Résultats du sondage. Les exercices d évacuation dans les résidences privées pour aînés. État de la situation

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Résultats du sondage. Les exercices d évacuation dans les résidences privées pour aînés. État de la situation"

Transcription

1 Résultats du sondage Les exercices d évacuation dans les résidences privées pour aînés État de la situation Octobre 2015

2 Table des matières Mise en contexte... 3 Faits saillants... 4 Partie 1 du sondage : l exercice d évacuation... 5 Partie 2 du sondage : Incidents et accidents Partie 3 du sondage : Relations avec les autorités Autres commentaires des répondants sur les exercices d évacuation Conclusion Page 1

3

4 Mise en contexte Le Regroupement québécois des résidences pour aînés est fréquemment interpellé par ses membres au sujet des nombreuses difficultés vécues par leurs résidents avant, pendant ou après les exercices d évacuation requis par le règlement sur la certification. L inquiétude et la colère qu ils nous expriment à ce propossont aussi l écho de l inquiétude et de la colère des familles des résidents. Les propriétaires et gestionnaires de résidences privées pour aînés (RPA) sont aux premières loges pour constater l intensité du stress et de l anxiété, voire l angoisse que ces exercices font vivre aux aînés désireux de se conformer à ce qu on attend d eux pour que leur résidence réussisse son évacuation et obtienne son certificat de conformité. Sans compter les chutes et les autres conséquences parfois graves qui peuvent résulter de ces simulations d incendie. Ce sondage avait donc pour but de colliger des informations concernant la tenue des exercices d évacuation encadrés par les services de sécurité incendie dans les RPA afin de bien identifier le problème, de le documenter et d en mesurer l ampleur. Il a été mené auprès de nos 678 membres entre le 26 mai et le 5 juin inclusivement. Les résultats obtenus démontrent hors de tout doute que tels qu ils sont actuellement pratiqués, ces exercices d évacuation posent un problème majeur. Le fait d obliger tous les résidents à y participer, sauf quelques rares exceptions, les perturbe trop souvent et est une telle source de pression, en particulier pour les résidents semi-autonomes, qu il affecte fréquemment leur équilibre et leur santé physique. Les données cidessous démontrent que près du tiers des résidents impliqués dans des incidents ou accidents provoqués par les exercices d évacuation ont dû être hospitalisés. Nous croyons qu elles illustrent éloquemment l acuité du problème et l urgence d y trouver une solution avant qu un décès ou un autre événement irrémédiable s y produise. Page 3

5 Faits saillants Nombre de répondants: % des répondants sont parvenus à évacuer leur résidence en 8 minutes ou moins Près du quart (23 %) des répondants affirment avoir vécu des accidents et/ou des incidents impliquant des résidents avant, pendant ouaprès leur dernier exercice d évacuation incendie 41 répondants ont affirmé avoir observé des chutes de leurs résidents pendant l exercice, le plus fréquemment dans les escaliers, le corridor et à l extérieur de la résidence. Ce nombre représente 14 % de l ensemble des répondants et 59 % de ceux chez qui des accidents et/ou incidents se sont produits. L anxiété et la désorientation ont été les problèmes liés au stress les plus observés pendant l exercice. 20 répondants ont signalé des hospitalisations survenues en lien direct avec l exercice d évacuation, soit 7 % de tous les répondants et 30 % de ceux qui ont vécu des accidents et /ou incidents. 143 répondants ont affirmé avoir une très bonne relation avec le service incendie de leur municipalité. 131 répondants ont dit avoir établi une très bonne collaboration avec les autorités. 73 % des répondants seraient favorables à ce que les exercices soient réservés au personnel et que des séances d information seulement soient données aux résidents. Page 4

6 Partie 1 L exercice d évacuation

7

8 1. À quelle(s) catégorie(s) appartient votre résidence? [ 299 réponses ] Réponse Nombre de résidences Pourcentage Personnes autonomes 25 8,36 % Personnes semi-autonomes ,13 % Les deux ,51 % 2. Combien d étages comporte-t-elle? Réponse Nombre de résidences Pourcentage 0 à ,15 % 4 à ,46 % 7 à ,36 % 10 à ,68 % 13 à ,34 % 16 et plus 6 2,01 % 3. Combien d unités comporte-t-elle? Réponse Nombre de résidences Pourcentage 10 et moins 12 4,01 % 11 à ,04 % 31 à ,70 % 51 à ,75 % 101 à ,76 % 201 à ,05 % 301 à ,35 % 401 à ,67 % 501 et plus 2 0,67 % Page 7

9 4. Quand votre dernier exercice d évacuation a-t-il été réalisé? [ 299 réponses ] Année Nombre de résidences Pourcentage ,33 % ,33 % % ,36 % ,01 % ,23 % ,74 % Mois de l année Réponse Pourcentage Janvier 6 2 % Février 5 1,67 % Mars 14 4,68 % Avril 13 4,34 % Mai 38 12,70 % Juin 41 13,71 % Juillet 26 8,69 % Août 27 9,03 % Septembre 49 16,38 % Octobre 50 16,72 % Novembre 25 8,36 % Décembre 5 1,67 % 5. Combien de temps vous était alloué, en minutes, pour réaliser l exercice d évacuation? [ 299 réponses ] Réponse Nombre de résidences Pourcentage % 2 1 0,33 % 3 3 2,35 % 4 4 1,34 % % % 7 9 3,01 % ,19 % ,34 % ,68 % ,76 % Page 8

10 6. En combien de minutes êtes-vous parvenus à réaliser l exercice d évacuation? [ 299 réponses ] Réponse Nombre de résidences Pourcentage 1 5 1,67 % ,34 % ,36 % ,02 % ,70 % ,38 % ,72 % ,06 % ,69 % ,01 % ,35 % Plus de 11 minutes 23 7,69 % 7. Est-ce que plusieurs tentatives ont été nécessaires pour réaliser l exercice d évacuation dans le temps alloué à votre résidence? [ 299 réponses ] Réponse Nombre de résidences Pourcentage Oui 69 23,08 % Non ,92 % 8. Combien de tentatives ont dû être faites avant de réaliser l exercice d évacuation dans le temps alloué à votre résidence? [ 57 réponses ] Réponse Nombre de résidences Pourcentage 0 3 5,26 % ,04 % ,60 % ,58 % 4 2 3,51 % 5 2 3,51 % 8 1 1,75 % 9 1 1,75 % Page 9

11

12 Partie 2 Incidents et accidents

13

14 9. Y a-t-il eu des accidents et/ou des incidents impliquant des résidents avant, pendant ou après votre dernier exercice d évacuation incendie? [ 297 réponses ] Réponse Nombre de résidences Pourcentage Oui 69 23,23 % Non ,77 % 10. Combien de résidents ont chuté pendant l exercice? [ 68 réponses ] Réponse Nombre de résidences Pourcentage ,71 % % ,12 % ,29 % 4 2 2,94 % 5 1 1,47 % 6 1 1,47 % 11. Le cas échéant, où sont survenues les chutes? [ (65 réponses fournies par 43 répondants) ] Réponse Nombre d incidents Pourcentage Appartement du résident 7 10,77 % Corridor 20 30,77 % Escalier 21 32,31 % Salle à manger 1 1,54 % Salle de loisirs 0 0 % Extérieur de la résidence 15 23,07 % Ne sait pas 1 1,54 % Page 13

15 Commentaires sur les chutes On a prévenu des chutes. Un résident a frappé une préposée. Corridor Dégâts d eau au 4e étage Plusieurs résidents désorientés Escalier de secours 12. Y a-t-il eu des problèmes liés au stress chez vos résidents en lien direct avec l exercice d évacuation? [ 68 réponses ] Désorientation Panique Insomnie Anxiété Aucun cas observé 14,71 % 10 14,71 % 10 26,47 % 18 2,94 % 2 Peu répandu 29,41 % 20 41,18 % 28 33,82 % 23 7,35 % 5 Assez répandu 39,71 % 27 30,88 % 21 25,00 % 17 33,82 % 23 Très répandu 16,18 % 11 13,24 % 9 14,71 % 10 55,88 % 38 Commentaires sur les problèmes liés au stress Refus de participation et crise de larmes, panique. Haute pression et deux personnesque nous avons envoyées à l hôpital. Un monsieur ne voulait plus se laver, il avait peur que ça sonne. Unité des soins. Nous avons 52 résidents atteints de la maladie d Alzheimer. Les pompiers ne comprennent pas la maladie. Ils me disent qu avec l alarme, les résidents ne réagissaient même pas! Et ce sont des pompiers expérimentés. L horreur. Ils veulent que j équipe ma résidence d un système à $ pour ajouter des Page 14

16 alarmes. Ce qui, de toute évidence, n est pas nécessaire. Avant de faire l exercice, je les ai avisés, mais ils ne m ont pas cru. Douleur à la poitrine et transpiration. Beaucoup de résidents quittent avant l exercice pour faire leurs commissions ou... Trois de nos résidents refusent catégoriquement de sortir. Trouvent des prétextes pour ne pas être sur place. Occasionne des rhumes dus aux conditions météo : journée froide et très venteuse. Un monsieur stressé a fait une chute. Entêtement face aux consignes. Malaise cardiaque. Agressivité. Personne avec léger déficit cognitif qui refuse de sortir. 13. Y a-t-il eu des problèmes d ordre physique chez vos résidents en lien direct avec l exercice d évacuation? [ 66 réponses ] Diarrhée Fracture Entorse (ou foulure) Ecchymoses Douleurs à la poitrine Difficultés respiratoires Aucun cas observé 63,64 % 42 84,85 % 56 78,46 % 51 52,31 % 34 52,31 % 34 31,25 % 30 Peu répandu 27,27 % 18 15,15 % 10 18,46 % 12 38,46 % 25 33,85 % 22 39,06 % 25 Assez répandu 7,58 % 5 0,00 % % 2 9,23 % 6 10,77 % 7 21,88 % 14 Très répandu 1,52 % 1 0,00 % 0 0,00 % 0 0,00 % 0 3,08 % 2 7,81 % 5 Page 15

17 Anxiété. Commentaires sur les problèmes d ordre physique Hausse de pression et évanouissement. Infarctus. Probablement des problèmes de santé non divulgués. Il y a eu des gens qui ont souffert de diarrhées et d autres ont eu des difficultés respiratoires. Les personnes étaient tellement anxieuses qu il devenait difficile de gérer la situation. Beaucoup de stress. Hypertension artérielle. Anxiété importante chez certains résidents. Saisie d épilepsie [sic]. Les résidents ont eu très froid à l extérieur. Plaies dues à des chutes. 14. Avez-vous observé les conséquences extrêmes suivantes chez certains de vos résidents directement en lien avec l exercice d évacuation de votre résidence? [ 66 réponses ] Choix Réponse Nombre Hospitalisation(s) 30,30 % 20 Décès 0,0 % 0 Aucune de ces réponses 69,70 % 46 Commentaires d ordre général Clientèle en perte d autonomie physique, cognitive et soins de confort. Aucun apprentissage possible. Beaucoup de stress, hyperventilation. Dans l escalier extérieur, un résident a chuté et s est fracturé une côte. Fracture à la hanche à la suite d une chute lors de l évacuation. Page 16

18 Plusieurs résidents atteints de troubles cognitifs ne comprennent pas la situation et ne collaborent pas. Dans les jours qui ont suivi l exercice d évacuation, le taux d hospitalisation a augmenté de façon significative. Lors des chutes survenues pendant l exercice d évacuation, des résidents se sont retrouvés à l urgence et ont même dû être hospitalisés. Exercice très négatif sur la santé des aînés. Une dame a fait un AVC. Crise de panique. Nous avons une résidence de 52 personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et une autre de 50 résidents semi-autonomes. Dans les deux cas, les exercices d évacuation se sont avérés désastreux. Beaucoup de résidents ne veulent «rien savoir des exercices d évacuation». Nous voyons des aînés quitter avant l exercice pour ne pas y participer et éviter la cohue. Ils se promènent avec leur déambulateur dans nos stationnements, descendre au salon du rez-de-chaussée, etc. Nous ne sommes pas d accord d énerver nos gens de la sorte. Détresse respiratoire. Fracture de la jambe survenue lors de l exercice d évacuation. Un homme a dû être transporté à l hôpital par ambulance pour vérification. Plusieurs de nos résidents ont des problèmes de mémoire à court terme, donc de la confusion, de la désorientation et de l anxiété. Pour ces genslà, ça ne donne rien, ils ne s en souviennent plus le lendemain... Crise cardiaque. 15. Avez-vous d autres commentaires sur les accidents, incidents et conséquences en lien avec l exercice d évacuation de votre résidence? Beaucoup de personnes étaient très anxieuses et avaient peur de ne pas réussir l exercice. Surveillance accrue pour éviter que les résidents sortent avant le son de cloche d alarme. Certains médecins refusent que leurs patients participent aux exercices. Augmentation de l anxiété, de la colère et de la peur. Des ateliers parlant de la conduite à tenir sont beaucoup plus utiles. Les résidents qui se déplacent avec un déambulateur sont fâchés de faire un exercice parce qu ils doivent descendre les escaliers sur les fesses. On Page 17

19 sait très bien qu en cas d évacuation, ils procèderont sans problème. Mais c est beaucoup de désagréments pour un exercice. On constate beaucoup de stress relié à l exercice, que ce soit avant ou après. On doit prendre beaucoup de temps ensuite pour les rassurer. Heureusement que nous avons une bonne collaboration du service des incendies! Si le ministre de la Santé pouvait venir faire l exercice et voir la réaction des personnes âgées, je pense qu il comprendrait ce que nous vivons. Un stress inutile. On devrait les informer au lieu de les faire sortir comme des animaux au printemps. Le bruit strident des cloches d alarme a aussi augmenté de façon significative le stress des personnes âgées. Un stress énorme pour les résidents en perte d autonomie. Certains résidents sont capables de descendre, mais cela prend un effort surhumain, et ils ont beaucoup de difficulté à s en remettre. Est-ce si nécessaire de les obliger? Les services incendie déplorent aussi ces accidents, mais sont toujours très professionnels et réactifs quand ceux-ci arrivent et, malheureusement, ce sont eux qui sont blâmés par les familles présentes. Le stress de cette pratique est devenu une situation dangereuse pour les résidents surtout lorsque nous devons la refaire plus d une fois pour tenter d atteindre l objectif du service d incendie. Malgré la formation et la préparation pour l exercice d incendie, c est un processus assez stressant pour l ensemble des résidents. Les résidents ont peur de ne pas entendre l alarme si c est la nuit parce que la plupart enlèvent leurs prothèses auditives. Avec du recul, je trouve très dommage que les normes ne soient pas généralisées à travers le Québec. Pourquoi pour nous, à Sorel, le délai doit être de 8 minutes tandis qu à Beloeil, le délai est de 11 minutes? Et ce, pour le même type de clientèle? C est sur cette note que nous sommes déçus. Quand on le vit, sur le coup, c est très frustrant. J ai fait mes deux derniers exercices sans prévenir les résidents et j ai été très surprise de voir la réaction de certains qui ne savaient plus quoi faire ou ne réagissaient même pas au son de la cloche et terminaient leur tâche en cours... Cela m a vraiment permis de voir la vraie réalité d une situation d urgence que je ne voudrais vraiment pas avoir à vivre! Ces exercices de feu nous donnent une fausse impression de réussite d évacuation en temps ou d une bonne collaboration et compréhension des résidents. Quand ce n est pas planifié à l avance, ils sont laissés à eux-mêmes; tandis que lorsque c est prévu et annoncé, ils se préparent ensemble et ils ont tous le temps Page 18

20 de se préparer avec manteau, bourse, et se rendre au point de ralliement ou tout près même avant l exercice. Donc, je ne trouve pas pertinent de faire des exercices, de mettre la santé physique ou psychologique en danger, mais on devrait plutôt en parler plus souvent et fournir des informations écrites pour créer des visuels, car l image vaut vraiment mille mots pour les aînés avec de légères pertes cognitives en raison de leur âge avancé. Certains nous répondent qu ils ne veulent pas descendre, que ce n est pas un vrai feu. Nous avons dû insister et nous avons perdu des points. Dégât d eau. Une résidente du 4 e étage a laissé son robinet de cuisine ouvert, qui a coulé aux autres étages. Des frais en réclamation d assurances! Cela produit un stress incroyable chez nos résidents. Plusieurs dormaient avec leurs vêtements pendant des jours. L ensemble de nos résidents subit un stress extrême durant cet exercice. Les pertes d équilibre sont nombreuses et les suivis médicaux nombreux à la suite de l évènement. Errance la nuit dans les escaliers de secours croyant que la résidence est en feu. Une dame a été retrouvée sur son balcon voulant sauter croyant qu il y avait le feu. Après l exercice, les résidents étaient épuisés. Je déplore le fait de sortir les personnes dehors à la course avec peu ou pas d explications. Il y a sûrement plus de chances de bien réussir en utilisant des gros toutous, des oreillers, des objets comme les formations de RCR. Même trois semaines plus tard, certains résidents demeurent très anxieux. Les résidents sont très stressés plusieurs jours à l avance, car il faut les prévenir. Ils posent beaucoup de questions. Plusieurs sont réticents à quitter leur chambre. Nous avons tenu un premier exercice en 29 ans. Nous avons fait en sorte que les résidents qui étaient plus vulnérables ne soient pas présents lors de l exercice. Lors de la formation incendie, les pompiers ont mentionné aux résidents qu ils étaient en sécurité une fois sur les balcons extérieurs. Par contre, lors de l exercice de feu, ils nous ont fait perdre des points, car les résidents qui vivaient de l anxiété n ont pas voulu descendre en se défendant que les pompiers aient dit que c était correct. Difficile à défendre comme point surtout quand il s agit de gens atteints de troubles cognitifs et en état de panique... Page 19

21 Les résidents n ont rien appris de ces exercices. Ils ont été stressés de la façon dont les services incendie ont débarqué sans prévenir. Nous avons été approchés par le service de façon punitive et non en collaboration. Les résidents de notre ressource intermédiaire (10) sont difficiles à mobiliser lors d une évacuation et sont beaucoup plus vulnérables au stress et autres conséquences plus graves. Il est inutile de stresser les résidents avec ces évacuations. Leur demander de se rendre dans les escaliers est déjà un effort pour plusieurs. Dans un bâtiment giclé et sécuritaire, il faut y aller plus modérément. Il n y a pas eu d incident, malgré le stress engendré par l exercice. Page 20

22 Partie 3 Relations avec les autorités

23

24 16. Comment qualifiez-vous la relation entretenue entre votre résidence et le service incendie de votre municipalité? Choix Réponse Nombre Très bonne 50,71 % 143 Bonne 34,40 % 97 Moyenne 12,77 % 36 Mauvaise 1,06 % 3 Très mauvaise 1,06 % Comment qualifiez-vous la collaboration entretenue entre votre résidence et les autorités? Choix Réponse Nombre Très bonne 46,45 % 131 Bonne 39,72 % 112 Moyenne 11,35 % 32 Mauvaise 1,42 % 4 Très mauvaise 1,06 % Seriez-vous favorable à ce que les exercices soient réservés au personnel et que des séances d information seulement soient données aux résidents? Choix Réponse Nombre Oui 72,70 % 205 Non 27,30 % 77 Page 23

25 Autres commentaires des répondants sur les exercices d évacuation 19. Avez-vous d autres commentaires à formuler concernant les exercices d évacuation dans les résidences pour aînés? [ 141 répondants ont commenté ] 1) 100 % favorable à ne pas évacuer les résidents. Problèmes majeurs d anxiété et de risques de blessures. 2) À la question 18, je trouve cela adéquat qu il y ait des séances d information pour les résidents; en plus, je pense qu une formation avec le service des incendies serait bénéfique. 3) Une pratique annuelle est utile afin que les résidents puissent savoir comment réagir et où aller en cas de vrai feu. Mais en même temps, c est tellement dangereux! 4) Un résident avisé vaut mieux qu un résident stressé. Je suggère de faire plusieurs séances d information dans un environnement calme. On peut faire des exercices dynamiques près des portes de chambre. 5) Un exercice incendie doit être bien préparé, et ce, à l avance avec le personnel et les résidents. L exercice est un instrument nécessaire et positif qui permet aux résidents d être vigilants et prêts en tout temps et d assurer la meilleure évacuation possible en nous permettant de mesurer nos besoins réels. Les résidents qui étaient moins en forme cette journée-là se sont rendus à la cage d escalier, mais n ont pas eu à descendre. Cependant, ils ont été rencontrés et avisés qu ils devaient descendre s il y avait une alarme incendie. 6) Très stressant pour les résidents, même que certains résidents demandent à leurs familles de venir les chercher avant l exercice. 7) Très stressant pour les exploitants, le personnel et les résidents. 8) Très important que des séances d information soient données aux résidents. 9) Tout s est très bien déroulé, aucune panique. L exercice a été fait avec le seuil minimum, soit une seule employée. Nous avons toujours eu une très bonne relation avec le service d incendie. 10) Selon le type de clientèle, il ne devrait pas y avoir d exercice avec les résidents. 11) Questions 9 et 10 : la relation entretenue et la collaboration sont bonnes, car nous n avons pas le choix. Elles pourraient facilement être très mauvaises, à la suite de certains désaccords. Malheureusement, on doit se plier à des lois et règlements ridicules et non logiques qui sont écrits par des gens qui n ont jamais été en contact avec une personne âgée en perte d autonomie, car je déteste le mot semi-autonome. Selon les statistiques, à part l Isle-Verte il y a eu 7 décès dans les résidences pour aînés depuis 1993 à aujourd hui. Combien y a-t-il eu Page 24

26 de décès ou des familles qui périssent à leur domicile parce qu elles n avaient pas de détecteurs? 12) Que les services incendie visitent plus souvent nos établissements. Ils viennent une fois par année faire l exercice. Souvent, ils ne prennent pas le temps de faire une visite avec le proprio. 13) Je suis contre le fait de faire un exercice d évacuation et de chronométrer le temps requis avec les résidents. Les aînés sont très stressés de ne pas réussir dans les 8 minutes à respecter. 14) Plusieurs résidents sont très anxieux; d ailleurs, nous en avons exempté quelques-uns, soit qu ils revenaient de l hôpital ou qu ils ne se sentaient pas bien. Plusieurs résidents plus autonomes avaient choisi de sortir et de ne pas participer à l exercice. J avais rencontré individuellement chaque résident afin de m assurer de leur capacité à participer. J aimerais avoir plus d appui du département incendie en ce qui a trait à la formation des employés. 15) Plusieurs ont peur de ces exercices. 16) Pour le personnel, plus on pratique, mieux on est préparés! 17) Oui, on a réussi, mais avec deux échecs... L agence a donc exigé de hausser le seuil minimal... Et pourquoi le service incendie ne participet-il pas avec le personnel? Que vont-ils faire lors d un vrai incendie? Vont-ils aider à l évacuation? Toute une réalité lors de ces pratiques. 18) Nous tentons de toujours sensibiliser les résidents à participer aux exercices d incendie. Cependant, certains sont réfractaires, et la résidence peut se voir refuser la certification si l exercice d évacuation n est pas réussi à cause d un résident qui ne suit pas les règles. Il faudrait pouvoir obtenir du pouvoir via un billet d infraction ou une contravention pour refus d obtempérer, par exemple, pour donner du pouvoir au sérieux de la démarche. 19) Nous sentons une certaine nervosité lors de la pratique : ils veulent bien faire, mais le stress de cette pratique l emporte. 20) Nous pourrions faire l exercice sans les obliger à descendre les escaliers extérieurs (souvent, ils ne prennent pas leur aide à la marche pour l exercice). 21) Nous n avons pas évacué à l extérieur de la résidence, mais nous avons évacué les gens sur les balcons du même étage. Ex. : étage 4, balcon du 4 e étage. 22) Nous n avons pas eu d accident ni d incident, mais les résidents sont très angoissés, et certains crient après l exercice [sic]. Une dame ne Page 25

27 voulait pas descendre, elle avait peur, la préposée est intervenue en l aidant, et la famille n était pas contente de cela, car elle a dû la soulever pour lui venir en aide. Le temps n est pas réel pour le temps d évacuation. Exemple : les résidents sont assis sur leur déambulateur à côté des escaliers, d autres vont s asseoir dehors, etc. 23) Nous le faisons déjà : session d info, etc. 24) Nous croyons que le seul vrai test passe par l exercice d évacuation des résidents en prenant en contexte qu un ou peu de résidents peuvent ne pas participer. Dans notre secteur géographique, le préventionniste sait faire la part des choses. Contrairement à l opinion du président du RQRA et peut-être du C.A., nous ne croyons pas aux mesures de sécurité de type gicleurs. Les pompiers ont été dépêchés (à trois reprises) à notre centre pour cause de rôtie oubliée, ce qui actionnait le système incendie et, 5 minutes plus tard, les pompiers étaient présents. Nous croyons que le danger d appuyer la non-pratique d évacuation fera en sorte de renforcir le besoin de méthodes telles que les gicleurs, faute d avoir la preuve que l évacuation est réalisée et dans les temps. 25) Nous comprenons que la sécurité des résidents est importante. Nous prenons cela très au sérieux, mais le stress qu un exercice d évacuation procure à ceux-ci est plus important que les bienfaits. Qu est-ce que ça change de faire une pratique avec des gens qui ont de légers troubles cognitifs? Ils vont oublier de toute façon. De plus, les gens autonomes ne sont pas des enfants, et ils descendront dehors en cas d alarme, tout comme des résidents de condos ou des travailleurs dans un bureau. Dernier point : je trouve les services incendie complètement déconnectés de la réalité des résidences et des impacts économiques de certaines de leurs demandes. 26) Nous avons réussi l exercice, mais non sans stress de la part des résidents et sans risque de blessure. Il devrait y avoir une logique entre : est-ce que vous êtes capables en cas de feu et est-ce que vous savez quoi faire et ne pas risquer de le faire en exercice seulement? 27) Nous avons réussi avec trois employées, ce qui n était pas le cas l an dernier. Maintenant, nous avons toujours trois employées 24/24. 28) Nous avons remplacé les personnes à risque et les personnes à mobilité réduite par du personnel et des pompiers qui imitaient les déficiences. 29) Nous avons réalisé l évacuation en 7 minutes 30 secondes (+ou-). Nous avons 2 étages et 1 sous-sol, et l évacuation s est très bien passée. 30) Nous avons le désir de tout planifier, mais, dans les faits, toutes les situations sont différentes et, en bout de ligne, nous devrions mieux préparer nos employés. Les résidents aiment être au courant, mais n aiment pas faire l effort si ce n est pas obligatoire. Page 26

28 31) Nous avons fait donner une formation par une firme aux employés et aux résidents. Les résidents ont vraiment changé leur comportement après, et nous avons réussi l exercice en une fois. 32) Nous aimerions un peu plus de collaboration de la part des pompiers, lors des pratiques, pour inciter les clients à emprunter la sortie vers l extérieur. À la dernière pratique, les pompiers ont quitté sans nous donner leurs commentaires. Lors d une vraie évacuation, presque la totalité des pompiers est resté à l extérieur du bâtiment. Pendant l évacuation, aucun n a apporté d aide. 33) Notre résidence fait les exercices de feu deux fois par année, et tout se déroule normalement bien. Ne pas faire participer les résidents serait probablement moins stressant pour eux, effectivement. 34) Notre clientèle est atteinte d Alzheimer, et le pompier responsable a insisté pour que chaque résident participe à l exercice malgré le froid qui régnait dehors, faisant fi de leur état cognitif et du peu de pertinence pour eux de faire un tel exercice. Insister sur la formation des employés plutôt que sur celle des résidents serait pour nous une nette amélioration. 35) Non (7 répondants ont donné cette réponse). 36) Ne pas obliger les résidents à sortir. Ils pourraient rester près de la sortie. 37) À notre résidence, à l admission du résident, nous lui expliquons les consignes en cas de feu. Nous allons voir avec lui les sorties d urgence et, par la suite, des infos feu sont données à tous les mois à la salle à manger. De plus, d instaurer plutôt des rencontres et infos mensuelles pour le personnel avec un exercice sur les lieux sans alarme est beaucoup plus bénéfique. Toutefois, une visite annuelle des pompiers et une rencontre avec les employés et les résidents sans effectuer un exercice sont nécessaires. 38) Moi, j ai des personnes autonomes, et ça prend 15 secondes pour sortir; je trouve que ça ne vaut pas la peine pour 3 personnes. Merci! 39) Mettre des acteurs au lieu des résidents. 40) Malgré mes demandes annuelles, je n ai pas refait d exercice d évacuation depuis quatre ans. Aussi, pour les prochaines, je ne veux pas que les résidents soient au courant, car, la dernière fois, j avais des gens assis près de l entrée qui attendaient l alarme pour pouvoir sortir! 41) Malgré les désagréments causés aux résidents sachant qu ils n aiment pas ce genre d exercices, nous réalisons rapidement qu ils sont Page 27

29 essentiels. Lors d événements subséquents, les résidents sont beaucoup plus alertes et responsables. Ils ont été entraînés à sortir rapidement, ce qu ils font d emblée en majorité. 42) Lorsque le plan est fonctionnel et sécuritaire, cela crée un bon réflexe chez les gens et les sécurise. Chez nous, l exercice d évacuation est expliqué et nous faisons valoir ses bienfaits tant pour le personnel que pour les résidents. Il est suivi d un petit «cocus» au salon pour discuter du déroulement et parler avec les pompiers. Nous avons une très bonne collaboration. De plus, ayant un seul étage et des portes extérieures indépendantes pour chaque appartement, ici les gens sortent rapidement et collaborent en toute sécurité. 43) Lors de l exercice en 2013 (pas pour la certification, mais pour exercer nos résidents), une résidente s est disloqué un genou sans que celle-ci fasse une chute. Elle a des problèmes de genou depuis ce moment. Depuis 2012, je fais des évacuations latérales seulement pour les résidents qui utilisent une marchette, c est-à-dire 37 résidents au moment présent. Nous les obligeons à sortir de leur logement et à se rendre à la cage d escalier la plus près de leur logement, une chaise leur est attitrée avec leur nom dessus, ils n ont qu à s asseoir durant les huit minutes de l exercice. Cette façon de faire est acceptée par notre service d incendie municipal de Shawinigan. Les résidents pourraient descendre, mais nous ne voulons pas qu il y ait de blessure. La plupart du temps, le médecin nous confirme l exemption de l évacuation verticale. Ceux qui ne veulent pas, nous faisons du cas par cas avec nos résidents; l important, c est que les résidents se rendent dans les cages d escalier sécurisées avec des gicleurs. 44) Lors de formations données par les pompiers, les consignes doivent être claires, précises et cohérentes. Ne pas dire aux résidents que c est correct de rester sur les balcons en cas d incendie, mais exiger qu ils descendent lors des exercices. 45) L exercice amène un grand stress aux résidents et, avec la clientèle que nous avons, la plupart ne s en souviennent plus dans l heure suivante. Par contre, on ne m oblige pas à les sortir à l extérieur, ce qui évite les chutes et blessures. Mais, cette semaine, lors d une visite du service d incendie, on m a dit que lors de l exercice de l été prochain, nous devrons sortir tout le monde à l extérieur et s assurer avant l exercice que tout le monde est dans sa chambre! Je trouve tout cela très excessif et dangereux pour les résidents. Merci de continuer à travailler sur ce dossier! 46) L évacuation ne visait que l étage des soins, soit 27 unités. Et nous avions le droit de changer les résidents à problème cognitif par des employés. De plus, ils pouvaient rester sur le premier palier entre le deuxième étage et le rez-de-chaussée. L évacuation est un bon moyen pour les pompiers et les employés de se remémorer les procédures ainsi que les trajets de sortie du bâtiment et ainsi être prêts à aider et à assister nos résidents si cette situation devait arriver. Les points Page 28

30 négatifs pour nos résidents sont l anxiété, le stress pendant l évacuation, les risques de chutes, et les conditions météorologiques pas toujours favorables, surtout pour nos résidents âgés qui ont une santé fragile. Ce n est pas un bon moment pour eux qui, malheureusement, se termine par des conséquences plus ou moins graves pour les aînés. 47) Les résidents ont joué un rôle très important pour la réussite de l exercice. Cela nous permet d évaluer leur capacité à demeurer encore dans notre ressource. 48) Les résidents n aiment pas les exercices, même si ce n est qu une fois par année. Par contre, les informations et petits groupes pour miniexercice sans actionner le système d alarme sont moins stressants pour eux. 49) Les résidents doivent continuer à le faire aussi. 50) Les résidents deviennent très nerveux avant et après : crises de stress ou angine plus fréquentes. 51) Les résidents à risques de blessures doivent être remplacés par des figurants (membres du personnel). Les résidents doivent participer, car on remarque qu ils oublient. On doit bien leur expliquer les consignes. 52) Les préventionnistes du service d incendie devraient être eux-mêmes mieux formés. Lors de notre premier exercice, notre préventionniste nous disait que tous les résidents avaient 8 minutes pour se diriger au point de rencontre à l extérieur, ce qui est faux et il s en est excusé. Nous avons dû refaire un second exercice pour rien, ce qui cause toujours du stress en trop pour les aînés. 53) Les pompiers de Sorel nous avaient déjà offert de venir parler à notre clientèle semi-autonome avant l exercice. Ils ont été clairs et gentils. 54) Les pertes de mémoire des résidents font en sorte que malgré le bon vouloir des services d incendie, il va toujours y avoir des lacunes lors des évacuations. Nous sommes toujours ouverts aux pompiers qui désirent visiter nos installations pour être mieux préparés. 55) Les gens à mobilité réduite devraient avoir le droit de signer un document leur permettant de ne pas faire l exercice et ne nous obligeant pas à leur imposer la situation. 56) Les exercices sont très importants afin de préparer les résidents en cas de vrai feu. Les résidents collaborent tous avec plaisir. Je ne pense pas qu il puisse en être autrement. 57) Les exercices d incendie énervent beaucoup les résidents et peuvent les rendre malades, car ils deviennent très anxieux. Alors, il y a risque Page 29

31 de chute pendant l exercice et cela peut apporter d autres problèmes de santé à la suite des exercices. 58) Les exercices devraient tenir compte de la structure du bâtiment, de ses équipements, et non seulement recourir à une évacuation aveugle (non circonstanciée) et totale. 59) Les exercices d évacuation rendent nos résidents très anxieux. Lorsqu ils savent que nous allons procéder à l évacuation, ils descendent tous au grand salon du rez-de-chaussée parce qu ils ont peur de faire une chute ou bien d avoir un malaise. Ça les rend très nerveux. 60) Les exercices créent beaucoup d anxiété chez les personnes âgées. Nous faisons, à chaque année, avec le préventionniste incendie, une conférence avec les résidents. Je crois que c est beaucoup plus constructif, car il n y a pas de stress. 61) Les exercices apportent un stress dont ils n ont pas besoin à leur âge. Des séances d information seraient suffisantes. 62) Le temps qui nous est donné pour réussir notre évacuation est trop juste. 63) Il nous a fallu 4 minutes 45 secondes pour que les résidents soient dans les cages d escalier et non à l extérieur du bâtiment. Il est utopique de croire que nous pouvons évacuer 55 personnes par les escaliers à l intérieur de 8 minutes, surtout si une seule personne participe à l évacuation, sans compter le stress subi par les résidents qui ne collaborent absolument pas aux consignes. Ces exercices sont inutiles et très stressants pour les résidents et le personnel impliqué. 64) Le service des incendies de la Ville de Laval n a pas voulu signer l annexe même si nous avons évacué les gens en lieu sûr dans un temps de 5 minutes, disant que la clientèle avait de la difficulté et que certains avaient besoin de consignes. Ils vont voir avec leur supérieur et la Régie du bâtiment et nous revenir. Nous avons mis les gens en lieu sûr dans un temps de 5 minutes, et cela, avec un personnel minimum. Je crois que nous avons respecté et atteint l objectif. On dirait que le service des incendies veut nous mettre des bâtons dans les roues. Je trouve dommage que nous ayons tous à payer pour certaines tragédies, alors que nous sommes dans des installations modernes, avec de bons soins, et en plus avons réussi en 5 minutes. 65) Le service de prévention, la Régie du bâtiment et les pompiers en caserne devraient tous être des collaborateurs aux milieux de vie, plutôt que des agents perturbateurs par manque de cohésion entre eux. 66) Le représentant du service d incendie nous comprend, mais il a des contraintes de la réglementation. Comment se fait-il que le personnel ne puisse pas aider à escorter les personnes âgées si un seul membre du personnel est en service? On nous a dit que les pompiers ne sont pas là pour aider à évacuer les personnes âgées, mais seulement pour éteindre les flammes. Page 30

32 67) Le manque de disponibilité des autorités lorsque l on veut procéder à un exercice. Il nous faut plusieurs mois pour obtenir la présence d un préventionniste du service d incendie. 68) Le gouvernement s acharne politiquement pour plaire aux différents groupes de pression sans penser que ce sont les résidents qui paieront. 69) L an dernier, nous n avons pas eu d accident. Par contre, il y a trois ans, un résident a fait une chute qui a nécessité une hospitalisation et ce résident a dû être relocalisé puisqu il a subi une opération avec anesthésie complète, intervention à la suite de laquelle des complications sont survenues. 70) L action est complètement inutile, tout est oublié dans un jour. 71) La suggestion au point 11 est plus qu excellente. Nos résidents ne devraient pas avoir à subir de tels exercices, surtout pour les personnes atteintes de la maladie d Alzheimer et celles ayant des problèmes de mobilité qui risquent, pour un simple exercice, des blessures très graves. 72) La plupart des résidents s organisent pour être ailleurs. 73) Je trouve que c est exagéré. 74) Je trouve important que les résidents pratiquent. 75) Je suis tout à fait d accord de miser sur la formation des employés plutôt que sur nos résidents. Pour ma part, un exercice de feu rendrait tous mes résidents anxieux et, le lendemain, personne ne se souviendrait des consignes et procédures. Tout à fait inutile! C est le personnel qui doit être vigilant et à l affût! Merci pour votre initiative et vos démarches! 76) Je pense qu il est important que les résidents fassent un exercice physique, mais pas minuté. Les pompiers pourraient venir accompagner et ensuite donner certains conseils. 77) Je ne suis pas d accord avec la procédure d évacuation. Le chrono s arrête lorsque l étage du feu est complètement évacué à l extérieur et non à la cage d escalier comme les autres étages, ce qui provoque un énorme bouchon de circulation, car l étage du feu doit passer devant tous les autres rapidement. Ce n est pas logique. 78) Je dois refaire un exercice sous peu afin de respecter le délai demandé. Avant, nous allons tenir une rencontre entre le service incendie et les résidents. 79) Je crois qu il est important que les résidents participent à ces évacuations, mais une seule par année serait suffisante. Page 31

33 80) Je crois qu il est important de faire participer nos résidents à ces exercices d évacuation pour assurer leur sécurité. 81) Je crois que des exercices avec les résidents peuvent être faits une fois par an, mais avec la collaboration de ceux-ci seulement. Chez nous, ce sont les locataires qui demandent de l information et veulent faire un exercice par an (2-3 étages par année, mais pas tout le monde). Par contre, avec les cas plus lourds, on ne devrait pas faire d exercices avec eux, mais seulement avec le personnel. 82) Je crois que deux séances d information par année (printemps et automne) avec les résidents et un exercice réservé avec les employés seront tout aussi efficaces et moins dangereux pour la santé des résidents. 83) Je crois qu il est important de faire les exercices avec les résidents, mais qu on puisse les avertir d avance pour ainsi minimiser les risques de blessures et ainsi éviter le stress que cela peut occasionner aux résidents. 84) J appuie le point no 11 fortement, car ces exercices sont très ardus pour les aînés. 85) J aimerais que nous ayons des séances de formation en petits groupes et rappel pour les résidents. Des formations régulières pour les employés. 86) J aimerais que le service d incendie nous rencontre plus souvent. 87) Il y a un assez gros pourcentage de personnes âgées avec problèmes cognitifs et Alzheimer dans des grosses résidences de personnes âgées, et c est seulement avec les exercices incendie qu ils sont détectés. Si on ne veut pas de norme encore plus sévère, il faut les sortir de ces endroits avant un autre Isle-Verte... 88) Il y a eu entente entre tous les professionnels d incendie au Québec pour déterminer les délais d évacuation lors d un exercice d évacuation. Il y a même un livre existant donnant toute l information sur la façon d évacuer selon la catégorie de l immeuble. Malheureusement, nous avons un nouveau préventionniste et il conteste ces règles provinciales. Donc, notre exercice d incendie en octobre 2014 a été modifié à la dernière minute pour satisfaire notre préventionniste et cela n a pas été un succès. Depuis, plus aucune nouvelle de sa part. Nous nous préparons actuellement pour notre prochain exercice en novembre 2015, comme nous le faisions avant. Nous sommes en attente d une future rencontre avec le préventionniste. 89) Il serait préférable de faire plusieurs sessions d information, en faisant entendre la cloche d urgence aux résidents sans créer de panique et en leur expliquant plusieurs fois ce qu ils doivent faire. 90) Selon moi, il faut sensibiliser et impliquer les résidents. 91) Il faut que ce soit fait à la façon du pompier en prévention, même s il y a des contradictions à la certification. Certes, un tel exercice stresse des résidents, est pris à la légère par d autres tandis que d autres s absentent volontairement le temps de l exercice. Page 32

34 92) Il est quand même important que les exercices soient faits avec les pompiers et les résidents. Nous n avons pas eu de problème à le faire, mais nos résidents sont prévenus dans la journée qu il y aura un exercice. Ceci neutralise le stress et nous permet une meilleure relation avec chacun. 93) Il est primordial d être accompagné soit par un préventionniste ou un professionnel interne ou externe, afin de donner la formation tant aux employés qu aux résidents et atteindre les objectifs visés de conformité, bien comprendre et saisir l importance de la sécurité, les responsabilités de chacun, démystifier, rassurer, etc. 94) Il est important que les résidents soient impliqués dans les exercices afin de leur faire comprendre que leur collaboration est essentielle. 95) Il est important de prendre en considération que lors d une véritable alarme d incendie, il serait logique d évacuer rapidement même s il y a risque de blessures. Toutefois, pour une pratique, je trouve inutile d impliquer les personnes âgées qui d abord sont très inquiètes et risquent de se blesser à la suite d une chute. De toute façon, lors d une situation réelle, la plupart ne se souviendront probablement pas des procédures qu elles auront apprises. 96) Il est important de mentionner que nos résidents les moins autonomes devaient seulement avoir à se rendre à la cage d escalier, contribuant ainsi à atteindre l objectif. 97) Il est important de le faire une fois par année et, à la suite de cette évacuation, il est important de donner une formation aux résidents et au personnel. 98) Il est impératif d exclure de l exercice d évacuation les résidents qui ne peuvent évacuer seuls et les résidents avec problèmes cognitifs. Au déclenchement de l alarme, ces personnes doivent être bien encadrées afin de comprendre que ce n est qu une pratique et souvent ils nécessiteront par la suite, une aide médicale pour diminuer le stress engendré par l événement. De réaliser un exercice d évacuation avec le personnel est beaucoup utile pour tous. D informer les résidents et d enseigner les consignes quelques fois par année seraient mieux indiquées. 99) Grande source de stress pour les résidents et grand risque de chutes dans les cages d escaliers. 100) Une formation de la part du service des incendies destinée aux employés serait appréciée (Blainville non disponible, Saint-Jérôme pas beaucoup d ouverture). Page 33

35 101) Faire une fiche personnalisée d évacuation à remettre à chaque résident lors de l admission afin de fournir des informations, de répondre aux questions et de voir la compréhension du résident à ce moment-là. Puis, on pourrait à l occasion leur rappeler ces consignes. 102) Faire participer les résidents à un exercice de feu n est pas souhaitable, car la santé physique des résidents peut changer rapidement. 103) Évacuation horizontale seulement. 104) Étant donné que la clientèle est de plus en plus lourde en RPA, il nous sera de plus en plus difficile de réaliser les exercices avec les résidents. 105) En fait, nous faisons des exercices régulièrement, mais phase par phase. Nous gardons nos aînés alertes et leur donnons ainsi le réflexe de sortir par la bonne porte. Pour les exercices, nous utilisons une «cloche à vache». De cette façon, nous nous assurons que lorsque la cloche sonnera réellement, les résidents sauront quoi faire, ce qui nous facilitera la tâche. Quelques-uns seulement sont réfractaires, mais, en général, ils sortent tous en un temps record. Un réel exercice est prévu avec la Ville de Lévis le 25 juin prochain, et nous n aurons que 8 minutes pour évacuer les 3 phases à 2 employés. 106) En effet, les exercices sont stressants et exigeants pour les résidents. Aussi, il ne faut pas oublier qu en cours d année, il y a quelques évacuations non prévues, dues à des feux de cuisson ou autres, qui nécessitent une évacuation et qui résultent en une pratique sans le vouloir... Est-il donc vraiment nécessaire de faire une pratique régulière? Je ne suis pas convaincue. Je miserais davantage sur de l information et de la sensibilisation obligatoires pour tous! 107) En 2013, nous avons réussi notre exercice, mais cela faisait un mois que chaque semaine nous en parlions ou faisions des ateliers, passions dans les appartements. Nous avons même visionné un film. UN MOIS de sensibilisation et de répétition. En 2014, je me suis dit que je n aurai pas à tout refaire. Erreur! Car nous n avons pas réussi; nous avons évacué en 12 minutes. Une petite minute de trop. C est presque ridicule. Aussi, plusieurs personnes ne voulaient pas le faire et sont restées dans leur appartement. De plus, nous n avons jamais eu d accident, mais des incidents sans trop grandes conséquences. Des gens tellement stressés qu ils en ont presque perdu conscience, des gens qui sont restés plus d une heure dans les cages d escaliers, etc. Beaucoup de mécontentement, autant des familles que des gens. De plus, un manque flagrant d uniformité d un préventionniste à l autre, d une ville à l autre, concernant les critères ou notions de «lieu sécuritaire». 108) En 2012, lors de l exercice, un pompier en «power trip» a menacé de vider la résidence!!! 109) Ils ont beaucoup d importance. Page 34

36 110) Effectivement, tout le monde court, et c est dangereux. On sent que tout le monde est bousculé et anxieux. Comme l enjeu pour nous est important, on met de la pression à tous pour atteindre le résultat. 111) Effectivement, les résidents sont très stressés. 112) Des exercices pour une clientèle vulnérable sont complètement absurdes. Nous soignons nos aînés pour les garder en forme, en santé et non pour leur faire descendre quatre étages dans un escalier de secours. Le stress et l angoisse liés à cet évènement ont un impact important sur leur condition, et ce, plusieurs jours avant et après. Le risque de chutes, de blessures, de décès, d hospitalisations est trop grand pournotre clientèle. 113) Dans une résidence pour personnes semi-autonomes, je crois qu il est bien que les gens participent à l évacuation. Ça en stresse quelquesuns, mais en sécurise d autres. Il est difficile de trancher; par contre, je crois que le fait de pratiquer les rend plus autonomes lors d une possible évacuation. 114) Comme nous n avons pas reçu encore les commentaires du préventionniste en incendie de la ville de Québec, je ne peux répondre à la question 7. Nous avons identifié dans notre PSI des gens qui se rendent dans les cages d escaliers considérées comme sécuritaires (porte coupe-feu, mur de béton). Cependant, ces personnes identifiées sont à mobilité réduite, elles ne peuvent pas descendre des escaliers seules et, donc, ne peuvent se rendre jusqu au point de rassemblement. Le préventionniste nous mentionne qu il est possible qu on nous demande de déménager ces personnes à mobilité réduite au rez-dechaussée (!). Nous trouvons inadmissible de devoir relocaliser certains résidents devenus moins autonomes au cours de leur séjour dans notre résidence. On leur demande de changer d appartement et, vu leur âge, c est encore une épreuve supplémentaire à affronter. 115) Comme notre résidence est munie de gicleurs, cela est beaucoup plus facile. 116) Ceux qui ont le plus besoin d être entrainées ce sont les membres du personnel en place. 117) C est une activité qui me stresse beaucoup chaque année, car je trouve que les résidents sont à risque et comme j ai des gens avec démence, de toute façon, c est le personnel qui doit savoir quoi faire. Ça fait longtemps que j en parle. Un personnel bien formé, c est une évacuation réussie. 118) C est très stressant pour les résidents et leurs familles. Page 35

37 119) C est illogique d accorder le même temps pour 20 ou 100 logements à évacuer. Nous ne pourrons réussir (135 logements), des modifications importantes seront nécessaires au bâtiment. 120) C est en effet très stressant! Pour l ensemble du personnel ainsi que les résidents, c est toute une épreuve. 121) Bien que nécessaire, c est très stressant pour les résidents. Nous devons les préparer avant et les calmer après. Nous avons eu une vraie évacuation à la suite d un problème du système de gicleurs. Tout s est bien passé, mais il y a encore des gens qui attendent pour voir si c est un «vrai» feu pour sortir. Je pense que la prévention et des rencontres bisannuelles serviraient plus qu une seule pratique par année. 122) Bien d accord avec le point 11. L exercice d évacuation crée énormément d anxiété chez nos résidents. Nous avons eu quelques fausses alarmes, et les gens ne se sont pas déplacé tel qu ils devaient le faire. Ils ne prennent pas les alarmes au sérieux. Nous devons faire plus de prévention, c est évident. 123) Beaucoup plus important que les gicleurs. 124) Beaucoup de stress pour les résidents. 125) Beaucoup de stress, car il y a plusieurs résidents qui ne sont pas capables de descendre par les escaliers. Étant donné qu il y avait des résidents qui avaient des rendez-vous médicaux sur les étages ciblés, ce n est pas tous les résidents qui ont participé. 126) Beaucoup de stress. Après un mois, ils ne se souviennent plus de rien. 127) Avoir des chefs d étages, c est super. 128) Avant la pratique, nous avons une formation pour les employés et ensuite, pour les résidents. L inspecteur du service incendie était présent. Nous avons terminé par une activité «crème glacée» à l extérieur. Durant l évacuation, nous avons du personnel dans les cages d escaliers pour la sécurité. 129) Aucun effet bénéfique aux exercices de feu pour des aînés de 80 ans et plus. Sauf des risques importants pour leur santé. D ailleurs, plusieurs résidents refusent catégoriquement d y participer, et plusieurs familles sortent leur parent cette journée d exercice. 130) Nous avons eu plusieurs exercices et expériences avec des organismes qui sont impliqués dans les exercices comme ASSM, SIM, RBQ, etc. Ils ont des critères qui ne sont pas exactement les mêmes, et cela nous donne des messages mixtes par rapport à ce qu on doit suivre comme règles. Page 36

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures

Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Scénarios sociaux Pour faciliter mon parcours aux études supérieures Ces scénarios sociaux ont été préparés depuis l automne 2008 par Jézabel Parent du Cégep Saint-Hyacinthe, Lyne Picard, du CRDI Normand-Laramée,

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES

NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES NEGOCIER SES FRAIS BANCAIRES Obtenez plus en osant demander C est plus simple qu il n y parait Avertissement : Toute reproduction, intégrale ou partielle, ou toute diffusion, par quelque procédé que ce

Plus en détail

Comment maîtriser sa colère

Comment maîtriser sa colère Comment maîtriser sa colère La résolution de problemès Homewood Solutions Humaines MC, 2011. Ce cahier d exercices accompagne le cours électronique intitulé Comment maîtriser sa colère et est destiné à

Plus en détail

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans

Opération Vigilance. Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Opération Vigilance Directives générales aux parents d enfants âgés de 6 à 12 ans Certains parents hésitent à parler de sécurité personnelle avec leur enfant par crainte de l effrayer ou d affecter sa

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

BG Ingénieurs Conseil, Genève

BG Ingénieurs Conseil, Genève BG Ingénieurs Conseil, Genève Diego Salamon, employeur Sur mandat de l AI, Cadschool nous a demandé si nous serions prêts à accueillir un stagiaire pendant trois mois. Nous connaissions cet institut de

Plus en détail

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1

Enquête de PSMT ENQUÊTE DE PSMT 1 Enquête de PSMT Qu est-ce que PSMT? Protégeons la santé mentale au travail est un ensemble exhaustif de ressources uniques, fondées sur des données probantes, qui ont été conçues dans le but d évaluer

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

La protection de vos revenus à votre pension est d une

La protection de vos revenus à votre pension est d une AVEZ-VOUS PROTÉGÉ La pension est certainement le souci majeur de beaucoup d entre vous. C est en tout cas ce que nous avons pu constater de la grande enquête de Vivium réalisée en collaboration avec Moneytalk.

Plus en détail

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard

Rapport de stage. Travail présenté à Mer et Monde. Par Yohann Lessard Rapport de stage Travail présenté à Mer et Monde Par Yohann Lessard Université Laval Le 25 octobre 2014 Formation préparatoire Nos formatrices étaient Amélie et Raphaelle. Nous avons abordé plusieurs thèmes,

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple

Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple Perdre un ou plusieurs bébés lors d une grossesse multiple L augmentation des traitements en clinique de fertilité et l âge plus avancé des femmes qui s engagent dans une grossesse contribuent à une plus

Plus en détail

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. *

Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * ? Près d un Canadien sur 5 craint sérieusement de ne pas être admissible à une assurance-santé privée. * À quel point vous inquiétez-vous que votre état de santé actuel ait une incidence sur votre capacité

Plus en détail

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013

L observatoire de. Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans. Juillet 2013 L observatoire de la révolution de l âge Étude d opinion auprès des 70 ans et plus et des personnes ayant entre 40 et 70 ans Juillet 2013 La vieillesse : un nouveau monde? Ampleur des enjeux financiers

Plus en détail

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13

Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Réponses au Questionnaire technique/tactique pour les U13 Avant tout j aimerais remercier tous les enfants qui ont fait l effort d avoir répondu au questionnaire (il y en a eu 16). Et même si ce questionnaire

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne?

Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Trouver sa façon de flotter : quelle est la mienne? Le bain flottant est un espace libre de toute stimulation et contrainte au corps et à l esprit. À l intérieur, il n y a que vous sans les distractions

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale

Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Soins buccodentaires chez les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale Les enfants ayant une déficience physique et/ou mentale ont souvent un triste état de santé buccodentaire.. Selon certains

Plus en détail

SONDAGE SUR LES COMMUNICATIONS À PRÉVOST

SONDAGE SUR LES COMMUNICATIONS À PRÉVOST SONDAGE SUR LES COMMUNICATIONS À PRÉVOST BILAN DU SONDAGE Sondage distribué du 1 er décembre 2012 au 28 mars 2013. Nombre de répondants : 72 PORTRAIT DES RÉPONDANTS Groupe d âge 24 ans et moins : 2,8 %

Plus en détail

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville

PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville CLSC désigné Centre Affilié Universitaire PROJET SIPA Bilan de l usage des ressources alternatives d hébergement Site Bordeaux-Cartierville INTRODUCTION Le présent document vise à apporter un éclairage

Plus en détail

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE

LA GESTION DE L INQUIÉTUDE LA GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION Révision : 2008-09, NN GESTION DE L INQUIÉTUDE RESSENTIE FACE À UNE ÉVALUATION 1. EXPLICATION DE CETTE INQUIÉTUDE C est décidé, l officiel en

Plus en détail

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES

LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES LES SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES VOTRE SANTÉ NOUS TIENT À COEUR La Commission scolaire de la Capitale tient à assurer, à l ensemble de son personnel, un environnement de travail qui respecte la santé,

Plus en détail

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES

VIVRE DE BELLES RÉUSSITES Mise en contexte : Dans le cadre d une activité de formation basée sur une analyse en groupe de récits exemplaires de pratiques d enseignants expérimentés, des futurs enseignants du préscolaire/primaire

Plus en détail

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS

FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS FEUILLE DE RENSEIGNEMENTS La sécurité des personnes âgées Ce qu il faut savoir Vie saine, Aînés et Consommation Manitoba Secrétariat manitobain du mieux-être des personnes âgées et du vieillissement en

Plus en détail

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès

Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Une mère, parlant à ses enfants : Un homme de 42 ans, du diagnostic au décès Vous savez que papa ne se sent pas très bien et qu il a des problèmes depuis un certain temps. Eh bien, le docteur nous a dit

Plus en détail

Politique et procédures en matière de ressources humaines

Politique et procédures en matière de ressources humaines Numéro : 1.0 Origine : Ressources humaines Politique et procédures en matière de ressources humaines Approuvé par : Président directeur général Entrée en vigueur : 1 er janvier 2012 Remplace : Nouveau

Plus en détail

Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD

Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD Programme de gestion de l invalidité et des absences ProAvantages MD Assurance collective ProAvantages MD Offert par l Assurance collective Manuvie, le programme ProAvantages MD est constitué d un ensemble

Plus en détail

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue

Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif. Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 4% 4% 100% 92% 1 élève déjà bilingue Votre enfant a aimé faire partie du programme de l anglais intensif Votre enfant parle mieux anglais qu'avant 10 4% 4% 92% 1 élève déjà bilingue 3 Votre enfant comprend mieux l'anglais qu'avant 4% 4% Votre

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

Ressources humaines Epreuves

Ressources humaines Epreuves Examen modulaire SVF-ASFC Edition Printemps 2009 Ressources humaines Epreuves Durée de l examen: 60 minutes Moyens auxiliaires autorisés: aucun Collez ici votre timbre d identification SVP! Points: Note:

Plus en détail

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8

UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 UN POUVOIR ADDITIONNEL CONFÉRÉ AUX MUNICIPALITÉS POUR ASSUMER LEUR OBLIGATION DE FAIRE RESPECTER LE Q-2, R. 8 ME DANIEL BOUCHARD LAVERY, DE BILLY 1. PRÉSENTATION Le 13 décembre 2007 est entré en vigueur

Plus en détail

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage

Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage Transcription Webémission Évaluation au service de l apprentissage 00 : 00 ANIMATEUR : Bienvenue à cette série de quatre vidéos portant sur l évaluation du rendement. Depuis de nombreuses années, les enseignants

Plus en détail

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte

Les premiers contacts du directeur avec l étudiant Contexte Fiche pour les directeurs: Accepter un étudiant/ page 1 Contexte À l occasion du premier contact entre un professeur (directeur potentiel) et un étudiant à la recherche d un superviseur dans le cadre de

Plus en détail

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton

Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec. Monsieur Jacques Cotton CSSS - 002M C.P. P.L. 92 Accroître les pouvoirs de la RAMQ VERSION RÉVISÉE Allocution du président- directeur général de la Régie de l assurance maladie du Québec Monsieur Jacques Cotton Commission de

Plus en détail

Services de garde en milieu scolaire

Services de garde en milieu scolaire Services de garde en milieu scolaire Planifier Consulter Informer Organiser Collaborer Services éducatifs - Jeunes 1 Mise en garde : Le présent document ne remplace pas le plan de mesures d urgence de

Plus en détail

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés

SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité. Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements. Un guide pour les aînés SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Sachez où aller et quoi faire si vous êtes victime de mauvais traitements Un guide pour les aînés 43 SECTION 5. Élaboration d un plan de sécurité Les violences

Plus en détail

Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions

Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions Renseignements pour les nouveaux entraîneurs Foire aux questions Cher participant au cours de Patinage Plus, Merci de votre intérêt à devenir un entraîneur professionnel de Patinage Canada! Peu après l

Plus en détail

INFRA 2013. Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec

INFRA 2013. Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec INFRA 2013 Notes pour une allocution de M. Stéphane Bilodeau, ing. Vice-président aux affaires publiques de l Ordre des ingénieurs du Québec Centre des congrès de Québec Mercredi le 4 décembre 2013 Mesdames

Plus en détail

Comment réaliser une enquête par questionnaire?

Comment réaliser une enquête par questionnaire? Comment réaliser une enquête par questionnaire? 1. L objectif d une enquête : L enquête de satisfaction est un baromètre qui permet de prendre le pouls de la clientèle. Simple et peu coûteuse, elle révèle

Plus en détail

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés

Projet de Règlement sur la certification des résidences privées pour aînés Québec, le 27 novembre 2015 Monsieur Gaétan Barrette Ministre de la Santé et des Services sociaux 1075, chemin Sainte-Foy, 15 e étage, Québec (Québec) G1S 2M1 Objet : Projet de Règlement sur la certification

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux.

Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux. Note à l attention de Mesdames, Messieurs les Directeurs et Responsables d Institutions et Services provinciaux. N/Réf. : SM/MC/013-2010 MONS, le 02 mars 2010. Mesdames, Messieurs, Chers Collègues, A toutes

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées

QUESTIONNAIRE DE SONDAGE. Le droit et les personnes âgées QUESTIONNAIRE DE SONDAGE Le droit et les personnes âgées À PROPOS DU SONDAGE La Commission du droit de l Ontario (CDO) et son projet sur le droit touchant les personnes âgées La CDO, un organisme public

Plus en détail

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio.

Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Veuillez lire attentivement ce mode d emploi avant de commencer l étude de votre cours audio. Mode d emploi du cours audio REUSSIR Tout d abord, félicitations pour l achat de ce cours et pour la décision

Plus en détail

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER

CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER Introduction CE QUE VOUS POUVEZ EN TIRER «Au début vous n avez aucune idée de l ampleur des économies que vous pouvez réaliser, déclare Todd Graham. Faire des économies pour l usine, c est la partie que

Plus en détail

L interprétation de données à l aide d un diagramme à bandes. Représentation des données à l aide d un diagramme à bandes

L interprétation de données à l aide d un diagramme à bandes. Représentation des données à l aide d un diagramme à bandes L évacuationd urgence Fiche MATHÉMATIQUES : RAISONNER ET COMMUNIQUER Compétence ciblée : Communiquer à l aide du langage mathématique Savoirs essentiels principalement mobilisés : Interprétation des données

Plus en détail

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied

Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Mon premier mois de course Complétez votre premier mois d entraînement à la course à pied Table des matières Quoi savoir avant de débuter?... 3 Comment utiliser le plan d entraînement?... 4 Comment éviter

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY

TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Le 30 octobre 2006 TIRER LES LEÇONS DES ERREURS DE LA VILLE DE HAWKESBURY Monsieur le maire. Lors de mes interventions au Conseil, vous m avez indiquez que je mélangeait les choses que je ne comprenais

Plus en détail

Et maintenant? Conseils.

Et maintenant? Conseils. Et maintenant? Conseils. Il y a quelques semaines, le docteur nous a renvoyé à la maison en nous annonçant : votre père souffre de démence. Mon frère et moi, nous nous demandons maintenant ce que nous

Plus en détail

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS

LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS LA PRISE EN CHARGE AU DOMICILE : SPECIFICITES ET IMPLICATIONS Introduction Laurie MARINO LA PRATIQUE DU PSYCHOLOGUE A DOMICILE : une pratique récente Il y a peu de traces de celle-ci avant les années 70

Plus en détail

ALAIN DUNBERRY Avec la collaboration de Frédéric Legault Professeurs DEFS, UQAM Septembre 2013 2 1. Introduction 5 6 7 8 11 12 2. La méthodologie 14 15 16 3. Les résultats des opérations d évaluation

Plus en détail

FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat.

FUGUE A L INTERNAT. UN problème collectif relatif à l organisation de la sécurité des biens et des personnes à l internat. FUGUE A L INTERNAT Les faits se déroulent dans un lycée professionnel rural. Le recrutement des élèves est régional, l établissement est connu pour sa spécificité dans les filières du bâtiment, et de ce

Plus en détail

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition

Guide santé sécurité sur. l orientation. nouveaux travailleurs. des. Première édition Guide santé sécurité sur l orientation des nouveaux travailleurs Première édition Orientation des nouveaux travailleurs Objectif Portée Ce guide présente aux nouveaux travailleurs un survol des sujets

Plus en détail

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain

1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain 1 P a g e Outil de gestion des connaissances : Visites sur le terrain DÉFINITION : Une visite sur le terrain survient quand un membre du personnel se rend dans un autre bureau de Plan International pour

Plus en détail

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque?

Question Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Qu est-ce qu est qu une preuve de protection? Devrais-je voir un document quelconque? Votre entrepreneur devrait avoir, ou peut facilement obtenir, un document de Travail sécuritaire NB qui indique qu

Plus en détail

Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE

Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE Programme de vérification des AVERTISSEURS DE FUMÉE Ville de Saint-Rémi Adopté le : 8 juin 2015 (résolution # 15-06-0235) PROGRAMME DE VÉRIFICATION DES AVERTISSEURS DE FUMÉE INTRODUCTION En 2000, suite

Plus en détail

Mardi 20 juillet 2010. Jeudi le 14 janvier 2010. Dernière mise à jour : 20 juillet 2010

Mardi 20 juillet 2010. Jeudi le 14 janvier 2010. Dernière mise à jour : 20 juillet 2010 Dernière mise à jour : 20 juillet 2010 Mardi 20 juillet 2010 Dans le but de minimiser les impacts ferroviaires sur les secteurs résidentiels avoisinant l actuel garage des trains de banlieue de la ligne

Plus en détail

Introduction par effraction

Introduction par effraction Introduction par effraction Les gens qui sont victimes d une introduction par effraction peuvent être affectés pour d autres raisons que la perte de leurs biens. Ils peuvent ressentir de fortes émotions

Plus en détail

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR

GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR INSCRIPTION AU C2i R (Certificat Informatique et Internet) GUIDE UTILISATEUR VERSION CORRESPONDANT UFR Nicolas Cazin 2 Table des matières 1 Un mot sur ce manuel 3 2 Votre rôle, vos responsabilités 3 3

Plus en détail

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place?

QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT. Comment avez-vous été accueillis et contactés sur place? Université à l étranger: Université Nationale de La Plata Semestre/Année de séjour : Semestre 1/ 2012/2013 Domaine d études : Etudes européennes L accueil : QUESTIONNAIRE aux ETUDIANTS OUT Comment avez-vous

Plus en détail

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone

anapec Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Prestations aux Chercheurs d Emploi Ateliers de Recherche d emploi anapec Documents Participants Atelier 5 : Prospecter les Entreprises par Télephone Des compétences pour l emploi des emplois pour les

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire

Université de Sherbrooke. Rapport de stage. Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage. Par : Anthony Labelle, stagiaire Université de Sherbrooke Rapport de stage Présenté à : Alain Bergeron, coordonnateur de stage Par : Anthony Labelle, stagiaire Laboratoire du Pr Spino Université de Sherbrooke T1 Revu par : Pr Claude Spino

Plus en détail

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E

La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E La discipline avec la méthode E-S-T-I-M-E Pour qu un enfant se «laisse» encadrer ou discipliner, il faut d abord que ses besoins affectifs soient satisfaits : Mon enfant est-il sécurisé par quelques règles

Plus en détail

Rapport de Post- Campagne 1

Rapport de Post- Campagne 1 Rapport de Post- Campagne 1 Résumé - La campagne Adwords que nous avons mené pour Galerie Photo-Originale a duré 21 jours (5.05-26.05) et nous a coûté $250,18. L objectif principal est en premier de stimuler

Plus en détail

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière

Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière A N A L Y S E S 2 0 0 8-1 Personnes handicapées mentales : Citoyens à part entière Contexte Lorsque l on évoque les personnes handicapées et le vote, l on pense presque systématiquement à l accessibilité

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

L histoire dont vous êtes le héros

L histoire dont vous êtes le héros L histoire dont vous êtes le héros Ce jeu peut être fait en intérieur ou en extérieur par des enfants sachant impérativement lire. Principe du jeu : A la manière des livres «L histoire dont vous êtes le

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption»

«Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» «Une méthode de travail au service de l accompagnement individuel dans un collège Assomption» 1- Rejoindre le jeune sur son chemin : Les jeunes que je reçois en séance de méthodologie viennent me voir

Plus en détail

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et

Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012. Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Conférence Belgique-Allemagne Palais d Egmont, Bruxelles, le 17 avril 2012 Introduction par Monsieur Didier Reynders, Vice-premier Ministre et Ministre des Affaires étrangères Je voudrais tout d abord

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives

Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives Cahier de bord de l entreprise de transport et des conducteurs de berline Consignes et directives table des matières Présentation...1 1 Présence de parents aux arrêts...2 2 Modification d arrêt...2 3 Ordre

Plus en détail

METHODE DE CALCUL DES SCORES

METHODE DE CALCUL DES SCORES QUESTIONNAIRE RESPIRATOIRE du S t GEORGE'S HOSPITAL METHODE DE CALCUL DES SCORES RESUME Trois scores sont calculés pour les composantes : Symptômes ; Activités ; Impacts. Un score Total est également calculé.

Plus en détail

Le gouvernement du Canada offre un

Le gouvernement du Canada offre un Guide de la sécurité sociale et des régimes de retraite au Canada Le gouvernement du Canada offre un système de revenu de retraite qui permet le versement de prestations mensuelles aux personnes suivantes

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Ast & Fischer SA, Wabern

Ast & Fischer SA, Wabern Ast & Fischer SA, Wabern Daniel Troxler, employeur L automne passé, j ai reçu un appel téléphonique lors duquel on m a demandé si j étais intéressé à en savoir plus sur le programme d intégration «Job

Plus en détail

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT

Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT Bac professionnel comptabilité E.U.R.L ALTITOIT SESSION 2009 SOMMAIRE I.Introduction 1 Pages II. Présentation de l entreprise 2 III. l organigramme de la société 3 IV. Description d un thème comptable

Plus en détail

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec

Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec Fédération des Mouvements Personne D Abord du Québec VERS UN RÉGIME DE RENTES DU QUÉBEC RENFORCÉ ET ÉQUITABLE Bonjour, je me présente, Louise Bourgeois, présidente de la Fédération des Mouvements Personne

Plus en détail

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées

Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Commentaires sur le règlement sur les conditions d obtention d un certificat de conformité de résidence pour personnes âgées Le Réseau québécois des OSBL d habitation compte plus d une centaine de membres

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER

LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER LE GUIDE COMPLET PRETS A PARIER Ce guide va vous proposer deux manières de profiter des jeux «Prêts à Parier» disponibles sur le site Promoturf. Ces pronostics sont le résultat d une amélioration majeure

Plus en détail

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN

FICHE RESSOURCE N 3 GUIDE D ENTRETIEN Cette fiche vous propose une base de guide d entretien illustrée par des exemples pour comprendre le travail de salariés afin d effectuer l étape 2a : repérer des situations-problème. Avant d utiliser

Plus en détail

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS

RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS RÉSUMÉ DES OBSERVATIONS ET DES RECOMMANDATIONS Observation n o Observations Recommandations Chef de projet Plan d action Date d achèvement prévue 1. Gouvernance 1.1 1.2 1.3 1.4 Le Comité spécial des sous-

Plus en détail

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007

Expérimentation du logiciel de la ligne du temps. Cahier de l élève. Mai 2007 Expérimentation du logiciel de la ligne du temps (Version bêta) Cahier de l élève Je suis un élève du : 1 er cycle du primaire 2 e cycle du primaire 3 e cycle du primaire 1 er cycle du secondaire 2 e cycle

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII

PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE. École : Jean XXIII PROJET ÉDUCATIF PLAN DE RÉUSSITE École : Jean XXIII L école et son milieu Population de 1000 habitants; clientèle en 2012 2013 de 92 élèves; un indice de défavorisation de 9; un projet école aux couleurs

Plus en détail

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES

RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES RÈGLEMENT CONCERNANT L ÉTABLISSEMENT D UN SERVICE DE PROTECTION CONTRE LES INCENDIES ARTICLE 1 Le préambule fait partie intégrante du présent règlement. ARTICLE 2 Le service de protection contre les incendies

Plus en détail

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt

Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt 13 CHAPITRE 2 Les enfants malentendants ont besoin d aide très tôt Pendant les premières années de leur vie, tous les enfants, y compris les enfants malentendants, apprennent rapidement et facilement les

Plus en détail

Elsa Pelestor répond à nos questions

Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor répond à nos questions Elsa Pelestor est professeur(e) des écoles à l école Jean Moulin de Cavaillon. Elle est l auteur(e) de l article Premiers pas, premières questions paru dans le n 466

Plus en détail

Négocier avec son employeur

Négocier avec son employeur Thierry KRIEF Négocier avec son employeur Techniques de négociation commerciales appliquées au marché de l emploi, 2008 ISBN : 978-2-212-54138-0 Cas 1 Négocier un départ quand l entreprise veut vous garder

Plus en détail

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation

Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation Canevas d aide au montage et cahier des charges de votre action de formation FINALITÉS DE L ACTION (à établir avec le commanditaire) Quels sont les objectifs finals du commanditaire (ses finalités : économiques,

Plus en détail

Rapport de fin de séjour

Rapport de fin de séjour Hamard Inès Eté 2011 Stage à Reykjavik Islande Rapport de fin de séjour Bourse Explo RA Sup Stage de 10 semaines à Reykjavik, Islande, à l Université publique d Islande 23 mai 2011-29 juillet 2011 Table

Plus en détail

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS

VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS 23 VOTRE VISITE AUX SOINS INTENSIFS Comportement de votre parent ou ami et votre participation à ses soins Hôpital Maisonneuve-Rosemont Adresse postale 5415, boul. de l Assomption Montréal QC H1T 2M4 Téléphone:

Plus en détail