Cet art qu est la psychanalyse

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cet art qu est la psychanalyse"

Transcription

1 Cet art qu est la psychanalyse

2 Thomas H. Ogden Cet art qu est la psychanalyse Rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus Préface de Florence Guignard Traduit de l anglais par par Ana de Staal et Mage Montagnol

3 Titre original This Art of Psychoanalysis Dreaming Undreamt Dreams and Interrupted Cries 2005, Thomas H. Ogden Première publication : Routledge, 2005 Illustration de la couverture L Artiste devant sa toile, Pablo Picasso ( ) Succession Picasso / RMN / Gérard Blot isbn Dépôt légal, 1 re édition : mars , Les éditions d Ithaque 165, rue d Alésia, Paris www. ithaque-editions.fr

4

5 sommaire Préface à l édition française par Florence Guignard 11 Origine des textes et remerciements, note de l éditrice 17 Avant-propos de Thomas Ogden 19 i. cet art qu est la psychanalyse rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 21 ii. ce dont je ne pourrais me passer 47 iii. une nouvelle lecture des origines de la théorie des relations d objet 59 iv. de l incapacité de rêver 83 v. qu est-ce qui est vrai et qui en a eu l idée? 105 vi. lire bion 127 vii. tenir, contenir, être et rêver 149 viii. écrire la psychanalyse 171 Bibliographie 191 Index des noms 199 Index des notions 200

6 chapitre premier cet art qu est la psychanalyse rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus i C est l art de la psychanalyse dans sa création, un processus qui s invente lui-même en cours de route, qui est le thème de ce chapitre. La psychanalyse est une expérience émotionnelle. En tant que telle, elle ne peut être traduite, transcrite, enregistrée, expliquée, comprise ou racontée avec des mots. Elle est ce qu elle est. Néanmoins, je crois que l on peut, à son propos, dire des choses importantes pour penser certains aspects de ce qui se passe entre analystes et analysants lorsqu ils sont engagés dans le travail de psychanalyse. En ce qui concerne ma réflexion personnelle elle me vient souvent dans l acte d écrire, je trouve utile de m astreindre d abord à n écrire qu un minimum de mots pour tenter de capturer leur essence même. Je sais que dans l écriture psychanalytique, à l exemple de la poésie, une concentration de mots et de sens tire parti de la puissance évocatrice du langage pour exprimer ce qu il est incapable de dire. Dans ce chapitre, je commence donc par énoncer une proposition assez compacte le processus analytique tel que je le conçois, avant de dérouler peu à peu cet ensemble d idées condensées. Puisque tous les éléments qui entrent dans ma conception de la psychanalyse sont inséparables les uns des autres, je reviens sur mes pas à plusieurs reprises ou, au contraire, j anticipe en sautant des séquences de la proposition initiale. (Ce qui reflète peut-être le mouvement même du vécu analytique.) Je conclus par le récit détaillé d une expérience dans laquelle le patient et moi-même avons été capables de penser, de parler, de rêver des rêves (auparavant) interrompus et inrêvés.

7 22 Cet ART qu est la psychanalyse ii Une personne consulte un psychanalyste parce qu elle est émotionnellement souffrante et que ses propres émotions lui sont tellement étrangères qu elle est soit incapable de rêver (incapable d effectuer le travail psychique inconscient), soit à tel point perturbée par ce qu elle est en train de rêver que son activité onirique (dreaming 1 ) en est contrariée. S il est incapable de rêver son expérience émotionnelle, l individu est incapable de changer, de grandir ou de devenir rien d autre que celui qu il a été. Le patient et l analyste entament une expérience conformément aux modalités de la situation psychanalytique, dont le but est de créer des conditions dans lesquelles l analysant (avec la participation de l analyste) pourrait être plus à même de rêver ses rêves inrêvés et interrompus. Les rêves rêvés par le patient et l analyste sont en même temps leurs propres rêves (et rêveries) et ceux d un sujet tiers qui est à la fois les deux ensemble, patient et analyste, sans être aucun d eux séparément. Tandis qu il participe au rêver des rêves inrêvés et interrompus du patient, l analyste en vient à connaître le patient en profondeur, d une manière qui lui permet de dire à celui-ci quelque chose de vrai de l expérience émotionnelle consciente et inconsciente qui est vécue à un certain moment de la relation analytique. Ce que dit l analyste doit être exploitable par le patient à des fins de travail psychologique (conscient et inconscient), c est-à-dire pour rêver sa propre expérience et, par là même, se rêver pleinement à l intérieur de l existence 2. iii Avant de tenter de «déployer» l exposé qui précède, deux séries de remarques introductives s imposent : la première concerne le contexte théorique de l exposé qui suit ; la seconde renvoie à une paire de métaphores à propos des états psychiques où se trouvent les patients qui viennent en analyse, états contre lesquels ils se débattent au cours du travail analytique. 1. [Ndt. Cf., infra, chap. IV, p. 85, n. 1.] 2. Tout effort pour parler de la psychanalyse fait nécessairement appel à l expérience qu a le lecteur de la psychanalyse. On pourrait écrire des volumes au sujet des chiens, mais, à moins d avoir fait l expérience de vivre la vie d un chien, le lecteur ne saura pas ce que c est. Un chien est un chien ; la psychanalyse est la psychanalyse ; «le monde, malheureusement, est réel [invariablement lui-même] ; moi, malheureusement, je suis Borges» [Borges, 1946, p. 234/181, nous traduisons de l espagnol].

8 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 23 La théorie en arrière-plan de ma manière de conceptualiser la pratique psychanalytique découle, en grande partie, de (mon interprétation de) la théorie de Bion sur le rêve et sur l impossibilité de rêver. (J ai précédemment traité de cet aspect du travail de Bion [Ogden, 2003a] et je n y reviens ici que dans ses grandes lignes.) Bion introduisit le terme «fonction-alpha» pour décrire un ensemble encore inconnu de fonctions mentales qui, de concert, transforment en «éléments-alpha» les «impressions des sens [les impressions sensorielles brutes] relatives à une expérience émotionnelle», qu il dénomme «éléments-bêta» [Bion, 1962a, p. 17/34]. Les éléments-bêta ces impressions sensorielles non épurées ne peuvent se relier entre eux et, en conséquence, ne peuvent être exploités pour penser, rêver ou être emmagasinés pour mémoire. En revanche, les éléments-alpha constituent des bouts d expérience susceptibles de liaison dans les processus conscient et inconscient de la pensée et du rêve (à la fois au sommeil et à l état de veille). Selon Bion : «L échec de la fonction-alpha signifie que le patient ne peut pas rêver, donc ne peut pas dormir. [Dans la mesure où] la fonctionalpha met les impressions des sens à la disposition de la pensée consciente et de la pensée-du-rêve, le patient qui ne peut pas rêver ne peut ni dormir ni s éveiller. D où cette condition particulière que l on observe dans la clinique quand le patient psychotique se comporte comme s il était précisément dans cet état.» [Bion, 1962a, p. 7/ ] Ce passage contient un grand nombre d idées essentielles à la conception de la psychanalyse que j expose ici. Le rêver (en tant qu activité onirique) est un processus continuel qui se produit à la fois dans le sommeil et dans la vie éveillée inconsciente. Si une personne ne peut transformer les impressions sensorielles brutes en éléments d expérience inconscients susceptibles d être reliés, elle ne pourra pas non plus produire les pensées inconscientes du rêve et ne pourra donc rêver (ni dans le sommeil, ni dans la vie éveillée inconsciente) : la façon dont elle vit les impressions sensorielles brutes (éléments-bêta) dans le sommeil ne diffère pas de son expérience des éléments-bêta en état de veille. En ce cas, l individu «ne peut ni dormir ni s éveiller» [Bion, 1962a, p. 7/ ], incapable qu il est de distinguer sommeil et éveil, perception et hallucination, réalité extérieure et réalité interne.

9 24 Cet ART qu est la psychanalyse Réciproquement, les événements psychiques qui se produisent au cours du sommeil (y compris les événements visuels imagés) ne méritent pas tous le nom de rêve. Les événements psychiques qui, durant le sommeil, donnent l impression de rêver mais ne sont pas des rêves se trouvent être plutôt les «rêves» autour desquels le patient et l analyste ne peuvent associer, les hallucinations du sommeil, les productions oniriques «blanches» (imageless «dreaming») uniquement composées de sensations, les rêves récurrents des patients post-traumatiques et, comme on le verra, les terreurs nocturnes. Ces «rêves» qui n en sont pas n entraînent aucun travail psychique inconscient ; le travail onirique (work of dreaming 1 ) est ici inexistant. iv La seconde remarque préalable à l examen de ma conception de la pratique analytique porte sur le phénomène des cauchemars et des terreurs nocturnes. Je décèle dans ces deux troubles du sommeil à la fois des exemples et des métaphores susceptibles d éclairer deux larges catégories du fonctionnement psychique. Dans l ensemble, les terreurs nocturnes et les cauchemars, tels que je les conçois, sont emblématiques du matériau dont est fait l intégralité du registre de la psychopathologie humaine. Les cauchemars sont de «mauvais rêves» ; les terreurs nocturnes sont des «rêves» qui ne sont pas des rêves. Ces dernières diffèrent des cauchemars non seulement en termes de phénoménologie et de fonction psychologique, mais aussi du point de vue de la neurophysiologie et de l activité des ondes cérébrales qui leur sont associées [Ndt. Cf., infra, chap. IV, p. 85, n. 1 ; chap. VII, p. 149.] 2. À la différence des cauchemars, qui se produisent dans le sommeil MOR («mouvements oculaires rapides») phase du sommeil dans laquelle se déroulent la plupart des rêves, les terreurs nocturnes surviennent dans le sommeil profond, à ondes lentes [Hartmann, 1984]. Bien que je mentionne ici les critères neurophysiologiques liés aux terreurs nocturnes et aux cauchemars (l activité des ondes cérébrales telles qu elles ont pu être enregistrées lors des recherches sur le sommeil), ces données restent purement métaphoriques. Le fait que l activité des ondes cérébrales liée aux terreurs nocturnes soit différente de celle des cauchemars ne veut pas dire que la conception psychanalytique de l une et de l autre diffère de façon analogue. Les découvertes neurophysiologiques des chercheurs sur le sommeil n offrent rien de plus (et rien de moins) que des parallèles intéressants entre l activité du cerveau et le vécu psychique, ainsi que des métaphores éventuellement utilisables dans la réflexion psychanalytique sur l activité onirique, l incapacité de rêver et l interruption de l activité onirique.

10 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 25 L enfant 1 qui souffre de terreur nocturne «se réveille» dans un état de grande peur, mais ne reconnaît pas le parent qui, réveillé par ses cris, est venu le réconforter. Au bout d un moment, l enfant finit par se calmer et, sans qu on puisse discerner de crainte chez lui, «retourne dormir». La plupart du temps, en se «réveillant» le matin, l enfant n a aucun souvenir de sa terreur nocturne, ni du réconfort apporté par le parent. Dans les rares cas où l enfant est capable de retracer quelque chose de sa terreur nocturne, il se souviendra d une image isolée, par exemple d avoir été pourchassé ou «de quelque chose assis sur moi» [Hartmann, 1984, p. 18]. L enfant ne manifeste aucune crainte en allant se coucher la nuit suivante ; il ne reste apparemment aucun souvenir inconscient ou conscient de l expérience. Que ce soit du point de vue psychanalytique ou du point de vue de l activité des ondes cérébrales, celui qui souffre de terreurs nocturnes n est pas réveillé de son expérience, et ne se rendort pas non plus après avoir été calmé [Daws, 1989] il est incapable de percevoir ce qu il éprouve sous l angle de la vie éveillée. Pour reprendre les termes de Bion, les terreurs nocturnes sont formées d impressions sensorielles brutes (éléments-bêta) relatives à l expérience émotionnelle, des impressions que ni l activité onirique, ni l activité de penser ou l emmagasinement pour mémoire ne parviennent à relier. L enfant qui souffre de terreurs nocturnes ne peut véritablement se réveiller que lorsqu il devient capable de rêver son rêve inrêvé. En revanche, un cauchemar est un vrai rêve (survenant dans la phase MOR du sommeil) qui «réveille la personne avec un sentiment de frayeur» [Hartmann, 1984, p. 10, c est moi qui souligne]. Au réveil, le rêveur peut, durant un laps de temps relativement court, voire immédiatement, faire la différence entre veille et sommeil, perception et rêve, réalité interne et réalité extérieure ; il est donc souvent capable de se souvenir du contenu manifeste du cauchemar, d y réfléchir et d en parler. L enfant qu un cauchemar a réveillé est en mesure de reconnaître la personne qui le réconforte, et, justement parce qu il peut se souvenir d avoir fait un cauchemar, il craint de retourner dormir cette nuit-là et, parfois, pendant les semaines ou les mois qui suivent. En résumé, un cauchemar est assez différent d une terreur nocturne. Le cauchemar est un rêve dans lequel la souffrance émotionnelle est soumise (à un degré considérable) à un travail inconscient susceptible 1. L enfant et l adulte peuvent, certes, tous deux souffrir de terreurs nocturnes et de cauchemars, mais ces deux phénomènes se manifestent davantage chez l enfant ; pour la clarté de mon exposé, je parlerai de ces phénomènes du point de vue du vécu infantile.

11 26 Cet ART qu est la psychanalyse d apporter une croissance psychique. Ce travail est toutefois courtcircuité à chaque fois qu il atteint le point où la capacité de l individu à produire les pensées-du-rêve et à les rêver est submergée par les effets perturbateurs de l expérience émotionnelle en train d être rêvée. Une terreur nocturne, en revanche, n est pas un rêve : aucune pensée-durêve n est créée, aucun travail psychique n est effectué, l événement psychique n est source d aucun changement. v Forts de la conception bionienne du rêve comme contexte théorique, et des phénomènes de cauchemars et de terreurs nocturnes comme métaphores évoquant deux larges catégories du fonctionnement psychique, nous pouvons maintenant examiner la définition condensée que j ai donnée plus haut concernant ma propre conception de la psychanalyse. Commençons par le commencement : Une personne consulte un psychanalyste parce qu elle est émotionnellement souffrante et que ses propres émotions lui sont tellement étrangères qu elle est soit incapable de rêver (incapable d effectuer le travail psychique inconscient), soit à tel point perturbée par ce qu elle est en train de rêver que son activité onirique en est contrariée. Dans la mesure où il est incapable de rêver son expérience émotionnelle, l individu est incapable de changer, de grandir ou de devenir rien d autre que celui qu il a été. Certains patients qui consultent un analyste pourraient être considérés comme s ils souffraient de terreurs nocturnes (métaphoriques). Sans s en rendre compte, ils recherchent de l aide pour rêver leur expérience impossible à rêver et inrêvable. Les rêves inrêvés de tels patients demeurent inchangés sous forme de poches isolées (ou de larges pans) de psychose [Bion, 1962a], ou encore se cristallisent dans certains aspects de la personnalité qui excluent l expérience de l élaboration psychique. Parmi les troubles caractéristiques de ce genre de forclusion se trouvent les maladies psychosomatiques et les perversions sévères [de M Uzan, 1984], l encapsulation autistique dans la sensation corporelle [Tustin, 1981], les états «dés-affectés» [McDougall, 1984] dans lesquels les patients sont incapables de «lire» leurs émotions et leurs sensations corporelles, et l état schizophrénique de «non-expérience» [Ogden, 1982] où le patient schizophrène chronique attaque sa propre capacité de donner du sens à ce qu il éprouve et, de ce fait, rend ses expériences émotionnelles interchangeables. Dans les troubles où la

12 rêver des rêves inrêvés et des cris interrompus 27 forclusion psychique est impliquée, l activité de penser du patient est, en grande partie, de type opératoire [de M Uzan, 1984]. On pourrait dire de certains autres patients qui consultent un analyste qu ils souffrent de cauchemars (métaphoriques), c est-à-dire de rêves si effrayants que le travail psychique entraîné par l activité onirique du sommeil et de la vie éveillée insconsciente se trouve interrompu. (Le «cri interrompu», dont parle le poème de Frost, «Acquainted with the Night», semble très bien définir ce qu est un cauchemar 1.) Le patient qui se réveille d un cauchemar a atteint la limite de sa capacité de rêver par lui-même. Il a besoin du psychisme d un autre d un «habitué de la nuit» pour l aider à rêver ce qui reste encore à rêver de son cauchemar. (Un «rêve qui reste encore à rêver» est un phénomène névrotique ou de type non psychotique. En revanche, un rêve impossible à rêver est un phénomène psychotique ou correlatif de la forclusion psychotique.) Les symptômes névrotiques des patients aux rêves interrompus représentent des doublures figées de l expérience émotionnelle impossible à rêver. L analyste à qui ces deux grandes catégories d individus demandent de l aide pour rêver leurs terreurs nocturnes et leurs cauchemars métaphoriques doit avoir cette disposition à la rêverie, c est-à-dire pouvoir se maintenir sur de longues périodes dans un état psychique réceptif aux rêves interrompus et inrêvés du patient tandis qu ils sont vécus dans le transfert/contre-transfert. Les rêveries de l analyste sont au centre du processus analytique puisqu elles fraient un passage décisif à l analyste qui participe au rêver des rêves que le patient est incapable de rêver par lui-même Frost [1928, p. 234] écrit : «I have stood still and stopped the sound of feet / When far away an interrupted cry / Came over houses from another street.» Cf. Ogden, 1999b, pour une exégèse de ce poème. [Ndt. Le vers extrait de ce poème, intitulé «Habitué de la nuit», dit : «Je m étais arrêté, faisant taire mes pas / quand, au loin, un cri interrompu, / Depuis une rue voisine, s éleva des toits.» Nous traduisons.] 2. J inclus dans la notion de rêverie tous ces méandres du psychosoma de l analyste ses pensées, ses sentiments, ses ruminations ou ses sensations corporelles, fussent-ils les plus discrets et quotidiens qui donnent habituellement l impression de n avoir pas le moindre rapport avec ce que le patient est en train de dire ou de faire à ce moment-là. Les rêveries ne sont pas le produit du psychosoma de l analyste seul, mais proviennent des inconscients combinés du patient et de l analyste [Ogden, 1994a, 1994c, 1996, 1997a, 1997b, 1997c, 1999b, 2001a]. Comme nous le verrons dans la partie clinique de ce chapitre, les rêveries de l analyste fournissent une forme d accès indirect à la vie inconsciente de la relation analytique.

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation.

Madame, Monsieur, André GILLES, Député permanent chargé de l Enseignement et de la Formation. Madame, Monsieur, La santé est un bien précieux que chacun doit absolument apprendre à gérer au mieux de ses intérêts. Elle doit être prise sous tous ses aspects, c est-à-dire, non seulement comme l absence

Plus en détail

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson

Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson. Comprendre la maladie de Parkinson Les troubles non moteurs de la maladie de Parkinson Comprendre la maladie de Parkinson La maladie de Parkinson se définit classiquement par des troubles moteurs. Néanmoins, de nombreux autres symptômes,

Plus en détail

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie

PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES. Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie PSYCHOTHÉRAPIES DES AUTEURS DE VIOLENCES SEXUELLES Pr Jean Louis Senon Master Pro criminologie Définition Une psychothérapie est un traitement actif par des moyens psychologiques (Senon, 1995) «toute utilisation

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale

Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Trouble du traitement de l information sensorielle (SPD) Définition générale Le traitement de l information sensorielle, parfois nommé intégration sensorielle, réfère au processus par lequel le cerveau

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE)

Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Inventaire Symptomatique de la Dépression et du Trouble Affectif Saisonnier Auto-évaluation (IDTAS-AE) Ce questionnaire vous aidera à juger si vous devez consulter un clinicien pour votre dépression, si

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence

L ouvrage que vous avez entre les mains n est pas un manuel de vente. Ce que nous vous proposons plutôt est une aventure au pays de l excellence «Vivre c est vendre. Parce que vendre c est vivre intensément. Nous sommes tous des vendeurs, car nous passons notre temps à vendre quelque chose : à nous-mêmes d abord, à nos proches, à nos clients. Vendre

Plus en détail

Région Nord-Pas de Calais

Région Nord-Pas de Calais Psychothérapeute - Formatrice - Spécialiste de l enfant CYCLE DE FORMATION SPÉCIALISÉE SÉMINAIRES DE DÉVELOPPEMENT PERSONNEL SUPERVISIONS DE PRATIQUE FORMATIONS SUR MESURE Région Nord-Pas de Calais Béthune

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle)

Petit mémoire. Déroulé des séances de. musicothérapie réceptive collective. au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Petit mémoire Déroulé des séances de musicothérapie réceptive collective au GEM (Groupe d Entraide Mutuelle) Damien GONTHIER Formation aux techniques psychomusicales, corporelles et vocales Musicothérapie

Plus en détail

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication

02/12/2014. Institut Jean-Pierre Lallemand. Historique. Historique. Théorie de la communication Institut Jean-Pierre Lallemand Théorie de la communication Chapitre 6 PNL (30 périodes) Bachelier Educateur spécialisé Niveau I Approche conceptuelle I Année académique 2010-2011 Cours de Daniel Cornelis

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME

COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME COMMENT AIDER LES ENFANTS EN BAS ÂGE A SURMONTER UN TRAUMATISME Toute personne ayant survécu à une catastrophe en ressort forcément profondément bouleversée ; en particulier les enfants, les personnes

Plus en détail

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH

Formation à la systémique pour consultants et personnels RH J.A. Malarewicz Conseil Conseil, Formation, Supervision, Coaching S.A.S. au capital de 8OOO TVA : FR 36478450471 SIRET : 478 450471 00014 N formateur 11921445592 Région IdF 11 rue du Professeur Leroux

Plus en détail

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT

MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT MIEUX CONNAÎTRE LES HANDICAPS, ADAPTER SON COMPORTEMENT Chaque handicap est différent. Si la classification des handicaps en grandes familles peut, au premier abord, paraître réductrice, elle a cependant

Plus en détail

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme

Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Thème 2 : Cycle de vie des projets d innovation: ambigüité, incertitude, production de savoir et dynamisme Serghei Floricel Dans l introduction nous avons mentionné que les projets d innovation suivent

Plus en détail

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique?

Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? rfsm fnpg fribourgeois de santé mentale er Netzwerk für psychische Gesundheit Vous êtes proche d une personne qui souffre d un trouble psychique? Vous vivez des moments difficiles : Nous sommes là pour

Plus en détail

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps

Y A-T-IL COUPLE? Introduction. Pour qu il y ait couple, il faut du temps Introduction Y A-T-IL COUPLE? Au fil des siècles et au fil des années, la société se transforme et avec elle, la valeur accordée à la réussite sociale, à la famille mais surtout à l amour. Dans le monde

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 :

LE Module 04 : SOMMEIL Module 04 : Module 04 : le sommeil Module 04 : le sommeil Ce module comprend les sections suivantes : Messages clés Problèmes de sommeil courants Les médicaments et le sommeil Conseils provenant de familles sur les

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir

Coup d oeil sur. Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Coup d oeil sur Le sommeil Bien dormir pour bien grandir Le sommeil «Un bon dormeur se démarque d un mauvais dormeur par la facilité avec laquelle il se rendort.» Que savons-nous? n Le sommeil du bébé

Plus en détail

Mieux connaître les publics en situation de handicap

Mieux connaître les publics en situation de handicap Mieux connaître les publics en situation de handicap Plus de 40 % des Français déclarent souffrir d une déficience 80 Comment définit-on le handicap? au moins une fois au cours de leur vie et 10 % indiquent

Plus en détail

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques.

Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. I.B.AHC 1. DESCRIPTION DE L ETUDE Titre : Hémiplégie Alternante : une étude des épisodes paroxystiques. Auteurs : Elisa De Grandis MD PhD, G Gaslini Institute, University of Genoa Melania Giannotta MD,

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

Voyage au pays du sommeil

Voyage au pays du sommeil Service de prévention et d éducation à la santé - 2014 Voyage au pays du sommeil Séance 1 : Le soir à la maison 1- En GS, votre enfant à besoin de 11h de sommeil chaque nuit. Cependant, il existe des petits

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire

Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire Instance Régionale d Education et de Promotion de la Santé Pays de la Loire «Les ateliers d écriture», Expérimentation d un outil en Education pour la Santé Patrick Berry sociologue chargé de mission IREPS

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Se libérer de la drogue

Se libérer de la drogue Chacun doit savoir qu il peut se libérer de la drogue à tout moment. Se libérer de la drogue Je ne maîtrise plus la situation Longtemps encore après la première prise de drogue, le toxicomane croit pouvoir

Plus en détail

Bien architecturer une application REST

Bien architecturer une application REST Olivier Gutknecht Bien architecturer une application REST Avec la contribution de Jean Zundel Ce livre traite exactement du sujet suivant : comment faire pour que les services web et les programmes qui

Plus en détail

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à :

Ma vie Mon plan. Cette brochure appartient à : Ma vie Mon plan Cette brochure est pour les adolescents(es). Elle t aidera à penser à la façon dont tes décisions actuelles peuvent t aider à mener une vie saine et heureuse, aujourd hui et demain. Cette

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif?

Quels sont les indices observés chez les enfants présentant un trouble de traitement auditif? Le trouble de traitement auditif _TTA Entendre n est pas comprendre. Détecter les sons représente la première étape d une série de mécanismes auditifs qui sont essentiels pour la compréhension de la parole

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure

Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles. L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Ecole de Coachs de Vie Gestaltistes en Développement des Ressources Personnelles L a plus belle aventure de l homme, c est sa propre aventure Les intervenants Mathé Kaufmann Gestalt-Thérapeute, Superviseure

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

LES MECANISMES DE DEFENSE

LES MECANISMES DE DEFENSE LES MECANISMES DE DEFENSE Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la

Plus en détail

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 5 LA COMMUNICATION 1 5. 1 ANALYSE de la COMMUNICATION 2 LE DIT ANALYSE DE LA COMMUNICATION La formulation ( clarté, objectivité maximale ou manipulation ) L écoute (concentration et acceptation de l Autre

Plus en détail

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées

Questions / Réponses. Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Questions / Réponses Troubles du sommeil : stop à la prescription systématique de somnifères chez les personnes âgées Quelques chiffres sur les troubles du sommeil et la consommation de benzodiazépines

Plus en détail

Définitions Approches managériales Approches psychologiques

Définitions Approches managériales Approches psychologiques Séminaire [CID] : Créativité, Innovation, Décision Partie B : DECISION Définitions Approches managériales Approches psychologiques www.evoreg.eu M2i : Management International de l Innovation Emmanuel

Plus en détail

CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo. Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE

CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo. Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE Comment doit-on s y prendre pour que la CR Conférence CONNEC SENS Du Lundi 30 Mars 2015 Au Restaurant Le Cristo Thème : L Entreprise Libérée Conférenciers : Ana AGRA et Thibaut BRIERE Résumé Intervention

Plus en détail

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur

Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Enjeux psychologiques de la greffe pour le donneur et le receveur Jessica FRIPPIAT Psychologue clinicienne Service d Hémato-oncologie Unité de Psychologie Hôpital Universitaire des enfants Reine Fabiola

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose

Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Avec un nouveau bébé, la vie n est pas toujours rose Le «blues du post-partum» est FRÉQUENT chez les nouvelles mères. Quatre mères sur cinq auront le blues du post-partum. LE «BLUES DU POST-PARTUM» La

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL

RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL RESULTATS DE L ENQUETE DE LA FGTB SUR LE BIEN-ETRE AU TRAVAIL La FGTB a mené une enquête auprès de 4947 personnes (réponses valides) entre le 10 mars et le 3 avril sur la base d un questionnaire établi

Plus en détail

Qu est-ce que la maladie de Huntington?

Qu est-ce que la maladie de Huntington? Qu est-ce que la maladie de Huntington? Description sommaire Qu est-ce que la maladie de Huntington? La maladie de Huntington (MH) est une maladie neurodégénérative longtemps connue sous le nom de Chorée

Plus en détail

Text Types and Purposes

Text Types and Purposes Text Types and Purposes College and Career Readiness (CCR) Anchor Standard 1: Ecrire une composition avec une idée principale, claire, explicite ou implicite en utilisant des éléments et des arguments

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE

POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE Table des matières INTRODUCTION... 2 POURQUOI UNE POLITIQUE SUR LE SOMMEIL ET LA SIESTE... 3 L'IMPORTANCE DE LA SIESTE ET DU RESPECT DES RYTHMES BIOLOGIQUES... 3 À

Plus en détail

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté

Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Chapitre 7 Problèmes de rejet, de confiance, d intimité et de loyauté Il y a en moi un désir profond d avoir une relation longue et pleine de sens avec quelqu un, mais cela me fait peur, parce que si vous

Plus en détail

«LA PLEINE CONSCIENCE»

«LA PLEINE CONSCIENCE» «LA PLEINE CONSCIENCE» Dominique Lanctôt PhD Psychologue Colloque de la 3ième journée de formation des 3L La survivance Vendredi 25septembre 2015 MONTRÉAL Plan de présentation 1-Définition de la pleine

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent

DOSSIER DE PRESSE. PENTA Editions Des livres qui résonnent DOSSIER DE PRESSE En couverture : Ludwig van Beethoven, impression couleur d après une peinture de Johann Baptist Reiter Beethoven-Haus Bonn Partie de violon de quatuor à cordes op. 135 de Ludwig van Beethoven,

Plus en détail

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03

PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 PNL & RECRUTEMENT IMPACT SUR LES ENTRETIENS Présentation du 10/06/03 Introduction : Questions/réponses : Qu est-ce que pour vous un bon recrutement? Cela dépend de quoi? Qu est-ce qui est sous votre contrôle?

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants?

Santé et relations humaines au travail Sommes-nous prêts à être plus performants? Santé et relations humaines au Sommes-nous prêts à être plus performants? Principaux enseignements de l enquête Mesure Management Santé chez les entrepreneurs de CroissancePlus Les traits d'identité constitutifs

Plus en détail

Stratégies favorisant ma réussite au cégep

Stratégies favorisant ma réussite au cégep Source de l image :daphneestmagnifique.blogspot.ca Stratégies favorisant ma réussite au cégep par Services adaptés du Cégep de Sainte-Foy Table des matières UN GUIDE POUR TOI!... 2 STRATÉGIES DE GESTION

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH

Conseils. pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour les enfants, les adolescents et les adultes atteints de TDAH Conseils pour aider votre enfant atteint de TDAH Même si le traitement par VYVANSE peut permettre de gérer les symptômes du TDAH,

Plus en détail

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD

Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD Intérêt de la Thérapie Comportementale et Cognitive dans la prise en charge thérapeutique du PTSD F.OLIVIER P. LAMY Journée Scientifique «La recherche en psychiatrie : Etat de stress posttraumatique» ALBI

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

") # /!"! ) )# ") / 1) )) -()#! "-) " ") 2) "! #" ). ") () ) )!. #) ()" #!0 ) () ))!)() -! () "!!""#!! 6) $ )7 )! " # )!"!! ) ) " #9# () () ") ") )

) # /!! ) )# ) / 1) )) -()#! -)  ) 2) ! # ). ) () ) )!. #) () #!0 ) () ))!)() -! () !!#!! 6) $ )7 )!  # )!!! ) )  #9# () () ) ) ) !"#! "# $$% #"%&&' & ()*()*!+,"!*!)!+!""")!,()!""#!)!-!#)."!/0, ) ") # /!"! ) )# ") / 1) )) -()#! "-) " ") 2) #!!!""))3)#"#!)"!!3 "- "! #" ). ") () ) )!. ()4)"!#5#")!)! #) ()" #!0 ) () ))!)() -! () "!!""#!!

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh

Académie de Créteil. Projet présenté autour de l album «Trois souris peintres» d Ellen Stoll Walsh Projet académique 2013-2014 «Des boîtes à histoires» Comment créer un outil au service de la mise en mémoire et de la compréhension des textes littéraires Académie de Créteil Projet présenté autour de

Plus en détail

COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates

COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates COACH ME if you can! par Christine Thioux Administrateur-Directeur d A-Th & Associates Avec le support de Bernard Baert, Senior Consultant, A-Th. & Associates Et André Thioux, Fondateur A-Th & Associates

Plus en détail

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE

QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Nom : # Dossier : Date : QUESTIONNAIRE SUR LA REPRÉSENTATION DE VOTRE CONDITION DE SANTÉ ACTUELLE Dans le questionnaire suivant, nous nous intéressons à votre propre vision de votre condition actuelle,

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

En quoi consistera ce jeu?

En quoi consistera ce jeu? 1 Projet Comité d Education à la Santé et à la Citoyenneté inter degré Création jeu par les élèves de l école du Gliesberg, de l école Martin Schongauer et du collège Hans Arp de Strasbourg Création d

Plus en détail

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux

Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Frédéric WONÉ Médecin Coordonnateur EHPAD «Parrot» et «Beaufort-Magne» Centre Hospitalier de Périgueux Xavier GERVAIS Médecin Coordonnateur EHPAD «Les Balcons de Tivoli» Le Bouscat Mise en œuvre confiée

Plus en détail

Les documents primaires / Les documents secondaires

Les documents primaires / Les documents secondaires Les documents primaires / Les documents secondaires L information est la «matière première». Il existe plusieurs catégories pour décrire les canaux d information (les documents) : - Les documents primaires

Plus en détail

I/ Qu est-ce que l aphasie? French

I/ Qu est-ce que l aphasie? French I/ Qu est-ce que l aphasie? French Vous avez, vraisemblablement, récemment eu à faire à l aphasie et ce, pour la première fois. L aphasie appelle d emblée quelques questions comme : qu est-ce que l aphasie,

Plus en détail

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1

NOUVEAU TEST DE PLACEMENT. Niveau A1 NOUVEAU TEST DE PLACEMENT Compréhension écrite et structure de la langue Pour chaque question, choisissez la bonne réponse parmi les lettres A, B, C et D. Ne répondez pas au hasard ; passez à la question

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA

Analyse Appliquée du Comportement. Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Analyse Appliquée du Comportement Christine PHILIP, Maître de conférences, INS HEA Qu est-ce que l ABA? «Applied Behavior Analysis» (Analyse appliquée du comportement) C est une méthode inspirée de Skinner

Plus en détail

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi Vivre avec soi Du même auteur aux Éditions J ai lu Papa, maman, écoutez-moi vraiment, J ai lu 7112 Apprivoiser la tendresse, J ai lu 7134 JACQUES SALOMÉ Vivre avec soi Chaque jour... la vie Les Éditions

Plus en détail

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013

Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 DOSSIER DE PRESSE Paz Corona Ulysse, c est moi Exposition du 6 au 21 septembre et du 5 au 26 octobre 2013 What is that word known to all men, Huile sur toile, 150 x 90 cm, 2013 17, rue des Filles-du-Calvaire

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail