2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC"

Transcription

1 2.2. L évolution de la situation économique et financière dans la zone CEMAC Taux de croissance du PIB en volume (en pourcentage) (a) Cameroun 2,3 3,2 3,9 3,5 Centrafrique 3,0 4,3 3,6 2,0 Congo 7,1 7,0 2,5 5,2 Gabon 3,0 1,3 5,1 1,9 Guinée Équatoriale 8,9 5,3 23,2 16,8 Tchad 8,6 0,3 1,8 0,8 CEMAC 3,7 3,2 4,6 4,0 (a) chiffres provisoires Source : BEAC Quoiqu en retrait par rapport à 2007, la croissance économique dans la zone CEMAC est demeurée soutenue, s établissant à 4 % en Le PIB réel du secteur pétrolier (y compris l industrie gazière) et le secteur non pétrolier ont crû de manière parallèle de 4,1 % et 3,9 % respectivement. Ce léger ralentissement de l activité économique est intervenu dans un contexte marqué par une baisse ( 1,2 %) de la production de pétrole moins marquée qu en 2007 ( 4,4 %) et une forte amélioration des termes de l échange (+ 15,9 %), en raison de la hausse, en moyenne annuelle, du prix des matières premières, notamment du pétrole. Les résultats des pays de la CEMAC en matière de croissance restent fortement dépendants des évolutions de la production pétrolière et gazière, qui représente près de 45 % du PIB nominal de la zone. La Guinée Équatoriale (+ 16,8 %) et le Congo (+ 5,2 %) ont ainsi enregistré des taux de croissance soutenus, en liaison avec l augmentation de leur production de gaz ou de pétrole brut. À l inverse, le Gabon, dont la production de pétrole s est contractée de 2,5 %, a enregistré un faible taux de croissance (1,9 %). Les performances macroéconomiques du Cameroun, qui représente plus du tiers du PIB de la CEMAC, sont demeurées stables (+ 3,5 % après + 3,9 %), tandis que la Centrafrique enregistrait un ralentissement significatif de son taux de croissance (+ 2,0 % contre + 3,6 % en 2007). L économie tchadienne, confrontée à un environnement sécuritaire instable et à une baisse de sa production de pétrole, s est contractée de 0,8 % en 2008 après une croissance de 1,8 % l an passé. Les tensions inflationnistes se sont considérablement renforcées en 2008, reflétant la croissance des prix alimentaires et de l énergie. L indice des prix à la consommation a ainsi augmenté de 5,9 % en moyenne annuelle, après 1,8 % en Accords entre le FMI et les pays de la CEMAC au 30 juin 2009 (en millions de DTS) Type d accord Mise en place Expiration Montant approuvé Montant non décaissé Cameroun FRPC 24/10/ /01/ ,57 0 Cameroun FCE 02/06/ ,9 0 Centrafrique FRPC 22/12/ /06/ ,6 34,42 Congo FRPC 08/12/ /12/2011 9,72 7,31 Gabon Acc. confirmation 07/05/ /05/ ,2 77,2 Tchad FRPC 16/02/ /05/ ,2 21,0 Source : FMI BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc

2 S agissant des relations financières internationales, plusieurs pays de la sous-région ont recommencé à recourir aux facilités du FMI afin de faire face à la crise alimentaire, puis, fin 2008 et au cours du premier semestre 2009, pour faire face à la crise économique globale. Le Cameroun bénéficie ainsi d une FCE (facilité de protection contre les chocs exogènes) depuis juillet La FRPC (facilité pour la réduction de la pauvreté et la croissance) en faveur du Tchad a expiré en 2008 mais une requête pour un programme de référence (ISPE sans financement) est en cours d examen. Le Congo bénéficie aussi d une FRPC depuis décembre 2008 et le Gabon d un accord de confirmation depuis mai Le montant de la FRPC de la Centrafrique, approuvée en décembre 2006, a été augmenté en juin 2008 (DTS 8,4 millions), puis de nouveau en juin 2009 (DTS 25,1 millions) pour atteindre DTS 69,6 millions, soit 125 % du quota L'activité Comptes nationaux des pays de la CEMAC Agrégation des comptes nationaux des 6 pays de la CEMAC (en milliards de francs CFA courants) (a) RESSOURCES , , , ,7 PIB (au prix du marché) , , , ,5 Importations de biens et services 7 872, , , ,1 Biens 4 215, , , ,2 Services 3 656, , , ,9 EMPLOIS , , , ,7 Consommation finale , , , ,0 Publique 1 664, , , ,1 Privée , , , ,0 Formation brute de capital fixe (b) 5 842, , , ,4 Exportations de biens et services , , , ,2 Biens , , , ,6 Services 661,7 721,0 768,0 833,6 Épargne Intérieure Brute , , , ,5 Capacité (+) ou besoin (-) de financement 5 288, , , ,1 Revenus des facteurs 4 022, , , ,6 Épargne intérieure nette 7 108, , , ,9 Taux d'investissement (en %) (b) 24,1 26,8 29,5 28,8 Variation en pourcentage Taux de croissance du PIB en volume 3,7 3,2 4,6 4,0 Indice des prix à la consommation en moyenne annuelle 2,9 5,2 1,8 5,9 Indice des prix à la consommation en glissement annuel 3,2 3,2 3,0 7,5 (a) chiffres provisoires (b) y compris variations de stocks Source : BEAC S appuyant sur la hausse de la consommation, grâce à celle des revenus pétroliers, et sur une progression de l investissement, la croissance du PIB réel de la CEMAC s est établie à 4 %, contre 4,6 % en La croissance de la CEMAC a ainsi été principalement soutenue par le secteur non pétrolier, qui a contribué à hauteur de 3,2 points à l augmentation du PIB réel. L activité économique n a, en revanche, bénéficié que d une contribution modeste du secteur pétrolier (0,8 point). Si la production de pétrole brut est revenue de 52,2 millions de tonnes en 2007 à 51,6 millions de tonnes en 2008, soit un recul de 1,1 % en volume, le secteur des hydrocarbures a, toutefois, bénéficié d une forte augmentation de la production de gaz liquéfié en Guinée Equatoriale, et d une hausse de 24,4 % de ses prix moyens à l exportation (exprimés en francs CFA). Les volumes extraits ont sensiblement reculé au Gabon ( 2,5 %) et au Tchad 60 BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc 2008

3 ( 11 %) et sont restés stables au Cameroun. Ils ont fortement augmenté au Congo (+ 6,4 %), grâce à une meilleure valorisation des champs existants et la mise en exploitation de gisements nouveaux. Au total, la Guinée Équatoriale reste le premier producteur de la Zone franc, avec 17,4 millions de tonnes, devant le Gabon (11,8), le Congo (11,7), le Tchad (6,5) et le Cameroun (4,3). Le pétrole en zone CEMAC Production 2008 (en millions de tonnes) En pourcentage de la production africaine Part du PIB pétrolier dans le PIB 2008 Exportations pétrolières en % des exportations 2008 Recettes pétrolières en % des recettes budgétaires 2008 Guinée Équatoriale (1) 17,4 3,7 91,2 99,3 95,0 Gabon 11,8 2,4 50,3 76,4 65,5 Congo 11,7 2,6 60,9 93,5 86,5 Tchad 6,5 1,5 46,0 88,5 78,7 Cameroun 4,3 0,9 10,7 52,2 37,1 Total CEMAC 51,6 10,6 45,2 85,8 73,7 (1) compris méthanol et autres gaz Sources : BEAC, BP (BP Statistical Review of World Energy, juillet 2009) Le secteur primaire a contribué à la croissance à hauteur de 0,2 point, grâce à la bonne tenue des productions vivrières et maraîchères, notamment au Cameroun. L apport des cultures d exportation à la croissance est resté modeste en 2008, du fait d un nouveau recul des récoltes de coton ( 3,8 % après 15,4 % en 2007) et d une baisse de la production du café ( 11,1 %), partiellement compensés par la légère augmentation de la production de cacao (+ 1,8 %). Dans le secteur de la sylviculture, la forte baisse de la demande mondiale s est traduite par une chute significative de la production de grumes et de bois débités ( 11,6 %), dans l ensemble des pays de la sous-région, à l exception de la Centrafrique, dont la baisse de production a été plus tardive. L apport des industries minières (hors hydrocarbures) a été marginal en 2008, compte tenu de l évolution défavorable de la demande mondiale pour la plupart des matières premières, à l exception du manganèse. Le secteur secondaire est demeuré dynamique en 2008, son apport à la croissance s élevant à 2,2 points (contre 2,3 points en 2007), reflétant avant tout la forte croissance de la production de gaz liquéfié en Guinée Equatoriale. Les industries manufacturières ont soutenu la croissance à hauteur de 0,4 point, reflétant l importance des programmes d investissement mis en œuvre par les entreprises pour étendre leurs capacités de production, notamment dans le secteur pétrolier et agro-alimentaire. La contribution du secteur du bâtiment et des travaux publics (BTP) s est établie à 0,6 point, en liaison avec les travaux d aménagement et de réhabilitation des réseaux routiers et ferroviaires. Dans le secteur tertiaire, les bonnes performances enregistrées dans les activités commerciales, de transport et de télécommunication ont permis de soutenir la croissance à hauteur de 1,9 point. Ce secteur a tout particulièrement profité de la vigueur de la demande intérieure, comme l illustre la poursuite du développement de la téléphonie mobile. Le taux d investissement s est établi à 28,8 % du PIB en 2008, en léger retrait par rapport à 2007 (29,5 %), mais demeure à un niveau supérieur à celui des années précédentes, grâce essentiellement au dynamisme des investissements privés, en particulier dans les secteurs pétrolier (investissements d exploration et de développement), télécommunication et agro-alimentaire. BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc

4 L inflation Évolution des indices des prix à la consommation (en moyenne annuelle en pourcentage) (a) Cameroun 1,9 5,1 1,1 5,3 Centrafrique 2,9 6,6 1,0 9,3 Congo 2,5 4,7 2,5 5,3 Gabon 0,2 4,0 4,8 5,3 Guinée Équatoriale 5,0 5,0 5,5 6,0 Tchad 7,9 8,1 7,4 8,3 CEMAC en moyenne annuelle 2,9 5,2 1,8 5,9 CEMAC en glissement 3,2 3,2 3,0 7,5 Déflateur du PIB (variation annuelle) 20,0 8,5 0,5 13,0 (a) chiffres provisoires Source : BEAC Après une sensible atténuation de la progression des prix en 2007, les pays de la CEMAC ont connu une forte augmentation des tensions inflationnistes en L indice des prix à la consommation des ménages est ressorti en hausse de 5,9 % en moyenne annuelle, après 1,8 % en Cette remontée de l inflation, significativement supérieure à la norme communautaire fixée en matière de convergence (3 %), a concerné l ensemble des pays de la sous-région mais les tensions inflationnistes ont été particulièrement fortes dans les pays enclavés, comme le Tchad et la Centrafrique. Cette évolution reflète la forte croissance, d une part, des prix alimentaires, sous l effet d une pénurie mondiale de certaines denrées de base (blé, riz) et de goulots d étranglement sur les marchés locaux de denrées (coût du transport) et, d autre part, de ceux de l énergie, sous l effet d une répercussion progressive de la hausse des cours mondiaux du pétrole. Cette poussée inflationniste a toutefois été atténuée en fin d année par le mouvement de dépréciation du dollar vis-à-vis de l euro notamment, qui a modéré la croissance des prix importés au cours du deuxième semestre de Les finances publiques Dans un contexte marqué par une forte hausse des recettes pétrolières, les finances publiques des pays de la CEMAC se sont une nouvelle fois globalement améliorées. L excédent budgétaire base engagements, hors dons, a atteint 11,5 % du PIB, contre 8,2 % en Compte tenu de son instabilité politique, la Centrafrique continue toutefois de présenter une situation budgétaire tendue, avec un déficit base engagements, hors dons, de 4,8 % en 2008, contre 3 % en Les recettes totales, hors dons, ont progressé de 33,1 % par rapport à l exercice 2007, du fait de l augmentation des recettes pétrolières (+ 46,5 %) consécutive à la forte hausse des prix pétroliers pendant la première partie de l année. Les recettes pétrolières ont ainsi représenté près de 74 % des recettes budgétaires totales en 2008 (68 % en 2007). La hausse des recettes non pétrolières a été modérée (6 % en 2008), les allégements de la fiscalité indirecte sur les denrées alimentaires compensant partiellement les efforts entrepris par les autorités pour améliorer la mobilisation des ressources fiscales. Au total, le taux de pression fiscale s est établi à 32,9 % du PIB (29,1 % en 2007). Les dépenses budgétaires se sont inscrites en hausse de 20,7 %, en nette accélération par rapport à l exercice précédent (+ 14,4 %). Cette progression a été tirée par les dépenses courantes, qui ont augmenté de 13,8 %, en liaison, notamment, avec la hausse des salaires et traitements (+ 16,6 %). 62 BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc 2008

5 Tableau des opérations financières de la CEMAC Agrégation des TOFE des 6 pays de la CEMAC (en milliards de francs CFA courants) (a) RECETTES TOTALES 6 189, , , ,9 Recettes 6 030, , , ,0 Recettes non pétrolières 2 159, , , ,2 Recettes pétrolières 3 871, , , ,8 Dons extérieurs (dont annulations PPTE et IADM) 159, ,5 166,2 172,9 DÉPENSES TOTALES ET PRÊTS NETS 4 052, , , ,6 Dépenses courantes 2 850, , , ,6 Salaires 920,9 968, , ,0 Intérêts 436,8 450,7 293,9 332,2 Intérêts sur la dette intérieure 85,1 78,2 66,3 84,4 Intérêts sur la dette extérieure 351,7 372,5 227,7 247,8 Autres dépenses courantes 1 492, , , ,5 Dépenses en capital 1 182, , , ,5 Dépenses budgétaires 949, , , ,0 Dépenses financées sur emprunts extérieurs 233,2 240,6 267,4 256,5 Dépenses de restructuration 19,8 24,3 6,8 34,7 Prêts nets 0,0 5,0 17,8 11,7 SOLDE PRIMAIRE (hors dons) (1) 2 647, , , ,1 SOLDE BASE ENGAGEMENTS (dons compris) (2) 2 136, , , ,3 ARRIÉRÉS 207,9 302, , ,0 Arriérés intérieurs 144,4 299,3 230,9 312,0 Arriérés extérieurs 63,6 3, , ,0 SOLDE (base caisse) (3) 1 928, ,6 952, ,4 FINANCEMENT 1 928, ,6 952, ,4 Financement Intérieur 1 687, , , ,5 Bancaire 1 125, ,7 973, ,4 Non bancaire 561, , , ,0 Financement Extérieur 241, , ,6 175,1 Tirages sur emprunts 142,5 166,9 610,0 152,7 Amortissements sur emprunts dette extérieure 827, ,0 604, ,1 Réaménagement de la dette extérieure 443,4 424, , ,5 Divers 0,0 0,0 2,4 0,0 PIB nominal , , , ,5 En pourcentage du PIB Recettes totales (hors dons) 24,9 29,3 29,1 32,9 Dépenses courantes 11,8 12,4 12,8 12,4 Solde : budgétaire de base (4) 9,1 11,0 9,1 12,3 base engagements (dons compris) 8,8 19,0 8,8 12,0 base caisse 8,0 17,9 3,3 6,6 (a) chiffres provisoires (1) Solde primaire = recettes dépenses courantes (hors intérêts sur dette publique) dépenses en capital (hors celles financées sur ressources extérieures) dépenses de restructuration prêts nets (2) Solde (base engagements) = recettes totales (y c. dons) dépenses totales (3) Solde (base caisse) = Solde (base engagements) + arriérés (4) Solde budgétaire de base = Recettes totales (hors dons) Dépenses totales (hors investissements financés sur recettes extérieures) Source : BEAC BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc

6 Compte tenu de l importance des projets de réhabilitation des infrastructures dans certains pays, les dépenses en capital ont connu une forte accélération (+ 31,7 %), portant le taux d investissement public (hors financements sur ressources extérieures) à un niveau élevé de 8,2 % du PIB après 6 % du PIB en Le service de la dette, notamment extérieure, s est accru de 13 % en un an, après la forte décrue observée en 2007, suite aux réaménagements de dettes opérés cette année-là. Les dépenses de transferts et subventions ont également augmenté de 16,5 %, en raison de l augmentation des subventions intérieures directes ou indirectes aux prix de détail des produits pétroliers. L excédent du solde primaire s est établi à 13,3 % du PIB, après 10,2 % en Le solde budgétaire base engagements (dons compris) a atteint FCFA milliards. Au total, l amélioration de la situation financière de la majorité des États de la CEMAC a permis d accélérer l apurement des arriérés extérieurs. Ceux-ci ont été réduits de FCFA milliards au cours de l exercice, à la suite notamment de l opération de réaménagement de sa dette par le Congo vis-à-vis du Club de Londres. Le solde base caisse est ressorti en excédent, s établissant à FCFA 2 208,4 milliards. Cette évolution a permis aux États de poursuivre leur désendettement intérieur, à l égard tant du secteur non bancaire (à hauteur de FCFA milliards) que du secteur bancaire (à hauteur de FCFA milliards) La balance des paiements En 2008, le solde du compte courant est redevenu fortement excédentaire (+ 3,1 % du PIB, après un déficit de 0,7 % en 2007). Cette évolution reflète avant tout l amélioration de l excédent commercial (+ 23,6 %) alors que les soldes de la balance des services et des revenus ont continué à se détériorer. Les exportations pétrolières ont augmenté de 22,7 % en valeur, du fait de la forte progression (+ 24,4 %) des prix moyens à l exportation dont l effet a dominé celui de la baisse des volumes extraits ( 1,1 %). La forte progression des exportations de manganèse (+ 134 %) a globalement compensé la baisse des exportations des autres matières premières, en particulier du bois et du coton. De leur côté, les importations se sont accrues de 16,7 %, du fait principalement de la forte progression des importations de produits pétroliers raffinés. Le déficit de la balance des services s est aggravé, reflétant le dynamisme des télécommunications et la poursuite des programmes d investissements du secteur pétrolier en matière d exploration et de développement au Cameroun, au Congo et en Guinée Équatoriale. Les dépenses en matière de fret et d assurance (+ 12,4 %, à FCFA 1 316,3 milliards) et les prestations de services aux entreprises privées (+ 11,9 %, à FCFA milliards) ont ainsi été à l origine de l essentiel de l accroissement du déficit de la balance des services. L alourdissement du déficit de la balance des revenus (+ 16,9 %, à FCFA milliards) traduit la forte progression des versements aux compagnies pétrolières au titre des contrats d exploitation pétroliers. 64 BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc 2008

7 L excédent du compte de capital et d opérations financières s est légèrement contracté, revenant de FCFA 1 402,5 milliards en 2007 à FCFA 1 242,1 milliards en Cette évolution reflète une régression des investissements directs étrangers nets (FCFA milliards) après le niveau exceptionnellement élevé atteint en 2007 (FCFA milliards). Balance des paiements des pays de la CEMAC Agrégation non- consolidée des balances des paiements des 6 pays de la CEMAC (en milliards de francs CFA courants) (a) TRANSACTIONS COURANTES 1 438,0 891,5 188, ,9 Balance commerciale 8 283, , , ,4 Exportations FOB , , , ,6 Importations FOB 4 215, , , ,2 Balance des services 2 994, , , ,3 Balance des revenus 4 022, , , ,6 Balance des transferts courants 171,7 213,2 132,6 100,4 COMPTE DE CAPITAL ET D'OPÉRATIONS FINANCIÈRES 185,1 538, , ,1 Compte de capital (b) 125, ,1 139,0 252,1 Publics (nets) 81, ,5 94,1 206,7 Privés (nets) 44,1 44,5 45,0 45,4 Comptes financiers (b) 310, , ,5 990,0 Investissements directs (nets) 929, , , ,5 Dont secteur pétrolier 248,2 735,3 929, ,6 Investissements de portefeuille (nets) 0,2 71,8 38,0 4,3 Autres investissements (nets) 1 239, ,9 720,0 542,1 ERREURS ET OMISSIONS 230,7 135,9 410,3 192,4 SOLDE GLOBAL 1 022, ,0 804, ,6 FINANCEMENT 1 022, ,0 804, ,6 Variations des réserves officielles (baisse : +) 1 402, ,7 769, ,1 Financements exceptionnels 379,8 421,7 34,6 127,6 Variation des arriérés extérieurs (baisse : ) 63,3-3, , ,0 Rééchelonnements et annulations de dettes 443,4 424, , ,5 Exportations/Importations (%) (a) chiffres provisoires (b) Le compte de capital (entrées de capitaux) et d opérations financières (amortissements de la dette) enregistre, en cohérence avec les traitements adoptés par le FMI, les annulations de dettes réalisées au titre des initiatives PPTE et IADM. Pour le détail des réaménagements, on pourra se reporter aux rapports annuels 2006 et Source : BEAC Au total, l excédent global de la balance des paiements a atteint FCFA 2 084,6 milliards en 2008, en augmentation de 159 % par rapport à Ces ressources ont permis d augmenter les réserves officielles à hauteur de FCFA milliards. BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc

8 La dette extérieure Dette extérieure des pays de la CEMAC (hors Guinée Équatoriale) (encours en millions de dollars) DETTE À COURT ET LONG TERME , , , ,3 Dette à long terme , , , ,7 Dette publique garantie , , , ,7 Dette privée non garantie 632,0 592,0 489,0 636,0 Recours aux crédits FMI 603,1 481,9 211,1 183,4 Dette à court terme 2 046, , , ,2 dont arriérés d'intérêts sur dette à long terme 1 267, , , ,2 Pour mémoire Arriérés sur principal de dette à long terme 3 260, , , ,4 Indicateurs de dette (en pourcentage) Dette totale / exportations biens et services 172,6 109,9 78,7 75,2 Dette totale / PIB 74,2 50,7 37,8 34,5 Service de la dette/ exportations biens et services 8,0 6,1 4,0 3.8 Service de la dette / recettes budgétaires Dette multilatérale / dette totale 182,1 187,1 179,0 181,7 Sources : Banque mondiale et BEAC L encours de la dette extérieure des pays de la CEMAC (hors Guinée Équatoriale) s est stabilisé à fin 2007 pour s établir à USD 16,8 milliards, soit 34,5 % du PIB (37,8 % en 2006). Cette évolution traduit, pour l essentiel, les réaménagements de dette obtenus en 2007 par le Congo dans le cadre des initiatives PPTE et IADM. La diminution de l endettement extérieur des pays de la CEMAC a été ainsi significative en 2007 et 2008 à la suite en particulier du réaménagement de la dette du Congo et de l opération de remboursement anticipé de la dette du Gabon effectuée fin 2007-début Le stock de dette extérieure rapporté au PIB se réduirait ainsi de l ordre de 5 points de PIB à fin 2008, selon les estimations de la BEAC L intégration régionale Instituée par le Traité du 16 mars 1994, la CEMAC a pour vocation de compléter la coopération monétaire existante par la constitution d un espace économique unifié, fondé sur l harmonisation graduelle des politiques économiques et de l environnement juridique. Lors du sommet de N Djamena d avril 2007, les Chefs d État se sont prononcés en faveur de réformes destinées à refonder les institutions régionales. Une Commission a remplacé le Secrétariat Exécutif, composée d un commissaire par État membre et dirigée par un Président assisté d un Vice-Président, tous deux désignés par la Conférence des Chefs d État. Un Comité de Politique Monétaire a par ailleurs été institué. Il est désormais l organe de décision de la BEAC en matière de politique monétaire et de gestion des réserves de change. Il s est réuni pour la première fois en janvier Cf BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc 2008

9 La surveillance multilatérale des politiques macroéconomiques est assurée par la Commission de la CEMAC. La Directive du 3 août 2001 a fixé quatre critères et indicateurs macroéconomiques de convergence : le solde budgétaire de base rapporté au PIB doit être supérieur ou égal à zéro ; la dette publique rapportée au PIB ne doit pas excéder 70 % ; de nouveaux arriérés, tant intérieurs qu extérieurs, ne doivent pas être accumulés ; le taux d inflation, en moyenne annuelle, ne doit pas excéder 3 %. Le respect de ces critères, à l exception de celui relatif au taux d inflation, qui est d application immédiate, devait être obtenu à l horizon du 31 décembre Cette échéance n a toutefois pas été respectée et devra donc être reportée. Par ailleurs, chaque État doit transmettre à la Commission de la CEMAC, au plus tard le 31 juillet de chaque année, un programme triennal de convergence, qui doit conduire par étape au respect des critères de surveillance. Toutefois, seuls les programmes du Cameroun et du Gabon ont été transmis. L examen de la situation de la convergence, au 31 décembre 2008, met en relief une dégradation en matière de respect des critères de surveillance multilatérale par les pays membres : aucun pays ne respecte les quatre critères et aucun ne respecte le critère d inflation alors qu un seul État membre, le Cameroun, remplissait les quatre conditions l année précédente. À l exception du Congo, aucun pays de la CEMAC n enregistre une amélioration de ses performances en matière de convergence en Position indicative 2 des États par rapport aux critères de la surveillance multilatérale (Résultats au 31 décembre 2008) Critères de surveillance Cameroun RCA Congo Gabon Guinée Équatoriale Tchad Taux d inflation annuel moyen Solde budg. de base positif ou nul Variation arriérés Dette publique totale sur PIB nominal Nombre de critères respectés 4 / 4 3 / 4 2 / 4 1 / 4 2 / 4 3 / 4 3 / 4 3 / 4 3 / 4 3 / 4 3 / 4 3 / 4 + = respecté ; = non respecté Source : Secrétariat Exécutif de la CEMAC, avril 2009 Dans le domaine de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme, le dispositif mis en place dans la sous-région est animé par le groupe anti-blanchiment d Afrique centrale (GABAC), institué en 2001 et opérationnel depuis début Si les États de la CEMAC ont tous désormais formellement établi des Agences nationales d investigation financière (ANIF), deux d entre elles seulement (au Cameroun et au Gabon) sont, pour l instant, réellement opérationnelles. 2 Etablie sur la base de chiffres provisoires susceptibles de modifications. BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc

10 Les perspectives pour 2009 D après les prévisions de la BEAC, la situation macroéconomique des pays de la CEMAC en 2009 devrait être affectée par les effets du ralentissement global de l activité économique. Le taux de croissance du PIB, en termes réels, reviendrait à 2,1 %, après 4 % en Ces projections se fondent sur une stabilisation du secteur pétrolier, dont le PIB réel cesserait de progresser (contre + 4,1 % en 2008), ce qui se traduirait par une contribution nulle à la croissance globale (contre 0,8 point en 2008). Le recul de la production pétrolière ( 1,9 %) serait en effet compensé par une nouvelle hausse de la production de méthanol (+ 86,4 %). La croissance du secteur non pétrolier, ramenée à 2,6 %, serait la plus faible depuis 1999, sa contribution à la croissance revenant à 2,1 points en 2009, contre 4 points en En ce qui concerne l évolution des prix, les tensions inflationnistes devraient s atténuer en 2009, compte tenu de la baisse des prix alimentaires et de la transmission graduelle sur les marchés intérieurs de la baisse des prix de l énergie intervenue sur les marchés mondiaux. L indice des prix à la consommation progresserait ainsi de 4,0 % en moyenne annuelle, après 5,9 % en BANQUE DE FRANCE Rapport Zone franc 2008

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015)

REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) REUNION DES MINISTRES DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DES PAYS DE LA ZONE FRANC (PARIS, LE 02 OCTOBRE 2015) CONJONCTURE ECONOMIQUE, FINANCIERE ET MONETAIRE DES ETATS MEMBRES DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET

Plus en détail

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC

Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010. Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC Institut National de la Statistique - Annuaire Statistique du Cameroun 2010 Chapitre 26 : LE CAMEROUN DANS LA ZONE CEMAC 1. Présentation... 328 2. Méthodologie... 328 3. Définitions... 328 4. Sources de

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES

II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES 1 II.4. FINANCES ET DETTE PUBLIQUES II.4.1. FINANCES PUBLIQUES Les opérations financières du Trésor se sont clôturées sur un déficit budgétaire (base droits constatés) plus lourd, passant de 19.477,7 à

Plus en détail

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013)

REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) REPUBLIQUE GABONAISE UNION-TRAVAIL-JUSTICE ANNEXE SUR LA STRATEGIE D ENDETTEMENT DE L ETAT (2011-2013) ACCOMPAGNANT LE PROJET DE LOI DE FINANCES DE L ANNEE 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION... 1 I. LA SITUATION

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie

Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Malgré des échanges peu dynamiques, le déficit commercial se réduit grâce à la baisse des importations d énergie Au premier semestre, les importations diminuent (-1,2%), tandis que les exportations sont

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

L EVOLUTION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DANS LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC

L EVOLUTION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DANS LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC 2 L EVOLUTION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DANS LES PAYS AFRICAINS DE LA ZONE FRANC Taux de croissance du PIB en volume de 1995 à 2008 (en moyenne annuelle) 46 BANQUE DE France Rapport Zone franc 2008 2.1.

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014

Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique 1 er semestre 2014 Septembre 2014 Sommaire I. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 GUINEE BISSAU Freetown, juillet 2008 2 La situation économique

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA BCE Encadré PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES POUR LA ZONE EURO ÉTABLIES PAR LES SERVICES DE LA Sur la base des informations disponibles au 23 août 2013, les services de la ont réalisé des projections concernant

Plus en détail

Principaux Indicateurs Conjoncturels

Principaux Indicateurs Conjoncturels BANQUE CENTRALE DE TUNISIE Direction Générale des Statistiques Principaux Indicateurs Conjoncturels 21 Mars 2015 2 FICHES : Fiche n 1 : Secteur réel Fiche n 2 : Evolution des principaux soldes de la balance

Plus en détail

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

SITUATION DU SYSTEME BANCAIRE ET EVOLUTION DU DISPOSITIF DE SUPERVISION DANS LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Secrétariat Général Boîte Postale 1917 - Yaoundé République du Cameroun TELEX BANETAC 8343 KN Tél. (237) 223.40.30 (237) 223.40.60 Fax. (237) 223.82.16 12ème ASSEMBLEE

Plus en détail

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change

INDICATEURS DE CONJONCTURE. Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change BANQUE DE LA REPUBLIQUE DU BURUNDI SERVICE DES ETUDES INDICATEURS DE CONJONCTURE Production, Finances Publiques, Monnaie et crédit, Commerce Extérieur, Indice des Prix Taux de change OCTOBRE 2013 I. INTRODUCTION

Plus en détail

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009

Les Comptes Nationaux 2008 et estimation 2009 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Point de conjoncture

Point de conjoncture Point de conjoncture Mars 2013 COMMENTAIRE DE LA CGPME Le 22 février dernier, la Commission européenne a rendu son verdict. Dans ses prévisions d hiver, elle estime à 0,1 % la croissance française pour

Plus en détail

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013

Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Alger, le 26 décembre 2013 Tendances monétaires et financières au cours des neuf premiers mois de 2013 Introduction L objet de cette note est d analyser les principales tendances financières et monétaires

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement QUÉBEC : 2013 2018 De façon générale, l investissement dans le secteur de la construction au Québec demeurera stable au cours des prochaines

Plus en détail

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB

FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB FMI - Institut pour le Développement des Capacités / AFRITAC de l Ouest / COFEB Cours régional sur la Gestion macroéconomique et les questions de dette (OT 13.33) Dakar, Sénégal du 4 au 15 novembre 2013

Plus en détail

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette

Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu de la balance des paiements et de la position extérieure nette Communication Case postale, CH-8022 Zurich Téléphone +41 44 631 31 11 communications@snb.ch Zurich, le 22 septembre 2014 Balance suisse des paiements et position extérieure au deuxième trimestre 2014 Aperçu

Plus en détail

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo

FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE. Présenté par. W. L. Manungo FAIRE FACE AUX CHOCS DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES À L EXPORTATION : L EXPÉRIENCE DU ZIMBABWE Présenté par W. L. Manungo Secrétaire pour les finances, Zimbabwe Plan de la présentation Introduction Structure

Plus en détail

TD n 1 : la Balance des Paiements

TD n 1 : la Balance des Paiements TD n 1 : la Balance des Paiements 1 - Principes d enregistrement L objet de la Balance des Paiements est de comptabiliser les différentes transactions entre résidents et non-résidents au cours d une année.

Plus en détail

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale.

change poursuivie par la Banque d'algérie continue de bien servir l'économie nationale. CONCLUSION CONCLUSION L'Algérie a renforcé, d'une manière soutenue, la stabilité macroéconomique au cours des années 2000 à 2005, tout en réalisant une performance économique robuste. La croissance forte

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES

REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010

Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne. FMI Département Afrique Mai 2010 Perspectives économiques régionales Afrique subsaharienne FMI Département Afrique Mai 21 Introduction Avant la crise financière mondiale Vint la grande récession La riposte politique pendant le ralentissement

Plus en détail

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN

PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN AGENCE MONETAIRE DE L AFRIQUE DE L OUEST (AMAO) PROGRAMME DE COOPERATION MONETAIRE DE LA CEDEAO RAPPORT SUR LA CONVERGENCE MACROECONOMIQUE 2007 - BENIN Freetown, juillet 2008 2 L année 2007 avait été placée

Plus en détail

MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L

MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L MINISTERE DE L ECONOMIE REPUBLIQUE TOGOLAISE DES FINANCES ET DES Travail-Liberté-Patrie PRIVATISATIONS -------------- -------------- DIRECTION DE L ECONOMIE -------------- DIVISION PREVISION ----------------

Plus en détail

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT

Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT Chapitre 23 : MONNAIE ET CREDIT 1. Présentation... 2. Methodologie... 3. Sources de documentation... 4. graphique... 5. Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 23. 1: Créance du système monétaire sur

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du premier semestre 2014 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement

Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement Rapport préliminaire sur les tendances en matière d investissement ONTARIO : 215-224 L investissement dans le secteur de la construction de l Ontario croîtra à moyen terme, parallèlement à de nombreux

Plus en détail

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC

FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC FINANCEMENT DU DEFICIT BUDGETAIRE AU MAROC Rabat, 19 octobre 21 M. Ahmed HAJOUB Adjoint au Directeur du Trésor et des Finances Extérieures chargé du pôle macroéconomie I- Consolidation budgétaire: expérience

Plus en détail

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE

DIRECTION DE LA DETTE PUBLIQUE REPUBLIQUE DU SENEGAL ------------------------------------- Un Peuple-Un But-Une Foi ------------------------------------- MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN -------------------------------------

Plus en détail

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé

Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé Simulation d impact de l augmentation des salaires du personnel de l administration publique et du SMIG et du SMAG dans le secteur privé L augmentation des salaires du personnel de l administration publique

Plus en détail

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002

Études. Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2002 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en La production de crédits nouveaux à l habitat, en croissance quasi continue depuis 1996 1, a atteint un niveau historiquement élevé en, avec des taux de

Plus en détail

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES

ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES ANNEXE : TABLEAUX STATISTIQUES SOMMAIRE TABLEAU 1 : Origine et emploi des ressources aux prix courants..p.188 TABLEAU 2 TABLEAU 3 TABLEAU 4 TABLEAU 5 : Répartition sectorielle du PIB aux prix courants...p.189

Plus en détail

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE

RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE La Commission UEMOA RAPPORT SEMESTRIEL D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE Juillet 2002 S O M M A I R E INTITULES PAGES INTRODUCTION 05 1. ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Tendances récentes en matière de finances publiques

Tendances récentes en matière de finances publiques Tendances récentes en matière de finances publiques Sanjeev Gupta Directeur adjoint Département des finances publiques Forum fiscal africain 9 et 1 novembre 211 Le Cap 1 Les volants budgétaires se sont

Plus en détail

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010

ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS. janvier 2010 ÉCONOMIE LA REMONTÉE DE L INFLATION RALENTIT LA PROGRESSION DES REVENUS RÉELS janvier 21 PRIX À LA CONSOMMATION Évolutions sectorielles 2 variation sur 12 mois en % 7 15 1 5 Énergie (7,3 % du total) 6

Plus en détail

Le FMI et son rôle en Afrique

Le FMI et son rôle en Afrique Le FMI et son rôle en Afrique M a r k P l a n t, V a l e r i a F i c h e r a, N o r b e r t F u n k e D a k a r, l e 3 n o v e m b r e 2 0 1 0 Sommaire Comment fonctionne le FMI? Comment l Afrique a-t-elle

Plus en détail

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015

Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 Septembre 2015 Tendances financières et monétaires au premier semestre 2015 L objet de cette revue est de présenter les principaux éléments qui caractérisent l évolution de la situation de la position

Plus en détail

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux

6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux 6.0 Situation budgétaire et dépenses de santé des gouvernements provinciaux et territoriaux Points saillants du chapitre Les dépenses totales des régimes consacrées à la santé demeurent stables en moyenne

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 02 08 juin 2016 Encours* Variations depuis 03/06/16 03/06/15 31/12/15 27/05/16 Reserves Internationales Nettes (RIN) 243,6 25,4% 8,5% 0,1% * En milliards de dirhams

Plus en détail

CENTRAFRIQUE. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux

CENTRAFRIQUE. Caractéristiques géographiques et humaines. Économie (2010) Indicateurs de développement. Accords internationaux CENTRAFRIQUE Caractéristiques géographiques et humaines Superficie : 622 984 km 2 Population : 4,4 millions d habitants. Densité : 7 habitants/km 2. Part de la population urbaine : 38,7 %. Taux de croissance

Plus en détail

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc

Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Le FMI conclut les consultations de 2009 au titre de l article IV avec le Maroc Note d information au public (NIP) n 10/19 (F) 16 février 2010 Les notes d'information au public (NIP) s inscrivent dans

Plus en détail

Avertissement. Signes conventionnels utilisés

Avertissement. Signes conventionnels utilisés Avertissement Sauf mention contraire, les données «France» concernent la France métropolitaine et les Départements d outre-mer hors Mayotte. Les sites internet www.insee.fr et http://epp.eurostat.ec.europa.eu

Plus en détail

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC

COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CEMAC RAPPORT INTERIMAIRE D EXECUTION DE LA SURVEILLANCE MULTILATERALE POUR L ANNEE 2005 ET PERSPECTIVES POUR 2006 Novembre 2005 TABLE DES MATIERES

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE

ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 1 ANNEXE VII EFFETS MACROECONOMIQUES DE LA REFORME PIECE JOINTE N 2 SIMULATIONS REALISEES A PARTIR DU MODELE MACROECONOMETRIQUE MESANGE ANNEXE VII, PJ n 2, page 2 Les simulations

Plus en détail

EDITION DE DECEMBRE 2015

EDITION DE DECEMBRE 2015 REPUBLIQUE DU BENIN Fraternité Justice Travail @@@@@ MINISTERE DE L'ECONOMIE, DES FINANCES ET DES PROGRAMMES DE DENATIONALISATION @@@@@ DIRECTION GENERALE DES AFFAIRES ECONOMIQUES @@@@@ DIRECTION DE LA

Plus en détail

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord

Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Perspectives économiques régionales du Moyen-Orient et de l Afrique du Nord Mise à jour - Janvier 2015 Giorgia Albertin Représentante Résidente pour la Tunisie Fonds Monétaire International Plan de l exposé

Plus en détail

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES

DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES DIRECTION DE LA PREVISION ET DES ETUDES ECONOMIQUES SITUATION ECONOMIQUE ET FINANCIERE EN 2007 ET PERSPECTIVES EN 2008 juin 2008 Publication

Plus en détail

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS

PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS PLR 2013 - EXTRAIT DU RAP DE LA MISSION : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS Version du 20/05/2014 à 21:08:58 PROGRAMME 852 : PRÊTS À DES ÉTATS ÉTRANGERS POUR CONSOLIDATION DE DETTES ENVERS LA FRANCE MINISTRE

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE

DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ PUBLIQUE Ministère auprès du Premier Ministre, Chargé de l Economie et des Finances République de Côte d Ivoire ---------------------------- Union - Discipline - Travail DIRECTION GÉNÉRALE DU TRÉSOR ET DE LA COMPTABILITÉ

Plus en détail

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi

République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi République du Sénégal Un Peuple-Un But-Une foi N MEF/DPEE/DSC MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES Dakar, mars 2015 DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES DIRECTION DE

Plus en détail

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro

FRANCE. France. La croissance devrait se redresser avec l amélioration des perspectives dans la zone euro Glissement annuel en % 4 France Zone euro FRANCE La croissance économique devrait gagner en vigueur en 215 et 216. La baisse des prix de l énergie, l amélioration des conditions financières, le ralentissement de l assainissement budgétaire, le

Plus en détail

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE

PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE PROJECTIONS MACROÉCONOMIQUES FRANCE Juin 5 Selon les projections macroéconomiques pour la France effectuées dans le cadre de l Eurosystème, après trois années de croissance atone, le PIB croîtrait en moyenne

Plus en détail

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques

ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques ENTRAINEMENT A L EXAMEN 1/Les déséquilibres des finances publiques NOTE SUR LES DESEQUILIBRES DES FINANCES PUBLIQUES 1. Les facteurs d aggravation de la dette La dette publique en France s est fortement

Plus en détail

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014

RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 RAPPORT FINANCIER DE L EXERCICE 2014 1. LES CREDITS VOTES EN 2014 L équilibre général du budget primitif 2014 s est établi à 3 822,6 M, dont 2 790,9 M au titre de la section de fonctionnement et 1 031,7

Plus en détail

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF.

Au 31 décembre 2010, le total du bilan de la Banque s est accru de 30.093,6 MBIF, soit 3,7 p.c., passant de 805.508,9 à 835.602,5 MBIF. II. COMPTES La Banque présente, ses états financiers selon les Normes Internationales d Information Financière (IFRS) conformément aux exigences de la loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant statuts de la

Plus en détail

SOMMAIRE L ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL. 1 PREMIERE PARTIE L EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE

SOMMAIRE L ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL. 1 PREMIERE PARTIE L EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE SOMMAIRE L ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL. 1 PREMIERE PARTIE L EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE CHAPITRE I : LE SECTEUR REEL 1.1-LE PRODUIT INTERIEUR BRUT 3 1.1.1-LES ORIGINES DU PIB.... 4 1.1.2-LES

Plus en détail

INDICATEURS HEBDOMADAIRES

INDICATEURS HEBDOMADAIRES INDICATEURS HEBDOMADAIRES Semaine du 25 au 31 embre 214 RESERVES INTERNATIONALES NETTES Evolution en milliards de dirhams et en mois d importations de biens et services En MMDH En % Réserves Internationales

Plus en détail

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015

CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 REPUBLIQUE DE COTE D IVOIRE Union Discipline Travail CADRAGE DU PROGRAMME D INVESTISSEMENTS PUBLICS 2013 2015 Avec l appui de l ensemble de ses partenaires au développement, notamment www.gcpnd.gouv.ci

Plus en détail

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX

ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX INTERNATIONAUX 1 ANALYSES DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2011 COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS ACCORDS MONÉTAIRES INTERNATIONAUX MAI 2012 INTERNATIONAUX 3 Compte de

Plus en détail

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités

Simulations de l impact de politiques. économiques sur la pauvreté et les inégalités Simulations de l impact de politiques économiques sur la pauvreté et les inégalités L analyse de l évolution des conditions de vie et des comportements des classes moyennes, à la lumière de l observation

Plus en détail

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE

ORGANISEE CONJOINTEMENT PAR L INSTITUT INTERNATIONAL DE FINANCE ET LA BANQUE D ALGERIE 18 MARS 2008 INTERVENTION DE MONSIEUR MOHAMMED LAKSACI GOUVERNEUR DE LA BANQUE D ALGERIE A LA CONFERENCE REGIONALE SUR LA GLOBALISATION ET LES DEFIS ET OPPORTUNITES AUXQUELS FONT FACE LES INSTITUTIONS

Plus en détail

Cadre budgétaire et fiscal

Cadre budgétaire et fiscal Cadre budgétaire et fiscal Séminaire sur la gestion du risque social Paris, 30 juin 2003 Brian Ngo Politique fiscale : une vue d ensemble Utilise la puissance des impôts (T), des dépenses (G) et des emprunts

Plus en détail

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis

Le compte administratif 2012 de la Région Alsace. Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis 24 juin 2013 Avis Le compte administratif 2012 de la Région Alsace Avis du 24 juin 2013 Vu la Loi n 82-213 du 2 mars 1982 relative aux droits et libertés

Plus en détail

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA

FinAfrique Research. Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA FinAfrique Research Performances bancaires dans les zones CEMAC & UEMOA Octobre 2015 Dans ce document nous comparons la performance du secteur bancaire des zones CEMAC et UEMOA depuis 2006. Si la pénétration

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998

LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 LES CREDITS AU LOGEMENT CONSENTIS AUX MENAGES AU PREMIER SEMESTRE 1998 Les crédits de ce type mis en force au cours du premier semestre 1998 ont atteint 154,1 milliards de francs (données brutes non corrigées

Plus en détail

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements

La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements La comptabilité nationale en économie ouverte (rappels) et la balance des paiements Identité fondamentale: Y= C + I + G + EX - IM Y: PIB (Produit Intérieur Brut) C: Consommation I: Investissement G: Dépenses

Plus en détail

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques

Banque Centrale de Mauritanie. Direction Générale des Études. Direction des Études et des Recherches Économiques Banque Centrale de Mauritanie Direction Générale des Études Direction des Études et des Recherches Économiques Note de Conjoncture Économique Novembre 2013 Janvier 2014 1 Sommaire 1. Secteur réel... 3

Plus en détail

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire

Réunions publiques janvier 2013. Présentation du Débat d Orientation Budgétaire Réunions publiques janvier 2013 Présentation du Débat d Orientation Budgétaire 7 février 2011 LE CONTEXTE Une économie mondiale très ralentie En zone Euro : des incertitudes autour de la crise de la dette

Plus en détail

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC

Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Point de conjoncture économique et prévisions macroéconomiques du second semestre 2013 en zone CEMAC Commission de la CEMAC Département des Politiques Economique, Monétaire et Financière Direction des

Plus en détail

Point mensuel de conjoncture

Point mensuel de conjoncture 28/09/2015 Point mensuel de conjoncture REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple - Un But Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE DES FINANCES ET DU PLAN DIRECTION GENERALE DE LA PLANIFICATION ET DES POLITIQUES ECONOMIQUES

Plus en détail

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne

Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013. Résultats du groupe Caisse des Dépôts. Résultat du fonds d épargne Paris, le 3 avril 2014 COMMUNIQUÉ DE PRESSE Résultats du groupe Caisse des Dépôts en 2013 Résultats du groupe Caisse des Dépôts Résultat net part du Groupe... 2,137 Md Résultat récurrent... 1,35 Md Résultat

Plus en détail

REPUBLIQUE DU SENEGAL

REPUBLIQUE DU SENEGAL REPUBLIQUE DU SENEGAL **************************************** Un Peuple-Un But-Une Foi MINISTERE DE L ECONOMIE ET DES FINANCES ******************************* COMITE NATIONAL DE DETTE PUBLIQUE RAPPORT

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES, GESTION 2016 RAPPORT ECONOMIQUE ET FINANCIER

PROJET DE LOI DE FINANCES, GESTION 2016 RAPPORT ECONOMIQUE ET FINANCIER PROJET DE LOI DE FINANCES, GESTION 2016 RAPPORT ECONOMIQUE ET FINANCIER Octobre 2015 Sommaire LISTE DES TABLEAUX... 3 LISTE DES GRAPHIQUES... 3 INTRODUCTION... 7 CHAPITRE 1 : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL...

Plus en détail

L actualité en 12 graphiques

L actualité en 12 graphiques Point de conjoncture de la Région Ile-de-France L actualité en 12 graphiques Unité La croissance de la zone euro devrait accélérer progressivement en 2015 et s affermir en 2016 sous l effet de la baisse

Plus en détail

I. ACTIVITES. 1. Administration

I. ACTIVITES. 1. Administration I. ACTIVITES 1. Administration Au cours de l année 2010, les organes de la Banque ont continué d exercer leurs missions conformément à la Loi n 1/34 du 2 décembre 2008 portant Statuts de la Banque de la

Plus en détail

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC

ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC BDF-DGEI-COMOZOF CONFIDENTIEL Le 7 septembre z- / J. Legrand C. Courtin ÉVOLUTION DES COURS DES MATIÈRES PREMIÈRES ÉCHANGÉES PAR LES PAYS DE LA ZONE FRANC En, le ralentissement économique observé dans

Plus en détail

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL

MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL MALI RAPPORT ECONOMIQUE BI-ANNUEL Janvier 2013 CGIAR Climate AFTP4 Région Afrique Banque mondiale Sommaire Préambule... 3 RESUME... 4 1. Contexte politique... 5 2. Situation économique en 2012... 5 Croissance...

Plus en détail

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000

Banque de la République d Haïti. Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Banque de la République d Haïti Bulletin Statistique 36 Juillet - Septembre 2000 Table des matières Avertissement...5 I- Statistiques monétaires et financières Tableau 1.1 Principaux indicateurs monétaires...10

Plus en détail

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE

RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE 101 RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE Mai 2012 Bank of Algeria RAPPORT 2011 EVOLUTION ECONOMIQUE ET MONETAIRE EN ALGERIE SOMMAIRE INTRODUCTION... p.4 CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT

Plus en détail

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la

Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la Alger, le 11 Juin 2015 Stabilité macroéconomique et financement bancaire de la croissance 1. Stabilité macroéconomique et financière Contrairement aux années 1990 marquées par l ajustement structurel (1991

Plus en détail

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016

COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 COMMUNE DE LACANAU RAPPORT D ORIENTATIONS BUDGETAIRES POUR 2016 1. Eléments de contexte A. Un contexte économique en légère reprise L année 2016 est marquée par une légère reprise de la croissance. Le

Plus en détail

REGLEMENT N 07/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DES MODALITES DE CALCUL DU SOLDE BUDGETAIRE DE BASE CORRIGE DES RESSOURCES PPTE ET DES DONS BUDGETAIRES

REGLEMENT N 07/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DES MODALITES DE CALCUL DU SOLDE BUDGETAIRE DE BASE CORRIGE DES RESSOURCES PPTE ET DES DONS BUDGETAIRES UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ------------------------- LE CONSEIL DES MINISTRES REGLEMENT N 07/2006/CM/UEMOA PORTANT ADOPTION DES MODALITES DE CALCUL DU SOLDE BUDGETAIRE DE BASE CORRIGE

Plus en détail

Chapitre 22 : FINANCES PUBLIQUES

Chapitre 22 : FINANCES PUBLIQUES Chapitre 22 : FINANCES PUBLIQUES 1. Présentation... 2. Méthodologie... 3. Sources de documentation... 4. Graphique... 5. Tableaux... LISTE DES GRAPHIQUES Graphique 22. 1: Evolutions comparees des recettes

Plus en détail

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire

Bulletin du FMI. La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI AFRIQUE DE L OUEST La reprise de l Afrique de l Ouest menacée par la crise en Côte d Ivoire Bulletin du FMI en ligne 17 mars 2011 Marché à Monrovia (Libéria) : la crise qui persiste en

Plus en détail

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003

Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 2003 Les crédits immobiliers consentis aux ménages en 23 Avec près de 96 milliards d euros de crédits nouveaux à l habitat distribués, l année 23 marque une nouvelle étape dans le cycle de hausse débuté en

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001

Études. Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 Les résultats des établissements de crédit en 2000 et au premier semestre 2001 La rentabilité des établissements de crédit français a continué de progresser en 2000 et, malgré un infléchissement, s est

Plus en détail