Gaz Non conventionnels DES RESSOURCES pour le futur

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Gaz Non conventionnels DES RESSOURCES pour le futur"

Transcription

1 SECTEURS DE CROISSANCE Gaz Non conventionnels DES RESSOURCES pour le futur

2 Des ressources abondantes et largement répandues ENJEUX Gaz de charbon, gaz de schiste, tight gas : les gaz non conventionnels (GNC) sont abondants et répartis sur tous les continents. Leurs ressources sont équivalentes à celles du gaz conventionnel. Répartition mondiale par type de gaz ressources récupérables en Tmc Source : World Energy Outlook 2009 Danemark Nordjylland Nordsjælland Pologne Chelm Werbkowice Amérique du nord 126 états-unis Barnett Shale FRANCE Montélimar Algérie Timimoun Ahnet AFRIQUE ET MOYEN-ORIENT 218 EUROPE & CEI 233 Asie 144 Chine Sulige Gaz conventionnel Tight gas Gaz de charbon Gaz de schiste Conv. 405 TOTAL Non conv Amérique du sud 66 Argentine La Escalonada Rincon La Ceniza Aguada de Castro Pampa Las Yeguas II Cerro Las Minas Cerro Partido San Roque Aguada Pichana Australie Projet Gladstone LNG ACTIFS TOTAL En projet / développement / production En exploration L e volume des ressources en gaz de schiste (ou shale gas), tight gas et gaz de charbon est estimé aujourd hui par l AIE (Agence Internationale de l Énergie) à milliards de m 3, soit environ 50 % des ressources gazières mondiales. Les gaz de schiste concentrent la plus grosse part de ce potentiel. L étendue des roches mères dont ils sont issus est beaucoup plus importante que celle des réservoirs gaziers classiques. Et leur présence sur tous les continents de la planète élargit également les perspectives de l exploration. Une demande croissante Les gaz non conventionnels constituent une source potentielle majeure du renouvellement des ressources en gaz. Avec une production en croissance annuelle de près de 3 % en moyenne depuis plus de trente ans, le gaz est l énergie fossile dont la progression est la plus soutenue. Des volumes très importants restent à produire : au rythme actuel de la consommation, les ressources déjà connues permettront de répondre aux besoins du marché mondial pendant plus de cinquante ans. Le très fort potentiel des gaz non conventionnels devrait prolonger durablement la capacité de l industrie pétrolière à répondre aux besoins énergétiques de la planète. Et en particulier à la croissance programmée de la part du gaz naturel dans la génération d électricité 2

3 Total, acteur de référence ENJEUX Impliqué depuis une dizaine d années dans la production des tight gas, Total s est récemment investi dans celle des gaz de schiste et du gaz de charbon. P artenaire de sociétés dotées d une expertise éprouvée dans l exploitation des gaz de schiste et de charbon, Total produit désormais tous les types de gaz non conventionnels : TIGHT GAS AGUADA PICHANA, ARGENTINE Deuxième opérateur gazier en Argentine, Total y opère le champ d Aguada Pichana, situé dans le bassin de Neuquén. Ce champ, d une géologie très complexe, conjugue réservoirs conventionnels et réservoirs de tight gas. En 2008, Total a déployé un important pilote de monitoring de la fracturation de ces puits afin de tester différents dispositifs d acquisition de données microsismiques. GAZ DE SCHISTE BARNETT SHALE, ÉTATS-UNIS Depuis janvier 2010, Total est associé avec Chesapeake, second producteur de gaz américain et premier producteur mondial de gaz de schiste, sur les Barnett Shale. Il s agit du plus gros champ de gaz de schiste américain. Ses puits producteurs délivrent aujourd hui une production d environ 31 millions de m 3 par jour (1 100 millions de pieds cubes), soit près de 8 % de la production américaine totale de gaz de schiste. GAZ DE CHARBON PROJET GLADSTONE LNG, AUSTRALIE Santos (opérateur, 30 %) et ses partenaires, Total (27,5 %), Petronas (27,5 %) et Kogas (15 %) ont annoncé début 2011 leur décision de lancer en Australie le projet de Gladstone LNG, qui représente un investissement, avant démarrage, de 16 milliards de dollars. Cet immense projet intégré, situé dans le Queensland (Est de l Australie), comprend l extraction du gaz de charbon, son transport par un gazoduc de 420 km, et la construction d une usine de liquéfaction sur l île de Curtis, dans le port de Gladstone Site de forage, Aguada Pichana Le «boom» américain PRODUCTION DES ÉTATS-UNIS Pionniers de la valorisation des gaz non conventionnels, les États-Unis en restent les leaders. Milliards de m 3 par an Gaz de schiste Gaz de charbon Tight gas Gaz conventionnel Source : EIA, Annual Energy Outlook 2011 La production des tight gas et du gaz de charbon y a été initiée dès les années 1970 pour compenser le déclin des champs de gaz conventionnels. Dans les années 1990, de petits producteurs indépendants ont commencé à exploiter les shale gas. Des acteurs industriels maîtrisant des techniques de production avancées les ont rejoints plus récemment, entraînant une très forte montée en puissance de ce type de ressources. Représentant actuellement 14 % de la production américaine de gaz (65 millions de m 3 par an), la part des gaz de schiste atteindra rapidement 20 %, pour se hisser à 45 % à l horizon 2035, selon les prévisions. L exploitation des gaz de schiste dans le Marcellus permettra de créer nouveaux emplois dans les 10 ans à venir et on estime que 150 professions différentes sont impliquées dans cette activité. Au Québec, ce sont emplois pour 150 puits par an qui sont envisagés. 3

4 Des gaz spécifiques à produire PRODUCTION Les gaz non conventionnels sont piégés dans des gisements atypiques de par leur localisation et leurs caractéristiques géologiques. Leur production exige le recours à des techniques adaptées pour les libérer. D ans le sous-sol, les hydrocarbures sont piégés dans des roches dites «réservoir». Malgré cette appellation, il ne s agit pas de vastes poches continues, mais de minuscules pores entre les grains qui forment la matrice de ces roches. Des gisements atypiques Les gaz non conventionnels sont contenus dans des réservoirs très spécifiques qui rendent leur extraction particulièrement difficile : Le tight gas est piégé dans des réservoirs ultracompacts, dont la porosité et la perméabilité sont très faibles. Les pores de la roche-réservoir contenant le gaz sont minuscules, et la compacité de la roche est telle que le gaz ne peut s y mouvoir que très difficilement. Le gaz de schiste est quant à lui extrait d une couche géologique appelée «roche mère» et non d un réservoir pétrolier classique. Cette roche sédimentaire argileuse est naturellement peu perméable. Le gaz s y trouve soit adsorbé, c est-à-dire intimement imbriqué dans la matière organique, soit à l état libre dans le volume poreux de la roche. Pièges géologiques Le gaz de charbon est emprisonné dans les gisements... de charbon. Excellent «stockeur» de gaz, le charbon peut en effet contenir, adsorbé à sa surface, de deux à trois fois plus de gaz par unité de volume de roche que les gisements gaziers classiques. Le défi de la perméabilité La perméabilité, qui s exprime en Darcy, est l un des paramètres marquant la frontière entre réservoirs «conventionnels» et «non conventionnels». Elle peut atteindre 1 Darcy dans un piège à hydrocarbures classique et chute à quelques dizaines de microdarcy dans les réservoirs de tight gas, plus compacts qu une brique. Dans le cas des gaz de schiste, elle s effondre à des valeurs mille fois plus faibles que pour les tight gas. Elle se mesure alors en nanodarcy. Des techniques de production adaptées Dans ces conditions, des technologies spécifiques de forage et de stimulation de la production doivent être mises en œuvre pour aider leur remontée du fond des puits jusqu à la surface. Total maîtrise ces techniques depuis de nombreuses années : des puits horizontaux permettant d optimiser le drainage du gisement ; la fracturation ou stimulation hydraulique de la roche afin d augmenter sa perméabilité. Un réseau de fissures latérales est produit par une injection d eau sous pression dans le réservoir, permettant au gaz de circuler jusqu au puits. L exploitation du gaz de charbon s avère moins technologique que celle des autres gaz non conventionnels. Elle est toutefois très spécifique, car elle exige de réduire la pression dans le filon de charbon pour libérer le gaz. Pour ce faire, l eau se trouvant naturellement dans le réseau de fractures du charbon est extraite par pompage Focus Les principaux types de GNC L appellation «gaz non conventionnels» recouvre principalement le gaz de schiste (ou shale gas), le tight gas et le gaz de charbon (ou coal bed methane). Ce n est pas la nature chimique qui distingue les GNC des gaz dits conventionnels (il s agit dans tous les cas de gaz naturel), mais les caractéristiques géologiques de la roche qui les contient. Réservoirs ultra-compacts, roche-mère, veine de charbon : les gaz non conventionnels se différencient par leur localisation géologique. Qu est-ce qu une roche mère? La roche mère est la couche géologique où se forment pétrole et gaz. Elle est issue de sédiments déposés sur les fonds océaniques ou dans des lacs et qui se sont enfoncés dans le sol au fur et à mesure que d autres sédiments les recouvraient. Au fil de cet enfouissement, les sédiments se solidifient et la matière organique se décompose en hydrocarbures. Ces derniers sont progressivement expulsés de la roche mère et migrent, pour l essentiel, jusqu en surface. Certains hydrocarbures sont arrêtés dans leur remontée par un obstacle de roche infranchissable. Ils s accumulent sous ce «toit» et forment au fil du temps un réservoir pétrolier, cible conventionnelle de l exploitation pétrolière et gazière. Dans le cas des gaz de schiste, tout ou partie du gaz est resté sur place. Les roches-mères candidates à l exploitation de leur gaz sont donc celles dont la maturité est suffisante pour le générer mais qui ne l ont pas encore entièrement expulsé. 4

5 Gaz de schiste : une appréciation par étapes ExpLORATION Total dispose de cinq à six ans pour évaluer le potentiel d un permis. Une période divisée en une succession d étapes dont les résultats conditionneront la poursuite ou l arrêt des investigations. 1,5 À 2 ANS 1,5 À 2 ANS 1 À 2 ANS ÉTUDES ENVIRONNEMENTALES PHASE 1 ÉTUDES PRÉLIMINAIRES PHASE 2 FAISABILITÉ TECHNIQUE PHASE 3 FAISABILITÉ ÉCONOMIQUE ÉPAISSEUR ROCHE MÈRE TENEUR FAISABILITÉ OK EN MATIÈRE QUANTITÉ CARACTÉRISTIQUES ESSAIS DE APPRÉCIATION OK MINÉRALOGIE OK OK OK OK OK TECHNICO- OK ORGANIQUE DE GAZ PÉTRO-PHYSIQUES FRACTURATION DYNAMIQUE ÉCONOMIQUE DEMANDE DE LICENCE D EXPLOITATION INSUFFISANTE INSUFFISANTE INADAPTÉE INSUFFISANTE INADAPTÉES NON CONCLUANTS NON CONCLUANTE NON CONCLUANTE ARRÊT DE LA PHASE D EXPLORATION Au terme de ce long processus, Total décide ou non de déposer une demande de licence d exploitation. Phase 1 : études préliminaires Une première évaluation de la potentialité des réserves est réalisée sur le périmètre du permis. Trois paramètres sont déterminants : l épaisseur de la roche mère, sa teneur en matière organique et sa minéralogie (en particulier sa richesse en argiles qui conditionne sa réaction à la fracturation). Ces études préliminaires sont menées à partir : d échantillons de roche mère prélevés sur des sites où elle affleure en surface ; de retraitement de données sismiques éventuellement acquises auparavant ; de l étude de déblais, quand des forages ont été réalisés sur le permis par le passé. La poursuite des opérations d exploration est soumise aux résultats des analyses réalisées durant cette phase préliminaire. Phase 2 : études de faisabilité technique Cette deuxième étape va préciser l évaluation de la quantité de volume de gaz en place dans la roche mère grâce : au forage de puits d exploration verticaux afin d effectuer des prélèvements d échantillons en profondeur (carottage) et différentes mesures dans les puits (perméabilité, porosité de la roche ) ; à l acquisition de données sismiques s il est nécessaire d enrichir les résultats obtenus lors de la phase 1 ; à d éventuels tests de productivité sur le forage horizontal. La poursuite des opérations dépend de la quantité de gaz estimée, des tests de fracturation et des caractéristiques pétrophysiques du gisement. Phase 3 : études de faisabilité économique Cette ultime étape permet d apprécier la rentabilité du gisement. Des tests de production sont conduits sur un ou deux puits afin d étudier la capacité de la roche mère à produire. Si les résultats de ces tests sont encourageants, sont lancées : une étape d appréciation dynamique du gisement, indispensable pour affiner les prévisions sur la production du champ : forage et si possible fracturation de un à trois puits horizontaux dans la couche productrice, suivi de l évolution de leur productivité sur quelques semaines ; des études sur les conditions d acceptabilité environnementale et sociétale d un développement et sur sa faisabilité technico-économique 5

6 Optimiser la production INNOVATION Une production optimisée passe par une meilleure compréhension de la géologie des roches mères et des réservoirs. Elle passe aussi par une amélioration des performances des méthodes de production, notamment avec la fracturation hydraulique. Fracturation hydraulique Un monitoring optimisé Les équipes de R&D de Total travaillent spécialement sur le monitoring de la fracturation et plus particulièrement sur la microsismique. Deux difficultés doivent être surmontées : bien mesurer le retour d un signal à très faible intensité, trouver les meilleurs algorithmes pour dessiner finement le réseau de fissures. À plus long terme, l ambition est de mettre au point un traçage du fluide d injection dans le réseau de fissures. La bonne répartition des proppants (agents gardant les fissures ouvertes) étant déterminante pour évaluer l efficacité de la fracturation. La fracturation hydraulique permet de créer une perméabilité artificielle qui autorise la circulation du gaz jusqu au puits. L analyse des carottes participe à la détermination des caractéristiques pétrophysiques des réservoirs. Pour estimer le potentiel des roches mères, Total s intéresse particulièrement à leur formation, à leur composition ainsi qu à leur porosité et leur perméabilité. D abord par l analyse de leur composition en matière organique. Ceci afin de déterminer la nature et le volume des hydrocarbures qui peuvent en être extraits. Ensuite par l étude de leur sédimentologie. Une véritable enquête géologique déterminera les conditions de dépôt et donc d extraction du gisement. Les faciès les plus poreux, les plus perméables, les plus riches en matière organique et les plus friables seront les plus propices à l exploitation. La sismique est également mise à profit afin de déterminer les caractéristiques physiques, l architecture et la géométrie des couches géologiques. Le but est de caractériser la dureté des roches, leur porosité et leur niveau de fracturation. PRÉDIRE LA DYNAMIQUE DES ÉCOULEMENTS DU GAZ L analyse pétrophysique du réservoir détermine son aptitude à stocker et laisser circuler les fluides. La porosité, la perméabilité, la saturation en eau, gaz et huile des roches, entre autres, sont mesurés directement sur le terrain ou en laboratoire. D autres innovations sont développées par Total, dont certaines sont en phase de brevet : la préservation des carottes, la mesure nanométrique des perméabilités, l optimisation des outils de mesure (diagraphies) et des méthodes d interprétation. Améliorer les performances de la fracturation La maîtrise optimale de la fracturation d une roche mère passe par une compréhension fine de ses propriétés géomécaniques. Il faut d abord caractériser les propriétés mécaniques des minéraux qui la composent, puis appréhender les mécanismes de fracturation afin de déterminer les paramètres clés de propagation d une fracturation. Seuls les outils de modélisation en 3D permettent ce travail. Cela passe par de multiples simulations, chacune faisant varier de nombreux paramètres 6

7 Une exploitation responsable INNOVATION Opérateur de permis en phase d exploration, Total place la dimension environnementale au cœur de la faisabilité de futures exploitations. Le groupe mobilise d ores et déjà ses moyens de R&D pour réduire l impact de ses éventuels développements. des gaz de schiste requiert moins d eau que la production du pétrole L exploitation conventionnel assistée par injection. L objectif de réduire davantage cette consommation est toutefois un axe prioritaire de R&D pour Total. Plusieurs travaux sont à l étude : pour traiter et recycler de l eau à 100 %, pour améliorer l efficacité énergétique de la fracturation, pour développer des proppants plus légers et plus efficaces, pour optimiser la filtration des eaux de production les plus salines. La plupart des technologies nécessaires au traitement des eaux de production des gaz de schiste sont disponibles. Leur performance a déjà largement été démontrée. Protéger les aquifères L architecture des puits doit être conforme à la législation et aux règlements internes de Total. La capacité de Total à forer en offshore à de très grandes profondeurs démontre la sécurité des techniques utilisées par le Groupe. Les procédures de forage incluent en outre des tests d intégrité très rigoureux de la partie supérieure du puits (zone des aquifères) et des mesures spécifiques de protection des eaux souterraines : revêtement de protection placé entre le sol et les installations de surface, système d égouts en béton, relié à un réseau de collecte des eaux de ruissellement et de production. Réduire l empreinte au sol Pour extraire les gaz non conventionnels, le premier défi est de mettre en œuvre le savoir-faire de Total afin d augmenter la longueur des drains horizontaux. Cela permettra de limiter le nombre de puits de développement, qui pourront alors être plus espacés ; la longueur actuelle étant de l ordre de mètres. La R&D étudie aussi les techniques de puits de type «multidrains», où une seule tête de puits suffit pour regrouper plusieurs drains de production. Enfin, la limitation de l empreinte au sol passe par le développement d installations légères et mobiles, notamment pour le traitement de l eau. Intégrer les contraintes environnementales et sociétales Les procédures de Total impliquent la réalisation d études préliminaires (état de l environnement avant toute opération) et d études d impact environnemental et social. Ces études sont effectuées par des sociétés d ingénierie spécialisées, qui analysent l environnement de la zone concernée par le permis d exploration. Elles étudient notamment la biodiversité, les sols et leurs caractéristiques, l hydrographie, l hydrogéologie, et le paysage. Ces études, ainsi que la consultation des parties prenantes, permettent d identifier toutes les questions relatives à l impact social et environnemental du projet, ainsi que les solutions à proposer. Ces éléments sont inclus dans l analyse des coûts du projet, et influenceront la décision sur l opportunité de le mener ou non à bien. À l issue de la phase de production, Total mettra en œuvre la restauration du site, afin de le restituer exactement dans l état décrit dans les études préliminaires (réalisées avant toute opération) Puits en cluster (configuration actuelle) Une gamme de technologies Les technologies de traitement des eaux de production sont très nombreuses. Classées par type, elles s adaptent à la composition de départ de l eau et aux spécifications attendues en sortie. Trois traitements sont opérés : Le traitement des particules solides se fait par filtration répétée ou par séparation chimique. Le traitement des hydrocarbures s opère par gravitation dans des bassins de décantation. Le traitement de la salinité se fait par osmose inverse pour les eaux peu salées, ou par techniques thermiques pour les plus salées. Pour réduire l empreinte au sol des opérations, les têtes de puits sont regroupées en cluster : on peut ainsi forer 10 à 30 puits horizontaux à partir d un point central. 7

8 Rendez-vous sur TOTAL S.A. Capital : ,50 euros RCS Nanterre Exploration & Production Paris Tél. : +33 (0) , place Jean Millier La Défense Paris La Défense Cedex France Exploration & Production Pau Tél. : +33 (0) Avenue Larribau Pau Cedex France Conception et réalisation : Dixxit Crédits photos : Florian von der Fecht, Laurent Zylberman, Gilles Leimdorfer, Total Infographie : Dixxit TOTAL novembre Papier certifié

Les gaz non conventionnels et l eau

Les gaz non conventionnels et l eau Depuis quelques années, le développement rapide en Amérique du Nord des gaz non conventionnels a bouleversé le marché du gaz naturel. Sous ce terme général, on regroupe plusieurs types de production comme

Plus en détail

Présenté par Monsieur Alain Buisson

Présenté par Monsieur Alain Buisson Conférence du jeudi 12 février 2015 à l Institut Polytechnique LaSalle Beauvais : Un état des lieux sur les ressources en hydrocarbures du bassin de Paris. Présenté par Monsieur Alain Buisson Monsieur

Plus en détail

Les hydrocarbures non conventionnels : évolution ou révolution?

Les hydrocarbures non conventionnels : évolution ou révolution? Depuis maintenant quelques années, les hydrocarbures non conventionnels prennent une place grandissante dans l'approvisionnement mondial en hydrocarbures. Est-ce une révolution ou une évolution normale?

Plus en détail

HYDROCARBURES NON CONVENTIONNELS

HYDROCARBURES NON CONVENTIONNELS HYDROCARBURES NON CONVENTIONNELS Qu'appelle t'on hydrocarbures non conventionnels? Que ce soit une production d'hydrocarbures conventionnels ou non conventionnels, il s'agit des mêmes types d'hydrocarbures.

Plus en détail

Trading Faire le lien entre nos productions et nos sites de transformation et approvisionner nos clients

Trading Faire le lien entre nos productions et nos sites de transformation et approvisionner nos clients PROFIL DU GROUPE UNE MAJOR PÉTROLIÈRE AVEC UN MODÈLE INTÉGRÉ Production de pétrole et de gaz Gaz Pétrochimie Pétrole Trading Faire le lien entre nos productions et nos sites de transformation et approvisionner

Plus en détail

LE GAZ DE SCHISTE ET SES IMPLICATIONS POUR L AFRIQUE ET LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT

LE GAZ DE SCHISTE ET SES IMPLICATIONS POUR L AFRIQUE ET LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT LE GAZ DE SCHISTE ET SES IMPLICATIONS POUR L AFRIQUE ET LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT 1 REMERCIEMENTS Élaboré dans la perspective de la stratégie de la Banque africaine de développement dans le

Plus en détail

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch

mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch mieux connaître le sous-sol genevois pour en valoriser les ressources www.geothermie2020.ch GEothermie 2020 La géothermie c est quoi? Plus de 99% du volume terrestre présente une température de plus de

Plus en détail

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs.

Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Relier expérimentalement la vitesse de propagation des ondes sismiques à la présence de roches réservoirs. Niveaux : quatrième, troisième, seconde et première S. Matériel : 2 capteurs piézométriques, Logiciel

Plus en détail

Capture et stockage du CO2 (CCS)

Capture et stockage du CO2 (CCS) European Technology Platform for Zero Emission Fossil Fuel Power Plants (ZEP) Capture et stockage du CO2 (CCS) Une solution majeure pour combattre le changement climatique 50% de réduction des émissions

Plus en détail

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I

Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I Le gaz de schiste «pertubateur» du marché de l électricité? Jacques PERCEBOIS Directeur du CREDEN Professeur à l Université de Montpellier I CLUB DE NICE 5/12/2012 Le gaz naturel dans l Union Européenne

Plus en détail

La Géothermie D.Madet

La Géothermie D.Madet La Géothermie D.Madet La chaleur de la terre augmente avec la profondeur. Les mesures récentes de l accroissement de la température avec la profondeur, appelée gradient géothermique, ont montré que cette

Plus en détail

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité

Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation Etude de faisabilité المعهد الجزاي ري للبترول INSTITUT ALGERIEN DU PETROLE JOURNEES D ETUDES TIGHT & SHALE RESERVOIRS 17-18 Septembre 2013 Sheraton, Alger Exploitation de la micro-sismique pour le monitoring de la fracturation

Plus en détail

Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel. Jacques GRAPPE, GEOSTOCK

Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel. Jacques GRAPPE, GEOSTOCK Ingénierie du stockage souterrain de Gaz Naturel Jacques GRAPPE, GEOSTOCK Ingénierie du stockage souterrain de gaz naturel: aujourd hui et demain 1. Généralités 2. Les principales composantes d un stockage

Plus en détail

Ressources minérales et Hydrocarbures. Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech

Ressources minérales et Hydrocarbures. Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech Ressources minérales et Hydrocarbures Hedi SELLAMI Centre de Géosciences MINES ParisTech Colloque IMT «Ressources naturelles & Environnement», 5 et 6 novembre 2014 Les minéraux d intérêt économique Minéraux

Plus en détail

Les gaz de schistes en synthèse

Les gaz de schistes en synthèse Les gaz de schistes en synthèse Points positifs Augmentation des réserves de gaz Pic gazier repoussé dans le temps Indépendance énergétique améliorée Localisation des gisements facilitée par rapport au

Plus en détail

Le stockage géologique du CO 2

Le stockage géologique du CO 2 Énergies renouvelables Production éco-responsable Transports innovants Procédés éco-efficients Ressources durables Le stockage géologique du CO 2 Les solutions IFP Energies nouvelles pour un déploiement

Plus en détail

Mission d information et d évaluation sur le gaz de schiste *** Département de Lot-et-Garonne Novembre 2012

Mission d information et d évaluation sur le gaz de schiste *** Département de Lot-et-Garonne Novembre 2012 Mission d information et d évaluation sur le gaz de schiste Rapport d étude *** Département de Lot-et-Garonne Novembre 2012 Mission d information et d évaluation sur le gaz de schiste - Rapport d étude

Plus en détail

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2

Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Feuilles de route captage, transport et stockage géologique du CO 2 Les nouvelles technologies énergétiques devant faire l objet de démonstrateurs de recherche de façon prioritaire ont été identifiées,

Plus en détail

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp

Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp Septembre 2005 Comment réduire les émissions de CO 2? Les réponses de l'ifp L'IFP inscrit les travaux sur la réduction des émissions de CO 2 au cœur de ses programmes de recherche. La stratégie de l'ifp

Plus en détail

Changements climatiques : les impacts de l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste - Avril 2011 -

Changements climatiques : les impacts de l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste - Avril 2011 - NOTE DE POSITION Changements climatiques : les impacts de l'exploitation du gaz et du pétrole de schiste - Avril 2011 - SOMMAIRE 1. Principes d exploration et d exploitation et rappel du contexte national

Plus en détail

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE

LA GÉOTHERMIE EN ALSACE www.es-geothermie.fr www.es-groupe.fr LA GÉOTHERMIE EN ALSACE GÉOTHERMIE PROFONDE, L HISTOIRE 2 LA GÉOTHERMIE EN ALSACE Il y a les nuages, il y a la pluie. Et il y a cette petite goutte d eau qui tombe

Plus en détail

TITRE DE L ACTIVITE : LE GAZ DE SCHISTE

TITRE DE L ACTIVITE : LE GAZ DE SCHISTE TITRE DE L ACTIVITE : LE GAZ DE SCHISTE Thème(s) concerné(s): La Terre dans l Univers, la vie et l évolution du vivant Enjeux planétaires contemporains Corps humain et santé Niveau(x) : 2nde 1 ère S 1

Plus en détail

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement

La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement La géothermie à Meaux : une nouvelle phase de développement Qu est-ce que la géothermie? Définition La géothermie est l exploitation de l énergie thermique du sous-sol. Le gradient de la Terre est de 3

Plus en détail

Paris, le 22 décembre 2008 N 39-08

Paris, le 22 décembre 2008 N 39-08 Paris, le 22 décembre 2008 N 39-08 Obtention de la licence d exploitation pour le champ d Ocelote en Colombie Obtention d un nouveau permis d exploration en Colombie Dernières nouvelles sur le démarrage

Plus en détail

Risques potentiels de l exploration et de l exploitation des hydrocarbures non conventionnels en Ile de France

Risques potentiels de l exploration et de l exploitation des hydrocarbures non conventionnels en Ile de France Risques potentiels de l exploration et de l exploitation des hydrocarbures non conventionnels en Ile de France Rapport du Conseil scientifique régional d Ile de France Mars 2012 Rapport du CSR 1 Rédacteurs

Plus en détail

Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels»

Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels» Le droit et les hydrocarbures «non conventionnels» Colloque LIED mardi 2 avril 2013 «Une énergie non conventionnelle : les hydrocarbures de roches mères approche interdisciplinaire». Gaz de schiste et

Plus en détail

Discovering Hidden Value

Discovering Hidden Value Discovering Hidden Value A la découverte de la valeur cachée Consultation pour les Opérations de Forage Proposées en Offshore Marocain 2013 Qui est Cairn Energy? Cairn est une société de pétrole et de

Plus en détail

CRIIRAD. Mars 2011 - n 51. Commission de Recherche et d Information Indépendantes sur la Radioactivité GAZ DE SCHISTE

CRIIRAD. Mars 2011 - n 51. Commission de Recherche et d Information Indépendantes sur la Radioactivité GAZ DE SCHISTE Mars 2011 - n 51 CRIIRAD Commission de Recherche et d Information Indépendantes sur la Radioactivité Bulletin d information des adhérents de la CRIIRAD GAZ DE SCHISTE SIGNALISATION DES RISQUES RADIOLOGIQUES

Plus en détail

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses)

Interprétation de l'affleurement 3: a: argilites compactes, b: niveaux oxydés, a: argilites shistées, riches en charbon (bitumineuses) L' approche de la complexité; Un exemple de démarche en classe de seconde. Bulletin officiel spécial n 4 du 29 avril 2010 L approche de la complexité et le travail de terrain Le travail de terrain est

Plus en détail

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012

SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 SEL & STOCKAGES Grégoire Hévin - Direction Technique Journée GEP AFTP 12 janvier 2012 Particularités du sel Abondance géologique Faible porosité (étanche) = 1%, K=10-21 m 2 Grande solubilité (lessivage)

Plus en détail

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique

La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique La capture du carbone un autre moyen de lutter contre le changement climatique Commentaire (photos de la centrale électrique Schwarze Pumpe au sud de Berlin) Lorsque la centrale électrique Schwarze Pumpe

Plus en détail

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP

Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Groupe Areva Usine de La Hague Métier CNP Jean-Christophe Dalouzy ANP 17 Novembre 2014 Rencontres Jeunes Chercheurs Sommaire Présentation du groupe AREVA Présentation du cycle du combustible Présentation

Plus en détail

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné

CLER. Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie. Propositions géothermie - SRCAE. La géothermie, un potentiel insoupçonné l: CLER Propositions géothermie - SRCAE Schémas Régionaux du Climat, de l Air et de l Energie La géothermie, un potentiel insoupçonné Association CLER 2-Bât-B rue Jules Ferry 93100 Montreuil Tél : 01 55

Plus en détail

Le gaz de schistes : son exploitation

Le gaz de schistes : son exploitation Le gaz de schistes : son exploitation Résumé de l exploitation du gaz de schiste Après la lecture de cet article, ce schéma synthétique vous apparaîtra très simple et clair. Déjà, il sera plus grand. Le

Plus en détail

Formation MONOGRAPHIE. Le gaz de schiste : Un enjeu mondial économico-politique

Formation MONOGRAPHIE. Le gaz de schiste : Un enjeu mondial économico-politique Association Toxicologie-Chimie ANNEE 20 Formation MONOGRAPHIE Le gaz de schiste : Un enjeu mondial économico-politique Steven Arod. (Genève, Suisse) Promotion ATC 20 L industrie moderne, qui est née à

Plus en détail

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options

La gestion à long terme des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie. Options La gestion à des déchets de haute activité et/ou de longue durée de vie Options Options possibles pour la gestion à 2 Option zéro ou statu quo : maintien de la situation actuelle Mise en forages profonds

Plus en détail

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante)

Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) EnSciTerre, Cycles de conférences de l OSUC Les réservoirs géothermaux de haute énergie: de l exploration à l exploitation. (l exemple de Bouillante) E. Bourdon Sommaire - Qu est-ce qu un réservoir géothermal

Plus en détail

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles.

Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Présentation générale des principales sources d énergies fossiles. Date : 19/09/2012 NOM / Name SIGNATURE Etabli / Prepared Vérifié / Checked Approuvé /Approved G J-L & R-SENE R.SENE R.SENE Sommaire 1.

Plus en détail

Projet pilote de géothermie profonde en Haute-Sorne

Projet pilote de géothermie profonde en Haute-Sorne CENTRE DE COMPÉTENCE SUISSE EN GÉOTHERMIE PROFONDE POUR LA PRODUCTION D ÉLECTRICITÉ ET DE CHALEUR Projet pilote de géothermie profonde en Haute-Sorne Dr. Peter Meier, directeur Olivier Zingg, chef de projet

Plus en détail

Que penser de l affaire des gaz de schiste

Que penser de l affaire des gaz de schiste Que penser de l affaire des gaz de schiste Benjamin Dessus (Global Chance) Depuis quelques années un vif débat s est engagé en France sur la question des gaz de schiste dont des gisements exploitables

Plus en détail

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre

Lutter contre l accumulation des gaz à effet de serre 056-061 Gires 29/10/08 11:00 Page 56 ÉNERGIE ET MATÉRIAUX : QUELQUES NOUVEAUX REGARDS Le captage et le stockage géologique de CO 2 : une des solutions pour lutter contre le changement climatique L utilisation

Plus en détail

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz

SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com. Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SBM Offshore OIL & GAS* sdv.com Logistique. Imagination. *Pétrole et Gaz SDV, UN SERVICE DE PROXIMITÉ ET UNE PERFORMANCE ASSURÉE La puissance de notre réseau : Notre présence dans 102 pays garantit un

Plus en détail

Bachelors Technologiques

Bachelors Technologiques Bachelors Technologiques Mines et Carrières - Gestion et Maintenance de Parc de Matériels de Travaux Publics - QHSE Qualité Hygiène Sécurité Environnement www.2ie-edu.org Institut International d Ingénierie

Plus en détail

Évolutions récentes de l énergie aux États-Unis et leurs conséquences géostratégiques

Évolutions récentes de l énergie aux États-Unis et leurs conséquences géostratégiques Évolutions récentes de l énergie aux États-Unis et leurs conséquences géostratégiques Honoré LE LEUCH 1 Consultant pétrolier international, HLC Energies Depuis plus d un siècle, les Etats-Unis ont été

Plus en détail

L ENERGIE CORRECTION

L ENERGIE CORRECTION Technologie Lis attentivement le document ressource mis à ta disposition et recopie les questions posées sur une feuille de cours (réponds au crayon) : 1. Quelles sont les deux catégories d énergie que

Plus en détail

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12

FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Comité de Toulon Provence Toulon, 5 mars 2012 FICHE DOCUMENTAIRE IFM n 3/12 Objet : Préambule -o- La dernière réunion de la Convention de Barcelone sur la protection de la Méditerranée, à Paris en février

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Contribution des industries chimiques

Contribution des industries chimiques Contribution des industries chimiques au débat national sur la transition énergétique Les entreprises de l industrie chimique sont des acteurs clés de la transition énergétique à double titre. D une part,

Plus en détail

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre

Géothermie et propriétés thermiques de la Terre Géothermie et propriétés thermiques de la Terre 1 Lac de la station thermale du Blue Lagoon en Islande (eau chauffée par l énergie géothermique) 2 - I - Gradient géothermique et flux géothermique 1) Des

Plus en détail

Géothermie. 1. La ressource

Géothermie. 1. La ressource Géothermie Le but est de prélever ou d extraire l énergie accumulée dans la terre, qu elle soit stockée dans l eau des aquifères ou directement dans les terrains pour l amener à la surface pour l'utiliser

Plus en détail

CONSEIL I INGÉNIERIE I MANAGEMENT DE LA CONSTRUCTION I EXPLOITATION I MAINTENANCE

CONSEIL I INGÉNIERIE I MANAGEMENT DE LA CONSTRUCTION I EXPLOITATION I MAINTENANCE L Excellence en Stockage Souterrain CONSEIL I INGÉNIERIE I MANAGEMENT DE LA CONSTRUCTION I EXPLOITATION I MAINTENANCE La maîtrise du stockage souterrain Un acteur majeur Geostock est une société internationale,

Plus en détail

Gaz de schiste : Avantages et Inconvénients -Analyse lexicographique avec ORA et Automap-

Gaz de schiste : Avantages et Inconvénients -Analyse lexicographique avec ORA et Automap- Gaz de schiste : Avantages et Inconvénients -Analyse lexicographique avec ORA et Automap- Adela GIURCAU, Clotilde HUBERT, Marie CAMUS, Ionut TAGLERI INTRODUCTION Afin de comparer le vocabulaire des pro

Plus en détail

L'ABC. Le gaz naturel

L'ABC. Le gaz naturel Le gaz naturel Composition SAVIEZ-VOUS QUE? Le pourcentage exact de méthane dans le gaz naturel varie légèrement d'un endroit à l'autre. Dans le réseau de distribution du Québec, il y a 95,4 % de méthane.

Plus en détail

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO)

MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GES-SOCO) MASTER (LMD) PARCOURS GESTION, SOURCES ET CONVERSION (GESSOCO) RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Master (LMD) Domaine ministériel : Sciences, Technologies, Santé Mention : ENERGIE Spécialité : GESTION,

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée

THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée THEME 1B La tectonique des plaques : l histoire d un modèle TP1 La naissance d une idée Dès 1858, on dispose de cartes géographiques relativement précises qui ont permis à Antonio Snider- Pellegrini d

Plus en détail

PLAN DE LA PRESENTATION

PLAN DE LA PRESENTATION Société de Participation CarnaudMetalbox Ancien Etablissement Chouvel à Toulouse GRS Valtech PLAN DE LA PRESENTATION Introduction Contexte du site Objectif des travaux de réhabilitation Approche retenue

Plus en détail

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN

CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE SOUTERRAIN REPUBLIQUE FRANCAISE - PREFECTURE DE LA DROME A retourner à : DDT/Service Eau Forêt Espaces Naturels 4 place Laënnec BP 1013 26015 VALENCE CEDEX 04.81.66.81.90 CREATION DE FORAGE, PUITS, SONDAGE OU OUVRAGE

Plus en détail

Synthèse sur les gaz de houille : exploitation, risques et impacts environnementaux Octobre 2013

Synthèse sur les gaz de houille : exploitation, risques et impacts environnementaux Octobre 2013 : exploitation, risques et impacts environnementaux Octobre 2013 DRS-13-138538-10861A DRS-13-138538-10861A Résumé étendu Dans leur lettre commune datée du 8 mars 2013, Madame la Directrice Générale de

Plus en détail

Piegeage et stockage du CO 2

Piegeage et stockage du CO 2 Piegeage et stockage du CO 2 Résumé du rapport spécial du GIEC, le Groupe d experts intergouvernemental sur l évolution du climat Un résumé réalisé par: LE PIÉGEAGE ET STOCKAGE DU DIOXYDE DE CARBONE (PSC)

Plus en détail

LE POTENTIEL GÉOTHERMIQUE DU CANADA AVEC REGARD SUR LE QUÉBEC

LE POTENTIEL GÉOTHERMIQUE DU CANADA AVEC REGARD SUR LE QUÉBEC Jasmin Raymond LE POTENTIEL GÉOTHERMIQUE DU CANADA AVEC REGARD SUR LE QUÉBEC 1 er partie : Rapport de la Commission géologique du Canada sur le potentiel géothermique du pays 2 ème partie : Travaux récents

Plus en détail

UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT

UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT CAIRN ENERGY PLC SÉNÉGAL UNE PRÉSENTATION DE CAIRN AU SÉNÉGAL CRÉATION DE VALEUR À PARTIR DE LA DÉCOUVERTE ET DU DÉVELOPPEMENT Au Sénégal, Cairn opère à travers Capricorn Senegal Limited qui est une filiale

Plus en détail

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S»

Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» Les Énergies Capter et Stocker le Carbone «C.C.S» La lutte contre le changement climatique Initiative concertée au niveau mondial Pour limiter à 2 à 3 C l élévation moyenne de la température, il faudrait

Plus en détail

MOROCCO OIL & GAS SUMMIT ***** Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement

MOROCCO OIL & GAS SUMMIT ***** Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement MOROCCO OIL & GAS SUMMIT ***** Allocution du Dr. Abdelkader AMARA Ministre de l Energie, des Mines, de l Eau et de l Environnement Marrakech: 7 mai 2014 Messieurs les Ministres, Excellences, Messieurs

Plus en détail

VAlorisation et Stockage du CO 2. Un projet global de management du dioxyde de carbone sur la zone de Fos Berre Gardanne - Beaucaire

VAlorisation et Stockage du CO 2. Un projet global de management du dioxyde de carbone sur la zone de Fos Berre Gardanne - Beaucaire VAlorisation et Stockage du CO 2 Un projet global de management du dioxyde de carbone sur la zone de Fos Berre Gardanne - Beaucaire Gilles Munier Directeur Général gmu@geogreen.fr Projet cofinancé par:

Plus en détail

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE

CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE 1 CHAPITRE 6 : LE RENFORCEMENT DU MODELE PAR SON EFFICACITE PREDICTIVE Quels sont les arguments qui permettent de renforcer le modèle? 2 3 I. UNE CONFIRMATION DE L EXPANSION DU PLANCHER OCÉANIQUE A.LES

Plus en détail

Production mondiale d énergie

Production mondiale d énergie Chapitre 14: Autres sources d énergie Énergie nucléaire Énergie solaire Énergie géothermale Hydro-électricité Énergie éolienne Production mondiale d énergie 23% 39% 27% Coal Nuclear Hydro Geothermal Petroleum

Plus en détail

TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION?

TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION? TITRES MINIERS, GAZIERS ET PÉTROLIERS DANS LE SUD DU QUÉBEC: UNE NOUVELLE MENACE POUR LA CONSERVATION? Ugo Lapointe (B.Sc.), Coalition Pour que le Québec ait meilleure mine! Sylvain Archambault (M.Sc.),

Plus en détail

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer

La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Cours de géologie de l environnement Prof. A. Parriaux La géothermie: ou comment utiliser les «chauds-froids» de la Terre sans s enrhumer Table des matières - Bases géologiques de la géothermie - Principaux

Plus en détail

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX

SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX SURVOL DES SYSTÈMES GÉOTHERMIQUES COMMERCIAUX Philippe Pasquier, ing., Ph.D. Département des génies civil, géologique et des mines Polytechnique Montréal Plan de la conférence Généralités Géothermie de

Plus en détail

Bioénergie. L énergie au naturel

Bioénergie. L énergie au naturel Bioénergie L énergie au naturel Les références d AREVA en bioénergie Plus de 2,5 GW dans le monde : la plus grande base installée de centrales biomasse AREVA développe des solutions de production d électricité

Plus en détail

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables

Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Les sources d énergie D où vient l énergie? 52 non renouvelables, renouvelables Objectifs Matériel Matériel Découvrir Connaître les la différentes signification sources du mot d énergie.. Fiche image 1

Plus en détail

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques

MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Recherche & Développement MTO / OCP : un projet de recherche stratégique Mise en œuvre de procédés innovants pour produire la matière première des plastiques Préparer l avenir énergétique Dans un contexte

Plus en détail

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo---

CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection. ---ooo0ooo--- CONCERNANT le Règlement sur le prélèvement des eaux et leur protection ---ooo0ooo--- ATTENDU QUE, en vertu du paragraphe e du premier alinéa de l article 31 de la Loi sur la qualité de l environnement

Plus en détail

Les énergies fossiles et renouvelables

Les énergies fossiles et renouvelables Les énergies fossiles et renouvelables Plan : Introduction : définition 1) En quoi consiste les deux sortes d'énergies? Sous quelle forme les trouve t-on? 2) Quels sont les avantages et les inconvénients?

Plus en détail

Québécoises et Québécois, dormons-nous au gaz de schiste?

Québécoises et Québécois, dormons-nous au gaz de schiste? Québécoises et Québécois, dormons-nous au gaz de schiste? http://mobilisationgazdeschiste.com/ Un enjeu majeur pour l avenir de Saint-Marc sur Richelieu et l avenir du Québec! Il faut un moratoire et une

Plus en détail

Guide Pratique Assainissement Non Collectif

Guide Pratique Assainissement Non Collectif Guide Pratique Assainissement Non Collectif 1 L assainissement non collectif Les immeubles, habitations ne pouvant être raccordés au réseau collectif d assainissement existant (tout à l égout) doivent

Plus en détail

Une brève présentation du Projet Intégré

Une brève présentation du Projet Intégré ENGINEERING STUDIES and DEMONSTRATION of REPOSITORY DESIGNS VI ème PROGRAMME-CADRE de RECHERCHE et de FORMATION EURATOM de l UNION EUROPEENNE (2002-2006) Gestion des déchets radioactifs Une brève présentation

Plus en détail

Énergie et Mondialisation

Énergie et Mondialisation Énergie et Mondialisation Il est fréquent d affirmer que de nombreuses questions énergétiques ou environnementales ne peuvent être posées correctement qu au niveau mondial. Résolument ancré dans le réseau

Plus en détail

Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT

Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT Avis de l IRSN sur la ressource géothermique dans la ZT La géothermie o Origine o Classification Potentiel géothermique dans la ZT o TBE o BE o ME/HE Avis de l IRSN Dialogue Technique HA et MAVL Séminaire

Plus en détail

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE?

SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? Fiches ressources Dossier n 2 Activités 1 à 4 SOMMAIRE 1. LA PROSPECTION 2. LA TERRE : UNE CHAUDIERE NATURELLE HISTOIRE DE LA GEOTHERMIE 3. COMMENT CELA FONCTIONNE? 4. DES ATOUTS POUR L'ENVIRONNEMENT APPLICATIONS

Plus en détail

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie.

Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. ² Le pétrole fournit 40% de l énergie mondiale. C est lui qui a régulé jusqu à présent le prix de l énergie. La production mondiale d énergie exprimée en équivalent tonnes de pétrole (TEP) est de plus

Plus en détail

Swire Oilfield Services propose les meilleures solutions aux différents acteurs de l industrie pétrolière. Etant membre du Groupe Swire, notre offre

Swire Oilfield Services propose les meilleures solutions aux différents acteurs de l industrie pétrolière. Etant membre du Groupe Swire, notre offre Nos services Swire Oilfield Services propose les meilleures solutions aux différents acteurs de l industrie pétrolière. Etant membre du Groupe Swire, notre offre de services est à la fois internationale

Plus en détail

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire?

Quel avenir pour l énergie énergie nucléaire? Quel avenir pour lénergie l énergie nucléaire? Origine de l énergie nucléaire État critique du réacteur Utilité des neutrons retardés Quel avenir pour le nucléiare? 2 Composant des centrales nucléaires

Plus en détail

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique

Surveillance et Detection des Anomalies. Diagnostic d une digue: rappel méthodologique Surveillance et Detection des Anomalies Diagnostic d une digue: rappel méthodologique issu de l expérience d EDF Jean-Paul BLAIS Service Géologie - Géotechnique EDF 1 La méthodologie utilisée par EDF,

Plus en détail

Le changement climatique et le recours nécessaire au stockage géologique du CO 2... 4

Le changement climatique et le recours nécessaire au stockage géologique du CO 2... 4 Sommaire Le changement climatique et le recours nécessaire au stockage géologique du CO 2............................ 4 1. Où peut-on stocker le CO 2 et en quelle quantité?............................................................

Plus en détail

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D

Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D Quelques données relatives au stockage de déchets en milieu souterrain 2D 7 avril 2006 1 Physique du problème : caractéristiques et modèles d un milieu poreux Le cadre physique de notre problème est celui

Plus en détail

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI

LA GEOTHERMIE. Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Eric SCHANG David LEWANDOWSKI LA GEOTHERMIE Introduction Introduction Sources d EnR Issues du soleil : biomasse solaire thermique et photovoltaïque éolien hydraulique Issues de la chaleur

Plus en détail

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE GESTION. Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008

RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE GESTION. Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008 RAPPORT INTERMÉDIAIRE DE GESTION Pour le deuxième trimestre terminé le 31 mars 2008 RAPPORT DE GESTION POUR LE DEUXIÈME TRIMESTRE TERMINÉ LE 31 MARS 2008 Le présent rapport intermédiaire de gestion est

Plus en détail

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com

Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures. www.cryostar.com Expert en technologies de pointe pour applications en gaz industriel, énergie propre, GNL et hydrocarbures www.cryostar.com L esprit Cryostar Leader commercial et technologique Cryostar est à la pointe

Plus en détail

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H

Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Projet Pédagogique Conférence interactive HUBERT REEVES Vendredi 13 mars 2015-14 H Page 1 DES CONFERENCES QUI ENRICHISSENT LES PROGRAMMES SCOLAIRES : Objectifs principaux : Acquérir et approfondir des

Plus en détail

ANALYSE DE L'EXPLORATION ET DE L EXPLOITATION DE GAZ DE SHALES AU QUÉBEC DANS UNE PERSPECTIVE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Par.

ANALYSE DE L'EXPLORATION ET DE L EXPLOITATION DE GAZ DE SHALES AU QUÉBEC DANS UNE PERSPECTIVE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE. Par. ANALYSE DE L'EXPLORATION ET DE L EXPLOITATION DE GAZ DE SHALES AU QUÉBEC DANS UNE PERSPECTIVE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Par Abdoulaye Diallo Essai présenté au Centre Universitaire de Formation en Environnement

Plus en détail

CENTRALES HYDRAULIQUES

CENTRALES HYDRAULIQUES CENTRALES HYDRAULIQUES FONCTIONNEMENT Les différentes centrales hydrauliques Les centrales hydrauliques utilisent la force de l eau en mouvement, autrement dit l énergie hydraulique des courants ou des

Plus en détail

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre

Forum d EL MOUDJAHID. Mr Ali Hached. Conseiller du Ministre Forum d EL MOUDJAHID Intervention du Ministère de l Energie et des Mines présentée par Mr Ali Hached Conseiller du Ministre 26 août 2012 Monsieur le Directeur Général, Je vous remercie pour l invitation

Plus en détail

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS

IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS IDENTIFICATION DES ZONES FAVORABLES POUR LES FORAGES MANUELS RAPPORT FINAL SUR LA METHODOLOGIE UTILISÉE ET LES RÉSULTATS OBTENUS Introduction 4 Collecte des données 5 Méthodologie 5 Principaux problèmes

Plus en détail

INTERNATIONAL POUR LE TRANSFERT PERIMETRES DE RECHERCHE D HYDROCARBURES

INTERNATIONAL POUR LE TRANSFERT PERIMETRES DE RECHERCHE D HYDROCARBURES 3B ET 5B LES 6BPROCEDURE DE PARTICIPATION A L APPEL 7BA LA CONCURRENCE NATIONAL INTERNATIONAL POUR LE TRANSFERT 4BDE DROITS ET OBLIGATIONS SUR PERIMETRES DE RECHERCHE D HYDROCARBURES La présente procédure

Plus en détail

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr

eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Juillet 2013 eni.com/fr eni gas & power en France Avec plus de 50 ans d expérience dans le secteur gazier, eni est l un des premiers opérateurs de gaz naturel en Europe, où elle

Plus en détail

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013

Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Etude de diagnostic hydrogéologique du sous sol de Clamart Quartiers Schneider et Centre ville MAI 2013 Zones d étude et problématiques Quartiers concernés par l étude 1. Centre ville 2. Schneider Quartier

Plus en détail

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous

La Géothermie arrive à Bagneux. En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous La Géothermie arrive à Bagneux En 2016, un nouveau réseau de chaleur écologique et économique près de chez vous Le réseau de chaleur géothermique arrive à Bagneux La ville de Bagneux a fait le choix de

Plus en détail

Développement durable de l industrie des gaz de schiste au Québec

Développement durable de l industrie des gaz de schiste au Québec Bureau d audiences publiques sur l environnement Rapport 273 Développement durable de l industrie des gaz de schiste au Québec Rapport d enquête et d audience publique Février 2011 La mission Le Bureau

Plus en détail