Guide des investissements en infrastructures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide des investissements en infrastructures"

Transcription

1 Les guides Af2i Guide des investissements en infrastructures A l'usage des investisseurs institutionnels Groupe de travail de l Af2i en partenariat avec J.P. Morgan Asset Management

2

3 Guide des investissements en infrastructures A l'usage des investisseurs institutionnels

4 L OCDE estime, dans un rapport récent 1 à milliards de dollars les investissements nécessaires dans le monde dans les 20 ans à venir, dont environ milliards dans les pays de l OCDE 4

5 Avant propos Ce guide de l investissement dans les infrastructures non cotées s inscrit dans le rôle que l Af2i souhaite exercer en faveur de ses membres, en leur apportant des éléments de repère et des conseils en matière de gestion financière. Il revêt une importance particulière dans cette crise financière qui impacte les patrimoines financiers des investisseurs institutionnels et modifié leur comportement devenu très prudentiel. Dans ce contexte, les infrastructures nous paraissent présenter un intérêt spécifique pour les investisseurs, comparées à d autres classes d actifs. Par leur caractère d utilité collective, elles nous semblent mériter une attention particulière dans la stratégie de placement à long terme d un investisseur responsable. Apparus depuis une quinzaine d années dans les placements d investisseurs (australiens et britanniques), les investissements en infrastructures se sont généralisés au monde entier, à partir de Depuis, leur intérêt est allé croissant et les fonds d investissement en actifs d infrastructures se sont multipliés, soutenus par un marché de la dette en forte croissance. Cette tendance devrait s accentuer avec les programmes d investissement mis en place par les gouvernements, dans le cadre de plans de relance qui donnent la part belle aux infrastructures. La crise financière aura toutefois ralenti le développement en raison des difficultés à trouver des financements bancaires. Les besoins en investissement d infrastructures sont considérables. L OCDE estime, dans un rapport récent 1 à milliards de dollars les investissements nécessaires dans le monde dans les 20 ans à venir, dont environ milliards dans les pays de l OCDE, tant pour la rénovation des infrastructures existantes que pour les nouvelles infrastructures à construire, soit environ milliards par an en moyenne. Une partie sera financée sur budgets publics mais une part de plus en plus importante des ressources viendra des acteurs privés. A partir de ces estimations, un simple calcul permet de donner un ordre de grandeur des enjeux en termes de montants d investissement : en supposant que la moitié de ces nouveaux besoins soient couverts par des financements privés et que les trois quarts des fonds soient apportés par la dette, le dernier quart des financements proviendra du capital. Ceci représenterait plus de 5000 milliards de dollars pour les pays de l OCDE, soit cinq fois plus que la valeur actuelle des investissements en capital investissement et trois fois celle des encours de hedge funds (à fin 2008). Au-delà de ces chiffres, nécessairement imprécis car prévisionnels, c est l importance des enjeux pour l investisseur qui est ici soulignée. Les budgets publics sont alloués en priorité aux dépenses de santé 2 et depuis deux ans aux conséquences sociales et économiques de la crise financière. Mis à rude épreuve par la crise actuelle, les pouvoirs publics ne pourront pas tout financer euxmêmes et devront faire appel, en moins en partie, au secteur privé pour financer les projets socialement justifiés et économiquement rentables. 1 Les infrastructures à l horizon 2030 Editions OCDE 2 ces dépenses de santé représentaient 6,7 % du PIB des pays de l OCDE en 2007, et devraient atteindre 10 % en Source : OCDE. Guide des investissements en infrastructures - 5

6 Avant propos Au cœur d une des plus graves crises financières qu ait connues le monde depuis plus de 50 ans, les infrastructures présentent des caractéristiques propres à séduire les investisseurs à long terme. Or, ceux-ci se trouvent parfois démunis pour se faire une juste opinion sur cette nouvelle classe d actifs. Ils doivent pourtant se tenir prêts à jouer leur rôle et le feront d autant mieux que seront respectés un certain nombre de principes évoqués dans ce guide. C est à ces conditions que pourra se développer cette classe d actifs dans l intérêt de toutes les parties prenantes : investisseurs en capital, prêteurs, gestionnaires, mais aussi pouvoirs publics et usagers. Je tiens à remercier J.P. Morgan Asset Management, partenaire de l Af2i pour la rédaction et la publication de ce guide, et notamment ses équipes du pôle Actifs Réels de New York, représentées dans la rédaction du guide par Serkan Bahçeci, Directeur de la recherche en infrastructures. Je tiens également à saluer les membres du groupe de travail qui ont élaboré et rédigé ce guide, sous la coordination de Marie-Agnès Lucas de Peslouan : Daniel Lippera, Michel Lyonnet du Moutier, Nathaële Rebondy et Laurence Taillandier, ainsi que les relecteurs : Pierre Casano, Thierry Gaiffe, Olivier Grolleau et Daniel Thébert. Jean- Pierre Grimaud Président de l Af2i 6

7 Groupe de travail et rédaction du guide Infrastructures Af2i Membres (par ordre alphabétique) Remerciements à : Serkan Bahçeci Directeur de la recherche en infrastructures, Pôle Actifs Réels, J.P. Morgan Asset Management Daniel Lippera Président de DALIA Finance Marie-Agnès Lucas de Peslouan Responsable du service financier, CRPN Michel Lyonnet du Moutier Professeur des Universités à Paris Ouest-Nanterre- La Défense, à l École des Ponts-ParisTech Nathaële Rebondy Responsable Marketing, J.P. Morgan Asset Management Laurence Taillandier Senior Client Advisor, J.P. Morgan Asset Management Florence Moulin (Avocat Associé) Daniel Schmidt (Avocat Associé) DFi Avocats pour le chapitre consacré aux contraintes réglementaires des investisseurs institutionnels DFi Avocats est le seul cabinet d avocats dédié aux fonds d investissement et à la commercialisation des produits financiers. Ce Guide est destiné aux investisseurs institutionnels. Les informations contenues dans ce document ont été puisées à des sources considérées comme fiables. Les auteurs et l Af2i ne peuvent cependant en garantir l exactitude ni l exhaustivité. Toutes prévisions ou opinions exprimées sont propres aux auteurs à la date d édition de ce guide et sont susceptibles de changer à tout moment sans préavis. Les informations contenues dans ce guide sont à vocation pédagogiques et ne constituent pas une recommandation d achat ou de vente d investissements. Relecteurs (par ordre alphabétique) Pierre Casano Investissements infrastructures, CNP Assurances Toute reproduction ou diffusion de contenu extrait de ce guide à des tiers est interdite sans l accord préalable de l Af2i, de J.P. Morgan Asset Management et des auteurs listés ci-dessus. Thierry Gaiffe Directeur de Paref Gestion Olivier Grolleau Gérant diversifié, CRPN Daniel Thébert Responsable Infrastructures et Immobilier, CNP Assurances Guide des investissements en infrastructures - 7

8 Sommaire INTRODUCTION 9 I - LA CLASSE D ACTIFS INFRASTRUCTURES 10 1 Définition de la classe d actifs 11 Des actifs au service de la collectivité 11 Des besoins importants à travers le monde 12 Segmentation des actifs d infrastructures 14 2 Caractéristiques spécifiques 16 De fortes barrières à l entrée 16 Une demande peu sensible aux variations du cycle économique 17 Un potentiel d indexation sur l inflation 22 Risques associés aux projets d infrastructures 24 3 Modalités de financement 29 Le financement de projet 29 Le modèle anglo-saxon de la Project Finance Initiative 29 Évolution du modèle français 30 4 Différences avec les autres classes d actifs 31 Une classe d actifs à part entière 32 Différences avec l immobilier 33 Différences avec le capital investissement 33 Profil de rendement/risque des infrastructures 34 Recommandations de l Af2i INVESTIR EN INFRASTRUCTURES 37 1 Modalités d accès 38 Investissements directs dans les projets ou actifs d infrastructures 38 Fonds directs d infrastructures non cotées 38 Fonds de fonds non cotés d infrastructures 40 Investissements en actions cotées 40 Comparaison des investissements cotés et non cotés 41 2 Valorisation des actifs d'infrastructures 43 Actualisation des cash flows 43 Coût d un investissement récent 43 Multiples 44 Références sectorielles 44 8

9 3 Le marché des fonds non cotés 45 Typologie des fonds non cotés d infrastructures 46 Fonds à durée de vie limitée et fonds perpétuels 46 Typologie des gestionnaires 47 Valorisation des fonds infrastructures 48 4 Sélection des fonds d infrastructures 48 Recommandations de l Af2i POSITIONNEMENT DANS UN PORTEFEUILLE 50 1 Intégrer les infrastructures à une allocation 51 Corrélations entre classes d actifs 51 Corrélations entre les différents types d infrastructures 53 2 Contraintes règlementaires des investisseurs institutionnels 54 Formes juridiques des fonds d infrastructures 54 Adaptation aux contraintes règlementaires et fiscales 55 3 Recommandation de l Af2i 57 L allocation en infrastructures 57 Les cadres juridiques et fiscaux 57 La construction du portefeuille 57 CONCLUSION ANNEXES 60 1 Le marché du financement de projet 61 2 Financement de projet : analyse et répartition des risques 64 3 Corrélations des infrastructures cotées 73 4 Les énergies renouvelables 75 LEXIQUE 79 Guide des investissements en infrastructures - 9

10 Ce guide vise à apporter aux investisseurs institutionnels un ensemble d'éléments permettant de mieux appréhender ce que sont les actifs dits d'infrastructures 10

11 Introduction L enquête 2010 réalisée par l Af2i auprès de ses membres indique qu une majorité d entre eux (57 %) considère les infrastructures comme une classe d actifs à part entière, en progression par rapport à l enquête 2009 (52 %). En moyenne pondérée par les encours, ce taux passe à 77 %. Cet écart suggère que les infrastructures sont encore méconnues par certains investisseurs, notamment de plus petite taille, et qu une démarche pédagogique est nécessaire pour permettre au plus grand nombre de se positionner vis-à-vis de la classe d actifs. Ce guide s intègre dans cette démarche, et vise à apporter aux investisseurs institutionnels un ensemble d'éléments permettant de mieux appréhender ce que sont les actifs dits d'infrastructures, ce qui les distinguent notamment de l immobilier et du capital risque, quels sont leurs atouts mais également leurs risques, et enfin les modalités d'investissements au sein d'un portefeuille, en tenant compte des contraintes réglementaires qui s appliquent aux investisseurs français. Le premier chapitre est ainsi consacré à la présentation des différentes catégories d infrastructures, les modalités particulières de leur financement et les différences majeures avec les autres classes d actifs. Après avoir défini la classe d actifs, le second chapitre aborde les principales modalités d accès possibles pour l investisseur, ainsi que leurs principales caractéristiques (investissement en direct, via des fonds, ou encore via des actions cotées). Le troisième chapitre enfin, traite de l allocation d actif, du positionnement et de l intégration de cette classe dans un portefeuille institutionnel, en tenant compte des aspects réglementaires. L Af2i fera part de ses recommandations à cet égard. Les annexes permettront au lecteur d aborder plus en détail une catégorie particulière d infrastructures, les énergies renouvelables, et de comprendre comment se réalise le montage d un financement de projet. L ouvrage se termine enfin par un lexique. Guide des investissements en infrastructures - 11

12 La classe d actifs infrastructures 1 Définition de la classe d actifs 11 des actifs au service de la collectivité 11 des besoins importants à travers le monde 12 segmentation des actifs d infrastructures 14 2 Caractéristiques spécifiques 16 de fortes barrières à l entrée 16 une demande peu sensible aux variations du cycle économique 17 un potentiel d indexation sur l inflation 22 risques associés aux projets d infrastructures 24 3 Modalités de financement 29 Le financement de projet 29 Le modèle anglo-saxon de la Project Finance Initiative 29 Évolution du modèle français 30 4 Différences avec les autres classes d actifs 31 une classe d actifs à part entière 32 différences avec l immobilier 33 différences avec le capital investissement 33 Profil de rendement/risque des infrastructures 34 recommandations de l Af2i 36 12

13 1- La classe d actifs infrastructures / 1- Définition de la classe d'actifs / Des actifs au service de la collectivité 1- Définition de la classe d actifs Des actifs au service de la collectivité Les infrastructures sont la clé de voûte du fonctionnement des économies, dans la mesure où elles apportent un service direct ou indirect à la collectivité, et non seulement à un individu ou à une entreprise. En permettant la circulation des marchandises et des personnes, l accès à des biens de première nécessité comme l eau et l énergie, ou des services d utilité publique, elles contribuent à la productivité et à la croissance de la communauté qu elles desservent. Ainsi, les infrastructures recouvrent des actifs tels que les systèmes d assainissement et de distribution d eau, les aéroports, les autoroutes, les voies ferrées, les ports, les centrales de production d énergie, les systèmes de distribution de gaz ou d électricité, les réseaux de télécommunications, etc. A côté de ces infrastructures dites économiques et segmentées selon leur secteur d activité (transport, énergie, services publics, communications électroniques), existe un champ important d infrastructures dites sociales, comme l indique le tableau ci-dessous. Infrastructures économiques Transports Energie Services publics Communications électroniques Infrastructures sociales Ponts Extraction (pétrole/gaz) Distribution d électricité Satellites Hôpitaux, cliniques Tunnels Centrales électriques Distribution de gaz Tours de télédiffusion Prisons Autoroutes à péage Oléoducs, gazoducs Distribution d eau Réseaux câblés fibres ou autres Ecoles, universités Chemins de fer / transports en commun Energies renouvelables (éoliennes, photovoltaïque, ) Traitement des eaux Opérateurs virtuels de téléphonie mobile Bâtiments administratifs (gendarmeries, commissariats ) Ports, aéroports Traitement des déchets On ne s intéressera ici qu aux infrastructures dont le financement et l exploitation impliquent un partenaire privé. Sont donc exclus les actifs financés et détenus exclusivement par les collectivités publiques. Les hôpitaux, par exemple, entrent dans cette catégorie : les patients ne sont pas amenés à payer pour l utilisation de l infrastructure, mais seulement pour les soins qui y sont prodigués. La classification des infrastructures peut se faire selon plusieurs dimensions : infrastructures payantes / non payantes par l usager infrastructures régulées / non régulées Les infrastructures payantes (comme les autoroutes à péage) requièrent une contribution totale ou partielle de l utilisateur. Lorsqu elles sont gratuites pour l usager, ce sont l Etat ou les collectivités territoriales qui rémunèrent l exploitant. Dans le cas des actifs dits régulés, les redevances perçues par l opérateur sont encadrées par l autorité publique et soumises à des révisions périodiques. Les actifs régulés sont souvent en situation de monopole et soumis pour cette raison à une réglementation locale ou nationale, qui impose de revoir périodiquement les conditions économiques dans lesquelles opère l actif. Guide des investissements en infrastructures - 13

14 1- La classe d actifs infrastructures / 1- Définition de la classe d'actifs / Des actifs au service de la collectivité Des besoins importants à travers le monde Pour les contrats de concession à long terme et les partenariats publics- privés, les termes du contrat sont négociés pour une longue période (et souvent ajustés au terme d une période de rodage de départ). Dans le cas des actifs dépourvus de contrats, qu il s agisse d actifs provenant d entreprises privées ou du secteur public tels une raffinerie pétrolière ou un aéroport, les recettes sont soumises au jeu du marché et ne dépendent finalement que des avantages concurrentiels propres à ces actifs. Bien que très diverses, les infrastructures ont cependant en commun une longue durée de vie. Celle-ci est théoriquement sans limite pour une autoroute, si son entretien est réalisé correctement. Le même principe s applique aux ponts (pour exemple, le pont de Brooklyn à New-York est vieux de 128 ans). Les ports, aéroports, systèmes de transmission et de distribution d électricité sont dans le même cas. En revanche, certains actifs présentent des composantes technologiques exposées au risque d obsolescence, notamment dans les communications électroniques. Des besoins importants à travers le monde Les besoins de financement, d entretien, de modernisation, d expansion et de développement des infrastructures dans le monde sont non seulement importants mais également en progression depuis de nombreuses années, afin d assurer la continuité de la croissance économique et de la productivité. Au printemps 2007, les estimations du cabinet de stratégie Booz Allen Hamilton prévoyaient la nécessité d investir plus de milliards de dollars sur 25 ans pour moderniser et étendre les infrastructures américaines, canadiennes et européennes dans les domaines de l eau, de l électricité et des transports 1. Les investissements devraient se poursuivre à un rythme soutenu, notamment du fait des plans de relance décidés dès L OCDE de son côté estime dans un rapport de 2008 de à milliards les besoins d investissement en infrastructures dans le monde, dont à milliards de dollars dans les pays de l OCDE 2. La répartition des besoins par secteur d activité d ici à 2030 est indiquée sur le tableau ci-dessous. > Estimation des dépenses d'infrastructure annuelles moyennes dans le monde dans certains secteurs durant la période Agrandissement et renouvellement, en milliards USD et en pour cent du PIB mondial Type d'infrastructures Pourcentage Pourcentage approximatif approximatif du PIB mondial du PIB mondial Pourcentage approximatif du PIB mondial Route Rail Télécoms Electricité Eau 1, Estimation pour les années 2005, 2015 et Transport et distribution uniquement 3 Seuls sont pris en compte les pays de l'ocde, la Russie, la Chine, l'inde et le Brésil Source : Les infrastructures à l horizon 2030, OCDE, 2008, p Booz Allen Hamilton, Strategy + Business, n 46, printemps Source : Les infrastructures à l horizon 2030, OCDE,

15 1- La classe d actifs infrastructures / 1- Définition de la classe d'actifs / Des besoins importants à travers le monde Europe : Un rôle important du secteur privé, de nouveaux projets dans les énergies renouvelables En Europe, le secteur privé a souvent été sollicité par les gouvernements pour financer et développer des pans entiers d infrastructures, comme les transports, les télécommunications, etc. Ainsi, le réseau autoroutier français a été à l origine développé par des sociétés privées auxquelles l Etat avait délégué le service public. Cet effort s est amplifié ces dernières années : Le secteur européen des aéroports a fait l objet de privatisations totales ou partielles des installations détenues par les gouvernements. En 2006, le gouvernement français a ainsi réduit sa participation dans Aéroports de Paris, l opérateur en charge de l exploitation des aéroports de Roissy-Charles de Gaulle et d Orly, à hauteur de 67,2 %. Par ailleurs, de nombreux gouvernements européens (allemand, grec, irlandais et espagnol) envisagent actuellement de privatiser leurs actifs aéroportuaires. Autre exemple, la quasi-totalité des autoroutes françaises, jusque là détenues par l Etat et les collectivités locales, ont été privatisées en Les opérateurs privés sont également très présents dans les secteurs de l eau et de l énergie. L International Union of Railways estime que le fret ferroviaire dans l Union européenne devrait croître de 64 % sur la période Les gains de productivité devraient permettre d absorber environ un tiers de cette croissance, le reste impliquant la construction de nouvelles capacités. En Espagne, les projets d investissement en infrastructures du gouvernement liés au Plan stratégique Infrastructures et Transport devraient représenter 250 milliards d euros d ici à 2020, dont 20 % seraient financés par le secteur privé. Les difficultés du pays ont cependant conduit à repousser de nombreux projets tant en 2010 qu en Dans le domaine des énergies renouvelables, la zone Euro se veut l une des plus dynamiques. Un des facteurs à l origine de ce développement a été la directive européenne de 2001 fixant à 21 % la part des énergies renouvelables dans la consommation d électricité à fin (Contre 14 % en 2001). Les chefs d Etat des 27 Etats membres de l Union européenne se sont mis d accord en mars 2007 sur un objectif ambitieux de 20 % d énergies renouvelables dans le mix énergétique de l'union européenne pour Les négociations se poursuivent au niveau de chaque pays, les efforts demandés étant différents, compte tenu de leur niveau de développement. Celui de la France est ainsi de 23 %. Ces décisions vont de pair avec l objectif de l UE de diminuer de 20 % d ici 2020 les émissions à effet de serre, dans me prolongement des accords de Kyoto. Au total, les investissements nécessaires pour atteindre l objectif se monteraient à 330 milliards d euros d ici (Voir en annexe pour plus de détails). Alors que l implication du secteur privé dans les infrastructures en Europe continentale, au Royaume- Uni et en Australie s est développée selon les pays par la concession ou grâce à de vastes programmes de privatisations et de partenariats public-privé depuis les années 1970, les infrastructures américaines, principalement dans le secteur des transports, restent majoritairement détenues et contrôlées par les collectivités publiques, états ou municipalités. Etats-Unis : un plan de relance ambitieux mais nécessaire Aux Etats-Unis, le plan de relance instauré en 2009 prévoit environ 150 milliards de dollars sur 10 ans d investissements en infrastructures (modernisation des écoles, des hôpitaux, augmentation des capacités de génération d énergie, du réseau d électricité, des infrastructures de distribution et de traitement de l eau etc.). Guide des investissements en infrastructures - 15

16 1- La classe d actifs infrastructures / 1- Définition de la classe d'actifs / Des besoins importants à travers le monde Segmentation des actifs d infrastructures Ce plan est à la hauteur des besoins considérables 1 du pays. Le projet de budget 2012 présenté par Barack Obama en février 2011, comprend dans sa version initiale un investissement sur 6 ans de 556 milliards de dollars destiné aux infrastructures de transport (dont 122 milliards de dollars en 2012) 2. Les privatisations et les partenariats public-privé n ont cependant pris de l ampleur que récemment aux Etats-Unis, et pour le moment tous les aéroports américains sont détenus et gérés par des autorités locales. Quant aux concessions d autoroutes à péage, elles restent très peu nombreuses. Une des raisons tient à la méthode de financement des infrastructures, qui repose sur les émissions obligataires défiscalisées émises par les collectivités locales 3, dont les intérêts sont exonérés d impôt pour les souscripteurs. Compte tenu des contraintes budgétaires considérables auxquelles est confronté le gouvernement, le financement de ces besoins d investissement en infrastructure va de plus en plus privilégier des schémas de partenariat entre le public et le privé. Comme nous le verrons plus tard, ces montages permettent une plus grande participation du secteur privé dans la réalisation de projets et la prestation de services. Au vu de l importance de la demande de nouveaux projets d infrastructures, ce type d investissement s accroît désormais très rapidement. D après les travaux de recherche de J.P. Morgan, les projets en cours aux Etats-Unis représentent à eux seuls plus de 100 milliards de dollars. Marchés émergents : des besoins en infrastructures nouvelles En Asie, le rythme soutenu du développement économique implique une forte expansion de la construction d infrastructures nouvelles. Ainsi, selon la National Highways Authority of India, le réseau routier du pays - le deuxième plus important au monde avec 3,34 millions de km - devrait connaître une progression du trafic de près de 20 % par an durant les prochaines années. Le gouvernement estime les investissements privés dans les routes et les ponts à près de milliards de roupies (plus de 15 milliards d euros), soit environ 34 % des investissements totaux. En Chine, des investissements de 87,8 milliards de dollars en projets d infrastructures dans le domaine de l eau étaient inscrits dans le 11ème plan quinquennal du gouvernement ( ). Par ailleurs, la liste des 100 plus grands projets d infrastructures en cours, éditée en 2011 par le consultant CG/LA, comprend 170 milliards de dollars de projets dans les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine). Les développements à venir sont nombreux et variés, tant en termes de maturité des projets (création de nouvelles infrastructures, rénovation et maintenance d actifs existants, expansion, etc.) que de localisation géographique. Segmentation des actifs d infrastructures Par stade de maturité Le stade de maturité d un actif d infrastructure a une incidence forte sur ses caractéristiques du point de vue d un investisseur, notamment en termes de risque et de génération de rendement. On distingue deux grandes phases : Greenfield et Brownfield 4. 1 Le jour du vote du projet de plan de relance, l American Society of Civil Engineers (ASCE) a publié son rapport 2009 sur les infrastructures américaines, attribuant la note globale D à l ensemble du système (sur une échelle allant de A pour la meilleure note à E pour la plus mauvaise). Selon l ASCE, le pays aurait besoin de plus de milliards de dollars d investissements dans les 5 ans pour améliorer ses infrastructures, le niveau général n ayant pas progressé depuis 2005, date du précédent rapport. 2 Source : Infrastructure Investor. 3 Les tax exempt municipal revenue bonds : ces émissions obligataires émises par les collectivités locales sont des instruments spécifiques adossés aux flux de cash-flows futurs générés par l actif d infrastructure, et n ont pas d impact sur les comptes de la municipalité émettrice. L exemption permet de maintenir les taux d intérêt assez bas, fournissant ainsi un financement peu onéreux pour la construction et l entretien des infrastructures pour les autorités locales (mais aux dépens des recettes du gouvernement fédéral). Le plan de relance a autorisé les municipalités à émettre des BAB (Build America Bonds), qui sont des obligations dont les revenus sont fiscalisés, mais pour lesquelles elles reçoivent en contrepartie une aide fédérale égale à 35 % du paiement des intérêts. Ces BAB, autorisées jusqu à fin 2010, on représenté plus de 181 milliards de dollars, selon les données publiées par le département du Trésor américain le 28 janvier Il n existe pas de traduction française à cette terminologie anglo-saxonne. 16

17 1- La classe d actifs infrastructures / 1- Définition de la classe d'actifs / Segmentation des actifs d infrastructures Greenfield Cette phase est la première étape d un projet d infrastructures, qui couvre la conception du projet, la négociation et l obtention des autorisations publiques indispensables (pour le foncier, la construction, l exploitation,...), la construction de l actif et le démarrage de l exploitation. Les actifs d infrastructures requièrent parfois d importants travaux de construction dans lesquels le risque peut être assez élevé, sans compter les obstacles environnementaux qui peuvent retarder ou remettre en cause le projet. Une ligne de transmission d électricité récemment finalisée mais ayant passé des tests de sécurité et bénéficiant de revenus contractualisés peut être classée en tant qu actif Brownfield, alors qu une autoroute à péage ayant 5 années d historique peut être toujours considérée comme Greenfield si le réseau routier de connexion n est pas encore achevé et si la demande est encore non stabilisée et trop fluctuante. Sont considérés comme Brownfield les projets de renouvellement ou d expansion liés au remplacement d un actif existant, car ils ne présentent pas les risques liés à la conception d une nouvelle infrastructure. Brownfield Cette catégorie regroupe les actifs déjà construits et disposant d un historique d exploitation (revenus, taux d utilisation) permettant d avoir une bonne visibilité sur l activité et les coûts d exploitation. La durée minimale d exploitation nécessaire pour qualifier un actif de Brownfield dépend du type d actif et de ses caractéristiques. Les risques associés aux projets d infrastructures sont amplement décrits dans la partie 1-2 (pages 27 à 31). Segmentation géographique Les types d actifs les plus fréquemment rencontrés diffèrent selon les zones géographiques. Ainsi, l Asie présente une forte proportion de projets de type Greenfield, les économies émergentes ayant davantage de besoins en termes de construction que les plus matures des pays de l OCDE. > Le tableau suivant présente les principales caractéristiques de ces deux zones : Nature du marché OCDE Transferts de propriété Besoins largement orientés vers l entretien et l amélioration du rendement des actifs : - Refinancements - Efficacité de l exploitation ASIE EMERGENTE Les infrastructures restent à construire Propriété fragmentée des actifs offrant des possibilités de consolidation et de multiples possibilités de sortie Risques relatifs Caractéristiques des opérations Systèmes juridiques développés et environnements régulés Rendements modérés sur les infrastructures matures et peu cycliques Projets de grande taille généralement réalisés via des appels d offres concurrentiels Environnements juridiques et réglementaires en évolution Risque perçu élevé, requérant des rendements supérieurs Partenariats avec des acteurs locaux bénéficiant de l expertise industrielle et réglementaire adéquate Guide des investissements en infrastructures - 17

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada

Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Comment résister aux vents contraires qui freinent l activité économique au Canada Chambre de commerce du Grand Moncton Moncton (Nouveau-Brunswick) 21 novembre 2012 Tim Lane Sous-gouverneur Banque du Canada

Plus en détail

Les perspectives économiques

Les perspectives économiques Les perspectives économiques Les petits-déjeuners du maire Chambre de commerce d Ottawa / Ottawa Business Journal Ottawa (Ontario) Le 27 avril 2012 Mark Carney Mark Carney Gouverneur Ordre du jour Trois

Plus en détail

à la Consommation dans le monde à fin 2012

à la Consommation dans le monde à fin 2012 Le Crédit à la Consommation dans le monde à fin 2012 Introduction Pour la 5 ème année consécutive, le Panorama du Crédit Conso de Crédit Agricole Consumer Finance publie son étude annuelle sur l état du

Plus en détail

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013

Le marché de l assurance de protection juridique en Europe. Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Le marché de l assurance de protection juridique en Europe Octobre 2013 Dans sa dernière publication, RIAD, l Association internationale

Plus en détail

DORVAL FLEXIBLE MONDE

DORVAL FLEXIBLE MONDE DORVAL FLEXIBLE MONDE Rapport de gestion 2014 Catégorie : Diversifié International/Gestion flexible Objectif de gestion : L objectif de gestion consiste à participer à la hausse des marchés de taux et

Plus en détail

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques

Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Placements IA Clarington inc. Dan Bastasic Gestionnaire de portefeuille des Fonds IA Clarington stratégiques Je ne caractériserais pas la récente correction du marché comme «une dégringolade». Il semble

Plus en détail

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics

Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve publics Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Actifs des fonds de pension et des fonds de réserve

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées

Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées COMMUNIQUE DE PRESSE 1 er septembre 2015 Bureau Veritas : résultats du premier semestre 2015 Performance solide dans un contexte de marché globalement difficile Perspectives 2015 confirmées Chiffre d affaires

Plus en détail

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1

Eco-Fiche BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Eco-Fiche Janvier 2013 BILAN DE L ANNEE 2012 QUELLES PERSPECTIVES POUR 2013? 1 Retour sur l année 2012 : l atonie En 2012, le Produit Intérieur Brut (PIB) s est élevé à 1 802,1 milliards d euros, soit

Plus en détail

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES

CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Direction Épargne et Clientèle Patrimoniale Date de diffusion : 26 janvier 2015 N 422 CAMPAGNE ANNUELLE DES EPARGNES ACQUISES Dans une démarche d accompagnement auprès de vos clients, plusieurs communications

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue!

Boussole. Divergence des indicateurs avancés. Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Boussole Juin 2015 Divergence des indicateurs avancés Actions - bon marché ou trop chères? Marchés boursiers - tout dépend du point de vue! Les règles du placement financier - Partie III Votre patrimoine,

Plus en détail

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT?

QUELLE DOIT ÊTRE L AMPLEUR DE LA CONSOLIDATION BUDGÉTAIRE POUR RAMENER LA DETTE À UN NIVEAU PRUDENT? Pour citer ce document, merci d utiliser la référence suivante : OCDE (2012), «Quelle doit être l ampleur de la consolidation budgétaire pour ramener la dette à un niveau prudent?», Note de politique économique

Plus en détail

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien

Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien Guerre des devises : implications pour l investisseur canadien 9 septembre 2014 Équipe de répartition de l actif et des devises Vincent Lépine Vice-président, Répartition de l'actif et gestion des devises

Plus en détail

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient

Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues à moins que les tensions financières s amplifient PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Association des économistes québécois de l Outaouais 5 à 7 sur la conjoncture économique 3 avril Les difficultés économiques actuelles devraient demeurer contenues

Plus en détail

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014

Budget 2015. Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Budget 2015 Réunion de consultation prébudgétaire Automne 2014 Ordre du jour Le Canada et l économie mondiale L incertitude économique mondiale Les finances provinciales et la situation financière du Manitoba

Plus en détail

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI

Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Présentation à l Association des économistes québécois Le 19 mai 25 Les perspectives mondiales, les déséquilibres internationaux et le Canada : un point de vue du FMI Kevin G. Lynch Administrateur Fonds

Plus en détail

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions

Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions Réforme des obligations de déclarations de franchissement de seuils et de déclarations d intentions RESUME Le régime des déclarations de franchissement de seuils et des déclarations d intentions, réformé

Plus en détail

L impératif des gains de productivité

L impératif des gains de productivité COLLOQUE ANNUEL DE L ASDEQ MONTRÉAL Plan de présentation Montréal, 9 décembre 9 L impératif des gains de productivité Partie L importance de rehausser notre productivité La diminution du bassin de main-d

Plus en détail

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040

Les Perspectives Énergétiques à l horizon 2040 The Outlook for Energy: A View to 24 highlights Les Perspectives Énergétiques à l horizon 24 ExxonMobil vous présente dans ses Perspectives Énergétiques sa vision à long terme de notre avenir énergétique.

Plus en détail

Info-commerce : Incertitude économique mondiale

Info-commerce : Incertitude économique mondiale Info-commerce : Incertitude économique mondiale avril 2012 Panel de recherche d EDC Résultats du sondage de février 2012 Faits saillants Même si les É.-U. restent une importante destination commerciale,

Plus en détail

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie

Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Norme comptable internationale 7 Tableau des flux de trésorerie Objectif Les informations concernant les flux de trésorerie d une entité sont utiles aux utilisateurs des états financiers car elles leur

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité?

Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Taux de change : Le dollar canadien au-dessus de la parité? Introduction On se souvient que le dollar canadien avait dépassé le seuil de la parité en 2008 avant la crise financière sous l impulsion de

Plus en détail

Territoires et Finances

Territoires et Finances Territoires et Finances Étude sur les finances des communes et des intercommunalités Bilan 2 14 et projections 215-217 214 : une forte baisse de l épargne brute et des investissements qui cristallisent

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Retour à la croissance

Retour à la croissance Après une forte amélioration de ses résultats au T4 2010 et la finalisation de ses programmes d investissement et de réorganisation, Eurofins réaffirme ses objectifs à moyen terme 28 janvier 2011 A l occasion

Plus en détail

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE

LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE LA RÉDUCTION DU TEMPS DE TRAVAIL : UNE COMPARAISON DE LA POLITIQUE DES «35 HEURES» AVEC LES POLITIQUES D AUTRES PAYS MEMBRES DE L OCDE par John P. Martin, Martine Durand et Anne Saint-Martin* Audition

Plus en détail

La politique monétaire de la Banque du Canada

La politique monétaire de la Banque du Canada La politique monétaire de la Banque du Canada Conférence «Conjoncture et perspectives économiques 2011» Montréal, 9 décembre 2010 Laurent Martin Économiste et représentant principal Bureau du Québec, Banque

Plus en détail

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance.

alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. alpha sélection alpha sélection est une alternative à un placement risqué en actions et présente un risque de perte en capital, en cours de vie et à l échéance. Instrument financier émis par Natixis (Moody

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS

AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL. Exercice clos le 31 décembre 2014. Société de gestion : AVENIR FINANCE INVESTMENT MANAGERS AFIM EONOS 5 RAPPORT ANNUEL Exercice clos le 31 décembre 2014 Code ISIN : Part B : FR0010789784 Part C : FR0010800300 Dénomination : AFIM EONOS 5 Forme juridique : FCP de droit français Compartiments/nourricier

Plus en détail

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés

Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés POUR DIFFUSION : À Washington : 9h00, le 9 juillet 2015 STRICTEMENT CONFIDENTIEL JUSQU À DIFFUSION Croissance plus lente dans les pays émergents, accélération progressive dans les pays avancés La croissance

Plus en détail

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE

Le point sur les marchés des pensions. des pays de l OCDE OCDE CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 17 décembre 2013 à 14h30 «Etat des lieux sur l épargne en prévision de la retraite» Document N 13 Document de travail, n engage pas le Conseil Le

Plus en détail

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière

Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Un bilan mitigé : Performance des catégories de fonds spéculatifs avant et après la crise financière Une étude menée par Vanguard 2012 Sommaire. Au cours d une étude précédente examinant diverses catégories

Plus en détail

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres

Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres LE POINT SUR LES INÉGALITÉS DE REVENU Le creusement des inégalités touche plus particulièrement les jeunes et les pauvres Résultats issus de la Base de données de l OCDE sur la distribution des revenus

Plus en détail

LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE

LE PARTENARIAT PUBLIC-PRIVE 5 ème conférence européenne des entreprises publiques locales organisée par la Commission entreprises locales du CEEP Bruxelles - 29 octobre 2002 Comité économique et social européen ******** LE PARTENARIAT

Plus en détail

Promotion des investissements au Maroc

Promotion des investissements au Maroc Royaume du Maroc Direction des Etudes et des Prévisions financières Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 Document de travail n 08 Promotion des investissements au Maroc Mai 1996 L objet de la

Plus en détail

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10

Finance internationale : 04 Analyse d un cas concret : EADS Romain BAYLE Page n 2 / 10 FIN-INTER-05 ANALYSE D UN CAS CONCRET : EADS Public concerné : Etudiants niveau Bac + 2. Durée indicative : 8 heures. Objectifs : o Utiliser les acquis des cours précédents sur un cas concret. Pré requis

Plus en détail

Canada-Inde Profil et perspective

Canada-Inde Profil et perspective Canada-Inde Profil et perspective Mars 2009 0 L Inde et le Canada : un bref profil Vancouver Calgary Montréal Toronto INDE 3 287 263 km² 1,12 milliard 1 181 milliards $US 1 051 $US Source : Fiche d information

Plus en détail

Prospérer dans un contexte de faibles taux

Prospérer dans un contexte de faibles taux LEADERSHIP DE LA PENSÉE perspectives AGF Prospérer dans un contexte de faibles taux Comment ajouter de la valeur dans ce contexte difficile pour les titres à revenu fixe Par David Stonehouse, B. Sc. Eng.,

Plus en détail

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009

Présentation aux investisseurs. Le 3 juin 2009 Présentation aux investisseurs Le 3 juin 2009 Énoncés prospectifs MISE EN GARDE RELATIVEMENT AUX DÉCLARATIONS PROSPECTIVES Cette présentation peut contenir des informations prospectives au sens des lois

Plus en détail

Comment évaluer une banque?

Comment évaluer une banque? Comment évaluer une banque? L évaluation d une banque est basée sur les mêmes principes généraux que n importe quelle autre entreprise : une banque vaut les flux qu elle est susceptible de rapporter dans

Plus en détail

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs

Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs Ben S. C. Fung (+852) 2878 718 ben.fung@bis.org Robert N. McCauley (+852) 2878 71 robert.mccauley@bis.org Expansion des dépôts en devises à Taiwan: facteurs explicatifs La demande de comptes bancaires

Plus en détail

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE»

CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» CONFERENCE DE PRESSE > LANCEMENT DU «MANIFESTE POUR UNE SOCIÉTÉ POSITIVE» > PRÉSENTATION DES RÉSULTATS DE L INDICE DE LA PERFORMANCE ÉCONOMIQUE POSITIVE 2014 UNE INITIATIVE DE DÉROULÉ DE LA CONFÉRENCE

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E DEXIA ANNONCE LES RÉSULTATS DE LA REVUE STRATÉGIQUE DE FSA FSA QUITTE LE SECTEUR DES ABS ET SE CONCENTRE SUR LE MARCHÉ DES SERVICES FINANCIERS AU SECTEUR PUBLIC RENFORCEMENT

Plus en détail

Cet article s attache tout d abord

Cet article s attache tout d abord Méthodes internationales pour comparer l éducation et l équité Comparaison entre pays des coûts de l éducation : des sources de financement aux dépenses Luc Brière Marguerite Rudolf Bureau du compte de

Plus en détail

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1)

INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS 2009 (1) Société anonyme au capital de 2 362 883 330 Siège social : 36-38, avenue Kléber 75116 Paris 403 210 032 RCS PARIS INFORMATION FINANCIERE TRIMESTRIELLE AU 31 MARS (1) (NON AUDITE) A - MARCHE DES AFFAIRES

Plus en détail

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire

Définir le collectif : retour d expérience du G20 sur la sécurité alimentaire Pierre Jacquet Pierre Jacquet est chef économiste de l Agence Française de Développement (AFD). Il est membre du Conseil économique pour le développement durable (CEDD). Définir le collectif : retour d

Plus en détail

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE

OBSERVATOIRE DE L EPARGNE EUROPEENNE Conférence de presse du 22 juin 2001 Fiscalité des produits d épargne: une comparaison internationale Il n existe pas de véritable point de vue européen en matière de fiscalité des produits d épargne.

Plus en détail

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010

Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Économie : Un retour à la normale? Spectre - 2010 Présenté par Daniel Denis Associé, SECOR 4 décembre 2009 Une croissance mondiale forte Au cours de la dernière décennie Évolution du PIB mondial Croissance

Plus en détail

Investissements et R & D

Investissements et R & D Investissements et R & D Faits marquants en 2008-2009 - L investissement de l industrie manufacturière marque le pas en 2008 et se contracte fortement en 2009 - Très fort recul de l utilisation des capacités

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/WP.5/2003/7/Add.4 8 juillet 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat

Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Quatrième Réunion du Conseil National du Crédit et de l Epargne 06 juillet 2010 Rabat Allocution de Monsieur Abdellatif JOUAHRI Gouverneur de Bank Al-Maghrib Messieurs les Secrétaires Généraux, Messieurs

Plus en détail

Monnaie, banques, assurances

Monnaie, banques, assurances Monnaie, banques, assurances Panorama La politique monétaire de la Banque nationale suisse en 2013 En 2013, la croissance de l économie mondiale est demeurée faible et fragile. En Europe, les signes d

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2008 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 08/91 POUR DIFFUSION IMMÉDIATE Le 23 juillet 2008 Fonds monétaire international 700 19 e rue, NW Washington, D. C. 20431 USA Le FMI conclut les consultations de 2008

Plus en détail

Résultats Semestriels 2011

Résultats Semestriels 2011 Résultats Semestriels 2011 9 Juin 2011 Sandpiper Bay Floride Faits marquants du 1 er semestre 2011 Forte progression de l activité Croissance à deux chiffres du Volume d Activité Villages Croissance sur

Plus en détail

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 %

(en millions d euros) 2013-2014 2014-2015 Ventes 247,1 222,9 Marge brute (55,7) (30,8) En pourcentage du chiffre d affaires -22,5 % -13,8 % RESULTATS ANNUELS 2014-2015 Chiffre d affaires 2014-2015 consolidé : 222,9 millions d euros Perte opérationnelle courante 2014-2015 : 125,9 millions d euros Poursuite du recentrage stratégique sur le cœur

Plus en détail

Comparaisons internationales de la dette

Comparaisons internationales de la dette Annexe 2 Comparaisons internationales de la dette Faits saillants Selon les statistiques officielles publiées par le Fonds monétaire international (FMI) et l Organisation de coopération et de développement

Plus en détail

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E

C O M M U N I Q U É D E P R E S S E C O M M U N I Q U É D E P R E S S E Information réglementée* Bruxelles, Paris, 13 mai 2009 7h00 Résultat net de EUR 251 millions au 1 er trimestre 2009 Ratio Tier 1 de 10,7 % et core Tier 1 de 9,8 % Faits

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii

CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE. Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii CONSOLIDER LES DETTES PUBLIQUES ET RÉGÉNÉRER LA CROISSANCE Michel Aglietta Université Paris Nanterre et Cepii Consolider les dettes publiques: un processus au long cours Les dysfonctionnements européens

Plus en détail

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010

Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre 2010 Gemalto publie son chiffre d affaires du 1 er trimestre Chiffre d affaires en hausse à 390 millions d euros Croissance de la Téléphonie Mobile, portée par les logiciels et services Amélioration du mix

Plus en détail

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP

Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP Réservé aux Professionnels de l investissement au sens de la MIF LES MEILLEURS TALENTS EN EUROPE PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 5 D INVESTIR DANS RAISONS PARVEST EQUITY EUROPE SMALL CAP 1 LES PETITES

Plus en détail

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT

GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT GESTION SOUS MANDAT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT NOS SOLUTIONS DE GESTION EN FONDS D INVESTISSEMENT La Banque de Luxembourg met à votre service son expertise en matière de gestion

Plus en détail

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques

RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques COMMUNIQUE DE PRESSE RÉSULTATS 2013 Excellente année de croissance profitable : chiffre d affaires et EBITDA ajusté historiques Points clés Paris-Nanterre, le 18 février 2014 Chiffre d affaires net record

Plus en détail

Présentation Macro-économique. Mai 2013

Présentation Macro-économique. Mai 2013 Présentation Macro-économique Mai 2013 1 Rendement réel des grandes catégories d actifs Janvier 2013 : le «sans risque» n était pas une option, il l est moins que jamais Rendement réel instantané 2,68%

Plus en détail

Les caractéristiques du secteur bancaire français

Les caractéristiques du secteur bancaire français Les caractéristiques du secteur bancaire français Fiche 1 Objectifs Découvrir le poids du secteur bancaire en France et ses intervenants Prérequis Aucun Mots-clefs Produit intérieur brut (PIB), organismes

Plus en détail

PROSPECTUS SIMPLIFIE

PROSPECTUS SIMPLIFIE PROSPECTUS SIMPLIFIE PARTIE A STATUTAIRE PRESENTATION Code ISIN : FR0010334037 Dénomination : ATOUT HORIZON DUO Forme juridique : Fonds commun de placement (FCP) de droit français Société de gestion :

Plus en détail

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement

PORT REFORM TOOLKIT. Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER. Concession d un terminal à conteneurs avec adossement Banque Mondiale MANUEL D UTILISATION DU MODELE FINANCIER Concession d un terminal à conteneurs avec adossement 1/ CONSEILS PREALABLES A L UTILISATION DU MODELE Logiciel requis : Excel 2000 pour PC Données

Plus en détail

Saft Groupe SA Résultats annuels 2014

Saft Groupe SA Résultats annuels 2014 Saft Groupe SA Résultats annuels 2014 Paris, 18 février 2015 Avertissement Le présent document contient des informations prévisionnelles concernant l activité, la situation financière et les résultats

Plus en détail

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires.

Participaient à la séance : Olivier CHALLAN BELVAL, Hélène GASSIN, Jean-Pierre SOTURA et Michel THIOLLIERE, commissaires. Délibération Délibération de la Commission de régulation de l énergie du 13 juin 2013 portant orientations sur le cadre de régulation du système de comptage évolué de GrDF Participaient à la séance : Olivier

Plus en détail

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM

UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM COMMUNIQUE de Presse PARIS, LE 13 JANVIER 2015 UFF PRESENTE UFF OBLICONTEXT 2021, NOUVEAU FONDS A ECHEANCE D OBLIGATIONS INTERNATIONALES, en partenariat avec La Française AM UFF Oblicontext 2021 est un

Plus en détail

COMMENTAIRE. Services économiques TD

COMMENTAIRE. Services économiques TD COMMENTAIRE Services économiques TD 16 juillet 213 LES MÉNAGES CANADIENS SONT PLUS ENDETTÉS QUE LES MÉNAGES AMÉRICAINS, MAIS UNIQUEMENT PAR SUITE DU RÉCENT DÉSENDETTEMENT AUX ÉTATS-UNIS Faits saillants

Plus en détail

Le solde commercial de la France, qui était

Le solde commercial de la France, qui était 3.1 Échanges extérieurs Le solde commercial de la France, qui était positif au début des années 2, redevient négatif à partir de 25. Le solde des produits manufacturés devient alors déficitaire et va ensuite

Plus en détail

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité

Offre Isf 2013. 2013 fonds d investissement de proximité Offre Isf 2013 2013 fonds d investissement de proximité du fip 123ISF 2013 Fiscalité La souscription au FIP 123ISF 2013 offre : Une réduction d ISF immédiate de 50% des versements effectués (déduction

Plus en détail

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale)

Principaux partenaires commerciaux de l UE, 2002-2014 (Part dans le total des échanges de biens extra-ue, sur la base de la valeur commerciale) 55/2015-27 mars 2015 Commerce international de biens en 2014 Principaux partenaires commerciaux de l UE en 2014: les États-Unis pour les exportations, la Chine pour les importations Le commerce entre États

Plus en détail

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur.

Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Fonds de placement Le modèle adapté à chaque type d investisseur. Bienvenue. Des arguments qui comptent Les points forts des fonds de placement du Credit Suisse. De nets avantages Les fonds de placement:

Plus en détail

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * *

Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 * * * Communiqué de presse Paris, le 14 décembre 2011 Le Crédit Agricole relève les défis Il s appuie sur le leadership de ses banques de proximité et des métiers qui leur sont associés Il renforce sa solidité

Plus en détail

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire

Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire Par Soraya Oulad Benchiba, Chargée d'études à l'institut Amadeus Au cours de la dernière décennie, les IDE vers l Afrique ont connu une croissance spectaculaire L afflux d IDE en Afrique a été spectaculaire

Plus en détail

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale

LIFE MOBILITY. épargne patrimoniale épargne patrimoniale LIFE MOBILITY evolution UN CONTRAT D ASSURANCE VIE ÉMIS AU GRAND-DUCHÉ DU LUXEMBOURG AU SERVICE DE LA MOBILITÉ PARCE QUE VOUS SOUHAITEZ Un contrat sur-mesure pour une stratégie patrimoniale

Plus en détail

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul

FAITS SAILLANTS. de la République populaire de Chine (SIPO) a été le seul Le nombre de dépôts de demandes en matière de propriété intellectuelle a poursuivi sur sa lancée d avant la crise, celui des dépôts de demandes de brevet augmentant à son rythme le plus fort en près de

Plus en détail

Norme comptable internationale 33 Résultat par action

Norme comptable internationale 33 Résultat par action Norme comptable internationale 33 Résultat par action Objectif 1 L objectif de la présente norme est de prescrire les principes de détermination et de présentation du résultat par action de manière à améliorer

Plus en détail

G&R Europe Distribution 5

G&R Europe Distribution 5 G&R Europe Distribution 5 Instrument financier émis par Natixis, véhicule d émission de droit français, détenu et garanti par Natixis (Moody s : A2 ; Standard & Poor s : A au 6 mai 2014) dont l investisseur

Plus en détail

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52

1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 50 BANQUE CENTRALE DU LUXEMBOURG 2 Le secteur financier 1 Le secteur bancaire luxembourgeois 52 Le secteur financier 1.1 Le secteur bancaire 52 1.1.1 L évolution de l effectif dans le secteur bancaire

Plus en détail

Immobilier et Assurance Vie

Immobilier et Assurance Vie Immobilier et Assurance Vie Les plus beaux patrimoines se façonnent dans l exigence Sommaire Le fonctionnement des SCPI au sein de l'assurance Vie...p3 Pourquoi la SCPI Primopierre?...p4 L'enveloppe Assurance

Plus en détail

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012

OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 OPERA FRANCE FCP RAPPORT ANNUEL 2012 DEGROOF GESTION 1 rond-point des Champs Elysées 75008 PARIS tél. 33 (0)1 45 61 55 55 - www.degroof.fr CARACTERISTIQUES DE L OPCVM Classification : Actions françaises

Plus en détail

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005.

Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005. Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005. Agricultural Policies in OECD Countries: Monitoring and Evaluation 2005 Summary in French Les politiques agricoles des pays de l OCDE: Suivi et évaluation 2005 Résumé Le soutien accordé aux producteurs

Plus en détail

Assemblée publique annuelle

Assemblée publique annuelle Assemblée publique annuelle Par Paul Cantor, président du Conseil Gordon J. Fyfe, président et chef de la direction Ottawa, le 28 octobre 2010 Paul Cantor Président du Conseil 2 Gordon J. Fyfe Président

Plus en détail

Âge effectif de sortie du marché du travail

Âge effectif de sortie du marché du travail Extrait de : Panorama des pensions 2013 Les indicateurs de l'ocde et du G20 Accéder à cette publication : http://dx.doi.org/10.1787/pension_glance-2013-fr Âge effectif de sortie du marché du travail Merci

Plus en détail

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive!

Info Finance. et Prévoyance. En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale attractive! Allianz Suisse Case postale 8010 Zurich www.allianz-suisse.ch Info Finance 01 YDPPR267F et Prévoyance Édition 01, mars 2013 EXCÉDENTS LPP En 2013 aussi, les clients profitent d une rémunération globale

Plus en détail

RÉSULTATS ANNUELS 2008

RÉSULTATS ANNUELS 2008 RÉSULTATS ANNUELS 2008 SOMMAIRE Carte d identité L année 2008 2008 : des résultats en croissance Une situation financière solide Les atouts du groupe face à la crise Perspectives et conclusion 2 CARTE

Plus en détail

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone

FAITS ESSENTIELS. L intensité du savoir croissante des économies de la zone FAITS ESSENTIELS La présente édition du Tableau de bord de la science, de la technologie et de l industrie indique que l intensité du savoir des économies de la zone OCDE a poursuivi sa progression ces

Plus en détail

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014

A la recherche de rendement. Les obligations Haut Rendement. Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit. Juin 2014 A la recherche de rendement Les obligations Haut Rendement Animé par : Pierre WROBEL, Spécialiste Produit Juin 2014 Des taux historiquement bas Un taux allemand à 10 ans aujourd hui inférieur à 2 % < 2

Plus en détail

Profils des Fonds mutuels TD

Profils des Fonds mutuels TD Profils des Fonds mutuels TD Fonds à revenu fixe Fonds d obligations ultra court terme TD Fonds d obligations à court terme TD Fonds hypothécaire TD Fonds d obligations canadiennes TD Portefeuille à revenu

Plus en détail

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger

Les facteurs de modulation du montant de pension selon l âge de départ à la retraite et la durée validée en France et à l étranger CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 25 novembre 2014 à 9 h 30 «Ages légaux de la retraite, durée d assurance et montant de pension» Document n 5 Document de travail, n engage pas le

Plus en détail