Cet art qu est la psychanalyse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cet art qu est la psychanalyse"

Transcription

1 Cet art qu est la psychanalyse

2 Thomas H. Ogden Cet art qu est la psychanalyse Rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus Préface de Florence Guignard Traduit de l anglais par par Ana de Staal et Mage Montagnol

3 Titre original This Art of Psychoanalysis Dreaming Undreamt Dreams and Interrupted Cries 2005, Thomas H. Ogden Première publication : Routledge, 2005 Illustration de la couverture L Artiste devant sa toile, Pablo Picasso ( ) Succession Picasso / RMN / Gérard Blot isbn Dépôt légal, 1 re édition : mars , Les éditions d Ithaque 165, rue d Alésia, Paris www. ithaque-editions.fr

4

5 sommaire Préface à l édition française par Florence Guignard 11 Origine des textes et remerciements, note de l éditrice 17 Avant-propos de Thomas Ogden 19 i. cet art qu est la psychanalyse rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 21 ii. ce dont je ne pourrais me passer 47 iii. une nouvelle lecture des origines de la théorie des relations d objet 59 iv. de l incapacité de rêver 83 v. qu est-ce qui est vrai et qui en a eu l idée? 105 vi. lire bion 127 vii. tenir, contenir, être et rêver 149 viii. écrire la psychanalyse 171 Bibliographie 191 Index des noms 199 Index des notions 200

6 chapitre premier cet art qu est la psychanalyse rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus i C est l art de la psychanalyse dans sa création, un processus qui s invente lui-même en cours de route, qui est le thème de ce chapitre. La psychanalyse est une expérience émotionnelle. En tant que telle, elle ne peut être traduite, transcrite, enregistrée, expliquée, comprise ou racontée avec des mots. Elle est ce qu elle est. Néanmoins, je crois que l on peut, à son propos, dire des choses importantes pour penser certains aspects de ce qui se passe entre analystes et analysants lorsqu ils sont engagés dans le travail de psychanalyse. En ce qui concerne ma réflexion personnelle elle me vient souvent dans l acte d écrire, je trouve utile de m astreindre d abord à n écrire qu un minimum de mots pour tenter de capturer leur essence même. Je sais que dans l écriture psychanalytique, à l exemple de la poésie, une concentration de mots et de sens tire parti de la puissance évocatrice du langage pour exprimer ce qu il est incapable de dire. Dans ce chapitre, je commence donc par énoncer une proposition assez compacte le processus analytique tel que je le conçois, avant de dérouler peu à peu cet ensemble d idées condensées. Puisque tous les éléments qui entrent dans ma conception de la psychanalyse sont inséparables les uns des autres, je reviens sur mes pas à plusieurs reprises ou, au contraire, j anticipe en sautant des séquences de la proposition initiale. (Ce qui reflète peut-être le mouvement même du vécu analytique.) Je conclus par le récit détaillé d une expérience dans laquelle le patient et moi-même avons été capables de penser, de parler, de rêver des rêves (auparavant) interrompus et inrêvés.

7 22 Cet ART qu est la psychanalyse ii Une personne consulte un psychanalyste parce qu elle est émotionnellement souffrante et que ses propres émotions lui sont tellement étrangères qu elle est soit incapable de rêver (incapable d effectuer le travail psychique inconscient), soit à tel point perturbée par ce qu elle est en train de rêver que son activité onirique (dreaming 1 ) en est contrariée. S il est incapable de rêver son expérience émotionnelle, l individu est incapable de changer, de grandir ou de devenir rien d autre que celui qu il a été. Le patient et l analyste entament une expérience conformément aux modalités de la situation psychanalytique, dont le but est de créer des conditions dans lesquelles l analysant (avec la participation de l analyste) pourrait être plus à même de rêver ses rêves inrêvés et interrompus. Les rêves rêvés par le patient et l analyste sont en même temps leurs propres rêves (et rêveries) et ceux d un sujet tiers qui est à la fois les deux ensemble, patient et analyste, sans être aucun d eux séparément. Tandis qu il participe au rêver des rêves inrêvés et interrompus du patient, l analyste en vient à connaître le patient en profondeur, d une manière qui lui permet de dire à celui-ci quelque chose de vrai de l expérience émotionnelle consciente et inconsciente qui est vécue à un certain moment de la relation analytique. Ce que dit l analyste doit être exploitable par le patient à des fins de travail psychologique (conscient et inconscient), c est-à-dire pour rêver sa propre expérience et, par là même, se rêver pleinement à l intérieur de l existence 2. iii Avant de tenter de «déployer» l exposé qui précède, deux séries de remarques introductives s imposent : la première concerne le contexte théorique de l exposé qui suit ; la seconde renvoie à une paire de métaphores à propos des états psychiques où se trouvent les patients qui viennent en analyse, états contre lesquels ils se débattent au cours du travail analytique. 1. [Ndt. Cf., infra, chap. IV, p. 85, n. 1.] 2. Tout effort pour parler de la psychanalyse fait nécessairement appel à l expérience qu a le lecteur de la psychanalyse. On pourrait écrire des volumes au sujet des chiens, mais, à moins d avoir fait l expérience de vivre la vie d un chien, le lecteur ne saura pas ce que c est. Un chien est un chien ; la psychanalyse est la psychanalyse ; «le monde, malheureusement, est réel [invariablement lui-même] ; moi, malheureusement, je suis Borges» [Borges, 1946, p. 234/181, nous traduisons de l espagnol].

8 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 23 La théorie en arrière-plan de ma manière de conceptualiser la pratique psychanalytique découle, en grande partie, de (mon interprétation de) la théorie de Bion sur le rêve et sur l impossibilité de rêver. (J ai précédemment traité de cet aspect du travail de Bion [Ogden, 2003a] et je n y reviens ici que dans ses grandes lignes.) Bion introduisit le terme «fonction-alpha» pour décrire un ensemble encore inconnu de fonctions mentales qui, de concert, transforment en «éléments-alpha» les «impressions des sens [les impressions sensorielles brutes] relatives à une expérience émotionnelle», qu il dénomme «éléments-bêta» [Bion, 1962a, p. 17/34]. Les éléments-bêta ces impressions sensorielles non épurées ne peuvent se relier entre eux et, en conséquence, ne peuvent être exploités pour penser, rêver ou être emmagasinés pour mémoire. En revanche, les éléments-alpha constituent des bouts d expérience susceptibles de liaison dans les processus conscient et inconscient de la pensée et du rêve (à la fois au sommeil et à l état de veille). Selon Bion : «L échec de la fonction-alpha signifie que le patient ne peut pas rêver, donc ne peut pas dormir. [Dans la mesure où] la fonctionalpha met les impressions des sens à la disposition de la pensée consciente et de la pensée-du-rêve, le patient qui ne peut pas rêver ne peut ni dormir ni s éveiller. D où cette condition particulière que l on observe dans la clinique quand le patient psychotique se comporte comme s il était précisément dans cet état.» [Bion, 1962a, p. 7/ ] Ce passage contient un grand nombre d idées essentielles à la conception de la psychanalyse que j expose ici. Le rêver (en tant qu activité onirique) est un processus continuel qui se produit à la fois dans le sommeil et dans la vie éveillée inconsciente. Si une personne ne peut transformer les impressions sensorielles brutes en éléments d expérience inconscients susceptibles d être reliés, elle ne pourra pas non plus produire les pensées inconscientes du rêve et ne pourra donc rêver (ni dans le sommeil, ni dans la vie éveillée inconsciente) : la façon dont elle vit les impressions sensorielles brutes (éléments-bêta) dans le sommeil ne diffère pas de son expérience des éléments-bêta en état de veille. En ce cas, l individu «ne peut ni dormir ni s éveiller» [Bion, 1962a, p. 7/ ], incapable qu il est de distinguer sommeil et éveil, perception et hallucination, réalité extérieure et réalité interne.

9 24 Cet ART qu est la psychanalyse Réciproquement, les événements psychiques qui se produisent au cours du sommeil (y compris les événements visuels imagés) ne méritent pas tous le nom de rêve. Les événements psychiques qui, durant le sommeil, donnent l impression de rêver mais ne sont pas des rêves se trouvent être plutôt les «rêves» autour desquels le patient et l analyste ne peuvent associer, les hallucinations du sommeil, les productions oniriques «blanches» (imageless «dreaming») uniquement composées de sensations, les rêves récurrents des patients post-traumatiques et, comme on le verra, les terreurs nocturnes. Ces «rêves» qui n en sont pas n entraînent aucun travail psychique inconscient ; le travail onirique (work of dreaming 1 ) est ici inexistant. iv La seconde remarque préalable à l examen de ma conception de la pratique analytique porte sur le phénomène des cauchemars et des terreurs nocturnes. Je décèle dans ces deux troubles du sommeil à la fois des exemples et des métaphores susceptibles d éclairer deux larges catégories du fonctionnement psychique. Dans l ensemble, les terreurs nocturnes et les cauchemars, tels que je les conçois, sont emblématiques du matériau dont est fait l intégralité du registre de la psychopathologie humaine. Les cauchemars sont de «mauvais rêves» ; les terreurs nocturnes sont des «rêves» qui ne sont pas des rêves. Ces dernières diffèrent des cauchemars non seulement en termes de phénoménologie et de fonction psychologique, mais aussi du point de vue de la neurophysiologie et de l activité des ondes cérébrales qui leur sont associées [Ndt. Cf., infra, chap. IV, p. 85, n. 1 ; chap. VII, p. 149.] 2. À la différence des cauchemars, qui se produisent dans le sommeil MOR («mouvements oculaires rapides») phase du sommeil dans laquelle se déroulent la plupart des rêves, les terreurs nocturnes surviennent dans le sommeil profond, à ondes lentes [Hartmann, 1984]. Bien que je mentionne ici les critères neurophysiologiques liés aux terreurs nocturnes et aux cauchemars (l activité des ondes cérébrales telles qu elles ont pu être enregistrées lors des recherches sur le sommeil), ces données restent purement métaphoriques. Le fait que l activité des ondes cérébrales liée aux terreurs nocturnes soit différente de celle des cauchemars ne veut pas dire que la conception psychanalytique de l une et de l autre diffère de façon analogue. Les découvertes neurophysiologiques des chercheurs sur le sommeil n offrent rien de plus (et rien de moins) que des parallèles intéressants entre l activité du cerveau et le vécu psychique, ainsi que des métaphores éventuellement utilisables dans la réflexion psychanalytique sur l activité onirique, l incapacité de rêver et l interruption de l activité onirique.

10 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 25 L enfant 1 qui souffre de terreur nocturne «se réveille» dans un état de grande peur, mais ne reconnaît pas le parent qui, réveillé par ses cris, est venu le réconforter. Au bout d un moment, l enfant finit par se calmer et, sans qu on puisse discerner de crainte chez lui, «retourne dormir». La plupart du temps, en se «réveillant» le matin, l enfant n a aucun souvenir de sa terreur nocturne, ni du réconfort apporté par le parent. Dans les rares cas où l enfant est capable de retracer quelque chose de sa terreur nocturne, il se souviendra d une image isolée, par exemple d avoir été pourchassé ou «de quelque chose assis sur moi» [Hartmann, 1984, p. 18]. L enfant ne manifeste aucune crainte en allant se coucher la nuit suivante ; il ne reste apparemment aucun souvenir inconscient ou conscient de l expérience. Que ce soit du point de vue psychanalytique ou du point de vue de l activité des ondes cérébrales, celui qui souffre de terreurs nocturnes n est pas réveillé de son expérience, et ne se rendort pas non plus après avoir été calmé [Daws, 1989] il est incapable de percevoir ce qu il éprouve sous l angle de la vie éveillée. Pour reprendre les termes de Bion, les terreurs nocturnes sont formées d impressions sensorielles brutes (éléments-bêta) relatives à l expérience émotionnelle, des impressions que ni l activité onirique, ni l activité de penser ou l emmagasinement pour mémoire ne parviennent à relier. L enfant qui souffre de terreurs nocturnes ne peut véritablement se réveiller que lorsqu il devient capable de rêver son rêve inrêvé. En revanche, un cauchemar est un vrai rêve (survenant dans la phase MOR du sommeil) qui «réveille la personne avec un sentiment de frayeur» [Hartmann, 1984, p. 10, c est moi qui souligne]. Au réveil, le rêveur peut, durant un laps de temps relativement court, voire immédiatement, faire la différence entre veille et sommeil, perception et rêve, réalité interne et réalité extérieure ; il est donc souvent capable de se souvenir du contenu manifeste du cauchemar, d y réfléchir et d en parler. L enfant qu un cauchemar a réveillé est en mesure de reconnaître la personne qui le réconforte, et, justement parce qu il peut se souvenir d avoir fait un cauchemar, il craint de retourner dormir cette nuit-là et, parfois, pendant les semaines ou les mois qui suivent. En résumé, un cauchemar est assez différent d une terreur nocturne. Le cauchemar est un rêve dans lequel la souffrance émotionnelle est soumise (à un degré considérable) à un travail inconscient susceptible 1. L enfant et l adulte peuvent, certes, tous deux souffrir de terreurs nocturnes et de cauchemars, mais ces deux phénomènes se manifestent davantage chez l enfant ; pour la clarté de mon exposé, je parlerai de ces phénomènes du point de vue du vécu infantile.

11 26 Cet ART qu est la psychanalyse d apporter une croissance psychique. Ce travail est toutefois courtcircuité à chaque fois qu il atteint le point où la capacité de l individu à produire les pensées-du-rêve et à les rêver est submergée par les effets perturbateurs de l expérience émotionnelle en train d être rêvée. Une terreur nocturne, en revanche, n est pas un rêve : aucune pensée-durêve n est créée, aucun travail psychique n est effectué, l événement psychique n est source d aucun changement. v Forts de la conception bionienne du rêve comme contexte théorique, et des phénomènes de cauchemars et de terreurs nocturnes comme métaphores évoquant deux larges catégories du fonctionnement psychique, nous pouvons maintenant examiner la définition condensée que j ai donnée plus haut concernant ma propre conception de la psychanalyse. Commençons par le commencement : Une personne consulte un psychanalyste parce qu elle est émotionnellement souffrante et que ses propres émotions lui sont tellement étrangères qu elle est soit incapable de rêver (incapable d effectuer le travail psychique inconscient), soit à tel point perturbée par ce qu elle est en train de rêver que son activité onirique en est contrariée. Dans la mesure où il est incapable de rêver son expérience émotionnelle, l individu est incapable de changer, de grandir ou de devenir rien d autre que celui qu il a été. Certains patients qui consultent un analyste pourraient être considérés comme s ils souffraient de terreurs nocturnes (métaphoriques). Sans s en rendre compte, ils recherchent de l aide pour rêver leur expérience impossible à rêver et inrêvable. Les rêves inrêvés de tels patients demeurent inchangés sous forme de poches isolées (ou de larges pans) de psychose [Bion, 1962a], ou encore se cristallisent dans certains aspects de la personnalité qui excluent l expérience de l élaboration psychique. Parmi les troubles caractéristiques de ce genre de forclusion se trouvent les maladies psychosomatiques et les perversions sévères [de M Uzan, 1984], l encapsulation autistique dans la sensation corporelle [Tustin, 1981], les états «dés-affectés» [McDougall, 1984] dans lesquels les patients sont incapables de «lire» leurs émotions et leurs sensations corporelles, et l état schizophrénique de «non-expérience» [Ogden, 1982] où le patient schizophrène chronique attaque sa propre capacité de donner du sens à ce qu il éprouve et, de ce fait, rend ses expériences émotionnelles interchangeables. Dans les troubles où la

12 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 27 forclusion psychique est impliquée, l activité de penser du patient est, en grande partie, de type opératoire [de M Uzan, 1984]. On pourrait dire de certains autres patients qui consultent un analyste qu ils souffrent de cauchemars (métaphoriques), c est-à-dire de rêves si effrayants que le travail psychique entraîné par l activité onirique du sommeil et de la vie éveillée insconsciente se trouve interrompu. (Le «cri interrompu», dont parle le poème de Frost, «Acquainted with the Night», semble très bien définir ce qu est un cauchemar 1.) Le patient qui se réveille d un cauchemar a atteint la limite de sa capacité de rêver par lui-même. Il a besoin du psychisme d un autre d un «habitué de la nuit» pour l aider à rêver ce qui reste encore à rêver de son cauchemar. (Un «rêve qui reste encore à rêver» est un phénomène névrotique ou de type non psychotique. En revanche, un rêve impossible à rêver est un phénomène psychotique ou correlatif de la forclusion psychotique.) Les symptômes névrotiques des patients aux rêves interrompus représentent des doublures figées de l expérience émotionnelle impossible à rêver. L analyste à qui ces deux grandes catégories d individus demandent de l aide pour rêver leurs terreurs nocturnes et leurs cauchemars métaphoriques doit avoir cette disposition à la rêverie, c est-à-dire pouvoir se maintenir sur de longues périodes dans un état psychique réceptif aux rêves interrompus et inrêvés du patient tandis qu ils sont vécus dans le transfert/contre-transfert. Les rêveries de l analyste sont au centre du processus analytique puisqu elles fraient un passage décisif à l analyste qui participe au rêver des rêves que le patient est incapable de rêver par lui-même Frost [1928, p. 234] écrit : «I have stood still and stopped the sound of feet / When far away an interrupted cry / Came over houses from another street.» Cf. Ogden, 1999b, pour une exégèse de ce poème. [Ndt. Le vers extrait de ce poème, intitulé «Habitué de la nuit», dit : «Je m étais arrêté, faisant taire mes pas / quand, au loin, un cri interrompu, / Depuis une rue voisine, s éleva des toits.» Nous traduisons.] 2. J inclus dans la notion de rêverie tous ces méandres du psychosoma de l analyste ses pensées, ses sentiments, ses ruminations ou ses sensations corporelles, fussent-ils les plus discrets et quotidiens qui donnent habituellement l impression de n avoir pas le moindre rapport avec ce que le patient est en train de dire ou de faire à ce moment-là. Les rêveries ne sont pas le produit du psychosoma de l analyste seul, mais proviennent des inconscients combinés du patient et de l analyste [Ogden, 1994a, 1994c, 1996, 1997a, 1997b, 1997c, 1999b, 2001a]. Comme nous le verrons dans la partie clinique de ce chapitre, les rêveries de l analyste fournissent une forme d accès indirect à la vie inconsciente de la relation analytique.

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article

Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Procédure pour évaluer et/ou éditer un article Rôle des membres du comité de rédaction dans le processus de révision d un article : 1. Rôle de la Rédactrice en chef 2. Rôle des Rédacteurs adjoints 3. Rôle

Plus en détail

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com

Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com Devenir rédacteur pour Ecrire-un-roman.com À l origine, en 2011, je voulais créer le site sous la forme d une communauté interactive. Plusieurs rédacteurs pour partager des conseils sur l écriture et la

Plus en détail

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier?

Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Accueillir un enfant épileptique : Un accueil plus particulier? Extraits de l'article paru dans la revue Contraste - Enfance et Handicap n 38 (2013) de l'anecamsp, aux éditions Erès Parmi les enfants accueillis

Plus en détail

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE

THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE THÉÂTRE EXERCICES EN ÉCRITURE DRAMATIQUE Au regard des programmes-cadres Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario, 9e et 10e année 2010 (révisé) et Éducation artistique, Le curriculum de l Ontario

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois

Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois Projet pilote avec M. Rudi Erz, Allemagne Durée : 4 mois Thérapie d oxygène energétisé avec l appareil AIRNERGY+ Professional pour la maladie de Parkinson Monsieur Erz avec le chien Jacky 1 Listage des

Plus en détail

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition

Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition promotion 52-2012 Projet Personnel en Humanités - Scénographie d exposition I N S A de Lyon Tristan Delizy Introduction Présentation du projet Ce PPH s intéresse à la scénographie de musée (mettre en espace

Plus en détail

À bas les trafiquants d heures! Gérer des tâches imposantes.

À bas les trafiquants d heures! Gérer des tâches imposantes. À bas les trafiquants d heures! Gérer des tâches imposantes. Apprentissage critique Matériel et interactions Comprendre en quoi la gestion du temps au secondaire diffère de celle au collège. Reconnaître

Plus en détail

Qu est-ce qu une problématique?

Qu est-ce qu une problématique? Fiche méthodologique préparée par Cécile Vigour octobre 2006 1 Qu est-ce qu une problématique? Trois étapes : 1. Définition de la problématique 2. Qu est-ce qu une bonne problématique? 3. Comment problématiser?

Plus en détail

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Confiance en soi, Confiance en la vie et Estime de soi.

Confiance en soi, Confiance en la vie et Estime de soi. Confiance en soi, Confiance en la vie et Estime de soi. Définissez votre «vrai problème» Mettez du sens Et passez à l action sereinement Ce livret vous a été remis en complément de la formation vidéo «Confiance

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches.

Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Pour les personnes atteintes de problèmes de vue et leurs proches. Chères patientes, chers patients, chers proches, Vous-même, ou l un de vos proches, avez peut-être suivi un traitement ophtalmologique

Plus en détail

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR?

I- COMMENT L HOMME RESSENT LA DOULEUR? LA DOULEUR DANS LA MEDECINE TRADITIONNELLE CHINOISE Miancheng ZHU Professeur de médecine traditionnelle chinoise, faculté de médecine, université Paris 13, Bobigny Aujourd hui, 21 janvier 2004, est le

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime

L estime de soi. A) La différence entre confiance et estime L estime de soi La période des études universitaires coïncide souvent avec une période de changements et de remises en question très intenses où l estime de soi peut être particulièrement mise à l épreuve.

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse

LE CERVEAU ET LA MEMOIRE. Jean-Marc Devaud. Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Jean-Marc Devaud Centre de Recherches sur la Cognition Animale CNRS-Université Paul Sabatier Toulouse LE CERVEAU ET LA MEMOIRE Qu est-ce-que la mémoire? «LA» MEMOIRE N EXISTE PAS,

Plus en détail

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf

Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf Les névroses, les psychoses et les troubles narcissiques Comité éditorial de l'uvmaf 2014 1 Table des matières Introduction... 3 1. Les névroses... 3 1.1. Eléments essentiels de définition...3 1.2. Classification

Plus en détail

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Jessica FRIPPIAT Psychologue clinicienne Service d Hémato-oncologie Unité de Psychologie Hôpital Universitaire des enfants Reine Fabiola

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral

Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique. Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Remédiation Neuropsychologique Théorie et pratique Jérôme BIANCHI Neuropsychologue CE.R.T.A et Exercice en libéral Pour plus d informations 1. En théorie Plan 2. En pratique 3. Et l écologie dans tout

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001)

en Mauricie et au Centre-du-Québec, ESCC cycle 1.1 (2000-2001) Analyse des données de santé mentale -, ESCC cycle 1.1 (2000-) Avant-propos Ce document traite des principaux résultats régionaux de l ESCC 1.1 portant sur la santé mentale. Les indicateurs présentés ici

Plus en détail

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse

Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse Édith Lecourt Découvrir la psychanalyse, 2006 ISBN : 2-7081-3602-X Table des matières Introduction... 1 Partie I Historique Chapitre 1 : De l hypnose à la psychanalyse... 11 Vienne... 13 Freud (1856-1939)...

Plus en détail

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme

Florence Delorme. Le Secret du Poids. Éditions Delorme Florence Delorme Le Secret du Poids Éditions Delorme www.lesecretdupoids.com Florence Delorme, Éditions Delorme, Paris, 2012. "À toutes les filles, je vous dédie mon livre et ma méthode". 6 Introduction

Plus en détail

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens.

QMF-6. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation RÉSULTATS. Yann FORNER XV41ZUJK 15/04/2010 TATA. Féminin. Lycéens. Questionnaire de Motivation à la réussite en Formation Yann FORNER RÉSULTATS Nom: Sexe: 15/04/2010 Féminin Âge: 17 Étalonnage: Lycéens Introduction Le Questionnaire de Motivation en situation de Formation

Plus en détail

Questionnaire des troubles du sommeil

Questionnaire des troubles du sommeil Questionnaire des troubles du sommeil NOM :... PRÉNOM :... Date de naissance :.../.../... Date de ce jour :.../.../... Consultez un proche si nécessaire pour répondre attentivement aux questions suivantes.

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir

Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Amendements de la Norme internationale d information financière 7 Instruments financiers: Informations à fournir Le paragraphe 27 est modifié. Les paragraphes 27A et 27B sont ajoutés. Importance des instruments

Plus en détail

La Communication Profonde Accompagnée

La Communication Profonde Accompagnée La Communication Profonde Accompagnée Une technique alternative de communication Une technique thérapeutique pour les enfants Présentation du 31 aout 2011 1 Introduction Bonjour, Je m appelle Odile Mourglia

Plus en détail

Devenez intuitif DEVENEZ INTUITIF. Un guide pratique pour réveiller Votre intuition et les capacités de votre Esprit CHRISTOPHER NOGALA ~ 1 ~

Devenez intuitif DEVENEZ INTUITIF. Un guide pratique pour réveiller Votre intuition et les capacités de votre Esprit CHRISTOPHER NOGALA ~ 1 ~ DEVENEZ INTUITIF Un guide pratique pour réveiller Votre intuition et les capacités de votre Esprit CHRISTOPHER NOGALA ~ 1 ~ Extraits du livre «Devenez Intuitif» ~ 2 ~ Table des matières Introduction...

Plus en détail

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R)

Préparé par : ERIC GIRARDOT, -diplômé en Haptonomie. -diplômé en Sensitive Gestalt Massage (R) L Accompagnement des personnes âgées et des personnes atteintes de la maladie d Alzheimer par différentes approches: - l haptonomie - le Sensitive Gestalt Massage)R( - la Réflexologie plantaire Préparé

Plus en détail

Les besoins et les attentes de la personne

Les besoins et les attentes de la personne CHAPITRE Les besoins et les attentes de la personne aux différents âges Les rythmes de vie > Les besoins et les attentes de la personne TDmémo OBJECTIFS > Repérer et justifier les besoins et les attentes

Plus en détail

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile

Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile Conseils Pour mieux vivre avec la colère Se préparer pour le retour à domicile www.douglas.qc.ca Le retour Le retour Votre proche a eu des gestes ou des propos agressifs. Vous êtes inquiet pour lui et

Plus en détail

Capsules éveil à la lecture

Capsules éveil à la lecture Capsules éveil à la lecture 0 24 mois Dès la naissance, vous savez éveiller votre bébé en lui faisant la lecture. Les mots, l intonation de votre voix et les couleurs vives des images le stimuleront. Le

Plus en détail

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence

IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence IFRS 11 : Coentreprises Passage de la méthode de la consolidation proportionnelle à la méthode de la mise en équivalence Extrait, Groupe de discussion sur les IFRS Compte rendu de la réunion du 18 octobre

Plus en détail

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1

Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 http://www.unicaen.fr/services/puc/revues/thl/questionsdestyle/print.php?dossier=seminaires&file=04devarieux.xml Maine de Biran : mémoire et intériorité 1 Anne Devarieux Université de Caen Basse-Normandie

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Le stress familial induit par le malaise :

Le stress familial induit par le malaise : Le stress familial induit par le malaise : ce que les forum internet nous apprennent! Cécile GUIHENEUF, Amine ARSAN GPG 15/03 et 05/04/2012 Introduction Introduction Savoir médical partagé avec internet

Plus en détail

Ecrire un récit fantastique avec les TICE

Ecrire un récit fantastique avec les TICE Ecrire un récit fantastique avec les TICE Aymeric Simon, professeur au collège Gérard Philipe, Villeparisis Niveau : 4e Durée : 7-8 heures Objectifs : Etre capable d écrire un récit complet d au moins

Plus en détail

Lecture critique et pratique de la médecine

Lecture critique et pratique de la médecine 1-00.qxp 24/04/2006 11:23 Page 13 Lecture critique appliquée à la médecine vasculaireecture critique et pratique de la médecine Lecture critique et pratique de la médecine Introduction Si la médecine ne

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction A la suite de l obtention de mon baccalauréat économique et social mention assez bien, je me suis dirigée vers la formation Gestion des Entreprises et des Administrations

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE

Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Méré Aurélien FIIFO1 RAPPORT DE STAGE Avril 2001 Préambule J ai effectué un stage du 1 er au 23 avril 2001, dans l entreprise E.C.E.L.I. dont le siège se situe à Luisant (Eure-Et-Loir). Ce rapport détaillera

Plus en détail

Chapitre 2. Usages et mésusages

Chapitre 2. Usages et mésusages Chapitre 2 Usages et mésusages Si la faculté de voyance existe, si effectivement des hommes et des femmes peuvent capter directement des informations exactes dans l espace et dans le temps, les questions

Plus en détail

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif

Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif 1 Introduction à l'analyse de contenu qualitative : Voyage au pays du qualitatif Narration pour présentation Prezi (http://prezi.com/5tjog4mzpuhh/analyse-de-donneestextuelles-analyse-de-contenu-qualitative/)

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel

Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel Pour Faire Quoi? Avec Qui? Quelles Etapes?Quel Budget? Envies & Réalisation Pour Faire Quoi? Un accompagnement personnel afin de faire le point sur sa carrièreet ses choix de formation ou professionnel.

Plus en détail

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture

Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières. Discours d ouverture Réception de Montréal Secteur des valeurs mobilières Discours d ouverture Andrew J. Kriegler Président et chef de la direction Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières 25

Plus en détail

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle»

Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Résultats obtenus pour le questionnaire «Clientèle» Introduction Suite à l envoi du questionnaire «Clientèle», nous avons reçu un total de 588 réponses. Ce résultat nous semble tout à fait satisfaisant

Plus en détail

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD

ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD ÉCOLE DES ARTS VISUELS ET MÉDIATIQUES UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL DOCUMENT SYNTHÈSE PAR ANONYME PRÉSENTÉ Á MONIQUES RICHARD DANS LE CADRE DU COURS AVM4000 GROUPE : 40 CRÉATION ET ENSEIGNEMENT DES ARTS

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail

Stratégie Générale du Succès en Ligne. Livret de travail Stratégie Générale du Succès en Ligne Livret de travail Par Dushan Jancik Remarque : Ce livret est un outil de travail utilisé dans les coachings en stratégie Internet proposés par Dushan Jancik. Vous

Plus en détail

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein

Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Les balafrés du corps Comment se reconstruire? Exemple du cancer du sein Dr Reich Michel Équipe de Psycho-Oncologie Centre Oscar Lambret (Lille) Congrès AFSOS, Paris 17 septembre 2010 Introduction Dans

Plus en détail

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire

BILAN ET POURSUITE DE LA FORMATION A L ECOUTE MAI 2012. Sommaire Sommaire Introduction :... 2 I- Déroulement... 2 II- Qu est-ce qui détermine la qualité d écoute?... 3 III- La reformulation... 3 Conclusion... 4 Bibliographie... 5 1 RECit considère «l écoute» comme une

Plus en détail

Chapitre I Esquisses pour une définition de l imagination

Chapitre I Esquisses pour une définition de l imagination Chapitre I Esquisses pour une définition de l imagination «Ce terme, imagination, est fort en usage dans le monde : mais j ai peine à croire que tous ceux qui le prononcent, y attachent une idée distincte

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

La gestion de projet

La gestion de projet K E K σ C D C C O N S U L T A N T S rue Hugi 3 CH 2502 Biel Bienne Tél: +41 32 325 19 25 Fax: +41 32 325 19 29 e-mail: kessler@kek.ch www.kek.ch La gestion de projet Sommaire 1 Le concept de «projet» 1

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

Présentation générale

Présentation générale Présentation générale INTRODUCTION Ce chapitre introductif a pour objet de présenter, de manière générale, le mécanisme de consolidation des comptes et le contenu des états financiers consolidés des sociétés

Plus en détail

Trois protocoles pour rester zen

Trois protocoles pour rester zen Lilyane Clémente Trois protocoles pour rester zen Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com Ce texte publié par les Éditions Publibook est protégé

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Berkeley Center for new media

Berkeley Center for new media Berkeley Center for new media Greg Niemeyer : Comme nous le savons, le monde visuel consiste en une réflexion de la lumière qui est constituée elle même de molécules. La lumière se diffuse par ondes dont

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

I / Le bilan technique. II / Le bilan personnel

I / Le bilan technique. II / Le bilan personnel I / Le bilan technique L animation des écrans qui était prévu d être programmé sous flash ou d être réalisé avec photoshop a finalement était faite sous after effect. Après avoir commencé à colorier le

Plus en détail

Asthmatiques, osez parler!

Asthmatiques, osez parler! Asthmatiques, osez parler! Membre de la Fédération Française de Pneumologie Avec les parrainages du Ministère de la Santé et des Solidarités et de l EFA L asthme est une maladie chronique qui va durer

Plus en détail

La mémoire des 5 sens

La mémoire des 5 sens FRANÇOIS PAUL-CAVALLIER La mémoire des 5 sens Méthode de mémorisation sensorielle Cette méthode permet d accroître sa capacité de mémorisation. Le principe en est totalement original car il s appuie sur

Plus en détail

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION

AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION AUSTÉRITÉ : RÉFLEXION VERS L ACTION Des outils pour la réflexion INTRODUCTION Les politiques d austérité du gouvernement ont des effets importants sur les groupes et sur les gens avec qui nous travaillons.

Plus en détail

COACH. Françoise Barquin. Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75. Lobby&com

COACH. Françoise Barquin. Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75. Lobby&com COACH Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 Lobby&com 68 rue AMELOT 75011 PARIS tel : 01 42 73 18 36/ 06 79 64 01 15 www.lobbycom.fr Note d intention

Plus en détail

Guylaine Bellerose, psychologue, GBellerose@cegep-fxg.qc.ca Frédérick Dionne, psychologue, FDionne@cegep-fxg.qc.ca

Guylaine Bellerose, psychologue, GBellerose@cegep-fxg.qc.ca Frédérick Dionne, psychologue, FDionne@cegep-fxg.qc.ca Guylaine Bellerose, psychologue, GBellerose@cegep-fxg.qc.ca Frédérick Dionne, psychologue, FDionne@cegep-fxg.qc.ca Remerciements Département de soins infirmiers - Guylaine Paquin et Francine Vincent Département

Plus en détail

Nous travaillons à partir de textes théoriques et de cas cliniques s illustrant réciproquement.

Nous travaillons à partir de textes théoriques et de cas cliniques s illustrant réciproquement. Docteur Gérard Mevel 9 Bd Franklin Roosevelt Françoise Mevel Docteur en psychologie 24 rue Angel Durand franger numericable.com francoisemevel orange.fr 06 87 53 62 66 Le docteur Gérard Mevel et Françoise

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE OMPI H/EXTR/09/1 ORIGINAL : français DATE : 11 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F RÉUNION EXTRAORDINAIRE DES ÉTATS CONTRACTANTS DE L ACTE DE LONDRES (1934) DE L ARRANGEMENT

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

DID (Diagnostic Inventory for Depression) Avec l autorisation de l auteur

DID (Diagnostic Inventory for Depression) Avec l autorisation de l auteur DID (Diagnostic Inventory for Depression) Avec l autorisation de l auteur Version française : Source : Zimmerman, M., Sheeran, T., & Young, D. (2004). The Diagnostic Inventory for Depression: A self-report

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

Dans ce chapitre : Sommaire 93

Dans ce chapitre : Sommaire 93 Dans ce chapitre : Les différents types de contractions musculaires 78 Contraction statique 78 Contraction dynamique 80 Contraction isométrique 80 Contraction auxotonique 80 Contraction isotonique 82 Contraction

Plus en détail

présente Titre: Paroles de Vie Auteur : Eileen Caddy

présente Titre: Paroles de Vie Auteur : Eileen Caddy présente 1 Titre : Paroles de Vie Auteur: Eileen Caddy La Providence Collection : spiritualité Prix TTC : 13,00 Impression du prix : Non TVA: 7 % Format : 140 x 210 mm Nombre de pages: 104 ISBN: 978-2-930678-00-9

Plus en détail

Mise en place des sprints

Mise en place des sprints 101 Chapitre 4 Mise en place des sprints 1. Introduction Mise en place des sprints Afin de parvenir à une mise en place efficace de ses sprints, l équipe doit prendre en compte divers facteurs, qui vont

Plus en détail

Rapport de stage ANEMF

Rapport de stage ANEMF Rapport de stage ANEMF Introduction A l issue de ma 6ème année de médecine, j ai décidé de voir comment se passait la médecine ailleurs. Restait à choisir quelle destination, bien sur il était plus facile

Plus en détail

Renforcer votre engagement à changer

Renforcer votre engagement à changer RENFORCER VOTRE ENGAGEMENT À CHANGER PROGRÈS RÉALISÉS DEPUIS L ÉTAPE PRÉCÉDENTE Posez-vous les questions suivantes avant d aborder le deuxième sujet : 1. Est-ce que vous atteignez votre but de traitement?

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent

Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Extrait de la publication Actualité des troubles névrotiques chez l enfant et l adolescent Extrait de la publication Actualité des troubles

Plus en détail

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations.

Le verbe est constitué de 2 parties : le radical et la terminaison. En analysant ces deux parties, on obtient plusieurs informations. Voici, en résumé, quelques notions qui t aideront à mieux comprendre la conjugaison des verbes. Au cours de l année, nous étudierons de façon plus systématique chacun des temps de verbes. Le verbe est

Plus en détail

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs,

6 ième dimanche de Pâques C. Frères et Sœurs, 6 ième dimanche de Pâques C Frères et Sœurs, Jésus venait de dire : «SI QUELQU UN M AIME, IL RESTERA FIDÈLE À MA PAROLE ; MON PÈRE L AIMERA, NOUS VIENDRONS CHEZ LUI; NOUS IRONS DEMEURER AUPRÈS DE LUI»

Plus en détail

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão

LES PSYCHOTHÉRAPIES. Filipe Galvão LES PSYCHOTHÉRAPIES Filipe Galvão PLAN Introduction / définitions Psychothérapie de soutien Thérapies comportementales et cognitives Psychanalyse Hypnose Thérapies à médiation corporelle Thérapies collectives

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL

Procédure. Exemple OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL Opérations dans un système positionnel OPÉRATIONS DANS UN SYSTÈME POSITIONNEL INTRODUCTION Dans tout système de numération positionnel, les symboles sont utilisés de façon cyclique et la longueur du correspond

Plus en détail

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise

Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission d une entreprise I. INTRODUCTION COACHING JRT 35, rue LeGuerrier Blainville (Québec) J7E 4H5 514-236-1729 info@coachingjrt.com www.coachingjrt.com Présentation des éléments constitutifs d un plan de relève et de transmission

Plus en détail

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl)

Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Université Sidi Mohammed Ben Abdallah L école supérieure de technologie. la programmation neurolinguistique(pnl) Introduction Plan Introduction Définition de la PNL Que veut dire la programmation neuro

Plus en détail