COUR SUPRÊME DU CANADA

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "COUR SUPRÊME DU CANADA"

Transcription

1 COUR SUPRÊME DU CANADA Dossier n o (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DE TERRE-NEUVE-ET-LABRADOR) ENTRE : SA MAJESTÉ LA REINE - et - NELSON LLOYD HART - et - MARIE HENEIN - et - DEMANDERESSE (appelante) INTIMÉ (intimé) AMICUS CURIAE DIRECTEUR DES POURSUITES PÉNALES PROCUREUR GÉNÉRAL DE L ONTARIO DIRECTEUR DES POURSUITES CRIMINELLES ET PÉNALES DU QUÉBEC PROCUREUR GÉNÉRAL DE LA PROVINCE DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE ASSOCIATION IN DEFENCE OF THE WRONGLY CONVICTED ASSOCIATION DES LIBERTÉS CIVILES DE LA COLOMBIE-BRITANNIQUE CRIMINAL LAWYERS' ASSOCIATION OF ONTARIO ASSOCIATION CANADIENNE DES LIBERTÉS CIVILES ASSOCIATION DES AVOCATS DE LA DÉFENSE DE MONTRÉAL (Suite des intitulés et coordonnées des procureurs en pages intérieures) INTERVENANTS MÉMOIRE DE L INTERVENANTE ASSOCIATION DES AVOCATS DE LA DÉFENSE DE MONTRÉAL Henri A. Lafortune Inc. 2005, rue Limoges Tél. : Longueuil (Québec) J4G 1C4 Téléc. : L

2 - 2 - M e Frances J. Knickle Procureur général de Terre-Neuve-et-Labrador Bureau spécial des poursuites Place Atlantic, 4 e étage St. John s (Terre-Neuve-et-Labrador) A1C 6C9 Tél. : Téléc. : Procureure de la demanderesse M e Robert E. Houston, C.R. Burke-Robertson LLP Bureau , rue MacLaren K2P 2H3 Tél. : Téléc. : Correspondant de la demanderesse M e Robby D. Ash Poole Althouse Western Trust Building, bureau 49 51, rue Park Corner Brook (Terre-Neuve-et-Labrador) A2H 2X1 Tél. : Téléc. : Procureur de l intimé M e Henry S. Brown, C.R. Gowling Lafleur Henderson S.E.N.C.R.L. Bureau , rue Elgin K1P 1C3 Tél. : Téléc. : Correspondant de l intimé M e Marie Henein Henein Hutchison LLP Bureau , rue King Ouest Toronto (Ontario) M5V 1K4 Tél. : Téléc. : Amicus curiae M e Marie-France Major Supreme Advocacy LLP Bureau , avenue Gladstone K2P 0Y9 Tél. : poste 102 Téléc. : Correspondante de l amicus curiae

3 - 3 - M e James C. Martin Service des poursuites pénales du Canada Tour Duke, Bureau , rue Duke Halifax (Nouvelle-Écosse) B3J 1P3 Tél. : Téléc. : Procureur de l intervenant Directeur des poursuites pénales M e François Lacasse Directeur des poursuites pénales du Canada 2 e étage 284, rue Wellington K1A 0H8 Tél. : Téléc. : Correspondant de l intervenant Directeur des poursuites pénales M e Michael Bernstein Procureur général de l Ontario 10 e étage 720, rue Bay Toronto (Ontario) M7A 2S9 Tél. : Téléc. : Procureur de l intervenant Procureur général de l Ontario M e Robert E. Houston, C.R. Burke-Robertson Bureau , rue MacLaren K2P 2H3 Tél. : Téléc. : Correspondante de l intervenant Procureur général de l Ontario M e Pierre L. Bienvenue Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec Bureau , boul. Jean-Lesage Québec (Québec) G1K 8K6 Tél. : poste Téléc. : Procureur de l intervenant Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec M e Jean Campeau Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec Bureau , rue Laurier Gatineau (Québec) J8X 4C1 Tél. : poste Téléc. : Correspondant de l intervenant Directeur des poursuites criminelles et pénales du Québec

4 M e Lesley A. Ruzicka Procureur général de la Colombie- Britannique 3 e étage 940, rue Blanshard Victoria (Colombie-Britannique) V8W 3E6 Tél. : Téléc. : Procureur de l intervenant Procureur général de la Colombie-Britannique M e Robert E. Houston, C.R. Burke-Robertson Bureau , rue MacLaren K2P 2H3 Tél. : Téléc. : Correspondant de l intervenant procureur général de la Colombie-Britannique M e Russell Silverstein Russel Silverstein & Associate Bureau , rue Simcoe Street Toronto (Ontario) M5H 4E2 Tél. : poste 1 Téléc. : Procureur de l intervenante Association in Defence of the Wrongly Convicted M e Henry S. Brown, C.R. Gowling Lafleur Henderson S.E.N.C.R.L. Bureau , rue Elgin K1P 1C3 Tél. : Téléc. : Correspondant de l intervenante Association in Defence of the Wrongly Convicted M e David E. Crossin M e Elizabeth T.W. France Sugden, McFee & Roos LLP Bureau , rue Water Vancouver (Colombie-Britannique) V6B 2M9 Tél. : Téléc. : Procureur de l intervenante Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique M e Michael J. Sobkin Unité numéro 2 90, boul. de Lucerne Gatineau (Québec) J9H 7K8 Tél. : Téléc. : Correspondante de l intervenante Association des libertés civiles de la Colombie-Britannique

5 - 5 - M e R. Philip Campbell Lockyer Campbell Posner Bureau , avenue St. Clair Ouest Toronto (Ontario) M4V 3A1 Tél. : poste 223 Téléc. : M e Henry S. Brown, C.R. Gowling Lafleur Henderson S.E.N.C.R.L. Bureau , rue Elgin K1P 1C3 Tél. : Téléc. : Procureur de l intervenante Criminal Lawyers' Association of Ontario Correspondant de l intervenante Criminal Lawyers' Association of Ontario M e Frank Addario M e Megan Savard Addario Law Group Bureau , rue John Toronto (Ontario) M5T 1X3 Tél. : Téléc. : Procureur de l intervenante Association canadienne des libertés civiles M e Colleen Bauman Sack Goldblatt Mitchell LLP Bureau , rue Metcalfe K1P 5L4 Tél. : Téléc. : Correspondant de l intervenante Association canadienne des libertés civiles M e François Dadour M e Haroutioun Haladjian Poupart, Dadour, Touma et Associés Bureau , Place d'armes Montréal (Québec) H2Y 2W8 Tél. : Téléc. : Procureurs de l intervenante Association des avocats de la défense de Montréal M e Ève Lapointe Noël et Associés S.E.N.C.R.L. 111, rue Champlain Gatineau (Québec) J8X 3R1 Tél. : poste 13 Téléc. : Correspondante de l intervenante Association des avocats de la défense de Montréal

6 TABLE DES MATIÈRES MÉMOIRE DE L INTERVENANTE Page PARTIE I EXPOSÉ CONCIS DES ARGUMENTS DE L INTERVENANTE ET DES FAITS PERTINENTS... 1 PARTIE II BREF ÉNONCÉ DE LA POSITION DE L INTERVENANTE RELATIVEMENT AUX QUESTIONS SOULEVÉES PAR L APPELANTE... 2 PARTIE III EXPOSÉ DES ARGUMENTS... 3 PARTIE IV ARGUMENTS AU SUJET DES DÉPENS PARTIE V ORDONNANCE DEMANDÉE PARTIE VI TABLE ALPHABÉTIQUE DES SOURCES PARTIE VII TEXTES LÉGISLATIFS Aucun

7 - 1 - Exposé concis des arguments de l intervenante et des faits pertinents MÉMOIRE DE L INTERVENANTE PARTIE I EXPOSÉ CONCIS DES ARGUMENTS DE L INTERVENANTE ET DES FAITS PERTINENTS 1. En date du 13 août 2013, monsieur le juge Rothstein a autorisé l Association des Avocats de la Défense de Montréal (ci-après «l AADM») à intervenir dans cet appel; 2. L AADM soumet que ce pourvoi illustre les risques posés par les enquêtes policières sophistiquées, jumelés aux méthodes modernes d interrogatoire policier. Les enquêtes de type M. Big se situent dans une catégorie à part du répertoire des méthodes policières en raison de leur longueur, de l ampleur des ressources qui sont déployées et du contrôle envahissant voire total que les agents de l État finissent par détenir sur le suspect. Ce type d enquête, dont le but ultime est d obtenir une confession de la part du suspect, est susceptible d entraîner le phénomène des fausses confessions déjà discuté dans plusieurs arrêts de cette Cour. Le risque posé par les fausses confessions fait surgir le risque d erreur judiciaire; 3. Le pourvoi dont est saisie la Cour ramène au centre de l analyse la question fondamentale de la fiabilité des confessions. La règle des confessions est l outil juridique le plus traditionnel, le mieux adapté et le plus sûr afin de déterminer, au cas par cas, si les méthodes sophistiquées d enquête policière, telle l enquête de type M. Big, ont produit une confession admissible en preuve ou non contre son auteur. La Cour a ainsi l occasion de se pencher sur l application de l arrêt Oickle 1 à ce type de méthode. La règle des confessions est liée à la règle de la personne en autorité. La personne en autorité doit raisonnablement l être aux yeux du suspect. Cependant, compte tenu du déséquilibre fondamental dans le rapport entre l enquête de type M. Big et le suspect, la Cour a également l occasion d adapter la règle de la personne en autorité pour que celle-ci reflète les particularités essentielles de ce type d enquête. La jurisprudence postérieure à l arrêt Oickle relie les principes fondamentaux de la règle des confessions au droit au silence et au droit à la protection contre l auto-incrimination. La règle des confessions (et la règle de la personne en autorité) s en retrouvent ainsi enrichies et doivent pouvoir trouver davantage application dans le contexte des enquêtes de type M. Big; 1 R. c. Oickle, [2000] 2 R.C.S. 3, Autorités de l intimé, onglet 12.

8 - 2 - Exposé concis des arguments de l intervenante et des faits pertinents 4. La question principale soulevée par ce pourvoi est l admissibilité de la confession obtenue par M. Big. Ainsi, les débats portent essentiellement sur l identité et la portée du ou des mécanismes exclusionnaires. La position de l AADM se distingue de celle de l appelante, en ce que celle-ci écarte la règle des confessions puisque M. Big n est pas une personne en autorité au sens de l arrêt Hodgson 2. Elle diffère également de la position de l intimé, qui soutient l approche de la Cour d appel de Terre-Neuve et Labrador relativement à l application de la protection contre l auto-incrimination en vertu de l article 7 de la Charte, à un stade antérieur à la détention, en adoptant l analyse en quatre étapes de l arrêt White 3. Enfin, la position de l AADM diffère partiellement de l approche de l amicus curiae qui propose que la fiabilité de la confession soit au centre de l analyse, mais que son admissibilité soit déterminée par le pouvoir du juge du procès, garanti par la Charte, de veiller à l équité du procès; 5. L AADM ne prend aucune position relativement aux faits résumés par les parties PARTIE II BREF ÉNONCÉ DE LA POSITION DE L INTERVENANTE RELATIVEMENT AUX QUESTIONS SOULEVÉES PAR L APPELANTE 6. L AADM propose des arguments relativement à la question principale de ce pourvoi, soit l admissibilité de la confession à l endroit de M. Big. En particulier, l AADM soumet que la règle des confessions et la règle de la personne en autorité doivent être interprétées de manière à s adapter à la réalité des enquêtes de type M. Big; R. c. Hodgson, [1998] 2 R.C.S. 449, Autorités de l appelante, onglet 13. R. c. White, [1999] 2 R.C.S. 417, Autorités de l intimé, onglet 1.

9 - 3 - Exposé des arguments PARTIE III EXPOSÉ DES ARGUMENTS 7. Les parties ont passé en revue certaines décisions des tribunaux inférieurs relativement à divers aspects de la légalité des opérations de type M. Big, en soutien à leurs positions respectives 4. Quelques autres décisions sont ici soumises afin d illustrer les deux aspects fondamentaux des opérations policières de type M. Big : le degré décisif de contrôle de l État sur le suspect, et le problème de la fiabilité (et du caractère volontaire) de la confession ainsi obtenue 5 ; 8. Les opérations de type M. Big sont le fruit d efforts concertés sur une longue période de temps. Certains exemples font état de la participation d une cinquantaine d agents d infiltration 6. D autres, une opération s échelonnant sur plusieurs années 7. Tel qu illustré par les faits du présent pourvoi, le suspect est amené à commettre de faux crimes pour l organisation 8 ; 9. Des scénarios impliquant de la violence ne sont pas exclus. Outre l affaire N.R.R. soumise par l Amicus 9, l affaire O.N.E. est assez spectaculaire en ce qu une somme substantielle avait été promise à une suspecte sans-abri, affichant un trouble borderline et un faible quotient intellectuel. Une sévère raclée a été mise en scène, en marge de plusieurs autres disputes violentes, pour l impressionner 10. Dans une autre affaire, la mise en scène impliquait une simulation de violence sur une femme, couverte de faux sang, jetée dans le coffre d une voiture et sujette à des menaces de mort sur sa personne, son époux et son enfant de deux ans 11. Dans l affaire Dix 12, un homicide a été mis en scène, Mémoire de l Amicus, par. 32 et s., ainsi que par Mémoire de l appelante, par. 107 et 118. Voir également les divers articles de doctrine soumis par les parties. L AADM tient à remercier madame Katerina Svozilkova pour son travail de documentation répertoriant la jurisprudence qui discute des opérations de type M. Big. Dix c. Canada (Procureur Général), 2002 ABQB 580, par , Autorités de l AADM, onglet 1. R. c. Casement, 2007 SKQB 422, par. 3-5, Autorités de l AADM, onglet 2. Dans cette affaire une partie du délai est attribuable à l incarcération de l accusé pour une cause non liée à l enquête policière. On retrouve ce thème sous plusieurs variantes. Dans Casement, onglet 2, il s agissait de crimes transfrontaliers fictifs, et de la vente d explosif à un prétendu membre de la communauté musulmane. Mémoire de l Amicus, par. 39 (R. c. N.R.R., 2013 ABQB 288, Autorités de l appelante, onglet 21). R. c. O.N.E., 2000 BCSC 1200, par. 35, Autorités de l AADM, onglet 6. R. c. Hathway, [2007] SJ No. 245 (QL) (B.R.), par. 19, Autorités de l AADM, onglet 5, in cit. Timothy E. Moore, Peter Copeland and Regina A. Schuller, Deceit, Betrayal and the Search for

10 - 4 - Exposé des arguments incluant une discussion quant au maquillage de la «scène de crime». D intenses pressions ont ensuite été exercées sur le suspect afin qu il ne dénonce pas l homicide simulé à la police, et pour qu il avoue ses propres crimes en retour afin de rétablir «l équilibre». Outre de tels éléments de coercition, les encouragements font partie intégrante de la stratégie des opérations M. Big. Il n est pas rare que des montants allant jusqu à $ soient promis aux suspects 13, voire davantage 14 ; 10. L exploitation des vulnérabilités du suspect est également un thème récurrent. Une situation similaire à celle de la décision N.R.R. est fournie par l affaire Evans où les faiblesses psychologiques et émotives d un jeune homme ont fait l objet de ce type d opération 15. Un autre exemple décrit une cible qui effectue un séjour dans un centre de désintoxication alors que l opération policière projetée comportait un budget pour de l alcool 16. Dans une autre affaire, le caractère contrôlant de la fiancée de la cible menaçait le déroulement de l opération. Les policiers ont introduit une agente d infiltration qui a feint un intérêt affectif à l endroit de la cible 17 ; 11. Le risque qu une confession obtenue dans le cadre d une opération M. Big soit fausse est bien réel : dans au moins une affaire, l accusé a admis l homicide pour lequel il faisait l objet d une enquête, cependant que quatre autres meurtres, sans aucun lien, qui seraient survenus dans la province de l Alberta. Il semble que ces quatre meurtres ne se seraient jamais produits et que l accusé les aurait inventés 18 ; Truth: Legal and Psychological Perspectives on the Mr. Big Strategy (2009), 55 Crim. L.Q., 348, p. 356, 357, Autorités de l Amicus, onglet 51. L usage de faux sang se retrouve aussi dans R. c. Terrico, 2005 BCCA 361, par. 10, Autorités de l AADM, onglet 9. Dix c. Canada (Procureur Général), précité, note 6, Autorités de l AADM, onglet 1, in cit. Timothy E. Moore, Peter Copeland and Regina A. Schuller, Deceit, Betrayal and the Search for Truth: Legal and Psychological Perspectives on the Mr. Big Strategy (2009), 55 Crim. L.Q., 348, p. 353 et 374, Autorités de l Amicus, onglet 51. R. c. O.N.E., précité, note 10, par. 25, Autorités de l AADM, onglet 6. Voir aussi, R. c. West, 2013 BCSC 132, Autorités de l Amicus, onglet 36. R. v. Bonisteel, 2008 BCCA 344 (CanLII), Autorités de l appelante, onglet 17. R. c. Evans, [1991] 1 R.C.S. 869, Autorités de l appelante, onglet 19. R. c. Cretney, 1999 CanLII 6350 (BCSC), par. 7, Autorités de l AADM, onglet 4. On retrouve un thème similaire dans R. c. Crane Chief, [2002] A.J. No.1706, par. 41, Autorités de l AADM, onglet 3, où les facultés mentales du suspect étaient en cause. R. c. Proulx, 29 C.R. (6 th ) 136 (C.S.), par. 10, Autorités de l AADM, onglet 7, in cit. Timothy E. Moore, Peter Copeland and Regina A. Schuller, Deceit, Betrayal and the Search for Truth: Legal and Psychological Perspectives on the Mr. Big Strategy (2009), 55 Crim. L.Q., 348, p. 357 (Voir aussi p. 368), Autorités de l Amicus, onglet 51. R. c. Redd, 2002 BCCA 325, par. 39, Autorités de l AADM, onglet 8.

11 - 5 - Exposé des arguments 12. Ces exemples ont ceci en commun : ils concernent tous des exemples où l État crée, de toutes pièces, des circonstances élaborées qui s ajustent aux vulnérabilités de la cible et la contrôlent, afin de maximiser les chances d obtenir ultimement une confession. Les circonstances d une opération M. Big se distinguent largement des deux scénarios classiques bien connus : celui de la confession dans le cadre d un interrogatoire policier régulier, et celui de la déclaration extrajudiciaire à un agent autrement banalisé. Relativement au premier cas, l opération de type M. Big est susceptible de mettre en œuvre des techniques d interrogatoire (incluant des menaces et des encouragements persistants) qui, clairement, pourraient ne pas être admissibles dans le cadre d un interrogatoire régulier. Quant au second, ces opérations se distinguent du scénario traditionnel dans lequel un agent banalisé qui a réussi à infiltrer une organisation criminelle ne fait que recueillir une confession de la part du suspect; 13. La distinction fondamentale est une de degré : dans ces scénarios «traditionnels», le degré de contrôle qu exerce l État sur le suspect est limité. Il peut être très faible dans le cadre d une opération secrète avec un agent banalisé. Il est pratiquement et légalement limité dans le cadre d un interrogatoire formel dans un poste de police. Les méthodes sophistiquées de type M. Big se situent dans un tout autre registre : le déploiement patient d une panoplie de stratégies policières mène à un contrôle virtuellement total sur la cible, contrôle que l on ne retrouve ni dans le scénario de l interrogatoire policier ni dans celui du rapport au simple agent d infiltration; 14. Persuasion, encouragements et coercition psychologique s emmêlent pour obtenir la confession finale du suspect. Ces pressions ne sont pas limitées à l interrogatoire final, mais constituent la résultante de l ensemble des stratégies développées et adaptées à la cible. La fiabilité de la confession (et son caractère volontaire) est donc d une importance critique. Cela est d autant plus vrai lorsque cette confession est la seule preuve, ou la preuve principale, contre l accusé. À titre d exemple, le juge Green, rédigeant pour la majorité dans la présente affaire, a bel et bien conclu que les confessions faites par l intimé Hart étaient précisément non fiables 19. Une conclusion similaire de non-fiabilité s est dégagée de la décision N.R.R 20. Cela ne signifie pas que toutes les opérations de ce type sont intrinsèquement illégales ou produisent une preuve inadmissible. Cela signifie Mémoire de l appelante, par. 59, in fine. Mémoire de l Amicus, par. 41 (R. c. N.R.R., 2013 ABQB 288, Autorités de l appelante, onglet 21).

12 - 6 - Exposé des arguments plutôt qu une zone importante de risque se dégage de ces opérations, et qu une analyse au cas par cas doit porter sur l ensemble des circonstances. L AADM soutient que la règle des confessions demeure le meilleur outil de notre droit pour départager la fiabilité de ce type de confessions en fonction de son caractère volontaire ou non; 15. L éloge de la règle des confessions n est plus à faire. Elle a une portée plus grande que la Charte 21, et relie directement la question de la fiabilité des confessions aux techniques d interrogatoire policier et aux risques d erreurs judiciaires 22. Elle impose un fardeau de preuve considérable sur le ministère public. Enfin, elle distingue les différentes catégories de confessions, notamment celles induites par stress, par coercition et par persuasion avec coercition. Cette Cour a notamment indiqué, toujours dans l arrêt Oickle, que la catégorie de fausse confession la plus répandue était induite par coercition et découlait de promesses et menaces ou d une forme d oppression 23. La Cour a enfin souligné que la règle des confessions était une protection efficace contre les fausses confessions 24 ; 16. La règle des confessions est une manifestation du principe interdisant l auto-incrimination 25. Les valeurs comprises dans la règle des confessions incluent «la liberté de choix de l individu, la nécessité que les policiers respectent la loi quand ils l appliquent et l équité globale du système de justice criminelle» 26. Elle met de l avant le caractère volontaire de la confession, celui-ci ayant une portée plus large que la seule fiabilité. Enfin, la Cour s est prononcée sur l équivalence entre le droit au silence protégé par l article 7 de la Charte et la règle des confessions. Ces deux notions visent à empêcher l État d abuser de ses pouvoirs supérieurs 27. Cette question est pertinente à l analyse de cette Cour : en effet, l élargissement du droit au silence à une étape antérieure à la détention formelle est une des approches discutées par les parties. Si la Cour élargit ainsi la portée du droit au silence et du principe interdisant l auto-incrimination, l équivalence fonctionnelle entre le droit au silence et la règle des confessions bénéficiera donc à cette dernière. Une telle «valeur ajoutée» peut jeter un Oickle, précité, note 1, par. 30, Autorités de l intimé, onglet 12. Id., par. 32, Autorités de l intimé, onglet 12. Id., par. 44, Autorités de l intimé, onglet 12. Id., par. 47, Autorités de l intimé, onglet 12. R. c. Singh, [2007] 3 R.C.S. 405, par. 21, Autorités de l appelante, onglet 8. Id., par. 30, Autorités de l appelante, onglet 8. Id., par. 37, 44 et 46, Autorités de l appelante, onglet 8.

13 - 7 - Exposé des arguments autre éclairage sur l exigence de la règle de la personne en autorité en lien avec la spécificité des opérations de type M. Big; 17. L AADM ne propose pas que la règle de la personne en autorité soit éliminée, ce que la Cour a refusé de faire dans les arrêts Hodgson et Grandinetti 28. L AADM soutient plutôt que l État ne doit pas pouvoir, dans tous les cas, orchestrer une opération d une ampleur considérable ayant pour but d extraire une confession obtenue dans des conditions douteuses, tout en se reposant sur la règle de la personne en autorité pour échapper à la règle des confessions. Dit autrement, lorsque la confession est le produit d un degré décisif du contrôle de l État sur le suspect, alors le ou les récipiendaires de la confession doivent pouvoir être considérés comme des personnes en autorité aux fins de la règle des confessions. Cela ne signifie pas que toutes les opérations de type M. Big doivent mener à une telle conclusion. Cela signifie plutôt que les principes sous-jacents à la règle de la personne en autorité doivent évoluer afin de tenir compte de la réalité de ce type d enquête. Essentiellement, il s agit d une question de degré, appréciable au cas par cas; 18. Déjà dans l arrêt Hodgson, une majorité de cette Cour a reconnu le lien intime qui existe entre la protection contre l auto-incrimination et la règle des confessions 29. À l époque de l arrêt Hodgson, l arrêt Hébert 30 faisait autorité relativement au droit au silence alors que le suspect était détenu. Depuis, l arrêt White a élargi la notion de protection contre l auto-incrimination pour l étendre en deçà de la détention formelle. C est d ailleurs l argument qui est avancé par l intimé dans le présent pourvoi, de même que celui retenu par la Cour d appel de Terre-Neuve et Labrador. Tel qu évoqué plus haut, si cette Cour entend poursuivre l élargissement du principe de la protection contre l auto-incrimination en ce sens, cet élargissement devrait bénéficier à la règle de la personne en autorité pour favoriser un assouplissement de cette règle dans un cas, comme une opération M. Big, où le suspect est objectivement sous l autorité de l État, et ce, dans un degré décisif; 19. D ailleurs, dans l arrêt Hodgson, la Cour fait bien la distinction entre le pouvoir de l État en matière de poursuites et «l autorité personnelle de simples citoyens» 31. C est précisément la distinction qu apportent certaines opérations de type M. Big qui, en raison de leur ampleur et de leur sophistication, franchissent la frontière au-delà de laquelle R. c. Grandinetti, [2005] 1 R.C.S. 27, Autorités de l appelante, onglet 5. Hodgson, précité, note 2, par. 23 et 24 in limine. Voir aussi par. 29. R. c. Hébert, [1990] 2 R.C.S. 151, Autorités de l appelante, onglet 1. Hodgson, précité, note 2, par. 24.

14 - 8 - Exposé des arguments M. Big ne peut plus être considéré comme un «simple citoyen» récipiendaire de la confession. Cela est encore plus vrai et nécessaire lorsque la confession à M. Big est la seule preuve tangible contre l accusé; 20. La Cour a également souligné certaines préoccupations pratiques qui découleraient de l élimination de la règle de la personne en autorité. Parmi ces préoccupations figurait celle des «graves conséquences sur le travail des agents doubles et sur l admissibilité de la preuve d écoute électronique» 32. L AADM ne remet pas en question ces préoccupations, mais souligne à nouveau que certaines opérations secrètes appartiennent à un registre qui les distingue du travail d un agent double qui, par exemple, recueillerait une déclaration extrajudiciaire sans la complexe et coercitive mise en scène qui est discutée dans les affaires impliquant une opération de type M. Big; 21. Même dans Hodgson, la Cour avait à l esprit le risque d une «grande injustice» si une déclaration involontaire avait été obtenue de la part d un «simple citoyen» 33. C est le risque qu une telle injustice se produise aux mains de M. Big et non un simple citoyen qui milite en faveur d un assouplissement de la règle de la personne en autorité pour les cas qui nécessitent que M. Big soit considéré comme une personne en autorité; 22. Invitant le Parlement à étudier la question d une modification à la règle de la personne en autorité, cette Cour a souligné «la possibilité très réelle d une erreur judiciaire, et de l injustice fondamentale qui découlerait de l admission de déclarations soutirées par la violence par de simples citoyens» 34. Or, cette invitation n a pas causé une modification législative depuis l époque de cette mise en garde. Il est soumis que ce silence du législateur doit, en retour, inciter la Cour à permettre un élargissement de la règle de la personne en autorité, dans certaines opérations de type M. Big, afin de pallier les risques réels qu elle a évoqués, soit ceux de l erreur judiciaire et de la perspective d une injustice fondamentale; 23. Enfin, la Cour n a pas fermé la porte à un tel élargissement dans l arrêt Hodgson. Elle a plutôt souligné que la question de la personne en autorité ne se pose «normalement» pas dans le cas des agents doubles, et que ceux-ci ne sont «habituellement» pas considérés Id., par. 25. Id., par. 26. Id., par. 29.

15 - 9 - Exposé des arguments par l accusé comme des personnes en autorité 35. Un assouplissement de la règle dans certains cas est donc envisageable; 24. L arrêt Grandinetti aborde plus directement la règle de la personne en autorité en lien avec une opération de type M. Big. Cependant, cette opération n a pas fait l objet de l analyse détaillée qui est cette fois devant cette Cour à l occasion du présent pourvoi. Cela est d autant plus vrai en lien avec l ampleur de l opération, la vulnérabilité du suspect ou le fait qu il s agisse de la seule véritable preuve contre l accusé; 25. Référant à l arrêt Hodgson, la Cour a précisé qu il «ne fait aucun doute qu une déclaration peut parfois être faite dans des circonstances qui sont coercitives au point de compromettre sa fiabilité même si l interlocuteur n est pas une personne en situation d autorité» 36. Bien qu une demande d arrêt des procédures pour abus de procédure soit une option disponible, ainsi que le souligne la Cour, l AADM joint sa voix à celle de l intimé et de l Amicus à l effet que cette mesure est insuffisante voire inaccessible en raison de sa norme très élevée pour contrôler, d une manière plus proportionnée et plus directe, le risque de coercition de la part de l État dans le cadre d opérations secrètes sophistiquées. Permettre que, dans certains cas, la confession donnée à M. Big puisse être examinée sous la loupe de la règle des confessions est, selon l AADM, le moyen le meilleur pour en conjurer les risques; 26. La même réserve que la Cour a formulée dans l arrêt Hodgson se retrouve également dans l arrêt Grandinetti. La Cour a souligné ce qui suit : «Même si le critère relatif à la personne en situation d autorité ne s applique pas de manière absolue, sauf circonstances exceptionnelles, un agent double ne sera pas une personne en situation d autorité puisque l accusé ne le percevra habituellement pas ainsi» (nous soulignons) 37 ; 27. Même en lien avec une opération comme celle qui est décrite dans Grandinetti, des circonstances exceptionnelles peuvent donc mener à un critère assoupli de la règle de la personne en autorité. Si une telle approche était retenue, il appartiendrait alors au juge du procès de déterminer dans quels cas de telles circonstances exceptionnelles pourraient déclencher la règle de la personne en autorité et, en conséquence, l application possible de la règle des confessions; Id., par. 48, s. par. 6. R. c. Grandinetti, précité, note 28, par. 36. Id., par. 40.

16 Exposé des arguments 28. En conclusion, l AADM soumet que le degré de contrôle et de sophistication de certaines opérations secrètes, par exemple certaines opérations de type M. Big, mène à distinguer la règle de la personne en autorité de son champ d application décrit jusqu à présent. Cela ne remet pas en cause l ensemble de cette règle, mais l adapte à des situations qui sont exceptionnelles. La règle des confessions permettra ensuite de départager les confessions volontaires ou non à la lumière de l ensemble des circonstances et en fonction du fardeau de la preuve qui incombe au ministère public; PARTIE IV ARGUMENTS AU SUJET DES DÉPENS 29. Non applicable; PARTIE V ORDONNANCE DEMANDÉE 30. L AADM souhaite participer à l audience avec la permission de cette Cour. Montréal, le 3 octobre 2013 Montréal, le 3 octobre 2013 M e François Dadour M e Harout Haladjian Poupart, Dadour, Touma et associés Procureurs de l intervenante

17 Table alphabétique des sources PARTIE VI TABLE ALPHABÉTIQUE DES SOURCES Jurisprudence... Paragraphe(s) Dix c. Canada (Procureur général), 2002 ABQB ,8,9 R. c. Casement, 2007 SKQB R. c. Crane Chief, [2002] A.J. No R. c. Cretney, 1999 CanLII 6350 (BCSC)...10 R. c. Evans, [1991] 1 R.C.S R. c. Grandinetti, [2005] 1 R.C.S ,24,26,27 R. c. Hathway, [2007] SJ No R. c. Hébert, [1990] 2 R.C.S R. c. Hodgson, [1998] 2 R.C.S ,17,18,19,20,21,22...,25,2623 R. c. N.R.R., 2013 ABQB ,10,14 R. c. O.N.E., 2000 BCSC R. c. Oickle, [2000] 2 R.C.S ,15 R. c. Proulx, 29 C.R. (6 th ) 136 (C.S)...10 R. c. Redd, 2002 BCCA R. c. Singh, [2007] 3 R.C.S R. c. Terrico, 2005 BCCA R. c. West, 2013 BCSC R. c. White, [1999] 2 R.C.S ,18 R. v. Bonisteel, 2008 BCCA 344 (CanLII)...9 Doctrine... Timothy E. Moore, Peter Copeland and Regina A. Schuller, Deceit, Betrayal and the Search for Truth: Legal and Psychological Perspectives on the Mr. Big Strategy (2009), 55 Crim. L.Q., ,10

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA (EN APPEL D UN JUGEMENT DE LA COUR D APPEL DU QUÉBEC) Dossier n o 35892 ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA AGENCE DU REVENU DU CANADA - et - CHAMBRE DES NOTAIRES DU QUÉBEC - et

Plus en détail

COUR SUPRÊME DU CANADA

COUR SUPRÊME DU CANADA COUR SUPRÊME DU CANADA RÉFÉRENCE : R. c. Beaulieu, 2010 CSC 7 DATE : 20100225 DOSSIER : 33181 ENTRE : Sa Majesté la Reine Appelante et Georges Beaulieu Intimé TRADUCTION FRANÇAISE OFFICIELLE CORAM : La

Plus en détail

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité

La Commission des services juridiques du Nunavut. Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité La Commission des services juridiques du Nunavut Champ d application du droit criminel et politique d admissibilité 2014 COMMISSION DES SERVICES JURIDIQUES DU NUNAVUT C. P. 125, Gjoa Haven, Nunavut X0B

Plus en détail

Bulletin des Services Financiers

Bulletin des Services Financiers novembre 2015 Bulletin des Services Financiers La Cour suprême du Canada a confirmé aujourd hui la prépondérance de la Loi sur la faillite et l insolvabilité sur les régimes de refus d immatriculation

Plus en détail

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION

COMMISSION D ACCÈS À L INFORMATION Siège Bureau de Montréal Bureau 1.10 Bureau 18.200 575, rue Saint-Amable 500, boulevard René-Lévesque Ouest Québec (Québec) G1R 2G4 Montréal (Québec) H2Z 1W7 Tél. : (418) 528-7741 Tél. : (514) 873-4196

Plus en détail

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie

Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Dossier Propriété réputée des actions d une société par les fiduciaires et les bénéficiaires d une fiducie Alexandra Fortin, avocate, LL.M. fisc. L utilisation des fiducies comporte plusieurs avantages

Plus en détail

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005

CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 CEDH FRANGY c. FRANCE DU 1 ER FEVRIER 2005 L article 11 du Code de procédure civile énonce que la procédure au cours de l'enquête et de l'instruction est secrète. La divulgation des informations contenues

Plus en détail

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE En date du 30 juin 2005, les autorités canadiennes en valeurs mobilières ont adopté le Règlement 58-101 et l Instruction générale

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10

R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 R. c. MacKenzie, 2004 NSCA 10 Nicole MacKenzie a été accusée d avoir commis un excès de vitesse. Lorsqu elle a comparu pour l interpellation à la Cour provinciale, elle n était pas représentée par un avocat.

Plus en détail

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs

Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Avis n 2012 05 du 18 octobre 2012 relatif aux changements de méthodes comptables, changements d estimations comptables et corrections d erreurs Sommaire 1. CHAMP D APPLICATION... 2 2. CHANGEMENTS DE METHODES

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI SCT/S2/4 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 2002 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITE PERMANENT DU DROIT DES MARQUES, DES DESSINS ET MODELES INDUSTRIELS ET DES INDICATIONS

Plus en détail

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers

PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC. Mars 2008. Autorité des marchés financiers GUIDE DE PRÉSENTATION PORTANT SUR LA CONFORMITÉ D UNE CESSION D ENTREPRISE PAR UN ASSUREUR TITULAIRE D'UN PERMIS AU QUÉBEC Mars 2008 Autorité des marchés financiers Ce document a été produit par la Surintendance

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL

ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTENTE SUR LE PROJET PILOTE DE L EXPERT UNIQUE POUR LE DISTRICT JUDICIAIRE DE LAVAL ENTRE : LE BARREAU DU QUÉBEC, ayant son siège social au 445, boul. Saint-Laurent, Montréal, Québec, H2Y 3T8 (Ici représenté

Plus en détail

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION INTERLOCUTOIRE DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : D. L et als c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 14 N o d appel : GE-13-635 ENTRE : D. L. et als Appelants et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée et Les

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

Principes de bonne pratique :

Principes de bonne pratique : Principes de bonne pratique : Recommandations en vue de la création de bases de données génétiques nationales Le présent document a été élaboré par le Groupe d experts d INTERPOL sur le suivi des techniques

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Appel [TRADUCTION] Citation : J. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 248 No d appel : 2013-0091 ENTRE : J. B. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 A. M. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : A. M. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 483 Date : Le 14 avril 2015 Numéro de dossier : AD-14-548 DIVISION D APPEL Entre: A. M. Appelant et Commission de

Plus en détail

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage

Bulletin de Litige. Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Mai 2014 Bulletin de Litige Le nouveau Code de procédure civile : une approche favorisant la négociation entre les parties, la médiation et l arbitrage Le projet de Loi numéro 28 instituant le nouveau

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. LA COUR DES COMPTES a rendu l arrêt suivant : COUR DES COMPTES ------ SIXIEME CHAMBRE ------ PREMIERE SECTION ------ Arrêt n 59668 FONDS DE FINANCEMENT DE LA PROTECTION COMPLEMENTAIRE DE LA COUVERTURE UNIVERSELLE DU RISQUE MALADIE (FONDS CMU) Exercices

Plus en détail

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES

BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GENÈVE, 2005 MÉMORANDUM SUR L OBLIGATION DE SOUMETTRE LES CONVENTIONS 1 ET RECOMMANDATIONS AUX AUTORITÉS COMPÉTENTES Article 19 de la Constitution de l Organisation internationale

Plus en détail

Citation : C. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1236 C. G. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : C. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1236 C. G. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : C. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1236 Date : 21octobre 2015 Dossier : AD-13-110 DIVISION D APPEL Entre: C. G. Appelant Commission de l assurance-emploi du Canada

Plus en détail

La common law. 1. Définition de la common law

La common law. 1. Définition de la common law 1. Définition de la common law - La common law est un ensemble de règles de droit élaborées par les tribunaux judiciaires dans l exercice de leur fonction habituelle de trancher des litiges. - Ces règles,

Plus en détail

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA

DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA. (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA N 35892 DEVANT LA COUR SUPRÊME DU CANADA (En appel d un jugement de la Cour d appel de la province de Québec) ENTRE : PROCUREUR GÉNÉRAL DU CANADA et AGENCE DU REVENU DU CANADA DEMANDEURS (Appelants) ET

Plus en détail

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION

Manuel des directives - Indemnisation des dommages corporels 1. CHAMP D'APPLICATION 1. CHAMP D'APPLICATION Cette directive traite du paiement d intérêts par la Société de l assurance automobile du Québec (la Société). 2. CADRE LÉGAL ET RÉGLEMENTAIRE Cette directive découle de la Loi sur

Plus en détail

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC

(Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC (Traduction du Greffe) DECLARATION DE M. TREVES, JUGE AD HOC 1. Je souhaiterais, dans la présente Déclaration, expliquer les raisons pour lesquelles j ai voté contre l alinéa 18) du dispositif, au paragraphe

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes

Guide de l élève. Cause # 5 : R. c. Cole. Programme citoyenneté et chartes Guide de l élève Cause # 5 : R. c. Cole Programme citoyenneté et chartes L EXERCICE DE PLAIDOIRIE LA PROTECTION CONSTITUTIONNELLE CONTRE LES FOUILLES ET LES SAISIES ABUSIVES R. c. Cole Cour suprême du

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à la demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision relative à la demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 233 No d appel : AD-14-230 ENTRE : Commission de l assurance-emploi du Canada Demanderesse et J. B. Intimé DÉCISION

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE

------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ AUDIENCE PUBLIQUE COUR DE CASSATION BURKINA FASO ------------------ Unité - Progrès - Justice CHAMBRE CIVILE ------------------ Dossier n 104/08 ---------- Arrêt n 24 du 07 juillet 2011 AUDIENCE PUBLIQUE du 07 juillet 2011

Plus en détail

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat?

4. Dois-je être informé(e) de ce droit aux services d un avocat? Chapitre 3 : Avocats Partie 1 : Le droit aux services d un avocat 1. Quand ai-je besoin d un avocat? Tu devrais parler à un avocat dans tous les cas où tu es accusé(e)* d avoir enfreint la loi, tu es arrêté(e)

Plus en détail

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu,

dans l affaire pénale opposant comparant par Maître Chris SCOTT, avocat à la Cour, en l étude de laquelle domicile est élu, N 22 / 2010 pénal. du 29.4.2010 Not. 889/05/CD Numéro 2744 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire, a rendu

Plus en détail

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales?

reconnaissance et l exécution transfrontalières des condamnations pénales? Réunion Informelle des Ministres de la Justice et des Affaires Intérieures Luxembourg, 27-29 janvier 2005 RENFORCER LA JUSTICE - Quelles politiques européennes pour la reconnaissance et l exécution transfrontalières

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division générale Assurance-emploi Citation : R. G. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDGAE 10 Appel n o : GE-13-2316 ENTRE : R. G. Appelant Prestataire et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION

Plus en détail

Les Premières Nations et la fiscalité

Les Premières Nations et la fiscalité Les Premières Nations et la fiscalité Premières Nations and Taxation Les Premières Nations et la fiscalité : planification stratégique et immunité fiscale De récentes résolutions nationales ont appelé

Plus en détail

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G.

Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 J. G. [TRADUCTION] Citation : J. G. c. Ministre de l Emploi et du Développement social, 2015 TSSDA 503 Date : Le 20 avril 2015 Numéro de dossier : AD-15-157 DIVISION D APPEL Entre: J. G. Demanderesse et Ministre

Plus en détail

Ce que vous devez savoir sur la vente liée avec coercition

Ce que vous devez savoir sur la vente liée avec coercition Ce que vous devez savoir sur la vente liée avec coercition Pourquoi publions-nous cette brochure? En vertu de la Loi sur les banques, les banques sont tenues d aviser leurs clients, en langage clair et

Plus en détail

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions

pratiques Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions pratiques [comité d entreprise] Unité économique et sociale : les juges fournissent de nouvelles précisions Les effets de la reconnaissance d une unité économique et sociale sont progressivement affinés

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Demande de permission d en appeler [TRADUCTION] Citation : K. U. c. Ministre des Ressources humaines et du Développement des compétences, 2014 TSSDA 38 N o d appel : AD-13-169 ENTRE : K. U. Demanderesse et Ministre des Ressources humaines

Plus en détail

Examen des marchés publics

Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Canadian International Trade Tribunal TRIBUNAL CANADIEN DU COMMERCE EXTÉRIEUR Examen des marchés publics Tribunal canadien du commerce extérieur Examen des marchés

Plus en détail

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite)

Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) Présentation de Me Jean-Claude Paquet, avocat (à la retraite) À l Association des responsables de la gestion des plaintes du gouvernement du Québec Montréal, 26 octobre 2015 Un rappel des fondements historiques,

Plus en détail

Montréal, le 5 juin 2006

Montréal, le 5 juin 2006 Montréal, le 5 juin 2006 Monsieur Yvon Marcoux Ministre de la Justice du Québec Édifice Louis-Philippe-Pigeon 1200, route de l'église, 9 e étage Québec (Québec) G1V 4M1 Objet : Projet de loi n o 7 Loi

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II

LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II ICC-01/04-02/12-282 01-04-2015 1/6 NM T Original : français N : ICC-01/04-02/12 Date : 01 avril 2015 LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE II Composée comme suit : M. le Juge Marc Perrin de Brichambaut, Juge

Plus en détail

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI

N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE PROPOSITION DE LOI N 2345 ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 DOUZIÈME LÉGISLATURE Enregistré à la Présidence de l Assemblée nationale le 25 mai 2005. PROPOSITION DE LOI abrogeant l article 434-7-2 du code

Plus en détail

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance

De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance De nouvelles règles relatives aux contrats à exécution successive de service fourni à distance Le 2 décembre 2009, l Assemblée nationale du Québec a adopté le projet de loi 60, intitulé Loi modifiant la

Plus en détail

Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos réunions extraordinaires à huis clos du Conseil le 24 septembre 2012 et le 9 juillet 2013

Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos réunions extraordinaires à huis clos du Conseil le 24 septembre 2012 et le 9 juillet 2013 Le 8 novembre 2013 Glenn Miller, préfet Judy Kosowan, CA/secrétaire-trésorière Canton de Ryerson R.R. 1, 28, chemin Midlothian Burks Falls (Ontario) P0A 1C0 Objet : Plaintes sur des réunions à huis clos

Plus en détail

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 M. F. Commission de l assurance-emploi du Canada Citation : M. F. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 1130 Date : 24 septembre 2015 Dossier : AD-13-108 DIVISION D APPEL Entre: M. F. Appelante Commission de l assurance-emploi du

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois

Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois Réponse de MADD Canada au projet de loi C-32 : Loi édictant la Charte canadienne des droits des victimes et modifiant certaines lois INTRODUCTION Le projet de loi visant la création d une Charte fédérale

Plus en détail

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010

Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion publique du 30 novembre 2010 Le Groupe de discussion sur les IFRS (GDI) se veut seulement un cadre d échanges. Il a pour vocation d aider le

Plus en détail

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS

RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS Dernière modification en vigueur le 1 er mars 2014 Ce document a valeur officielle chapitre V-1.1, r. 7.1 RÈGLEMENT 23-103 SUR LA NÉGOCIATION ÉLECTRONIQUE ET L ACCÈS ÉLECTRONIQUE DIRECT AUX MARCHÉS A.M.

Plus en détail

ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008

ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008 ÉVALUATION DES PROGRAMMES PROVINCIAUX ET TERRITORIAUX D UTILISATION D ANTIDÉMARREURS AVEC ÉTHYLOMÈTRE : BULLETIN DE L AN 2008 AOÛT 2008 RÉSUMÉ Huit provinces et un territoire ont implanté des programmes

Plus en détail

Application de la stratégie d action au Québec

Application de la stratégie d action au Québec A. Résumé des grandes lignes de la stratégie d action À la suite d une réflexion réalisée en 2013, L ŒUVRE LÉGER a revu sa stratégie d action auprès de ses partenaires et du public en général (se référer

Plus en détail

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC

ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC ARBITRAGE ET RECOURS COLLECTIFS AU QUÉBEC LA COUR D APPEL CONFIRME QU UNE ENTREPRISE PEUT RECOURIR À L ARBITRAGE POUR GÉRER LE RISQUE DES RECOURS COLLECTIFS Par Claude Marseille et André Durocher Les entreprises

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS

UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS UNION INTERNATIONALE DES AVOCATS INTERNATIONAL ASSOCIATION OF LAWYERS INTERNATIONALE ANWALTS-UNION UNION INTERNACIONAL DE ABOGADOS UNIONE INTERNAZIONALE DEGLI AVVOCATI CHARTE DE TURIN SUR L EXERCICE DE

Plus en détail

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1

ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 Document historique Page 1 de 6 ÉQUITÉ PROCÉDURALE ET QUESTIONS DE CONFORMITÉ 1 La Cour suprême du Canada a récemment examiné les questions relatives à l équité procédurale dans l arrêt Baker c. Canada,

Plus en détail

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société

Bulletin de l ACFM. Principe directeur. Aux fins de distribution aux parties intéressées dans votre société Association canadienne des courtiers de fonds mutuels Mutual Fund Dealers Association of Canada 121 King Street W., Suite 1600, Toronto (Ontario) M5H 3T9 Tél. : (416) 361-6332 Téléc. : (416) 943-1218 SITE

Plus en détail

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003

DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 DÉCISION Nº233 du 5 juin 2003 relative à l exception d inconstitutionnalité des dispositions de l article 18 alinéa (2) de la Loi nº146/1997 réglementant les taxes de justice de timbre, avec les modifications

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : A. D. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2014 TSSDA 296 Appel No : 2013-0127 ENTRE : A. D. Appelante et Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE

Plus en détail

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB

Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Evaluation mutuelle de la Belgique par le GAFI : Le Secteur Financier et la BNB Résultats globaux Niveaux d'efficacité : Élevé : 0 Significatif : 4 Modéré : 7 Faible : 0 Niveaux de conformité : Conforme

Plus en détail

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003.

2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.3 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Politique d évaluation des apprentissages, Décroche tes rêves, mars 2003. 2.4 Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, Cadre de référence en

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération

Tous droits réservés. Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Règles Du Comité De Gouvernance, Des Ressources Humaines Et De La Rémunération Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS... 3 A. Membres du Conseil, principes de gouvernance

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Mme la juge Joyce Aluoch, juge Mme la juge Kuniko Ozaki, juge SITUATION EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE AFFAIRE LE PROCUREUR. Public

Mme la juge Joyce Aluoch, juge Mme la juge Kuniko Ozaki, juge SITUATION EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE AFFAIRE LE PROCUREUR. Public ICC-01/05-01/08-2987 20-02-2014 1/9 EC T Original : français N : ICC-01/05-01/08 Date : 19 février 2014 LA CHAMBRE DE PREMIÈRE INSTANCE III Composée comme suit : Mme la juge Sylvia Steiner, juge président

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH

Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Le droit pénal et la non-divulgation du VIH Comprendre le droit pénal canadien Les sources du droit Au Canada, les crimes sont principalement définis par le Code criminel et, dans une moindre mesure, par

Plus en détail

cia-ica.ca / cia-ica.ca

cia-ica.ca / cia-ica.ca Le 7 mars 2014 Monsieur Frank C. Kraemer, c.r. Avocat principal et directeur général Administration judiciaire Magistrature des cours supérieures de la Colombie-Britannique Les palais de justice 800, rue

Plus en détail

Guide d auto-évaluation

Guide d auto-évaluation REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi MINISTERE DE L ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE LA RECHERCHE ----------- Autorité nationale d Assurance Qualité de l Enseignement supérieur ANAQ-Sup Guide d auto-évaluation

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 14 OCTOBRE 2011 C.11.0035.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.11.0035.F T. R. N, demanderesse en cassation, représentée par Maître John Kirkpatrick, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet

Plus en détail

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233

BONNE FOI : LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 CHRONIQUE TPS/TVQ 231 BONNE FOI : CRÉDITS ET REMBOURSEMENTS DE TAXE SUR INTRANTS LOUIS-FRÉDÉRICK CÔTÉ, LL.M. (L.S.E.) MENDELSOHN TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 233 1. CONTEXTE LÉGISLATIF... 233 2.

Plus en détail

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware

Résumé de l arrêt dans l affaire Ngirabatware United Nations Mechanism for International Criminal Tribunals Nations Unies Mécanisme pour les Tribunaux pénaux internationaux RÉSUMÉ DE L ARRÊT (Destiné exclusivement à l usage des médias. Document non

Plus en détail

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA AFFAIRE INTÉRESSANT LE PROGRAMME CANADIEN ANTIDOPAGE ET UNE VIOLATION DU RÈGLEMENT ANTIDOPAGE PAR JEFFREY ADAMS, SELON L ALLÉGATION DU CENTRE CANADIEN

Plus en détail

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 674. Commission de l assurance-emploi du Canada J. B.

Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 674. Commission de l assurance-emploi du Canada J. B. [TRADUCTION] Citation : Commission de l assurance-emploi du Canada c. J. B., 2015 TSSDA 674 Date : Le 2 juin 2015 Numéro de dossier : AD-14-230 DIVISION D APPEL Entre: Commission de l assurance-emploi

Plus en détail

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel

DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA SÉCURITÉ SOCIALE Division d appel Décision d appel Citation : C. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2013 TSSDA 7 Appel No : 2013-0063 ENTRE : C. B. et Appelante Commission de l assurance-emploi du Canada Intimée DÉCISION DU TRIBUNAL DE LA

Plus en détail

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats

Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats Candidature frauduleuse : le point de départ du délai de contestation est reporté au jour des résultats La solution La contestation d une candidature, quels qu en soient les motifs, se rattache à la régularité

Plus en détail

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant.

Commission d accès à l information du Québec. Dossier : 05 02 45. Date : Le 22 novembre 2006. Commissaire : M e Christiane Constant. Commission d accès à l information du Québec Dossier : 05 02 45 Date : Le 22 novembre 2006 Commissaire : M e Christiane Constant X -et- Y Demandeurs c. VISA DESJARDINS Entreprise DÉCISION LE LITIGE DEMANDE

Plus en détail

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse

Règlement des plaintes. Pour une relation d affaires harmonieuse Règlement des plaintes Pour une relation d affaires harmonieuse Vous avez toute notre attention La Banque Nationale et ses filiales 1 accordent beaucoup d importance à votre satisfaction. C est pourquoi

Plus en détail

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale

LE MINISTRE DE L INTERIEUR MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS. MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction de la police générale DIRECTION DES LIBERTES PUBLIQUES ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DLPAJ / ECT/ 4 B/ SEJOUR N NOR : Paris, le LE MINISTRE DE L INTERIEUR A MESDAMES ET MESSIEURS LES PREFETS MONSIEUR LE PREFET DE POLICE Direction

Plus en détail

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 H. K. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : H. K. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 819 Date : Le 26 juin 2015 Numéro de dossier : AD-13-959 DIVISION D APPEL Entre: H. K. Demanderesse et Commission

Plus en détail

Citation : B. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 687 B. B. Commission de l assurance-emploi du Canada

Citation : B. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 687 B. B. Commission de l assurance-emploi du Canada [TRADUCTION] Citation : B. B. c. Commission de l assurance-emploi du Canada, 2015 TSSDA 687 Date : 3 juin 2015 Numéro de dossier : AD-14-213 DIVISION D APPEL Entre: B. B. Appelant Commission de l assurance-emploi

Plus en détail

Politique de données ouvertes

Politique de données ouvertes Politique de données ouvertes 1 MOT DU MAIRE ET DU VICE-PRÉSIDENT DU COMITÉ EXÉCUTIF Montréal aspire à devenir un chef de file mondialement reconnu parmi les villes intelligentes et numériques. Pour atteindre

Plus en détail

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale

Guide pratique. Réseau judiciaire européen en matière civile et commerciale Le recours à la vidéoconférence en vue d obtenir des moyens de preuve en matière civile et commerciale en vertu du règlement (CE) n 1206/2001 du Conseil du 28 mai 2001 Guide pratique Réseau judiciaire

Plus en détail

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel sur la Loi sur l accès à l information et la Loi sur la protection des renseignements personnels 2007-2008 Table des matières Introduction...........................................................

Plus en détail

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes

Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Capsule juridique Législation relative à la justice pénale pour les jeunes Au Canada, le taux d incarcération des adolescents est plus élevé que chez les adultes. Environ 80 pour cent des peines de placement

Plus en détail

MOTIFS DE LA DÉCISION

MOTIFS DE LA DÉCISION VU LA LOI SUR LES VALEURS MOBILIÈRES L.N.-B. 2004, ch. S-5.5 ET DANS L AFFAIRE DE SERVICES FINANCIERS GROUPE INVESTORS INC. / INVESTORS GROUP FINANCIAL SERVICES INC. MOTIFS DE LA DÉCISION DATE DE L AUDIENCE

Plus en détail

Avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2016-22

Avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2016-22 Avis de consultation de radiodiffusion CRTC 2016-22 Version PDF Ottawa, le 21 janvier 2016 Avis de demande reçue L ensemble du Canada Date limite pour le dépôt des interventions/observations/réponses :

Plus en détail

Litige et règlement de différends

Litige et règlement de différends Bulletin 23 septembre 2014 Litige et règlement de différends La Cour suprême se prononce sur l application de la réglementation provinciale à l égard des banques et sur la qualité pour agir en contexte

Plus en détail

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ARRANGEMENTS ENTRE UN REMISIER ET UN COURTIER CHARGÉ DE COMPTES

AVIS DU PERSONNEL DE L ACFM ARRANGEMENTS ENTRE UN REMISIER ET UN COURTIER CHARGÉ DE COMPTES Personne-ressource : Paige Ward Avocate générale et vice-présidente, Politiques Téléphone : 416 943-5838 Courriel : pward@mfda.ca APA-0003 Le 16 mars 2001 (Mis à jour le 4 mars 2013) AVIS DU PERSONNEL

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action

Gestionnaire responsable (titre) Date prévue pour la mise en œuvre. Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action Titre du projet : Évaluation de la Loi sur les contraventions Centre de responsabilité : Réponse de la direction et Plan d action Conclusions Recommandations Réponse de la direction Plan d action On devrait

Plus en détail

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION

DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION DISPOSITIF FEMMES EN TRES GRAND DANGER BILAN D UNE ANNÉE D EXPÉRIMENTATION 30 téléphones portables disponibles 27 femmes ont été admises au dispositif. Le bénéfice du TGD pendant une durée de 6 mois a

Plus en détail

bulletin Personne faisant l objet des sanctions disciplinaires

bulletin Personne faisant l objet des sanctions disciplinaires bulletin Personnes-ressources : Prière de transmettre aux intéressés dans votre société Kathryn Andrews et Ricardo Codina BULLETIN N o 3283 Avocats, Mise en application Le 11 mai 2004 (416) 364-6133 Mesure

Plus en détail