RETOURS D EXPÉRIENCES ET POINTS DE VIGILANCE SUR LA QUALITÉ DE L AIR DES BÂTIMENTS PERFORMANTS

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RETOURS D EXPÉRIENCES ET POINTS DE VIGILANCE SUR LA QUALITÉ DE L AIR DES BÂTIMENTS PERFORMANTS"

Transcription

1 RETOURS D EXPÉRIENCES ET POINTS DE VIGILANCE SUR LA QUALITÉ DE L AIR DES BÂTIMENTS PERFORMANTS Mariangel SANCHEZ Ingénieure Suivi des innova0ons Référente technique sur les aspects sanitaires Transition énergétique & santé Quels enjeux pour le bâtiment? Cité des sciences et de l industrie 2 juin Paris

2 L Agence Qualité ConstrucHon Associa'on loi 1901 créée en 1982 suite à la loi «Spine9a» et regroupant 38 membres Prévenir les désordres dans le bâhment et améliorer la qualité de la construchon

3 Domaines d interachon bâhment et QAI Environnement extérieur Matériaux de construchon Performance de l enveloppe! Perméabilité de l enveloppe, ponts thermiques Systèmes et équipements! Ven'la'on et puits clima'que! Chauffage et équipements de combus'on Comportement de l usager

4 Performance de l enveloppe Remontées capillaires MigraHon de vapeur d eau dans les parois Appari'on de moisissures suite à l isola'on de vieux murs

5 Performance de l enveloppe InteracHon entre les remontées capillaires et le système de venhlahon Appari'on de moisissures dans une cave privée de ven'la'on après rénova'on

6 Performance de l enveloppe Ponts thermiques Appari'on de condensa'ons, de décollements ou de moisissures.

7 Performance de l enveloppe X Stockage de matériaux en phase chanher Absence de protec'on des isolants et des produits biosourcés Mise en œuvre de matériaux humides

8 Système de venhlahon ConcepHon et dimensionnement du système de venhlahon Manque de réflexion sur le posi'onnement, dimension et répar''on des entrées d air pouvant engendrer de l inconfort pour l usager

9 Système de venhlahon Mise en œuvre du système de venhlahon Défauts de mise en œuvre du système de ven'la'on (inétanchéités, points bas )

10 Système de venhlahon Absence d entrehen du système de venhlahon Absence de contrat d entre'en Composants du système de ven'la'on difficiles d accès

11 Système de venhlahon IntervenHon directe ou indirecte de l occupant sur le système de venhlahon Aménagement des pièces pouvant perturber le fonc'onnement du système de ven'la'on

12 Système de venhlahon Phasage et ordonnancement des taches en phase chanher Appari'on de condensa'ons et de moisissures lors des rénova'ons en site occupé en raison du défaut de fonc'onnement du système de ven'la'on

13 Système de chauffage à combushon x Systèmes à combushon non étanches Non compa'bles avec une bonne étanchéité à l air de l enveloppe : mauvaise combus'on et risque d entrée de fumée dans les logements

14 Quelques enseignements Les bâhments performants requièrent une réflexion systémique :! Perme9ant d assurer leurs différentes performances (thermique, environnementale, sanitaire) et de maîtriser leurs interac'ons,! À toutes les phases de vie.

15 Merci de votre a:en0on

comment procéder? banque assainir l enveloppe de votre bâtiment? quelques pistes par

comment procéder? banque assainir l enveloppe de votre bâtiment? quelques pistes par assainir l enveloppe de votre bâtiment? comment procéder? quelques pistes par en partenariat avec banque présentation du chauffage des bâtimentsyc eau chaude sanitaire (ECS) 50% transports 17% 33% 17%

Plus en détail

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées

«Grâce à BELFOR, la fuite a été immédiatement localisée. Des résultats certifiés. et le dégât des eaux évité» Des prestations associées INSTALLATIONS TECHNIQUES DANS LA MAISON Conduites d eau froide et d eau chaude Conduites de chauffage/ chauffage au sol Conduites d eaux usées Inspection de cavités Problèmes de condensation Moisissure

Plus en détail

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com

Gestion de l humidité dans la rénovation. www.tyeco2.com Gestion de l humidité dans la rénovation 1 Une réhabilitation thermique implique le renforcement de l isolation Les travaux d isolation peuvent modifier le comportement hygrothermique des parois Les maîtres

Plus en détail

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS

EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS L HUMIDITÉ DANS LE BÂTI B EXISTANT : ORIGINES, DIAGNOSTIC ET TRAITEMENTS Pour comprendre comment agit l humiditl humidité,, il faut d abord d connaître Comment s effectuent la pénétration et la propagation

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l

Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l Institut de Formation à l ECO-construction Former pour démocratiser les techniques, les usages, les matériaux et les technologies liés à l éco-construction ---------------------------- 50 modules de formation

Plus en détail

3 / Interventions à réaliser, à éviter

3 / Interventions à réaliser, à éviter 3 / Interventions à réaliser, à éviter dans le bâti ancien, hauts et bas Ils ont un rôle très semblable à celui des murs verticaux dans la gestion thermique et hydrique de la maison. Ensemble, ils déterminent

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Comment choisir un isolant pour les murs Avec16% des déperditions de chaleur qui passent par les murs l isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation après l isolation de la toiture. Les caractéristiques

Plus en détail

Rénovation thermique. par l extérieur

Rénovation thermique. par l extérieur Rénovation thermique par l extérieur Enjeux des rénovations Secteur du Bâtiment : 1 er consommateur d énergie. Faire diminuer les consommations énergétiques des bâtiments en augmentant leur performance

Plus en détail

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic

Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi faut- il faire attention? Eléments de diagnostic Quand l isolation des murs par l intérieur s impose, à quoi fautil faire attention? Eléments de diagnostic Le contexte économique et écologique actuel rend l isolation des bâtiments en rénovation incontournable.

Plus en détail

Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) organisé par

Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) organisé par Stage «bien isoler son bâ0» (ou comment apporter une améliora0on thermique) organisé par et Intervenant : Marc FERRY Conseil en rénova-on thermique et économie d énergie Les 09 et 10/11/2013 à Saint- Sauveur-

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées

Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Améliorer les performances énergétiques du bâti ancien Techniques adaptées Intervention du 25 Juin 2015 Dans le cadre des «soirées du Bâtiment» de l Action Construction Durable Couserans Laurelyne MEUNIER,

Plus en détail

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK

Guide de mise en œuvre. Liant ProKalK Guide de mise en œuvre Liant ProKalK Applications Confort Caractéristiques du produit Caractéristiques physiques Dosage et conseil d utilisation Isolation du sol en béton de chanvre ProKalK Isolation pour

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois

Bâtiments bois à basse consommation d énergie. L étanchéité à l air. Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Auvergne Promobois Jean-Pierre Mathé chargé de mission construction bois Objectifs Performance thermique Pérennité du bâtiment Performance acoustique Protection incendie Santé Confort d été Confort ressenti

Plus en détail

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines

Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines Isolation intérieure et extérieure de murs anciens en briques pleines LES CAHIERS PRATIQUES Préambule La demande du client Ce document est réalisé sur la base d ateliers de travail rassemblant des entreprises

Plus en détail

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR

ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR ISOLATION PAR L INTÉRIEUR ET PAR L EXTÉRIEUR solutions résidentielles en isolation www.greensun.be Greensun: la société Isolez avec Greensun L isolation de votre habitation ou appartement, par l intérieur

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante!

La rénovation. thermique. Rénover sa maison pour une isolation performante! PRÉFET La rénovation thermique Rénover sa maison pour une isolation performante! Diminution des besoins énergétiques au fil des ans Les réglementations thermiques successives ont permis l amélioration

Plus en détail

Qu est-ce que l humidité?

Qu est-ce que l humidité? L HUMIDITÉ...utile mais parfois nuisible Qu est-ce que l humidité? L humidité peut être relative ou absolue L humidité relative : Rapport de la pression effective de la vapeur d eau à la pression maximale.

Plus en détail

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments

TECHNI.CH. Rapport technique / domaine du bâtiment. Contenu : L humidité dans les bâtiments Page 1 / 6 Rapport technique / domaine du bâtiment Contenu : L humidité dans les bâtiments Rédaction : Tomasini François / Etudiant ETC 3 ème année Date : Décembre 2010 Présentation Un problème abordé

Plus en détail

Yves Baret Traiter l humidité

Yves Baret Traiter l humidité Yves Baret Traiter l humidité 2 e édition, 2011 Groupe Eyrolles, 2007-2011 ISBN 13 : 978-2-212-13223-6 III Sources de l humidité / Sources externes constantes ou naturelles Sources externes constantes

Plus en détail

L opération étudiée : le SDEF

L opération étudiée : le SDEF L opération étudiée : le SDEF Situation géographique 29 Landivisiau Finistére Zone H2a Altitude : 34 m Acteurs de l opération Maitrise d ouvrage Maître d œuvre / Architecte BET Thermique SDEF Atelier 3

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique : Détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

L EVOLUTION DE L ISOLATION

L EVOLUTION DE L ISOLATION L EVOLUTION DE L ISOLATION FABRIQUÉ AU CANADA DEPUIS 1986 ICYNENE.BE, ICYNENE.EU, ICYNENE.COM MOUSSE D ISOLATION PROJETEE C EST VRAI la mousse d isolation projetée Icynene est un peu plus onéreuse que

Plus en détail

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants

Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants PARCOURS COMPLET DE PROFESSIONNALISATION Technicien - Expert en performance thermique de bâtiments neufs ou existants proposer un ensemble de prestations liées à l amélioration de la performance thermique

Plus en détail

L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS

L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS INFORMATIONS TECHNIQUES T 22 Mutuelle des Architectes Français assurances SEPTEMBRE 2011 ANNULE ET REMPLACE LA FICHE T 22 DE NOVEMBRE 1996 L HUMIDITÉ DANS LES BÂTIMENTS Fiche élaborée par Clément Carpentier,

Plus en détail

Plateforme Maison Passive a.s.b.l.

Plateforme Maison Passive a.s.b.l. Plateforme Maison Passive a.s.b.l. M a r n y D i P i e t r a n t o n i o, I r A r c h i t e c t e 1 L i s o l a t i o n o v e r v i e w... P o u r q u o i i s o l e r? - Diminuer sa facture énergétique

Plus en détail

Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre

Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre Grenelle de l'environnement 9 juillet 2008 Isolation thermique : les enjeux de la mise en œuvre En 1974, année du premier choc pétrolier, la France mettait en place une réglementation thermique afin de

Plus en détail

Système caoutchouc EPDM L EPDM, la durabilité de votre logement www.irs-btech.be

Système caoutchouc EPDM L EPDM, la durabilité de votre logement www.irs-btech.be Système caoutchouc EPDM L EPDM, le choix d une protection appropriée, garantit la salubrité et la durabilité de votre logement I.R.S-Btech cares for nature www.irs-btech.be Le choix d une protection appropriée

Plus en détail

ETANCHÉITÉ À L'AIR DES BÂTIMENTS organiser la maîtrise de la qualité. novembre 2010

ETANCHÉITÉ À L'AIR DES BÂTIMENTS organiser la maîtrise de la qualité. novembre 2010 Étanchéité à l air : dispositions constructives Mémento de conception et de mise en œuvre à l attention des concepteurs, artisans et entreprises du bâtiment novembre 2010 ETANCHÉITÉ À L'AIR DES BÂTIMENTS

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Isolation... d une maison ancienne

Isolation... d une maison ancienne Photo F.Chevallereau Isolation...... d une maison ancienne comment s y prendre? L État : RT 2012? mais on est en 2014? Mes amis : Y a qu à mettre de la laine de verre! Mon voisin : Le polystyrène c est

Plus en détail

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4).

L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme de béton de chanvre (fiches 1 à 4). F5 FICHE TECHNIQUE MISE EN ŒUVRE DU CHANVRE EN VRAC PAR VOIE SECHE (sans liant) Groupement des producteurs de chanvre en Luberon L utilisation du chanvre dans l habitat n est pas systématiquement synonyme

Plus en détail

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts»

Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Atelier «L innovation et l entreprenariat - catalyseurs d emplois verts» Secteur Construction Ir. Aymé ARGELES Conseiller CCW Historiques des réglementations «énergie» en Belgique 1985 (1/5) : Région wallonne:

Plus en détail

Bâtiment et développement durable

Bâtiment et développement durable Bâtiment MAÇON MAÇON Le maçon construit le gros œuvre des bâtiments. Il met en place les fondations puis monte les structures porteuses : murs, poutrelles et planchers. Métier Le maçon réalise des travaux

Plus en détail

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2

Thierry Gallauziaux - David Fedullo. Isoler les combles. Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Thierry Gallauziaux - David Fedullo Isoler les combles Groupe Eyrolles, 2011, ISBN 978-2-212-13205-2 Isoler les combles Sommaire... 6 Les échanges gazeux... 6 L étanchéité à l air... 10 L inertie thermique...

Plus en détail

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012

La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La REGLEMENTATION THERMIQUE 2012 La réglementation thermique en vigueur, la RT 2012, s applique à tous les projets de bâtiments neufs des secteurs résidentiels, dont le dépôt de demande de permis de construire

Plus en détail

Les clés d une rénovation de qualité

Les clés d une rénovation de qualité Rénover son habitation Amélioration énergétique AQC Pour une habitation économe en énergie : Les clés d une rénovation de qualité Cette plaquette vous guidera pendant les principales étapes concernant

Plus en détail

Soumise à l effet du vent, à la différence

Soumise à l effet du vent, à la différence CVC N 871 NOV./DÉC. 2011 13 PROFESSION ÉTUDE Infiltrométrie Vers un résultat d étanchéité à l air des bâtiments La réglementation thermique 2012 impose un niveau élevé d étanchéité à l air des nouveaux

Plus en détail

Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble. Sylvie Amselem- architecte du patrimoine

Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble. Sylvie Amselem- architecte du patrimoine Audit architectural et énergétique de trois bâtiments anciens Ville de Grenoble Etude en 3 phases : Relevés - calculs - préconisations PRESENTATION ARCHITECTURALE Choix de 3 immeubles: XV -XIX siècle Edifices

Plus en détail

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest Les outils de simulation Myriam HUMBERT CETE Ouest Outils de simulation pour la GPE Objectif Ø Recommandations pour la mise en œuvre des calculs dans le cadre d une GPE ü Analyse qualitative des outils

Plus en détail

Facteur 4. Développement durable. Samuel Courgey - Technicien référent, Formateur, Auteur Académie de la terre 23 Mai 2012

Facteur 4. Développement durable. Samuel Courgey - Technicien référent, Formateur, Auteur Académie de la terre 23 Mai 2012 Comment s y Eco-matériau Sur-isolation retrouver et?? après Énergies renouvelables Comment avoir un VMC double bâtiment flux performant?? Matériau «puits de carbone» Gaz à effets de serre Besoin de repères!

Plus en détail

Laine à insuffler. Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux

Laine à insuffler. Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux Laine à insuffler Remplissage de laine de roche en vrac pour la rétro-isolation de murs creux RETRO-ISOLATION: PLUS DE CONFORT, MOINS DE FRAIS Dans les maisons qui ont été construites avant la crise de

Plus en détail

Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique

Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique Transfert d humidité dans la paroi extérieure en rénovation énergétique Page 1 sur 42 Remerciements Je remercie les intervenants

Plus en détail

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN

PLOMBIERS CHAUFFAGISTES ECO ARTISAN PLOMBIERS CHAUFFAGISTES Le monde change, votre métier aussi. Aujourd hui vos clients n ont qu un mot à la bouche : ECONOMIES D ENERGIE. Écoutez-les! Pour la performance environnementale et économique de

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

ANTI CONDENSATION PEINTURE ASSAINISSANTE PEINTURE ANTI-CONDENSATION. Direct sur Murs Humides. Cuisine - Salle de Bain - Lingerie PRINCIPES ACTIFS

ANTI CONDENSATION PEINTURE ASSAINISSANTE PEINTURE ANTI-CONDENSATION. Direct sur Murs Humides. Cuisine - Salle de Bain - Lingerie PRINCIPES ACTIFS ANTI HUMIDITÉ PEINTURE ASSAINISSANTE Direct sur Murs Humides i s o l e e t c o n s o l i d e PEINTURE ANTI-CONDENSATION Cuisine - Salle de Bain - Lingerie a n t i - b u é e PRINCIPES ACTIFS l e s s i va

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Permis d'urbanisme et Énergie. Liens et informations utiles

Permis d'urbanisme et Énergie. Liens et informations utiles Permis d'urbanisme et Énergie Liens et informations utiles Table des matières Site portail de l Energie en Wallonie...1 Les textes officiels...1 La législation PEB en Région wallonne...1 Procédures et

Plus en détail

Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel

Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel Après Avant Uniso, un tout nouveau système d Isolation Thermique par l Extérieur pour l habitat individuel

Plus en détail

La rénovation par l isolation : un des choix les plus porteurs en terme d économies d énergie

La rénovation par l isolation : un des choix les plus porteurs en terme d économies d énergie Suburban Areas Favoring Energy efficiency SAFE.BAT05 La rénovation par l isolation : un des choix les plus porteurs en terme d économies d énergie Les points principaux Trois différentes techniques d isolation

Plus en détail

POSE PROFESSIONNeLLE ET EtANchE

POSE PROFESSIONNeLLE ET EtANchE POSE PROFESSIONNeLLE ET EtANchE A L air De PORTES ET FeneTRES Berner Energy System Berner Energy System POSE PROFESSIONNELLE ET ETANchE A L air DE PORTES ET FENETRES AVAnTAGES D Un MOnTaGe PROFESSIONNEL

Plus en détail

Isolation et humidité dans les parois

Isolation et humidité dans les parois Isolation et humidité dans les parois Mise à jour 03 août 2015 (LS) Fiche réalisée par HESPUL Les matériaux de construction ont des comportements qui varient face à l'humidité. Lorsqu on entreprend des

Plus en détail

Les barrières-vapeur

Les barrières-vapeur Les barrières-vapeur 01_Montage d une barrière-vapeur et d une couche d étanchéité à l air Sisalex 518 dans une piscine intérieure Outre la thématique de l étanchéité à l air, la protection des bâtiments

Plus en détail

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES

CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES CHAPITRE F ANALYSE DU TISSU BATI AU REGARD DU DEVELOPPEMENT DURABLE ET DES PERFORMANCES ENERGETIQUES 149 Les ilots continus du bourg: alignement compacité et densité Orientation des faîtages Nord Sud;

Plus en détail

MINISTÈRE DU LOGEMENT. Mai 2009

MINISTÈRE DU LOGEMENT. Mai 2009 MINISTÈRE DU LOGEMENT Mai 2009 Sommaire 1 Introduction 1 2 Objet du guide 2 3 Étapes communes du guide d inspection sur site 3 3.1 Le diagnostiqueur DPE 3 3.2 Contact et prise d informations auprès du

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE

OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE ADIL des Hautes-Alpes OBSERVATOIRE DE L HABITAT INDIGNE RAPPORT ANNUEL POUR LE RECENSEMENT 2013 1 B I S R U E D E V A L S E R R E 0 5 0 0 0 G A P SOMMAIRE INTRODUCTION Définition de l habitat indigne------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments

Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Source Cab JL2C Pourquoi l étanchéité à l air dans les bâtiments Jean-Louis CAPOU Président de Syneole 93 Rue Jean Jaurès 33500 Libourne

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions

A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions ULC Artikel März 2015 A savoir - Modification des exigences concernant les nouvelles constructions 1. Modification règlementaires À partir du 1 janvier 2015 les nouvelles constructions se rapprocheront

Plus en détail

De La Terre Au Soleil

De La Terre Au Soleil De La Terre Au Soleil Atelier d Architecture S. Anwoir Architecte Les motivations Respect environnemental et investissement à long terme: Participation au développement durable (protéger notre environnement,

Plus en détail

Isolation grâce à l air immobile

Isolation grâce à l air immobile Principes / La structure idéale 44 La structure idéale Schutz im Winter Rücktrocknung im Sommer L efficacité de toutes les isolations thermiques repose sur les inclusions d air dans le matériau isolant

Plus en détail

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ).

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ). LEXIQUE BATIMENT ACERMI : Association pour la certification des matériaux isolants. La certification ACERMI garantit pour l isolant un niveau de qualité et permet de connaître ses caractéristiques, indispensables

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES?

DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFÉRENCES? DOSSIER N 5 MARS 2013 DPE OU AUDIT ENERGETIQUE, QUELLES DIFFERENCES? POURQUOI RÉALISER UN DPE? Qui réalise un DPE? Le Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

Enveloppe performante

Enveloppe performante Enveloppe performante Quelle approche pour le chauffagiste? Quel type de producteur de chaleur choisir? SANYDRO MAINTENANCE Enveloppe performante - quelle attitude 1 Structure exposé : 1/ Rappel : le surdimensionnement

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes

14/10/2009. Groupe fluides 9 personnes. 7 personnes. Agence Franche-Comté 4 personnes Groupe fluides 9 personnes 7 personnes Agence Franche-Comté 4 personnes 1 2 3 4 Domaine écologique : la production d énergie implique toujours un impact sur l environnement même si des progrès sensibles

Plus en détail

Etanchéité à l air et isolation

Etanchéité à l air et isolation Etanchéité à l air et isolation Pourquoi? Comment? André BAIVIER 12 juin 2012 CCBC apparition de condensation la cause fréquente de dégâts à la construction : l air chaud qui se refroidit dépose une partie

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

Plus en détail

Visuels de références

Visuels de références Visuels de références ENERCOBAT SARL Siège: 640 route du Martelet 74300 Châtillon sur Cluses 04 50 96 02 14 Centre Technique : 3 rue du pré Bénévix 74300 Cluses 04 50 34 79 48 / 06 33 33 44 49 www.enercobat.com

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques

Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Formation Bâtiment Durable : Rénovation passive et (très) basse énergie : détails techniques Bruxelles Environnement ISOLATION DES MURS EN RENOVATION Pierre DEMESMAECKER Institut de Conseil et d Etudes

Plus en détail

Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Réceptio n des travaux Entretien et usage Conseil

Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Changer ses fenêtres Réceptio n des travaux Entretien et usage Conseil Ce document est réalisé par l'agence Qualité Construction, association dont la mission est d'améliorer la qualité dans la construction. Il a été rédigé avec le concours des professionnels du bâtiment,

Plus en détail

UNE MAISON, EXIGEZ LA QUALITÉ! C EST POUR LA VIE... CONSTRUISEZ DANS LES RÈGLES :

UNE MAISON, EXIGEZ LA QUALITÉ! C EST POUR LA VIE... CONSTRUISEZ DANS LES RÈGLES : UNE MAISON, C EST POUR LA VIE... CONSTRUISEZ DANS LES RÈGLES : EXIGEZ LA QUALITÉ! Direction Générale de l Urbanisme, de l Habitat et de la Construction Vous faites construire vo t re maison? Sachez qu

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

Les bâtiments en tuffeau. L amélioration thermique du bâti ancien

Les bâtiments en tuffeau. L amélioration thermique du bâti ancien Les bâtiments en tuffeau L amélioration thermique du bâti ancien Journée technique 9 octobre 2012 L amélioration thermique du bâti en tuffeau Connaître le bâtiment ancien Savoir diagnostiquer les désordres

Plus en détail

Votre inscrip,on. Tél : Tél2 (votre portable) : Fax : C. Adresses spécifiques Adresse de facturation (si différente de l adresse «souscripteur») :

Votre inscrip,on. Tél : Tél2 (votre portable) : Fax : C. Adresses spécifiques Adresse de facturation (si différente de l adresse «souscripteur») : ! 1. Coordonnées Votre inscrip,on A. Données générales Souscripteur : Adresse : Tél : Tél2 (votre portable) : Fax : N TVA : Web site : E- mail : B. Personnes de contact Responsable du stand : N de portable

Plus en détail

Illustration des activités du. Centre Scientifique et Technique de la Construction. dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments

Illustration des activités du. Centre Scientifique et Technique de la Construction. dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments Illustration des activités du Centre Scientifique et Technique de la Construction dans le domaine de la Performance Energétique des Bâtiments Journée Smart Cities 07 juin 2012 Centre collectif de recherche

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion

Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques. Copropriété du SENS UNIQUE. Exploitation Télégestion Etude de rénovation et d'amélioration des performances énergétiques Copropriété du SENS UNIQUE Maintenance Exploitation Télégestion Etat des lieux : LE SENS UNIQUE 10 bâtiments - 137 logements Années de

Plus en détail

Et après mes travaux?

Et après mes travaux? 10 Et après mes travaux? Voilà, les travaux sont terminés! Vous vous (ré)installez confortablement dans votre logement. Comment profiter le plus longtemps possible des améliorations que vous venez d apporter

Plus en détail

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts...

en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... Le Chauffage Individuel en Appartement Besoins, Choix du Système, Coûts... www.ale-lyon.org >> Quel est le meilleur système de chauffage chez moi? Il n y a pas de réponse unique, chaque logement et chaque

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L OCRE FERREUX

CONFÉRENCE SUR L OCRE FERREUX 1. Qu est-ce que l ocre ferreux? 2. Problèmes associés aux dépôts d ocre 3. Mesures correctives : un aperçu! 1. Qu est-ce que l ocre ferreux? En présence d eau dans le sol, le fer réduit s oxyde lorsqu

Plus en détail

DTU 36.5. Le Remplacement des. Menuiseries Extérieures. en Rénovation

DTU 36.5. Le Remplacement des. Menuiseries Extérieures. en Rénovation Le Remplacement des Menuiseries Extérieures en Rénovation DTU 36.5 Les menuiseries un marchéde 12 millions de fenêtres Ce marché des fenêtres en rénovation a étésoutenu par le Crédit d Impôt en faveur

Plus en détail

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER

Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER Bâtiment SERRURIER- MÉTALLIER SERRURIER- MÉTALLIER Le serrurier-métallier travaille tout type de construction métallique : serrurerie, rampe d escalier, porte, fenêtre, véranda, pont, passerelle, pylône...

Plus en détail

Humidité FICHE TECHNIQUE

Humidité FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Humidité 2 5 CONNAÎTRE > Eau solide, eau liquide et eau vapeur > Migration de l eau à travers les matériaux > L évacuation de l eau > Les dommages causés par l humidité REGARDER > Accidents

Plus en détail

HUMIDITE DANS LE BATIMENT Origines et solutions

HUMIDITE DANS LE BATIMENT Origines et solutions Mise à jour : Juin 2010 HUMIDITE DANS LE BATIMENT Origines et solutions Dans un bâtiment, l'humidité peut être d'origine naturelle, accidentelle ou liée à un défaut d'entretien. Elle cause différents dommages

Plus en détail

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment

Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment Déroulement de la certification PEB de votre bâtiment La certification énergétique de votre habitation se déroulera en 2 étapes : 1) la visite de votre habitation et le relevé de ses caractéristiques ;

Plus en détail

CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION 1 ER SEMESTRE 2014. En collaboration avec leurs partenaires

CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION 1 ER SEMESTRE 2014. En collaboration avec leurs partenaires CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION 1 ER SEMESTRE 2014 En collaboration avec leurs partenaires MARCHÉS TERTIAIRES TRAVAUX DE RÉNOVATION MARCHÉS RÉSIDENTIELS CALENDRIER DES SESSIONS DE FORMATION - Janvier

Plus en détail

Diagnostic des installations de gaz

Diagnostic des installations de gaz ECOLE CHEZ SOI - GAZ02 - Le diagnostic des installations de gaz 11 DROIT COU GENER Généralités 3. la combustion du gaz chapitre 1 - généralités Pour récupérer son pouvoir calorifique, il faut faire brûler

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail