prêter son nom aux côtés de celui qui fut, pendant 30 ans, le chef et pilier du service d oto-rhino-laryngologie (ORL) du CHUM- Hôpital Saint-Luc, D r Antoine Azar, décédé en mai Cette chaire de l Université de Montréal veut améliorer les traitements pour combattre et guérir les cancers ORL ; son titulaire est le D r Apostolos Christopoulos, ORL et chirurgien cervico-facial. Ce projet a vu le jour grâce à la détermination des équipes médicales concernées affiliées à l Université de Montréal. Fait exceptionnel, en plus d avoir soutenu financièrement pendant deux ans leur collègue, le D r Christopoulos, afin qu il puisse se consacrer à la recherche, les médecins ont tenu à renouveler cet engagement. Ils ont déjà personnellement amassé quelque $ pour soutenir les travaux de la Chaire qui souhaite recueillir 3 millions de dollars pour lancer les travaux de recherche. Aujourd hui, près de la moitié de cette somme a déjà été amassée. Offrir aux Québécois les meilleurs traitements du monde «J ai été impressionné par la solidarité et la détermination de l équipe médicale. Ce groupe exceptionnel veut développer ici, au Québec, les meilleurs traitements avec la plus récente technologie qui soit disponible au monde», a souligné René Angélil. De son côté, D r Barrette a ajouté : «Le Québec peut s enorgueillir d avoir des soins de médecine spécialisée de grande qualité et la recherche médicale est une composante essentielle à la dispensation de tels soins.» D r Gaétan Barrette, président de la FMSQ, entouré de l équipe médicale du CHUM traitant les cancers ORL. LS Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre

12 Actualités Association des neurologues du Québec 50 ans déjà! Pour son 50 e anniversaire de création, l Association des neurologues du Québec a commandé un livre retraçant les débuts de la neurologie au Québec ainsi que ses développements cliniques, scientifiques et professionnels. Le Spécialiste a fait appel à l auteur du livre pour présenter son ouvrage. L histoire de la neurologie au Québec se divise en deux périodes : la première est surtout marquée par l implantation de la neuropsychiatrie durant la première moitié du 20 e siècle, alors que la deuxième, de 1960 à aujourd hui, marque les développements remarquables de la neurologie moderne qui est alors devenue une discipline autonome. De fait, jusqu aux années 1960, l approche neuropsychiatrique demeure dominante au Québec francophone. En milieu anglophone, la démarcation entre la neurologie et la psychiatrie est plus nette en raison de la forte influence exercée par l Institut neurologique de Montréal et par son directeur, le D r Wilder Penfield. Les D rs Herbert Jasper et Francis McNaugton jouent aussi un rôle majeur : le premier est le père de l électroencéphalographie alors que le second contribue à développer la pratique et la recherche cliniques. Du côté francophone, les D rs Antonio Barbeau, Jean Saucier et Roma Amyot sont aussi de grands pionniers. Parmi ces précurseurs, il y a aussi le parcours mystérieux de la D re Marthe Pelland qui est non seulement la première francophone admise à l étude de la médecine, mais aussi la première neurologue du Québec qui a pratiqué brièvement à l Hôpital Saint-Luc. Presque tous issus de l École clinique française, même si le modèle américain exerce un certain attrait, et donc formés dans la tradition neuropsychiatrique européenne, ces pionniers de la neurologie québécoise francophone, contrairement à leurs collègues de McGill, ont une nette tendance à privilégier la psychiatrie dans leurs activités cliniques. Certes, l Institut neurologique de Montréal a-t-il exercé une influence chez cette première cohorte, mais pas au point de leur faire renier le modèle français. Si, comme le souligne le D r Amyot, «vers les années 1950, les deux spécialités se séparèrent et furent homologuées distinctement par les institutions en autorité 1», il demeure que les activités cliniques étaient partagées entre la neurologie et la psychiatrie au détriment de la première. Certains ont même annoncé la disparition de la neurologie comme discipline autonome tant la neuropsychiatrie prenait de l ascendant. C est le cas du D r Saucier qui mentionne, en 1953, que la neurologie, partagée entre la neurochirurgie et la psychiatrie, constitue le maillon faible du secteur des maladies nerveuses et que 1 r. Amyot, «Les sciences neurologiques au Canada français. Bref aperçu de l évolution depuis 1913, texte dactylographié, s.d., 6. le neurologue «fait déjà fonction de parasite par rapport aux neurochirurgiens» alors que «la cote du psychiatre est à la hausse 2». Mais il se montre mauvais prophète lorsqu il annonce la disparition prochaine de la neurologie, car les choses allaient bientôt changer et une nouvelle génération de pionniers, formés pour la plupart dans les grandes écoles américaines, adoptera un profil essentiellement axé sur les sciences neurologiques. La rupture est alors définitivement consommée et ceux-ci posent, dans les années 1960, les bases de l établissement en milieu universitaire et hospitalier de spécialités distinctes en neurologie et en psychiatrie. Quant à leurs collègues anglophones qui bénéficient du rayonnement croissant de l Institut neurologique et de son fondateur, ils poursuivent l immense travail amorcé et contribuent à faire de la neurologie l un des grands fleurons de la médecine québécoise. À partir de là, de nouveaux acteurs cliniciens, chercheurs, professeurs favorisent l essor remarquable de la neurologie au sein des grands hôpitaux québécois. Cette effervescence est le résultat du travail acharné d une seconde cohorte de neurologues Guy Courtois, Dan Boghen, André Barbeau, Mihai Ioan Botez, Normand Giard, Jean-Marc Saint-Hilaire, Yves Duchastel, Claude Bélanger, Jean-Pierre Bouchard, Rémi Bouchard, James Preston Rob, Frederick Andermann, Pierre Gloor, Georges Karpati, Jean Reiher et plusieurs autres qui implantent d intenses activités de recherche et mettent en place des cadres structurés d enseignement dans les trois facultés de médecine. Les programmes de recherche en neurosciences mis sur pied par les P rs Cordeau, Poirier, Sourkes et autres, dans les années 1960, jouent aussi un rôle important dans cet essor. À souligner aussi, le formidable dynamisme des recherches cliniques et fondamentales en neurologie dans le sillage de la grande tradition inaugurée lors de l ouverture de l Institut neurologique de Montréal. Désormais, les pratiques cliniques subissent de profondes transformations et on voit apparaître, à partir des années 1970, de nouveaux secteurs surspécialisés liés à une technique, telle que l électromyographie, à une maladie neurologique (épilepsie, Parkinson, sclérose en plaques, Alzheimer ), à un groupe de patients, la neuropédiatrie, ou encore à une approche spécifique, la neurogénétique. 2 J. Saucier cité par G. Rémillard, Les premiers pas de la neurologie au Québec, conférence dans le cadre du 25 e anniversaire de l ANQ, 25 octobre 1986, Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre 2011

13 Actualités (suite) Histoire de la neurologie au Québec Denis Goulet Denis Goulet Histoire de la neurologie au Québec CARTE BLANCHE La parole au président de l Association des neurologues du Québec D r Girard, quels ont été, selon vous, les faits marquants dans le développement de la neurologie depuis les 50 dernières années? La neurologie est une spécialité fascinante, car elle s intéresse au système qui définit chacun d entre nous dans notre individualité, soit le système nerveux. Lorsque l on fait le choix d une carrière en neurosciences, nous nous engageons dans une aventure avançant à grande vitesse grâce à l apport constant de la recherche. Le neurologue est donc passé d un rôle plutôt initialement contemplatif à une pratique beaucoup D r J. Marc Girard plus active grâce à l arrivée d un grand nombre de traitements, fruit des progrès de la recherche fondamentale. Nous pouvons maintenant offrir à nos patients des thérapies malheureusement pas toujours curatives, mais suffisamment efficaces pour améliorer leur condition. Le Québec a joué, au cours des dernières décennies, un rôle important dans le développement des neurosciences à l échelle internationale. La fondation de l Institut neurologique de Montréal en 1932 par le neurochirurgien Wilder Penfield et son concept novateur à l époque de travail interdisciplinaire ont été à la base de ces succès non seulement en neurologie, mais aussi en neurochirurgie, en neuroradiologie et en sciences fondamentales. Des médecins québécois ont ainsi vu leur travail reconnu internationalement dans les domaines de l épilepsie, de la maladie de Parkinson, des maladies neuromusculaires, de la sclérose en plaques et de la maladie d Alzheimer. La relève est par ailleurs assurée et notre contribution internationale se poursuit toujours. Les années 1960 et 1970 sont aussi marquées par de grands bouleversements dans le domaine de la santé : assurance hospitalisation, assurance maladie, création des CLSC... C est dans ce contexte que sont créées, dans les années 1960, les deux grandes fédérations médicales, la FMOQ et la FMSQ. Si cette dernière prend une forme fédérative, c est qu il y a déjà quelques spécialistes regroupés en association. Dès 1961, les neurologues décident d opter pour un regroupement syndical et professionnel et mettent sur pied l Association des neurologistes, neuropsychiatres et électroencéphalographistes de la province de Québec qui deviendra l Association des neurologues du Québec. Or, parmi les membres fondateurs, il y a le D r Raymond Robillard qui mettra sur pied, quelques années plus tard, la FMSQ. Rien d étonnant donc que ses collègues neurologues aient été parmi les premiers à joindre les rangs de la Fédération. Bref, cet ouvrage de synthèse, qui sera lancé en septembre 2011 dans le cadre des festivités entourant cet anniversaire, illustre le formidable dynamisme de la neurologie au Québec. Denis Goulet 17/08/11 10:36 AM Comment entrevoyez-vous l avenir de la neurologie? Le développement de l hygiène publique, l arrivée des antibiotiques et les améliorations de la santé cardiovasculaire apportées par la prévention et le traitement sont parmi les principales raisons qui ont permis l amélioration de notre espérance de vie. Par contre, nous sommes maintenant confrontés de plus en plus aux conséquences de ces succès soit le vieillissement de la population et la gestion de la maladie chronique. Comme neurologues, nous nous sentons interpellés par ces deux nouveaux défis. L arrivée de la génération des baby-boomers à l âge de la retraite entraînera une augmentation épidémique des maladies neurologiques liées au vieillissement telles que la maladie de Parkinson et la démence. La recherche de solutions pour prévenir et traiter ces maladies et notre obligation comme société de redéfinir la façon d offrir les services à notre population vieillissante sont des aspects où nous désirons, comme spécialité, jouer un rôle actif. En terminant, on ne peut passer sous silence la position de choix que pourrait occuper le Québec dans la compréhension à venir de plusieurs maladies neurologiques. Comme la population francophone vivant en Amérique est issue d un nombre limité de colons français, mais avec une très forte descendance, elle représente un groupe de choix pour l étude de la contribution héréditaire aux maladies à cause de son homogénéité génétique. Nous avons, dans les dernières années, développé au Québec une expertise extraordinaire en neurogénétique, ayant permis l identification de nouvelles maladies. Grâce à cette expertise, nos neurogénéticiens québécois ont, au cours de la dernière année, publié des travaux importants sur la compréhension de la génétique dans la migraine et la schizophrénie. À mon avis, ceci pourrait être le début d une grande contribution du Québec au futur de la neurologie. LS Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre

14 Suivi de l actualité Construction des futurs CHU Depuis septembre 2010, nous poursuivons notre suivi photographique de l avancement des travaux de construction des futurs centres hospitaliers universitaires qui sont actuellement en chantier au Québec. Comme une photo vaut mille mots, quelle meilleure façon de suivre ce dossier! À ce jour, le nouveau Centre universitaire de santé McGill devrait ouvrir ses portes à l automne 2014 tandis que l ouverture du CHUM est prévue pour CHUM Photo prise le 26 août 2011 Avancement du Centre de recherche CUSM Photo prise le 17 août 2011 LS 14 Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre 2011

15 En manchettes Prix et distinctions Crédit : François Nadeau Ordre national du Québec Six médecins spécialistes ont été nommés au sein de l Ordre national du Québec. Depuis 1985, chaque année, l Ordre national du Québec est remis par le premier ministre à des personnalités d exception qui ont marqué le Québec, que ce soit par leurs réalisations ou leur rayonnement. Les récipiendaires de l Ordre national du Québec obtiennent un grade de chevalier (C.Q.), d officier (O.Q.) ou de grand officier (G.O.Q.). D r Alain Beaudet, C.Q., spécialiste des neurosciences et président des Instituts de recherche en santé du Canada D re Margaret Becklake, G.O.Q., pneumologue et spécialiste en médecine communautaire D r Pierre Daloze, C.Q., chirurgien général Crédit : CHU Sainte-Justine Prix GENESIS Deux médecins spécialistes ont été honorés lors de la remise des prix GENESIS présentés par BIOQuébec, le réseau québécois des bio-industries et des sciences de la vie. D r Jean-Claude Tardif, cardiologue, directeur du Centre de recherche de l Institut de Cardiologie de Montréal, professeur de médecine à l Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche Pfizer en athérosclérose de l Université de Montréal, a reçu le prix BRIO pour sa contribution significative au développement des sciences de la vie. D r Guy Rouleau, neurogénéticien, directeur du Centre de recherche du CHU Sainte Justine, professeur titulaire de médecine à l Université de Montréal et titulaire de la Chaire de recherche du Canada en génétique du système nerveux, a reçu le prix Biotechnologie de demain. Ce prix est remis à un individu ou à une entreprise qui a eu un impact significatif sur l utilisation potentielle de la génomique dans le système de santé ou dans le développement d une économie durable. D r Gilles Julien, O.Q., pédiatre Prix de l ANQ D r Claude Laberge, O.Q., pédiatre D r Michel Maziade, C.Q., psychiatre Le prix ANQ 2011 a été décerné au D r Jean Pierre Bouchard pour souligner son travail de pionnier dans le développement de la neurogénétique, son action pour consolider la neurologie au Québec ainsi que sa carrière qui continue, encore aujourd hui, d inspirer de nombreux neurologues québécois. Prix Leadership médecin Le 13 mai dernier, D r Guy Tremblay, chef du Département de pédopsychiatrie du Centre hospitalier universitaire de Québec, a reçu le Prix Leadership, remis à un médecin pour la mise en place de projets novateurs. Ce prix lui a été remis lors de la 4 e édition des Prix de l Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux. D r Tremblay a également reçu un prix coup de cœur du jury pour son impressionnant parcours et son dévouement auprès des enfants et des adolescents aux prises avec des difficultés en santé mentale. Médecin... de garde Être médecin à Dolbeau- Mistassini, c est aussi avoir l opportunité de se garder du temps pour vivre pleinement sa vie. SPÉCIALITÉS RECHERCHÉES: anesthésie, médecine d urgence, pédiatrie, psychiatrie, médecine interne et radiologie Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre

16 En manchettes (suite) Crédit : ICM Techniques audiovisuelles Prix de l ASCPEQ L Association des spécialistes en chirurgie plastique et esthétique du Québec a remis le prix Reconnaissance de carrière (Life Time Achievement) à D r Harvey C. Brown. Après 42 ans de pratique, ce médecin est toujours actif auprès de ses patients et contribue à l enseignement et à la chirurgie de la reconstruction. Première femme doyenne d une faculté de médecine Pour la première fois dans l histoire des facultés de médecine du Québec, une femme a été dési gnée pour occuper le poste de doyenne à la Faculté de médecine de l Université de Montréal. D re Hélène Boisjoly, ophtalmo logiste, est spécialiste de la transplan - tation de la cornée, chercheure, professeure titulaire et gestionnaire de fonds destinés à la recherche en ophtalmologie. Temple de la renommée médicale canadienne Considéré comme le pionnier de la cardiologie au Québec, feu D r Paul David, fondateur de l Institut de Cardiologie de Montréal, a été intronisé au Temple de la renommée médicale canadienne pour sa contribution exceptionnelle à la pratique de la médecine et pour son attachement à la santé et au bien-être de la population. Il joint ainsi le rang des 82 lauréats qui, avant lui, se sont illustrés en recevant cette distinction nationale prestigieuse. Nouvelles parutions ans d importantes réalisations L Association des obstétriciens et gyné co - logues du Québec a souligné le 40 e anniversaire de sa fondation en publiant le livresouvenir : 40 ans d importantes réalisa tions. Ce livre retrace les grands moments de l histoire de l Association, ses présidents, administra teurs et présidents de comités. Suivi médical et déficience intellectuelle Les personnes vivant avec une déficience intellectuelle présentent souvent plus de problèmes de santé physique et mentale que la population en général. À cause de leurs difficultés de communication et de compréhension, il est souvent plus difficile de diagnostiquer leurs problèmes de santé. Cet ouvrage, écrit par trois médecins dont le psychiatre Robert Labine, veut informer les médecins et autres professionnels de la santé sur la pratique médicale exemplaire à adopter en fonction des particularités de ces individus et préciser les lignes directrices pour assurer la promotion de la santé et la prévention des problématiques médicales. Erratum Errare humanum est! Dans l édition de juin 2011, à la page 14, les photos des D rs Dominique Màrton et Jacques Boisvert ont malheureusement été inversées.! Docteurs : importante mise en garde Des membres ont communiqué avec la FMSQ après avoir été sollicités par courrier par la compagnie The American Medical Directory (AMD) dont les coordonnées d affaires sont à Lisbonne. Selon les informations publiées sur son site Internet, cette compagnie offre une base de données aux personnes qui sont à la recherche d un médecin ou d un autre professionnel de la santé. Dans sa correspondance, AMD laisse entendre aux médecins qu ils doivent vérifier si leurs données de base se trouvant dans une première section d un formulaire joint sont conformes. La correspondance mentionne que le médecin peut publier des informations complémentaires en remplissant la deuxième section du formulaire, laquelle sera considérée comme une commande payante. Ce n est qu à la fin du formulaire qu il est indiqué que cette commande aura une durée de 36 mois et que des frais de $ par an seront facturés. De plus, on y lit que cette commande sera automatiquement prolongée d un an si elle n est pas résiliée au moins trois (3) mois avant la fin de la période contractuelle en cours. Les médecins ayant communiqué avec nous à ce sujet n ont jamais transmis d informations les concernant à AMD, ni sollicité ses services. Ce message vise donc à vous inviter à la vigilance. Il importe que vous soyez conscients que des frais vous seront facturés dans les conditions précédemment mentionnées si vous remplissez le formulaire. Si vous ne désirez pas obtenir les services de cette compagnie, nous vous invitons à ne pas donner suite à cette correspondance. 16 Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre 2011

17 En manchettes (suite) Le 6 e Tournoi de golf des fédérations médicales au profit de la Fondation du Programme d aide aux médecins du Québec La 6 e édition du Tournoi de golf des fédérations médicales au profit du Programme d aide aux médecins du Québec a permis d amasser la somme de $. À l instar des éditions précédentes, l édition 2011 affichait complet quelques semaines avant la tenue de l événement. La prochaine édition est déjà en préparation, notez immédiatement la date à votre agenda : 23 juillet Le Programme d aide aux médecins du Québec vient en aide de façon entièrement confidentielle à tous les médecins, résidents et étudiants en médecine qui éprouvent des difficultés personnelles (dépendances, épuisement, stress, etc.). La FMSQ est un important bailleur de fonds de l organisme : en 2010, la Fédération a versé au PAMQ un montant de $ pour soutenir ses actions auprès de la communauté médicale. Merci à nos commanditaires Association des optométristes du Québec Association canadienne de protection médicale La Capitale assurances et gestion du patrimoine Desjardins Sécurité financière Fiducie Desjardins Fiera Sceptre inc. Gestion globale d actifs CIBC inc. Industrielle Alliance In vestissements SEI La Personnelle, assurance de groupe auto et habitation Sheer Rowlett & Associés et New Star Canada Inc LS TOUT À FAIT INCROYABLE conception et production d événements BALCON SUR LE CENTRAL PARK Oasis of the Seas et Allure of the Seas 7 jours Caraïbes de l'est et de l'ouest De Fort Lauderdale, Floride CONCEPTION ET PRODUCTION DE CONGRÈS, GALA ET SOIRÉE RECONNAISSANCE Élaboration de concepts et thématiques, recherche de sites, conception de capsules spectacle et animation, services audio, vidéo et éclairage haut de gamme, planification soignée du protocole, cadeaux et souvenirs personnalisés, coordination et logistique. RÉFÉRENCES UTILES Association des neurologues du Québec Association des obstétriciens et gynécologues du Québec CONTACTEZ-NOUS CENTRAL PARK BALCON SUR LE BOARDWALK Consultez les spécialistes croisières de votre agence partenaire. Appellez-nous pour tous les détails! 920, boul. de Maisonneuve E À partir de 915 $CAD taxes incluses Faites l'expérience de tout ce qu'une croisière peut être. Des spectacles enlevants, des activités sans pareil, des installations sportives à la fine pointe, une restauration savoureuse et des itinéraires excitants. BERRI-UQAM Royal Caribbean International se réserve le droit de charger un supplément de carburant si le prix du brut devait dépasser 65$ USD le baril sur le marché West Texas Intermediate.. Conditions: Prix par personne en occupation double, en dollars canadiens pour les nouvelles réservations. Prix basé sur une catégorie Z le 21 janvier Prix valides au moment de la création de l'annonce. Les prix et les itinéraires sont sujet à changements sans préavis. Certaines restrictions s'appliquent. Les taxes et frais gouvernementaux sont inclus Royal Caribbean Cruises Ltd. Navires enregistrés aux Bahamas. Club Voyages est une division de Transat Distribution Canada Inc. Permis No au Québec. Prix excluant le 3,50$/1000$ de services touristiques achetés qui représente la contribution des clients au Fonds d indemnisation des clients des agents de voyages. Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre

18 Guichet unique Depuis 1969 Facturation médicale Gestion comptable Planification stratégique Accompagnement en incorporation* Traitement de l impôt Pour une vision financière claire de votre gestion personnelle et professionnelle *Groupe conseil Multi-D n accomplit aucun des actes réservés aux avocats et notaires. Tous les documents légaux sont exécutés par des avocats et notaires de son réseau indépendant. Fiers partenaires = la force de l union Notre personnel d expérience vous offre un service de facturation médicale personnalisé, éthique et qui vous rapporte gros. Depuis 1985, 400 médecins font confiance à Diane Legault. Montréal St-Jérôme Rive-Nord

19 DOSSIER L obésité... pas une mince affaire L obésité... pas une mince affaire Si tout semble avoir été dit, publié et défendu à propos de l obésité, la situation se détériore chaque année. On connaît déjà les impacts de l obésité sur : la santé (diabète de type 2, hypertension, cancers, hypercholestérolémie, etc.), le comportement social (atteintes psychologiques, stigmatisation sociale, réduction du bien-être personnel et de l estime de soi, etc.), la situation financière (frais médicaux, perte de revenus et autres), pour ne nommer que ceux-ci. Au cours des dernières décennies, plusieurs chercheurs et penseurs se sont penchés sur la question de l obésité et, depuis, bon nombre d idées ont été proposées pour réduire, voire contrer cette problématique de santé publique. Partout dans le monde, on constate une augmentation des actions de promotion de saines habitudes de vie. Comment expliquer alors, qu à intervalle régulier, les statistiques viennent assombrir la situation et démontrer l inefficacité de ces programmes et activités mis en place à grands frais? À quoi, à qui imputer la culpabilité? À notre mode de vie de plus en plus sédentaire? Au stress? À l industrie alimentaire? À toutes ces réponses? Comment s en sortir? Dans ce dossier thématique, l équipe du magazine a choisi «d alimenter» la réflexion et de voir comment les médecins spécialistes, indépendamment de leur spécialité médicale, pourraient intégrer une lutte contre l obésité dans leur pratique quotidienne, un patient à la fois. Ayant déjà traité des cibles métaboliques, nous avons voulu, cette fois, présenter un dossier qui soit avant tout porteur d éléments de discussion... que vous pourrez poursuivre avec vos patients, entre collègues et même avec nous, car nous aimerions savoir quelle serait votre solution pour freiner l épidémie d obésité Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre

20 Propos recueillis et texte par Patricia Kéroack L obésité Pas de solutions miracles, mais... Le Spécialiste a lancé une invitation à quelques médecins spécialistes choisis selon leur pratique médicale principale ; des médecins de différentes spécialités médicales traitant des clientèles variées (pédiatrique, adulte, etc.), intéressés à mettre en commun leur expertise et surtout d échanger et de trouver des idées novatrices auprès de leurs confrères et consœurs. Voici un condensé de l échange entre les participants. Des outils, des idées, des réflexions, des inquiétudes et des suggestions donnés lors de cette table ronde. Les programmes de lutte et de prévention «Il est très difficile d évaluer les programmes d intervention qu ils soient à court, moyen ou long terme parce que l obésité est extrêmement complexe ; les facteurs à considérer sont multiples. Depuis 25 ans, la prévalence de l obésité a doublé, certains pays crient déjà à la pandémie. Plus du quart des Canadiens est obèse ; certains groupes d âge sont carrément problématiques. «L INESSS doit publier sous peu un Guide de pratique clinique sur le traitement de l obésité pédiatrique pour donner aux médecins les ressources qui manquent. «Il faut en outre différencier les interventions faites auprès des collectivités de celles faites auprès des individus. Des chercheurs ont démontré, par modélisation mathématique, que si tous les gens étaient placés sur un dénominateur commun tenant compte du niveau économique, social, environnemental, de l âge, du sexe et de la scolarité, collectivement, tous seraient plus minces. Une multitude d hypothèses pourrait expliquer ces résultats, comme l accessibilité à la nourriture, la scolarité, l environnement, etc.» Bâtir une société plus saine «On est au b-a-ba de la création d environnements favorables. En santé publique, notre travail est de convaincre des municipalités de devenir plus «marchables», et ce, pour favoriser la marche vers l épicerie et autres commerces légers plutôt que de prendre la voiture. L éducation individuelle n est plus suffisante, il faut agir à plusieurs niveaux. On peut dire aux gens qu il est important de bien manger, mais savent-ils comment faire et ont-ils les moyens de se procurer ces aliments? Si une personne doit faire 10 km pour trouver une pomme fraîche et que le dépanneur local peut lui offrir une variété complète de tablettes de chocolat, quel sera son choix? On a beau marteler des messages santé, si l environnement physique joue contre lui, ça ne sert à rien! «Il y a la problématique liée au continuum de créer des environnements favorables. Ce qui est bon pour les jeunes l est aussi pour les adultes, obèses ou non. L intervention clinique doit aussi s attacher à ce continuum. Tant qu on restera dans nos tours d ivoire, les problèmes perdureront.» Les participants à notre table ronde D r Jean-Luc Bigras, cardiologue au CHU Sainte-Justine D r Bigras s intéresse depuis quelques années à l obésité, car, dans sa pratique clinique, elle est un facteur de risque pour les patients atteints d une maladie cardiovasculaire. Il codirige le Centre CIRCUIT, un centre de prévention qui offre aux familles qui ont un enfant présentant un risque de maladie cardiovasculaire des stratégies d intervention personnalisées pour améliorer et optimiser leur santé. D re Yun Jen, médecin spécialiste en santé communautaire, INSPQ D re Jen s intéresse principalement à l approche popu - la tionnelle dans la prévention de l obésité. Les facteurs environnementaux (environnements alimentaire, physique, social, culturel, etc.) font partie des éléments qui sont surveillés par l équipe dont elle fait partie. Elle s intéresse à l observation du poids et à son évolution depuis les 20 dernières années. Elle participe en outre à une étude qui veut évaluer l impact de l obésité sur la santé des enfants et des adultes, sur l espérance de vie, sur les maladies chroniques, sur l estime de soi, etc. D re Marie Lambert, généticienne pédiatrique au CHU Sainte Justine D re Lambert manifeste un intérêt particulier pour les maladies métaboliques et c est de là qu est venue son implication dans les dyslipidémies héréditaires et risques cardiovasculaires chez l enfant. Elle dirige la clinique des lipides au CHU Sainte-Justine. Depuis 2005, elle participe à l étude de la cohorte QUALITY (www.etudequalitystudy.ca) pour évaluer l histoire naturelle de la surcharge pondérale et de ses complications métaboliques chez les enfants. D re Lambert est également codirectrice avec le D r Jean-Luc Bigras du Centre CIRCUIT, un projet d intervention et de prévention en réadaptation cardiovasculaire. 20 Le Spécialiste vol. 13 n o 3 Septembre 2011

Modification 72 à l Accord-cadre

Modification 72 à l Accord-cadre 024 À l intention des médecins spécialistes 29 avril Modification 72 à l Accord-cadre Assurance responsabilité professionnelle Les représentants du ministère de la Santé et des Services sociaux et de votre

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 197 À l intention des médecins omnipraticiens 27 novembre 2014 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle Amendement n o 139 La Régie vous présente les

Plus en détail

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle

Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle 088 À l intention des médecins omnipraticiens 15 juillet 2013 Modifications à l entente particulière relative à l assurance responsabilité professionnelle La Régie vous présente les modifications apportées

Plus en détail

Je donne pour qu on trouve

Je donne pour qu on trouve Je donne pour qu on trouve En donnant, vous avez le pouvoir de faire progresser la recherche et les soins aux patients. Aidez-nous à atteindre l objectif de la première campagne de financement sur le myélome

Plus en détail

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP

Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP Stratégie de positionnement et de promotion des directeurs des services professionnels (DSP) Bilan des activités du dossier marketing DSP [Septembre 2009] Table des matières CONTEXTE ---------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER?

LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? LUTTER POUR UNE MEILLEURE SANTÉ : QUE PEUT-ON FAIRE DANS NOTRE QUARTIER? Résumé des trois enjeux présentés lors de l Assemblée publique du comité de lutte en santé de la Clinique communautaire de Pointe-Saint-Charles

Plus en détail

LA GESTION DE L ACCÈS AUX

LA GESTION DE L ACCÈS AUX Énoncé de position LA GESTION DE L ACCÈS AUX SERVICES EN RADIO-ONCOLOGIE: pour une approche systématique du Collège des médecins du Québec NOVEMBRE 2004 Table des matières Introduction 4 Grille de classification

Plus en détail

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence

Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015. Transformation Innovation Excellence Centre universitaire de santé McGill #CUSM2015 Transformation Innovation Excellence Pour plus d information : cusm.ca/2015 514-934-1934 cusm.muhc @cusm_muhc @HopitalChildren #CUSM2015 Au service des Montréalais

Plus en détail

MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES

MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES MIEUX COMPRENDRE LES DIFFÉRENTES SPÉCIALITÉS MÉDICALES «La crise économique n a rien changé au régime des médecins. On est malade, on guérit et on meurt, que la monnaie soit légère ou lourde», rappelle

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC

FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC FÉDÉRATION DES MÉDECINS SPÉCIALISTES DU QUÉBEC PRÉSENTATION SUR LA COMPLÉMENTARITÉ DU SECTEUR PRIVÉ DANS LA POURSUITE DES OBJECTIFS FONDAMENTAUX DU SYSTÈME PUBLIC DE SANTÉ AU QUÉBEC Montréal, le 22 janvier

Plus en détail

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple

MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE LES PORTRAITS DE LA. La démographie. Situation sociale. Population vivant seule et en couple Mai 2015 Territoire en synergie Planification territoriale MRC d Abitibi LES PORTRAITS DE LA MRC d abitibi LA SANTÉ ET LA QUALITÉ DE VIE La démographie En 2013, la population de la MRC d Abitibi se chiffrait

Plus en détail

COLLOQUE PROGRAMME PRÉLIMINAIRE L APPROCHE TOYOTA LEAN HEALTHCARE QUELLE INFLUENCE A-T-ELLE SUR LA PRATIQUE MÉDICALE

COLLOQUE PROGRAMME PRÉLIMINAIRE L APPROCHE TOYOTA LEAN HEALTHCARE QUELLE INFLUENCE A-T-ELLE SUR LA PRATIQUE MÉDICALE COLLOQUE PROGRAMME PRÉLIMINAIRE L APPROCHE TOYOTA LEAN HEALTHCARE QUELLE INFLUENCE A-T-ELLE SUR LA PRATIQUE MÉDICALE VENDREDI 4 DÉCEMBRE 2009 HÔTEL FAIRMONT REINE ELIZABETH MONTRÉAL OBJECTIFS DE LA JOURNÉE

Plus en détail

Plan. stratégique 2015-2020

Plan. stratégique 2015-2020 Plan stratégique 2015-2020 Table des matières 1 2 3 5 Mot du recteur par intérim Mission Vision Valeurs Enjeu 1 Leadership et positionnement Enjeu 2 Études et formations distinctives 7 9 11 13 Enjeu 3

Plus en détail

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne

Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne Résumé du document de réflexion et guide discussion pour consultation en ligne PRONONCEZ-VOUS SUR LA QUESTION! Faites-nous parvenir vos commentaires et vos réflexions. Pour les membres de l AMQ : commentez

Plus en détail

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX

MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX MÉMOIRE DE LA FÉDÉRATION DES MÉDECINS OMNIPRATICIENS DU QUÉBEC PRÉSENTÉ À LA COMMISSION DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX CONCERNANT LE LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D UNE ASSURANCE AUTONOMIE NOVEMBRE

Plus en détail

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec!

Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! 16 juin 2006 Volume 2, N o 7 Journée exceptionnelle à l Hôpital Laval : trois transplantations cardiaques en 24 heures, une première au Québec! L Hôpital Laval, institut universitaire de cardiologie et

Plus en détail

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012

Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 6038 du 12/04/2012 Principaux points des décrets publiés au Bulletin officiel 608 du 1/0/01 Décret n -1-95 modifiant le décret n -99-69 du 6 octobre 1999 relatif à la protection et à l'indemnisation de certaines catégories

Plus en détail

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie

Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable assurance autonomie Commission de la santé et des services sociaux L autonomie pour tous Consultations particulières sur la création d une assurance autonomie Les organismes communautaires : partenaires essentiels d une véritable

Plus en détail

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn

Édition. Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Édition Rédaction : Lucie Raymond Supervision : Michèle Pelletier Mise en page : Anne Le Menn Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux Direction de l organisation des services,

Plus en détail

DES SOINS À LEUR MEILLEUR UN PROJET DE 20 MILLIONS DE DOLLARS

DES SOINS À LEUR MEILLEUR UN PROJET DE 20 MILLIONS DE DOLLARS 24 7 365 DES SOINS À LEUR MEILLEUR UN PROJET DE 20 MILLIONS DE DOLLARS MULDER CENTR E DE TR AUM ATOLOGIE + CHIRURGIE THOR ACIQUE CENTR E D E XCELLENCE + SCIENCES INFIR MIÈR ES R ECHERCHE + SANTÉ MENTALE

Plus en détail

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir.

Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. Initiative de recherche clinique précoce au Québec: une opportunité à saisir. 1 er Forum sur le médicament Jacques Turgeon, B.Pharm., Ph.D., Membre Académie canadienne des sciences de la santé, Membre

Plus en détail

Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté

Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté Village santé des Grands-Jardins Partenariats pour le bien-être et la santé de la communauté «Pour une première ligne forte au cœur de la communauté» Présenté le 16 janvier 2014 Aux partenaires de la Table

Plus en détail

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC

ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC ETRE MEDECIN DANS UN ETABLISSEMENT DE SANTE PUBLIC Présentation des modes d exercice hospitalier! Organisation du concours de praticien -------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille

Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Ministère délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes handicapées et à la Famille Intervention de Philippe Bas, Ministre délégué à la Sécurité sociale, aux Personnes âgées, aux Personnes

Plus en détail

AVIS AU MINISTRE L INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX POUR LA MISE À JOUR DES LISTES DE MÉDICAMENTS

AVIS AU MINISTRE L INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX POUR LA MISE À JOUR DES LISTES DE MÉDICAMENTS AVIS AU MINISTRE DE L INSTITUT NATIONAL D EXCELLENCE EN SANTÉ ET EN SERVICES SOCIAUX POUR LA MISE À JOUR DES LISTES DE MÉDICAMENTS du 16 novembre 2015 Date de transmission au ministre de la Santé et des

Plus en détail

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE

RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Décembre 2013 RÈGLEMENTS DE LA CAISSE NATIONALE DE GRÈVE Article Page 1 Gestion financière de la Caisse nationale de grève...1 2 Définition du terme «grève»...1 3 Droit aux indemnités de la Caisse nationale

Plus en détail

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de

Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC. allocutions de 1 Assemblée publique annuelle 2011 3 novembre 2011 Trois-Rivières, QC allocutions de Bryan P. Davies Président du conseil d administration Société d assurance-dépôts du Canada et Michèle Bourque Présidente

Plus en détail

FACULTÉ DE MÉDECINE RÈGLEMENT NUMÉRO UN. Règlement relatif à la composition, à l organisation et aux compétences du Conseil de la Faculté de médecine.

FACULTÉ DE MÉDECINE RÈGLEMENT NUMÉRO UN. Règlement relatif à la composition, à l organisation et aux compétences du Conseil de la Faculté de médecine. FACULTÉ DE MÉDECINE RÈGLEMENT NUMÉRO UN Règlement relatif à la composition, à l organisation et aux compétences du Conseil de la Faculté de médecine. Article 1 1.1 Mise à part pour les membres d office,

Plus en détail

Ministère de la Santé et des Services sociaux

Ministère de la Santé et des Services sociaux Ministère de la Santé et des Services sociaux Projet de loi modifiant l organisation et la gouvernance du réseau de la santé et des services sociaux notamment par l abolition des agences régionales Contexte

Plus en détail

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM

PROJET DE REDÉPLOIEMENT DU CUSM 1 1.1 INTRODUCTION 1.1.1 CONTEXTE Le projet de construction d un nouveau centre hospitalier est un projet qui chemine depuis un grand nombre d années déjà et dont la finalité première est de doter le Québec

Plus en détail

ASSURANCE COLLECTIVE. Desjardins & Cie

ASSURANCE COLLECTIVE. Desjardins & Cie ASSURANCE COLLECTIVE Desjardins & Cie Voici Contact 360 MC, une approche globale en gestion des invalidités qui forme un tout à valeur ajoutée pour un régime d assurance collective. Dans la vie, la santé

Plus en détail

Agir collectivement pour développer les capacités d action

Agir collectivement pour développer les capacités d action Agir collectivement pour développer les capacités d action de toute la population au Québec Perspectives et plan de travail de l ICÉA 2014-2015 2015 Version 3 11 septembre 2014 Document de travail discuté,

Plus en détail

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires,

Contact Personnel. Personal Contact. Chers partenaires, Édition du printemps 2012 Bulletin d information pour les partenaires de La Personnelle Chers partenaires, Comme annoncé en novembre dernier, notre équipe de la commercialisation a travaillé, au cours

Plus en détail

Régie des rentes du Québec 2006. En cas

Régie des rentes du Québec 2006. En cas Régie des rentes du Québec 2006 En cas Profitez de nos services en ligne Le relevé de participation au Régime de rentes du Québec ; SimulRetraite, un outil de simulation des revenus à la retraite ; La

Plus en détail

CONTRAT DE PERFORMANCE DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL

CONTRAT DE PERFORMANCE DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL CONTRAT DE PERFORMANCE DE L UNIVERSITÉ DE MONTRÉAL Entente de réinvestissement intervenue entre le ministère de l Éducation et l Université de Montréal PRÉAMBULE En juin 1999, les universités québécoises

Plus en détail

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.

DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue. , bureau 2000 DESCRIPTION DE POSTE Croix Bleue du Québec CanAssistance 550, rue Sherbrooke Ouest Montréal (Québec) H3A 3S3 Tél. : 514 286-8329 www.croixbleue.ca Titre du poste Lieu du poste Supérieur immédiat

Plus en détail

Titres de spécialiste pour tous?

Titres de spécialiste pour tous? Titres de spécialiste pour tous? Octroi de titres postgrades fédéraux à des médecins sans titre en vertu des dispositions transitoires Ch. Hänggeli, responsable du secrétariat pour la formation prégraduée,

Plus en détail

Performance du réseau. Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager

Performance du réseau. Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager Performance du réseau Pour une prestation des soins de santé et des services en fonction de l usager Représentations prébudgétaires 2014-2015 Mai 2014 Le RPCU Le Regroupement provincial des comités des

Plus en détail

Lettre d entente n o 275 Délais de mise en application du mode de rémunération mixte

Lettre d entente n o 275 Délais de mise en application du mode de rémunération mixte 174 À l intention des médecins omnipraticiens à tarif horaire en CLSC des médecins omnipraticiens à honoraires fixes en CLSC 28 octobre 2015 Lettre d entente n o 275 Délais de mise en application du mode

Plus en détail

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca

Bibliothèque et Archives nationales du Québec Bibliothèque nationale du Canada 3e trimestre 2015. www.cpq.qc.ca Commentaires du CPQ sur le projet de loi n 58 Loi regroupant la Commission administrative des régimes de retraite et d assurances et la Régie des rentes du Québec - Septembre 2015 - Le CPQ a pour mission

Plus en détail

LE PRÉSIDENT de la Fédération des médecins

LE PRÉSIDENT de la Fédération des médecins LE PRÉSIDENT de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ), le D r Renald Dutil, a commencé sa tournée de la province pour rencontrer les généralistes des différentes régions du Québec.

Plus en détail

Spécialistes INDEX TARIFICATION DES VISITES... B-3

Spécialistes INDEX TARIFICATION DES VISITES... B-3 INDEX INDEX Page TARIFICATION DES VISITES.................................. B-3 ADDENDUM 1 - MÉDECINE B-3 Allergie........................................................ B-5 Anesthésiologie..................................................

Plus en détail

4.08 Action Cancer Ontario

4.08 Action Cancer Ontario MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SOINS DE LONGUE DURÉE 4.08 Action Cancer Ontario (Suivi de la section 3.08 du Rapport annuel 1999) CONTEXTE La création d Action Cancer Ontario (ACO) en 1997 avait pour but

Plus en détail

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper!

Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Vous achetez une première habitation? Sachez RAPer sans déraper! Recherche et rédaction Julien Michaud (Autorité des marchés financiers) Collaborateurs Vincent Ardouin (Cégep Marie-Victorin) Marylaine

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information...

TABLE DES MATIÈRES MISE EN CONTEXTE... 4. Chapitre I - Objet et application de la loi... 6. Chapitre II Dirigeants de l information... MÉMOIRE DE L AQESSS SUR LE PROJET DE LOI N o 133 «LOI SUR LA GOUVERNANCE ET LA GESTION DES RESSOURCES INFORMATIONNELLES DES ORGANISMES PUBLICS ET DES ENTREPRISES DU GOUVERNEMENT» L Association québécoise

Plus en détail

Discours de Madame la Ministre. de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Discours de Madame la Ministre. de l Enseignement supérieur et de la Recherche Discours de Madame la Ministre de l Enseignement supérieur et de la Recherche Seul le discours prononcé fait foi Objet : 5 ème Rencontres internationales de recherche «inflammation et pathologies inflammatoires»

Plus en détail

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9

Montréal, le 12 juillet 2013. Cap Finance 4200, rue Adam, Montréal (QC), H1V 1S9 MÉMOIRE DÉPOSÉ AUPRÈS DU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PORTANT SUR LA SUPPRESSION PROGRESSIVE DES CRÉDITS D IMPÔT ATTACHÉS AUX FONDS DE TRAVAILLEURS CAP finance appuie les fonds

Plus en détail

Ordonnance sur l Université (OUni) (Modification)

Ordonnance sur l Université (OUni) (Modification) 1 6.111.1 17 décembre 008 Ordonnance sur l Université (OUni) (Modification) Le Conseil-exécutif du canton de Berne, sur proposition de la Direction de l instruction publique, arrête: I. L ordonnance du

Plus en détail

Procédure de paiement et de perception des droits de scolarité et des frais connexes

Procédure de paiement et de perception des droits de scolarité et des frais connexes Procédure de paiement et de perception des droits de scolarité et des frais connexes Registrariat /Services financiers Décembre 2011 Note préliminaire...2 Introduction...2 I. Responsabilités de l Université

Plus en détail

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE

ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE ENTENTE DE PRINCIPE INTERVENUE ENTRE LA FMOQ ET LE MSSS AFIN D ACCROÎTRE ET D AMÉLIORER L ACCESSIBILITÉ AUX SERVICES MÉDICAUX DE PREMIÈRE LIGNE CONSIDÉRANT les réels problèmes d accessibilité aux services

Plus en détail

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé

L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Trousse d information L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé Novembre 2004 L approche populationnelle : une nouvelle façon de voir et d agir en santé L approche populationnelle

Plus en détail

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes

Investir dans la prospérité future du Canada. Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Investir dans la prospérité future du Canada Présentation de l Université McGill au Comité permanent des finances de la Chambre des communes Le 12 août 2011 Aperçu Depuis quelques années, notre pays s

Plus en détail

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec

AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec AVIS de l Association des centres de réadaptation en dépendance du Québec EN RÉACTION AU DOCUMENT DE CONSULTATION SUR LE PLAN D ACTION EN SANTÉ MENTALE 2014-2020 Déposé dans le cadre du Forum national

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011

APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 APRHQ Rapport annuel de la présidence Année 2010-2011 Montréal, Québec 19 octobre 2011 C est avec plaisir que je vous présente le rapport d activités de l APRHQ pour l année qui s est terminée le 31 août

Plus en détail

GUIDE DE L'UTILISATEUR

GUIDE DE L'UTILISATEUR GUIDE DE L'UTILISATEUR LE PLAN D AUTOGESTION DU DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL CONTINU EN CINQ ÉTAPES Pour pouvoir donner des soins de qualité aux patients tout au long de sa carrière professionnelle, le

Plus en détail

Planification stratégique 2012 2015

Planification stratégique 2012 2015 Faculté de médecine Département de chirurgie Planification stratégique 2012 2015 Luc Valiquette MD Directeur du département Travail de L. Conrad Pelletier MD, MBA Conseiller en gestion 22 octobre2012 Introduction

Plus en détail

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux. sur le projet de loi 59, Loi concernant le partage de certains renseignements de santé

Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux. sur le projet de loi 59, Loi concernant le partage de certains renseignements de santé Mémoire de la Confédération des syndicats nationaux sur le projet de loi 59, Loi concernant le partage de certains renseignements de santé présenté à la Commission de la santé et des services sociaux 3

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1

TABLE DES MATIÈRES. TABLE DES MATIÈRES... ii. PRÉSENTATION DE L UNION DES MUNICIPALITÉS DU QUÉBEC...iii INTRODUCTION... 1 MÉMOIRE Consultations sur le rétablissement de l équilibre fiscal au Canada Consultations sur le soutien financier immédiat et à long terme pour l infrastructure Présenté au Ministre des Finances et au

Plus en détail

QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES MÉDECINS

QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES MÉDECINS QUESTIONNAIRE À L INTENTION DES MÉDECINS Le présent questionnaire est conçu pour fournir au programme Évaluation collégiale des médecins des provinces de l Atlantique (ECMPA) les renseignements les plus

Plus en détail

NPS 2014 Questionnaire (Version 11) Êtes-vous :

NPS 2014 Questionnaire (Version 11) Êtes-vous : NPS 2014 Questionnaire (Version 11) Êtes-vous : un médecin détenant un certificat, et vous exercez à temps plein, à temps partiel, en suppléance ou dans un domaine relié à la médecine, ou vous êtes en

Plus en détail

Régime de rentes du Québec

Régime de rentes du Québec En cas d invalidité Régime de rentes du Québec Pour en savoir plus sur les prestations d invalidité du Régime de rentes du Québec. Ce document n a pas force de loi. En cas de conflit d interprétation,

Plus en détail

PROGRAMME DE DONS PLANIFIÉS. Août 2014

PROGRAMME DE DONS PLANIFIÉS. Août 2014 PROGRAMME DE DONS PLANIFIÉS Août 2014 Introduction La Fondation Sainte-Croix/Heriot Le CSSS Drummond Les retombées du partenariat entre la Fondation et le CSSS Drummond Plan de la présentation Programme

Plus en détail

Politique de gestion des chaires. Adoptée par le Conseil pédagogique le 19 mai 2004

Politique de gestion des chaires. Adoptée par le Conseil pédagogique le 19 mai 2004 Politique de gestion des chaires Adoptée par le Conseil pédagogique le 19 mai 2004 Mises à jour : 16 février 2005, 11 septembre 2013 POLITIQUE DE GESTION DES CHAIRES À HEC MONTRÉAL 1. LA CRÉATION D UNE

Plus en détail

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE

SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE SONDAGE NATIONAL SUR LA MÉDECINE PALLIATIVE QUESTIONNAIRE Société canadienne des médecins de soins palliatifs Association médicale canadienne Collège des médecins de famille du Canada Collège royal des

Plus en détail

CONSULTATION PUBLIQUE SUR L'AUTONOMIE POUR TOUS LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D'UNE ASSURANCE AUTONOMIE

CONSULTATION PUBLIQUE SUR L'AUTONOMIE POUR TOUS LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D'UNE ASSURANCE AUTONOMIE CONSULTATION PUBLIQUE SUR L'AUTONOMIE POUR TOUS LIVRE BLANC SUR LA CRÉATION D'UNE ASSURANCE AUTONOMIE Ordre des dentistes du Québec 800, boul. René-Lévesque Ouest, bureau 1640 Montréal (Québec) H3B 1X9

Plus en détail

Nouveau service d accompagnement. de succession

Nouveau service d accompagnement. de succession grand LE MAGAZINE DES MEMBRES DE LA CAISSE DESJARDINS DE SAINT-HYACINTHE septembre 2012 LE MAGAZINE DES MEMBRES DE LA CAISSE DESJARDINS DE SAINT-HYACINTHE SEPTEMBRE 2012 VOLUME 02 NUMÉRO 03 Nouveau service

Plus en détail

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes.

Le genre féminin utilisé dans ce document désigne aussi bien les femmes que les hommes. Programme d intéressement pour l implantation du rôle de l infirmière praticienne spécialisée Modalités d application 15-919-04W RÉDACTION Direction des soins infirmiers Direction générale des services

Plus en détail

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC)

Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) Démarche de reconnaissance des acquis et des compétences (RAC) pour l obtention d un diplôme d études collégiales (DEC) en Techniques d éducation spécialisée 351.A0 QU'EST-CE QU'UNE DÉMARCHE DE RECONNAISSANCE

Plus en détail

Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003

Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003 Bilan du Comité assurances et régimes de retraite Rimouski 27, 28, 29 et 30 mai 2003 Table des matières Table des matières INTRODUCTION...1 BILAN DES ACTIVITÉS...2 1. La croissance des coûts en assurance

Plus en détail

Stratégie d assurance retraite

Stratégie d assurance retraite Stratégie d assurance retraite Département de Formation INDUSTRIELLE ALLIANCE Page 1 Table des matières : Stratégie d assurance retraite Introduction et situation actuelle page 3 Fiscalité de la police

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

la recherche clinique : se connaître, se comparer

la recherche clinique : se connaître, se comparer la recherche clinique : se connaître, se comparer 13 e congrès de l AQIIRC 16 et 17 avril 2010 Hôtel Estrimont Suites et Spa 44, avenue de L Auberge, Orford (Québec) J1X 6J3 programme officiel C est avec

Plus en détail

Bureau d assurance voyage inc.

Bureau d assurance voyage inc. Bureau d assurance voyage inc. Assurance voyage médicale 2014-2015 Plusieurs nouvelles prestations y compris une option sans franchise! Proposition en ligne disponible 24/7 Avez-vous pensé souscrire l

Plus en détail

Présentation de la Régie de l assurance maladie du Québec

Présentation de la Régie de l assurance maladie du Québec Présentation de la Régie de l assurance maladie du Québec Un partenaire dynamique dans la gestion et l évolution du système de santé québécois. Document produit par la Régie de l assurance maladie du Québec

Plus en détail

Appel de mises en candidature et d inscriptions

Appel de mises en candidature et d inscriptions www.csae.com Prix Leadership 2013 Appel de mises en candidature et d inscriptions Prix Pinnacle Prix Griner Prix de membre honoraire à vie Prix Donna Mary Shaw Prix «Les associations, sources d un Canada

Plus en détail

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP)

FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) FONDATION POUR LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE SUR LA SP (FRSSP) SUBVENTION D ÉQUIPE POUR DES TRAVAUX DE RECHERCHE COOPÉRATIFS MULTICENTRIQUES (subvention d équipe) GUIDE SUR LE PROGRAMME Document révisé en

Plus en détail

Offre Exclusive. Médecins. Fédération des médecins résidents du Québec

Offre Exclusive. Médecins. Fédération des médecins résidents du Québec Offre Exclusive Médecins Fédération des médecins résidents du Québec Volet transactionnel Une offre à la hauteur de votre réussite Desjardins est fier d être partenaire de la Fédération des médecins résidents

Plus en détail

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020

VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL DU NOUVEAU-BRUNSWICK PLAN STRATÉGIQUE 2014-2020 Plan stratégique 2014-2020 En décembre 2010, M me Kim MacPherson a été nommée vérificatrice générale de la province du Nouveau-Brunswick

Plus en détail

M. Jean-Louis Proulx M. Marc Boulanger

M. Jean-Louis Proulx M. Marc Boulanger PROCÈS-VERBAL VINGT-SEPTIÈME SÉANCE RÉGULIÈRE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le 4 juillet 2007, à 19h30 Salle des Augustines Hôpital 350, Boul. Taché Ouest, Montmagny Présences : M me Marie-Claude Ouellet

Plus en détail

Le conseiller d orientation organisationnel : une expertise spécifique en développement de carrière et gestion de talent

Le conseiller d orientation organisationnel : une expertise spécifique en développement de carrière et gestion de talent Le conseiller d orientation organisationnel : une expertise spécifique en développement de carrière et gestion de talent Coordination de programmes de gestion de la carrière et des talents Évaluation du

Plus en détail

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS RAPPORT ANNUEL 2006-2007

CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS RAPPORT ANNUEL 2006-2007 CONSEIL DES MÉDECINS, DENTISTES ET PHARMACIENS RAPPORT ANNUEL 2006-2007 Marc-André Lemire, M.D. Président Juin 2007 J'ai le plaisir de vous soumettre le rapport annuel 2006-2007 du Conseil des médecins,

Plus en détail

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES

MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES MODÈLES ET ENJEUX DU PARTENARIAT MÉDICO-ADMINISTRATIF : ÉTAT DES CONNAISSANCES Sommaire exécutif Février 2012 AVANT-PROPOS En 2012, l Association québécoise d établissements de santé et de services sociaux

Plus en détail

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de

et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de Le programme Arrimage et son évolution Serge Lavoie Direction des programmes-clientèles 21 novembre 2013 Avec la collaboration de M me Myriam-Nicole Bilodeau, conseillère-clinique cadre 1. Le CSSS de Chicoutimi

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ LE 25 SEPTEMBRE 2014 PAR M. GAÉTAN BARRETTE, MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX SANCTIONNÉ LE 9 FÉVRIER 2015

TABLEAU COMPARATIF PRÉSENTÉ LE 25 SEPTEMBRE 2014 PAR M. GAÉTAN BARRETTE, MINISTRE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX SANCTIONNÉ LE 9 FÉVRIER 2015 TABLEAU COMPARATIF PROJET DE LOI N O 10 LOI MODIFIANT L ORGANISATION ET LA GOUVERNANCE DU RÉSEAU DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX NOTAMMENT PAR L ABOLITION DES AGENCES RÉGIONALES (RLRQ, c. O-7.2) PRÉSENTÉ

Plus en détail

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie

MOORE, France, secrétaire d assemblée. GUAY, M. Jean-Marc ROBERGE, Mme Gaétane ROY, Mme Julie PROCÈS-VERBAL DE LA RÉUNION SPÉCIALE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DU CENTRE DE SANTÉ ET DE SERVICES SOCIAUX DES ETCHEMINS, TENUE LE 17 JUILLET 2014, À 18 H 30, AU CENTRE ADMINISTRATIF (SALLE DE RÉUNION

Plus en détail

Un petit retour sur l année qui se termine

Un petit retour sur l année qui se termine Parution de juillet 2011 Un petit retour sur l année qui se termine Bien sûr, résumer le travail d une année en une page est en soi impossible, alors nous nous attarderons aux grandes lignes que nous a

Plus en détail

INFOLETTRE PRINTEMPS 2014

INFOLETTRE PRINTEMPS 2014 INFOLETTRE PRINTEMPS 2014 Votre croissance cause t elle une pression sur votre fonds de roulement? Laboratoire BNK choisit Capital Conseil GCI Cargo choisit Capital Conseil Industrie de Palettes Standard

Plus en détail

Devenir un gestionnaire de personnes

Devenir un gestionnaire de personnes Devenir un gestionnaire de personnes SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Déterminer vos besoins Trouver les bonnes personnes Conserver les bons employés SÉRIE PARTENAIRES EN AFFAIRES Le passage de personne d

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS :

CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 PRÉSENCES : INVITÉS : 2581 CONSEIL D ADMINISTRATION DU 18 MARS 2015 SÉANCE 506-15 Procès-verbal d une séance ORDINAIRE du conseil d administration du Centre de réadaptation en dépendance Domrémy-de-la-Mauricie - Centre-du-Québec,

Plus en détail

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE

Partir en toute. assurance PARTOUT DANS LE MONDE Partir en toute assurance PARTOUT DANS LE MONDE L information contenue dans ce document l est à titre indicatif et n engage en rien la responsabilité de la Société de l assurance automobile du Québec.

Plus en détail

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015

CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 CAAPTIVANT Le bulletin du CAAP-AT numéro 2 Édition de septembre 2015 Déjà, la routine d automne a repris sa place Pour la majorité d entre nous, le travail, l école, la garderie ont recommencé de façon

Plus en détail

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO

RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ ÉTAPES DE LA VIE FINANCIÈRE DES CANADIENS ÂGÉS COMMISSION DES VALEURS MOBILIÈRES DE L ONTARIO RÉSUMÉ La présente recherche décrit les principales préoccupations financières des Canadiens âgés, dans

Plus en détail

CRITERES DE REMPLACEMENT

CRITERES DE REMPLACEMENT ANATOMIE ET CYTOLOGIE PATHOLOGIQUES - 7 semestres dans des services agréés pour le DES d anatomie et cytologie pathologiques, dont au moins 5 doivent être accomplis dans des services hospitalouniversitaires

Plus en détail

Par : Suzanne Durand, directrice Développement et soutien professionnel

Par : Suzanne Durand, directrice Développement et soutien professionnel Par : Suzanne Durand, directrice Développement et soutien professionnel AU 19 E SIÈCLE - SOINS IMPRÉGNÉS DE DÉVOTION, DE DON DE SOI ET D INSPIRATION CHRÉTIENNE L obéissance est une qualité essentielle

Plus en détail

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées

22 Solut!ons pour planifier vos finances. Des stratégies éprouvées 22 Solut!ons pour planifier vos finances Des stratégies éprouvées pour améliorer vos finances L avenir que vous bâtissez aujourd hui est celui dont vous profiterez demain Seriez-vous rassuré de savoir

Plus en détail

Ministère de la Santé du gouvernement du Nunavut. Rapport annuel 2012-2013 sur le fonctionnement du régime d'assurance-maladie

Ministère de la Santé du gouvernement du Nunavut. Rapport annuel 2012-2013 sur le fonctionnement du régime d'assurance-maladie Ministère de la Santé du gouvernement du Nunavut Rapport annuel 2012-2013 sur le fonctionnement du régime d'assurance-maladie Établi par le directeur de l'assurancemaladie Page 1 de 7 Cadre légal Les lois

Plus en détail

Comment bien préparer le transfert de votre entreprise Guide pratique

Comment bien préparer le transfert de votre entreprise Guide pratique Comment bien préparer le transfert de votre entreprise Guide pratique 370, rue des Forges, bureau 100 Trois-Rivières (Québec) G9A 2H1 Téléphone : 819 374-4061 Télécopieur : 819 373-6511 Courriel : info@idetr.com

Plus en détail