ET TOUJOURS : La revue de presse. La lettre du Conseil de l Ordre N 26 JANVIER 2011

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ET TOUJOURS : La revue de presse. La lettre du Conseil de l Ordre N 26 JANVIER 2011"

Transcription

1 La lettre du Conseil de l Ordre N 26 JANVIER 2011 Participez au sondage sur le statut des sages-femmes de la fonction publique hospitalière Enquête sur les nouvelles compétences : résultats détaillés Censure de l expérimentation des maisons de naissance Vaccination : évolution des compétences ET TOUJOURS : La lettre juridique La fiche pratique La revue de presse C O N S E I L N A T I O N A L D E L O R D R E D E S S A G E S - F E M M E S

2 CONTACT SAGES-FEMMES Sommaire N 26 JANVIER 2011 N 26 JANVIER 2011 Participez au sondage sur le statut des sages-femmes de la fonction publique hospitalière Enquête sur les nouvelles compétences : résultats détaillés Censure de l expérimentation des maisons de naissance Vaccination : évolution des compétences ET TOUJOURS : La lettre juridique La fiche pratique La revue de presse La lettre du Conseil de l Ordre C O N S E I L N A T I O N A L D E L O R D R E D E S S A G E S - F E M M E S Informations ordinales Loi HPST : contraception et suivi gynécologique de prévention Interventions dans les départements L expérimentation des maisons de naissance censurée par le Conseil constitutionnel Mortalité périnatale en France : des chiffres à interpréter avec prudence Résurgence de l ictère nucléaire : une des conséquences des sorties précoces La cotisation ordinale 2011 Extrait du règlement de trésorerie Actualités européennes Réaction des sages-femmes néerlandaises à une étude remettant en question la sécurité des accouchements à bas-risque Allongement du congé maternité : les Etats de l Union européenne reculent... Erratum Deux erreurs nous ont été signalées dans le Contact n 25 : l auteur de l article «Le cordon et le placenta constituent un réservoir de cellules souches utilisables en médecine régénérative» est le Professeur Georges Uzan et non le Professeur Serge Uzan. Dans l article «L Ecole Universitaire de Maïeutique Marseille Méditerranée», le nom du Professeur Yvon Berland a été mal orthographié dans la légende qui accompagne sa photographie. Nous prions ceux-ci, ainsi que nos lecteurs, de bien vouloir nous en excuser. Conseil national de l Ordre des sages-femmes 168, rue de Grenelle Paris Téléphone : Télécopie : Rédaction Claire Akouka, Marianne Benoit Truong Canh, Nicole Bosson, Charlotte Creiser, Anne-Marie Curat, Chantal Dupond, Marie Josée Keller, Cécile Moulinier, Loren Pinon Directrice de la Publication Marie Josée Keller Validation Cécile Moulinier Réalisation Claire Akouka Crédit photos Fotolia ; Dr Guiomard ; E. Rister ; service communication ub ; BSIP / ASIP Santé ; FNMF / N. Mergui Mise en page et impression Imprimerie SPEI BP PULNOY ESSEY-LÈS-NANCY Dépôt légal : 1 er trimestre 2011 ISSN : Informations générales Communiqué intersyndical et interassociatif des sages-femmes Vaccination : élargissement des compétences des sages-femmes Dépistage du VIH et des infections sexuellement transmissibles Une nouvelle société savante consacrée au dépistage néonatal DMP : tout est en place pour démarrer Mise au point sur la prophylaxie des infections conjonctivales du nouveau-né Master Périnatalité, Management et Pédagogie Acupuncture : Présentation aux sages-femmes de l AFA et du GERA Le Chemin de Durban : la marche des sages-femmes pour les femmes du monde! Le 1 er congrès euro-méditerranéen des sages-femmes Témoignage de Béatrice Idiard-Chamois sur la parentalité et le handicap Fiche pratique Quelles passerelles après le diplôme d Etat de sage-femme? Lettre juridique La pratique des soins infirmiers par les sages-femmes Revue de presse 2

3 N 26 JANVIER 2011 ML édito de la Présidente Madame, Mademoiselle, Monsieur, chers collègues, Le début d année est l occasion de faire le bilan de l année passée, de prendre de bonnes résolutions pour la nouvelle année. Pour les sages-femmes, l année 2010 s est terminée avec une certaine amertume : échec des négociations syndicales et censure par le Conseil constitutionnel d un projet de texte permettant l expérimentation des maisons de naissance. «Et c est un vieux pays, la France» selon l expression célèbre d un homme politique, pays qui reste frileux face au changement. Pourtant, cette offre de prise en charge de la grossesse et de l accouchement, plus respectueuse du choix des femmes et de la physiologie offrait des perspectives d autonomie aux femmes et aux sagesfemmes tout en permettant à l Assurance maladie de faire des économies. Cependant, notre profession avance et s approprie les nouvelles compétences dont la loi HPST nous a dotées : la prescription de la contraception et le suivi gynécologique de prévention. Je vous invite à ce sujet à lire attentivement l enquête réalisée par le conseil interrégional de secteur II dont les résultats sont détaillés dans ce numéro. Vous pourrez prendre connaissance d autres articles en relation avec les récents rapports de l Académie de médecine, les nouvelles européennes, la formation initiale et continue, le dossier médical partagé ou encore un communiqué de l Intersyndicale sage-femme, récemment créée. Pour 2011, je souhaite que les sages-femmes soient solidaires, qu elles s unissent sous la bannière de l Ordre, du collège et des syndicats afin qu elles puissent faire entendre leur voix, car elles seules pourront défendre les enjeux de leur profession, dans l intérêt de la population. Bonne année à toutes et à tous. Confraternellement. MARIE JOSÉE KELLER PRÉSIDENTE Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 3

4 INFORMATIONS ORDINALES Sondage Le CNOSF souhaiterait connaître la position de l ensemble des sages-femmes et des étudiants sur le statut actuel et à venir des sages-femmes de la fonction publique hospitalière. Merci de prendre quelques minutes pour répondre à ce questionnaire à l adresse suivante : (lien disponible sur notre site internet ordre-sages-femmes.fr). Votre participation est importante pour l avenir de notre profession. CÉCILE MOULINIER & MARIANNE BENOIT TRUONG CANH Loi HPST : contraception et suivi gynécologique de prévention Enquête réalisée par le CIR2 : résultats complémentaires et perspectives Si les nouvelles compétences attribuées aux sages-femmes par la loi HPST dans le domaine de la contraception et du suivi gynécologique de prévention ont un énorme intérêt pour la santé des femmes et tout leur sens dans la profession de sage-femme, leur mise en œuvre risque d être compromise, voire entravée faute de moyens d exercice et de formation continue spécifiques. Pour vérifier cette hypothèse, nous avons réalisé une enquête du 27 mai au 27 juin 2010 auprès des sages-femmes du secteur 2 (Contact sages-femmes n 25 octobre 2010) avec pour objectifs : d explorer la réalité de l exercice des sages-femmes en matière de contraception et de suivi gynécologique de prévention, quelle que soit leur structure d exercice de recenser leurs besoins et attentes pour exercer ces nouvelles compétences. Par ailleurs, un sondage complémentaire, justifié par le contexte dans ce domaine a été réalisé afin d identifier la position et l opinion des sages-femmes quant à leur place dans l IVG médicamenteuse. 1 Caractéristiques de l échantillon Malgré des «non réponses» surprenantes sur l âge, la durée des études, le type de structure d exercice, une surreprésentation de sages-femmes en établissements PSPH (6,4 % contre 2,4 % au niveau national) et en PMI (8,1 % contre 4,7 % au niveau national), une sous représentation en cliniques privées (11,7 % contre 14 % au niveau national) et en écoles (2,1 % contre 1,3 % au niveau national) 2, liées au contexte sanitaire, l échantillon est représentatif concernant : l effectif : réponses exploitables sur les reçues soit 46,09 % la démographie : 97,9 % de femmes, moyenne d âge ans (19 % de NR 3 ) la durée de formation initiale : 30 % en 3 ans et 55 % en 4 et 5 ans (15 % de NR) le type et cadre d exercice : Hôpital public et PSPH : 67 % ; Exercice libéral : 14,6 % ; Cliniques Privées : 11,7 % ; PMI : 8,1 % ; Ecoles de sages-femmes : 2,1 % Il est à souligner que le caractère interrégional de l enquête l inscrit dans une réelle diversité de contexte sanitaire et d offre de soins et dans un cadre de formation initiale très étoffé avec 7 écoles pour 5 régions. 1. Les résultats de ce sondage seront développés dans un prochain numéro du «Contact sages-femmes». 2. Source : Conseil national de l Ordre des sages-femmes au 1 er janvier NR : non réponse. 4

5 N 26 JANVIER 2011 La finalité de ce travail est d en répercuter les résultats auprès des autorités compétentes afin de contribuer à l application de la loi pour le bénéfice de toutes les femmes jeunes et adultes, ainsi qu à la promotion du rôle et de la place des sages-femmes en planification familiale et en prévention des pathologies gynécologiques évitables. L enquête a été réalisée auprès des sages-femmes du secteur 2 inscrites à l Ordre au 1 er janvier 2010 dans les 5 régions et 15 départements de ce Secteur : Nord-Pas de Calais (59, 62) ; Picardie (80, 60, 02) ; Champagne-Ardenne (08, 51, 10, 52) ; Lorraine (55, 54, 57, 88) et Alsace (67, 68) qui totalisent naissances (source : INSEE 2009). Le taux de réponses des sagesfemmes varie selon les départements de 25,8 % à 56,1 %. A. Contraception : les sages-femmes exercent-elles dans ce domaine? 1. OUI pour sagesfemmes sur soit 67,8 % 1.1. Qui pratique? (n = 1 163) PMI 89,3 % PSPH 70,9 % Libérales 70,0 % Hôpital Public 69,7 % Enseignantes 47,2 % Cliniques privées 38,6 % 3,4 % des sages-femmes ont plusieurs types d exercice. Les résultats sont cohérents avec les possibilités offertes par les structures Dans quel cadre? (n = 1 163) Pour la majorité, elles exercent en suites de naissance à la maternité et à domicile ainsi qu en cabinet libéral dans le cadre du postpartum. Ces résultats sont cohérents avec la réalité : absence ou rareté de consultations post natales et gynécologiques ouvertes aux sages-femmes en secteur hospitalier public, absence évidente en clinique privée, limitation du droit de prescription en PMI et de l activité clinique des sages-femmes en centres de planification Quelle activité? (n = plusieurs réponses possible) Pour sages-femmes soit 92,8 %, de l information, faite individuellement (2 fois plus qu en couple et 3 fois plus qu en groupe), surtout sur les moyens de contraception en suites de naissance maternité, en cabinet libéral et en PMI. Pour 387 sages-femmes soit 33,3 %, des consultations. Ce résultat, paradoxal en regard du chiffre des prescriptions qui suit (75 %), ne sera pas retenu. La contradiction qu il révèle avec la mise en œuvre normale de la démarche médicale en consultation (réalisation systématique d une anamnèse, d un examen général et gynécologique AVANT toute prescription), démarche qui s impose à toutes les sagesfemmes, peut être imputée à l imprécision de la question relative à la pratique de consultations de contraception. Pour les sagesfemmes hospitalières,cette imprécision a pu induire une confusion entre leur exercice habituel en suites de naissance où la consultation n est pas un temps formel de leur activité puisqu elles connaissent le dossier de la patiente, réalisent quotidiennement l examen clinique, ne pratiquent pas d examen gynécologique en situation normale et un exercice dans le secteur «consultations» de la maternité où elles n ont pas d activité de consultations gynécologiques spécifiques lesquelles n existent pas. L exercice de consultations de contraception par les sagesfemmes n est donc pas confirmé par cette enquête. Pour 872 sages-femmes soit 75 %, des prescriptions Actes de biologie 25,40 % Contraceptifs oraux 72,20 % Dispositifs intra-utérins 16,93 % Implants 22,78 % Prescription Pose du Retrait du Prescription Pose de Retrait de du stérilet stérilet stérilet de l implant l implant l implant Hôpital public Libérales PMI PSPH Ecoles Cliniques Total soit 16,93 % soit 22,78 % Pour 239 sages-femmes soit 20,55 %, de la surveillance, laquelle porte surtout sur la contraception orale (12,7 %), moins sur les dispositifs intrautérins et les implants (7,8 %) et est assurée par les sagesfemmes libérales et de PMI Avec quels relais? (n = 1 163) 397 sages-femmes soit 34,13 % renvoient leurs patientes vers un gynécologue (72,04 %), un médecin traitant (7 %), une sagefemme libérale (2,77 %) et très peu vers les centres de planification, conseillères conjugales, psychologues et assistantes sociales. Ce résultat montre que les sagesfemmes considèrent avant tout la contraception dans sa dimension médicale, approche professionnelle indiscutable et logique et questionne sur la prise en compte des composantes individuelles, Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 5

6 INFORMATIONS ORDINALES culturelles et psycho-sociales, facteurs parfois déterminants de l acceptabilité, de l observance donc de l efficacité de la contraception. Peut-on y voir une possible explication à certains échecs de contraception? 1.5. Quel est l impact de la durée de formation initiale sur cet exercice? Les sages-femmes issues des études en 3 ans exercent des activités liées à la contraception à 58,7 %, et celles qui sont issues des études en 4 et 5 ans à 72,7 %. Rappelons qu avec l allongement de la durée des études, la formation initiale des sagesfemmes a été considérablement renforcée dans les domaines concernés, tant au plan médical qu en sciences humaines, en enseignements théoriques (gynécologie, contraception, planification familiale, sexologie, psychologie) et en formation clinique sages-femmes sur les interrogées soit 32,8 % n exercent pas d activité en contraception Motifs exprimés (n = 568, plusieurs réponses possibles) pour 442 sages-femmes soit 77,8 %, par défaut de poste ou parce que l activité ne figure pas dans la fiche de poste (postes en structures hospitalières et PMI). L importance non contestable donnée aux motifs institutionnels souligne la problématique actuelle : parmi les sages-femmes formées en 4 et 5 ans, un certain nombre exerce leur premier emploi ou un de leurs premiers emplois en tant que salariées d un établissement hospitalier où, malgré leur formation initiale, elles ne peuvent exercer les activités concernées parce qu elles n existent pas pour les sages-femmes. Néanmoins ces motifs sont-ils définitivement opposables à l exercice des compétences des sagesfemmes? Ou «serviraient-ils» une certaine réticence des sagesfemmes, davantage investies dans les activités obstétricales, par formation et choix personnel? pour 65 % par manque de compétence et de formation dans ce domaine, sachant qu aucune corrélation avec la durée des études n a pu être établie pour cette réponse. A noter que si les sages-femmes libérales et PMI soulignent le manque de formation initiale et continue comme motif fort de non exercice, ce sont aussi ces 2 catégories de sages-femmes qui exercent le plus les activités de contraception. Un certain nombre d entre elles, sans doute très motivées, a donc trouvé les moyens par la FMC de compenser le déficit de formation ressenti. pour 25 %, à cause d entraves diverses : manque de temps, obstacles hiérarchiques (chef de service, sage-femme cadre), valeur de l acte et rémunération insuffisante. pour 6 %, par manque d intérêt sachant qu aucune corrélation avec l âge de ces sagesfemmes n a pu être établie. B. Suivi gynécologique de prévention : quel exercice? sages-femmes sur soit 8,5 % pratiquent du suivi gynécologique de prévention 1.1. Quelle activité? (Plusieurs réponses possibles) Frottis CV ,8 % Examens biologiques 92 62,2 % Mammographie 14 9,5 % Les réponses relatives à l examen des seins n ont pu être exploitées car la question manquait de précision quant au contexte de l examen (période post-natale, allaitement maternel, délai entre examen et accouchement et/ou allaitement) Le cadre d exercice de l activité Ce cadre n a pu être identifié avec précision. On peut présumer qu il s agit des cabinets libéraux, les autres structures ne permettant pas actuellement aux sagesfemmes d accéder aux consultations de gynécologie La durée de formation initiale Le test du Khi 2 (test statistique de significativité d un résultat) ne montre aucune relation significative entre ces données sages-femmes soit 91,5 % ne pratiquent pas le suivi gynécologique de prévention Les motifs exprimés pour ce non exercice sont superposables à ceux évoqués pour la contraception : activité absente de la fiche de poste, formation et compétences insuffisantes. Comme pour la contraception, la faible rémunération, la non revalorisation des actes, le manque de temps et d intérêt pour cette activité sont peu évoqués. A remarquer : les frottis cervicovaginaux, autorisés aux sagesfemmes par l arrêté du 17 octobre 1983 sont peu pratiqués dans le cadre du suivi gynécologique, résultat logique du fait qu il n existe en milieu hospitalier et PMI peu de consultations postnatales et peu de consultations gynécologiques réalisées par les sages-femmes. Par contre, les sages-femmes pratiquent cet examen en consultations prénatales où elles sont nombreuses à exercer. 6

7 N 26 JANVIER 2011 AU TOTAL, CONCERNANT LE PREMIER OBJECTIF DE L EN- QUETE : A la question, les sages-femmes exercent-elles des activités liées à la contraception? La réponse est OUI pour plus des 2/3 de la population enquêtée Elles assurent la composante la plus immédiate de cette activité : l information. Concernant la part pleinement médicale (consultation gynécologique, prescription et surveillance), on note un exercice réel mais variable selon la structure. Malgré la plus grande sécurité d exercice et la possibilité de relais immédiats, le cadre hospitalier ne constitue pas actuellement un atout favorisant l exercice d activités liées à la contraception, sans doute par absence de consultations spécifiques gérées par des sagesfemmes. C est la contraception orale qui est la plus prescrite, mais non exclusivement. Les nouvelles compétences, d autorisation récente, sont intégrées par les sages-femmes libérales qui ont complété leur formation initiale. 1/3 des sages-femmes ne pratiquent pas d activités liées à la contraception, essentiellement pour des raisons institutionnelles et par manque de formation et compétence dans ce domaine, quelle que soit la durée des études. A la question, les sages-femmes pratiquent-elles le suivi gynécologique de prévention? La réponse est RAREMENT puisqu inférieure à 10 %. Ce résultat, certes prévisible, montre que cette nouvelle compétence est néanmoins investie. Il est plausible de l attribuer aux sages-femmes libérales, la structure hospitalière ne la favorisant pas. De ce fait, une compétence autorisée aux sages-femmes depuis presque 30 ans (frottis cervico-vaginaux) et particulièrement utile au suivi gynécologique de prévention est nettement sous-pratiquée. C. Besoins et attentes des sages-femmes pour exercer ces compétences sages-femmes sur soit 80,6 % souhaitent une formation continue en contraception et soit 77,1 %, en suivi gynécologique de prévention 1.1. Quelle formation? La question posée étant globalisée, les résultats sont présentés ensemble. 80,64 % des sages-femmes ont une demande de formation théorique et d apprentissages techniques sur la contraception, et 77,1 % sur le suivi gynécologique de prévention. 60 % des sages-femmes demandent une formation clinique en gynécologie (conduite de consultation, examen gynécologique, examen des seins (68,6 %), suivi gynécologique de prévention (81 %). 44,62 % demandent une formation en sexologie, 38,46 % en conseil conjugal, 26,8 % en psychologie, et 23,9 % en pédagogie. La demande de formation des sages-femmes est homogène pour les 2 domaines de compétences, contraception et suivi gynécologique de prévention. Elle couvre toutes les exigences médicales requises pour cet exercice, tandis que la formation relative aux composantes psycho-sociales et pédagogiques est moins demandée Type et structure de formation souhaités et impact de la durée de formation initiale (plusieurs réponses possibles) Quelle que soit la durée de la formation initiale, la formation continue est souhaitée par ordre décroissant : à l hôpital en formation interne à 58,1 % et en école de sagesfemmes à 49,3 % (EPU) à l université à 32,6 % (DU et DIU) dans les réseaux à 29,1 % via l Ordre des sages-femmes à 23,6 % (journées de formation) au cabinet des gynécologues libéraux sous forme de stages à 19,2 % dans les associations de planification familiale à 13,9 %. La formation en 4 et 5 ans ne modifie pas cet ordre préférentiel, mais on note que les sagesfemmes demandent alors davantage de formations à l université et moins dans les réseaux et associations. Le choix massif des sagesfemmes en faveur de la formation hospitalière «en intra» est peut-être lié aux difficultés que certaines rencontrent pour accéder aux formations externes. Mais si la formation interne coûte moins, est vécue comme plus confortable, moins désorganisante, elle expose à une possible variabilité qualitative, à une valorisation préférentielle des pratiques locales, à moins d échanges et surtout, à une non reconnaissance universitaire, contradictoire avec l évolution actuelle de la formation. A remarquer : les 19,2 % de sages-femmes souhaitant une formation auprès des gynécologues libéraux, sous forme de stages, dans un esprit de partenariat, de transmission des savoirs, sans conflits afin de faire ainsi évoluer les relations entre les professions concernées par la santé des femmes. 2. Réticences à la formation Malgré le biais évident de cette question, les réponses sont claires : les sages-femmes qui ne sont pas favorables à une formation expriment leur méfiance quant à son impact sur la valorisation de ces nouvelles activités. Elles attendent des preuves qu une place leur sera effectivement réservée dans les domaines concernés avant de s engager dans une formation, perçue comme une charge supplémentaire, alors qu elles sont déjà surchargées par leur activité obstétricale, citée comme «cœur du métier». Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 7

8 INFORMATIONS ORDINALES AU TOTAL, CONCERNANT LE DEUXIEME OBJECTIF DE L ENQUETE : Quels sont les besoins et attentes des sages-femmes pour exercer ces nouvelles compétences? Les sages-femmes réclament massivement une formation de qualité dans les domaines de la contraception et du suivi gynécologique de prévention qui leur permette d acquérir de solides connaissances théoriques, une maitrise clinique des situations et la technique des gestes. Parmi les prestataires de formation possible, elles privilégient les structures hospitalières et les écoles de sages-femmes avant l université et la formation directe auprès des gynécologues. Un certain nombre d entre elles exprime néanmoins une grande méfiance quant à la reconnaissance d une formation spécifique, en termes de possibilités d exercice et de reconnaissance de ces nouvelles activités. Conclusion Cette enquête comportait une rubrique «Expression Libre» où apparaissent les constats suivants : 1. Les sages-femmes expriment un véritable intérêt pour ces nouvelles compétences qu elles sont nombreuses à avoir déjà intégré et seraient disposées à les pratiquer sous réserve d une formation de qualité, fortement demandée. Cette formation peut s inscrire dans un partenariat avec les gynécologues libéraux, les sages-femmes ne souhaitant pas que la mise en œuvre de ces nouvelles compétences soit source de conflit. 2. Elles expriment aussi fermement, avec une souffrance perceptible, un très grand besoin de reconnaissance professionnelle par leurs employeurs, les usagers, les autorités de santé et l assurance maladie, pour toutes les compétences qui leur sont dévolues et ne cessent de s étendre. Ce besoin de reconnaissance est autant d ordre moral, que médical et social et complètement lié à la revalorisation des salaires et des actes. Perspectives Cette enquête ouvre 2 axes de réflexion et d action : 1. Promouvoir une évolution des structures d exercice 1.1. En établissement public et PSPH Attribuer aux sages-femmes la prescription de contraception à la sortie de maternité pour les femmes en bonne santé (ne pas limiter leur rôle à l information tandis que la prescription est réservée à l interne). Confier aux sages-femmes des consultations postnatales destinées aux patientes en bonne santé, pour : étoffer l offre de soins et contribuer à rétablir l insuffisance de suivi dans cette période clé réaliser principalement : un véritable bilan de santé post accouchement, physique et psychologique, un bilan éventuel de l allaitement, la mise en place d une contraception médicalement adaptée et personnalisée, l information relative au suivi gynécologique et la réalisation des premiers actes de surveillance En PMI Identifier l exercice des sagesfemmes en centre de planification de PMI, en particulier la répartition des rôles entre sagefemme et médecin. Identifier la mise en œuvre de leur droit de prescription En clinique privée Selon l enquête, 38,6% des sages-femmes déclarant pratiquer une activité en contraception exercent en clinique privée. Si une seule sage-femme sur 197 déclare prescrire le stérilet, aucune n en pose. En ce qui concerne l implant, 4 sur 265 le prescrivent, et 2 sur 27 le posent. Il y a donc des possibilités, faibles certes, mais réelles, dans un type de structure à priori moins favorable. Comment évoluer? 1.4. En libéral La revalorisation des actes des sages-femmes est non seulement une nécessité, mais une condition à l exercice de ces nouvelles compétences. Quelle est la réalité de l accès des sages-femmes libérales à la formation continue? 2. Explorer les possibilités de formation continue ciblée 2.1. Recenser les formations existantes, ouvertes aux sages-femmes, universitaires ou non 2.2. Engager courageusement des démarches dans chaque région : Auprès des universitaires responsables de formations pour créer des DU/DIU de Planification familiale et de suivi gynécologique de prévention ouverts aux sages-femmes. Auprès des gynécologues-obstétriciens hospitaliers, via les sages-femmes cadres, pour organiser des formations internes. Auprès des écoles de sagesfemmes pour soutenir des projets d EPU. Auprès du Collège des sagesfemmes et des conseils de l Ordre pour renouveler des journées de formation sur ce thème. Ce vaste programme nous concerne tous et toutes, vos avis, réactions, idées sont les bienvenus, merci de votre participation! Pour le groupe de travail «Contraception, Santé des femmes» CHANTAL DUPOND, Présidente du CIR2 Tél : Conseil interrégional de l Ordre des sages-femmes du secteur 2 463, rue Pierre et Marie Curie Ludres 8

9 N 26 JANVIER 2011 Intervention dans les départements De nombreux événements sont régulièrement organisés par les conseils départementaux de l Ordre et différentes associations de sages-femmes. Ceux-ci représentent autant d occasions de s informer sur les actualités de la profession, de se former, de s investir au niveau ordinal ou associatif ou encore de rencontrer ses consœurs, ce qui contribue à la solidarité de la profession. En tant que présidente de l Ordre des sagesfemmes, je souhaitais présenter quelques manifestations auxquelles j ai participé et qui représentent autant d opportunités d avoir une vision globale de l exercice et de l énergie de la profession. L Assemblée générale des départements du Nord et du Pas-de- Calais s est déroulée à Lille le 23 novembre et a été organisée par les 2 conseils et leur Présidente respective : Christine Lemasson et Marie-Anne Poumaer. Comme chaque année, environ 200 sagesfemmes étaient présentes. Le programme, sous l intitulé «Approches complémentaires et alternatives en obstétrique : quelles ressources pour les femmes et les sagesfemmes?», a permis d évoquer l hypnose, l acupuncture, l homéopathie, l ostéopathie et l aromathérapie, de présenter 2 mémoires de fin d études de sages-femmes et également d aborder les actualités professionnelles. Le 26 novembre a eu lieu l Assemblée générale du conseil départemental de la Meurtheet-Moselle à Nancy, organisée par le conseil et sa dynamique Présidente M me Denise Zimmermann. Une centaine de sages-femmes du département étaient présentes pour entendre les nouveautés ordinales et des sujets de formation variés (point d actualité sur le dépistage de la Trisomie 21 ; enquête du CIR 2 ; sexualité du péri-partum, découverte de l haptonomie). L Assemblée générale du conseil départemental de la Meuse, organisée par la Présidente M me Alborghetti, s est tenue le 7 décembre 2010 à Issoncourt. Malgré la neige et une circulation difficile, la moitié des sages-femmes du département était présente pour une journée informative et amicale lors de laquelle a notamment était présentée la profession de sage-femme dans la loi HPST. Les 18 et 19 novembre 2010 ont eu lieu les 6 èmes journées post universitaire des sagesfemmes de la Guadeloupe. Cette manifestation, qui a rassemblé de nombreux orateurs et 150 sages-femmes, était organisée par l AGIFCSF (association guadeloupéenne pour l information et la formation des sages-femmes) et présidée avec brio par Evelyne-Lucetta Delver. Ces 2 journées étaient axées sur les techniques obstétricales de prise en charge de l accouchement physiologique, les sorties précoces et les suites de couches pathologiques. Les sujets traités par les médecins et les sages-femmes étaient judicieusement orientés sur la prise en charge spécifique des mères et des nouveau-nés des Antilles Caraïbes et l exercice des sages-femmes dans les Caraïbes a été présenté par des sages-femmes de Trinidad, de Sainte-Lucie et de la Barbade. La situation désespérée d Haïti a également été relatée de façon poignante. Les différentes applications de la loi HPST ont également pu être évoquées. Le 13 janvier 2011, Rachel Chérubin, Présidente de l Ordre des sagesfemmes de la Martinique, a organisé sa dernière Assemblée générale avant de quitter ce conseil départemental. Figure emblématique de ce département d Outremer, Rachel Chérubin est élue titulaire de ce conseil départemental depuis 30 ans et en est la présidente depuis Elle a su impulser une dynamique certaine dans les Antilles en organisant tous les ans une journée de formation de haut niveau scientifique pour les sages-femmes de la Martinique et de la Guadeloupe. Nous la remercions pour le travail accompli. Félicitations aux organisatrices de toutes ces manifestations qui contribuent à l information, à la formation et à la vitalité de notre profession. MARIE JOSÉE KELLER Conseil national de l Ordre des Sages-Femmes 9

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation

Fiche métier. Assistant socio-éducatif. Formation. Domaine de compétence. Activités. Au sein des Maisons du Rhône du secteur d habitation Assistant socio-éducatif 4 diplôme d état d assistant de service social 4 formation diplômante sur 3 ans dont 12 mois de stages pratiques 4 accueil, écoute, évaluation, information, orientation des personnes

Plus en détail

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES

REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES REFERENTIEL DE COMPETENCES-MISSIONS et ACTIVITE DES SAGES-FEMMES COORDINATRICES ET DE LEURS COLLABORATRICES Ont participé à la réalisation de ce document, l Association Nationale des Sages-femmes Cadres,

Plus en détail

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC

LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC LES SERVICES DE SAGE-FEMME AU QUÉBEC UNE PRIORITÉ DE LA POLITIQUE DE PÉRINATALITÉ (2008-2018) Mémoire présenté aux membres de la commission parlementaire de la santé et des services sociaux Préparé par

Plus en détail

Chapitre VI Le rôle des sages-femmes dans le système de soins

Chapitre VI Le rôle des sages-femmes dans le système de soins 173 Chapitre VI Le rôle des sages-femmes dans le système de soins LE ROLE DES SAGES-FEMMES DANS LE SYSTEME DE SOINS 175 PRESENTATION Le rapport public annuel de la Cour de 2006, dans son chapitre relatif

Plus en détail

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004

Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Protection Maternelle et Infantile Santé scolaire (33b) Professeur Dominique PLANTAZ Septembre 2004 Objectifs : indiquer les objectifs de prévention du Service départemental de Protection Maternelle et

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90. Vu le code de la sécurité sociale articles L.33 et suivants

CIRCULAIRE CDG90. Vu le code de la sécurité sociale articles L.33 et suivants CIRCULAIRE CDG90 18/14 CONGE DE MATERNITE : CONDITION D OCTROI ET DUREE POUR LES FONCTIONNAIRES RELEVANT DU REGIME SPECIAL DE SECURITE SOCIALE Vu le code général des collectivités territoriales Vu le code

Plus en détail

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg»

Conférence de Presse 11/09/2013. «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» Conférence de Presse 11/09/2013 «Système de Surveillance de la Santé Périnatale au Luxembourg» La Santé Périnatale au Luxembourg Etat des lieux Présentation de deux rapports : Surveillance de la Santé

Plus en détail

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées

Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Suivi de la grossesse et orientation des femmes enceintes en fonction des situations à risque identifiées Grossesse a priori «normale» Quelle prise en charge? Sécurité médicale RPC EBM Opinion des usagers

Plus en détail

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE

DROITS A L ASSURANCE MATERNITE I. Ouverture des droits DROITS A L ASSURANCE MATERNITE Les conditions d ouverture des droits tant aux prestations en nature qu aux prestations en espèce de l assurance maternité s apprécient soit au début

Plus en détail

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE

CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE CONVENTION COLLECTIVE NATIONALE DE LA MUTUALITE ACCORD DE BRANCHE SUR L EGALITE PROFESSIONNELLE PREAMBULE L égalité professionnelle doit être un axe fort de la politique des ressources humaines au sein

Plus en détail

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE

PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Royaume du Maroc Ministère de la Santé PLAN D ACTION 2012 2016 POUR ACCELER LA REDUCTION DE LA MORTALITE MATERNELLE ET NEONATALE Fin du Compte à rebours 2015 Avec l appui de Contexte En souscrivant aux

Plus en détail

La planification familiale

La planification familiale La planification familiale après l avortement spontané ou provoqué Introduction Les grossesses non désirées sont l une des principales raisons pour lesquelles les femmes choisissent d avorter. Beaucoup

Plus en détail

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso

Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Observatoire des Fonctions Publiques Africaines (OFPA) Le statut des agents de la fonction publique : expérience du Burkina Faso Quels statuts pour motiver les personnels et soutenir les efforts de développement

Plus en détail

LE DIABETE GESTATIONNEL

LE DIABETE GESTATIONNEL Document de synthèse sur le diabète gestationnel DOCUMENT DE SYNTHESE LE DIABETE GESTATIONNEL Preface Document de synthèse sur le diabète gestationnel Cher lecteur, chère lectrice Ce document est un guide

Plus en détail

BELGIQUE. 1. Principes généraux.

BELGIQUE. 1. Principes généraux. BELGIQUE Les dépenses de protection sociale en Belgique représentent 27,5%PIB. Le système belge est de logique bismarckienne. La principale réforme récente concerne le risque maladie. 1. Principes généraux.

Plus en détail

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN

PRESENTATION PROJET 2010-2015. Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN PRESENTATION PROJET 2010-2015 Ch. RICHELME et la Cellule de coordination du RSN Bilan d activité du RSN année 2009 Population cible : 18000 couple mère enfant Professionnels impliqués dans le réseau :

Plus en détail

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques

Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects éthiques et déontologiques Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins d octobre 2013 Section éthique et déontologie Constats et certificats de décès à domicile ou sur site privé ou public : aspects

Plus en détail

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT

PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT Guide Pratique Protection de l enfance PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE L ADOLESCENT grandir parents respecter prévenir devoirs écouter mieux-être protéger PRÉVENTION EN FAVEUR DE L ENFANT ET DE

Plus en détail

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT

DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT DONNER NAISSANCE NE DOIT PAS ÊTRE UNE QUESTION DE VIE OU DE MORT Mise à jour avec rétroinformation technique de décembre 2012 Chaque jour, près de 800 femmes meurent durant la grossesse ou l accouchement

Plus en détail

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale

PARTIE I - Données de cadrage. Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Indicateur n 9 : Consommation de soins par habitant Sous-indicateur n 9-1 : Nombre de consultations de médecins par habitant, perspective internationale Le nombre moyen de consultations médicales par habitant

Plus en détail

FORMATION MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR

FORMATION MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE COUV. DE FORMATION MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME 2015/2016 WWW.UMONTPELLIER.FR OFFRE DE FORMATION / MAIEUTIQUE / SAGE-FEMME L ADMISSION DANS LES ÉCOLES DE MAÏEUTIQUE / SAGE-FEMME L admission dans les départements

Plus en détail

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits

Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits Salariés FÉVRIER 2014 Vous avez eu ou élevé des enfants Vos droits B Les majorations de durée d assurance B Le congé parental B La majoration pour 3 enfants Vous avez eu ou élevé des enfants Vous avez

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

I. Les dates clés à connaître

I. Les dates clés à connaître NOTE D INFORMATION 2013/27 du 23 décembre 2013 SOCIAL : Protection sociale complémentaire : les modifications à venir en 2014 Il est urgent de s en occuper I. Les dates clés à connaître Les employeurs

Plus en détail

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs

Droits et obligations des travailleurs et des employeurs Droits et obligations des travailleurs et des employeurs La Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) vise à assurer des conditions de santé et de sécurité minimales dans les entreprises québécoises.

Plus en détail

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL,

Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, Contact chargées de mission FEHAP Centre : Magali BASTELICA, magali.bastelica@fehap.fr, 06 45 55 50 12 Nathalie PERPINIAL, nathalie.perpinial@fehap.fr, 06 74 72 73 78 SOMMAIRE Pourquoi la FEHAP intervientelle

Plus en détail

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE

Le dossier médical. du médecin libéral. Patrice MARIE LE GUIDE DE L ENTRÉE DANS LA VIE PROFESSIONNELLE du médecin libéral Patrice MARIE, c est l ensemble des documents concernant la santé d un patient donné que le médecin garde, en temps que médecin traitant. La loi, promulguée le 4 mars 2002, réaffirme

Plus en détail

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson

Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Présent pour vous Allaitement maternel et alimentation du nourrisson Préambule L Ordre des pharmaciens du Québec assure la protection du public en encourageant les pratiques pharmaceutiques de qualité

Plus en détail

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS BUREAU SYNDICAL du 20 juin 2014

EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS BUREAU SYNDICAL du 20 juin 2014 SMIRTOM du SAINT-AMANDOIS EXTRAIT DU REGISTRE DES DELIBERATIONS BUREAU SYNDICAL du 20 juin 2014 L an deux mil quatorze, le 20 juin à neuf heures trente, le bureau syndical du SMIRTOM du Saint-Amandois

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2013 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2013 L assurance maternité Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX

L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX L INDEMNISATION NON CONTENTIEUSE DES ACCIDENTS MÉDICAUX André Lienhart Membre de la Commission nationale des accidents médicaux. Département d Anesthésie-Réanimation, hôpital Saint-Antoine, 184 rue du

Plus en détail

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice.

ENQUÊTE SALARIÉS. VIAVOICE Mieux comprendre l opinion pour agir 178 rue de Courcelles 75 017 Paris + 33 (0)1 40 54 13 90 www.institut-viavoice. Délégation interministérielle à la Famille ENQUÊTE SALARIÉS Baromètre de l Observatoire de la parentalité en entreprise, en partenariat avec la Délégation interministérielle à la famille et l Union nationale

Plus en détail

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs

GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat. Au service de la réussite de chacun. Commission scolaire des Draveurs Commission scolaire des Draveurs GUIDE DU NOUVEL EMPLOYÉ Personnel enseignant régulier et à contrat Au service de la réussite de chacun N.B. Dans le présent texte, le générique masculin est utilisé sans

Plus en détail

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit.

Protocole. [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. Protocole [anonyme et gratuit] Avec la Région, on en parle, on agit. 1. 2. Descriptif du dispositif Le contexte... p. 4 Les objectifs... p. 5 Les bénéficiaires... p. 5 Le chéquier et les coupons... p.

Plus en détail

EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006. Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique

EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006. Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique EMMA EVALUATION DE LA MATERNITE EN MARTINIQUE EN 2006 Enquête de satisfaction auprès des patientes des soins en obstétrique de Martinique Réalisée par le Réseau périnatal de la Martinique rapport rédigé

Plus en détail

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI

Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI Programme détaillé Analyse des actions de prévention précoce en PMI La formation continue du Centre d Ouverture Psychologique Et Sociale (Copes) s adresse à tous les acteurs du champ médical, psychologique,

Plus en détail

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN

LA CONTRACEPTION SUR L INFORMATION REÇUE EN LA CONTRACEPTION 1 SATISFACTION DES PATENTES SUR L INFORMATION REÇUE EN POST PARTUM INTRODUCTION Contexte : 2 Élargissement des compétences de SF (contraception & gynécologie de prévention) (1) Rôle dans

Plus en détail

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel»

Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» Dép. 30 «Service d adaptation progressive en milieu naturel» PRESENTATION DE L ACTION Intitulé, ancienneté et lieu d implantation Le Service d adaptation progressive en milieu naturel SAPMN- du Gard a

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

La protection sociale en France

La protection sociale en France 18 La protection sociale en France FONCTIONNEMENT La protection sociale peut fonctionner selon trois logiques. LA LOGIQUE D ASSURANCE SOCIALE La logique d assurance sociale a pour objectif de prémunir

Plus en détail

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale

Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale Fédération Nationale des Syndicats d Internes en Pharmacie et en Biologie Médicale president@fnsip.fr Tél : 06.10.28.39.18 5, rue Frederick Lemaître 75020 Paris www.fnsip.fr Twitter : @fnsip Fédération

Plus en détail

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014

L assurance soins de santé en Belgique : une introduction. Thomas Rousseau 12 juin 2014 L assurance soins de santé en Belgique : une introduction Thomas Rousseau 12 juin 2014 Introduction L assurance maladie obligatoire L assurance soins de santé L assurance indemnités (maladie, accident,

Plus en détail

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres

SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE. p. 3. p. 4 LE CESU. p. 5. Les outils. p. 6. Le centre de simulation. Quelques chiffres SOMMAIRE COMMUNIQUÉ DE PRESSE p. 3 LE CESU Les outils Le centre de simulation Quelques chiffres Un exemple : la formation à l emploi des infirmiers des services d urgences En annexe p. 4 p. 5 p. 6 p. 6

Plus en détail

LES CONGES DU PRATICIEN HOSPITALIER FICHES PRATIQUES

LES CONGES DU PRATICIEN HOSPITALIER FICHES PRATIQUES LES CONGES DU PRATICIEN HOSPITALIER FICHES PRATIQUES 1 SOMMAIRE RTT / CET p. 4 et 5 LES CONGES FORMATION p. 6 LES CONGES MATERNITE ET PATERNITE p. 7 et 8 LE CONGE PARENTAL p. 9 et 10 LES AUTORISATIONS

Plus en détail

Adoptée : En vigueur : Amendement :

Adoptée : En vigueur : Amendement : SCOLARISATION À LA MAISON Adoptée : En vigueur : Amendement : 9 novembre 2010 (CC-2010-463) 9 novembre 2010 TABLE DES MATIÈRES 1. DISPOSITIONS GÉNÉRALES.. 3 1.1 Objet et but de la politique 3 1.2 Champ

Plus en détail

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient

Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Annexe 2 Les expressions du HCAAM sur la coordination des interventions des professionnels autour du patient Dans son avis de 2012 «L assurance maladie : les options du HCAAM» qui synthétise l ensemble

Plus en détail

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer

Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer DOCUMENT D INFORMATION POUR LES PROFESSIONNELS Projet de grossesse : informations, messages de prévention, examens à proposer Septembre 2009 DÉFINITION ET OBJECTIF Dès lors qu ils expriment un projet de

Plus en détail

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino

Pour des parents bien dans leur job. Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino Pour des parents bien dans leur job Livret à destination des salariées et salariés du groupe Casino innovation édito Chère collaboratrice, cher collaborateur, Nous avons le plaisir de vous adresser le

Plus en détail

Droits et accueil des usagers

Droits et accueil des usagers Système de santé Droits et accueil des usagers Les règles d accessibilité aux informations de santé à caractère personnel Que ce soit lors d une consultation en ville ou, au sein d un établissement de

Plus en détail

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS

TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Circulaire C.G n 04.18 D.M du 3 novembre 2004 Mise à jour Juillet 2008 TEMPS DE TRAVAIL COMPTE ÉPARGNE TEMPS Réf. : - Décret 2004.878 du 26 août 2004 relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique

Plus en détail

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE

STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE STRATÉGIE MANITOBAINE DE PROMOTION DE L ALLAITEMENT MATERNEL DE 2 0 1 3 INTRODUCTION La première stratégie manitobaine de promotion de l allaitement maternel a été conçue à l automne 2006 afin de mettre

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

ECOLE DE SAGES-FEMMES POITIERS

ECOLE DE SAGES-FEMMES POITIERS ECOLE DE SAGES-FEMMES POITIERS SOMMAIRE Présentation de l Ecole p 3 à 9 Localisation p 4 Organigramme p 5 Les ressources matérielles p 7 Les horaires de la formation p 8 La capacité de formation p 9 L

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1.

UEMS - OB/GYN SECTION LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. UEMS - OB/GYN SECTION Board et Collège Européen de Gynécologie et d' Obstétrique ( EBCOG) LA FORMATION DU SPECIALISTE EN GYNECOLOGIE OBSTETRIQUE PROPOSITIONS DU GROUPE DE TRAVAIL DE L' EBCOG 1. ADOPTEES

Plus en détail

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le

MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le MONTENEGRO - CODE DU TRAVAIL DE 2003 I. DISPOSITIONS FONDAMENTALES Article premier Les droits et obligations des employés sur la base du travail, le mode et la procédure de leur réalisation, sont régis

Plus en détail

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales

NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004. Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION GENERALE DE LA POLICE NATIONALE DIRECTION DE L ADMINISTRATION DE LA POLICE NATIONALE NOR/INT/C/04/00111/C Paris, le 8 septembre 2004 Le ministre de l intérieur de la sécurité intérieure et des

Plus en détail

Infection par le VIH/sida et travail

Infection par le VIH/sida et travail Documents publiés dans la collection VIH-sida du ministère de la Santé et de la Protection sociale : COLLECTION VIH/SIDA Sida-MST (maladies sexuellement transmissibles) Transmission - Diagnostic/dépistage

Plus en détail

Le Conseil Municipal des Jeunes Qu est-ce qu un Conseil Municipal des Jeunes? Le Conseil Municipal des Jeunes (CMJ) est une assemblée qui réunit des jeunes Volvicois de la 6 ème à la 4 ème. Il est composé

Plus en détail

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution!

L ANI du 11 janvier 2013 : une petite révolution! L ANI du 11 janvier : une petite révolution! Que prévoit l accord? L article 1 er de l Accord National Interprofessionnel du 11 janvier, prévoit, dans le cadre de la sécurisation de l emploi, la généralisation

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI ET DE LA SANTÉ Décret n o 2011-467 du 27 avril 2011 relatif aux états statistiques des entreprises d assurances, des mutuelles

Plus en détail

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015

L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices. Édition 2015 1 L assurance maternité des femmes chefs d entreprises et des conjointes collaboratrices Édition 2015 L ASSURANCE MATERNITÉ Sommaire Les prestations maternité 3 Cas particuliers 8 Le congé paternité 11

Plus en détail

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale

Mes droits parentaux et le Régime québécois d assurance parentale Quebec Provincial Association of Teachers L Association provinciale des enseignantes et enseignants du Québec (RQAP) et le Régime québécois d assurance parentale Mes droits Ce guide destiné au personnel

Plus en détail

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE

REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE REGLEMENT D'ORDRE INTERIEUR DU CONSEIL ACADEMIQUE (Adopté par le Conseil académique du 20 janvier 2014, PV n 1, p. 5 ; modifié par le Conseil académique du 30 juin 2014, PV n 9, p. 1100.). Conditions de

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Guide du salarié Exonération des primes d assurance-vie Guide du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour demander le maintien de votre

Plus en détail

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010

LES RETRAITES. Dossier d information. Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 LES RETRAITES en france Dossier d information Avril 2010 Contact presse Éva Quickert-Menzel 01 44 38 22 03 Sommaire Chiffres-clés des retraites...

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants

Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010. Axe Emploi et Solidarité. PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 Axe Emploi et Solidarité PME - Indépendants Plateforme électorale Ecolo Elections fédérales du 13 juin 2010 PME - Indépendants Etat des lieux

Plus en détail

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA

LES REPONSES À VOS QUESTIONS. ZOOM Qu est-ce que la contribution au FNCIP-HT ACTUALITÉ AGENDA Le magazine des informations sociales de la Fédération Nationale de l Habillement LES REPONSES À VOS QUESTIONS Complémentaire santé : une nouvelle obligation pour les employeurs janvier février mars 2015

Plus en détail

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL

L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL L EXPERIENCE DE LA NEGOCIATION EUROPEENNE CHEZ TOTAL Plan : Introduction I.- Le Dialogue Social européen et son cadre La négociation européenne : - pour l entreprise - pour les partenaires sociaux Les

Plus en détail

GUIDE DES FRONTALIERS

GUIDE DES FRONTALIERS Avec le soutien de l Union européenne SOMMAIRE Fiche 1 Fiche 2 Fiche 3 Fiche 4 Fiche 5 Fiche 6.1 Fiche 6.2 Fiche 6.3 Fiche 7 Fiche 8 Fiche 9 Fiche 10 Fiche 11 Fiche 12 Fiche 13 Fiche 14 Fiche 15 Généralités

Plus en détail

Berne, le 15 avril 2014. Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern

Berne, le 15 avril 2014. Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern Berne, le 15 avril 2014 Secrétariat d Etat à la formation, à la recherche et à l innovation Monsieur Josef Widmer Effingerstrasse 27 3003 Bern par: stefanie.haab@sbfi.admin.ch Prise de position de l association

Plus en détail

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT

DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DIPLOME D ETAT D AIDE SOIGNANT DEFINITION DU METIER L aide soignant exerce son activité sous la responsabilité de l infirmier, dans le cadre du rôle propre qui relève de l initiative de celui-ci, défini

Plus en détail

PEGC Académie de Rennes

PEGC Académie de Rennes Septembre 2014 SNUipp-FSU CONTACTS Sections départementales SNUipp Côtes d'armor snu22@snuipp.fr Tél : 02 96 61 88 24 Finistère snu29@snuipp.fr Tél : 02 98 53 76 77 Ille et Vilaine snu35@snuipp.fr Tél

Plus en détail

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la

Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Mémoire de la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec (FTQ) présenté à la Commission des affaires sociales concernant la Loi sur l assurance parentale et le projet de règlement sur l assurance

Plus en détail

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS

PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS PROTÉGER LA SANTÉ DE VOS SALARIÉS AVANTAGES RÉSERVÉS À L ENTREPRISE ET AUX SALARIÉS COMPLÉMENTAIRE SANTÉ COLLECTIVE ASSURER LE REMBOURSEMENT DE VOS DÉPENSES PRÉVOIR LE REMBOURSEMENT DE SES DÉPENSES DE

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER

Michel Magras. compte-rendu PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE L OUTRE-MER Michel Magras Sénateur de Saint-Barthélemy Président de la Délégation sénatoriale à l outre-mer compte-rendu (suite) Séance du vendredi 26 juin 2015 PROJET DE LOI RELATIF À LA MODERNISATION DU DROIT DE

Plus en détail

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T)

NOTE D INFORMATION COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) NOTE D INFORMATION CV Réf. : II-6-1-14 Pôle des services 1 er avril 2011 Tel : 05 63 60 16 66 1-3 Temps de travail Mail : services@cdg81.fr COMPTE EPARGNE-TEMPS (C.E.T) Décret n 2004-878 du 26 août 2004

Plus en détail

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé

Module 1. Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Module 1 Formation à la structure Mutuelle et aux outils d'accès aux soins de santé Partie 3 - Assurance Maladie Invalidité les indemnités. Plan A- INCAPACITÉ PRIMAIRE(1)(2) B- INVALIDITÉ (1)(2) (3)Principes

Plus en détail

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES

ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES ACCORD DISTRIBUTION CASINO FRANCE RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE ENTRE LES FEMMES ET LES HOMMES La Direction de Distribution Casino France, représentée par M. Gérard MASSUS, Directeur des Ressources

Plus en détail

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées,

Règlement Départemental d Aide Sociale PRÉAMBULE. aide sociale aux personnes handicapées, Février 2008 PRÉAMBULE L aide sociale qui relève de la compétence des conseils généraux depuis les lois de décentralisation de 1983 comprend des prestations et services destinés aux personnes qui se trouvent

Plus en détail

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE

CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE CHARTE DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES POUR L APPRENTISSAGE TOUT AU LONG DE LA VIE European University Association Association Européenne de l'université Copyright 2008 par l Association Européenne de l Université

Plus en détail

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation

GRETA M2S. Métiers de la Santé et du Social. Le salarié et ses droits à la formation GRETA M2S Métiers de la Santé et du Social Le salarié et ses droits à la formation Le DIF Droit individuel à la formation ))) Qu est-ce que c est? Le DIF permet au salarié de négocier avec son employeur,

Plus en détail

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié

Exonération des primes d assurance-vie. Déclaration du salarié Exonération des primes d assurance-vie Déclaration du salarié Déclaration du salarié Garantie d exonération des primes d assurance-vie collective Le présent guide contient les formulaires à remplir pour

Plus en détail

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0

Claude-Annie Duplat. Votre retraite. Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Claude-Annie Duplat Votre retraite Quand? Comment? Combien? Groupe Eyrolles, 2004, ISBN 2-7081-3557-0 Chapitre 4 Le nouveau calcul de la retraite de base La loi d août 2003 portant réforme des retraites

Plus en détail

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins.

BILAN GENERAL. Les enjeux de la santé qui préoccupent le plus les familles pour l avenir sont la proximité et la qualité des soins. BILAN GENERAL Analyse générale A partir des 380 personnes enquêtées dans la région Auvergne, on a pu constater, au travers de cette enquête de l URAF, que 77% des familles interrogées sont globalement

Plus en détail

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT

AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT AOÛT 2012 11_INT_603 RÉPONSE DU CONSEIL D'ETAT à l'interpellation Jacques-André Haury sur la responsabilité civile des infirmières et infirmiers engagés au triage des urgences au CHUV Rappel de l'interpellation

Plus en détail

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010

Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Règlement pour la mise en œuvre du compte épargne temps à compter du 15 décembre 2010 Préambule : La mise en œuvre du compte épargne-temps correspond à l application de l article 1 er du décret 2004-878

Plus en détail

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération

De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération De l influence du taux de couverture des caisses de pension sur la réforme du système de rémunération Les enjeux du nouveau système de politique de rémunération Suite aux diverses propositions faites par

Plus en détail

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER :

2 - Situation actuelle. 3 Santé de l élève : 1 - État civil & coordonnées. Photo. Identité PIECES OBLIGATOIRES À JOINDRE AU DOSSIER : 30 rue des Berceaux 62630 ETAPLES : 03 21 94 57 36 www.enseignement-prive-etaples.com Centre de Formation Continue Dispensateur de Formation N 31620218262 Dossier de Candidature BTS MANAGEMENT DES UNITÉS

Plus en détail

Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne)

Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne) Objet : Demande d admission à l Université de Mons Année académique 2010-2011 (Etudiants hors Union Européenne) Madame, Mademoiselle, Monsieur, Afin de permettre l examen de votre demande d admission à

Plus en détail

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007

ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 ACCORD DU 9 DECEMBRE 2014 PORTANT MODIFICATION DE L ACCORD RELATIF A L EGALITE PROFESSIONNELLE DANS LA BRANCHE CREDIT MUTUEL DU 21 MARS 2007 Préambule Dans le prolongement de la loi du 9 mai 2001 relative

Plus en détail

DOSSIER D INSCRIPTION POUR LE CONCOURS D ENTREE EN FORMATION AIDE-SOIGNANTE 2015

DOSSIER D INSCRIPTION POUR LE CONCOURS D ENTREE EN FORMATION AIDE-SOIGNANTE 2015 INSTITUT DE FORMATION EN SOINS INFIRMIERS HOPITAUX DU LEMAN B.P. 526 74203 Thonon-les-Bains Cedex Tél : 04.50.83.22.50 Fax : 04.50.83.22.68 Mail : ifsi-sec@ch-hopitauxduleman.fr DOSSIER D INSCRIPTION POUR

Plus en détail

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives

Principales autorisations d absence. Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Principales autorisations d absence Référence : circulaire n 2002-168 du 02 août 2002 r elative aux autorisations d absence de droit et facultatives Les autorisations d'absence de droit Travaux d'une assemblée

Plus en détail

SPÉCIAL C.A.T.S. L attitude irresponsable de la DRH vous contraint à saisir la justice!

SPÉCIAL C.A.T.S. L attitude irresponsable de la DRH vous contraint à saisir la justice! Petits rappels : DELEGATION NATIONALE CGT «LE CREDIT LYONNAIS» 15, rue Feydeau - 75002 PARIS BC : 315.41 : 01.42.95.13.80 : 09.72.19.71.15 Lotus : cgt_dsn - e.mail :cgt_dsn@lcl.fr SPÉCIAL C.A.T.S. L attitude

Plus en détail

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale

Le salaire des internes en DES de Médecine Générale Le salaire des internes en DES de Médecine Générale *************** «Le salaire est la contrepartie du travail fourni» Guide pratique du droit au travail, La Documentation Française. **************** (I)

Plus en détail

Manifestation des sages-femmes du 5 mai,

Manifestation des sages-femmes du 5 mai, La lettre du Conseil de l Ordre N 20 Juillet 2009 Manifestation des sages-femmes du 5 mai, p 13 HPST, où en est-on? Les Assises 2009. p 7 p 12 Et aussi Les actualités européennes Lettre juridique : le

Plus en détail

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication

Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Avenir des retraites : l Assurance retraite lance une grand campagne de communication Alors que les concertations sur la réforme des retraites sont actuellement en cours, l Assurance retraite, premier

Plus en détail