2 Nombres complexes. et trigonométrie CHAPITRE

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2 Nombres complexes. et trigonométrie CHAPITRE"

Transcription

1 CHAPITRE Nombres complexes et trigonométrie A Les nombres complexes 66 B Représentation géométrique Affixe Module Argument 67 1 Image d un complexe Affixe d un point, d un vecteur 67 Module 68 3 Nombres complexes de module Argument d un nombre complexe non nul 70 5 Applications géométriques 7 C Racines d un nombre complexe 74 1 Racines n ièmes d un nombre complexe 74 Racines n ièmes de Racines carrées d un nombre complexe Équation du second degré 76 D Trigonométrie 78 1 Lecture du cercle trigonométrique 78 Formules de trigonométrie 80 E Exponentielle complexe 84 Méthodes : L essentiel ; mise en œuvre 86 Énoncés des exercices 99 Solutions des exercices 10 65

2 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie A Les nombres complexes 1 Ou les complexes Les égalités x,0+x,0=x+x,0 x,0x,0=xx,0 montrent que l injection, x x,0 transporte les opérations 3 Noter que la partie imaginaire est un nombre réel L ensemble des couples de nombres réels est muni d une addition et d une multiplication définies par : a, b, a, b, a, b + a, b = a + a, b + b a, b a, b = aa bb, ab + ba Muni de ces opérations, est noté Ses éléments sont les nombres complexes 1 Le nombre complexe 0, 1 est noté i et, pour tout réel a, on convient d identifier le nombre complexe a, 0 et le réel a Pour tout a, b, on a a, b = a, 0 + 0, 1b, 0 = a + ib Définition 1 Étant donné z, il existe un unique couple a, b tel que z = a + ib a + ib est la forme algébrique du nombre complexe z, a est la partie réelle de z, notée Rez, b est la partie imaginaire de z, notée Imz 3 Propriété 1 Dans les opérations sont les suivantes : En particulier, i = 1 a + ib + a + ib = a + a + i b + b, a + ib a + ib = aa bb + i ab + ba 4 Les imaginaires purs sont les complexes de la forme ib, avec b réel L ensemble des imaginaires purs est noté i 5 Ces propriétés se démontrent en utilisant la forme algébrique 6 a 0 ou b 0 7 Ces propriétés se démontrent en utilisant la forme algébrique Propriété Un nombre complexe est réel lorsque sa partie imaginaire est nulle : z Imz = 0 Un nombre complexe de partie réelle nulle est dit imaginaire pur : 4 z i Rez = 0 Dans les deux propriétés suivantes, z, z, z sont des complexes quelconques Propriété 3 L addition dans est commutative : z + z = z + z ; associative : z + z + z = z + z + z 0 est élément neutre : z + 0 = z z = x, y admet un opposé, noté z, qui est x, y : z + z = 0 5 Propriété 4 La multiplication dans est commutative : zz = z z ; associative : zz z = z z z ; distributive sur l addition : z + z z = zz + z z 1 est l élément neutre : 1z = z Si z 0, il existe z tel que zz = 1 ; z est unique et s appelle l inverse de z Pour z = a + ib 0 6 cet inverse, noté 1/z ou z 1, est : 1 a + ib = a a + b i b a + b 7 66

3 Représentation géométrique Affixe Module Argument 8 Les règles de calcul dans sont les mêmes que dans 9 La conjugaison est l application zz C est une involution C est pour résumer l ensemble de ces règles de calculs que l on dit que, +, est un corps 8 Définition Soit z un nombre complexe, z = a + ib avec a et b réels On appelle conjugué de z le nombre complexe a ib, noté z On a z = z 9 Propriété 5 Étant donné z, on a : Rez = 1 1 z + z et Imz = z z i On a donc z z = z et z i z = z 10 Et z 1 z =z 1 z Propriété 6 Opérations et conjugaison Pour tous complexes z 1, z : z 1 + z = z 1 + z 10, z 1 z = z 1 z et, pour z 0, z1 z = z 1 z B Représentation géométrique Affixe Module Argument Le plan orienté est muni d un repère orthonormé direct = O, i, j Pour x et y réels, Mx, y désigne le point de coordonnées x, y L ensemble des vecteurs du plan est noté 1 Image d un complexe Affixe d un point, d un vecteur 11 Les points d affixe réelle sont ceux de l axe O, i, appelé l axe réel Ceux d affixe imaginaire pure sont les points de l axe O, j, appelé l axe imaginaire pur 1 Cette bijection permet d identifier et On écrira Mz Définition 3 L affixe du point Mx, y est le nombre complexe x + iy, noté z M 11 L affixe du vecteur u = x i + y j est le nombre complexe x + iy, noté z u Définition 4 L antécédant Mz d un complexe z, par la bijection, M z M, s appelle l image z dans le plan complexe 1 L antécédant d un complexe z, par la bijection, u z u, s appelle l image vectorielle de z Propriété 7 Pour tous vecteurs u et v, on a : z u + v = z u + z v Pour tous points A et B, on a : z AB = z B z A 67

4 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie 13 y Théorème 1 Interprétation géométrique de l addition O Mz u M z+a x Étant donné un vecteur u d affixe a, la translation de vecteur u transforme le point M, d affixe z, en le point M, d affixe z = z + a 13 L écriture complexe de t est z = z + a u Étant donné un point Aa et un réel k non nul, l homothétie, de centre A et de rapport k, transforme le point M en le point M tel que : AM = k AM Son écriture complexe est z = a + kz a 14 y O Mz x Théorème Interprétation géométrique de la conjugaison La réflexion s Ox, d axe O, i, transforme le point M, d affixe z, en le point M, d affixe z = z 14 L écriture complexe de s Ox est z = z 15 M z M z y Mz 15 Théorème 3 L écriture complexe de la réflexion s Oy, d axe O, j, est z = z L écriture complexe de la symétrie, de centre O, est z = z M z M z x Module Définition 5 Étant donné z, d image M, le module de z est OM Il est noté z 16 L affixe de AB est b a y : z a =r Théorème 4 La distance entre deux points A et B, d affixes a et b, est AB = b a 16 O A : z a r x Théorème 5 Soit a un nombre complexe et r un réel strictement positif On note A l image de a L ensemble des images des nombres complexes z tels que : z a = r est le cercle de centre A et de rayon r, z a r est le disque fermé 17 de centre A et de rayon r, z a < r est le disque ouvert 18 de centre A et de rayon r 17 Le cercle est inclus 18 Le cercle est exclus Propriété 8 Expressions du module Pour tout complexe z = a + i b, a et b réels : 19 zz=a+iba ib =a +b 0 a a +b et b a +b 68 z = a + b, z = zz 19 Remarques 1 Si z est réel, z n est autre que la valeur absolue de z En particulier, pour tout complexe z, on a z = z si et seulement si z est un réel positif Pour tout complexe z, on a z = 0 si et seulement si z = 0 Propriété 9 Pour tout complexe z, on a : Rez z et Imz z 0

5 Représentation géométrique Affixe Module Argument Propriété 10 Module d un quotient, d un produit Pour tous complexes z et z, on a : 1 zz = z z, si z 0 1 z = 1 z z z z = z pour tout n, z n = z n 1 1 On procède par récurrence en convenant que z 0 =1 1 On a zz = zz zz = zz z z = z z Si z 0, z z = z z = Théorème 6 Inégalité triangulaire z z z Étant donné deux complexes z et z, on a z + z z + z avec égalité si et seulement si z = 0 ou s il existe un réel positif tel que z = z On calcule : z + z z + z = zz + zz + z z z + z z + z Avec la propriété 9 = zz Re zz 0 On obtient l inégalité triangulaire puisque les réels z + z et z + z sont positifs Si z = 0, l inégalité est une égalité Si z = z, avec +, il vient z + z = 1 + z = 1 + z = z + z 3 Avec la remarque 1 suivant la propriété 8 Si z + z = z + z et z 0, on a zz + 3 donc z = z avec = zz z + 4 y O z 1 x 3 Nombres complexes de module 1 Définition 6 L ensemble des nombres complexes de module 1 est noté est l ensemble des affixes des points du cercle trigonométrique z= 1 z Propriété 11 5 O e i 1 x e i =e i = 1 e i Soit z un nombre complexe On a z 1 4 = z z Remarque est stable par produit et passage à l inverse Définition 7 Exponentielle d un nombre imaginaire pur Pour tout réel, on pose e i = cos + i sin e i =i, e i = 1, e i 4 = 1+i Propriété 1 = { e i ; } 7 7 Lorsque parcourt l intervalle [0,[, le point Mcos,sin décrit donc e i décrit 8 En particulier e i =1 0[] Propriété 13 Pour tous réels et, on a : e i = e i [] 8 69

6 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Théorème 7 Pour tous réels et, on a : e i+ = e i e i, e i = 1 e i = ei, pour tout n, e n i = e i n, formule de Moivre 9 On obtient les autres formules avec e i0 =1 et en procédant par récurrence 30 C est une relecture de la formule e ni =e i n 31 Avec la propriété 5 On a e i e i = cos + i sin cos + i sin, et en développant, il vient : e i e i = cos cos sin sin + i cos sin + sin cos Les formules d addition en trigonométrie donnent alors : e i e i = cos + + i sin +, c est-à-dire e i e i = e i+ 9 Formulaire 1 Formule de Moivre 30 Pour tout réel et pour tout entier relatif n : cos + i sin n = cosn + i sinn Formules d Euler 31 Pour tout réel, cos = ei + e i et sin = ei e i i 4 Argument d un nombre complexe non nul Définition 8 3 O Mz x Soit z un nombre complexe non nul, d image M Toute mesure de l angle orienté i, OM s appelle un argument de z 3 On écrit arg z [ ] Propriété 14 Pour tout réel, arg e i [ ] Propriété 15 Pour un nombre complexe non nul z, on a : z + arg z [ ], z arg z [ ], z i arg z [ ] Propriété O 1 Mz N e i x Pour tout z, z 0, les arguments de z sont ceux de z z Pour z 0, notons M et N les images de z et z/ z On a : OM = z [ ] ON donc i, OM i, ON 33 c est-à-dire arg z arg z [ ] z 70

7 Représentation géométrique Affixe Module Argument 34 Si z=a+ib on a = a +b et est défini modulo par cos = a a +b, sin = b Propriété 17 Forme trigonométrique d un complexe non nul Pour tout nombre complexe non nul z, on a : z = e i avec = z et argz [ ] 34 a +b Ėxemple 1 Soit a et b des réels avec a, b 0, 0 En écrivant le nombre complexe a + ib sous forme trigonométrique a + ib = A e i, il vient : a cos + b sin = Re e i A e i = A cos On a A = a + b et est défini modulo par cos = a b et sin = a + b a + b Théorème O z z z z x Pour des nombres complexes non nuls z et z, on a : z = z z = z et arg z arg z [ ], z = z z = z et arg z arg z [ ], z = z z = z et arg z + arg z [ ] 35 Propriété 18 Pour des nombres complexes non nuls z et z, on a : arg zz arg z + arg z [ ] z et arg arg z arg [ z ] z Posons = z, = z, arg z [ ] et arg z [ ] On a alors z = e i et z = e i, donc zz = e i+ et z z = ei Ainsi, + est un argument de zz et est un argument de z /z ei 36 O 1 e i e i 1 0<< 37 [ ] Si on a 1+e i =0 38 Si 0 1 e i =0 [ ] on a 1+e i Corollaire Pour des nombres complexes non nuls z et z, on a arg z = arg z [ ] si et seulement si z /z est un réel strictement positif Propriété 19 Soit un réel On a : e i = cos i e et 1 e i = i sin i e ; 1 + e i = cos et 1 e i = sin ; Si < < alors arg 1 + e i [ ] ; 37 Si 0 < < alors arg 1 e i [ ] 38 1 On factorise 1 + e i i = i i e e + e et 1 e i i = i i e e e et on conclut avec la formule d Euler Les formules concernant les modules découlent de 1 Quant aux arguments, on a cos > 0 lorsque < < et sin lorsque 0 < < 71

8 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Exemple Soit n 1 un entier et t un réel Pour t 0 [ ], on calcule e ikt = 1 ein+1t 1 e it = On a donc : n + 1 si t 0 [ ] n + 1 cos kt = sin t cos nt sin t si t 0 [ ] et : 0 si t 0 [ ] n + 1 sin kt = sin t sin nt sin t si t 0 [ ] n + 1 sin sin t t int e 5 Applications géométriques Propriété 0 Étant donné des points A, B, C, D avec A B et C D, d affixes respectives a, b, c, d, on a : d c [ ] AB, CD arg b a Avec la relation de Chasles, on a modulo : AB, CD i, CD i d c, AB arg z arg z arg CD AB b a 39 M M Définition 9 Étant donné un point A et un réel, la rotation de centre A et d angle est la transformation du plan, notée rot A, ainsi définie : rot A, A = A, si M A, alors M = rot A, M où M est le point tel que AM = AM et AM, AM [ ] 39 A 40 z =a+e i z a z a Théorème 9 Écriture complexe d une rotation Soit A un point du plan, d affixe a, et un réel L écriture complexe de la rotation de centre A et d angle est : rot A, : z = a + e i z a 40 Soit Mz un point du plan et M z son image par rot A, Si z = a, on a z = a Si z a, on a z a z a car z a z a = AM z a AM et arg z a donc z a z a = ei Dans les deux cas, z = a + e i z a AM, AM [ ] 7

9 Représentation géométrique Affixe Module Argument Propriété 1 Alignement de points Des points A, B et C, avec A C, d affixes a, b, c, sont alignés si et seulement si : c b est réel c a Si B = C, les points A, B, C sont alignés et c b = 0 est réel c a Si B C, A, B, C, sont alignés si et seulement si : [ ] AC, BC 0, c est-à-dire arg c b c a 0[ ] ou encore c b est réel c a 41 On procède comme pour la propriété 1 Propriété Orthogonalité 41 Soit A, B et C, avec A C, des points d affixes a, b, c 1 Les vecteurs AB et AC sont orthogonaux si et seulement si : c b est imaginaire pur c a Si B C, les droites AC et BC sont orthogonales si et seulement si : c b est imaginaire pur c a Propriété 3 4 L angle de deux droites Soit et deux droites sécantes en A 1 et est défini modulo Il existe deux droites, et deux seulement, passant par A et telles que : 1 par,,, = [ ] u1, u [] 4 où u 1 et u dirigent 1 et Ces droites s appellent les bissectrices des droites et 43 u u A u u 1 u + u 44 Avec la propriété Selon le signe de cos 46 Selon le signe de sin Elles sont orthogonales et dirigées par les vecteurs u ± u où u et u sont des vecteurs unitaires dirigeant et 43 Soit u et u des vecteurs unitaires dirigeant et, d affixe e i et e i, et un vecteur dirigeant une droite passant par A En utlisant la relation de Chasles, on a u,, u [ ] si et seulement si : u 1, = u, u [ ] Cela montre qu il existe deux droites solutions et deux seulement et qu elles sont orthogonales Par ailleurs, on a u, u arg e i [ ] et : 44 u, u + u arg ei + e i e i arg 1 + e i [ ] 45 u, u u arg 1 e i ] 46 [ 73

10 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie C Racines d un nombre complexe 1 Racines n ièmes d un nombre complexe Définition Pour n=, on parle Soit z un nombre complexe et n un entier naturel avec n 47 de racine carrée et, pour n=3, de racine cubique Une racine n ième de z est un complexe Z tel que Z n = z 48 0 est l unique racine n ième de 0 49 z étant non nul, ses racines n ièmes sont non nulles Théorème 10 Tout nombre complexe non nul admet exactement n racines n ièmes 48 Soit z ; posons r = z et arg z [ ] On cherche les racines n ièmes de z sous la forme Z = e i avec > 0 49 L égalité Z n = z se traduit par n = r et n [ ], donc par : = n r et [ ] n n En posant Z k = n re i +k n, l égalité Z k = Z k se traduit par : +k n = +k [ ] c est-à-dire k = k[n] n Les racines n ièmes de z sont donc les n nombres complexes deux à deux distincts Z k, 0 k n 1 Définition 11 L ensemble des racines n ièmes de 1 est noté n 50 Si r= z et [ ] arg z, Z 0 = n i re n est une racine n ième de z Propriété 4 Racines n ièmes d un nombre complexe non nul Soit z un nombre complexe non nul et Z 0 une racine n ième de z Les racines n ièmes de z sont les Z 0 u où u décrit n 50 L égalité Z n = z s écrit Z n = Z0 n Z n ou = 1 c est-à-dire Z Z 0 Z 0 Racines n ièmes de 1 51 Relire la démonstration du théorème 10 et utiliser la formule de Moivre Théorème L ensemble des racines n ièmes de 1 est n = i En posant n = e n, on a n = { k } n ; 0 k n 1 { ik } e n ; 0 k n 1 74 Remarque L ensemble n est stable par produit et passage à l inverse

11 Racines d un nombre complexe Propriété 5 Les images des racines n ièmes de 1 sont les sommets d un polygone régulier à n côtés dont le centre de gravité est O 3 n n n = n O 1 n 1 n n n 5 Avec la propriété 19 En notant, pour tout entier relatif, M k l image de k n, on a M n = M 0 et on calcule : M k 1 M k = k n k 1 = k 1 n 1 = n 1 = sin n 5 n n ce qui montre que les côtés du polygone M 0 M 1 M n 1 M 0 ont même longueur Le centre de gravité de ce polygone est l isobarycentre des sommets, c est le point d affixe : z = 1 n 1 k n = 1 n n n n 1 n 1 = 0 i Exemple 3 On pose j = e 3 ; j = 1 + i 3 et j = 1 i 3 i j j 1 1 O 1 /3 1 i j j = {1, 1} 4 = {±1,±i} On observe l inclusion 4 et la factorisation : z 4 1 = z 1 z + 1 = {1, 1} 3 = {1, j, j } 6 = {±1,±j,±j } On observe les inclusions 6 et 3 6 et les factorisations : z 6 1 = z 1 z 4 + z + 1 = z 3 1 z

12 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Exemple 4 Avec 3 = 8, on voit que est une racine cubique de 8 Les trois racines cubiques de 8 sont donc, j, et j, c est-à-dire, 1 i 3 et 1 + i 3 Exemple 5 Construction d un pentagone régulier à la règle et au compas i On pose = e 5 donc 5 = { 1,,, 3, 4} On observe que, pour z 5 {1}, on a : 0 = z5 1 z 1 = z4 + z 3 + z + z + 1, donc avec x = 1 z + 1, il vient : z J 5 0 = z + z z + 1 z = z z + z 1 1 = 4x + x 1 z Il en découle, avec z = puis avec z =, A I O B 1 que cos 5 et cos 4 sont les racines du trinôme 5 4x + x 1 ; on a donc : 3 4 cos 5 + cos 4 5 = 1 et cos 5 cos 4 5 = 1 4 En notant A et B les points d affixes cos 4 5 et cos 5 et I leur milieu, on a donc : z I = 1 4 et OA OB = 1 4 Notons le cercle de diamètre [A, B] ; il rencontre Oy en un point J On a : 53 Avec le théorème de Pythagore 1 4 = OA OB = OI + IA OI IA = OI IA 53 = OJ donc OJ = 1 On obtient une construction du pentagone régulier dont les sommets sont les racines cinquièmes de 1 en traçant le cercle centré au point I d affixe 1/4 et passant par le point J d affixe i/ Ce cercle coupe Ox en A et B et les tangentes en ces points fournissent les 4 éléments de 5 {1} 3 Racines carrées d un nombre complexe Équation du second degré 31 Calcul des racines carrées sous forme algébrique Soit z = a + ib, avec a et b réels, un nombre complexe non nul Si b = 0, z = a est réel et ses racines carrées sont : a et a si a > 0 76 i a et i a si a < 0 { Si b 0, l équation x + iy x y = a = z s écrit xy = b Dans certains cas, une solution évidente apparaît Par exemple, si z = 3 +4i, le système s écrit : { x y = 3 xy = une solution évidente est x = 1 et y = On conclut que les racines carrées de 3 + 4i sont 1 + i et 1 i

13 Racines d un nombre complexe 54 Les équations du second degré à coefficients réels sont connues La méthode est la même pour le traitement des équations à coefficients complexes 55 N importe laquelle des deux S il n y a pas de solution évidente, on remarque que l équation x + iy = z donne aussi x + y = a + b, en comparant les modules Alors x y = a et x + y = a + b donnent x = 1/ a + a + b et y = 1/ a + a + b, ce qui permet de déduire x et y De plus, le signe de xy étant celui de b, x et y ont le même signe si b > 0 et de signe contraire si b < 0 Ce raisonnement par analyse fournit deux solutions possibles et il s agit bien des deux racines carrées de z puisque l on sait qu elles existent 3 Équation du second degré Méthode On considère l équation : 54 E : z, az + bz + c = 0, avec a, b, c 3 et a 0 z + b b 4ac a 4a = 0 Cette équation s écrit aussi z, Soit une racine carrée 55 de b 4ac Alors on a b 4ac 4a = Les solutions de E sont : b a et b + a Définition 1 Étant donné l équation E, le nombre = b 4ac en est le discriminant En posant b = b, le nombre = b ac est le discriminant réduit En utilisant le calcul fait en préambule, il vient : Propriété 6 a 56 On a alors az +bz+c=az z 0 57 On a alors az +bz+c=az z 1 z z a Si = 0, l équation E admet une racine double qui est z 0 = b a 56 b Si 0, soit une racine carrée de, l équation E admet deux racines distinctes qui sont z 1 = b et z a = b + 57 a Avec = racine carrée de, ces formules deviennent : z 1 = b a, z = b + a Propriété 7 Deux complexes z 1 et z distincts ou non sont les racines de E si et seulement si : z 1 + z = b a et z 1z = c a 58 Dans le cas d une racine double z 0 = b a, la somme des racines est z 0 et le produit est z 0 Que soit nul ou non 58, les racines sont z 1 = b a Donc z 1 + z = b a et z 1z = b 4a = b 4a = c a et z = b + a La réciproque résulte de l identité z z 1 z z = z z 1 + z z + z1 z Cas particulier : a, b, c réels = b 4ac 0, on retrouve le classique trinôme à coefficients réels = b 4ac < 0, les racines carrées de sont i et i b i b + i Les solutions de E sont donc : et a a Ce sont alors des nombres complexes conjugués 77

14 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Exemple 6 Soit l équation E : z iz 5i + 1 = 0 Les racines de E sont les racines carrées des racines du trinôme t 5 14it 5i +1 Celles-ci sont t 1 = i et t = 5 1i car t 1 + t = 5 14i et t 1 t = 10i 4 Les racines carrées de i sont ± e i/4 c est-à-dire 1 i et 1 + i Les racines carrées de 5 1i sont les complexes x + iy tels que x y = 5 et xy = 6, x = 3 et y = vérifiant ces égalités, les racines de 5 1i sont 3 i et 3 + i En conclusion, les racines de E sont 1 i, 1 + i, 3 i et 3 + i Exemple 7 Pour tout réel, les racines du trinôme z z cos +1 sont e i et e i car e i +e i = cos et e i e i = 1 D Trigonométrie y 1 Lecture du cercle trigonométrique M est un point du cercle trigonométrique, d affixe e i où = i [ ], OM Ses coordonnées sont : x = OH = cos et y = OK = sin Si [ ], la droite OM coupe la tangente à au point A1 en un point T Par le théorème de Thalès, on a : AT HM = OA OH donc AT = sin cos sin K + O M e i H cos T AT=tan A 1 x 59 tan 6 = 1 3, tan 4 =1, tan 3 = 3 60 Par lecture du cercle trigonométrique Lorsque ] [ décrit,, le point T décrit de bas en haut 61 Avec cos +sin =1 Définition 13 Pour tout réel tel que sin [], on pose tan = cos 59 Propriété 8 La fonction tan est -périodique, impaire et strictement croissante sur l intervalle avec : lim > Propriété 9 tan =, lim < Pour tout réel tel que [], 1 + tan = tan = cos 61 ], [ 78

15 Pour tout réel tel que [] : tan + = tan Trigonométrie 11 Angles associés L écriture complexe de rot 0,/ est z = iz Cela permet de placer facilement sur les points d affixe ±e ±i et ±i e ±i et d en déduire les formules exposées dans les deux formulaires ciaprès On observe diverses symétries par rapport aux axes, à la droite : y = x, par rapport à O En particulier, les points d affixes e i et i e i sont symétriques par rapport à, donc : cos = sin sin = cos Et, pour n : cos + n = 1 n cos sin + n = 1 n sin ie i e i e i ie i ie i : y=x e i e i iei Formulaire cos + = sin, sin + = cos cos = cos, sin = sin cos + = cos, sin + = sin cos = sin, sin = cos cos + 3 = sin, sin + 3 = cos cos = cos, sin = sin 3 3 cos = sin, sin = cos Formulaire 3 6 En particulier, deux droites de pentes m et m sont orthogonales si et seulement si mm = 1 Pour tout réel tel que [] : tan = 1 Équations et inéquations Soit a un réel tel que 1 a 1 Il existe un unique réel tel que a = cos et 0 Les solutions de l équation cos x = a sont les réels x tels que x [ ] ou x [ ] Les solutions de l inéquation cos x a sont les réels x pour lesquels il existe k tel que : + k x +k Les solutions de l inéquation cos x a sont les réels x pour lesquels il existe k tel que : +k x + k 1 tan et tan + = 1 tan 6 cos xa y O x=a cos xa x 79

16 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Soit a un réel tel que 1 a 1 Il existe un unique réel tel que a = sin et sin xa y y=a Les solutions de l équation sin x = a sont les réels x tels que x [ ] ou x [ ] Les solutions de l inéquation sin x a sont les réels x pour lesquels il existe k tel que : +k x + k Les solutions de l inéquation sin x a sont les réels x pour lesquels il existe k tel que : + k x +k O sin xa x Soit a un réel Il existe un unique réel tel que : y < < et tan = a Les solutions de l équation tan x = a sont les réels x tels que x [] Les solutions de l inéquation tan x a sont les réels x pour lesquels il existe k tel que : y=a tan xa tan xa + k < x + k ou + k < x + + k Les solutions de l inéquation tan x a sont les réels x pour lesquels il existe k tel que : + k x < + k ou + tan xa O tan xa x + + k x < 3 + k Formules de trigonométrie 1 Formules d addition Soit a et b des réels Pour établir la relation e i a+b = e ia e ib, on a déjà utilisé : cosa + b = cos a cos b sin a sin b et sina + b = sin a cos b + sin b cos a En remplaç ant b par b, on obtient deux autres formules Formulaire 4 cosa + b = cos a cos b sin a sin b, cosa b = cos a cos b + sin a sin b, sina + b = sin a cos b + sin b cos a sina b = sin a cos b sin b cos a tan x est défini, pour tout x sin x [] par tan x = cos x Étant donné a et b réels, a + b sina + b [], on a tana + b = cosa + b Il vient alors tana + b = sin a cos b + sin b cos a cos a cos b sin a sin b 80 Si on a de plus a [] et b [], alors il vient cos a cos b 0 et on divise le numérateur et le dénominateur par cos a cos b

17 Trigonométrie Formulaire 5 63 Avec b=/ a, on a tan b=1/ tan a, donc tan a tan b=1 64 On change b en b dans la formule précédente 65 Si a b=/[] on a tan a tan b= 1 66 En utilisant cos a+sin a=1 67 Avec a /[] et a /4[] Pour a [], b [] et a + b [], on a : tana + b = Pour a [], b [] et a b [], on a : tana b = tan a + tan b 1 tan a tan b 63 tan a tan b 1 + tan a tan b Duplication de l argument Dans les formules d addition, le cas particulier a = b donne Formulaire 6 sin a = sin a cos a cos a = cos a sin a, ou 66 cos a = cos a 1 ou cos a = 1 sin a tan a tan a = 1 tan 67 a Expression de sin, cos, tan en fonction de tan / On sait que, pour a [], on a 1 cos a = 1 + tan a Il vient alors : sin a = tan a cos a = Formulaire 7 tan a 1 + tan et a cos a = cos a 1 = 1 + tan a 1 68 Dans les formules ci-dessus, on pose =a Pour [ ] 68 on pose t = tan et on obtient : sin = t 1 t, cos = 1 + t 1 + t, tan = t 1 t avec aussi [] Exemple 8 Équation a cos x + b sin x = c a, b, c sont des réels avec a, b 0, 0 a Avec les formules d addition L équation s écrit cosx = c a + b, où est un réel tel que : a cos = et sin = b a + b a + b Si c > a + b, l équation n a pas de solution Si c a + b, les solutions sont les réels x tels que x ± [ ], où est un réel tel que cos = c a + b Le calcul explicite de cos x et de sin x s obtient après celui de sin = 1 cos en utilisant les formules d addition b Avec l angle moitié Si les réels x tels que x [ ] ne sont pas solutions a + c 0, on ramène l équation à un équation du second degré en posant t = tanx/ L équation obtenue est : a + ct bt + c a = 0, son discriminant réduit est = a + b c Si < 0, il n y a pas de solution Si 0, l équation en t admet une ou deux solutions t 1 et t, on résout ensuite les équations : tan x = t 1 et tan x = t 81

18 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie 3 Conversion de sommes en produits Formulaire 8 Pour tous réels a, b, cos a cos b = 1 cosa + b + cosa b sin a sin b = 1 cosa b cosa + b sin a cos b = 1 sina + b + sina b 69 On les obtient directement à partir des formules de duplication sin a cos a = 1 sin a, cos a = 1 + cos a et sin a = 1 cos a 69 Ces formules s obtiennent à partir des formules d addition On peut aussi utiliser les formules d Euler Par exemple : cos a cos b = eia + e ia e ib + e ib = 1 e ia+b + e ia b + e ia+b + e ia b 4 et il vient cos a cos b = 1 cosa + b + cosa b Les formules inverses : conversion de sommes en produits peuvent se déduire des précédentes par le simple changement de variable : p = a + b, q = a b 8 Formulaire 9 Pour tous réels p et q : cos p + cos q = cos p + q cos p cos q = sin p + q sin p + sin q = sin p + q sin p sin q = sin p q cos p q sin p q cos p q cos p + q Ces formules s obtiennent aussi avec les factorisations : e ip + e iq = e i p+q cos p q et e ip e iq = e i p+q i sin p q 4 Linéarisations 1 Pour linéariser des expressions du type cos n ou sin n, on utilise les formules d Euler En posant z = e i on a cos = z + z 1 et i sin = z z 1 En utilisant la formule du binôme de Newton, il vient : n cos n n = z n k et i n sin n = k 1 k n k z n k On regroupe alors les termes correspondant aux indices k et n k, en distinguant les cas où n est pair et où n est impair Si n = p 1 est impair, il vient : p 1 cos p 1 1 p 1 = z p 1 k p 1 + z k+1 p k p 1 1 p 1 = 4 p 1 cosp 1 k k

19 Trigonométrie p 1 sin p 1 1 = i p 1 1 k p 1 z p 1 k z k+1 p k = 1p 1 4 p 1 p 1 Si n = p est pair, il vient : cos p = 1 p 1 p = 1 p 1 [ 4 p p 1 sin p 1 = i p [ = 1p p 1 { 4 p 1 k p 1 k p z p k + z k p + k { } p cosp k + k 1 k p k 1 k p k sinp 1 k p p p ] p p z p k + z k p + } cosp k Pour linéariser des expressions du type cos p sin q, on peut : 1 p p p i p + 1 p ] p p linéariser cos p et sin q, développer le produit des sommes obtenues ; il vient une somme de termes du type cos a cos b ou sin a cos b que l on linéarise à leur tour ; écrire, toujours avec z = e i, p i q cos p sin q = z + z 1 p z z 1 q, développer et procéder à des regroupements de termes ; observer des simplifications en utilisant des formules de trigonométrie 5 Transformation de tann, cosn, sinn Soit n un entier naturel normal Pour tout réel, en utilisant la formule du binôme, il vient e in = cos + i sin n n = cos n k i sin k k En séparant la partie réelle et la partie imaginaire, on déduit : cos n = 1 n cos n sin 0 n sin n = 1 n cos n 1 sin n 1 Si [] on obtient, en factorisant par cosn : cos n = cos n sin n = cos n On en déduit la propriété suivante 0 n 0 n 1 1 n tan 1 n tan

20 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Propriété 30 Pour tout entier naturel non nul et pour tout réel tel que : on a : tann = [] et n [] 1 n +1 0 n 1 0 n t +1 1 où t = tan n t t Exemple 9 tan = 1 t Définition t t, tan3 = 1 3t, tan4 = 3 4t 4t 1 6t + t 4 La suite des polynômes de Tchebycheff T n est définie par : n0 { T 0 z = 1, T 1 z = z n 1, T n+1 z z T nz + T n 1 z = 0 Propriété 31 Pour tout entier naturel n, on a :, { cosn = Tncos n sinn = sin T ncos La première formule s obtient par une récurrence à deux pas en notant que, pour tout entier n 1, on a :, cosn cosn 1 = cos cos n La seconde formule s obtient par dérivation de la première Exemple 10 On calcule les premiers polynômes de Tchebycheff et les polynômes dérivés T 0 z = 1 T 1 z = z cos = cos 1 T z = z 1 donc cos 3 = 4 cos 3 3 cos T 3 z = 4z 3 3z cos 4 = 8 cos 4 8 cos + 1 T 4 z = 8z 4 8z + 1 T z = 4z sin = sin cos T 3 z = 1z 3 donc sin 3 = sin 4 cos 1 T 4 z = 3z3 16z sin 4 = sin 8 cos 3 4 cos E Exponentielle complexe 70 e z est aussi noté expz Définition 15 Pour tout complexe z, on pose e z = e Rez e i Imz 70 Propriété 3 Pour tout complexe z, e z est non nul, avec : e z = e Rez et arg e z = Imz [ ] 84

21 Exponentielle complexe Propriété 33 Pour tous complexes z et z : e z+z = e z e z 1 e z = e z Avec z = x + iy, z = x + iy où x, x, y et y sont réels, on calcule : Avec e 0 = 1, on déduit 1 e z = e z e z+z = e x+x e iy+y = e x e x e iy e iy = e z e z 71 i={ik,k } Propriété 34 Pour tous complexes z et z, on a : e z = e z z z i 71 On a les équivalences suivantes : e z = e z e z z = 1 Re z z = 0 et Im m m 0 [ ] Propriété 35 Soit a un nombre complexe et l équation E : e z = a, z 1 Si a = 0, E n a pas de solution Si a 0, les solutions de E sont les nombres complexes : n a + iarg a + k, k Le premier point résulte du fait que, pour tout z, e z 0 Si a 0, on les équivalences : e z = a e Rez = a et Im z arga [ ] Rez = n a et il existe k tel que Im z = arg a + k 85

22 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Méthodes L essentiel I Calculs et équations dans Conjugué d un nombre complexe Si l on veut calculer un module on peut penser à l expression z = zz qui est souvent plus efficace que z = a + b, a = Rez, b = Imz Si l on veut traduire que z est réel on peut écrire z = z Si l on veut traduire que z est imaginaire pur on peut écrire que z = z Voir Mise en œuvre, exercices 1, 3, 16 et 18 Si l on veut rendre réel le dénominateur dans un quotient a b on peut multiplier a et b par b Forme algébrique ou trigonométrique? Si l on veut travailler dans un contexte additif on peut utiliser la forme algébrique Si l on veut travailler dans un contexte multiplicatif on peut utiliser la forme trigonométrique ou exponentielle Voir Mise en œuvre, exercices, 14 et 15 Si l on veut calculer la valeur exacte du sinus ou du cosinus d un angle on peut comparer les deux formes d un nombre d argument Si l on veut calculer les racines n ièmes d un nombre complexe on peut utiliser sa forme trigonométrique Voir Mise en œuvre, exercice 8 Équations à coefficients réels ou complexes Si les coefficients d une équation algébrique sont réels, les racines sont réelles ou deux à deux conjuguées Si les coefficients de deux équations sont deux à deux conjugués, les racines de l une sont les conjuguées de celles de l autre Voir Mise en œuvre, exercice 6 Si l on veut résoudre une équation du second degré on peut penser à sa forme canonique ou utiliser son discriminant Voir Mise en œuvre, exercices 4, 6 et 7 Si l on veut résoudre une équation de degré 3 ou plus on peut chercher une racine apparente réelle, ou une racine imaginaire pure Voir Mise en œuvre, exercice 5 86

23 Méthodes II Application à la trigonométrie Méthodes Si l on veut calculer une somme de fonctions trigonométriques on peut l interpréter comme partie réelle ou imaginaire d une somme géométrique à l aide de cos n = Re e in ou sin n = Im e in Voir Mise en œuvre, exercices 9 et 11 Si l on veut linéariser une expression trigonométrique on peut utiliser les formules d Euler ou mettre en œuvre les formules trigonométriques élémentaires Voir Mise en œuvre, exercice 10 Si l on veut exprimer cos nx ou sin nx en fonction de cos x ou sin x on peut utiliser les polynômes de Tchebycheff Voir Mise en œuvre, exercice 1 III Nombres complexes et géométrie Dans les applications géométriques, le plan est rapporté à un repère orthonormal direct O, e1, e Questions d alignements, d angles Si l on veut traiter une question portant sur des points A, B, C on peut penser à les repérer par leurs affixes a, b, c Si l on veut exprimer que A, B, C distincts sont alignés on peut écrire que c b est réel c a Voir Mise en œuvre, exercice 0 Si l on veut exprimer que ABC est rectangle en C on peut écrire que c b est imaginaire pur c a Voir Mise en œuvre, exercice 1 Transformations géométriques Si l on veut effectuer une translation de vecteur u, d affixe a on peut penser à la représentation complexe z z + a Si l on veut effectuer une homothétie de centre, d affixe et de rapport k on peut penser à la représentation complexe z + kz Si l on veut effectuer une rotation d angle et de centre, d affixe on peut penser à la représentation complexe : z + e i z Voir Mise en œuvre, exercices 13, 17, 18 et 19 Méthodes 87

24 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Mise en œuvre Ex 1 Calculer les parties réelle et imaginaire de a 3 + i i b Solution 3 + i1 + i 1 i Commentaires a 3 + i = 9 + 1i + 4i donc 3 + i = 5 + 1i Ensuite, Développement d un carré, et i = i i = 10 5i + 4i 1i, donc 3 + 1i i = + 19i En développant b 1 + i 1 i = 1 + i 1 + i1 i Il vient alors 1 + i = i Pour achever, i3 + i = + 3i 1 i En multipliant par le conjugué du dénominateur 1+i =i et 1 i = Ex Calculer 1 + i 3 9 Indications Utilisation de la forme trigonométrique et de la formule de Moivre Solution Commentaires Le module du nombre z = 1 + i 3 est 1 + 3, c est-à-dire La forme trigonométrique est adaptée au On a donc z z = i, et z a 3 pour argument cos = 1 Ainsi z = e i 3, et il vient z 9 = 9 e 3i langage multiplicatif, et, en particulier, aux calculs de puissances, sin = 3 Formule de Moivre Avec e 3i = 1, on obtient 1 + i 3 9 = 51 cos 3= 1 et sin 3=0 Ex 3 z étant un complexe différent de 1, calculer les parties réelle et imaginaire de Z = + z 1 z Indications On rend réel le dénominateur en multipliant par le conjugué de ce dénominateur Il serait bien long de passer trop vite aux parties réelles et imaginaires Solution On a Z = + z1 z 1 z1 z 1 z1 z = 1 z z + zz = 1 x + x + y = x 1 + y + z1 z = z + z zz = x x y 3iy Finalement, ReZ = x x y 3y x 1 + y, ImZ = x 1 + y Commentaires On multiplie numérateur et dénominateur par le conjugué 1 z de 1 z Avec z=x+iy, x et y réels 88

25 Méthodes Ex 4 Équations du second degré Résoudre dans les équations du second degré : E 1 x 10x + 13 = 0, EMéthodes x x cos + 1 = 0 avec donné Indications La forme canonique est préférable à l utilisation du discriminant Solution Commentaires 1 L équation E 1 s écrit aussi x 5x + 13 = 0, c est-à-dire : Le discriminant réduit n est pas indispensable x x 4 = 0 ou encore 5 i x 5 + i = 0 A +B =A+iBA ib Les solutions sont donc 5 i et 5 + i x x cos + 1 s écrit aussi x cos + 1 cos ou : x cos +sin, ou encore x cos +i sin x cos + sin Les racines de E sont cos + i sin et cos isin ou encore e i et e i Autre solution : = cos 1, soit = i sin avec le discriminant réduit = sin Les racines de E sont cos + i sin et cos i sin c est-à-dire e i et e i Notons que, si sin = 0, il y a une racine double cos = 0, cos = 1, =, cos = 1 Ex 5 Une équation de degré 3 Soit le polynôme à coefficients réels Px = x 3 6x + 13x 10 1 Calculer P et en déduire une factorisation de Px Calculer les racines complexes de Px Indications Pour une équation de degré 3, on cherche une solution «apparente» Solution 1 P = = donc P = 0 Effectuons alors la factorisation de Px par x Il existe a, b, c réels tels que x 3 6x + 13x 10 = x ax + bx + c x ax + bx + c = ax 3 + b ax + c bx c donne a = 1, b a = 6, c b = 13, c = 10, d où a = 1, b = 4, c = 5 Ainsi, Px = x x 4x + 5 x 4x + 5 = x + 1 montre que x 4x + 5 n a pas de racine réelle est donc la seule racine réelle de Px x + 1 = x ix + i montre que les racines complexes de x 4x + 5 sont i et + i Dans, les racines de Px sont, i et + i Commentaires Px, à coefficients réels, est factorisable par x d si et seulement si Pd=0 L objectif est de se ramener à un produit de facteurs du premier ou du second degré Par identification On peut aussi calculer le discriminant réduit : = 1 A +B =A+iBA ib 89

26 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Ex 6 Résoudre l équation : z, z 3z + + z 3z + = 0 Indications On factorise avec l identité remarquable a + b = a + iba ib On est alors ramené à deux équations du second degré à coefficients conjugués Solution On factorise z 3z + + z 3z + en : + iz 31 + iz i iz 31 iz + 1 i E 1 : +iz 31+iz+1+i = 0 a pour discriminant = 1 3i =91+i Ses racines sont z 1 = 1 + i et z = + i 5 De la forme a +b Commentaires 81+i+i donc = 8 6i=1 6i 9=1 3i E : iz 31 iz + 1 i = 0 est la conjuguée de E 1 Ses racines z 3 et z 4 sont les conjuguées de z 1 et z Leurs coefficients sont conjugués Ex 7 Soit u un réel tel que u < Calculer les module et argument de chacune des racines de l équation : Indications z, z zcos u + i sin u + i sin ucos u + i sin u = 0 Pour le discriminant réduit utiliser z e iu z + ie iu sin u = 0 Pour mettre les racines sous forme de produits, utiliser 1 cos u = sin u, 1 + cos u = cos u et sin u = sin u cos u Solution Le discriminant réduit est = e iu ie iu sin u = 1 Les racines sont z 1 = cos u + i sin u 1 et z = cos u + i sin u + 1 z 1 = sin u + i sin u cos u = i sin u cos u + i sin u 1 cos u= sin u Pour < u < 0, arg i sin u = [ donc z 1 = sin u, u ] i sin u = sin u [ et pour 0 < u <, z 1 = sin u, u + ] z = cos u + i sin u cos u = cos u [ ] d où z = cos u, u cos u + i sin u Commentaires =e iu cos u i sin u=1, 1+cos u= cos u, e i u = [ 1, ] u Ex 8 On pose, comme il est usuel, j = e i 3 Soit z un nombre complexe tel que z = jz, calculer le module z de z Déterminer les solutions de l équation z, z = jz Indications Mise en œuvre de j, racine cubique de 1 90

27 Méthodes Solution Analyse De z = j z, on déduit z = j z donc z = z, ce qui donne z = 0 ou z = 1 Ainsi les solutions de z = j z sont à rechercher parmi les Méthodes nombres 0 et e i Synthèse 0 est solution évidente de l équation Par ailleurs, étant donné réel, e i est solution si et seulement si : Commentaires Avec z = z Les nombres e i sont les complexes de module 1 On utilise arg z= arg z et arg zz =arg z+arg z e i = e i 3 e i c est-à-dire si et seulement si e 3i = e i 3, ou encore : il existe k tel que 3 = 3 + k Les solutions sont donc celles d arguments = 9 + k, ce qui donne, 3 modulo, trois valeurs distinctes pour : 9, 4 10 et 9 9 En conclusion, les solutions sont : 0, e i 9, e i 4 9 et e i 10 9 En multipliant les deux membres par e i, il vient e 3i e i 3 =1 L égalité d arguments est définie à un multiple entier relatif de près Ex 9 Résoudre l équation x, sin x + sin x + sin 3x = 0 E Indications Deux méthodes sont possibles : 1 transformer la somme sin x + sin x + sin 3x en produit, calculer cette somme en utilisant les exponentielles complexes Solution 1 Première méthode Les formules de transformation des sommes en produits donnent : sin x + sin 3x = sin x cos x donc sin x + sin x + sin 3x = sin x1 + cos x Ainsi l ensemble E des solutions de E est constitué des réels x qui Commentaires vérifient sin x = 0 ou cos x = 1, ce qui donne : { } E = 3 + k / k { 3 } { } k + k / k / k soit aussi E = Deuxième méthode { } { } k k 3 / k /k sin x + sin x + sin 3x est la partie imaginaire de e ix + e ix + e 3ix e ix + e ix + e 3ix est la somme de trois termes en progression géométrique La raison e ix est égale à 1 quand x 0 mod Il est immédiat que tous ces réels sont solutions de E Quand x 0 mod, on a e ix + e ix + e 3ix = e ix e3ix 1 e ix 1 L objectif est encore de transformer cette somme en un produit Raison e ix et premier terme e ix D abord, on élimine le cas particulier où la raison vaut 1 a+aq+aq =a q3 1 q 1 quand q 1 e 3ix 1 = e 3i x e 3i x e 3i x et e ix 1 = e i x e i x e i x On se met en situation d utiliser les formules d Euler 91

28 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Avec e x ix e3i e i x = e ix, il vient alors e ix + e ix + e 3ix = e ix sin 3x sin x Calcul sur les exposants et e i e i =i sin La partie imaginaire de e ix + e ix + e 3ix est donc sin x sin 3x sin x Avec e ix =cos x+i sin x Dans ce deuxième cas, les solutions sont les réels tels que x k, k, et sin 3x = 0 ou sin x = 0 Pour Il s agit des réels k avec k entier non multiple de 6, et k 3 avec k entier non multiple de 4 Comme on a vu dans le premier cas que les nombres k, k, sont solutions, on retrouve { : } { } k k E = 3 / k / k x k, on a x k, donc sin x 0 Il apparaît que cette deuxième méthode est bien plus pénible que la première : une parfaite connaissance des formules usuelles de trigonométrie ne doit pas être considérée comme un luxe dont on peut se passer Ex 10 Linéariser cos x sin 3 x Indications Deux méthodes : les formules d Euler ou les formules élémentaires de trigonométrie Solution 1 Première méthode, formules d Euler cos x sin 3 ix e + ix ix e e ix 3 e x = i = 1 e ix 5 e ix e ix e ix i = 1 e 5ix 5 e 3ix e ix + e ix + e 3ix e 5ix i[ ] = 1 e 5ix e 5ix 4 e3ix e 3ix eix e ix i i i = 1 sin 5x sin 3x sin x 16 Méthode trigonométrique cos x= eix +e ix Commentaires, sin x= eix e ix i Comme prévu, il s agit essentiellement d un calcul algébrique, avec, en début et en final, l appel aux formules d Euler cos x sin x = 1 4 sin x = 1 1 cos 4x 8 On a donc cos x sin 3 x = 1 sin x sin x cos 4x, et on conclut avec : 8 Ex 11 cos x sin x= 1 sin x et sin x= 1 cos x sin x cos 4x = 1 sin 5x sin 3x sin p cos q= 1 Somme trigonométrique Calculer C n = cosx + k, S n = sinx + k sinp+q+sinp q 9 Indications Former C n + is n et distinguer e i = 1 et e i 1

29 Méthodes Solution 1 C n + is n = e ix+k = e ix e ik C n+is n= Commentaires cosx+k+i sinx+k e ik k est une suite géométrique Méthodes De premier terme 1, de raison ei Premier cas, e i = 1 0 mod C n + is n = n + 1e ix, C n = n + 1 cos x, S n = n + 1 sin x 3 Deuxième cas, e i 1 0 mod e ik = C n = cos Ex 1 n+1 ei e i x + n e i n+1 e i n+1 sin n+1 e i e i sin Montrer que, pour tout n, 3 + 4i 5, S n = sin = e in x + n sinn + 1 sin sin n+1 sin n est pas une racine n ième de 1 e ik = ein+1 1 e i 1 En identifiant parties réelles et parties imaginaires des deux membres Indications Raisonner par l absurde et utiliser les polynômes de Tchebycheff Solution On a 3 + 4i 3 + 4i 5 = 1 ; posons = e i 5 Commentaires Supposons 3 + 4i 5 n Alors cos n = 1 Or T ncos = cos n où T n est le polynôme de Tchebycheff de degré n Les formules : T 0 z = 1 T 1 z = z T n+1 z = zt nz T n 1 z prouvent que les coefficients de T n sont des entiers, et que le coefficient dominant vaut n 1 n 1 En écrivant : T nz = n 1 z n + c k z k, c k, on obtient : n 1 n 1 3 n = 5 n c k 3 k 5 n k, ce qui apporte une contradiction car n 1 3 n n est pas multiple de 5 Ex 13 Étant donné z {i}, on forme Z = z + i z i 1 Déterminer l ensemble E 1 des images des nombres z tels que Z soit réel Déterminer l ensemble E des images des nombres z tels que Z soit imaginaire pur 3 Déterminer l ensemble E 3 des images des nombres z tels que Z ait pour argument 93

30 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Solution 1 Z = Z se lit z + iz + i = z iz i, z i, soit z + z = 0, z i, c est-à-dire z imaginaire pur différent de i L ensemble E 1 est donc l axe des ordonnées, sauf le point 0, Z + Z = 0 se lit z + iz + i + z iz i = 0, z i, soit : zz 4 + iz z = 0, z i c est-à-dire x + y y = 0, x, y 0,, ou encore : x + y 1 = 9, x, y 0, 4 E est donc le cercle de centre A = point B = 0, 0, 1, de rayon 3 privé du Commentaires a b = c équivaut à ad=bc, bd 0 d z est imaginaire pur si et seulement si z+z=0 Avec x=re z et y=im z 3 arg Z = équivaut à Re Z = 0 et Im Z > 0 z + iz + i Avec Z = z i = x + y y +3ix z i, on voit que E 3 est caractérisé par x + y y = 0 et x > 0 Il s agit donc de la partie de constituée des points d abscisses strictement positives On remarque que la condition x > 0 donne z i Ex 14 Étant donné x et y réels, on considère les nombres complexes z 1 = x 4 + iy + 5, z = x i1 y z = x + iy et son image M = x, y dans le plan 1 Pour quel point M a-t-on z 1 = 3z? Déterminer et représenter l ensemble des points M tels que z 1 z soit réel 3 On note A le point d affixe i Montrer que z 1 z est imaginaire pur si et seulement si z + i = 5 En déduire l ensemble des points M tels que z 1 z soit imaginaire pur Solution 1 z 1 = 3z équivaut à x 4 + iy + 5 = 3x i1 y { { x 4 = 3x + 4 x = 16 soit : c est-à-dire y + 5 = 31 y 4y = Le point qui correspond à la solution est M = 8, 1 Commentaires Deux nombres complexes sont égaux si et seulement si ils ont même partie réelle et même partie imaginaire On a z 1 z = 8 + iy + 4 z 1 z est réel si et seulement si y + 4 = 0, c est-à-dire y = Un complexe est réel lorsque sa partie imaginaire L ensemble est la droite d équation y = est nulle 3 La partie réelle de z 1 z est x 4x + 4 y + 51 y Avec a, b, c, d réels, la partie réelle de z 1 z est donc imaginaire pur si et seulement si x 4x + 4 y + 51 y = 0, soit si et seulement si x + y + 4y 1 = 0, c est-à-dire : x + y + = 5, ou encore x + iy + = 5, soit x + iy + = 5 z+i = z i est l affixe du vecteur AM, donc z + i = 5 équivaut à AM = 5 L ensemble est le cercle de centre A et de rayon 5 a+ibc+id est ac bd Un complexe est imaginaire pur si et seulement si sa partie réelle est nulle Une somme de carrés de deux réels fait penser au carré du module d un nombre complexe 94

31 Méthodes Ex 15 Rotation dans le plan complexe Le plan est rapporté à un repère orthonormal direct O, u, v 1 Calculer les module et argument du nombreméthodes complexe a = 3 i ; marquer son image A On considère la rotation de centre O et d angle Soit f l application qui, à l affixe z de M, associe 4 l affixe z de M = M Exprimer f z à l aide de z 3 Construire l image B de A par la rotation Déterminer l affixe b de B sous forme algébrique puis sous forme trigonométrique 4 Déduire des calculs précédents les valeurs exactes de cos 1 et de sin 1 Indications Les valeurs de cos 1 et de sin 1 peuvent s obtenir à partir de celles de cos 6 et de sin 6 ou en remarquant que 1 = 3 L objectif est ici de mettre l accent sur une rotation 4 Solution Commentaires 1 On a a = 3 + 1, donc a = L argument de a est défini 3 par cos = et sin = 1 c est-à-dire = 6 à près cos 6 = 3, sin 6 = 1 On a f z = e i 4 z = 1 + iz Faire une rotation de centre O et d angle 4, 3 B est sur le cercle de centre O, «c est multiplier» par e i 4 de rayon OA et OA, OB = 4 v b = 1 + i B 3 i 1 O = i 3 1 u donc b = + i A Par ailleurs, b = e i 4 e i 6 donc b = e i 4 6 c est-à-dire b = e i 1 ou b = cos 1 + i sin Forme trigonométrique de b 1 4 L égalité i donne alors : cos 1 = Ex 16 Identité du parallélogramme = cos 1 + i sin 1 et sin 1 = 6 4 Montrer que, pour z et z complexes, on a : z + z + z z = Par identification des parties réelles et imaginaires des formes algébrique et trigonométrique z + z En déduire que, dans un parallélogramme ABCD, la somme des carrés des diagonales est égale à la somme des carrés des côtés : AC + BD = AB + BC + CD + DA 95

32 Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Chapitre : Nombres complexes et trigonométrie Solution Développons z + z : z + z = zz + zz + z z + z z De même, en remplaçant z par z, il vient : z z = zz zz z z + z z Commentaires z+z =z+z z+z z+z =z+z z = z On en déduit z + z + z z = z + z c est-à-dire : z + z + z z = z + z Soit a, b, c, d les affixes de A, B, C, D On a AD = BC et AB = DC Avec les affixes, cela s exprime par d a = c b et b a = c d Posons z = d a = c b et z = b a = c d Alors z + z = c a et z z = d b On a donc : c a + d b = d a + c b + b a + c d c est-à-dire AC + BD = AB + BC + CD + DA En additionnant les deux égalités précédentes ABCD est un parallélogramme aff AB=b a Avec l égalité établie au début Ex 17 Soit A, B, C, D quatre points du plan orienté Sur les côtés du quadrilatère ABCD, on construit les triangles isocèles rectangles APB, CQB, CRD, ASD tels que : PB, PA = /, QB, QC = /, Montrer que PQRS est un parallélogramme RD, RC = /, SD, SA = / Solution L objectif est de montrer que [PR] et [QS] ont le même milieu Soit p, q, r, s les affixes respectives de P, Q, R, S L affixe du milieu K de [PR] est 1/p + r Celle du milieu J de [QS] est 1/q + s Montrer que PQRS est un parallélogramme revient donc à montrer que : p + r = q + s Soit a, b, c, d les affixes respectives de A, B, C, D PA se déduit de PB par la rotation de centre O et d angle / ce qui se traduit par : a p = ib p Donc p1 i = a ib, d où p = a ib1 + i Commentaires Le plan est rapporté à un repère orthonormal direct O, e 1, e OK= 1 OP+ OR Aff PA=e i Aff PB Finalement, p = 1/ a1 + i + b1 i On multiplie les deux membres par 1+i De même : q = 1/ c1 + i + b1 i r = 1/ c1 + i + d1 i s = 1/ a1 + i + d1 i Avec les expressions des affixes p, q, r et s, il vient : p + r = 1 a + c1 + i + b + d1 i aff QC=e i aff QB Aff RC=e i Aff RD Aff SA=e i Aff CD 96 et q + s = 1 a + c1 + i + b + d1 i donc p + r = q + s et PQRS est un parallélogramme

33 Méthodes Ex 18 Le plan est rapporté à un repère orthonormal direct O, e 1, e Étant donné un point M d affixe z, on considère le point M d affixe z 3 Déterminer l ensemble des points M tels que M, Méthodes M et A d affixe 1 soient alignés Solution 1 Remarquons tout d abord que l alignement est réalisé dès que deux des points A, M ou M sont confondus A = M lorsque z = 1 M = M lorsque z = z 3, c est-à-dire z = 0, z = 1 ou z = 1 A = M si et seulement si z 3 = 1 c est-à-dire z = 1, z = j ou z = j En conclusion deux des points A, M et M sont confondus si et seulement si : z = 0 ou 1 ou 1 ou i ou 1 i Si M n a pas l une des affixes rencontrées ci-dessus, les points A, M et M sont distincts Ils sont alors alignés lorsque le nombre z3 1 est réel, c est-à-dire si z 1 et seulement si z + z + 1 est réel z + z + 1 = x y + x ixy + y montre que z + z + 1 est réel lorsque yx + 1 = 0 c est-à-dire y = 0 ou x = 1 Notons que les cinq points rencontrés dans les cas particuliers sont sur les droites et d équations respectives x = 1 et y = 0 En conclusion, est exactement la réunion de et de zz 1=0 j= 1 +i 3 z 3 1 z 1 =z +z+1 Commentaires, j = 1 i 3 Avec x=re z et y=im z j 1 O 1 j Ex 19 Soit A le point d affixe 1, B celui d affixe 1 Déterminer l ensemble E des points du plan tels que : MA, MB = 3 Indications Étant donné A, B et M, deux à deux distincts et d affixes respectives a, b et z, on a MA, MB = arg z b z a Solution Pour tout M d affixe z, différent de A et de B, on a : z + 1 arg = MA, MB z 1 On a donc MA, MB = 3 si et seulement si arg z + 1 z 1 = arg e i 3 Commentaires On applique la propriété rappelée 97

Représentation géométrique d un nombre complexe

Représentation géométrique d un nombre complexe CHAPITRE 1 NOMBRES COMPLEXES 1 Représentation géométrique d un nombre complexe 1. Ensemble des nombres complexes Soit i le nombre tel que i = 1 L ensemble des nombres complexes est l ensemble des nombres

Plus en détail

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications

Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Module et argument d un nombre complexe. Interprétation géométrique, lignes de niveau associées. Applications Introduction : Cette leçon s inscrit dans la continuité de la précédente. On supposera connu

Plus en détail

Cahier de vacances - Préparation à la Première S

Cahier de vacances - Préparation à la Première S Cahier de vacances - Préparation à la Première S Ce cahier est destiné à vous permettre d aborder le plus sereinement possible la classe de Première S. Je vous conseille de le travailler pendant les 0

Plus en détail

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0)

Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot. (a, b) + (c, d) = (a + c, b + d) (a, b) (c, d) = (ac bd, ad + bc) (a, 0) (b, 0) = (ab, 0) NOMBRES COMPLEXES 1 Corps C des nombres complexes 1.1 Construction de C Construction de C On munit R de deux lois internes + et de la manière suivante. Pour (a, b, c, d) R 4, on pose (a, b) + (c, d) =

Plus en détail

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés

Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Nombres complexes Forme trigonométrique d un complexe Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : affixe d un point, représentation d un point-image dans le plan complexe, argument

Plus en détail

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R.

1 radian. De même, la longueur d un arc de cercle de rayon R et dont l angle au centre a pour mesure α radians est α R. R AB =R. Angles orientés Trigonométrie I. Préliminaires. Le radian Définition B R AB =R C O radian R A Soit C un cercle de centre O. Dire que l angle géométrique AOB a pour mesure radian signifie que la longueur

Plus en détail

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes

Cours de mathématiques. Chapitre 9 : Nombres complexes Cours de mathématiques Terminale S1 Chapitre 9 : Nombres complexes Année scolaire 2008-2009 mise à jour 15 février 2009 Fig. 1 Gerolamo Cardano Médecin et mathématicien italien qui ne redoutait pas les

Plus en détail

Fiche 17 Nombres complexes

Fiche 17 Nombres complexes Fiche 7 Nombres complexes Objectifs : Connaître les différentes définitions Savoir passer d une notation à l autre Savoir simplifier des nombres et effectuer les opérations élémentaires. Définitions On

Plus en détail

Angles orientés et trigonométrie

Angles orientés et trigonométrie Chapitre Angles orientés et trigonométrie Ce que dit le programme : CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Trigonométrie Cercle trigonométrique. Radian. Mesure d un angle orienté, mesure principale.

Plus en détail

Applications des nombres complexes à la géométrie

Applications des nombres complexes à la géométrie Chapitre 6 Applications des nombres complexes à la géométrie 6.1 Le plan complexe Le corps C des nombres complexes est un espace vectoriel de dimension 2 sur R. Il est donc muni d une structure naturelle

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007

Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 12 avril 2007 Corrigé du baccalauréat S Pondichéry 1 avril 7 EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 4 points 1 a Les vecteurs AB et AC ont pour coordonnées AB ; ; ) et AC 1 ; 4 ; 1) Ils ne sont manifestement pas colinéaires

Plus en détail

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE

CHAPITRE I TRIGONOMETRIE CHAPITRE I TRIGONOMETRIE ) Le cercle trigonométrique Un cercle trigonométrique est un cercle C de rayon qui est orienté, ce qui veut dire qu on a choisi un sens positif (celui des ronds-points) et un sens

Plus en détail

CHAPITRE 6 Les vecteurs

CHAPITRE 6 Les vecteurs A/ Vecteurs Cours de Mathématiques Classe de Seconde Chapitre 6 Les Vecteurs CHAPITRE 6 Les vecteurs 1) Définition et exemples a) Définition Soient deux points A et B. On appelle vecteur AB "la flèche"

Plus en détail

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S )

LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) LE PRODUIT SCALAIRE ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 4 Janvier 007 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble ( Année 006-007 ) 1 Table des matières 1 Grille d autoévaluation

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004

Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 2004 Durée : 4 heures Corrigé du baccalauréat S Polynésie juin 4 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. X suit la loi de durée de vie sans vieillissement ou encore loi eponentielle de paramètre λ ;

Plus en détail

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy

Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy Cours Mathématiques PACES UHP-Nancy V. Latocha PACES UHP septembre 2010 remerciements à D. Schmitt et V. Ries V. Latocha (PACES UHP) Cours mathématiques Paces septembre 2010 1 / 48 1 Fonctions d une variable

Plus en détail

un repère orthonormé de l espace.

un repère orthonormé de l espace. Terminale S GEOMETRIE Ch 13 DANS L ESPACE. Soit ( O ; i, j, k ) un repère orthonormé de l espace. I) Droites et plans dans l espace : Propriété 1 : Soient A et B deux points de l espace. AB est l ensemble

Plus en détail

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes.

Calcul matriciel. Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. 1 Définitions, notations Calcul matriciel Définition 1 Une matrice de format (m,n) est un tableau rectangulaire de mn éléments, rangés en m lignes et n colonnes. On utilise aussi la notation m n pour le

Plus en détail

Géométrie dans l Espace

Géométrie dans l Espace Géométrie dans l Espace Année scolaire 006/007 Table des matières 1 Vecteurs de l Espace 1.1 Extension de la notion de vecteur à l Espace............................. 1. Calcul vectoriel dans l Espace......................................

Plus en détail

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument

Exercices - Nombres complexes : corrigé. Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Formes algébriques et trigonométriques, module et argument Exercice - - L/Math Sup - On multiplie le dénominateur par sa quantité conjuguée, et on obtient : Z = 4 i 3 + i 3 i 3 = 4 i 3 + 3 = + i 3. Pour

Plus en détail

JUIN : EXERCICES DE REVISIONS

JUIN : EXERCICES DE REVISIONS . Les fonctions JUIN : EXERCICES DE REVISIONS y 30 0 0-8 -7-6 - - 0 3 4 6 7 8 x -0 - -0 0 Fonction n : f(x) = y = 30x Fonction n : f(x) = y = -x³ + 3x² + x - 3 Fonction n 3 : f3(x) = y = -x + 30 Fonction

Plus en détail

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007

Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 2007 Correction du Baccalauréat S Amérique du Nord mai 7 EXERCICE points. Le plan (P) a une pour équation cartésienne : x+y z+ =. Les coordonnées de H vérifient cette équation donc H appartient à (P) et A n

Plus en détail

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques

UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-2013 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques 1 UNIVERSITÉ DE CERGY Année 2012-201 U.F.R. Économie & Gestion Licence d Économie et Mathématiques MATH104 : Mathématiques Chapitre III : Polynômes 1 Fonctions polynômes & polynômes Définition 1. Soit

Plus en détail

BACCALAURÉAT BLANC 2013

BACCALAURÉAT BLANC 2013 BACCALAURÉAT BLANC 203 Série S Corrigé Exercice. a) On traduit les données de l énoncé et on représente la situation par un arbre pondéré. PF ) = 2, PF 2) = 3, P F ) = 5 00 = 20, P F 2 ) =,5 00 = 3 3,5,

Plus en détail

Révisions Maths Terminale S - Cours

Révisions Maths Terminale S - Cours Révisions Maths Terminale S - Cours M. CHATEAU David 24/09/2009 Résumé Les résultats demandés ici sont à connaître parfaitement. Le nombre de réponses attendues est parfois indiqué entre parenthèses. Les

Plus en détail

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S )

Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Angles orientés et fonctions circulaires ( En première S ) Dernière mise à jour : Jeudi 01 Septembre 010 Vincent OBATON, Enseignant au lycée Stendhal de Grenoble (Année 006-007) Lycée Stendhal, Grenoble

Plus en détail

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010

Corrigé du baccalauréat S Asie 21 juin 2010 Corrigé du baccalauréat S Asie juin 00 EXERCICE Commun à tous les candidats 4 points. Question : Le triangle GBI est : Réponse a : isocèle. Réponse b : équilatéral. Réponse c : rectangle. On a GB = + =

Plus en détail

Nombres complexes et géométrie euclidienne

Nombres complexes et géométrie euclidienne 19 Nombres complexes et géométrie euclidienne Le corps C des nombres complexes est supposé construit voir le chapitre 7. On rappelle que C est un corps commutatif et un R-espace vectoriel de dimension,

Plus en détail

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation )

Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Projection orthogonale sur une droite du plan, projection vectorielle associée. Applications (calculs de distances et d angles, optimisation ) Introduction : On se place dans plan affine euclidien muni

Plus en détail

Produit scalaire dans l Espace

Produit scalaire dans l Espace Produit scalaire dans l Espace Christophe ROSSIGNOL Année scolaire 014/015 Table des matières 1 Produit scalaire du plan 1.1 Différentes expressions du produit scalaire............................... 1.

Plus en détail

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB

Savoir que AB= CD équivaut à ABDC est un parallélogramme, éventuellement aplati. Connaître les coordonnées (x B x A ; y B y A ) du vecteur AB Chapitre 3 La notion de vecteurs CONTENUS CAPACITÉS ATTENDUES COMMENTAIRES Vecteurs Définition de la translation qui transforme un point A du plan en un point B. Vecteur AB associé. Égalité de deux vecteurs

Plus en détail

Développement décimal d un réel

Développement décimal d un réel 4 Développement décimal d un réel On rappelle que le corps R des nombres réels est archimédien, ce qui permet d y définir la fonction partie entière. En utilisant cette partie entière on verra dans ce

Plus en détail

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés

Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Vecteurs Géométrie dans le plan Exercices corrigés Sont abordés dans cette fiche : Exercice 1 : notion de vecteur, transformation de points par translation et vecteurs égaux Exercice 2 : parallélogramme

Plus en détail

Cours de mathématiques : Equation du second degré

Cours de mathématiques : Equation du second degré Cours de mathématiques : Equation du second degré I ) Formes de l'équation du second degré. L'équation du deuxiéme degré à une inconnue est celle où l'inconnue est élévé à la puissance de 2, sans y etre

Plus en détail

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material

Quadrature n 74 (2009) 10 22. Online Material Quadrature n 74 (009) 10 Online Material E. Brugallé, Online Material Un peu de géométrie tropicale Solutions des exercices Erwan Brugallé Université Pierre et Marie Curie, Paris 6, 175 rue du Chevaleret,

Plus en détail

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES

PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES Exercice n. (correction) Répondre par VRAI (V) ou FAUX (F) : Question Soient A, B et C trois points distincts du plan. PRODUIT SCALAIRE EXERCICES CORRIGES a) A, B et C sont alignés si et seulement si :

Plus en détail

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 :

NOMBRES COMPLEXES. Exercice 1 : Exercice 1 : NOMBRES COMPLEXES On donne θ 0 un réel tel que : cos(θ 0 ) 5 et sin(θ 0 ) 1 5. Calculer le module et l'argument de chacun des nombres complexes suivants (en fonction de θ 0 ) : a i( )( )(1

Plus en détail

Chapitre 8 - Trigonométrie

Chapitre 8 - Trigonométrie Chapitre 8 - Trigonométrie A) Rappels et compléments ) Le cercle trigonométrique a) Définitions On appelle cercle trigonométrique le cercle de centre O et de rayon dans un repère orthonormal (O, I, J),

Plus en détail

Séquence 6. Ensemble des nombres complexes. Sommaire. Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse

Séquence 6. Ensemble des nombres complexes. Sommaire. Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse Séquence 6 Ensemble des nombres complexes Sommaire Prérequis Définition Forme algébrique Forme trigonométrique Synthèse Cette séquence est une brève introduction à un nouvel ensemble de nombres, ensemble

Plus en détail

Les nombres complexes

Les nombres complexes Les nombres complexes 8 novembre 009 Table des matières Définitions Forme algébrique Représentation graphique Opérations sur les nombres complexes Addition et multiplication Inverse d un nombre complexe

Plus en détail

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts

Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2. ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Collège Henri Meck lundi 4 mai 2009 Molsheim BREVET BLANC DE MATHEMATIQUES N 2 ( Extraits d'épreuves du brevet de 2007 et 2008 ) PRESENTATION 4 pts Rappel : Présenter les parties de l'épreuve sur feuilles

Plus en détail

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES

2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2. MATRICES ET APPLICATIONS LINÉAIRES 2.1 Définition Une matrice n m est un tableau rectangulaire de nombres (réels en général) à n lignes et m colonnes ; n et m sont les dimensions de la matrice. Notation.

Plus en détail

Le second degré. Table des matières

Le second degré. Table des matières Le second degré Table des matières 1 La forme canonique du trinôme 1.1 Le trinôme du second degré......................... 1. Quelques exemples de formes canoniques................. 1.3 Forme canonique

Plus en détail

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège

Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Démonstration des propriétés géométriques du plan niveau collège Propriété : Si un point est sur un segment et à égale distance de ses extrémités alors ce point est le milieu du segment. Si un point est

Plus en détail

Chapitre VII Les nombres complexes

Chapitre VII Les nombres complexes Chapitre VII Les nombres complexes Extrait du programme : I. Ensemble des nombres complexes 1. Existence Théorème (admis) : Il existe un ensemble noté, appelé ensemble des nombres complexes, qui possède

Plus en détail

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat S Antilles-Guyane 11 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat S ntilles-guyane 11 septembre 14 Corrigé EXERCICE 1 6 points Commun à tous les candidats Une entreprise de jouets en peluche souhaite commercialiser un nouveau produit et à cette fin, effectue

Plus en détail

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors

Si deux droites sont parallèles à une même troisième. alors les deux droites sont parallèles entre elles. alors N I) Pour démontrer que deux droites (ou segments) sont parallèles (d) // (d ) (d) // (d ) deux droites sont parallèles à une même troisième les deux droites sont parallèles entre elles (d) // (d) deux

Plus en détail

Le corps R des nombres réels

Le corps R des nombres réels Le corps R des nombres réels. Construction de R à l aide des suites de Cauchy de nombres rationnels On explique brièvement dans ce paragraphe comment construire le corps R des nombres réels à partir du

Plus en détail

Fonctions de référence Variation des fonctions associées

Fonctions de référence Variation des fonctions associées DERNIÈRE IMPRESSION LE 9 juin 05 à 8:33 Fonctions de référence Variation des fonctions associées Table des matières Fonction numérique. Définition.................................. Ensemble de définition...........................3

Plus en détail

Leçon 6. Savoir compter

Leçon 6. Savoir compter Leçon 6. Savoir compter Cette leçon est une introduction aux questions de dénombrements. Il s agit, d une part, de compter certains objets mathématiques (éléments, parties, applications,...) et, d autre

Plus en détail

Introduction aux inégalités

Introduction aux inégalités Introduction aux inégalités -cours- Razvan Barbulescu ENS, 8 février 0 Inégalité des moyennes Faisons d abord la liste des propritétés simples des inégalités: a a et b b a + b a + b ; s 0 et a a sa sa

Plus en détail

I. Ensemble de définition d'une fonction

I. Ensemble de définition d'une fonction Chapitre 2 Généralités sur les fonctions Fonctions de références et fonctions associées Ce que dit le programme : Étude de fonctions Fonctions de référence x x et x x Connaître les variations de ces deux

Plus en détail

Cours de mathématiques (Terminale S)

Cours de mathématiques (Terminale S) Cours de mathématiques (Terminale S) II. Chapitre 00 : La trigonométrie. Les angles orientés A. Les radians DÉFINITION Le radian est une unité de mesure angulaire, notée rad définie par : REMARQUE A partir

Plus en détail

Fonctions homographiques

Fonctions homographiques Fonctions homographiques On donne ci-dessous deux définitions des fonctions homographiques, et on montre que ces deux définitions sont équivalentes. On décrit la courbe représentative d une fonction homographique.

Plus en détail

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009

Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 Université Joseph Fourier MAT231 2008-2009 mat231-exo-03.tex (29 septembre 2008) Feuille d exercices n o 3 Exercice 3.1 Soit K un corps commutatif et soit {P 0, P 1,... P n } une famille de polynômes de

Plus en détail

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés.

Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Préparation au CAPES Strasbourg, octobre 2008 Construction d un cercle tangent à deux cercles donnés. Le problème posé : On se donne deux cercles C et C de centres O et O distincts et de rayons R et R

Plus en détail

Activités numériques

Activités numériques Sujet et correction Stéphane PASQUET, 25 juillet 2008 2008 Activités numériques Exercice On donne le programme de calcul suivant : Choisir un nombre. a) Multiplier ce nombre pas 3. b) Ajouter le carré

Plus en détail

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs

Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I. Code Unités Devoirs Code Unités Devoirs 1 re secondaire 2 e secondaire Les quatre opérations sur les nombres entiers Statistiques et probabilités I MAT-1005-2 2 3 MAT-2008-2 2 3 (+, -, x, ) dans l ensemble des entiers Z. Ce premier cours portant

Plus en détail

1S Modèles de rédaction Enoncés

1S Modèles de rédaction Enoncés Par l équipe des professeurs de 1S du lycée Parc de Vilgénis 1S Modèles de rédaction Enoncés Produit scalaire & Corrigés Exercice 1 : définition du produit scalaire Soit ABC un triangle tel que AB, AC

Plus en détail

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels.

Licence de Sciences et Technologies. Fiche de cours 1 - Nombres réels. Licence de Sciences et Technologies EM21 - Analyse Fiche de cours 1 - Nombres réels. On connaît les ensembles suivants, tous munis d une addition, d une multiplication, et d une relation d ordre compatibles

Plus en détail

Mesure d angles et trigonométrie

Mesure d angles et trigonométrie Thierry Ciblac Mesure d angles et trigonométrie Mesure de l angle de deux axes (ou de deux demi-droites) de même origine. - Mesures en degrés : Divisons un cercle en 360 parties égales définissant ainsi

Plus en détail

Démonstrations exigibles au bac

Démonstrations exigibles au bac Démonstrations exigibles au bac On donne ici les 11 démonstrations de cours répertoriées comme exigibles dans le programme officiel. Toutes ces démonstrations peuvent donner lieu à une «restitution organisée

Plus en détail

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011

Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 2010-2011 Résumé de cours sur les coniques. Lycée Brizeux - PCSI B. Année 010-011 novembre 010 I Définition d une conique en terme d équation cartésienne On se place dans le repère orthonormé direct (0, i, j ).

Plus en détail

Équations du troisième degré

Équations du troisième degré par Z, auctore L objet de cet article est d exposer deux méthodes pour trouver des solutions à une équation du troisième degré : la recherche de racines évidentes d une part, et la formule de Cardan d

Plus en détail

Intégration de polynômes Points de Gauss

Intégration de polynômes Points de Gauss Intégration de polynômes Points de Gauss Commençons par un exercice classique de premier cycle. Problème 1 Trouver trois réels α, β et γ tels que, pour tout polynôme P de degré au plus 2, on ait : ( )

Plus en détail

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES

I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES I - PUISSANCE D UN POINT PAR RAPPORT A UN CERCLE CERCLES ORTHOGONAUX POLES ET POLAIRES Théorème - Définition Soit un cercle (O,R) et un point. Une droite passant par coupe le cercle en deux points A et

Plus en détail

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J =

Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 2015 Prof. A. Abdulle J = Algèbre linéaire avancée I Jeudi 8 Octobre 205 Prof. A. Abdulle EPFL Série 4 (Corrigé) Exercice Soit J M 2n 2n (R) la matrice définie par J 0 In, I n 0 où I n est la matrice identité de M n n (R) et 0

Plus en détail

Devoir surveillé n 1 : correction

Devoir surveillé n 1 : correction E1A-E1B 013-01 Devoir surveillé n 1 : correction Samedi 8 septembre Durée : 3 heures. La calculatrice est interdite. On attachera une grande importance à la qualité de la rédaction. Les questions du début

Plus en détail

Cours fonctions, expressions algébriques

Cours fonctions, expressions algébriques I. Expressions algébriques, équations a) Développement factorisation Développer Développer un produit, c est l écrire sous forme d une somme. Réduire une somme, c est l écrire avec le moins de termes possibles.

Plus en détail

FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME

FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME 2012 FORMULAIRE DE MATHEMATIQUES CLASSE DE TROISIEME NOUS VOUS PRESENTONS ICI UN FORMULAIRE CONTENANT LES DEFINITIONS, PROPRIETES ET THEOREMES VUS EN COURS DE MATHEMATIQUES TOUT AU LONG DE VOTRE SCOLARITE

Plus en détail

Une bien jolie curiosité

Une bien jolie curiosité Une bien jolie curiosité Roland Dassonval et Catherine Combelles Tracez un polygone régulier à n sommets inscrit dans un cercle de rayon 1, puis les cordes qui joignent un sommet donné aux n-1 autres.

Plus en détail

Nombres complexes, fonctions et formules trigonométriques

Nombres complexes, fonctions et formules trigonométriques Chapitre 4 Nombres complexes, fonctions et formules trigonométriques 41 Nombres complexes L ensemble C des nombres complexes est où i = 1 R C C = {z = a + ib : a, b R} Définition 411 On dit que l écriture

Plus en détail

Cours de Mécanique du point matériel

Cours de Mécanique du point matériel Cours de Mécanique du point matériel SMPC1 Module 1 : Mécanique 1 Session : Automne 2014 Prof. M. EL BAZ Cours de Mécanique du Point matériel Chapitre 1 : Complément Mathématique SMPC1 Chapitre 1: Rappels

Plus en détail

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES

UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010. N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES UNIVERSITE D ORLEANS SL01MA11, Groupes 1 et 5 Département de Mathématiques 2009-2010 N. El Hage Hassan S EXPRIMER EN MATHÉMATIQUES 1 Les énoncés La plupart des phrases que l on rencontre dans un livre

Plus en détail

Activité 1. Activité 2. M. Wissem Fligène Activités numériques II 1 A- Cours I. Opérations de base Calculs dans R : 1- Opérations dans R.

Activité 1. Activité 2. M. Wissem Fligène Activités numériques II 1 A- Cours I. Opérations de base Calculs dans R : 1- Opérations dans R. I. Opérations de base Calculs dans R : 1- Opérations dans R Activité 1 Compléter : 3 1 1) + =... 2 4 3 On dit que est la. de 2 et 1 4 (3 2 et 1 sont les de cette ) 4 3 2 3 2) =... ; On dit que est la de

Plus en détail

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7.

Mathématiques pour l informatique. - Soutien - 1 Nombres complexes. 2 Suites. Exercice 1. (Nombres complexes) Soit le nombre complexe z = (2 + 2i) 7. Mathématiques pour l informatique IMAC première année - Soutien - Nombres complexes Rappels. Un nombre complexe z admet plusieurs représentations : représentation vectorielle z = (a, b) où a, b R représentation

Plus en détail

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que

Correction. Mathématique Élémentaire. Test n 5 (14 octobre 2013) Question 1. Soit n N \ {0}. Prouvez par récurrence que Test n 5 (1 octobre 1 Question 1. Soit n N \ {}. Prouvez par récurrence que ( n x 1 x ( x n x (x n x n. Voir Test 5, 17 octobre 11, question. Question. (a On dit que A R n n est une matrice antisymétrique

Plus en détail

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007

Correction du baccalauréat S Liban juin 2007 Correction du baccalauréat S Liban juin 07 Exercice. a. Signe de lnx lnx) : on fait un tableau de signes : x 0 e + ln x 0 + + lnx + + 0 lnx lnx) 0 + 0 b. On afx) gx) lnx lnx) lnx lnx). On déduit du tableau

Plus en détail

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique

Fonction polynôme du second degré : Forme canonique Fonction polynôme du second degré : Forme canonique I) Introduction. Soit g(x) = a(x - s)²+h. Toute fonction polynôme du second degré peut s écrire sous cette forme. Le passage de la forme développée à

Plus en détail

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011

Baccalauréat S Métropole 21 juin 2011 Baccalauréat S Métropole 1 juin 011 EXERCICE 1 Les deux parties A et B peuvent être traitées indépendamment. 4 points Les résultats seront donnés sous forme décimale en arrondissant à 10 4. Dans un pays,

Plus en détail

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot

SOMMES ET PRODUITS. 1 Techniques de calcul. 1.1 Le symbole. 1.2 Règles de calcul. Laurent Garcin MPSI Lycée Jean-Baptiste Corot SOMMES ET PRODUITS 1 Techniques de calcul 1.1 Le symbole Notation 1.1 Soient m et n deux entiers naturels. Alors { a m + a m+1 + + a + a n si m n, a = 0 sinon. On peut aussi noter m n =m a ou encore m,n

Plus en détail

1 Notion d espace vectoriel

1 Notion d espace vectoriel Arnaud de Saint Julien - MPSI Lycée La Merci 2014-2015 1 Résumé de cours sur les espaces vectoriels et les applications linéaires Les vecteurs du plan, les nombres réels, et les polynômes à coefficients

Plus en détail

Cours de Mathématiques

Cours de Mathématiques Cours de Mathématiques Lycee Gustave Eiffel PTSI 02/03 Chapitre 3 Fonctions usuelles 3.1 Théorème de la bijection Une fonction dérivable sur un intervalle I, strictement monotone déþnit une bijection.

Plus en détail

Diplôme National du Brevet Métropole - La Réunion - Mayotte - Session 2009

Diplôme National du Brevet Métropole - La Réunion - Mayotte - Session 2009 Diplôme National du Brevet Métropole - La Réunion - Mayotte - Session 2009 L usage de la calculatrice est autorisé, dans le cadre de la réglementation en vigueur. I - Activités numériques II - Activités

Plus en détail

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées.

Calcul Matriciel. Chapitre 10. 10.1 Qu est-ce qu une matrice? 10.2 Indexation des coefficients. 10.3 Exemples de matrices carrées. Chapitre 10 Calcul Matriciel 101 Qu est-ce qu une matrice? Définition : Soit K un ensemble de nombres exemples, K = N, Z, Q, R, C, n, p N On appelle matrice à n lignes et p colonnes la données de np nombres

Plus en détail

Primitives Cours maths Terminale S

Primitives Cours maths Terminale S Primitives Cours maths Terminale S Dans ce module est introduite la notion de primitive d une fonction sur un intervalle. On définit cette notion puis on montre qu une fonction admet une infinité de primitives

Plus en détail

MARS 2014 MATHEMATIQUES LYCEE STANISLAS-NICE. Durée de l épreuve : 2 h 00. L usage de la calculatrice est autorisé.

MARS 2014 MATHEMATIQUES LYCEE STANISLAS-NICE. Durée de l épreuve : 2 h 00. L usage de la calculatrice est autorisé. COMPOSITION SECONDE MARS 2014 MATHEMATIQUES LYCEE STANISLAS-NICE Durée de l épreuve : 2 h 00 L usage de la calculatrice est autorisé. Toutes les réponses devront être justifiées. Exercice 1 Soit la fonction

Plus en détail

D = 5 2 4 0,5. 4 points. D = 5 2 2 D = 5 donc D est un nombre entier. 0,5

D = 5 2 4 0,5. 4 points. D = 5 2 2 D = 5 donc D est un nombre entier. 0,5 ACTIVITÉS NUMÉRIQUES (12 s) Montrer que D est un nombre entier. Ê D = 5 12 2 D = 5 2 Exercice n 1 : Toutes les étapes de calcul devront figurer sur la copie. 1. On donne A = + 1 + 2. Calculer et donner

Plus en détail

Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 25 et 26 mai 2004 SÉRIE COLLÈGE

Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 25 et 26 mai 2004 SÉRIE COLLÈGE Collège LANGEVIN WALLON CORRIGE du BREVET BLANC DES 5 et 6 mai 004 SÉRIE COLLÈGE Durée heures MATHEMATIQUES Rédaction, présentation, orthographe (4 points) PARTIE I : ACTIVITES NUMERIQUES (1 points) Dans

Plus en détail

Second degré : Résumé de cours et méthodes

Second degré : Résumé de cours et méthodes Second degré : Résumé de cours et méthodes 1 Définitions : DÉFINITIN n appelle trinôme du second degré toute fonction f définie sur R par f () = a + b + c (a,b et c réels avec a 0). Remarque : Par abus

Plus en détail

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4

Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Groupe seconde chance Feuille d exercices numéro 4 Exercice 1 Ecrire un programme de construction de la figure suivante. On utilisera seulement deux mesures : le rayon du cercle est 8 cm, la largeur d

Plus en détail

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions

Cours de Mathématiques Seconde. Généralités sur les fonctions Cours de Mathématiques Seconde Frédéric Demoulin 1 Dernière révision : 16 avril 007 Document diffusé via le site www.bacamaths.net de Gilles Costantini 1 frederic.demoulin (chez) voila.fr gilles.costantini

Plus en détail

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé.

Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. Enoncé et corrigé du brevet des collèges dans les académies d Aix- Marseille, Montpellier, Nice Corse et Toulouse en 2000. Énoncé. I- ACTIVITES NUMERIQUES (12 points) Exercice 1 (3 points) On considère

Plus en détail

CYCLE D ORIENTATION DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE MATHÉMATIQUES. S, L, M, GnivA NA 11.038.48

CYCLE D ORIENTATION DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE MATHÉMATIQUES. S, L, M, GnivA NA 11.038.48 1 CYCLE D ORIENTATION DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE MATHÉMATIQUES 9E S, L, M, GnivA NA DÉPARTEMENT DE L INSTRUCTION PUBLIQUE GENÈVE 1995 11.038.48 TABLE DES MATIÈRES 3 Table des matières 1 Les ensembles

Plus en détail

FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES

FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES FONCTIONS TRIGONOMÉTRIQUES Définition ( voir animation ) On dit qu'un repère orthonormé (O; i, j) est direct lorsque ( i ; j ) = + []. Dans le plan rapporté à un repère orthonormé direct, si M est le point

Plus en détail

Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé **

Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé ** Brevet Blanc de Mathématiques ** Corrigé ** Collège Goscinny de Valdoie Le soin et la qualité de la rédaction comptent pour 4 points. L usage de la calculatrice est autorisé. Sujet et corrigé écrits avec

Plus en détail

3D Compléments de cours. Guy GREISEN

3D Compléments de cours. Guy GREISEN 3D Compléments de cours Guy GREISEN 14 septembre 2009 3D 3 Table des matières 1 SECOND DEGRÉ 6 1.1 Introduction................................................ 6 1.2 Formule générale.............................................

Plus en détail

Nombres complexes. Introduction - Résolution d équations algébriques ) 1 + ( 1) (car 1 2 = 1!)

Nombres complexes. Introduction - Résolution d équations algébriques ) 1 + ( 1) (car 1 2 = 1!) Nombres complexes I - Introduction - Résolution d équations algébriques Soit le trinôme du second degré P(x = 1 x + x + 5 Le discriminant de P est : = 9 10 = 1 < 0, donc P n a pas de racine réelle Imaginons

Plus en détail

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2

212 année 2013/2014 DM de synthèse 2 22 année 20/204 DM de synthèse 2 Exercice Soit f la fonction représentée cicontre.. Donner l'ensemble de définition de la fonction f. 2. Donner l'image de 4 par f.. a. Donner un nombre qui n'a qu'un seul

Plus en détail

Fonctions hyperboliques et applications réciproques

Fonctions hyperboliques et applications réciproques Chapitre III Fonctions hyperboliques et applications réciproques A Fonctions hyperboliques directes A. Sinus hyperbolique et cosinus hyperbolique On va définir de nouvelles fonctions inspirées notamment

Plus en détail