Cet art qu est la psychanalyse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cet art qu est la psychanalyse"

Transcription

1 Cet art qu est la psychanalyse

2 Thomas H. Ogden Cet art qu est la psychanalyse Rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus Préface de Florence Guignard Traduit de l anglais par par Ana de Staal et Mage Montagnol

3 Titre original This Art of Psychoanalysis Dreaming Undreamt Dreams and Interrupted Cries 2005, Thomas H. Ogden Première publication : Routledge, 2005 Illustration de la couverture L Artiste devant sa toile, Pablo Picasso ( ) Succession Picasso / RMN / Gérard Blot isbn Dépôt légal, 1 re édition : mars , Les éditions d Ithaque 165, rue d Alésia, Paris www. ithaque-editions.fr

4

5 sommaire Préface à l édition française par Florence Guignard 11 Origine des textes et remerciements, note de l éditrice 17 Avant-propos de Thomas Ogden 19 i. cet art qu est la psychanalyse rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 21 ii. ce dont je ne pourrais me passer 47 iii. une nouvelle lecture des origines de la théorie des relations d objet 59 iv. de l incapacité de rêver 83 v. qu est-ce qui est vrai et qui en a eu l idée? 105 vi. lire bion 127 vii. tenir, contenir, être et rêver 149 viii. écrire la psychanalyse 171 Bibliographie 191 Index des noms 199 Index des notions 200

6 chapitre premier cet art qu est la psychanalyse rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus i C est l art de la psychanalyse dans sa création, un processus qui s invente lui-même en cours de route, qui est le thème de ce chapitre. La psychanalyse est une expérience émotionnelle. En tant que telle, elle ne peut être traduite, transcrite, enregistrée, expliquée, comprise ou racontée avec des mots. Elle est ce qu elle est. Néanmoins, je crois que l on peut, à son propos, dire des choses importantes pour penser certains aspects de ce qui se passe entre analystes et analysants lorsqu ils sont engagés dans le travail de psychanalyse. En ce qui concerne ma réflexion personnelle elle me vient souvent dans l acte d écrire, je trouve utile de m astreindre d abord à n écrire qu un minimum de mots pour tenter de capturer leur essence même. Je sais que dans l écriture psychanalytique, à l exemple de la poésie, une concentration de mots et de sens tire parti de la puissance évocatrice du langage pour exprimer ce qu il est incapable de dire. Dans ce chapitre, je commence donc par énoncer une proposition assez compacte le processus analytique tel que je le conçois, avant de dérouler peu à peu cet ensemble d idées condensées. Puisque tous les éléments qui entrent dans ma conception de la psychanalyse sont inséparables les uns des autres, je reviens sur mes pas à plusieurs reprises ou, au contraire, j anticipe en sautant des séquences de la proposition initiale. (Ce qui reflète peut-être le mouvement même du vécu analytique.) Je conclus par le récit détaillé d une expérience dans laquelle le patient et moi-même avons été capables de penser, de parler, de rêver des rêves (auparavant) interrompus et inrêvés.

7 22 Cet ART qu est la psychanalyse ii Une personne consulte un psychanalyste parce qu elle est émotionnellement souffrante et que ses propres émotions lui sont tellement étrangères qu elle est soit incapable de rêver (incapable d effectuer le travail psychique inconscient), soit à tel point perturbée par ce qu elle est en train de rêver que son activité onirique (dreaming 1 ) en est contrariée. S il est incapable de rêver son expérience émotionnelle, l individu est incapable de changer, de grandir ou de devenir rien d autre que celui qu il a été. Le patient et l analyste entament une expérience conformément aux modalités de la situation psychanalytique, dont le but est de créer des conditions dans lesquelles l analysant (avec la participation de l analyste) pourrait être plus à même de rêver ses rêves inrêvés et interrompus. Les rêves rêvés par le patient et l analyste sont en même temps leurs propres rêves (et rêveries) et ceux d un sujet tiers qui est à la fois les deux ensemble, patient et analyste, sans être aucun d eux séparément. Tandis qu il participe au rêver des rêves inrêvés et interrompus du patient, l analyste en vient à connaître le patient en profondeur, d une manière qui lui permet de dire à celui-ci quelque chose de vrai de l expérience émotionnelle consciente et inconsciente qui est vécue à un certain moment de la relation analytique. Ce que dit l analyste doit être exploitable par le patient à des fins de travail psychologique (conscient et inconscient), c est-à-dire pour rêver sa propre expérience et, par là même, se rêver pleinement à l intérieur de l existence 2. iii Avant de tenter de «déployer» l exposé qui précède, deux séries de remarques introductives s imposent : la première concerne le contexte théorique de l exposé qui suit ; la seconde renvoie à une paire de métaphores à propos des états psychiques où se trouvent les patients qui viennent en analyse, états contre lesquels ils se débattent au cours du travail analytique. 1. [Ndt. Cf., infra, chap. IV, p. 85, n. 1.] 2. Tout effort pour parler de la psychanalyse fait nécessairement appel à l expérience qu a le lecteur de la psychanalyse. On pourrait écrire des volumes au sujet des chiens, mais, à moins d avoir fait l expérience de vivre la vie d un chien, le lecteur ne saura pas ce que c est. Un chien est un chien ; la psychanalyse est la psychanalyse ; «le monde, malheureusement, est réel [invariablement lui-même] ; moi, malheureusement, je suis Borges» [Borges, 1946, p. 234/181, nous traduisons de l espagnol].

8 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 23 La théorie en arrière-plan de ma manière de conceptualiser la pratique psychanalytique découle, en grande partie, de (mon interprétation de) la théorie de Bion sur le rêve et sur l impossibilité de rêver. (J ai précédemment traité de cet aspect du travail de Bion [Ogden, 2003a] et je n y reviens ici que dans ses grandes lignes.) Bion introduisit le terme «fonction-alpha» pour décrire un ensemble encore inconnu de fonctions mentales qui, de concert, transforment en «éléments-alpha» les «impressions des sens [les impressions sensorielles brutes] relatives à une expérience émotionnelle», qu il dénomme «éléments-bêta» [Bion, 1962a, p. 17/34]. Les éléments-bêta ces impressions sensorielles non épurées ne peuvent se relier entre eux et, en conséquence, ne peuvent être exploités pour penser, rêver ou être emmagasinés pour mémoire. En revanche, les éléments-alpha constituent des bouts d expérience susceptibles de liaison dans les processus conscient et inconscient de la pensée et du rêve (à la fois au sommeil et à l état de veille). Selon Bion : «L échec de la fonction-alpha signifie que le patient ne peut pas rêver, donc ne peut pas dormir. [Dans la mesure où] la fonctionalpha met les impressions des sens à la disposition de la pensée consciente et de la pensée-du-rêve, le patient qui ne peut pas rêver ne peut ni dormir ni s éveiller. D où cette condition particulière que l on observe dans la clinique quand le patient psychotique se comporte comme s il était précisément dans cet état.» [Bion, 1962a, p. 7/ ] Ce passage contient un grand nombre d idées essentielles à la conception de la psychanalyse que j expose ici. Le rêver (en tant qu activité onirique) est un processus continuel qui se produit à la fois dans le sommeil et dans la vie éveillée inconsciente. Si une personne ne peut transformer les impressions sensorielles brutes en éléments d expérience inconscients susceptibles d être reliés, elle ne pourra pas non plus produire les pensées inconscientes du rêve et ne pourra donc rêver (ni dans le sommeil, ni dans la vie éveillée inconsciente) : la façon dont elle vit les impressions sensorielles brutes (éléments-bêta) dans le sommeil ne diffère pas de son expérience des éléments-bêta en état de veille. En ce cas, l individu «ne peut ni dormir ni s éveiller» [Bion, 1962a, p. 7/ ], incapable qu il est de distinguer sommeil et éveil, perception et hallucination, réalité extérieure et réalité interne.

9 24 Cet ART qu est la psychanalyse Réciproquement, les événements psychiques qui se produisent au cours du sommeil (y compris les événements visuels imagés) ne méritent pas tous le nom de rêve. Les événements psychiques qui, durant le sommeil, donnent l impression de rêver mais ne sont pas des rêves se trouvent être plutôt les «rêves» autour desquels le patient et l analyste ne peuvent associer, les hallucinations du sommeil, les productions oniriques «blanches» (imageless «dreaming») uniquement composées de sensations, les rêves récurrents des patients post-traumatiques et, comme on le verra, les terreurs nocturnes. Ces «rêves» qui n en sont pas n entraînent aucun travail psychique inconscient ; le travail onirique (work of dreaming 1 ) est ici inexistant. iv La seconde remarque préalable à l examen de ma conception de la pratique analytique porte sur le phénomène des cauchemars et des terreurs nocturnes. Je décèle dans ces deux troubles du sommeil à la fois des exemples et des métaphores susceptibles d éclairer deux larges catégories du fonctionnement psychique. Dans l ensemble, les terreurs nocturnes et les cauchemars, tels que je les conçois, sont emblématiques du matériau dont est fait l intégralité du registre de la psychopathologie humaine. Les cauchemars sont de «mauvais rêves» ; les terreurs nocturnes sont des «rêves» qui ne sont pas des rêves. Ces dernières diffèrent des cauchemars non seulement en termes de phénoménologie et de fonction psychologique, mais aussi du point de vue de la neurophysiologie et de l activité des ondes cérébrales qui leur sont associées [Ndt. Cf., infra, chap. IV, p. 85, n. 1 ; chap. VII, p. 149.] 2. À la différence des cauchemars, qui se produisent dans le sommeil MOR («mouvements oculaires rapides») phase du sommeil dans laquelle se déroulent la plupart des rêves, les terreurs nocturnes surviennent dans le sommeil profond, à ondes lentes [Hartmann, 1984]. Bien que je mentionne ici les critères neurophysiologiques liés aux terreurs nocturnes et aux cauchemars (l activité des ondes cérébrales telles qu elles ont pu être enregistrées lors des recherches sur le sommeil), ces données restent purement métaphoriques. Le fait que l activité des ondes cérébrales liée aux terreurs nocturnes soit différente de celle des cauchemars ne veut pas dire que la conception psychanalytique de l une et de l autre diffère de façon analogue. Les découvertes neurophysiologiques des chercheurs sur le sommeil n offrent rien de plus (et rien de moins) que des parallèles intéressants entre l activité du cerveau et le vécu psychique, ainsi que des métaphores éventuellement utilisables dans la réflexion psychanalytique sur l activité onirique, l incapacité de rêver et l interruption de l activité onirique.

10 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 25 L enfant 1 qui souffre de terreur nocturne «se réveille» dans un état de grande peur, mais ne reconnaît pas le parent qui, réveillé par ses cris, est venu le réconforter. Au bout d un moment, l enfant finit par se calmer et, sans qu on puisse discerner de crainte chez lui, «retourne dormir». La plupart du temps, en se «réveillant» le matin, l enfant n a aucun souvenir de sa terreur nocturne, ni du réconfort apporté par le parent. Dans les rares cas où l enfant est capable de retracer quelque chose de sa terreur nocturne, il se souviendra d une image isolée, par exemple d avoir été pourchassé ou «de quelque chose assis sur moi» [Hartmann, 1984, p. 18]. L enfant ne manifeste aucune crainte en allant se coucher la nuit suivante ; il ne reste apparemment aucun souvenir inconscient ou conscient de l expérience. Que ce soit du point de vue psychanalytique ou du point de vue de l activité des ondes cérébrales, celui qui souffre de terreurs nocturnes n est pas réveillé de son expérience, et ne se rendort pas non plus après avoir été calmé [Daws, 1989] il est incapable de percevoir ce qu il éprouve sous l angle de la vie éveillée. Pour reprendre les termes de Bion, les terreurs nocturnes sont formées d impressions sensorielles brutes (éléments-bêta) relatives à l expérience émotionnelle, des impressions que ni l activité onirique, ni l activité de penser ou l emmagasinement pour mémoire ne parviennent à relier. L enfant qui souffre de terreurs nocturnes ne peut véritablement se réveiller que lorsqu il devient capable de rêver son rêve inrêvé. En revanche, un cauchemar est un vrai rêve (survenant dans la phase MOR du sommeil) qui «réveille la personne avec un sentiment de frayeur» [Hartmann, 1984, p. 10, c est moi qui souligne]. Au réveil, le rêveur peut, durant un laps de temps relativement court, voire immédiatement, faire la différence entre veille et sommeil, perception et rêve, réalité interne et réalité extérieure ; il est donc souvent capable de se souvenir du contenu manifeste du cauchemar, d y réfléchir et d en parler. L enfant qu un cauchemar a réveillé est en mesure de reconnaître la personne qui le réconforte, et, justement parce qu il peut se souvenir d avoir fait un cauchemar, il craint de retourner dormir cette nuit-là et, parfois, pendant les semaines ou les mois qui suivent. En résumé, un cauchemar est assez différent d une terreur nocturne. Le cauchemar est un rêve dans lequel la souffrance émotionnelle est soumise (à un degré considérable) à un travail inconscient susceptible 1. L enfant et l adulte peuvent, certes, tous deux souffrir de terreurs nocturnes et de cauchemars, mais ces deux phénomènes se manifestent davantage chez l enfant ; pour la clarté de mon exposé, je parlerai de ces phénomènes du point de vue du vécu infantile.

11 26 Cet ART qu est la psychanalyse d apporter une croissance psychique. Ce travail est toutefois courtcircuité à chaque fois qu il atteint le point où la capacité de l individu à produire les pensées-du-rêve et à les rêver est submergée par les effets perturbateurs de l expérience émotionnelle en train d être rêvée. Une terreur nocturne, en revanche, n est pas un rêve : aucune pensée-durêve n est créée, aucun travail psychique n est effectué, l événement psychique n est source d aucun changement. v Forts de la conception bionienne du rêve comme contexte théorique, et des phénomènes de cauchemars et de terreurs nocturnes comme métaphores évoquant deux larges catégories du fonctionnement psychique, nous pouvons maintenant examiner la définition condensée que j ai donnée plus haut concernant ma propre conception de la psychanalyse. Commençons par le commencement : Une personne consulte un psychanalyste parce qu elle est émotionnellement souffrante et que ses propres émotions lui sont tellement étrangères qu elle est soit incapable de rêver (incapable d effectuer le travail psychique inconscient), soit à tel point perturbée par ce qu elle est en train de rêver que son activité onirique en est contrariée. Dans la mesure où il est incapable de rêver son expérience émotionnelle, l individu est incapable de changer, de grandir ou de devenir rien d autre que celui qu il a été. Certains patients qui consultent un analyste pourraient être considérés comme s ils souffraient de terreurs nocturnes (métaphoriques). Sans s en rendre compte, ils recherchent de l aide pour rêver leur expérience impossible à rêver et inrêvable. Les rêves inrêvés de tels patients demeurent inchangés sous forme de poches isolées (ou de larges pans) de psychose [Bion, 1962a], ou encore se cristallisent dans certains aspects de la personnalité qui excluent l expérience de l élaboration psychique. Parmi les troubles caractéristiques de ce genre de forclusion se trouvent les maladies psychosomatiques et les perversions sévères [de M Uzan, 1984], l encapsulation autistique dans la sensation corporelle [Tustin, 1981], les états «dés-affectés» [McDougall, 1984] dans lesquels les patients sont incapables de «lire» leurs émotions et leurs sensations corporelles, et l état schizophrénique de «non-expérience» [Ogden, 1982] où le patient schizophrène chronique attaque sa propre capacité de donner du sens à ce qu il éprouve et, de ce fait, rend ses expériences émotionnelles interchangeables. Dans les troubles où la

12 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 27 forclusion psychique est impliquée, l activité de penser du patient est, en grande partie, de type opératoire [de M Uzan, 1984]. On pourrait dire de certains autres patients qui consultent un analyste qu ils souffrent de cauchemars (métaphoriques), c est-à-dire de rêves si effrayants que le travail psychique entraîné par l activité onirique du sommeil et de la vie éveillée insconsciente se trouve interrompu. (Le «cri interrompu», dont parle le poème de Frost, «Acquainted with the Night», semble très bien définir ce qu est un cauchemar 1.) Le patient qui se réveille d un cauchemar a atteint la limite de sa capacité de rêver par lui-même. Il a besoin du psychisme d un autre d un «habitué de la nuit» pour l aider à rêver ce qui reste encore à rêver de son cauchemar. (Un «rêve qui reste encore à rêver» est un phénomène névrotique ou de type non psychotique. En revanche, un rêve impossible à rêver est un phénomène psychotique ou correlatif de la forclusion psychotique.) Les symptômes névrotiques des patients aux rêves interrompus représentent des doublures figées de l expérience émotionnelle impossible à rêver. L analyste à qui ces deux grandes catégories d individus demandent de l aide pour rêver leurs terreurs nocturnes et leurs cauchemars métaphoriques doit avoir cette disposition à la rêverie, c est-à-dire pouvoir se maintenir sur de longues périodes dans un état psychique réceptif aux rêves interrompus et inrêvés du patient tandis qu ils sont vécus dans le transfert/contre-transfert. Les rêveries de l analyste sont au centre du processus analytique puisqu elles fraient un passage décisif à l analyste qui participe au rêver des rêves que le patient est incapable de rêver par lui-même Frost [1928, p. 234] écrit : «I have stood still and stopped the sound of feet / When far away an interrupted cry / Came over houses from another street.» Cf. Ogden, 1999b, pour une exégèse de ce poème. [Ndt. Le vers extrait de ce poème, intitulé «Habitué de la nuit», dit : «Je m étais arrêté, faisant taire mes pas / quand, au loin, un cri interrompu, / Depuis une rue voisine, s éleva des toits.» Nous traduisons.] 2. J inclus dans la notion de rêverie tous ces méandres du psychosoma de l analyste ses pensées, ses sentiments, ses ruminations ou ses sensations corporelles, fussent-ils les plus discrets et quotidiens qui donnent habituellement l impression de n avoir pas le moindre rapport avec ce que le patient est en train de dire ou de faire à ce moment-là. Les rêveries ne sont pas le produit du psychosoma de l analyste seul, mais proviennent des inconscients combinés du patient et de l analyste [Ogden, 1994a, 1994c, 1996, 1997a, 1997b, 1997c, 1999b, 2001a]. Comme nous le verrons dans la partie clinique de ce chapitre, les rêveries de l analyste fournissent une forme d accès indirect à la vie inconsciente de la relation analytique.

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse, 2006 ISBN : 2-7081-3602-X Table des matières Introduction... 1 Partie I Historique Chapitre 1 : De l hypnose à la psychanalyse... 11 Vienne... 13 Freud (1856-1939)...

Plus en détail

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave.

Objectifs : Connaître les grands principes de la relation médecin-malade. Connaître les principes de l annonce d une maladie grave. CHAPITRE 1 LA RELATION MÉDECIN-MALADE L ANNONCE D UNE MALADIE GRAVE. L INFORMATION DU PATIENT ATTEINT DE MALADIE CHRONIQUE. LA PERSONNALISATION DE LA PRISE EN CHARGE MÉDICALE Module 1 : «Apprentissage

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Approche psychanalytique des addictions

Approche psychanalytique des addictions Approche psychanalytique des addictions Notions de base Perspectives historiques Dr.I.Gothuey, UAS Notions psychanalytiques de base L inconscient La théorie de l inconscient Le ça, le moi et le surmoi

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX

Référence : Henri Piéron, Vocabulaire de psychologie, PUF. 1979. LES TROUBLES ANXIEUX 1 Anxiété : «Malaise à la fois physique caractérisé par une crainte diffuse, un sentiment d insécurité, de malheur imminent. On réserve plutôt le nom d angoisse aux sensations physiques qui accompagnent

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

La psychologie scientifique au service de l humain

La psychologie scientifique au service de l humain THERAPIES COGNITIVO COMPORTEMENTALES La psychologie scientifique au service de l humain Ces techniques interviennent à 3 niveaux COMPORTEMENT -COGNITIF- EMOTIONNEL Environnement Comportement Cognition

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE

APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE APPROCHES PSYCHOTHERAPEUTIQUES DU PATIENT DOULOUREUX CHRONIQUE GENERALITES Douleur chronique = douleur qui évolue depuis plus de 6 Mois. Douleur «maladie» qui évolue par elle même Douleur «traumatisme»:

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée

N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée N 59. Connaître les bases des classifications des troubles mentaux de l enfant à la personne âgée Auteur : J.-A. M. Relecteurs : C. Q., C. L. Statistiques ECN 2008, dossier 4 2008, dossier 7 2010, dossier

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France)

SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) SEMINAIRE SSF DU 19 AU 23 MAI 2015 TARGU MURES (ROUMANIE) Jean-Paul WACK (France) LES PERSONNES TRES AGEES EN SITUATION D ISOLEMENT Au préalable, quelle est la définition de «solitude» dans le petit Larousse

Plus en détail

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Les névroses... 3 1.1. Eléments essentiels de définition...3 1.2. Classification

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19

TABLE DES MATIÈRES. INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 15 CHAPITRE 1 Le sommeil... 17 Incidence, état de la situation... 17 Un peu de théorie... 19 Développement des cycles de sommeil... 19 Phases de sommeil... 20 Prévention...

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations

Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Parinet Formation Pour Humaniser les Relations Stages de développement personnel Formation à la relation d aide & Consultations individuelles Adultes, adolescents, enfants, couples Programme 2012-2013

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE

LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE LIGNES DIRECTRICES SUR L ADMISSIBILITÉ PRESTATIONS D INVALITITE Page 1 of 9 CPM 03000 CIM-9 300.02 CIM-10 41.1 DÉFINITION Le Trouble d anxiété généralisée est caractérisé par une anxiété et des soucis

Plus en détail

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE

LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE NOM : Prénom Date de naissance : LIVRET DE COMPÉTENCES A L ÉCOLE MATERNELLE Classe de toute petite section Année scolaire Nom et adresse de l école Nom des enseignants Classe de petite section Classe de

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

sommaire Introduction...9 Histoire et définitions Théories et méthodes La formation et la profession

sommaire Introduction...9 Histoire et définitions Théories et méthodes La formation et la profession Titre partie sommaire Introduction...............................9 Histoire et définitions «La psychologie est une science jeune.»..............13 «La psychologie permet de savoir tout ce qu on a dans

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

«L insomnie est signe d anxiété.»

«L insomnie est signe d anxiété.» «L insomnie est signe d anxiété.» Ni pavot, ni mandragore Ni aucun sirop de sommeil au monde Ne te rendront jamais ce sommeil délicieux Que tu possédais hier. Shakespeare, Othello, 1604 N est-ce pas l

Plus en détail

Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)*

Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)* Séminaire Psychanalytique de l Arc Jurassien Formation Postgraduée en Psychothérapie Psychanalytique de l Arc Jurassien (FPPP-AJ)* Direction : SPJBB Dr Laslo Pataki Psychiatre et psychothérapeute FMH 2713

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

Prévenir... les troubles du sommeil

Prévenir... les troubles du sommeil Prévenir... les troubles du sommeil 14 Le sommeil est un élément clef de bonne santé Les plaintes des insomniaques sont multiples : «Je n arrive jamais à m endormir avant deux heures du matin» ; «je me

Plus en détail

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26

Littérature au cycle 3. Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature au cycle 3 Atelier des suppléants Valence, 4.01.12 DDEC 07 / 26 Littérature et programme 2008 SOCLE COMMUN Compétence 1 : Maîtrise de la langue française lire seul des textes du patrimoine

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR?

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR? LA DOULEUR DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE Miancheng ZHU Professeur de médecine traditionnelle chinoise, faculté de médecine, université Paris 13, Bobigny Aujourd hui, 21 janvier 2004, est le

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING

Fiche d appréciation littéraire LES FÉES DU CAMPING Fiche d appréciation littéraire AUTEUR: SUSIE MORGENSTERN Tout le monde le dit, écouter parler Susie Morgenstern est un vrai bonheur tant son verbe est chaleureux et sa joie de vivre communicative. S ils

Plus en détail

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours

Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours S approprier le langage - Cycle 1 Document d accompagnement du Livret Scolaire, Cycle 1, CRDP du Centre, Académie d Orléans-Tours Compétence attendue à l issue de l école Programme 2008 Livret scolaire

Plus en détail

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux

11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux SEMESTRE 2 UE 2.6.S2 Processus psychopathologiques 11/ Syndromes névrotiques et syndromes anxieux Névrose et anxiété La névrose est une perturbation de l ensemble de la personnalité plus marquée au niveau

Plus en détail

Introduction. Une traditionnelle opposition

Introduction. Une traditionnelle opposition Introduction Introduction XIII Dans la méthodologie des études en sciences sociales, on a longtemps opposé les approches quantitatives et qualitatives, comme deux philosophies en contradiction souvent,

Plus en détail

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE

LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Ville-Ecole-Intégration, n 114, septembre 1998 LA RÉUSSITE SCOLAIRE EN MILIEUX POPULAIRES OU LES CONDITIONS SOCIALES D UNE SCHIZOPHRÉNIE HEUREUSE Bernard LAHIRE (*) L enfant de milieu populaire en difficulté

Plus en détail

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007

LES TROUBLES DU SOMMEIL. N.BILLAUD Dec 2007 LES TROUBLES DU SOMMEIL N.BILLAUD Dec 2007 TROUBLES DU SOMMEIL Motif fréquent de consultation 20 à 30 % des enfants Parents demandeurs d aide Enfants supportent très bien les troubles angoisse parentale

Plus en détail

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité

Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité Culture et Handicap Guide pratique de l accessibilité p. 76-89 Définition des handicaps «Constitue un handicap, au sens de la présente loi, toute limitation d activité ou restriction de participation à

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL

QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL QUESTIONNAIRE DE SOM MEIL Date du questionnaire :... Envoyé par le docteur : Adresse du médecin :... NOM :...Prénom... Nom de naissance :... Né(e) le :...à... Adresse... Tél. Dom. Tél. Prof.. Port: Profession

Plus en détail

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8

Préface Page 3. La maladie en quelques mots Page 4 à 5. 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7. 2 - Le diagnostic. Page 8 SOMMAIRE Préface Page 3 La maladie en quelques mots Page 4 à 5 1 - Doutes et interrogations Page 6 à 7 2 - Le diagnostic. Page 8 3 - Les aides Page 9 à 11 3.1 - Le soutien à domicile (ménage, courses,

Plus en détail

Nous travaillons à partir de textes théoriques et de cas cliniques s illustrant réciproquement.

Nous travaillons à partir de textes théoriques et de cas cliniques s illustrant réciproquement. Docteur Gérard Mevel 9 Bd Franklin Roosevelt Françoise Mevel Docteur en psychologie 24 rue Angel Durand franger numericable.com francoisemevel orange.fr 06 87 53 62 66 Le docteur Gérard Mevel et Françoise

Plus en détail

aupres des personnes agees `

aupres des personnes agees ` aupres des personnes agees ` La problématique du suicide chez les personnes âgées Informer, soutenir, accompagner les professionnels qui entourent les personnes âgées dans leur quotidien. ^ L intervenant

Plus en détail

MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS.

MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS. MODULE 2 : TRAITEMENTS PSYCHANALYTIQUES AVEC LES ENFANTS ET LES ADOLESCENTS. Responsables : Alejandro Rojas- Urrego et Catherine Krähenbühl Module ouvert 30 heures Dates : 21 et 28 mai, 4, 11,18 et 25

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers

Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie. Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Réparation juridique du dommage corporel : données propres à la psychiatrie Pr Senon Faculté de Médecine Université de Poitiers Problèmes posés en psychiatrie Le PTSD : une clinique encore mal connue La

Plus en détail

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques

FICHE ENSEIGNANT. Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques 1 ACTIVITÉ Domaine Objectif général Compétences Éducation scientifique Langue française Sensibiliser les élèves à l importance du sommeil. Objectifs spécifiques Prendre conscience de son profil sommeil.

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

COMPRENDRE CE QU ILS COMPRENNENT LES NIVEAUX DE COMPREHENSION DANS L AUTISME ET AUTRES TROUBLES ENVAHISSANTS DU DEVELOPPEMENT LES CARACTERISTIQUES DE L AUTISME (critères res de la CIM 10, recommandations

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Le marchand de sable, ce mystérieux bonhomme qui

Le marchand de sable, ce mystérieux bonhomme qui Préambule Le marchand de sable passera-t-il ce soir? Le marchand de sable, ce mystérieux bonhomme qui saupoudre du sable magique dans les yeux des enfants pour les endormir Sur un petit nuage (assez étroit),

Plus en détail

La Fondation des maladies mentales

La Fondation des maladies mentales La Fondation des maladies mentales Fondée en 1980 par Dr Yves Lamontagne, psychiatre Mission: la prévention des maladies mentales Programmes de sensibilisation et de prévention Pour les jeunes des écoles

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois

Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois Thérapie d oxygène energétisé avec l appareil AIRNERGY+ Professional pour la maladie de Parkinson Monsieur Erz avec le chien Jacky 1 Listage des

Plus en détail

Les Franciliens sont en meilleure

Les Franciliens sont en meilleure 14 Travail et santé L activité professionnelle a des effets immédiats et durables sur la santé des Franciliens La majorité des Franciliens qui travaillent apparaissent en meilleure santé physique que leurs

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME Toute personne ayant survécu à une catastrophe en ressort forcément profondément bouleversée ; en particulier les enfants, les personnes

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Ressources & Actualisation

Ressources & Actualisation La relaxation : tout ce que vous devez savoir sur la relaxation Il existe aujourd hui de très nombreuses méthodes de relaxation proposées au public pour son bien-être et son équilibre, mais, pour le néophyte,

Plus en détail

Table des matières. Dédicace 5. Préface 7. Avant-propos 9. Remerciements 13

Table des matières. Dédicace 5. Préface 7. Avant-propos 9. Remerciements 13 Table des matières Dédicace 5 Préface 7 Avant-propos 9 Remerciements 13 Introduction Équiper les parents des enfants à risque de problèmes d attachement 15 Chapitre 1 Qu est-ce que l attachement et pourquoi

Plus en détail

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?»

LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» CONFÉRENCE AVEC LE DOCTEUR M. LACAMBRE, PSYCHIATRE AU CHRU DE MONTPELLIER DANS UN EXPOSÉ DE SA THÈSE INTITULÉ «LE CIRQUE, UN OUTIL THÉRAPEUTIQUE?» 14 OCTOBRE 2010 À L UFCV TOULOUSE Dans la lignée des événements

Plus en détail

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde

Y. Morel. http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde Mémoire Y. Morel http://xymaths.free.fr/ Rubrique 2nde 1 A propos de l intelligence... 2 Quizz : Connaissez-vous votre mémoire? 3 Objectifs Exercice 1 - Dessin d enfant Exercice 2 - Liste de symboles Exercice

Plus en détail

Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr

Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr Publié par Les Contrôleurs du train de 13h37 http://letrainde13h37.fr ISBN : 979-10-91997-02-7 Wagon 42 SAS 25 Impasse Ernest Feuillet Avignon, France http://wagon42.fr Première édition, octobre 2012 Le

Plus en détail

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2

Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Détection des symptômes psychotiques dans la microdélétion 22q11.2 Stephan Eliez, M.D. Bruxelles, 11 octobre 2015 stephan.eliez@unige.ch Introduction Les troubles psychiques sont fréquents dans le contexte

Plus en détail

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»?

«Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? Carlos Guevara «Lalangue qui, cette jouissance, la civilise si j ose dire *»? La phrase du titre de mon exposé est de Lacan, le signe d interrogation est de moi. Cette phrase, vous pouvez la trouver dans

Plus en détail

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003

Névroses Q266. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Névroses Q266 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année Universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Hystérie Névrose d angoisse Phobies TOC PTSD Diagnostic d une conversion hystérique Diagnostic

Plus en détail

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Coup d oeil sur Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Le sommeil «Un bon dormeur se démarque d un mauvais dormeur par la facilité avec laquelle il se rendort.» Que savons-nous? n Le sommeil du bébé

Plus en détail

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3

LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 Des compétences professionnelles partagées en santé mentale et en relations humaines: la personne au premier plan LES ÉVALUATIONS RELIÉES À L IDENTIFICATION DES TROUBLES ACTIVITÉS 3.6.1 3.6.2 3.6.3 LES

Plus en détail

L l espace où l âme se déploie ; c est de lui que provient toute vraie

L l espace où l âme se déploie ; c est de lui que provient toute vraie E silence est à la fois la base et le but de la méditation, ainsi que L l espace où l âme se déploie ; c est de lui que provient toute vraie parole, que ce soit sur la méditation ou sur l âme. Devant ce

Plus en détail

Partie I Apprendre à se ménager pour manager

Partie I Apprendre à se ménager pour manager Partie I Apprendre à se ménager pour manager Ne rien faire est une réelle compétence et ne constitue un paradoxe qu en apparence. Cette compétence consiste essentiellement à savoir maîtriser vos émotions,

Plus en détail

De tous les états, celui de rêveries se rapproche bien plus de l hypnose que tous les autres.

De tous les états, celui de rêveries se rapproche bien plus de l hypnose que tous les autres. Qu'est ce que l'hypnose Ericksonienne? L'hypnose Ericksonienne est une nouvelle conception de l'hypnose et de son utilisation à des fins thérapeutique du à Milton H. Erickson (1901-1980), psychiatre américain

Plus en détail

LE SOMMEIL DE L ENFANT

LE SOMMEIL DE L ENFANT LE SOMMEIL DE L ENFANT Généralités Le sommeil est constructif, il permet au corps de récupérer et de «recharger ses batteries». Dormir aide à grandir, à mémoriser les apprentissages de la journée et à

Plus en détail

Guylaine Bellerose, psychologue, GBellerose@cegep-fxg.qc.ca Frédérick Dionne, psychologue, FDionne@cegep-fxg.qc.ca

Guylaine Bellerose, psychologue, GBellerose@cegep-fxg.qc.ca Frédérick Dionne, psychologue, FDionne@cegep-fxg.qc.ca Guylaine Bellerose, psychologue, GBellerose@cegep-fxg.qc.ca Frédérick Dionne, psychologue, FDionne@cegep-fxg.qc.ca Remerciements Département de soins infirmiers - Guylaine Paquin et Francine Vincent Département

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

Conduire le changement avec succès

Conduire le changement avec succès Conduire le changement avec succès Lynn M.Levo, CSJ Occasional Papers Eté 2012 Le changement est inévitable et selon la nature du changement, il peut aussi être un défi. Les responsables d aujourd hui

Plus en détail

Le sommeil du jeune enfant

Le sommeil du jeune enfant Le sommeil du jeune enfant Docteur Annik Hallot Introduction Nous passons le tiers de notre vie à dormir, le sommeil est un besoin fondamental de tout être vivant au même titre que respirer et manger.

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Neuropsychologue, psychologue clinicien et psychologue cognitiviste

Neuropsychologue, psychologue clinicien et psychologue cognitiviste Neuropsychologue, psychologue clinicien et psychologue cognitiviste Rôle de chacun auprès de l enfant présentant des troubles de l apprentissage. Les difficultés d apprentissage sont la cause la plus fréquente

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

Idées fausses circulant au sujet de l hypnose

Idées fausses circulant au sujet de l hypnose Idées fausses circulant au sujet de l hypnose «J ai peur parce que vous allez m endormir et je ne saurai pas ce qu il s est passé» Tout d abord, l hypnose n est pas un sommeil mais un état de conscience

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

www.club-editeur-internet.com

www.club-editeur-internet.com Edi-Inter - Route de Chancy 28, CH 1213 Petit Lancy 2 - Suisse www.club-editeur-internet.com Sommaire Sommaire 2 Pour bien interpréter vos rêves 3 1re règle d or : Soyez d une absolue sincérité... 4 2e

Plus en détail

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Jacqueline Beckers PERF (Professionnalisation en Éducation : Recherche et Formation) Université de Liège 2 champs

Plus en détail

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette

Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette Sujet : J entre dans l image pour y voler la vedette niveau : 4ème Le dispositif pédagogique 1 ère séance : Les élèves ont amené l image de leur choix. Verbalisation autour des types d image trouvées.

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE

JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE JNPS 3 FEVRIER 2015 - RESEAU - VIE 37 «PREVENTION DU SUICIDE, UN MONDE CONNECTE Bonjour.. Je remercie le réseau VIE 37 d avoir sollicité ce soir la présence de l association SOS Amitié sur ce thème : «PREVENTION

Plus en détail

Genèse du projet. Objectifs :

Genèse du projet. Objectifs : 1 Genèse du projet Entre rêve et poussière est le fruit d un travail de fin d étude porté par David Daubresse lors de sa dernière année au Conservatoire de Liège. Il s agissait de prendre en charge seuls

Plus en détail

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?...

Etes-vous plutôt. D ACCORD ou PAS D ACCORD. avec les propositions suivantes?... QUIZZ SOMMEIL Etes-vous plutôt ou PAS avec les propositions suivantes?... 1 ) Le sommeil d une nuit se compose d une succession de cycles Le premier cycle est annoncé par des «signaux de sommeil» auxquels

Plus en détail

Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA

Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA Définitions opérationnelles des domaines et des sous-domaines issues du classement des mémoires et thèses du RNETSA Le document suivant a été construit dans le but de faciliter le classement des mémoires

Plus en détail