mensuel d informations économiques et sociales Quel avenir pour le dollar? DAMIEN HEURTEVENT

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "mensuel d informations économiques et sociales Quel avenir pour le dollar? DAMIEN HEURTEVENT"

Transcription

1 mensuel d informations économiques et sociales 258ISSN MAI 2011 Quel avenir pour le dollar? DAMIEN HEURTEVENT Dans un contexte de remise en cause du modèle économique américain et de l hégémonie politique des États-Unis, le dollar est de plus en plus contesté dans son rôle de pivot du système monétaire international. Cette contestation n est pas inédite et le dollar comme les États- Unis ont montré, par le passé, une étonnante capacité à rebondir. Toutefois, les raisons de ces contestations ont aujourd hui une dimension structurelle alors que l émergence des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) devrait provoquer un véritable basculement du monde. Si à moyen terme, aucune monnaie, pas même l euro, ne semble pouvoir remplacer le dollar dans son statut de monnaie internationale hégémonique, on ne peut écarter un scénario de fragmentation de l espace monétaire mondial, rendant plus que jamais nécessaire un haut degré de coopération monétaire internationale. La crise, née au cœur même du système financier américain, a ravivé les tensions monétaires internationales. La politique américaine fait figure d accusée et le dollar est de plus en plus contesté dans son rôle de pivot du système monétaire international (SMI). Dans un essai marqué de mars 2009, que populaire de Chine, soulignait les inconvénients d un système fondé sur une monnaie nationale et proposait de substituer au dollar un DTS élargi sous le contrôle du FMI. Trois mois plus tard, le communiqué final du premier sommet des BRIC organisé à Ekaterinbourg lancait un appel en faveur d «un système de devises stable, prévisible et plus diversifié». Au troisième sommet organisé en avril 2011, les BRIC (avec l Afrique du Sud) ont prolongé cette critique par une ébauche de coopération monétaire. Dans une ambiance de guerre des changes de plus en plus ouverte, la France a, de son côté, inscrit à l agenda 2011 du G20 la réforme du SMI qui ne correspond plus aux besoins et aux réalités d un monde multipolaire. L expérience des années 1990 doit inciter à la prudence. Nombreux étaient alors ceux qui annonçaient l avènement d un «polycentrisme monétaire» autour du mark et surtout du yen. Le XX e siècle s était pourtant achevé sur un renforcement de l hégémonie du billet vert. Entre-temps, l économie américaine avait démontré sa formidable capacité au rebond en capitalisant sur les nouvelles technologies de l information et de la communication pour entrer dans une nouvelle phase de forte croissance, alors que le Japon sombrait dans la déflation 1

2 ENCADRÉ. UNE DOMINATION PERSISTANTE Le dollar demeure la principale unité de compte au plan international. Monnaie de cotation de la plupart des matières premières, il sert aussi le plus souvent à libeller les grands contrats industriels internationaux (dans l aéronautique notamment). De même, selon le FMI, façon ou d une autre sur le dollar contre 43 sur l euro. Encore conviendrait-il d ajouter les nombreux pays qui, tout en déclarant au FMI un régime de flottement, encadrent dans la pratique très strictement les fluctuations de leur devise face au dollar. Le dollar demeure également la principale monnaie de règlement au plan international. On estime à plus de 50 % la proportion du commerce mondial payée en dollar contre un quart pour l euro. L acceptation du dollar sous sa forme fiduciaire se mesure au fait que 60 % des billets verts circulent en dehors du territoire américain, contre 10 à 20 % des billets en euro. Sur le marché des changes, le dollar joue aussi le rôle de monnaie véhiculaire. Selon la BRI, en journalières sur le marché des changes impliquaient le dollar contre 39 % pour l euro. Du fait de la liquidité et de l efficience du marché des changes en dollar, il est, par exemple, plus facile et moins coûteux pour un Sud Coréen, cherchant à se procurer des pesos mexicains, de changer ses wons contre des dollars et ces dollars contre des pesos. L euro a par contre connu une ascension notable comme réserve de valeur. Dans son usage officiel, l euro représente, en 2010, 27 % des réserves déclarées par les banques centrales, un niveau significativement supérieur à la part de l ensemble des devises européennes que l euro TABLEAU 1. FONCTIONS DE LA MONNAIE AU PLAN INTERNATIONAL Unité de compte Moyen de paiement Réserve de valeur Secteur privé premières financiers transactions commerciales des opérations financières le marché des changes des actifs financiers (choix de portefeuille) Secteur officiel (définition des parités et zones cibles) des changes des paiements a remplacées et ce, alors même que sa création a entraîné la disparition de toutes les réserves de change intracommunautaires. Malgré cet essor, l euro reste très loin du dollar qui représente encore plus de 62 % des réserves officielles [Graphique]. Dans son usage privé, l euro a supplanté le dollar comme principale monnaie de l encours global est libellé en euro contre réserve de valeur pour les acteurs privés reste toutefois inégale puisque l euro ne représente, à la même date, que 20 % des dépôts bancaires internationaux [6]. Surtout, alors que le dollar est véritablement une monnaie planétaire, l euro est cantonné à un statut de monnaie régionale [2]. Quelle que soit la fonction considérée, l usage de l euro est circonscrit à l Europe et à sa zone d influence directe autour du bassin méditerranéen et en Afrique subsaharienne. L euro rivalise avec le dollar comme monnaie de règlement interna- la moitié des échanges internationaux de la Son usage est beaucoup plus confidentiel en dehors de cette zone d influence. À titre d illustration, en 2004, la Corée du Sud utilise le comme de ses importations contre 5 à 7 % pour l euro. Le Brésil comme la Chine facturent en dollar plus de 90 % de leurs échanges. De même, l euro ne sert de monnaie d ancrage qui ont attaché leur monnaie à l euro, on compte les 16 pays de la zone euro, 12 autres États européens membres de l UE ou en cours d intégration pour la plupart et 14 pays d Afrique subsaharienne. 2 et que l Europe payait le prix de son intégration monétaire [1]. forcent l intérêt des questionnements actuels. D abord, l euro, créé en 1999, constitue une alternative plus crédible au plan économique que le yen des années Ensuite et surtout, l émergence des BRIC porte en elle un véritable bouleversement des équilibres internationaux qui pourrait réduire l importance de l économie américaine et du dollar dans l économie mondiale. LE CRÉPUSCULE DU DOLLAR? Depuis les accords de Kingston de 1976, le dollar a perdu le statut de pivot de jure du SMI que lui avaient confié les accords de Bretton Woods. Il continue pourtant de jouer de facto ce rôle, la création de l euro, en 1999, ayant peu affecté son hégémonie [encadré]. Il faut bien reconnaître que cette domination persistante du dollar a quelque chose d étonnant si l on regarde uniquement les fondements économiques de l usage d une monnaie au plan international [tableau 2]. L euro peut en effet s appuyer sur une zone économique d une taille comparable, plus ouverte que les États-Unis. L UE à 27 est la première puissance commerciale du monde. Même si tous les pays de l Union n ont pas adopté l euro, cela souligne tout le potentiel de l euro comme monnaie internationale. Après des débuts difficiles, l euro apparaît en outre comme une monnaie forte, adossée à une banque centrale dont la crédibilité en matière de lutte contre l inflation est maintenant assurée. La zone euro présente un équilibre de ses transactions courantes et une position extérieure nette deux fois moins déficitaire que celle de l économie américaine qui accumule depuis près de 30 ans des déficits qui creusent sa dette extérieure. Si la crise a mécaniquement réduit le besoin de financement de l économie américaine qui avait atteint jusqu à 6 % courant sont structurelles. L étonnante solidité du billet vert remarquée dans les premiers mois ayant suivi la faillite de Lehman Brothers tenait ainsi davantage à des causes conjoncturelles (rôle de valeur refuge des bons du trésor américain, rapatriement des capitaux américains,

3 forte baisse de l offre de titres en dollar avec la récession) qui ne remettent pas en cause la tendance baissière à moyen terme du dollar [3]. Ces tendances menacent son rôle de réserve du billet vert et sont de nature à fragiliser la préférence des investisseurs pour les placements comme des exportateurs pour la facturation de leurs produits en dollar. Enfin, l intégration financière a progressé en Europe depuis les réformes initiées par l Acte unique européen. S il demeure encore certains cloisonnements (le marché des obligations d État n est pas unifié par exemple) qui empêchent le système financier européen d être aussi liquide et efficient que le marché américain, l écart semble s être fortement réduit ces dernières années. Dès lors, d un point de vue purement économique, la persistance de la domination du dollar relèverait d un phénomène d inertie inhérent au statut de monnaie internationale. L existence d économies d échelle sur les marchés financiers, d économies de réseau dans l usage de la monnaie, et l inertie liée aux habitudes conduisent à la sélection d une devise clé et d un centre financier dominant qu il est ensuite très difficile de détrôner. Déjà la livre avait pu conserver un rôle central dans le SMI, au moins jusqu à la Seconde Guerre mondiale, bien après que l hégémonie britannique eut disparu. et Frankel, les changements dans l allocation des réserves de change, d abord très limités du fait de cette inertie, 100 % 90 % 80 % 70 % 60 % 50 % 40 % 30 % 20 % 10 % 0 % pourraient devenir très rapides une fois atteints certains seuils. Sur la base d une étude économétrique, ils prévoient un basculement prochain vers l euro en 2015 dans le cas où le Royaume-Uni rejoindrait la zone euro, ou en 2022 plus probablement. La crise pourrait même accélérer ce basculement. D une part, elle porte atteinte à la confiance dans la stabilité du système financier américain, ce qui peut réduire la préférence des investisseurs pour les titres en dollar. D autre part, elle rend de moins en moins optimal l ancrage sur le dollar pour des pays émergents qui risquent de subir les conséquences inflationnistes de la politique monétaire des États-Unis [4]. Les mesures d assouplissement quantitatif décidées fin 2010 par la Fed ont ainsi attisé les tensions monétaires alors que les pays émergents d Asie, Chine en tête, peinaient à maîtriser leur inflation. UNE DOMINATION D ABORD POLITIQUE GRAPHIQUE. COMPOSITION PAR DEVISES DES RÉSERVES DE CHANGES Autres US Dollar Yen Livre Sterling Euro (DM avant 1999) US Dollar Euro (DM avant 1999) Yen Livre Sterling Autres Malgré tout, peu d observateurs voient, dans un avenir proche, l euro supplanter le dollar. En matière de monnaie internationale, les fondements économiques ne doivent pas occulter les déterminants d ordre géopolitique. On observe notamment une forte corrélation en Asie et en Amérique latine, entre le choix d un ancrage sur le dollar et la présence de troupes américaines dans le pays. L usage du dollar semble faire partie d un package plus global et d essence largement politique associant protection militaire et aide financière. L usage du dollar en Corée du Sud, en Thaïlande, à - n est de ce point de vue guère surprenant. Comment ne pas opposer, en effet, le défi américain de la France gaulliste des années 1960 au légitimisme du Japon ou encore de la République fédérale d Allemagne matérialisée par la lettre de Blessing de 1967? Doit-on s étonner que les rares pays ayant refusé d intégrer la zone euro soient justement ceux qui affichent la plus grande volonté d indépendance politique (Royaume-Uni politiques pourraient donner un contenu tangible à la métaphore de la «matière noire» proposée par Hausmann et Sturzenegger. De nombreux phénomènes astrophysiques ne peuvent être expliqués en tenant compte uniquement de les observations avec leurs théories fondamentales, les astrophysiciens ont ainsi émis, par défaut, l hypothèse de l existence d une quantité très importante de matière invisible, appelée «matière noire». L analogie avec les choix définissant l usage international d une monnaie est séduisante. La plupart des études soulignent en effet l écart entre les choix réels et les fondements mis en avant par la théorie économique. L ancrage des monnaies asiatiques sur le dollar paraît, par exemple, peu rationnel si l on suit la théorie des zones monétaires optimales de Mundell du fait de l importance des chocs asymétriques avec les États-Unis et de l intensité des échanges entre les pays de la zone. De même, l usage du dollar comme réserve de valeur, par les acteurs privés comme officiels, peut surprendre alors que les anticipations de baisse du dollar sont bien ancrées et que les écarts de rendements avec les autres titres ne sont guère significatifs. Ainsi, les fondements économiques ne seraient que la matière visible intervenant dans les choix d usage des monnaies aux côtés d un grand nombre de déterminants, plus difficiles à déceler mais aussi plus importants, d essence politique notamment. composante de cette «matière noire» 3

4 pourrait ainsi être trouvée dans la domination culturelle des États-Unis dans le dans le cœur financier et économique du monde, les technologies de demain, où sont inventés les modes de gouvernance comme les normes comptables des entreprises ou simplement pour avoir le sentiment de faire partie de l élite mondiale, les investisseurs seraient prêts à accepter un rendement plus faible en plaçant leurs capitaux dans un dollar inscrit durablement à la baisse. Cette préférence politique et culturelle entretient le «privilège exorbitant» des États-Unis qui peuvent ainsi financer à bon compte leurs déficits courants, limitant le problème posé par la dette mondiale, les États-Unis sont dans la position d un banquier du monde. Alors que le passif de l économie américaine est constitué de titres, plutôt courts et en dollar (notamment les bons du trésor), son actif est davantage constitué de titres longs, plus rémunérateurs et en devises étrangères (notamment des IDE). est limité tandis que la position extérieure nette s améliore mécaniquement lorsque le dollar baisse, comme on a pu l observer ces dernières années. La prise en compte des déterminants politiques rend beaucoup plus improbable un remplacement du dollar par l euro au plan international. Rival crédible du dollar sur le plan économique, l euro ne fait guère le poids sur le plan politique. L Europe, qui a du mal à exister politiquement au plan international, ne saurait jouer dans un avenir proche le rôle d hégémon qu assument les États-Unis, avec les coûts que cela implique en termes de dépenses militaires ou de perte de contrôle de la liquidité monétaire notamment. Conscients des avantages économiques (seigneuriage, financement des déficits, efficience accrue des marchés ) comme géopolitiques de la domination de sa devise, les États-Unis pratiquent une véritable «diplomatie du dollar». L Europe, elle, apparaît divisée et souffre d une gouvernance économique incertaine. Elle ne semble ni avoir la volonté ni disposer réellement des moyens pour imposer l euro comme devise clé du SMI. La Banque centrale TABLEAU 2. LES FONDAMENTAUX ÉCONOMIQUES DU DOLLAR ET DE L EURO PIB (2009, milliards de dollars PPA, prix constant)* Taille économique États-Unis Zone UE à Croissance (TCAM ) 2,1 1,5 1,7 Part dans les exportations mondiales de marchandises (intercommunautaire exclu, 2008)** Part dans les exportations mondiales de services (intercommunautaire exclu, 2008)** Stabilité monétaire 10,6 15,9 26,9 Inflation ( )*** 2,4 2,0 2,6 Solde courant (PIB )* - 4,5-0,2 Position extérieure nette (PIB) - 12 (2010) Taille des marchés financiers (Milliards de dollars 2009) Attractivité du système financier Euronext NASDAQ Euronext Deutsche BME Spanish *OCDE ; **OMC ; ***Augmentation moyenne de l indice des prix à la consommation harmonisé, , OCDE ; ****World Federation of Exchanges. européenne (BCE) comme la Commission européenne ont clairement affiché leur neutralité quant au développement de l usage international de l euro tandis que les États membres n ont pas de position unanime sur la question. La politique de change est par ailleurs au cœur d un conflit de compétences entre un Conseil divisé, qui définit la politique, et une BCE indépendante, chargée de la mettre en œuvre. Cette dernière a adopté une conception très large de ses prérogatives arguant du fait que la politique de change a des répercussions sur l inflation dont la maîtrise demeure son principal objectif et mandat. L absence d unité du Conseil conduit dès lors à une politique de change largement passive et principalement orientée vers la lutte contre l inflation, faisant de l euro la variable d ajustement du SMI [6]. Au contraire, la politique de change américaine est pilotée par le Trésor en étroite interaction avec les objectifs économiques et géopolitiques du gouvernement américain. Le problème de gouvernance économique dépasse d ailleurs la seule politique de change comme les crises grecque et irlandaise ont pu le montrer. Qui peut envisager sérieusement que la zone euro, sans représentation internationale, avec son mode de gouvernance actuel divisé et d inspiration monétariste, puisse jouer le rôle de pilote de l économie mondiale? VERS UNE FRAGMENTATION MONÉTAIRE? Cela ne veut pas dire que le dollar n est pas menacé. L autre changement 1990, c est l émergence rapide de grands 4

5 pays en développement qui porte en elle un véritable basculement du monde. L avenir du dollar pourrait donc bien se trouver dans les mains des BRIC qui détiennent aujourd hui plus de 40 % des réserves de change mondiales, la grande majorité, libellées en dollar. Toutefois, malgré les appels à la refonte du SMI et la volonté affichée par certains de développer l usage international de leur devise, aucune de leurs monnaies ne peut constituer, même à moyen terme, une alternative crédible au dollar dans son rôle hégémonique. La Russie pratique depuis les années 2000 une politique agressive pour «dédollariser» son économie et défendre l usage du rouble d abord dans un cadre régional. C est dans ce sens qu il faut comprendre les mesures visant à renforcer la convertibilité du rouble prises en 2006 et la possibilité offerte de régler les ventes de gaz et de pétrole dans d autres monnaies que le dollar. Elle a également mené une diversification rapide et ostentatoire de ses réserves de change en dollar qui sont passées de plus de 70 % du total à moins de 50 % entre 2004 et 2006, en grande partie en faveur de l euro qui fait maintenant presque jeu égal avec la devise américaine. La faiblesse de la devise russe et son plongeon avec la crise et la chute du prix des matières premières limitent pour l instant ces ambitions. La Chine poursuit un objectif similaire à long terme mais fait preuve, en la matière, de son habituel gradualisme. À court terme, elle cherche d abord à sécuriser la valeur de ses réserves de change qui atteignent plus de milliards de dollars aujourd hui. Au-delà d une légère diversification, elle tente d en améliorer le rendement par des placements plus productifs via ses fonds souverains, dans l espoir de compenser une perte anticipée de change. La large inconvertibilité du yuan comme le sousdéveloppement de son système financier limitent de fait les ambitions chinoises en matière de monnaie internationale. Surtout, malgré les inconvénients attachés à l accumulation de réserves en dollar, celle-ci apparaît encore comme la moins mauvaise solution en l absence d un développement suffisant de son marché intérieur. Cela devrait inciter la Chine, au moins à moyen terme, à rester dans le cadre de ce que certains ont appelé un «nouveau Bretton Woods» en référence aux années 1960 où la RFA et le Japon profitaient de la sous-évaluation de leurs monnaies et accumulaient des dollars malgré les risques en termes d inflation importée et de perte de change. Cependant, un autre scénario doit être envisagé, celui d une fragmentation monétaire de l économie mondiale. Que le dollar n ait en réalité pas de substitut crédible pour des raisons économiques (monnaies émergentes) ou politiques (euro) ne signifie pas que le dollar pourra conserver son rôle d hégémon incontesté. Déjà l euro est devenu une puissante monnaie régionale capable de surpasser le dollar dans la zone d influence de l Union européenne [Encadré]. De son côté, l économie asiatique est de plus en plus intégrée dans le cadre d une division verticale du travail. Nouvel «atelier du monde», la Chine joue le rôle de plate-forme d exportation asiatique de produits assemblés à partir de composants produits dans les pays les plus développés de la région, à grand renfort d IDE intrarégionaux. Le commerce intrarégional est ainsi passé de 29 % du commerce total des pays de l ASEAN + 3 en 1990, à 39 % en L essor du régionalisme pourrait renforcer cette régionalisation de fait. Les pays membres de l ASEAN ont annoncé en 2003 leur intention de constituer à l horizon 2015 une Communauté économique de l ASEAN (CEA) établissant un marché unique. De leur côté, le Japon, la Chine et la Corée du Sud semblent désormais jouer la carte de l intégration régionale dans le cadre de l ASEAN + 3. Certes, à court terme, l intégration monétaire de la zone ne semble pas indispensable. L orientation encore forte des échanges commerciaux asiatiques vers des pays hors d Asie (États-Unis et Europe) ne rend pas nécessaire l ancrage sur une monnaie de la région. De plus, les pays étant spécialisés selon une logique verticale, l impact des fluctuations de change sur les économies est limité du fait du caractère non substituable des différentes étapes de production. De surcroît, l ancrage de facto de la plupart des devises de la région sur le dollar offre, à défaut d un accord monétaire, une certaine stabilité à la zone. À l avenir toutefois, le rattrapage économique et la montée en gamme des différents pays comme le recentrage probable des stratégies de développement vers les mar- BULLETIN D ABONNEMENT Oui, je m abonne à Écoflash (10 n os 5 ÉCOFLASH FRANCE ÉTRANGER 1 an ans Nom, prénom (écrire en majuscules) Établissement N Rue, voie, boîte postale Localité QUANTITÉ TOTAL Code postal Signature et cachet de l organisme payeur Prix valables jusqu au 31 juillet 2011 RÈGLEMENT À LA COMMANDE À la librairie de l éducation, 13, rue du four, de votre académie. Retrouvez sur toutes les adresses du réseau Scérén

6 chés intérieurs rendront beaucoup plus pertinente l intégration monétaire de la région [9]. Les économies asiatiques se trouvent ainsi aujourd hui dans une situation qui ressemble à celle des économies européennes des années L ancrage sur le dollar leur apparaît de plus en plus problématique alors que leurs échanges de biens, de services et de capitaux sont de plus en plus intenses et que leurs économies sont de plus en plus synchronisées. Les pays pourraient bien, alors, s orienter sur la voie de l intégration monétaire [7]. Déjà, la Banque asiatique de développement essaie, depuis 2006, de promouvoir l usage d une «Asian Currency Unit» à l image de l ECU européen. De même, l initiative Chiang Maï de 2000 a débouché sur la signature d accords de coopération en matière de change entre les banques centrales de l ASEAN + 3 et la mise en place d un fonds anticrise, doté aujourd hui de plus de 120 milliards de dollars pour favoriser la stabilité financière et monétaire de la zone. Certains observateurs évoquent la création d une nouvelle monnaie asiatique, le «yan», qui représenterait la première masse monétaire du monde. Des signes d intégration monétaires sont aussi visibles en Amérique latine, même si la régionalisation y est limitée par Brésil et l Argentine ont mis en place un système de paiements compensés par leurs banques centrales, ce qui permet, pour la première fois, un règlement de leurs opérations en monnaies locales. Certains y voient l amorce d une «dé-dollarisation» du continent américain qui pourrait s approfondir si les pays du Mercosur, voire ceux de l Union des nations sud-américaines (UNASUR), s engageaient sur la voie de la coopération monétaire. La charte de la Bancosur, signée en septembre 2009, montre que l idée d une intégration régionale en matière monétaire et financière fait son chemin alors que la mise en place d une monnaie commune fait partie des objectifs affichés lors de la constitution de l UNASUR. par une autre monnaie concurrente, se profile ainsi, à moyen terme, une économie mondiale organisée autour de zones monétaires régionales. Ce polycentrisme monétaire, éventuellement asymétrique car dominé par le dollar, pourrait constituer une configuration stable pour le SMI dans une mondialisation de plus en plus régionalisée. Elle est toutefois éminemment risquée du fait des «égoïsmes sacrés des nations». À défaut d un hégémon pour favoriser la stabilité (C. Kindleberger), il faudra bien s en remettre à la coopération monétaire internationale dont l histoire a montré les difficultés. Elle implique une réforme urgente des organes de gouvernance internationale. entrepris autour de la définition d indicateurs communs pour encadrer les déséquilibres financiers internationaux constituent un début de réponse. La réforme en cours du FMI, qui permettra de renforcer le poids des pays émergents au détriment des pays européens, va également dans le bon sens mais paraît insuffisante face aux nouveaux enjeux de ce monde multipolaire. Michel Aglietta plaide ainsi pour une réforme plus globale et plus ambitieuse qui devrait passer par la représentation unique de la zone euro, la suppression de toute minorité de blocage et la transformation du comité exécutif en instance plus politique. À BIBLIOGRAPHIE court terme, le développement de l usage des DTS, élargi pour l occasion aux principales monnaies émergentes, pourrait être la meilleure solution [7]. Malheureusement, la coopération monétaire semble fragile. Les pays du G20 semblent au contraire engagés dans une guerre des changes qui n augure rien de bon. Les pays développés cherchent en effet des débouchés extérieurs pour soutenir une croissance limitée par la contraction de leur demande intérieure du fait du nécessaire désendettement des agents privés comme publics. Les États- Unis, le Japon, le Royaume-Uni se sont déjà engagés sur la voie de l assouplissement monétaire. Les pays émergents ont entamé un recentrage de leur croissance sur leur marché intérieur mais le changement de cap sera long et leur modèle de croissance est toujours fortement dépendant des débouchés extérieurs, ce qui explique leur refus de laisser s apprécier la fin du leadership monétaire américain, sans substitut disponible, s accompagne d une concurrence monétaire et d une instabilité dont les années 1930 ont pu montrer tous les dangers. Avec le dollar c est bel et bien tout l avenir du SMI qui est en suspens. DAMIEN HEURTEVENT PROFESSEUR AGRÉGÉ DE SES, CPGE [1] Mistral Jacques, «Les fluctuations du dollar et la versatilité du modèle américain», Revue d économie financière, n o 94, [2] Cartapanis André, «Le dollar incontesté? Économie politique d une monnaie internationale», Revue d économie financière, n o 94, [3] Benassy-Quere Agnès, «Le dollar face à la crise : un refuge pas si sûr»,, n o 289, juillet [4] Chinn Menzie D. et Frankel Jeffrey A., «The Euro May Over the Next 15 Years Surpass the Dollar as Leading International Currency»,, n o 13909, [5] Posen Adam, «Why the euro will not rival the dollar?», International finance, 2008, p [6] OFCE, «Zone : une enfance difficile», Lettre de l OFCE, n o 304, décembre [7] Aglietta Michel, «Évolution du système monétaire international : persistances historiques et enjeux à venir», Géopolitique, n o 106, juillet [8] Artus Patrick, «Vers la double guerre des changes», Les Échos, 24 septembre [9] Banque de France, «Les progrès de l intégration monétaire et financière en Asie», Revue de la stabilité financière, n o 8, mai A e TRIMESTRE 2011

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change

Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change Exposé sous le thème: L instabilité des taux de change I- Introduction générale: 1 -La montée de l instabilité des taux de change. 2- L'instabilité du SMI au cours du 20 ème siècle. 1 - Illustration sur

Plus en détail

Régulation financière et recomposition du système monétaire international

Régulation financière et recomposition du système monétaire international Régulation financière et recomposition du système monétaire international Jacques Mazier Dominique Plihon Centre d Economie de Paris Nord 16 décembre 2013 I/ La régulation financière et ses instruments

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013

10% Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance. Croissance des exportations de services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services enregistrent une forte croissance 9% services financiers en 2013 Presque tous les secteurs de services ont progressé en 2013. Les services financiers, qui avaient

Plus en détail

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE

LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE LE DOLLAR CANADIEN : DÉTERMINANTS DU TAUX DE CHANGE Bibliothèque du Parlement Capsule d information pour les parlementaires TIPS-117F Le 20 décembre 2004 Le dollar canadien Le dollar canadien évolue selon

Plus en détail

Développements. Internationaux

Développements. Internationaux Développements Internationaux Pétrole et matières premières Le cours de l or noir a baissé à nouveau Au quatrième trimestre 2015, le cours du Brent a fluctué autour de 45 $ par baril en moyenne. L offre

Plus en détail

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I. ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL En dépit d un léger ralentissement de l activité en rapport principalement avec le renchérissement du pétrole et la survenue de catastrophes naturelles, la croissance

Plus en détail

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS

PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS PREMIERE PARTIE : ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL ET EVOLUTION ECONOMIQUE ET FINANCIERE DU PAYS I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.1. VUE D ENSEMBLE Après le vif redressement enregistré

Plus en détail

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer

Crise des marchés : 5 choses que les investisseurs semblent ignorer janvier 8 - N Patrick ARTUS patrick.artus@natixis.com Crise des marchés : choses que les investisseurs semblent ignorer La chute des marchés (crédit, actions) au début de 8 est justifiée dans certains

Plus en détail

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014

TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 TENDANCES MONETAIRES ET FINANCIERES AU COURS DU QUATRIEME TRIMESTRE 2014 Mars 2015 1/12 D ANS une conjoncture internationale marquée par une reprise globale fragile, une divergence accrue de croissance

Plus en détail

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire

Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Chapitre 9 : Les étapes de la construction de l Europe monétaire Que dit le Traité de Rome en matière monétaire? Pas de propos très détaillés. Ce qui est mentionné, c est l ambition de créer une aire régionale

Plus en détail

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire

[ les éco_fiches ] Guerre des changes. Octobre. Mécanismes de la politique monétaire Des fiches pour mieux comprendre l'actualité économique Guerre des changes A l heure actuelle, les Banques Centrales dessinent leurs stratégies de sortie de crise. Deux grands groupes émergent : La Banque

Plus en détail

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier

Macroéconomie 3. Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements. Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Macroéconomie 3 Chapitre 1 Macroéconomie ouverte: indicateurs et balance des paiements Licence 2 Économie, Semestre 4 Université de Montpellier Année Universitaire 2015-2016 /53 2/53 Introduction L ouverture

Plus en détail

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions

Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions 27 novembre 213 N 5 Le RMB chinois comme monnaie de mesure internationale : causes, conditions La Chine semble vouloir développer le poids du RMB comme monnaie internationale, aussi bien financière que

Plus en détail

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées

Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 3 Bretton Woods et le système monétaire 3.1 L étalon-or Billets de banque échangeables pour l or -Prixdéterminé par le gouvernement - Billets pourraient être émis par des banques privées 1 Le prix d or

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Huit premiers mois de 2015) Banque Centrale de Tunisie Août 2015 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL - Les statistiques préliminaires de la croissance dans les principaux

Plus en détail

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE

ISCFE Faits et institutions économiques 1M LA MONNAIE LA MONNAIE 1 Fonctions de la monnaie Unité de mesure universelle de la valeur. Moyen intermédiaire universel d'échange. Réserve de valeurs intemporelle. 2 Formes de la monnaie Monnaie divisionnaire Valeur

Plus en détail

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf

Situation et perspectives de l économie mondiale 2015. asdf Situation et perspectives de l économie mondiale 2015 asdf Nations Unies New York, 2015 Résumé Perspectives du développement macroéconomique au niveau mondial La croissance mondiale progressera légèrement

Plus en détail

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu

Généralités. La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu Généralités La crise financière qui a éclaté en Asie il y a près de deux ans a rendu l environnement dans lequel opèrent les pays en développement plus difficile et incertain. Depuis quelques mois, la

Plus en détail

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011

ECONOMIE. DATE: 16 Juin 2011 BACCALAUREAT EUROPEEN 2011 ECONOMIE DATE: 16 Juin 2011 DUREE DE L'EPREUVE : 3 heures (180 minutes) MATERIEL AUTORISE Calculatrice non programmable et non graphique REMARQUES PARTICULIERES Les candidats

Plus en détail

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations?

2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2 ème session : Stratégie des acteurs : adaptations ou profondes mutations? 2.1 - Mutations dans l économie mondiale Michel FOUQUIN (CEPII) «La crise économique qui touche la France et l ensemble du monde

Plus en détail

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL

I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL I.ENVIRONNEMENT ECONOMIQUE INTERNATIONAL Au cours de l année 2009, l économie mondiale est entrée dans une profonde récession qui a débuté à la fin de 2008. En effet, le taux de croissance du Produit Intérieur

Plus en détail

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL?

QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? QUEL RÔLE POUR LE FMI DANS LE NOUVEL ORDRE ÉCONOMIQUE MONDIAL? Clément ANNE, clem.anne@hotmail.fr Doctorant, Ecole d Economie de Clermont-Ferrand, CERDI 18/03/2015, Assises Régionales de l économie EN

Plus en détail

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg

Bienvenue. Procure.ch. Jeudi 26 avril 2012. Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch. Haute école de gestion Fribourg Bienvenue Procure.ch Jeudi 26 avril 2012 Haute école de gestion Fribourg www.heg-fr.ch 1 ère question (thème) C est grave docteur? Les principaux indicateurs économiques En préambule.. Qu est-ce qu un

Plus en détail

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite)

Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) Pétrole, euro, BCE : de bonnes nouvelles pour relancer la croissance (suite) 2 ème partie : La baisse de l euro Nous avons fréquemment souligné sur ce blog (encore dernièrement le 29 septembre 2014) l

Plus en détail

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015

Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 Pages 38 à 41. Pourquoi on a fait l'euro. Alternatives Économiques - Hors-Série Numéro 105 - avril 2015 - situe en 1970 le projet de créer une monnaie unique au sein de la Communauté économique européenne

Plus en détail

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI

COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI COMITÉ DES FINANCES DE LA CHAMBRE DES COMMUNES DU CANADA : ÉTUDE SUR LE CENTRE CANADIEN D ÉCHANGE DU RENMINBI Introduction Mémoire de la City of London Corporation Présenté par le bureau du développement

Plus en détail

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar?

Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? 7 mars 8- N 98 Y-a-t-il vraiment un lien entre le prix du pétrole et le taux de change du dollar? Beaucoup d observateurs avancent l idée suivante : la hausse du prix du pétrole est une conséquence du

Plus en détail

Les Crises de Balance des

Les Crises de Balance des Les Crises de Balance des Paiements Cédric Tille Institut t des Hautes Etudes Internationales ti et du Développement, et Center for Economic Policy Research (CEPR) Journée Iconomix, 14 Novembre 2012 Structure

Plus en détail

Amérique Latine : bilan et perspectives

Amérique Latine : bilan et perspectives Amérique Latine : bilan et perspectives Conférence de M. Jacques de Larosière pour le colloque organisé par le CFCE et l Institut des Hautes Etudes de l Amérique Latine (Paris, le 21 mars 2001) L économie

Plus en détail

Changement de moteur

Changement de moteur (CEPII) Présentation de l économie mondiale 2008 On l attendait depuis longtemps! Le déséquilibre de la croissance et les global imbalances Chaque année, commentaire du creusement continu du déficit courant

Plus en détail

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar?

Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? Dans quelle mesure la politique de change en Chine influence-t-elle le taux de change euro-dollar? LETTRE DE PROSPECTIVE MAI 2009 - NUMERO 15 L ors du récent sommet du G20, les autorités chinoises ont

Plus en détail

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services

Chap 6 : L ouverture des économies. I. La mesure des échanges de biens et de services Chap 6 : L ouverture des économies L ouverture des économies a permis une forte progression des échanges internationaux, notamment depuis la Seconde Guerre mondiale, même si tous les pays et les secteurs

Plus en détail

WS32 Institutions du secteur financier

WS32 Institutions du secteur financier WS32 Institutions du secteur financier Session 1 La vision chinoise Modernisation du système financier chinois : fusion de différentes activités bancaires et financières, accès des ménages au marché des

Plus en détail

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation

Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Thème 1 : Croissance économique et mondialisation Introduction : Etats-Unis Royaume-Uni France Allemagne Japon 500 450 400 350 300 250 200 150 100 50 0 1820 1850 1870 1890 1910 Document 1 : Croissance

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier Trimestre 215) Banque Centrale de Tunisie Avril 215 1- Environnement International 1-1. Croissance Economique - Selon les prévisions du Fonds monétaire international

Plus en détail

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international

Les échanges Internationaux. L environnement monétaire international Les échanges Internationaux L environnement monétaire international Caractéristiques du système monétaire international (SMI) SMI : structure mondiale de relations commerciales et financières au sein desquelles

Plus en détail

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions

L économie ouverte. Un modèle de petite économie ouverte. V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile. Quelques définitions L économie ouverte Un modèle de petite économie ouverte V2.0 Adaptépar JFB des notes de Germain Belzile Quelques définitions Économie fermée Économie ouverte Exportations et importations Exportations nettes

Plus en détail

Communiqué de presse

Communiqué de presse KOF Konjunkturforschungsstelle KOF Swiss Economic Institute ETH Zurich LEE G 6 Leonhardstrasse 89 Zurich Tél.: + 6 9 kofcc@kof.ethz.ch Communiqué de presse Zurich, juin, 9h Prévisions d été : relance dans

Plus en détail

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan

BSI Economics La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan La dynamique de l hyperinflation : explications à la lumière de l apport fondateur de Cagan Partie 2: La source de l hyperinflation : un comportement rationnel d un Etat laxiste Résumé : - Il existe un

Plus en détail

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents

La crise a accentué les pertes de parts de marché des pays développés au profit des pays émergents Compétitivité de l industrie manufacturière Faits marquants en 28-29 - La crise accentue les pertes de parts de marché des pays développés face aux pays émergents - La «compétitivité-coût» de l industrie

Plus en détail

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les

2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les 2- LA MONNAIE DANS L ECHANGE 2-1 FONCTIONS ET QUALITES DE LA MONNAIE Analyser les effets de la quantité et de la qualité de la monnaie sur les décisions des agents économiques. La monnaie joue un rôle

Plus en détail

Mise à jour économique 01 Décembre 2009

Mise à jour économique 01 Décembre 2009 Mise à jour économique 01 Décembre 2009 USD Index, Un scénario en 2 phases À la crise économique De la crise financière La somme de deux crises = 0» Depuis le début de la crise jusqu à aujourd hui, l USD

Plus en détail

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE

ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Licence AES, Relations monétaires internationales 2000-2001 Feuille de Td N 1 : La balance des paiements. ETATS-UNIS : FINANCEMENT DE LA BALANCE COURANTE Sources : Extraits d'articles publiés par : Recherche

Plus en détail

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien

Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Le nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien Janone Ong, département des Marchés financiers La Banque du Canada a créé un nouvel indice de taux de change effectif du dollar canadien,

Plus en détail

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015

GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE. Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL

CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL CHAPITRE I : ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL L activité économique mondiale en 2013 s est caractérisée par une reprise progressive dans les pays avancés, bien qu à des degrés variables selon les pays. Dans

Plus en détail

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché

2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché 2.1.2. La fixation du taux de change sur le marché La loi de l'offre et de la demande Comme tout marché concurrentiel, le marché des changes est régi par la loi de l'offre et de la demande. Les offres

Plus en détail

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012,

Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, FICHE PAYS AMÉRIQUE LATINE : EN QUÊTE D UN NOUVEAU SOUFFLE Département analyse et prévision Après la reprise de 2010 et le ralentissement de 2011 et 2012, la croissance repart depuis quelques trimestres,

Plus en détail

Présentation au Cercle finance du Québec

Présentation au Cercle finance du Québec PRÉSENTATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE Québec, 19 janvier 1 Présentation au Cercle finance du Québec François Dupuis Vice-président et économiste en chef Mouvement des caisses Desjardins Matières premières

Plus en détail

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions

PARAMETRE DE MARCHE. Rapport au 30 mars 2012. Paramètres de marché au 30 mars 2012. 1 Marchés Actions PARAMETRE DE MARCHE Rapport au 30 mars 2012 Paramètres de marché au 30 mars 2012 Le premier trimestre de l année 2012 a été marqué par l apaisement des tensions sur les dettes souveraines et une nette

Plus en détail

CADRE D INTERPRÉTATION

CADRE D INTERPRÉTATION GRANDS INDICATEURS ÉCONOMIQUES ET L AGROALIMENTAIRE Yvon Boudreau Ministère de l Agriculture, des Pêcheries et de l Alimentation 25 novembre 2015 PLAN DE LA PRÉSENTATION Cadre d interprétation Indicateurs

Plus en détail

La crise des dettes souveraines*

La crise des dettes souveraines* La crise des dettes souveraines* ANTON BRENDER, FLORENCE PISANI & EMILE GAGNA (*) La découverte 1. Table des matières I Dette souveraine, dette privée II D une crise à l autre III Le piège japonais IV

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission

TABLEAU COMPARATIF - 53 - Proposition de résolution de la commission - 53 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution, Vu la proposition de règlement du Conseil confiant à la Banque centrale européenne

Plus en détail

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux...

Table des matières. Le long terme... 45. Partie II. Introduction... 1. Liste des figures... Liste des tableaux... Liste des figures... Liste des tableaux... XI XV Liste des encadrés.... XVII Préface à l édition française... XIX Partie I Introduction... 1 Chapitre 1 Un tour du monde.... 1 1.1 La crise.... 1 1.2 Les

Plus en détail

Vers quel système monétaire international?

Vers quel système monétaire international? Colloque International de la Banque de France Paris, le 4 mars 2011 Jacques de Larosière Vers quel système monétaire international? J axerai mes propos sur trois thèmes : 1. Quelles ont été - historiquement

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015)

Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 2015) Evolution de la Conjoncture Economique (Premier semestre 215) Banque Centrale de Tunisie Juillet 215 1- ENVIRONNEMENT INTERNATIONAL 1-1. Croissance Economique - La Banque Mondiale a révisé, au mois de

Plus en détail

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors

Market Flash. 11 novembre 2010. Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg. Lux-Investment Advisors Market Flash 11 novembre 2010 Banque et Caisse d Epargne de l Etat, Luxembourg Lux-Investment Advisors Market Flash : Les marchés financiers : entre attentes et réalités Ce soir le 5ème sommet des pays

Plus en détail

Prix des actifs et politique monétaire

Prix des actifs et politique monétaire Prix des actifs et politique monétaire André ICARD Conférence prononcée lors des premières doctoriales MACROFI Poitiers 6 Avril 2006 1 Introduction Les succès dans la lutte contre l inflation ont influencé

Plus en détail

Prise de note des finances internationales

Prise de note des finances internationales Prise de note des finances internationales Séance de 13 novembre 2010 (SMI) CHAPITRE III : le système monétaire international Définition du SMI : le SMI est un ensemble des règles communes permettant un

Plus en détail

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain

Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Rééquilibrer les finances publiques du Québec dans un contexte économique incertain Présenté par Caroline Charest Économiste / directrice principale KPMG-SECOR Une accélération de la croissance mondiale

Plus en détail

Etats-Unis : vigilance oblige

Etats-Unis : vigilance oblige GLOBAL MACRO & THEMATIC INDEPENDENT RESEARCH 16 septembre 2013 IN CHARTS Etats-Unis : vigilance oblige Si la tendance à l optimisme quant à la situation américaine est coutumière, rares sont toutefois

Plus en détail

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente?

Point de marché. Taux européens : Plus raide sera la pente? Point de marché Taux européens : Plus raide sera la pente? Depuis l atteinte, le 25 avril dernier, d un rendement de 0,06% pour l obligation allemande de maturité 10 ans, les taux d intérêt à long terme

Plus en détail

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège

La politique monétaire. Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire Lionel Artige HEC Université de Liège La politique monétaire d hier et d aujourd hui Hier Autrefois, les Etats battaient monnaie et les banques centrales dépendaient directement

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE

TABLE DES MATIÈRES. Liste des auteurs... Sommaire... Liste des principales abréviations... Avant-propos... I. LES ACTEURS DE LA GOUVERNANCE TABLE DES MATIÈRES Liste des auteurs................................................... Sommaire........................................................... Liste des principales abréviations...................................

Plus en détail

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique

En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique En matière de placements mondiaux, notre point de vue est unique NOUS CONNAISSONS LA CULTURE LOCALE, LES GENS, LES ENTREPRISES UN MONDE D OCCASIONS VOUS ATTEND Pourquoi investir à l échelle mondiale? Plus

Plus en détail

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1

Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation. Page 1 Situation 2 : Le Brésil dans la Mondialisation Page 1 Documents de lancement Source : http://www.telleestmatele.com/article-36865965.html Page 2 Rio de Janeiro 2016 Page 3 Activité élèves : (analyses de

Plus en détail

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique :

Préambule Autodiagnostic 1) QRU - La Banque centrale est : 2) QRU - L encadrement du crédit était une technique : Préambule Nous vous proposons en préambule d estimer votre niveau de connaissances bancaires et financières en répondant à cet auto diagnostic. Que celui-ci vous soit prétexte à valider et à approfondir

Plus en détail

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse

franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse franc fort un marché des capitaux ouvert bénéficie à la suisse Fiche d information 1 : intérêts négatifs et contrôle des flux de capitaux L essentiel en bref : Plus de trois quarts du volume de francs

Plus en détail

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013

Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Le commerce extérieur de la Suisse en 2013 Résumé L excédent commercial suisse affiche un nouveau record en 2013, à 26,6 Mds CHF (environ 4,5% du PIB). Recevant près de 55% des exportations suisses, l

Plus en détail

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, )

les facilités d approvisionnement en matières premières la proximité du marché acheteur les infrastructures (ports, aéroports, routes, ) Chap 12 : Les firmes multinationales dans l économie mondiale Les entreprises qui produisaient et se concurrençaient autrefois sur leur marché national agissent désormais au niveau mondial. La plupart

Plus en détail

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché

Un fonds d obligations mondiales «pour tous les temps», capable de tirer son épingle du jeu dans toutes les conditions de marché un méthode différente pour contrer la volatilité des marchés Fonds à revenu stratégique Manuvie* *Aussi offert : Catégorie de revenu stratégique Manuvie Un fonds d obligations mondiales «pour tous les

Plus en détail

Macroéconomie. Monnaie et taux de change

Macroéconomie. Monnaie et taux de change Macroéconomie Monnaie et taux de change Marché des changes Le taux de change de en $ correspond au nombre de $ que l on peut acheter avec un exemple: 1 = 1,25 $ Une appréciation/dépréciation du taux de

Plus en détail

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation?

21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? 21 ème Conférence de Montréal 8 juin 2015 Table Ronde n 1 : L émergence de nouveaux pôles financiers : vers un retrait de la mondialisation? Les sphères d influence dans le système monétaire international

Plus en détail

Quelle «diplomatie» pour l euro? Franck LIRZIN ancien élève de l École Polytechnique et de l École des hautes études en sciences sociales (EHESS)

Quelle «diplomatie» pour l euro? Franck LIRZIN ancien élève de l École Polytechnique et de l École des hautes études en sciences sociales (EHESS) 92 10 mars 2008 Quelle «diplomatie» pour l euro? Franck LIRZIN ancien élève de l École Polytechnique et de l École des hautes études en sciences sociales (EHESS) Résumé En moins d une décennie, l euro

Plus en détail

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION

ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANANTA PATRIMOINE PRESENTATION ANNEE 2011 1 ANANTA PATRIMOINE S.A. (Genève) est une société de gestion affiliée à l O.A.R.G. (Organisme d Autorégulation des Gérants de patrimoine) sous le numéro d agrément

Plus en détail

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité

Bulletin du FMI. France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Bulletin du FMI BILAN DE SANTÉ ÉCONOMIQUE France : de bons progrès mais il reste à consolider la crédibilité Kevin C. Cheng et Erik de Vrijer Département Europe du FMI 27 juillet 2011 Vendanges dans le

Plus en détail

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc :

Introduction : I. Notions générales sur le régime de change : II. Le régime de change au Maroc : Introduction : Il faut savoir que le choix du régime de change revêt une grande importance. Il doit s engager sur des règles de politique économique et être cohérent avec les politiques monétaire et budgétaire.

Plus en détail

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015

La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 La politique monétaire dans les pays émergents en 2015 Résumé : On observe depuis le début de l année un assouplissement de la politique monétaire dans les principales économies émergentes. Cette tendance

Plus en détail

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*)

POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE. Patrick ARTUS (*) POLITIQUES DE SORTIE DE CRISE : L ALLEMAGNE ET LA FRANCE par Patrick ARTUS (*) Incertitudes sur la croissance future, cependant plus de crise aussi violente qu en 2009 On ne peut pas dire aujourd hui que

Plus en détail

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1

UPEC - AEI M2 AMITER Action humanitaire internationale et ONG Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann 2011 1 Les fonctions d un système monétaire international Les crises et la réforme du SMI fondé à Bretton Woods. La nature du système né dans les années 1970 Soiio-Economie de la mondialisation - D. Glaymann

Plus en détail

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD

TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD TD de Macroéconomie 2011-2012 Université d Aix-Marseille 2 Licence 2 EM Enseignant: Benjamin KEDDAD 1. Balance des paiements 1.1. Bases comptable ˆ Transactions internationales entre résident et non-résident

Plus en détail

Crise de la zone Euro :

Crise de la zone Euro : Crise de la zone Euro : Il est urgent de changer d Europe ; Il est urgent de desserrer l étau des marchés financiers Les économistes atterrés atterrés@gmail.com. Décembre 2010 www.atterres.org La zone

Plus en détail

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet

ACCES AUX MARCHES ETRANGERS Sem 9 M. Poncet Internationalisation de l entreprise Sommaire 1. L environnement des échanges 2. Les stratégies d internationalisation 3. Les étapes stratégiques de l internationalisation 4. La formulation des stratégies

Plus en détail

La structure du marché européen des valeurs moyennes

La structure du marché européen des valeurs moyennes La structure du marché européen des valeurs moyennes Décembre 2014 1ere partie Préambule Financière de l Echiquier est l une des premières sociétés de gestion indépendantes en France, avec 8 milliards

Plus en détail

La situation économique et financière de Taiwan en 2015

La situation économique et financière de Taiwan en 2015 La situation économique et financière de Taiwan en 215 Résumé L économie taiwanaise a progressé de 3,74% en 214, plus forte croissance des économies avancées en Asie. Le commerce extérieur, la consommation

Plus en détail

La situation économique espagnole est très préoccupante et le

La situation économique espagnole est très préoccupante et le FICHE PAYS ESPAGNE : VERS UNE DÉCENNIE PERDUE? Danielle Schweisguth Département analyse et prévision La situation économique espagnole est très préoccupante et le spectre de la décennie perdue japonaise

Plus en détail

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $

Cotation à l incertain (direct). Qté variable monnaie nationale pour une unité de monnaie étrangère 1 GBP = 1,8438 USD pour la cotation du $ 004 005 - Economie Internationale Echanges commerciaux = 1% opérations de change Création monnaie qd accord crédit Devise clef = monnaie nationale reconnue comme monnaie internationale Contrainte pour

Plus en détail

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte?

Eléments de correction Khôlle n 10. A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Eléments de correction Khôlle n 10 A partir du cas français, vous vous demanderez quels sont les enjeux d une monnaie forte? Une remarque en intro : j ai volontairement rédigé une seconde partie qui s

Plus en détail

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011

Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Vers un système monétaire international multipolaire? Agnès Bénassy-Quéré Jécos, Lyon, 10 novembre 2011 Que reproche-t-on au SMI? Des déséquilibres importants et durables des balances de paiements Discipline

Plus en détail

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro?

La France et surtout l Italie devront-elles sortir de la zone euro? er juillet N - La et surtout l devront-elles sortir de la zone euro? Nous ne voulons pas ici faire de la provocation inutile mais nous demander si l évolution à moyen terme de la situation économique de

Plus en détail

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014

STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 STRATEGIE D INVESTISSEMENT 4ème trimestre 2014 Allocations d actifs Conseil en Investissements Financiers ORIAS 07 006 343 CIF E001949 1 Conjoncture déprimée en Europe, mais soutenue dans les zones US

Plus en détail

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES

CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES CHAPITRE 1 : LES REGIMES DE CHANGES I- un bref survol historique du système monétaire international Le Système Monétaire International (SMI) représente le cadre institutionnel des échanges internationaux.

Plus en détail

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE

NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE NOTE SUR LA POLITIQUE MONETAIRE Septembre 2014 Note sur la Politique Monétaire Quatrième trimestre 2014 0 www.brh.net Avant-propos La Note sur la Politique Monétaire analyse les développements récents

Plus en détail

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique

Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique Chapitre IX : Le taux de change : marché et politique I. Marché des changes et balance des paiements = marché où s'échangent les monnaies nationales. Grand A : impact du taux de change E sur les exportations

Plus en détail

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015

Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 2015 Evolution de la Conjoncture Economique Au cours du premier trimestre 215 Banque Centrale de Tunisie Mars 215 1- ENVIRONMENT INTERNATIONAL - L environnement économique international a été marquée, ces derniers

Plus en détail

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines

Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Remarques d Ouverture par M. Mohammed Laksaci, Gouverneur de la Banque d Algérie, Président de l Association des Banques Centrales Africaines Symposium des Gouverneurs sur le thème «Inclusion financière

Plus en détail

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE?

LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? LE COMMERCE EXTÉRIEUR CHINOIS DEPUIS LA CRISE: QUEL RÉÉQUILIBRAGE? Françoise Lemoine & Deniz Ünal CEPII Quel impact de l expansion chinoise sur l économie mondiale? Rencontres économiques, 18 septembre

Plus en détail

II. Commerce des marchandise

II. Commerce des marchandise II. Commerce des marchandise En, le commerce des marchandises a augmenté de 14 pour cent en volume. Parmi les grands groupes recensés, ce sont les produits manufacturés qui affichent la croissance la plus

Plus en détail

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk

SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI. L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk SORTIR DE LA CRISE SANS LE FMI L exemple de l Asie au cours de deux crises récentes Jean Sanouk INTRODUCTION Les pays d Asie ont traversé deux crises d ampleur inégale: La crise dite «asiatique» de 1997-1999.

Plus en détail