Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0?

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0?"

Transcription

1 Introduction La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? Fondée sur la diversité culturelle, la télévision européenne vise à protéger les valeurs et les droits fondamentaux de l Union européenne et contribue à la réalisation des objectifs d intérêt général. Caractérisée par la coexistence d un secteur public et d un secteur privé, elle fut réglementée dès 1989 par la directive «Télévision sans frontières 1» qui instaura notamment une politique de quota de production et de diffusion, participant ainsi à la promotion de l industrie audiovisuelle et cinématographique européenne. Cette directive fut modifiée en , et son champ d application fut étendu aux services de médias audiovisuels en La directive 2010/13/UE 4, directive «services de médias audiovisuels» (SMAV), codifie les directives précédentes et réglemente la télévision européenne, tout au moins le contenu, qui est également soumis aux dispositions de la directive sur le commerce électronique, directive 2000/31/CE (directive e commerce) 5. Elle reconduit la politique des quotas de production et de diffusion, et organise notamment l exploitation des œuvres sur les différents canaux de diffusion dans le cadre d une chronologie des médias. Toutefois, cette directive suscite des 1 La directive 89/552/CEE du 3 octobre 1989 visant à la coordination de certaines dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à l exercice d activités de radiodiffusion télévisuelle, J.O., L 298, 17 octobre Directive 97/36/CE du Parlement européen et du Conseil du 30 juin 1997, J.O., L 202, 30 juillet Directive 2007/65/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2007, J.O., L 332, 18 décembre La directive 2010/13/UE consolide la directive 2007/65/CE du Parlement européen et du Conseil du 11 décembre 2007 modifiant la directive 89/552/CEE du Conseil visant à la coordination de certaines dispositions législatives, réglementaires et administratives des États membres relatives à l exercice d activités de radiodiffusion télévisuelle, J.O., L 332, 18 décembre 2007, p Directive 2000/31/CE du Parlement européen et du Conseil du 8 juin 2000 relative à certains aspects juridiques des services de la société de l information, et notamment du commerce électronique, dans le marché intérieur («directive sur le commerce électronique»), J.O., n o L 178, 17 juillet 2000, pp. 1 à 16.

2 8 Introduction interrogations quant à sa clarté et sa capacité à réglementer l ensemble de ces nouveaux services 6. La télévision sur l Internet Protocol (I.P.T.V.), utilisant la technologie DSL (Digital Subscriber Line), constitue le premier pas de la télévision vers le secteur des télécommunications. La convergence va franchir une étape supplémentaire avec la télévision connectée à Internet. Cette télévision permettra d avoir accès sur un écran de télévision à des programmes audiovisuels et des services de médias audiovisuels provenant de l Internet. Le téléviseur devient un terminal numérique polyvalent. Perçue comme une opportunité pour certains opérateurs, cette télévision peut se révéler une menace pour la télévision européenne, ses opérateurs et, par voie de conséquence, son industrie audiovisuelle et cinématographique. Remise en cause lors des négociations sur l accord général sur le commerce et les services (GATS), la télévision européenne a été sauvée par l exception culturelle. Considérant que «[l] audiovisuel n est pas une marchandise comme les autres!» selon la célèbre phrase de Jacques Delors, les services de médias audiovisuels ont été exclus du champ d application du GATS. À l occasion du sommet UE-US de novembre 2011, l idée d un accord de libre-échange entre l Union européenne et les États-Unis d Amérique a ressurgi. Un éventuel accord remettrait en cause la capacité de l Europe de réglementer le secteur audiovisuel et de mettre en œuvre une politique audiovisuelle européenne fondée sur la diversité culturelle. Dans cet univers convergent où les marchés changent d échelle et les acteurs de dimension, la menace se révèle sur tous les fronts. Tout d abord, avec la télévision de la convergence (TV.2.0), les services sont transportés directement sur le réseau Internet, alors qu avec l I.P.T.V., ces derniers sont acheminés dans le cadre de services gérés par le fournisseur de réseau. Ce mode de transport dit «over-the-top» (O.T.T.) génère des coûts qui, en raison de la politique de gratuité du peering, l échange de trafic entre opérateurs considérés comme pairs, restent à la charge du fournisseur d accès. Par ailleurs, le réseau en cuivre n a pas les capacités de faire face à l accroissement du trafic. En attendant 6 J. Barata Mir, «Les attentes des législateurs et des autorités de régulation dans le domaine des services de médias audiovisuels à la demande», Faculté des sciences de la communication Blanquerna, Université Ramon Llull, pp. 105 à 111, in S. Nikoltchev (éd.), La réglementation des services audiovisuels à la demande : chaos ou cohérence?, IRIS Spécial, Strasbourg, Observatoire européen de l audiovisuel, 2011.

3 La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? 9 la construction de réseaux de nouvelle génération par les fournisseurs d accès à Internet (F.A.I.), ces derniers ralentissent le transport des services de médias audiovisuels, très consommateurs de bande passante. Ces pratiques ont pour effet d altérer la qualité du service et sont préjudiciables aux opérateurs du Net qui peuvent perdre des ressources publicitaires. Le risque de voir se développer des services prioritaires pour les opérateurs puissants qui accepteront de payer pour une qualité d acheminement des données est réel. Ce comportement menace la télévision européenne, fondée sur le pluralisme des médias. Ensuite, le passage à la télévision connectée génère l arrivée de nouveaux opérateurs, notamment ceux venus du Net dans un audiovisuel européen réglementé. Le manque de clarté de la définition des services de médias audiovisuels de la directive services de médias audiovisuels a pour effet d exclure de son champ d application un grand nombre de services de la TV.2.0. Ces incertitudes juridiques tendent à instaurer deux régimes pour les acteurs de la télévision, ceux relevant de la réglementation européenne et les autres. Or ces deux catégories d acteurs sont en concurrence sur le marché amont des contenus et sur le marché connexe de la publicité. Il en résulte que cette dualité de régime menace la télévision européenne. Par ailleurs, ces opérateurs venus du Net se développent sur le marché de la vidéo à la demande par une politique de contenus premium, générateurs de trafic et donc de recettes publicitaires. Les œuvres européennes sont marginalisées sur ces services, en raison notamment d une réglementation inadaptée aux exigences du 2.0. Cette tendance menace les chaînes de télévision qui se voient privées de l accès aux contenus attractifs, d une part, et la production européenne, d autre part. Enfin, l évolution de la publicité télévisuelle vers la publicité ciblée, fondée sur un traitement des données personnelles, confère un avantage aux opérateurs du Net. Forgerons de cette nouvelle forme de publicité, ils sont en mesure de proposer aux annonceurs des offres globales, sur le marché de l e-publicité (fixe/mobile/tablette). Cette offre «cross-médias» constitue une barrière à l entrée du marché de la publicité télévisuelle pour les opérateurs de l audiovisuel traditionnel. Par ailleurs, ces opérateurs soumettent les internautes à un traçage de plus en plus intrusif non consenti, qui accroît le degré de sophistication du profilage à des fins publicitaires au mépris du droit fondamental de la protection des données personnelles, et qui renforce leur pouvoir de marché auprès des annonceurs.

4 10 Introduction En conséquence, la télévision se révèle effectivement menacée par la TV.2.0. La préservation d une télévision européenne à l ère 2.0. ne peut se concevoir que dans une perspective d exclusion du secteur audiovisuel de toute libéralisation. L intégration verticale des acteurs de l industrie des technologies de l information et de la communication constitue une menace pour la mise en œuvre d une politique audiovisuelle européenne effective et nécessite une définition large des services de médias audiovisuels pour négocier leur exclusion du champ d application d un éventuel accord de libre-échange. Accord ou pas, il n en demeure pas moins vrai que la bataille de l exception culturelle version 2.0. est bel et bien engagée. Pour conserver une télévision européenne 2.0, l Union est condamnée à la victoire. Jusqu à présent, l Union avait eu recours à une approche ex post, au contrôle des concentrations, et au droit des télécommunications 7 pour préserver le pluralisme des médias. La TV.2.0 reformule la question de l accès au marché de l infrastructure, à celui du contenu et de la publicité. Dans l audiovisuel convergent, la régulation de l accès peut-elle se contenter d une approche ex post? Ne devrait-elle pas être complétée par une approche ex ante pour réguler le pouvoir de marché de Apple, Google, Netflix, ces nouveaux entrants, qui ont mis en œuvre des stratégies d intégration verticale intracouches et intercouches dans l industrie des TIC, leur conférant ainsi des leviers pour élever des barrières à l entrée de ces trois marchés stratégiques pour l audiovisuel? Le développement du modèle européen, fondé sur la diversité culturelle, est subordonné au libre accès à ces trois marchés. Dès lors, il convient de déterminer les conditions d acheminement des données relatives aux services de médias audiovisuels sur le réseau Internet qui permettront de garantir l accès de ce marché aval de la distribution de la télévision sur le réseau Internet à tous les opérateurs de la TV.2.0 (I). En ce qui concerne le marché amont du contenu, le développement du contenu audiovisuel européen est lié aux conditions de sa production et de sa diffusion. Ce qui nécessite de s interroger sur l opportunité de développer un marché unique de la diffusion des œuvres audiovisuelles et cinématographiques et d examiner les conditions d adaptation de la 7 L accès a été réglementé par la directive 95/47CE, avant d être réglementé par le droit européen des télécommunications : directives 2002/19/CE et 2002/22/CE du 7 mars 2002, et directive 2002/77/ CE de la Commission du 16 septembre 2002, modifiées, en 2009, par les directives 2009/136/UE et 2009/140/UE.

5 La télévision européenne est-elle menacée par la TV.2.0? 11 politique de quota de production et de diffusion à l ère 2.0 (II). Enfin, cette nouvelle donne audiovisuelle favorise une convergence des marchés publicitaires, créant un avantage concurrentiel au profit des opérateurs venus du Net, déjà positionnés sur le marché de la publicité en ligne. La réglementation du traçage devrait maintenir la concurrence. Cependant, cette mesure se révèle insuffisante, puisqu en augmentant leur base de données, ou en favorisant le regroupement des données collectées par leurs différents services et applications dans le cadre d une politique de guichet unique de traitement des données à caractère personnel, les opérateurs peuvent mieux répondre aux besoins des annonceurs et accroître leurs recettes publicitaires et renforcer ainsi leur puissance financière. Ce pouvoir de marché favorisera leur accès aux contenus premium et leur conférera la possibilité d imposer des exclusivités, instituant par là même des barrières à l entrée du marché amont du contenu. Il apparaît dès lors impératif d examiner les conditions d accès au marché de la publicité télévisuelle dans le cadre de cette nouvelle donne, ce qui implique également une analyse des conditions d accès au marché amont du contenu dans la mesure où ces marchés sont interdépendants (III).

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET

REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET 25/03/2015 Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste 1 REGULATION DES CONTENUS ET DES CONTENANTS A L ERE DE LA TELEVISION PAR SATELLITE, CABLE, MOBILE ET INTERNET Salou Abdou DORO ARTP

Plus en détail

Un programme financé par l Union européenne POUR SON INTERNATIONALISATION- ÉTAPES CLÉS

Un programme financé par l Union européenne POUR SON INTERNATIONALISATION- ÉTAPES CLÉS PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne LA VEILLE STRATÉGIQUE EN ENTREPRISE POUR SON INTERNATIONALISATION- ÉTAPES CLÉS MOUNIR ROCHDI CONSULTANT

Plus en détail

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma

KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma KHAOUJA Ahmed PTT Maroc khaouja@lte.ma 1 L Internet, est un service mondial ouvert au public, dont l accès se fait à travers les différents réseaux de télécommunications : fixes, mobiles ou satellitaires.

Plus en détail

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP

Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Quels oligopoles la régulation doit-elle faire émerger? Réunion Fratel Tunis, 17 octobre 2008 Nicolas Curien, membre de l ARCEP Régulation et structure de marché La structure de marché n est pas un donné

Plus en détail

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA

Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Conseil National du Commerce Extérieur Accord de libre échanges Maroc-USA Maroc/USA Anticiper Partager Agir 2006 www.cnce.org.ma SOMMAIRE A. Vers une importante ouverture du marché marocain des produits

Plus en détail

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE

TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE TRAINFORTRADE EQUIPE CENTRALE TRAINFORTRADE CNUCED Division de l infrastructure des services pour le développement et l efficacité commerciale (SITE) Palais des Nations CH-1211 Genève 10

Plus en détail

Note d orientation 2009-2014

Note d orientation 2009-2014 Note d orientation 2009-2014 medias Ingrid Lieten Vice-Ministre-Présidente du Gouvernement flamand et Ministre flamande de l Innovation, des Investissements publics, des Médias et de la Lutte contre la

Plus en détail

Liste des sujets de mémoire CSA

Liste des sujets de mémoire CSA Liste des sujets de mémoire CSA Editeurs \Radio Monographies de radio (description d une station de radio, quels en sont les traits les plus particuliers et distinctifs) les programmes de nuit Les «matinales»

Plus en détail

La démarche d intelligence économique

La démarche d intelligence économique PROGRAMME D APPUI AU COMMERCE ET À L INTÉGRATION RÉGIONALE Un programme financé par l Union européenne RENFORCEMENT DE LA COMPETITIVITE DES ENTREPRISES ET INTELLIGENCE ECONOMIQUE MARINA SAUZET CONSULTANTE

Plus en détail

Responsable d antenne (de diffusion) DIFFUSION TELE FICHE METIER. «Responsable d antenne» APPELLATION(S) DU METIER. Responsable d antenne

Responsable d antenne (de diffusion) DIFFUSION TELE FICHE METIER. «Responsable d antenne» APPELLATION(S) DU METIER. Responsable d antenne Responsable d antenne (de diffusion) Version APPELLATION(S) DU METIER Responsable d antenne DEFINITION DU METIER Sous l autorité de la Direction d une chaîne de télévision, le responsable d antenne de

Plus en détail

REGULATION DU CABLE SOUS-MARIN AGENDA. Présentation d un câble sous-marin. Régulation en matière de câble sous-marin. Conclusion

REGULATION DU CABLE SOUS-MARIN AGENDA. Présentation d un câble sous-marin. Régulation en matière de câble sous-marin. Conclusion AGENDA REGULATION DU CABLE SOUS-MARIN Présentation d un câble sous-marin Régulation en matière de câble sous-marin Conclusion Présentation d un câble sous-marin Définition d un câble sous-marin Panorama

Plus en détail

Perspectives et stratégies sur le transport aérien

Perspectives et stratégies sur le transport aérien Perspectives et stratégies sur le transport aérien Présenté par Ravoniharoson Voahangy, Directeur des affaires juridiques et économiques de l Aviation civile de Madagascar Commission de l Océan Indien

Plus en détail

Chapitre 1. Analyse de l environnement international...

Chapitre 1. Analyse de l environnement international... Table des matières Introduction....................................................................... 1 Remerciements....................................................................... 2 Chapitre

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES

LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES LIGNES DIRECTRICES DU GSR-15 RELATIVES AUX BONNES PRATIQUES VISANT À FACILITER L ADOPTION ET L UTILISATION GÉNÉRALISÉE DES APPLICATIONS ET SERVICES SUR MOBILE AU MOYEN D UNE RÉGLEMENTATION CIBLÉE Organisé

Plus en détail

Avis de la Chambre des Métiers

Avis de la Chambre des Métiers CdM/09/12/11 87-11 Projet de loi modifiant la loi modifiée du 1er août 2007 relative à l organisation du marché de l électricité Avis de la Chambre des Métiers Par sa lettre du 29 juillet 2011, Monsieur

Plus en détail

CHAPITRE TREIZE COMMERCE ÉLECTRONIQUE. est assujetti aux dispositions du présent accord, y compris celles des chapitres deux

CHAPITRE TREIZE COMMERCE ÉLECTRONIQUE. est assujetti aux dispositions du présent accord, y compris celles des chapitres deux CHAPITRE TREIZE COMMERCE ÉLECTRONIQUE Article 13.1 : Champ d application 1. Les Parties confirment que le commerce qui se fait par des moyens électroniques est assujetti aux dispositions du présent accord,

Plus en détail

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives

Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives RÉSUMÉ Mars 2010 Promouvoir l économie numérique : l enjeu de l emploi dans les industries créatives de l UE TERA Consultants L étude a été réalisée par TERA Consultants, un cabinet de conseil indépendant

Plus en détail

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE

L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE L OUVERTURE DU MARCHE DE L ELECTRICITE (clients domestiques) Soumis à une «révolution» sans égale depuis l électrification de notre pays, le marché de l électricité est en train de se métamorphoser : ouverture

Plus en détail

Big data et protection des données personnelles

Big data et protection des données personnelles Big data et protection des données personnelles Séminaire Aristote Ecole Polytechnique 15 octobre 2015 Sophie Nerbonne Directrice de la conformité à la CNIL La CNIL : autorité en charge de la protection

Plus en détail

APERÇU DE L ATELIER/SÉMINAIRE

APERÇU DE L ATELIER/SÉMINAIRE Centre d excellence de l UIT en Afrique. Ecole Supérieure Multinationale des Télécommunications Séminaire sur «Les enjeux et modèles économiques de la Télévision Numérique Terrestre» Dakar, Sénégal 26

Plus en détail

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet

Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Stratégies des régies en ligne et modalités de valorisation de la publicité sur Internet Executive summary DGMIC Janvier 2010 Florence Le Borgne Tiffany Sauquet f.leborgne@idate.fr t.sauquet@idate.fr Tel.:

Plus en détail

République Algérienne Démocratique & Populaire. Ministère de la Poste et des Technologies. de L information et de la Communication.

République Algérienne Démocratique & Populaire. Ministère de la Poste et des Technologies. de L information et de la Communication. République Algérienne Démocratique & Populaire Ministère de la Poste et des Technologies de L information et de la Communication Communication «Rôle des TIC dans les transactions électroniques» Présenté

Plus en détail

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS

CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS CC - 467 CONSEIL DE LA CONSOMMATION AVIS Sur un projet d arrêté royal fixant les exigences minimales pour les affichages environnementaux sur les produits de construction et la création d une base de données

Plus en détail

I. Les entreprises concernées et l opération

I. Les entreprises concernées et l opération RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-156 du 24 octobre 2011 relative à la fusion par absorption des mutuelles Adrea Mutuelle (mutuelle absorbante), Adrea Mutuelle Bourgogne, Adrea Mutuelle Pays de Savoie,

Plus en détail

Objectifs stratégiques assignés à Swisscom SA par le Conseil fédéral de 2010 à 2013

Objectifs stratégiques assignés à Swisscom SA par le Conseil fédéral de 2010 à 2013 Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC Secrétariat général SG-DETEC Service de presse et d'information Objectifs stratégiques assignés à Swisscom

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT

QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT QUESTIONNAIRE DGCCRF SUR LA TNT L analyse de la TNT pour le secteur cinématographique doit se faire en prenant en compte trois dimensions : - d une part le niveau d investissement des chaînes (les éditeurs)

Plus en détail

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité

Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité Un partenariat pour une meilleure représentation et un meilleur traitement de la diversité ethnoculturelle dans les médias et la publicité dans le cadre du 12 e Congrès national de Metropolis Immigration

Plus en détail

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS

Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 15-DCC-58 du 26 mai 2015 relative à la prise de contrôle exclusif de ProwebCE par Edenred France SAS L Autorité de la concurrence, Vu le dossier de notification adressé

Plus en détail

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ?

THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? THÈME 4 : A QUELLES RÈGLES SONT SOUMISES LES ACTIVITÉS DE L ENTREPRISE SUR LE MARCHÉ? CHAPITRE 4 : Les droits de propriété industrielle, instruments juridiques de la concurrence. Après avoir défini la

Plus en détail

Européanisation des systèmes de santé nationaux

Européanisation des systèmes de santé nationaux Européanisation des systèmes de santé nationaux Impact national et codification européenne de la jurisprudence en matière de mobilité des patients Rita Baeten Groupe de travail de la FSESP sur les services

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE

CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE CAHIER DES CHARGES MISSION D APPUI AU DEPLOIEMENT DU DECRET DU 7 NOVEMBRE 2012 RELATIF A LA COMPTABILITE BUDGETAIRE ET LA COMPTABILITE PUBLIQUE 1. Présentation de l Anses L'Anses, Agence nationale de sécurité

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Transformation digitale

Transformation digitale La plateforme bancaire internationale. Pour chaque métier. décembre 2015 Transformation digitale Les défis de la distribution bancaire Par Olivier Cruanès, Responsable Marketing SOMMAIRE 1 La révolution

Plus en détail

Contribution de Direct 8

Contribution de Direct 8 Direct 8 31-32, quai de Dion-Bouton 92811 PUTEAUX CEDEX Consultation publique ouverte par le CSA pour la diffusion de services de télévision mobile personnelle par voie Contribution de Direct 8 15 mars

Plus en détail

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle

Transfert technologique et Propriété Intellectuelle Transfert technologique et Propriété Intellectuelle -Maroc - Alger, 29 Janvier 2013 INTRODUCTION Écosystème de l innovation Stratégie Objectifs - Moyens Gouvernance Transfert de technologie Propriété Intellectuelle

Plus en détail

Migration de l analogique au numérique en Afrique

Migration de l analogique au numérique en Afrique Union africaine des télécommunications Migration de l analogique au numérique en Afrique CIRCAF, Niamey 10-12 décembre 2013 Abdoulkarim SOUMAILA Secrétaire Général sg@atu-uat.org www.atu-uat.org Décembre

Plus en détail

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile»

«Le partage des données à caractère personnel et le respect de la vie privée à domicile» Conférence Le Point «Maison connectée et intelligente» Paris, 28 mars 2013 Peter Hustinx Contrôleur européen de la protection des données «Le partage des données à caractère personnel et le respect de

Plus en détail

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique

Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique 2 ORIENTATIONS DE L'OCDE POUR LES POLITIQUES CONCERNANT LE CONTENU NUMÉRIQUE Orientations de l OCDE pour les politiques concernant le contenu numérique Le contenu numérique est devenu un élément de plus

Plus en détail

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES

Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES Département Enseignement DIAGNOSTIC PARTENARIAT ECOLE ENTREPRISES QUI SOMMES-NOUS? MEJT, dont le siège est basé à Champagne au Mont d Or (69) a été créée en 1994 par Gilles GUILLERME. A sa création, MEJT

Plus en détail

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le

Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le Recommandation de la Commission du 18 mai 2005 relative à la gestion collective transfrontière du droit d auteur et des droits voisins dans le domaine des services licites de musique en ligne (Texte présentant

Plus en détail

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS

CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS CREER DES LIENS ENTRE OPC ET ONN POUR LA REUSSITE DES EXPORTATIONS 1 SÉANCE 4: CHAMP D APPLICATION DES EXIGENCES QUALITÉ Présentateur: Emile K. AIFA Date: 4 Mai 2015 Lieu: Ouagadougou I RÔLE, STRUCTURE

Plus en détail

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché?

Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? Comment passer efficacement de la recherche technologique au marché? 3 Principaux objectifs de l atelier Partager les ambitions de l axe Innovation technologique, transfert et KET de la SRI SI visant à

Plus en détail

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL

TECHNIQUES COMMERCIALES DU COMMERCE INTERNATIONAL MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION TECHNIQUES

Plus en détail

Observatoire de la diffusion de la TNT en France

Observatoire de la diffusion de la TNT en France Juin 2011 Observatoire de la diffusion de la TNT en France Situation au 31 mars 2011 L observatoire présente les parts de marché de l'opérateur historique TDF et de ses concurrents sur le marché de la

Plus en détail

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement.

Le gaz naturel fourni par Eni est identique à celui que vous recevez actuellement. FAQ - Thématiques La société Votre projet Le marché de l'énergie La société Qui est Eni? Eni, créée en 1953, exerce ses activités dans 85 pays. Entreprise intégrée de premier plan, elle est présente dans

Plus en détail

Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004. Caractéristique du secteur audiovisuel. Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles

Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004. Caractéristique du secteur audiovisuel. Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles Étude de cas Canal+ Thierry PENARD Mars 2004 Filière Caractéristique du secteur audiovisuel Chaîne de TV : assembleur de programmes/ concepteur de grilles en amont : production des programmes films, téléfilms,

Plus en détail

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires

LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires 1 Cour des comptes - Rappel du titre de avril la présentation 1, 2014 LES SOUTIENS À LA PRODUCTION CINÉMATOGRAPHIQUE ET AUDIOVISUELLE Des changements nécessaires Rapport public thématique Avril 2014 Cour

Plus en détail

PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE

PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE D INTERNET - NigerIXP Présent senté par: Madame HAMANI SALAMATOU,, Chef de la Division Coopération Ministère des Postes, des Télécommunications T et de l Economie

Plus en détail

Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité?

Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité? 18 avril 2013 Vers un multi canal centré sur le client et la mobilité? Forum international de l Assurance 2 ème édition Agenda 1. Introduction 2. Gestion de la relation client et multicanal en France 3.

Plus en détail

Présentation du Programme : Phase II

Présentation du Programme : Phase II PROGRAMME D APPUI A LA MISE EN ŒUVRE DE L ACCORD D ASSOCIATION Présentation du Programme : Phase II L Accord d Association constitue le cadre juridique L Accord d Association constitue le cadre juridique

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance Esarc - MASTER EUROPEEN EN COMMUNICATION STRATEGIES PUBLICITAIRES ET COMMUNICATION NUMERIQUE BAC+5 - MCOM Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles).

Plus en détail

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11

1. Chiffres clés et tendances du commerce électronique 11 Liste des études de cas Liste des tableaux et des figures XI XII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public

Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Avis n 06-A-06 du 20 mars 2006 relatif au projet de décret fixant les règles tarifaires pour la restauration scolaire dans l enseignement public Le Conseil de la concurrence (commission

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées

DOSSIER DE PRESSE. Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées DOSSIER DE PRESSE 19 mars 2014 Déploiement de la fibre optique sur le territoire : premiers travaux à Mées I. Pourquoi la fibre optique? II. Rappel du projet III. Calendrier de déploiement de la fibre

Plus en détail

Fiche «Politique culturelle européenne»

Fiche «Politique culturelle européenne» Fiche «Politique culturelle européenne» Prospective appliquée à la définition d'une politique nationale dans le domaine de la culture et de la communication Fiche variable sur les facteurs de l environnement

Plus en détail

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE

LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE LA DÉMARCHE DE VEILLE S.A. MARCHAND PREMIERE PARTIE : AUDIT SUR LA COMMUNICATION INTERNE La question posée s inscrit dans une démarche d amélioration de la circulation de l information. questionnaire d

Plus en détail

SPECIALITE : DROIT DES MEDIAS ET DES TELECOMMUNICATIONS

SPECIALITE : DROIT DES MEDIAS ET DES TELECOMMUNICATIONS FACULTE DE DROIT ET DE SCIENCE POLITIQUE 3 AV ROBERT SCHUMAN 13628 AIX-EN-PROVENCE CEDEX 1 MASTER DOMAINE DROIT/ÉCONOMIE/GESTION MENTION : DROIT DE LA CULTURE ET DE LA COMMUNICATION M2R ET P SPECIALITE

Plus en détail

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement

Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Projet ARCS (Appui au renforcement des capacités statistiques du Burkina Faso) Projet financé par le Fonds européen de développement Mission EDUC2 (Bilan démarche qualité) RAPPORT FINAL 2 Juillet 2008

Plus en détail

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011

Expert workshop. 9h-16h 14 septembre 2011 Expert workshop 9h-16h 14 septembre 2011 Effets de la convergence d industries sur le choix stratégique associé à l organisation du processus d innovation : Le cas du jeu vidéo et du cinéma d animation

Plus en détail

COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT

COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT CHRONOLOGIE 16 juin 2006 Juin 2006 à Fév 2010 12 Fév. 2010 Adoption de l Accord GE-06 Réflexions sectorielles Création Groupe de Travail pour la préparation de la Côte d'ivoire au Passage à l'audiovisuel

Plus en détail

Recommandation Technique. CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION

Recommandation Technique. CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION Recommandation Technique CST - RT 018 TV v 2.0 ZONES DE PROTECTION DES PROGRAMMES DE PUBLICITE POUR LA DIFFUSION TELEVISION 1 ère publication v1.0 : avril 2008 1 ère révision v2.0 : octobre 2013 Page 1

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

S e r v i c e n a t i o n a l d a s s i s t a n c e r é g l e m e n t a i r e s u r l e r è g l e m e n t C L P

S e r v i c e n a t i o n a l d a s s i s t a n c e r é g l e m e n t a i r e s u r l e r è g l e m e n t C L P Etiquetage et classification des produits chimiques changent : vue d ensemble en 15 minutes Page 1 Le règlement CLP publié le 31 décembre 2008 au Journal officiel de l Union européenne est l appellation

Plus en détail

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable

L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures d autorisation préalable COMMISSION EUROPÉENNE Direction générale des entreprises et de l industrie Document d orientation 1 Bruxelles, le 1 er février 2010 - L application du règlement sur la reconnaissance mutuelle aux procédures

Plus en détail

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications

Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au. Comité sénatorial des transports et des communications Commentaires de la Confédération des syndicats nationaux présentés au Comité sénatorial des transports et des communications sur l étude sur la Société Radio-Canada 23 octobre 2014 Confédération des syndicats

Plus en détail

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE

STRATÉGIE DE SURVEILLANCE STRATÉGIE DE SURVEILLANCE Décembre 2013 SOMMAIRE OBJET page 3 OBJECTIFS DE LA SURVEILLANCE page 3 PRINCIPES D ÉLABORATION DU PROGRAMME page 4 PROGRAMME 2014 page 5 RESSOURCES page 6 PERSPECTIVES 2015/2016

Plus en détail

Article 29 Groupe de protection des données

Article 29 Groupe de protection des données Article 29 Groupe de protection des données 10972/03/FR final WP 76 Avis 2/2003 concernant l'application des principes de protection des données aux annuaires «Whois» Adopté le 13 juin 2003 Le groupe de

Plus en détail

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051)

4.13 Politique culturelle et linguistique. (Résolution : CC.2014-051) 4.13 Politique culturelle et linguistique (Résolution : CC.2014-051) PRÉAMBULE La nouvelle politique culturelle et linguistique favorise la dimension culturelle comme levier incontournable pour mettre

Plus en détail

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation

Master international de Management des Médias à distance. Organisation pédagogique de la formation Master international de Management des Médias à distance Organisation pédagogique de la formation Session 2014/2015 Table des matières Organisation pédagogique... 1 UE 1 : Histoire, économie et mondialisation

Plus en détail

Google : une économie de plates-formes Web 2.0 entre gratuit et payant

Google : une économie de plates-formes Web 2.0 entre gratuit et payant Centre Propriété Intellectuelle et Innovation (CIPI, FUSL) en collaboration avec le Centre de Recherche Informatique et Droit (CRID, FUNDP) et la Chaire Arcelor (UCL) Google et les nouveaux services en

Plus en détail

1 «Les services de médias audiovisuels à la demande diffèrent de la radiodiffusion télévisuelle eu égard au

1 «Les services de médias audiovisuels à la demande diffèrent de la radiodiffusion télévisuelle eu égard au Réponse de la Fédération française des télécoms à la consultation publique sur le projet de décret relatif aux services de média audiovisuel à la demande La loi du 30 septembre 1986 modifiée par la loi

Plus en détail

Développement effectif de la large bande en Afrique

Développement effectif de la large bande en Afrique AGENDA Développement effectif de la Introduction à la large bande. Convergence et large bande. Initiatives pour le développement de la large bande INTRODUCTION A LA LARGE BANDE Définition de la large bande

Plus en détail

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8

Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale pour la grande orientation C8 Préparé par le Secrétariat de l UNESCO Réunion de consultation sur la Grande orientation C8, SMSI, 12 mai, Genève, Suisse Proposition préliminaire 1 Les modalités de travail de l Equipe multi-partenariale

Plus en détail

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité

L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité L évolution de la gouvernance dans les ports espagnols, français et italiens : Unité et diversité Introduction «Corsetés par des règles de gouvernance surannées ( ) les ports français ont connu un déclin

Plus en détail

Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners

Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 11-DCC-145 du 3 octobre 2011 relative à la prise de contrôle exclusif du groupe Climater par la société Weinberg Capital Partners L Autorité de la concurrence, Vu le dossier

Plus en détail

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE

ADOPTE PAR LE BUREAU DU CESW LE 16 DECEMBRE AVIS A. 1156 Relatif à l avant- projet de décret modifiant le décret du 12 avril 2001 relatif à l organisation du marché régional de l électricité, visant à instaurer une base juridique pour le financement

Plus en détail

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS?

PREMIERE PARTIE POLITIQUE D INVESTISSEMENT SS? STRUCTURE DU CADRE DE POLITIQUE D INVESTISSEMENT DE LA CEDEAO Dr Jonathan A Aremu Consultant Marché commun d investissement de la CEDEAO Département du Secteur Privé Tel: 234-1-8033061476 E-mail: marketlinkconsults@yahoo.com

Plus en détail

Comment s associer avec un partenaire du Sud

Comment s associer avec un partenaire du Sud Comment s associer avec un partenaire du Sud FCM 15/11/12 1 DLO / POLE COMEX Les Etapes du Processus La Relation Commerciale Comment vais-je m implanter? Croissance organique/interne Croissance externe

Plus en détail

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE

STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE STRATEGIE de DEVELOPPEMENT REGIONALE DJIBOUTI : HUB REGIONAL Pour LES TECHNOLOGIES DE L INFORMATION Mars 2012 DRAFT PROJET DE MISE EN PLACE D UN POINT D ECHANGE INTERNET REGIONALE A DJIBOUTI Mars 2012

Plus en détail

Les C-ITS Vers l innovation dans les modèles économiques

Les C-ITS Vers l innovation dans les modèles économiques Les C-ITS Vers l innovation dans les modèles économiques Journée d information PREDIM 31 mai 2013 Joëlle Ensminger, Doctorante en Stratégie, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines j.ensminger@orange.fr

Plus en détail

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312)

REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL Chef(fe) de Projets Marketing et Commercial Titre certifié de Niveau II (J.O du 09 Août 2014 - code NSF : 312) REFERENTIEL DE FORMATION CHEF(FE) DE PROJETS MARKETING ET COMMERCIAL TITRE CERTIFIE

Plus en détail

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens

Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité 2, pour une meilleure protection des assurés européens Solvabilité II, contrats responsables, normes IFRS, fiscalité : conséquences de ces normes sur le devenir des opérateurs et des couvertures

Plus en détail

Table ronde 2 «EN QUOI LA CONVERGENCE FIXE-MOBILE MODIFIE-T-ELLE LA STRATÉGIE DES OPÉRATEURS?»

Table ronde 2 «EN QUOI LA CONVERGENCE FIXE-MOBILE MODIFIE-T-ELLE LA STRATÉGIE DES OPÉRATEURS?» Séminaire FRATEL 14 et 15 avril 2015 - Tunis Table ronde 2 «EN QUOI LA CONVERGENCE FIXE-MOBILE MODIFIE-T-ELLE LA STRATÉGIE DES OPÉRATEURS?» www.clarity-conseil.com Quelle convergence fixe -mobile? 4 composantes

Plus en détail

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances

Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Décision n 10-DCC-165 du 22 novembre 2010 relative à la prise de contrôle exclusif de Axéria Vie et de ses filiales par Crédit Agricole Assurances L Autorité de la concurrence, Vu

Plus en détail

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique. Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route»

Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique. Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route» Marketing stratégique : Du diagnostic au plan de marketing stratégique Préambule : La démarche mercatique «une feuille de route» La démarche mercatique - «une feuille de route» Modifier, ajuster mes axes

Plus en détail

13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015

13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015 Office fédéral de la Communication - OFCOM Commission de la Communication - ComCom 13 ème réunion annuelle de FRATEL Bâle, 30 novembre - 1 er décembre 2015 «Quel impact des convergences entre réseaux sur

Plus en détail

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs

Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Prise de position du CNUE concernant la proposition de directive horizontale relative aux droits des consommateurs Les notaires d Europe réunis au sein du CNUE suivent avec grand intérêt les travaux des

Plus en détail

Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006

Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006 Introduction Détermination des Priorités Thématiques du Forum sur la Gouvernance de l Internet Contribution du Caucus des Droits de l Homme 31 mars 2006 Le Caucus des droits de l homme (Caucus DDH), formé

Plus en détail

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5

XI Liste des tableaux et des figures. XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Liste des études de cas XI Liste des tableaux et des figures XIII Introduction 1 Les auteurs 5 Partie I Concevoir le commerce électronique 7 Chapitre 1 Émergence et tendances du commerce électronique 9

Plus en détail

Etats Généraux des Médias et de la Communication. Deuxièmes assises Gitega le 4 5 mars 2011

Etats Généraux des Médias et de la Communication. Deuxièmes assises Gitega le 4 5 mars 2011 Etats Généraux des Médias et de la Communication Deuxièmes assises Gitega le 4 5 mars 2011 A- Les grandes réformes suggérées par les participants I - Axe médias : - Réforme du cadre juridique des médias

Plus en détail

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes

Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes Bulletin Officiel de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes N 7 bis du 15 septembre 2006 C2006-02 / Lettre du ministre de l économie, des finances et de l industrie du 30 août

Plus en détail

Accord-cadre sur le congé parental

Accord-cadre sur le congé parental (14 décembre 1995) Préambule L accord-cadre ci-joint représente un engagement de l UNICE, du CEEP et de la CES à mettre en place des prescriptions minimales sur le congé parental, en tant que moyen important

Plus en détail

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES

ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES ENQUETE : COMMERÇANTS ET FRAIS BANCAIRES Introduction Qu est ce qu une Commission Interbancaire de Paiement (CIP)? Lorsqu une transaction est réglée par carte bancaire de paiement, la banque du consommateur

Plus en détail

Management des processus opérationnels

Management des processus opérationnels Ecole Nationale Supérieure de Management Master Management des organisations Management des processus opérationnels Dr TOUMI Djamila Cours n 1: La vision processus dans le management des organisations

Plus en détail

CONTEXTE ET POSITIONNEMENT

CONTEXTE ET POSITIONNEMENT CONTEXTE ET POSITIONNEMENT Dans un contexte d accroissement des dépenses de santé, de menace d un accès égalitaire aux soins et d une explosion des maladies chroniques L information et les campagnes de

Plus en détail

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger

La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Conseil National du Commerce Extérieur La diplomatie économique et la promotion économique du Maroc à l étranger Anticiper Partager Agir 2000 www.cnce.org.ma Sommaire INTRODUCTION 1. LE NOUVEAU CONTEXTE

Plus en détail

Informations personnelles

Informations personnelles Informations personnelles Nom et prénom : REZGUI Kamel Date et lieu de naissance : 27 novembre 1963 à Tunis Nationalité : Tunisienne Emploi : Enseignant - chercheur à Sup Com et avocat à la cour Adresse

Plus en détail

MiFID Markets in Financial Instruments Directive

MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Markets in Financial Instruments Directive MiFID Les principales dispositions de la directive Les objectifs de la Directive MiFID L objectif de l Union européenne en matière de services financiers

Plus en détail

Junior ESSEC 19/01/2015

Junior ESSEC 19/01/2015 JUNIOR ESSEC CONSEIL NATIONAL DU NUMÉRIQUE CONCERTATION NATIONALE SUR LE NUMÉRIQUE 3ème journée Compte-rendu de l atelier 4 : Transformation numérique des relations administration-usagers Thème de la journée

Plus en détail