Eléments et pistes de réflexion à partir de la programmation 2009 et 2010 de 104 salles de spectacles de jauge inférieure à places

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Eléments et pistes de réflexion à partir de la programmation 2009 et 2010 de 104 salles de spectacles de jauge inférieure à 2 000 places"

Transcription

1 DOSSIER LA DIFFUSION DANS LES LIEUX DE musiques ACTUELLES DE PETITE ET MOYENNE JauGES EN france Eléments et pistes de réflexion à partir de la programmation 2009 et 2010 de 104 salles de spectacles de jauge inférieure à places A partir des informations transmises au travers des dossiers de la commission «Aide à la diffusion», le cnv a mené en collaboration avec des professionnels du spectacle, une étude sur l économie d un concert de musiques actuelles dans 104 lieux de petite ou de moyenne jauge. Il en ressort une forte disparité entre les salles en termes de volume et d économie de la diffusion. Des évolutions de 2009 à 2010 sont présentées, indiquant globalement une baisse de fréquentation mais un maintien des recettes de billetterie du fait d une hausse du prix moyen du billet. Quelle est l économie d une représentation dans les lieux de diffusion de petites et moyennes jauges et spécialisés en musiques actuelles? Existe-t-il des différences entre ces lieux? Quels sont le montant des recettes de billetterie générées, la fréquentation et le coût des contrats artistiques? Quelles tendances pour ces indicateurs selon les lieux? Quel est le rapport entre le coût d achat d un spectacle et les recettes de billetterie qu il génère? Existe-il une diversité dans les genres musicaux diffusés par ces lieux de musiques actuelles? Une concentration des dépenses artistiques au niveau des artistes ou des producteurs vendeurs des spectacles est-elle perceptible? Cette étude réalisée à partir des données de diffusion de 104 lieux pour les années 2009 et 2010 vise à apporter des éléments objectifs offrant une réponse à ces différents questionnements. EN BREF Carte d identité de l échantillon Les 104 lieux étudiés sont répartis sur l ensemble du territoire métropolitain hormis Paris 1. Ce sont des salles de spectacles spécialisées dans la diffusion des musiques actuelles et de variétés. Certaines sont dédiées à un genre musical comme les «Clubs de Jazz». Ces lieux présentent une très grande diversité notamment dans leur capacité d accueil avec des jauges maximales allant de 90 à places. 86% des structures exploitantes sont sous statut associatif. En termes de mode d exploitation 56% des exploitants sont en convention d objectifs avec le propriétaire de la salle, 19% louent le lieu à une structure privée, 1 sont en régie avec une collectivité territoriale et 12% sont en délégation de service public (dsp). Seulement 6% des structures sont propriétaires du lieu qu elles gèrent. Répartition des 104 lieux en fonction de leur jauge maximale utilisée (jauge, nombre de lieux, part en %) Les structures exploitantes des lieux détiennent toutes une licence 1 d entrepreneur de spectacles et sont organisées professionnellement : 88% sont membres d une fédération nationale (FEDUROK, FSJ ) et/ ou d un réseau régional ou départemental et 65% sont adhérents à un syndicat (SMA, PRODISS, SYNdeaC, SNSP, CSCAD ). Pratiquement l intégralité des exploitants étudiés appliquent une convention collective et en grande majorité (76%) celle des entreprises artistiques et culturelles (CCNEAC) 2. 1 Le nombre de lieux parisiens (8) pour lesquels des données étaient disponibles n était pas suffisant pour être représentatif. 2 Les autres conventions sont pour 1 celle de l animation et entre 1% et 5% celles de la «fonction publique», de «la chanson, variétés et jazz», des «hôtels, cafés et restaurants». 3 «Les chiffres de la diffusion 2010 du cnv» Répartition des 104 lieux en fonction de leur jauge maximale utilisée ( part en %) Répartition d (nombre de l Le Poids DES 104 LIEUx étudiés DANS LA DIffUSION TOTALE EN france en représentations soit 11% de la diffusion nationale identifiée par le CNV 3 Plus de 11 millions d de recettes de billetterie soit 2% des recettes totales 8 CNV Près Info de N 29 1 million - Juin 2012 d entrées soit 5% de la fréquentation totale 16% 10% 41% 16% 17% Jauges et nombre de lieux : inférieure ou égale à 150 (17 lieux) de 151 à 300 ( 18 lieux) de 301 à 600 ( 42 lieux ) de 601 à 900 ( 17 lieux ) de 901 à ( 10 lieux )

2 Répartition Répartition géographique géogrpahique des 104 des lieux 104 lieux étudiés étudiés Mention Mention : cartographie : Arctique Artique Typologie des lieux Les salles de jauge moyenne Nombre de représentations payantes annuelles Une typologie des lieux Devant la diversité et les spécificités de ces lieux, une typologie a été définie pour construire des indicateurs plus significatifs. Les critères retenus sont la jauge maximale utilisée, le montant des recettes annuelles de billetterie et le contexte géographique des lieux. Le croisement de ces trois critères a permis d identifier quatre catégories de lieux. : 19 lieux Elles possèdent une jauge comprise entre 600 et places et ont des recettes de billetterie annuelles supérieures à et pouvant atteindre Elles se situent dans des grandes ou moyennes agglomérations de province (plus de habitants). 74% de ces lieux disposent de deux espaces scéniques : une grande salle et un club. Les salles de jauge moyenne : 42 lieux C est la catégorie qui a l effectif de salles le plus important. Elle correspond aux lieux dont la jauge est comprise entre 300 et 600 places (84% des lieux) et à ceux dont la jauge est située entre 600 et 900 places mais qui ont des recettes annuelles de billetterie inférieures à Le contexte géographique de ces salles de spectacles est très varié allant, de la petite ville de moins de habitants à une grande agglomération de plus de habitants. Les lieux situés en banlieue parisienne sont présents pour 6 d entre eux dans cette catégorie. 17% des lieux sont exploités par des structures organisant également un festival et 31% sont composés de deux unités scéniques. : 29 lieux ont des jauges inférieures à 300 places. Ils se trouvent soit dans des villes moyennes soit dans des agglomérations importantes. Leurs recettes annuelles de billetterie ne dépassent pas les Ils disposent d une seule unité scénique et pratiquent plus régulièrement les représentations «hors les murs». C est dans cette catégorie que l on retrouve les clubs de jazz qui représentent la moitié des petits lieux identifiés dans cet échantillon. : 14 lieux Le critère exclusif retenu pour cette catégorie est l identification de la ruralité du contexte géographique du lieu. Ils possèdent tous, hormis un lieu plus atypique, une jauge inférieure à 600 places et des recettes annuelles de billetterie inférieures à Répartition Répartition des des lieux lieux selon selon la la typologie typologie (nombre (nombre de lieux, de lieux, part part en en % et % et poids poids sur sur le le nombre nombre total total de de représentations) 14 lieux 14% des lieux pour 8% des représentations 19 lieux 18% des lieux pour 22% des représentations Lieux en Les salles de jauge moyenne 29 lieux 28% des lieux pour 3 des représentations 42 lieux 40% des lieux pour 37% des représentations CNV Info N 29 - Juin

3 Caractéristiques principales des lieux Les budgets des lieux Les charges et les produits considérés ici sont exclusivement attachés à l activité de diffusion des exploitants des lieux. Les subventions ne sont pas prises en compte dans cette approche du fait de la difficulté de les flécher sur la diffusion. Cette analyse budgétaire permet, dans un premier temps, de faire ressortir des grandes caractéristiques économiques selon la typologie des lieux. En termes de charges, de grandes différences sont observables entre les plus élevées, celles des grandes scènes, avec un peu plus de en moyenne, par an, celles des salles de jauge moyenne aux environs de , celles des petits lieux à et des lieux en aux alentours de La répartition en fonction des types de charges fait apparaitre la prédominance des charges artistiques, qui comprennent les salaires des artistes, les achats de cession, la part reversée dans le cadre des coréalisations, les frais de transport et d hébergement et d autres charges telles que les droits d auteurs. L ensemble de ces charges représente plus de 60% des charges totales dédiées à la diffusion quelle que soit la catégorie. En valeur globale pour 2010 sur l ensemble des 104 lieux étudiés, les charges artistiques représentent plus de 17 millions d euros dont environ 10,6 millions d achat de cession de spectacles. Les charges de communication varient elles entre 8% et 12% du budget selon le type de lieu. La grande différence se situe sur les charges techniques des grandes scènes qui sont plus importantes en volume et en proportion que dans les autres catégories, soit 28% des charges quand elles représentent entre 18% et 21% dans les autres catégories. Ces charges techniques comprennent les salaires des techniciens, la location de matériel et le backline, les achats de prestations techniques et d autres charges comme celles des assurances. Comme pour les charges, les produits (hors subventions) sont corrélés à l importance du lieu, variant de en moyenne par an pour les grandes scènes à pour les lieux en. Les recettes de bar pèsent entre 2 et 32% des produits liés à la diffusion selon les catégories de lieux, avec les parts les plus fortes pour les petits lieux et les lieux ruraux. Les recettes de billetterie sont logiquement prépondérantes dans l ensemble des produits liés à la diffusion. Elles représentent 66% des produits des salles de jauge moyenne et 60% pour les lieux ruraux. Cette prépondérance est moindre pour les deux autres catégories : du fait pour les grandes scènes de recettes de location plus importantes, 1 de recettes de location contre pour les autres types de lieux ; du fait pour les petits lieux de la vente d abonnements plus répandue notamment dans les clubs de jazz qui vient augmenter la part des recettes «autres» à la hauteur de 20%. In fine, le poids des recettes issues de la vente des billets est de 56% pour les grandes scènes et de 47% pour les petits lieux. Une analyse du volume des recettes annuelles de billetterie par lieu permet d identifier une dispersion plus forte dans la catégorie des grandes scènes et des salles de jauge moyenne que dans les petits lieux et les lieux ruraux dont les montants annuels de recettes de billetterie sont plus proches. Par exemple, 25% des grandes scènes ont des recettes annuelles de billetterie inférieures à et 25% ont des recettes supérieures à EN BREF Les DIfféRENCES budgétaires SELON la typologie Part des charges techniques plus élevée dans les grandes scènes, soit 28% du budget en moyenne contre 18% à 21% pour les autres types de lieux. Part des produits de location de salle plus importante dans les grandes scènes, soit 1 contre dans les autres types de lieux Dispersion plus forte du volume des recettes annuelles de billetterie dans les grandes scènes et les salles de jauge moyenne. Répartition des produits liés à la diffusion en 2010 Répartition des charges liés à la diffusion en 2010 Répartition des produits liés à la diffusion en % 28% 10% 21% 12% 8% 18% 21% 7% 1 7% 2 20% 29% 5% 32% 6 69% 69% 70% 70% 72% 56% 66% 47% 60% Les grandes scènes Les salles de jauge moyenne Les grandes scènes Les salles de jauge moyenne Charges Communication Charges Techniques Charges Artistiques Produits Autres Produits Recette de bar Produits Recette de location Produits Recettes de billeterie 10 CNV Info N 29 - Juin 2012

4 L activité de diffusion La réalisation d un spectacle dans une salle peut prendre différentes formes. Soit par la location du lieu directement à un producteur de spectacles, soit par une mise à disposition gracieuse à une association par exemple, soit par l organisation de la date directement par la structure exploitante du lieu. C est ce dernier type de diffusion, où le lieu est détenteur de la billetterie, qui est étudié plus précisément dans la suite de cette étude et qui représente une grande majorité des dates 4, entre 71% et 89% selon la typologie des lieux. Pour la location et la mise à disposition, les grandes scènes ont la part la plus importante soit 28% de dates, louées ou mises à disposition. 74% des grandes scènes sont utilisées en location, 3 des salles de jauge moyenne, 28% des petits lieux et 14% des lieux ruraux. La taille de la jauge et le contexte géographique semblent jouer un rôle prépondérant dans l utilisation ou non en location des salles. Une approche plus spécifique sur les lieux situés en banlieue parisienne le vérifie. Pour des jauges similaires comprises entre 300 et 900 places, la part de nombre de dates louées passe de 7% pour la province à 1% pour la banlieue parisienne. En observant uniquement les dates organisées par les structures exploitantes pour lesquelles l ensemble des informations est disponible (nombre de représentations payantes ou gratuites, recettes de billetterie, fréquentation et montant des coûts artistiques), les volumes d activité de diffusion sont différents en fonction de la typologie des lieux. et les petits lieux ont le nombre moyen de représentations par an le plus élevé, avec 58 représentations. On observe chez les petits lieux une grande disparité du volume de diffusion. 25% d entre eux ont moins de 28 représentations et 25% en ont plus de 57 avec un maximum de 163 représentations. Quatre lieux, situés dans de grandes agglomérations, ont un nombre de représentations payantes supérieures à 100, ce qui tire vers le haut la moyenne de représentations par an pour la catégorie des petits lieux. Pour les autres types de salles, le volume de diffusion est relativement homogène avec une moyenne proche de la médiane. Les lieux ruraux ont l activité la plus faible avec une moyenne de 29 représentations par an et les salles de jauge moyenne atteignent 46 représentations par an. La part des représentations gratuites est sensiblement identique selon les catégories entre 12% et 14%, hormis pour la catégorie des salles de jauge moyenne avec une part plus forte de 20%. Economie d une représentation payante intra-muros Les indicateurs présentés ci-après concernent les seules représentations payantes intra-muros (représentation ayant eu lieu dans les murs de la salle de spectacle) et organisées par l exploitant du lieu (en tant que détenteur de la billetterie). Cette approche permet d obtenir des données sur l économie de la diffusion représentation par représentation concernant les recettes de billetterie et le coût total des contrats artistiques. L échantillon est de représentations soit 86% des représentations payantes organisées en 2010 dans les 104 lieux étudiés. Les indicateurs de la diffusion selon la typologie des lieux Pour les grandes scènes, les indicateurs sont établis en fonction des unités scéniques utilisées, le club et la grande salle ou la scène unique pour les lieux n ayant pas de club, afin de mieux appréhender la réalité de la diffusion dans ce type de lieu. L activité des clubs représente environ un tiers des représentations payantes pour un poids plus faible (11%) dans les recettes de billetterie. La grande salle a logiquement des moyennes par représentation supérieures à celles du club avec un prix moyen du billet 5 à 17,4 et une fréquentation moyenne de 437 entrées payantes pour une recette de billetterie moyenne d environ Le taux de fréquentation 6 payant moyen des clubs est moins élevé que celui des grandes salles, soit 4 contre 59%. Dans les grandes salles 29% des représentations ont un taux de fréquentation payant supérieur à 75%, dans les clubs 12% des représentations atteignent ce seuil. 4 Une date correspond à l ouverture du lieu pour présenter un spectacle au public. Une même date peut contenir plusieurs représentations de ce même spectacle. 5 Le prix moyen est calculé en rapportant les recettes de billetterie au nombre d entrées payantes. 6 Le taux de fréquentation est calculé à partir du nombre d entrées payantes rapporté à la jauge utilisée pour la représentation. Répartition des dates en fonction du type de diffusion EN BREF 14% 14% 9% 4% 9% 8% la location des LIEUx ET LES DATES hors LES MURS 71% Les grandes scènes 87% Les salles de jauge moyenne Mise à disposition du lieu Location du lieu Organisation du spectacle 88% 89% 37% des lieux étudiés ont des dates en location qui représentent 15% de leur activité totale de diffusion. 11% des dates organisées par les lieux sont produites «hors les murs» et pèsent pour 10% des recettes annuelles de billetterie. Pour la catégorie des petits lieux cela représente 14% des représentations et 20% des recettes annuelles de billetterie. Mise à disposition du lieu Location du lieu Organisation du spectacle CNV Info N 29 - Juin

5 Concernant la couverture par les recettes de billetterie du coût total des contrats artistiques 7 par représentation, les concerts de la grande salle affichent un ratio moyen de 137% indiquant que les recettes de billetterie couvrent la globalité des dépenses moyennes en contrats artistiques par représentation (5 552 ). Les représentations dans les clubs ont un équilibre plus difficile avec un ratio moyen de 71% et une moyenne de charges en contrats artistiques de Il faut regarder avec précaution ces ratios budgétaires en considérant qu ils n incluent pas certaines charges, comme celles des coûts techniques du lieu et certains produits, comme les recettes de bar, ces données n étant pas disponibles représentation par représentation. Les salles de jauge moyenne Pratiquement un tiers de ces lieux possèdent deux unités scéniques. L activité du club est toutefois moins soutenue que pour les grandes scènes. Elle concentre 8% des représentations payantes pour des recettes de billetterie. Selon l unité scénique, le prix moyen du billet varie entre 13,6 et 8,8, la fréquentation moyenne payante varie entre 207 entrées payantes pour la grande salle et environ deux fois moins pour les clubs. Le taux de fréquentation payant moyen est similaire sur les deux unités scéniques (aux alentours de 50%) lié probablement à des représentations pour les grandes salles plus risquées en termes de fréquentation. 28% des représentations de ces unités scéniques n atteignent pas les 25% de fréquentation contre 20% dans les clubs. Les clubs ont des recettes de billetterie moyenne qui couvrent pratiquement la moitié du montant total des dépenses en contrats artistiques par représentation, soit un peu plus de 800. L équilibre budgétaire dans les clubs est moins favorable que celui des grandes salles qui, avec des recettes de billetterie moyenne de pour un coût moyen total des contrats artistiques de 3 537, obtiennent un ratio de 80%. L économie de la diffusion de ces lieux est très proche de celle des clubs des salles de jauge moyenne avec un prix d entrée moyen de 9,1 et une fréquentation payante de 77 entrées pour une recette de billetterie de 700 par concert. Le coût moyen des contrats artistiques est d environ par représentation. 4 des représentations de ces lieux atteignent ou dépassent en recettes de billetterie le coût des contrats artistiques. Pratiquement la moitié des représentations (47%) est au-dessus des 50% de taux de fréquentation payante. atteignent pratiquement le même niveau de fréquentation que celui des grandes scènes, sans doute est-ce le Répartition des représentations payantes intra-muros en 2010 selon leur taux de fréquentation 29% 34% 1 Grande salle 12% 37% 28% Club 20% 21% 31% 28% Grande salle 75 % et plus De 50% à moins de75 % De 25% à moins de 50 % Moins de 25 % Les salles de jauge moyenne fruit d une proximité et d une fidélisation du public plus fortes dans ce type de lieu. Avec un prix moyen d entrée de 10,5, et une fréquentation payante moyenne de 139 personnes, les salles de spectacles situées dans des zones rurales obtiennent une recette moyenne de billetterie de par représentation. Le coût moyen total des contrats artistiques est de 1 893, couvert en moyenne à 77% par les recettes de billetterie. La présence dans cette catégorie d un lieu plus important a tendance à tirer vers le haut les moyennes. L analyse de la diffusion en nécessiterait d être approfondie en élargissant l échantillon à d autres lieux. Equilibre budgétaire et fréquentation payante Il apparaît très logiquement qu un taux de fréquentation important entraîne un meilleur équilibre budgétaire mais cela ne se vérifie pas systématiquement. 25% des représentations de l échantillon en 2010 ayant un taux de fréquentation supérieur à 75% ne couvrent pas la totalité des charges en contrats artistiques engagées par ces lieux. Cette part varie selon la typologie des lieux, allant de 12% pour les grandes scènes à 40% pour les lieux en en passant à 3 pour les salles de jauges moyennes et à 2 pour les petits lieux. 18% 17% 45% 19% Club 34% 19% Les petits lieux EN BREF 16% 26% 35% 22% L équilibre DES RECETTES de billetterie et DES COûts DES CONTRATS ARTIStiqUES PAR REPRé- SENTATION 8 se distinguent avec un ratio moyen de 125%. La moitié des représentations ont un ratio supérieur à 100% et jusqu à 61 % pour les représentations dans l unité scénique principale. Les autres catégories ont tous des ratios moyens par représentation inférieurs à 100% qui ne leur permettent pas de couvrir les coûts des contrats artistiques. La part des représentations avec un ratio supérieur à 100%, est de 4 pour les petits lieux contre au maximum 30% pour les salles de jauges moyennes et 28% pour les lieux en. 7 Le coût total des contrats artistiques est la somme totale engagée par le lieu pour une représentation pouvant contenir plusieurs types de contrats. 8 Attention, d autres charges telles que des dépenses techniques ou d autres recettes notamment de bar ne sont pas intégrées dans ce ratio. 12 CNV Info N 29 - Juin 2012

6 Part des représentations selon leur ratio recettes de billetterie / coût total des contrats artistiques Part des représentations selon leur ratio recettes de billeterie / coût total des contrats artistiques Répartition selon les types de contrats artistiques utilisés 61% 15% Grande salle 29% 31% 40% Club 30% 3 37% Grande salle 10% 26% 64% Club Les salles de jauge moyenne 4 Les petits lieux 28% 35% 3 37% 100 % et plus De 50% à moins de 100 % 100 % et plus Contrat d engagement Moins de 50 % De 50% à moins de 100 Contrat de coréalisation Moins de 50 % Contrat Contrat de cession d engagement Contrat de coréalisation Contrat de cession 2 10% 67% Total 18% 18% 6% 6% 76% 76% Les grandes scènes Les salles de jauge moyenne 35% 2 41% 21% 4% 75% Equilibre budgétaire et coût moyen total des contrats artistiques Pour les grandes scènes et les salles de jauge moyenne, l équilibre budgétaire est le plus souvent atteint lors des représentations dont le coût des contrats artistiques est le plus élevé. 6 des représentations des grandes scènes dont les charges en contrats artistiques sont supérieures à et 37% de celles des salles de jauge moyenne ont des recettes de billetterie couvrant les dépenses en contrats artistiques. Cette part de représentations est plus faible quand les montants des contrats par représentation sont situés entre et Si l on considère le niveau du montant des contrats comme révélateur du niveau de développement des artistes diffusés, il apparaît que les représentations des artistes en début de développement permettent moins fréquemment d obtenir une balance équilibrée entre les recettes et les dépenses. Pour les petits lieux, l équilibre entre les recettes de billetterie et les coûts des contrats artistiques d une représentation est plus souvent présent dans le cas des représentations dont l économie est la plus modeste. 79% des représentations qui ont un ratio supérieur à 100% ont des coûts artistiques inférieurs à 500. Les évolutions de 2009 à Sur l échantillon de lieux commun aux deux années, on constate une croissance de du nombre de représentations payantes. Par représentation payante, on enregistre une baisse de 4% des entrées payantes et une hausse de 6% du prix moyen du billet passant de 13 à 14. Ces évolutions entraînent une stabilité des recettes de billetterie par représentation (+1%). Concernant le coût moyen total des contrats artistiques, une légère hausse de 2% est observable, et donc supérieure à celle des recettes de billetterie, entraînant ainsi un équilibre budgétaire moins favorable pour les lieux. Les évolutions rapportées à la typologie des lieux indiquent les mêmes tendances à la baisse de la fréquentation moyenne payante dans toutes les catégories hormis pour les lieux en 10, une augmentation du prix du billet pour les grandes scènes et les salles de jauges moyennes de 7% et plutôt une stabilité tarifaire pour les petits lieux. S agissant des recettes de billetterie moyennes, l évolution varie d une hausse de pour les grandes scènes à une diminution de 4% pour les petits lieux et de pour les lieux en, en passant par une stabilité du côté des salles de jauges moyennes. Les coûts moyens totaux des contrats artistiques par représentation évoluent plus fortement dans les grandes scènes et les salles de jauges moyennes, respectivement +4% et +. Les contrats artistiques Quelques caractéristiques Sur contrats étudiés, 67% sont des contrats de cession et ils sont prédominants dans l ensemble des catégories de lieux. Ils concentrent plus de 80% du total des dépenses des lieux en contrats artistiques 11. Les contrats d engagement 12 sont plus faiblement utilisés soit 2 des contrats pour un poids plus faible de 8% dans le total des dépenses en contrats artistiques des lieux. La catégorie des petits lieux a une part plus importante de ces contrats (35%) qui représentent pour 30% des dépenses. Cette différence s explique notamment par la présence des «clubs de jazz» dans cette catégorie et dont la pratique des contrats d engagement est plus habituelle. 9 Les évolutions sont réalisées sur un échantillon de 79 lieux communs aux deux années représentant représentations payantes en 2009 et en L effectif étant réduit sur cette catégorie, il est difficile de proposer une interprétation. 11 Soit 8 millions d sur la base des contrats étudiés 12 Les contrats d engagement sont entendus ici comme le cumul des cachets individuels des artistes pour une représentation. CNV Info N 29 - Juin

7 Nombre de contrat par artiste / formation en 2010 Poids des différents genres dans la diffusion en nombre de contrats en % 1 contrat 2 contrats de 3 à 5 contrats de 6 à 10 contrats Plus de 10 contrats 12% 11% 6% 16% 16% 1% 36% Les contrats de coréalisation 13 qui sont également plus fréquents dans ces petits lieux (2) représentent 10% du total des contrats pour un poids légèrement plus fort de 12% dans le montant total des dépenses en contrats artistiques des lieux. Les montants des contrats artistiques sont très variables et dépendent de plusieurs éléments, le potentiel ou le niveau de développement de l artiste diffusé, de son genre musical, du type et de la capacité de la jauge du lieu où il est programmé. Pour les contrats de cession, le montant moyen en 2010 est de 2 254, variant en moyenne selon la typologie des lieux de à La moitié des contrats de cession est en dessous de Il y a une forte dispersion des montants de ces contrats. Pour les contrats d engagement, la moyenne du montant total des contrats versés aux artistes (quel que soit le nombre d artistes) pour une représentation est de 656, allant de 459 à 760 selon la typologie des lieux. La médiane située à 543 vient confirmer une certaine homogénéité dans le montant de ces contrats. Pour les contrats de coréalisation, le montant moyen de et la médiane à 629 révèlent de grandes différences dans les montants. Pour les grandes scènes, le montant moyen est de et ce sont des contrats le plus souvent destinés à des artistes à fort potentiel public. Ce contrat combine un minimum garanti sous forme de cession avec un pourcentage des recettes de billetterie variant selon un seuil 1 contrat 2 contrats de 3 à 5 contrats de 6 à 10 contrats de fréquentation de 11 à 20 atteindre. contrats Les 6% de coréalisations réalisées dans cette catégorie plus de 20 contrats de lieu pèsent plus fortement dans le total des charges des contrats artistiques de ces lieux avec 14% des dépenses. Dans les petits lieux, les contrats de coréalisation ont une toute autre forme, avec un montant moyen beaucoup plus bas de 455 correspondant généralement à un partage des recettes générées lors de la représentation. Ils représentent 2 des contrats pour 12% du total des dépenses en contrats artistiques de ces petits lieux. Les évolutions de 2009 à L évolution de la moyenne des contrats de cession sur ces deux années est stable et se confirme au regard des indicateurs 2009 de l étude du CNV sur la production de spectacles 15 dont le montant moyen en 2009 du contrat de cession est observé à La stabilité de la médiane à et les variations très faibles selon les jauges utilisées vérifient également cette stagnation des montants des contrats de cession, quel que soit le type de lieu ou d artiste diffusé. Le montant moyen total des contrats d engagement progresse légèrement de entre les deux années. Pour les contrats de coréalisation, on constate une forte hausse de 19% du montant moyen. Cette évolution est liée aux contrats de coréalisation réalisés auprès des artistes à fort potentiel public produits dans les plus grandes jauges. Le montant moyen des coréalisations dans les grandes scènes a progressé de 37% passant de à et a donc tiré vers le haut la moyenne de ces contrats. A l inverse pour les coréalisations des petits lieux, la moyenne Rap hip a diminué hop raggoae de 6% et genres du fait assimilés probablement Musique de la baisse électronique constatée dans Musique du monde les recettes de billetterie (-4%). Autres genres Chanson La diversité Jazz et musiques la concentration improvisées Pop-Rock et genres assimilés dans la diffusion Les spectacles et les artistes La grande majorité, soit 7 des 4000 spectacles ou artistes programmés comptabilisent un seul contrat au cours de l année 2010 dans le réseau des 104 lieux étudiés 16. C est un signe de grande diversité dans la diffusion, d une programmation d artistes à dimension locale et de la présence de nouvelles formations artistiques. 31% des contrats identifiés concernent des artistes en première partie. La répartition par genre des contrats artistiques indique une prédominance du Pop- Rock avec 36% des contrats, mais laisse également la place à d autres esthétiques musicales comme le Rap - Hip-Hop - Reggae avec 11%, les musiques électroniques avec 12% et les musiques du monde avec 6% des contrats. Le poids des genres dans le total des dépenses en contrats artistiques des lieux est sensiblement identique. On note cependant une surreprésentation pour la Chanson avec 20% des dépenses pour 16% des contrats et une sous-représentation pour le Jazz et les musiques improvisées avec 11% des dépenses pour également 16% des contrats. En termes de concentration des dépenses en contrats artistiques, les 50 premiers artistes ou formations ayant les montants de contrats cumulés les plus élevés concentrent 14 CNV Info N 29 - Juin 2012

8 Nombre de contrats de cession par producteur en contrat 2 contrats de 3 à 5 de 6 à de 11 plu Chanson Jazz et musiques improvisées Pop-Rock et genres assimilés Rap hip-hop raggae et assimilés Musique électronique Musique du monde Autres genres 59% 15% 12% 5% 4% 5% 1 contrat 2 contrats de 3 à 5 contrats de 6 à 10 contrats de 11 à 20 contrats plus de 20 contrats 21% des dépenses, soit plus de 2 millions d euros. La moitié du montant total des contrats artistiques dépensée par les 104 lieux est repartie sur 6% des artistes et formations diffusés. Les producteurs La notion de producteur est approchée ici uniquement dans le cadre des contrats de cession, c est donc le producteur au sens d employeur du plateau artistique. 59% des producteurs recensés via la programmation des lieux n ont qu un seul contrat de cession vendu auprès d une des 104 salles étudiées au cours de l année Environ 40 producteurs ont plus de 20 contrats au cours de l année 2010, soit 5% d entre eux. En termes de concentration des dépenses en contrats artistiques, elle est plus forte qu au niveau des artistes, puisque les 50 premiers producteurs ayant les montants de contrats cumulés les plus élevés concentrent 59% des dépenses et 50% des contrats de cessions étudiés. Quelques précisions C est à partir des dossiers de demande auprès de la commission 7 d aide à la diffusion du CNV qu a été réalisée cette étude. Les données de programmation date à date de 2009 à 2010 ont été collectées et analysées par le centre de ressource du CNV qui mène des observations sur l économie des projets, comme celles déjà réalisées à propos des festivals et de la production de spectacles de musiques actuelles 17. L objectif est d étudier la diffusion de spectacles de musiques actuelles et de variétés dans ces salles dédiées à ces musiques, notamment par une approche de l économie d une représentation (recettes de billetterie, fréquentation, prix moyen du billet, montants des contrats artistiques). La finalité de ce travail est la mise en place un tableau de bord annuel constitué d indicateurs pérennes permettant de répondre aux besoins de connaissance des professionnels du secteur. Leurs attentes ont été d ailleurs prises en compte lors des réunions d un groupe de travail dédié à cette étude et constitué de professionnels du secteur. Les retours et remarques liés aux expériences de chaque membre du groupe ont permis de créer la typologie des lieux et de confirmer ou infirmer des pistes d analyse. Ont participé au groupe de travail et sont sincèrement remerciés : Jean-Christophe APLINCOURT (le 106), Hyacinthe CHATAIGNE (Fedurok), Boris COLIN (Le Grand Mix), Gérard DAHAN (FO), Florent DECROIX (A Gauche de la Lune), Françoise DUpas (Le Petit Faucheux), Claude FONFRede (SFA), Geneviève GI- RARD (Azimuth), Pierre-Pascal HOUDE- BINE (Furax), Franck MICHAUT & Marion BLANCHART-LAGOEYTE (RIF), Arnaud MONNIER (EMB), Anne-Claire ROCTON (DGCA), Jean-Paul RosseLIN (la Boule Noire), Janick TILLY (le Penn ar Jazz), Rodolphe TIPY (Esquisse Prod), Michel VIE (SNAM), Jean-Pierre VIVANTE (Le Triton). Etude réalisée par Sébastien Berthe, Séverine Morin et Jean François Paux. Remerciement pour leurs travaux et contributions à Pierre-Louis Bernard et Sébastien Dilon en stage au CNV durant la période Contact : centre de ressource du cnv Sébastien Berthe Chargé d études T : E : 13 Les contrats de coréalisation sont définis ici au sens large allant d un simple partage des recettes jusqu au contrat de cession comme minimum garanti assorti d un pourcentage sur la billetterie. 14 Les évolutions sur les contrats sont réalisées sur l échantillon de 79 lieux communs aux deux années contrats en 2009 et contrats en 2010 ont été étudiés. 15 Etude cnv «La production de spectacles de musiques actuelles en France de 2006 à 2009» publiée en Juin 2011 dans le cnv Infos N Les spectacles ou artistes identifiés ici ont pu également être produits en 2010 dans d autres lieux en dehors de cet échantillon. 17 Etudes publiées et disponibles sur le site du cnv et dans le cnv Info N 22 et N 25. CNV Info N 29 - Juin

9 Tableaux d indicateurs 2010 Indicateurs par représentation payante - Réalisés sur représentations Type de lieu Unité Scénique Recette de billetterie Prix moyen du billet Nombre moyen d'entrées payantes Coût moyen total des contrats artistiques Taux de fréquentation payante moyen Ratio moyen Billetterie / Coût des contrats Total % 94 % Total % 125 % LES GRANDES SCÈNES Grande salle ou scène unique % 137 % Club % 71 % Total % 78 % LES SALLES DE JAUGE MOYENNE Grande salle ou scène unique % 80 % Club % 48 % LES PETITS LIEUX % 64 % LES LIEU EN MILIEU RURAL % 77 % Evolution sur 79 lieux de l échantillon Indicateurs par réprésentation payante intra muros - Réalisés sur représentations en 2009 et en 2010 Type de lieu Total Les salles de jauge moyenne Recettes de billetterie moyenne k 1% l k 1% r-4% r- Prix moyen du billet l 6% l 7% l 7% k 1% r-6% Nombre moyen d'entrées payantes Coût moyen total des contrats artistiques r-4% r- r-5% r-5% l k 2% l 4% l k 1% k 0% Les contrats artistiques Montant moyen des contrats artistiques en 2010 et leur évolution de 2009 à 2010 Réalisés sur en 2010 contrats pour les 104 lieux - Évolution sur 4171 contrats en 2009 et 4346 en 2010 sur 79 lieux Montant moyen par contrat (1 représentation peut faire l'objet de plusieurs contrats) Total Les salles de jauge moyenne Les lieux en Évolution Montant moyen d'un contrat de cession Montant moyen d'un contrat de co-réalisation Montant moyen du total des contrats d'engagement d'une représentation % % CNV Info N 29 - Juin 2012

10 Liste des lieux étudiés 6PAR4 (LAVAL) A-C AJMI (AVIGNON) AKWABA (CHATEAUNEUF DE GadaGNE) ARCADE (NOTRE dame de GRAVENCHON) ART Cade (STE CROIX VOLVESTRE) BIG BAND CAFE (HEROUVILLE ST CLAIR) CABARET ALEATOIRE (MARSEILLE) CABARET ELECTRIC (LE HAVRE) CAC GEORGES BRasseNS (MANTES LA JOLIE) CAFE CHARBON (NEVERS) CANAL 93 (BOBIGNY) CARGO de NUIT (ARLES) CARRE BLEU (POITIERS) CAVAJAZZ (VIVIERS) D-I DES LENDEMAINS QUI CHANTENT (TULLE) EL MEDIATOR (PERPIGNAN) EMB - ESPACE MICHEL BERGER (SANNOIS) FILE 7 (MAGNY LE HONGRE) FOYER GEORGES BRasseNS (BEAUCOURT) FUZZ YON (LA ROCHE SUR YON) INSTANTS CHAVIRES (MONTREUIL) LA L ABORDAGE (EVREUX) L AERONEF (LILLE) L AMPHI (AUXERRE) L ANTIpode (RENNES) L ASTROLABE (ORLEANS) L AUTRE CANAL (NANCY) LA BOBINE (GRENOBLE) LA BOUCHE D AIR (NANTES) L ECHONOVA (ST AVE/PAYS DE VANNES) L ECOUTILLE (COURTRY) L EMPREINTE (SAVIGNY LE TEMPLE) L EPICERIE ModeRNE (FEYZIN) L OLYMPIC (NANTES) L ORANGE BLEUE (VITRY LE FRANCOIS) L ouvre boîte (Beauvais) LA CARENE (BREST) LA CARTONNERIE (REIMS) LA CAVE A MUSIQUE (MACON) LA CAVE AUX poetes (ROUBAIX) LA CIGALE de NYONS (NYONS) LA CITROUILLE (ST BRIEUC) LA CLEF (ST GERMAIN EN LAYE) LA CoopeRATIVE de MAI (CLERMONT FERRAND) LA DYNAMO (PANTIN) LA GARE (COUSTELLET) LA GRANDE BOUTIQUE (LANGONNET) LA GRANGE (CAUsse de LA selle) LA LUCIOLE (ALENCON) LA LUNE des PIRATES (AMIENS) LA NEF (ANGOULEME) LA NICHE (DOMMARIEN) LA poudriere (BELFORT) LA PRESQU ILE (ANNONAY) LA TANNERIE (BOURG EN BResse) LA VapeUR (DIJON) LE LE BACARDI (CALLAC de BRETAGNE) LE BIJOU (TOULOUSE) LE BRISE GLACE (ANNECY) LE CAFE MUSIC (MONT de MARSAN) LE CAMJI (NIORT) LE CARGO (CAEN) LE CHABada (ANGERS) LE CHATO DO (BLOIS) LE CONFORT ModeRNE (POITIERS) LE COQUELICOT (FOUGERES) LE CRI DU port (MARSEILLE) LE FIL (ST ETIENNE) LE FLORIDA (AGEN) LE FORUM (VAUREAL) LE GRAND MIX (TOURCOING) LE GUINGOIS (MONTLUCON) LE KRAKATOA (MERIGNAC) LE MANDALA (TOULOUSE) LE MOULIN A JAZZ (VITROLLES) LE MOULIN de BRAINANS (BRAINANS) LE MOULIN de pontcey (PONTCEY) LE pannonica (NANTES) LE periscope (LYON) LE petit FAUCHEUX (TOURS) LE PLAN (RIS ORANGIS) LE RACK AM (BRETIGNY SUR ORGE) LE RIO GRANDE (MONTAUBAN) LE ROCHER de palmer (CENON) LE sans ReseRVE (PERIGUEUX) LE sax (ACHERES) LE SILEX (AUXERRE) LE TAMANOIR (GENNEVILLIERS) LE TRAIN THEATRE (PORTES LES VA- LENCE) LE TRITON (LES LILAS) LE VIP (ST NAZAIRE) LES passagers DU ZINC (AVIGNON) N-R NOUMATROUFF (MULHOUSE) OMEGA LIVE (TOULON) PAUL B (MassY) PENICHE CANCALE (DIJON) PENN AR JAZZ (BREST) ROCK SCHOOL BARBEY (BORdeaUX) RUN AR PUNS (CHATEAULIN) S-U SALLE NOUGARO (TOULOUSE) SALON de MUSIQUE (SALON de PROVENCE) SMAC LES ABATTOIRS (BOURGOIN JALLIEU) TRIANON TRANSATLANTIQUE (SOTTEVILLE LES ROUEN) UBU (RENNES) CNV Info N 29 - Juin

LES SALLES DE MUSIQUES ACTUELLES ET LES RESEAUX SOCIAUX

LES SALLES DE MUSIQUES ACTUELLES ET LES RESEAUX SOCIAUX SOCIALBAND Présente LES SALLES DE MUSIQUES ACTUELLES ET LES RESEAUX SOCIAUX Avril 2013 La France compte beaucoup de salles de concerts, réparties sur tout le territoire. Parmi ces lieux culturels, les

Plus en détail

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie

MMES et MM les Directeurs des Unions Régionales des Caisses d'assurance Maladie l'assurance Maladie des salariés sécurité sociale caisse nationale &LUFXODLUH&1$076 Date : 15/12/2000 Origine : DDRE Réf. : DAR n 14/2000 n / n / n / MMES et MM les Directeurs des Caisses Primaires d'assurance

Plus en détail

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1)

Facturation de la délivrance du Kit Anti-Grippe A (H1 N1) Pharmaciens CDC 1.31 / 1.40 Fiche n 05_FR74 septembre 2009 Contexte Dans le cadre de la pandémie de la grippe A, les pharmaciens sont rémunérés spécifiquement pour effectuer la délivrance des kits gratuits

Plus en détail

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE

CSF AGENCE D'ARRAS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL SUR MER CSF - MAIRIE D'ARQUES CSF AGENCE DE BEAUVAIS CSF - MAIRIE DE COMPIEGNE CSF VERNEUIL EN HALATTE Agence de rattachement BOBIGNY BOBIGNY BOBIGNY CERGY CERGY CERGY CERGY CRETEIL CRETEIL CRETEIL EVRY EVRY EVRY EVRY Agence et point rencontre CSF AGENCE D' CSF LENS CSF CALAIS CSF - MAIRIE DE MONTREUIL

Plus en détail

LES SALLES DE MUSIQUES ACTUELLES ET LES RESEAUX SOCIAUX

LES SALLES DE MUSIQUES ACTUELLES ET LES RESEAUX SOCIAUX SOCIALBAND Présente LES SALLES DE MUSIQUES ACTUELLES ET LES RESEAUX SOCIAUX En 2013 La France compte de nombreuses salles de concerts qui participent à l abondante proposition culturelle. Avoir un lieu

Plus en détail

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k )

Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE. Gares ou Segments de Gares DRG 2016. Prestation de base (en k ) DRG 2016 Annexe A7 CHARGES DE LA PRESTATION DE BASE PAR SEGMENT TARIFAIRE Prestation de base (en k ) Gares ou Segments de Gares montant total dont rémunération de l'actif (WACC) dont rétrocession du résultat

Plus en détail

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14.

Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Table des conventions du PS : Version: 1.40 exploitation 1.14. Organisme signataire Type TP Organisme AMC Libellé 01011 CPAM BOURG EN BRESSE RO T Néant 01021 CPAM LAON RO T Néant 01022 CPAM ST QT RO T

Plus en détail

La scène TICKE. Production Diffusion Programmation. Régie Services. Billetterie. Matériel. Matériel. Agents et entrepreneurs de spectacles : page 37

La scène TICKE. Production Diffusion Programmation. Régie Services. Billetterie. Matériel. Matériel. Agents et entrepreneurs de spectacles : page 37 En chiffres Infographie réalisée à partir des contenus publiés dans L Officiel de la musique 2015, le guide-annuaire de référence des musiques actuelles SPECTACLE SPECTACLE Agents et entrepreneurs de spectacles

Plus en détail

Compte rendu du recensement pour le dispositif de soutien à la diffusion des musiciens amateurs

Compte rendu du recensement pour le dispositif de soutien à la diffusion des musiciens amateurs Compte rendu du recensement pour le dispositif de soutien à la diffusion des musiciens amateurs Critères de recensement 2 types d acteurs recensés : - Porteurs de projet - Lieux de diffusion (cafés-concerts,

Plus en détail

DYNAMIQUES MÉTROPOLITAINES de l'espace métropolitain Loire-Bretagne

DYNAMIQUES MÉTROPOLITAINES de l'espace métropolitain Loire-Bretagne DYNAMIQUES MÉTROPOLITAINES de l'espace métropolitain Loire-Bretagne Un pôle connecté à trois échelles de réseaux Une relation déterminante avec Paris Des relations plus limitées avec les grandes aires

Plus en détail

Scènes de musiques actuelles Quels équilibres budgétaires pour les lieux de petite et moyenne jauges?

Scènes de musiques actuelles Quels équilibres budgétaires pour les lieux de petite et moyenne jauges? CNV info LA LETTRE D INFORMATION DU CENTRE NATIONAL DE LA CHANSON DES VARIÉTÉS ET DU JAZZ N 35 AVRIL 2014 ZOOM Festival OFF d Avignon Comment le CNV soutient les spectacles DOSSIER Scènes de musiques actuelles

Plus en détail

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES

CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES CAHIER DES MISSIONS ET DES CHARGES POUR LES SCÈNES DE MUSIQUES ACTUELLES Préambule La création des lieux de musiques actuelles date des années 70 et 80. Ces premiers lieux ont été portés par des projets

Plus en détail

Les services publics locaux

Les services publics locaux Les services publics locaux mars 2004 AVANT-PROPOS Le présent fascicule est la synthèse de l enquête sur la gestion des services publics locaux lancée par l Association des Maires de Grandes Villes de

Plus en détail

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises)

Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) 17octobre 2012 Le Médiateur des ministères économiques et financiers est au service des usagers (particuliers et entreprises) Il est compétent pour vous aider à résoudre vos litiges persistants avec les

Plus en détail

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR

LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR LE TOP 50 DES VILLES OÙ INVESTIR 18 novembre 2015 Méthodologie Préambule L objectif de cette étude est d analyser les 50 premières communes les plus peuplées de France métropolitaine et de les classer

Plus en détail

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE

ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE FÉVRIER 2014 Parité Diversité & Maires & adjoint.e.s ETUDES DANS LES 50 PLUS GRANDES VILLES DE FRANCE AVANT PROPOS À l occasion des élections municipales de mars, République & Diversité et le CRAN ont

Plus en détail

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM

PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Branche maladie PRIME D INTERESSEMENT 2007 CPAM Bourg en Bresse 65,19% 86,38% 75,79% 170,75 226,25 397,00 Laon 85,39% 86,38% 85,89% 223,66 226,25 449,91 St Quentin 91,73% 86,38% 89,06% 240,27 226,25 466,52

Plus en détail

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF

Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF Relations territoriales CRA CREDIT COOPERATIF CREDIT COOPERATIF Délégation Générale du Nord-Est-Centre, à Paris Pascal LUX T/ 01.47.24.96.43 Pascal.lux@credit-cooperatif.coop DUNKERQUE Directeur : Laurent

Plus en détail

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació.

S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. S8 Enquestes de mobilitat com a eina per a l anàlisi i la planificació. Sabadell, del 5 al 6 de juliol de 2007 Observatori de la mobilitat. El cas de França. Marie-Odile Gascon, Observation de la mobilité,

Plus en détail

1 CNV chiffres de la diffusion 2011. chiffres de la diffusion 2011

1 CNV chiffres de la diffusion 2011. chiffres de la diffusion 2011 1 CNV chiffres de la diffusion 2011 chiffres de la diffusion 2011 2 CNV chiffres de la diffusion 2011 éléments statistiques sur la diffusion des spectacles de variétés et de musiques actuelles en 2011

Plus en détail

Rejoignez notre réseau et développons ensemble votre réussite! Tout un monde d ouvertures.

Rejoignez notre réseau et développons ensemble votre réussite! Tout un monde d ouvertures. Rejoignez notre réseau et développons ensemble votre réussite! Tout un monde d ouvertures. Une identité affirmée et valorisante Une image magasin moderne LORENOVE a su développer un concept d Espace-Conseil

Plus en détail

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale

Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Caisse Nationale de l'assurance Maladie des Travailleurs Salariés Sécurité Sociale Circulaire CNAMTS Date : MMES et MM les Directeurs 29/12/97 MMES et MM les Agents Comptables Origine : - des Caisses Primaires

Plus en détail

Restaurant traditionnel

Restaurant traditionnel Restaurant traditionnel GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE Restaurant traditionnel GUIDE PRATIQUE DE L ENTREPRISE 4ème édition Editions MCBG 2009 ISBN 2-84759-017-X Editions MCBG - BP 4171-34092 MONTPELLIER

Plus en détail

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement

Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Migrations d étudiants, pôles d enseignement supérieur et bassins de recrutement Un déficit important dû pour une large part aux migrations des familles Entre et, la Champagne-Ardenne a perdu beaucoup

Plus en détail

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010

Observatoire National des Charges de Copropriété UNIS /novembre 2011/ Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 Les charges de copropriété dans le parc privé en 2010 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : Le parc des immeubles en copropriété : un échantillon

Plus en détail

COURSES URGENTES LIVRAISONS

COURSES URGENTES LIVRAISONS COURSES URGENTES LIVRAISONS PARIS FRANCE EUROPE 06.27.48.52.84 fredexpress93@gmail.com dimensions de nos différents véhicules volume palettes poids maxi dimensions véhicule en m3 «Euro» marchandise long.

Plus en détail

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015

CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 CATALOGUE FORMATIONS D2F 2015 ADHÉRENT CHARTE QUALITÉ Centre de formation enregistré sous le n 53 35 04 28 83 35, adhérent à la charte Qualité des centres de formation de la FIEEC. Les formations Delta

Plus en détail

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004

Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Bilan de l enquête sur la téléphonie fixe Maires de Grandes Villes/Journal Le Monde ETUDE n 205 Septembre 2004 Association des Maires de Grandes Villes de France Tous droits réservés Septembre 2004 1 Au

Plus en détail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail

L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail Thème : Transport durable Orientation : Faire évoluer les pratiques de mobilité L évolution des parts modales des déplacements domicile-travail par aire urbaine et département hors aires urbaines La part

Plus en détail

Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance.

Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance. 20/01/2015 VALEURS DU GROUPE Nous avons bâti le concept d AIRRIA autour de valeurs humaines comme la solidarité, l accompagnement et le partage de la connaissance.» Antoine JOUVE et Olivier COIN co-fondateurs

Plus en détail

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com

URL analysées. www.accor.com www.alliance-hospitality.com www.elior.fr www.hiexpress.com www.holidayinn.com www.hyatt.com 1 sur 5 VRDCI 10, rue Augereau 75007 Paris - FRANCE Tel : 01 45 35 00 80 Email : vrdci@vrdci.com - Référencement naturel avec paiement aux résultats - Ingénierie et design de sites web, intranet et applicatifs

Plus en détail

HORAIRES DE TRAIN. Départ : Paris Nord 19h58 Départ : Paris Nord 08h28 Arrivée : Lille Flandres 21h00 Arrivée : Lille Flandres 09h30

HORAIRES DE TRAIN. Départ : Paris Nord 19h58 Départ : Paris Nord 08h28 Arrivée : Lille Flandres 21h00 Arrivée : Lille Flandres 09h30 HORAIRES DE TRAIN PARIS LILLE Samedi 27/01 Départ : Paris Nord 19h58 Départ : Paris Nord 08h28 Arrivée : Lille Flandres 21h00 Arrivée : Lille Flandres 09h30 Départ Paris Nord 20h58 Départ Paris Nord 08h58

Plus en détail

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP)

Nouvelle organisation de la filière Gestion administrative du personnel et paie (GAPP) Direction Juridique et de la Conformité du Groupe Droit social et Droit de la fonction publique `çåí~åí d~ääçáëm~ëå~ä q äwmnrrqqnsqs c~ñw bjã~áäw aéëíáå~í~áêéë qçìëëéêîáåéë a~íéçéî~äáçáí ^é~êíáêçìotlmnlomnn

Plus en détail

musiques actuelles et politiques publiques

musiques actuelles et politiques publiques FORMATIONS E X P E R T S NOUVEAU musiques actuelles et politiques publiques 2011 ac t ART CULTURE TRANSMISSION les 14 et 15 mars 2011 Paris Comment initier un projet d équipement de pratiques des musiques

Plus en détail

CONTRIBUTION D AVANT-MARDI AU PROJET DE LA SMAC DE TOULOUSE - Juin 2008

CONTRIBUTION D AVANT-MARDI AU PROJET DE LA SMAC DE TOULOUSE - Juin 2008 CONTRIBUTION D AVANT-MARDI AU PROJET DE LA SMAC DE TOULOUSE - Juin 2008 Pour nous le projet de la salle de Toulouse doit tenir compte de trois éléments : 1) L Existant avec trois niveaux de territoire

Plus en détail

COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS. Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France

COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS. Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France 2016 COMITÉS D ENTREPRISES & ASSOCIATIONS Appart City / Park&Suites, Leader des Appart-Hôtels en France APPART CITY PARK&SUITES, UN SEUL GROUPE Pour votre City Break, nous vous proposons au coeur des principales

Plus en détail

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU

L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU L enquête ménages déplacements, méthode standard CERTU 1.Présentation générale L objet des enquêtes ménages déplacements (EMD) est de recueillir les pratiques de déplacements d une population urbaine.

Plus en détail

Deux types de handicaps ont façonné le marché locatif privé au cours de ces dernières années :

Deux types de handicaps ont façonné le marché locatif privé au cours de ces dernières années : 1 Communiqué de presse janvier 2011 Jean-Michel CIUCH Directeur Général Evelyne COLOMBANI Directrice-adjointe CARTOGRAPHIE NATIONALE DES RISQUES LOCATIFS : COMMENT EN FINIR AVEC LES DERIVES DU DISPOSITIF

Plus en détail

T as vu c que t écoutes?! One Man Conf. par Sapritch. Une histoire des musiques actuelles. Photo: Pierrick Aubouin

T as vu c que t écoutes?! One Man Conf. par Sapritch. Une histoire des musiques actuelles. Photo: Pierrick Aubouin T as vu c que t écoutes?! One Man Conf Photo: Pierrick Aubouin Une histoire des musiques actuelles par Sapritch T as vu c que t écoutes?! Sapritch est-il capable de faire une conférence classique? De blablater

Plus en détail

Restaurant. Restaurant

Restaurant. Restaurant Restaurant Restaurant traditionnel traditionnel GUIDE PRATIQUE DE GUIDE L ENTREPRISE PRATIQUE DE L ENTREPRISE 5ème édition Editions MCBG 2010 ISBN 2-84759-020-X Editions MCBG - BP 4171-34092 MONTPELLIER

Plus en détail

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com

Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante. cofelyineo-gdfsuez.com Cofely Ineo, partenaire d une maintenance performante cofelyineo-gdfsuez.com Maîtrise des coûts, continuité de service, performance énergétique, respect de l environnement, suivi des évolutions règlementaires

Plus en détail

EXPLOITATION STATISTIQUE ET ANALYSE DES DONNÉES SUR LES COÛTS DE GESTION DU FLUX DES RECYCLABLES SECS DES ORDURES MÉNAGERES

EXPLOITATION STATISTIQUE ET ANALYSE DES DONNÉES SUR LES COÛTS DE GESTION DU FLUX DES RECYCLABLES SECS DES ORDURES MÉNAGERES EXPLOITATION STATISTIQUE ET ANALYSE DES DONNÉES SUR LES COÛTS DE GESTION DU FLUX DES RECYCLABLES SECS DES ORDURES MÉNAGERES Octobre 2011 Étude réalisée pour le compte de l'ademe par AWIPLAN Coordination

Plus en détail

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal

Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Les réseaux locaux PASSADE Service Commun Formation Continue Université Stendhal Dunkerque Calais Boulogne Tourcoing Lille Roubaix Béthune Lens Douai Valenciennes Amiens St-Quentin Charleville- Cherbourg

Plus en détail

Etude sur la programmation dans les Centres dramatiques nationaux

Etude sur la programmation dans les Centres dramatiques nationaux Etude sur la programmation dans les Centres dramatiques nationaux 14 juin 2007 Contact presse Lise Hoëz / attachée de presse 01 40 23 45 11 / lise.hoez@sacd.fr Site www.sacd.fr Glossaire CDN : Centre dramatique

Plus en détail

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires

Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires GRAS SAVOYE COURTIER EN ASSURANCES Gras Savoye / SFIG / SDS, une réunion de compétences au service des industries agroalimentaires Partenariat SFIG / SDS Document confidentiel - ne pas diffuser sans autorisation

Plus en détail

LES TRANSPORTS ET LES DÉPLACEMENTS

LES TRANSPORTS ET LES DÉPLACEMENTS 0 LES TRANSPORTS ET LES DÉPLACEMENTS p.4 Les modes de déplacement p.44 Le taux de motorisation p.46 Les migrations inter-aires urbaines p.48 Les migrations intra-aires urbaines p.50 Synthèse La loi sur

Plus en détail

Enquête globale DE. dans les Bouches-du-Rhône 2007//2010. Enquête Cordon Transports collectifs en train

Enquête globale DE. dans les Bouches-du-Rhône 2007//2010. Enquête Cordon Transports collectifs en train Enquête globale de déplacements Enquête globale DE déplacements dans les Bouches-du-Rhône 2007//2010 Enquête Cordon Transports collectifs en train Courant 2010 une enquête a recensé pour un jour ordinaire

Plus en détail

Ferrand www.admission-postbac.org

Ferrand www.admission-postbac.org Académie IUT Site Internet Dates inscription Modalités particilières Nantes Poitiers Lille Caen Rouen Strasbourg Clermont Ferrand www.admission-postbac.org Montpellier Du 20 janvier au 25 mars 2008 Corse

Plus en détail

3 avril SOLO BITIBAK - 20h30 - Lycée Jules Reffel, Saint-Herblain (44) 18 avril SOLO BITIBAK - 19h00 - Université Permanente, Nantes (44)

3 avril SOLO BITIBAK - 20h30 - Lycée Jules Reffel, Saint-Herblain (44) 18 avril SOLO BITIBAK - 19h00 - Université Permanente, Nantes (44) 2014 11 février CLASSIC BITIBAK (scolaire) - La Bouche d'air, Salle Paul Fort, Nantes (44) CLASSIC BITIBAK - 21h - La Bouche d'air, Salle Paul Fort, Nantes (44) 13 février CLASSIC BITIBAK - 20h30 - Le

Plus en détail

Les charges de copropriété dans le parc privé

Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de copropriété dans le parc privé Les charges de l année 2009 L Observatoire, un échantillon d immeubles permettant de distinguer deux niveaux d analyse : L analyse du parc des immeubles en

Plus en détail

THEATRE EN ANGLAIS (assoc 1901) : TOURNEES 2014-2015

THEATRE EN ANGLAIS (assoc 1901) : TOURNEES 2014-2015 THEATRE EN ANGLAIS (assoc 1901) : TOURNEES 2014-2015 Spectacle privé : Si votre ville ne figure pas dans nos tournées et que vous avez beaucoup d élèves intéressées, vous pouvez acheter un spectacle pour

Plus en détail

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e

O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e OLOMA O b serv atoire d u logem en t d e la M étropole A tlan tiq u e Activité de la Promotion immobilière et de l individuel aménagé depuis le 1 er janvier 2011 Club immobilier ADDRN Bertrand Mours, président

Plus en détail

Les salariés de l économie sociale et solidaire

Les salariés de l économie sociale et solidaire L'Économie sociale et solidaire Les salariés de l économie sociale et solidaire L'EMPLOI SALARIÉ L ESS, un employeur déterminant de l économie régionale 20 Relative précarité de l emploi dans l ESS 22

Plus en détail

LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL. Constats et Éléments de réflexions

LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL. Constats et Éléments de réflexions LES DEPLACEMENTS EN LIEN AVEC LE TRAVAIL Constats et Éléments de réflexions Direction Cadre de Vie, Octobre 2009 L ENQUETE DEPLACEMENTS 2006 : ELEMENTS DE CADRAGE SUR LA MOBILITE Les «Enquêtes Ménages

Plus en détail

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004

ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 ÉTUDE SUR L EMPLOI DANS LES SCÈNES ADHÉRENTES DE LA FSJ Données portant sur l année civile 2004 Préambule La Fédération des scènes de jazz et de musiques improvisées (FSJ) regroupe depuis 1996, des lieux

Plus en détail

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour

DANSE, CHANT ET SPECTACLE LE SEJOUR INFOS PRATIQUES. Adresse du séjour LE SEJOUR Référence > SPECTCR2014 Agrément > JEUNESSE ET SPORTS Dates > Du 19/10/2013 au 02/11/2013 Ages > de 12 à 17 ans A partir de > 420,00 Frais de dossier > 19,00 /personne Chanteurs, musiciens ou

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE Arrêté du 23 décembre 2013 modifiant l arrêté du 18 avril 2011 portant liste et classification en deux catégories des emplois de greffier

Plus en détail

Réunion du 28 mars 2015

Réunion du 28 mars 2015 Réunion du 8 mars 015 Situation initiale PARK AND SUITES 100% GROUPE MENGUY INVESTISSEMENT (GMI) 100% 100% 100% DOM VILLE SERVICES Enseigne APPART CITY GROUPE FRANCE EPARGNE (GFE) APPART SERVICE GESTION

Plus en détail

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012

Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Commercialisation de logements neufs en Haute-Normandie en 2012 Comparaisons régionales et évolution depuis 2000 Édito Cette étude analyse le marché du logement neuf en HauteNormandie en 2012 en revenant

Plus en détail

Face à l insécurité urbaine, laissons parler les chiffres

Face à l insécurité urbaine, laissons parler les chiffres Cofely Ineo en bref filiale de GDF SUEZ 15 500 collaborateurs 300 implantations en France 2,3 Md de CA en 2012 génie électrique (45%) intégration de systèmes (30%) BEAUVAIS AMIENS ROUEN LE HAVRE CAEN CHERBOURG

Plus en détail

La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz. Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012

La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz. Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012 La règlementation travaux à proximité i des réseaux gaz Visio- conférence AMF du 11 décembre 2012 1- Constat général é 2 Evolution du nombre de dommages avec fuites de gaz 8000 7000 545 600 550 total de

Plus en détail

DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France)

DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France) DEEE : une seconde vie. Stanley Security, PACA (France) Congrès Développement Durable Arles 6 et 7 octobre 2014 Laurent Sommerard 1 Sommaire 1/ Le groupe Stanley Black & Decker 2/ Stanley Security en France

Plus en détail

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse

Après en avoir délibéré le 5 février 2013 ; 1. Analyse Décision n 2013-0174 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 5 février 2013 modifiant l annexe 5 de la décision n 2012-1137 en date du 11 septembre 2012 portant

Plus en détail

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel

Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel STATISTIQUES Les Notes Les établissements d enseignement supérieur artistique et culturel dépendant du Ministère de la culture et de la communication Effectifs et diplômes Année scolaire 2002-2003 Ministère

Plus en détail

Evolution des risques sur les crédits à l habitat

Evolution des risques sur les crédits à l habitat Evolution des risques sur les crédits à l habitat n 5 février 2012 1/17 SOMMAIRE 1. PRINCIPALES CARACTÉRISTIQUES DE LA PRODUCTION... 4 2. ANALYSE DÉTAILLÉE DES INDICATEURS DE RISQUE... 8 2.1 Montant moyen

Plus en détail

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1

Objectifs. Sommaire. Bulletin de surveillance du réseau SOS Médecins / InVS 1 Surveillance syndromique SurSaUD Bulletin du réseau SOS Médecins / InVS Numéro 323, du 4 mars 2014 Evolution de l activité globale L activité SOS Médecins est stable tous âges confondus depuis 3 semaines,

Plus en détail

Métier Bureau de Production. Spécialisation Musique

Métier Bureau de Production. Spécialisation Musique Métier Bureau de Production Domaine Artistique Spécialisation Musique Type Entrepreneur de spectacles vivants ENTREPRISE DE SPECTACLES VIVANTS Est entrepreneur de spectacles vivants toute personne qui

Plus en détail

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1

TABLEAU RECAPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 TABLEAU REPITULATIF ECOLES NATIONALES/EPCC 1 Préconisation du Ministère (Guillaume BOUDY secrétaire général du MCC) dans ses modèles de statuts types : article 8.6 dans sa note aux préfets et aux DRAC

Plus en détail

Rencontres Territoriales des Lieux de Musiques Actuelles (RTLMA)

Rencontres Territoriales des Lieux de Musiques Actuelles (RTLMA) Rencontres Territoriales des Lieux de Musiques Actuelles (RTLMA) Organiser un nouveau partenariat territorial autour des musiques actuelles Après quatre premières éditions en 2010 et 2011 au Brise-Glace

Plus en détail

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE

«SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE CARTOGRAPHIE NATIONALE DES RISQUES LOCATIFS EN IMMOBILIER RESIDENTIEL NEUF «SCELLIER» LE PRINCIPE GENERAL DE PRECAUTION S IMPOSE Synthèse avril 2010 PAR TEMPS COUVERT SUR L HEXAGONE. LES DYSFONCTIONNEMENTS

Plus en détail

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris?

Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? SONDAGE NATIONAL DES AVOCATS : JOURNEE DE MOBILISATION DU 10 DECEMBRE Administré aux 31 406 avocats membres du réseau Hub Avocat 10 203 répondants Irez-vous manifester le 10 décembre à Paris? FRANCE ENTIERE

Plus en détail

Propreté & Services associés

Propreté & Services associés Propreté & Services associés MISE EN PROPRETé qualité de vie hygiène confort des occupants solutions de service nettoyage espaces de travail prévention des risques L activité Propreté et Services associés

Plus en détail

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE

L esprit village! DOSSIER DE PRESSE L esprit village! DOSSIER DE PRESSE Les sites Internet vous tiennent au courant de ce qui se passe au bout du monde. Tous Voisins vous informe de ce qui se passe en bas de chez vous. Contact Clément Gayet

Plus en détail

Date limite de dépôt : 16 janvier 2012

Date limite de dépôt : 16 janvier 2012 DIRECTION DE LA CULTURE Date limite de dépôt : 16 janvier 2012 DISPOSITIF DEPARTEMENTAL D AIDE A LA PROMOTION DES ŒUVRES ET A LA REALISATION DE SITE INTERNET MUSIQUES ACTUELLES ANNEE 2012 La demande ne

Plus en détail

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014

Statistiques DCG/DSCG Sessions 2014 Sessions 2014 DCG 2014 s de 0 1 Contrôle de Anglais appliqué aux affaires 4 langue vivante Inscrits 5603 9956 9092 9913 5030 5565 8142 5085 8709 10613 9356 8480 2616 1350 Présents 4784 8484 7694 8405 4212

Plus en détail

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture.

Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. Masters culture Ci-après, la liste des masters proposés par les universités françaises pour se former, en 2 ans après la licence, à l un des métiers de la culture. activités culturelles anthropologie métiers

Plus en détail

La flambée des années 2000 a laissé croire que les

La flambée des années 2000 a laissé croire que les 34 3 La flambée immobilière dans les villes françaises, une question d attractivité? Par Claire Juillard, co-directrice de la Chaire Ville & Immobilier (Université/Fondation Dauphine) et Hervé Alexandre,

Plus en détail

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32

lille 16/06 17/06 session 8 toulouse 11/06 12/06 session 63 pau 18/06 19/06 session 32 Juin 2015 Atelier cas cliniques le patient diabétique, le patient sous anticoagulants ORLEANS 09/06 10/06 session 12 REIMS 09/06 10/06 session 13 PERPIGNAN 16/06 17/06 session 14 Soins infirmiers et différence

Plus en détail

résidence creisker Pornichet L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes selon Soigner et prendre soin.

résidence creisker Pornichet L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes selon Soigner et prendre soin. résidence creisker Pornichet L établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes selon Soigner et prendre soin. Vous êtes au cœur de nos attentions Soigner et prendre soin, au quotidien Au service

Plus en détail

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz

La règlementation travaux à proximité. des réseaux gaz La règlementation travaux à proximité des réseaux gaz Le contexte à GrDF Evolution des dommages aux ouvrages 100 000 endommagements par an, tout réseau confondu dont 4% sur les réseaux de distribution

Plus en détail

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010

Mercredi 9 février 2011 Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Mercredi Observatoire de l immobilier de la FPI Les chiffres du logement neuf en 2010 Contact presse : Catherine Zou - 01 47 05 44 36 c.zou@fpifrance.fr www.fpifrance.fr Sommaire Observatoire de la FPI

Plus en détail

Les publics de l art contemporain

Les publics de l art contemporain Direction générale de la création artistique Les publics de l art contemporain Première approche Exploitation de la base d enquête du DEPS «Les pratiques culturelles des Français à l ère du numérique -

Plus en détail

Liste des organisations sportives universitaires

Liste des organisations sportives universitaires LISTE DES ORGANISATIONS SPORTIVES UNIVERSITAIRES SIUAPS, SUAPS, DAPSE Classement des universités par académie ACADEMIE D AIX-MARSEILLE - Avignon : http://www.univ-avignon.fr/fr/presentation/organisation/servicescommuns/strservcom/structure/suaps.html

Plus en détail

JORF n 0236 du 11 octobre 2009. Texte n 5

JORF n 0236 du 11 octobre 2009. Texte n 5 JORF n 0236 du 11 octobre 2009 Texte n 5 DECRET Décret n 2009-1205 du 9 octobre 2009 fixant le siè ge et le ressort des juridictions en matière de propriété intellectuelle NOR: JUSB0921871D Le Premier

Plus en détail

L activité d oncogénétique

L activité d oncogénétique TRAITEMENTS, SOINS ET INNOVATION L activité d oncogénétique DÉCEMBRE 2008 2003 2007 CONTEXTE L identification de gènes de prédisposition au cancer a permis l introduction de tests biologiques destinés

Plus en détail

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T

Diagnostic 11 P R O G R A M M E L O C A L D E L H A B I T A T Diagnostic 11 DIAGNOSTIC 2500 2000 1500 1000 500 0 1990 1992 1994 1996 1998 2000 2002 2004 Production neuve : nombre de logements par an entre 1999 et 2005 (point mort de production à 1 100 logements)

Plus en détail

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6

Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 Le baromètre des intentions d achat immobilier Vague 6 N 111871 Vos contacts Ifop : Fabienne Gomant fabienne.gomant@ifop.com Marion Chasles-Parot marion.chasles-parot@ifop.com Janvier 2014 1 La méthodologie

Plus en détail

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION

DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION Direction des Affaires Culturelles Sous-Direction de la Création Artistique BUREAU DE LA MUSIQUE 31, rue des Francs Bourgeois 75188 Paris cedex 04 01 42 76 67 84 DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION MUSIQUE

Plus en détail

Le plus grand Poker Tour jamais organisé

Le plus grand Poker Tour jamais organisé Le plus grand Poker Tour jamais organisé QUALIFICATIONS ONLINE DÈS LE 15 SEPTEMBRE 2011 ETAPES LIVE DÈS LE 5 NOVEMBRE 2011 COMPÉTITION 100 % GRATUITE 69 ÉTAPES PARTOUT EN FRANCE 37 VILLES 10 000 JOUEURS

Plus en détail

Directrice - Directeur

Directrice - Directeur Le Temps Machine Scène Musiques Actuelles Joué-lès-Tours (Indre-et-Loire) L'association Travaux Publics, délégataire de service public pour la gestion du Temps Machine, Scène des Musiques Actuelles labellisée

Plus en détail

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE

LOCAUX COMMERCIAUX - LOCATION - CESSION - VENTE - FONDS DE COMMERCE P a r t e n a i r e d e v o t r e d é v e l o p p e m e n t «immo-locaux est une société de conseil spécialisée dans l'immobilier commercial : locaux commerciaux, location, cession, vente, fonds de commerce

Plus en détail

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX

FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX FREQUENTATION HOTELIERE ET TOURISME D AFFAIRES EN AQUITAINE ET DANS L AGGLOMERATION DE BORDEAUX Analyse de l environnement concurrentiel français de l hôtellerie bordelaise SOMMAIRE pages CE QU IL FAUT

Plus en détail

Regards croisés Lyon-Marseille

Regards croisés Lyon-Marseille JEUDI 28 MAI 2015 Regards croisés Lyon-Marseille Deux territoires face aux tendances récentes REGARDS CROISÉS LYON-MARSEILLE Démographie Zoom sur les dynamiques démographiques des métropoles. Habitat Les

Plus en détail

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT

QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT QUELQUES CONSTATS STATISTIQUES SUR NOTRE IMPLANTATION TERRITORIALE JEAN-MARC PETIT Densité d implantation des divisions NBRE DE DIVISIONS Aca Paris Aca Lyon Aca Versailles Aca Nantes Aca Lille Aca Rennes

Plus en détail

La qualité des services mobiles en France métropolitaine

La qualité des services mobiles en France métropolitaine Juin 2014 La qualité des services mobiles en France métropolitaine Synthèse de l enquête 2014 ISSN : 2258-3106 Synthèse des résultats de l enquête 2014 de l ARCEP sur la qualité des services mobiles Ce

Plus en détail

déplacements dans les Bouches-du-Rhône 2007//2010

déplacements dans les Bouches-du-Rhône 2007//2010 Enquête globale de déplacements Enquête globale de déplacements dans les Bouches-du-Rhône 27//2 Enquête Cordon Transports Collectifs en cars D octobre 29 à décembre 29, une enquête a recensé, pour un jour

Plus en détail

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social

Cyril PARLANT Directeur Associé Avocat en Droit Social Neuilly, le 2 février 2009 Objet : Aménagement régime Retraite - Prévoyance Madame, Monsieur, Votre entreprise va - si ce n'est pas déjà le cas - être confrontée à des aménagements de ses régimes de retraite

Plus en détail

Des outils télécoms et réseaux pensés, conçus et optimisés pour les PME? «Oui, c est possible» SOLUTIONS. PME Agile 2014

Des outils télécoms et réseaux pensés, conçus et optimisés pour les PME? «Oui, c est possible» SOLUTIONS. PME Agile 2014 Des outils télécoms et réseaux pensés, conçus et optimisés pour les PME? «Oui, c est possible» SOLUTIONS 1 PME Agile 2014 Qui sommes nous? Nextiraone est une entreprise de services du numérique, passionnée

Plus en détail

L'annuaire pour tirer un échantillon?

L'annuaire pour tirer un échantillon? Journées d'échange sur la mobilité urbaine Recueils et sources de données déplacements L'annuaire pour tirer un échantillon? Paris La Défense 25 et 26 janvier 2010 Sommaire 1. Quand utilise-t-on l'annuaire

Plus en détail