Rapport d étude septembre 2008

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Rapport d étude septembre 2008"

Transcription

1 Maître d ouvrage : Préfecture de la Région Centre / Direction Régionale de l Équipement du Centre Service Aménagement Transport Étude : Étude sociologique des nouveau arrivants dans les franges franciliennes Rapport d étude septembre 2008 Étude réalisée avec le soutien de la Délégation interministérielle pour l aménagement et la compétitivité des territoires (DIACT) 1

2 Coordonnées BUREAU D ÉTUDE : Repérage Urbain (Eric Hamelin Repérage Urbain, Sarl) Urbanisme, Sociologie, Aménagement 210, rue Saint Maur Paris Tel /

3 SOMMAIRE A. Objet, méthode et contete géographique de l enquête sociologique... 5 I. Thèmes de l étude et population enquêtée Thèmes de l enquête : arrivée et adaptation des e-franciliens Population ciblée : 300 «e-franciliens» arrivés depuis Secteurs d étude : 6 EPCI en «franges» dans trois départements «Complément d enquête» : 30 interviews d acteurs locau....9 II. Rappel méthode et objectifs de l enquête par entretiens Le choi de l entretien semi-directif : authenticité et compréhension Elaboration progressive d une «grille d entretien» adaptée au questionnement et au réalités du terrain Traitement : analyse de contenu et codage a posteriori Objectif : Comprendre le phénomène (sans objectif «statistique»)...13 III. Mode d échantillonnage et répartition géographique Un échantillonnage représentatif sur le plan géographique Répartition géographique finale des entretiens...16 IV. Éléments de cadrage géographique et statistique...19 IV. Éléments de cadrage géographique et statistique D abord une question de proportions Des migrations interrégionales conditionnées, par l urbanisme, les infrastructures et l effet des limites administratives Sur nos secteurs d étude : Des nouveau arrivants nombreu surtout près de la bordure En 1999, des nouveau arrivants plutôt d «âge moyen» et de «classe moyenne»...29 V. Éléments de vision des acteurs locau...31 B. Réponses au questionnements initiau (du cahier des charges) I. Profils socio-démo-géographiques des «nouveau arrivants» dans les franges franciliennes L essentiel des profils / aperçu synthétique Sees : Plus de femmes (mais par effet d échantillonnage) Dates de départ de l Ile-de-France : plus d arrivées «récentes» Des arrivants plutôt «moyennement jeunes» Types de ménages : une petite domination des «familles» Des interviewés «moyennement» actifs et de catégories sociales variées Provenances et origines géographiques : «retours en province» et proimité relative dominent Des types d habitat et situations résidentielles qui «ressemblent» au territoire de départ et d accueil...51 II. Raisons de l implantation : multiples et imbriquées L essentiel des résultats Synthèse détaillée et quantifiée des raisons du déménagement La connaissance du territoire et les «vecteurs d informations»...67 III. Permanence des liens avec l IDF : une fréquentation d abord «de proimité» L essentiel des résultats Un travail en IDF «pas si fréquent» et un certain rapprochement dans le temps Les déplacements en IDF hors travail : la famille et les amis d abord Les modes de transports utilisés : la voiture d abord, par nécessité et par plaisir

4 IV.Conséquences et perceptions en termes de mode de vie L essentiel des résultats Synthése détaillée des principau sujets d insatisfaction Synthèse détaillée des principales sources de satisfaction Une intégration généralement réussie, malgré le maintien d un certain nombre de préjugés (réciproques)...96 V. conflits d'usage ou de voisinage : quelques conflits peu spécifiques VI. Intentions ou perspectives de mobilité résidentielle C. Analyse typologique des nouveau arrivants I. Analyse des différences selon les profils socio-éco-géographiques L essentiel des résultats de l analyse Analyse selon les caractéristiques socio-démographiques Analyse selon les provenances et trajectoires géographiques Analyse selon les profils résidentiels (parcours immobiliers et types d habitat ) II. Analyse des différences selon les secteurs d étude Portraits rapides des nouveau-arrivants par secteurs d études (départements) Raisons de départ selon les secteurs d étude Parcours géographiques selon les secteurs d étude Type d habitat et parcours résidentiels selon les secteurs d étude profils socio-démographiques et professionels par secteurs d études Modes de vie et perceptions selon les secteurs d étude III. Quelques grandes oppositions qui différencient les enquêtés Ceu qui mettent en avant des motivations financières / ceu qui ne le font pas Ceu qui ont des «liens préalables» avec le territoire d accueil / ceu qui n en ont aucun Ceu qui «rejettent» l Ile de France / ceu qui n évoquent pas de rejet IV. Typologie simplifiée des nouveau arrivants en cinq «portraits types» Les (plus ou moins) «contraints» Les «fuyards» : Les «voisins» Les «retournants» Les «e-parisiens» ou «purs citadins», un type à part? D. Quelques problématiques qui intéressent l aménagement de l espace Le poids symbolique de la «frontière» francilienne Un «effet frontière» sur les pri immobiliers, ou d abord sur le type d habitat? Le «mythe» du pavillon en lotissement? «Fuir l Île-de-France», des motivations négatives qui reflètent l hétérogénéité du territoire francilien Difficultés de transports ou de garde d enfants : des «problématiques de territoires», ne se limitant pas au «e-franciliens» L attrait du «cadre de vie», une motivation souvent secondaire et une notion à signification variable E. Synthèse sélective des enseignements ANNEXES

5 A. Objet, méthode et contete géographique de l enquête sociologique 5

6 I. Thèmes de l étude et population enquêtée 1. Thèmes de l enquête : arrivée et adaptation des e-franciliens L'objectif général de l'étude, fié par le cahier des charges initial, était d'aborder les points suivants, soulevant un certain nombre de questions : 1. Les profils sociodémographiques des nouveau arrivants dans les franges franciliennes : s'agit-il principalement d'accédants qui réalisent leur projet dans les franges franciliennes, faute de pouvoir le faire en Ile-de-France? de catégories modestes lasses d'attendre un logement social? de ménages aisés qui préparent leur retraite?... ; 2. Les raisons de leur implantation (économiques, familiales,...) et leurs attentes (en matière d'habitat, de services...), en regard de leur lieu de résidence précédent en Ile-de-France ; 3. La persistance de la fréquentation de l Ile-de-France, par eemple pour l activité professionnelle, et les moyens de transport utilisés : la localisation des nouveau arrivants est-elle en corrélation avec les aes de transport, en particulier ceu qui desservent l'ile-de-france? 4. Les conséquences en termes de mode de vie, la perception de leur cadre de vie par les nouveau arrivants, le niveau de satisfaction qu ils en retirent, l intégration dans le territoire d accueil ; 5. Les éventuelles intentions ou perspectives de mobilité résidentielle ; 6. Les conflits d'usage ou de voisinage éventuels. 2. Population ciblée : 300 «e-franciliens» arrivés depuis 1990 L étude ici présentée est principalement basée sur une enquête par entretiens, réalisée auprès de 300 «nouveau arrivants» dans les «franges franciliennes». L intention principale du maître d ouvrage était de mieu connaître un phénomène, fortement ressenti par un certain nombre d acteurs locau : l arrivée importante de franciliens ; dans des territoires etérieurs mais contigus à la région Île-de-France. La délimitation temporelle des «nouveau arrivants» a été fiée, après hésitations, à une «arrivée depuis 1990», à la fois pour : coïncider avec une précédente étude sur le même thème réalisée dans l Yonne 6

7 coïncider avec une date de recensement rendre simplement l étude réalisable, au regard du «tau de présence» d e-franciliens sur les territoires étudiés et des difficultés rencontrées quant à l obtention de rendez-vous téléphoniques avec des personnes correspondant au profil recherché (e-franciliens) La «population cible» de l enquête est donc eclusivement constituée de personnes ayant eu une epérience de vie plus ou moins longue en Île-de-France, mais l ayant quittée entre 1990 et aujourd hui, et habitant aujourd hui l un des trois secteurs d étude définis avec la maîtrise d ouvrage. 3. Secteurs d étude : 6 EPCI en «franges» dans trois départements Trois départements frontaliers de l Île-de-France appartenant à trois régions différentes - devaient être visés par l étude : l Eureet-Loir (28) dans la Région Centre, l Eure (27) en Haute Normandie, l Oise (60) en Picardie. Les contraintes de l étude (temps, budget) semblaient imposer la délimitation de secteurs d enquête restreints, qui puissent être étudiés de façon plus ou moins «eemplaire» mais suffisamment approfondie. Trois secteurs d étude en «frange» de la région capitale ont donc été déterminés en concertation entre les différentes DDE et DRE concernées, de façon à constituer des territoires suffisamment «représentatifs» de l influence ressentie et de l impact sociodémographique des nouveau arrivants e-franciliens, tout en restant relativement cohérents et compacts sur le plan géographique. Ces secteurs ne sont pas homogènes en termes de poids démographique et de superficie, mais ont pour caractéristique commune : D être tous trois constitués de deu EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale) Dont l un est directement limitrophe de l Ile-de-France et l autre contigu au premier dans sa continuité. Ces 6 EPCI sont : Pour l Eure-et-Loir (28) - La Communauté de Communes «du Val Drouette» (autour d Epernon), habitants en La Communauté de Communes «Terrasses et Vallées de Maintenon», habitants en 1999 Pour l Eure (27) - la Communauté d Agglomération des «Portes de l Eure» (autour de Vernon et de Pacy-Sur-Eure), habitants en

8 - et la Communauté de Communes «Eure Madrie Seine» (autour de Gaillon), habitants en 1999 Pour l Oise (60) : - la Communauté de Communes du «Pays de Thelle» (Chambly, Neuilly-en-Thelle, Noailles), habitants en la Communauté de Commune du «Pays du Clermontois» (autour de Clermont), habitants en

9 4. «Complément d enquête» : 30 interviews d acteurs locau. Complémentairement au 300 entretiens avec des particuliers, une trentaine d entretiens devaient être consacrés : À des «acteurs locau» Intervenant dans des domaines affectés par le phénomène (des nouveau arrivants) Localisés ou actifs dans les territoires d étude Cette approche avait pour intérêt : D offrir un regard «en contraste» au résultats de l enquête, c est à dire de pouvoir confronter d éventuelles «visions» ou stéréotypes locau avec des faits parfois divergents ou du moins plus nuancés De permettre d apporter certains compléments à la «grille d entretien», en enrichissant les problématiques initiales de quelques interrogations émises par les acteurs ou tirées de leurs hypothèses sur le phénomène des nouveau arrivants. Suite à un dialogue en comité technique et après quelques tentatives infructueuses avec certains types d acteurs finalement peu touchés par la problématique de l étude (notamment : opérateurs du logement social), la liste des acteurs interviewés est constituée de : 6 élus locau (un pour chaque EPCI) 6 administratifs (un pour chaque EPCI) 13 agents immobiliers (2 minimums par EPCI) 5 promoteurs et aménageurs (ayant une ou plusieurs opérations sur un ou plusieurs EPCI) Ces entretiens étant naturellement basés sur une grille d interview spécifique et adaptée (voir en annee), leur analyse a fait l objet d un traitement particulier, présenté un peu plus loin en «élément de cadrage» de l enquête. 9

10 II. Rappel méthode et objectifs de l enquête par entretiens 1. Le choi de l entretien semi-directif : authenticité et compréhension Entretiens en face à face, enregistrés Les personnes interrogées ont été initialement sollicitées par téléphone, puis rencontrées et interrogées en face-à-face, à leur domicile (sauf quelques rares cas rencontrés sur leur lieu de travail). Les entretiens, enregistrés, ont été menés par une équipe restreinte de 4 socio-urbanistes, sans division géographique des secteurs d étude, de façon à ce que les différents secteurs d études soient en partie couverts par chacun. Ils ont fait l objet d une prise de note sur «grille d entretien» (voir plus bas), en même temps que l enregistrement, qui a un double but de traitement affiné des réponses et de contrôle de qualité des entretiens de la part du responsable d étude (Eric HAMELIN). Entretiens à dominante «semi-directive» L enquête était essentiellement basée sur le principe de l entretien semi-directif : Au travers de questionnements «ouverts», complétés de «relances» (formules orales stimulant l approfondissement des réponses), les personnes interrogées sont invitées à s eprimer librement, pas obligatoirement dans l ordre suggéré par la grille (ce qui autorise à compléter «l inspiration» des interviewés au fur et à mesure de l entretien), et en ayant tout loisir d insister plus ou moins sur l un ou l autre de leurs sujets de motivations, de biographie,de préoccupations ou de satisfactions en rapport avec les thématiques d étude. Ce questionnement ouvert améliore la compréhension et l authenticité des réponses, en évitant les «effets d imposition» (des questions à réponses pré-établies sont toujours restrictives et souvent inadaptées au réalités des individus). Il permet l accès à des éléments de compréhension non anticipés par les enquêteurs et des détails eplicatifs des démarches et itinéraires individuels souvent inaccessibles par d autres techniques de sondage, cela d autant plus si la grille d entretien fait l objet d une élaboration progressive testée sur le terrain (voir plus loin). Un nombre limité de questions «fermées» pour relever des informations «objectives» Une petite série de questions relevaient tout de même de la question de type «fermée», uniquement pour le recueil d informations «objectives» (socio-démographie, informations professionnelles, habitat) 10

11 Les questions «fermées» véritables sont celles qui appellent une réponse délimitée par essence : questions «quantitatives» (âge, distance parcourue domicile travail ), «signalétiques» («votre CSP», «votre lieu de naissance») ou «typologiques» quelconques (votre statut d habitation, votre catégorie d habitation, votre mode de transport principal pour le travail, etc ) Elles portaient dans cette enquête sur des éléments précis de datation, de localisation ou des aspects socio-démographiques : Origines / provenances géographiques (y compris antérieures au passage en Île-de-France) Situations immobilières actuelles et passées (Type de logement, avec ou sans jardin, nombre de pièces, surfaces, location ou achat ) Situation et évolution familiale / âges Situation et catégorie professionnelle de l interviewé et de son éventuel conjoint / évolution professionnelle / situation géographique de l emploi actuel (et au moment du déménagement si différent) Déplacements vers Île-de-France (fréquences, destinations, motifs) et modes de transports utilisés Enfin quelques points étaient relevés directement par l enquêteur-sociologue : Commune d habitation / type de quartier (centre, hameau, lotissement ) / caractéristiques de l habitat actuel (mitoyen ou non / avec ou sans jardin ) 2. Elaboration progressive d une «grille d entretien» adaptée au questionnement et au réalités du terrain Elaboration progressive de la «grille d entretien» La conception de la grille d entretien, pour être opérationnelle et adaptée au réalités des populations ciblées par l étude, a été constituée en plusieurs étapes successives : Une première «grille d entretien» a été élaborée, essentiellement constituée de questionnements thématiques ou questions ouvertes tirés des interrogations de la maîtrise d ouvrage, et de «relances» destinées à l approfondissement, ainsi que d une série de questions «fermées» (voir précédent). Un test de «pertinence» des questionnements et relances a été effectué sur cette base, sur le terrain, au cours des 30 premiers entretiens, dits «tests» ou «eploratoires» (plus longs en durée et moins structurés que les suivants, mais intégrés au corpus d enquête grâce au méthodes d analyse de contenu a posteriori voir plus bas) 11

12 Le dépouillement progressif de ces «tests», a donné lieu à plusieurs reprises à précision et reformulation de la grille (de façon à mieu correspondre au réalités rencontrées), ainsi qu à certains «recadrages» (suppression de certains questionnements visiblement inadaptés au populations étudiées) La grille d entretien définitive a, enfin, été arrêtée d un commun accord avec la maîtrise d ouvrage, avant de servir de base au 270 entretiens suivants Objectifsde la grille : répondre au interrogations de la maîtrise d ouvrage, tout en étant adaptée au réalités des interviewés Conçue de manière à s assurer de faire le tour des différents thèmes et interrogations soulevés par la maîtrise d ouvrage, la grille invitait à s eprimer de façon détaillée au travers de 7 grands thèmes d entretiens : L «itinéraire résidentiel» (sur le plan géographique, immobilier et des typologies d habitat) Les motivations et motifs : - du changement de région - de l éventuel choi de changement de type d habitat, de type de communes, de type de quartiers Les évolutions professionnelles parallèles ou liées au changement de région Les perceptions et jugements sur le mode de vie et le lieu de vie actuel Les conséquences objectives et subjectives en termes d «intégration», de déceptions ou de conflits éventuels Les motifs et modalités de fréquentation actuelle de l IDF, les changements dans les relations avec des franciliens et les regrets éventuels par rapport au mode de vie précédent Les intentions et perspectives, en termes de mobilité résidentielle à l avenir (Voir grille en Annee). 3. Traitement : analyse de contenu et codage a posteriori La présente étude a fait l objet d un «post-codage» arborescent assez complee, de façon à ne pas perdre la finesse et les subtilités des cas individuels etrêmement variés rencontrés, tout en permettant une saisie informatique d une importante part des informations concernant chaque interviewé, de manière à faciliter l analyse en tris croisés et par typologies. 12

13 Les réponses formulées librement lors des entretiens (ayant fait l objet de prises de notes et d un enregistrement), ont ainsi été traitées en «analyse de contenu» (partiellement) informatisée. Facilitée par les fonctionnalités des logiciels de traitement d enquête, la technique consiste principalement à : Relever le contenu des «questions ouvertes» par catégories et unités de sens quantifiables et structurables en «thèmes» et «notions» plus ou moins larges et ramifiés (l interprétation «linguistique» de la similarité d epressions différentes restant du ressort des sociologues) ; Dans un deuième temps, effectuer la conversion a posteriori d éléments de «discours» libres en «variables informatiques», susceptibles d être croisées et étudiées en termes de corrélation avec d autres variables, conçues de la même façon ou de façon plus «objective» (questions fermées voir précédemment). Permettre enfin l «interprétation» des discours individuels en autorisant leur mise en parallèle avec un certain nombre de déterminants sociau, économiques ou démographiques (et ici également géographiques et immobiliers). 4. Objectif : Comprendre le phénomène (sans objectif «statistique») Au-delà des interrogations initiales de la maîtrise d ouvrage (voir précédemment), les objectif générau de l étude étaient de : Comprendre les trajectoires et les processus décisionnels, Analyser l influence d un certain nombre de déterminants géographiques et sociau sur ces processus, Développer une «typologie» des nouveau arrivants, de façon à rendre plus intelligible les résultats de l enquête Ces objectifs étaient déterminants : Sur le choi méthodologique de l enquête par entretiens en face à face et en conséquence sur la taille de l échantillon (de taille plus limitée que ceu des sondages par questionnaire pré-codé) Ainsi, à l inverse, il est à retenir que : L étude ne devait pas avoir (et n a pas) d objectif proprement «statistique» À l échelle des trois départements d étude, l échantillon, d une centaine d interviewés, réduit encore les possibilités d interprétation quantitative, et les typologies de communes et les infrastructures particulières des secteurs d études retenus ne sauraient permettre une etrapolation trop large des résultats et analyses à l ensemble d un département. 13

14 III. Mode d échantillonnage et répartition géographique 1. Un échantillonnage représentatif sur le plan géographique Taille et critères d échantillonnage : une population représentative des arrivants sur un territoire donné La taille de l échantillon enquêté (300 personnes) était conditionnée à la fois au budget prévu par la maîtrise d ouvrage et à la méthode d enquête proposée. Différentes limites à la mise en place d un «échantillon représentatif» s imposaient d elles-mêmes : La représentation des tranches d âges et des différentes CSP n a fait l objet d aucun filtrage, en l absence de données statistiques de comparaison valides concernant la population ciblée (e-franciliens arrivés depuis 18 ans, durée impliquant d importantes évolutions sur ces deu plans ). Le souhait de représentation «réaliste» des actifs ou inactifs n a pas fait l objet de «filtrage», mais a entraîné la mise en place d horaires adaptés au deu catégories pour le recrutement téléphonique et l enquête (jusqu à 21h et les samedis). On constate cependant que notre échantillon, sur ces points, s approche finalement nettement des profils des «nouveau arrivants etra-régionau» constatés sur les secteurs d études au recensement de 1999 (voir plus loin) La représentation des hommes et femmes parmi les interviewés, subissant visiblement un «biais de recrutement» (meilleure volonté et/ou plus grande disponibilité à répondre des femmes), reste déséquilibrée, bien que compensée par une sollicitation plus volontaire des hommes en cours de phase téléphonique. L échantillonnage s est donc prioritairement basé sur un «filtrage» géographique (voir ci-dessous). Echantillonnage géographique pondéré par communes et par sous-secteurs Base et mode de calcul : La pondération a été calculée en fonction de la «répartition des ménages e-franciliens» sur le territoire, sur la base des migrations (source Insee recensement 1999), seules données de références disponibles suffisamment «approchantes» de notre population cible (qui, rappelons-le, est constituée des e-franciliens arrivés entre 1990 et 2008). Après définition d un «échantillon théorique» par communes et application d arrondis au plus fort reste, des regroupements par «sous-secteurs» ont été effectués, afin de rendre réalisables les objectifs de pondération géographique. 14

15 La grille d échantillonnage présentée en eemple, ci-dessous, permet d observer les différentes strates de calcul (de gauche à droite en colonnes) de cette opération : Eemple de «grille d échantillonnage» utilisée pour l enquête (secteur de Vernon) 15

16 Au final, des interviewés relativement «représentatifs» des nouveau arrivants sur les secteurs d études, Concernant la «représentativité» de l échantillon, on retiendra, que : - Nos interviewés ont des âges, à l arrivée, étonnamment proches de ceu des populations «cibles», selon les seules données de comparaison disponibles : nouveau arrivants etra-régionau au recensement 1999 sur secteurs d études (cf. ci-dessous), malgré une période de référence différente (jusqu à 18 ans d ancienneté dans notre échantillon, contre 9 ans au RP). Comparaison "nouveau arrivants etra régionau" RP 1999 / Vs. Échantillon 300 "e franciliens" âges population «cible» échantillon Catégories socioprofessionnelles population «cible» échantillon 25 à 39 ans 55% 56% CSP 1 24% 31% 40 à 59 ans 31% 30% CSP 2 29% 20% 60 ans et + 14% 14% CSP 3 47% 49% NB :% sur les 25 ans et plus uniquement, seules données insee dispo. pour adultes en résultats détaillés NB : % calculés sur les "actifs" uniquement / Cf. Chap. B pour catégories sociales retraités et e-actifs - La répartition par CSP (Catégories Socio- Professionnelles) «simplifiées» reste «assez proche» de la population «cible», malgré une sous représentation des CSP 2, possiblement liée à la période de référence différente, les classes «moyennes» étant classiquement les plus «mobiles» socialement. - Au niveau des sees : les femmes restent sur-représentées. Mais, une majeure partie des interrogations de l enquête concernant les «ménages», on pourra donc postuler que cet aspect a peu d impact sur la «représentativité» de l échantillon. - Au niveau géographique : Les objectifs de pondération géographique représentative des populations étudiées - dans les territoires étudiés - ont été très finement approchés (voir point 2 ci-dessous et cartes qui suivent). Rappelons par contre que la taille de l échantillon, autant d ailleurs que la méthodologie utilisée pour la majeure partie de l enquête (entretiens avec analyse de contenu quantifiée a posteriori), eclut un calcul précis d «intervalles de confiance» pour les résultats chiffrés. De façon théorique (c'est-à-dire selon une «loi normale» dont l applicabilité à des phénomènes sociau parfois très discontinus n est pas d une totale pertinence) ces intervalles sont, à 95% de chances, de l ordre de plus ou moins 2,5 à 6 % selon que les résultats sont plus ou moins «tranchés», sur la base d un tirage «aléatoire» (c'est-à-dire à pondération géographique). Retenons en conséquence que (voir également précédemment «Objectifs de l étude») : - L ensemble des données chiffrées issues de l enquête, présentées dans les pages qui suivent, peuvent être considérées comme valables pour interpréter des «tendances» et aider à l «interprétation» des parties tetuelles des entretiens - Ne doivent en aucun cas être utilisées pour «quantifier» précisement des problèmes 2. Répartition géographique finale des entretiens Les 3 cartes pages suivantes permettent de visualiser rapidement la localisation des interviewés, avec comparaison entre le «calculé» (représentation pondérée des ménages e-franciliens sur le secteur d étude) et le «réalisé». 16

17 Eure et Loir 97 entretiens effectués CC du Val Drouette 47 (sur 48 prévus) CC Terrasses et Vallées de Maintenon 6/7 6/6 27/27 5/ /30 11/12 13/13 50 (sur 52 prévus) Ronds rouges : entretiens réalisés par communes Nombres bleus : réalisés par sous-secteur Nombres verts : prévus selon calcul initial 17

18 Eure : 101 entretiens effectués 5/3 CC Eure Madrie Seine 12/12 22 sur 20 «prévus» (selon le calcul de «pondération géographique» cf. page précédente) CA des Portes de l Eure 5/5 10/9 36/ /6 79 (sur 80 «prévus») dont : 51 sur 53 pour moitié Nord (Vernon) 28 sur 27 pour moitié Sud (Pacy) 11/10 4/4 9 4/4 9/9 18

19 Oise 102 Entretiens effectués CC du Pays Clermontois 11/ /1 15 (sur 13 «prévus») 3/3 2/2 17/16 CC du Pays De Thelle 87 sur 87 prévus Dont : 38 sur 37 pour la moitié Nord (Noailles / Ully) 49 Sur 50 pour la moitié Sud (Chambly / Neuilly) 18/18 27/ /20 19

20 IV. Éléments de cadrage géographique et statistique 1. D abord une question de proportions Une pression démographique «naturelle» de la région la plus dense de France vers ses franges D un côté habitants en Ile-de-France (estimation Insee 1 er janvier 2006) sur km² (soit 956 habitants par km²), de l autre, sur une superficie 4 fois et demi plus importante, 4,15 millions d habitants dans l ensemble des 8 départements limitrophes (Insee 2005) : le phénomène des «nouveau arrivants» dans les franges franciliennes est, de prime abord, d abord une question de proportion. On pourrait donc dire que l immense réservoir de population de l Ile de France, eerce «naturellement» une pression démographique non négligeable dans ses environs immédiats : particulièrement en provenance de ses zones les plus denses et particulièrement en direction des franges les plus proches de cette densité, donc notamment dans nos secteurs d étude. Avant toute analyse motivationnelle, sociale, économique et territoriale, on peut donc en premier lieu poser ce cadre de réfleion générale, d ordre géodémographique, qui impose à Évolution de la population de 1968 à 1999, par couronnes concentriques autour de Paris l esprit une forme d inéluctabilité du «déversement» démographique Années de recensement : estim progressif d une part des Paris populations franciliennes vers Tau d'évolution annuel, -1,2% -0,1% 0,2% moyenne période ses franges et même au-delà, comme on le sait. Le solde naturel ecédentaire de l agglomération parisienne et son solde migratoire négatif, entraîne en effet des mouvements de population de longue date vers Petite couronne Tau d'évolution annuel, moyenne période Grande couronne Tau d'évolution annuel, moyenne période Départem. limitrophes IDF à l'ouest (27, 28, 60, 45) Tau d'évolution annuel, moyenne période ,1% 2,5% 1,4% ,2% 1,1% 0,8% ,9% 0,7% 0,5% Source : RGP Insee 1968, 82, 99,

21 la grande couronne et vers la province. Les recensements successifs ont montré que le solde migratoire global de la région capitale est en faveur de la province, depuis le milieu des années 70. Ce qui a pu contribuer au renforcement de la pression démographique sur les franges dans les 30 ou 40 dernières années. Même un ralentissement de l urbanisation n empêcherait pas un important «tau de présence» des e-franciliens On remarque ainsi que les départements limitrophes de l Ile-de-France à l Ouest (les plus proches des zones denses) ont connu une période de croissance élevée de leur population plus ou moins parallèle à celle de la grande couronne (bien qu en moindre proportion ; voir tableau ci-dessus), alors que la croissance de Paris et petite couronne était déjà stabilisée. Pour cette raison et pour d autres, on imagine donc que ces départements ont accueilli, sur le long terme, une proportion importante de personnes ayant eu «au moins une epérience de vie en IDF», par effet de proimité, bien que les données statistiques manquent pour quantifier toute perspective de «longue durée». Rappelons quoi qu il en soit que les migrations intercommunales et interrégionales sont naturellement importantes en France. Par eemple, en 2005, sur l ensemble de la France : environ 8% des ménages français ont au moins changé de région (voire de pays) dans les cinq années précédentes 25% ont au moins changé de commune Ainsi, même si les échanges démographiques devenaient défavorables au franges (solde migratoire négatif), et/ou si l urbanisation y était «contenue» : cela n empêcherait pas pour autant, par «échanges de population», la poursuite d une arrivée régulière et importante de «franciliens», du simple fait du «rapport de proportion» évoqué plus haut. On le devine d ailleurs, en observant (cartes pages suivantes) les tau de «nouveau-arrivants» récents, majoritairement constitués d «e-franciliens» dans les départements proches de l agglomération parisienne. Ainsi, quelles que soient les évolutions de la «pression démographique», il n en restera pas moins à observer et à surveiller, au niveau local, les évolutions du «profil de peuplement», avec l arrivée de population : Qui ont fréquemment une epérience très «urbaine» (de zone urbaine dense), Qui ont parfois (bien que rarement, voir plus loin) un «pouvoir d achat immobilier» très élevé par rapport au normes locales (surtout pour ceu étaient déjà propriétaires et arrivent de communes «cotées» de l IDF) Qui subissent, mais sont aussi porteurs, de préjugés réciproques, de part et d autre de la «frontière» interrégionale 21

Observatoire départemental de l'opinion

Observatoire départemental de l'opinion Observatoire départemental de l'opinion Enquête thématique "Les Finistériens et le logement" - Présentation générale - Juin 2009 RAPPEL DE LA METHODOLOGIE RAPPEL DE LA METHODOLOGIE 500 ménages de 18 ans

Plus en détail

LE «logement idéal» vu par les consultants

LE «logement idéal» vu par les consultants LE «logement idéal» vu par les consultants de l ADIL-Espace Info Energie du Loiret 2012 Du 3 e trimestre 2011 au 1 er trimestre 2012, l ADIL-Espace Info Energie du Loiret a interrogé ses consultants, quel

Plus en détail

Une intensification des mobilités entre zones proches.

Une intensification des mobilités entre zones proches. Brique Observation partie 3 Une intensification des mobilités entre zones proches. Avril 2011 2 Sommaire : Des échanges migratoires intenses entre les territoires régionaux..4 Des mobilités domicile-travail

Plus en détail

Plan Départemental de l Habitat de l Eure

Plan Départemental de l Habitat de l Eure Département de l Eure Direction du Développement Economique et de l'aménagement du Territoire Plan Départemental de l Habitat de l Eure Fiche territoriale SCOT de la CA Seine Eure - Forêt de Bord SCOT

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Juillet 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 % des

Plus en détail

Changer de logement dans le même environnement

Changer de logement dans le même environnement 6 Changer de logement dans le même environnement Christelle Minodier* Les parcours résidentiels sont en grande partie rythmés par les événements familiaux et dans une moindre mesure par les changements

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 1 Septembre 2012 La mobilité en Île-de-France 2001-2010 : 3,87 déplacements par personne et par jour Une portée moyenne de 4,4 km 41 millions de déplacements quotidiens 70 %

Plus en détail

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine

Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Enquête Ménages Déplacements 213 Les pratiques de stationnement automobile des habitants de la grande agglomération toulousaine Le poids de l histoire L avènement de la voiture s est accompagné d une offre

Plus en détail

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie

5. La féminisation du travail transforme les modes de vie 5. La féminisation du travail transforme les modes de vie Féminisation du travail 1968 2002 Population active féminine (millions) 7,7 12,1 Population active masculine 13,8 14,5 Part des femmes dans la

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 N 111871 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Marion Chasles-Parot marion.chasles-parot@ifop.com Janvier 2014 1 La méthodologie

Plus en détail

D E S M E N A G E S P L U S P E T I T S E T P L U S N O M B R E U X U N E G R A N D E M A J O R I T E D E L O G E M E N T S I N D I V I D U E L S

D E S M E N A G E S P L U S P E T I T S E T P L U S N O M B R E U X U N E G R A N D E M A J O R I T E D E L O G E M E N T S I N D I V I D U E L S L h a b i t a t e t l e l o g e m e n t U N T E R R I T O I R E R U R A L D O M I N E P A R U N B A S S I N D H A B I T A T P R I N C I P A L U N P A R C D E L O G E M E N T D Y N A M I Q U E T I R E P

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION

B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION B. L ATTRACTIVITÉ DU BASSIN HAVRAIS EN QUESTION Un niveau de fécondité élevé Le recul démographique du bassin havrais ne s explique pas par un manque de vitalité de sa démographie «naturelle». En effet,

Plus en détail

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi,

Le déclenchement de la crise économique en 2008, au-delà de ses effets sur l emploi, n 3 mai 2012 Le mot de l Observatoire Cette nouvelle livraison de la Lettre de l ONPES aborde un sujet souvent commenté : celui du logement des ménages pauvres et modestes. Cependant, l auteur de cette

Plus en détail

Commission Populations - Equipements

Commission Populations - Equipements Commission Populations - Equipements Synthèse du diagnostic stratégique Septembre 2010 Document de travail usage et diffusion soumis à l accord du SEBB Commission populations équipements synthèse du diagnostic

Plus en détail

Campagne nationale de prévention des chutes au domicile des seniors

Campagne nationale de prévention des chutes au domicile des seniors Campagne nationale de prévention des chutes au domicile des seniors Sondage sur la perception du danger et la volonté d équipement du domicile des plus de 70 ans Embargo : 6 octobre 2011 12h00 Enquête

Plus en détail

Les données urbaines

Les données urbaines Les données urbaines Pour les études de faisabilité, le STIF a chargé l Institut d Aménagement et d Urbanisme d Ile-de- France (IAU IdF), d analyser et d'estimer les évolutions urbaines possibles du territoire

Plus en détail

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009.

Le tableau de bord. Ré g i o n Ce n t r e. de l observatoire régional de l habitat et du foncier de la région Centre. Édition octobre 2009. O bservatoire R H F égional abitat oncier Ré g i o n Ce n t r e Cher - Eure-et-Loir - Indre Indre-et-Loire - Loir-et-Cher - Loiret Le tableau de bord de l observatoire régional de l habitat et du foncier

Plus en détail

Emploi et territoires

Emploi et territoires Emploi et territoires Emploi et territoires Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi Octobre 2015 page 1 Sondage de l Institut CSA pour le Conseil d orientation pour l emploi

Plus en détail

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire

Le coût de construction des maisons en Pays de la Loire Le coût de construction des s en Pays de la Loire pour les permis autorisés en 2006 Sommaire I Source, définitions et limites d utilisation p 2 II Les principaux enseignements p 3 III Qui sont les pétitionnaires

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE

ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE ENQUÊTE SUR LA MOBILITÉ DES PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE Plan de l intervention Introduction et contexte : 15 min Présentation du questionnaire Identification / échanges : 20 min Présentation du questionnaire

Plus en détail

Méthodes d investigation

Méthodes d investigation Méthodes d investigation 1 LE QUESTIONNAIRE LE questionnaire 1. l économie générale du questionnaire : 2. L avant questionnaire 3. la construction du questionnaire 4. Le choix de l échantillon 2 1. Le

Plus en détail

Etude sur les besoins en logement des personnes âgées

Etude sur les besoins en logement des personnes âgées Etude sur les besoins en logement des personnes âgées DIRECTION REGIONALE DE L EQUIPEMENT POITOU-CHARENTES 2bis rue du Gal Chêne 86000 POITIERS Tél. : 05 49 11 90 52 - Fax : 05 49 46 45 66 Mail : ateliers-dev@club-internet.fr

Plus en détail

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal

1 Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal 1 LES CHANGEMENTS SOCIODÉMOGRAPHIQUES DE MONTRÉAL Fiche d'information Projet de Plan de développement de Montréal Au cours des dernières décennies, la population montréalaise a subi d importantes transformations.

Plus en détail

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU 1.Présentation générale L objet des enquêtes ménages déplacements (EMD) est de recueillir les pratiques de déplacements d une population urbaine.

Plus en détail

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008

Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Eléments d intervention CNIS 18 novembre 2008 Nouvelles tendances de localisation de population et des activités sur le territoire I - Artisanat et territoire 1. Les artisans sont présents sur tout le

Plus en détail

MOBILITÉ. n 4. ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par :

MOBILITÉ. n 4. ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par : dequestions Janvier 2010 MOBILITÉ n 4 Comment et pourquoi se déplacent les habitants? Des différences selon les communes? ENQUÊTE MÉNAGES DÉPLACEMENTS DE L AGGLOMÉRATION TOURANGELLE Réalisée par : Comment

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter

OCTOBRE 2012 : Des taux bas, des prix qui ne grimpent plus et des acquéreurs qui ne se décident toujours pas à acheter Enquête trimestrielle menée auprès des candidats à l acquisition d un logement dans les 12 prochains mois Communiqué de presse - Octobre 2012-8ème vague - 3ème trimestre 2012 / ANALYSE GLOBALE OCTOBRE

Plus en détail

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer

Evaluation du SCoT. Coût résidentiel : pouvoir d achat des. ménages pour se loger et se déplacer Evaluation du SCoT Coût résidentiel : pouvoir d achat des ménages pour se loger et se déplacer Présentation aux partenaires et aux membres du groupe de travail de l action n 5 du PLH 24/11/2014 Contexte

Plus en détail

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements

Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Île-de- Les Franciliens consacrent 1 h 20 par jour à leurs déplacements Yann Caenen, Insee Île-de- Christine Couderc, Dreif Jérémy Courel, IAU île-de- Christelle Paulo et Thierry Siméon, Stif Avec 3,4

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 21 Avril 215 La mobilité en Île-de-France Le stationnement, un levier majeur des politiques de déplacements Les voitures à disposition des ménages franciliens ne circulent en

Plus en détail

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP Capacités d accueil, aménagements commerciaux, mutabilité foncière : des outils concrets pour construire un SCOT intégrant les vulnérabilités énergétiques et climatique Intervenant : Séverin Poutrel, BURGEAP

Plus en détail

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local.

Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme. 17 novembre 2014. Atelier Habitat - Equipement. Révision du. Plan Local. Atelier Habitat - Equipement 17 novembre 2014 Assistance pour la modification du Plan Local d Urbanisme Révision du Plan Local d Urbanisme 1 Situation et structuration Plan réalisé par CAZAL Source : Département

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS

EVOLUTION DU PARC DE LOGEMENTS . - SITUATION DU LOGEMENT COMARAISON AVEC LA CROISSANCE DÉMOGRAHIQUE EVOLUTION DU ARC DE LOGEMENTS L analyse du parc de logements et de son évolution permet de connaître la manière dont celui-ci répond

Plus en détail

Le métier de Credit Manager

Le métier de Credit Manager Le métier de Credit Manager 2012 2 Enquête 2012 SUR LE METIER DE CREDIT MANAGER Cette note de synthèse est le résultat de l enquête menée conjointement par Robert Half, spécialiste du recrutement temporaire

Plus en détail

les évolutions récentes

les évolutions récentes DE L ADEUS les évolutions récentes dans le BAS-RHIN : des territoires plus spécialisés et plus interdépendants 92 DéCEMBRE 2012 TRANSVERSAL Illustration : ADEUS, 2012 Depuis le milieu des années 1970,

Plus en détail

La mobilité au cas par cas

La mobilité au cas par cas HISTOIRE CORRIgé fiche élève LYCÉE EXERCICE SCIENCES La mobilité au cas par cas EXERCICE ECJS EXERCICE ARTISTIQUES TECHNOLOGIE SÉANCE 1 - DÉPLACEMENTS QUOTIDIENS : DES CHOIX INDIVIDUELS, UN IMPACT COLLECTIF

Plus en détail

LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL. Constats et Éléments de réflexions

LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL. Constats et Éléments de réflexions LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL Constats et Éléments de réflexions Direction Cadre de Vie, Octobre 2009 L ENQUETE DEPLACEMENTS 2006 : ELEMENTS DE CADRAGE SUR LA MOBILITE Les «Enquêtes Ménages

Plus en détail

Équipement automobile des ménages parisiens. Apur

Équipement automobile des ménages parisiens. Apur Équipement automobile des ménages parisiens Apur DÉCEMBRE 2010 Directeur de la publication : Francis Rol-Tanguy Directrice de la rédaction : Dominique Alba Étude réalisée par : Anne-Marie Villot, Sophie

Plus en détail

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS

LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 0142712814 FAX : 0142762405 http://www.apur.org LES VOITURES À LA DISPOSITION DES MÉNAGES PARISIENS Recensement général de la population

Plus en détail

Qui sont les usagers des transports en France?

Qui sont les usagers des transports en France? 1 Qui sont les usagers des transports en France? PANEL - Les usagers des transports en France - - novembre 2015 - LE PANEL Résultats d une enquête sur les aspirations et les pratiques de mobilité des Français

Plus en détail

Les raisons de l abandon, et les motivations de la pratique du tennis en France

Les raisons de l abandon, et les motivations de la pratique du tennis en France Les raisons de l abandon, et les motivations de la pratique du tennis en France (Résultats d une enquête menée auprès de 5 145 pratiquants) Le phénomène d abandon d une pratique sportive en club touche

Plus en détail

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques

Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a. sur les familles en horaires atypiques sur les familles en horaires atypiques Suite au diagnostic petite enfance mené en 2011, Saint-Brieuc Agglomération a retenu un axe d étude : les modes de garde en horaires atypiques. Il s agit de rendre

Plus en détail

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous?

L INSEE EN BREF. L Insee en bref. Le recensement de la population. À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? L INSEE EN BREF L Insee en bref Le recensement de la population À quoi sert le recensement de la population? Combien sommes nous? Qui sommes nous? La population des 36 680 communes françaises Quelles régions

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu

direction générale des Infrastructures Transports et de la Mer Déplacements VILLES MOYENNES Certu direction générale des Infrastructures des Transports et de la Mer Certu L Enquête Déplacements VILLES MOYENNES Politique des Transports pour voir loin, autant voir clair Avant d engager la collectivité,

Plus en détail

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT

LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT LES GRANDS ENJEUX DES POLITIQUES DE L HABITAT ET DU LOGEMENT Séminaire PLH Caen la mer 07/11/2014 1 I. La place du logement et de l habitat dans le quotidien de nos concitoyens 2 LA PLACE DU LOGEMENT ET

Plus en détail

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS)

ANIL HABITAT ACTUALITE. Avril ETUDE. Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) Avril ANIL 2001 HABITAT ACTUALITE ETUDE Prêt à 0 % : un bilan après cinq ans d existence Marielle Thomas, Jean-François Grillon (SGFGAS) PRET A 0 % : UN BILAN APRES CINQ ANS D EXISTENCE MARIELLE THOMAS,

Plus en détail

La mobilité des ménages accélère le changement social en Ile-de-France

La mobilité des ménages accélère le changement social en Ile-de-France ILE-DE-FRANCE à la page à la page N 364 - Juillet 2011 Population La mobilité des ménages accélère le changement social en Ile-de-France Les déménagements des Franciliens à l intérieur de la région, leurs

Plus en détail

Une méthode innovante pour connaître les quartiers de gare

Une méthode innovante pour connaître les quartiers de gare [ ÉTUDE STATISTIQUE ] Une méthode innovante pour connaître les quartiers de gare Par Sylvie Florette, Séverin Baron et Julie Leroux Sujet prééminent dans les débats franciliens actuels (Grand Paris et

Plus en détail

Fiche communale BOURG LES VALENCE

Fiche communale BOURG LES VALENCE Fiche communale BOURG LES VALENCE Synthèse de l entretien en commune du 30 juin 2011 CARACTERISTIQUES GENERALES DE LA COMMUNE La ville de Bourg les Valence est traversée par différents axes de communication

Plus en détail

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique

Population. 1. Une démographie dynamique. Une forte croissance démographique 1 La ville connaît, depuis les années 1980, un dynamisme démographique qui ne semble pas près de faiblir : le solde naturel, croissant, compense nettement le solde migratoire négatif. L accroissement rapide

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Population et ménages

Population et ménages PRÉFÈTE DU CHER Direction départementale des Territoires Population et ménages 1/19 Une population vieillissante qui diminue depuis 1990 Repères (données INSEE-RP 2007 et 2012) Cher Centre -Val de Loire

Plus en détail

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport

Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Personnes âgées et accidents domestiques Rapport Version n 1 Date : 27 Juillet 2011 De: Nadia AUZANNEAU A: Florent CHAPEL et Guillaume ALBERT OpinionWay, 15 place de la République, 75003 Paris. Tél : 01

Plus en détail

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012

Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 Ville de MONTPELLIER - DAP - Service renouvellement urbain OBSERVATOIRE des COPROPRIETES Présentation à l ORHL copropriété du 16 mars 2012 PACT Hérault Sommaire Présentation : cadrage du champ de l étude

Plus en détail

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier

Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Bassin de vie De Nailloux Etude Habitat - Cadre de vie Foncier Diagnostic et enjeux septembre 2011 Sommaire Evolutions démographiques et économiques Dynamiques démographiques et économiques Mobilités domicile-travail

Plus en détail

Le projet d aménagement et de développement durable

Le projet d aménagement et de développement durable 5 Améliorer l accessibilité des territoires en diversifiant les modes de déplacement et réaménager le cadre de vie Les transformations de la ville, et plus spécifiquement encore ses extensions périphériques,

Plus en détail

Près d une heure quotidienne de transport : les disparités se réduisent mais demeurent

Près d une heure quotidienne de transport : les disparités se réduisent mais demeurent Près d une heure quotidienne de transport : les disparités se réduisent mais demeurent Thomas Le Jeannic et Tiaray Razafindranovona* La mobilité locale des personnes résidant en France métropolitaine est

Plus en détail

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national

A. Les déplacements. 1. La mobilité. Partie 3 Infrastructures et déplacements. A - Contexte national A. Les déplacements 1. La mobilité A - Contexte national Avec les enjeux liés à l'environnement et au changement climatique, les déplacements sont au cœur des préoccupations : indispensable à nos modes

Plus en détail

Rapport de Diagnostic du PDU SOMMAIRE. Plan de Déplacements Urbains Rapport de Diagnostic Juin 2008. Page 1 / 199

Rapport de Diagnostic du PDU SOMMAIRE. Plan de Déplacements Urbains Rapport de Diagnostic Juin 2008. Page 1 / 199 Rapport de Diagnostic du PDU SOMMAIRE Page 1 / 199 SOMMAIRE 1. La démarche d élaboration d un... page 5 1.1. Le cadre réglementaire... 6 Les grandes lois... 6 Les objectifs assignés par la loi au PDU...

Plus en détail

Les déplacements dans l Aube pour l accès à l emploi et aux équipements

Les déplacements dans l Aube pour l accès à l emploi et aux équipements Les déplacements dans l Aube pour l accès à l emploi et aux équipements Juin 2012 Rapport d étude AVERTISSEMENT Le recensement de la population permet de connaître la population de la France, dans sa diversité

Plus en détail

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers

Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements publics fonciers Direction Territoriale Normandie Centre Septembre 2014 Action Bimby 3.2 : Intégration de la démarche aux outils fonciers et procédures d aménagement Fiche 1 Densification pavillonnaire & Etablissements

Plus en détail

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie

Les Français et les nuisances sonores. Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie Les Français et les nuisances sonores Ifop pour Ministère de l Ecologie, du Développement Durable et de l Energie RB/MCP N 112427 Contacts Ifop : Romain Bendavid / Marion Chasles-Parot Département Opinion

Plus en détail

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8

Ville de Rennes. Quartier «Gare» n 8 Ville de Rennes Quartier «Gare» n 8 Le quartier 8 : Gare est composé de 2 secteurs : le secteur Albert de Mun - Coutenceau Gaétan Hervé Jean Baptiste Barré Haut Quineleu et le secteur Margueritte Villeneuve

Plus en détail

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Comparaisons régionales et évolution depuis 2000 Édito Cette étude analyse le marché du logement neuf en HauteNormandie en 2012 en revenant

Plus en détail

Montvalezan La Rosière

Montvalezan La Rosière Montvalezan La Rosière Elaboration du Plan Local d Urbanisme Réunion publique n 2 Synthèse du diagnostic Février 2015 1 Déroulement 1. Rappel de la démarche 2. Les enjeux identifiés par thématique 3. Synthèse

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 15 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Modes La voiture L EGT 2010 marque une rupture de tendance importante par rapport aux enquêtes précédentes, en ce qui concerne les

Plus en détail

- mardi 23 octobre 2007 -

- mardi 23 octobre 2007 - DOSSIER DE PRESSE Premiers résultats et évolutions entre 1999 et 2007 sur l aire urbaine rennaise - mardi 23 octobre 2007 - Contacts Presse Rennes Métropole : Vincent Le Berre - Attaché de Presse Tél.

Plus en détail

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes

Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Enquête EPCI 2014 : l appropriation des TIC par les intercommunalités bretonnes Nicolas Deporte & Margot Beauchamps Observatoire du GIS M@rsouin Prenant en compte le rôle croissant de l échelon intercommunal

Plus en détail

TRAJECTOIRES RESIDENTIELLES DES PERSONNES AGEES*

TRAJECTOIRES RESIDENTIELLES DES PERSONNES AGEES* TRAJECTOIRES RESIDENTIELLES DES PERSONNES AGEES* Bien que moins mobiles que les personnes plus jeunes, les seniors, et en particulier les franciliens, sont relativement nombreux à changer de région au

Plus en détail

ARDT AUVERGNE. L'attractivité des territoires. - Résultats de la phase quantitative - Étude 5246 Juin 2008 T E R R I T O I R E S M A R C H E S

ARDT AUVERGNE. L'attractivité des territoires. - Résultats de la phase quantitative - Étude 5246 Juin 2008 T E R R I T O I R E S M A R C H E S Étude 5246 Juin 2008 ARDT AUVERGNE L'attractivité des territoires - Résultats de la phase quantitative - T E R R I T O I R E S M A R C H E S O P I N I O N S 6, rue Gurvand BP 40709 35007 Rennes Cedex Tél

Plus en détail

pour l économie du Languedoc-Roussillon

pour l économie du Languedoc-Roussillon pour l économie du Languedoc-Roussillon RECENSEMENT DE LA POPULATION 2006 N 4 - Juillet 2009 Le Languedoc-Roussillon : la région où le nombre de logements a le plus augmenté Mireille LEFEBVRE - Insee Le

Plus en détail

Observatoire de l Aire urbaine. Mobilité. septembre 2011. Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle

Observatoire de l Aire urbaine. Mobilité. septembre 2011. Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle septembre 2011 Observatoire de l Aire urbaine Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle Mobilité Avec 307 766 habitants, l Aire urbaine Belfort - Montbéliard - Héricourt - Delle s organise dans une configuration

Plus en détail

Les Français et l accession à la propriété

Les Français et l accession à la propriété Les Français et l accession à la propriété Sondage Ifop pour CAFPI Le 30 juin 2015 La méthodologie Etude réalisée par l'ifop pour CAFPI Echantillon Méthodologie Mode de recueil L enquête a été menée auprès

Plus en détail

Note sur les recours possibles visant à appuyer la construction de logements sociaux

Note sur les recours possibles visant à appuyer la construction de logements sociaux Note sur les recours possibles visant à appuyer la construction de logements sociaux Jean-Philippe Brouant, Maître de conférences à l Ecole de droit de la Sorbonne, Co-directeur du SERDEAUT Un des aspects

Plus en détail

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013

10 ANS DE TRANSACTIONS IMMOBILIÈRES DANS LE PAYS D AIX : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 OBSERVATOIRE DE L HABITAT 10 ANS DE TRANSACTIONS : ÉVOLUTION DES PRIX ET DU PROFIL DES ACQUÉREURS 2003-2013 Dans le cadre de l Observatoire de l Habitat du Pays d Aix, l AUPA a effectué une analyse des

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012)

DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Février 2014 DOCUMENT DE TRAVAIL : ENQUÊTE ANNUELLE SUR LES MOUVEMENTS D EMPLOI D DANS LES PME DE SEINE-SAINT SAINT DENIS (Données 2012) Délégation au DéveloppementD Économique, à l Emploi, à la Formation

Plus en détail

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON?

URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? URBAIN-RURAL : DE QUOI PARLE-T-ON? B.H. Nicot 1 Juin 2005 «Entre 1990 et 1999, le rural en France métropolitaine a connu une croissance démographique de 4,2 % sur la période, tandis que l urbain ne croissait

Plus en détail

IMMOBILIER D ENTREPRISE

IMMOBILIER D ENTREPRISE La transformation de bureaux en logements : un premier bilan PAR BRIGITTE JOUSSELLIN 1 Entre 1994 et 1998, plus de 500 000 m 2 de surfaces d activités ont été transformées en logements, permettant de résorber

Plus en détail

EPF Languedoc Roussillon Communautés de Communes Clermontais et de la Vallée de l Hérault Mandataire : Diagnostics Fonciers lot 4 Co-traitants : Lancement et échanges Comité de pilotage 3 Décembre 2013

Plus en détail

Observatoire des marchés de l Habitat de l ADIL 93

Observatoire des marchés de l Habitat de l ADIL 93 Les primo accédants très modestes de Seine-Saint-Denis Extrait des données statistiques issues de l étude sur le Prêt à taux Zéro en 2010 (Juin 2012) Sources: DRIEA-IF selon SGFGAS/Exploitation ANIL/représentation

Plus en détail

Evolution des déplacements et des performances environnementales d un quartier suite à l arrivée du Grand Paris Express

Evolution des déplacements et des performances environnementales d un quartier suite à l arrivée du Grand Paris Express Lucie HOUBION Camille FLUTEAUX Evolution des déplacements et des performances environnementales d un quartier suite à l arrivée du Grand Paris Express Le cas d Alfortville-Le Vert de Maisons Méthode d

Plus en détail

Étude socio-économique du Nord-Ouest francilien

Étude socio-économique du Nord-Ouest francilien Étude socio-économique du Nord-Ouest francilien Effectuée par le THEMA, laboratoire Théorie Economique, Modélisation et Applications de l Université de Cergy-Pontoise en relation avec le bureau d études

Plus en détail

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008

Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Constat sur la mobilité des personnes dans la grande région de Montréal : Faits saillants révélés par l'enquête Origine-Destination 2008 Hubert Verreault, Agence métropolitaine de transport Daniel Bergeron,

Plus en détail

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques

La Qualité des données de cadrage. Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques La Qualité des données de Jérôme NERAUDAU Directeur Etudes & Méthodes Scientifiques Sommaire La qualité des données de I Les données INSEE a) Les différentes sources utilisables b) La mise au point d une

Plus en détail

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010

Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 2010 COMMISSARIAT GÉNÉRAL AU DÉVELOPPEMENT DURABLE n 291 Février 212 Les conditions de logement des ménages à bas revenus en 21 OBSERVATION ET STATISTIQUES LOGEMENT - CONSTRUCTION En 21, le parc social loge

Plus en détail

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives

Le Secteur du Logement en France 2013 : Activité et Données de Cadrage. Dernières tendances et perspectives Le Secteur du Logement en France : Activité et Données de Cadrage Dernières tendances et perspectives Septembre Depuis le début de l année, l activité immobilière se dégrade progressivement, et ce tant

Plus en détail

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden*

Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes. Mélanie Vanderschelden* Population, famille 1 Position sociale et choix du conjoint : des différences marquées entre hommes et femmes Mélanie Vanderschelden* Certaines professions sont nettement plus féminisées que d autres.

Plus en détail

Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités : mobilité et adaptation au vieillissement

Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités : mobilité et adaptation au vieillissement CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 14 octobre 2015 à 9 h 30 «Le pouvoir d achat des retraités» Document N 8 Document de travail, n engage pas le Conseil Le logement des retraités :

Plus en détail

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVES LE TEST DU Chi2

ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVES LE TEST DU Chi2 ANALYSE BIVARIÉE DE VARIABLES QUALITATIVES LE TEST DU Chi2 Dominique LAFFLY Maître de Conférences, Université de Pau Laboratoire Société Environnement Territoire UMR 5603 du CNRS et Université de Pau Domaine

Plus en détail

Elaboration du PLH 2013-2019

Elaboration du PLH 2013-2019 Elaboration du PLH 2013-2019 Présentation du projet de PLH2 Communauté de Communes du Genevois Mars 2013 Programme Le PLH : qu est-ce que c est? Principales conclusions du diagnostic Objectifs quantitatifs

Plus en détail

Enquête globale transport

Enquête globale transport Enquête globale transport N 20 Janvier 2013 La mobilité en Île-de-France Week-end Les déplacements du week-end Samedi Transports collectifs Voiture 3,33 déplacements par jour et par personne 35,3 millions

Plus en détail

Pièce H Évaluation socio-économique

Pièce H Évaluation socio-économique Pièce H Pièce H Évaluation socio-économique 220 SOMMAIRE GENERAL DE LA PIECE H PARTIE 1 : CADRAGE DE L ÉVALUATION ECONOMIQUE ET SOCIALE DU PROJET... 222 1. Objectifs... 222 2. Hypothèses... 222 PARTIE

Plus en détail

ETAT d AVANCEMENT DES RELOGEMENTS ET PREMIERS BILANS

ETAT d AVANCEMENT DES RELOGEMENTS ET PREMIERS BILANS ETAT d AVANCEMENT DES RELOGEMENTS ET PREMIERS BILANS 1.1 Un cadre formalisé Le GPV de Lyon La Duchère Les objectifs ambitieux du Projet Urbain - Démolition/reconstitution de 1600 logements d ici 2012 pour

Plus en détail

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise

Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Septembre 2014 Implantation économique, foncier et immobilier d entreprise Quelles sont les attentes des entreprises en Loire-Atlantique? Afin de mieux cerner globalement la demande des entreprises de

Plus en détail

UNE RÉFLÉXION AU SERVICE DE L ACTION. Présentation/Services/Références

UNE RÉFLÉXION AU SERVICE DE L ACTION. Présentation/Services/Références UNE RÉFLÉXION AU SERVICE DE L ACTION Présentation/Services/Références Octobre 2015 CONTACTS Christelle Robiteau 06 21 65 09 97 Stéphanie Silvestre 06 14 33 73 39 cesod@live.fr www.cesod.fr CESOD - Cabinet

Plus en détail

SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON D OULCHY-LE-CHATEAU

SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON D OULCHY-LE-CHATEAU SCHEMA DE COHERENCE TERRITORIALE COMMUNAUTE DE COMMUNES DU CANTON D OULCHY-LE-CHATEAU Diagnostic préalable au Document d Aménagement Commercial Décembre 2012 1 SOMMAIRE INTRODUCTION.........3 1. ENJEUX

Plus en détail