A.22 A.23 A.25 A.24. Année internationale de la cristallographie. Conférences. Bar des. Cérémonie de lancement officiel. Salle.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "A.22 A.23 A.25 A.24. Année internationale de la cristallographie. Conférences. Bar des. Cérémonie de lancement officiel. Salle."

Transcription

1 Bar des Conférences S.375 S.376 S.377 S.381 Salle VI S.382 A.35 A.34 A.33 A.15 A.14 A.13 A.12 S.383 S.385 A.25 A.24 A.23 A.22 Basement, levels -1 and -2 Sous-sol niveau -1 et -2 Salle VII Salle VIII A.26 A.27 A.28 Année internationale de la cristallographie Salle Salle VIIIBIS IX Cérémonie de lancement officiel Maison de l UNESCO, Paris janvier 2014 Quai de livraison 4 ave. de Saxe Ascenseurs Hall Salle X Mall Couloir X-XI Salle X Hall Salle XI Salle Salle XI XII Programme Salle XBIS

2 Remerciements Les organisateurs remercient les gouvernements d Inde et d Afrique du Sud pour leur soutien à la Cérémonie de lancement de l Année internationale de la cristallographie Ils remercient également les différents sponsors ci-dessous pour leur contribution à la réussite de cette manifestation: Photo de couverture : Loperamid Crystal Annie Cavanagh and David McCarthy, Wellcome Images (http://wellcomeimages.org/)

3 Année internationale de la cristallographie Cérémonie de lancement officiel Salle I Janvier 2014 Une exposition, intitulée «Voyage dans le cristal», mise en place avec le concours de l Association française de cristallographie, a lieu en face de la Salle I et dans une salle mitoyenne.

4 2 Messages Année internationale de la cristallographie 2014 Message de la Directrice générale de l UNESCO Irina Bokova L année 2014 a été proclamée Année internationale de la cristallographie. Il y a un siècle, il fut découvert que les rayons X pouvaient être utilisés pour «observer» la structure de la matière d une manière non intrusive. De nos jours, la cristallographie aux rayons X est devenue la principale technique pour étudier la structure de la matière au niveau atomique ou moléculaire. Malgré cette évidence, de nombreux pays manquent toujours de compétences dans ce domaine. C est pourquoi l UNESCO et l Union internationale de cristallographie unissent leurs forces en 2014 pour mettre la cristallographie en pleine lumière. Alors que tous les pays se doivent d investir dans ce domaine, notre message est clair : il ne tient qu à vous la cristallographie est accessible à tous, elle peut être pratiquée dans un environnement universitaire, avec des équipements relativement bon marché, sans infrastructure sophistiquée. Tous les pays peuvent tirer des bénéfices sociaux et économiques de cet investissement modeste et l Année internationale de la cristallographie s efforcera de le démontrer. Toute l année, l UNESCO et l Union internationale de cristallographie conseilleront les gouvernements qui le souhaitent pour le développement de leurs programmes scolaires et universitaires, ainsi que sur les moyens d approfondir la recherche dans leur pays. Nous organiserons des laboratoires de démonstration en cristallographie dans des pays en développement, en partenariat avec des entreprises privées. Les premiers laboratoires seront équipés et opérationnels dès début 2014 en Afrique du Sud, en Argentine et en Côte d Ivoire, au Maroc et en Uruguay. Pour conclure, j invite tous les gouvernements à se joindre à nous pour mieux faire connaître la cristallographie tout au long de l année 2014 et au-delà. La cristallographie a façonné l histoire du 20 ème siècle. Elle a contribué de façon cruciale à la compréhension de la base même de la vie en révélant la structure à double hélice de l ADN, notamment, grâce aux travaux de Francis Crick et James Watson, à la suite de ceux de la cristallographe Rosalind Franklin. Au cours des cinquante dernières années, plus de molécules biologiques ont été étudiées par les cristallographes, des travaux dont les retombées ont été importantes dans le domaine de la santé. Aujourd hui, toutes les sciences s appuient sur la cristallographie. Elle forme l épine dorsale de nombreuses industries comme la pharmaceutique, l agro-alimentaire, l aéronautique, l informatique, l industrie minière et les sciences de l espace. Elle est indispensable au développement de quasiment tous les nouveaux matériaux.

5 Message du Président de l Union internationale de cristallographie Gautam R. Desiraju Alors que la cristallographie est un sujet scientifique de haut niveau, ses applications sont facilement profitables et appréciables par tous. L Union internationale de cristallographie et l UNESCO ont ainsi entrepris un vaste programme d activités tout au long de l Année, notamment, une expérience de croissance cristalline pour les enfants et des sommets régionaux pour les chercheurs et les décideurs politiques. Un ambitieux programme de laboratoires de démonstration en cristallographie aura lieu dans au moins 20 pays à travers le monde. L Union internationale de cristallographie s est engagée à promouvoir la cristallographie dans le monde entier en 2014 et au-delà, car c est de ce genre d initiatives globales que proviendra le progrès matériel et une meilleure qualité de vie pour tous. J invite tous les cristallographes à célébrer et à profiter de l Année internationale de cristallographie. L Union internationale de cristallographie, en coopération avec l UNESCO, est ravie de célébrer l Année internationale de la cristallographie La cristallographie est une science qui étudie les cristaux. Une de ses plus grandes réalisations consiste en une technique d imagerie qui permet aux chercheurs de «voir» la matière au niveau atomique et moléculaire. En conséquence, il a un large domaine d application en biologie, chimie et physique. Toutes les branches des sciences structurales sont touchées par la cristallographie. Les bénéfices que procure cette science à l humanité sont énormes et vont de la découverte de nouvelles molécules médicamenteuses à des matériaux qui permettent une meilleure qualité de vie. Messages 3

6 4 20 janvier 2014 Programme Messages Année internationale de la cristallographie :00 Messages de bienvenue Cette session sera modérée par Neil Ford. Ban Ki-moon, Secrétaire Général des Nations Unies, par message vidéo Irina Bokova, Directrice générale de l UNESCO Gautam R. Desiraju, Président de l Union internationale de cristallographie (IUCr) Soumaia Benkhaldoun, Vice-ministre de l Enseignement supérieur et de la recherche du Maroc Alain Fuchs, Président du Centre national français de la recherche scientifique Nicole Moreau, ancienne Présidente de l Union internationale de chimie pure et appliquée (UICPA), Présidente du Comité d organisation de I Année internationale de la chimie (AIC) 2011 «De l AIC à l Année internationale de la cristallographie (AICr)» John Dudley, Président de la Société européenne de physique (EPS), Président du Comité de pilotage de l Année internationale de la lumière (AIL) 2015 «De l AICr à l AIL» Walter Maresch, Président de l Association internationale de minéralogie Gregory Petsko, Président de l Union internationale de biochimie et de biologie moléculaire Claude Lecomte, Vice-Président de l IUCr «Depuis l Initiative pour la cristallographie en Afrique jusqu aux OpenLabs de l UICr UNESCO» 10:55 Conférence sur les étapes importantes de la cristallographie et les perspectives d avenir Introduction par Christian Bronnimann Cristallographie : passé, présent et futur Jenny Glusker 11:30 Pause-café 12:00 Session 1 : Jeunes talentueux cristallographes du monde Cette session sera modérée par Philip Ball. Afrique : Yvon Bibila (Côte d Ivoire) et Dahlia Haynes (Afrique du Sud) États Arabes : Mohamed Eddaoudi (Arabie saoudite) Asie : Rumana Akther Jahan (Bangladesh) et Ji-Joon Song (République de Corée) Amérique Latine : Adriana Serquis (Argentine) Europe de l Est : Marcin Nowotny (Poland) Europe de l Ouest et d Amérique du Nord : Anders Ø. Madsen (Denmark) D autres jeunes talentueux cristallographes représentant les régions du mondes vont se joindre aux huit cités plus haut pour la partie questions-réponses, notament, Rahul Banerjee, El-Eulmi Bendeif, Malla Reddy et Andrew Torelli. 13:10 Pause déjeuner 14:50 Conférence du Lauréat du Prix Nobel Introduction par Jules Tenon Aperçu structurel de la signalisation par le récepteur couplé à la protéine G Brian K. Kobilka Remarques de synthèse par Judith Howard 15:30 Session 2 : La cristallographie dans les pays émergents : réussites et rôle dans le développement des pays BRICA Cette session sera modérée par Neil Ford. Hao Ping, Président de la 37 e Session de la Conférence générale de l UNESCO Irina Bokova, Directrice-générale de l UNESCO Vinay Sheel Oberoi, Ambassadeur, Délégué Permanent de l Inde auprès de l UNESCO Thirumalachari Ramasami, Secrétaire au Département Science et Technologie du gouvernement indien Glaucius Oliva, Président du Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) du Brésil Thomas Auf der Heyde, Directeur général adjoint, Département des sciences et de la technologie ; Catherine Esterhuysen, Présidente de la Société sudafricaine de cristallographie Mikhail Kovalchuk, Directeur de l Institut Kurchatov, Président du Comité russe pour la cristallographie Gao Song, Président de l Association chinoise de cristallographie 18:00 Fin du premier jour

7 21 janvier :00 Session 3 : La cristallographie pour la société et l avenir Introduction par Johannes Friso van der Veen Des tubes aux lasers à rayons X John Spence La cristallographie présente dans notre vie quotidienne Martijn Fransen La recherche en cristallographie dans le monde en développement Juliette Pradon Introduction par Sunday Asuquo Thomas La cristallographie dans l étude de l Univers David Bish et David Blake Bref historique des technologies utilisées en cristallographie Frank Burgazy Introduction par Diego Lamas La cristallographie dans l étude de l art et des objets historiques Philippe Walter 11:30 Session 4 : La cristallographie, la symétrie et l art Cette session sera présidée par Hocine Merazig. La symétrie dans l art et l architecture de l Age d or occidental de l Islam Abdelmalek Thalal Les jalons dans les arts décoratifs de l Islam oriental à travers les yeux des cristallographes Emil Makovicky Mathématiques modernes dans l architecture Islamique médiévale Peter J. Lu 12:30 Session 5: La cristallographie et la paix IUCrJ et cristallographie : actions à travers les nations Samar Hasnain Le projet SESAME : faire avancer la science, créer des passerelles Chris Llewellyn Smith 13:05 Remarques de clôture Maciej Nalecz, Directeur, Secrétaire exécutif du Programme international relatif aux sciences fondamentales de l UNESCO Jeunes talentueux cristallographes du monde 13:15 Fin de la Cérémonie de lancement Yvon Bibila Delia Haynes Mohamed Eddaoudi Rumana Akther Jahan Ji-Joon Song Adriana Serquis Marcin Nowotny Anders Ø. Madsen Programme 5

8 6 Messages Synopsis Année internationale de la cristallographie 2014 Cristallographie : passé, présent et futur Jenny Glusker Cette présente célébration de l Année internationale de la cristallographie se concentre sur les changements au niveau de la compréhension de la structure tridimensionnelle de la matière depuis la publication du rapport sur la détermination de la première structure d un cristal, celle du chlorure de sodium, en 1914, par W. H. et W. L. Bragg. Ma présentation portera sur notre compréhension des structures internes des cristaux au fil du temps jusqu en 1914, les motifs de diffraction aux rayons X obtenus en 1912 par von Laue et ses collègues, ainsi que les études mathématiques et technologiques inspirées au fil des années jusqu à maintenant (2014) qui nous ont permis d interpréter les motifs de diffraction aux rayons X (et plus tard neutrons) de tout cristal en termes d arrangement tridimensionnel des atomes au sein de l unité répétitive du cristal. Les cristallographes aux rayons X peuvent maintenant travailler de manière très précise sur des molécules aussi larges que des virus et sur des cristaux moins ordonnés et obtenir des résultats présentant l identification correcte des atomes et la configuration absolue de l arrangement atomique. Quelques retombées des résultats sur la structure sur différents domaines scientifiques seront ensuite décrites et des précisions sur les études à venir seront apportées. Aperçu structurel de la signalisation par le récepteur couplé à la protéine G Brian Kobilka Les récepteurs couplés aux protéines G (GPCRs) dirigent la majorité des réponses transmembranaires aux hormones et neurotransmetteurs et servent à la médiation des sens de la vue, de l odorat et du toucher. Le récepteur adrénergique β 2 (β 2 AR) et les récepteurs muscariniques M2 sont des prototypes des GPCRs de la Famille A qui transmettent les réponses physiologiques à l activité du système nerveux autonome. Nous avons obtenu les structures tridimensionnelles du β 2 AR et du récepteur muscarinique M2 dans leurs conformations actives et inactives, ainsi que la structure du β 2 AR en complexe avec le Gs de la protéine G. Nous avons également utilisé la fluorescence, la spectroscopie par RPE et RMN pour étudier les propriétés dynamiques du β 2 AR et les changements de conformation spécifiques au ligand. Je discuterai de ce que nous ont appris ces études sur la régulation allostérique de la structure du GPCR par les protéines G et les ligands. Robert Lefkowitz a attaché un isotope radioactif de l iode à différentes hormones. En retraçant les radiations émises par l isotope, il réussit à trouver le récepteur de l adrénaline, lui permettant de comprendre son fonctionnement. Dans les années 1980, Brian Kobilka a réussi à identifier le gène qui régule la formation de ce récepteur. Les deux chercheurs ont également démontré que le récepteur en question était similaire à ceux qui dans les yeux permettent la capture de la lumière. Il a été montré plus tard qu il s agit en fait d une famille de récepteurs qui se ressemblent et agissent de manière similaire, connus comme étant les récepteurs couplés aux protéines G. Près de la moitié des médicaments utilisés de nos jours utilise ce genre de récepteurs. (Source : Note : Qu est-ce qu un récepteur couplé aux protéines G? Lorsque vous avez peur, votre cœur bat la chamade, votre pression artérielle augmente et vous respirez lourdement. Ceci est partiellement dû à la montée d adrénaline dans votre organisme, qui induit une accélération de votre rythme cardiaque. L adrénaline est une hormone, une substance qui permet la communication entre les cellules de votre corps. Chaque cellule contient un petit récepteur qui est capable de recevoir des hormones. À quoi ressemblent ces récepteurs et comment ils fonctionnent est demeuré un mystère pendant plusieurs années. Pour mieux les comprendre, en 1968,

9 Les avancées récentes de la science, en particulier en cristallographie, au Brésil Glaucius Oliva La science brésilienne est relativement récente. Les premières institutions d enseignement supérieur, les maisons d éditions et bibliothèques n ont été permises qu après l arrivée de la famille royale portugaise en Le 19ème siècle n a vu s établir que quelques écoles de droit et de médecine, et la première université n a vu le jour qu au début du 20eme siècle. La science locale était restreinte à quelques instituts de recherches spécialisés en santé publique, dirigés par des pionniers tels qu Oswaldo Cruz et Carlos Chagas. L Académie brésilienne des sciences (ABC) a été créée en 1916, et la Société brésilienne pour l avancement des sciences (SBPC) en Ces deux institutions ont toutes les deux joué un rôle important dans la mise en place d une politique scientifique nationale. diffraction des matériaux poudreux. La cristallographie des protéines ne commença que beaucoup plus tard, dans les années 1990, lancée par la mise en place du premier synchrotron dans l hémisphère sud LNS en L Association brésiliennes de cristallographie, quant à elle, a été créée en 1972 et la production scientifique dans cette discipline est allée crescendo avec 14,400 publications parues dans des revues internationales entre 2000 et 2013 dont au moins un des auteurs est basé au Brésil. D autres indicateurs scientifiques, notamment en cristallographie, seront présentés, ainsi que les perspectives d avenir au Brésil. En 1951, le Conseil national de développement scientifique et technologique (CNPq) a été créé avec pour mission de promouvoir le développement de a science et la technologie dans le pays. Malgré son histoire récente en matière scientifique, le Brésil a pourtant fait des avancées importantes en science et technologie, ce qui a eu un impact significatif sur son économie. La recherche en cristallographie a été établie au Brésil dans les années Au départ elle était affiliée à la minéralogie, une discipline sœur, avec pour pionnier le Professeur Y. P. Mascarenhas, qui introduisit l étude des petites molécules, des monocristaux et de la La cristallographie en Afrique du Sud Thomas Auf der Heyde and Catherine Esterhuysen La cristallographie a été implantée en Afrique du Sud sur une base solide dès 1937 avec l'arrivée à l'université de Cape Town de R. W. James, un ami proche et collaborateur de W. L. Bragg. Dans cette présentation, le développement de la cristallographie en Afrique du Sud sera décrite à partir de ce point de départ jusqu à la période prospère actuelle que connaît sa communauté de cristallographes. Un court message de soutien du Département des sciences et de la technologie de la République d Afrique du Sud sera également délivré. Synopsis 7

10 8 Messages Synopsis Année internationale de la cristallographie 2014 La cristallographie en Fédération de Russie Mikhail Kovalchuk Le 20 ème siècle a été celui des matériaux ordonnés : les cristaux, les structures hautement ordonnées et la diffraction aux rayons X comme méthode d'étude et de suivi de ceux-ci. Actuellement, nous passons à l âge des matériaux irréguliers et désordonnés hybride et biomatériaux notamment, qui sont construits à partir des sciences et technologies nano-, bio-, infoet cognitives (NBIC). La cristallographie moderne est principalement basée sur des installations lourdes, telles que le rayonnement synchrotron et les sources à neutrons. Les possibilités future en termes de nouvelle La cristallographie en Chine Song Gao Je présente la cristallographie en Chine (continentale), dans le passé, le présent et le futur. L étude de la cristallographie était difficile avant les années 1970, à cause de l environnement de la recherche et les mauvaises conditions dans lesquelles celle-ci devait se pratiquer à l époque. Malgré tout, des pionniers ont établi avec succès des laboratoires et organisations, formé des étudiants et chercheurs, et déterminé la structure cristalline de l insuline en haute résolution, ce qui constitue la plus grande réalisation au cours de cette période. Au cours des vingt dernières années du 20 e siècle, la Chine a connu un développement rapide de la cristallographie, qui a couvert de larges domaines de recherche. Les scientifiques chinois ont été capables de contribuer à la recherche mondiale par une série de cristaux optiques non-linéaires comme le BBO et le LBO ; ils ont développé la théorie et des applications de super-réseaux diélectriques ; ils ont aidé à confirmer l existence des quasi-cristaux et développé des méthodes directes. Les installations de rayonnement synchrotron et les sources de neutrons étaient en construction à cette époque. Depuis 2000, le développement et l amélioration des instruments de laboratoire, ainsi que la disponibilité d installations domestiques de rayonnement synchrotron (Pékin et Shanghai), ont permis aux cristallographie basée sur des technologies à rayon X, les lasers à électrons libres et les synchrotrons de quatrième génération auront la capacité de transformer la cristallographie classique en trois dimensions en une plus performante en quatre dimensions (avec une dimension temporelle supplémentaire). Cela ouvrira la voie à l'holographie à rayons X. Dans ce contexte, la cristallographie, avec son essence interdisciplinaire, offre une base méthodologique pour le développement des sciences de la convergence au 21 ème siècle. cristallographes chinois d étudier différents systèmes, des macromolécules aux supraconducteurs. Les chercheurs en biologie structurale ont dévoilé les structures et fonctions de protéines ou complexes protéinaires liés à des maladies humaines comme le SRAS, le VIH et la grippe aviaire, ainsi que les structures et fonctions de complexes collecteurs de lumières, le mécanisme à l origine de l apoptose, etc. En ce qui concerne les petites molécules, les chimistes chinois ont exploré une large variété de matériaux fonctionnels à base de molécules (magnétiques, poreux, optiques, diélectriques, etc.) et leur ingénierie cristalline, avec des études offrant une contribution significative au CCDC. La Chine a développé le KBBF, un autre cristal optique non-linéaire important et utile pour la production de lasers ultraviolet profonds. La diffraction poudre aux rayons X est utilisée pour la caractérisation de nouveaux supraconducteurs, de minéraux et pour résoudre les structures de zéolites complexes. La microscopie électronique est utilisée pour l étude des structures de complexes moléculaires biologiques, ainsi que des oxydes, composés intermétalliques et zéolites. La cristallographie des médicaments a commencé à se développer en Chine. Le futur de la cristallographie en Chine semble prometteur. La Société chinoise de cristallographie compte actuellement 1500 membres.

11 Micron- sized droplet beam used to spray bioparmcles across the X- ray l Des tubes aux lasers à rayons X John Spence Cette présentation examinera brièvement l'histoire de la cristallographie aux rayons X, depuis les premiers travaux de Roentgen, von Laue, Bragg et d autres, à travers l'ère du synchrotron, jusqu à la récente invention du disque laser à rayons X (XFEL). Je vais montrer comment la découverte de l'effet XFEL «diffracte-et-détruit» a conduit à l invention d une nouvelle méthode en cristallographie des protéines, ce qui paradoxalement propose une solution au problème des dégâts dus à l'irradiation. L'utilisation très brève mais intense d'impulsions aux rayons X permet d'obtenir des images instantanées de molécules biologiques, avant que l'illumination intense qui, elle, permet de voir des détails infimes, ne détruise l échantillon. En utilisant une telle technique «shutter speed» au lieu de la congélation d'échantillons, cette approche permet aux images des molécules d'être enregistrées à température ambiante comme dans leur environnement liquide naturel. En outre, cette formation d'images à grande vitesse dans un model stroboscopique offre une nouvelle approche pour la réalisation de «films moléculaires» dans lesquels nous espérons enregistrer des images de machines moléculaires au travail. Je vais vous décrire les progrès récents dans cette veine, tirées de notre travail avec de nombreux collaborateurs, appliqués à plusieurs The molécules US Dept. de of protéines Energy's importantes. X- ray laser at Il SLAC s'agit was notamment the world s first hard it produces de celles qui 9 kv sont X- rays impliqués in pulses dans as le processus brief at 10 de fs, with about 1E12 pho photosynthèse (lesquelles, dans toutes les plantes vertes, participent à la création de l'oxygène que nous respirons à partir de l'eau), une enzyme qui est une cible thérapeutique importante pour la maladie du sommeil, et une protéine «GPCR» humaine également important pour la confection de médicaments. La cristallographie présente dans notre vie quotidienne Martijn Fransen La cristallographie est partout dans le monde qui nous entoure, dans notre vie quotidienne. En fait, souvent, la propriété cristallographique des produits autour de nous détermine leur performance. Sans la connaissance de la cristallographie, nous n'aurions pas été en mesure de «recréer» le monde autour de nous. Les connaissances cristallographiques nous aident à faire du monde un endroit meilleur. Dans cette présentation, nous allons montrer, avec quelques exemples, l'importance de la cristallographie dans notre vie quotidienne, en faisant un zoom sur quelques produits que nous utilisons tous. Nous expliquerons pourquoi la cristallographie détermine leur performance. Synopsis 9

12 10 Messages Synopsis Année internationale de la cristallographie 2014 La recherche en cristallographique dans le monde en développement Juliette Pradon Les bases de données cristallographiques qui incarnent le monde moléculaire sont faciles d'accès et peuvent être recherchées et analysées par les logiciels à un coût minime. Ils sont donc bien adaptés pour une recherche de qualité dans les pays où les possibilités financières sont limitées. Dans cet exposé, les résultats d'une récente collaboration entre le Centre de données cristallographiques de Cambridge (CDCC) et le groupe de recherche coordonné par le professeur G. Zéphirin Yav de l'université de Kinshasa (République démocratique du Congo, seront utilisés pour montrer qu une recherche de haut niveau peut être réalisée dans les pays en développement tout en stimulant le développement local. Deux étudiants, un en Master et l'autre en doctorat, travaillent avec le CDCC et avec d'autres ressources de chimie analytique pour comprendre le comportement des éléments du sélénium et du tellure dans les interactions intermoléculaires. Ceci dans le but d'obtenir une meilleure compréhension de leurs effets dans un environnement biologique et d'autres systèmes critiques. Les premiers résultats de la diffraction aux rayons X venus d une autre planète David Bish Le laboratoire Mars Science Laboratory (MSL) a commencé son voyage vers Mars en novembre 2011 et débarqua sur le cratère Gale dans la nuit du 5 août Le cratère Gale est occupé en son centre par le Mt Sharp, qui est trois fois plus haut que le Grand Canyon (États-Unis) est profond. MSL transporte dix instruments sur, ou à l'intérieur, du robot Curiosity rover, y compris CheMin, un instrument miniature de diffraction aux rayons X (DRX) et fluorescence aux rayons X (FRX). La DRX est une technique bien établie sur Terre, utilisant le plus souvent des installations lourdes en laboratoire. Elle peut fournir des identifications plus précises des minéraux en comparaison à toute autre méthode précédemment utilisée sur la planète rouge. Curiosity a fourni des échantillons tamisés (150 μm) de sols à CheMin qui a la taille d une boite de chaussure. Les premières données de DRX ont été mesurées avec succès sur Mars en octobre 2012, coïncidant avec le 100 ème anniversaire de la découverte de la diffraction aux rayons X par von Laue. L instrument CheMin DRX/FRX a tout d abord analysé un échantillon de sol/poussière martiens recueillis sur une dune, et a constaté qu il était très similaire au Premier motif de diffraction aux rayons X obtenu sur une autre planète, 2012

13 sol sur les flancs du volcan Mauna Kea à Hawaï. Cet échantillon contenait des minéraux qui se trouvent couramment dans les basaltes, mélangés avec des matériaux amorphes ou vitreux. Aucun des minéraux argileux connus n ont été découverts dans le sol Martien, ce qui suggère une absence d interaction avec de l eau liquide. Les analyses par DRX ultérieures de roches forées ont révélé la présence de minéraux argileux en plus des minéraux trouvés dans le basalte. Le niveau de détail fourni par le CheMin était auparavant impossible à obtenir, et fournit même des informations sur les conditions de formation des roches. Les minéraux argileux sont compatibles avec la formation dans l eau. En outre, l âge de ces roches montre que Mars a eu environnement humide plus récemment qu on ne le pensait. De plus, les minéraux particuliers trouvés dans les roches sont compatibles avec un milieu propice à la vie, c est à dire avec un ph voisin de la neutralité et des températures modérées. L importance des cristaux dans la formation et l évolution des premiers composés biogènes, dans leur livraison habitable zones et dans l énergétique début de la vie David Blake La formation des premiers composés organiques abiotiques dans les nuages moléculaires froids est modulée par la structure de la glace d eau à chaque étape de formation des étoiles et des planètes. L effondrement local du gaz, de la poussière et des grains enrobés de glace d eau dans ces nuages a formé des disques stellaires, le lieu de naissance des étoiles et des planètes. Au cours de ce processus, les planètes telluriques internes ont reçu des matériaux prébiotiques comme molécules organiques complexes et comme composés organiques piégés dans des glaces amorphes et polycristallines, ainsi que dans des hydrates clathrates à point de fusion élevé. Dans l environnement proche de la surface des planètes dans la zone habitable, telles que la Terre et Mars, l interaction des minéraux du manteau comme l olivine avec l eau et le CO 2 produit aussi des composés prébiotiques organiques simples par des réactions Fischer-Tropsch. Le H 2 libéré dans ces réactions eau roche peut se comporter comme une source d énergie pour la vie chemolithotrophique précoce. L oxydation naturelle du Fe dans l olivine qui produit de la magnétite ainsi que de la serpentine ( «serpentinisation» ) est l une des nombreuses réactions redox à base de minéraux utilisées par des organismes primitifs, dont les produits peuvent être identifiés et étudiés par diffraction des rayons X. L instrument CheMin DRX/FRX sur le Laboratoire scientifique pour Mars du rover Curiosity a été conçu et construit sur une période de 20 ans afin d identifier les «environnements habitables» sur Mars en se servant de la minéralogie des roches anciennes. CheMin a analysé activement la minéralogie des roches et du sol dans le cratère Gale sur Mars depuis août 2012, ce qui sera décrit en détail par mon collègue David Bish (voir le résumé précédent). Sur Terre, des produits commerciaux portables et alimentés par des batteries, dérivés de l instrument CheMin, sont utilisés dans l exploration minérale, pétrolière et gazière, ainsi que dans la conservation d objets d art et d antiquités. Ils sont également prometteurs pour l identification des contrefaçons de produits pharmaceutiques dans les pays en développement. Bref historique des technologies utilisées en cristallographie Frank Burgäzy Des travaux pionniers et Laue et Bragg jusqu aux dernières expériences synchrotron d aujourd hui, la technologie et les méthodes disponibles pour les cristallographes se sont considérablement développées au cours des 100 dernières années. Les développements historiques dans les sources, les optiques, les détecteurs et les techniques logicielles sont décrites avec les découvertes scientifiques majeures qui ont été obtenus à partir de chaque nouvelle génération de technologie. NASA Synopsis 11

14 12 Messages Synopsis Année internationale de la cristallographie 2014 La cristallographie dans l étude de l art et des objets historiques Philippe Walter L étude du patrimoine culturel nécessite des techniques avancées mettant en lumière les réalisations anciennes et aidant à leur préservation. La mise en œuvre de nouveaux outils d analyse, y compris les laboratoires mobiles ou des installations à grande échelle telles que le rayonnement synchrotron et les sources de neutrons, permet de «voir» en profondeur à l intérieur des matériaux artistiques et archéologiques, des échelles millimétrique à nanométrique. Au cours de cette conférence, je vais vous montrer différentes applications et les besoins potentiels en termes d études cristallographiques permettant de caractériser la nature et le mode de préparation de différents pigments: origine des minéraux, des produits chimiques de synthèse, l écrasement des cristaux, le mélange des différentes matières, etc. Le caractère précieux des œuvres artistiques les plus célèbres et leur unicité impliquent une minutie particulière dans leur manipulation d où l utilisation des instruments de diffraction aux rayons X, qui peuvent donner le maximum d informations, de manière non-intrusive, directement sur les objets in situ dans un musée ou dans un site archéologique. La symétrie dans l art et l architecture de l Age d or occidental de l Islam Abdelmalek Thalal L histoire du Maghreb a été étroitement liée à celle de l Andalousie, depuis la conquête de l Andalousie par les musulmans arabo-berbère et la mise en place du califat Omeyyade du 8 ème jusqu à la perte de Grenade au 15 ème siècle. Le mélange des populations d origines ethniques différentes a donné naissance à une civilisation qui a rayonné scientifiquement et culturellement dans le monde entier. Cette brillante civilisation a particulièrement favorisé le développement d une forme artistique originale, riche et variée, intégrant les principes géométriques dans la construction de modèles complexes qui apparaissent dans les décorations architecturales. Cette forme très stylisée de l art mauresque a évolué au fil des siècles, partant de simples dessins à des motifs géométriques complexes impliquant un haut degré de symétrie. La Grande Mosquée de Cordoue, les madrasas de Fès, le palais de l Alhambra et les merveilles architecturales mauresques sont quelques exemples de bâtiments historiques qui reflètent l évolution de l art et de l architecture pendant l Age d or occidental de l Islam.

15 Les jalons dans les arts décoratifs de l Islam oriental à travers les yeux des cristallographes Emil Makovicky L art décoratif Islamique est peut-être le plus riche qui ait jamais été créé. Bien qu il existe des différences entre les écoles orientales et occidentales, il transcende à la fois les frontières des pays, les langues et les replis identitaires nationaux. Nous allons nous concentrer sur la branche orientale de la culture Islamique, dont nous allons comparer les approches avec celles de l Islam occidental. Une des gloires des motifs géométriques Islamiques faites en briques non émaillés est liée à la règle de Turcomans Seldjoukides d Asie centrale et d Iran. En effet, les tombes, les tours et les minarets étaient joliment ornés. L avènement de la lumière et du verni bleu foncé ont contribué à perfectionner ces créations. En Anatolie, la géologie impressionnante a certainement influencé l expression artistique de cette époque: sculpture d ornementation sur basalte, etc. Les motifs entrelacés sont communs et nous conduisent au-delà des groupes de symétries du plan. L art Moghole d Inde a été influencé par la disponibilité et la proximité de grès fins. Dans l art Islamique oriental, les artisans ont réussi à se libérer du monde des motifs périodiques pour la première fois à la fin du 12 ème siècle. En 1991, nous avons décrit un modèle quasi-périodique décagonale ornant une tour funéraire seldjoukide à Maragha (Iran). Les modifications des siècles suivants sont connues et répertoriés aujourd hui en plusieurs endroits tels qu à Ispahan, Konya (Turquie) et en plus autres endroits de façon fragmentaire. La profondeur de la compréhension en géométrie des artistes de cette époque est étonnante. Les comparaisons de modèles quasipériodiques décagonaux et octogonaux découverts dans l ouest du monde Islamique sont très intéressantes. Les découvertes de glaçages et vernis parfaits de couleurs ont éliminés beaucoup de l art géométrique virtuose d origine Iranienne. Les motifs étaient désormais peints sur des carreaux carrés plutôt que sur des éléments en brique. Une branche florissante de l art du carrelage et du vitrage était liée à l art de la tuile d Iznik en Turquie. Des études détaillées montrent que les premiers temps de la symétrie des pavages étaient un monde fascinant où l application directe au processus de pose de tuiles et carreaux a permis de comprendre certaines erreurs anciennes. Mathématiques modernes dans l architecture Islamique médiévale Peter J. Lu La vision conventionnelle stipule que les motifs girih (étoiles et polygones géométriques) dans l architecture médiévale islamique ont été conçus en tant que réseaux de lignes en zigzag et dessinés directement à la règle et au compas. Je décrirai des découvertes récentes qui montrent qu en 1200, une avancée conceptuelle a vu le jour, dans laquelle les motifs girih sont repensés sous forme de mosaïques d une série spéciale de polygones équilatéraux (pavage girih) décorés avec des lignes. Ces pavages girih ont permis la création de motifs girih d une périodicité de plus en plus complexe. Au 15ème siècle, l approche de tessellation a été combinée à des transformations auto-similaires pour créer des motifs quasi-cristallins presque parfaits. Les motifs quasicristaux ont des propriétés remarquables : ils ne se répètent pas périodiquement, présentent une symétrie spéciale et ne furent compris par le monde occidental qu à partir de Je discuterai certaines propriétés des carreaux quasi-cristallins et de leur relation avec le carreau de le pavage de Penrose, peut-être le mieux connu des motifs quasi-cristaux. Synopsis 13

16 14 Messages Synopsis Année internationale de la cristallographie 2014 IUCrJ et cristallographie : actions à travers les nations Samar Hasnain La création de l Union internationale de cristallographie (UICr) et sa première revue Acta Crystallographica sont l expression claire des nations à travailler ensemble. Lawrence Bragg et Max von Laue ont été les premiers élus, Président et Présidents d honneur de l UICr, respectivement. Tandis que Paul Ewald, lui, était l éditeur fondateur d Acta Cryst. Un siècle après le premier prix Nobel en cristallographie, l UICr a lancé un journal scientifique ouvert à tous, intitulé IUCrJ. Je vais également mettre en évidence brièvement deux exemples relativement modernes de pays qui s illustrent en travaillant ensemble sur des projets de source de rayonnement synchrotron et de calcul sur machine (Collaborative Computational Project 4). Le projet SESAME : faire avancer la science, créer des passerelles Chris Llewellyn Smith SESAME (Synchrotron-light for Experimental Science and Applications in the Middle East) est une source de lumière synchrotron 2,5GeV de troisième génération, actuellement en construction en Jordanie. Les membres sont actuellement l Autorité palestinienne, le Bahreïn, Chypre, l Egypte, l Iran, Israël, la Jordanie, le Pakistan et la Turquie. SESAME aura pour mission de : Renforcer la recherche scientifique de niveau international au Moyen-Orient et dans les pays voisins, dans des domaines aussi variés que la médecine et la biologie, la science des matériaux, la physique et la chimie, l environnement, l agriculture et l archéologie ; Stimuler la collaboration entre les pays, le dialogue et la compréhension entre des scientifiques venus de différents horizons culturels, politiques et religieux ; et il est à espérer qu il pourra : Inverser la fuite des cerveaux qui freine la progression de l éducation scientifique et de la recherche. SESAME a été créé de manière «bottom-up» (du bas vers le haut) par des scientifiques qui ont persuadé leurs gouvernements d y adhérer. Il a été établi sur le modèle du CERN et sous les auspices de l UNESCO. SESAME est en bonne voie pour démarrer fin 2015 ou début 2016, bien qu il reste des défis à relever. Après avoir présenté les origines de SESAME, je décrirai le statut du projet et le programme expérimental initial. Le bâtiment The SESAME de SESAME building à 35 km 35 au km nord-ouest north west d Amman, of Amman, en Jordanie

17 Programme international relatif aux sciences fondamentales de l UNESCO Maciej Nalecz Toutes les activités de l UNESCO dans le domaine des sciences fondamentales sont mises en œuvre dans le cadre du Programme international relatif aux sciences fondamentales, y compris la préparation, la coordination et le suivi des années internationales dans ce domaine. L Année internationale de la cristallographie fait suite aux Années internationales des mathématiques (1999), de la physique (2005) et de la chimie (2011). Elle précède l Année internationale de la lumière (2015). L Année internationale de la cristallographie apporte une pierre supplémentaire à l édifice qui promeut les sciences fondamentales. L objectif est de développer la prise de conscience scientifique et de mettre en évidence les bénéfices que la science peut apporter à la société. Le plaidoyer pour la science peut prendre la forme d éducation scientifique, de popularisation des réalisations scientifiques qui lient les avancés en sciences fondamentales au progrès technologique, ou la mise en évidence du rôle clé que jouent les sciences et les technologies résultantes dans le développement durable. Les années internationales ne se réduisent pas à un an de célébration dans une discipline donnée. Au contraire, elles engendrent de nombreuses activités sur le long terme et durables qui continuent bien après l année. Prenons l exemple de l Année internationale de la physique (2005). Cette Année a conduit à l introduction, à l UNESCO, d un programme de formation sur l enseignement actif en optique et photonique. Ce programme se poursuit jusqu à ce jour dans le cadre du Programme international relatif aux sciences fondamentales (PISF) de l UNESCO, en étroite collaboration avec le Centre international de physique théorique Abdus Salam et il est financé partiellement par la Société internationale d optique et de photonique (SPIE). De la même manière, l Année internationale de la chimie a donné naissance à l Expérience mondiale de chimie sur l eau, au cours de laquelle des élèves du monde entier ont mesuré la pureté de l eau en utilisant des kits de micro-analyse. L expérience a depuis été intégrée dans le programme d enseignement des écoles du secondaire dans de nombreux pays. L Année internationale de la chimie a aussi engendré le programme Chimie verte pour la vie, mis en place par le Programme international relatif aux sciences fondamentales, en étroite collaboration avec l Union internationale de la chimie pure et appliquée et financé par le producteur russe d engrais PhosAgro. L Année internationale de la cristallographie ne sera pas une exception. A titre d exemple, le projet des laboratoires de démonstration («Open Labs»), initié par l UNESCO et l Union internationale de la cristallographie en 2014, continuera à être mis en place bien après l Année, sous forme de centres de formation en cristallographie pour les pays en développement. Biological crystals Synopsis 15

18 16 Modérateurs Année internationale de la cristallographie 2014 Modérateurs Neil Ford a trente ans d expérience professionnelle, qui peut être divisée en trois parties : journaliste de radiotélévision primé au Canada dans le domaine du développement économique et de l identité culturelle; militant de base dans le monde en développement, élaborant des stratégies de partenariat et gouvernance pour permettre aux personnes marginalisées d exprimer leurs opinions sur leur propre développement ; et, troisièmement, spécialiste média et communication dans le Système des Nations Unies. Il conçoit et diffuse des stratégies de communication et partenariat dans le but de soutenir la liberté d expression, promouvoir l égalité hommes femmes et permettre aux jeunes de revendiquer leurs droits et de participer au processus de décision de manière efficace. Philip Ball est un écrivain freelance. Auparavant, il a été pendant plus de 20 ans un des rédacteurs en chef du journal Nature. Il est l auteur de nombreux livres sur les interactions des sciences, des arts et de la culture au sens large, y compris : The Self-Made Tapestry: Pattern Formation in Nature ; Bright Earth: the Invention of Colour ; Critical Mass et ; The Music Instinct.

19 Conférenciers Messages de bienvenue, 20 janvier 2014 Irina Bokova est la Directrice générale de l Organisation des Nations unies pour l éducation, la science et la culture (UNESCO) depuis Elle a été élue pour un second mandat de quatre ans en Mme Bokova a été Ministre des Affaires étrangères de la Bulgarie et Coordinatrice des relations Bulgarie Union Européenne ( ). Elle a également occupé le poste d Ambassadrice auprès de la France et de l UNESCO.. Gautam Desiraju est Professeur de chimie à l Indian Institute of Science à Bangalore et Président de l Union internationale de cristallographie ( ). Il a publié environ 375 articles et est l un des scientifiques indiens les plus cités. Il est membre du comité consultatif de rédaction du Journal of the American Chemical Society, Angewandte Chemie et Chemical Communications, et l un des rédacteurs en chef du nouveau journal en libre accès de l IUCr, IUCrJ. Il a reçu le Humboldt Forschungspreis et le TWAS award en chimie. Alain Fuchs a été nommé Président du Centre nationale de la recherche scientifique en janvier Il était précédemment Directeur de l Ecole normale supérieure de chimie de Paris depuis Il a également été président de la Division de chimie physique de la Société française de chimie et de la Société française de physique (2002 à 2005). Prof. Fuchs est chevalier de la Légion d honneur française (2010). Il est également membre d Academia Europaea et de la Royal Society of Chemistry. Nicole Moreau est l ancienne présidente de l Union internationale pour la chimie pure et appliquée. Depuis 2005, elle est Secrétaire du Comité du prix international de la Fondation de la Maison de la chimie. Elle était directrice de recherche au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) jusqu en 1993, quand elle a été nommée Professeur permanente à l Université Pierre et Marie Curie (Paris 6). Six année plus tard, elle a commencé à travailler en tant que Professeur à l Ecole nationale supérieure de chimie de Paris (ENSCP), où elle a rejoint le laboratoire du CNRS travaillant sur les synthèses organiques sélectives et les produits naturels. Né et formé en Nouvelle Zélande, John Dudley est chercheur au CNRS, à l Institut Franche-Comté Électronique, mécanique, thermique et optique Sciences et technologies (FEMTO-ST), et à l Université de Franche- Comté à Besançon, France. Il étudie de nombreux domaines de l optique et de la physique nonlinéaire et est actuellement co-lauréat d une bourse de recherche du Conseil européen de la recherche pour l étude des événements extrêmes. Il est membre de l Institute of Electrical and Electronics Engineers (IEEE), de la Société d optique européenne et de l Optical Society of America. Il participe à des activités en éducation scientifique dans de nombreuses organisations professionnelles dans le monde entier. Il est actuellement Président de la Société européenne de physique. Conférenciers 17

20 18 Conférenciers Année internationale de la cristallographie 2014 Walter V. Maresch est Président de l Association internationale de minéralogie ( ). Il est né en Europe, a grandi au Canada et a reçu ses diplômes en géologie et géophysique ainsi qu en minéralogie des Universités de Toronto, de Princeton et de Ruhr- Bochum. Il a été chercheur en pétrologie expérimentale, Professeur associé en pétrologie et géologie économique et titulaire de la chaire en pétrologie dans les Universités de Bochum et Münster en Allemagne. Ses principaux domaines d étude sont la chimie cristalline des minéraux des substrats rocheux et la pétrologie des roches de haute-pression et des systèmes fluides-roches. Ses travaux en métrologie comprennent études en laboratoire et études sur le terrain. Gregory A. Petsko est un biochimiste américain, membre de l Académie nationale des sciences des États-Unis. Il est Professeur Gyula and Katica Tauber en biochimie et chimie à l Université de Brandeis. Il est l ancien président de l American Society for Biochemistry and Molecular Biology. En avril 2010, il a été élu à l American Philosophical Society. Son domaine de recherche est la cristallographie des protéines. Il est co-auteur, avec Dagmar Ringe, de Structure et fonction de la protéine. Il est également l auteur d une colonne mensuelle dans Genome Biology, ayant pris modèle sur une colonne amusante de Sydney Brenner parue dans Current Biology. Claude Lecomte est Professeur de physique et de cristallographie et Professeur émérite depuis Ancien président de l Association française de cristallographie ( ), il est actuellement Viceprésident de l Union internationale de la cristallographie, où il est en charge de l Initiative pour la cristallographie en Afrique et de la contribution de l IUCr au projet des laboratoires de démonstration, en collaboration avec l UNESCO. Il est le fondateur du laboratoire CRM2 de cristallographie, résonnance magnétique et modélisations, au CNRS-Université de Lorraine, dont il a été le directeur de 1995 à Ancien président de l association européenne de cristallographie ( ), il est lauréat du Prix Max Perutz 2010 remis par cette association. Son domaine de recherche est l analyse de la densité électronique par la cristallographie et ses applications. Etapes clés de la cristallographie et perspectives futures Christian Brönnimann est fondateur et directeur de Dectris Ltd, entreprise leader mondial dans le domaine des détecteurs pour la diffraction aux rayons X. Il a obtenu son doctorat à l Institut Paul Scherrer à Villingen (Suisse), dans le domaine de la physique des hautes énergies. En 1997, il a commencé à développer des détecteurs hybrides de pixels pour Swiss Light Source. Il a décidé de commercialiser une de ses avancées majeures, avec le premier détecteur Pilatus grande surface en L année suivante, il a fondé Dectris avec trois partenaires. La commercialisation de détecteurs rapides, grande surface et fiables pour des applications synchrotron a connu un grand succès. Fin 2013, Dectris employait plus de 50 employés hautement qualifiés. Actuellement, 650 systèmes de détection sont utilisés dans des synchrotrons et sources de laboratoire à travers le monde, la grande majorité étant utilisée pour des expériences de diffractions répondant à des défis scientifiques. Jenny Pickworth Glusker a étudié à l Université d Oxford. Elle a travaillé avec Dorothy Crowfoot Hodgkin sur la structure cristalline d un dérivé de la vitamine B 12, ce qui a contribué à l obtention de la formule chimique de cette vitamine. Après avoir travaillé sur les structures des peptides à Caltech sous la direction de Robert Corey et Linus Pauling, elle est partie travailler à Philadelphie avec Lindo Patterson au Fox Chase Cancer Center. Elle y est restée et a étudié des structures cristallines présentant un intérêt en biochimie, y compris des agents anti-tumeurs et carcinogènes et leur interactions possibles avec l ADN, différents mécanismes enzymatiques et les structures aux rayons X et neutrons de l enzyme xylose isomérase.

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction.

Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Détermination des structures moléculaires Structures et diffraction. Pr. Richard Welter, Institut de Biologie Moléculaire des Plantes, welter@unitra.fr CONTENU DES ENSEIGNEMENTS 1) Discussion sur la notion

Plus en détail

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA)

Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Université Cheikh Anta Diop de Dakar Institut de Technologie Nucléaire Appliquée ( ITNA) Assemblée de l Université Cheikh Anta Diop de Dakar 8 Décembre 2009, Dakar Rapport d Activité: année 2008-2009 Pr

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental

Rapport sommaire. Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Rapport sommaire Table ronde sur la mobilité des étudiantes et étudiants dans l hémisphère occidental Buenos Aires, Argentine 1-3 décembre 2000 Au cours des dix dernières années, le Canada a joué un rôle

Plus en détail

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation

Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Un leadership fort Favoriser la création d emplois et la croissance dans l industrie et l innovation Le gouvernement Harper tient sa promesse de rétablir l équilibre budgétaire en 2015. Le Plan d action

Plus en détail

Chimie du solide et de l énergie

Chimie du solide et de l énergie COMMUNIQUÉ Janvier 2014 RenforcerlarechercheenChimiedanslesdomainesdel énergieetdel environnement Jean MarieTARASCONestnommétitulairedelanouvellechaire Chimiedusolideetdel énergie Leçoninaugurale,lejeudi23janvierà18h00

Plus en détail

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE

LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE LA RECHERCHE, LA FORMATION ET L INNOVATION POUR UNE ÉCONOMIE DU XXI e SIÈCLE CONCURRENTIELLE Une présentation au Comité permanent des finances de Recherches en sciences et en génie Canada (CRSNG) Octobre

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 11 mars 2010 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Trente-septième session Vienne, 10-12 mai 2010

Plus en détail

EUROV, conception collaborative d'un ROVer Européen

EUROV, conception collaborative d'un ROVer Européen ² Résumé du projet EUROV, conception collaborative d'un ROVer Européen Le projet avait pour but de faire travailler ensemble plusieurs équipes d élèves de différentes écoles techniques européennes (France,

Plus en détail

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau

Etude de cas. Porter l optimisation au plus haut niveau Etude de cas Porter l optimisation au plus haut niveau Après la mise en oeuvre du Quintiq Company Planner, Vlisco a réduit ses délais de production de 50%. L étape suivante, le déploiement du Scheduler,

Plus en détail

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012

DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 DÉCOUVREZ LES NOBELS : LE PRIX NOBEL D ÉCONOMIE 2012 Demandred 09 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 Un marché de la rencontre efficace 7 2.1 L algorithme de Gale-Shapley :...........................

Plus en détail

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN

SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN SOMMAIRE DOCUMENT TUNING DESIGN Design document Tuning 2.1 Introduction au sujet 2.2 Profils de diplômes 2.3 Acquis de l'apprentissage et compétences - descripteurs de niveau 2.4 Processus de consultation

Plus en détail

Le DSI du futur Rapport d'étude

Le DSI du futur Rapport d'étude Le DSI du futur Rapport d'étude Devenir un catalyseur du changement Partagez ce rapport d'étude Le DSI du futur : Devenir un catalyseur du changement Tandis que la plupart des DSI s accordent à dire que

Plus en détail

Développer les compétences interculturelles

Développer les compétences interculturelles Développer les compétences interculturelles Europe Arab Bank Europe Arab Bank (EAB) est une banque qui offre à ses clients un accès privilégié à des projets d investissement en Europe, en Amérique du Nord,

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Tunisia / Tunisie (260) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO. Période d activité : 2006

Tunisia / Tunisie (260) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO. Période d activité : 2006 Tunisia / Tunisie (260) Programme UNITWIN/Chaires UNESCO Période d activité : 2006 Chaire UNESCO d enseignement du droit d auteur et des droits voisins Rapport rédigé par : Madame Nébila Mezghani ; Responsable

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi!

Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Think... Edition Spéciale Barack Obama a gagné la bataille... sur les médias sociaux aussi! Le 4 avril 2011, Barack Obama annonçait sa candidature à l élection présidentielle américaine de 2012 sur Youtube.

Plus en détail

Solvabilité II Solution elearning

Solvabilité II Solution elearning Solvabilité II Solution Solvabilité II Solution Jusqu à présent les programmes Solvabilité II se sont surtout concentrés sur les éléments quantitatifs. La mise en place réussie de Solvabilité II exige

Plus en détail

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle

De meilleures statistiques pour des vies meilleures. PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle De meilleures statistiques pour des vies meilleures PARIS21 Partenariat statistique au service du développement au XXIe siècle Présentation de PARIS21 PARIS21 est l acronyme de l anglais Partnership in

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays.

de présenter une optique commune de solutions aux problèmes de développement qui se posent dans ces pays. PLAN DU SÉMINAIRE Guide de bonnes pratiques en matière de développement dans les pays les plus défavorisés de l environnement Euro méditerranéen Education, Egalité entre hommes et femmes et Etat de droit

Plus en détail

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée

Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Des systèmes d information partagée pour une meilleure gouvernance de l eau en méditerranée Marseille, 13 mars 2012 INTRODUCTION WALTER MAZZITTI Président du Comité Directeur du SEMIDE Messieurs les ministres,

Plus en détail

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST

Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Témoignage de Rita SOUSSIGNAN, Professeur d Histoire antique, participante au projet Landmarks du programme COST Janvier - Février 2009 Par Anne-Laure ALLAIN Rita Soussignan est directeur-adjoint du CESAM,

Plus en détail

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST)

POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO (ECOPOST) POLITIQUE SCIENCE, TECHNOLOGIE ET INNOVATION DE LA CEDEAO Présenté par: Prof. Dr. Djénéba TRAORE Directrice Générale Institut de l Afrique de l Ouest Email: Djeneba.Traore@iao.gov.cv Site web: www.westafricainstitute.org

Plus en détail

Appel à candidature Bourses AWARD

Appel à candidature Bourses AWARD Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development Appel à candidature Bourses AWARD Ouverture de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social ECE/CECI/CONF.10/1 Distr. générale 23 novembre 2010 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration

Plus en détail

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine

Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Message de la Directrice générale de l UNESCO, Irina Bokova, à l occasion du 48 e anniversaire de la création du Groupe des 77 et la Chine Lu par M. Qian Tang, Sous-Directeur général pour l éducation Paris,

Plus en détail

L air pur où il fait bon vivre!

L air pur où il fait bon vivre! L air pur où il fait bon vivre! Un partenariat empreint de confiance Conjointement avec deux sociétés partenaires installées en Allemagne et en Autriche, l entreprise fondée en 1978 fabrique des produits

Plus en détail

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I

Formation L.M.D. en instrumentation biomédicale. Mise en œuvre dans une université scientifique et médicale : Claude Bernard Lyon I J3eA, Journal sur l enseignement des sciences et technologies de l information et des systèmes, Volume 3, Hors-Série 1, 11 (2004) DOI : http://dx.doi.org/10.1051/bib-j3ea:2004611 EDP Sciences, 2004 Formation

Plus en détail

APPEL A MANIFESTATION D INTERET

APPEL A MANIFESTATION D INTERET Conseil Ouest et Centre Africain pour la Recherche et le Développement Agricoles West and Central African Council for Agricultural Research and Development APPEL A MANIFESTATION D INTERET ------------------------

Plus en détail

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis

EPFL SB-ISIC. laborantin en chimie. laboratoire-école appren tis EPFL SB-ISIC laborantin en chimie laboratoire-école appren tis info Description de la profession La chimie est une science très ancienne qui fait partie intégrante de notre vie quotidienne. Les secteurs

Plus en détail

Une rencontre internationale pour la culture et le patrimoine en ligne. 9 au 12 avril 2008 - Montréal, Québec, Canada

Une rencontre internationale pour la culture et le patrimoine en ligne. 9 au 12 avril 2008 - Montréal, Québec, Canada Museums and the Web 2008 Une rencontre internationale pour la culture et le patrimoine en ligne 9 au 12 avril 2008 - Montréal, Québec, Canada Sommaire du programme Museums and the Web 2008 9 au 12 avril

Plus en détail

Blogue / Philips éclairage

Blogue / Philips éclairage Blogue / Philips éclairage Date : 28 novembre, 2013 Auteur : Monique Cousineau Catégorie : Innovations Entrevue avec David Sasaki, lauréat du 2 e prix du Concours de la fondation CLU 2013 David Sasaki

Plus en détail

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT

DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT DÉPARTEMENT D ÉTAT DES ÉTATS-UNIS AMBASSADE DES ÉTATS-UNIS À KINSHASA SERVICE DES AFFAIRES PUBLIQUES PROGRAMME DE MICROFINANCEMENT Titre de l opportunité de financement : Journée mondiale du SIDA 2012

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2005/7 31 janvier 2005 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO

La définition de l examen critique par les pairs dans le contexte du processus AEO Module 5 Examen critique par les pairs Aperçu Ce module souligne l importance de l examen critique par les pairs de l évaluation et du rapport environnemental intégrés, notamment pour en assurer la crédibilité

Plus en détail

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN

La diversité du monde et l émergence de la complexité. Jean-Philippe UZAN La diversité du monde et l émergence de la complexité Jean-Philippe UZAN Nous observons un univers structuré à toutes les échelles. Pourquoi les lois fondamentales de la nature permettent-elles l émergence

Plus en détail

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE

Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE INSTITUT DES HAUTES ÉTUDES DE PROTECTION SOCIALE Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé 4È ME CYCLE SEPTEMBRE 2012 - JUIN 2013 «Les nouveaux enjeux économiques et sociaux des politiques de couverture santé» SEPTEMBRE

Plus en détail

PRESENTATION DES PROJETS LIBRES POUR LE CAMPUS D EXCELLENCE 07

PRESENTATION DES PROJETS LIBRES POUR LE CAMPUS D EXCELLENCE 07 PRESENTATION DES PROJETS LIBRES POUR LE CAMPUS D EXCELLENCE 07 Le Campus d Excellence 07 convoque un concours international libre pour tous qui souhaitent présenter des idées originales non publiées, conformément

Plus en détail

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine

Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine Rétrospective sur le projet de démonstration, en partenariat stratégique et portant sur le développement des transports urbains en Chine LIU Liya, Directrice de bureau à la NDRC (Commission nationale du

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CIRC. UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention

CIRC. UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention CIRC UN CENTRE UNIQUE AU MONDE La recherche sur le cancer au service de la prévention Message du Directeur Le CIRC est un organisme de recherche unique au monde. Depuis 50 ans, le Centre apporte une contribution

Plus en détail

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR

À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR À PROPOS DU PRIX ZAYED DE L ÉNERGIE DU FUTUR Photo by: Ryan Carter, Philip Cheung / Crown Prince Court - Abu Dhabi Le Prix Zayed de l énergie du futur, lancé en 2008 et géré par Masdar, représente la vision

Plus en détail

MASTER Spécialité "LUMOMAT" LUmière, MOlécules, MATériaux

MASTER Spécialité LUMOMAT LUmière, MOlécules, MATériaux MASTER Spécialité "LUMOMAT" LUmière, MOlécules, MATériaux (Molecular Materials for Organic Electronics and Photonics) Le master LUMOMAT a pour ambition de former des futurs professionnels dans le domaine

Plus en détail

90 ans au service de l'excellence en éducation!

90 ans au service de l'excellence en éducation! Genève, le 19 janvier 2015 Original : anglais 90 ans au service de l'excellence en éducation! SOIXANTE-QUATRIÈME SESSION DU CONSEIL DU BUREAU INTERNATIONAL D ÉDUCATION Genève, 28 30 janvier 2015 VISIBILITÉ

Plus en détail

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011

Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Study of the US Institutes (Séminaires d Eté pour les Enseignants du Cycle Supérieur et pour les Enseignants du Cycle Secondaire) Juin-Août 2011 Descriptif de la Bourse: Ce programme autrefois appelé «Fulbright

Plus en détail

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Amélioration des soins de santé pour les Canadiens

LE BUDGET DE 1999. Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur. Amélioration des soins de santé pour les Canadiens LE BUDGET DE 1999 Bâtir aujourd hui pour un avenir meilleur Amélioration des soins de santé pour les Canadiens février 1999 L engagement : l assurance-santé «Nous avons déjà promis de consacrer davantage

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE

LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE LICENCE - SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES MENTION HISTOIRE DE L'ART ET ARCHEOLOGIE RÉSUMÉ DE LA FORMATION Type de diplôme : Licence (LMD) Domaine ministériel : Sciences humaines et sociales Présentation

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité

Témoignage client. Optimisation de la performance et gains de productivité Témoignage client Optimisation de la performance et gains de productivité performances Faciliter les revues de La réputation d Imec repose sur la qualité du travail de ses scientifiques, chercheurs, ingénieurs

Plus en détail

www.iycr2014.org Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Union Internationale de Cristallographie

www.iycr2014.org Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Union Internationale de Cristallographie Organisation des Nations Unies pour l éducation, la science et la culture Union Internationale de Cristallographie Partenaires pour l Année Internationale de Cristallographie 2014 Année Internationale

Plus en détail

Notre modèle d engagement

Notre modèle d engagement Notre modèle d engagement 1. EVALUER L évaluation des compétences que vous souhaitez améliorer implique un vrai échange entre nos deux équipes, et une étude plus approfondie des écarts et des actions préalablement

Plus en détail

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1

Ordre du jour provisoire annoté de la sixième session. Qui s ouvrira au Palais des Nations, à Genève, le mardi 28 avril 2015 à 10 heures 1 Nations Unies Conseil économique et social ECE/ENERGY/GE.3/2015/1 Distr. générale 3 février 2015 Français Original: anglais Commission économique pour l Europe Comité de l énergie durable Groupe d experts

Plus en détail

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction

Horizons. L'impact financier du BYOD. 10 points clés de l'étude Cisco IBSG Horizons. Introduction L'impact financier du BYOD 10 points clés de l'étude Jeff Loucks/Richard Medcalf Lauren Buckalew/Fabio Faria Entre 2013 et 2016, le nombre d'appareils personnels utilisés pour le travail dans les six pays

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE

CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE CENTRES D APPUI À LA TECHNOLOGIE ET À L INNOVATION (CATI) GUIDE DE MISE EN ŒUVRE Le programme de centres d'appui à la technologie et à l'innovation (CATI), mis en place par l'ompi, permet aux innovateurs

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement)

Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Termes de référence des études diaspora-pays Programme DIAPODE (Diasporas pour le Développement) Sommaire 1. Cadre de l étude...1 2. Objectif de l étude...2 3. Questionnements à étudier...2 4. Méthodologie...3

Plus en détail

Le Cercle Vertueux du Cloud Public

Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cercle Vertueux du Cloud Public Le Cloud public rencontre un intérêt croissant auprès de tous les directeurs IT voulant planifier les stratégies informatiques de leur

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CECI/IP/CONF.1/2007/1 30 mai 2007 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DE LA COOPÉRATION ET DE L INTÉGRATION

Plus en détail

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse

Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Indicateurs Science et Technologie (S-T) en Suisse Neuchâtel, 2008 Formation de degré tertiaire La population âgée de 25 à 64 ans ayant achevé une formation de degré tertiaire 1 constitue un réservoir

Plus en détail

Le Prix Nobel de Chimie 2012

Le Prix Nobel de Chimie 2012 Revue des Questions Scientifiques, 2013, 184 (3) : 285-290 Le Prix Nobel de Chimie 2012 N ayant pas reçu en temps utile le rapport sollicité sur les lauréats de chimie, nous avons été contraints, pour

Plus en détail

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques

Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques NATIONS UNIES BES IPBES/3/L.8 Plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques Distr. : limitée 17 janvier 2015 Français Original : anglais Plénière

Plus en détail

Projet thématique du réseau AEHESIS

Projet thématique du réseau AEHESIS Projet thématique du réseau AEHESIS Aligning a European Higher Education Structure In Sport Science Rapport de la troisième année - Résumé - (Translated by INSEP Paris) 2006 VUE D ENSEMBLE DU PROJET 1

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales

Rapport synthétique. Une formation en communication de crise pour les autorités locales Rapport synthétique Une formation en communication de crise pour les autorités locales Ce rapport est la synthèse d une réflexion sur les sessions de formation en communication de crise qui ont été organisées

Plus en détail

440 hectares 2 milliards d euros

440 hectares 2 milliards d euros EUROSITY EUROSITY, UNE PLATEFORME SINO-EUROPéENNE UNIQUE EN EUROPE Une plateforme innovante de coopération industrielle, commerciale et académique, d une ampleur sans précédent, entre la France et la Chine,

Plus en détail

L occasion d innover. L innovation

L occasion d innover. L innovation Le site nool.ca Un soutien à l égard des aptitudes à écrire et en mathématiques offert par l intermédiaire d Internet aux étudiantes et étudiants de première année de l Institut universitaire de technologie

Plus en détail

Click to edit Master title style

Click to edit Master title style Le Service des délégués commerciaux MAECI: Orientation et rôle Investissement étranger direct (IED) Anderson Blanc Délégué commercial Click to edit Master title style Investissement & Innovation Coordonnateur

Plus en détail

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE

SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE SERVICE PROPRIETE INTELLECTUELLE ÉTUDIER - CRÉER PROTÉGER - MONÉTISER é PNO Consultants sas 7 rue Rouget de L Isle 75001 Paris 01.44.77.91.00 france@pnoconsultants.com Introduction Qui est PNO? Créé en

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Bienvenue chez Bürkert Bürkert, le partenaire idéal de votre réussite. Quel que soit votre problème en matière de fluidique, nous mettons tout en œuvre pour vous apporter la solution

Plus en détail

LICENCE ACADEMIQUE EN CHIMIE FONDAMENTALE

LICENCE ACADEMIQUE EN CHIMIE FONDAMENTALE LICENCE ACADEMIQUE EN CHIMIE FONDAMENTALE Domaine : Sciences de la Matière -SM- (D02) Filière : Chimie Option : Chimie Rattachement Administratif Faculté : Faculté des Sciences Département : Département

Plus en détail

ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures

ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures ANMO/EUROPE : FORMATION EN GESTION POUR LES SECTEURS CULTUREL ET CREATIF 2014/2015 Appel à candidatures La formation ANMO/Europe en gestion pour le secteur culturel et créatif est une formation s appuyant

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Dossier de candidature

Dossier de candidature Dossier de candidature Introduction: Avant d entreprendre la création d une entreprise, mais également à l occasion du développement d une nouvelle activité, il est absolument conseillé d élaborer un business

Plus en détail

SUR LES COMMUNAUTÉS NATIONALES ÉTABLIES À L ÉTRANGER

SUR LES COMMUNAUTÉS NATIONALES ÉTABLIES À L ÉTRANGER CONFÉRENCE MINISTÉRIELLE SUR LES COMMUNAUTÉS NATIONALES Centre de conférences ministériel 27 rue de la Convention - 75015 Paris Ministre déléguée chargée des Français à l étranger À l initiative de la

Plus en détail

MACHINE D ATELIER MULTI-FONCTION

MACHINE D ATELIER MULTI-FONCTION etude de cas MACHINE D ATELIER MULTI-FONCTION EN MODE MANUEL OU AUTOMATIQUE La MICRO-HITE 3D, une machine de mesure 3D tactile d entrée de gamme permettant un emploi intensif en atelier, est le produit

Plus en détail

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE

Assemblée générale RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. GÉNÉRALE A/RES/54/68 11 février 2000 Cinquante-quatrième session Point 87 de l ordre du jour RÉSOLUTION ADOPTÉE PAR L ASSEMBLÉE GÉNÉRALE [sur le rapport de la

Plus en détail

Méthodes géophysiques et géochimiques

Méthodes géophysiques et géochimiques Méthodes géophysiques et géochimiques 1.3. TD Introduction Il y a 4.567 milliards d années (Ga), au moment où le nuage de gaz et de poussière qui va constituer le système solaire s effondre sur lui même,

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Guide d utilisation de la base de données

Guide d utilisation de la base de données Guide d utilisation de la base de données Introduction Ce guide a pour objet de présenter le contenu de la base de données relatives aux traductions de textes économiques disponibles sur le site Web EE-T

Plus en détail

GAMMEL HELLERUP GYMNASIUM. français

GAMMEL HELLERUP GYMNASIUM. français GAMMEL HELLERUP GYMNASIUM français 2 Bienvenue au Lycée Gammel Hellerup Avec ce prospectus nous vous souhaitons la bienvenue au Lycée Gammel Hellerup. Vous y trouverez une présentation de son programme

Plus en détail

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie

Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Le volleyball est notre sport, notre passion, notre communauté nous inspirons les Canadiens à embrasser le volleyball pour la vie Révision du plan stratégique de Volleyball Canada février 2009 Table des

Plus en détail

Chapitre 4. Ressources et tableaux de correspondance. Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121

Chapitre 4. Ressources et tableaux de correspondance. Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121 RESSOURCES Chapitre 4 Ressources et tableaux de correspondance Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) 121 Ressources 122 Programme d études - Arts plastiques - 4 e Année (2010) RESSOURCES

Plus en détail

SPECIALISTE EN COMMUNICATION

SPECIALISTE EN COMMUNICATION Spécial: «Meilleures pratiques digitales» SPECIALISTE EN COMMUNICATION Formation professionnelle de Spécialiste en communication, préparant au Brevet fédéral de Planificateur/trice en communication. 1

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2015/27 Conseil économique et social Distr. générale 19 novembre 2014 Français Original : anglais Commission de statistique Quarante-sixième session 3-6 mars 2015 Point 4 h) de l ordre

Plus en détail

NKUL BETI. econobeti

NKUL BETI. econobeti NKUL BETI econobeti Le réseau social d entraides pour la gestion des efforts et du génie ekang Paru le 08 Août 2010 Plateforme de communication Se préparer pour le Cameroun de Demain Sans une organisation

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES

DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES DEPARTEMENT D ETUDES EUROPEENNES ECONOMIQUES GUIDE DES ETUDIANTS Ce guide est destiné à vous introduire au fonctionnement du Collège et du Département d études économiques européennes, en présentant les

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper

Qui sommes nous? L équipe chargée de la gestion. Last Mile Keeper Last Mile Keeper Last Mile Keeper Qui sommes nous? Nous sommes une société de service global s occupant de technologie de l information (IT), au sens le plus large, et cherchant à développer des technologies

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND

ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF SCOTLAND Table des matières Fiche professeur... 2 Fiche élève... 5 Narration de séance et productions d élèves... 6 1 Fiche professeur ONCE UPON A TIME IN THE HEART OF

Plus en détail