La ventilation des logements en copropriété

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La ventilation des logements en copropriété"

Transcription

1 La ventilation des logements en copropriété Association des Responsables de Copropriétés

2

3 SOMMAIRE Sommaire 3 Avant-propos 5 I. Ventilation et copropriété 6 A. Pourquoi tout le monde «s en moque» 6 B. L amélioration énergétique : un facteur aggravant? 7 II. La ventilation naturelle : ce que c est, et comment l améliorer 8 A. La ventilation naturelle des pièces «techniques» 9 B. La ventilation naturelle générale 10 C. Les améliorations possibles Pourquoi améliorer? Les défauts de la ventilation naturelle Comment améliorer une ventilation naturelle? Le problème de l amélioration de la ventilation des immeubles les plus anciens 14 III. La ventilation mécanique contrôlée (VMC) : ce que c est, et comment l améliorer 15 A. Comment doit fonctionner une VMC? 15 B. Comment améliorer sa VMC? Pourquoi les VMC vieillissent souvent mal? Comment obtenir un bon entretien de sa VMC? Et si les problèmes persistent? 19 Pour aller plus loin 21 Annexes pratiques 22 Annexe 1 : enquête de confort 23 Courrier d accompagnement 23 Questionnaire 23 Annexe 2 : les grands systèmes de ventilation 24 3

4 4

5 AVANT-PROPOS Comme chacun le sait, il est important de veiller à avoir une bonne ventilation des logements, et cela pour plusieurs raisons : hygiène, santé, condensation, humidité, moisissures, mais aussi performance énergétique Un logement bien ventilé est généralement un logement agréable. Un logement mal ventilé (trop ou trop peu) peut rapidement devenir difficile à vivre, voire insupportable : surchauffé en été, trop humide l hiver, courants d air, odeurs (tabac, cuisine ). Avec la nécessité de réduire la consommation énergétique des bâtiments, qui passe obligatoirement par une amélioration de l étanchéité à l air des bâtiments, les problèmes posés par une mauvaise ventilation sont de plus en plus fréquents, ainsi qu en témoignent nos adhérents et que le montrent plusieurs études. La ventilation est souvent le «parent pauvre» de la rénovation énergétique et il arrive fréquemment de voir des projets d isolation importants avec un volet «ventilation» mal pensé, voire inexistant! Ce guide réalisé par l ARC, l UNARC et la société ALDES a pour objectif de contribuer à redonner à la ventilation son importance dans le suivi des installations et au sein de tout projet de rénovation. Pour chaque grand système de ventilation que l on rencontre dans les bâtiments existants, il s agit ici d en présenter le fonctionnement, d expliquer ce qui souvent ne fonctionne pas, puis ce qui peut être fait pour l améliorer et obtenir une ventilation satisfaisante. Pour rester au plus près des préoccupations des copropriétaires, nous avons écarté plusieurs solutions compliquées, voire impossibles à mettre en place en copropriété. Vous trouverez à la fin de ce guide des références de documentation abordant de façon plus théorique l ensemble des systèmes envisageables dans l absolu en copropriété. Nous souhaitons que ce guide devienne un outil concret pour les conseils syndicaux et les syndics bénévoles, et qu il contribue à leur permettre d atteindre une bonne performance énergétique et à améliorer la qualité de l air respiré dans leurs copropriétés. 5

6 I. Ventilation et copropriété A. Pourquoi tout le monde «s en moque» La ventilation est un problème souvent délaissé en copropriété, et cela pour plusieurs raisons. Tout d abord, «on» ne sait pas à quoi ça sert! Les copropriétaires sont en effet mal informés des causes et des conséquences d une mauvaise ventilation (pour ceux qui veulent «sensibiliser» les copropriétaires, nous proposons une petite fiche en annexe sur le sujet). Ensuite «on» ne sait pas vraiment comment ça marche! Certes, il est un peu normal que le particulier ne maîtrise pas ce domaine, car ce n est pas son métier. Malheureusement les professionnels sont, eux aussi, souvent défaillants sur ce sujet. Nous constatons ainsi que de nombreux professionnels ne savent pas non plus comment maintenir une installation en bon état. Combien de doubles vitrages sont encore installés actuellement sans que soient ajoutées les entrées d air obligatoires? À cela vient s ajouter le problème de l entretien, qui est rarement bien fait quand il est fait! Nous pensons notamment aux copropriétés qui confient l entretien des équipements de ventilation à des chauffagistes, qui ont parfois tendance à s occuper de la ventilation uniquement quand elle tombe en panne. Ce désintérêt des professionnels se manifeste également quand il s agit d intervenir sur les éléments privatifs de la ventilation : ils n informent pas la copropriété de leur passage et n attendent pas que les personnes viennent ouvrir s ils n arrivent pas à accéder à un logement, ils abandonnent. Pour le syndicat des copropriétaires, la difficulté vient du fait qu il faut d abord comprendre le fonctionnement de l équipement collectif, puis arriver à convaincre chacun d entretenir ou de faire entretenir les éléments privatifs de la ventilation. Cet entretien peut d ailleurs s avérer périlleux, notamment si l on demande à une personne âgée d aller nettoyer une bouche d extraction à 2 m 50 au-dessus d une douche! De plus, en copropriété, une ventilation qui dysfonctionne ne touche pas forcément tous les occupants en même temps. En cas de problème, il est difficile de motiver l assemblée générale à prendre une décision collective pour le bénéfice d une minorité d occupants. (Si c est votre cas, prenez contact avec l ARC, qui vous expliquera la marche à suivre.) Comme on le voit, rien n est simple... 6

7 B. L amélioration énergétique : un facteur aggravant? Le problème de la ventilation vient s intégrer dans une problématique plus large, qui est celle de la rénovation énergétique des bâtiments, enjeu majeur des années à venir. Actuellement, la consommation d énergie pour chauffer un logement en copropriété est de 260 kwh/ m²/an en moyenne. Pour 2020, les objectifs de consommation fixés par l État sont de 160 kwh/m²/an, puis, pour 2050, de 50 kwh/m²/an. Or, pour atteindre de tels niveaux de consommation, il sera indispensable d isoler les bâtiments, et de les rendre «étanches» à l air. L amélioration énergétique des bâtiments a donc un impact systématique sur la ventilation : en effet, en limitant les entrées d air «parasites», on diminue le renouvellement d air, ce qui cause des problèmes de condensation et de moisissures parfois combattus en augmentant la température à l intérieur des logements. Dans le cadre d une rénovation énergétique, on cherchera donc à apporter des débits d air suffisants dans les logements, en faisant attention à ne pas apporter plus d air que nécessaire. Réduire le renouvellement d air au strict nécessaire permet d éviter de réchauffer inutilement de l air froid extérieur, et permet donc de faire des économies d énergie (et donc de charges!). En hiver, cela est particulièrement appréciable pour les occupants. Rappelons le poids de la ventilation dans les déperditions thermiques en prenant l exemple classique d un immeuble non isolé construit en béton de 20 cm dont la surface vitrée est égale à 40 % de la surface totale. Nous avons les déperditions suivantes : - ventilation = 24 % - fenêtre = 21 % - toit = 9 % - murs = 30 % - plancher bas = 7 % - ponts thermiques = 9 % 100 % 7

8 II. La ventilation naturelle : ce que c est, et comment l améliorer Nous allons d abord étudier les systèmes dits de «ventilation naturelle», qui s opposent à la ventilation «forcée» mécaniquement que nous verrons ensuite. La ventilation naturelle est liée au vent et au «tirage thermique», c està-dire au mouvement d air causé par la différence de température entre l intérieur et l extérieur du logement (l air chaud a tendance à aller en hauteur). L air est extrait au niveau des pièces humides (bain, douche, sanitaires, cuisine) soit par des grilles en façade, soit par des conduits. Ces conduits peuvent être de deux types : individuels ou «shunt». Les conduits individuels relient directement la salle d eau, les sanitaires et la cuisine à la toiture. Les conduits correspondant à différentes pièces ou à différents logements ne communiquent pas entre eux. Ce type d installation a été mis en place dans les bâtiments jusqu au milieu des années Avec le système dit «shunt», les salles de bains ou les cuisines, situées les unes au-dessus des autres, sont raccordées à un conduit vertical. Le conduit vertical et les branchements individuels de chaque logement constituent le conduit «shunt». Ce type d installation a été mis en place dans les bâtiments des années 1955 à

9 A. La ventilation naturelle des pièces «techniques» Ce système de ventilation concerne uniquement les pièces techniques, qui sont en fait les pièces humides, c est-à-dire les salles d eau (bain ou douche), les sanitaires et la cuisine. Ce type de ventilation est également appelé «ventilation pièce par pièce», car la ventilation de chaque pièce est indépendante de celle des autres pièces, c est-àdire qu il n y a pas de circulation d air d une pièce vers une autre (à la différence de la ventilation générale par balayage, que nous verrons après). Ce sont des grilles d aération ou des fenêtres qui permettent l entrée et la sortie d air des pièces humides. Les pièces principales n ont pas de dispositifs spécifiques de ventilation ; l air s y renouvelle soit du fait de l ouverture des fenêtres, soit en circulant par les défauts d étanchéité des fenêtres (voir plus loin). Sortie d air Cuisine Entrée d air Ventilation d une cuisine par grilles basse et haute (sur mur extérieur) Exemple de grille d aération Ce type de ventilation a été mis en place systématiquement dans les constructions neuves à partir de 1958 et a définitivement disparu en 1969, remplacé par la ventilation naturelle générale ou par la VMC. 9

10 B. La ventilation naturelle générale On parle de ventilation générale parce que l on ventile toutes les pièces du logement, et plus uniquement les pièces humides comme précédemment. En copropriété, cette ventilation générale s effectue par «balayage» parce que l air neuf va balayer le logement : il pénètre dans les pièces principales (les moins polluées) par des grilles d aération (similaires à celles que l on rencontre quand on ventile par conduits individuels) puis passe par certains passages de transit (détalonnage sous les portes intérieures, passage d air en périphérie ou grilles de transit) vers les pièces humides (les plus polluées) où il est extrait au niveau des bouches d extraction. Qu est-ce que le détalonnage d une porte? Cela signifie que la porte est décollée du sol (ou sciée) de 1 cm au niveau des sanitaires et de 2 cm au niveau des cuisines (pour les cuisines ayant 2 portes, 1 cm sous chaque porte suffit). Le détalonnage ne doit être mis en place que si la ventilation du logement s opère par balayage. Passage d air sous porte La ventilation naturelle générale a été mise en place dans les constructions neuves de 1969 à 1982, en concurrence avec la VMC, qui l a définitivement supplantée en

11 C. Les améliorations possibles 1. Pourquoi améliorer? Les défauts de la ventilation naturelle La première critique faite par les occupants est l inconfort des grilles d aération (surtout les grilles basses) qui font entrer des courants d air froid. Ces grilles sont donc fréquemment occultées, ce qui réduit le renouvellement d air du logement. De plus, la ventilation naturelle ne permet pas une bonne maîtrise du renouvellement d air. Celui-ci va varier au cours de l année et être souvent trop fort l hiver (d où inconfort et dépenses inutiles de chauffage) ou trop faible les autres saisons. Avec l ajout d isolation (fréquemment un double vitrage), bien souvent l ouverture des fenêtres ne permet plus un renouvellement suffisant, et l on observe l apparition de moisissures. Le vent va également perturber ce type de ventilation, car il va empêcher l air de circuler des pièces les moins polluées vers les plus polluées. Le vent peut aussi causer, dans le cas de conduits shunt, des problèmes de refoulements d air pollué vers les logements : 11

12 2. Comment améliorer une ventilation naturelle? a) Modification des bouches d aération L idéal est d installer des bouches d aération de type «hygroréglable». Prenons le temps de nous attarder sur ce mot, car il est la clé de la principale et presque de la seule innovation que l on peut mettre en place en copropriété. «Hygro» est une racine grecque qui veut dire humide. En effet, un élément hygroréglable (entrée d air ou bouche d extraction) contient une membrane qui se contracte ou qui se dilate en fonction de la quantité d humidité présente dans la pièce. Entrée d air et grille d extraction hygroréglables (Acthys) En respirant, les occupants rejettent de la vapeur d eau, et l humidité d une pièce occupée augmente. L entrée d air et la bouche d extraction vont donc s ouvrir un peu plus pour permettre à l air d entrer, en fonction des besoins réels. À l inverse, dans une pièce inoccupée, l entrée d air et la bouche d extraction laisseront passer moins d air, permettant ainsi d avoir à éviter l arrivée de trop d air froid (qu il faudra réchauffer... d où gaspillage). Les entrées d air récentes sont souvent également «acoustiques», c est-à-dire qu elles permettent aussi d atténuer la transmission des bruits extérieurs vers le logement. Attention, il ne faut pas confondre les bouches hygroréglables avec les bouches autoréglables. Les bouches autoréglables sont des modèles de conception plus ancienne, capables uniquement de maintenir un débit d air constant à la valeur souhaitée. Les bouches hygroréglables sont plus intéressantes à la fois en termes de confort et d économie d énergie, car elles sont capables, en plus, d adapter les débits d air en fonction de l utilisation des pièces. 12

13 b) Extracteurs «stato-mécaniques» Pour améliorer une ventilation naturelle, on peut installer en toiture, sur les conduits individuels ou sur le conduit collectif «shunt», un équipement destiné à assister le tirage naturel lorsque celui-ci devient trop faible, c est-à-dire quand l air extérieur est doux (en journée, ou du printemps à l automne). Cet équipement assiste le tirage naturel grâce à un système de pâles fonctionnant à l électricité, dont la rotation est déclenchée soit par une horloge préréglée en fonction de l heure et des saisons, soit à l aide d une sonde de température (thermomètre) ou de vent (anémomètre). On appelle ce dispositif «extracteur stato-mécanique» car il est statique quand les pâles ne tournent pas, et mécanique quand elles tournent. On l appelle aussi «ventilation hybride». La mise en place d un extracteur stato-mécanique combinée au remplacement des entrées d air et des bouches d extraction par des systèmes hygroréglables constitue la meilleure des solutions réalistes pour améliorer une ventilation naturelle. D autres solutions sont théoriquement plus performantes, mais leur mise en œuvre en copropriété est souvent impossible. Si vous souhaitez connaître ces alternatives, nous avons indiqué quelques références à la fin de ce guide, pour vous permettre d aller plus loin. 13

14 c) Extracteurs électriques individuels On peut remplacer une grille haute d aération située en façade par un extracteur électrique. Cet extracteur aura pour rôle d extraire l air en continu ou à la demande de l habitant ; de cette façon, l extraction d air ne dépend plus uniquement du tirage thermique. Extracteur en traversée de façade Extracteur en traversée de vitre Cette solution est une solution «par défaut», plus coûteuse et moins performante que les autres solutions, que l on met en place uniquement quand le syndicat de copropriétaires n est pas décidé à résoudre le problème au niveau collectif. 3. Le problème de l amélioration de la ventilation des immeubles les plus anciens Le problème de la ventilation des immeubles du XIXe siècle est particulièrement difficile. Si on ne touche pas au bâti, la conception du bâtiment fait qu il n y a pas de problème de renouvellement d air. Mais dès que l on isole, que ce soit avec du double vitrage, une isolation par l intérieur ou par l extérieur (possible souvent uniquement pour les façades sur cour), on court le risque d un défaut de ventilation et donc de voir apparaître de l humidité, des moisissures... Les solutions envisagées habituellement sont l ajout d entrées d air au niveau des fenêtres, la réutilisation des conduits de fumée pour extraire l air des pièces et éventuellement l ajout d extracteurs électriques individuels. Pour ne pas faire d erreur, il faut étudier ce problème très attentivement avec votre maître d œuvre et se méfier de ceux qui négligeraient ces problèmes de ventilation. 14

15 III. La ventilation mécanique contrôlée (VMC) : ce que c est, et comment l améliorer A. Comment doit fonctionner une VMC? Cette ventilation est dite «contrôlée» car elle permet, si elle est bien conçue et bien entretenue, d assurer un renouvellement d air constant toute l année, ce dont même une ventilation hybride (voir chapitre précédent) n est pas capable. La ventilation mécanique s effectue à l aide d un extracteur (ou caisson d extraction) placé en toiture qui va aspirer l air des logements à travers un réseau de gaines étanches (à la différence des conduits utilisés en ventilation naturelle), pour le rejeter à l extérieur. Toutes les pièces des logements sont ventilées par balayage, selon le même principe que nous avons présenté pour la ventilation naturelle générale. Les débits d air sont déterminés à la conception de l installation en fonction de la réglementation et du nombre de pièces et du type de logement. 15

16 Ce type de ventilation a été mis en place dans les constructions neuves à partir de De 1969 à 1982, il a été en concurrence avec la ventilation naturelle générale, qu il a définitivement supplantée en Caisson d extraction situé en toiture (Aldes) Installations de VMC en toiture terrasse B. Comment améliorer sa VMC? La VMC est un système de ventilation efficace, à condition que l installation soit correctement dimensionnée, bien réalisée et bien entretenue On peut certes améliorer une VMC en remplaçant les entrées d air et les bouches d extraction existantes par des bouches hygroréglables (voir les détails au chapitre précédent). Il est alors généralement nécessaire de changer également le caisson d extraction. Entrée d air et bouche d extraction hygroréglables (Aldes) 16

17 Mais les principaux problèmes liés à la VMC concernent l entretien, à la fois sur les équipements des parties communes et des parties privatives. L entretien a plus d importance en VMC qu avec les autres systèmes de ventilation, car le fonctionnement de chaque élément d une VMC a un impact sur les autres : une entrée d air obstruée dans un logement (souvent parce qu on ne sait pas à quoi elle sert) peut perturber le fonctionnement de la ventilation dans d autres logements. Si une installation est mal entretenue, les désagréments peuvent devenir très importants au fil des ans. On recense fréquemment des courants d air, sifflements, mauvaises odeurs ou de l humidité. Nous allons voir comment on peut résoudre simplement ces problèmes. 1. Pourquoi les VMC vieillissent souvent mal? Raison n 1 : les équipements encrassés Tous les équipements de VMC (entrées d air, bouches d extraction, conduits, extracteurs) doivent être nettoyés régulièrement. Sinon, on rencontrera toutes sortes de nuisances : manque de ventilation, sifflements, développement de moisissures D autre part, un conduit encrassé ralentit l air et entraîne un manque de ventilation. Si des hottes de cuisine sont raccordées au conduit de ventilation, ce qui est interdit par l article 14 de l arrêté du 24 mars 1982, ce sera la «catastrophe». Pour savoir s il n y a pas de gros problèmes, observez les gaines, qui sont plus facilement visibles en toiture, et repérez d éventuelles traces de rouilles ou des trous. Raison n 2 : le changement d équipement ne respecte pas toujours le dimensionnement d origine - Entrées d air et bouches d extraction Ces éléments sont dimensionnés à l origine en cohérence avec les besoins de ventilation des logements (nombre de pièces, type de logement, appareils à gaz raccordés) selon les autres équipements de la VMC. C est pour cela que lorsqu on remplace une entrée d air il faut veiller au type d entrée d air (hygroréglable ou autoréglable) et à leur dimension. Le bon réflexe : lors d un changement de bouche, il faudra demander au technicien qu il enregistre la dépression (ou aspiration) au niveau de la bouche. Cette information sera indispensable pour savoir si la bouche est bien posée et dimensionnée. - Passages de transit Les passages de transit permettent de laisser passer l air des pièces principales (séjour, chambres) vers les pièces humides (cuisine, salle de 17

18 bains, WC) où l air est ensuite extrait. Ces passages sont permis grâce au détalonnage sous les portes intérieures, à un passage d air en périphérie ou à des grilles de transit installées sur les portes (voir premier chapitre). Il faut veiller à ce qu il n y ait pas de modification non justifiée. S il est vétuste, il risque de ne plus aspirer les débits prévus, et les appartements éloignés peuvent être mal ventilés. Si l extracteur ne possède pas d alarme, on risque de ne pas être averti en cas d arrêt ou de dysfonctionnement du ventilateur. 2. Comment obtenir un bon entretien de sa VMC? La réglementation L article 101 de l arrêté du 31 janvier 1986 rend obligatoire une fois par an l entretien des installations de VMC, mais sans préciser les opérations en question. Pour la VMC gaz, c est l arrêté du 30 mai 1989 qui définit l obligation d inspection des installations de sécurité avec des fréquences d intervention précises. Les opérations d entretien Les contrats d entretien classiques ne prévoient généralement qu un contrôle des caissons d extraction (changement de la courroie), ce qui est bien, mais très insuffisant Voici nos recommandations pour un entretien correct : Détails des opérations VMC normale VMC gaz Vérification, conformité et fonctionnement correct du ventilateur, bouches et entrées d air, changement Tous les ans Tous les ans de courroie (prise de pression, de débit, contrôle électrique) Nettoyage complet et remplacement, si nécessaire, du ventilateur, des Tous les 3 ans Tous les ans gaines, bouches et entrées d air Contrôle et réglage global de l installation Tous les 5 ans Tous les 5 ans Vérification du dispositif de sécurité collectif en totalité (sur chaque chaudière) - Tous les 5 ans 18

19 Nous conseillons que les prestations d entretien et de contrôle nécessaires tous les 3 ou 5 ans soient intégrées au contrat d entretien et rémunérées de préférence sous forme de forfait, d où l intérêt d avoir des contrats de cette durée pour être sûr que ces opérations soient effectuées. L entretien des VMC gaz Une VMC gaz combine l aération des logements avec l extraction des gaz brûlés des chaudières individuelles fonctionnant au gaz. Les gaz brûlés mélangés avec le rejet de l air du logement sont évacués par le réseau de la VMC. Par conséquent, si la VMC fonctionne mal, il y a un risque d intoxication mortelle. Avec une VMC gaz, il est donc obligatoire d avoir un DSC (dispositif de sécurité collective), qui coupe les appareils à gaz raccordés si la VMC est en panne. L entretien des VMC gaz nécessite une réelle qualification de la part de l entreprise. Il est fortement conseillé de faire appel au même prestataire pour ce qui est de l entretien des générateurs individuels gaz et celui de la VMC (cohérence technique et efficacité pratique). À noter : les chaudières étanches, aussi appelées à ventouses, ne doivent pas se conformer aux obligations de la VMC gaz, mais à celles de la VMC «classique». L entretien des éléments en parties privatives Le syndicat des copropriétaires a souvent des difficultés à intervenir sur les parties privatives : conduits en parties privatives, bouches d extraction, entrées d air. L entretien des conduits en parties privatives ne peut se faire que par l intérieur des logements, et nécessite de prendre des précautions afin d éviter l entrée de poussières dans les logements. L entretien des bouches d extraction et des entrées d air peut être fait par l occupant. Cette opération n est pas compliquée, mais il peut s avérer difficile, pour une personne âgée, d accéder à ces éléments situés en hauteur. Pour cela, vous pouvez contacter le fabricant des bouches afin qu il vous envoie la fiche d entretien. Il est également possible de les trouver sur les sites Internet des fabricants. Le meilleur moyen reste donc l information, notamment lors de l envoi du questionnaire ou par un affichage dans les parties communes. 19

20 Conseils pratiques pour s assurer qu un prestataire effectue bien l entretien : Avant l intervention : 1. Demander au prestataire ses attestations de qualification (Qualibat, attestation de stage sur l entretien d une VMC...). 2. Vérifier que l affichage est effectué au moins huit jours avant le passage du technicien dans les logements et préparer les occupants à l ouverture des portes... Pendant l intervention : 1. Contrôler que le technicien possède des appareils de mesure (débitmètre ou déprimomètre) lors de ses interventions de maintenance ; ce n est pas souvent le cas et c est pourtant indispensable. 2. Vérifier le temps passé par le technicien pendant l entretien de vos installations. 3. En terrasse : (ce n est pas toujours le cas) ; ouvrir les tés de souches et contrôler que les gaines sont bien nettoyées. 4. Pour les installations de VMC gaz, le technicien doit mettre à l arrêt le (ou les) caisson(s) d extraction en terrasse et doit contrôler, par sondages, que les chaudières individuelles s arrêtent (à faire tous les 5 ans et à compléter par la fourniture d une attestation d essai). 5. Exiger de savoir quels logements n ont pas été visités et agir en conséquence. Coût de l entretien À titre d information, le prix moyen d un contrat d entretien se calcule sur la base du taux horaire d un technicien qualifié, multiplié par le temps passé (1 heure en moyenne) et par le nombre de logements. Tâche Entretien du caisson et mesure de pression, de débit, contrôle électrique Ramonage des colonnes communes Coût Entre 150 et 250 TTC par caisson 120 TTC par colonne (2 étages) 300 TTC (6 étages) Le nettoyage des gaines peut dans certains cas nécessiter la création de trappes de ramonage. Il faut compter environ 30 TTC de frais d installation par bouche. 20

21 Et si les problèmes persistent? Si malgré un bon entretien, la ventilation pose toujours des problèmes, c est qu il y a probablement un problème de conception ou de réalisation de la VMC. Il est alors nécessaire de faire un premier diagnostic. 3. Et si les problèmes persistent? Méthode d approche Accéder à tous les logements prend du temps, la première chose à faire est donc de s assurer que les équipements des parties communes (blocs d extraction, réseau de gaines) sont bien entretenus : Ensuite il faut sensibiliser et informer les occupants. Pour cela vous trouverez un questionnaire très simple en annexe, permettant d une part de savoir si des problèmes de confort sont rencontrés et d autre part de repérer éventuellement les «zones sensibles» où un problème se répète. Ce questionnaire est également l occasion de faire passer les informations utiles sur la ventilation, liées à l entretien des entrées d air et des bouches et, si nécessaire, d expliquer à quoi cela sert, comment cela marche, comment fonctionne le système et enfin de renseigner sur les modalités d entretien ou de remplacement. Une fois les réponses réunies, il faut réussir à visualiser les problèmes rencontrés sur un plan. Pour cela il est utile de faire un plan du réseau de VMC car les réseaux peuvent être tortueux et desservir plusieurs logements. Grâce à cela vous pourrez voir si une colonne est particulièrement touchée et cela facilitera la compréhension du réseau par les professionnels intervenants sur le réseau. Le bilan aéraulique : la mesure des débits d air Cette opération consiste à savoir si le débit d air extrait est correct dans plusieurs logements témoins et si l installation est bien dimensionnée. Pour cela il faut demander au technicien de maintenance de mesurer la pression de l air au niveau de l extracteur, et au niveau des bouches des logements les plus éloignés ou de ceux posant problèmes. Cette opération peut se faire une fois les premières actions mises en place, afin de constater leur efficacité et leur bonne mise en œuvre. 21

22 B. Et si les problèmes persistent encore? Dans ce cas, il va être nécessaire de faire appel à un bon bureau d études. Contactez l ARC qui vous aidera à faire le bon choix. Pour aller plus loin Vous avez peut-être entendu parler d un système récent, appelé VMC «double flux», qui est le système de ventilation le plus performant actuellement. Dans ce guide, nous n avons traité que de la VMC appelée «simple flux», car la VMC double flux ne se fait jamais en rénovation de copropriété. Mais si ce sujet vous intéresse, ou si vous souhaitez prendre connaissance d autres options de rénovation théoriquement possibles, vous pouvez consulter les guides suivants : - Rénovation et ventilation, habitat collectif Aide au choix de solutions, ALDES, téléchargeable sur le site d ALDES - Ventilation des bâtiments existants Préconisations pour améliorer les performances des installations Guide pratique, téléchargeable sur le site du CETIAT ou de air.h - Diagnostic des installations de ventilation dans les bâtiments résidentiels et tertiaires Guide pratique DIAGVENT, téléchargeable sur le site du CETIAT ou de air.h - Copropriété : le temps des économies d énergie et du développement durable ARC, en vente à l ARC - Les éco-bilans ARC, téléchargeables gratuitement sur le site Internet de l ARC : BES : Eau : Électricité : Annexes pratiques Annexe 1 : enquête de confort Annexe 2 : les grands systèmes de ventilation 22

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13

Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif de l audit énergétique de la copropriété 1 relais de la Poste à RANTIGNY 25/11/13 Récapitulatif du l audit énergétique de RANTIGNY 1 Sommaire I. Introduction... 3 II. Visite du site... 4

Plus en détail

Réduire sa facture énergétique, panorama complet. Obligations réglementaires, aides, etc.

Réduire sa facture énergétique, panorama complet. Obligations réglementaires, aides, etc. Réduire sa facture énergétique, panorama complet Obligations réglementaires, aides, etc. VILLE DE SAINT-MANDE: LES ACTIONS EN DIRECTION DES COPROPRIETES CONSTAT: 80% du parc immobilier de Saint-Mandé est

Plus en détail

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables

Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Accordons nos projets Rénover les logements sociaux avec le gaz naturel et les énergies renouvelables Les équipes de GrDF au service des bailleurs sociaux pour une rénovation durable de leur patrimoine

Plus en détail

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ).

LEXIQUE BATIMENT. Air neuf : Air extérieur introduit à l intérieur des logements par des dispositifs adaptés (fenêtres, entrées d air, ). LEXIQUE BATIMENT ACERMI : Association pour la certification des matériaux isolants. La certification ACERMI garantit pour l isolant un niveau de qualité et permet de connaître ses caractéristiques, indispensables

Plus en détail

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème

Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Audit Énergétique Résidence Le Belvédère à Paris 19 ème Partie concernant les bâtiments de logements Thermique et Scénarios de rénovation 10, rue des Bluets 75011 Paris Tél : 01 55 43 97 07 37-39 Avenue

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?»

Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Formation Bâtiment Durable : «Polluants intérieurs: comment les limiter?» Bruxelles Environnement VENTILATION: DIAGNOSTICS ET DISPOSITIFS POUR GARANTIR LA QUALITÉ DE L AIR DANS LES ÉCOLES Catherine MASSART

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements

Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Remplacement des chaudières dans les immeubles d appartements Xavier Kuborn 7 octobre 2014 Avec le support de la guidance technologique éco-construction et développement durable de la Région de Bruxelles-Capitale

Plus en détail

Exemple d une résidence située dans les Yvelines

Exemple d une résidence située dans les Yvelines Exemple d une résidence située dans les Yvelines 4 bâtiments de R+4 étages 97 lots Date de construction : 1969 Chauffage au sol raccordé au chauffage urbain de la ville (Délégation de Service Public )

Plus en détail

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch

Bien rénover son bâtiment Genève février 2014. Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover son bâtiment Genève février 2014 Pierre André Seppey Physeos SA Sion pa.seppey@physeos.ch Bien rénover programme Enjeux énergétiques à venir Bien comprendre sa consommation d énergie Comment

Plus en détail

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE

DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE TERTIAIRE DATE : 14/02/2011 N AFFAIRE : 003387/2255629/1/1 ANNEE DE CONSTRUCTION : NON COMMUNIQUE SURFACE UTILE : 489.44 TYPE DE BATIMENT : IMMEUBLE D HABITATION + BUREAUX TYPE D ACTIVITES : ADMINISTRATION - BUREAUX

Plus en détail

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR :

Arrêté du XXXX. relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l'écologie, du développement durable, des transports et du logement Arrêté du XXXX relatif au contenu et aux modalités de réalisation d un audit énergétique NOR : La ministre

Plus en détail

Cet ouvrage est destiné aux petites entreprises et artisans électriciens ou climaticiens.

Cet ouvrage est destiné aux petites entreprises et artisans électriciens ou climaticiens. SOLUTIONS DE VENTILATION DANS L'HABITAT INDIVIDUEL OBJET Cet ouvrage est destiné aux petites entreprises et artisans électriciens ou climaticiens. Il a pour but de les sensibiliser aux problèmes de ventilation

Plus en détail

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier

le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Étanchéitéàl air le 06 Octobre 2010 Opportunité Nouveau métier Les rencontres du Groupe PROTEC - CONFERENCE Qui sommes nous? Bureau de mesure et contrôle de la perméabilité à l air Formations en Infiltrométrie

Plus en détail

Les conseils utiles pour votre logement

Les conseils utiles pour votre logement Les conseils utiles pour votre logement Habitat Nord Deux-Sèvres 7 rue Claude Debussy - 79 100 THOUARS w w w. h a b i t a t - n o r d 7 9. f r Aujourd hui, vous prenez possession de votre nouvelle habitation.

Plus en détail

l entretien des chaudières

l entretien des chaudières Préservez et améliorez les performances de votre installation de chauffage : l entretien des chaudières L H A B I T A T I N D I V I D U E L pour un chauffage sûr et efficace Votre logement est équipé d

Plus en détail

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK

BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK 1 BILAN ÉNERGÉTIQUE DE LOGEMENTS DANS UN QUARTIER PILOTE DE SCHAERBEEK Les problématiques environnementales dues à une trop grande consommation d énergie ne peuvent plus être négligées aujourd hui. La

Plus en détail

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre?

Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Questions pratiques: Comment éviter la condensation sur la vitre intérieur de ma fenêtre? Qu est-ce que la condensation? L air contient de la vapeur d eau en suspension. Des études spécialisées démontrent

Plus en détail

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR

EN CAS DE DÉFAUT DE CONSTRUCTION, CONTACTER D ABORD LE CONSTRUCTEUR L ASSURANCE DOMMAGE-OUVRAGE NE REMPLACE PAS LE SERVICE APRÈS-VENTE DU CONSTRUCTEUR La garanties Dommage-Ouvrage qu est ce que c est? Vous êtes propriétaire d une maison que vous avez fait construire depuis moins de 10 ans. Un désordre lié à la construction apparaît. Vous avez souscrit

Plus en détail

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage

Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Formation «maîtrise des charges et développement durable» Le chauffage Christophe Bresson, CLCV Emilie Oddos, CNL 38 David Gonnelaz, ALE Christophe Weber, Maison de l Habitant Maison de l Habitant AU PROGRAMME

Plus en détail

Résidence des Badinières

Résidence des Badinières Résidence des Badinières Bienvenue à la 2 ème réunion d information et d échange «chauffage et eau chaude sanitaire» 22 janvier 2010 Réunion "chauffage" des Badinières 1 Sommaire Le contexte général (national)

Plus en détail

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits

mode d emploi PROTÉGEZ LA VIE DE CEUX QUE VOUS AIMEZ 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen d urgence gratuits PROTÉGEZ LA VIE E CEUX QUE VOUS AIMEZ mode d emploi 18 Z Z Z 18 Sapeurs-Pompiers 15 Samu 112 N d urgence européen Les numéros d urgence gratuits Cette brochure peut vous sauver la vie, ne la jetez pas,

Plus en détail

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc

FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc FICHE ROL DEPARTEMENT DU TARN RELEVE D OBSERVATION LOGEMENT (ROL) I:\ENVIR\CB\2008\HABITAT\guide as\fiche ROL.doc Le ROL est un document à usage des intervenants de terrain non techniciens du bâtiment.

Plus en détail

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire

Sommaire. Références 138. 8 Le diagnostic gaz - Sommaire. Le diagnostic gaz - Sommaire Sommaire Chapitre 1. Qu est-ce qu une installation gaz? 10 Généralités 11 1.1 Comment ça marche? 12 1.2 Définitions 14 1.3 Les appareils 19 Chapitre 2. Les tuyauteries fixes 28 Généralités 29 2.1 Tuyauteries

Plus en détail

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage»

Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Comment bien utiliser votre assurance «Dommages-Ouvrage» Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité des constructions. Il a été rédigé

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE

Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Formation Bâtiment Durable : ENERGIE Bruxelles Environnement Assurer une bonne étanchéité à l air de l enveloppe dans les bâtiments neufs et en rénovation Aline Branders PLATE-FORME MAISON PASSIVE asbl

Plus en détail

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE

36% T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE T.Flow VMC hygroréglable & chauffe eau thermodynamique QUAND LA VENTILATION RÉINVENTE L EAU CHAUDE. BÉNÉFICIEZ DE 36% DE CRÉDIT D'IMPÔTS Loi de finance 2011 T.Flow Un système révolutionnaire 2 en 1 Seul

Plus en détail

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension)

Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Fiche d application : Partie nouvelle d un bâtiment existant (extension) Date Elaboration de la fiche Version 8 juillet 2013 1 Préambule Cette fiche d application précise les modalités de prise en compte

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE

TOUT SAVOIR SUR LE CHAUFFAGE DÉCO Ambiance automnale pour décor original Rangements, mobilier, cloisons, peinture AMÉNAGER LES PETITS ESPACES Incendie, cambriolage ON S'ALARME! BÉTON, CUIVRE, ZINC, ALU, BOIS Rénovation durable du

Plus en détail

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE?

QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? QU EST-CE QU UN CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE? > Le chauffe-eau thermodynamique est un appareil de production d eau chaude sanitaire. Il se compose d une pompe à chaleur et d une cuve disposant d une isolation

Plus en détail

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr

Tél. : 02 99 09 13 30 Fax 09 70 61 39 31 contact@edelweiss-expertises.fr www.edelweiss-expertises.fr Comment choisir un isolant pour les murs Avec16% des déperditions de chaleur qui passent par les murs l isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation après l isolation de la toiture. Les caractéristiques

Plus en détail

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE

VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE le climat et l'environnement du bâtiment Pourquoi ventiler? VENTILATION POUR LE CONFORT D ETE La ventilation consiste à renouveler l air d une pièce ou d un bâtiment. Elle agit directement sur la température

Plus en détail

Les équipements performants dans l habitat

Les équipements performants dans l habitat Les équipements performants dans l habitat Ventilation performante La ventilation mécanique contrôlée (VMC) Pour une maison performante et saine, il est indispensable d opter pour une VMC. Le principe

Plus en détail

Le guide de la VMC. Ventilation mécanique contrôlée. éditions

Le guide de la VMC. Ventilation mécanique contrôlée. éditions Le guide de la VMC Ventilation mécanique contrôlée éditions Le guide de la VMC Ventilation mécanique contrôlée Mieux comprendre pour bien choisir! éditions Plus de 370 guides pratiques Sites web Livres

Plus en détail

Entretien et Réparations dans votre logement

Entretien et Réparations dans votre logement Ce document est important pour vous. Conservez-le soigneusement. Extérieurs Entretien et Réparations dans votre logement Ce document reprend l ensemble des équipements de votre logement et vous indique,

Plus en détail

Obligations et points règlementaires

Obligations et points règlementaires Travaux d économie d énergie A quoi s attendre en copropriété? Obligations et points règlementaires Vendredi 15 novembre 2013 Vanessa BARO Obligation : Audit Energétique / Diagnostic de Performance Energétique

Plus en détail

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE

CERTIFICAT DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Rue Knapen 11 100 SCHAERBEEK Superficie brute: 242 m² 1 Performance énergétique du bâtiment Très économe

Plus en détail

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines

Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Note technique : Rénovation thermique des gîtes de Tayac et Taurines Réalisé par : Arnaud Larvol Conseiller énergie Pays Ruthénois 6, avenue de L Europe 12 000 Rodez 05.65.73.61.70 a.larvol@pays-ruthenois.f

Plus en détail

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON

CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON CHECK-LIST POUR UNE PREMIÈRE VISITE DE MAISON 1 PREMIÈRE PRISE DE CONNAISSANCE DE LA MAISON La maison est-elle bien raccordée au réseau d assainissement? Si

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 72 rue de Rome 59 100 Roubaix Informations

Plus en détail

thermodynamiques installés?

thermodynamiques installés? Quelle est l efficacité des chauffe-eau thermodynamiques installés? L efficacité énergétique réelle des chauffe-eau thermodynamiques installés est sans aucun doute intéressante, notamment par rapport à

Plus en détail

Qu est-ce qu un logement décent?

Qu est-ce qu un logement décent? direction générale de l Urbanisme de l Habitat et de la Construction Guide d évaluation Qu est-ce qu un logement décent? Que vous soyez propriétaire ou locataire Quelques éléments de réponse... Octobre

Plus en détail

Contrôle thermographique Tarifs et prestations :

Contrôle thermographique Tarifs et prestations : 20 rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN technimursdeveloppement@gmail.com Tél : 02.54.98.50.15 Mr et Mme DUPONT 20 Rue Emile ZOLA 41200 ROMORANTIN Contrôle thermographique Tarifs et prestations : Habitations

Plus en détail

Copropriétés des économies à tous les étages

Copropriétés des économies à tous les étages Copropriétés des économies à tous les étages Gaël BOGOTTO EIE Marseille Provence Programme Introduction Les avancés du Grenelle II de l Environnement Les économies d énergie en copropriété Solutions Démarche

Plus en détail

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42

Etanchéité à l air dans la construction bois. Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Etanchéité à l air dans la construction bois Marc DELORME Inter Forêt-Bois 42 Pourquoi des bâtiments étanches à l air? Ne pas confondre : étanchéité à l air et confinement Une bonne étanchéité à l air

Plus en détail

Ventilation : Mesure et réglage des débits

Ventilation : Mesure et réglage des débits Ventilation : Mesure et réglage des débits Samuel Caillou Division Climat, Equipements et Performance Energétique CSTC - Pourquoi régler les débits? Pour avoir le bon débit au bon endroit Qualité d air

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue d'ougrée N : 211 Boîte : 011 CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : CP : 4031 Localité : Angleur Type de bâtiment : Appartement Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : Numéro de référence du permis : Construction : avant 1971 ou inconnu Version du protocole: 17/07/2013

Plus en détail

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593

OFFRE DE SERVICE. Référence : GA/NT/P.180613593 Etudes & Contrôles thermiques 38, avenue du Midi - 91760 ITTEVILLE Tél. : 01 69 90 86 10 - Fax : 01 69 90 91 59 Adresse postale: BP 70017-91610- BALLANCOURT E-mail : bet.ecic@wanadoo.fr - Site : www.bet-ecic.fr

Plus en détail

(*) SE PASSER DE SON CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE? 3/10/2014 U R E. POURQUOI se poser la question? Que faire?

(*) SE PASSER DE SON CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE? 3/10/2014 U R E. POURQUOI se poser la question? Que faire? SE PASSER DE SON CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE? Soirée d information 23 septembre 2014 Guides Énergie Neupré U R E UTILISATION RATIONNELLE (*) DES ÉNERGIES 1 * Démarche qui consiste à consommer moins d énergie

Plus en détail

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1)

IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) IDENTIFIER LES ELEMENTS CLES D UNE OFFRE GLOBALE D AMELIORATION ENERGETIQUES DES BATIMENTS (MODULE 1) Public visé Chefs d entreprise Artisans Chargés d affaire Conducteurs de travaux Personnels de chantier

Plus en détail

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien.

LE CHAUFFAGE. Peu d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. Pas d entretien. Pas d entretien. Entretien. fréquent. Peu d entretien. LE CHAUFFAGE 1. LE CHAUFFAGE ELECTRIQUE Le chauffage électrique direct ne devrait être utilisé que dans les locaux dont l isolation thermique est particulièrement efficace. En effet il faut savoir que

Plus en détail

Systèmes de ventilation double flux CWL

Systèmes de ventilation double flux CWL Economie d énergie et respect de l environnement de série Systèmes de ventilation double flux CWL CWL 180 : jusqu à 180 m 3 /h CWL 300 : jusqu à 300 m 3 /h avec ou sans bypass CWL 400 : jusqu à 400 m 3

Plus en détail

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA

Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Amanlis le 10 mai 2014 AUDIT THERMIQUE EHPAD LANGOURLA Cet Audit de l existant a été effectué suite à la visite du 17/02/2014. Il prend en considération tous les points ayant un rattachement à la thermique

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement

Bailleur / Locataire. Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement Bailleur / Locataire Qui fait quoi? Entretien et réparations de votre logement En matière d entretien des logements, la règlementation fixe quelles sont les interventions à la charge du bailleur et celles

Plus en détail

Bâtiments économes en énergie

Bâtiments économes en énergie Bâtiments économes en énergie > Construction neuve et rénovation ECONOMIES D ÉNERGIE CONFORT ET QUALITÉ DE VIE DURABILITÉ DU BÂTI PROTECTION DE L ENVIRONNEMENT Les bâtiments économes en énergie ou «basse

Plus en détail

Bilan thermique et social simplifié

Bilan thermique et social simplifié Bilan thermique et social simplifié Fiche descriptive logement 34 Maître d Ouvrage d Insertion : Pact Métropole Nord 25 rue de Lille 59 057 Roubaix Adresse logement : 32 quai de Rouen 59 100 ROUBAIX Informations

Plus en détail

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP guide Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG lot CVC Avant-propos AVANT-PROPOS CHAUFFAGE... 1 CLIMATISATION... 2 GESTION TECHNIQUE CENTRALISÉE 3

Plus en détail

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale

CHAUFFAGE. choisissez intelligemment votre confort POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale POURQUOI PAS DES ÉCONOMIES D ÉNERGIE? CHAUFFAGE choisissez intelligemment votre confort Avec le soutien de la Région de Bruxelles-Capitale AGENCE BRUXELLOISE DE L ÉNERGIE Le Centre Urbain asbl Chauffage

Plus en détail

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne

Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Rénovation énergétique d'une petite maison mitoyenne Avant rénovation La maison comporte un rez de chaussée et un étage sous combles (mansardé). Elle se compose d'une partie ancienne et d'une partie nouvelle

Plus en détail

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Rue Bois du Foyau N : 6 Boîte : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : CP : 1440 Localité : Braine-le-Château Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 24/06/1992 Numéro de référence du permis : 92/39 Construction : 1993 Version

Plus en détail

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes

UNIS. Ce que tout copropriétaire doit connaître COLLECTION LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR. Les parties privatives et les parties communes UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 3 TOUT SAVOIR SUR Les parties privatives et les parties communes Vous êtes propriétaire de votre appartement dans un immeuble en copropriété.

Plus en détail

Les chaudières au gaz naturel

Les chaudières au gaz naturel Les chaudières au gaz naturel Sommaire Les chaudières au gaz naturel avec Gaz de France DolceVita P.4 P.6 P.8 P.10 P.14 P.16 P.18 P.20 P.22 P.23 Comment ça fonctionne? Les chaudières à condensation Les

Plus en détail

Bien ventiler votre logement. Guide de bonne gestion en 8 questions

Bien ventiler votre logement. Guide de bonne gestion en 8 questions Bien ventiler votre logement Guide de bonne gestion en 8 questions Mai 2015 PREAMBULE BIEN VENTILER SON LOGEMENT EST PRIMORDIAL AFIN DE GARANTIR UN LOGEMENT SAIN! Dans près de 95% des cas, les problèmes

Plus en détail

Association des Responsables de Copropriété

Association des Responsables de Copropriété Association des Responsables de Copropriété L ARC, Association des Responsables de Copropriété, est une association à but non lucratif (loi de 1901) créée en 1987. Elle est implantée, en 2015, sur plus

Plus en détail

Jeudi de l ALEC Centrale de traitement d air (CTA) Rénovation du siège de PLURALIS

Jeudi de l ALEC Centrale de traitement d air (CTA) Rénovation du siège de PLURALIS Jeudi de l ALEC Centrale de traitement d air (CTA) Rénovation du siège de PLURALIS Intervenant : Rémy ROSSILLON Bureau d étude Sixième Sens Ingénierie Sixième sens Ingénierie est membre du GIE ICARE 1/

Plus en détail

Eau chaude à partir de demain plus qu il n en faut

Eau chaude à partir de demain plus qu il n en faut SYSTEME DE VENTILATION A CONDUIT UNIQUE Eau chaude à partir de demain plus qu il n en faut LIMODOR-Plus se charge de couvrir vos besoins quotidiens en eau chaude LIMODOR-PLUS La ventilation confort au

Plus en détail

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50

D i a g n o s t i q u e u r I m m o b i l i e r Tél. 04 94 19 18 39 Port. 06 60 96 06 83 Fax 04 94 19 22 50 A DIAGNOSTIC DE PERFORMANCE ENERGETIQUE Logement (6.2) Décret n 2006-1114 du 5 septembre 2006, Décret n 2006-1147 du 14 septembre 2006, Arrêtés du 15 septembre 2006 INFORMATIONS GENERALES N de rapport

Plus en détail

Diagnostic thermique sur une amiénoise

Diagnostic thermique sur une amiénoise Diagnostic thermique sur une amiénoise Par Jordi Hubert Ingénieur thermicien Bureau d études Pic Energie SCOP Ekidina Note synthétique Isolation des murs : Laine de bois à privilégier Il s avère que lors

Plus en détail

Fiches Techniques Bâtiment

Fiches Techniques Bâtiment Fiches Techniques Bâtiment Bâti Comment faire des économies? Aide Les déperditions par le bâti comptent jusqu à 50% de la consommation énergétique des bâtiments. La performance énergétique est donc une

Plus en détail

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne

Sommaire. Chauffage et PEB en Région wallonne Chauffage et PEB en Région wallonne Exigences, enjeux, solutions techniques ir. Nicolas SPIES Conseiller énergie à la CCW Le 13 mai 2009 Sommaire 1. La conjoncture énergétique 2. Nouvelle réglementation

Plus en détail

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical

Copropriété. Syndical en. Je veux entrer au Conseil Syndical Copropriété Le Conseil Syndical en 10 Questions Je veux entrer au Conseil Syndical Association des Responsables de Copropriété 29, rue Joseph Python 75020 PARIS Tél. : 01 40 30 12 82 Fax : 01 40 30 12

Plus en détail

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES

L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES L AUDIT ENERGETIQUE POUR IMMEUBLE UNIFAMILIAL ET IMMEUBLE EN COPROPRIETE DES ECONOMIES FACILES ARCHITECTURE ET CREATION Rue Jules Antheunis n 44/1-7030 MONS - Tél. : 065/36.46.07 & Fax : 065/35.50.09 -

Plus en détail

Besoin en puissance d une chaufferie

Besoin en puissance d une chaufferie Besoin en puissance d une chaufferie Le surdimensionnement fréquent des anciennes chaufferies trouve son origine dans le fait que les chauffagistes ou les bureaux d'étude avaient pour habitude de prendre

Plus en détail

Réussir son installation domotique et multimédia

Réussir son installation domotique et multimédia La maison communicante Réussir son installation domotique et multimédia François-Xavier Jeuland Avec la contribution de Olivier Salvatori 2 e édition Groupe Eyrolles, 2005, 2008, ISBN : 978-2-212-12153-7

Plus en détail

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie

Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Du projet à la réalisation Construction d une maison HQE à basse consommation d énergie Lay Saint Christophe 54 «Notre projet est né en 2006, d une volonté de minimiser notre empreinte écologique. Nous

Plus en détail

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES

Les Champs Elysées. 80 Avenue Jean Jaurès - 30000 NÎMES Diagnostic de performance énergétique Une information au service de la lutte contre l effet de serre (6.3.a bis) Bâtiment à usage principal de bureau, d'administration ou d'enseignement Valable jusqu au

Plus en détail

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A)

Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) Diagnostic de performance énergétique logement (6.A) N : DPE01230-0002 Valable jusqu au : 27/12/2021 Type de bâtiment : Appartement Année de construction : 2002 Surface habitable : 50 m² Numéro appartement

Plus en détail

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles

FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles FIOUL DOMESTIQUE La rénovation thermique des maisons individuelles Fiche conseil Édition février 2012 Source Weishaupt SOMMAIRE P 2 : Contexte, enjeux et objectifs P 3 : Le parc des maisons chauffées au

Plus en détail

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr

Atelier. Outils de mesure et de diagnostic. Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Atelier Outils de mesure et de diagnostic Espace INFO ÉNERGIE Nancy Grands Territoires nancygrandsterritoires@eie-lorraine.fr Sommaire Comment mesurer et diagnostiquer : 1) La qualité de l air intérieur

Plus en détail

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère.

40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. «Consommer moins en consommant mieux» 40 ECO-CONSEILS 7 fiches pour une consommation annuelle d énergie plus légère. Maîtriser notre consommation en électricité, c est nous engager à adopter des gestes

Plus en détail

Immeuble collectif AQC

Immeuble collectif AQC AQC Immeuble collectif Comment bien utiliser votre assurance construction «Dommages-Ouvrage»? Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité

Plus en détail

Guide. Qui fait Quoi dans mon logement? L entretien de mon logement

Guide. Qui fait Quoi dans mon logement? L entretien de mon logement Guide Qui fait Quoi dans mon logement? L entretien de mon logement L entretien de votre logement Qui fait quoi? Un évier bouché, une chaudière en panne... Que dois je faire? A qui m adresser? Pièce par

Plus en détail

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment :

Données administratives. Rue : Avenue Henri Wautier N : 9A Boîte : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : CP : 1480 Localité : Saintes(Tubize) Type de bâtiment : Maison unifamiliale Permis de bâtir/d urbanisme/unique obtenu le : 27/05/2005 Numéro de référence du permis : PU 2005/067 Construction : 2006 Version

Plus en détail

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE

Consultation CQFD LOGEMENTS OPTIMISES : COUTS, QUALITE, FIABILITE, DELAIS. NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE NOTE ENVIRONNEMENTALE ET TECHNIQUE A- UNE CONCEPTION BIOCLIMATIQUE DU PROJET (Confort dans les espaces extérieurs et dans le bâtiment) Choix morphologique du bâtiment La conception du bâtiment de logements

Plus en détail

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN

ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN ETUDE ET DIAGNOSTIC THERMIQUE TECHNOLOGIE DOREAN Bureau d Etudes Thermiques SCHLIENGER 45, rue de Mulhouse 68210 BALSCHWILLER Tél. 03.89.25.91.95 Fax 03.89.25.91.95 E-mail : sschlienger@free.fr SOMMAIRE

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à taux zéro, quel intérêt?................. 4 Une palette

Plus en détail

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du

MODE D EMPLOI DÉTECTEURS DE FUMÉE. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. MARS 2015. Obligatoire à compter du DÉTECTEURS DE FUMÉE MODE D EMPLOI FNSPF 2014. Firethinktank.org / Photo : Sébastien Mousnier. Bien équipé, bien préparé, je suis en sécurité. Obligatoire à compter du 8 MARS 2015 LES DÉTECTEURS AUTONOMES

Plus en détail

DIAGNOSTIC ENERGETIQUE. Résidence La Menuisière 1 et 1bis à Toulouse

DIAGNOSTIC ENERGETIQUE. Résidence La Menuisière 1 et 1bis à Toulouse DIAGNOSTIC ENERGETIQUE Résidence à Toulouse VERSION 2 Février 2010 ATMOSPHERES EURL au capital social de 5.000 16, Chemin du TUCOL 31.790 SAINT JORY Tél : 05 61 35 40 43 - Fax : 05 61 35 40 95 - E-mail

Plus en détail

Prévention des intoxications Entretien des chaudières

Prévention des intoxications Entretien des chaudières Journée Information «Monoxyde de Carbone» 18 juin 2012 Clermont-Ferrand Prévention des intoxications Entretien des chaudières Textes réglementaires et pratiques des professionnels Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération

Fiche d application Aération. Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS. Réglementations Thermique Acoustique Aération Réglementations Thermique Acoustique Aération Fiche d application Aération Départements d Outre-Mer Version 1.0 Ventilation d hygiène des pièces de service BÂTIMENTS D HABITATION NEUFS Ministère de l'écologie,

Plus en détail

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves

Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves Bâtiments Matériaux Opérations Installations Réhabilitation BBC d une maison individuelle à Vanves X B ÂTIMENTS Afin de réduire les factures d énergie de sa maison des années 30, un habitant de Vanves

Plus en détail

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs

fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs fioul domestique La rénovation thermique des immeubles collectifs Fiche conseil Édition décembre 212 Sommaire P 2 : Obligations P 3 : Démarches volontaires P 4 : Les points clés d une rénovation réussie

Plus en détail

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro

Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos travaux d économies d énergie : l éco-prêt à taux zéro Financez vos économies d énergie l éco-prêt à taux zéro SOMMAIRE Écoutez vos envies d économies d énergie............ 3 Un éco-prêt à

Plus en détail

SolutionS rénovation ConDuitS DE FuMéES pour ChauDièrES à ConDEnSation Poujoulat

SolutionS rénovation ConDuitS DE FuMéES pour ChauDièrES à ConDEnSation Poujoulat Solutions rénovation CONDUITS DE FUMéES pour chaudières à condensation Conduit individuel Le conduit individuel se rencontre dans les immeubles anciens de l époque haussmannienne et en maison individuelle.

Plus en détail

Rénovation énergétique : Comment anticiper la précarité énergétique des copropriétés? Pierre-Manuel PATRY Directeur Technique SENOVA

Rénovation énergétique : Comment anticiper la précarité énergétique des copropriétés? Pierre-Manuel PATRY Directeur Technique SENOVA Rénovation énergétique : Comment anticiper la précarité énergétique des copropriétés? Pierre-Manuel PATRY Directeur Technique SENOVA Les grands enjeux Répartition des charges de copropriété Des charges

Plus en détail

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement

Émissions de gaz à effet de serre (GES) pour le chauffage, la production d eau chaude sanitaire et le refroidissement SDH - SARL n 23 Avenue Gambetta 17100 Saintes Tél. : 05 46 97 61 34 - Fax : 05 46 97 26 30 N SIREN : 504 761 248 Compagnie d assurance : Generali Assurances n AL169975 Diagnostic de performance énergétique

Plus en détail

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504

Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 N de saisine : 480718-170856752 / YM Date de la saisine : 11 juin 2008 Recommandation n 2010-300/PG en application de l article 43-1 de la loi n 2000-108 et du décret n 2007-1504 Consommateur: Mme H. Fournisseur(s)

Plus en détail

Proposition d amendements. ARC Association des Responsables de Copropriété

Proposition d amendements. ARC Association des Responsables de Copropriété Projet de loi relatif à la transition énergétique pour la croissance verte Proposition d amendements ARC Association des Responsables de Copropriété 17 septembre 2014 1 Table des matières Amendement n

Plus en détail