Ézin Jocelyn Come Alex AK.AKPO

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ézin Jocelyn Come Alex AK.AKPO"

Transcription

1 Ézin Jocelyn Come Alex AK.AKPO LES DETERMINANTS DE L'OBSERVANCE A LA TRITHERAPIE ANTIRÉTROVIRALE CHEZ LES PATIENTS INFECTÉS PAR LE VIH A COTONOU, BENIN Mémoire présenté à la Faculté des études supérieures de l'université Laval dans le cadre du programme de maîtrise en epidemiologic pour l'obtention du grade de Maître es Sciences (M. Sc.) DEPARTEMENT DE MEDECINE SOCIALE ET PREVENTIVE FACULTÉ DE MÉDECINE UNIVERSITÉ LAVAL QUÉBEC 2009 Ézin Jocelyn Côme Alex AKAKPO, 2009

2 Résumé Introduction : La mortalité et la morbidité liées au VIH ont considérablement diminué depuis l'introduction du traitement antirétroviral hautement actif (HAART). Cependant, le succès thérapeutique est lié à une bonne observance. La connaissance du niveau d'observance et des facteurs qui y sont associés, sont des paramètres importants dans la prise des décisions en vue de l'amélioration du suivi des patients. Objectif: Dans la présente étude, nous avons évalué le niveau d'observance et déterminer les facteurs associés à la mauvaise observance, chez les patients sous HAART suivi au Centre National Hospitalier et Universitaire à Cotonou au Bénin. Méthodologie : C'est une étude transversale qui a concerné 310 patients recrutés de manière successive. La mesure de l'observance a été basée sur l'auto rapportage. Deux échelles de mesure ont été utilisées pour évaluer l'observance sur les quatre derniers jours précédant le recrutement. Une échelle quantitative (prise d'au moins 95% des pilules prescrites) et une échelle qualitative (prise d'au moins 95% des pilules prescrites et le respect constant des heures de prise). Un modèle de régression binomiale a été construit pour déterminer les facteurs associés à la mauvaise observance, les rapports de proportion et les intervalles de confiance à 95%. Le niveau alpha a été de Résultats : Sur les 310 patients recrutés, 62% étaient des femmes. Le nombre moyen de comprimé à prendre par jour était de 3. Selon l'échelle quantitative, la prévalence de la bonne observance était de 93%. Par contre avec l'échelle qualitative, la prévalence de la bonne observance était moins élevée : 59%. En analyse multivariée avec la régression binomiale, quatre facteurs étaient significativement associés à la mauvaise observance. Il s'agit de: la consommation d'alcool (RR=I,49 ; IC95% 1,14-1,96), l'absence de soutien social (RR=1,50 ; IC 95 % 1,14-1,95), l'inquiétude de décéder du VIH (RR=1,55 ; IC95»/ 0 1,13-2,12), et la durée du traitement de plus de un an (RR=1,34 ; IC 9 5% 1,01- L77). Conclusion : Sur le plan quantitatif, le niveau d'observance était très bon et comparable ou supérieur aux résultats observés dans les pays industrialisés. L'observance qualitative reste par contre un défi. La maîtrise des facteurs psychosociaux chez les patients pourrait permettre de l'améliorer. Toutefois nos résultats devraient être validés par une étude comparant le niveau de la charge virale à celui de l'observance.

3 Avant-propos Je tiens tout particulièrement à remercier mon directeur de recherche, Dr Michel Alary, pour m'avoir accepté comme son étudiant et m'avoir soutenu tout au long de ma formation. J'ai toujours bénéficié auprès de lui d'une oreille attentive. A défaut de lui ressembler je suis fier d'être de ses étudiants. J'associe aux remerciements, les membres du jury qui ont bien voulu apporter leur contribution à travers l'évaluation de ce travail. Mes remerciements vont aussi à Dr Marcel Zannou, professeur agrégé à la Faculté des Sciences de la Santé de Cotonou au Bénin (FSS, Cotonou), qui n'a ménagé aucun effort pour que ma formation soit des meilleures. 11 constitue pour moi un modèle et du fond du cœur je le remercie sincèrement. Mes remerciements également à tout le personnel du Centre de Traitement Ambulatoire du Centre National Hospitalier et Universitaire de Cotonou au Bénin (CTA/CNHU, Cotonou) pour leur disponibilité lors de la collecte des données. Merci à Dr Souleymane Diabaté pour son soutien et ses conseils. Merci à Michelyne Belleau, à Johanne Leroux et à tous le personnel de l'unité de recherche en santé des populations du Centre hospitalier affilié universitaire de Québec (URESP). A mon épouse Pélagie Tamégnon, à mon petit garçon Ange, à mon frère jumeau Joseph, à tous mes frères et sœurs. Je vous aime tous. Que le Seigneur tout puissant vous protège et vous accorde sa grâce! Enfin à ma maman chérie. Tu n'as consacré ta vie qu'à moi et à mes frères et sœurs. Puisse le Seigneur tout puissant t'accorder la grâce de jouir longtemps des fruits de tes œuvres. Ma contribution à cette recherche s'est traduite par une participation active au processus de collecte des données à Cotonou: l'organisation, la formation des enquêteurs, le recrutement des sujets et la supervision du processus. J'ai réalisé personnellement l'analyse statistique et l'interprétation des résultats. Du début jusqu'à la rédaction du

4 mémoire, j'ai bénéficié du soutien et des conseils de Dr Marcel Zannou qui, en tant que chef service du CTA/CNHU de Cotonou, m'a apporté toute la facilité requise pour le bon déroulement de la collecte des données. Dr Michel Alary quant à lui, m'a donné l'encadrement scientifique nécessaire. Il a aussi supervisé la collecte des données à une reprise sur le terrain. in

5 TABLE DES MATIERES Résumé Avant-propos TABLE DES MATIÈRES LISTE DES ANNEXES LISTE DES TABLEAUX LISTE DES ABRÉVIATIONS i ii iv vii vii viii CHAPITRE I : INTRODUCTION 1 CHAPITRE II : OBJECTIFS DE L'ÉTUDE 4 CHAPITRE III : ÉTAT DES CONNAISSANCES Généralités sur le VIH Epidemiologic du VIH Au niveau mondial et en Afrique Hétérogénéité de l'épidémie du VIH en Afrique subsaharienne Dynamique épidémique du VIH en Afrique de l'ouest et au Bénin État de l'épidémie au Bénin Prévalence selon le sexe et l'âge Prévalence selon certains facteurs socioéconomiques La thérapeutique antirétrovirale Les molécules antirétrovirales et leurs sites d'action La trithérapie initiale Avantages et inconvénients des 3 types de trithérapie recommandés Association de deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INT1) et d'un inhibiteur de la protease (IP) Association de deux inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) et d'inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI) Association de trois inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) 14 iv

6 3.3.4 Problématique d'accès aux ARV L'accès aux traitements antirétroviraux au Bénin Critères d'éligibilité pour le traitement antirétroviral au Bénin Les molécules utilisées au Bénin La question de l'observance Importance de l'observance dans le traitement antirétroviral Les outils de mesure de l'observance et leur limite dans le contexte africain Les études sur l'observance Facteurs liés au traitement Facteurs liés au patient Facteurs liés à l'organisation des soins Dans les pays en voie de développement particulièrement en Afrique subsaharienne 23 CHAPITRE IV : MÉTHODOLOGIE Devis de l'étude et cadre de l'étude La population étudiée Recrutement des sujets Collecte des données Variables étudiées Variable dépendante Variables indépendantes Analyses statistiques Considérations éthiques 31 CHAPITRE V : RÉSULTATS Les caractéristiques sociodémographiques Les caractéristiques cliniques, immunologiques et thérapeutiques Le niveau d'observance 32

7 5.4 Étude des relations entre le niveau d'observance défini selon l'échelle qualitative et les variables indépendantes Niveau d'observance et les caractéristiques socio démographiques Niveau d'observance et caractéristiques psychosociales Niveau d'observance et l'optimisme par rapport au traitement antirétroviral Niveau d'observance et les caractéristiques cliniques immunologiques et thérapeutiques Analyse multivariée : facteurs prédicteurs de la mauvaise observance 39 CHAPITRE VI : DISCUSSION 40 RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES 46 VI

8 LISTE DES ANNEXES Annexe 1 : Classification évolutive de l'infection au VIH 55 Annexe 2 : Formulaire de consentement 58 Annexe 3 : Questionnaires 66 Annexe 4 : Fiche des données cliniques et de laboratoire (CRF) / CNHU 76 Annexe 5 : Fiche d'observance 80 Annexe 6 : Étude des relations entre le niveau d'observance défini selon l'échelle quantitative et les variables indépendantes 83 LISTE DES TABLEAUX Tableau 1 : Avantages et inconvénients des outils de mesure de l'observance 20 Tableau 2 : Relation entre mauvaise observance et les caractéristiques sociodémographiques 34 Tableau 3 : Relation entre mauvaise observance et l'existence d'une affliction et d'un soutien social 36 Tableau 4 : Relation entre mauvaise observance et l'optimisme par rapport au traitement 37 Tableau 5 : Relation entre mauvaise observance et les caractéristiques cliniques immunologiques et thérapeutiques 38 Tableau 6 : Analyse multivariée : facteurs prédicteurs de la mauvaise observance 39 LISTE DES FIGURES Figure 1 : Situation géographique de la République du Bénin 3 Figure 2 : Prévalence du VIH chez les adultes en Afrique, vu

9 LISTE DES ABREVIATIONS ADN ARV CDC CD4 CMV CNHU CTA HAART IMC INNTI INTI IP 1ST OMS ONG ONUSIDA SIDA TGP TS VIH Acide désoxyribonucléique Antirétroviraux Centers for Disease Control and Prevention Lymphocyte T CD4 Cytomegalovirus Centre National Hospitalier et Universitaire Centre de Traitement Ambulatoire Traitement antirétroviral hautement actif Indice de masse corporelle Inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse Inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse Inhibiteur de la protease Infections sexuellement transmises Organisation Mondiale de la Santé Organisation non gouvernementale Programme Commun des Nations Unies Sur le VIH/SIDA Syndrome d'immuno-déficience acquise Glutamate pyruvate transaminase Travailleuse du sexe Virus de l'immunodéficience humaine vin

10 CHAPITRE I INTRODUCTION Le traitement antirétroviral hautement actif (HAART) a considérablement amélioré, depuis l'introduction de la trithérapie en 1996 (1-3), le pronostic de l'infection au virus de l'immunodéficience humaine (VIH) et la qualité de vie des personnes infectées. Les taux de mortalité et de morbidité liés à cette affection ont considérablement chuté. Malgré ce progrès thérapeutique, l'efficacité du HAART, repose sur une bonne observance par le patient (4). L'observance peut être définie comme «un comportement selon lequel le patient prend son traitement médicamenteux avec l'assiduité et la régularité optimales, selon les conditions prescrites et expliquées par le médecin : suivi exact des modalités de prises médicamenteuses en terme de dosage, de forme, de voie d'administration, de la quantité par prise et par jour, respect des intervalles entre les prises et des conditions spécifiques d'alimentation, déjeune, de boisson ou de substance pouvant modifier la cinétique du médicament» (5). L'observance reste un défi majeur pour une efficacité thérapeutique durable car : 1.) le traitement est à vie (selon l'état d'avancement actuel de la science), 2.) les schémas thérapeutiques sont souvent complexes, 3.) le nombre de comprimés à avaler peut-être élevé, 4.) les effets secondaires sont fréquents. Ces divers éléments, peuvent perturber de manière importante le mode de vie du patient et l'amener à mal prendre le traitement (2, 3, 6-11). Dans le cadre du traitement de l'infection à VIH, des travaux de recherche ont montré qu'une observance à 95% et plus est nécessaire pour une suppression de la replication virale, la restauration de l'immunité, la disparition des manifestations cliniques et l'amélioration de l'état clinique du patient (12-15). Une mauvaise observance peut avoir des conséquences dramatiques : l'émergence de souches virales mutantes et résistantes (plus difficiles à traiter) liée à la reprise de la replication virale en présence des antirétroviraux en concentration suboptimale, l'effondrement de l'immunité, la reprise des infections opportunistes et l'augmentation du risque de décès (10, 14-16). Le coût élevé du traitement antirétroviral, l'insuffisance des infrastructures et des ressources humaines requises ont longtemps constitué un facteur limitant à un accès à large échelle du HAART dans les pays en voie de développement (14, 17-19), pays où l'on trouve la majorité des personnes vivant avec le VIH (2, 20). I

11 En Afrique, de 1998 à 2000, à l'initiative des Etats (Sénégal, Cameroun) ou de l'onusida (Côte d'ivoire, Ouganda), des projets pilotes d'accès au traitement antirétroviral se sont mis en place (21-24). Après la publication des premiers résultats qui ont montré que le niveau d'observance est aussi bon dans les pays en voie de développement que dans les pays développés, des initiatives internationales telles que le Fonds Mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, et le programme «3 by 5» de l'organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont renforcé la dynamique de mise sous antirétroviraux des malades atteints du sida dans les pays en voie de développement (25-29). A ce jour, plus de deux millions de malades bénéficient de ce traitement en Afrique subsaharienne (20). Un défaut d'observance chez ces malades entraînerait le développement de souches mutantes et résistantes. Étant donné que le traitement des souches virales mutantes et résistantes est difficile, très coûteux et inaccessible aux pays de l'afrique subsaharienne, il s'avère primordial d'identifier les différents facteurs de risque d'une mauvaise observance afin de prévenir les résistances aux antirétroviraux (ARV). Peu de données sont disponibles sur le niveau d'observance en Afrique subsaharienne depuis l'utilisation du HAART à large échelle. Les premières publications sur l'observance dans cette partie du monde, provenaient d'études pilotes avec des échantillons peu représentatifs. De plus, l'observance est un phénomène dynamique qui varie avec le temps. Les patients peuvent donc être observant au début de leur prise en charge et avec l'amélioration de leur état clinique changer d'attitude. Selon les dernières études, des facteurs liés au patient et au système sanitaire peuvent accroître considérablement les risques d'une mauvaise observance (2, 17, 20, 30-39). Les identifier et les corriger seraient bénéfique pour la santé publique. Au Bénin, pays situé en Afrique de l'ouest (figure 1), la prise en charge par les antirétroviraux a commencé en A la fin du mois de juin 2008, le Bénin comptait patients sous ARV (40). Aucune étude n'a été faite pour mesurer le niveau d'observance dans cette population. En 2006, une thèse (41) sur l'évolution clinique des patients sous HAART dans le Centre National Hospitalier et Universitaire (CNHU) de Cotonou a montré que 35,4% (N=268) des patients étaient en situation d'échec clinique. Sur le plan social, la majorité d'entre eux vivaient dans la précarité et ne bénéficiaient

12 pas de soutien social; or, ces facteurs (précarité et absence de soutien social); sont décrits dans la littérature (15, 37) comme favorisant la mauvaise observance. Ces données suggèrent la nécessité d'étudier l'observance dans cette population. Dans cette étude, nous avons évalué le niveau au moment du recrutement d'une cohorte d'adultes infectés par le VIH et qui sont suivis au Centre de Traitement Ambulatoire (CTA) du Centre National Hospitalier et Universitaire de Cotonou. Notre but est de mettre à la disposition des autorités en charge de la lutte contre le VIH/Sida au Bénin, des paramètres objectifs, indispensables à la prise de décisions et à la mise en place d'interventions spécifiques en vue d'améliorer la situation sanitaire des malades suivis. Figure 1 Situation géographique de la République du Bénin Source Wikimedia Commons Le Bénin

13 CHAPITRE II OBJECTIFS DE L'ÉTUDE L'objectif général de notre étude est d'évaluer le niveau d'observance et d'identifier les facteurs associés à la mauvaise observance dans la population de patients adultes infectés par le VIH, sous HAART et suivis dans le Centre de Traitement Ambulatoire du Centre National Hospitalier et Universitaire de Cotonou. Les objectifs spécifiques sont : S Mesurer le niveau d'observance dans la population d'étude S Déterminer les facteurs associés à la mauvaise observance dans la population d'étude

14 CHAPITRE III ÉTAT DES CONNAISSANCES 3.1 Généralités sur le VIH Le virus de l'immunodéficience humaine (VIH) est un retrovirus du genre des lentivirus L'infection peut se résumer à une interaction entre le VIH et le système immunitaire à travers les lymphocytes T CD4. C'est une maladie à 3 dimensions: une dimension virologique liée à la multiplication du VIH (élévation de la charge virale); une dimension immunologique liée au déficit immunitaire (chute du nombre des lymphocytes T CD4) et une dimension clinique liée à la survenue d'infections opportunistes. Le sida signifie Syndrome d'immuno-déficience acquise. Il constitue le stade avancé de la maladie au cours duquel, la personne infectée présente des affections opportunistes sévères (38). Il existe deux types de VIH : le VIH-1 et le VIH-2. Plusieurs variantes dans chaque type sont réparties en fonction des régions géographiques (42, 43). Le VIH-2 aurait son origine en Afrique de l'ouest (44-47). Il est moins transmissible et moins virulent que le VIH-1 (48-50). Sur le plan physiopathologique, la multiplication virale entraîne un déficit quantitatif (lymphopénie) et qualitatif (atteinte fonctionnelle des lymphocytes T CD4). L'infection évolue en 3 phases: G La phase de la Primo-infection caractérisée par un pic de replication virale, S La Phase de latence clinique caractérisée par une replication virale continue mais stable et une détérioration anatomique et fonctionnelle des tissus lymphoïdes, G Phase sida caractérisée par une immunodépression profonde qui va aboutir au décès du malade. Il existe deux classifications des stades évolutifs cliniques de la maladie : celle de L'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) (51) et celle du Centers for Disease Control and Prevention, Atlanta (CDC, Atlanta) (52). Les deux classifications sont présentées en annexe 1.

15 3.2 Épidémiologie du VIH Au niveau mondial et en Afrique L'infection à VIH demeure un problème majeur de santé publique. En effet, dans son rapport annuel de 2008, l'onusida estime à 33 millions [30 millions-36 millions], le nombre de personnes vivant avec le VIH dans le monde, à 2,7 millions [2,2 millions-3,2 millions] les nouvelles infections en 2007 et à près de 2 millions [1,8 million-2,3 millions], le nombre de décès en 2007 (20). L'Afrique subsaharienne reste l'épicentre de la pandémie avec 24,7 millions de personnes infectées. L'Afrique australe est la plus gravement touchée. En effet en 2007, cette sous-région comptait presque un tiers (32%) de toutes les nouvelles infections à VIH et de tous les décès dus au sida à l'échelle mondiale. La prévalence nationale du VIH chez l'adulte était supérieure à 15% dans huit pays en 2005 (Afrique du Sud, Botswana, Lesotho, Mozambique, Namibie, Swaziland, Zambie et Zimbabwe). Le Swaziland avec 26% des adultes porteurs du VIH enregistre la plus forte prévalence. La cartographie des prévalences est présentée sur la figure 2. La tendance actuelle de l'épidémie est à la stabilisation ou à la baisse dans la majorité des pays d'afrique subsaharienne. Des baisses significatives sont constatées au Burkina Faso, en Côte d'ivoire et au Mali (20). En Afrique australe, les baisses de la prévalence du VIH sont particulièrement frappantes au Zimbabwe, où la prévalence du VIH chez les femmes enceintes qui fréquentent les consultations prénatales a chuté de 26% en 2002 à 18% en 2006 (20). En Ouganda la prévalence est passée de 9,3% (6,5-12,3) en 1998 à 5,5% en 2002 (53). Cependant on observe dans ce pays des signes d'une reprise des comportements sexuels à risque qui pourraient entraîner une recrudescence de l'épidémie (54). L'Ethiopie et le Kenya connaissent également une baisse de leur prévalence (20). La voie hétérosexuelle est le principal mode de transmission du VIH en Afrique au sud du Sahara. Aucune couche socioprofessionnelle n'est épargnée. L'impact sur le développement des pays sévèrement touchés est énorme. En effet, le sida aggrave les difficultés existantes et oblige à faire face simultanément à de nombreux problèmes qui tous doivent être résolus (pénurie des ressources humaines, baisse des productions économiques) (20).

16 Figure 2 : Prévalence du VIH chez les adultes en Afrique, 2007 Pr»v.l.n<. d«vih(%) ls.m -28.0* S.C*..<15.0% LZZI1.0»- «5.0% D05*--<1.0% 1 lo.i«- <O.S* 1 <0.1«Tiré du Rapport ONUSIDA Hétérogénéité de l'épidémie du VIH en Afrique subsaharienne L'Afrique Subsaharienne est la partie du monde la plus touchée par la pandémie VIH (20). Cependant l'épidémie n'y est pas homogène. La prévalence est très variable d'une région à une autre. Comparativement à l'afrique occidentale et centrale, l'afrique de l'est et australe sont plus sévèrement atteintes (20). On sait que les débuts de la propagation du virus dans les différentes régions de l'afrique subsaharienne ne sont pas les mêmes (55). Cependant, cette différence (entre les débuts de la propagation) à elle seule, ne permet pas de comprendre la variation de prévalence (55 57). La vitesse de propagation de l'infection au VIH a été variable d'une région à une autre. En effet, en Afrique centrale et de l'est, l'épidémie a eu un début précoce (dès 1985), s'est propagée rapidement atteignant un pic épidémique dans les années 1990 et par la suite a présenté un déclin dans plusieurs pays. Par contre, en Afrique du sud, l'épidémie a été plus tardive, mais plus forte et reste hors de contrôle. En Afrique de l'ouest, le début a été précoce, la progression a été lente et on note un déclin dans plusieurs pays depuis quelques années (20, 55 57). Dans une étude (57) réalisée dans quatre villes, deux (Cotonou au Bénin et à Yaounde au Cameroun), où la prévalence est assez faible, près de 5% dans la population générale, et deux (Kisumu au Kenya et Ndola en Zambie), où

17 la prévalence est d'environ 25% dans la population générale, Buvé et al ont montré que les facteurs majeurs qui expliqueraient cette différence de prévalence sont la circoncision, qui est quasi-universelle en Afrique de l'ouest, mais beaucoup moins répandue ailleurs en Afrique sub-saharienne (58), et la prévalence des infections sexuellement transmises (1ST), surtout celle du virus de l'herpès simplex de type 2 (HSV-2) (57). Ces deux facteurs modifient la probabilité de transmission du VIH au cours des rapports sexuels. D'autres études ont aussi prouvé le rôle protecteur de la circoncision (59-64). Bénin Dynamique épidémique du VIH en Afrique de l'ouest et au Bien qu'en Afrique de l'ouest la prévalence du VIH soit plus faible, elle atteint des proportions élevées dans certaines populations cibles comme les travailleuses de sexe (TS) et leurs clients. La prévalence du VIH chez les TS est 5 à 10 fois plus élevée que dans la population générale (58, 65-68). Les TS et leurs clients constituent les groupes majeurs de transmission (58, 67, 69-71). Les clients des TS sont considérés comme "population passerelle" étant donné qu'ils ont des relations sexuelles avec des femmes à haut risque et avec d'autres (leur femme ou autres partenaires) à moindre risque (58, 68, 72) Etat de l'épidémie au Bénin La République du Bénin est située en Afrique de l'ouest (figure 1). Sa population est estimée, selon le troisième Recensement Général de la Population et de l'habitation (RGPH3) de Février 2002 à habitants dont 51,5 % sont de sexe féminin. La population du Bénin est très jeune, 46,8 % ont moins de 15 ans (39). Le premier cas de VIH y a été décrit en Dès lors, un système de surveillance nationale basé sur sept sites sentinelles (sept maternités urbaines) à été mis en place dans les services de consultation prénatale (73, 74). Ce système a permis de suivre l'évolution de l'épidémie. De 1990 à 2001, la prévalence du VIH est passée de 0,3% à 4,1% (39). L'extension du réseau sentinelle au milieu rural à partir de 2002 a permis de constater que la prévalence tourne autour de 2% (39). Etant donné que cette approche méthodologique peut comporter des biais de sélection (échantillon étudié peut ne pas être représentatif de la population), le Bénin planifie organiser tous les 3 à 5 ans, une X

18 enquête de prévalence du VIH dans la population générale incluant les hommes. Le but est d'obtenir une estimation fiable de la prévalence dans la population générale. La première étude de ce type a eu lieu en Au Bénin, comme dans les autres pays de l'afrique de l'ouest, les travailleuses de sexe (TS) constituent le groupe majeur de la transmission du VIH (68). Elles sont particulièrement exposées au VIH (65, 66, 75, 76). La prévalence du VIH dans leur groupe est estimée à 53% en 1993 contre 4,1% dans de la population générale (74). Les TS sont contaminées par leurs clients séropositifs. Elles transmettent à leur tour le virus aux clients séronégatifs. Les facteurs qui favorisent cette transmission sont : la prévalence élevée des 1ST, le faible taux d'utilisation du préservatif (58). La population générale va ensuite être contaminée par ces clients des TS. En effet la majorité des clients des TS ont des rapports sexuels non protégés avec des partenaires régulières (qui ne sont pas des TS). Les clients des TS sont les relais entre le groupe cible (les TS) et le reste de la population (58). Cependant, la circoncision est quasi universelle au Bénin (96.4 % des hommes) (39). Dans la population générale, la prévalence de comportements sexuels à haut risque est relativement faible (58). Ces facteurs pourraient expliquer la prévalence relativement faible observée au Bénin. A Cotonou, la principale ville du Bénin, une intervention initiée auprès de TS en 1993 alors que la prévalence du VIH y était de 53%, a fait baisser la prévalence à 41% en 1999 (65) à 39% en 2002 (70) et à 35% en 2005 (77). Les études de modélisation mathématique suggèrent que cette intervention auprès des TS à Cotonou a contribué à prévenir environ un tiers de l'épidémie dans la population générale de la ville de Cotonou (71) Prévalence selon le sexe et l'âge La prévalence de l'infection à VIH au sein de la population générale était estimée à 1,2 % en 2006 par l'edsb-iii (=Troisième Enquête Démographique de Santé au Bénin), alors que la sérosurveillance sentinelle l'estimait à 2,0 %. De façon générale, la tranche d'âge la plus touchée est celle de ans où la séroprévalence est de 1,8%. Dans le groupe des femmes, la tranche d'âge ans enregistre la plus forte prévalence (2.5%) tandis que chez les hommes, c'est celle de ans. La séroprévalence est

19 estimée à 1,5%, chez les femmes de ans tandis que chez les hommes du même groupe d'âge, le taux est de 0,8 %. Il y a pratiquement 2 femmes infectées pour 1 homme. Ces chiffres, comparables à d'autres ratios trouvés dans des enquêtes similaires, confirment que les femmes sont nettement plus vulnérables que les hommes à l'infection au VIH (39) Prévalence selon certains facteurs socioéconomiques La prévalence du VIH varie selon certaines caractéristiques socioéconomiques et sociodémographiques. Chez les femmes, on constate des écarts importants entre les milieux de résidence, le niveau d'instruction et la situation d'emploi. En milieu urbain, la séroprévalence est environ deux fois plus élevée qu'en milieu rural (2,2% contre 1%) (39). Les femmes de niveau d'instruction primaire ont la prévalence la plus élevée (2,2%). La prévalence la plus faible est observée chez les femmes de niveau d'instruction secondaire (0,0%). La séroprévalence est plus élevée parmi les femmes qui travaillent que parmi celles qui ne travaillent pas (1,6 % contre 1,0%). Chez les hommes, les résultats selon les caractéristiques socioéconomiques font apparaître des variations moins importantes. En milieu rural, la séroprévalence est légèrement plus élevée qu'en milieu urbain (0,7% contre 0,5%). Cette surprenante observation peut s'expliquer par un biais de sélection. En effet, seuls 70% des hommes approchés en milieu urbain ont accepté faire le dépistage. On note par ailleurs que, comme chez les femmes, la séroprévalence est plus élevée chez les hommes travailleurs que les non travailleurs (1% contre 0,3%). 3.3 La thérapeutique antirétrovirale Quelle que soit son efficacité, la thérapeutique antirétrovirale actuelle, ne permet pas l'éradication du virus de l'organisme. Il reste présent dans les cellules mémoires latentes. Elle est à vie et est basée sur l'association d'au moins trois antirétroviraux dans le but de : virale; -Abaisser au maximum la charge virale pour freiner la progression de la maladie 10

20 -Restaurer au mieux l'immunité; -Eviter la sélection de souches virales résistantes, facteur essentiel de la durabilité de l'effet antiviral (38) Les molécules antirétrovirales et leurs sites d'action Les molécules antirétrovirales actuellement disponibles prennent pour cible chacune des étapes conduisant à la replication virale. On distingue donc : S S Les inhibiteurs de fusion (IF), ils bloquent la fusion du virus à la cellule cible. Les inhibiteurs de la transcriptase inverse qui comprennent, les inhibiteurs nucléosidiques de la transcriptase inverse (INTI) et les inhibiteurs non nucléosidiques de la transcriptase inverse (INNTI). Ils inhibent la transcriptase inverse, enzyme permettant la synthèse d'adn complémentaire à partir de l'arn viral. S Les inhibiteurs de l'intégrase, ils bloquent l'action de l'intégrase empêchant ainsi l'adn proviral de s'intégrer dans le génome de la cellule infectée. S Les inhibiteurs de la protease (IP), enzyme nécessaire au clivage des précurseurs polypeptidiques viraux pour la production des protéines virales. Les inhibiteurs de la protease conduisent à la production de virions immatures non infectieux et donc l'interruption du cycle viral. Ils inhibent la phase post-traductionnelle de la replication virale, et sont actifs sur les cellules infectées de façon chronique, contrairement aux inhibiteurs de la transcriptase inverse (38). Il

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est

Cible 5.A. Afrique subsaharienne. Asie du Sud. Océanie. Caraïbes. Asie du Sud-Est 28 Objectifs du millénaire pour le développement : rapport de 2013 Objectif 5 Améliorer la santé maternelle Faits en bref XX En Asie de l Est, en Afrique du Nord et en, la mortalité maternelle a diminué

Plus en détail

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005

Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA. Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative des Médicaments pour la Prise en Charge du VIH/SIDA Sophie Logez, OMS/PSM Addis Abeba, Ethiopie, Février 2005 Sélection et Évaluation Quantitative Références Sélection

Plus en détail

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S

D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S REGARD SUR L EPIDEMIE DU VIH D A N S L E S PAY S F R A N C O P H O N E S Photo: ONUSIDA Levier de la riposte au sida, l ONUSIDA s emploie à bâtir l action politique et à promouvoir les droits de tous les

Plus en détail

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire

Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Données épidémiologiques sur l infection à VIH/sida 1 er décembre 2009 Institut de Veille Sanitaire Dossier de presse du 27 novembre 2009 En plus des données concernant les découvertes de séropositivité

Plus en détail

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE

LE MALI L HÔPITAL GABRIEL TOURE L HÔPITAL DU POINT G INTRODUCTION 2 INTRODUCTION 1 DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE DISPENSATION DES ARV DANS LES HÔPITAUX DU POINT G ET GABRIEL TOURE KALLE A.D A (1), BENGALY L (2)., KONE D ( 1), COULIBALY S.M (2). DIAKITE A.S. (2) DIAMOUTENE A (2) (1) Service de Pharmacie Hôpital Gabriel

Plus en détail

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres

ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres ONUSIDA 2013 Le sida en chiffres 33 % de nouvelles infections à VIH en moins depuis 2001 29 % de décès liés au sida en moins (adultes et enfants) depuis 2005 52 % de nouvelles infections à VIH en moins

Plus en détail

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030

ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 ACCÉLÉRER METTRE FIN À L ÉPIDÉMIE DE SIDA D ICI À 2030 Mettre fin à l épidémie de sida ces mots renferment de tels espoirs et de telles promesses. Grâce à des engagements mondiaux et à des objectifs précis,

Plus en détail

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels»

Signature d une convention de partenariat «Capital santé des seniors et liens intergénérationnels» Fiche de presse Une force de proposition indépendante à l initiative de la Ville de Montpellier Direction de la Communication de la Ville de Montpellier - ANATOME - Novembre 2010 Signature d une convention

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86

LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : Objectif de ce chapitre. 6.1 Introduction 86 LIGNES DIRECTRICES CLINIQUES TOUT AU LONG DU CONTINUUM DE SOINS : ÉTABLISSEMENT DE LIENS ENTRE LES PERSONNES CHEZ QUI UN DIAGNOSTIC D INFECTION À VIH A ÉTÉ POSÉ ET LES SERVICES DE SOINS ET DE TRAITEMENT

Plus en détail

«Approches comparées des politiques

«Approches comparées des politiques «Approches comparées des politiques d accès aux ARV en Afrique et spécificités du programme camerounais» Semaine de la France au Brésil L accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud : 20 ans après l

Plus en détail

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE

TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE TEST DE DÉPISTAGE DE L IMMUNITÉ CONTRE LE 14 TÉTANOS ET LA ROUGEOLE 14.1 INTRODUCTION Soumaïla MARIKO Comme on l a déjà précisé au chapitre 1, des tests de dépistage de l immunité contre le tétanos et

Plus en détail

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr

VIH-SIDA. Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr VIH-SIDA Carole Uchan cuchan@paris.msf.org +33 (0)1 40 21 27 69 8, rue Saint-Sabin 75011 Paris - www.msf.fr Association reconnue d utilité publique - Grande cause nationale 1987 - Prix Nobel de la paix

Plus en détail

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE

SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE Rapport sur la SÉCURITÉ TRANSFUSIONNELLE DANS LE MONDE 1998 1999 Résumé Etabli à partir de la Base de Données mondiale sur la Sécurité transfusionnelle World Health Organization Blood Transfusion Safety

Plus en détail

CONTEXTE ET JUSTIFICATION

CONTEXTE ET JUSTIFICATION CONTEXTE ET JUSTIFICATION Le tabagisme est l une des plus grandes menaces actuelles pour la santé mondiale. Il crée une forte dépendance chez les consommateurs habituels qu il finit par tuer, et présente

Plus en détail

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE

GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE GENRE ET FECONDITE EN AFRIQUE SUBSAHARIENNE Roger Armand WAKA MODJO Institut d Etudes Démographiques de l Université de Bordeaux IV. Introduction L Afrique subsaharienne reste de nos jours la sous région

Plus en détail

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011

APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 APPEL A PROJETS 2011 Date limite d'envoi des dossiers : 31 mars 2011 Dans le cadre de cet appel à projets 2011, la Fondation GlaxoSmithKline soutiendra des programmes en direction d équipes soignantes

Plus en détail

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016

Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 Découvertes de séropositivité VIH et de sida Point épidémiologique 1 er avril 2016 La surveillance des diagnostics d'infection par le VIH et de sida en France repose sur la déclaration obligatoire [1],

Plus en détail

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte

2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte PRÉVENTION DE LA TRANSMISSION MÈRE-ENFANT 2-1- Modalités de la trithérapie antirétrovirale chez la femme enceinte 2-1-1- Objectif du traitement L objectif du traitement antirétroviral est l obtention d

Plus en détail

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde

Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Rapport 2014 sur la lutte contre la tuberculose dans le monde Résumé d orientation La tuberculose reste l une des maladies transmissibles causant le plus de décès dans le monde. En 2013, selon les estimations,

Plus en détail

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE

EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE EPIDEMIOLOGIE DES PATHOLOGIES BUCCO- DENTAIRES DES ENFANTS DE 6 ANS ET DE 12 ANS EN CORSE Dans le cadre d un programme d observation du vivant en Corse (Bioscope Corse-Méditerranée), l INSERM a mené, en

Plus en détail

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE

Les remontées du terrain. Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les remontées du terrain Dr Roland HAIZE Centre hospitalier PICAUVILLE Les programmes d Evaluation des Pratiques Professionnelles Pertinence des hospitalisations en HDT HO *Formalisation de certificats

Plus en détail

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement

23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23. Interprétation clinique des mesures de l effet traitement 23.1. Critères de jugement binaires Plusieurs mesures (indices) sont utilisables pour quantifier l effet traitement lors de l utilisation d

Plus en détail

Qu est-ce qu elle nous montre?

Qu est-ce qu elle nous montre? Qu est-ce qu elle nous montre? Description des répondants et résultats généraux Pour quoi faire une enquête sur la PrEP? En France, et contrairement aux Etats-Unis depuis juillet 2012, l utilisation d

Plus en détail

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé

Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé 2013 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Ipsos Public Affairs 24/06/2013 1 Exercice de la kinésithérapie comme salarié dans le secteur des soins de santé Table

Plus en détail

infovihtal #6 hiver 2001

infovihtal #6 hiver 2001 infovihtal #6 Primo-infection Primo-infection Le stade qui suit l infection par le VIH est connu sous le nom de primo-infection ou phase aiguë de l infection à VIH. Quand le VIH entre dans l organisme

Plus en détail

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA)

Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Appel à Manifestation d Intérêt A l intention des (ONG) intéressées à la mise en œuvre des activités du Projet Fond Global-PNUD HAITI (VIH SIDA) Le PNUD en tant que Récipiendaire Principal (RP) du Fond

Plus en détail

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006

COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS. 15 mars 2006 COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 15 mars 2006 GLUCOPHAGE 500 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP : 352 816-7 GLUCOPHAGE 850 mg, comprimé pelliculé Boîte de 30 comprimés - code CIP

Plus en détail

Les consommateurs de somnifères

Les consommateurs de somnifères ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 Les consommateurs de somnifères Les somnifères ou hypnotiques, médicaments psychotropes destinés à lutter contre les

Plus en détail

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA

1. 2. 3. NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent MESSAGES IMPORTANTS. Département du VIH/SIDA MESSAGES IMPORTANTS NOUVELLES RECOMMANDATIONS DE L OMS : Traitement antirétroviral de l adulte et de l adolescent L (OMS) révise ses lignes directrices relatives au traitement antirétroviral (TAR) destiné

Plus en détail

1. Recommandations de l AFSSAPS

1. Recommandations de l AFSSAPS E08-1 E08 Hypolipémiants Depuis une dizaine d années de nombreux résultats se sont accumulés pour prouver l intérêt de l abaissement du LDL-cholestérol en prévention primaire et secondaire des évènements

Plus en détail

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes

Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Résumé de recherche Concordance entre le SOGS-RA et les critères du jeu pathologique du DSM-IV chez les jeunes Robert Ladouceur, Ph.D. 1 Francine Ferland, Ph.D. Christiane Poulin, M.D., M.Sc., F.R.C.P.C.

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification

TERMES DE REFERENCE. I- Contexte et justification TERMES DE REFERENCE Recrutement d un/e Consultant/e National/e pour la réalisation d une analyse des barrières à l accès au dispositif national de conseil et de dépistage anonyme et gratuit du VIH existant

Plus en détail

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5

SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 SOMMAIRE I. INTRODUCTION 4 II. SOURCES D INFORMATION 5 2.1. ETUDES REALISEES PAR LES SERVICES DES CAISSES D ASSURANCE MALADIE 5 2.2. ANALYSE DE LA LITTERATURE 5 2.3. ANALYSE DES VENTES 6 2.4. COMPARAISONS

Plus en détail

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015

Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Améliorer la qualité du système de santé et maîtriser les dépenses : propositions de l Assurance maladie pour 2015 Rapport au ministre chargé de la sécurité sociale et au Parlement sur l'évolution des

Plus en détail

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud

Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Séminaire ANRS 24 /25 septembre 2015 Du dépistage du VIH à domicile à l accès aux soins l l exemple de l essai ANRS 12249 TasP en Afrique du Sud Mélanie Plazy Post-doctorante sur le projet ANRS 12249 TasP

Plus en détail

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS

CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé CUMUL DES INÉGALITÉS SOCIO-ÉCONOMIQUES D'ACCÈS AUX SOINS Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 En France, en 1995 la dépense de soins et biens médicaux 2 s'est

Plus en détail

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages

Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Note Méthodologique Dernière mise à jour : 27-1-214 Enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages Présentation de l enquête L Insee réalise depuis janvier 1987 l enquête mensuelle de conjoncture

Plus en détail

Satisfaction du patient

Satisfaction du patient Satisfaction du patient Johan Van der Heyden Institut Scientifique de Santé Publique Direction opérationnelle Santé publique et surveillance Rue J. Wytsman, 14 B - 1050 Bruxelles 02 / 642 57 26 E-mail

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques

Virus: Virus: Diversité génétique. Diversité génétique et variation antigénique. Virus: Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques Virus: Diversité génétique et variation antigénique Conséquences épidémiologiques et thérapeutiques M. Segondy Virus: Diversité génétique Virus: Génome + Capside ± Enveloppe 1 Virus: Diversité génétique

Plus en détail

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE

Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE Haute Autorité de santé COMMISSION DE LA TRANSPARENCE AVIS 22 décembre 2004 VOGALENE 5 mg, suppositoire sécable (Boîte de 10) Laboratoires SCHWARZ PHARMA métopimazine Liste II Date de l AMM initiale chez

Plus en détail

Virologie en Pédiatrie

Virologie en Pédiatrie Virologie en Pédiatrie Pr Coumba Touré Kane ANRS-SENEGAL Introduc3on 3,4 millions d enfants en 2010 (OMS 2011) 90% de ces enfants en Afrique sub- saharienne 260 000 enfants infectés en 2012 Baisse de 52

Plus en détail

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles

GRIPPE SAISONNIERE. Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles GRIPPE SAISONNIERE Place de la vaccination du personnel dans la prévention des épidémies institutionnelles DR M.A. HUBSCHER Journée régionale EMS 22/11/2012 Le virus grippal Réputé fragile : sensible aux

Plus en détail

Burkina Faso Profil pays EPT 2014

Burkina Faso Profil pays EPT 2014 Burkina Faso Profil pays EPT 14 Contexte général Situé au cœur de l Afrique occidentale, dans la boucle du Niger, le Burkina Faso est l un pays des pays les plus peuplés de la sous-région Ouest-africaine

Plus en détail

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005

ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 ETUDES STATISTIQUES Avril 2005 Table des matières I. LA CARRIERE D UN TRAVAILLEUR SALARIE a. L âge au début de la carrière b. Le type de carrière (temps complet/temps partiel c. Le taux d activité sur

Plus en détail

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO

Fonctionnalités d un logiciel de GMAO I.1. Introduction : Le caractère stratégique de la panne, préoccupe de plus en plus les responsables de la production ayant à faire face aux équipements complexes qui ne cessent de prendre de l ampleur

Plus en détail

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL

28.6 À PROPOS DU MEDICINES PATENT POOL MPP 2015 35 millions de personnes dans le monde sont touchées par le VIH 28.6 millions devraient bénéficier d un traitement* Pourtant seuls 12.9 millions y ont aujourd hui accès * conformément aux directives

Plus en détail

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE

Facteurs liés au rendement des élèves au Test de mathématiques, 9 e année, de l OQRE n Quelles sont les différences et les similarités, d après certaines caractéristiques du milieu familial et les réponses au questionnaire, entre les élèves de 9 e année inscrits au cours théorique et au

Plus en détail

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE

LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE LE SIDA: UNE AFFECTION DU SYSTEME IMMUNITAIRE Introduction: Le SIDA, ou syndrome immunodéficience acquise, est une maladie due à un virus, le virus de l'immunodéficience humaine ou VIH (HIV: Human Immunodeficiency

Plus en détail

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque

L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque L entrée e dans la sexualité : initiation et prises de risque Geneviève ve Paicheler Centre National de la Recherche Scientifique Que sait-on sur la sexualité des jeunes? Les données des enquêtes Accompagner

Plus en détail

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention

Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Programme «maladie» - Partie II «Objectifs / Résultats» Objectif n 2 : développer la prévention Indicateur n 2-3 : Indicateurs sur le dépistage du cancer 1 er sous-indicateur : taux de participation au

Plus en détail

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie

Consensus Scientifique sur le. Paludisme. Etat de la maladie page 1/7 Consensus Scientifique sur le Paludisme Etat de la maladie Source : OMS (2008) Résumé & Détails: GreenFacts Contexte - Le paludisme est l une des maladies infectieuses les plus fréquentes. Il

Plus en détail

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes

Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Annexe A Algorithme pour le traitement à l oseltamivir et au zanamivir de la grippe peu sévère ou sans complications chez les adultes Adultes atteints de grippe légère ou sans complications Aucun facteur

Plus en détail

LES 55 ANS ET PLUS AU QUÉBEC : PORTRAIT ET TENDANCES. Charles Fleury Département de sociologie, Université Laval

LES 55 ANS ET PLUS AU QUÉBEC : PORTRAIT ET TENDANCES. Charles Fleury Département de sociologie, Université Laval 1 LES 55 ANS ET PLUS AU QUÉBEC : PORTRAIT ET TENDANCES Charles Fleury Département de sociologie, Université Laval Plan 2 1. Le poids démographique 2. Caractéristiques sociodémographiques 3. La santé physique

Plus en détail

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE)

TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) TITRE DU PROJET Construction d un complexe de santé pour le compte de l ONG Education Pour la Santé et la Promotion de l Emploi (EPSPE) PAYS ET REGION DE MISE EN ŒUVRE DU PROJET Ce projet sera mise en

Plus en détail

Différences entre DQA et RDQA

Différences entre DQA et RDQA OUTIL De l ASSURANCE DE LA QUALITE DES DONNEES DE ROUTINE (RDQA) Fiche documentaire- novembre 1, 2007 1 HISTORIQUE Les programmes nationaux et les donateurs travaillent ensemble vers la réalisation de

Plus en détail

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009

A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009. Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 A/MTSP/2008-2013 PB/2008-2009 Original : Anglais PLAN STRATÉGIQUE À MOYEN TERME 2008-2013 ET PROJET DE BUDGET PROGRAMME 2008-2009 Les appellations employées dans ce document et la présentation des données

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Table Ronde «Prévention et Dépistage»

Table Ronde «Prévention et Dépistage» Table Ronde «Prévention et Dépistage» «L infection à VIH/SIDA en 2013» Conférence organisée par la Ville de Marseille Dr Pervenche Martinet Dr Chantal Vernay Vaïsse 29/11/2013 1 Le dépistage aujourd'hui

Plus en détail

Commission de la condition de la femme

Commission de la condition de la femme Commission de la condition de la femme la garde des enfants et autres personnes à charge, y compris le partage des tâches et des CSW40 Conclusions concertées (1996/3) Nations Unies, mars 1996 la garde

Plus en détail

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts.

1. Hospitalisation : analyse de la répartition des services offerts. Hospitalisation L information sur l offre en hospitalisation d un pays (nombre de lits par habitant, répartition géographique ou par spécialité médicale) est utile pour déterminer la différence entre l

Plus en détail

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE

PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE PERCEPTION DU VIH/SIDA PAR LES ETUDIANTS DE PREMIERE ANNEE DE L UNIVERSITE L DE DSCHANG SUPERVISE PAR Pr MPOAME MBIDA COORDONNEE PAR Dr SANOU SOBZE Martin VIH EPIDEMIOLOGIE Plus de 7 nouvelles infections

Plus en détail

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV

Structure typique d un protocole de recherche. Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Structure typique d un protocole de recherche Préparé par Johanne Desrosiers dans le cadre d une formation au réseau FORMSAV Introduction Planification et développement d une proposition de recherche Étape

Plus en détail

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3»

De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Dossier de Presse 12 Novembre 2008 De nouvelles pistes pour la prévention de la maladie d Alzheimer «Eude MAPT3» Contact : Professeur Bruno Vellas Responsable du Pôle Gériatie du CHU de Toulouse et du

Plus en détail

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier

Christophe Fournier. Clinique de Thuys. Aunége - Christophe Fournier Christophe Fournier Clinique de Thuys Aunége - Christophe Fournier 2 Table des matières Information sur l'échantillon 3 Structure de l'échantillon...4 Point méthodologique 6 Point méthodologique...7 Représentativité

Plus en détail

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017

Termes de références Consultant National. Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 Termes de références Consultant National Elaboration du plan opérationnel budgétisé du plan stratégique National 2014-2017 I. Cadre et justification : Le Programme National de Lutte contre le Sida (PNLS),

Plus en détail

5. Validité de la méta-analyse

5. Validité de la méta-analyse 5. Validité de la méta-analyse 5.1. Poids de la preuve d une méta-analyse Le poids de la preuve d un résultat scientifique quantifie le degré avec lequel ce résultat s approche de la réalité. Il ne s agit

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi.

Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. Prévention de la transmission du VIH en Afrique Subsaharienne, expérience eu Burundi. W E B I N A R D U 2 4 AV R I L 2 0 1 4 U N I C E F, E S T H E R, S F L S, C H U D E R E N N E S D R C É D R I C A R

Plus en détail

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME

Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Restitution de l 'atelier 1 Protocoles thérapeutiques et aspects médicaux de la PTME Modérateur : Dr Didier Koumavi Ekouevi INSERM U-897, Université Bordeaux Segalen, PACCI, Abidjan et Université de Lomé

Plus en détail

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis

Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Les médicaments de la grippe Ahmed Ghoubontini Service de Maladies Infectieuses CHU La Rabta Tunis Introduction Les virus de la grippe sont des virus «instables». Les virus actuellement en circulation

Plus en détail

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn.

Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. Lignes de conduite pour le diagnostic présymptomatique de la Chorée de Huntington par l'analyse d'adn. 1. Il faut donner une information appropriée et actualisée à toute personne qui souhaite un DIAGNOSTIC

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend :

Le système de protection sociale au Sénégal, étroitement lié à l emploi, comprend : LA PROTECTION SOCIALE A DAKAR : QUELLES POSSIBILITES DE PRISE EN CHARGE DES COUTS LIES AU VIH/SIDA? Gabrièle Laborde-Balen *, Bernard Taverne * * IRD, UR 36 «Prise en charge du sida en Afrique», BP 1386,

Plus en détail

Cumul des inégalités socio-économiques d'accès aux soins

Cumul des inégalités socio-économiques d'accès aux soins Andrée MIZRAHI 1 et Arié MIZRAHI 1 (Travail effectué en 1977 au CREDES, actuellement IRDES) ARgSES Arguments socio-économiques pour la santé Cumul des inégalités socio-économiques d'accès aux soins Des

Plus en détail

Présentation du manuel

Présentation du manuel Présentation du manuel > COMMENT UTILISER LE MANUEL Le manuel est divisé en trois chapitres : Chapitre 1 : Introduction Le chapitre présente le SIS. Il indique l'objectif de la collecte de données, le

Plus en détail

G R E C A U Rapport sur le mémoire de thèse de doctorat ENSA de Toulouse, INSA, école doctorale MEGeP, Spécialité Génie Civil, En co-tutelle avec l'université de Laval, Québec, Canada présenté par Catherine

Plus en détail

Réseau Africain de Partenariat sue le VIH dans les Lieux de Détention (AHPPN)

Réseau Africain de Partenariat sue le VIH dans les Lieux de Détention (AHPPN) Réseau Africain de Partenariat sue le VIH dans les Lieux de Détention (AHPPN) Déclaration Africaine d engagement sur la Prévention, Traitement, Soin et Soutien en matière du VIH et SIDA en milieu carcéral

Plus en détail

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011.

AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. AVENEMENT DE LA «TRI-THERAPIE» POUR L HEPATITE C CHRONIQUE GENOTYPE 1 EN JANVIER 2011. MODE D EMPLOI DE L AUTORISATION TEMPORAIRE D UTILISATION (ATU) DE COHORTE A L ATTENTION DES PERSONNES ATTEINTES D

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali

Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali Analyse de l offre de soins dans le cadre de la mise en œuvre de l Assurance Maladie Obligatoire (AMO) au Mali B DAOU, M KOUAME, C ATIM Institut National de recherche en santé Publique (INRSP)- Bamako,

Plus en détail

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007

ENQUETE DANS LES MENAGES SUR LES ORPHELINS ET LES AUTRES ENFANTS VULNERABLES (OEV) de 0 à 17 ans (SOUTIEN ET SCOLARISATION) OEV - TOGO - 2007 1 URD Université de Lomé Unité de Recherche Démographique B.P. 12971 Tél. (228) 221-17-21 Fax : (228) 222-08-89 E-ma il : urd@tg-refer.org ; urdlome@yahoo.fr http\\ : www.urd-lome.org Lomé TOGO ENQUETE

Plus en détail

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH

Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Prévention de la transmission mère-enfant du VIH Rapport Morlat2013 REUNION COREVIH - Vendredi 17 Janvier 2014 Docteur Yasmine DEBAB Service des Maladies Infectieuses et Tropicales CHU Rouen 1 I. Désir

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

NUTRITION DES JEUNES ENFANTS AU SENEGAL

NUTRITION DES JEUNES ENFANTS AU SENEGAL NUTRITION EN AFRIQUE Graphiques commentés NUTRITION DES JEUNES ENFANTS AU SENEGAL Résultats de l'eds Sénégal 1992/1993 Macro International, Inc. 11785 Beltsville Drive Calverton, Maryland, U.S.A. Mai 1994

Plus en détail

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification.

Questionnaire Personnel Confidentiel. Préparé pour. Table des Matières. Information Personnelle. Hypothèses de Planification. Table des Matières Information Personnelle Hypothèses de Planification Actifs et Passifs Profil de Risque Connaître Votre Client Objectifs du Portefeuille Questionnaire Personnel Confidentiel Préparé pour

Plus en détail

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali)

présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) Diabète Au Mali présenté par Stéphane Besançon (Directeur programmes ONG Santé Diabète Mali) La situation du diabète au Mali - épidémiologie Le diabète est déjà un problème de santé publique au Mali Prévalence

Plus en détail

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive

Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Admission à l hôpital pour tentative de suicide : analyse des facteurs de risque, du suivi médical et de la récidive Synthèse Bien que les comportements suicidaires représentent un problème majeur de santé

Plus en détail

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014

Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Classification des risques Rapport d audit Rapport n o 7/14 20 novembre 2014 Diffusion Destinataires : Président et chef de la direction Premier vice-président et chef de la direction financière Premier

Plus en détail

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013

Pathologie VIH. Service maladies infectieuses Archet 1. Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Pathologie VIH Service maladies infectieuses Archet 1 Françoise ALEXIS, infirmière Monique BORGHI, infirmière 15 octobre 2013 Les traitements antirétroviraux Sont classés en 5 familles selon leur mode

Plus en détail

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS)

Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Système de gestion des données du secteur des transports (TSDMS) Exposé succinct I. Introduction II. Objet de la gestion des données du secteur des transports III. Efforts passés et présents par le SSATP

Plus en détail

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL

VERS UN ACCÈS UNIVERSEL EN BREF VERS UN ACCÈS UNIVERSEL Étendre les interventions prioritaires liées au VIH/SIDA dans le secteur de la santé juin 2008 Rapport de situation Ce document est constitué d extraits de la publication

Plus en détail

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN

LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN ANNEXE LISTE DES INDICATEURS DE LAEKEN Dans le cadre de son mandat pour 2001, le Comité de protection social (CPS) a présenté un rapport recommandant une série initiale de dix indicateurs primaires et

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142

TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 TERMES DE REFERENCE Mission n 13INI142 I. Informations générales Intitulé de la mission Composante Thématique(s) Bénéficiaire(s) Pays Subventions FM concernées Montant de la subvention Durée totale des

Plus en détail

3 Les premiers résultats des plans d'actions

3 Les premiers résultats des plans d'actions 3 Les premiers résultats des plans d'actions Les résultats que nous avons obtenus en ce qui concerne les plans d'action, résultent de l'analyse de 48 entreprises seulement. Revenons sur notre échantillon.

Plus en détail

Gestion de projet - les chaînes critiques

Gestion de projet - les chaînes critiques Gestion de projet - les chaînes critiques GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/ Table

Plus en détail

Rapport Regional Draft Resume

Rapport Regional Draft Resume Enquête sur le renforcement des capacités dans le domaine des Energies Renouvelables et de l Efficacité Energétique des pays membres de la CEDEAO Rapport Regional Draft Resume Septembre 2012 RESUME L espace

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993

Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 Retour au sommaire des BEH de 1997 Analyse de la survie des sujets atteints de Sida dans les principaux hôpitaux parisiens entre 1981 et 1993 INTRODUCTION A partir des données de surveillance du Sida,

Plus en détail