L application du produit sur la cible

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L application du produit sur la cible"

Transcription

1 Fiche IV - 3 La limitation des risques au cours de l application L application du produit sur la cible L -IVobjectif d une application est de positionner les produits phytosanitaires sur la cible : la mauvaise herbe qu il faut toucher, la feuille qu il faut protéger, le parasite qu il faut détruire. Dans de nombreux cas le site visé est restreint, aussi l agriculteur a tout intérêt à employer des méthodes permettant de réduire la pulvérisation à la zone cible. Cette partie reprend des pistes qui peuvent être mises en ouvre par des agriculteurs désirant encore progresser dans l utilisation optimale des produits phytosanitaires. Néanmoins, il est souhaitable d organiser une formation et un accompagnement des agriculteurs volontaires. pour le diagnostic... Demander à l agriculteur si des moyens sont utilisés pour vérifier la bonne application du produit à la parcelle : contrôle du débit et du réglage des buses, papiers hydrosensibles Les solutions passent par la mise en ouvre de réglages plus sophistiqués ou d équipements plus complexes, donc par des investissements en matériel. Mais l agriculteur y trouve plusieurs bénéfices : utiliser moins de produit, car il n est pulvérisé que sur une partie du végétal, apporte un bénéfice économique direct. Un traitement positionné avec plus de précision permet de réduire les traitements de rattrapage, donc le coût du traitement supplémentaire à moyen terme, un gain peut être obtenu sur des traitements ultérieurs. Par exemple en ne touchant que les zones nécessaires, l agriculteur peut ménager des organismes non cibles parmi lesquels il retrouvera éventuellement des auxiliaires pour la lutte contre un parasite. Un viticulteur qui fait un désherbage inter ceps et laisse un enherbement maîtrisé de l inter rang aura moins d érosion et plus de portance, ce qui lui permet de «revenir» dans une parcelle plus vite après un orage. Un ou deux jours de gagné permettent de mieux positionner le produit et parfois d utiliser un fongicide moins cher le bénéfice est aussi environnemental, car en ne les appliquant que sur certaines zones spécifiques le producteur réduit la diffusion des produits dans le milieu l avantage peut aussi concerner la sécurité individuelle, un traitement mieux dirigé réduisant la quantité de produit qui dérive vers la cabine de l opérateur les traitements mal localisés peuvent aussi avoir des effets indésirables sur la culture ou la culture voisine. Ils peuvent alors représenter des pertes conséquentes. En utilisant des jupes de protection pour réduire la dérive sur une rampe de désherbage, un vigneron réduit le risque pour l environnement mais d abord le risque de phytotoxicité sur la vigne. Il peut utiliser des produits non sélectifs et moins chers sans encourir le risque de toucher le feuillage. Certaines pratiques et l utilisation de certains équipements réduisent sensiblement les effets indésirables sur l environnement ou le risque pour l opérateur en garantissant une application plus précise et donc des gains économiques. Les cultures pérennes nécessitent une pulvérisation à des stades végétatifs très différents : maîtrise des mauvaises herbes en hiver ou pendant la phase végétative, traitement du bois, traitement fongicide au fur et à mesure du développement végétatif avec des volumes de feuillage très différents, traitement spécifique de la zone fructifère pour protéger contre une maladie ou les parasites. Certains vignobles ont des parcelles de cépages différents qui sont conduites de manières spécifiques (gobelet ou palissé, écartement des rangs et épaisseur de la végétation ). Les plantations arboricoles sont page 1/5

2 très variables sur le territoire national. La conduite varie beaucoup selon les vergers et les régions : arbres de hautes tiges ou haies fruitières, «vergers piétons», filets paragrêle, Un producteur peut avoir des plantations très différentes. La taille détermine le format du feuillage et par conséquent la facilité de pénétration de la pulvérisation. L offre de matériel permet aux producteurs de choisir des équipements de pulvérisation permettant de s adapter à ces différentes situations et peut l aider à réduire sensiblement la quantité de produits qui n atteint pas la zone à traiter. a) Le traitement face par face en viticulture Pour gagner en productivité de chantier, les viticulteurs souhaitent traiter sur une plus grande largeur, par exemple 4 rangs à la fois. Une application tous les deux rangs apporte plus de précision sur l application. Mais cela double ou quadruple les temps de chantiers. Le viticulteur perd la qualité de positionnement chronologique du traitement : soit, il adopte un programme systématique pour anticiper les attaques de maladies car le délai d intervention est trop long pour contrôler la maladie, soit des applications sont faites audelà de la période optimale. Généralement dans les vignes larges, le matériel traite un rang de chaque côté du pulvérisateur et les 2 rangs suivants sont pulvérisés par le dessus. Ces diffuseurs hauts sont très sensibles au vent qui provoque une dérive de pulvérisation ou perturbe la pénétration dans les rangs extérieurs. La couverture des rangs extérieurs étant moins bonne, les viticulteurs ne peuvent pas trop retarder le traitement suivant. Comme solution, les constructeurs proposent de plus en plus des équipements de traitement face par face. Suspendus sur une rampe, des diffuseurs descendent dans les inter-rangs et sont plus proches de la végétation, les gouttelettes sont mieux réparties, le système d air est plus efficace pour améliorer la pénétration dans le feuillage. Protégées au sein de la végétation les gouttelettes sont donc moins sensibles au vent latéral et à la dérive. La pulvérisation est plus précise tout en ayant un meilleur rendement de chantier (passage tous les 4 ou 6 rangs). La protection de la vigne est meilleure, le viticulteur peut espacer certains traitements fongicides. Les pertes au sol ou dans l air sont moindres, le viticulteur peut éventuellement réduire la quantité appliquée à l hectare. Les économies potentielles peuvent compenser l amortissement du surcoût de l équipement. Les résultats positifs pour l environnement sont évidents. b) Les panneaux récupérateurs en viticulture Lors du traitement du bois ou en début de développement végétatif, la surface à traiter est très faible. Une majorité de la pulvérisation traverse le pied de vigne pour tomber au sol ou être emportée par le vent pour les gouttelettes les plus fines. L utilisation de panneaux récupérateurs placés en vis-à-vis permet de récupérer le produit qui traverse le pied. Le surplus est récupéré en bas des panneaux et réinjecté dans le circuit de pulvérisation. page 2/5

3 c) La fermeture indépendante des buses ou des diffuseurs Pour un traitement protégeant les zones fructifères (les fruits ou les grappes) la pulvérisation n a pas besoin d atteindre certaines parties du végétal. Lors de certaines applications précoces la vigne n est pas aussi haute qu en fin de végétation. Certaines vignes sont moins hautes ou d autres plus dégagées au pied. Pour être plus précis dans toutes ces situations, il est primordial de pouvoir ajuster la position des diffuseurs sur un pulvérisateur pneumatique. De même, il est nécessaire de pouvoir arrêter la pulvérisation indépendamment à chaque diffuseur. Le viticulteur peut ainsi appliquer la pulvérisation uniquement sur la zone cible et réduire sensiblement la quantité de produit tombant au sol ou dérivant dans l air. Sur un pulvérisateur à jet porté ou sur un pulvérisateur à pendillard, il est important de pouvoir fermer certaines buses pour cibler la pulvérisation. Lors de l achat ou du renouvellement il faut privilégier l achat de porte-jets ayant une position fermée. Sur un matériel non équipé, il est toujours possible de remplacer la buse par un obturateur. Toutefois, la difficulté de réglage du flux d air sur certains matériels pneumatiques ou à jet porté implique une certaine prudence. Dans certains cas il est préférable de ne fermer que la pulvérisation sans fermer les sorties d air, pour ne pas générer un déséquilibre de l air ou un excès qui perturberont la pénétration dans certaines zones de feuillage. d) Les rampes de désherbage localisé Pour maîtriser la concurrence entre la plante et l enherbement, le viticulteur ou l arboriculteur peut choisir entre plusieurs stratégies. Le désherbage chimique de l inter rang peut être délaissé au profit d un enherbement maîtrisé, d un désherbage mécanique ou thermique. Dans ce cas l utilisation d herbicides est limitée à l inter cep grâce à des rampes spécifiques de désherbage. L installation de buses à fentes à jets excentrés permet d améliorer la qualité de la répartition, tout en positionnant les buses assez bas. La pulvérisation est ainsi peu affectée par la dérive (les buses excentrées sont disponibles en version «injection d air», ce qui réduit sensiblement la dérive). Pour la maîtrise de la pousse estivale de l enherbement permanent, le producteur peut choisir l utilisation à dose réduite d un herbicide de contact, ces mêmes buses excentrées peuvent être inversées. Figure n 19 : Buses à fente avec jet excentré en désherbage sous le rang ou dans l inter rangeux systèmes de jauges Source : guide pratique du Vigneron Champenois page 3/5

4 L enherbement maîtrisé apporte une stabilité du sol bénéfique pour l érosion et la portance des sols, ce qui réduit le délai avant le retour dans les parcelles après des phénomènes pluvieux. Dans certains cas, le producteur pourra donc mieux positionner ses autres applications phytosanitaires. e) Adapter son réglage au végétal Les matériels proposés par les constructeurs sont conçus pour s adapter à différentes configurations de plantation en viticulture ou en arboriculture, mais il convient d acheter le matériel en fonction des plantations à traiter. Un pulvérisateur à jet porté ou pneumatique utilise un flux d air pour transporter la pulvérisation vers la cible mais aussi faciliter la pénétration dans le feuillage. Le réglage du flux d air est primordial pour obtenir une répartition homogène de la pulvérisation et une pénétration suffisante, les deux clés pour que l ensemble du végétal soit traité. Des déflecteurs d air sur un appareil à jet porté ou les diffuseurs sur un pneumatique permettent de diriger le flux. L acheteur doit décrire ses différents types de plantation, pour en parler avec ses fournisseurs potentiels. Ceux-ci, forts de leur expérience, pourront le conseiller sur le choix des équipements. Ensuite, il est indispensable d organiser une séquence de réglage du flux d air. En utilisant des papiers hydrosensibles positionnés dans la végétation on peut évaluer la répartition de la pulvérisation et progressivement adapter les réglages. Des conseillers machinisme et les techniciens du constructeur ou de son distributeur peuvent proposer une prestation lors de la mise en route d un nouveau matériel. Quand le bon réglage est trouvé, il faut être très attentif à bien verrouiller ces éléments réglables, car les vibrations ou un accrochage dans les branches peuvent changer la position des pièces mobiles. f) Agir sur la taille pour faciliter la pénétration en arboriculture L expérience montre que la pénétration dans le feuillage peut être très difficile, en particulier si la végétation est dense. Les feuilles peuvent se recouvrir comme des tuiles et créer une surface ressemblant à un mur qui ne peut être franchie par la pulvérisation. Au moment de la taille, l arboriculteur peut réduire ce phénomène en gardant un feuillage plus ouvert. Lors des applications, il retrouvera une meilleure répartition dans le végétal, la pulvérisation atteint l autre face de l arbre, les faces inférieures des feuilles L application est donc plus efficace et la protection est meilleure. Après avoir longtemps cherché le matériel, les équipements et les réglages adéquats, des producteurs avec leur technicien ont constaté que la modification de la conduite de la plantation, en particulier la taille, était la seule solution pour obtenir une pénétration et une répartition correcte. g) Le jalonnage en cultures basses En cultures basses, la qualité de la répartition de la pulvérisation est essentiellement liée à la hauteur de rampe. Par contre, l agriculteur doit se donner les moyens pour avoir un jalonnage le plus précis possible. A l intérieur de la parcelle, il réduira ainsi les redoublements qui provoquent des surdosages (potentiellement à l origine de phytotoxicité). Il supprimera aussi les manques qui peuvent maintenir une source de ré infestation qui nécessitera une nouvelle application. Le jalonnage en bordure de parcelle doit aussi faire l objet de la plus grande attention, surtout si celle-ci est page 4/5

5 bordée par un cours d eau. Le premier passage au bord de la parcelle doit bien rester parallèle pour supprimer toute application au-delà de la zone cultivée. Tout dépassement touchera la culture voisine, le fossé ou le cours d eau, entraînant des conséquences sur l environnement. Le traitement d un talus ou d une zone non cultivée pourra toucher des organismes non cibles parmi lesquels se trouvent éventuellement des auxiliaires pour la lutte contre les ravageurs (par exemple, les haies et jachères sont un réservoir pour les chrysopes prédateurs des pucerons). Des matériels d aide au guidage, utilisant la localisation par GPS, sont actuellement proposés sur les tracteurs. Ils peuvent faciliter le jalonnage qui est une opération fastidieuse pour un traitement sur terrain nu. Toutes ces nouvelles pratiques nécessitent plus de technicité des producteurs, en particulier de l opérateur qui doit être bien formé aux techniques et à l utilisation de ces matériels. Leur mise en oeuvre est généralement une prise de risques pour le producteur. S il peut se conforter en échangeant avec ses pairs (travail en groupe, visite, démonstration, essai ), il accepte plus facilement le changement par rapport à des pratiques connues et donc plus rassurantes. page 5/5

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2

FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 FICHE TECHNIQUE N 1 CADRE 47/2 Cadre 47/2 : enchaînements dans le carré central La direction technique de la fédération vous propose une série de fiches dédiées au cadre 47/2. Les situations de jeu proposées

Plus en détail

Demi-journée technique du 22 mai 2014 «Optimiser sa pulvérisation» SYNTHESE

Demi-journée technique du 22 mai 2014 «Optimiser sa pulvérisation» SYNTHESE Pertes dans l air et dans l eau L objet de cette journée était d optimiser la pulvérisation et limiter les pertes avec les appareils de traitement qui existent sur les domaines viticoles. Depuis le 22

Plus en détail

Gestion différenciée des espaces verts :

Gestion différenciée des espaces verts : Gestion différenciée des espaces verts : Une démarche environnementale et paysagère à coût maîtrisé pour les entreprises et parcs d activités www.econetwork.eu Sommaire de la présentation 1. Gestion traditionnelle

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr

CATALOGUE DE PRESTATIONS SOLUTIONS GMAO. performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr CATALOGUE DE PRESTATIONS 1 2 3 SOLUTIONS GMAO performed by PYC : Pierre-Yves COLLIN http://slicers.free.fr Présentation de nos prestations ACSSIOM vous apporte : - Par sa présence régionale, une garantie

Plus en détail

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs?

Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Réduire les intrants : que peut-on attendre des panneaux récupérateurs? Une réduction significative des intrants phytosanitaires, entres autres souhaitée dans le cadre du plan Ecophyto, ne peut espérer

Plus en détail

Contrats Natura 2000

Contrats Natura 2000 Contrats Natura 2000 A. MESURES NON AGRICOLES ET NON FORESTIÈRES B. MESURES AGRO-ENVIRONNEMENTALES (MAE) B.1 MAE territorialisées : liste nationale (PDRH, décembre 2008) Conditions d accès à certaines

Plus en détail

Horaires de bus en Provence - Alpes - Côte d Azur

Horaires de bus en Provence - Alpes - Côte d Azur Horaires de bus en Provence - Alpes - Côte d Azur L application RENGO Rengo est une application disponible sur iphone et ipod touch qui propose un service de consultation des horaires des transports mis

Plus en détail

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon»

Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Programme de soutien aux plantations agroforestières «Agroforesterie en Languedoc-Roussillon» Mémento de plantation Crédit photos et dessins : Dominique Mansion, Jean-Louis Corsin, Arbre et Paysage 32

Plus en détail

Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile

Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile Les monte escaliers de MediTek La solution pour votre mobilité à votre domicile VOTRE INDEPENDANCE REGAGNEE PAR L EXCELLENCE DU NOUVEAU MONTE ESCALIER DE MEDITEK. Autrefois, quand monter un escalier était

Plus en détail

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré»

«Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» «Entretenir durablement ses arbustes et son patrimoine arboré» Calendrier de taille : Pour les arbustes à floraison printanière : Taille juste après la floraison. Pour les arbustes à floraison estivale

Plus en détail

TECHNIQUE DE PULVÉRISATION: TSG 99% DE RÉDUCTION DE LA DÉRIVE! 40% DE RÉDUCTION DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES!

TECHNIQUE DE PULVÉRISATION: TSG 99% DE RÉDUCTION DE LA DÉRIVE! 40% DE RÉDUCTION DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES! POUR L AMOUR DES VIGNES. TECHNIQUE DE PULVÉRISATION: TSG 99% DE RÉDUCTION DE LA DÉRIVE! 40% DE RÉDUCTION DE PRODUITS PHYTOSANITAIRES! AVEC LES TUNNELS TSG VOUS ÊTES DÉJÀ PRÊTS POUR LA RÉDUCTION DES INTRANTS

Plus en détail

Pneumatique Schémas de principe

Pneumatique Schémas de principe Pneumatique Schémas de principe 1 Schéma de principe Commande d un vérin à simple effet Problème posé : Le piston d un vérin à simple effet doit amorcer son mouvement de sortie dès qu on actionne un bouton

Plus en détail

EXPERIMENTATION SYNEIS

EXPERIMENTATION SYNEIS EXPERIMENTATION SYNEIS VOLUME /HA ET REPARTITION Verger d Oliviers Renaud Cavalier et Bernard Assenat Objectifs Comment pulvériser le Syneïs avec un pulvérisateur à jets portés pour que le produit soit

Plus en détail

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production

One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production One Eye ou «bouture 1 œil», opportunité de la production Sucrerie du Gol, TEREOS OCEAN INDIEN jygonthier@tereos.com Gonthier Jean-Yves Résumé La multiplication de la canne se fait traditionnellement à

Plus en détail

GREFFER EN FENTE ET EN COURONNEr les arbres et arbustes (en fente et en couronne)

GREFFER EN FENTE ET EN COURONNEr les arbres et arbustes (en fente et en couronne) GREFFER EN FENTE ET EN COURONNEr les arbres et arbustes (en fente et en couronne) Les greffes en fente (simple ou double) et en couronne sont des greffes dites «terminales». Le principe consiste à disposer

Plus en détail

pulverisateur_final.qxd 14/04/05 10:44 Page 73 Section 7

pulverisateur_final.qxd 14/04/05 10:44 Page 73 Section 7 Section 7 7 La dérive Les moyens pour maintenir la dérive dans des limites raisonnables 1 Un équipement approprié et bien réglé 2 L évaluation des conditions météorologiques 3 L implantation de zones tampons

Plus en détail

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015

Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Commission de travail sur le projet extension maternelle Compte Rendu du 19 mars 2015 Compte-rendu fait par : I.MOUSQUET Présents : C.CHARRIER, architecte E.BAZZO, DGS A.DJEBARI, enseignante maternelle

Plus en détail

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier.

Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. Les différents appareils permettant de réaliser un test d étanchéité à l air en cours de chantier. 2012 SOURCE D INFORMATION Cette note de veille technique a été établie à partir de différents sites Internet

Plus en détail

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013

Techniques de pulvérisation. Phytofar 2012-2013 Techniques de pulvérisation Phytofar 2012-2013 Objectif de la pulvérisation Atteindre une (ou plusieurs) cible(s) avec un (ou plusieurs) produit(s) Insecte Adventice Plante ou partie de la plante cultivée

Plus en détail

OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE

OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE OPTIMISER LES TECHNIQUES D APPLICATION DES PESTICIDES EN VIGNE EN FRANCE Bernadette RUELLE Cemagref Montpellier/UMR ITAP Bernadette.ruelle@cemagref.fr 1 Je remercie le GORE, l INIA, le CG34 de m avoir

Plus en détail

La santé de votre entreprise

La santé de votre entreprise Care Management La santé de votre entreprise Simplement Einfach Notre philosophie du Care Management Chez GENERALI, nous apportons un soin tout particulier aux assurances de personnes. Parce que les collaborateurs

Plus en détail

Module B File indienne

Module B File indienne TABLE DES MATIÈRES FILE INDIENNE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE RELAIS PAR LA GAUCHE RELAIS PAR LA DROITE ÉCHELON SIMPLE AVEC FILE NON PROTÉGÉE RELAIS DE DESCENTE COMMENT NE PAS

Plus en détail

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais

Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Adaptation du mode de conduite dans le vignoble nantais Soucieux de prévoir l adaptation du vignoble à de nouvelles contraintes, les administrateurs du Syndicat de Défense des Appellations d Origine Muscadet

Plus en détail

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs

Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Protection des abeilles et des insectes pollinisateurs Des alliées pour nos cultures La pollinisation améliore quantité et qualité des récoltes, Elle concerne 70% des espèces cultivées pour la consommation

Plus en détail

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE?

COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? 2 COMMENT AMÉLIORER SON CHAUFFAGE? Si vous voulez entreprendre des travaux d amélioration énergétique, vous allez rapidement devoir faire face à la question du chauffage. En tant qu élément central du

Plus en détail

Entretien préventif du forage de la Mance

Entretien préventif du forage de la Mance Entretien préventif du forage de la Mance Localisation du forage de la Mance. Le forage de la Mance est exploité depuis 1994 (date d exécution du 09/03/1994 au 19/04/1994). Cet ouvrage présente les caractéristiques

Plus en détail

désherbage thermique en agriculture

désherbage thermique en agriculture Le désherbage thermique en agriculture ETRALM Forte d une expérience de plusieurs dizaines d années dans les domaines des appareils à gaz et du machinisme agricole, Etralm a pour vocation de développer

Plus en détail

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles

La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles técnicos La sécurité électrique: prévenir les pannes pour éviter les réparations inutiles // Il y a 50 ans personne ne pouvait prévoir l extension et l intensification que prendrait la production avicole

Plus en détail

Tailler les arbres fruitiers à pépins

Tailler les arbres fruitiers à pépins Tailler les arbres fruitiers à pépins Pour aider à la mise à fruit et donner de la vigueur aux pommiers et poiriers, il est important de procéder à une taille régulière en respectant certaines règles.

Plus en détail

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries.

Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Mise en place d une ventilation thermique dans les bergeries et chèvreries. Victor Moreau ITOVIC (La ventilation thermique des bergeries et chèvreries Bergerie moderne, réfléchir avant d agir) Présentation

Plus en détail

GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS

GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS GESTION ET ENTRETIEN DES ARBRES ET DES ABORDS Un suivi annuel à ne pas négliger Les arbres de plein champ demandent un suivi annuel. Les opérations régulières de tailles et d élagage sont les conditions

Plus en détail

En avant première au Sima Stand 25, Hall 6 GUARDIAN AIR TWIN, NOUVELLE BUSE ANTI-DERIVE DOUBLE FENTES A ASPIRATION D AIR

En avant première au Sima Stand 25, Hall 6 GUARDIAN AIR TWIN, NOUVELLE BUSE ANTI-DERIVE DOUBLE FENTES A ASPIRATION D AIR C o mmuniqué de presse Cambridge, le 1 février 2011 En avant première au Sima Stand 25, Hall 6 GUARDIAN AIR TWIN, NOUVELLE BUSE ANTI-DERIVE DOUBLE FENTES A ASPIRATION D AIR A l occasion du Sima, le fabricant

Plus en détail

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE..

LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. Jean-Marc BUYSSCHAERT Les journées de l économie et de la gestion MARCHES DES CAPITAUX ET INSTRUMENTS FINANCIERS LA GESTION DU RISQUE DE CHANGE.. UN EXERCICE SOUVENT PERILLEUX Plan de l intervention La

Plus en détail

Laddomat 21-60 Kit de chargement

Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21-60 Kit de chargement Laddomat 21 a pour fonction de... Guide d utilisation et d installation... lors du chauffage, permettre à la chaudière de rapidement atteindre la température de service....

Plus en détail

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie

CALENDRIER 2014/2015. Connaissance de l usinage un avantage décisif. Formation à la carte. Productivité et économie CALENDRIER 2014/2015 Connaissance de l usinage un avantage décisif Formation à la carte Productivité et économie Préparons le futur De nouveaux challenges pour cette année! Vous savez probablement mieux

Plus en détail

Aide pour l installation (Français) Premier démarrage

Aide pour l installation (Français) Premier démarrage Premier démarrage Aide pour l installation (Français) Nous vous remercions d avoir opté pour notre produit et nous espérons que votre nouveau logiciel G DATA vous apportera entière satisfaction. Si vous

Plus en détail

Introduction à la maintenance

Introduction à la maintenance 1/- Introduction : Le maintien des équipements de production est un enjeu clé pour la productivité des usines aussi bien que pour la qualité des produits. C est un défi industriel impliquant la remise

Plus en détail

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011

BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 BANC D ESSAI COMPARATIF DE DIFFERENTS PULVERISATEURS DANS LE VIGNOBLE CHARENTAIS JUILLET 2011 A. Davy : IFV Pôle de Bordeaux Blanquefort - Tél : 05 56 35 58 80 alexandre.davy@vignevin.com L. Duquesne :

Plus en détail

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00

1 000 ** 4 000 4 000 30 000,00 PVE 2014 Investissements matériels éligibles Zonage Enjeux Tout département Enjeux "ressource en eau" En démarche PAT Roucarié* Enjeux phytosanitaires fertilisation et érosion Hors PAT et en ZEP Taux d'aide

Plus en détail

La conduite du cerisier

La conduite du cerisier Quels outils à disposition? Sara Pinczon du Sel La conduite du cerisier suit deux objectifs distincts selon l âge de l arbre : Pendant la phase juvénile, la taille a pour objectif de faire basculer l arbre

Plus en détail

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA

Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA Mieux sur la route sur toute la ligne. Le package d efficacité DIWA 1 Economiser le carburant. Réduire les émissions. Augmenter la disponibilité. Baisse des consommations de carburant, réduire la complexité,

Plus en détail

Comprendre et améliorer son débit internet

Comprendre et améliorer son débit internet Comprendre et améliorer son débit internet Lorraine Pour une entreprise, accéder à Internet est devenu vital. Les débits et réseaux accessibles s avèrent néanmoins très variables d un territoire à l autre.

Plus en détail

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE

UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE DE VENTE Comment choisir un CRM qui répondra à toutes les attentes de vos commerciaux www.aptean..fr LIVRE BLANC UNE SOLUTION CRM CONÇUE POUR LA FORCE

Plus en détail

L amélioration du boisé lors des coupes

L amélioration du boisé lors des coupes L amélioration du boisé lors des coupes Feuillet technique 1 Les propriétaires de boisés présents sur le territoire de l Agence de mise en valeur des Appalaches sont très actifs dans leurs boisés comme

Plus en détail

Raisonnement de la fertilisation des prairies

Raisonnement de la fertilisation des prairies Raisonnement de la fertilisation des prairies Un outil de caractérisation des pratiques de fertilisation : les indices de nutrition (analyses d herbe) Mise au point de l outil : l équipe ORPHEE de l INRA

Plus en détail

MODULE 5 5 ASTUCES _

MODULE 5 5 ASTUCES _ MODULE 5 5 ASTUCES Préambule Ce document reprend un ensemble d astuces que j ai développé au cours de ma pratique photographique. Ces astuces concernent de nombreux aspects allant de la gestion de la lumière

Plus en détail

Réussir l'isolation des combles non aménagés

Réussir l'isolation des combles non aménagés Réussir l'isolation des combles non aménagés DES BONS CONSEILS POUR FAIRE SOI-MÊME! 1 Le choix d un isolant En avant-projet, il est recommandé de prendre en considération plusieurs critères, afin de choisir

Plus en détail

Banc d essai Effeuilleuses 2007

Banc d essai Effeuilleuses 2007 Lettre actualités n 33 mars 2008 Banc d essai Effeuilleuses 2007 C. Gaviglio : IFV Station Régionale Midi-Pyrénées - Tél : 05 63 33 62 62 christophe.gaviglio@itvfrance.com DESCRIPTION DE L'ACTION Motivations

Plus en détail

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2. Etude d un processus technique en liaison avec les technologies de production

EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2. Etude d un processus technique en liaison avec les technologies de production SESSION 2008 CONCOURS : EXTERNE SECTION : Sciences et Technologies des agroéquipements et des équipements des aménagements hydrauliques OPTION A : agroéquipements EPREUVE ECRITE D ADMISSIBILITE N 2 Etude

Plus en détail

Aménagements favorisant la biodiversité

Aménagements favorisant la biodiversité Aménagements favorisant la biodiversité 2013-2018 Programme d appui en agroenvironnement Volet 1 Interventions en agroenvironnement par une exploitation agricole Objet de l aide financière Appuyer les

Plus en détail

CALDERA GRAPHICS. Comment

CALDERA GRAPHICS. Comment CALDERA GRAPHICS Comment Effectuer une mise en lés avec Tiling+ Caldera Graphics 2009 Caldera Graphics et tous les produits Caldera Graphics mentionnés dans cette publication sont des marques déposées

Plus en détail

BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT

BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT Fiche : Hygiène et sécurité BVPG: BRUIT, VIBRATIONS, POUSSIÈRES* ET GAZ D ÉCHAPPEMENT Liste des préconisations relatives à l exposition aux facteurs de risque bruit, vibrations, poussières* réputées sans

Plus en détail

L essentiel en un coup d œil

L essentiel en un coup d œil L essentiel en un coup d œil Bien choisir sa chaudière La chaudière est le moteur de votre chauffage central. Chaudière au gaz, au fioul, à bois, ou au GPL, il y en a pour tous les goûts et toutes les

Plus en détail

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles

ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles ANNEXE 2 : liste des matériels à portée environnementale éligibles Opération 4-1 D & 4-4 I Investissements productifs et non productifs environnementaux 2015-2020 liste des matériels à portée environnementale

Plus en détail

Aménagements industriels et de stockage

Aménagements industriels et de stockage LISTA Compact Aménagements industriels et de stockage Systèmes de rayonnages ROBUSTES ET POLYVALENTS Qu il s agisse de documents, de liquides, d appareils ou d outils : les systèmes de rayonnages de LISTA

Plus en détail

Tronçonneuse ou scie à chaîne

Tronçonneuse ou scie à chaîne Tronçonneuse ou scie à chaîne CHAÎNE ET AFFÛTAGE 1. Généralités La chaîne d une tronçonneuse est l organe coupant de la machine. Sa forme particulière et les évolutions techniques qu elle a subies lui

Plus en détail

2 MODULES DE PULVÉRISATION : MILLÉSIME ET MAGNUM

2 MODULES DE PULVÉRISATION : MILLÉSIME ET MAGNUM Modules de PULVÉRISATION pour TRACTEURS ENJAMBEURS MILLÉSIME et MAGNUM www.tecnoma.com 2 MODULES DE PULVÉRISATION : MILLÉSIME ET MAGNUM Un plateau constituant un module de pulvérisation intégré Châssis

Plus en détail

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS

FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS FICHES PDSB - MANŒUVRES DANS LES ESCALIERS Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier* Monter un escalier Points de repère pour monter un escalier seul(e) ou sous supervision* Supervision

Plus en détail

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY

Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable. Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY Introduction Accompagner une viticulture compétitive et responsable Remercier ET rebondir sur l idée développée par JAMES DE ROANY La Qualité d'un service ou d'un produit n'est pas ce que vous y mettez.

Plus en détail

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection

Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Traitements anti-botrytis : impact des pratiques culturales et de la dose appliquée sur l efficacité de la protection Le coût élevé des produits anti-botrytis, les problèmes de résidus qu ils sont susceptibles

Plus en détail

Orléans Le 24 janvier 2013

Orléans Le 24 janvier 2013 1 * La genèse du projet / Eléments du contexte * Le cadre européen (Directive 209/128/CE) * La déclinaison nationale : le plan Ecophyto * Présentation du portail ECOPHYTOPIC * ECOPHYTOPIC : Présentation

Plus en détail

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire

LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire LA PARTIE CLASSIQUE par Amandine Stock & Maxime Lemaire La partie classique est la base du jeu de dames pour les débutants. La stratégie est la suivante : jouer de telle manière qu en fin de partie, l

Plus en détail

Schéma Directeur Accessibilité

Schéma Directeur Accessibilité Schéma Directeur Des services régionaux de transport de voyageurs - Deuxième concertation en Gironde - Contenu de la présentation Rappel des étapes antérieures sur le réseau ferroviaire (Maillage, référentiel

Plus en détail

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil

dans le cas de l appareil foliaire d une hauteur de 140 cm (9257m 2 /ha) par rapport à l appareil RÉSUMÉ La protection phytosanitaire des vignobles représente une des chaînons les plus importantes des systèmes de production viticole (Enoiu I., 2006, Tomoioagă, 2006). Les dépenses liées aux produits

Plus en détail

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers

Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Fiches PDSB Manœuvres dans les escaliers Quelques points de repère pour monter et descendre un escalier à consulter* Monter un escalier Supervision À consulter : Points de repère pour monter un escalier

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe

Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie. Nos plans de placement à la loupe Confiance et sécurité avec nos nouvelles assurances-vie Nos plans de placement à la loupe Ces dernières années, le marché et ses mécanismes ont connu de profonds changements. Il est de plus en plus difficile

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600

Esiee 2008 Buzer. Guide d utilisation. Scanner LPX-600 Esiee 2008 Buzer Guide d utilisation Scanner LPX-600 Principes de base Scan à balayage rotatif L objet est placé sur un plateau rotatif. Le système de mesure se déplace uniquement en hauteur. L objet va

Plus en détail

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR

PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR PRÉFET DE LA RÉGION PROVENCE-ALPES-CÔTE D'AZUR DIRECTION RÉGIONALE DE L'ALIMENTATION DE L AGRICULTURE ET DE LA FORÊT DE PROVENCE- ALPES - CÔTE D AZUR SERVICE RÉGIONAL DE L ALIMENTATION Marseille, le 20

Plus en détail

AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL

AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL INTERNATIONAL TCHOUKBALL FEDERATION TECHNICAL COMMISSION AMENAGEMENT D UNE SALLE DE SPORT POUR LA PRATIQUE DU TCHOUKBALL L exemple de la salle du Vieux-Moulin à Lausanne, Suisse Document préparé et édité

Plus en détail

La gestion différenciée. et la gestion des déchets

La gestion différenciée. et la gestion des déchets La gestion différenciée et la gestion des déchets Qu est-ce que la GD? Gestion différenciée = Une intensité de gestion propres à chaque espace vert + Une gestion plus écologique des EV + Une réponse au

Plus en détail

Comprendre... Les Effacements

Comprendre... Les Effacements Comprendre... Les Effacements Un effacement est une diminution temporaire de Qu est-ce la consommation d électricité par rapport à une consommation initialement prévue. Cette diminution que c est? est

Plus en détail

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production

Production / Qualité / Maintenance / Méthodes. Garantir un haut niveau de production Garantir un haut niveau de production 1 - Ingénieur industrialisation 2 - Ingénieur maintenance 3 - Ingénieur méthodes 4 - Ingénieur production 5 - Ingénieur qualité projet 6 - Ingénieur résident qualité

Plus en détail

Que voit-on? Bande enherbée (graminées)entre deux rangs de vigne. Enherbement assez haut et varié favorisant la biodiversité. Désherbage chimique sur

Que voit-on? Bande enherbée (graminées)entre deux rangs de vigne. Enherbement assez haut et varié favorisant la biodiversité. Désherbage chimique sur 1 2 Que voit-on? Bande enherbée (graminées)entre deux rangs de vigne. Enherbement assez haut et varié favorisant la biodiversité. Désherbage chimique sur le cavaillon car cavaillon propre et non travaillé

Plus en détail

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP

Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Guide d aide à la décision concernant les implants mammaires PIP Actualisation avril 2011 Afin d aider les femmes et leur chirurgiens dans cette discussion, l Afssaps met à disposition un guide d aide

Plus en détail

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER SERRURIERS METALLIERS

MÉMO SANTÉ CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER SERRURIERS METALLIERS MÉMO SANTÉ SERRURIERS METALLIERS CONTRAINTES PHYSIQUES : LES REFLEXES À ADOPTER Il est essentiel de préserver sa santé et celle de ses salariés pour réaliser un travail efficace et de qualité. De nombreuses

Plus en détail

Nécessité de la désinfection

Nécessité de la désinfection Fiche 1 NETTOYAGE ET DÉSINFECTION DES OUVRAGES : OBJECTIFS ET PRINCIPES Lors de travaux réalisés sur les réseaux de distribution d eau potable et les appareils qui s y rattachent, il est essentiel de s

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

Le memo du producteur de plaquettes

Le memo du producteur de plaquettes Le memo du producteur de plaquettes AVRIL 2012 EXPLOITATION DES HAIES PROTECTION INDIVIDUELLE : Sur le chantier, il est préférable d être deux, afin de pouvoir se secourir mutuellement en cas de problème.

Plus en détail

Construire un projet culturel

Construire un projet culturel Construire un projet culturel Lequel, pour et avec qui, pourquoi, comment? Ce dossier pédagogique s adresse aux travailleurs sociaux et culturels qui mettent en place des projets culturels au sein de leur

Plus en détail

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET

BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE SUJET SESSION 2011 France métropolitaine BREVET DE TECHNICIEN SUPÉRIEUR AGRICOLE ÉPREUVE N 2 DU PREMIER GROUPE ÉPREUVE SCIENTIFIQUE ET TECHNIQUE Option : Génie des équipements agricoles Durée : 3 heures 30 Matériel(s)

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies

Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies Informations techniques Débitmètre stationnaire pour conduites partiellement remplies Canal de mesure calibrée pour la mesure du débit dans des tuyaux et canalisations d eaux usées et d eaux pluviales.

Plus en détail

Bases de la planification

Bases de la planification LUXOMAT Différence entre un détecteur de mouvement et un détecteur de présence Un détecteur de mouvement désactive la mesure de luminosité dès qu il allume la lumière. Après l extinction, la mesure de

Plus en détail

Hauteur de montage minimale, confort maximal le chauffage par le sol pour la rénovation sans trop de débris

Hauteur de montage minimale, confort maximal le chauffage par le sol pour la rénovation sans trop de débris C H A U F F A G E / R E F R O I D I S S E M E N T S Y S T E M E D E R E N O VAT I O N M I N I T E C Hauteur de montage minimale, confort maximal le chauffage par le sol pour la rénovation sans trop de

Plus en détail

Colonne de Douche Thermostatique

Colonne de Douche Thermostatique Colonne de Douche Thermostatique Guide général d installation Les poignées et accessoires sont différents selon les modèles INTRODUCTION Ce guide général d installation vous montre comment installer, assurer

Plus en détail

Guide : applications & usages.

Guide : applications & usages. Vous allez aimer la mobilité Une solution 100% sécurisée, un Drive 100% Pro. Vos fichiers disponibles sur tous vos périphériques. Accédez à tous vos fichiers (photos, documents) en parfaite mobilité sur

Plus en détail

Simulation Entreprise - Tecstrat

Simulation Entreprise - Tecstrat Simulation Entreprise - Tecstrat Compte-rendu Univers C Entreprise 4 Clémence AITELLI Benoît SIJOBERT Maxime ROBERT Ségolène PEIGNET Tuteur : malek.bouhaouala@ujf-grenoble.fr Introduction Durant deux jours,

Plus en détail

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION

LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION LA GESTION DE LA FORCE DE VENTE ABORDEE SOUS L ANGLE DE LA REMUNERATION Depuis quelques années, on constate une grande évolution de la fonction vente ; avec le passage de la notion de l acte de vente à

Plus en détail

Guide pratique du Branchement Basse Tension collectif

Guide pratique du Branchement Basse Tension collectif Guide pratique du Branchement Basse Tension collectif Branchement collectif Page 1 / 10 Sommaire 1- Normes...3 2- Politiques et règles techniques...3 2.1 Branchement aérien ou souterrain...3 2.2 Branchement

Plus en détail

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS

LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS LE GROUPEMENT D'EMPLOYEURS EN ARBORICULTURE FRUITIÈRE Présentation générale Mise à jour : Décembre 2004 Rédacteurs : Benoît PIQUET, ADEFA Tarn-et-Garonne et Christian BADOC, Chambre d'agriculture du Tarn-et-Garonne

Plus en détail

CONSEILS D INSTALLATION

CONSEILS D INSTALLATION CONSEILS D INSTALLATION L installation des toilettes Ecodomeo nécessite la création d une pièce pour le compostage (local de compostage), adaptée à votre habitation. Il est important de prêter une attention

Plus en détail

safety turtle alarme de porte GA-101 guide d installation www.safetyturtle.com

safety turtle alarme de porte GA-101 guide d installation www.safetyturtle.com safety turtle de Terrapin Communications Le modèle GA-101 d alarme de porte nécessite une station de base Safety Turtle vendue séparément. AVANT DE COMMENCER, VEUILLEZ LIRE TOUTES LES INSTRUCTIONS. www.safetyturtle.com

Plus en détail

VERS LE MIX ELECTRIQUE

VERS LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE PRODUIRE EN TEMPS REEL CHOISIR LE MIX ELECTRIQUE DE L ENERGIE PRIMAIRE A L ELECTRICITE De la centrale au consommateur L électricité qui arrive au bout de la prise

Plus en détail

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD).

Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). ÍÇÍÌÛÓÛÍ ÒÒÑÊßÒÌÍ ÜÛ ÌÎß ÌÛÓÛÒÌ ÜÛ Ôùß Î ßÓÞ ßÒÌ Ùß ÒÛÍ ÐÛÎÚÑÎÛÛÍ ß ØßËÌÛ ÒÜËÝÌ ÑÒ ÙË ÜÛ ÜÛ ÝØÑ È ÐÎÑÜË ÌÍ SPIR JET Gaines perforées pour la DIFFUSION de l'air (DLD). Les gaines métalliques perforées SPIROJET

Plus en détail

Évaluer la formation dans l entreprise

Évaluer la formation dans l entreprise L objectif de ce guide méthodologique est de dresser un bilan des actions de formation menées. L évaluation constitue la dernière étape du management de la formation. La démarche permet de : mesurer la

Plus en détail

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013

Réduire la précarit. carité. Leur maitrise est un enjeu. 23 mai 2013 Réduire la précarit carité énergétique Les coûts de la rénovation : Leur maitrise est un enjeu 23 mai 2013 Recherche expérimentation PUCA Connaître le coût t et la performance thermique en OPAH (2009-2012)

Plus en détail

RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud

RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud RETOUR D EXPÉRIENCE 8 questions à M. Vola Responsable administratif et financier de la société cd-sud «Pour changer les choses, il faut avant tout changer le regard sur les choses : c est une fonction

Plus en détail